Version classiqueVersion mobile

La rue des enfants, les enfants des rues

 | 
Marie Morelle

Conclusion

Texte intégral

1Au commencement de ce travail, nous nous proposions d’appréhender le phénomène des enfants de la rue par la rue. Les concepts et notions de territoire, de marginalité et de citadinité devaient être nos guides et nos clefs de lecture. Or, la rue peine à devenir celle des enfants. Leurs pratiques et les représentations qu’ils inspirent aux habitants et aux autorités, échouent à les faire reconnaître comme des faiseurs de villes.

Une territorialité en rhizome

2Assurément, la territorialité des enfants doit s’analyser dans le mouvement plus que dans l’immobilité en un espace donné. Ceux-ci ont créé leurs secteurs. L’espace public est progressivement approprié. Mais bien que reconnus par les enfants, les secteurs ne font pas nécessairement l’objet d’un bornage matériel. Ils ne sont pas l’œuvre d’une bande, ils demeurent les espaces de groupes diffus qui ne se construisent guère par le partage de règles et de valeurs communes et qui ne défendent aucun territoire. Pour autant, ils participent pleinement à « l’identité » de chaque enfant, spécialement à Yaoundé : on est d’un secteur donné. Celui-ci marque une appropriation certaine d’un espace public mais sans mouvement de bascule vers une privatisation débouchant sur le territoire. L’interrogation sur le territoire constitue surtout une entrée pertinente à partir de laquelle définir les déplacements et les localisations des enfants et saisir des processus sociaux dans leur dimension spatiale.

3Le temps de la rue est fait de cette illusion de liberté qui masque l’urgence à survivre et l’aléatoire à vivre. Les nombreuses opportunités de gagner un peu d’argent couplées au risque de s’endormir affamé ou de se faire racketter (entre autres) font préférer une appropriation fluide de l’espace, se coulant sur les possibilités de l’instant. Ainsi, la géographie des enfants de la rue ne s’appréhende-t-elle pas tant sur le mode du territoire que sur celui de la territorialisation. Moins que d’évoquer les secteurs comme des points fixes dans l’espace urbain, il s’agit d’analyser les itinéraires qui les relient les uns aux autres (« des territoires d’errance », J. Bonnemaison, 1981, p. 254). Le temps donne son épaisseur à l’espace, temps étudié dans la quotidienneté de la rue et dans le long terme. La figure du rhizome s’impose (G. Deleuze, F. Guattari, 1976 ; P. Rohmer, 2003).

4Celle-ci résume avant tout la construction d’une territorialité urbaine. Elle est la manière dont les enfants acquièrent une connaissance de la ville et un savoir urbain pour y survivre. Ce travail se construit sur un jeu d’échelles qui nous fait passer de la rue à la ville, de l’agglomération à l’espace national. Interroger les enfants ne revient pas à analyser le seul fonctionnement de la rue. Cet espace est en interdépendance avec la ville certes, mais également avec le pays, ses provinces et ses campagnes et les représentations qui y sont attachées, interdépendance soulignée par le travail comparatif, de Yaoundé à Antananarivo (et vice versa).

Produire la rue, faire la ville

5On devient enfant de la rue. Le départ est progressif, l’initiation se fait par à-coups. La famille est le premier lieu où l’enfant fait l’expérience de la violence entre l’éclatement du couple, la destructuration de la relation parent-enfant et la paupérisation et le déclassement social généralisés. À force de coups et d’insultes, selon sa personnalité, l’enfant part. Il quitte un domicile et rompt ses attaches avec son quartier. Tout bascule. Alors, les enfants tendent à se revendiquer comme de la rue.

6Les origines géographiques des enfants et leur parcours posent la question de la capacité d’un espace à devenir ville, à sécréter de l’urbanité. Des enfants quittent leur ville ou leur village d’origine pour tenter leur chance dans la capitale. Ils migrent et se retrouvent avec des fugueurs. Ces derniers n’ont pas préparé leur départ, et encore moins leur arrivée. Ils fuient la violence d’une famille. Les kilomètres parcourus varient de quelques dizaines à l’intérieur de la ville à des centaines reliant un centre urbain à un autre. Dans les deux cas, les enfants échouent à s’intégrer et trouvent comme seul refuge l’espace public. Le projet urbain est avorté.

7Tandis que Yaoundé semble une ville ouverte à tous les possibles, Antananarivo fige ses habitants suivant deux logiques, géographique et sociologique, intimement mêlées. N’est pas Tananarivien qui veut. Les enfants, qu’ils soient effectivement nés à l’extérieur de la ville ou issus de la plaine, ne sont pas des citadins, au sens de Tananarivien de vieille souche urbaine (C. Fournet-Guérin, 2002). Ces derniers ont hérité de la position de leurs ancêtres et habitent la Ville-haute, la « colline », vohitra en malgache. Ce terme se traduit justement par ville et non par « colline ». À Antananarivo, les territoires sont marqués de longue date, opposant la colline à la plaine, les urbains aux paysans, les hautes castes aux descendants d’esclaves, la Ville-haute à la Ville-basse, et en définitive les citadins aux « marginaux ». Paradoxalement, il n’existe pas de « Yaoundéens », laissant penser que les individus et les communautés sont moins captifs d’un lieu et d’une assignation socio-spatiale. Les natifs de la capitale et/ou leurs descendants (quels que soient leurs lieux de naissance) se disent autochtones d’un territoire, d’un clan restreint à l’intérieur « de Yaoundé » (appartenance clanique au sein du groupe ewondo, l’ethnie autochtone de Yaoundé et de ses environs). Tous les habitants de Yaoundé de longue date se disent « de Yaoundé » dès lors qu’ils doivent se définir par rapport à une autre personne vivant ou venant d’une autre localité. De plus, les allogènes « de Yaoundé » se réfèrent à une origine géographique couplée à leur origine ethnique respective. Chacun est « de quelque part » et avant tout « de quelqu’un », lui-même originaire d’un lieu donné (A. Bopda, 2003). Ainsi, les enfants de la capitale camerounaise se voient accoler une « origine géographique » qui les place de la même manière, hors de la ville, dans les provinces les plus marginalisées du Cameroun. Dans les deux cas – Yaoundé comme Antananarivo –, la construction historique des identités urbaines prend largement le pas sur le fait d’habiter la ville et même d’y être né. Pourtant, les enfants ne prêtent pas attention à l’ethnie ou au groupe social des uns et des autres (B. Voisard, 2003).

8L’intégration dans la rue se substitue à l’intégration urbaine, mais par défaut (F. Leimdorfer, A. Marie, 2003 ; R. Castel, 1995). La rue des enfants ne peut être élevée en milieu : leurs manière d’être (style vestimentaire, références musicales, argot) ne s’imposent pas (et s’opposent encore moins) aux autres habitants, mais elles s’en inspirent. Ce que des institutions internationales et des ONG voudraient voir comme une exceptionnelle créativité n’est que capacité à s’adapter de manière totalement empirique. La rue n’est certainement pas cette fameuse « école de la vie ». Les enfants n’ont aucun projet propre à la rue. L’inventivité et l’énergie utilisées à survivre ne débouchent nullement sur une contre-culture ou une sous-culture urbaine. Les repères des enfants s’inscrivent dans un cercle culturel plus large et propre aux jeunesses urbaines. Ils gardent aussi à l’esprit les espaces familiaux, antérieurs à la rue. Si les enfants produisent bel et bien un espace propre, ce n’est jamais pour faire sécession avec ceux des autres habitants et des autorités. La rue n’apparaît pas comme un fragment arraché à l’espace public, s’en prenant au vivre-ensemble et à ce qui fonde le sentiment d’être de la ville. Il faut donc appréhender la catégorie des enfants de la rue comme un processus et non comme état presque « naturel ». Il ne s’agit pas de perdre de vue l’écart qui peut exister entre les représentations des enfants, qui subissent cette catégorie peut-être plus qu’ils ne s’y identifient et ne se l’approprient, et celles des habitants et autorités qui participent à sa construction.

9Ainsi la rue ne peut être envisagée comme l’espace des seuls enfants. Elle est le fait d’appropriations et de projections multiples. Elle devient une scène de frottements et d’affrontements, notamment sous l’effet de la crise. Elle est un espace riche où se jouent des alliances comme des concurrences. Elle se donne (et se refuse) à divers acteurs. De la géographie de la rue découle une géographie politique de la ville. Les enfants ne parviennent pas à privatiser un espace public. Quant aux relations entre État et société civile, elles infirment l’existence à part entière d’une sphère publique dans des États faiblement institutionnalisés (J. F. Médard, 1991).

Une géographie politique de la ville

10Nous avons parlé de la géographie de l’insécurité puis du sécuritaire. De plus en plus, la discipline se propose de décoder la violence par l’approche spatiale : l’espace est un capital à s’approprier pour s’enrichir matériellement (B. Calas, 1998 ; J. Tadié, 2002 ; X. Durang, 2003). Il est aussi un espace de représentation où indiquer et faire connaître son statut. L’espace est un enjeu. La violence, explicite ou non, le structure.

11La rue est « encombrée ». La ville est « surchargée » quand elle n’est pas qualifiée de « saturée ». Le discours officiel, comme parfois celui des habitants, se construit autour des champs lexicaux de l’assainissement et du nettoyage. Il s’agit ici plus de positionner les individus par l’espace, de leur conférer par ce biais un statut dans la ville, que de simplement les y localiser. Analyser la violence amène à mettre en lumière des jeux de pouvoir au sein de la ville.

12À Antananarivo, l’espace urbain est hiérarchisé dans une dualité opposant la Ville-haute à la plaine. Le relief confère un effet de naturalité à un ordre social vieux de plusieurs siècles. Tout écart à cette règle des positions est vécu comme une attaque à une représentation urbaine de ville-refuge et de ville-repère. Dans un contexte de crise, les habitants ont peur et polarisent leurs discours sur les enfants « pickpockets » qu’ils croisent chaque jour dans les espaces publics. Grossissant leur nombre et exagérant la menace, ils les font devenir les symboles de la dégradation de leur ville.

13Yaoundé représente l’espace des chevauchements où l’espace public échoue à établir la distance nécessaire à son accessibilité, à la rencontre comme à l’évitement. À la construction d’un espace politique a succédé son délitement dans un contexte où une violence urbaine anomique a remplacé le cadre autoritaire d’une violence politique. La place des enfants dans la capitale en devient moins nette. Les autorités l’utilise, même de manière anecdotique, pour justifier un ordre dans la ville sans jamais que la comparaison entre les enfants, le pouvoir en place et les habitants ne puisse nous permettre de conclure à une différence. Cependant, l’État peut se muer en « stratège » quand les enfants ne développent que des tactiques qui peinent à marquer l’espace urbain de leur présence. Le premier est visible et impressionne, les seconds s’effacent. Chasser les enfants des rues des centres-villes permet à l’État de se réapproprier, en apparence au moins, les espaces de la ville : il y installe des postes de police et y organise des rafles, contrôlant l’ensemble des habitants au-delà des seuls enfants. Emprisonner ces derniers est un autre moyen de masquer par la répression son incapacité à suivre les nouvelles dynamiques urbaines, les débordements et la déliquescence des espaces publics.

14Le désir d’ordre perdure depuis des décennies à Yaoundé et à Antananarivo avec, en arrière-plan, une conception linéaire du temps ouvrant sur une ville figée et achevée. Elle entraîne des (pseudo) politiques sociales et urbaines qui cherchent à découper la ville, à classer des populations et des espaces. Dépossédés d’un quelconque espace où se rattacher et où se faire reconnaître auprès des institutions, les enfants deviennent la cible facile de l’État. À la violence ordinaire et quotidienne de la société, très prégnante à Yaoundé, est opposée en réponse celle des braqueurs et des délinquants, donc des enfants de la rue.

15Ainsi, par un processus déterminé politiquement, la trajectoire d’une poignée d’enfants dessine le « cursus » des bandits de demain. Plus que jamais, en tant que marginaux, ils deviennent, à leur corps défendant, un moyen pour définir une citadinité unique, une citadinité normée. Dans l’édification de la figure de l’Autre (l’étranger, le paysan, le délinquant), les enfants symbolisent ceux qui ne peuvent être de la ville, ceux qui ne doivent pas être de la ville. À Antananarivo, sont renvoyés à la campagne ceux que l’on définit paysans, pensant « désengorger » la ville et revenir à une situation passée où la plaine ne venait pas menacer le périmètre restreint de la colline originelle. À Yaoundé, les enfants sont mis dans le train en direction du Nord, en partance pour des régions stigmatisées à cause de leur retard économique. À défaut, ils sont incarcérés. Plus de paysans, plus de « nordistes », plus de délinquants, le problème se terre à défaut de connaître une réponse politique.

16Pourtant, au Cameroun, la ville est cet objet surgi un jour, brutalement, dans lequel chacun place ses rêves et investit ses forces en ayant intériorisé dès le départ la brutalité du parcours, et ce depuis l’époque coloniale (A. Bopda, 2003). Le décalage induit par la présence des enfants est moins frappant à Yaoundé. Leurs pratiques tiennent du contournement et du « faufilement ». De la même manière, les habitants « se débrouillent » et corrompent, mimant le pouvoir en place et sa « politique du ventre » (J.-F. Bayart, 1989). Chacun utilise l’espace urbain et s’en fait le prédateur.

Une géographie de l’enfermement

17De l’itinéraire construit sur le mode du rhizome, nous glissons vers une trajectoire prenant fin en prison ou au cimetière. À Antananarivo, au mieux, les enfants demeurent dans la rue.

18De la rafle aux cellules, ils deviennent sujets et acteurs d’une géographie de l’enfermement. Ils sont emprisonnés dans la marge dont la traduction spatiale la plus radicale se voudrait la prison.

19La rafle est une mesure ponctuelle à l’occasion d’un événement souvent d’ampleur internationale : venue d’un chef d’État, réunion d’une organisation internationale. Le rejet s’inscrit dans un plus vaste mouvement qui tend à placer les enfants hors de la ville (la décharge d’Andralanitra en périphérie d’Antananarivo étant l’illustration la plus parfaite de ce déplacement du centre spatial et social vers une marge : l’espace des déchets, hors de la capitale). La marge sociale existe dans les centres spatiaux des villes. En cela, les enfants fondent presque à eux seuls et en dépit de leur faible nombre, cette représentation de grandes métropoles dites du Sud, débordées de mille maux. Ils permettent d’évoquer l’urbanisation accélérée du continent africain pour déboucher sur une lecture d’espaces pathogènes (individualisation, crimes). Ils sont le lien entre urbanité et marginalité. Pour l’effacer et présenter une autre image de ville moderne, ils sont repoussés à l’extérieur du centre-ville. Les espaces périphériques de la ville deviennent les espaces autant de relégation que de régulation sociale. La marge est alors physiquement et mentalement le négatif du centre, née d’une tentative de rationalisation et de classement des espaces de la part de forces de police au service d’un ordre établi.

20L’enfermement est le stade ultime. Il imprime un mouvement plus en profondeur. Il ne s’agit plus de cacher pour un temps donné, ni de refouler en vain des enfants qui reviennent toujours. Il est ici question de marquer un individu par l’espace. Le temps de la prison condamne à un statut précis et attendu : les enfants des rues deviennent les délinquants. Au mieux, ils grandissent et louent une chambre. Détachés du stigmate spatial, ils restent prisonniers d’une marge sociale.

L’espace du corps

21De l’espace de la famille à celui de la rue, de la communauté à la société, où les enfants peuvent-ils se situer en définitive ?

« L’exil ou la vente comme esclave détache celui qui a rompu la loi de sa communauté d’origine, le déplace dans un espace hostile, le soumet à une pérégrination géographique et sociale infamante et dissolvante. Le délinquant majeur est frappé par l’obligation d’entrer dans l’espace ouvert, mais profondément néfaste, du monde extérieur » (F. Bernault, 1999, p. 22).

22L’analyse géographique des enfants revient à opposer un dedans à un dehors : le quartier à la rue. Le premier représente le territoire des habitants dans la ville, celui où se construisent les premiers réseaux de sociabilité urbaine et où démarre l’appropriation de la ville avec comme ultime point d’ancrage l’accession à la propriété (à défaut, il constitue un espace communautaire de repli mais néanmoins de refuge). Se couper du quartier, c’est partir dans le dehors, la rue, l’espace public libéré de tout contrôle d’ordre familial et communautaire. C’est ne pas participer à un collectif d’où peuvent partir des revendications et un sentiment de vivre-ensemble. « Être » de la rue, à la différence du quartier, ne permet pas « d’habiter ».

23En revanche, en gagnant la rue, l’enfant acquiert malgré lui le statut d’individu. Il est libéré du contrôle et de la violence d’une maison mais pour être livré à lui-même dans un espace a priori neutre. Nous pourrions voir en lui l’individu le plus moderne des capitales. Mais cette libération n’en demeure pas moins une condamnation, celle de survivre dans l’espace qui lui sera hostile. Son individualité le marginalise au sein d’une société et d’un espace. Il demeure captif de la rue.

24La géographie de la rue dévie vers une géographie du corps ouvert à toutes les violences, « invisibles » à Antananarivo, physiques à Yaoundé. À vivre dans la rue, les enfants offrent aux regards une part de leur intimité. Pris entre de multiples étaux que les autres enfants des rues, les habitants ou le pouvoir resserrent autour d’eux, le corps des enfants devient l’espace ultime. Il est actant. Il n’est pas seulement à situer dans l’espace qu’est la rue. En lui-même, il constitue un lieu (R. Longhurst, 2005, p. 337) : un lieu de repli et une frontière entre soi et les autres. Le corps des enfants devient ainsi un lieu de lutte (H. J. Nast et S. Pile, 1998, p. 3 ; G. Valentine, 2001, p. 15). Nous pouvons parler d’une « géopolitique du corps » (H. J. Nast et S. Pile, 1998, p. 2).

25Plus que tout autre, les enfants déploient leur être et font leurs (leurre ?) l’espace urbain. Mais par la rafle, le lynchage et l’emprisonnement, il se produit une dernière prise du corps et son exposition pour marquer un pouvoir et faire peur (M. Foucault, 1975). La rue marque et s’inscrit sur les corps. Le regard des habitants se porte sur ceux, abîmés, des enfants. Par effet miroir, ils informent sur la place des enfants au sein de la société et de l’espace urbain.

Les marges

26Ce travail a voulu ouvrir un nouvel axe de réflexion dans la thématique de la marginalité en géographie. Il a fallu nécessairement puiser dans les travaux des sociologues et des anthropologues, premiers défricheurs de l’univers de la rue dans la pensée scientifique. Le profil sociologique des enfants renvoie à une partition géographique des espaces : rural/urbain, « Nordistes » / « Centristes » par exemple. De même, si la rue ne fait pas milieu et demeure souvent un lieu, les approches anthropologiques sont nécessaires pour mieux saisir ce que sont les cultures urbaines. Enfin, si elle est mise autant en exergue qu’elle est rejetée matériellement par le pouvoir, la rue met aussi en question l’État, nous conduisant à faire appel à la science politique, sur notre thématique de l’enfermement notamment.

27Si un millier d’enfants en moyenne occupent les rues de chaque capitale, nous pouvons conclure à une étude presque anecdotique de ce que représente ce groupe de population dans la ville. Mais par ce qu’elle révèle de la déliquescence des espaces publics, des destructrurations familiales, de la vie de quartier et de l’incapacité de l’État à définir et à mener des politiques urbaines, elle participe pleinement au champ de la recherche urbaine en géographie. Quant toute une jeunesse se retrouve diplômée, mais sans débouchés, ou s’évertue à « se débrouiller » dans ce qui est le bas de gamme de l’informel, la thématique de la marge s’ouvre à bien des objets et espaces de recherche. Qui est délinquant ? Et où : dans les nouveaux ghettos de riches des nouvelles périphéries urbaines ou dans les quartiers populaires souvent qualifiés de criminogènes ? Quel devenir pour l’ensemble de la jeunesse d’Antananarivo et de Yaoundé ?

28Suivre les itinéraires et les trajectoires des enfants de la rue ne doit pas nous couper des travaux présents et à venir sur ces vastes dynamiques urbaines. Simplement, ces enfants restent captifs d’un espace donné, la rue, et de son prolongement : la prison. En tant que géographe, il est légitime de se pencher spécifiquement sur leur devenir en soulignant leur marginalité spatiale autant que sociale, qu’ils louent une chambre, qu’ils meurent dans un recoin de l’hôpital ou qu’ils basculent dans le monde de la grande délinquance, à la prison de Kondengui ou ailleurs. La « rue », ici, n’est donc pas tant l’espace public populaire qu’un réseau d’espaces dont sont captifs les enfants, des secteurs à la prison (espaces de la marge).

29La prison est ce nouveau territoire que la géographie doit investir. Elle fait l’objet de réappropriations dans les discours et les pratiques, de la part de l’État qui jette et enferme mais aussi de la part des prisonniers et des gardiens qui, chaque jour, s’adaptent aux conditions pénitentiaires. Ce qui se joue à l’extérieur de ses murs comme à l’intérieur fonde de nouvelles perspectives de recherche en termes de territorialisation et de jeux de pouvoir. Les enfants sont devenus « les délinquants ». La rue conduit à la prison, à l’univers de la criminalité et à une marge plus vaste qui dépasse les seuls espaces de la rue et les enfants. Elle est cette ouverture sur la violence qui interroge les processus socio-spatiaux en ville, dans le vaste champ des sciences humaines, notamment en science politique. Elle interroge de nouveaux acteurs : les « marginaux », certes, mais aussi les tenants d’un ordre, policiers et militaires qui défendent une autre représentation de l’espace en tant que professionnels et individus.

30Il est aussi nécessaire de remonter dans le temps pour écrire la généalogie de la rue à Antananarivo. Cela appelle à une collaboration entre anthropologues et géographes pour saisir les hiérarchies culturelles et sociales mais aussi les ruptures dans la trajectoire urbaine, de la migration à la perte du logement. Au-delà des mécanismes de reproduction d’un phénomène, à Yaoundé et à Antananarivo, il est souhaitable de poursuivre les entretiens avec des enfants qui grandissent et vieillissent dans la rue et dans la ville afin de dépasser l’analyse de leur enfance à laquelle les recherches s’arrêtent souvent.

31Les deux capitales se rejoignent dans l’idée que la marge reste intrinsèque de l’urbain. Les deux villes sécrètent une même marginalité au fil de leur croissance et de leurs crises. Mais l’une apparaît plus que jamais figée dans un modèle : les enfants d’Antananarivo finissent par se condamner eux-mêmes à la rue. Tandis qu’à Yaoundé, les enfants peinent à s’intégrer dans une ville où la violence pousse à la confrontation plus qu’au partage, au brassage et à l’échange. C’est l’espace des possibles où pour autant, personne ne paraît croire encore en quelque chose. Les enfants de Yaoundé ramassent les coups, assument leurs étiquettes d’étrangers, de « nordistes » et de bandits, mais continuent de se projeter dans un avenir hors de la rue, bien souvent hors de leur propre pays. Antananarivo était et cherche à demeurer une ville-colline, un espace refuge et l’espace d’un pouvoir, tandis que Yaoundé continue sa folle histoire, anachronique et inattendue.

« Dans ce reflet, dans cet éclat de vie surprise, gît la démesure de l’entreprise : qui peut prétendre, à moins de bouleversements de grande envergure, rendre à la raison ces corps innombrables, parcourant rues, champs et rivières en tous sens, tout entiers portés par l’urgence absolue de vivre ? De cette longue litanie d’ordres surgissent l’énergie, la vitalité crue et mordante de ceux qui n’ont que leur corps pour fabriquer les jours » (A. Farge, 1982, p. 125).

32Les enfants n’aspirent pas à faire la rue contre la ville, seulement à vivre dans cette dernière et à habiter dans un quartier. Quand Valentin se retrouve en prison, ses espoirs s’évanouissent et il déclare finir par « rêver à l’envers ». Isaac, lui, continue d’imaginer son monde, un monde plus doux, « un monde accroché dans l’air avec une corde blanche qu’on ne verrait pas ». Il y a là une vision déchirée entre deux espaces, la ville et la rue. Souvent malgré eux, la seconde devient le lieu de perdition de la première. Laissant leurs rires et leurs énergies, le temps des entretiens, c’est ce qu’ils nous ont donné à comprendre.

33C’est l’histoire de lieux qui se meurent, se meuvent et se déplacent qu’ils ont décidé de nous raconter. Avec eux, il a fallu recoller les morceaux d’un puzzle, épouser leurs rythmes chaotiques et suivre leurs trajectoires brisées. On s’asseyait. On regardait le temps filer sans même réaliser qu’il existait. Et puis, le vide. La sentence était tombée. Les croix rouges n’étaient pas là pour mentir. Calafatas avait brûlé. Les laveries de l’avenue Kennedy avaient été déguerpies. Zamaika avait disparu. Il a fallu reprendre les longues marches dans leurs secteurs, aller de foyer en foyer pour tenter de les voir, de les apercevoir. Une seule route s’est dessinée. Il a fallu entrer à la prison de Kondengui, y revenir, y retourner.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search