Version classiqueVersion mobile

La rue des enfants, les enfants des rues

 | 
Marie Morelle

Remerciements

À Kitou, Au Commissariat du Ier.

À Cado, D’Etoudi à Kondengui.

À Bouba, De Meiganga à l’Hôpital Central.

À Telou, Pour la liberté.

À tous les mboko de Yaoundé et les boakely de Tanà,en équilibre dans la ville.

Texte intégral

1Je remercie M. Chaléard qui suit mes recherches depuis la maîtrise. Je lui sais gré d’avoir accepté le principe de cette recherche dès le DEA et de m’avoir aidé à aller au bout de cette thèse au sein du laboratoire Prodig. Je remercie également M. Marguerat pour le temps qu’il a consacré à ce travail.

2Je remercie M. Le Bris, un des premiers à avoir soutenu mon choix d’appréhender les enfants de la rue sous un angle géographique et qui s’est montré disponible tout au long de cette thèse.

3J’exprime ma reconnaissance à M. Calas qui m’a initiée au délicat exercice de l’écriture d’un article.

4Messieurs Peltre, Danard et Opigez m’ont été très précieux pour leur accueil chaleureux au sein de leur laboratoire de cartographie appliquée de l’IRD.

5Au Cameroun, je remercie tout spécifiquement M. Bopda. Je lui suis également très reconnaissante pour le prêt de certaines de ses cartes. Qu’Eugénie Dumas en soit aussi remerciée. Je sais gré à M. Simeu Kamden de son accueil chaleureux et de son aide dans quelques pénibles démarches administratives. Merci aussi à M. Rivière qui m’a accueillie à l’IRD en 2004 dans un « vrai » logement.

6Toute ma reconnaissance va au Père Maurice et à son équipe d’éducateurs du Foyer de l’Espérance et du centre Edimar, notamment Papa Théo pour les ateliers d’écriture et bien sûr Bosco. Je rends hommage au combat de l’équipe de l’ACAT.

7Enfin, je ne peux remercier toutes les personnes et amis que j’ai rencontrés en chemin.

8Je dois à Catherine Fournet-Guérin mon initiation à Madagascar, à Antananarivo en particulier. Je la remercie pour sa gentillesse et sa très grande générosité. Je la remercie pour ses fonds de carte, ainsi que Florence Bonnaud.

9Je rends hommage à M. Gabriel Ratoandro, professeur à l’université d’Antananarivo, pour sa très grande disponibilité. Je remercie également la Fondation Air France pour le précieux vol aller-retour Paris-Antananarivo, et en particulier sa secrétaire générale de l’époque, Madame De La Taille, sans qui rien n’aurait été possible.

10À nouveau, je ne peux énoncer dans les détails tous ceux qui m’ont épaulée dans mes démarches et dans mes recherches, spécialement le centre NRJ, l’équipe de Manda et l’équipe de Graine de Bitume, Krystel et Claire.

11Enfin, je remercie tous ceux qui dépassent les territoires de cette thèse, en particulier ma famille : mes parents, mes sœurs, Sandrine et Chantal. Nelcya Delanoë qui m’a appris bien des choses. Fred pour son soutien, pour ses précieux conseils et pour sa foi. Merci de savoir écouter la pluie... Nico, un merveilleux voyageur, mon ingénieur des vents favori qui m’a aidée dans bien des décollages et des atterrissages. Et Thomas pour m’avoir attendue et pour tout.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search