Version classiqueVersion mobile

Les sépultures individuelles campaniformes en France

 | 
Laure Salanova
, 
Yaramila Tcheremissinoff

Première partie. Le Nord

Chapitre VII. Réexamen du mobilier de la sépulture campaniforme d’Arenberg, Wallers (Nord)

Laure Salanova, Caroline Renard et Benoît Mille

Texte intégral

1La sépulture d’Arenberg est l’une des plus anciennes découvertes se rapportant au Campaniforme dans le nord de la France. Elle compte également parmi les rares tombes individuelles d’Europe occidentale ayant livré l’intégralité de l’assemblage campaniforme : gobelets décorés, poignard en cuivre, brassard d’archer et armatures perçantes.

2Découverte par un groupe d’écoliers, nous ne savons malheureusement rien du sujet inhumé dans la sépulture (Felix, Hantute, 1969). Les vases avaient été récemment réexaminés (Salanova, 2000). Étant donné le caractère exceptionnel de cette tombe, l’ensemble du mobilier méritait toutefois d’être revu. Le cadre du PCR sur « la fin du Néolithique en Bassin parisien » en a fourni l’occasion (Salanova et al., 2006). De nouvelles études détaillées ont ainsi été menées : le brassard d’archer par L. Salanova, les armatures en silex par C. Renard et le poignard en cuivre par B. Mille.

Le site

3En 1966, un groupe d’écoliers découvrait dans un tertre sablonneux en bordure de la forêt de Raismes un gobelet campaniforme décoré en position verticale (l’exemplaire le plus complet). Alertés par cette découverte, R. Felix et G. Hantute entreprirent des fouilles en août et septembre 1966 puis en août 1967. Des tranchées furent ouvertes de part et d’autre de l’endroit où le premier vase avait été découvert. De ces fouilles, il nous est parvenu le plan d’une sépulture déjà largement remaniée (fig. 46). Aucun ossement n’était conservé étant donné l’acidité du terrain (sable dur nommé « tuffeau de Valenciennes ») et les remaniements antérieurs à l’intervention archéologique n’ont pas permis de délimiter une éventuelle fosse correspondant à la tombe.

4Les fouilles ont livré les fragments d’un deuxième gobelet, deux groupes d’armatures perçantes, un brassard et un poignard en cuivre. Une sixième armature (nommée « pointe grattoir » par les fouilleurs, en réalité une ébauche, voir infra, p. 84) a été découverte près de terriers, en position remaniée.

5L’ensemble correspond à l’assemblage caractéristique des sépultures campaniformes masculines les mieux dotées, même si aucun des objets ne peut être considéré comme strictement en place au moment des fouilles.

Les gobelets décorés

6La tombe a livré deux gobelets quasi identiques : seul le décor du registre central diffère entre les deux vases. Ce sont des vases hauts (24 cm), à profil quasi biconique et col court éversé, tous les deux ornés de larges registres remplis de motifs géométriques tracés à l’aide d’un peigne à cinq dents (fig. 47). Les surfaces, de couleur rouge, sont polies et soignées comme il est d’usage dans le Campaniforme.

Fig. 46 — Arenberg (Wallers, Nord). Répartition du mobilier dans la sépulture (d’après Felix et Hantute, 1969 ; Salanova, 2000).

Fig. 46 — Arenberg (Wallers, Nord). Répartition du mobilier dans la sépulture (d’après Felix et Hantute, 1969 ; Salanova, 2000).
  • 10 En effet, les fouilleurs ont considéré que le gobelet le plus fragmenté était une copie grossière d (...)

7Contrairement à ce qui a été publié par les fouilleurs10, les similitudes observées dans les thématiques et les techniques décoratives laissent supposer que ces deux vases ont été produits en même temps et par le même artisan (Salanova, 2000, p. 89 et p. 331). La présence de « vases jumeaux » est récurrente dans les tombes d’Europe occidentale, ce qui montre qu’une partie des productions céramiques campaniformes était probablement destinée d’emblée au monde des morts (Salanova, 2002).

8D’un point de vue stylistique, les vases de Wallers n’ont pas d’équivalent du côté français, excepté la découverte isolée d’Arras « Actiparc » (Delfolie, Fosse, 2003). Rapprochés par R. Felix et G. Hantute des vases de style Veluwe de la chronologie hollandaise (type 2Id : Lanting, Waals, 1976) et du groupe Wessex/Middle Rhine de la typologie anglaise (Clarke, 1970), les gobelets de Wallers trouvent en fait de meilleures comparaisons dans le matériel britannique (fig. 48). Dans les études les plus récentes, les rapprochements les plus évidents sont localisés dans le sud de l’Angleterre et plus particulièrement dans le Wessex : groupe D de H. Case (2001), équivalent au groupe Tall Mid-Carinated Beakers de S. Needham (2005). Les vases anglais de ces groupes sont hauts, élancés et munis d’une légère carène située vers la moitié du profil.

9Quant au gobelet découvert à Arras, il est à classer dans un autre groupe de la typologie anglaise, considéré comme plus tardif : le groupe Bb de Case, caractérisé par un col court bien différencié et des décors en larges registres comprenant souvent des éléments verticaux, et celui, équivalent, des Short-Necked Beakers de S. Needham. Les deux auteurs reconnaissent que ce groupe typologique est caractéristique du nord de l’Angleterre.

Fig. 47 — Arenberg (Wallers, Nord). Les deux gobelets décorés (clichés L. Salanova, CNRS).

Fig. 47 — Arenberg (Wallers, Nord). Les deux gobelets décorés (clichés L. Salanova, CNRS).

Le brassard d’archer

10Le brassard d’Arenberg nous intéresse à plus d’un titre. Outre le fait que ces objets sont rares dans l’ensemble de la France (rarement plus de cinq par région), ce brassard a fait l’objet d’une longue durée d’utilisation (fig. 49).

  • 11 La détermination de la roche a été réalisée par un géologue, P. Dollé, lors de la publication de la (...)

11Dans l’état actuel, il mesure 7,8 cm de longueur, 2,6 cm de largeur, 0,5 cm d’épaisseur et pèse 30,1 g. Fabriqué dans un schiste fin à ciment argileux mêlé de grains de quartz et de mica lancéolé ou muscovite11, il est de forme rectangulaire et perforé aux quatre coins. La section longitudinale est rectiligne, mais la partie centrale est légèrement concave. Les perforations, d’un diamètre de 2 à 3 mm, sont subcirculaires et de profil conique. Elles conservent des stigmates de leur réalisation mécanique sous forme de stries concentriques. L’une d’entre elles a cédé du fait d’une longue utilisation avant l’enfouissement de l’objet dans la tombe, utilisation d’autant plus longue que des traces d’anciennes perforations sont encore visibles sur les bords de l’objet. Ce brassard devait donc être au moins plus long à l’origine, si ce n’est plus large.

12Dans la typologie de Sangmeister (1974), qui sert encore de référence, le brassard d’Arenberg correspond au type D : rectangulaire, plat, à quatre perforations. Sa section plane lui confère un caractère occidental, les exemplaires d’Europe centrale étant plus souvent courbes. En Angleterre, cinquante-huit brassards seulement sont connus (Woodward et al., 2006). Le modèle d’Arenberg relève de la catégorie B, concentrée dans le sud de l’Angleterre et associée généralement à l’étape moyenne du Campaniforme anglais. En revanche, l’étude récente de la moitié des brassards anglais connus montre que ces objets présentent peu, voire aucune trace d’utilisation et qu’ils sont rarement retravaillés pour produire un objet plus petit par exemple (Woodward et al., 2006, p. 536-537).

Fig. 48 — Comparaison des gobelets d’Arenberg (Wallers) et d’Actiparc (Arras) avec les gobelets anglais. En haut (a), vase d’Arenberg en encadré et répartition du groupe D de la typologie anglaise. En bas (b), vase d’Actiparc et groupe Bb de la typologie anglaise (cartes d’après Case, 2001).

Fig. 48 — Comparaison des gobelets d’Arenberg (Wallers) et d’Actiparc (Arras) avec les gobelets anglais. En haut (a), vase d’Arenberg en encadré et répartition du groupe D de la typologie anglaise. En bas (b), vase d’Actiparc et groupe Bb de la typologie anglaise (cartes d’après Case, 2001).

Fig. 49 — Arenberg (Wallers, Nord). Brassard d’archer. Les flèches noires sur le dessin et blanches sur les photographies indiquent l’emplacement des anciennes perforations (dessin et clichés L. Salanova, CNRS).

Fig. 49 — Arenberg (Wallers, Nord). Brassard d’archer. Les flèches noires sur le dessin et blanches sur les photographies indiquent l’emplacement des anciennes perforations (dessin et clichés L. Salanova, CNRS).

Les armatures

Description

13Les armatures ont été découvertes à proximité du reste du matériel. Leur état de conservation est satisfaisant ; trois pièces semblent patinées, mais aucune ne porte de trace de rouille.

14La matière première est un silex crétacé gris, mais dont l’opacité, le grain et la densité d’inclusions varient d’une pièce à l’autre. Toutes ne sont donc pas forcément originaires de la même zone, mais sont probablement locales à régionales. Ainsi, deux pièces se distinguent par l’aspect de leur matrice : celui de la pièce 6627 (fig. 50) est beaucoup plus translucide que les autres, avec une zone laiteuse (probablement une inclusion, courante dans les silex crétacés, notamment le Campanien). En revanche, la matière de la pièce 6625 est plus grenue et moins brillante. Les pièces 6610 et 6628 sont taillées dans un silex opaque très comparable, à faciès chargé. Enfin, les différences de texture ou de faciès des armatures 6621 et 6626 sont mineures et peuvent être observées au sein d’un même banc (communication orale P. Allard).

Fig. 50 — Arenberg (Wallers, Nord). Armatures de la tombe (dessins C. Renard).

Fig. 50 — Arenberg (Wallers, Nord). Armatures de la tombe (dessins C. Renard).

15Parmi ces six pièces, on trouve cinq armatures à pédoncule et ailerons équarris ou récurrents. Elles ont probablement été exécutées à partir d’éclats, d’après les profils et les restes de la face supérieure non retouchée (voir fig. 50, le profil de l’armature 6626). L’absence de cortex sur toutes ces pièces n’est pas surprenante au vu de l’étendue de leur retouche. Les cinq armatures possèdent plusieurs similarités techniques et apparaissent calibrées : la longueur est comprise entre 25 et 28 mm, la largeur entre 21 et 24 mm, l’épaisseur est de 4 ou 5 mm. Quant au poids, il varie aussi très peu : entre 1,5 et 2 g.

16L’étendue de la retouche peut être longue sur les deux faces (6626), uniquement sur la face inférieure (6610, 6625) ou couvrante sur les deux faces (6627, 6621) ; les ailerons peuvent être dissymétriques : soit nettement équarris (6625 et 6621, ailerons droits), légèrement arrondis (6626, aileron droit), triangulaires (6627 et 6621, ailerons gauches) ou cassés puis repris (possible pour l’aileron droit de l’armature 6610). Cette variabilité dans la régularité et l’étendue de la retouche indique que les pièces ont été réalisées par des tailleurs possédant un niveau de compétence différent.

17Comme on l’a vu, ces armatures possèdent différents degrés de retouche (longue sur les deux faces, couvrante sur une face ou deux). Sur la base des deux armatures réalisées avec le meilleur niveau de compétence, c’est-à-dire avec une retouche régulière et envahissante (6627 et 6625), il semble que les deux principaux critères à respecter soient la forme et l’épaisseur.

18L’investissement technique est évalué sur la base de trois critères : la qualité de la retouche, la qualité du support et le soin apporté à l’alignement des bords (Durand, 1999). Mais il faut aussi prendre en compte la profondeur des encoches et la forme du pédoncule. Il est ainsi plus difficile de faire des encoches profondes et larges qui produiront des ailerons et un pédoncule étroits, comme dans le cas de la pièce 6625. À l’opposé, le tailleur de la pièce 6626 était probablement moins compétent : le pédoncule et les ailerons sont larges, les encoches courtes et produites par une seule retouche.

19Concernant le reste des pièces, l’investissement est assez élevé : les retouches sont étroites et parallèles, les ailerons sont dégagés mais pas toujours équarris ni symétriques, le support est régulier, mais l’alignement des bords est variable.

20Plusieurs pièces portent des fractures survenues lors de la fabrication ou de l’utilisation. C’est le cas du pédoncule des armatures 6621 et 6625, de l’aileron de la 6610. Il n’y a pas de trace évidente de ravivage : aucune pièce ne possède une épaisseur disproportionnée par rapport à sa taille ou plusieurs rangs visibles de retouche.

21Toutes ces armatures s’inscrivent parfaitement dans la forme de la pièce 6628. C’est en partie pour cela qu’elle est interprétée comme une ébauche. Mais, surtout, elle est plus grande, plus large et plus lourde que les autres pièces, mais pas plus épaisse (32 mm sur 25 mm, 4 mm d’épaisseur et 3,2 g). Quant à son support, il s’agit d’un éclat non cortical. L’axe de débitage est oblique (le bulbe se trouve dans le coin droit de la face inférieure), tout comme celui de la pièce 6625 (l’axe de débitage est parfois longitudinal, comme dans le cas des armatures 6610 et 6626). Sa retouche, par pression, est courte et assez comparable à celle de l’armature 6626. Enfin, et c’est un point délicat, il faut définir ce qui a pu interrompre la réalisation de cette armature : il semble que c’est une retouche trop longue et profonde, légèrement réfléchie dans le coin droit de la face inférieure. Cependant, il est surprenant de constater que cet accident a malgré tout été suivi d’une retouche sur ce même bord, inverse puis directe. Peut-être est-ce à ce moment-là que le tailleur a décidé d’abandonner la fabrication de la pièce. Il serait effectivement difficile de fabriquer un aileron dans une zone peu épaisse et irrégulière et très risqué de vouloir rattraper le rebroussé en procédant à une retouche couvrante (l’épaisseur diminuerait encore de ce fait). Il semble donc que cette armature appartienne à l’une des premières étapes de la chaîne opératoire puisque la retouche n’est ici que partielle et pas encore bifaciale. Le résultat final aurait dû être comparable à celui de la pièce 6626. En effet, si la pièce possède une retouche couvrante, celle-ci doit être réalisée en premier, avant la retouche longue qui vise à régulariser les bords. Quant aux ailerons, ils sont formés après la retouche des bords.

Comparaisons

22Les comparaisons les plus proches d’un point de vue géographique sont en Normandie. Au sein de l’habitat de Val-de-Reuil « Les Florentins » (Eure), trois armatures à pédoncule et ailerons équarris et six foliacées ont été découvertes (fig. 51) (Billard et al., 1991). Ces dernières possèdent des dimensions comparables à celle d’Arenberg : longueur moyenne de 29,5 mm (entre 23 et 34 mm), largeur moyenne de 22,5 mm (entre 19 et 28 mm), épaisseur moyenne de 4,5 mm (entre 3 et 6 mm) et poids moyen de 3,1 g (entre 2,1 g et 5,2 g). De plus, elles ne possèdent pas toutes une retouche bifaciale. Il n’est pas possible d’affirmer que toutes ces pièces sont des ébauches mais certaines possèdent des réfléchissements, de larges zones corticales, comme une absence de retouche sur la pointe qui nous amène à remettre en cause leur statut. L’habitat de Poses « Le Vivier - Le Clos Saint-Quentin (ensemble no 5) » (Eure) a aussi livré des armatures foliacées dans un contexte campaniforme, mais aucune armature à ailerons équarris (fig. 52-53). Les pièces ont subi une violente hausse de température, créant de multiples cupules et brisant plusieurs d’entre elles. Nous considérons, comme M. Bailly, que certaines d’entre elles sont des ébauches (Bailly, 2002).

23Plus au sud, P. Fouéré mentionne la présence d’armatures foliacées achevées dans le Bassin aquitain : « Ce sont des pièces généralement peu épaisses, façonnées par des retouches envahissantes à couvrantes faites par pression ou par percussion au percuteur tendre ou dur » (Fouéré, 1994, p. 160 et 167). Contrairement à celle d’Arenberg, les pièces présentées possèdent une retouche envahissante et bifaciale (fig. 54), et ne remettent donc pas en cause notre interprétation. Dans le Sud-Est, R. Furestier considère aussi les pièces cordiformes comme des ébauches d’armatures à pédoncule et ailerons (cf. les sites d’Avignon « La Balance » dans le Vaucluse, d’Orgon « Les Calades » et de Châteauneuf-les-Martigues « Le Fortin du Saut » dans les Bouches-du-Rhône, in Furestier, 2005). Deux arguments abondent en ce sens : leur retouche est moins étendue (contrairement aux exemplaires finis dont la retouche est envahissante) et leur réalisation à la percussion directe au percuteur tendre (au lieu de la pression). Le statut des quelques armatures de ce type découvertes entre la Saône et le Rhône (nommées « perçantes cordiformes ») n’est pas évident et M. Bailly estime que certaines sont fonctionnelles. D’autres, destinées à être des armatures à pédoncule et ailerons équarris, ont été abandonnées pendant l’étape du façonnage bifacial.

24Dans des contextes moins fiables du Néolithique final-Campaniforme (ramassage de surface et attribution culturelle proposée par comparaison), des pièces de forme un peu moins régulière et moins fine que celle de Wallers ont été découvertes, comme à Châtillon-en-Michaille « En Chatenay » (Ain). J.-P. Fillon (2002) les interprète comme des ébauches.

Fig. 51 — Val-de-Reuil, « Les Florentins » (Eure). Armatures (d’après Billard et al., 1991).

Fig. 51 — Val-de-Reuil, « Les Florentins » (Eure). Armatures (d’après Billard et al., 1991).

25Plus à l’est, en Italie, L. H. Barfield (2001, p. 513) estime aussi que les pièces foliacées (parfois triangulaires) mises au jour sur l’occupation campaniforme de Cerro Veronese « La Nasa » (province de Vérone, Vénétie) pourraient être des ébauches.

26Si ces ébauches paraissent attestées en contexte domestique, il y a peu d’exemples en contexte sépulcral pour le Centre-Nord. Cela est certainement lié au petit nombre de sépultures utilisées uniquement durant le Campaniforme et contenant des armatures. On sait de plus que ce type de mobilier (les éclats et notamment les ébauches) est rarement dessiné. La sépulture double d’Augy « La Ferme Champagne » dans l’Yonne (Kapps, Bailloud, 1960), un des rares sites comparables à celui de Wallers, ne possède pas d’ébauche. Tout comme la sépulture d’Altwies dans le Grand-Duché de Luxembourg (Toussaint et al., 2000). Toutefois, aux Pays-Bas et en Allemagne, des pièces comparables proviennent de plusieurs tombes campaniformes, comme à Heide « Ede-Ginkelse » dans le Schleswig-Holstein (Lanting, Waals, 1976, p. 70). Sur ce site, les armatures foliacées à base droite et convexe ont été découvertes avec des armatures à pédoncule et ailerons équarris, comme à Wallers. Les auteurs considèrent pour leur part qu’il s’agit de pièces achevées et leur réflexion s’est plutôt portée sur l’origine des armatures foliacées.

Fig. 52 — Poses, « Le Vivier - Le Clos Saint-Quentin » (Eure). Armatures : ensemble no 5 (d’après Billard et al., 1994).

Fig. 52 — Poses, « Le Vivier - Le Clos Saint-Quentin » (Eure). Armatures : ensemble no 5 (d’après Billard et al., 1994).

27Une autre comparaison est possible avec la sépulture individuelle campaniforme d’Amesbury (Wiltshire, Grande-Bretagne). Celle-ci contient des pièces typiques du Campaniforme (brassards d’archer, poignard en cuivre, vases décorés, mais aussi anneaux en or) et une industrie lithique variée (Wessex Archaeology, 2008 et This Is Amesbury, 2002) : des grattoirs, plusieurs outils dont un poignard, un possible briquet mais aussi dix-sept armatures à pédoncule et ailerons récurrents ou équarris et des éclats qui pourraient être utilisés pour fabriquer des armatures (‘‘The flints included scrapers, arrowheads, other tools, what may be a strike-a-light, and flakes that may have been blanks for arrows.’’, Wessex Archaeology, 2008). Cet exemple et celui d’Arenberg illustrent bien le fait que le défunt, à l’époque du Campaniforme, a pu être enterré avec un mobilier possédant une valeur symbolique (poignard en métal, éléments en or), associé à des pièces apparemment inachevées et d’usage courant. La tombe d’Amesbury révèle aussi que certains des éclats auraient pu être contenus dans une « bourse », évoquant l’image d’un archer campaniforme se déplaçant avec ses ébauches, retouchées en cas de casse ou de perte des pièces achevées.

Fig. 53 — Poses, « Le Vivier - Le Clos Saint-Quentin » (Eure). Armatures cassées, brûlées et ébauches d’armatures : ensemble no 5 (d’après Billard et al., 1994).

Fig. 53 — Poses, « Le Vivier - Le Clos Saint-Quentin » (Eure). Armatures cassées, brûlées et ébauches d’armatures : ensemble no 5 (d’après Billard et al., 1994).

Interprétation

28En résumé, si la pièce de Wallers ne possède manifestement pas les caractéristiques d’une pièce terminée, elle paraît cependant plus fine et présente moins de défauts évidents que la plupart des pièces considérées comme des ébauches. Dans l’état actuel de nos connaissances, l’attitude la plus prudente reste l’étude au cas par cas de ces pièces, sachant qu’aucune des deux hypothèses (ébauche et pièce achevée) ne peut être exclue a priori.

29Si la question de l’ébauche est un sujet délicat, en revanche, l’attribution culturelle est claire : l’étude des armatures corrobore celle de la céramique. Toutefois, le nombre d’armatures varie considérablement d’une tombe à l’autre. Ainsi, à Augy « La Ferme Champagne » (Yonne), on ne dénombre que trois armatures à pédoncule et ailerons équarris. Le reste du matériel est aussi plus commun que celui de Wallers : deux grattoirs, un couteau et trois gobelets campaniformes. En revanche, dans la tombe exceptionnelle d’Amesbury, il y a dix-sept armatures. Ces deux exemples montrent que leur nombre pourrait être corrélé à la plus ou moins grande diversité du reste du mobilier.

30Quant à la répartition spatiale des armatures, le plan de la tombe de Wallers révèle que trois armatures (celles dont la retouche est la plus envahissante) ont été trouvées à moins de dix centimètres les unes des autres. Deux d’entre elles ont la même orientation. On peut supposer que les armatures ont été déposées en fagot, voire dans un carquois, mais peu d’exemplaires attribués au Campaniforme viennent soutenir cette hypothèse : à Augy, la sépulture a été détruite avant d’être fouillée et la position du mobilier est inconnue. D’après les fouilleurs d’Amesbury, les armatures étaient placées sur le corps du défunt et non sur le fond de la sépulture, car elles ont été trouvées au-dessus du reste du matériel. Ils ne mentionnent pas l’existence d’un carquois. En revanche, l’existence de carquois est attestée pour des périodes plus anciennes en Bassin parisien : certaines armatures trapézoïdales de la sépulture collective de Montreuil-sur-Epte « Coppière », en Vald’Oise (Masset, Soulier, 1995), celles de la sépulture du Néolithique récent de Vignely « La Porte aux Bergers » en Seine-et-Marne (Allard et al., 1998) et du Mesnil-sur-Oger « Les Mournouards » dans le département de la Marne (Leroi-Gourhan et al., 1962).

Fig. 54 — Bassin aquitain. Armatures foliacées cordiformes et amygdaloïdes (dessins P. Fouéré, 1994, p. 161).

Fig. 54 — Bassin aquitain. Armatures foliacées cordiformes et amygdaloïdes (dessins P. Fouéré, 1994, p. 161).

Le poignard en cuivre

Observations techniques

31La forme du poignard d’Arenberg (fig. 55) permet de classer sans hésitation cet objet dans le groupe des poignards campaniformes dits « poignards à languette ». Cette forme de poignard se caractérise par la présence d’une languette (ou soie) généralement bien individualisée, une lame triangulaire relativement effilée et un épaulement marqué dans la zone de transition languette-lame (Mohen, Briard, 1983, p. 10 ; Delibes, 1977, p. 101-102 ; Herrán-Martínez, 1997, p. 569 ; Figuerroa-Larre, 2005, p. 87). Le groupe ainsi défini rassemble la quasi-totalité des poignards campaniformes : il s’agit d’une forme très caractéristique, bien commode pour déterminer ou non l’appartenance d’un poignard au Campaniforme. Cependant, cette forme si bien caractérisée s’avère particulièrement réfractaire aux tentatives de classement morpho-typologique plus précis. Les typologies les plus abouties insistent sur la forme de la languette, qui permettrait de différencier les modalités d’emmanchement des poignards. Toutefois, ce critère ne se révèle pas véritablement discriminant, tant et si bien que l’on considère aujourd’hui le poignard à languette comme une forme ubiquiste du Campaniforme, quelles que soient la zone géographique et la phase chronologique considérée.

Fig. 55 — Arenberg (Wallers, Nord). Le poignard à languette campaniforme en cuivre. À gauche : face supérieure ; à droite : face inférieure. Les flèches noires indiquent les zones où le tranchant est en bon état de conservation (dessins B. Mille). Dimensions : masse : 25,8 g ; longueur maximum : 128 mm, longueur de la lame : 96,5 mm ; longueur de la languette : 31,5 mm ; largeur maximum : 33,5 mm ; épaisseur maximum de la lame : 1,9 mm ; épaisseur maximum de la languette : 1,9 mm.

Fig. 55 — Arenberg (Wallers, Nord). Le poignard à languette campaniforme en cuivre. À gauche : face supérieure ; à droite : face inférieure. Les flèches noires indiquent les zones où le tranchant est en bon état de conservation (dessins B. Mille). Dimensions : masse : 25,8 g ; longueur maximum : 128 mm, longueur de la lame : 96,5 mm ; longueur de la languette : 31,5 mm ; largeur maximum : 33,5 mm ; épaisseur maximum de la lame : 1,9 mm ; épaisseur maximum de la languette : 1,9 mm.

32Le poignard d’Arenberg présente les stigmates d’une corrosion assez importante (nombreuses piqûres d’un diamètre supérieur à 1 mm). Pourtant, peu, voire aucun produit de corrosion n’est visible en surface, conséquence probable d’une restauration ancienne ayant mis à nu le métal. Malgré cette corrosion, un certain nombre de traits techniques restent observables. On remarquera en premier lieu un méplat bien délimité, qui couvre pratiquement l’ensemble de la face supérieure de la lame, très nettement séparé de la zone de l’emmanchement (fig. 55). Les tranchants se trouvent de part et d’autre de ce méplat, et se distinguent par une forte asymétrie. Du côté gauche, la largeur du tranchant reste constante sur les deux premiers tiers de la lame (environ 4 mm), ne s’amenuisant qu’au voisinage de la pointe. Le côté droit a en revanche été réaménagé en convertissant une partie du méplat en tranchant. Ce tranchant mesure 3 mm de large à la base, et sa largeur décroît de manière régulière lorsque l’on avance vers la pointe. La face inférieure du poignard est très lisse, et les délimitations des tranchants et de l’emmanchement sont peu visibles (usure, corrosion plus importante ?).

33Le réaménagement de l’un des tranchants du poignard d’Arenberg indique indubitablement une usure de cet objet : avant d’appartenir au monde des morts, ce poignard a bel et bien été utilisé ! Et le cas du poignard d’Arenberg n’est pas isolé. Il suffit pour s’en convaincre d’observer les trois poignards récemment découverts dans la sépulture individuelle campaniforme d’Amesbury (Wessex Archaeology, 2008). Les lames des deux plus petits poignards sont tellement usées qu’ils en deviennent ridiculement courts, tandis que la pointe de l’exemplaire le plus grand semble avoir été retaillée (fig. 56). On comprend alors d’autant mieux les difficultés d’un classement typologique qui se baserait uniquement sur la forme du poignard ; les distinctions résulteraient au moins autant du degré d’usure de la lame que de sa forme originelle. Dans une moindre mesure, les mêmes précautions s’appliquent à la forme des languettes : on ne peut en effet exclure les poignards qui ont connu différents modes d’emmanchement, au moins pour les exemplaires les plus utilisés.

34Ces quelques observations technologiques semblent ouvrir de nouvelles pistes de réflexion pour élaborer une sériation typologique des poignards à languette campaniformes. Il convient en premier lieu d’apprécier le degré d’usure du poignard. Les différentes classes morphologiques doivent ensuite être élaborées à partir des exemplaires dont la forme n’a pas été trop affectée par l’utilisation. Enfin, pour les poignards très usés, une observation approfondie devrait permettre, au moins dans un certain nombre de cas, de les classer en fonction de leur forme originelle et non en fonction de leur dernier état d’utilisation. Pour la mise en œuvre de cette sériation, une voie particulièrement prometteuse paraît être l’observation du méplat visible sur la lame de bon nombre de ces poignards à languette. Il nous semble en effet que ce méplat est directement obtenu au cours de l’opération de fonderie, et que le tranchant bordant ce méplat est originellement conçu pour être de largeur uniforme tout le long de la lame (fig. 57). Avec ce méplat, nous tenons donc à la fois un bon indicateur du degré d’usure du poignard, mais également un critère de forme discriminant étant donné sa variabilité (large ou étroit, couvrant ou non la languette, etc.).

Fig. 56 — Amesbury (Wiltshire, Grande-Bretagne). Les trois poignards à languette de la sépulture campaniforme (Wessex Archaeology). À noter le très fort degré d’usure des deux petits poignards.

Fig. 56 — Amesbury (Wiltshire, Grande-Bretagne). Les trois poignards à languette de la sépulture campaniforme (Wessex Archaeology). À noter le très fort degré d’usure des deux petits poignards.

Composition élémentaire du métal

  • 12 Nous tenons à remercier chaleureusement Alain Leray (conservateur adjoint du musée municipal de Den (...)

35La composition élémentaire du métal du poignard d’Arenberg a été déterminée à partir d’un prélèvement effectué dans les locaux du musée de Denain12, par micro-forage sur la face inférieure de l’objet (foret de 1 mm de diamètre, environ 10 mg de métal recueilli). Les copeaux métalliques ont été soigneusement contrôlés sous la loupe binoculaire (pour écarter toute contamination du métal par d’éventuels produits de corrosion), puis précisément pesés et ensuite dissous dans l’eau régale (mélange d’acides chlorhydrique et nitrique). Les solutions ainsi obtenues ont été analysées en les injectant au sein d’un plasma d’argon produit par couplage inductif, et en mesurant le spectre d’émission atomique qui en résulte (ICP-AES : Inductive Coupled Plasma - Atomic Emission Spectrometry). Le protocole d’analyse est détaillé dans l’article de D. Bourgarit et B. Mille, publié en 2003. Les résultats complets de ces analyses sont présentés dans le tableau I.

Tabl. I — Composition élémentaire du métal du poignard de la tombe d’Arenberg, analyses effectuées par ICP-AES, résultats en % ou en ppm massique, « nd » : inférieur à la limite de détection, «o » : inférieur à la limite de quantification.

Tabl. I — Composition élémentaire du métal du poignard de la tombe d’Arenberg, analyses effectuées par ICP-AES, résultats en % ou en ppm massique, « nd » : inférieur à la limite de détection, «o » : inférieur à la limite de quantification.

Fig. 57 — Exemples de poignards à languette campaniformes ne présentant pas une usure trop marquée. 1, Moustier (Lot-et-Garonne) ; 2, Anglade (Gironde) ; 3, Châteaubernard, la Trache (Charente) (dessins d’après Briardo et Roussot-Larroque, 2002).

Fig. 57 — Exemples de poignards à languette campaniformes ne présentant pas une usure trop marquée. 1, Moustier (Lot-et-Garonne) ; 2, Anglade (Gironde) ; 3, Châteaubernard, la Trache (Charente) (dessins d’après Briardo et Roussot-Larroque, 2002).

36Le poignard d’Arenberg est composé à partir de cuivre à 1,3 % d’arsenic. Ce métal contient très peu d’impuretés : le nickel (0,22 %) figure au premier rang de celles-ci, viennent ensuite l’antimoine (0,051 %), le bismuth (0,020 %) et l’argent (0,017 %) ; tous les autres éléments sont en dessous ou au voisinage de la limite de détection des mesures.

  • 13 Les données concernant la péninsule Ibérique sont issues du travail de maîtrise de Valentina Figuer (...)

37La composition du métal du poignard d’Arenberg s’inscrit parfaitement dans ce qu’il est convenu d’appeler le métal campaniforme ou « BB metal », défini dès 1966 par J. J. Butler et J.D. Van der Waals (Needham, 2002, p. 110) : ‘‘Arsenic is dominant, as in so many early metals, but nickel is the next highest impurity. Antimony is generally lower in level, and Silver on average lower still. Bismuth is also significant’’. À partir d’une compilation d’analyses couvrant le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’ouest de la France, S. Needham différencie deux zones géographiques (sud et nord), dans lesquelles de subtiles différences de composition du « BB metal » peuvent être distinguées (ibid., p. 99). En nous focalisant uniquement sur les poignards campaniformes, nous avons élargi l’enquête de S. Needham en ajoutant des analyses non prises en compte pour la France, ainsi que des données préliminaires concernant le nord de la péninsule Ibérique13.

38Grâce à cette échelle géographique élargie où quatre zones sont individualisées, de nouvelles distinctions apparaissent (tabl. II et III ; fig. 58). Tous les poignards (à l’exception d’un exemplaire en péninsule Ibérique) sont en cuivre à plus de 0,1 % d’arsenic. Il faut ici remarquer à ce sujet que tous les exemplaires constitués d’un cuivre à Sb-Ag ou d’un bronze CuSn peuvent être écartés sur la base de leur morphologie ou du contexte de leur découverte. Les poignards d’Europe du Nord se caractérisent par des teneurs en arsenic regroupées autour de la classe 1-3 %. Les poignards de la péninsule Ibérique se regroupent eux aussi autour de cette classe 1-3 %, avec toutefois une dispersion plus grande, certainement relative au grand nombre d’analyses prises en compte. La façade atlantique française se caractérise quant à elle par des valeurs centrées autour de la classe 0,3-1 %. Enfin, le sud-est de la France s’oppose à ce schéma, avec une distribution en arsenic très disparate (0,1 % à 10 %). L’antimoine, l’argent et tout particulièrement le nickel viennent renforcer cette première distinction et conduisent à suggérer, à titre d’hypothèse, que les sources potentielles du « BB metal » sont nettement plus nombreuses que ce qui avait été initialement proposé par J. J. Butler et J. D. Van der Waals.

Fig. 58 — Histogrammes de la composition élémentaire des poignards campaniformes en France et pays limitrophes. Quatre éléments chimiques ont été retenus en raison de leur potentiel de discrimination : a, arsenic ; b, argent ; c, nickel ; d, antimoine. Le pictogramme indique la classe dans laquelle s’inscrit le poignard d’Arenberg. Quatre zones géographiques ont été constituées : Europe du Nord (24 analyses : Royaume-Uni, Pays-Bas, Luxembourg, Nord de la France) ; France atlantique (12 analyses) ; Sud-Est de la France (7 analyses) et Nord de la péninsule Ibérique (77 analyses).

Fig. 58 — Histogrammes de la composition élémentaire des poignards campaniformes en France et pays limitrophes. Quatre éléments chimiques ont été retenus en raison de leur potentiel de discrimination : a, arsenic ; b, argent ; c, nickel ; d, antimoine. Le pictogramme indique la classe dans laquelle s’inscrit le poignard d’Arenberg. Quatre zones géographiques ont été constituées : Europe du Nord (24 analyses : Royaume-Uni, Pays-Bas, Luxembourg, Nord de la France) ; France atlantique (12 analyses) ; Sud-Est de la France (7 analyses) et Nord de la péninsule Ibérique (77 analyses).

Voir également les tableaux I, II et III qui présentent les résultats complets de ces analyses, à l’exception des données espagnoles qui feront l’objet d’une étude détaillée dans Figueroa-Larre et al. (à paraître).

39Il émerge ainsi l’image d’une circulation particulièrement complexe des poignards campaniformes, dans laquelle les échanges à courte et moyenne distance ont joué un rôle beaucoup plus important que prévu. Cette proposition n’est pas neuve, elle reprend en cela certaines conclusions énoncées par J. Roussot-Larroque (1998, p. 135) et S. Needham (2002). Elle nécessitera, pour être définitivement étayée, de mener à bien la détermination de la composition isotopique du plomb, comme le propose S. Needham, mais également de croiser les données isotopiques en recherchant les corrélations entre les impuretés du métal (recherche de marqueurs géochimiques), mais aussi et surtout en tenant compte de critères technologiques et typologiques véritablement discriminants, tels que les pistes que nous avons proposées ci-dessus pour les poignards à languette campaniformes.

Tabl. II — Poignards campaniformes de Peu-Pierroux et Soulac (B. Mille et J. Roussot-Larroque, à paraître). Analyses effectuées par ICP-AES, résultats en % ou en ppm massique, « nd » : inférieur à la limite de détection, «o » : inférieur à la limite de quantification.

Tabl. II — Poignards campaniformes de Peu-Pierroux et Soulac (B. Mille et J. Roussot-Larroque, à paraître). Analyses effectuées par ICP-AES, résultats en % ou en ppm massique, « nd » : inférieur à la limite de détection, «o » : inférieur à la limite de quantification.

*
**

40En l’absence de datation absolue, le mobilier permet de replacer la tombe d’Arenberg dans l’évolution générale du Campaniforme.

41Les sépultures individuelles sont attestées dans toutes les étapes du Campaniforme. Elles n’assignent en rien une datation récente. Le style des vases est atypique pour la France, surtout pour le Bassin parisien qui a livré des exemplaires plus trapus. C’est donc par comparaisons avec les modèles les plus proches, en Angleterre, qu’une datation peut être proposée. Dans les chronologies les plus récentes proposées pour l’Angleterre, la forme et le décor des deux gobelets convergent vers une étape moyenne du Campaniforme, 2300 ou 2200 avant J.-C. (d’après S. Needham, 2005). La morphologie du brassard d’archer et surtout les quatre perforations dont il est muni renvoient également à une datation relativement tardive, car ce type de brassard est le plus proche des exemplaires retrouvés par la suite dans des contextes clairement datés de l’âge du Bronze. Le poignard à languette, dans l’état actuel des études techno-typologiques sur ce type d’objet, ne peut participer à l’attribution chronoculturelle au sein du Campaniforme. Enfin, hormis les aspects typologiques, le contenu de la tombe de Wallers ne diffère pas grandement de celui de la sépulture d’Amesbury. Ces deux tombes attestent de la présence au même moment de tombes campaniformes richement dotées, mais dans lesquelles les objets peuvent témoigner de longues durées d’utilisation dans « le monde des vivants » avant leur dépôt funéraire (poignards en cuivre d’Amesbury et d’Arenberg, brassard d’archer d’Arenberg).

42Dans l’évolution du Campaniforme britannique, S. Needham (2005) considère que l’Angleterre n’est pas touchée par la vague précoce de diffusion du Campaniforme en provenance de l’Atlantique. Le sud du pays serait atteint par un groupe hétérogène, ayant déjà réinterprété le Campaniforme classique, originaire du nord de la France et de la Belgique (« fusion corridor ») et dynamisé par l’axe Poitou - Basse vallée du Rhin par lequel transitait le silex du Grand-Pressigny. Selon ce schéma, la création des styles campaniformes proprement anglais suite au premier impact de la diffusion se produirait assez tardivement, vers 2250 avant J.-C. (« fission horizon »).

Tabl. III — Poignards campaniformes, analyses élémentaires de comparaison (Royaume-Uni, Pays-Bas, Luxembourg, France) ; les valeurs inférieures aux limites de détection ou mentionnées « tr » ont été remplacées par « 0 », un tiret « - » indique une valeur non renseignée.

Tabl. III — Poignards campaniformes, analyses élémentaires de comparaison (Royaume-Uni, Pays-Bas, Luxembourg, France) ; les valeurs inférieures aux limites de détection ou mentionnées « tr » ont été remplacées par « 0 », un tiret « - » indique une valeur non renseignée.

43Le mobilier de la tombe d’Arenberg ainsi que la découverte isolée d’Arras témoignent d’une sorte de reflux du Campaniforme anglais dans le nord de la France. Si cette région est bien responsable du premier impact campaniforme en territoire anglais, des éléments proprement britanniques ont également traversé la Manche. Reste à savoir sous quelle forme. Des analyses complémentaires pourraient être effectuées sur les matériaux employés pour la fabrication des gobelets et du brassard, mais les résultats des études entreprises précédemment sur d’autres sites campaniformes ont souvent montré que ces objets circulent rarement. Les études les plus récentes de la composition élémentaire et isotopique du métal campaniforme tendent à conforter ce modèle en relativisant l’importance des échanges à longue distance. Les mécanismes de circulation sont généralement complexes et les déplacements d’individus sont plus à même d’expliquer la présence d’objets de styles exogènes dans le Campaniforme européen.

Notes

10 En effet, les fouilleurs ont considéré que le gobelet le plus fragmenté était une copie grossière du premier. Certes celui-ci est moins bien conservé, mais les caractéristiques techniques des deux vases sont identiques.

11 La détermination de la roche a été réalisée par un géologue, P. Dollé, lors de la publication de la tombe par R. Felix et G. Hantute (1969).

12 Nous tenons à remercier chaleureusement Alain Leray (conservateur adjoint du musée municipal de Denain), qui nous a permis de procéder à ce prélèvement.

13 Les données concernant la péninsule Ibérique sont issues du travail de maîtrise de Valentina Figueroa-Larre (2005), et seront détaillées dans Figueroa-Larre et al. (à paraître).

Table des illustrations

Titre Fig. 46 — Arenberg (Wallers, Nord). Répartition du mobilier dans la sépulture (d’après Felix et Hantute, 1969 ; Salanova, 2000).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 47 — Arenberg (Wallers, Nord). Les deux gobelets décorés (clichés L. Salanova, CNRS).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. 48 — Comparaison des gobelets d’Arenberg (Wallers) et d’Actiparc (Arras) avec les gobelets anglais. En haut (a), vase d’Arenberg en encadré et répartition du groupe D de la typologie anglaise. En bas (b), vase d’Actiparc et groupe Bb de la typologie anglaise (cartes d’après Case, 2001).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 49 — Arenberg (Wallers, Nord). Brassard d’archer. Les flèches noires sur le dessin et blanches sur les photographies indiquent l’emplacement des anciennes perforations (dessin et clichés L. Salanova, CNRS).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 50 — Arenberg (Wallers, Nord). Armatures de la tombe (dessins C. Renard).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 51 — Val-de-Reuil, « Les Florentins » (Eure). Armatures (d’après Billard et al., 1991).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 52 — Poses, « Le Vivier - Le Clos Saint-Quentin » (Eure). Armatures : ensemble no 5 (d’après Billard et al., 1994).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 53 — Poses, « Le Vivier - Le Clos Saint-Quentin » (Eure). Armatures cassées, brûlées et ébauches d’armatures : ensemble no 5 (d’après Billard et al., 1994).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 54 — Bassin aquitain. Armatures foliacées cordiformes et amygdaloïdes (dessins P. Fouéré, 1994, p. 161).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 55 — Arenberg (Wallers, Nord). Le poignard à languette campaniforme en cuivre. À gauche : face supérieure ; à droite : face inférieure. Les flèches noires indiquent les zones où le tranchant est en bon état de conservation (dessins B. Mille). Dimensions : masse : 25,8 g ; longueur maximum : 128 mm, longueur de la lame : 96,5 mm ; longueur de la languette : 31,5 mm ; largeur maximum : 33,5 mm ; épaisseur maximum de la lame : 1,9 mm ; épaisseur maximum de la languette : 1,9 mm.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 56 — Amesbury (Wiltshire, Grande-Bretagne). Les trois poignards à languette de la sépulture campaniforme (Wessex Archaeology). À noter le très fort degré d’usure des deux petits poignards.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tabl. I — Composition élémentaire du métal du poignard de la tombe d’Arenberg, analyses effectuées par ICP-AES, résultats en % ou en ppm massique, « nd » : inférieur à la limite de détection, «o » : inférieur à la limite de quantification.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 57 — Exemples de poignards à languette campaniformes ne présentant pas une usure trop marquée. 1, Moustier (Lot-et-Garonne) ; 2, Anglade (Gironde) ; 3, Châteaubernard, la Trache (Charente) (dessins d’après Briardo et Roussot-Larroque, 2002).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 58 — Histogrammes de la composition élémentaire des poignards campaniformes en France et pays limitrophes. Quatre éléments chimiques ont été retenus en raison de leur potentiel de discrimination : a, arsenic ; b, argent ; c, nickel ; d, antimoine. Le pictogramme indique la classe dans laquelle s’inscrit le poignard d’Arenberg. Quatre zones géographiques ont été constituées : Europe du Nord (24 analyses : Royaume-Uni, Pays-Bas, Luxembourg, Nord de la France) ; France atlantique (12 analyses) ; Sud-Est de la France (7 analyses) et Nord de la péninsule Ibérique (77 analyses).
Légende Voir également les tableaux I, II et III qui présentent les résultats complets de ces analyses, à l’exception des données espagnoles qui feront l’objet d’une étude détaillée dans Figueroa-Larre et al. (à paraître).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tabl. II — Poignards campaniformes de Peu-Pierroux et Soulac (B. Mille et J. Roussot-Larroque, à paraître). Analyses effectuées par ICP-AES, résultats en % ou en ppm massique, « nd » : inférieur à la limite de détection, «o » : inférieur à la limite de quantification.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Tabl. III — Poignards campaniformes, analyses élémentaires de comparaison (Royaume-Uni, Pays-Bas, Luxembourg, France) ; les valeurs inférieures aux limites de détection ou mentionnées « tr » ont été remplacées par « 0 », un tiret « - » indique une valeur non renseignée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/55055/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

Auteurs

© CNRS Éditions, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search