Version classiqueVersion mobile

De la non-personne à la personne : l’apostrophe nominale

 | 
Catherine Detrie

Pour une synthèse

Texte intégral

1Au terme de cette interrogation, je proposerai à la réflexion, en guise de synthèse, quelques points qui me semblent jouer un rôle capital dans l’apostrophe, et lui conférer son originalité, une originalité qui a dérouté nombre de linguistes, ce qui, peut-être, explique l’indifférence constatée à son égard, ou l’embarras qu’elle peut susciter dès qu’il s’agit de l’analyser, puisqu’elle est, ad libitum, reversée du côté de la rhétorique (appréhendée comme une figure), assimilée à une dislocation sur le plan syntaxique en effacement du rôle énonciatif qui lui est inhérent, ou traitée comme un appendice insolite de l’apposition. Le fait même d’avoir constamment cherché à l’assimiler à/la différencier de l’apposition est significatif du fait qu’elle n’a guère été pensée de manière autonome, comme un processus original, son étrangeté énonciative et fonctionnelle au regard d’une approche systémique de la langue étant alors ramenée ou réduite à du fonctionnellement connu, comme le fait remarquer Wilmet :

Dans la sarabande des fonctions syntaxiques successivement imaginées et lancées sur le marché des manuels par la grammaire scolaire, l’ « apostrophe » fait figure de petite dernière. Elle y entre à l’ombre de l’ « apposition », chargée, comme elle, d’éliminer les candidats « sujets » orthographiquement indésirables. (2001 : 429)

2Je ne reviendrai pas sur ces approches, déjà discutées à l’un ou l’autre moment de mon entreprise de délimitation des contours de l’apostrophe. De mon point de vue, la singularité de l’apostrophe réside prioritairement dans le fait qu’elle transforme une dyade en un face à face en construisant une référenciation orientée. Je préfère mettre en perspective ce face à face en insistant sur la notion d’espace qui le fonde, l’apostrophe notifiant comme vraiment et concrètement le tu que je interpelle : elle conjugue donc interpellation et ancrage spatial de l’interpellé. L’apostrophe, de ce point de vue, opère un remaniement de l’espace, en réorganisant la sphère spatiale sur le mode du partage (1.). Le fait que cette sphère spatiale soit corrélée à la sphère interpersonnelle implique une réinterprétation de l’opposition personne/non-personne (2.). C’est sur la base de cette remise en cause, dans le face à face, du rôle habituel du nom - la représentation de la non-personne - que je revisite la notion de déixis, qui, elle, transforme le face à face en pas de deux (3.). Enfin, j’achève ce tour d’horizon sur l’idée de l’actualisation, et sur la façon dont l’apostrophe actualise davantage une « parole parlante » qu’une « parole parlée » (4.), selon l’expression de Merleau-Ponty, c’est-à-dire une parole corrélée à (voire imposée par) des opérations perceptives et/ou des affects, émanant d’un corps parlant, une parole qui « ne traduit pas une pensée déjà faite mais l’accomplit » (1996 : 297), relevant donc d’autres mécanismes que la parole instituée (la « parole parlée »).

1. À portée de vue ou de voix : face à face, lieu en partage et régulation de la sphère interpersonnelle

3L’apostrophe est en rapport avec la notion de spatialité, le toi et moi qui la sous-tend circonscrivant un lieu en partage. En plaçant par le langage le tu dans son lieu, elle est aussi un moyen de marquer sa propre réalité spatiale, toi et moi construisant une représentation spatiale, tu étant tout ce qui est hors je, je tout ce qu’on peut opposer au tu. Poser un tu, c’est d’abord l’ancrer dans un espace qui s’organise autour du je : c’est construire une sphère spatiale en partage, ou plus exactement ouvrir à tu son propre territoire. La reconnaissance d’autrui comme tu, alter ego du je, à la fois dans sa similitude et dans sa dissemblance avec je, participe directement à la construction de l’intersubjectivité, sphères spatiale et intersubjective étant corrélées : cette intersubjectivité se construit d’abord par le partage de l’espace, et évolue selon les déplacements des corps dans l’espace commun, les règles de la proxémique, la façon dont tu est positionné par je. En installant l’autre dans son champ personnel, le locuteur se métamorphose en colocuteur, la territorialisation de l’autre ayant un effet réflexif. C’est ce qui a été montré précédemment dans l’analyse des apostrophes dans le texte d’Agrippa d’Aubigné.

4L’apostrophe est un élément constitutif de la coénonciation : si elle construit une sphère spatiale, elle régule aussi la sphère interpersonnelle. Pour montrer que l’apostrophe construit une directionnalité, une référenciation orientée, et qu’elle inscrit l’apostrophé dans un espace en partage, j’opposerai les deux énoncés suivants : Nicole, j’ai besoin de mes pantoufles et J’ai besoin de mes pantoufles. Nicole ira me les chercher. Dans la première occurrence, je positionne Nicole dans sa sphère spatiale, à portée de vue ou de voix, et la saisie de Nicole s’effectue à partir du site je, qui est le point de référence de la construction spatiale. Ce faisant, l’énonciateur signale la position de l’interpellé dans la zone d’interaction qui est commune à l’interpelleur et à l’interpellé. Dans la seconde occurrence, je ne construit pas une relation frontale de face à face avec Nicole (spatiale et/ou langagière). Elle est saisie comme tiers, même si elle est effectivement présente : la relation de je à Nicole n’est pas orientée en face à face, il n’y a pas de co-individuation avec Nicole, si bien que la perspective choisie par je ne privilégie plus une relation spatiale, et n’implique plus un rapport transformationnel d’élection d’autrui. Il s’agit d’un acte indirect, sans construction de sphère interpersonnelle.

5Autrement dit, c’est le fait d’interpeller qui construit la relation spatiale frontale en miroir, à partir du site je. L’apostrophe, en effet, pose autrui comme tu, autre du je, sur le mode de l’individuation intersubjective, donc en relation étroite avec je. L’apostrophe manifeste une co-orientation des deux pôles énonciatifs, co-orientation construite exclusivement par l’interpellation dans l’exemple proposé ci-dessus (le seul marquage d’orientation est l’apostrophe par le prénom) : Nicole, j’ai besoin de mes pantoufles.

2. Apostrophe nominale et réinterprétation de l’opposition personne / non-personne

6Cependant, si les apostrophes sont fréquemment nominales (des formes non-personnelles sur le plan grammatical), elles sont cependant souvent coréférentes à des pronoms de deuxième personne, et quand elles sont employées dans des énoncés qui ne présentent aucune autre marque de deuxième personne, elles ont cependant la capacité de les convertir en énoncés adressés. Dès lors, l’opposition entre personne et non-personne, instituée par Benveniste (1966/1976 : 225-236) - opposition que le linguiste rapporte à la double problématique de la subjectivité dans le langage et de l’énonciation - semble devoir être rediscutée pour le nom en apostrophe. Pour mémoire, la non-personne, en tant qu’elle marque l’absence de ce qui qualifie spécifiquement le « je » et le « tu ». (ibid. : 230-231), et qu’elle ne vise nullement de manière exclusive les êtres humains, s’oppose à la personne, qui indique les sujets parlants pris dans l’interlocution. La non-personne s’ancre donc centralement dans les noms, comme je l’ai précisé en introduction. L’apostrophe nominale apparaît donc intéressante, ne serait-ce que pour cette raison : à la fois moins problématique que l’apostrophe pronominale sur le plan de son repérage, dans la mesure où une interprétation en termes d’emphase (dislocation à gauche ou à droite) est exclue (ce qui n’est pas le cas pour les pronoms), et infiniment plus problématique linguistiquement, dans la mesure où une forme nominale, donc non-personnelle, s’avère apte à construire une relation interpersonnelle et à prédiquer une deuxième personne : un tu qui passe par la nomination, en une réinterprétation de l’opposition entre personne et non-personne, soit un phénomène extrêmement complexe, que j’évoque succinctement ci-dessous, mais qui me paraît suffisamment important pour qu’il ait donné son titre à cet ouvrage.

7Le fonctionnement tout à fait différent des noms et des pronoms en emploi apostrophique invite donc directement à moduler l’opposition entre personne et non-personne. Si les apostrophes nominale et pronominale sont toutes deux extraposées, mobiles (Toi / Pierre, viens ici), supprimables sans répercussion sur la syntaxe générale de l’énoncé, et présentent une intonation distinctive, elles ne sont pas substituables l’une à l’autre, ou plus exactement on ne peut pas toujours remplacer une apostrophe nominale par une apostrophe pronominale. Dans l’exemple ci-dessous, vous ne peut pas être substitué à Madame la ministre, bien que tous les deux puissent discriminer le destinataire des propos du député :

M. Pierre Lellouche. Cet exposé enflammé ne changera rien aux faits, Madame la ministre. (AN, 22.12.99)

8Autrement dit, les pronoms personnels de P2 ou de P5, traités le plus souvent sur pied d’égalité avec les noms dans toutes les théories grammaticales quand ils sont un outil de la mise en apostrophe, n’ont cependant pas les mêmes possibilités syntaxiques que les noms, qu’il s’agisse de noms propres et communs, ou de constituants ayant subi une nominalisation. En particulier, ils semblent ne pouvoir être employés de la sorte qu’en appui d’une P2 ou d’une P5 présente (vous, soyez à l’heure), ou implicite (dans les configurations injonctives implicites par exemple, du type : vous, il faudra être à l’heure).

9Par contre le nom en apostrophe ne peut pas être anaphorisé par un pronom de non-personne, contrairement à tous les autres emplois nominaux : Ma cousine me raconte une histoire / elle me raconte une histoire vs Ma cousine, raconte-moi une histoire ! / *Elle, raconte-moi une histoire !

10Enfin, l’apostrophe nominale privilégie une syntaxe non déterminative : Femmes, je vous aime ; Chers amis, je vous remercie d’être venus ; Paul, je t’adore. Si le propre du nom commun est sa capacité à référer à des objets du monde sensible, cette capacité n’est réalisée que quand le nom est pourvu d’un déterminant. Par lui-même, le nom commun n’est en effet pas apte à référer à qui (ou à quoi) que ce soit : la détermination du nom est normalement une condition de son passage de la langue à la parole. Or le nom, quand il est en apostrophe, devient apte à désigner directement un référent, et cela sans aucune détermination. En cela, le nom commun en apostrophe a un fonctionnement syntaxique tout à fait spécifique, qui peut être rapproché de celui du nom propre : il perd son statut de signe linguistique, au profit du statut de désignateur direct. Guillaume rend compte de cette transformation en termes de « transition annulée ipso facto du nom en puissance au nom en effet », le nom étant immédiatement « effectif » :

Le vocatif est une sorte d’impératif nominal : son but est de provoquer immédiatement chez l’interlocuteur un cours d’impressions. Pour atteindre à ce résultat, on exploite non seulement l’idée nominale proprement dite, mais encore tout le cortège de sentiments qui en accompagne la montée dans l’esprit. Or ces sentiments sont essentiellement fugitifs : il s’agit de leur donner corps, de les fixer. La forme tout indiquée pour cela est l’article zéro.
Toute sorte d’exemples confirment cette analyse de la fonction vocative. Dans une apostrophe comme : Ami, que n’écoutes-tu mes conseils ?, il est très sensible que le mot ami a pour objet de susciter, dès l’abord, chez l’interlocuteur un cours d’idées, de sentiments favorables à la suite du discours ; il en est de même dans : Parrain, il faut que tu me contes une histoire (A. France, Sylv. Bonnard, dern. page). Pareillement les mots maman, papa du langage enfantin sont des mots essentiellement agissants. De même encore dans une invocation monologuée telle que : ô vertu, tu n’es qu’un nom, l’idée vertu développe autour d’elle tout un monde d’idées vagues, en corrélation avec un certain état d’âme, et qui sont éprouvées plutôt que pensées. (1919/1975 : 300).

11Cette effectivité du nom, déliée de l’obligation de détermination du nom en apostrophe, plaide pour une extension de la notion de déixis.

3. Une invitation à revisiter la notion de déixis

12Il semble alors que le processus apostrophique invite à repenser de manière plus extensive la notion de déixis. On rappellera qu’au sens étymologique, la déixis est circonscrite à l’ostension. Autrement dit, c’est la sélection d’une entité présente dans le champ visuel des interlocuteurs qui constitue l’opération non verbale de déixis : geste, regard, etc. La déixis correspond alors seulement à un engagement corporel. Dans un autre sens déjà moins restrictif, la notion de déixis renvoie à l’appareil linguistique utilisé pour la monstration, les déictiques étant, dans ce cadre, des indices linguistiques d’ostension, qui impliquent la prise en compte de la situation d’énonciation pour construire une référenciation. Ces indices sont en relation avec le positionnement spatial de l’énonciateur lui-même : présentatifs, adverbes en rapport avec la position de l’énonciateur dans l’espace, déterminants et pronoms démonstratifs. Enfin, actuellement, la plupart des linguistes incluent dans le cadre de la déixis les indices personnels (je, tu) et les indices temporels, aptes à manifester, en relation avec la situation d’énonciation qui leur sert de repère, la simultanéité, l’antériorité, la postériorité : ils choisissent ainsi de ne pas faire nécessairement la distinction entre embrayeurs et déictiques. Si la déixis, dans un sens restrictif, est un sous-ensemble de l’embrayage, la définition actuellement la plus fréquente en construit une approche non restrictive. Ainsi tous les indices linguistiques dont la saturation référentielle n’est opérée qu’en articulation à la situation d’énonciation appartiennent au champ de la déixis : c’est précisément leur originalité sémantico-référentielle. Ne peut-on, à partir des remarques exposées ci-dessus, inclure dans ces indices l’apostrophe, qui articule engagement corporel et interpellation linguistique, l’orientation corporelle vers l’interpellé saturant référentiellement l’acte de nomination effectué ?

13Si on reconnaît communément que les déictiques effectuent la saturation référentielle la plus achevée, désignant directement un élément de la scène d’énonciation par monstration (« Rends-moi ça tout de suite ! »), n’en va-t-il pas en effet de même pour l’apostrophe (« Monsieur, votre chapeau, s’il vous plaît ? », H. de Balzac, La Peau de chagrin) ? Autrement dit, l’apostrophe me semble, au même titre qu’un déictique, court-circuiter le concept et désigner directement le référent dans la scène d’énonciation. Si elle ne fait pas partie, morphologiquement, des expressions déictiques, elle procède cependant d’une activité déictisante, liée à un repérage egocentré qui est le fait du locuteur, mais rendu possible par la construction d’une sphère interpersonnelle en partage, la présence de l’autre étant la condition de sa mise en saillance, et de son élection en tant qu’alter ego du je.

14De la sorte, si l’opération de déixis, définie comme un moyen d’assignation de la référence par la situation d’énonciation, consiste : (1) à désigner directement, (2) à « sortir un référent du texte pour le réidentifier dans l’univers des objets » (Berthoud, 1992 : 540), (3) à particulariser, alors, plus généralement, l’apostrophe, qui est l’opération de désignation la plus particularisante qui soit, et le mode de saturation référentielle le plus indubitable, mais aussi le plus labile, puisque valide uniquement dans une situation d’énonciation spécifique, relève bien d’un processus déictisant. Ainsi, dans « Enfants, allez vous coucher » ou « Maîtresse, raconte-moi une histoire », enfants et maîtresse n’acquièrent de capacité référentielle que dans une situation d’énonciation spécifique. Maîtresse se trouve en emploi d’embrayeur subjectif, au même titre que les termes affectifs (maman, papa, tonton, etc.), qui renvoient au je énonciateur. Il en va de même pour le mode impératif, l’identification des actants impliqués dans l’impératif s’opérant grâce à la situation énonciative. Si l’apostrophe ne procède pas stricto sensu à une identification véritablement déictique, elle opère cependant une identification dont le fonctionnement discursivo-textuel est similaire à celui du déictique : elle a de la sorte incontestablement un pied dans la déixis. Ainsi, dans « Comment, insolent, tu veux que je laisse un honnête homme dans l’erreur ? » (Marivaux), insolent ne construit un référent que si on sait qui parle, et à qui : il est bien en emploi d’embrayeur subjectif, articulé au je énonciateur. La seule spécificité du nom en apostrophe (insolent étant devenu un nom par recatégorisation d’un adjectif), à la différence des déictiques reconnus, définitoirement dépourvus de possibilité référentielle propre hors énonciation, c’est qu’il est apte à construire la même aire de référenciation en dehors de la prise en compte de la situation d’énonciation - possibilité liée à son statut nominal - mais cette aptitude passe nécessairement par la détermination : L’insolent, je le punirai ; Les enfants de Pierre sont en vacances ; La maîtresse de maternelle part à la retraite l’année prochaine.

15Dans ce cadre, la figure rhétorique de l’apostrophe procède d’une activité déictisante am phantasma, selon l’expression de Bühler (1934/1983), c’est-à-dire d’une activité déictique pour laquelle le champ spatial et personnel envisagé n’est plus d’ordre perceptif, mais d’ordre « mental, mémoriel et/ou projectif » (Danon-Boileau, 1992 : 633), en dégagement du support réel de la situation énonciative du locuteur. Bien qu’il s’agisse d’apostrophes in absentia, la présomption d’identification référentielle et d’accessibilité, qui caractérise toute parole interpellative, « n’en reste pas moins active », comme le fait remarquer Neveu, « la condition discursive de l’appel étant déterminée par le fait que l’énonciateur doit tenir le coénonciateur pour donné » (2003b : 31). La relégation de l’apostrophe in absentia dans une catégorie rhétorique « ne saurait selon nous constituer une position descriptive adéquate à leur spécificité sémiotique » (ibid.).

16Cette approche souligne le fait que l’embrayage - c’est-à-dire la façon dont le sujet d’énonciation s’inscrit dans son énoncé - est indissociable de son inscription dans un espace dont il est l’organisateur. C’est dans cet espace organisé que la désignation d’autrui comme interlocuteur prend tout son sens. Elle souligne le fait que l’apostrophe est indissociable de l’embrayage, la coénonciation n’étant pas une figure libre duelle, mais bien un pas de deux, impliquant synchronisation, co-orientation : une parole ancrée dans un espace émotionnel et intersubjectif.

17Dès lors, l’apostrophe n’est pas seulement un énoncé nominal extraprédicatif, c’est avant tout la mise en spectacle, non de l’interpellé, mais de la relation de l’interpellant à l’interpellé : une relation de sujet à sujet. L’apostrophe montre l’intersubjectivité coénonciative en la soulignant, en la mettant au premier plan.

4. L’apostrophe, entre « parole parlante » et « parole parlée » : un degré préparatoire de l’actualisation phrastique ?

18Damourette et Pichon avaient déjà mis l’accent, avec un métalangage tout à fait particulier, sur le fait que l’apostrophe, tout comme l’interjection et l’impératif, est une marque de la « structure locutoire ancienne », c’est-à-dire une structure impliquant « deux termes, locuteur-allocutaire », qui sont « réversibles et se conçoivent comme tels ». Cette structure s’avère « la condition sine qua non du langage » (1911/ 1983 : 71). À la base du langage, pour Damourette et Pichon, il y a donc le couple locuteur-allocutaire, qui est nécessaire à sa constitution :

Dans son état initial, le langage ne connaît que deux personnes, le monde extérieur n’y figure pas ; rien n’est proprement conçu ni jugé à son endroit ; domaine encore inexploré, il n’a de rôle qu’indirect, en ce qu’il peut être la cause des réactions émotives des deux personnes. Ces réactions émotives seules sont, dans cet état primitif, la matière réelle du langage ; et les deux personnes ne se font sentir l’une l’autre que des nuances plus ou moins grossières de leur état émotif, (ibid. : 70-71)

19Si les cris signalent une extériorisation des états d’âme, leur interprétation va progressivement les transformer en moyens d’expression aptes à rendre compte du monde, d’abord borné par la présence du locuteur, de l’allocutaire, et de l’objet qui est l’enjeu de leur échange, puis d’un monde absent, le langage s’autonomisant du réel (d’une proximité immédiate à une capacité de représenter l’absent) :

Il n’y a plus seulement dans le monde celui qui parle et ce à quoi on parle ; il y a aussi ce dont il parle, le délocuté (troisième personne des grammairiens classiques). Ce délocuté n’est à vrai dire à l’origine conçu que comme phénoménal plutôt que comme substantiel. (ibid. : 74)

20Pour Lafont, ce stade de la représentation de l’absent correspond à celui où l’homme devient capable de « parler pour parler » : la parole « s’autonomise de son “occasion” » (1978 : 14), le langage s’imposant comme « relais et secours d’une déixis qui, se compliquant, échappe à la contrainte référentielle » (ibid. : 19).

21L’apostrophe, qui s’inscrit dans l’espace formé par le couple locuteur-allocutaire, et témoigne de la co-construction de la sphère interlocutive, correspondrait-telle alors à une phase précoce d’actualisation (telle qu’elle est définie par la praxématique), à mi-chemin entre le cri et la parole instituée, ou au contraire à un stade beaucoup plus avancé ? Je ne tenterai pas de répondre à cette question. Je me bornerai à remarquer que le dialogue en face à face est souvent ponctué d’interjections, d’exclamations, les colocuteurs manifestant langagièrement et/ou gestuellement une dimension émotionnelle, comme s’ils renouaient avec la « structure locutoire ancienne » dont parlent Damourette et Pichon. Cette hypothèse a déjà été évoquée par J. Bres à propos de l’interjection. Il estime qu’elle correspond au « premier degré de l’actualisation phrastique » :

celui où, sous la pression de l’affect, la spectacularisation de la réalité est court-circuitée pour délivrer en dire une unité produite en économie de nombre d’opérations actualisatrices de la langue en discours. (1995 : 89)

22Il me semble que l’apostrophe économise de la même manière au moins une opération actualisatrice - la détermination -, et qu’elle n’a pas besoin d’être linéarisée dans un énoncé hôte pour construire un référent : n’ayant guère besoin de l’appareil syntaxique propre à la phrase, elle s’en allège sans dommage, et retrouve le rapport direct, originel, du couple locutaire-allocutaire et du monde. Le nom, immédiatement effectif (au sens que prête Guillaume à cet adjectif), ne nécessite pas la médiation d’une opération d’actualisation, comme c’est le cas pour les séquences non déictiques.

23Ce comportement atypique de l’apostrophe me semblait mériter une réflexion plus approfondie que les quelques lignes qui lui sont habituellement consacrées dans les manuels de grammaire. L’apostrophe, la petite oubliée, ne trouve pas sa place au chapitre des fonctions, elle n’est jamais présentée dans le cadre des déictiques, ni corrélée à la construction de la personne. Cette marginalité, tout comme son fonctionnement finalement accidentel au regard des structures linguistiques codifiées, montrent bien qu’elle est un fait de parole, et non de langue. Si l’apostrophe est en effet fonctionnellement déliée de la langue, elle est au contraire fortement amarrée à la « parole parlante », selon l’expression de Merleau-Ponty, hors système en quelque sorte. Elle a donc, pour un linguiste, un parfum d’interdit un peu canaille, qui ne peut qu’aiguillonner sa curiosité, et l’inciter à prospecter du côté des potentialités de dérèglement du système, qu’elle rappelle plaisamment.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search