Version classiqueVersion mobile

De la non-personne à la personne : l’apostrophe nominale

 | 
Catherine Detrie

Chapitre 6. Apostrophe et textualité : de la structuration du champ communicationnel aux modes de textualisation

Texte intégral

1Le rôle de l’apostrophe, en tant que marqueur du contact conversationnel, et, plus largement, en tant qu’explicitation de la scène énonciative et de la coénonciation construite, a été envisagé lors de la présentation de sa syntaxe externe (chapitre 4). Je ne reviendrai donc pas ici sur ce point. Par contre, j’envisagerai dans ce chapitre une autre dimension, cette fois proprement communicationnelle, de l’apostrophe, au-delà de son rôle organisationnel dans la dynamique textuelle, étudié dans le chapitre précédent.

2En premier lieu, je m’attacherai à montrer comment la parole de constitution du destinataire travaille corollairement le champ communicationnel dans sa totalité (point 1.). Je soulignerai ensuite son rôle dans la construction textuelle de la subjectivité, ce qui me permettra de mettre à jour le type de subjectivité dans lequel elle s’ancre, voire qu’elle construit (point 2.). Je montrerai ensuite comment l’ambiguïté propre aux structures {ô + GN} construit une plasticité subjective en déport des spécificités génériques (point 3.). J’envisagerai enfin, dans le cadre de la notion de mode de textualisation, mise au point dans Détrie et Verine (2003), quelques positionnements graduels, pour rendre compte des modulations de la construction subjective, et des glissements d’un mode à l’autre, en relation avec l’apostrophe (point 4.).

1. Apostrophe et actualisation d’une position modale : la structuration du champ communicationnel

3Le retour énonciatif de l’apostrophe sur l’énonciateur apostropheur n’a pas encore été exploré. J’entends par retour énonciatif le fait que le choix de l’apostrophe, et donc du type de discrimination d’autrui qu’elle effectue, rejaillit sur celui qui l’emploie, modelant ou modifiant son image : le fait de représenter son allocutaire met en scène, d’une certaine manière, le locuteur lui-même.

4D. Perret (1968 : 11) en faisait ainsi la remarque, même si elle n’exploite pas par la suite cette idée :

Les données implicantes et impliquées par le terme d’adresse ne sont plus seulement du type : « être humain », « que je connais », « avec lequel j’ai telle relation sociale », mais : « devant lequel je réagis de telle façon », « que j’observe ainsi », « que je sens lié à moi ainsi ».

5La problématique rejoint latéralement celle de l’ethos, c’est-à-dire de l’image de soi que le locuteur construit dans son discours pour lui donner plus de poids. L’apostrophe participe en effet à la construction discursive de l’ethos, dont on sait qu’il s’élabore en relation étroite avec les cadres situationnels, génériques, culturels, généralement légitimants dans lesquels se construisent les discours. Ainsi, l’apostrophe, au-delà de la fonction de saturation référentielle de l’allocutaire, a un rôle de structuration de tout le champ communicationnel, défini comme l’ensemble des positionnements énonciatifs, contraints par les conditions matérielles, la thématique et l’enjeu de l’échange, la place – au sens physique et social – des interactants. Si elle institue simultanément l’allocutaire et la relation interpersonnelle entre coénonciateurs, elle positionne aussi le locuteur lui-même par le fait de constituer ou d’instituer son autre communicationnel. Il me semble de la sorte que l’apostrophe actualise une position modale, où s’inscrit le comportement coénonciatif du locuteur : elle est à ce titre un outil de modalisation intersubjective, participant à l’actualisation modale du discours dans lequel elle s’ancre.

6Le premier point sera consacré à ce que j’ai appelé ci-dessus le retour énonciatif, c’est-à-dire à la façon dont le locuteur s’arroge un statut en convoquant autrui dans son discours.

1.1. Droit d’interpellation et statut du locuteur

7L’apostrophe résulte d’un acte de discrimination du locuteur qui désigne la personne qu’il choisit comme interlocuteur, ce qui implique que le locuteur envisage, ce faisant, son propre statut : un statut qui précisément lui confère ce droit d’interpellation. Signalant non seulement la présence, mais plus justement la sélection, qui est avant tout une élection, de l’allocutaire dans l’acte d’énonciation, elle est une des marques tangibles de l’acte allocutif, témoignant d’une intervention directe du locuteur : l’apostrophe, étant fréquemment effectuée par description de propriété, manifeste à la fois la position du locuteur par rapport à l’interlocuteur, et la position supposée de l’interlocuteur.

8Le statut que se donne le sujet apostropheur a déjà été observé, dans une autre perspective, au chapitre 3, quand j’ai pointé la façon dont les apostrophes, dans Les Tragiques, perturbaient la logique de l’organisation initialement narrative, en dédoublant le narrateur – celui qui gère la diégèse – transformé de la sorte en un harangueur, maître de la mise en scène de la situation de communication : d’un sujet narrant à un sujet de parole interne à l’acte énonciatif. La place préétablie de l’allocutaire, construite par l’apostrophe, définit alors corollairement celle du locuteur : c’est en effet lui qui convoque l’allocutaire. Ce faisant, il exprime sa maîtrise des positionnements. Pour d’Aubigné, ce droit de convocation d’autrui est donné directement par Dieu, le sujet interpellant des Tragiques se positionnant comme son porte-voix : dès lors qu’il incarne la parole divine, l’apostrophe vaut assignation à la cour de justice divine. En cela, l’apostrophe montre clairement la façon dont elle rétroagit sur le positionnement du locuteur, et témoigne d’un sujet en action de langage.

9D’autres exemples, d’une grande banalité, peuvent être proposés pour illustrer cette autorégulation liée au droit d’apostropher. Quand, dans L’Éducation sentimentale, Arnoux dit, devant Frédéric, « Ma femme, es-tu prête ? », non seulement il affiche, par la sélection de l’apostrophe qu’il effectue, son statut de mari, mais aussi il témoigne de son droit à appeler ainsi la jeune femme, et dit un mode de relation. Identiquement, dans Le Jeu de l’amour et du hasard, quand Dorante apostrophe par « insolent » son valet Arlequin (« Comment, insolent, tu veux que je laisse un honnête homme dans l’erreur, et que je souffre que tu épouses sa fille sous mon nom ? »), il construit langagièrement une représentation d’Arlequin, qui est momentanément la sienne, et manifeste donc à son valet l’exaspération que ce dernier lui inspire.

1.2. L’apostrophe, un régulateur social et émotionnel de l’interaction ? L’orchestration des apostrophes dans Le Mariage de Figaro

10La façon d’appeler autrui signe la façon dont l’apostropheur conçoit sa relation à l’apostrophé. Étant sans conteste un dispositif modal, l’apostrophe travaille l’intersynchronisation : elle participe donc très fortement à la fois à la régulation sociale et à celle des affects, les deux étant souvent combinées. Elle peut travailler la précaution oratoire, jouer le rôle d’adoucisseur, participer à une stratégie dilatoire visant à différer la production d’un discours plus agressif ou plus hiérarchique, ou à en moduler la diction, en ralentissant l’entrée dans le vif du sujet, en renégociant le lien conversationnel, en réglant la charge émotionnelle de l’échange, etc. L’apostrophe peut ainsi avoir un rôle de filtre, qui retarde l’actualisation du contenu du discours.

11Je m’intéresserai dans ce cadre à la façon dont certaines apostrophes sont d’excellents marqueurs à la fois sociaux et émotionnels, modulant la relation interpersonnelle, dont la plasticité permet à l’apostropheur d’adapter sa stratégie interpellative à la situation, au contexte, au but auquel il aspire, au rapport de force qu’il veut imposer. J’illustrerai cette fonction en sondant les multiples modulations autour du prénom Suzanne, en emploi apostrophique, dans Le Mariage de Figaro, de Beaumarchais. Ces variantes correspondent en fait à autant de négociations de places, de positionnements dans la relation à la jeune fille : si Suzanne est directement concernée par les choix effectués, l’apostropheur l’est tout autant, dans la mesure où la forme choisie n’est pas gratuite, mais inscrit au contraire le positionnement modal, émotionnel, du locuteur lui-même. Le Mariage de Figaro présente neuf variations autour du prénom de la jeune fille : ma petite Suzanne, belle Suzon, Suzon, Suzanne, Suzette, ma Suzannette, ma jolie Suzannette, ma Suzanne, ma pauvre Suzanne. Le choix de l’une ou de l’autre forme donne à voir, au sein de l’échange, la place allouée à la jeune fille, le terme d’adresse étant un fait sémiotique de grande importance dans les représentations construites : un taxème (un indice de place interactionnelle, permettant de mettre au jour des rapports de force) de nature verbale. Ces emplois sont fortement codifiés.

1.2.1. La Comtesse et Suzanne : une complicité modulable

12Suzon, diminutif hypocoristique, est le terme privilégié par la Comtesse (13 occurrences, alors qu’elle n’emploie que deux fois Suzanne et une fois ma pauvre Suzanne). Elle n’utilise pas moins de cinq fois ce diminutif dans la scène 1 de l’acte II. Suzon, dans le cadre de la relation entre les deux femmes, est un relationème horizontal de complicité. Cette complicité est encore perceptible, dans la même scène, à l’apostrophe ma chère, employée par la Comtesse : « Comme tous les maris, ma chère ! » manifeste très nettement la complicité féminine, hors protocole hiérarchique, devant l’inconstance des hommes (le générique permettant de ne pas évoquer clairement le singulier spécifique, le Comte). Elle emploie enfin ma pauvre Suzanne, un syntagme actualisé par un possessif de P1 et présentant un adjectif désémantisé, mais qui réalise ce que Forest appelle un transfert empathique (1999 : 95-96). Ce type d’apostrophe, présentant un déterminant possessif de P1, suivi de l’adjectif qualificatif pauvre, antéposé à un nom propre ou un nom commun, sera étudié de manière plus précise dans le point 4.4., ci-dessous. Le rôle de pauvre est d’opérer un glissement d’apitoiement, de la cible à la source : le choix de ma pauvre Suzanne signale en fait un mouvement d’auto-compassion, en relation étroite avec la mention de l’époux, qui suit immédiatement l’apostrophe.

13On peut opposer ces deux choix apostrophiques, signalant une relation de complicité, au marqueur de distance qu’est mademoiselle, dans une scène où la Comtesse appelait précédemment la jeune fille Suzon :

Qu’est-ce que vous dites donc, mademoiselle ? (II, 3)

14L’apostrophe, associée à l’adverbe donc, marque d’agacement, et au vouvoiement retrouvé (soit une combinatoire de taxèmes), rappelle la position haute de la Comtesse, quand Suzanne se moque gentiment de la voir se mettre en frais pour Chérubin.

15Suzanne, c’est-à-dire le prénom employé seul et non modifié formellement, peut apparaître comme un terme d’adresse émotionnellement non marqué, celui qui marque la bonne distance entre la maîtresse et sa servante. En fait, la Comtesse l’emploie dans deux situations tout à fait différentes. La première occurrence, toujours dans la scène 1 de l’acte II, est utilisée en fonction d’un éventuel témoin de leur discussion. La Comtesse appelle en effet la jeune fille Suzanne quand la porte n’est pas encore fermée, et qu’elle a un statut de servante, celui de confidente ne pouvant être octroyé qu’en tête à tête. C’est donc un terme d’adresse à l’usage de la collectivité, un relationnel conforme à leur relation sociale, relation certes hiérarchique (le prénom est à sens unique), mais aussi empreinte d’aménité.

16La deuxième occurrence de Suzanne, employée lors d’un tête à tête des deux femmes, est d’un emploi plus complexe : associée au vouvoiement, à l’antiphrase ironique (jolie scène), et à la dénomination légèrement polémique de Figaro par un syntagme actualisé par un possessif de P5 impliquant Suzanne (votre étourdi), elle est alors l’indice d’une distance affective montrée. La Comtesse cherche ainsi à signifier à Suzanne un léger fléchissement dans leur complicité habituelle, l’étourdi en question l’ayant mise dans une situation embarrassante :

Vous voyez, Suzanne, la jolie scène que votre étourdi m’a value avec son billet. (II, 24)

1.2.2. Le Comte et Suzanne : le bon plaisir du maître

17Le Comte n’appelle qu’une seule fois Suzanne par son prénom non altéré, comme si la doter de ce prénom était une reconnaissance identitaire peu souhaitable, cette occurrence étant par ailleurs combinée à un marquage redondant de la position haute du Comte par l’impératif, le vouvoiement, l’aspect comminatoire de l’adverbe au moins (impliquant l’idée d’une condition minimale qui pourrait atténuer le refus de se montrer de la jeune fille) :

Si elle craint tant de se montrer, au moins elle peut parler. (Il se tourne vers la porte du cabinet.) Répondez-moi, Suzanne ; êtes-vous dans ce cabinet ? (II, 13)

18Son relationème favori est Suzon : quatre occurrences, dont trois dans une scène de séduction, associées au tutoiement (I, 8 ; V, 7 ; V, 9), et une dans une scène de colère (combinée au vouvoiement, à l’impératif et à la verbalisation de l’acte de langage jussif : « Sortez, Suzon, je vous l’ordonne ! », II, 13). Enfin, le Comte est le seul à l’appeler Suzette – qui inscrit morphologiquement (diminutif – ette) un statut d’enfant (« Ah ! Suzette ! ce droit charmant ! Si tu venais en jaser sur la brune au jardin, je mettrais un tel prix à cette légère faveur...», I, 8). Ces relationèmes de familiarité que sont Suzon et Suzette sont articulés dans les exemples ci-dessus à des tours particuliers : le premier est injonctif, le second repose sur un chantage. La valeur taxémique de ces tours est de construire une position haute, ce qui montre bien que familiarité et hiérarchie ne sont absolument pas inconciliables pour le Comte, au contraire : plus une jeune fille est soumise à la position haute de l’homme qui la désire, et plus il a de chances d’arriver à ses fins. L’apostrophe signe un rapport sociohistorique à quatre paramètres, combinant le féminin et le masculin, le maître et la servante.

19Quant à ma Suzanne (Le Comte est le seul à l’utiliser, mais il parle sans le savoir à la Comtesse déguisée), l’actualisation du prénom par un possessif de P1 signe l’appropriation du maître, souhaitée, voire revendiquée, dans un cotexte marchand marqué :

Ma Suzanne, un Castillan n’a que sa parole. Voici tout l’or promis pour le rachat du droit que je n’ai plus sur le délicieux moment que tu m’accordes. (V, 7)

20Suzanne est évidemment beaucoup plus contrainte dans sa façon de s’adresser au Comte, mais elle manifeste son espace de liberté en jouant constamment de la tension entre P3 et P5, liée aux particularités d’emploi de l’appellatif Monseigneur. Ce nom – Monseigneur – permet de déployer à lui seul une large palette relationnelle, dans la mesure où il peut être en emploi désignatif ou appellatif, et, dans ce dernier cas, construire une troisième personne de politesse, ou être associé à un pronom de P5. Cette polyvalence syntaxique permet un certain nombre de nuances, de l’emploi désignatif (dès la clôture initiale de la pièce : « Je regarde, ma petite Suzanne, si ce beau lit que Monseigneur nous donne... »), aux emplois interpellatifs (« Monseigneur, que me voulez-vous ? »), à la troisième personne de politesse (« Monseigneur a changé d’avis ? »). En emploi proprement appellatif, si la troisième personne représente le summum de la politesse institutionnelle, la cinquième personne n’est chargée d’exprimer qu’une politesse standard. Suzanne joue de toutes les potentialités émanant de la tension entre les deux personnes : déférence ostentatoire, volonté de donner à l’échange un caractère formel ou une orientation légèrement moqueuse. Dans les tête-à-tête entre Suzanne et le Comte, la jeune fille sélectionne la troisième personne pour marquer sa (feinte) déférence, et la cinquième en situation non institutionnelle ou de séduction. Dans l’exemple suivant, elle joue des deux possibilités, Monseigneur en apostrophe, et Son Excellence, présentant un possessif de P3, en substitut de vous :

Suzanne, baissant les yeux.
Monseigneur, j’avais cru l’entendre.
Le Comte
Oui, si vous consentiez à m’entendre vous-même.
Suzanne, les yeux baissés.
Et n’est-ce pas mon devoir d’écouter Son Excellence ? (III, 9)

21Quand la discussion se déroule en présence de la Comtesse, elle utilise le terme d’adresse direct Monseigneur, assorti de vous, sauf si elle est en situation de requête (la troisième personne prévaut alors, cf. le deuxième exemple) :

Avouez, Monseigneur, que vous la méritez un peu ! (II, 19)

Si Monseigneur avait cédé le droit de pardonner, ce serait sûrement le premier qu’il voudrait racheter en secret. (I, 10)

22On retrouve le même jeu, cependant moins développé (les relations de la jeune fille avec sa maîtresse sont beaucoup moins complexes), avec Madame, qui aboutit à une combinaison improbable, oscillant entre déférence marquée (P3) et simple respect (vous) : « Et un ruban à vous. Je suis bien aise que Madame l’ait vu » (II, 6).

1.2.3. Figaro et Suzanne : une tendre familiarité

23On peut opposer l’apostrophe ma Suzanne émanant du maître, le possessif signant le rapport de propriété auquel le Comte aspire, à celle qu’utilise deux fois Figaro, ma petite Suzanne, le possessif manifestant dans ce cas la complicité affective. Figaro se signale aussi par la grande variété de ses apostrophes à destination de la jeune fille : Suzanne, Suzon, ma petite Suzanne, mais aussi friponne, amour. Cette liberté a son équivalent chez Suzanne : Figaro, mon fils, mon ami, bon garçon, mon petit Figaro, importun, Monsieur, et cela seulement au cours de la première scène, et plus tard vilain, superbe, ou encore bon fripon.

1.2.4. Chérubin et Suzanne : une privauté contestée par l’apostrophée

  • 1 Ces deux emplois ne sont pas mis à distance par Suzanne pour des raisons strictement opposées. L’ap (...)

24Chérubin utilise Suzanne, Suzon, mais aussi méchante et mon cœur, cette dernière apostrophe étant raillée par l’intéressée, quand elle émane de Chérubin (mais le Comte et la Comtesse l’utilisent aussi1) :

Chérubin, vivement.
Son ruban de nuit ! donne-le-moi, mon cœur.
Suzanne, le retirant
Eh ! que non pas ! – Son cœur ! Comme il est familier donc ! Si ce n’était pas un morveux sans conséquence... (I, 7)

25Suzanne récuse-t-elle la « familiarité » construite par cœur (aurait-elle mis à distance identiquement donne-le moi, petit cœur ?) ou bien celle qui est liée à la première personne, manifestée par mon ? C’est indécidable. Par ailleurs, Suzanne aurait pu dire en reprise mon cœur ou ton cœur, le premier correspondant à un îlot textuel de reprise distanciée de l’apostrophe initiale de Chérubin (il me dit « mon cœur »), le second à son adaptation déictique. Or elle choisit son cœur, qui fait la transition avec le pronom il utilisé dans la proposition suivante pour représenter le petit page (Comme il est familier donc !), choix qui peut être glosé ainsi : il me dit que je suis son cœur. L’utilisation du possessif de P3 son signe l’exclusion de Chérubin de la sphère interpersonnelle initialement construite.

26Quant à Suzanne, elle s’amuse à le nommer par de petits noms pittoresques : ainsi, dans la scène 4 de l’acte II, l’appelle-t-elle Monsieur l’officier, bel oiseau bleu, vaurien, modeste auteur. Elle n’est d’ailleurs pas la seule, puisque, dans la scène 10 de l’acte I, Chérubin est désigné par quatre apostrophes différentes, de la part de Figaro – espiègle, capitaine, mon petit Chérubin, mon enfant – tandis que le Comte l’appelle jeune homme, et, dans la scène 7 de l’acte IV, lui attribue un narquois Monsieur le sournois qui faites le honteux.

27Cette variété est le propre des personnages qui considèrent que Chérubin n’est qu’un enfant insupportable avec qui on peut jouer, et dont on peut se gausser gentiment, ou même cruellement. La Comtesse, qui a bien compris qu’il n’était plus vraiment le chérubin que construit son prénom, ne s’autorise aucune de ces plaisanteries, et se méfie des valeurs dont pourrait se charger l’apostrophe, puisqu’elle ne l’interpelle que trois fois durant toute la pièce, par jeune homme (I, 10), par Monsieur (II, 7), et, dans la même scène, par enfant, quand elle lui essuie ses larmes, c’est-à-dire des termes d’adresse qui n’instaurent pas une quelconque connivence, ni ne confèrent une coloration ludique à leur relation. La seule coloration est d’ordre affectif, ce que marque enfant.

28À l’analyse des choix effectués par les divers personnages, il semble possible d’affirmer que, si le terme d’adresse sélectionné active un réseau de sens qui donne à voir un aspect de l’apostrophé, il construit aussi un point de vue sur l’apostropheur. Par exemple l’incongru « oui, mon Excellence » (II, 21), assumé par Antonio, signale sa façon langagière de manifester sa déférence à un si bon maître : Antonio souligne de manière cocasse l’excellence de ce maître à son égard (sa dernière phrase, en effet, était : « Je ne suis pas assez bête, moi, pour renvoyer un si bon maître »), tout en mettant en scène un zèle exagéré, qui le pousse à mélanger les personnes (déterminant Ø, ou son en non-personne vs *mon). Ce que le terme d’adresse donne précisément à voir, c’est la relation entre les deux coénonciateurs. C’est donc, dans le cadre d’un texte théâtral, un outil privilégié de la dramaturgie langagière.

29Le palier pragmatico-énonciatif s’avère de la sorte surplomber le palier sémantico-syntaxique, et lui imposer sa loi. En effet :

  • la personne syntaxique est contrainte à la fois par le type de relation construite, et par les modulations que cette relation subit selon l’état émotionnel des protagonistes ;

  • la construction sémantique de cette même personne est effectuée par les modulations apostrophiques la concernant (bon fripon, bon garçon, ou vaurien, modeste auteur) ;

  • enfin, qu’il y ait intersynchronisation, symétrie, ou dissymétrie dans l’adresse, la sélection langagière effectuée par les diverses apostrophes et les modulations qu’elles mettent en scène implique le positionnement modal de l’apostropheur. Elle signale non seulement son état émotionnel du moment, mais aussi sa volonté d’être en phase fusionnelle avec son alter ego, ou au contraire affiche sa distance affective : autant d’harmoniques, de résonances, qui donnent forme au réseau interpersonnel, et orchestrent les multiples fluctuations du face à face, au fil des enjeux, que ces apostrophes font aussi bouger, qu’elles contrarient, ou perspectivisent.

1.3. Apostrophe, scénographie, ethos

30À plusieurs reprises, j’ai relié les choix apostrophiques à la construction de l’ethos discursif. Pour l’historique complet de la notion d’ethos, je renvoie à Amossy (éd., 1999) et Amossy (2000). Je me contenterai de rappeler quelques étapes, essentielles pour mon propos, de la constitution de cette notion.

31Tout d’abord, l’ethos joue un rôle essentiel dans la rhétorique aristotélicienne. Pour Aristote, l’ethos renvoie à l’implication du locuteur dans son dire, à l’image de soi construite par le discours. C’est cette image qui confère une crédibilité au discours, ce qui renforce la plausibilité de l’argumentation exposée. L’acception du terme n’est déjà plus la même pour les Romains, puisque l’ethos correspond à une donnée préexistante qui s’appuie sur l’autorité institutionnelle et individuelle de l’orateur, c’est donc un phénomène non discursif : l’ethos correspond alors à l’image que renvoie l’orateur, non plus en tant que locuteur, mais en tant qu’homme, dont le comportement ou la réputation inspire confiance à l’auditoire, approche reconduite par la rhétorique classique.

32La notion a ensuite été retravaillée par les théoriciens contemporains de l’argumentation. Les travaux de C. Perelman et L. Olbrechts-Tyteca (1958/1970) ont en particulier mis l’accent sur les moyens verbaux destinés à emporter l’adhésion de l’auditoire aux thèses que l’on présente à son assentiment.

33La linguistique de l’énonciation récupère, elle, la notion d’ethos par le biais de la subjectivité dans le langage, le fait de produire un énoncé renvoyant nécessairement à un locuteur qui actualise un discours en le produisant. Autrement dit, toute prise de parole implique la construction d’une image, d’une représentation de soi, qui peut être construite délibérément ou non. Cette image de soi, parce que toute énonciation est une coénonciation, se construit dans le rapport entre coénonciateurs, dans la nécessaire interdépendance des deux pôles énonciatifs : l’émetteur se fait à la fois une image de lui-même et de son interlocuteur, et réciproquement. De la sorte, la façon dont il interpelle son partenaire communicationnel rejaillit sur l’image de lui-même et de son allocutaire qu’il construit par le fait de parler. Cette présentation, beaucoup trop succincte, d’une notion assez complexe, pointe cependant le rapport entre apostrophe et ethos.

34Pour Ducrot (1984), c’est l’énoncé lui-même qui fournit des renseignements sur les auteurs de l’énonciation, par le biais des instances internes au discours, c’est-à-dire des fictions discursives : l’instance discursive du locuteur, qu’il désigne par L, et qu’il oppose constamment à l’être du monde, qu’il désigne par λ. L’ethos est alors l’apparence que confèrent au locuteur L les modalités de sa parole : il est donc forcément rattaché à L, et correspond à l’image du locuteur comme être de discours exclusivement : débit, intonation, choix des mots, des arguments, y participent. L’ethos est donc purement discursif.

35Maingueneau (1976/1991, 1984, 1999) met, lui, en rapport la notion d’ethos avec celle de scène d’énonciation. L’ethos est aussi relié au ton, ce qui permet d’intégrer le texte écrit, le ton s’appuyant à son tour sur « une double figure de l’énonciateur, celle d’un caractère et d’une corporalité » (1984 : 100). L’ethos est de la sorte articulé à la manière de dire et au statut du locuteur, au procès de légitimation par sa parole. Cette idée d’une corporalité est reprise dans l’article intitulé « Ethos, scénographie, incorporation » (1999 : 75-100). Maingueneau y réaffirme le lien crucial de la notion d’ethos avec la réflexivité énonciative, et le rapport entre le corps énonçant et le discours que la notion implique. Il distingue l’ethos prédiscursif (préalable, pour Amossy) et l’ethos discursif. Le premier se construit avant même que l’énonciateur ne parle, à partir de l’image préalable que l’auditoire peut avoir du parleur, du genre du discours dans lequel s’inscrit la prise de parole, et du positionnement idéologique supposé par rapport à ce genre du discours. Le second se manifeste, à la lecture du texte ou à l’écoute du discours, par l’émergence d’une origine énonciative, d’une instance subjective incarnée qui joue le rôle de garant. Maingueneau est ainsi amené à travailler la notion d’incorporation, qu’il définit comme l’action de l’ethos sur le coénonciateur. Ce mot lui permet d’amener l’idée que l’énonciation d’un discours donne corps à son garant, lui confère donc une certaine corporalité, d’une part. Mais, d’autre part, il y a aussi incorporation parce que le coénonciateur incorpore (c’est-à-dire assimile) ainsi « un ensemble de schèmes qui définissent, pour un sujet, à travers une manière de tenir son corps et de l’habiter, une manière spécifique de s’inscrire dans le monde » (1999 : 81). Enfin, ces deux types d’incorporation permettent la constitution d’un corps, celui de la communauté imaginaire de ceux qui adhèrent à un même discours, « qui communient dans l’adhésion à un même discours » (ibid.). Ainsi, pour Maingueneau, la vocalité constitue une dimension à part entière de l’identité d’un positionnement discursif. Il est ainsi appelé à récuser les notions de procédé ou de stratégie qui posent les contenus comme indépendants de la scène d’énonciation, alors que, de son point de vue, l’organisation des contenus et la légitimation de la scène sont indissociables. La diversification de l’ethos est en fonction des spécificités des genres du discours, l’énonciateur étant pris dans un cadre foncièrement interactif et dans une configuration culturelle qui implique des rôles, des lieux et des moments d’énonciation légitimes, mais aussi un support matériel et un mode de circulation pour l’énoncé. L’ethos discursif participe donc de la scénographie, qui implique, outre les figures des coénonciateurs, « une chronographie (un moment) et une topographie (un lieu) dont prétend surgir le discours » (Charaudeau et Maingueneau éd., 2002 : 517). L’ethos se construit ainsi dans le rapport entre coénonciateurs, dans la nécessaire interdépendance des deux pôles énonciatifs.

36Pour l’apostrophe, la notion d’incorporation (dans le sens que lui accorde Maingueneau) peut être utile : en effet l’action de l’ethos sur le coénonciateur passe par la façon, en se positionnant, de le positionner, le coénonciateur faisant bien évidemment partie de la scénographie construite par le discours, la posture du locuteur et le positionnement de l’allocutaire étant de mon point de vue (et j’ai tenté de le montrer constamment) étroitement liés. La scénographie légitime le dispositif de parole (et donc la coénonciation), implique et légitime un temps et un lieu. Il est dès lors impossible de construire sa posture énonciative sans prendre en compte son coénonciateur, sans lui assigner sa place dans la scénographie qui vise à légitimer le discours tenu. Ainsi l’ethos – qui n’est jamais que le fait qu’un texte est porté par une voix, un corps parlant – souligne que la corporalité est à la fois fondatrice de la parole et légitimée par cette parole même. L’apostrophe est alors un des marqueurs les plus explicites d’une parole incarnée, c’est-à-dire corporalisée, elle donne corps, dans la scène de parole, à l’apostrophé, construisant aussi d’une certaine manière la corporalité de l’énonciateur, travaille son ethos, est un outil de sa construction.

37L’ethos, tel qu’il est construit dans/par la matérialité textuelle, en tant qu’instance visant à faire reconnaître à son autre énonciatif sa propre légitimité à tenir tel type de discours, passe donc par une voix (une activité de parole) et un corps parlant (une instance subjective spatialisée, légitimant un lieu d’énonciation), qui ne sont pas le propre des discours oraux, les textes écrits faisant entendre la même vocalité. L’ethos donne à voir les choses d’une manière orientée, à partir d’une scénographie – un lieu, un rôle et un moment d’énonciation – qui légitime ses positionnements énonciatifs et implique donc l’image que l’énonciateur, en instituant discursivement son coénonciateur par l’apostrophe, se forge de lui-même. Il me semble que se retrouve ici ce que j’ai tenté d’expliquer en parlant de retour énonciatif.

2. De l’actualisation de l’ethos au mode de textualisation : le rôle de l’apostrophe

38Cette notion d’ethos, appartenant initialement au champ de la rhétorique, peut être pensée linguistiquement, si on l’articule à la question, elle, tout à fait linguistique de la construction de la subjectivité dans le langage.

39L’ethos, en effet, est façonné en réponse aux questions suivantes, que se pose le coénonciateur : quelle instance est censée parler dans le discours ? Quelle voix fait-elle entendre ? Quelle corporalité, quel corps parlant sous-tend cette voix ? Quel type de subjectivité construit-elle ? L’apostrophe, en rendant compte de l’image que le locuteur se fait de lui-même ou qu’il veut renvoyer par son discours, joue un rôle dans la construction de l’ethos discursif, qui est affaire de tonalité, de manière de dire, de corporalisation du discours. La notion d’ethos est donc, en ce qui me concerne, repensée en articulation à l’autre pôle énonciatif, et à l’idée d’une subjectivité pensée comme intersubjectivité (2.1.), aux modes de textualisation, tels qu’ils ont été définis dans Détrie et Verine 2003 (2.2.), et à la plasticité des positionnements énonciatifs que ces derniers permettent (2.3.).

2.1. Construction de la subjectivité et actualisation textuelle

40Il faut en premier lieu revenir à la notion d’actualisation, concept utilisé par la linguistique praxématique en dépassement de celui d’énonciation, et emprunté à Bally et Guillaume. L’actualisation est conçue comme une opération graduelle, réalisant une explicitation/objectivation plus ou moins achevée de la mise en spectacle linguistique (cf. Lafont 1978, Barbéris, Bres et Siblot 1998). La praxématique, au-delà de l’actualisation nominale et verbale, a élargi le champ de l’actualisation à la phrase et au texte. Cette réflexion a été amorcée à partir de la relecture critique des travaux de Benveniste sur la subjectivité dans le langage. Dans le cadre de la notion d’actualisation textuelle, la linguistique praxématique propose ainsi une modélisation des formes de subjectivité qui tente de rendre compte de la variété des fonctionnements linguistiques, et qui distingue la subjectivité en même et en soi-même. En effet, dès ses débuts, la théorie praxématique de la personne se fonde sur une topologie du sujet, mais elle réoriente, de fait, l’approche de la subjectivité dans le langage effectuée par Benveniste – un ego, être de parole inscrit dans l’activité d’énonciation – dès lors qu’elle substitue au terme d’énonciation celui de coénonciation, le sujet étant constamment pris dans son interaction avec un autre. La linguistique praxématique considère que ce « sujet-ego » est un point d’aboutissement du système d’actualisation : la réalité s’organise autour d’un centre explicite – une ipséité affirmée, construite. Barbéris (1998) montre ainsi que le sujet constitué (ego) n’est que l’étape finale d’un processus de construction de la subjectivité, qui peut être saisi à divers moments de cette construction. Elle propose une modélisation de la subjectivité, liée à l’actualisation de l’espace, à partir de deux grandes étapes.

41La première construit un type d’actualisation du texte antérieur à l’atteinte de la pleine objectivation. Elle se dédouble en deux positions de subjectivité : l’une, liminaire, est fondée sur un non-dégagement de la subjectivité individuelle – un même de similitude, où le sujet est incapable de se représenter réflexivement comme un être spécifique, différent de tous ses semblables, et dont les principaux marqueurs linguistiques sont les modes non personnels et l’absence de déterminant ; l’autre, émergente, se manifestant par un dégagement imparfait du sujet – un même analogique, où le sujet n’opère pas de disjonction des points de vue, autrui étant envisagé comme un même. Il faut cependant souligner que, si les territoires respectifs ne sont pas dégagés, le partage d’expérience impliqué par cette position peut cependant faire l’objet de modulations en termes de dissensus ou de consensus (mais qui n’aboutissent pas à une disjonction des points de vue).

42La seconde – la subjectivité sur le mode du soi-même – correspond au mode discrétisé du je-tu-ici-maintenant, le sujet se caractérisant par sa maîtrise de l’énoncé, se posant comme repère-origine à la mise en spectacle temporelle (il définit le maintenant) et spatiale (il est le repère de l’ici), et posant autrui comme autre. L’actualisation est pleinement réalisée, le spectacle linguistique se présentant comme ayant atteint le seuil d’objectivité.

43Autrement dit, la construction textuelle de la subjectivité présente différents degrés de réalisation, et doit être replacée dans une vision gradualiste de l’actualisation :

En limitant la réflexion sur la subjectivité aux marques de la personne (pronoms personnels de première et de deuxième personne), aux déterminants ou pronoms démonstratifs et possessifs (cet arbre, mon arbre, ça, le mien)..., aux adverbes déictiques (ici / là / là-bas, hier / aujourd’hui / demain), on se prive de la possibilité de relier le sujet égotique, pleinement individualisé, aux autres formes d’apparition de la subjectivité, beaucoup plus discrètes et diffuses, mais effectives. Ici se trouve sans doute la limite des approches énonciatives en termes de marques. Car les plus claires (les embrayeurs par exemple) deviennent aussi les arbres cachant la forêt, où se trouvent tous les autres modes de positionnement linguistique de la subjectivité. En particulier, le sujet expérientiel ne trouve aucune place dans ce tableau de la subjectivité, qui fonctionne en tout (le sujet est pleinement actualisé dans la marque de première personne, et dans l’ici spatial), ou rien (on postule bien une approche anthropologique et expérientielle, mais elle ne s’appuie sur aucune forme identifiable de subjectivité). (Barbéris, in Détrie C., Siblot P. et Verine B. (éd.), 2001 : 329-330)

44De la sorte, l’instance subjective ne peut plus être conçue comme une position unique en termes de personne/non-personne, ou de présence/non-présence, mais plutôt comme une émergence, la subjectivité étant avant tout une genèse (Barbéris 1998 et 2003, Détrie 1998, Verine 1998, Détrie et Verine 2003). Cette gradience des marques de subjectivité, couplée avec les degrés d’objectivation des autres éléments du message, permet de dégager deux types de construction subjective, qui vont donner lieu à deux types de textualité – la textualité en soi-même et la textualité en même –, pensés comme les « deux pôles extrêmes (implicite vs explicite), entre lesquels existent des types intermédiaires », types définis ainsi par J.-M. Barbéris (in Détrie C., Siblot P. et Verine B. éd., 2001 : 354) :

Le recours à deux types de subjectivité, l’une en même, l’autre en soi-même (Barbéris 1998), permet de postuler deux types de textualité, fondées sur deux types de relation entre énonciateur et énonciataire (Verine 1998, Barbéris et Bres 2001).
– La textualité en même correspond aux positions liminaire et émergente de l’actualisation. Elle construit une mise en spectacle linguistique inachevée, jouant sur le flou, l’implicite et le contact impressif du récepteur avec l’ethos émanant du texte.
– La textualité en soi-même se fonde en revanche sur une interaction explicite entre les deux pôles et opère une mise en spectacle plus achevée.
(...) En outre, tout texte, même lorsque son écriture demeure pleinement explicite, peut jouer de l’ethos qu’il construit, et inviter à une diction spécifique, support signifiant du message. En effet, au-delà de ce qu’il dit, le texte montre toujours, à travers sa tonalité, sa manière de dire, un corps parlant, auquel le destinataire peut adhérer par identification. Ce phénomène de corporalisation du message (y compris du message écrit) a été par exemple étudié (Maingueneau 1984) à propos du ton doux émanant des textes de l’humanisme dévot au xviie siècle.

2.2. De l’actualisation textuelle aux modes de textualisation

45Prolongeant la réflexion menée sur les types de textualité, B. Verine et moi-même avons remarqué que :

le mode de représentation du spectacle linguistique construit par un texte ne se confond ni avec la présence ni avec la somme des marques linguistiques de la subjectivité en même ou en soi-même, mais il naît des rapports spécifiques que la combinatoire textuelle établit entre ces marques. Détrie (2001) a ainsi montré qu’il existe en littérature des textualités plus ou moins hybrides, ou délibérément déréglées. Pour ces deux raisons, nous préférons aujourd’hui parler du mode de textualisation d’une œuvre littéraire, que nous définirons comme la combinaison des choix formels permettant de décrire sa profondeur énonciative et la plasticité de l’intersubjectivité qu’elle construit : fondé sur les variations de positionnement de la subjectivité énonciative et les degrés d’actualisation de l’espace-temps (textualité en même vs en soi-même au sens strict), le mode de textualisation inclut le cas échéant l’hétérogénéité ou l’hybridité typologique, les degrés d’explicitation des relations intra- ou interphrastiques, le réglage axiologique ou tropologique du vocabulaire. (2003 : 215)

46Il convient maintenant de préciser que les positionnements en même ou en soi-même travaillent l’émergence d’un ethos différent, le premier s’appuyant sur des processus identificatoires, voire la fusion des points de vue, l’indifférenciation subjective (cas de la subjectivité en même de similitude, sous-tendue par une relation empathique), alors que l’ethos construit par un mode de textualisation en soi-même s’élabore à partir de positions discrétisées, et de l’objectivation des coénonciateurs. Dans un autre cadre théorique, Danon-Boileau distingue déixis consensuelle et déixis de rupture, c’est-à-dire une déixis qui permet à l’énonciateur de « marque[r] ses distances par rapport au coénonciateur – ou plutôt par rapport au “tout indistinct” qu’il formait avec l’autre dans la déixis consensuelle » (1992 : 417). On retrouve ici l’opposition entre mode de textualisation en même et en soi-même.

47Le mode de textualisation en même instaure une relation en tandem, l’énonciateur envisageant son rapport à l’énonciataire de manière non disjonctive. Les coénonciateurs sont ainsi engagés dans une relation dyadique, où tous deux sont saisis dans une sphère expérientielle commune, et la relation intersubjective construite implique l’indissociabilité et la co-orientation des coénonciateurs. Par contre, le mode de textualisation en soi-même correspond à un egocentrage affirmé, qui pose en discrimination radicale (en autre du je) son coénonciateur. La notion de mode de textualisation permet de mettre en perspective les phénomènes d’identification, de synchronisation coénoncative, ou au contraire de dissensus.

48Une des fonctions de l’apostrophe, dans le rapport à autrui, est d’instaurer un axe frontal, de face à face. Fondant la relation coénonciative, l’apostrophe constitue donc un processus d’assertion forte du mode de textualisation en soi-même, soit un mode permettant d’opposer les coénonciateurs au sein du couple je / tu, ce qui correspond à l’explicitation de l’énonciataire. Elle s’avère donc un outil de la construction textuelle de la subjectivité en soi-même. Elle en est un des marqueurs privilégiés, puisque son rôle est de matérialiser la relation à la deuxième personne : le degré d’objectivation d’autrui est alors maximal. L’apostrophe met ainsi en spectacle la rupture, la différence, l’altérité, et donc la reconnaissance d’autrui comme autre du je. L’intersubjectivité est construite sur le mode de l’individuation subjective, c’est-à-dire d’une relation à l’autre basée sur son irréductible identité individuée, et non sur une consensualité qui ne permettrait pas la discrimination indubitable de je et tu. L’apostrophe joue de la sorte un rôle important dans la construction textuelle de la subjectivité, puisqu’elle rend compte des modalités de la relation coénonciative, habituellement sur le mode disjonctif, où tout ce qui n’est pas je est pensé comme autre.

2.3. Apostrophe et nuanciation de l’individuation subjective

49B. Verine et moi-même (2003) avons étudié les possibilités de dérèglement des marques linguistiques de la textualité en soi-même, en observant comment, dans un poème de Jules Laforgue, la disjonction explicite entre je et autrui, généralement considérée comme prototypique de la poésie lyrique, était plus ou moins déréglée par les brouillages temporels, spatiaux et personnels, mais aussi par les métaphores in absentia et certaines constructions néologiques. Je reprends ici cette réflexion, en partant du constat que certaines apostrophes, elles aussi généralement envisagées comme prototypiques d’une intersubjectivité sur le mode disjonctif, ne construisent pas en réalité une telle discrimination, la discrétisation de l’énonciataire et la territorialisation de la parole pouvant être biaisées par des actualisations intermédiaires. L’apostrophe notifie alors d’autres positionnements énonciatifs : la relation entre je et tu ne se construit plus sur un mode indubitablement discriminant, mais au contraire sur le mode de l’être-avec, de la coordination, les modulations de la relation intersubjective liées à l’apostrophe pouvant présenter diverses nuances, et les positionnements subséquents pouvant être analysés sur le mode de la gradience, de positionnements moins arrêtés ou moins aboutis, entre mode de textualisation en même et mode en soi-même.

50Dans ce cadre, les apostrophes peuvent être l’indice d’un rapport interpersonnel modulable d’empathie ou de sympathie, mais aussi signifier une convocation impérative, marquer la complicité, etc., autant de postures qui sont étroitement reliées au mode de textualisation privilégié, ou à leur brouillage délibéré. C’est à la lumière de cette explication que j’étudie quelques-unes de ces modulations (point 4.).

51Auparavant (point 3.), j’articulerai la notion de mode de textualisation à celle de genre du discours (3.1.). Si les genres du discours actualisent des schémas antérieurs au choix d’un mode de textualisation, le biaisage du mode impliqué par le genre du discours sélectionné va infléchir les caractéristiques génériques elles-mêmes. Ainsi, le genre poésie lyrique implique habituellement le mode de textualisation en soi-même (3.2.). Or une étude des Fleurs du mal dans ce cadre révèle un format énonciatif spécifique (3.3.), qui implique une attitude énonciative singulière (3.4.), le texte travaillant constamment le biaisage du mode en soi-même (3.5.). L’indice le plus prégnant de ce biaisage est le nivellement ou le brouillage des formats allocutif et élocutif.

3. Apostrophe, genre du discours et plasticité coénonciative

3.1. Genre du discours et scène allocutive

52L’apostrophe, qui construit un acte allocutif de sélection du destinataire, et donc un format d’énonciation spécifique, peut entrer en résonance avec les choix macrostructurels liés au genre du discours dans lequel elle s’ancre, et plus strictement discursifs de positionnement énonciatif, et donc être l’instrument privilégié d’un genre du discours particulier. La notion de genre du discours a été définie et problématisée par Bakhtine (1984). Les genres du discours y sont définis comme « des modèles types de construction d’un tout verbal » (1984 : 338). Il s’agit de configurations abstraites, présentant une certaine stabilité, reliées aux différents domaines de l’activité humaine, qui en déterminent le contenu thématique, le style et la composition : toute parole se coule dans un préconstruit, qui combine les prescriptions sociales de la langue. La notion de genre du discours renvoie alors à une « typologie stylistique-compositionnelle des productions verbales » (ibid.). Cette dernière est caractérisée non seulement par des propriétés textuelles, mais aussi – ce qui est capital du point de vue de l’adresse – par l’interaction langagière accomplie, liée à la formation discursive qui la sous-tend (ce que Bakhtine nomme la sphère d’usage du langage). L’interaction langagière est dans ce cadre un élément définitoire du genre, en rapport étroit avec des formes types d’énonciation, et fortement déterminé par la sphère d’échange dans laquelle s’ancre le discours.

53Par exemple, un meeting politique est bâti de bout en bout sur la mise en scène interlocutive. L’apostrophe y est donc nécessairement attendue, non seulement elle appartient de plein droit au genre du discours en question, mais encore elle le conforte. On peut en dire autant du discours théâtral, de la conversation quotidienne, la présence de multiples interlocuteurs potentiels appelant la ratification de l’un ou de l’autre, ratification signifiée par la gestuelle, mais aussi, voire essentiellement, par l’apostrophe. Dans tous ces cas, l’apostrophe est partie prenante du genre du discours, fait partie de l’appareil énonciatif propre à ce genre, et signale une attitude énonciative spécifique.

3.2. Le rôle de l’apostrophe dans le genre poésie lyrique

54J’interrogerai ici la façon dont l’apostrophe peut modeler le genre du discours poésie lyrique, dont la marque la plus habituelle est « l’expression du sentiment personnel », selon M. Aquien, qui ajoute :

Le lyrisme est désormais attaché (...) à des caractéristiques comme la sensibilité traduite par l’image, l’émotion personnelle – amoureuse, nostalgique, religieuse, suscitée par le spectacle de la nature, etc. –, la subjectivité, et l’importance qu’y prend le « moi ». (...) C’est ainsi que, d’après R. Jakobson (Essais de linguistique générale), la « poésie lyrique, orientée vers la première personne, est intimement liée à la fonction émotive », et donc à la modalité exclamative plus particulièrement, à quoi s’ajoute un certain bouleversement dans l’ordre des mots. (1993 : 174)

55L’apostrophe, qui accompagne souvent l’énonciation subjective (l’expression des sentiments étant alors corrélée à l’invocation), est fréquemment perçue comme un outil du lyrisme en poésie, à tel point que le ô, qui la précède souvent, et qui est au départ un simple héritage de la particule gréco-latine o (dont la portée est uniquement déictique, et non spécifiquement modalisante), a été nommé ô lyrique (cf. chapitre 2, point 1.2.). En témoigne le fait que le ô lyrique puisse être utilisé sans qu’il y ait cependant interpellation.

56C’est ce point, précédemment esquissé dans le cadre de la dynamique textuelle (chapitre 5, point 5.1.), que je sonderai ci-dessous, en reprenant Les Fleurs du mal, de Baudelaire, dont la textualité met constamment en tension allocutif et élocutif. Cette œuvre (127 poèmes) présente 111 occurrences du ô lyrique : il n’est pas exagéré d’affirmer que ce petit morphème est quasiment une constante structurelle de l’écriture poétique de Baudelaire. Je remarquerai en premier lieu, sans cependant m’y attarder, que l’apostrophe a une fonction importante sur le plan purement formel. En effet, si elle implique un format énonciatif spécifique, fortement egocentré, elle façonne aussi, dans le cadre de la poésie lyrique, le format syntaxique et rythmique. L’apostrophe, étant toujours dans une position de choix dans le vers -en attaque, en finale, ou à l’hémistiche –, désolidarise des éléments par ailleurs normalement solidaires syntaxiquement et rythmiquement, et rompt l’enchaînement attendu :

57– du sujet et du verbe (par exemple « Le mien, ô mon amour, nage sur ton parfum »), au palier de la proposition ;

58– ou du verbe et du COD (par exemple : « Et je te donnerai, ma brune, / Des baisers froids comme la lune »), ou de la copule et de son attribut (par exemple « Désormais, tu n’es plus, ô matière vivante, qu’un granit »), au palier des constituants internes du syntagme verbal.

59L’apostrophe joue donc un rôle incontestable dans le format rythmique construit.

3.3. Les jeux sur les formats allocutif et élocutif

60Dans Les Fleurs du mal, les structures détachées du type {ô + GN} peuvent correspondre à un format allocutif ou élocutif : cette ambiguïté énonciativo-syntaxique est un facteur structurant de la textualité baudelairienne, qui s’attache fréquemment à neutraliser l’opposition entre ces deux formats. En particulier, le fait que le ô lyrique soit souvent associé à l’apostrophe permet une modification en douceur des formats : de l’allocutif à l’élocutif, et vice-versa. Si la structure {ô + GN en apostrophe} manifeste un lien sémantico-syntaxique avec le cotexte immédiat, il n’en va pas de même dans les structures fort ressemblantes {ô + prédicat nominal}, qui n’entretiennent pas de lien sémantico-syntaxique avec le cotexte, mais posent l’existence d’une entité nouvelle dans un cadre, cette fois, élocutif. Plus généralement, les structures détachées du type {ô + GN} laissent souvent au récepteur la responsabilité active d’établir les connexions de sens qui lui permettront de débrouiller la syntaxe en termes d’apostrophe, d’apposition, ou de prédication d’existence d’une entité nouvelle, le rattachement éventuel de ces constructions à un fragment textuel en amont ou en aval étant souvent laissé à sa discrétion : soit interpellation, et donc acte allocutif, soit catégorisation ou caractérisation, et acte élocutif.

61Le poème « La chevelure », présentant cinq syntagmes sur le modèle {ô + GN}, donne l’occasion de montrer le jeu sur ces deux formats. Dans la strophe initiale, les trois occurrences de ô (v. 1-2) confortent la structure émotionnelle manifestée syntaxiquement par des énoncés exclamatifs à prédicat nominal mais qui ne sont sous-tendus par aucun acte allocutif, ces fragments nominaux étant ensuite repris par cette chevelure :

Ô toison, moutonnant jusque sur l’encolure !
Ô boucles ! Ô parfum chargé de nonchaloir !
Extase ! Pour peupler ce soir l’alcôve obscure
Des souvenirs dormant dans cette chevelure,
Je la veux agiter dans l’air comme un mouchoir !

  • 2 On notera l’ambiguïté interprétative du syntagme, qui peut renvoyer à la propriétaire de la chevelu (...)

62Par contre, dans la deuxième strophe, l’acte de langage est modifié, de l’élocutif à l’allocutif, forêt aromatique entretenant un lien sémantico-syntaxique avec la deuxième personne (tes profondeurs), ce qui permet une interprétation en termes d’apostrophe, au même titre que ô mon amour2:

La langoureuse Asie et la brûlante Afrique,
Tout un monde lointain, absent, presque défunt,
Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique !
Comme d’autres esprits voguent sur la musique,
Le mien, ô mon amour ! nage sur ton parfum.

63La troisième strophe prolonge ce système allocutif, présentant deux apostrophes, la première en association avec l’impératif, la seconde en phrase assertive :

  • 3 Mer d’ébène pourrait être considéré comme apposé à tu. Mais la similitude syntaxique des GN forêt a (...)

(...)
Fortes tresses, soyez la houle qui m’enlève !
Tu contiens, mer d’ébène3, un éblouissant rêve
De voiles, de rameurs, de flammes et de mâts.

64Dans la quatrième strophe, la personne liée à l’apostrophe précédente mer d’ébène est effacée au profit de la non-personne, ce noir océan reprenant les traits descriptifs de mer d’ébène, mais cette fois dans un système élocutif et non plus allocutif, système aussitôt remis en cause par l’emploi de vous et d’une double apostrophe rhétorique ô féconde paresse / Infinis bercements..., soit une imbrication constante d’actes de parole différents :

Je plongerai ma tête amoureuse d’ivresse
Dans ce noir océan où l’autre est enfermé ;
Et mon esprit subtil que le roulis caresse
Saura vous retrouver, ô féconde paresse,
Infinis bercements du loisir embaumé !

65Ces cas de figure, dans Les Fleurs du mal, pourraient être multipliés ad libitum. Je me contenterai d’un deuxième exemple, celui du « Balcon », qui présente d’autres particularités : les deux premiers vers engagent une interpellation de toi, constituant explicitement l’autre pôle énonciatif, donc certainement en position d’apostrophe. Les deux GN qui suivent toi sont sans doute apposés ou en position attributive dans une structure qui ferait l’économie de la copule (pluriel significatif), alors que les GN mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses semblent plutôt devoir être interprétés comme des appositions au pronom toi. Mais on ne peut exclure l’hypothèse d’une superposition de la caractérisation et de l’interpellation :

Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses,
Ô toi, tous mes plaisirs ! ô toi, tous mes devoirs !

66Dans la quatrième strophe du « Balcon », le cas de figure est encore différent. Soit l’allocutaire est traité par antonomase – [toi qui représentes la douceur ou le poison] –, ce qui permettrait une désignation par douceur et poison considérés comme des appellatifs (apostrophe rhétorique), soit il s’agit tout simplement d’un fragment nominal exclamatif – [ô douceur, ô poison éprouvés en buvant ton souffle] –, et l’acte est élocutif :

Et je buvais ton souffle, ô douceur ! ô poison !
Et tes pieds s’endormaient dans mes mains fraternelles.
La nuit s’épaississait ainsi qu’une cloison.

67Pour la sixième strophe enfin, le dernier vers construit une simple reprise, cette fois en format élocutif, d’entités précédemment identifiées (ces serments, ces parfums, ces baisers infinis) :

Ces serments, ces parfums, ces baisers infinis,
Renaîtront-ils d’un gouffre interdit à nos sondes,
Comme montent au ciel les soleils rajeunis
Après s’être lavés au fond des mers profondes ?
– O serments ! ô parfums ! ô baisers infinis !

68Les structures {ô + GN}, parce qu’elles sont fréquemment ambiguës, et entretiennent délibérément le questionnement sur le comportement allocutif ou élocutif de l’énonciateur, modifient nécessairement la relation de ce dernier à son destinataire.

3. 4. Apostrophe et attitude énonciative

69Quant aux apostrophes indubitables, c’est-à-dire les séquences repérables en termes d’acte allocutif, elles sont aussi, pour l’énonciateur, un moyen de se dire, de construire sa propre réalité, le style lyrique reposant sur une parole de nature émotionnelle. Cette réalité construite par l’apostrophe peut être d’ordre social : poser autrui en lecteur, c’est se positionner en tant que scripteur, interpeller sa muse, même si le terme est ambigu et en emploi métaphorique, c’est se positionner en tant que poète. Elle peut être aussi d’ordre psychologique : ainsi ô molle enchanteresse construit le trouble légèrement lascif du locuteur, alors que amazone inhumaine travaille une relation ambivalente à la femme aimée, en signalant son irréductible altérité. Ainsi, les traits identificateurs conférés à autrui posé comme allocutaire rejaillissent forcément sur la construction identitaire de l’énonciateur, et marquent son positionnement énonciatif : le fait d’assigner une place à autrui façonne l’image du locuteur construite discursivement. La mise en scène ostentatoire de soi est achevée quand l’énonciateur s’adresse à lui-même en se posant comme autre du je, ce qui a pour effet de configurer une allocution de soi à soi, mais qu’on envisage de fait comme une deuxième personne (cf. chapitre 5, point 3.). Ce dédoublement fictif est obtenu par la saisie de soi dans sa fragmentation – ce qu’on peut observer dans les vers suivants : « Recueille-toi, mon âme » (XCV), « Mon esprit, tu te meus avec agilité » (III), « Résigne-toi, mon cœur » (LXXX) –, ou, au contraire, à un tel niveau de généralité qu’il équivaut à une déshumanisation : « Désormais tu n’es plus, ô matière vivante !/ Qu’un granit entouré d’une vague épouvante » (LXXVI). Toutes ces apostrophes permettent ainsi, aussi, de parler du moi, et donc sont au service de la poésie lyrique. Construisant fréquemment une prédication averbale, elles permettent de densifier la texture poétique, en implicitant les articulations logiques.

3.5. De l’enchevêtrement des formats au biaisage du mode de textualisation en soi-même

70Les apostrophes baudelairiennes travaillent certes un style lyrique d’invocation (leur fonction définitoire), mais qui se mêle constamment à l’expression du je, si bien que l’unité du recueil réside dans sa texture d’ordre émotionnel, le je prenant très fréquemment le relais du tu, ce glissement étant le plus souvent masqué par l’utilisation constante du ô lyrique, qu’il soit sous-tendu par un acte allocutif ou élocutif. Autrement dit, la caractéristique des Fleurs du mal serait peut-être un nivellement des formats, qui travaillerait à la fusion des positionnements du scripteur et du lecteur : qu’on songe aux désignateurs mon semblable, mon frère, qui représentent cette assimilation positionnelle, et invitent le lecteur à épouser un schéma énonciatif sur le mode de l’identification. Ainsi, dans le poème « Le parfum », le lecteur, interpellé en ouverture, est ensuite analogisé à l’amant, ce dernier étant constamment, dans Les Fleurs du mal, l’autre figure du locuteur :

Lecteur, as-tu quelquefois respiré

Avec ivresse et lente gourmandise
Ce grain d’encens qui remplit une église,
Ou d’un sachet le musc invétéré ?

Charme profond, magique, dont nous grise
Dans le présent le passé restauré !
Ainsi l’amant sur un corps adoré
Du souvenir cueille la fleur exquise.

71Le nivellement des formats ou la non-discrimination fréquente entre élocutif et allocutif tend à atténuer la disjonction des points de vue, normalement réalisée par l’apostrophe, ce qui implique un agencement textuel tout à fait particulier, qui tend vers le co-phasage des points de vue et l’alignement intersubjectif. L’actualisation syntaxique travaille ainsi la porosité des frontières entre modes de textualisation en soi-même et en même, la disjonction des points de vue n’étant plus manifestée explicitement, ce qui implique un egocentrage moins affirmé : on change donc insensiblement de type de construction subjective.

72Le texte baudelairien se démarque ainsi du canon lyrique, qui privilégie habituellement un mode de textualisation en soi-même, basé sur l’egocentrage, l’assertion forte d’un point de vue, et propose un positionnement énonciatif privilégiant le flou et la plasticité intersubjective. Cette dernière est fréquemment construite par le biais d’un glissement imperceptible d’un mode de textualisation en soi-même à un mode de textualisation en même, l’instrument de ce glissement étant précisément, dans la poésie baudelairienne, la structure {ô + GN}.

4. S’engager en engageant autrui : positionnements énonciatifs et modulations de la sphère intersubjective liés à l’apostrophe

73Ce développement est consacré à quelques cas de modulation du rapport intersubjectif, tel qu’il peut être mis en représentation dans des discours ordinaires ou dans des formes littéraires (qui, en tant que genres seconds, ne portent pas trace directe de leur propre actualisation, mais construisent leur textualité selon la mimésis de tel ou tel type d’actualisation). Le classement proposé est effectué en fonction du biaisage du mode de textualisation en soi-même construit par l’apostrophe : d’un mode non biaisé à un biaisage de plus en plus marqué.

74En 4.1., je m’intéresserai à divers positionnements énonciatifs représentés par certaines apostrophes non linéarisées.

75En 4.2., je montrerai les hésitations d’un personnage-locuteur, à propos du choix des apostrophes, impliquées par l’intégration des réactions conjecturées de son interlocuteur (soit un cas de dialogisme interlocutif), ce qui donne lieu à une valse pathétique des apostrophes, à interpréter, de mon point de vue, en terme de tension vers un accordage souhaité, mais impossible.

76En 4.3., j’explorerai la construction d’une relation de solidarité, qui s’appuie sur l’intersynchronisation, et le nous inclusif.

77Enfin, en 4.4., je sonderai une configuration tout à fait particulière, sur la base d’une relation empathique, le transfert empathique étant à l’œuvre non seulement dans la relation enchâssée (entre personnages-locuteurs), mais aussi dans la relation enchâssante scripteur / lecteur, le scripteur, par les choix qu’il effectue, impliquant un voir avec le personnage. Les processus d’identification à un point de vue interne à la diégèse qu’il met en place incitent le lecteur (le tiers absent) à partager la sphère d’expérience personnelle du personnage-locuteur enchâssé, et à adhérer à son point de vue.

4.1. Contraindre autrui à réagir : l’énoncé non verbal autonome en emploi apostrophique

78Quand les apostrophes ne sont pas linéarisées, il n’y a aucun appui possible sur un autre élément qui pourrait éclairer la portée de l’apostrophe, ou remettre en question la discrimination objectivante qu’elle effectue, et donc son rôle dans la construction de la subjectivité. Dans ce cas, le mode de textualisation est délibérément en soi-même, aucun énoncé adjacent ne venant infléchir l’objectivation de l’apostrophé, posé sans discussion possible en autre du je par l’acte allocutif constitutif de l’apostrophe. Il n’y a donc aucun biaisage du mode de textualisation, contrairement aux cas présentés dans les points suivants. Il me semble cependant intéressant de réfléchir aux positionnements possibles de l’apostropheur, même quand le mode de textualisation en soi-même n’est pas gauchi par l’entour textuel de l’apostrophe. Ces cas n’étant pas complexes, et ne relevant pas du biaisage, je ne présente que deux types de positionnement. Le premier se substitue à une injonction, et l’apostrophe privilégie l’identification objectivante (nom ou prénom, appellatif conventionnel en emploi apostrophique, titre ou grade). Le second, proposant une apostrophe évaluative, cherche à mettre à distance l’apostrophé.

4.1.1. Une invitation plus ou moins impérative à prendre en compte l’apostropheur

79J’ai déjà abordé ce rôle de manière extrêmement succincte, en évoquant le fait que l’apostrophe puisse fréquemment remplacer un ordre, comme dans l’exemple « Garçon ! », qui sera interprété comme un ordre par le serveur. Ce « Garçon ! » envisage le serveur par le biais de son statut (garçon de café), tout comme « Maîtresse », un doigt levé, qui signifie « Maîtresse, donnez-moi la parole ». Il en va ainsi dans beaucoup de situations quotidiennes d’une grande banalité : « Maman ! », émanant d’un petit enfant seul dans sa chambre, quand il entend sa mère passer dans le couloir, sera interprété par la mère comme une demande de venir. Convocations... plus ou moins impératives selon le pouvoir effectif de celui qui utilise ce type d’apostrophe, et donc de la relation qu’il entretient avec son allocutaire : l’institutrice donnera sans doute la parole, car c’est son rôle de pédagogue de faire en sorte que le jeune élève mette en forme langagièrement son propre savoir, le garçon de café s’approchera pour prendre la commande, la mère passera peut-être son chemin. Mais elle aura de toute façon décodé la demande émanant de l’apostrophe.

80Le prénom suffit souvent. Dans l’exemple ci-dessous, un patronyme (Mongicourt) et un prénom (Gabrielle) sont en emploi apostrophique. Le docteur Petypon vient d’acquérir un « fauteuil extatique, célèbre invention du docteur Tunékunc », machine électrique pour endormir le patient. Il fait essayer son fauteuil à son confrère Mongicourt :

Petypon, sans même s’en rendre compte, emporté qu’il est par sa démonstration, a appliqué une tape du plat de la main sur le bouton gauche du fauteuil. La machine, aussitôt, s’est mise en action ; Mongicourt reçoit comme un choc qui le fait sursauter et le voilà immobilisé dans son attitude dernière, les yeux joyeusement ouverts, un sourire béat sur les lèvres.
Petypon, au-dessus du fauteuil, continuant sa démonstration, sans remarquer qu’il a endormi son confrère. – Immédiatement, mon cher, le patient, sous l’influence du fluide, tombe dans une extase exquise !... et, alors, ça y est ! insensibilité complète ! Tu as tout ton temps ! Tu peux charcuter, taillader, ouvrir, fermer, tu es comme chez toi ! Tu ne trouves pas ça épatant ?... (Un temps.) hein ? (Descendant à gauche du fauteuil, étonné du silence de Mongicourt.) Mais dis donc quelque chose !... (À part...) Qu’est-ce qu’il a ? (Appelant.) Mongicourt ! Mongicourt ! (Brusquement.) Sapristi ! je l’ai endormi !... Oh ! non, moi, je... oho ! Il faut que je fasse voir ça à Gabrielle !... (Remontant vers la chambre de sa femme et ouvrant la porte.) Gabrielle !... Gabrielle !...
Voix de Gabrielle. — Tu m’appelles !
Petypon, redescendant. — Vite, viens ! (G. Feydeau, La Dame de chez Maxim, I, 20)

81L’interpellation de Mongicourt par son patronyme se substitue à une injonction du type Réveille-toi, alors que l’appel de sa femme par son prénom « Gabrielle !... » équivaut, du point de vue de Petypon, à une demande de venir, mais l’interprétation de l’apostrophe est nécessairement ouverte, et seule la situation d’énonciation permet de lui conférer une fonction précise dans la relation coénonciative construite. En particulier l’apostrophe « Gabrielle !... », qui construit pour Petypon un acte implicite (venir) n’est pas interprété comme univoque par sa femme, d’où sa demande de précision. Par ailleurs, l’interpellation de Mongicourt (emploi apostrophique) intervient après un aparté qui inscrit Mongicourt en troisième personne (« Qu’est-ce qu’il a ? »), et est elle-même suivie d’un énoncé en je qui pose toujours Mongicourt en P3 (« Sapristi ! je l’ai endormi !... »). Ainsi, Petypon traite en allocutaire Mongicourt aussi longtemps que lui-même se positionne en récepteur de la réaction de Mongicourt (« Tu ne trouves pas ça épatant ? », « dis donc quelque chose !...»). Il y a en outre un flottement de la personne construite par tu, les premiers pouvant être des tu génériques (« Tu as tout ton temps ! tu peux charcuter... comme chez toi »). L’apostrophe ne fonctionne donc que tant que l’interpellé est en position de répondre, c’est-à-dire quand le face à face est indubitable.

4.1.2. Une relégation de l’apostrophé ?

82Les apostrophes évaluatives construisant des énoncés non verbaux autonomes ont un fonctionnement un peu différent, dans la mesure où elles ne se substituent pas à une injonction ou à une demande.

83La première occurrence de « grossier personnage », dans l’exemple ci-dessous, construit un énoncé nominal adressé, ce que signale l’absence de détermination (vs le / quel grossier personnage). L’expression est dépréciative : elle présente un syntagme, qui semble presque lexicalisé, comportant un adjectif de qualité (grossier) suivi d’un nom neutre sur le plan de l’évaluation (personnage), soit un syntagme nominal dévalorisant, exprimant un « rapport affectif » (Charaudeau), cumulant une interpellation et une appréciation :

M. C. Monsieur le maire, à moins que vous n’ayez des informations complémentaires...
M. le maire. Mais non, je crois que vous avez voté une loi, vous n’êtes pas contre la loi je pense que vous ne serez pas hors la loi.
M. C. Grossier personnage...
M. le maire. Écoutez, cela se passait bien, je vous en prie, ne commencez pas à dire des choses comme cela, vous avez voté une loi.
M. C. Grossier personnage, vous le savez, le « taisez-vous », « cachez-vous », « couchez-vous », c’est vous... (CM, 28.09.02)

84Selon Ernotte et Rosier, l’insulte est au croisement de diverses contraintes : elle est d’abord à mettre en relation avec un « profil-type des énonciateurs », elle est choisie à la fois « en fonction de l’interdiscours pronostiqué de l’interlocuteur », et de son « répertoire lexical supposé, en imaginant bien le poids spécifique qu’elle a dans son échelle des valeurs idéologiques », elle participe enfin d’une formation discursive spécifique (2001 : 12).

85Dès qu’il y a évaluation, l’apostrophe autonome réalise implicitement un acte de langage de type assertif : je dis que vous êtes un grossier personnage. Si le locuteur veut faire passer un autre acte de langage, il doit l’expliciter : grossier personnage, taisez-vous, sortez, réveillez-vous, venez ici, etc.

86L’apostrophe est effectivement choisie en fonction du « poids spécifique qu’elle a dans [l’] échelle des valeurs idéologiques » de l’apostrophé : pour un élu, la courtoisie devrait être la règle et le garant du fonctionnement démocratique. Traiter l’édile de « grossier personnage », c’est ainsi le mettre au ban des gens policés, montrer qu’il s’agit d’une faute comportementale. Dans l’interdiscours propre au champ politique, le respect, la courtoisie étant des qualités constamment alléguées, c’est donc aussi utiliser ses propres mots, ses propres valeurs idéologiques, pour lui montrer combien il les transgresse. Le dialogisme interlocutif est donc très fortement dissensuel. L’apostrophe corrobore le mode de textualisation en soi-même à l’œuvre, renforce encore la différenciation par le biais du registre délibérément marginal dans la scène générique des conseils municipaux, et dans la scénographie de la discussion entre représentants du peuple.

4.2. S’engager ou ne pas s’engager ? Le dithyrambe ou la vie : les tâtonnements dans le choix des apostrophes

87Le passage qui suit est emprunté à Bug-Jargal, de V. Hugo. Le genre du discours est celui de la fiction romanesque. La scénographie (la mise en scène de la parole) s’appuie sur des personnages censés incarner des comportements politiques antithétiques. Elle est construite en fonction de l’image d’un lecteur éclairé, du côté des défenseurs des droits de l’homme, ou du moins des humanistes convaincus. L’interpellation donne ici lieu à des tâtonnements dans le choix des apostrophes, et montre la difficulté à positionner autrui par son langage quand sa propre position est extrêmement instable, et que le rapport de pouvoir est en défaveur du locuteur. Le citoyen C***, projetant, dans son propre discours, les réactions supposées de l’irascible Biassou, adapte par avance son discours afin d’éviter une quelconque réfutation de sa part. Or chaque apostrophe peut engendrer une catastrophe, et le parcours interpellatif s’avère parsemé de chausse-trapes :

Je crois avoir dit que Biassou était sacatra.
– Des hommes de couleur, c’est ce que je voulais dire, répondit humblement le négrophile. Je suis lié avec tous les plus fameux partisans des nègres et des mulâtres... Biassou, heureux d’humilier un blanc, l’interrompit encore : – « Nègres et mulâtres » ! qu’est-ce que cela veut dire ? Viens-tu ici nous insulter avec ces noms odieux, inventés par le mépris des blancs ? Il n’y a ici que des hommes de couleur et des noirs, entendez-vous, Monsieur le colon ?
– C’est une mauvaise habitude contractée dès l’enfance, reprit C*** ; pardonnez-moi, je n’ai point eu l’intention de vous offenser, Monseigneur.
-Laisse là ton « monseigneur » ; je te répète que je n’aime point ces façons d’aristocrate.
C*** voulut encore s’excuser ; il se mit à bégayer une nouvelle explication.
– Si vous me connaissiez, Citoyen...
– « Citoyen » ! pour qui me prends-tu ? s’écria Biassou avec colère. Je déteste ce jargon des jacobins. Est-ce que tu serais un jacobin, par hasard ? Songe que tu parles au généralissime des gens du roi ! « Citoyen » !... l’insolent !
Le pauvre négrophile ne savait plus sur quel ton parler à cet homme, qui repoussait également les titres de « monseigneur » et de « citoyen », le langage des aristocrates et celui des patriotes ; il était atterré. Biassou, dont la colère n’était que simulée, jouissait cruellement de son embarras.
– Hélas ! dit enfin le citoyen-général, vous me jugez bien mal, noble défenseur des droits imprescriptibles de la moitié du genre humain.

88Ce texte présente trois apostrophes coréférentes à Biassou, les deux premières proposant une identification par le biais d’un titre manifestant un statut sociopolitique accordé à Biassou par le locuteur C*** (monseigneur, citoyen), la dernière procédant à une identification appréciative (noble défenseur des droits imprescriptibles de la moitié du genre humain), d’une part, et une apostrophe coréférente au général-citoyen C*** (Monsieur le colon), d’autre part.

89Le statut conféré à Biassou est chaque fois récusé par l’interpellé : « Laisse là ton “monseigneur” ; je te répète que je n’aime point ces façons d’aristocrate » ; « “Citoyen” ! pour qui me prends-tu ? Je déteste ce jargon des jacobins. “Citoyen” !... l’insolent ! ». Cette récusation correspond à un refus de scénographies potentielles, celles qui s’appuieraient sur le style énonciatif ancien régime, ou le style énonciatif révolutionnaire.

90Or, en 1791, à Saint-Domingue, pendant la révolte des esclaves, accorder un statut social, c’est préciser son propre positionnement sociopolitique, et donc d’une certaine manière prendre des risques, les deux apostrophes manifestant un positionnement hiérarchique perçu comme en trop grand éloignement ou en trop grande proximité. L’autre apostrophe conférant un statut sociopolitique – Monsieur le colon –, utilisée par un sacatra (c’est-à-dire un métisse), succédant au syntagme noms odieux, et à l’idée du mépris des blancs, a pour visée de terroriser le pauvre citoyen-général. Dès lors, C*** change de stratégie appellative. L’apostrophe n’est plus socialement distinctive, mais elle se fait appréciative, et donc d’une certaine manière beaucoup plus individualisante : « noble défenseur des droits imprescriptibles de la moitié du genre humain ». L’apostrophe présente en outre une surenchère appréciative : défenseur est déjà un terme en soi positivant. Il est redoublé par noble.

  • 4 Cf. l’analyse sémantico-syntaxique proposée dans le point 1.2.2. (Évaluer positivement autrui) du c (...)

91Il en va de même, quelques lignes plus loin, pour « héros de l’humanité » (extrait ci-dessous). Ces apostrophes étant disqualifiées par Biassou en termes de « diables de mots inintelligibles », le citoyen C***, en désespoir de cause, lui accorde un peu plus tard le seul statut incontestable, celui d’illustre guerrier4, et de vaillant chef des braves régénérateurs de Saint-Domingue, deux autres apostrophes qui combinent statut et appréciation, et qui inscrivent Biassou dans la lignée des combattants, orientation qu’il avait impulsée lui-même quand il s’était défini auparavant comme généralissime des gens du roi (« C’était sous ce titre que Jean-François, qui se faisait appeler grand amiral de France, et son camarade Biassou, désignaient leurs hordes de nègres et de mulâtres révoltés », est-il précisé un peu plus haut dans le texte) :

Le citoyen C*** hasarda une observation timide.
Héros de l’humanité, ce ne sont point des négociants, ce sont des philosophes, des philanthropes, des négrophiles.
– Allons, dit Biassou en hochant la tête, le voilà revenu à ses diables de mots inintelligibles. Eh bien, si tu n’as ni dépôts ni magasins à piller, à quoi donc es-tu bon ?
Cette question présentait une lueur d’espoir que C*** saisit avidement.
Illustre guerrier, répondit-il, avez-vous un économiste dans votre armée ?– Qu’est-ce encore que cela ? demanda le chef.
– C’est, dit le prisonnier avec autant d’emphase que sa crainte le lui permettait, c’est un homme nécessaire par excellence. C’est celui qui seul apprécie, suivant leurs valeurs respectives, les ressources matérielles d’un empire, qui les échelonne dans l’ordre de leur importance, les classe suivant leur valeur, les bonifie et les améliore en combinant leurs sources et leurs résultats, et les distribue à propos, comme autant de ruisseaux fécondateurs, dans le grand fleuve de l’utilité générale, qui vient grossir à son tour la mer de la prospérité publique.
– Caramba ! dit Biassou en se penchant vers l’obi. Que diantre veut-il dire avec ses mots, enfilés les uns dans les autres comme les grains de votre chapelet ?
L’obi haussa les épaules en signe d’ignorance et de dédain. Cependant le citoyen C*** continuait :
– J’ai étudié, daignez m’entendre, vaillant chef des braves régénérateurs de Saint-Domingue, j’ai étudié les grands économistes, Turgot, Raynal, et Mirabeau, l’ami des hommes ! J’ai mis leur théorie en pratique. Je sais la science indispensable au gouvernement des royaumes et des états quelconques...
– L’économiste n’est pas économe de paroles ! dit Rigaud avec son sourire doux et goguenard.

92Les quatre apostrophes évaluatives ont un volume significatif, présentant toutes des expansions, sur le modèle [adjectif + N + CdN (Préposition + Déterminant + N + Adjectif + CdN2 (+ CdN3))} pour la première (noble défenseur des droits imprescriptibles de la moitié du genre humain), {N + CdN} pour la seconde (héros de l’humanité), {adjectif + N} pour la troisième (illustre guerrier), {adjectif + N + CdN (Préposition + Déterminant + Adjectif + N + CDN2)} pour la dernière (vaillant chef des braves régénérateurs de Saint-Domingue). La surcharge des propriétés va de pair avec l’attitude déférente choisie par le citoyen C***.

93L’apostrophe présente donc un rôle essentiel dans la coénonciation, dans la mesure où le citoyen C*** joue, par l’apostrophe qu’il sélectionne, sa propre vie. Le titre peut être contesté, construisant non seulement le statut de l’allocutaire, mais aussi celui du locuteur, et s’avère un outil dangereux, ce qui explique l’instabilité des apostrophes, et la réorientation effectuée par le citoyen C***, quand il propose un autre type d’identification, cette fois appréciative, moins risquée, car plus difficilement contestable, et qui fait écho, pour la dernière, aux dires antérieurs de Biassou (dialogisme interdiscursif). Cette course en avant concernant les apostrophes suffit à montrer les rapports de force entre les deux interlocuteurs, l’éloge appuyé effectué par un locuteur terrorisé étant la seule possibilité de louvoyer avec le plus fort. L’apostrophe est le vecteur de cet éloge.

94Dans le cadre de l’interaction enchâssée (entre personnages de fiction), les tâtonnements du locuteur C***, en ce qui concerne le choix des apostrophes, mettent en représentation un accordage impossible. Au palier de la relation enchâssante scripteur/lecteur, ils me semblent devoir être interprétés, cette fois, comme une mise à distance, voire une dénonciation violente de toute forme de dictature, le scripteur, dans les choix apostrophiques qu’il effectue (et qu’il fait assumer par son personnage) donnant à voir la dictature en acte, soit une construction pour le lecteur. Si le consensus, l’intersynchronisation, fortement souhaités par le personnage, ne peuvent aboutir (la relation coénonciative enchâssée privilégie le mode de textualisation en soi-même et la disjonction des coénonciateurs), c’est précisément, au-delà de la visée diégético-narrative, pour que la relation enchâssante, celle que le scripteur construit avec son lecteur, permette la mise à distance, et le regard critique, la dénonciation ne pouvant être efficace que dans la mise en perspective de la relation enchâssée. Dans le cadre de cette relation scripteur/lecteur, l’apostrophe permet ainsi de dénoncer, par l’importance démesurée qui lui est accordée, le régime de la terreur, qui oblige ceux qui le subissent à sortir d’eux-mêmes, à être dans le faux, et la flatterie. L’ethos construit est alors celui de l’honnête homme qui guide le destinataire vers une attitude critique.

4.3. Engager un rapport de sympathie

95Le cas de figure envisagé maintenant est tout à fait différent : je m’intéresse à la façon dont l’apostrophe peut contribuer à l’instauration d’une sphère intersubjective où les deux coénonciateurs sont construits en co-phasage sur le plan affectif, ce que j’appelle un rapport de sympathie, que je distingue du rapport d’empathie (je traite le transfert empathique en 4.4.). J’accorde à sympathie son sens étymologique de partage des sentiments (ressentir « avec »), et je réserve empathie quand je souhaite souligner l’identification à autrui et l’aspect fusionnel de la relation construite (ressentir ce que l’autre ressent, être « dans »).

96L’exemple proposé ci-dessous, emprunté à Germinal, d’É. Zola, présente un dialogue entre Maheu et sa compagne :

Dès la veille, dans une réunion tenue chez Rasseneur, Étienne et quelques camarades avaient choisi les délégués qui devaient se rendre le lendemain à la Direction. Lorsque, le soir, la Maheude sut que son homme en était, elle fut désolée, elle lui demanda s’il voulait qu’on les jetât à la rue. Maheu lui-même n’avait point accepté sans répugnance. Tous deux, au moment d’agir, malgré l’injustice de leur misère, retombaient à la résignation de la race, tremblant devant le lendemain, préférant encore plier l’échine. D’habitude, lui, pour la conduite de l’existence, s’en remettait au jugement de sa femme, qui était de bon conseil. Cette fois, cependant, il finit par se fâcher d’autant plus qu’il partageait secrètement ses craintes.
– Fiche-moi la paix, hein ! lui dit-il en se couchant et en tournant le dos. Ce serait propre, de lâcher les camarades !... Je fais mon devoir.
Elle se coucha à son tour. Ni l’un ni l’autre ne parlait. Puis, après un long silence, elle répondit :
– Tu as raison, vas-y. Seulement, mon pauvre vieux, nous sommes foutus.

97L’intersubjectivité est construite sur le mode de l’individuation subjective, distinguant chacun des deux pôles énonciatifs. Cependant cette individuation me semble être remise en cause par l’emploi de l’apostrophe mon pauvre vieux, en relation avec nous sommes foutus, qui la suit immédiatement : en effet, l’apostrophe mon pauvre vieux met en représentation un rapport de sympathie, et implique une co-orientation entre apostropheur et apostrophé, c’est-à-dire entre les deux partenaires énonciatifs. On pourrait gloser en évoquant la compassion de la Maheude pour son homme, mais cette compassion est élargie à leur structuration en termes de couple dialogique, toi et moi restant liés et solidaires : l’énonciateur souligne ainsi qu’il est en phase avec son énonciataire. Le mode de textualisation en soi-même est de la sorte biaisé, l’apostrophe construisant une relation subjective de sympathie, et mettant en représentation bien davantage la communion et la continuité que la disjonction. L’orientation syntaxique du propos de la Maheude, du tu au nous, en passant par mon pauvre vieux, me semble bien souligner cette consonance affective, générée par pauvre (j’y reviens dans le point suivant) et qui s’ancre ensuite dans le nous, qui clôt l’énoncé.

98Le face à face suscité normalement par l’apostrophe laisse ici la place à une intersynchronisation subjective, dont le marqueur explicite est le passage du tu individuant au nous, dont on ne sait pas exactement s’il s’agit d’un nous inclusif (toi Maheu, et moi) ou d’un nous beaucoup plus large, englobant la communauté des mineurs et de leurs familles. Au lieu d’une franche discrimination, il y a biaisage de la subjectivité en soi-même, du côté d’une construction subjective en même, sans rupture entre les instances concernées, qui restent dans la même sphère, les schémas positionnels et expérientiels n’étant pas en opposition : la dualité propre au je / tu n’est pas conçue comme une confrontation de deux positionnements irréductibles, mais plutôt comme une dyade intersubjective, qui peut s’ouvrir à toute la communauté. Ici pauvre caractérise subjectivement l’adjectif nominalisé vieux. Les deux mots s’associent pour construire cette relation de sympathie entre apostropheur et apostrophé. Mais la même relation peut être à l’œuvre avec seulement (mon) pauvre(X) :

– Ô illusions ! Illusions ! Mon pauvre Passereau, que tu es novice : pauvre garçon, cela me fait de la peine. (Petrus Borel, Champavert, les comtes immoraux)

99De la même manière, les apostrophes mon vieux, ma vieille, privilégient souvent le flou positionnel, ce syntagme caractérisant rarement l’apostrophé, mais presque toujours la relation du locuteur à l’apostrophé, fût-ce métaphoriquement.

100Voici un seul exemple, emprunté à Germinal :

Puis, il dit en se relevant :
– Faut pas se plaindre, je suis tout de même solide. Il y en a plus d’un, à quarante-deux ans, qui passe au raccommodage.
– Possible, mon vieux, mais ça ne nous donne pas du pain... Qu’est-ce que je vais fiche, dis ? Tu n’as rien, toi ?
– J’ai deux sous.
– Garde-les pour boire une chope... Mon Dieu ! qu’est-ce que je vais fiche ? Six jours, ça n’en finit plus.

101L’affect est prédominant dans la relation de coénonciation qui se manifeste par mon (pauvre) vieux : la fonction de l’apostrophe est, dans ce cas, de travailler la communion et la continuité, voire la compassion.

102Mais la construction subjective peut aussi opérer un véritable retournement au sein de la relation entre apostropheur et apostrophé, l’apostrophe proposant non plus une caractérisation (subjective) de l’apostrophé, mais une caractérisation de l’apostropheur lui-même, soit un transfert empathique d’un grand intérêt dans le cadre des modes de textualisation.

4.4. Étayer une relation d’empathie

103Le même adjectif pauvre en emploi subjectif affectif peut opérer un glissement empathique : dans ce cas, contrairement aux exemples ci-dessus, il ne rend pas compte d’une relation de sympathie ou de compassion proposée par l’apostropheur en direction de l’apostrophé, mais bien d’un transfert, d’une réorientation, vers la source, de la caractérisation attribuée à la cible. Forest donne un exemple évident de cette empathisation, liée à l’apostrophe mon pauvre :

Indépendamment des unités – ou peut-être est-ce une propriété de certaines incises liées à l’interpellation de l’interlocuteur ? – on constate que ce ne sont pas forcément les entités « objectivement » délimitées qui génèrent les points de vue dans les énoncés, mais qu’il y a de la transitivité ou du transfert empathique, à ce fait que par exemple, en français, on dit mon pauvre (ami) quand on est en train de se plaindre soi-même (Mon pauvre Jean, si tu savais ! Je suis bien fatigué, etc.). (1999 : 95-96)

104Une analyse de quelques apostrophes sur ce modèle conforte cette remarque. Le premier exemple n’actualise pas un transfert empathique. Je le présente pour pouvoir l’opposer aux cas d’empathisation que je présente ensuite. Il s’agit d’un extrait des Illusions perdues, d’H. de Balzac :

En sentant la main d’Ève humide et tremblante dans la sienne, David y laissa tomber une larme. Ce fut en ce moment que Lucien aborda sa sœur.
– Je ne sais pas, dit-il, si vous avez trouvé cette soirée belle, mais elle a été cruelle pour moi.
Mon pauvre Lucien, que t’est-il donc arrivé ? dit Ève en remarquant l’animation du visage de son frère.

105C’est le seul sens affectif qui est ici à l’œuvre. Si Ève inscrit sa compassion dans l’apostrophe à l’adresse de son frère, c’est bien Lucien qui est objet de cette compassion. Cet exemple est donc dans la continuité des exemples proposés en 4. 3.

106Il n’en va plus de même dans l’exemple suivant, identiquement emprunté aux Illusions perdues et mettant en scène les mêmes personnages. Ma pauvre sœur rend compte non de la situation d’Ève, mais plutôt de celle de Lucien, confronté à des difficultés financières. L’apostrophe attire l’attention de l’apostrophée sur les conditions de vie précaires de l’apostropheur, la visée n’étant pas de proposer sa compassion à sa sœur, mais exactement l’inverse (le cotexte présentant le compte de ses dépenses est à cet égard explicite) :

Tu vas apprendre beaucoup de choses en peu de mots : madame de Bargeton a eu honte de moi, m’a renié, congédié, répudié le neuvième jour de mon arrivée. En me voyant, elle a détourné la tête, et moi, pour la suivre dans le monde où elle voulait me lancer, j’avais dépensé dix-sept cent soixante francs sur les deux mille emportés d’Angoulême et si péniblement trouvés. A quoi ? diras-tu. Ma pauvre sœur, Paris est un étrange gouffre : on y trouve à dîner pour dix-huit sous, et le plus simple dîner d’un restaurant élégant coûte cinquante francs ; il y a des gilets et des pantalons à quatre francs et quarante sous, les tailleurs à la mode ne vous les font pas à moins de cent francs. On donne un sou pour passer les ruisseaux des rues quand il pleut. Enfin la moindre course en voiture vaut trente-deux sous. Après avoir habité le beau quartier, je suis aujourd’hui hôtel de Cluny, rue de Cluny, dans l’une des plus pauvres et des plus sombres petites rues de Paris, serrée entre trois églises et les vieux bâtiments de la Sorbonne. J’occupe une chambre garnie au quatrième étage de cet hôtel, et, quoique bien sale et dénuée, je la paye encore quinze francs par mois.

107L’apostrophe ma pauvre sœur est bien le support d’un glissement empathique, l’extension du point de vue s’effectuant par pauvre. L’adjectif pauvre, quand il est antéposé, se charge de potentialités différentes de celles qui sont liées à la postposition, l’adjectif n’exprimant plus une qualité distinctive, mais se chargeant de valeurs affectives, subjectives, expressives (ces valeurs étaient présentes dans les exemples proposés en 4.3.) ou, associé étroitement au nom, effectuant un désignation globale. Cette explication, qui rend compte de la valeur affective de pauvre, ne rend cependant pas compte du transfert d’apitoiement, de la cible à la source. C’est la plasticité énonciative de pauvre qui est ici en jeu : en interpellant Ève par une apostrophe qui semble la poser comme cible de sa compassion, Lucien, en réalité, se positionne comme cible prévue de la compassion de sa sœur. Si ma pauvre sœur est bien un appel au destinataire, sa visée ultime est un appel à la compassion de l’allocutaire envers le locuteur, soit un retournement de la visée habituelle de l’apostrophe tournée vers autrui pour lui signifier sa propre compassion, comme c’était le cas pour mon pauvre Passereau.

108Danielle Leeman (2005) distingue, pour les apostrophes construites avec pauvre, un emploi « affectif » (mon pauvre Passereau) et un emploi « émotionnel » (ma pauvre sœur ; l’exemple de Leeman est Ma pauvre Denise, si tu savais ce qui m’arrive...). Dans le premier cas, pauvre signale que l’apostrophé est digne de la compassion de l’apostropheur, dans le second, pauvre marque l’auto-apitoiement. Quand l’emploi est émotionnel, pauvre se trouve être « l’épithète d’un nom qu’il ne qualifie pas, et [il] qualifi[e] autre chose que le nom auquel il est censé “se rapporter” » (ibid. : 168). Selon Leeman, le propre de pauvre « serait d’instituer l’implication du locuteur et de l’interlocuteur dans la situation de ce qu’il qualifie » (ibid. : 180). Elle en veut pour preuve le fait que l’exclamation Pauvre de X ! (ou X est un pronom) n’est possible, de son point de vue, qu’en association avec moi, toi, nous ou vous. Les deux exemples ci-dessous (parmi beaucoup d’autres) montrent cependant le contraire. Dans ce cas, pauvre ne peut pas être en emploi émotionnel, c’est un emploi affectif, qui marque la compassion du locuteur envers le délocuté, au même titre que la pauvre femme, le pauvre garçon, ce pauvre Chevalier, proposés infra :

Faux sentiments pauvre parade
Et ça t’a rendu trop bizarre et tu es fan de lui fan de lui
Pauvre de lui (V. Sanson)

Légère, elle a connu les mille et une nuits
De noce et son ange gardien, pauvre de lui,
Dut passer auprès d’elle une vie de tortures. (G. Brassens)

109Sa réflexion se clôt sur l’idée que « pauvre pose une égalité entre toi et moi de telle sorte que ce qui arrive à l’un est ressenti par l’autre comme si cela lui arrivait à lui-même : je peux qualifier Denise à qui je m’adresse de pauvre pour quelque chose qui m’advient puisque toi et moi c’est la même chose » (ibid. : 180).

110Je préfère proposer une explication en termes d’extension du point de vue, cette extension s’effectuant de manière graduelle, de la disjonction (toi et moi, ce n’est pas la même chose) à la non-disjonction : de la relation de sympathie à un transfert empathique accompli. Cette empathie ne peut s’expliquer que dans le cadre du dialogisme interlocutif non antagonique, le locuteur intégrant dans son dire la réaction souhaitée de son allocutaire. L’extension du point de vue implique l’extension du positionnement énonciatif, puisque le locuteur présente un dire qui pourrait aussi bien être soutenu, prononcé par l’allocutaire : mon pauvre frère, pourrait dire en l’occurrence la sœur de Lucien. L’apostrophe ma pauvre sœur signale donc un débordement empathique de la part de Lucien. Il faut relier cet effet aux modes de textualisation définis supra : si l’apostrophe signale habituellement un mode de textualisation en soi-même, l’empathisation travaille une textualisation en même, le transfert empathique, permis par l’emploi de pauvre, brouillant l’identité individuée posée par la saturation référentielle de l’allocutaire. Ce type de modulation intersubjective dérègle la disjonction normalement opérée par l’interpellation : le locuteur pose certes explicitement son allocutaire comme un tu, tout en l’engageant dans un réseau empathique qui modifie ce positionnement d’autrui comme irréductiblement autre.

111Le glissement empathique peut aussi opérer d’une source locutrice vers une cible non animée. C’est le cas de l’exemple suivant, emprunté à L’Avare de Molière, et dont la spécificité est de présenter une apostrophe rhétorique. La scène est bien connue : Harpagon, dans un état d’émotion extrême, déplore la perte de sa cassette (acte IV, scène 7). L’association de l’adjectif pauvre et du nom argent exclut une interprétation au pied de la lettre (démuni, sans ressources), la caractérisation du terme argent par pauvre – oxymorique s’il en est – ne pouvant guère être recevable. Si on privilégie l’idée de compassion, l’interprétation du syntagme est tout aussi délicate, le locuteur ne pouvant guère exprimer de la compassion à du non-animé. Pour que le syntagme puisse être interprété de manière pertinente, on ne peut pas se contenter de la seule dimension sémantico-syntaxique, il faut en outre prendre en compte la dimension proprement énonciative, qui autorise le glissement empathique de la cible (mon argent, apostrophe rhétorique, adressée à un objet) à la source, Harpagon lui-même. Qui plus est, non seulement il est bien, à ses propres yeux, digne de compassion, mais encore, du fait de cette disparition, le voilà précisément pauvre, cette fois au sens plein de l’adjectif :

Hélas ! mon pauvre argent, mon pauvre argent, mon cher ami, on m’a privé de toi ! Et, puisque tu m’es enlevé, j’ai perdu mon support, ma consolation, ma joie ; tout est fini pour moi, et je n’ai plus que faire au monde ! Sans toi, il m’est impossible de vivre.

  • 5 Cf. Jeu et réalité, 1971/1975 pour la trad. fr., Paris : Gallimard.

112Les exemples ci-dessous, par contre, sont beaucoup plus classiques, puisqu’il s’agit d’apostrophes en direction d’êtres humains. Des positionnements similaires à celui que j’ai pointé dans le second exemple emprunté à H. de Balzac (ma pauvre sœur) sont à l’œuvre dans les trois passages suivants. Le premier exemple est également emprunté aux Illusions perdues, les deux suivants à Madame Bovary, de G. Flaubert. En (1), les propos sont assumés par Lousteau, à l’adresse de Lucien, difficultés, misère appuyant la relation empathique. En (2), Léon, très ému de devoir quitter Emma (le texte évoque son angoisse), procède à un glissement empathique en utilisant pauvre enfant pour s’adresser à sa petite fille, associé à un glissement de l’objet du désir, signifié par le baiser en quelque sorte transitionnel (au sens de Winnicott5), transfert de celui qu’il ne peut pas donner à Emma. En (3), c’est le père Rouault qui emploie pauvre, dans une lettre adressée à sa fille où il lui relate ses propres malheurs :

(1) Mon pauvre enfant, je suis venu comme vous le cœur plein d’illusions, poussé par l’amour de l’Art, porté par d’invincibles élans vers la gloire : j’ai trouvé les réalités du métier, les difficultés de la librairie et le positif de la misère.
– Lutter sur ce champ ou ailleurs, je dois lutter, dit Lucien.

(2) Alors il y eut un silence. Ils se regardèrent ; et leurs pensées, confondues dans la même angoisse, s’étreignaient étroitement, comme deux poitrines palpitantes.
– Je voudrais bien embrasser Berthe, dit Léon. Emma descendit quelques marches, et elle appela Félicité.
Il jeta vite autour de lui un large coup d’œil qui s’étala sur les murs, les étagères, la cheminée, comme pour pénétrer tout, emporter tout.
Mais elle rentra, et la servante amena Berthe, qui secouait au bout d’une ficelle un moulin à vent la tête en bas.
Léon la baisa sur le cou à plusieurs reprises.
– Adieu, pauvre enfant ! adieu, chère petite, adieu ! Et il la remit à sa mère.

(3) J’ai eu un malheur à ma charretterie, dont la couverture, une nuit qu’il ventait fort, s’est envolée dans les arbres. La récolte non plus n’a pas été très fameuse. Enfin, je ne sais pas quand j’irai vous voir. Ça m’est tellement difficile de quitter maintenant la maison, depuis que je suis seul, ma pauvre Emma !

113De surcroît, l’apostrophe implique le lecteur en tant que destinataire masqué, dans le processus du voir avec le personnage, car elle matérialise un poste énonciatif, dans la relation enchâssée, poste qui est occupé, dans la relation enchâssante, par le lecteur. Il y a donc, dans les deux niveaux de coénonciation, transitivité empathique.

114Quand il est pris dans une apostrophe, pauvre a ainsi un comportement particulier, qui s’oppose aux autres emplois de l’adjectif, inaptes à actualiser un glissement empathique. On peut ainsi opposer Adieu, pauvre enfant et la pauvre enfant, ci-dessous, qui se contente de construire un rapport de compassion au délocuté :

Voyez donc, la pauvre enfant, comme elle est à plaindre ! (Les Liaisons dangereuses)

115Bien d’autres exemples construisant le même rapport pourraient être proposés :

La pauvre femme ! elle se voit mourir
Le pauvre Prévan perdit la tête
Le pauvre garçon ! heureusement j’aurai le temps de calmer sa tête
À propos, ce pauvre Chevalier, s’est-il tué de désespoir ? (ibid.)

116La structure apostrophique, et elle seule, permet ainsi d’actualiser une conversion compassionnelle de la cible à la source, en déconnexion du référent (dans Adieu, pauvre enfant ci-dessus, pauvre ne caractérise pas directement le référent enfant) et en connexion inversée à la relation allocutive elle-même (puisque pauvre signe un transfert d’apitoiement de l’apostrophée à l’apostropheur lui-même).

Conclusion

117J’ai tenté de montrer dans ce chapitre le rôle capital de l’apostrophe dans la structuration du champ communicationnel, et dans la construction du mode de textualisation. J’ajouterai que ce rôle structurant est impliqué par le fait que l’apostrophe est fortement liée à la pulsion communicative (comme je l’ai rappelé dans le point 7.3.2. du chapitre 5), qui est la condition même de la construction du sujet : le fait qu’autrui à qui je parle est reconnu par moi-même comme un autre je, c’est-à-dire un sujet, en rapport avec des affects, ce qui, en retour, me pose en je. L’apostrophe montre, si besoin était, que la parole est structurée en premier lieu par la coénonciation, la mise en présence de corps parlants, avant même d’être un outil du maniement d’idées, de raisonnements : elle se construit dans cet engagement corporel du couple locuteur / allocutaire. Manifestation explicite de la nature pulsionnelle de l’activité langagière, tournée vers l’autre du je, l’apostrophe ancre la parole dans un espace émotionnel et intersubjectif, la production langagière se construisant dans la présence de l’autre, qu’elle discrimine.

118Elle travaille la coloration de la relation interpersonnelle, et au-delà intersubjective, met au premier plan l’intersubjectivité coénonciative, tout en affichant une façon de gérer l’interaction verbale, en prise directe avec l’autre. En cela, c’est un signe explicite d’une parole qui fait une place à autrui en le reconnaissant comme un sujet, en rapport avec des affects, ce qui, en retour, pose l’apostropheur en sujet : la parole non seulement se construit dans la reconnaissance et la circulation de cette intersubjectivité, mais encore en découle.

Notes

1 Ces deux emplois ne sont pas mis à distance par Suzanne pour des raisons strictement opposées. L’apostrophe émanant du Comte ne peut pas être récusée par la servante, la relation étant verticale. Elle lui oppose une déférence légèrement frondeuse :
Le Comte, en riant.
Ah ! charmante ! Et tu me le promets ? Si tu manquais à ta parole, entendons-nous, mon cœur :
point de rendez-vous, point de dot, point de mariage.
Suzanne, faisant la révérence.
Mais aussi point de mariage, point de droit du seigneur, Monseigneur. (III, 9)
Mon cœur, de la part de la Comtesse, marque une relation affective, que Suzanne ne désavoue pas : « En me cédant ta place au jardin, tu n’y vas pas, mon cœur ; tu tiens parole à ton mari, tu m’aides à ramener le mien » (IV, 1).

2 On notera l’ambiguïté interprétative du syntagme, qui peut renvoyer à la propriétaire de la chevelure ou à la chevelure elle-même.

3 Mer d’ébène pourrait être considéré comme apposé à tu. Mais la similitude syntaxique des GN forêt aromatique, fortes tresses et mer d’ébène (N sans déterminant, mais accompagné d’une expansion) facilite, en superposition à la caractérisation effectuée (métaphorisante pour forêt et mer), l’interprétation interpellative pour ces trois syntagmes.

4 Cf. l’analyse sémantico-syntaxique proposée dans le point 1.2.2. (Évaluer positivement autrui) du chapitre 4.

5 Cf. Jeu et réalité, 1971/1975 pour la trad. fr., Paris : Gallimard.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search