Version classiqueVersion mobile

De la non-personne à la personne : l’apostrophe nominale

 | 
Catherine Detrie

Chapitre 5. Apostrophe et dynamique textuelle

Texte intégral

1L’apostrophe sera interrogée, dans ce chapitre, non plus seulement dans sa fonction d’interpellation d’autrui, mais plus généralement en la replaçant dans sa dimension textuelle. Au-delà de l’intégration syntaxique des apostrophes dans des propositions ou des phrases, et de la modification énonciative que leur présence implique, il faut aussi envisager les répercussions de leur emploi au palier textuel, et considérer l’apostrophe comme un processus signifiant dans une totalité textuelle.

2C’est donc la notion de textualité qui est ici convoquée, notion qui renvoie à une construction ayant sa dynamique organisationnelle interne, et s’appuyant sur un pacte énonciatif spécifique. L’angle d’attaque sera celui de la dynamique textuelle engagée par l’apostrophe : en effet, au-delà de l’acte allocutif qu’elle réalise, elle joue un rôle non négligeable, pour ne pas dire essentiel, dans l’organisation textuelle générale.

3Elle peut en effet signaler un changement de plan énonciatif (1.), marquer un acte de langage (2.), être le support d’une auto-interpellation (3.), mettre en place une coénonciation fictive (4.), montrer la démultiplication de la scène énonciative (5.), travailler une logique argumentative, en construisant un rapport de places, lié au statut social manifesté par l’apostrophe (6.), autant de phénomènes qui débordent très largement le rôle strictement allocutif, définitoire de l’apostrophe, et qui ne prennent leur complète signification que dans la dimension proprement textuelle. Ce chapitre examine quelques-uns de ces schémas.

4Je présenterai dans les points 1. à 5. quelques fonctions textuelles de l’apostrophe, avant de développer dans le point 6. un des rôles les plus importants de l’apostrophe dans la dynamique textuelle, le rôle proprement argumentatif. Ce rôle est certes fort banal, mais il s’avère cependant capital quand il est rapporté à la textualité. L’apostrophe construisant une image de son allocutaire a nécessairement une force argumentative : est-ce une image dans laquelle l’allocutaire pourra se reconnaître, ou au contraire est-ce une image repoussoir qui va instaurer une orientation polémique à tout le discours tenu ? Je terminerai ce chapitre en proposant un développement qui prolonge le point 6., mais qui sera exclusivement consacré à des apostrophes spécifiques, à visée agonale : les apostrophes-insultes. J’analyserai avec précision leur production de sens, en tentant d’expliquer les raisons de leur émergence dans le point 7. Cette réflexion aurait certes pu trouver sa place dans le point 6., mais, eu égard à l’importance du corpus, à l’extrême variété du processus génératif des apostrophes-insultes, à leur fonction polémique, il me semble important de les traiter à part, et de terminer ce chapitre consacré au rôle de l’apostrophe dans la dynamique textuelle par ces apostrophes, dont la plupart sont absconses si on ne prend pas en compte, précisément, cette dynamique textuelle.

1. Apostrophe et signal de changement de plan énonciatif

5Cette fonction a bien été mise en évidence par Bernard Cerquiglini (1981), à partir de l’analyse de la succession récit-discours dans la littérature médiévale. Cette succession de deux plans énonciatifs différents est joliment définie (ibid. : 12) : « Dans le paysage textuel qu’a déserté son propre énonciateur, une parole surgit qui est celle d’un autre ». C’est au surgissement de cette parole que s’attache le linguiste.

6Le fait qu’il s’agisse d’écrits littéraires implique des stylisations, des modélisations, qui ne sont pas nécessairement celles de la langue parlée, le locuteur médiéval représenté par une parole littérarisée étant fort éloigné du locuteur médiéval incarné : l’homme parlant concret. De la sorte, si le discours direct inscrit bien une parole, cette parole n’a pas seulement pour fonction de rendre compte d’un dit, elle participe à la construction d’une textualité spécifique : bref, c’est au moins autant de l’écrire que du discours rapporté, ou donné comme tel, la représentation de la parole étant « un carrefour » :

aux confins du littéraire (statut de la mimesis), du philologique (la parole est une lettre, dont il faut s’assurer), du syntaxique (le texte convoque et déploie des éléments linguistiques), du stylistique (cette convocation, ce déploiement sont une écriture). Parole pleine de mots, que d’autres mots désignent, (ibid. : 13)

7Dans ce cadre d’une analyse du discours direct, de son organisation et de son inscription dans la trame narrative, l’apostrophe « relève d’un système de signalisation, au sein duquel [elle] prend fonction et valeur » (ibid. : 12), servant de la sorte à désigner la parole comme telle, à la représenter. L’apostrophe répondrait ainsi « d’abord à un besoin pratique » (ibid.), et jouerait un rôle de médiation entre deux textures différentes.

8L’optique choisie par Cerquiglini est comparative. Le linguiste confronte trois réécritures en prose de l’histoire de Joseph d’Arimathie, à la version antérieure, en vers, de Robert de Boron : ce qui lui permet de s’intéresser aux solutions apportées par les versions ultérieures en prose aux problèmes du décodage, du transfert, et de l’inscription des discours insérés dans la version versifiée initiale. Le but est alors de dégager les systèmes spécifiques de signalisation du discours rapporté, qui correspondent aussi à deux approches différentes de la parole, et leurs raisons.

9Habituellement, on s’attend, dans un texte littéraire qui présente en succession des séquences narrative et discursive, à ce que l’apostrophe ait pour fonction, non seulement d’indiquer au lecteur l’allocutaire à qui s’adresse le discours direct, mais aussi de signaler le début de ce discours. En cela sa fonction textuelle est une fonction de séparation ou de frontière des séquences narrative et discursive. Or, dans la version versifiée de Robert de Boron, l’apostrophe, dans cette double fonction, pourrait apparaître comme redondante, dans la mesure où le discours direct est annoncé par d’autres marqueurs, et où l’allocutaire a été habituellement présenté dans la séquence narrative antérieure qui sert de proposition rectrice au discours direct. Le système du discours rapporté étant donc apparemment verrouillé préalablement à sa mise en place, on pourrait ainsi considérer que l’apostrophe ne présente guère d’utilité. Toutefois, une étude plus attentive du cotexte d’apparition du discours direct montre que les cas de redondance réelle sont extrêmement rares. C’est en particulier le cas quand l’inscription de l’allocutaire a déjà été effectuée par le biais d’un verbe locutif employé préalablement, accompagné de son complément, du type X dit à Y, ce qui permet, avant même le début du discours, de savoir qu’il s’agit d’une parole rapportée (mise en scène par le verbe de locution), et à qui cette dernière s’adresse (mention antérieure de l’allocutaire en complémentation du verbe de locution). Or Cerquiglini ne rencontre qu’une seule fois cette construction redondante dans la version versifiée de Robert de Boron. Dans tous les autres cas, l’apostrophe sert de relais « en clair » aux informations déjà données. La visée de l’apostrophe est alors désambiguïsante. Mais on remarquera aussi que le verbe introducteur du discours direct n’est plus dire (verbe de locution indiscutable engageant une allocution), mais des verbes déclaratifs plus généraux (comme mercier, remercier), et donc plus ambigus. Dans ce cas, l’apostrophe a une réelle fonction informative de signal de changement énonciatif, puisqu’elle « vient affirmer un début de discours que le verbe, dont ce n’était pas la fonction exclusive, n’annonçait pas avec une netteté suffisante » (ibid. : 25).

10Quand le verbe de locution est en incise, inséré au sein du discours direct, ou le suivant immédiatement, l’apostrophe « fonctionne comme marque, comme signal qu’"il y a du discours" » (ibid. : 25). L’apostrophe balise alors la reprise conversationnelle, la colocution réglée antérieurement n’ayant pas été modifiée par la séquence narrative intermédiaire. Cerquiglini constate d’ailleurs que l’apostrophe à valeur de signal de reprise conversationnelle présente habituellement un terme désignateur a minima (par exemple sire), en cela « plus geste que nom, (...) premier degré de l’appellatif » (ibid. : 26).

11Si l’apostrophe, dans la version versifiée, suffit à signaler le début du discours rapporté, les parties narratives présentant finalement peu de séquences introductives de la parole, la version en prose explicite constamment la représentation de la parole rapportée par des verbes déclaratifs et par la désignation des colocuteurs : dès lors l’apostrophe, qui servait de signal de début du discours dans la version versifiée, est, dans la version en prose, éliminée du discours, mais redéployée sous une autre forme syntaxique dans la séquence narrative, soit une réorganisation complète, impliquée par le dérimage et la mise en prose. Dans cette transformation, si l’apostrophe est effacée, l’allocutaire est cependant généralement indiqué au lecteur avant le discours direct. S’il est en outre interpellé (en apostrophe) dans le discours direct qui suit, c’est le plus souvent sous une forme minimale (sire), le modèle de base de la version en prose étant, par ordre de préférence décroissante :

B dist a A : « (Ø/Sire/A)... »

12Le verbe introducteur est alors presque systématiquement dire, ou du moins un verbe dont la fonction exclusive est d’annoncer explicitement une parole rapportée. On passe ainsi d’un système versifié qui présente des verbes divers, souvent sémantiquement complexes, dans la séquence narrative en amont du discours rapporté, aux verbes dire, répondre presque exclusivement, soit des verbes réservés à l’annonce de la parole.

13En outre, chaque fragment de discours rapporté est annoncé par un verbe de ce type, ce dont la version versifiée fait l’économie. Voici un exemple de cette explicitation par une séquence narrative, l’extrait de la version versifiée enchaînant directement deux répliques (la seconde commence par une apostrophe à valeur de signal de changement de tour de parole), alors que la version en prose présente une séquence explicative intermédiaire :

Judas errant li demanda :
« pour moi le dites seulement ? »
« - Judas, tu le diz ensement. »
Et quant Judas le demanda : « Dites le vos por moi ? », lors respondit Jhesu : « Tu le diz. »

14Ces réflexions de Cerquiglini concernant le type de textualisation impliqué par le type textuel, et corollairement l’effacement ou la présence de l’apostrophe comme explicitation de la coénonciation, ou, plus sûrement, comme signal de changement énonciatif dans la version versifiée (qui présente le plus souvent des verbes déclaratifs trop généraux pour qu’ils soient nécessairement interprétés comme des annonces de changement de plan énonciatif) sont tout à fait stimulantes. Elles montrent que l’apostrophe n’est pas un îlot, un isolat énonciatif sans effet sur le reste de l’énoncé, mais, au contraire, que son emploi influe sur son entourage linguistique. La méthode comparative permet en outre de pointer les stratégies proprement textuelles à l’œuvre selon qu’il s’agit de tel ou tel type de texte, ce que signale très clairement le passage ci-dessus : il montre que si le sens général de l’énoncé est assez similaire, les formats syntaxiques et rythmiques, eux, sont tout à fait différents entre la version en prose et la version versifiée.

15Au-delà du changement de plan énonciatif, et donc d’une apostrophe ayant vocation à notifier ce changement de plan dans la version versifiée, la conduite textuelle est une conduite explicitante a posteriori (désambiguïsation, après coup, de la coénonciation). Le schéma est inverse dans la version en prose, puisque la séquence narrative, dont la fonction est également désambiguïsante pour ce qui est du destinataire, précède le discours rapporté. L’allocutaire y est discriminé par des moyens syntaxiques (verbe explicite de locution, du type dire, inscription du complément d’objet second), et l’effacement de l’apostrophe dans le discours rapporté est alors de mise, pour éviter toute redondance,

16Dominique Lagorgette (2000), s’appuyant sur les travaux de Bernard Cerquiglini, dégage en outre une autre fonction textuelle de l’apostrophe, d’ordre cette fois pragmatique.

2. Apostrophe et acte de langage

17La linguiste remarque en premier lieu que, si les termes d’adresse sont certes des « moyens de flécher le discours vers un destinataire », ce ne peut être leur seule fonction, ne serait-ce que « du fait de [leurs] forts taux de fréquence dans les textes » (2000 : 27). Appliquant sa réflexion au Merlin de Robert de Boron, elle aboutit au même constat que Bernard Cerquiglini : le terme d’adresse sert à marquer le début d’un discours rapporté direct, plus de 90 % des occurrences de son corpus étant à l’initiale du discours rapporté. Cependant le fait que ce terme d’adresse soit précédé dans la séquence narrative antérieure au discours direct d’un verbe de parole rend le terme d’adresse redondant. Aussi ne peut-on se contenter de justifier ces emplois en arguant de la redondance propre à la mélodie médiévale (beaucoup de textes non médiévaux travaillent tout autant cette « redondance »). Dominique Lagorgette préfère proposer une explication en termes de fonction textuelle du terme d’adresse. Elle distingue cinq catégories de termes d’adresse : « les noms propres, les titres, les termes occupationnels, les titres familiaux et les termes relationnels » (ibid. : 31), les deux dernières catégories marquant « clairement la relation entretenue par le locuteur avec l’allocutaire », et ancrant « le discours du locuteur dans un rapport à son je, ici, maintenant » (ibid.). Elle constate que le nom propre, très rare en apostrophe dans les textes du moyen-âge (ce qui laisse supposer que ce type d’adresse est perçu comme impoli à cette époque, l’effet agressif pouvant cependant être quelquefois contrebalancé par le vouvoiement) intervient à « des moments clés de l’action », soit parce que « la situation d’énonciation ou le message sont solennels » (ibid. : 33), soit parce qu’il met en valeur la relation qui unit les coénonciateurs, ce qui « renforce leur discours d’autorité » (ibid. : 32). Les titres indiquent une relation fondée sur la hiérarchie sociale, et les termes occupationnels soulignent la fonction sociale de l’allocutaire : l’emploi de ces divers termes d’adresse permet de souligner pour le lecteur l’évolution des places des personnages. Quant aux termes familiaux (biau fils par exemple) et relationnels (biau amis chers), il s’agit d’embrayeurs, qui inscrivent les coénonciateurs dans une relation interpersonnelle les impliquant tous deux.

18Ainsi, les métamorphoses de ces divers termes d’adresse permettent de suivre l’évolution des statuts et des places des personnages « en tant que personnages de l’histoire » (ibid. : 33). Par ailleurs, ils accompagnent fréquemment un acte de demande, position délicate aussi bien pour le demandeur que pour le sollicité : leur fonction est alors souvent de compenser la forme d’agression qu’est toute requête, marquant la prise en compte des réactions supposées de son allocutaire dans sa parole. D. Lagorgette conclut son analyse en soulignant le rôle des termes d’adresse dans « la négociation des places entre locuteurs » :

Ils interviennent dans les négociations, dont ils compensent le danger pour les interlocuteurs. On dira même que les termes d’adresse sont des marqueurs d’interactions verbales, et en particulier, de situations de négociation. Ils marquent les prises de parole, et participent à la gestion des tours de parole, tout en régulant le système de politesse mis en œuvre. (ibid. : 41)

19Elle souligne enfin la présence constante des termes d’adresse dans les actes de langage indirects, et en accompagnement de verbes de demande, les termes d’adresse construisant dans ce cadre une marque du respect qu’on accorde à celui qu’on sollicite.

20Démarquant les actes de langage contenus dans le discours, les termes d’adresse ont une importance capitale dans la structuration globale de l’interaction, et « jouent un rôle extrêmement fin » dans les situations de parole représentées dans la littérature médiévale. Ils informent le lecteur moderne des rapports hiérarchiques, des modalités relationnelles, et permettent une interprétation des statuts sociaux, des rapports de places au sein de la société médiévale : autant de fonctions qui esquissent une pragmatique du rapport à autrui.

21D. Lagorgette (2003) explore à nouveau ce rôle de marqueur d’acte de langage de l’apostrophe. L’exploitation de son corpus d’ancien et moyen français met en évidence que

  • 1 Face Threatening Acts, c’est-à-dire actes menaçant la face. L’expression est empruntée à Brown et L (...)

les T.A. [termes d’adresse] sont très fortement représentés dans les actes illocutoires : demande, ordre, mais aussi excuses, et généralement toute forme de négociation explicite. Les T.A. sont surtout utilisés par le locuteur dans des contextes de FTA1 afin de ménager la face de l’allocutaire. Ils garantissent aussi le rapport de distance entre locuteur et allocutaire. Les termes honorifiques sont utilisés afin de compenser les ordres dans des situations hiérarchisées, et l’on peut dire de manière plus générale que là où l’on trouve des termes d’adresse, on doit s’attendre à découvrir sous peu une situation de FTA. (ibid. : 63)

22Mais, au-delà de l’acte illocutoire, l’apostrophe peut jouer un rôle compensatoire, et vise alors à adoucir ou rendre plus acceptable un énoncé à visée perlocutoire, tel une injonction implicite. L’apostrophe cherche à ménager la face de l’allocutaire (sa présence dans l’énoncé confirme cependant l’acte de langage indirect) :

Plus on demandera de concessions à l’autre, plus les termes d’adresse marqueront le respect de cet autre. (ibid. : 64)

23D. Lagorgette constate ainsi que l’apostrophe est souvent présente quand un inférieur (sur le plan hiérarchique) « questionne un supérieur, ou lorsque les deux locuteurs ont le même rang » (ibid. : 65). Le questionneur montre, ce faisant, qu’il est sensible au fait que sa demande peut apparaître comme une intrusion dans le territoire du questionné : il compense cette mise en danger potentielle par une marque de respect.

24La linguiste conclut son analyse en rappelant qu’il est crucial, pour rendre compte de la fonction d’adresse « de déplacer le point de vue du niveau phrastique au niveau textuel » (ibid. : 66), les termes d’adresse étant constamment articulés au contexte d’énonciation, et à la visée illocutoire et perlocutoire des actes de langage réalisés.

3. Soi comme un autre : apostrophe et auto-interpellation

25Il est fréquent, dans les situations les plus quotidiennes, de se traiter comme un autre, en deuxième personne. Cette personne est très fréquemment soutenue par une apostrophe. Quelquefois l’apostrophe seule est suffisante : Crétin ou Bécasse peuvent aussi bien interpeller la personne qui est sous mes yeux et à qui j’adresse le compliment, qu’être le support d’une auto-interpellation.

26La deuxième personne utilisée dans l’auto-interpellation actualise langagièrement un autre à qui je s’adresse. Elle est donc l’outil du dédoublement imaginaire, être deux étant la condition de réussite de l’acte d’interpellation :

Finalement, avant de faire confiance à quelqu’un, je me dis : « Françoise, s’il y avait la guerre, irais-tu te cacher dans sa cave ? » (Entretien avec Françoise de Panafieu, Le Monde, 01.03.06)

27Ce phénomène est parfaitement perceptible dans des situations par ailleurs véritablement dialogales, ce qu’illustre la réplique ci-dessous, dite par Figaro, au cours d’un échange avec Suzanne. L’impératif pends-toi ne spécifie pas l’apostrophé (pends-toi pourrait être adressé à Suzanne), c’est donc l’apostrophe, et elle seule, qui permet ici de discriminer l’apostrophé, et de comprendre qu’il s’agit d’une auto-interpellation :

Figaro, follement.
Ah ! Figaro ! pends-toi ! tu n’as pas deviné celui-là, - Sa femme ? Oh ! douze ou quinze mille fois spirituelles femelles ! - Ainsi les baisers de cette salle ?... (Le Mariage de Figaro, acte V, scène 8)

28Ainsi, si l’apostrophe marque un rapport direct et immédiat avec l’allocutaire, ce rapport direct, dans le cas de l’auto-interpellation, est de soi à soi : il s’agit d’une sorte d’énallage énonciative, soit un trope codifié en remplacement d’une structure inexistante en langue (l’auto-interpellation personnelle).

29L’apostrophe Figaro est ainsi cruciale pour la désambiguïsation de la cible de l’acte injonctif. On peut opposer ce fonctionnement à celui d’un autre acte injonctif, qui figure quelques lignes plus loin :

Suzanne, riant.
Il pleut des soufflets, Figaro.
Figarolui baise la main.
Ce sont des bijoux que les tiens. Mais celui du Comte était de bonne guerre.
Suzanne
Allons, superbe, humilie-toi !
Figarofait tout ce qu’il annonce.
Cela est juste : à genoux, bien courbé, prosterné, ventre à terre.

30L’impératif humilie-toi permet ici de sélectionner l’allocutaire le plus pertinent, celui qui est qualifié par Suzanne de superbe, apostrophe cependant non obligatoire pour l’élucidation de l’allocutaire, dans la mesure où Figaro est, sans aucun doute possible, l’allocutaire présentement sélectionné par Suzanne comme son partenaire d’interlocution.

31Si la P2 de l’impératif est la plus fréquente, on peut aussi trouver la P4. C’est le cas dans l’exemple ci-dessous (allons, mourons), emprunté aux stances du Cid, qui sont par ailleurs à la première personne, Rodrigue se positionnant énonciativement en je. L’impératif est employé parallèlement à une apostrophe mon âme :

Mon mal augmente à le vouloir guérir ;
Tout redouble ma peine.
Allons, mon âme ; et puisqu’il faut mourir,
Mourons du moins sans offenser Chimène. (I, 6)

32La structure est intéressante dans la mesure où allons ne correspond pas nécessairement à un impératif à valeur vraiment injonctive, mais a quasiment un rôle interjectif d’encouragement. Par contre, mourons a une visée injonctive indubitable. Le jeu des personnes est particulier puisque les impératifs (P4) et le déterminant possessif (P1) montrent la plasticité ou la gradualité de l’expression grammaticale de l’instance locutrice. Par ailleurs, l’apostrophe mon âme sert-elle, en prolongement de son association avec allons, de support apostrophique à l’impératif mourons ? C’est difficile à imaginer dans l’univers chrétien du xviie siècle, qui défend l’immortalité de l’âme. Or les stances sont un discours monologal, et l’explication est peut-être à chercher du côté du genre du discours. Le théâtre est définitoirement un genre du discours dialogal, de l’interlocution aboutie. Le discours monologal contrevient ainsi à ce trait définitoire du genre, ce qui explique que le monologue cherche fréquemment à transformer une scène d’énonciation non interlocutive en scène de coénonciation fictive. C’est ce point que j’étudie ci-dessous.

4. Apostrophe et coénonciation fictive

4.1. Apostrophe et palliation du dysfonctionnement interactionnel dans les monologues au théâtre

33Le monologue met en représentation un dysfonctionnement interactionnel, dont la finalité est à interpréter par rapport au genre du discours. En effet, le monologue relève de la convention théâtrale. Il permet au spectateur d’avoir accès aux pensées secrètes du personnage. Le fait que le locuteur, quand il monologue, ne bénéficie pas de la présence d’un colocuteur qui exercerait son influence, et qui, en échangeant, ferait changer le locuteur (car « parler, c’est échanger, et c’est changer en échangeant », comme le souligne C. Kerbrat-Orecchioni, 1990 : 17) implique d’autres stratégies énonciatives, qu’il s’agisse du dédoublement du locuteur en instance énonciatrice et instance énonciataire, l’apostrophe étant alors un marqueur efficace de ce dédoublement, ou de la construction d’une interaction fictive, par l’interpellation d’un autre absent ou d’une abstraction.

34Le dédoublement effectué dans l’auto-interpellation, présentée dans le point précédent (Figaro, pends-toi), anecdotique en soi, puisque déterminé par une contrainte langagière, devient dramaturgiquement fort intéressant en discours monologal, car il permet au locuteur de recréer de toutes pièces la dyade définitoire de l’échange, en posant son même apostrophé comme un actant autre, distinct du locuteur apostropheur. P. Larthomas (1972/1980), remarque ainsi que, « contre toute attente, la figure la plus utilisée dans le monologue est, sans nul doute, l’apostrophe qui, par nature, appartient au dialogue » (ibid. : 374), son emploi permettant de réduire l’écart que constitue, sur le plan dramaturgique, le monologue, et de réintégrer l’opposition entre les première et deuxième / cinquième personnes, « opposition qui est le caractère fondamental du dialogue » (ibid. : 376). Sa remarque ci-dessous s’applique à l’utilisation de l’apostrophe rhétorique, mais elle est également applicable à l’auto-interpellation :

Rien n’est plus artificiel en un sens que cette apostrophe à des objets inanimés ; mais en même temps le langage tend à redevenir ce qu’il est dans la vie, instrument de communication ; bien que l’on reste ici sur le plan de la feinte, du jeu, et, pour tout dire, de l’art, (ibid.)

35L’apostrophe permet ainsi de réintroduire, à défaut du dialogue lui-même, une de ses marques les plus fondamentales, en en faisant une parole adressée. Au théâtre, se désigner en deuxième ou cinquième personne est ainsi souvent une caractéristique du monologue, qui, sans cela, serait un défi à la théâtralité, et un déni de ce que le théâtre cherche à montrer : l’échange, le dialogue. La cinquième personne, assurée, dans l’exemple ci-dessous (Le Mariage de Figaro), par le possessif votre et le personnel vous, et confortée par l’apostrophe Monsieur Figaro, s’efface ensuite au profit de l’infinitif seul, ce qui a l’avantage de ne marquer explicitement aucune personne :

Attention sur la journée, Monsieur Figaro ! D’abord avancer l’heure de votre petite fête, pour épouser plus sûrement ; écarter une Marceline qui de vous est friande en diable ; empocher l’or et les présents... (I, 2)

36Quand il s’agit d’apostrophes rhétoriques, très fréquentes dans le théâtre classique, la visée est similaire : recréer la dyade, en adressant son discours à une entité qui peut être, selon la définition de Fontanier, surnaturelle, absente, morte, inanimée, ou abstraite. Les deux exemples ci-dessous illustrent ce cas, les premières apostrophes renvoyant à une divinité (Implacable Vénus, Cruelle, Déesse), la dernière à une entité inanimée (fer) :

Phèdre, seule.
Ô toi, qui vois la honte où je suis descendue,
Implacable Vénus, suis-je assez confondue ?
Tu ne saurais plus loin pousser ta cruauté.
Ton triomphe est parfait ; tous tes traits ont porté.
Cruelle, si tu veux une gloire nouvelle,
Attaque un ennemi qui te soit plus rebelle.
Hippolyte te fuit ; et bravant ton courroux,
Jamais à tes autels n’a fléchi les genoux.
Ton nom semble offenser ses superbes oreilles.
Déesse, venge-toi : nos causes sont pareilles.
Qu’il aime... Mais déjà tu reviens sur tes pas,
Œnone ? On me déteste, on ne t’écoute pas. (Phèdre, III, 2)
Rodrigue
(...)
Fer qui causes ma peine,
M’es-tu donné pour venger mon honneur ?
M’es-tu donné pour perdre ma Chimène ? (Le Cid, I, 6)

4. 2. Apostrophe et objectivation de soi en discours romanesque

37L’apostrophe est un lieu d’ancrage énonciatif pertinent de la deuxième personne, dans la mesure où elle permet de saturer référentiellement un actant et de l’impliquer dans l’échange verbal. L’apostrophe explicite cette présence, que l’actant en question soit réel ou fictif, fantomatique : en effet choisir d’apostropher, c’est, pour le locuteur, se positionner, et déterminer une attitude de locution. Cette attitude de locution peut être l’auto-interpellation, qui active une interaction non actualisée. On a vu que ce cas était fréquent, le locuteur s’auto-interpellant en décalage de la personne subjective (je) : l’emploi de la deuxième personne lui permet ainsi de recréer la dyade fondatrice de l’échange.

38Choisir de s’auto-interpeller en deuxième personne interdit ordinairement l’inscription textuelle explicite du je : il est entendu qu’on peut s’interpeller, donc se positionner en autre du je (en tu), mais sans inscrire ce je, qui correspondrait à une sorte de distorsion énonciative trop voyante. S’auto-interpeller en sélectionnant la deuxième personne (la personne objective, selon Benveniste), c’est aussi représenter en pure extériorité son propre corps, et le poser sous son propre regard, lui donner une existence concrète, du moins langagièrement, à l’extérieur de soi. De la sorte, le sujet, s’installant en tu, du côté du tu - de l’autre versant du sujet - se décorporalise (se projette hors du je) pour se recorporaliser en tu, c’est-à-dire en extériorité du je, ce qui permet aussi, peut-être, une dépathétisation de la situation, qui correspond à l’objectivation en tu. C’est du moins à cette conclusion qu’incite, fréquemment, le texte de P. Chamoiseau, L’Esclave vieil homme et le molosse, et son système tout à fait particulier d’énonciation. La narration (d’abord en non-personne, puis basculant du côté du je) suit le personnage principal, un vieil esclave en fuite. Cet extrait se situe après la réappropriation, par le vieil homme, de son histoire en je. L’esclave se trouve face à face avec un dangereux serpent, dont la piqûre est mortelle :

Maintenant mon sang retrouvait une panique. Une suée me vernissait le front. La terreur nous soudait dans un vrac silencieux. Nos effluves identiques trouvaient un équilibre. Cela sans doute me protégeait. Il fallait demeurer ainsi. Pas bouger, mon nègre. Pas foubin, mon bougre. Pas laisser ton cœur désaccorder sa peur. Pas laisser le monstre arrivant m’arracher une tremblade. Rester-là, avec cette Innommable plus puissante et plus rapide que toi.

39Le vieil homme, dans un moment de panique, est représenté comme éprouvant le besoin d’objectiver son corps en le dissociant de la personne subjective. On remarquera en particulier des indices de décorporalisation, avant même l’auto-interpellation en tu : une suée, la terreur mettent en avant la sensation pure, sans mention du corps qui l’éprouve, mais au contraire, pour une suée, posée en désolidarisation de ce corps, comme si elle n’était pas secrétée par ce corps, mais qu’elle s’avérait un élément venu de l’extérieur. La forme unipersonnelle il fallait conforte cette extranéité à son propre corps. C’est ensuite la deuxième personne qui prend le relais, par le biais des deux apostrophes (mon nègre, mon bougre), et du déterminant possessif (ton cœur). Ici, ce qui est original, et qu’on avait déjà repéré plus haut, dans le cadre de la deuxième personne en monologue, c’est l’association avec un infinitif, qui est à rapporter aux modes de textualisation (cf. chapitre 6, point 2.).

  • 2 La praxématique parle d’ipséité (stade du soi-même) pour rendre compte de la construction d’un suje (...)

40Se positionner par l’auto-interpellation, en autre du je (tu), mais cependant pris dans la même sphère interpersonnelle (puisque tu construit l’autre versant de la personne) dans cette histoire de tentative de reconquête d’une ipséité2 qui passe par les multiples facettes de l’identité collective, c’est bien montrer que cet autre apostrophé est indissociable de la sphère expérientielle dans laquelle je se positionne. La relation dyadique construite de soi à soi montre, au-delà de l’objectivation marquée par la deuxième personne, la récusation d’une identité individuée, totalement discriminée, de la personne objective (tu) dans un halo énonciatif sans radicalisation de son positionnement énonciatif, et donc dans le refus de marquer ses distances avec cet autre qui est aussi je, soit une mise en perspective de soi-même : une sorte de je qui vise à l’objectivation de soi. Ce type de configuration, dans le roman, intervient dans les moments de débat, de mise à plat, dès que la tension ipséifiante s’effrite en quelque sorte au profit d’une mise à nu de soi.

  • 3 L’infinitif appartient à la chronothèse in posse pour Guillaume (1929/1970), stade où le dégagement (...)

41L’exemple ci-dessus associe personne objective (ton cœur, toi), stade prépersonnel3 propre à l’infinitif (demeurer, pas bouger), mais aussi personne subjective (mon sang, m’arracher). Il combine en outre, au sein même de l’apostrophe, la première personne (mon) et l’adresse. Ce jeu des personnes et des formes verbales montre le flou propre à l’esprit qui flotte, sans rattachement évident à un corps, parce que précisément l’esprit et le corps ne sont plus en synchronisation, mais semblent au contraire déliés, disjoints, et obéissent à des logiques différentes.

4. 3. De l’objectivation de soi par la deuxième personne au biaisage du positionnement personnel

  • 4 Cf. Détrie C. et Verine B. 2003.

42Je n’insisterai pas sur l’aspect hybride, bien connu, et maintes fois commenté, du Neveu de Rameau, dont je propose un extrait ci-dessous. Je remarquerai que, tout comme le texte précédent (mais aussi comme beaucoup de textes travaillant, à des degrés divers, des déstructurations énonciatives4), il ne respecte pas un consensus tacite, celui d’exclure l’inscription textuelle explicite du je, à l’entour d’une auto-interpellation en deuxième personne. Ce non-respect travaille, de manière beaucoup plus ostentatoire que le texte de Chamoiseau, un biaisage de la construction subjective, ce qui a pour effet de brouiller les positionnements à l’intérieur de la sphère personnelle.

43Dans cette œuvre de Diderot, qui mélange dialogues et narration, deux personnages sont mis en scène : Moi, ou le philosophe (qui assume aussi les passages narratifs) et Lui, ou le neveu de Rameau. L’apostrophe Rameau, dans le passage proposé ci-dessous, impulse un dédoublement de Lui, neveu de Rameau, qui rend ainsi compte de lui-même en deuxième personne, cas tout à fait canonique de l’auto-interpellation. Mais ce phénomène, banal en soi, va en fait engager une remise en question plus fondamentale du système personnel, puisque le locuteur est, au cours du même tour de parole, présenté en première, deuxième et troisième personne.

44Lui parle initialement de lui-même en première personne, dans un discours direct introduit par le verbe de parole ajouter : « Le quelque chose qui est là et qui me parle, me dit ». Il cède cependant aussitôt la parole au quelque chose qui est là et qui interpelle Lui. Il s’agit donc d’un deuxième discours direct enchâssé introduit par dire, et qui s’ouvre sur une apostrophe, en destination de Lui, interpellé par son patronyme Rameau, artifice pour poser Rameau non plus en ego, mais en alter ego, et pouvoir ainsi le présenter en deuxième personne (passage de la personne subjective à la personne objective) : « Rameau, tu voudrais bien avoir fait ces deux morceaux-là ». Cette deuxième personne est par la suite fortement enracinée dans le discours du quelque chose qui parle :

tu voudrais bien avoir fait ces deux morceaux-là ; si tu avais fait ces deux morceaux-là, tu en ferais bien deux autres ; et quand tu en aurais fait un certain nombre, on te jouerait, on te chanterait partout ; quand tu marcherais, tu aurais la tête droite ; la conscience te rendrait témoignage à toi-même de ton propre mérite ; les autres te désigneraient du doigt.

45Mais à l’intérieur même de ce discours en tu, adressé par une entité fictive (le quelque chose qui est là) au neveu, surgissent trois autres configurations :

46– tout d’abord une première personne, qu’on ne peut pas faire coïncider avec le locuteur fictif désigné par un quelque chose qui parle, et qui donc renvoie à Rameau, initialement présenté en tu, soit une distorsion personnelle : « cent faquins me viendraient encenser tous les jours » ;

47– un deuxième tu, qui souligne cette fois le fait que le neveu s’est débarrassé du quelque chose qui parle, et qu’il assume directement sa propre représentation en P2 :

tu aurais une bonne maison
on te dirait le matin que tu es un grand homme ; tu lirais dans l’histoire des Trois Siècles
que tu es un grand homme ; tu serais convaincu le soir que tu es un grand homme

48– enfin deux emplois différents de la troisième personne renvoyant au neveu, mais assumée par des locuteurs distincts. La première occurrence (lui) représente Rameau dans un discours direct enchâssé, dont l’énonciateur est on : « On dirait, c’est lui qui a fait les jolies gavottes ». La deuxième série d’occurrences est assumée par le quelque chose qui parle :

Rameau le neveu s’endormirait au doux murmure de l’éloge qui retentirait dans son oreille ; même endormant, il aurait l’air satisfait ; sa poitrine se dilaterait, s’élèverait, s’abaisserait avec aisance ; il ronflerait, comme un grand homme

49Si on reprend cette valse du système personnel, on obtient successivement une troisième (il, lui), une première (me) et une deuxième (apostrophe Rameau, tu, te) personnes pour le même personnage, qui peut en outre être alternativement :

  • locuteur enchâssant (« Le quelque chose qui est là et qui me parle, me dit »),

  • locuteur enchâssé (« cent faquins me viendraient »),

  • allocutaire enchâssé (« Rameau, tu voudrais bien avoir fait ces deux morceaux-là »),

  • et de toute façon énonciateur enchâssant pour la totalité du passage, si on excepte les parenthèses descriptives, en P3 et à l’imparfait, assumées par le narrateur englobant Moi : « et il chantait les gavottes » ; « puis (...) il ajoutait, en se frottant les mains » ; « et il en mesurait l’étendue avec ses bras » ; « il s’y étendait nonchalamment » ; « il goûtait » ; « il levait le pied pour y monter » ; « il regardait » ; « il croyait les voir autour de lui » ; « il prenait déjà la gorge » ; « il regardait » ; « il croyait les voir autour delui ; il voyait (...) » ; « il les entendait, il se rengorgeait, les approuvait, leur souriait, les dédaignait, les méprisait, les chassait, les rappelait ; puis il continuait » ; il se laissait aller » ; « il fermait les yeux, et il imitait le sommeil heureux qu’il imaginait » ; « il se réveillait (...), et cherchait encore autour de lui ses adulateurs insipides ».

50Cette description fort laborieuse montre l’extrême complexité énonciative de cette page, présentée maintenant in extenso :

Puis il [Lui, le neveu de Rameau] se remettait à chanter l’ouverture des Indes galantes, et l’air Profonds Abîmes ; et il ajoutait : Le quelque chose qui est là et qui me parle, me dit : Rameau, tu voudrais bien avoir fait ces deux morceaux-là ; si tu avais fait ces deux morceaux-là, tu en ferais bien deux autres ; et quand tu en aurais fait un certain nombre, on te jouerait, on te chanterait partout ; quand tu marcherais, tu aurais la tête droite ; la conscience te rendrait témoignage à toi-même de ton propre mérite ; les autres, te désigneraient du doigt. On dirait, c’est lui qui a fait les jolies gavottes et il chantait les gavottes ; puis avec l’air d’un homme touché, qui nage dans la joie, et qui en a les yeux humides, il ajoutait, en se frottant les mains ; tu aurais une bonne maison, et il en mesurait l’étendue avec ses bras, un bon lit, et il s’y étendait nonchalamment, de bons vins, qu’il goûtait en faisant claquer sa langue contre son palais, un bon équipage et il levait le pied pour y monter, de jolies femmes à qui il prenait déjà la gorge et qu’il regardait voluptueusement, cent faquins me viendraient encenser tous les jours ; et il croyait les voir autour de lui ; il voyait Palissot, Poincinet, les Frérons père et fils, La Porte ; il les entendait, il se rengorgeait, les approuvait, leur souriait, les dédaignait, les méprisait, les chassait, les rappelait ; puis il continuait : et c’est ainsi que l’on te dirait le matin que tu es un grand homme ; tu lirais dans l’histoire des Trois Siècles que tu es un grand homme ; tu serais convaincu le soir que tu es un grand homme ; et le grand homme, Rameau le neveu s’endormirait au doux murmure de l’éloge qui retentirait dans son oreille ; même en dormant, il aurait l’air satisfait ; sa poitrine se dilaterait, s’élèverait, s’abaisserait avec aisance ; il ronflerait, comme un grand homme ; et en parlant ainsi, il se laissait aller mollement sur une banquette ; il fermait les yeux, et il imitait le sommeil heureux qu’il imaginait. Après avoir goûté quelques instants la douceur de ce repos, il se réveillait, étendait ses bras, bâillait, se frottait les yeux, et cherchait encore autour de lui ses adulateurs insipides.

51Le jeu entre non-disjonction (je) et disjonction (tu, Rameau) se fait sous le couvert d’une délégation de parole, artificielle, et présentée délibérément comme artificielle : le quelque chose qui est là ne ressemble guère à un locuteur, mais se contente d’être un stratagème, donné comme tel avec une certaine désinvolture. Or cette posture énonciative, en lieu et place du dédoublement de soi à soi plus attendu, est abandonnée en cours de route, l’adresse à soi-même en tu étant alors assertée sans précaution, et désormais sans le masque de la fiction du quelque chose doué de parole : tu aurais une bonne maison. Ce ricochet énonciatif implique un système d’une rare complexité, comme si l’apostrophe initiale, posant Rameau en tu, qui correspond de fait à une auto-interpellation par une personne objectivée en tu, bien qu’elle ne se donne pas pour telle, impliquait et impulsait cet entrecroisement, cette complexification de plus en plus grande, qui exige du lecteur une très grande attention. Or tout le passage est sous l’égide de ce terme d’adresse, qui donne le signal de la déconstruction totale de l’énonciateur enchâssant.

52On est bien au-delà, dans la déstructuration énonciative, de l’auto-interpellation en P2, ou de l’interpellation de l’absent dans les monologues de théâtre. On est tout simplement, comme dans le texte de Chamoiseau, de manière tout aussi fondamentale, mais encore plus radicale, dans le questionnement lié à l’identité. La possibilité de s’objectiver en P2 ou P3 - donc de déconstruire la personne grammaticale - et de se regarder (toujours grammaticalement) agir, penser, parler, imaginer, correspond - peut-être - à une mise à distance de son corps parlant pour se voir/se dire comme l’autre vous voit/vous dit.

53On peut sans doute aussi alléguer, dans la continuité de cette prise de position, que ce qui est perçu au théâtre comme pure convention liée au genre (l’auto-interpellation ou l’interpellation de l’absent) met aussi en représentation, de manière ostentatoire, la même interrogation. Le jeu avec les personnes serait ainsi l’indice d’un questionnement spécifiquement humain, et l’une des mises en scène pour tenter de répondre à une question elle aussi typiquement humaine : qui suis-je ?

5. L’apostrophe : un indice du jeu sur les strates de la scène d’énonciation

54C’est à Maingueneau que j’emprunte la notion de scène d’énonciation. La scène d’énonciation, de son point de vue, présente trois strates combinées :

  • une scène englobante, qui « donne son statut pragmatique au discours » (1999 : 82). Approximativement, pour un texte littéraire, c’est celle de la relation scripteur / lecteur potentiel ;

  • une scène générique, qui est celle du contrat attaché à un genre, à une « institution discursive » ;

  • enfin une scénographie, qui « est construite par le texte lui-même », s’écartant du préconstruit générique, et qui correspond au scénario qui dicte au locuteur sa posture :

La scénographie implique un processus en boucle paradoxale. Dès son émergence, la parole suppose une certaine situation d’énonciation, laquelle, en fait, se valide progressivement à travers cette énonciation même. La scénographie est ainsi à la fois ce dont vient le discours, et ce qu’engendre ce discours ; elle légitime un énoncé qui, en retour, doit la légitimer, doit établir que cette scénographie dont vient la parole est précisément la scénographie requise pour énoncer comme il convient, selon le cas, la politique, la philosophie, la science, ou pour promouvoir telle marchandise... (1998 : 71)

55Pour Maingueneau, le mot scénographie doit être envisagé à la fois dans son sens théâtral, mais aussi comme manière spécifique de se légitimer en se prescrivant un mode d’existence dans l’interdiscours. Le mot permet en outre d’envisager « le développement de l’énonciation comme l’instauration progressive de son propre dispositif de parole » (1999 : 84).

56Un des rôles textuels de l’apostrophe est aussi de démultiplier, ou de signaler une démultiplication des sphères coénonciatives, et donc des figures d’énonciation, au sein d’une même scène d’énonciation. Ce point a été abordé de manière très latérale (chapitre 4, point 1.1.2.) : j’ai montré que la succession des apostrophes, au sein d’un même tour de parole, construisait deux sphères coénonciatives différentes, l’apostrophe étant alors un marqueur important de l’organisation interactionnelle globale. L’emploi d’apostrophes multiples implique en retour le dédoublement correspondant de la figure locutrice, même s’il s’agit d’un seul énonciateur, ce qui implique aussi, au palier textuel, un jeu sur la stratification de la scène d’énonciation.

57De très nombreux textes jouent sur l’interpellation d’allocutaires différents : quelle est alors la relation construite entre je et ces tu multiples, quel espace intersubjectif est ainsi élaboré ? Sur quel mode se combinent ou s’imbriquent les diverses sphères coénonciatives ainsi construites par des face à face modifiés au fil du texte ? Les apostrophes peuvent soit opérer des distinctions au sein de la scène d’énonciation, les unes renvoyant à la scène englobante, les autres à la scène générique (5.1.), soit travailler directement la scénographie (5.2.).

5. 1. Des sphères coénonciatives enchâssées

58J’illustrerai ce propos en m’appuyant sur quelques constructions énonciatives des Fleurs du mal, de Baudelaire, l’apostrophe s’articulant à des sphères coénonciatives diverses. La scène englobante (celle qui s’instaure entre le scripteur et le lecteur), le plus souvent implicitée dans les textes littéraires, est ici montrée, puisque le destinataire est apostrophé à deux reprises, l’apostrophe « lecteur » engageant une procédure de référenciation directe du coénonciateur, et lui accordant un statut en rapport avec l’acte de lecture lui-même du texte, donc dans une relation étroite à l’énonciateur envisagé dans son activité scripturale. Ce cas de figure, où le lecteur, apostrophé, est engagé directement dans l’interaction construite par le poème, c’est-à-dire positionné en tant que coénonciateur (la voix du poète et celle du scripteur étant en coïncidence) s’avère cependant relativement marginal dans Les Fleurs du mal puisque seuls le poème liminaire « Au lecteur » et le poème II (« Le parfum ») inscrivent textuellement cette interaction enchâssante, les instances du scripteur et du lecteur y étant explicitées :

Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat,
- Hypocrite lecteur, - mon semblable, - mon frère !
Lecteur, as-tu quelquefois respiré
Avec ivresse et lente gourmandise
Ce grain d’encens qui remplit une église,
Ou d’un sachet le musc invétéré ?

59Le palier de la scène générique, liée au discours poétique, travaille le lyrisme, dont l’invocation est un des marqueurs. L’apostrophe est ainsi à traiter dans le cadre plus large de ce qu’on nomme quelquefois le style lyrique d’invocation (je reviens sur ce point dans le chapitre 6, point 3., intitulé Apostrophe, genre du discours et plasticité coénonciative). Les apostrophes, très nombreuses, travaillent des situations extrêmement diversifiées, font bruire d’autres coénonciations. La voix enchâssante construit ainsi avec ses divers coénonciateurs (Agathe, la muse, Satan, un ange, etc.) des couples divers, ou se dédouble en deux instances je/tu, comme dans le poème LXXVI :

- Je suis un cimetière abhorré de la lune,
(...)
Je suis un vieux boudoir plein de roses fanées,
(...)
- Désormais tu n’es plus, ô matière vivante !
Qu’un granit entouré d’une vague épouvante

60La profusion des apostrophes, qui construit des cadres de référence fictifs sur le modèle de l’interaction englobante, modifie en retour la figure locutrice initiale (du scripteur à la voix textuelle), dialoguant avec autrui, voire avec elle-même. Elle a un autre effet textuel, dans la mesure où elle touche aussi la position du lecteur. En effet, si le lecteur est engagé par rapport au cadre de référence enchâssant, il est extérieur, d’un point de vue énonciatif, aux cadres de référence enchâssés, au sein desquels il n’est qu’un tiers. Mais, parce que l’apostrophe constitue un acte de référence directe, il se trouve dans la même position qu’Agathe, la muse ou Satan. En cela, il réinvestit cette position partagée, le format interpellatif étant un truchement qui permet la superposition des coénonciations enchâssante et enchâssée, chaque apostrophe sollicitant, de fait, l’engagement identificatoire du lecteur à l’autre interpellé. La fonction de l’apostrophe déborde ainsi très largement le cadre de la visée lyrique au profit d’une implication à la fois diffuse et cependant constante du lecteur, liée à la solidarité positionnelle des coénonciateurs.

5. 2. La légitimation d’une scénographie de l’adresse

61L’exemple proposé ci-dessous a une visée bien différente. Il s’agit du Chant de la libération, plus connu sous le nom de Chant des partisans, mis en paroles par Maurice Druon et Joseph Kessel le 30 mai 1943.

62Les apostrophes, dans ce texte, sont multiples : ami, partisans, ouvriers et paysans, camarades, saboteur, compagnons. La sphère interpersonnelle, signifiée dans les deux premiers vers par l’interpellation d’un particulier dans une relation affective à l’énonciateur, s’élargit au fil du texte aux compagnons, et à tous les combattants de l’ombre :

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme.
Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.
Montez de la mine, descendez des collines, camarades !
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite !
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite...
C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève...
Ici chacun sait ce qu’il veut, ce qu’il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes, un ami sort de l’ombre à ta place.
Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes.
Sifflez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute...
Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu’on enchaîne ?
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme.
Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

63La sphère amicale est rappelée tout au long du poème, dans des lieux stratégiques : en ouverture des deux premiers vers, en ouverture de la dernière strophe. L’appel s’adresse d’abord au proche, à celui qui partage le quotidien, à celui qu’on a choisi parmi d’autres, et avec lequel on a une relation de complicité. C’est l’ami qui initie le dispositif d’interpellation structurant le texte, c’est à lui d’abord qu’on demande de l’attention, de l’écoute. Cette sphère interpersonnelle sur le mode de la confiance, une fois établie, s’ouvre à d’autres, que l’énonciateur reconnaît comme frères d’engagement : des « partisans », des « camarades ». Elle inclut aussi le monde du travail : « ouvriers et paysans ». L’apostrophe « compagnons » manifeste l’ouverture du cercle des camarades à tous ceux qui résistent, quelle que soit leur appartenance politique. Quant aux syntagmes « tueurs à la balle et au couteau » et « saboteur » (les deux noms dérivent d’un procès), ils renvoient à ceux qui sont déjà passés à l’acte, et qui incarnent l’insurrection. Le nous on qui apparaît au sein du poème est un fédérateur de tous ces insurgés, qui inclut l’énonciateur. L’association des pronoms met l’accent sur la communauté (nous), mais une communauté sans identité, précisément l’armée de l’ombre (on), qui accepte en son sein tous ceux qui entrent en résistance. L’ami est présenté en position disjonctive par rapport à ce nous on : il est apostrophé individuellement (les autres apostrophes sont sans doute génériques), et il réapparaît sous la forme du pronom de P2, associé au procès de voir, dans une incidente : « vois-tu », qui fait écho à « entends-tu ». Il semble que cet appel à entendre et à voir soit efficace, puisque l’ami est ensuite évoqué au combat :

Ami, si tu tombes, un ami sort de l’ombre à ta place.

64Il est en outre opposé, dans la première comme dans la dernière strophe, à la défaite imminente de l’ennemi :

Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

65L’apostrophe non seulement joue un très grand rôle dans la construction textuelle d’une communauté en résistance, mais elle en est la matrice et la dynamique propre, et, à ce titre, elle est fondatrice de la scénographie choisie. Elle permet de concrétiser en représentation corporalisée (en face à face) tous les combattants de l’ombre, ceux qu’habituellement on ne voit pas, ou qu’on n’entend pas, parce qu’ils vivent dans la clandestinité. Voilà pourquoi l’énonciateur demande à son ami s’il est apte à entendre ou voir ceux qui ne sont ni visibles ni audibles. Le dispositif propre à l’apostrophe permet de construire et de fédérer, en les incarnant, des idéaux politiques (camarades), sociaux (ouvriers et paysans), humains (ami, compagnons), mais aussi d’exposer concrètement des moyens de lutte - le sabotage et le nécessaire recours aux armes (« saboteur », « les tueurs à la balle et au couteau ») -, et des choix de vie, en particulier la clandestinité (« un ami sort de l’ombre »), mais aussi la fraternité (« briser les barreaux des prisons pour nos frères »). L’apostrophe tisse ainsi le lien occulte entre des hommes et des imaginaires qui sans cela n’auraient aucune raison de se rencontrer.

6. L’apostrophe : un rouage essentiel de la machinerie argumentative

66R. Amossy, à plusieurs reprises (2000, 2002 en particulier), s’interroge sur la construction de l’auditoire comme stratégie argumentative :

On a parlé de l’auditoire comme construction de l’orateur. Mais on n’a pas assez souligné le fait que l’image de l’allocutaire projetée par le discours constitue en soi une stratégie. Sans doute la représentation que l’orateur se fait de son public s’inscrit-elle dans le texte en déterminant des modalités argumentatives. Néanmoins, ce qui se donne à voir dans le discours, ce n’est pas seulement la façon dont le locuteur perçoit son ou ses partenaires, c’est aussi la façon dont il leur présente une image d’eux-mêmes susceptible de favoriser son entreprise de persuasion. À la limite, l’orateur travaille une image de l’auditoire dans laquelle celui-ci voudra se reconnaître. Il tente d’infléchir des opinions et des conduites en lui tendant un miroir dans lequel il prendra plaisir à se contempler. (2000 : 56-57)

67Amossy (2002) mentionne le point que je tente ici d’explorer, c’est-à-dire le rôle argumentatif des indices d’allocution :

L’attention portée à la façon dont l’instance de réception s’inscrit dans le discours, c’est-à-dire aux modalités selon lesquelles le locuteur projette l’image de celui auquel il s’adresse, s’avère extrêmement précieuse dans l’analyse argumentative. (ibid. : 165)

68Ce rôle argumentatif, qui n’est ici qu’esquissé par R. Amossy, est de mon point de vue essentiel, qu’il s’agisse de persuader l’auditoire, ou, au contraire, de le déstabiliser, de le stigmatiser, de lui signifier son intention agonale, pour ce qui est de l’apostrophe-insulte.

69Ce rôle sera exploré, dans ce point, à partir d’une analyse de quelques apostrophes délibérément inadéquates, au regard du statut réel ou de la situation de l’apostrophé, ce qui me permettra de mettre en relief l’argumentation qui les sous-tend.

6.1. Apostrophe et mise en perspective du statut octroyé

70Les apostrophes ci-dessous, empruntées à Marivaux, ont pour particularité de réaliser un acte de langage qui cumule une fonction argumentative et une fonction diégétique, en ce sens qu’elles modifient l’univers de l’histoire, et suscitent de nouvelles actions. La première série est extraite de L’Île des esclaves (scène 6). Les apostrophes Arlequin, Madame, Monsieur sont décalées par rapport au personnage apostrophé : la première est en effet employée par Arlequin lui-même, pour interpeller son maître Isicrate, les deux autres par des valets entre eux, alors que ces appellatifs sont réservés aux nobles. Ces apostrophes ont alors pour fonction textuelle d’affermir la thématique proprement diégétique du changement de statut propre à l’île où les personnages ont fait naufrage :

Cléanthis. Je suis d’avis d’une chose, que nous disions qu’on nous apporte des sièges pour prendre l’air assis, et pour écouter les discours galants que vous m’allez tenir ; il faut bien jouir de notre état, en goûter le plaisir.

Arlequin. Votre volonté vaut une ordonnance. (À Iphicrate.) Arlequin, vite des sièges pour moi, et des fauteuils pour Madame.
Iphicrate. Peux-tu m’employer à cela ?
Arlequin. La république le veut.
Cléanthis. Tenez, tenez, promenons-nous plutôt de cette manière-là, et tout en conversant vous ferez adroitement tomber l’entretien sur le penchant que mes yeux vous ont inspiré pour moi. Car encore une fois nous sommes d’honnêtes gens à cette heure, il faut songer à cela ; il n’est plus question de familiarité domestique. Allons, procédons noblement, n’épargnez ni compliments ni révérences.
Arlequin. Et vous, n’épargnez pas les mines. Courage ; quand ce ne serait que pour nous moquer de nos patrons. Garderons-nous nos gens ?
Cléanthis. Sans difficulté ; pouvons-nous être sans eux ? c’est notre suite, qu’ils s’éloignent seulement.
Arlequin, à Iphicrate. Qu’on se retire à dix pas.
Iphicrate et Euphrosine s’éloignent en faisant des gestes d’étonnement et de douleur.
Cléanthis regarde aller Iphicrate, et Arlequin, Euphrosine.
Arlequin, se promenant sur le théâtre avec Cléanthis. Remarquez-vous, Madame, la clarté du jour ?
Cléanthis. Il fait le plus beau temps du monde ; on appelle cela un jour tendre.
Arlequin. Un jour tendre ? Je ressemble donc au jour, Madame.
Cléanthis. Comment ! vous lui ressemblez ?
Arlequin. Eh palsambleu ! le moyen de n’être pas tendre, quand on se trouve tête à tête avec vos grâces ? (À ce mot il saute de joie.) Oh ! oh ! oh ! oh !
Cléanthis. Qu’avez-vous donc ? Vous défigurez notre conversation.
Arlequin. Oh ! ce n’est rien : c’est que je m’applaudis.
Cléanthis. Rayez ces applaudissements, ils nous dérangent. (Continuant.) Je savais bien que mes grâces entreraient pour quelque chose ici. Monsieur, vous êtes galant ; vous vous promenez avec moi, vous me dites des douceurs ; mais finissons, en voilà assez, je vous dispense des compliments.

71Si l’apostrophe conserve son rôle de liaison entre énonciation et énoncé, par vérification du maintien du contact, elle a aussi une fonction argumentative et diégétique tout à fait décisive, dans la mesure où elle est chargée de rendre compte d’une situation référentielle spécifique, celle de l’île des esclaves : appeler Iphicrate Arlequin, appeler Arlequin Monsieur et Cléanthis Madame, c’est construire un pacte conversationnel particulier qui signe le changement de statut.

72L’apostrophe manifeste à elle seule le jeu social mis en place, et signale au spectateur, partie prenante de la coénonciation englobante, que le discours qu’il entend est un discours citationnel, empruntant au maître ses mots, son vouvoiement, pour le moins inattendu chez des valets dans la comédie, discours dont la visée est la dénonciation de la comédie mondaine de la scène galante. L’apostrophe construit ou conforte ainsi la modification du statut social des personnages, qui est aussi le moteur global de la comédie, soulignant énonciativement les enjeux non seulement de la scène 6, mais bien plus généralement de la construction textuelle globale.

73Le deuxième exemple (Le Jeu de l’amour et du hasard, de Marivaux) fonctionne de façon similaire. Mario et Silvia sont frère et sœur, mais Silvia se fait passer pour sa servante Lisette devant Dorante, qui vient pour l’épouser :

Mario
Ah te voilà Lisette ?
Silvia
Qu’avez-vous Monsieur, vous me paraissez ému ?

74On retrouve le même jeu entre tutoiement et vouvoiement - significatif du positionnement social supposé -, entre prénom (Lisette) et appellatif en emploi apostrophique (Monsieur). Les apostrophes rappellent ainsi la modification des places et des statuts des personnages : dans ce dernier exemple, elles ne s’adressent pas véritablement à l’allocutaire ratifié, mais sont au contraire employées pour Dorante, qui assiste à l’échange. Il s’agit donc d’un trope communicationnel.

6.2. Du statut ratifié au statut brigué : l’apostrophe, ouverture à un autre statut ?

75On peut aussi percevoir ce rôle argumentatif dans l’exemple suivant, emprunté à Victor Hugo, où le roi s’adresse à l’évêque Afranus (La Légende des siècles).Cette fois-ci, le statut construit est le bon, mais l’apostrophe est articulée argumentativement au contenu de l’énoncé, et à l’élément rhématique cardinal qu’il contient :

- Évêque, dit le roi, tu seras cardinal.

76Cette apostrophe intervient après les propos suivants du prélat :

Sire,
L’empereur ne veut rien sans que Dieu le désire.
Donc, faites ! (...)
Quant aux chrétiens, du jour qu’ils sont vos adversaires,
Ils sont de fait païens, sire, et de droit corsaires.
Il serait malheureux qu’un scrupule arrêtât
Sa majesté, quand c’est pour le bien de l’État.
Chaque affaire a sa loi ; chaque chose à son heure.
La fille du marquis de Final est mineure ;
Peut-on la détrôner ? En même temps, peut-on
Conserver, à la sœur de l’empereur, Menton ?
Sans doute. Les pays ont des mœurs différentes.
Pourvu que de l’Église on maintienne les rentes,
On le peut. Les vieux temps, qui n’ont plus d’avocats,
Agissaient autrement ; mais je fais peu de cas
De ces temps-là ; c’étaient des temps de république.
L’empereur, c’est la règle ; et, bref, la loi salique,
Très mauvaise à Menton, est très bonne à Final.

77L’apostrophe permet ainsi d’articuler argumentativement le statut actuel et le statut à venir, et de manifester ainsi le contentement de l’empereur constatant l’échine souple et l’éthique élastique de son conseiller. Or toute la première section de ce très long poème met en scène l’extraordinaire propension de tous les puissants (marquis et autres petits rois) à dire à l’empereur ce qu’il souhaite entendre. La seule voix discordante aurait pu venir de l’évêque Afranus, présenté comme « pieux, charitable », qui « traite les biens du monde en homme austère et détaché ». Il faut cependant apprécier ces traits comportementaux positifs à l’aune de deux autres caractéristiques, qui préparent la chute : d’une part, c’est un « grand casuiste » ; d’autre part, « comme il est humble, il a les reins ceints d’une corde », soit un rapport de cause à effet assassin, qui met à jour la posture, et signe l’homme en représentation.

78Le locuteur qui emploie cette apostrophe est tout puissant, puisqu’il s’agit de l’empereur Radbert, ce qui pose sa parole comme performative en quelque sorte. L’apostrophe a alors pour fonction textuelle, en permettant de faire surgir l’opposition entre le statut réel et le statut convoité, d’une part de souligner cette performativité de l’auguste parole, d’autre part de mettre en perspective toutes les petites et grandes veuleries de ces puissants pusillanimes, prompts à plier l’échine devant le bon vouloir du maître, ou à l’affût d’un titre, d’une distinction, d’une promotion. La lâcheté la plus inacceptable émane de l’homme d’église. La section 1 du poème se termine par une deuxième chute qui met cette fois en perspective, au-delà de l’oubli de sa mission de la part de l’évêque Afranus, le contentement de Satan devant le renoncement à sa fonction de « pauvre clerc, fait pour chanter des cantiques » :

Pendant que le conseil se tenait de la sorte,
Et qu’ils parlaient ainsi dans cette ville morte,
Et que le maître avait sous ses pieds ces prélats,
Ces femmes, ces barons en habits de galas,
Et l’Italie au loin comme une solitude,
Quelques seigneurs, ainsi qu’ils en ont l’habitude,
Regardant derrière eux d’un regard inquiet,
Virent que le Satan de pierre souriait.

7. L’apostrophe à visée agonale : disqualifier l’allocutaire, son discours, ou son droit à le tenir

79Le développement ci-dessous concerne un tout autre type de situation discursive : celle où l’apostrophe a une visée agonale. La dimension argumentative de l’apostrophe s’exerce au détriment de l’apostrophé, comme le laisse entendre plaisamment D. Perret :

« Se faire appeler Jules », « se faire appeler par son nom », « se faire traiter de tous les noms » : ces expressions équivalent à « se faire injurier ». L’établissement de cette équivalence indique une affinité entre les termes d’adresse et les injures. (1968 : 3)

  • 5 Ces points ont été abordés dans Détrie, à paraître a (actes du colloque international d’Avignon « D (...)

80La dimension argumentative est patente quand l’apostrophe construit une qualification péjorative, dans la mesure où, en inscrivant l’allocutaire dans le discours du locuteur, elle règle aussi la relation du locuteur à cet allocutaire5.

81L’auditoire, dans ces lieux de débat que sont des instances institutionnelles comme l’Assemblée nationale ou les assemblées locales d’élus (conseils municipaux), est forcément hétérogène : il y a généralement une majorité et une opposition (avec des nuances infinies), des gens dont le locuteur se sent proche, politiquement, intellectuellement, idéologiquement, et d’autres, dont il cherche à se démarquer. Cet auditoire a par ailleurs la possibilité de réagir aux propos tenus : il est présent physiquement, fait partie du dispositif argumentatif mis en place par le locuteur, et l’apostrophe en construit une représentation discursive, puisqu’elle concrétise l’image de l’allocutaire, image que ce dernier peut ensuite contester, en contexte interactif. Les apostrophes utilisées par les divers locuteurs sont nécessairement en rapport avec une visée argumentative, participant à l’image de l’auditoire qu’on veut construire dans son propre discours, que l’on cherche son adhésion (stratégie de persuasion) ou au contraire sa disqualification (stratégie de stigmatisation de l’adversaire). Les apostrophes qui proposent délibérément une représentation offensante d’autrui, présentée comme une évidence, manifestent de la sorte la volonté d’afficher un climat interactionnel dysphorique (ce qui ne veut pas dire nécessairement qu’il le soit, l’insulte pouvant faire partie d’un jeu interactionnel codé). Elles ont pour visée la disqualification de l’allocutaire, de son discours, ou de son droit à le tenir, et actualisent simultanément un acte illocutoire et un acte perlocutoire, dans la mesure où elles ont des effets a posteriori sur l’auditoire, les insultes étant en principe exclues du débat institutionnel. Les employer peut alors impliquer un bouleversement du débat, aussi bien dans son agencement, sa gestion, son rythme, que dans le positionnement des témoins et des victimes de l’insulte, le mode institutionnel de relation interpersonnelle étant momentanément remis en question. Mais elles peuvent aussi être traitées comme non advenues, comme si l’apostrophé n’avait pas entendu le propos offensant.

82Non seulement l’apostropheur s’arroge le droit de qualifier, mais il pose en outre cette qualification comme incontestable (l’assertion sous-jacente ne peut pas être niée syntaxiquement), alors que son choix est bien évidemment fortement orienté. Toute apostrophe-insulte implique, en s’appuyant sur tout un préconstruit lié à l’acte de classification, un point de vue, une intention : le nom commun ou l’adjectif en lieu et place du nom propre ou du titre (M. X, ou M. le député) acquiert une fonction argumentative de disqualification que ne permettraient pas les noms propres. Ce problème a déjà été abordé, de manière succincte, lors de l’analyse des apostrophes dans « Vengeances » d’Agrippa d’Aubigné (point 2. 6. 2. du chapitre 3, intitulé Convaincre : apostrophe et argumentation). J’y reviens ici de manière beaucoup plus détaillée, puisque toute cette partie lui sera consacrée.

83L’insulte, en tant que dispositif de stigmatisation de l’allocutaire, joue généralement sur deux tableaux : connivence envers les siens et dévalorisation de l’autre ou des autres, en cas d’apostrophe groupale. La spécificité de l’apostrophe évaluative est d’esquiver l’étape argumentative, et de contrecarrer une possible récusation de la prédication effectuée : l’apostrophe bloque tout mécanisme de discussion sauf à la prendre comme nouvel objet du discours (cf. le dernier exemple du point 7.2.2.). Interpeller les politiques au moyen d’un axiologique péjorant, c’est court-circuiter l’étape X est un Y,X représente l’allocutaire et Y la prédication effectuée le concernant, structure prédicative qui offre prise à la réfutation syntaxique (on peut proposer une structure négative : X n’est pas un Y). Or, l’apostrophe-insulte ne permet pas ce retour sur l’énoncé : l’existence concrète, la référenciation indubitable, la coénonciation construite par l’apostrophe coupent court à sa remise en question, l’apostrophe actualisant simultanément l’évaluation et son entérinement, sans discussion. Le seul enchaînement possible est le renvoi à l’apostropheur : Toi-même !

84Par exemple, l’apostrophe Traître ! utilisée par un député à l’encontre d’un autre interdit toute dénégation d’ordre syntaxique, ce qui n’aurait pas été le cas si on avait eu l’énoncé suivant : M. X, vous êtes un traître, qui peut être aisément réfuté (je ne suis pas, il n’est pas un traître). L’apostrophe non seulement efface l’articulation argumentative, mais aussi pose la caractérisation effectuée comme syntaxiquement irréfutable, en cumulant référenciation et qualification. La désignation masque d’une certaine manière le travail argumentatif, tout en actualisant les stéréotypes liés à ce travail argumentatif. Le mot traître oriente le discours vers l’agonal, en imposant une catégorisation péjorative. Il coupe court à toute possibilité de réfutation.

85Toutes les apostrophes à visée agonale ne mettent pas en représentation une qualification a priori péjorative, certains noms supports pouvant être non marqués axiologiquement avant d’être employés en tant qu’insultes. Autrement dit, certaines apostrophes ne sont pas injurieuses en soi, mais le sont au regard, précisément, de l’interdiscours, ou de la situation d’énonciation, ou de la scénographie. C’est en particulier très fréquent dans les débats institutionnels, et leur force argumentative est très grande, puisqu’elles recyclent souvent des discours antérieurs sous une forme extrêmement ramassée.

86Les travaux de Labov (1972/1978) sur les insultes rituelles ont bien permis de caractériser leur fonctionnement. Le rôle de l’auditoire, qui juge la prestation du locuteur, et l’absence de variété des thèmes à l’œuvre dans l’insulte sont des constantes. L’importance d’avoir toujours le dernier mot pour acquérir ou conserver l’estime de ses pairs y est aussi bien montrée. Les insultes personnelles sont par définition beaucoup moins codifiées, et les thèmes sélectionnés beaucoup plus nombreux. Il faut en outre que la visée agonale soit perçue par le destinataire pour qu’elles soient véritablement efficaces, notamment quand l’insulte est effectuée au moyen d’un terme initialement non marqué (cf. Madame le professeur, point 7.2.1.).

87Laforest et Vincent (2004) reprennent cette distinction. Elles insistent, en ce qui concerne l’insulte rituelle, sur la présence « d’un public qui en évalue la qualité et oblige plus ou moins son récepteur à réagir par une insulte en retour, avec surenchère si possible, pour continuer le jeu » (2004 : 61). C’est le cas des joutes verbales des « majors » (les chefs de quartier) aux Antilles, où chaque adversaire essaie de supplanter les autres en se montrant, verbalement, le meilleur. L’insulte personnelle fonctionne différemment, dans la mesure où elle procède souvent d’un « acte plus réactif qu’initiatif » (ibid.), même si la frontière entre les deux est ténue, et que des glissements de la première catégorie à la seconde sont fréquents. Cependant un critère de discrimination dans les débats politiques est l’absence habituelle de réaction (du moins langagière) à la première catégorie, si bien que ces insultes adressées sont traitées comme s’il s’agissait d’insultes non adressées (elles sont faites pour être entendues d’un auditoire bien plus vaste que la seule personne interpellée), alors que les secondes sont beaucoup plus individualisées, peuvent toucher le domaine privé, et appellent quelquefois des répliques. Même si toute apostrophe-insulte actualise un acte de langage social véhiculant une axiologie dévalorisante, il y a des manières variées de rompre le pacte interactionnel institutionnel, et donc un échelonnement dans la violence véhiculée par les apostrophes. Le classement proposé prend en compte cette gradualité : de l’insulte plus ou moins rituelle ou ritualisée, qui dénonce l’absence de qualité globale du discours tenu par l’orateur, et dont la portée est métadiscursive en quelque sorte, aux interpellations insultantes plus personnelles, cette personnalisation présentant elle-même de multiples nuances, selon que l’apostrophe-insulte est directement articulée à la scène d’énonciation ou qu’elle privilégie une dialogisation interlocutive ou interdiscursive.

88Si l’apostrophe-insulte est fréquemment isolée, et beaucoup plus rarement linéarisée dans une proposition hôte qu’une apostrophe non agonale, et donc réduite à sa plus simple expression - un nom de qualité lancé à (la face d’)autrui -, elle est cependant suffisante pour réaliser un acte de langage dont l’intention est globalement agonale. Ce type correspond à ce que Wilmet décrit comme une apostrophe « attribut sans sujet » (cf. le point 2. 3. 3. du chapitre 2). Comme toutes les apostrophes évaluatives, l’apostrophe-insulte cumule simultanément référenciation (c’est un acte d’interpellation) et qualification (c’est un acte d’insulte).

89Elle est très étroitement liée à la notion de face, proposée par Goffman (1967/1974) : ce n’est donc pas un acte de langage anodin. Elle cherche, bien davantage qu’à véritablement interpeller son allocutaire, à le déstabiliser, à jeter le discrédit sur lui ou sur le discours qu’il tient. Même si, dans les situations institutionnelles (parlement, conseil municipal, autant d’instances de représentation des citoyens), la violence verbale est sans doute moins fréquente que dans les quartiers un peu chauds, le cadre institutionnel jouant le rôle de garde-fou, elle n’est pas inexistante, loin de là, même si les insultes ad hominem sont relativement peu fréquentes, notamment à l’Assemblée, qui se veut un lieu prestigieux de représentation des citoyens. On notera à ce propos quelques différences entre l’Assemblée et le conseil municipal : en conseil municipal, les insultes rituelles sont beaucoup moins fréquentes qu’à l’Assemblée. Globalement, on s’insulte moins en conseil municipal, mais le dérapage, quand il a lieu, est beaucoup plus brutal.

7.1. De quelques insultes rituelles en discours institutionnel

90Parce qu’elles participent d’un rituel interactionnel, ces apostrophes-insultes corroborent le jeu politique, ce qui atténue leur portée agonale, et font partie, d’une certaine manière, de la routine des débats. À ce titre, elles ne semblent donc guère porter à conséquence, ce que confirme l’absence de réaction de l’interpellé à l’insulte dont il a été la cible. Elles semblent plutôt perçues comme une sorte de prêt-à-penser propre au débat institutionnel. D’une part, elles font partie du bagage argumentatif de l’élu, bagage d’une grande simplicité de maniement, liée à leur difficulté à être réfutées. D’autre part, le fait qu’elles construisent un empilement de scènes coénonciatives - face à face de l’apostropheur et de l’apostrophé, face à face de l’apostropheur à ses pairs (son groupe politique évaluant la qualité de la prestation), face à face de l’apostropheur et de l’auditoire (la totalité des élus) - leur confère un autre rôle dans l’argumentation que celui de la simple visée agonale : en effet, si leur but affiché est de disqualifier l’apostrophé, l’autre but patent est de décrocher le pompon de l’impertinence, et de mettre les rieurs de son côté, la délicatesse n’étant pas la qualité la plus valorisée dans les débats institutionnels. Ce type d’insulte est très fréquent dans l’hémicycle, et très rare en conseil municipal, le cercle des élus étant beaucoup plus restreint - 55 élus, dont 12 d’opposition -, et beaucoup plus féminisé (parité oblige), et l’autorité du maire sur ses troupes étant indiscutable, pour les séances du CM de la ville qui me fournit les corpus exploités.

91Je distinguerai les insultes politiques des insultes apparemment plus individualisées, mais qui le sont en fait très peu. Ces deux types ont en commun d’être toujours adressés à un (ou plusieurs) membre(s) de l’autre camp, et de faire partie, même si on peut le regretter, des motifs, au sens ornemental du terme, du débat politique. C’est en cela que ces apostrophes-insultes ne sont pas orientées pour agresser la personne, mais seulement proférées pour discréditer ses propos, ou fortifier sa propre posture politique.

7.1.1. Discréditer une ligne politique

92Les insultes qui pointent une ligne politique ne sont guère particularisantes en ce qui concerne l’individu apostrophé, la spécification effectuée étant d’ordre groupal. Leur spécificité est de dénoncer un aspect du positionnement politique attribué au groupe interpellé globalement (les gens de droite sont des réactionnaires, ceux de gauche sont des décadents). J’ai aussi dans mon escarcelle « Conservateurs ! », « Jésuites ! », « Apprentis sorciers ! » et quelques autres :

Mme la garde des sceaux. Le PACS ne concerne pas le droit de la famille. En pratique, d’ailleurs, son enregistrement ne donne pas lieu à la remise d’un livret de famille.(Rires et exclamations sur les mêmes bancs.)
M. Thierry Mariani. C’est le gag !
M. Jacques Myard. Confusion mentale ! (Protestations sur les bancs du groupe socialiste et du groupe Radical, Citoyen et Vert.)
M. Jean-Pierre Blazy.Bande de réactionnaires !
M. Jacques Myard. Décadents !
Mme la garde des sceaux. A cet égard, la proposition de loi qui exclut radicalement que les rapports entre deux pactisants puissent à eux seuls constituer une famille est totalement en accord avec la jurisprudence du Conseil d’État et de la Cour européenne des droits de l’homme. (AN, 09.10.98)

7.1.2. Discréditer le discours lui-même

93La série suivante s’oppose à la première sur deux points : il ne s’agit pas d’apostrophes groupales, d’une part, et, d’autre part, elles stigmatisent davantage le discours tenu par l’orateur qu’un trait comportemental durable. Elles mettent en scène un autre rituel, celui de la non-crédibilité du discours adverse, et sa dénonciation subséquente. Les trois apostrophes sélectionnées - Menteur, rigolo, démago - sont très fréquentes à l’Assemblée nationale. Ce sont, du moins à l’Assemblée, des insultes passe-partout, s’adaptant à n’importe quel orateur (il suffit qu’il soit du camp adverse). Démago renvoie à une situation de campagne électorale, réelle ou supposée (les hommes politiques sont toujours en campagne...), menteur et rigolo construisent l’image d’un discours faux ou infondé, et servent bien davantage à dénoncer ponctuellement le discours tenu qu’à pointer un comportement strictement individuel.

94Dans l’exemple ci-dessous, l’insulte démago n’entraîne aucune réaction de la part de l’interpellé, tout comme s’il n’avait pas entendu qu’il était insulté. Pourtant le mot est fortement péjoratif en emploi apostrophique, et confère une caractéristique peu flatteuse à l’apostrophé : pour le TLF, il désigne « celui, celle qui cherche à flatter le peuple par des paroles ou des actes, afin d’obtenir ses suffrages et de le dominer », le mot étant employé presque exclusivement dans le domaine politique, surtout sous sa forme abrégée, avec apocope (cf. écolo, provo, collabo). On notera en outre la présence de flagorneur, variante soutenue de démago :

M. Jean-Marie Le Guen. Il est d’ailleurs des plus significatif que vous n’abordiez dans ce texte les rapports du salariat à la santé qu’au travers de la chasse aux indemnités journalières. Pour nous, mes chers collègues, le salarié français n’est pas d’abord un tire-au-flanc, mais trop souvent une femme ou un homme dont on prend insuffisamment en compte les conditions de travail et leurs conséquences, notamment sur la santé. (Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste.)
M. Guy Teissier. Flagorneur !
M. Jean-Marie Le Guen. Nous assurerons sur l’ensemble du territoire un accès facilité aux soins de première intention.
M. Édouard Landrain. Démago !
M. Jean-Marie Le Guen. Nous supprimerons cette franchise de 1 euro... (AN, 20.07.04)

95Menteur laisse identiquement indifférent l’apostrophé, ce qui a posteriori confère à l’apostrophe un statut plus proche de l’interjection (qui actualise une modalisation affective ou expressive, marquant le sentiment du locuteur sur le contenu de l’énoncé : cet énoncé est pur mensonge) que de l’interpellation véritable :

M. Pierre Lellouche. (...) Enfin, votre texte est irrecevable parce qu’il crée une confusion totale entre le régime du mariage, celui de l’union libre et celui que vous voulez créer...
M. Jean-Pierre Blazy. Menteur !
M. Pierre Lellouche... entre l’institution de la famille et le couple. (AN, 30.03.99)

96Mais d’autres configurations existent. Ainsi, ci-dessous, si l’interpellé semble ne pas entendre l’interpellation (répétée), par contre cette dernière est entendue par un tiers, qui réagit à sa profération, c’est vrai superposant une intervention réactive au regard de l’apostrophe-insulte, et une intervention évaluative au regard des propos du ministre :

M. le ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité. Or vous conviendrez avec moi que les jeunes sont assez peu concernés par les dispositions nouvelles de l’UNEDIC.
Les raisons de cette amélioration tiennent avant tout à la baisse de 10 % du nombre des licenciements économiques constatée au mois de janvier (Rires et exclamations sur les bancs du groupe socialiste et du groupe des député-e-s communistes et républicains)...
M. Michel Lefait. Menteur !
M. le ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité.... alors que les autres licenciements ont diminué de 4, 5 %.
Elle découle aussi des reprises d’emploi, qui ont augmenté de 22000 en janvier pour approcher les 100000...
Plusieurs députés du groupe socialiste. Menteur !
M. Jean Marsaudon. C’est vrai ! (AN, 02.03.04)

97Quant à rigolo, le mot, en syntaxe apostrophique, est toujours péjoratif, et désigne une personne qu’on ne peut pas prendre au sérieux, à qui on ne peut faire confiance. Si on étudie le cotexte en aval, on se rend compte que l’apostrophe semble totalement inopérante, n’entraînant aucune réaction de la part de l’interpellé, comme si, finalement, elle ne servait à rien, mais effectuait simplement un balisage évaluatif, correspondant à une sorte de ponctuant subjectif, dont la fonction interpellative semble moins prédominante que la fonction proprement expressive. Sa fonction argumentative est de souligner la façon dont le locuteur appréhende non pas un opposant politique mais la catégorie opposant politique :

M. Gilles Carrez. Les Français sont accablés d’impôts (...). Cette mauvaise gestion des deniers publics, qui fait que l’État prélève plus qu’il n’est nécessaire, vous la masquez par des promesses de baisses d’impôts - toujours des promesses ! (Exclamations sur les bancs du groupe socialiste)
M. Christian Bourquin. Rigolo !
M. Gilles Carrez. Ces promesses, qui plus est, semblent guidées par une seule préoccupation : le calendrier électoral. (AN, 08.02.00)

98Les apostrophes rituelles sont très peu particularisantes, ne serait-ce que parce qu’elles sont issues de la conversion d’adjectifs subjectifs en noms, du moins pour les deux derniers. J’aurais pu ajouter hypocrite, tartuffe, faux cul, apostrophes elles aussi bien représentées. Elles sont à mi-chemin entre pure expressivité et interpellation directe, confortant le rituel, bien rodé à l’Assemblée, de la déstabilisation de l’orateur par des intrusions dans son tour de parole : il s’agit bien d’une mise en spectacle.

99La deuxième catégorie est celle des apostrophes-insultes plus personnelles, donc plus individualisées. Mais dans ce cas aussi, il y a une gradualité dans la personnalisation, ce dont je tente de rendre compte par le classement effectué ci-dessous. Je m’intéresserai parallèlement aux mécanismes suscitant leur actualisation.

7.2. Des apostrophes-insultes plus personnelles : les paliers de personnalisation

7.2.1. Une visée agonale liée à la situation d’énonciation ou à la thématique du débat lui-même

100Les deux premières apostrophes envisagées -Madame le professeur et Monsieur le shérif - avant d’être employées en tant qu’insultes, sont, en emploi non apostrophique, des syntagmes descriptifs non marqués axiologiquement. Au même titre que catachrèse, moule à gaufre, ou cyclotron, toutes apostrophes-insultes qu’on doit à Hergé, elles ne sont pas insultantes en soi. Cependant, à la différence de celles du capitaine Haddock, qui fonctionnent sur l’arbitraire de la sélection effectuée, elles sont articulées à la situation d’énonciation, ou recyclent un discours antérieur, et c’est au regard de cet ancrage ou de cette dialogisation qu’elles deviennent insultantes.

101L’apostrophe Madame le professeur, présentée ci-dessous, s’adapte à l’allocutaire, ou plus exactement à la représentation que veut en construire le locuteur, et son aspect insultant est généré par la distorsion entre la scène générique et la scénographie. Elle ne cherche pas tant à jeter le discrédit sur le discours (le dit), que sur la façon de le dire, et est reliée à la personne sociale :

Mme B. Monsieur le maire, chers collègues, je voudrais poser la question à M. T., va-t-il voter pour, va-t-il voter contre, va-t-il sortir de la salle ? Il nous a dit si souvent qu’il se battrait jusqu’à son dernier souffle contre l’agrandissement des grandes surfaces et contre la prolongation d’une politique qui selon lui privilégie les grandes surfaces au détriment du centre ville, qu’il me semble qu’il y a là une position à prendre aujourd’hui.
M. le maire. Merci, Madame le professeur ! (CM, 06.04.02)

  • 6 Pour Bakhtine (1978), la dialogisation est d’ordre interlocutif quand l’énonciateur anticipe dans s (...)

102L’apostrophe inscrit l’instance de l’allocutaire, non en tant qu’élue (statut de conseillère municipale acquis par la scène générique, c’est-à-dire celle du contrat attaché à une institution discursive, ici le discours institutionnel propre au conseil municipal), mais en tant que professeur. Le fait de renvoyer à son statut professionnel (elle est universitaire de son état) implique une distorsion, un décalage par rapport à la scène générique, décalage qui doit être apprécié au regard du discours tenu par l’élue, et de son rôle au sein du conseil municipal : elle est presque systématiquement la porte-parole de l’opposition (majoritaire lors du mandat précédent). Ainsi l’adéquation de l’apostrophe avec la scénographie (c’est-à-dire la scène construite par le discours lui-même de l’élue) entre en distorsion très forte avec le préconstruit générique. C’est en cela que l’apostrophe renvoyant à son statut professionnel doit être interprétée comme fortement ironique, et la visée est agonale, au regard de l’intervention de l’élue, qui, précisément, fait la leçon. Le sens de professeur qui est ici enjeu est alors celui de « personne qui cherche à propager, à imposer certains principes, certaines idées ou doctrines (p. anal., souvent péj.) » (TLF informatisé). Pour comprendre la visée agonale du maire, il faut donc connaître précisément la situation d’énonciation, et dégager l’ethos que l’élue construit par sa parole à travers le style d’énonciation qu’elle adopte, se faisant connaître à travers son activité de parole. En quoi son discours peut-il apparaître comme professoral ? Tout d’abord, l’élue avait été précédemment mouchée par la déléguée à l’enseignement et aux nouvelles technologies, qui lui reprochait son « culot » de revendiquer la paternité d’un projet, dont l’idée n’avait germé que lors de la dernière année de la précédente mandature, et le maire avait alors réglé le différend avec une formule élégante : « Soyons magnanimes, vous y avez un peu pensé et nous l’avons réalisé ». Par ailleurs, l’élue est une spécialiste des interventions longues, rappelle constamment le bilan de l’ancienne mandature (ce qui lui avait valu un « bilan contre bilan, rendez-vous dans cinq ans » de l’adjoint à l’économie). Un peu plus loin le sujet de l’éducation revient par le biais d’un énoncé antiphrastique prononcé par un élu de l’opposition : « C’est bien, Monsieur D. », qui permet au maire d’enchaîner en ces termes : « C’est un bon élève ». Il est donc difficile de faire le partage entre dialogisation interdiscursive et interlocutive6.

103La deuxième apostrophe (l’exemple est présenté in extenso dans le chapitre 4, point 1.2.1.) réinterprète, en compactage historico-géographique, la fonction de l’interpellé au sein du conseil municipal (il est adjoint à la sécurité). Le mot shérif, en emploi figuré, est toujours péjorant : « Personne qui exerce localement une autorité sans souci de la légalité. Synon. justicier. Jouer les shérifs. Jouer les caïds » (source TLF informatisé) :

Monsieur le shérif T., il y a loin de la coupe aux lèvres

104L’école, on l’a vu plus haut, est un sujet sensible dans les débats institutionnels, sujet remis en circuit dans l’apostrophe donneur de leçons, ci-dessous (lors du débat sur la réforme de l’école impulsée par F. Fillon). Il ne s’agit plus d’un syntagme occasionnellement agonal, ce que permettait l’emploi du titre Madame le professeur. Donneur de leçons est toujours péjorant et signale le point de vue du locuteur sur l’interpellé : quelqu’un qui s’octroie une supériorité inexistante ou usurpée. La dialogisation, cette fois, n’est plus d’ordre interlocutif, mais d’ordre interdiscursif. En effet, une heure auparavant, les socialistes avaient lancé « Pas de leçons ! » en direction de M. Geoffroy, qui affirmait : « Aucun élu de votre groupe n’est venu y défendre les amendements que vous aviez déposés », et avaient demandé un rappel au règlement, refusant de « recevoir, tout au long du débat, les leçons de M. Geoffroy », puis « les leçons du professeur Geoffroy ». Par ailleurs, la discussion sur le texte de loi insiste constamment sur la « copie bâclée » du ministre (dix occurrences), ou son « projet bâclé » (cinq occurrences) :

M. Guy Geoffroy - [Ce projet] n’a pas été bâclé (Exclamations sur les bancs du groupe socialiste) : il est au contraire fort bien pensé à partir de mesures déjà existantes qu’il s’agit de rendre plus efficaces. Les objectifs sont clairs : faire en sorte que 80 % d’une classe d’âge atteigne le niveau du baccalauréat, 50 % celui de l’enseignement supérieur, et que 100 % des élèves obtiennent un diplôme. Il en va de même concernant les bourses attribuées sur critères sociaux et les bourses au mérite, dont le projet prévoit l’extension. On voit bien que ce projet est un texte sérieux, travaillé et constructif qui servira l’intérêt des élèves (Exclamations sur les bancs du groupe socialiste et du groupe des députés communistes et républicains).
Enfin, il est faux de prétendre, comme le fait M. Liberti, que les bacs professionnels ont tué les CAP et les BEP...
M. François Liberti. Donneur de leçons !
M. Guy Geoffroy.... puisque l’inscription en terminale « bac professionnel » suppose l’obtention d’un BEP et que parmi les élèves titulaires d’un BEP, nombreux sont ceux qui ont commencé par passer un CAP. (AN, 16.02.05)

105L’apostrophe-insulte n’échappe donc pas au stéréotypage, défini par R. Amossy comme le fait de « penser le réel à travers une représentation culturelle préexistante, un schème collectif figé » (2000 : 40) : l’allocutaire est alors pensé et évalué au moyen d’un modèle préconstruit, qui peut réactiver un interdiscours quotidien, procédant à une modélisation comportementale (ce qui est le cas pour donneur de leçons), ou des débats politiques et sociaux passés ou en cours. Cette modélisation collective, extrêmement fréquente en discours institutionnel, fonctionne sur l’attribution d’un ou plusieurs prédicats à l’allocutaire.

106Les trois exemples ci-dessous ont pour spécificité de réactiver cette fois un interdiscours politique. Putschiste et porteur de valise recyclent des interdiscours désormais historicisés, et par ce biais, tout un pan de l’histoire. Islamiste revivifie un interdiscours moins lointain, donc moins historicisé, plus difficile à perspectiviser, ce qui accentue encore la dimension agonale de l’apostrophe.

7.2.2. Une visée agonale construite par recyclage historique ou discursif

  • 7 Coup d’État fomenté par quatre généraux de l’armée française en Algérie, lorsqu’ils apprirent que l (...)

107Putschiste est adressé à B. Girardin, ministre de l’Outre-mer, lors du renversement de l’Assemblée territoriale de Polynésie. L’apostrophe fuse, lors des questions orales au gouvernement, après un discours sévère d’un député socialiste sur le refus du gouvernement de demander la dissolution de l’Assemblée et la tenue de nouvelles élections en Polynésie. Elle se veut extrêmement dévalorisante dans la mesure où elle construit la représentation de celui/celle qui ne respecte pas le cadre légal. Un putsch est, selon Le Grand Robert, un « coup de main d’un groupe politique armé, en vue de prendre le pouvoir », un putschiste, celui qui est partisan de ce type d’action illégale. L’exemple donné aussi bien dans le TLF que dans Le Grand Robert est celui de général putschiste, ce qui évoque de manière implicite putsch des généraux, ou putsch d’Alger7) :

M. René Dosière. (...) Madame la ministre, quand cesserez-vous de jouer avec le feu ?
Quand prendrez-vous la seule décision qui s’impose : donner la parole aux Polynésiens en organisant de nouvelles élections ?
M. le président. La parole est à Mme la ministre de l’Outre-mer.
Plusieurs députés du groupe socialiste. Putschiste ! Démission !
Mme Brigitte Girardin, ministre de l’Outre-mer. Monsieur le député, vous savez que c’est toujours avec un grand plaisir que je parle avec vous d’un sujet qui est devenu votre favori. (12.10.04)

108Porteur de valises est un mot sociohistorique, spécialisé, depuis la guerre d’Algérie, dans le domaine politique et politico-financier. L’expression, cependant, ne figure pas dans Le Grand Robert, elle est mentionnée à porteur dans le TLF informatisé (avec renvoi à valise), sans explicitation. Le syntagme renvoie, dans notre imaginaire collectif, au réseau d’intellectuels français qui aidait le FLN, transportait des fonds, fournissait caches et faux papiers. Actuellement, dans la presse, porteur de valises, quand il n’est pas en emploi purement historique (réseau Jeanson, guerre d’Algérie) présente une double orientation sémantico-discursive, qui va du rôle politique (mineur) à un rôle de maffieux patenté :

  • le sens proprement historique a permis l’émergence d’un sens politico-financier : le porteur de valises est alors celui qui fait la navette entre les partis politiques et les financiers qui alimentent secrètement leur trésorerie ;

  • par analogie, le sens financier se spécialise dans le cadre du recyclage de l’argent sale, gagné illégalement, des caisses noires des partis au blanchiment d’argent : le porteur de valises est un passeur d’argent.

109Les deux emplois ci-dessous, en apostrophe, ont été effectués à l’AN le 22. 01. 02, jour du vote sur l’instauration d’une journée du souvenir à la mémoire des victimes de la guerre d’Algérie. Les défenseurs de la proposition vont être alors qualifiés de porteurs de valises. Le premier emploi souligne la complicité présupposée des députés de gauche (pluriel pour porteurs) avec le FLN, en un saut historique de plus de quarante ans :

M. Yves Fromion. C’est sans doute ce qui a conduit le Gouvernement à inventer l’unanimité à 70 %. Par respect pour tous ceux qui ont perdu la vie en Algérie, nous refusons cette palinodie. Par respect pour tous les anciens combattants, nous refusons que leur soit imposée une date de commémoration de la guerre d’Algérie au rabais. Nous devons faire confiance au monde combattant pour dire à la nation ce qui est juste, ce qui doit être fait. Aucun gouvernement ni aucune majorité parlementaire ne sauraient spolier les anciens combattants de leurs droits et de leurs responsabilités au regard du devoir de mémoire. En contrepartie, les anciens combattants ne peuvent oublier qu’ils incarnent l’unité de la nation.
M. Gérard Fuchs. Les anciens combattants, ce n’est pas vous !
M. Gilbert Meyer. Il n’a jamais été en Algérie, celui-là !
Plusieurs députés du groupe du Rassemblement pour la République. Porteurs de valises !

110La deuxième occurrence, assumée par Charles Cova (RPR), est spécifiquement adressée à Jean Vila, député communiste chargé de l’explication de vote de son groupe. La même insulte sera reprise à la clôture de l’explication proposée par Vila, cette fois par Arnaud Lepercq (RPR). L’apostrophe est impliquée par le sujet du débat : être traité de porteur de valises du FLN, c’est imposer l’idée d’une complicité proche de la traîtrise (choisir l’Algérie contre la France) : l’apostrophe relève ainsi du dispositif argumentatif. Articulée à la date de la journée du souvenir choisie, l’apostrophe a pour fonction de signifier que cette date n’est pas consensuelle : c’est précisément l’objet du débat. Elle sert ainsi d’argument à la contestation de la date fixée :

M. Jean Vila. (...) Dans le cas de la guerre d’Algérie se pose avec acuité la question de la reconnaissance officielle d’une journée nationale du souvenir. Le cessez-le-feu du 19 mars 1962 marque bien l’arrêt officiel de cette guerre. Il cristallise la mémoire de l’événement, il est un enjeu de la mémoire française.
M. Charles Cova. Porteur de valises du FLN !
M. Jean Vila. Le 19 mars 1962 est une victoire de la paix, remportée, en France, par tous ceux qui ont lutté contre la colonisation et le racisme, pour la fraternité entre les peuples, contre les coups d’État, pour la République. Il faut rendre hommage aux soldats du contingent qui n’ont pas craint de refuser les ordres putschistes de leurs chefs militaires...
M. Arnaud Lepercq. Vos propos sont scandaleux !
(...)
M. Jean Vila. (...) Nous avons l’exigence du devoir de mémoire. Le groupe communiste et apparentés votera pour l’adoption de ce texte. (Applaudissements sur les bancs du groupe communiste, du groupe socialiste et du groupe Radical, Citoyen et Vert.)
M. Arnaud Lepercq. Porteur de valises ! (AN, 22.01.02)

111L’apostrophe avait été utilisée à l’identique lors d’une question au gouvernement posée par J.-P. Brard, concernant le devoir de mémoire des victimes du 17 octobre 1961, point sensible dans l’hémicycle, ayant pour effet de radicaliser systématiquement les positionnements antagoniques de la gauche et de la droite :

M. Jean-Pierre Brard. La répression fut horrible. Officiellement, on compta trois morts. D’après l’historien Jean-Luc Einaudi, il y en eut deux cents. Quelle est la vérité ? Nous ne la connaissons pas véritablement aujourd’hui. Qui a organisé ce massacre ? Maurice Papon, préfet de police. (Exclamations sur plusieurs bancs du groupe du Rassemblement pour la République et sur divers bancs du groupe de l’Union pour la démocratie française-Alliance et du groupe Démocratie libérale et Indépendants.)
M. Thierry Mariani. Ah non ! Ça ne va pas recommencer !
M. Bernard Accoyer. Pas vous, pas ça !
M. Jean-Pierre Brard. Oui, mes chers collègues, celui-là même qui organisa, de Bordeaux, la déportation des juifs vers Auschwitz pour qu’ils soient exterminés. (Exclamations sur plusieurs bancs du groupe du Rassemblement pour la République et sur divers bancs du groupe de l’Union pour la démocratie française-Alliance et du groupe Démocratie libérale et Indépendants.)
M. Jean-Michel Ferrand. Porteur de valises !
M. le président. Du calme, chers collègues !
M. Jean-Pierre Brard. C’est d’ailleurs ce qui a valu à Maurice Papon d’être jugé pour crime contre l’Humanité. (Exclamations sur plusieurs bancs du groupe du Rassemblement pour la République et sur divers bancs du groupe de l’Union pour la démocratie française-Alliance et du groupe Démocratie libérale et Indépendants.) (AN, 17.10.01)

112Il suffit d’évoquer un quelconque devoir de mémoire envers l’histoire de l’indépendance algérienne pour que lui soit systématiquement associée l’apostrophe porteur de valises, alors que la thématique discursive de J.-P. Brard porte sur l’implication de M. Papon dans la répression. L’apostrophe effectue de la sorte une superposition historique : porteur de valises construit une image de l’autre (J.-P. Brard est né en 1948, il n’a ainsi jamais pu être un porteur de valises au sens historico-politique du terme : il avait 13 ans à l’époque), et donc montre le recyclage dialogique, à visée argumentative : l’apostrophe-insulte, en glissant d’un événement historique spécifique à un autre, devient la bonne à tout faire pour marquer son désaccord, en un élargissement de la visée initiale de l’apostrophe et de sa production de sens.

113Même insinuation, encore plus déplacée, et qui peut rester absconse si on ne relie pas l’apostrophe-insulte à d’autres débats de société, ou à une antériorité discursive qui lui permet de faire sens :

M. Patrick Bloche, rapporteur pour avis. Cette référence à la notion de solidarité comme le souci de renforcer la protection du plus faible en cas de rupture ont conduit la commission des affaires culturelles, familiales et sociales à suggérer quelques ajustements.
M. Jacques Myard. Islamiste !
M. Patrick Bloche, rapporteur. Monsieur Myard, vous êtes vraiment à la hauteur de votre réputation...
M. Jacques Myard. N’est-ce pas ?
M. Patrick Bloche, rapporteur pour avis.... hélas pour vous ! (Protestations sur les mêmes bancs.)
M. Jacques Myard. Heureux que ce soit vous qui le souligniez !
M. Patrick Bloche, rapporteur pour avis. Je souhaiterais m’arrêter un instant sur les conséquences de la fin du pacte. Beaucoup d’appréciations, frisant parfois la caricature, ont été émises, comme l’évocation, qui n’est évidemment pas acceptable, de la répudiation. La protection du plus faible, qui n’est pas forcément la femme, n’est pas assurée actuellement dans le cadre de l’union libre puisque la fin de la communauté de vie ne fait l’objet d’aucun formalisme et n’ouvre pas automatiquement droit à indemnisation. (AN, 09.10.98)

114Il s’agit de la première discussion de la loi sur le PACS à l’Assemblée nationale. Le passage figure au milieu de la première séance, et la violence verbale de J. Myard est inexplicable si on n’a pas lu le tout début de la discussion, où le rapporteur du projet de loi, J.-P. Michel, cite un extrait de presse présentant le point de vue d’un « sage » selon lequel « le PACS renforcerait l’institution du mariage ». Il est interrompu par P. Lellouche, en ces termes : « En introduisant en France la répudiation ! ». Dès lors islamiste est directement articulé à cette antériorité discursive lointaine, et cette interpellation violente, parce qu’elle véhicule cette antériorité discursive, contraint le rapporteur à dévier de sa thématique discursive initiale - « la protection du plus faible en cas de rupture » et la nécessité d’ « ajustements » -, pour répondre à l’argument de la répudiation amené quelques heures auparavant, l’orateur n’étant pas, cette fois, atteint de surdité. L’apostrophe engage une réaction en deux temps. D’abord, le rapporteur instaure un face à face avec l’apostropheur, en l’interpellant par son nom et en privilégiant le traitement par l’ironie, ensuite il bouleverse l’organisation initiale de son discours : je souhaiterais m’arrêter un instant montre le poids de l’argument véhiculé par l’apostrophe, et la nécessité de revenir sur ce point. C’est aussi le seul cas où l’apostrophe semble véritablement porter, puisqu’elle suscite deux modes d’enchaînement différents, le premier au palier énonciatif (remaniement de la sphère coénonciative initiale), le second au palier discursif (rebond discursif impliqué par l’implicite, construit dialogiquement par islamiste).

7.2.3. Une visée agonale liée au discours tenu par l’orateur et au positionnement politique qu’il incarne personnellement

115Ces apostrophes sont sur la ligne de frontière (poreuse) entre insultes politiques et personnelles, ad hominem. Elles sont toutes à destination de F. Bayrou, et liées à son positionnement politique revendiqué, lors du débat sur la motion de censure de mars 2004. En premier lieu, dans son explication de vote, M. Bayrou dénonce ce qu’il considère comme les errements socialistes de la mandature précédente, ce qui lui attire immédiatement les apostrophes suivantes, tristement banales, de la part de députés de gauche, dans le cadre d’une passe d’armes avec J. Dray : « Faux cul » et « Menteur ». L’apostrophe émanant de M. David est plus savoureuse : « Monsieur 6 % ! ». Elle renvoie à son score aux élections présidentielles de 2002, tout en recyclant un autre discours, bien antérieur, celui de « Monsieur 5 % » qui a caractérisé G. Defferre après les présidentielles de 1969, soit l’image ainsi construite d’une assise électorale extrêmement réduite. Dès lors que le président de l’UDF s’en prend au gouvernement Raffarin, les apostrophes fusent du côté des élus de l’UMP :

Mme Nadine Morano. Traître !
M. Yves Fromion. Démagogue !
M. le président. Je vous en prie, calmez-vous, mes chers collègues !
M. Pascal Clément et M. Richard Mallié. Populiste !
M. Dominique Dord. Ponce Pilate !
M. Robert Lamy. Équilibriste ! (AN, 02.03.04)

116L’image du traître est la pire qui soit en politique, mais elle l’est d’autant plus qu’elle fuse après la longue dénonciation de la gauche effectuée par l’orateur, et marque une sorte de dépit de la députée UMP. Si l’apostrophe populiste est d’une banalité affligeante (mais cependant plus tenue que démago pour une production de sens proche), équilibriste et Ponce Pilate sont mieux trouvés : Ponce Pilate construit l’image de celui qui s’en lave les mains, et équilibriste renvoie à la fois au domaine du spectacle, et par métaphore à visée péjorative, désigne celui qui fait preuve d’une adresse déplacée pour jongler entre deux positions absolument inconciliables. Dans le TLF informatisé, l’exemple de Barrès est signifiant de l’imaginaire que le mot véhicule avec lui : « L’homme politique est un équilibriste. Il s’équilibre en disant le contraire de ce qu’il fait ». Ici c’est chaque fois l’homme qui est pointé, mais dans son positionnement politique, dont l’inconfort est d’ailleurs marqué par équilibriste.

117La dernière apostrophe, par le prénom, n’apparaît par contre insultante qu’au regard de la situation d’énonciation. L’apostropheur, L. Degauchy, appartenait anciennement à la même majorité politique que F. Bayrou, avant que ce dernier ne fasse (un peu) sécession, cherchant un espace politique hors de la machinerie UMP. L’apostrophe par le prénom, associée au tutoiement - deux indices d’une relation d’une certaine intimité en situation non agonale - est à interpréter comme plus dévalorisante que strictement amicale (les deux députés ont des positions radicalement différentes et n’ont aucune proximité intellectuelle ou géographique). Elle résonne étrangement dans l’hémicycle, le procès « tu dérapes » réorientant du côté de l’agonal ou de la condescendance le rapport affable qu’aurait pu signer le prénom :

M. Lucien Degauchy. François, tu dérapes !

118Le prénom, marqueur d’une relation d’intimité quand il est en emploi réciproque (signe de parité dans le degré d’intimité), est alors à interpréter, dans cette situation d’énonciation n’impliquant aucune réciprocité, et dans un moment de tension tel, et d’attaque aussi violente de l’UMP de la part de F. Bayrou, comme un marqueur d’inimitié, qui sonne le glas de l’ancienne connivence partisane, désormais impossible. Le prénom pose ici, paradoxalement, ce que D. Perret appelle une « distance affective », l’insulte procédant, selon elle, du même mécanisme que le mode d’adresse intime :

Celui qui injurie prend sur l’autre les mêmes droits : droit de liberté dans le mode d’adresse choisi, droit de tutoiement. L’injure est alors ressentie comme la destruction de la distance sociale, et, si elle devient lexicale, elle pose une distance affective, acte alors deux fois injurieux.
L’expression de l’injure se fonde sur la notion de distance. On détruit la distance sociale antérieure (ou la proximité affective) pour mettre en sa place une proximité nouvelle, sociale, une distance nouvelle, affective. (1968 : 14)

7.2.4. Une visée agonale liée au corps parlant de l’apostrophé

119Enfin, le dernier exemple correspond à l’insulte ad hominem, déjà envisagée dans le chapitre 4, consacré à la syntaxe externe de l’apostrophe (point 1. 2. 1., intitulé Disqualifier autrui). Je n’y reviendrai pas. Je me contenterai de proposer un seul exemple du même type. Le locuteur attaque l’allocutaire dans sa corporalité, c’est-à-dire dans son intimité même, l’élu s’adressant ici à l’adjoint à la culture :

M. F. Gros porc, c’est avec ton pistolet que tu parles ! (CM, 22.06.02)

120Ces cas sont relativement rares. Somme toute, ils relèvent d’un manque de courtoisie que l’on peut rencontrer bien au-delà des assemblées d’élus.

7.3. En guise de bilan

7.3.1. L’apostrophe-insulte, un dispositif argumentatif à double tranchant

121Stratégie argumentative assurément discutable, l’apostrophe-insulte en discours institutionnel cherche à construire une image dévalorisante de l’autre, tout en proposant une image de soi qui se démarque de l’image construite de son allocutaire : il s’agit de le stigmatiser et de le positionner comme son autre idéologique tout en instaurant une connivence groupale (la reconnaissance de ses mêmes). La visée agonale de l’apostrophe entre alors en coïncidence avec la force prédicative dont elle est porteuse : elle cherche à faire admettre à un auditoire plus vaste (la totalité des élus) un autre énoncé, non formulé directement, qui contient une prédication, à partir d’un processus inférentiel lié à l’assertion sous-jacente. Elle accomplit une sorte de coup de force, l’apostropheur assénant une évaluation dépréciative qui ne peut être remise en cause grammaticalement, à cause de sa syntaxe particulière, qui interdit toute négation syntaxique (un nom qui ne se plie pas à la syntaxe nominale, une forme non-personnelle dont le fonctionnement est similaire à celui d’une deuxième personne). La seule remise en cause possible est d’ordre discursif, comme c’est le cas lors de l’emploi d’islamiste. Enfin la visée de l’apostrophe-insulte pouvant, dans la disqualification effectuée, concerner l’adversaire politique, son dit, son dire, son droit à le dire, ou sa personne même, il est aisé de mettre, selon l’expression de Giraudoux, l’amour-propre de son allocutaire à vif.

122Dans les discours institutionnels du type de ceux qui sont analysés ici, l’apostrophe agonale est d’autant plus fortement un outil de l’argumentation que le genre du discours dans lequel elle s’inscrit est par ailleurs constamment à visée argumentative. Elle fait ainsi partie, surtout quand il s’agit d’une insulte rituelle, de l’outillage prêt-à-penser de l’élu.

123Cela étant, choisir, en discours institutionnel, une apostrophe-insulte, nous en apprend au moins autant sur l’apostropheur - qui s’arroge le droit d’insulter - que sur l’apostrophé, qui s’accommode ou non de ce traitement (ce que marque la présence ou non d’une intervention réactive, qu’il s’agisse d’une réplique immédiate à l’insulte ou d’une réorientation de la thématique du discours initial). L’apostrophe-insulte participe ainsi très fortement à la construction de l’ethos discursif de l’apostropheur. Ainsi, en saturant la place de l’allocutaire, l’apostropheur se positionne (co-)énonciativement, ce que j’ai mentionné quand j’ai envisagé rigolo : nul doute que si le spécialiste de rigolo avait conscience du fait qu’il est quasiment le seul député à utiliser cette insulte, il s’y risquerait moins (on pense aux chansonnettes enfantinesc’est celui qui le dit qui l’est !).

124C’est donc un outil redoutable dans un débat, qui peut faire sombrer dans le ridicule, certes, celui à qui elle est destinée (c’est généralement sa visée montrée en discours institutionnel), mais aussi celui qui l’emploie, parce qu’elle est un site carrefour de l’interpellé, de l’interpellant, et davantage encore de leur relation.

7.3.2. Le pulsionnel au fondement du rationnel, ou le face à face pour le meilleur et pour le pire

125« Les injures en disent long non seulement sur la personne injuriant mais aussi sur la société » remarque D. Perret (1968 : 13). On pourrait juger accablant un mode relationnel aussi contestable dans des lieux de représentation citoyenne, et tout élu devrait être soucieux de proposer une image policée du fonctionnement des instances représentatives, et sensible au fait que l’apostrophe-insulte doit rester exceptionnelle, être choisie pour sa pertinence, et demeurer dans les limites du recevable.

126Pourquoi n’est-ce pas le cas ? Pour la simple raison que la pulsion communicative, dynamique à la base de toute vie sociale, est aussi à l’œuvre dans les apostrophes-insultes. Si la finalité montrée de l’apostrophe-insulte est la disqualification de l’apostrophé, la volonté, de la part de l’apostropheur, de lui faire part de sa propre réaction émotionnelle est aussi un rouage essentiel du processus. La parole est un exercice jubilatoire, le plaisir de parler (même pour ne - quasiment - rien dire ou pour dire des vilenies) est l’indice d’une pulsion communicative toujours en travail, qui sous-tend aussi bien les phases de discussion serrée et rationnelle, qui relayent la réaction émotionnelle, que les phases où chacun contrôle moins la nature pulsionnelle de son activité langagière. L’apostrophe-insulte est un avant ou un après du débat rationnel, dépathétisé, peut-être même est-elle parfois nécessaire à la survenue de l’approche rationnelle, l’aspect pulsionnel, tourné vers l’autre du je, sous-tendant tout échange, en étant la condition même. La présence de l’autre, le face à face, et sa mise en scène langagière par l’apostrophe, en tant que « fondement de la communication » (Perret, ibid. : 3), jouent un rôle important dans les débats, pour le meilleur et pour le pire.

Conclusion

127Le fait de projeter dans son discours l’image de son coénonciateur travaille non seulement la dimension énonciative de sa parole, mais aussi la dimension textuelle, voire façonne ou sous-tend tel ou tel type de textualité. Ce chapitre s’est fixé comme objectif de montrer quelques-unes des figures que la dynamique textuelle impulsée par l’apostrophe pouvait construire, ou dont elle était partie prenante : du signal de changement de plan énonciatif, à l’atténuation du dysfonctionnement interactionnel, à l’objectivation de soi, à la démultiplication de la scène énonciative : autant de rôles proprement textuels, dont l’effet et la portée débordent très largement la dimension proprement discursive. Le fait que l’énonciateur endosse le rôle de coénonciateur ou de colocuteur par la seule inscription de l’instance de l’énonciataire dans sa parole non seulement modifie en profondeur le cadre énonciatif, mais aussi influe sur la texture même de cette parole, que ce soit sur le plan de son énonciation (modification en profondeur du cadre énonciatif, et donc du pacte énonciatif, de l’élocutif ou du délocutif à l’allocutif), de sa structuration, de sa visée : autant de lames de fond qui font d’un discours une parole adressée, le face à face de corps parlants. L’apostrophe déborde ainsi très largement le cadre étroit de la discrimination d’autrui que sa catégorisation implique, et s’avère un rouage de la construction textuelle et de celle du point de vue. « Ce qu’on affirme de l’autre est aussi une affirmation sur soi et sur la société » (Perret, ibid. : 14).

Notes

1 Face Threatening Acts, c’est-à-dire actes menaçant la face. L’expression est empruntée à Brown et Levinson (1978) et vise à rendre compte de la menace que chaque intervenant fait peser sur les faces positive ou négative de son interlocuteur, ou sur ses propres faces, par la production de certains actes de langage.

2 La praxématique parle d’ipséité (stade du soi-même) pour rendre compte de la construction d’un sujet individualisé comme instance spécifique. Dans le cadre de la personne grammaticale, ce stade est celui du je : le sujet se conçoit comme autre de l’autre, alors que l’identité (stade du même) correspond à une instance subjective qui ne peut pas encore se concevoir comme je distinct de son autre (tu). Cf. Barbéris, article Subjectivité, in Détrie C., Siblot P. et Verine B. (éd.), 2001.

3 L’infinitif appartient à la chronothèse in posse pour Guillaume (1929/1970), stade où le dégagement de la personne n’est pas effectué, mais la forme verbale porte en elle la programmation de la personne.

4 Cf. Détrie C. et Verine B. 2003.

5 Ces points ont été abordés dans Détrie, à paraître a (actes du colloque international d’Avignon « De l’impolitesse à la violence verbale », 12-13.05.05).

6 Pour Bakhtine (1978), la dialogisation est d’ordre interlocutif quand l’énonciateur anticipe dans son propre discours sur « la réplique non encore dite, mais sollicitée et déjà prévue » (ibid. : 103). Elle est d’ordre interdiscursif quand le discours de l’énonciateur est « en interaction vive et intense » (ibid. : 92) avec les discours précédemment tenus par d’autres sur le même objet du discours.

7 Coup d’État fomenté par quatre généraux de l’armée française en Algérie, lorsqu’ils apprirent que le gouvernement négociait en secret l’indépendance de l’Algérie avec le FLN.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search