Version classiqueVersion mobile

De la non-personne à la personne : l’apostrophe nominale

 | 
Catherine Detrie

Chapitre 4. Syntaxe externe de l’apostrophe : types de cadrage et régulations coénonciatives

Texte intégral

1Dans le premier chapitre, j’ai justifié le choix du mot apostrophe en m’appuyant sur Fontanier, qui traite en continuité l’apostrophe-terme d’appel et l’apostrophe rhétorique, véritable « figure du discours ». Dans cette même réflexion, Fontanier fait une autre remarque, tout aussi intéressante, mais qui concerne cette fois le placement de l’apostrophe dans le discours :

Il semblerait, d’après la définition, que l’apostrophe ne peut avoir lieu que dans le cours du discours ; mais il arrive cependant quelquefois qu’elle se trouve à la fin, et même, qui plus est, au commencement. (1830/1977 : 372)

2Tesnière, dans Éléments de syntaxe structurale, évoque aussi la distribution de l’apostrophe, mais, cette fois, à l’intérieur de la phrase :

En raison de son caractère d’appel, et de façon à répondre pleinement à son but, qui est d’attirer l’attention, l’apostrophe se met en général en tête de phrase. Mais elle peut également se trouver en fin de phrase : Prends un siège, Cinna (Corneille, Cinna, V, 1). Dans ce cas, l’appel est moins impératif et correspond à un ton plus posé. (1959 : 168-169)

3L’apostrophe, en tant que syntagme détaché, non rattaché syntaxiquement à un élément de la proposition hôte, forme un groupe à part, hors du nœud verbal. De cette particularité découle le fait qu’elle peut être projetée à gauche ou à droite, ou être en position médiane. C’est à cette distribution syntaxique que ce chapitre est consacré. J’essaierai de mettre à jour les phénomènes qui impliquent ou qui motivent les choix distributionnels. Quand elle n’est pas isolée, mais intégrée à un énoncé hôte, l’apostrophe peut intervenir précocement ou tardivement dans cet énoncé.

4Quand Tesnière justifie la distribution à droite du nœud verbal de l’apostrophe Cinna par le fait que « l’appel est moins impératif et correspond à un ton plus posé », il tente de rendre compte d’un effet de sens particulier lié à une extraposition particulière. Une intervention précoce de l’apostrophe n’aurait donc pas les mêmes effets de sens qu’une intervention médiane ou tardive. Je fais, comme Tesnière, l’hypothèse que les schémas distributionnels sont motivés par des déterminations sémantiques diverses. Je tente de dégager ci-dessous quelques types de relation intersubjective construite par l’apostrophe, à partir des diverses distributions syntaxiques de l’apostrophe.

5Ces déterminations sémantiques ne sont que la manifestation de la valeur propre à l’apostrophe, qui, comme le dit Serbat (1987 : 9) « est d’ordre uniquement énonciatif : le V[ocatif] pose expressivement, dans le discours, le destinataire sélectionné par l’énonceur ». Cette valeur, prise dans une palette de combinatoires (sociale, situationnelle, pragmatique, etc., mais aussi distributionnelle), implique des productions de sens diversifiées, qui vont du liant conversationnel ostentatoire à la menace, en passant par la désambiguïsation interlocutive, la courtoisie feinte, le marquage de l’autorité, etc.

  • 1 Cf. Détrie 2006.

6Dès lors, mon analyse tentera de déterminer si les schémas distributionnels impliquent une certaine régularité concernant le type de relation interpersonnelle construit1. Mon corpus est constitué de débats de type institutionnel (séances de conseil municipal et débats à l’Assemblée nationale), d’une part, et de textes littéraires, d’autre part. La distribution de l’apostrophe peut être envisagée au niveau de la phrase ou de la proposition, ou au niveau du tour de parole, voire de la séquence dialogale. Je ne discriminerai pas dans le détail ces divers emplois, sauf pour l’apostrophe en début de séance ou de tour de parole.

7Certaines des remarques effectuées dans ce chapitre recoupent – nécessairement – quelques-uns des points envisagés dans le chapitre précédent, consacré à la syntaxe interne du syntagme en apostrophe, en particulier le point consacré à l’identification appréciative, qui effectue une qualification positive ou négative de l’apostrophé. Simplement, ici, la perspective est distributionnelle, et le paradigme interprétatif est celui de la distribution syntaxique ou macrosyntaxique de l’apostrophe. Pour construire une approche fine des effets de sens de l’apostrophe, il est cependant nécessaire de croiser syntaxe interne et externe.

1. Survenue précoce : apostrophe et types de cadrage

1.1. Faire exister autrui en montrant qu’on le ratifie comme allocutaire : fonction de cadrage interlocutif

8L’extraposition à gauche est la plus fréquente en début de séance ou d’intervention, l’apostrophe ayant alors un rôle de cadrage interlocutif. Il s’agit ainsi de déterminer précisément l’allocutaire ratifié, et l’apostrophe explicite la ratification en question. On doit cependant distinguer deux rôles légèrement différents, selon qu’il s’agit d’un cadrage interlocutif général ou spécifique.

1.1.1. Cadrage interlocutif général : positionner autrui dans son rapport à la cérémonie institutionnelle elle-même

9Lors d’une discussion institutionnelle en assemblée, si l’apostrophe en début de séance est un marqueur de cadrage interlocutif, elle est aussi un marqueur d’ouverture de cette séance. Il s’agit alors d’apostrophes rituelles. On notera que toutes les séances du conseil municipal sont ouvertes par le rituel « Mesdames et Messieurs les élus, chers collègues ».

10Quelquefois, cette apostrophe est redoublée. C’est le cas dans l’exemple ci-dessous, qui présente un premier syntagme en apostrophe en ouverture générale de la séance elle-même, ensuite un deuxième, au début d’un commentaire de l’actualité récente (sans articulation directe à l’un des points à l’ordre du jour). Cet excursus se clôt d’ailleurs par « Je vous remercie de votre attention » :

M. le maire : Mesdames et Messieurs, je vais ouvrir cette séance du conseil municipal en vous donnant lecture des excusés. Mme B. a donné pouvoir à M. B., Mme G. à Mme J., Mme L. à Mme L., M. D. à Mme J., Mme L. à M. C., Mme F. à Mme B.
Je vous propose de désigner M. B. comme secrétaire de séance.
Mesdames et Messieurs les élus, chers collègues, avant d’ouvrir cette séance du conseil municipal, permettez-moi de revenir sur les événements qui ont marqué notre ville depuis cette dernière réunion du conseil municipal. (CM, 20.12.03)

11Ces apostrophes rituelles, en ouverture de tour de parole, sont superfétatoires au regard du cadrage interlocutif large, acquis par principe, puisqu’on s’exprime d’abord pour l’assemblée à laquelle on siège. Leur fonction n’est donc pas identificatrice (à l’inverse de l’apostrophe discriminant l’allocutaire par le biais du nom propre, cf. le point 1. 1. 3. infra). Mais elles participent du cérémonial interactionnel institutionnel, tout en assertant le statut d’élu du locuteur lui-même, et donc la légitimité de sa prise de parole :

Mesdames, Messieurs les élus, chers collègues, avant de débuter ce conseil municipal, je voudrais très brièvement évoquer quelques-uns des événements qui ont rythmé la vie municipale ces dernières semaines. (CM, 22.06.02)
Monsieur le maire, chers collègues, je crois qu’un certain nombre d’études ont été faites, depuis plusieurs années, dans ce secteur. (ibid.)
M. Alain Richard, ministre de la défense. Monsieur le président, Mesdames, Messieurs les députés, j’ai l’honneur de vous présenter, en deuxième lecture, le projet de loi portant réforme du code de justice militaire et du code de procédure pénale. (AN, 30.06.99)

1.1.2. Cadrage interlocutif spécifique : discriminer son interlocuteur

12Une fois ce cadre interlocutif large posé, l’apostrophe à l’initiale du tour de parole, ou seulement de la phrase, manifeste le cadrage interlocutif spécifique sélectionné : elle correspond alors à un « acte préparatoire à la communication » (Serbat, 1996 : 90). C’est un marqueur d’ouverture du jeu interlocutif, le syntagme en apostrophe explicitant la ratification de l’allocutaire :

Monsieur le maire, vous allez me dire que c’est hors sujet mais j’avais une question sur Nabucco. (CM, 22.06.02)

13Dans la prise de parole suivante, l’apostrophe permet d’installer successivement dans le discours deux destinataires, tout d’abord le président de séance, ensuite le ministre de l’agriculture et de la pêche, tous deux étant interpellés par leur titre :

M. le président. La parole est à M. Thierry Mariani.
M. Thierry Mariani. Monsieur le président, je vous rassure, je serai bref car l’essentiel a été dit et fort bien dit par les précédents orateurs.
Monsieur le ministre, nous partageons votre objectif : nous sommes favorables à la maîtrise des structures agricoles, mais, comme cela a été souligné à plusieurs reprises, nous ne sommes d’accord ni sur la méthode que vous avez choisie, ni sur les moyens envisagés, ni – et ce sera ma touche personnelle inspirée par les hasards du calendrier parlementaire – sur les valeurs que vos choix sous-tendent. (AN, 08.10.1998)

14Cet exemple montre explicitement le double cadre institutionnel qui légitime la prise de parole. La succession des apostrophes joue un rôle essentiel dans la mise en place de la scène énonciative, qui s’avère double, et construit un dispositif de parole spécifique, présentant deux niveaux discursifs différents : dans le premier, la thématique est métadiscursive (je serai bref, l’essentiel a été dit), dans le second, elle est proprement discursive.

15L’apostrophe est un marqueur de l’organisation interactionnelle, qui travaille ici la démultiplication des figures d’énonciation, le changement d’allocutaire au sein du même tour de parole modifiant la coénonciation, et cette modification influe sans doute très directement sur la constitution de l’instance émettrice elle-même : la diversité des identifications effectuées par l’apostrophe, implique, corollairement, une diversité analogue de la figure locutrice.

1.1.3. Cadrage interpersonnel de sujet à sujet : interpeller autrui par son nom

16Il y a enfin un troisième type, qui est l’apostrophe personnelle discriminante, par le patronyme, et donc précisément en direction d’un allocutaire unique désigné par son nom, ce qui s’avère le moyen le plus adéquat pour souligner le cadrage interlocutif spécifique qu’on sélectionne. Sa fonction est de préparer la construction d’une relation interpersonnelle forte. Elle est en outre une constante quand il s’agit d’un rappel à l’ordre (les deux premiers exemples), ou d’une configuration implicite de rappel à l’ordre (le dernier exemple) :

(1) Madame A., un peu de silence, s’il vous plaît ! (CM, 28.09.02)
(2) Monsieur D., ne faites pas l’idiot ! (ibid.)
(3) Monsieur A., concernant « Espada », je crois que c’est une polémique malsaine. (ibid.)
(4) M. le président. Monsieur Jacob, je vous trouve ce matin bien dissipé et bien impatient ! (AN, 05.10.98)

17Ces quatre exemples présentent des spécificités sémantico-syntaxiques : coloration affective liée à l’exclamation en (1), (2) et (4), syntaxe nominale en (1), impératif et axiologique en (2), rhème marqué en (3) et (4) (polémique malsaine ; bien dissipé et bien impatient), cependant modalisé par je vous trouve (4), ou je crois que (3), à visée atténuative, soit une opinion tranchée mais qui s’inscrit dans un cadre où le locuteur tente de préserver (ou de faire croire qu’il préserve) la face de son interlocuteur.

18Dans les deux exemples ci-dessous, le président s’adresse au député Cova. Si, dans le premier exemple, l’apostrophe Monsieur Cova peut être interprétée comme l’outil d’un recadrage interlocutif spécifique, le tour précédent du président étant sous-tendu par un cadrage interlocutif large (tous les députés), il n’en va pas de même dans le deuxième exemple, la même apostrophe construisant indubitablement un rappel à l’ordre :

M. le président. Je mets aux voix l’amendement n° 5. (L’amendement est adopté.)
M. le président. En conséquence, l’article 46 est supprimé.
M. Charles Cova. Attendez ! De quoi parlez-vous ? Du rétablissement ou du non-rétablissement ?
M. le président. Monsieur Cova, l’amendement de suppression vient d’être voté !
M. Charles Cova. Monsieur le président, j’ai compté cinq voix contre et trois voix pour. L’article n’est pas supprimé. J’avais constaté ! (AN, 30.06.99)
M. le président. Nous en arrivons aux explications de vote sur l’ensemble du texte. La parole est à M. Charles Cova.
M. Charles Cova. Monsieur le président, je ne mets pas en doute votre vision des choses, mais j’ai décompté autrement les votes pour et contre... Mon explication de vote sera simple. J’avais dit que si l’article 46 était rétabli, nous voterions le texte. Il n’est pas rétabli, d’après vous. Je vote donc contre.
M. le président. Monsieur Cova, je ne veux pas créer d’incident avec vous, mais on me confirme que mon décompte était exact. (ibid.)

19Voici un autre exemple, explicite, où l’apostrophe est en emploi totalement autonome, faisant phrase à elle seule. Le patronyme suffit à signifier le rappel à l’ordre :

M. Maurice Leroy. Je n’abuserai pas.
M. le président. Je l’espère ! (Sourires.)
M. Maurice Leroy. En fait, Monsieur le secrétaire d’État, vous ne m’avez pas répondu, mais je ne vous en veux pas car cette question ne relève pas de votre ministère. Je n’ai aucune raison de baratiner. Je suis un élu clair, carré.
M. Jean-Pierre Brard. Carré certainement, clair c’est autre chose ! (Sourires.)
M. Le président. Monsieur Brard !
M. Maurice Leroy. Ma question et d’une simplicité biblique. (AN, 06.10.98)

1.2. Juger autrui en l’interpellant : fonction de cadrage évaluatif

1.2.1. Disqualifier autrui

20Une assemblée d’élus est un cadre institutionnel qui implique des appellatifs tout aussi institutionnels, par le biais de titres : l’institution semble un garde-fou. Dès lors que le discours n’est plus balisé par des appellatifs institutionnels, d’autres apostrophes à visée dépréciative peuvent être actualisées. Dans la série d’exemples précédents, on peut ainsi opposer les apostrophes institutionnelles et les apostrophes personnelles, le dérapage semblant plus aisé dans le dernier cas : on peut faire preuve d’un manque de courtoisie à l’égard d’individus privés (rôle identifiant du nom propre en apostrophe), non à l’égard d’un représentant du peuple. Mais le dérapage maximal consiste à substituer au titre un évaluatif négatif. Dans ce cadre, l’apostrophe en ouverture du tour de parole n’a plus vraiment une fonction de cadrage interlocutif, mais sert plutôt à déprécier l’allocutaire – soit un cadrage disqualifiant –, ce que confirme l’exemple ci-dessous (CM, 22.06.02) :

M. F. Fascistes, Pétain...
M. le maire. Pétainiste, allez, va chercher du travail !
M. F. Tas de graisse, sors dehors...
M. le maire. Toi aussi tu as pris des kilos ! (...)
M. le maire. Va chercher du travail !
M. F. Pétainiste !

  • 2 « Avant de se lancer des javelots, les guerriers grecs se lancent des épithètes... Cousin de crapau (...)

21Dans cet extrait, le premier tour de parole n’est pas adressé explicitement, mais l’énoncé est fait pour être entendu de qui de droit, ce qui explique la réaction vive de l’édile, qui retourne à l’envoyeur le compliment, cette fois-ci en apostrophe, cette dernière étant associée à un impératif de P2 (le premier locuteur vient de se faire battre aux législatives qui ont eu lieu un mois auparavant). La deuxième personne est pour le moins inattendue en conseil municipal, surtout entre camps politiques différents. C’est donc bien la valeur de mépris liée à l’anomalie contextuelle du tutoiement qui est ici en travail : l’attestation habituelle du pronom de P5 vous, comme marque de politesse, et plus encore de respect entre conseillers municipaux, souligne l’inconvenance du pronom de P2 tu, qui ne marque pas une relation d’intimité, mais au contraire une relation d’agression. La visée est donc la déstabilisation de l’allocutaire par la dérégulation des modalités interactionnelles. Du champ de l’insulte politique, on passe à celui de l’insulte personnelle et physique, selon le même modèle (apostrophe insultante + impératif de P2) : ici, plus de titre institutionnel. À défaut de combat d’idées, on est dans la guerre d’épithètes, telle que Giraudoux la définit dans La Guerre de Troie n’aura pas lieu2. L’échange d’amabilités débute avec Fascistes, Pétain, prononcé mezza voce (le pluriel pour fascistes marque une visée générale), avant de se transformer en discours directement adressé, pétainiste ouvrant et fermant l’échange. Entre temps, l’insulte personnelle a pris le relais, le débat d’idées ne semblant plus être possible dès qu’on bascule dans l’agonal. L’individuation opérée par tas de graisse enfreint un tabou, celui de l’attaque du sujet dans sa corporalité, c’est-à-dire dans son intimité même, et non dans son comportement politique, ce qui était le cas pour pétainiste, certes tout aussi délibérément injurieux, mais qui ne visait pas à mettre à vif l’amour-propre du colocuteur, comme dit si bien Giraudoux : le corps est d’une grande vulnérabilité.

22Quant à l’exemple proposé ci-dessous Monsieur le shérif T., il fonctionne un peu différemment. Le locuteur, M. P., élu d’opposition, discrimine d’abord son allocutaire à venir, M. T., adjoint à la sécurité, par la formule je m’adresse là encore à Monsieur T., puis par l’apostrophe Monsieur T. Cette dernière figure entre l’énoncé enchâssant (je dirais) et un énoncé enchâssé (mais que fait la police ?) si bien qu’on ne peut déterminer à quel niveau énonciatif elle appartient indubitablement :

M. P. Un deuxième point a retenu mon attention, et je m’adresse là encore à Monsieur T., c’est celui du taux de respect. (...) Là encore, si je ne craignais pas que mes propos soient pris au 1er degré, je dirais Monsieur T. mais que fait la police ?, vous dont la seule politique a été de multiplier ses effectifs, depuis votre arrivée aux affaires en 2001. (...)
Monsieur le shérif T., il y a loin de la coupe aux lèvres, dans le breuvage sécuritaire que vous administrez depuis déjà trop longtemps (...). (CM, 20.12.03)

23Dès lors que le cadrage interlocutif spécifique par le patronyme est bien installé, le patronyme est doublé d’un titre fictif qu’on suppose disqualifiant dans la bouche d’un élu positionné à gauche (cette dernière apostrophe sera analysée dans le chapitre 5, point 7.2.1.).

1.2.2. Évaluer positivement autrui

24Le cadrage, dans cet extrait du roman de Bug-Jargal (Hugo), a pour fonction de manifester le jugement ostensiblement positif du locuteur. Il est effectué par l’association d’un statut (guerrier) et d’un adjectif mélioratif (illustre) :

  • Allons, dit Biassou en hochant la tête, le voilà revenu à ses diables de mots inintelligibles. Eh bien, si tu n’as ni dépôts ni magasins à piller, à quoi donc es-tu bon ?

    Cette question présentait une lueur d’espoir que C*** saisit avidement.

  • Illustre guerrier, répondit-il, avez-vous un économiste dans votre armée ?

  • Qu’est-ce encore que cela ? demanda le chef.

  • 3 Le Grand Robert de la langue française note que le mot ne s’emploie plus « qu’en parlant des gens d (...)

25Ici, si illustre guerrier a une valeur d’appel ou de salutation faible (le dialogue est déjà bien entamé entre C*** et Biassou), guerrier confère à l’apostrophé une qualité distinctive3, et illustre une appréciation positive.

1.2.3. Jouer des effets du dialogisme interdiscursif

26Cette évaluation positive peut quelquefois se doubler d’une fonction explicitement dialogique. C’est le cas de l’apostrophe réjouissante concoctée par Du Bellay à l’adresse de Baïf :

Docte, doctieur et doctime Baïf

27Le nom propre, accompagné d’une triple expansion, joue de la variation en degré de l’adjectif docte, au degré positif, au comparatif et au superlatif synthétique. Pour apprécier cette occurrence, syntaxiquement délicieusissime, il faut la mettre en relation avec l’Art poétique de Jacques Peletier (1555/1990), en particulier avec le passage suivant, extrait du chapitre VII, intitulé « Des Mots, et de l’election et innovation d’iceux » :

Nous avons eu de nouveau grandissime, bellissime : dont ne ferai difficulté d’user. Et encore, comme j’ai dit quelquefois en joyeux devis, je voudrais que quelque hardi inventeur eût fait venir grandieur, et bellieur : pour, plus grand et plus beau : afin que nous eussions Positif, Comparatif, et Superlatif. (1555/1990 : 270)

28L’apostrophe, outre sa fonction interlocutive et évaluative, se charge ainsi d’une fonction plaisamment polémique, affichant la bonne volonté quelque peu malicieuse de Du Bellay face aux innovations proposées par Peletier, qui était un proche de sa famille.

1.3. Prendre autrui à témoin

29L’apostrophe à l’initiale peut enfin construire une prise à témoin. C’est en particulier fréquemment le cas quand elle est extraposée à un énoncé en non-personne. Un exemple illustrera cette fonction. Il s’agit d’un fragment d’un débat à l’Assemblée nationale (30.06.99), concernant l’organisation de la réserve militaire. L’apostrophe est effectuée par le biais du titre institutionnel, puisque c’est justement l’institution, à travers son représentant le plus prototypique, qu’il s’agit de prendre à témoin :

M. le secrétaire d’État à la défense chargé des anciens combattants. S’il s’agit bien de l’amendement n° 13, le Gouvernement ne peut pas y être favorable. C’est à l’État qu’il appartient d’assurer le financement des activités de nature régalienne, notamment en matière de défense. On ne peut pas solliciter les entreprises qui travaillent avec la défense pour alimenter un fonds. Je suis désolé, Monsieur Fromion, mais là, on marche sur la tête !
M. Yves Fromion. Monsieur le président, c’est une prise à partie personnelle ! (Sourires.)

30Ainsi, cette dernière apostrophe ne peut être explicitée que si on articule ce fragment textuel à une textualisation englobante qui oppose des configurations coénonciatives différentes : une configuration enchâssée entre le secrétaire d’État, le rapporteur et M. Fromion, et une autre, enchâssante, entre le président de séance et les députés. L’intervention d’Yves Fromion sélectionne cette dernière configuration, le député en appelant à l’autorité du président.

2. Survenue médiane : apostrophe et régulations diverses

31Bien qu’enclavée dans la linéarité discursive, et ne se distinguant plus par une extraposition marquée, l’apostrophe reste cependant hors de la charpente phrastique, syntaxiquement et prosodiquement. Ne marquant pas une émotivité particulière, elle a une fonction un peu différente de celle de l’apostrophe en position initiale, la fonction interpellative et la fonction de salutation ou de cadrage interlocutif n’étant plus prédominantes.

32En particulier, elle peut servir de marquage phatique. Dans ce cas, les traits prosodiques sont beaucoup plus faibles, et s’opposent à l’intensité de l’attaque des apostrophes en position initiale. La fonction de l’apostrophe n’est pas prioritairement identificatrice, il s’agit plutôt de montrer le maintien du contact avec l’allocutaire.

2.1. Entretenir le lien conversationnel

33L’apostrophe, en tant qu’unité conversationnelle produite par le locuteur, a une double fonction : au-delà de sa fonction première de ratification de l’allocutaire, elle révèle surtout une autre visée, qui est d’accentuer le lien interlocutif. Ce marquage interpersonnel à visée phatique est à envisager comme la manifestation langagière d’une volonté de maintien du lien conversationnel, et l’apostrophe est alors une expression de la pulsion communicative, servant de renforçateur de la relation interpersonnelle. Dans le rapport interlocutif, elle joue ainsi un rôle de régulation verbale, qui manifeste son orientation vers l’autre conversationnel, tout comme allô, par exemple, mais qui, contrairement à ce dernier, n’exige pas d’autrui une validation : soit un rôle de balisage interpersonnel, balisage convoquant, mettant en spectacle la coénonciation englobante. Ce rôle me paraît net dans les exemples suivants :

Je vous demande, Monsieur le maire, de les consulter (CM, 28.09.02)
La deuxième question que je voudrais vous poser, Monsieur le maire, concerne... (ibid.)
Voilà, Monsieur le ministre, l’état d’esprit qui domine notre commission. (AN, 05.10.98)

34Ces exemples appellent trois remarques articulées entre elles :

  1. L’apostrophe suit constamment un élément thématique ou thématisé par sa position syntaxique : elle est alors en position de charnière entre le thème et le rhème, et permet de les discriminer fortement, en détachant de l’enchaînement linéaire l’élément qu’elle interrompt, ou celui qu’elle retarde. Elle est à la fois dissimulée et signalée par le morcellement syntaxique, qui attire l’attention sur son insertion particulière, ce qui lui confère alors aussi, au-delà de ce rôle phatique, un rôle argumentatif. En même temps c’est un rappel du contact énonciatif : si j’argumente, c’est pour vous.

  2. L’apostrophe travaille la désolidarisation d’éléments par ailleurs normalement solidaires au niveau syntaxique (cf. supra, point 2.2.4. du chapitre 2), qu’il s’agisse de l’enchaînement attendu sujet-verbe (deuxième exemple), ou, au sein du SV, du verbe et de son complément essentiel (premier exemple) ou du présentatif et de sa complémentation (dernier exemple). L’emploi de l’apostrophe en position médiane permet ainsi de jouer sur la cadence, en rallongeant la protase, ou l’apodose, selon que le marqueur de deuxième ou de cinquième personne se trouve à gauche ou à droite de l’apostrophe. L’apostrophe joue donc un rôle incontestable dans le format rythmique construit : l’autre conversationnel, discrétisé et distingué par l’apostrophe, posé comme coénonciateur, pèse sur la matérialité discursive de l’énonciateur.

  3. Enfin, au-delà de la volonté de préserver le lien conversationnel, la position médiane a aussi une fonction régulatrice, marquant que le locuteur n’envisage pas dans l’immédiat le terme de son tour de parole.

2.2. Prévenir un possible fourvoiement interlocutif : fonction de désambiguïsation du cadrage interlocutif

35J’ai souligné le rôle fréquent de cadrage interlocutif effectué par l’apostrophe à l’initiale du tour de parole, cette dernière ratifiant l’allocutaire sélectionné. On peut aussi trouver ce rôle quand l’apostrophe est en position médiane. Dans ce cas, l’apostrophe est généralement impulsée par une ambiguïté, la coénonciation n’étant pas totalement explicite. L’exemple ci-dessous présente un pronom de P5 qui ne permet pas de discriminer si le locuteur s’adresse à un ou plusieurs allocutaires. L’apostrophe permet de lever l’ambiguïté liée au pronom :

Aujourd’hui, vous avez la chance, Monsieur le maire et vous Monsieur X de posséder sur la ville de N. ce qu’on appelle l’Office Municipal des Sports... (CM, 15.11.03)

36Ce cadrage effectué par l’apostrophe permet l’économie d’opérations syntaxiques, qui peuvent être explicitées si le discours est perçu par l’allocutaire comme adressé à un autre. C’est le cas pour les deux exemples suivants. Le premier est extrait du compte rendu de la séance de l’Assemblée nationale du 30. 06. 99, le deuxième est emprunté aux Femmes savantes de Molière. La désambiguïsation du cadre interlocutif est alors non seulement effectuée par l’apostrophe, mais en plus explicitée dans les deux discours par des formules métadiscursives, soulignées syntaxiquement de la même manière, par le clivage.

37Dans le premier exemple, la désambiguïsation du cadre interlocutif est non seulement effectuée par l’apostrophe identifiante Monsieur le premier ministre, mais aussi par la structure clivée argumentative (rhématisation de cette raison), qui justifie le choix de l’allocutaire, par le rejet de tout autre allocutaire putatif (et non à tel ou tel ministre...), enfin par la formule métadiscursive je m’adresse à vous, soit une sélection de l’allocutaire quadruplement marquée :

M. Jean-Luc Warsmann. (...) Ma seconde question est d’ordre plus général, et c’est pour cette raison que je m’adresse à vous, Monsieur le premier ministre, et non à tel ou tel ministre en particulier : quelles mesures pouvez-vous prendre pour qu’un tel phénomène ne se reproduise plus dans l’avenir et que les lois que nous votons s’appliquent dans les délais les plus courts possible ? (AN, 30.06.99)

38Le deuxième exemple, emprunté à la scène 7 de l’acte II des Femmes savantes, qui réunit Philaminte, son époux Chrysale, et la sœur de ce dernier, Bélise, met aussi en représentation la désambiguïsation, du moins en apparence, mais c’est un jeu dont personne n’est dupe. Ce passage est choisi par C. Kerbrat-Orecchioni pour expliquer ce qu’elle entend par « trope communicationnel ». Il s’agit du cas de figure où un allocutaire en « cache un autre » : « le “bon” destinataire [n’est] pas celui que sélectionnent les marqueurs dévolus à cet emploi » (1996 : 19). Elle résume le schéma interlocutif de la scène en ces termes :

  • en apparence : destinataire direct = Bélise / destinataire indirect = Philaminte ;

  • en réalité : destinataire principal = Philaminte / destinataire secondaire = Bélise. (ibid.)

39Au-delà du trope communicationnel, je m’intéresse pour ma part, à la construction langagière de l’interlocution. Je prends Chrysale au mot, et j’étudie la stratégie de désambiguïsation qu’il met en place. Bélise est posée dans le discours de Chrysale comme sa destinataire directe, par l’apostrophe ma sœur (vs ma femme). Cette apostrophe s’avère nécessaire à cause du vous (c’est à vous que je parle), qui pouvait renvoyer déictiquement à l’une ou l’autre des deux femmes, ou aux deux, sans l’utilisation de l’apostrophe. Or Philaminte était comprise dans le premier vous du tour de parole précédent (accord pluriel pour folles). Le soulignement syntaxique de l’opposition des deux vous (vous-folles : thématisation de folles / vous-ma sœur : clivage avec rhématisation de vous, suivi de son explicitation) concourt à dédouaner Chrysale d’un discours qui pourrait être interprété comme doublement adressé, ce qui permet éventuellement d’échapper aux foudres de Philaminte. La sélection de l’allocutaire (même s’il en cache un autre...) est ainsi doublement effectuée, par l’apostrophe et par le clivage (pronom tonique de P5), dont la dimension dialogique permet de récuser tout autre allocutaire potentiel :

Bélise
Il est vrai que le mot est bien collet monté.
Chrysale
Voulez-vous que je dise ? il faut qu’enfin j’éclate,
Que je lève le masque, et décharge ma rate :
De folles on vous traite, et j’ai fort sur le cœur...
Philaminte
Comment donc ?
Chrysale
C’est à vous que je parle, ma sœur. (vers 554-558)

40Ce schéma de pseudo-clarification de l’allocutaire est repris à la fin de la tirade de Chrysale :

Une pauvre servante au moins m’était restée,
Qui de ce mauvais air n’était point infectée,
Et voilà qu’on la chasse à grand fracas,
A cause qu’elle manque à parler Vaugelas.
Je vous le dis, ma sœur, tout ce train-là me blesse
(Car c’est, comme j’ai dit, à vous que je m’adresse),
Je n’aime point céans tous vos gens à latin,
Et principalement ce Monsieur Trissotin. (vers 603-610)

41Or la scène précédente montre précisément le renvoi de Martine, exigé par Philaminte. L’apostrophe sert donc de garde-fou, en tant qu’explicitation du cadre interlocutif choisi par Chrysale. Il faut souligner enfin que le (cependant prudent) on (on la chasse à grand fracas, amené par on y sait comment vont lune, étoile polaire, on ne sait comment va mon pot, dont j’ai besoin) pouvait prêter à confusion, après l’avalanche des vous explicités par ma sœur qui ouvraient la tirade (en parlant vous irrite, vous en faites, vous, d’étranges en conduites, vos livres éternels, vous devriez brûler). Il est donc pragmatiquement important de recadrer explicitement l’interlocution. Ce recadrage, comme le premier cadrage, s’appuie sur le clivage : Car c’est, comme j’ai dit, à vous que je m’adresse. Cette fois la valeur argumentative est extrêmement forte, amenée par le connecteur pragmatique car, dont le discours aurait pu faire l’économie, mais qui a évidemment pour rôle de réarticuler l’énoncé tenu à l’énonciation, et de poser de la sorte la légitimité de cet énoncé, eu égard au cadre interlocutif spécifié dans la proposition introduite par car. Ce dernier a pour fonction de justifier le fait de tenir cet énoncé, c’est-à-dire l’énonciation elle-même, posée dès lors comme incontestable.

42Les deux exemples proposés ci-dessus ont en outre en commun de présenter des verbes en emploi métadiscursif, qui participent à la désambiguïsation du cadrage interlocutif : s’adresser dans les deux cas (je m’adresse à vous pour l’exemple 1 et c’est, comme j’ai dit, à vous que je m’adresse, pour le texte de Molière, qui utilise en outre les verbes parler et dire dans le même type de fonctionnement métadiscursif).

43L’apostrophe a besoin d’être explicitée si la coénonciation n’est plus totalement explicite. Les deux exemples supra mettent en scène une désambiguïsation allocutive par le relais syntaxique d’une structure elle-même emphatisée par le clivage. Il apparaît en effet délicat, dans le texte de Molière, de faire dire à Chrysale Je vous parle, ma sœur, pour la première occurrence, et Car, comme j’ai dit, je m’adresse à vous, pour la seconde. L’effet dialogique discriminant, propre au clivage, est ici totalement déterminant.

3. Survenue finale : apostrophe et fonction de ponctuant de clôture

3.1. Régulation, interne au tour de parole, du cadre interlocutif et bornage d’une allocution personnelle

44L’apostrophe en position finale dans la phrase travaille la régulation de la parole en interne, puisqu’elle montre le passage d’une allocution personnelle à un cadre interlocutif plus large. Dans ce cas de figure, elle sert de bornage de l’allocution spécifique. On remarquera ci-dessous, dans le cotexte en aval de l’apostrophe, deux structures impersonnelles inaptes à dégager des actants, ce qui prouve la réorientation plus générale, et l’ouverture à tous les élus du cadre interlocutif. Le choix de la forme de P3 pour le réfléchi (il est facile de se référer), alors que vous était tout à fait possible (il est facile de vous référer) explicite syntaxiquement la réorientation :

M. François Goulard. (...) Le déficit de notre assurance maladie est en train de réapparaître.
Mme La ministre de l’emploi et de la solidarité. Réapparaître ?
M. Marcel Rogemont. C’est Bernadette Soubirou !
M. François Goulard. Vous nous aviez promis la disparition de ce déficit, Madame la ministre. Il est vrai qu’il est facile de se référer à des périodes relativement proches où il était sensiblement plus important... (AN, 30.06.99)

45Ces cas sont très fréquents. En voici une autre illustration, avis défavorable étant prononcé en direction de tout l’hémicycle :

M. le Rapporteur. Le sous-amendement 213 est satisfait par l’alinéa 24 de l’amendement 3 rectifié : les personnes dont le CPE aura été interrompu bénéficieront de la convention de reclassement personnalisée. Je crois qu’il s’agissait là du sens de votre amendement, Monsieur Gorce. Avis défavorable. (AN, 08.02.06)

3.2. Régulation coénonciative

46Quant à l’apostrophe en fin de tour de parole, elle marque l’activité clôturante du locuteur, son rôle étant de signaler le terme imminent de sa prise de parole. C’est donc un indice de régulation coénonciative :

Il me semble que vous aviez parlé de proportionnelle, il y a quelques jours, Monsieur le maire ? (CM, 28.09.02)
Je vous remercie, Monsieur le maire. (ibid.)
M. Pierre Lellouche. Cet exposé enflammé ne changera rien aux faits, Madame la ministre. (AN, 22.12.99)

47Cet emploi peut être rapproché de ce que Vincent (1993) appelle des ponctuants, c’est-à-dire des marqueurs discursifs spécialisés dans le rôle de balisage intonatif des énoncés oraux. Issus d’outils lexicaux ou grammaticaux, qui ont perdu leur fonction initiale, ils se placent toujours après l’unité intonative qu’ils accompagnent et dont ils prolongent la mélodie.

48La modalité injonctive semble faciliter ou privilégier l’extraposition droite. Pour le montrer, j’opposerai les deux exemples suivants à un exemple présenté plus haut – Monsieur D., ne faites pas l’idiot ! –, où l’apostrophe, détachée à gauche, est prise dans une modalité injonctive doublée d’une exclamation, ce qui implique un schéma mélodique totalement différent. Le rappel à l’ordre sera sans doute perçu par l’allocutaire comme beaucoup plus sévère, ne serait-ce que parce que le décrochage tonal est beaucoup plus marqué. À l’opposé, l’intonation fortement descendante, propre à la modalité injonctive non doublée d’une exclamation, se prolonge sur l’apostrophe en position finale, qui est ainsi prise dans cette coulée intonative d’intensité basse :

Ne vous mettez pas en colère, Madame A. (CM, 29.09.02)
Soyez poli, Monsieur C. (ibid.)

49Madame A. et Monsieur C., prolongeant l’orientation descendante du schéma intonatif de l’unité intonative en amont, signalent fortement la fin du tour de parole, tout comme les apostrophes en position médiane confirmaient le prolongement de la prise de parole. Les apostrophes en position finale peuvent ainsi fréquemment s’avérer un élément de courtoisie feinte.

3.3. Entre interpellation directe et indirecte : disqualifier l’orateur ou signaler une contre-vérité à l’auditoire ?

50On peut aussi avoir une apostrophe évaluative en clôture. Dans l’exemple ci-dessous, elle est articulée à un énoncé en non-personne (cela existait avant), et sa visée est disqualifiante. Par ailleurs, la sphère interlocutive n’est pas spécifique, M. P. s’adressant à tous les conseillers, et non à Mme A. seulement. Le statut de cette apostrophe me semble ambigu, à mi-chemin entre une apostrophe disqualifiante adressée à une seule personne (M. P.), et une forme non directement adressée, qui s’effectuerait mezza voce (équivalant à Cela existait avant, non, mais, quel amnésique !) :

M. P. (...) Nous proposerons aux usagers un nouveau plan de circulation (...) et surtout des nouvelles méthodes de déplacement, comme le système expérimenté aux fêtes de Noël, qui permet aux automobilistes de laisser leur voiture en périphérie pour rejoindre plus vite et sans stress le cœur de ville en navette.
Mme A. (propos hors micro) Cela existait avant, amnésique ! (CM, 20.12.03)

4. Survenue à la fois initiale et finale : de la restriction du cadrage interlocutif au commentaire métadiscursif

51Les apostrophes en position à la fois initiale et finale ont généralement pour fonction de souligner fortement les bornes du tour de parole. Mais ce double bornage peut correspondre à d’autres effets : modifier l’extension interlocutive, voire construire un espace de parole consacré à un commentaire métadiscursif.

4.1. Double clôture et restriction du cadrage interlocutif

52Ci-dessous, le passage d’un syntagme en apostrophe à l’autre opère une modification de l’extension interlocutive :

Monsieur le maire, chers collègues, à propos de cette délibération, je voudrais vous faire part de notre inquiétude. (...) Vous faites ainsi, comme disait le Général de Gaulle, votre petite soupe, dans votre petit pot, sur votre petit feu et nous vous souhaitons un bon appétit, Mesdames et Messieurs de la majorité. (CM, 28.09.02)

53La conseillère municipale (d’opposition) s’adresse initialement à toute l’assemblée, mais termine en montrant que ce discours s’adressait en fait seulement aux conseillers de la majorité, ce qui implique une réinterprétation du discours tenu à l’aune de cette restriction.

4.2. Double clôture et commentaire métadiscursif

54Le double bornage par une apostrophe du tour de parole de cette élue (c’est la même que précédemment) s’inscrit dans une visée polémique, le propos étant de dénoncer une attitude jugée inadéquate en conseil municipal :

Monsieur le maire, je considère que la grossièreté en démocratie, c’est comme vous l’avez fait à l’instant, de couper la parole à A.F. qui souhaitait exprimer son point de vue. C’est ça, la grossièreté en démocratie, Monsieur le maire. (CM, 27.07.02)

55L’effet recherché semble être celui de la stigmatisation d’un comportement qui serait le propre du maire, ce dernier étant représenté à trois moments, par la double apostrophe et le pronom vous. L’effet de clôture lié à la double apostrophe est manifeste (on notera aussi le chiasme, qui accentue cet effet), le dispositif plaçant le pronom vous au centre de l’énoncé. L’apostrophe fonctionne ici comme le signalement, pour les autres conseillers, d’un espace de parole consacré à un commentaire métadiscursif, en une mise en scène qui iconicise une mise en quarantaine du maire, la double apostrophe travaillant l’imperméabilité des frontières entre le débat propre à l’institution, et la dénonciation du dévoiement de cette institution. Ce double bornage correspond au balisage d’un commentaire sur le dysfonctionnement institutionnel, dont l’interpellé est jugé responsable.

5. Y a-t-il une place privilégiée pour l’apostrophe en relation avec la modalité énonciative sélectionnée ?

56À l’analyse des données des divers corpus proposés, il semble bien qu’il n’y ait pas de place privilégiée pour l’apostrophe en modalité assertive. Mais l’effet de sens est différent selon la distribution syntaxique de l’apostrophe : à l’initiale, elle remplit plutôt une fonction d’appel – c’est alors un terme d’appel à part entière –, en position médiane, elle a plutôt une fonction d’entretien du lien interlocutif. Par contre, la modalité jussive semble privilégier l’apostrophe en position finale, comme je l’ai déjà souligné. Quelques autres exemples littéraires confirmeront cette observation :

Ecoutez ça, mes enfants. (G. Feydeau, Occupe-toi d’Amélie)
Viens, Amélie. (ibid.)
Entrez, Monsieur le commissaire. (ibid.)

57Les deux derniers exemples ont pour spécificité de présenter un verbe de mouvement. L’idée de déplacement peut être exprimée autrement, ce qui ne modifie pas la place de l’apostrophe :

Par ici, Monsieur le commissaire. (ibid.)

58Les apostrophes accompagnant une salutation ou un remerciement sont aussi le plus fréquemment en postposition de l’énoncé hôte :

Au revoir, Monseigneur ! (ibid.)
Bonjour, Madame. (ibid.)
Bonjour, Marcel ! (ibid.)
Merci, Pochet ! (ibid.)
Bonjour, les enfants ! (G. Feydeau, La Dame de chez Maxim)

59Dans le cadre d’une modalité interrogative, il semble que la distribution privilégiée pour l’apostrophe, dans les débats à l’Assemblée, soit à l’initiale de la phrase, et cela, quelle que soit la syntaxe privilégiée pour l’interrogation. Les exemples ci-dessous, tous extraits de la séance du 08.10.98 (numérotés pour la commodité de l’analyse) présentent non seulement diverses configurations syntaxiques de l’interrogation – inversion (1) ou non (2) du sujet, interrogation totale (3) ou partielle (4) –, mais aussi actualisent des types différents de portée sémantique de l’interrogation demande de confirmation (3), ou acte de langage véritablement interrogatif (5) :

(1) Monsieur Colcombet, retirez-vous l’amendement ?
(2) Monsieur Guillaume, vous avez bien entendu la réponse du ministre ?
(3) Monsieur le rapporteur, vous venez défendre l’amendement n° 126, n’est-ce pas ?
(4) Monsieur Colcombet, que faites-vous de votre amendement ?
(5) Monsieur Proriol, en même temps que l’ancien amendement n° 791 peut-être pourriez-vous défendre l’amendement n° 790 ?

60Le compte rendu de ce débat comporte en tout dix structures interrogatives associées à une apostrophe. Trois seulement, présentées ci-dessous, construisent une extraposition à droite. Plusieurs phénomènes peuvent être observés dans ces trois dernières occurrences :

  • la non-inversion du sujet, et le fait qu’il s’agisse d’une interrogation à visée confirmative en (6) ;

  • la syntaxe elliptique en (7), qui élude le problème de l’inversion ;

  • enfin, la combinaison — envisageable — avec une apostrophe à gauche (vous et vos amis, qui peuvent aussi être en apposition au deuxième vous) en (8). L’apostrophe finale (Monsieur Adevah-Poeuf) expliciterait une réorientation personnelle au fil de l’énoncé, le locuteur modifiant en cours de route la sphère interpersonnelle large, construite par la première apostrophe, en passant d’une adresse groupale à une adresse individuelle, ce qui permet de souligner la plasticité coénonciative liée à l’apostrophe :

(6) Vous déconseillez le Sénat, Monsieur Leyzour ?
(7) Et en ce qui concerne les CUMA, Monsieur le ministre ?
(8) Vous et vos amis, êtes-vous patriotes, Monsieur Adevah-Poeuf ?

61Ce corpus ne présente aucune apostrophe en position médiane. L’exploration d’un autre compte rendu de séance à l’Assemblée, en date du 30.06.99, confirme la prédominance de la position initiale. Sur vingt occurrences d’apostrophes en modalité interrogative, la position initiale est choisie dans onze cas, la médiane dans trois, et la finale dans six. Mais ce serait une erreur que de supposer qu’il s’agit d’une constante pour ce type de corpus. En effet, ces résultats peuvent être opposés à ceux qui se dégagent de l’analyse du compte rendu de la séance du 06.10.98. La position médiane y est, de loin, la plus fréquente : neuf apostrophes en position médiane, contre cinq à l’initiale, et deux en finale. Il faut donc affiner cette analyse en introduisant d’autres paramètres, et en particulier celui du volume de la phrase intégratrice. Une question brève semble ainsi privilégier l’apostrophe à l’initiale. Par contre, une phrase interrogative plus longue, et de surcroît une phrase complexe, sélectionne préférentiellement la position médiane pour l’apostrophe : c’est le cas pour les trois occurrences de la séance du 30.06.99, ou pour six des occurrences de la séance du 06.10.98, alors que la position initiale est associée, dans dix cas sur onze à une phrase simple pour la séance du 30.06.99, mais seulement dans deux cas sur cinq lors de la séance du 06.10.98. Ces remarques signalent donc davantage des tendances que des constantes, car d’autres paramètres, très difficilement quantifiables, sont aussi à l’œuvre : la personnalité du locuteur, sa visée (véritablement interrogative, plutôt explicative ou argumentative : cas en particulier des interrogations rhétoriques), son débit, tout comme la nécessité qu’il éprouve de prendre appui sur des termes d’adresse, qui lui permettent de faire varier les accents de groupe, mais aussi de montrer qu’il garde la parole, qu’il accepte de la rendre, etc.

62La comparaison entre dialogues oraux institutionnels et dialogues littéraires aboutit à des tendances tout à fait opposées. Ainsi, l’exploration du Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux permet de dégager quarante et une apostrophes en modalité interrogative, se répartissant ainsi : sept sont en position initiale stricte, c’est-à-dire à la première place, dix sont précédées d’un morphème, qui peut être un connecteur (mais, et, enfin), une interjection (eh, eh bien) ou un morphème grammatical détourné de sa fonction canonique (quoi, comment), une est en position médiane, et vingt-trois en position finale. Si on observe les séquences dialogales de Madame Bovary, sur les treize occurrences d’apostrophes en modalité interrogative, trois occurrences sont à l’initiale, une est en position médiane et neuf sont en position finale.

63Quant au roman César Birotteau, il présente, dans les séquences dialogales entre personnages, cinquante-quatre apostrophes en modalité interrogative, qui se répartissent ainsi : vingt-trois apostrophes en position finale, treize en position initiale, trois sont combinées avec une interjection, qui les précède, et constituent un énoncé averbal (Eh ! bien, mon oncle ? ; Eh ! bien, mon pauvre Birotteau ? ; Eh ! bien, garçon ?), enfin quinze, tout en étant extraposées à gauche de la proposition hôte, sont précédées d’un morphème. Ce dernier peut être, comme précédemment, une simple interjection :

Eh ! bien, garçon, qu’est-ce qui te prend ?
Hé ! mon fils, tu me connais donc pour avoir eu des rapports agréables ? Est-ce que nous avons gardé des rois ensemble ?
Eh ! bien, Monsieur, puis-je dès aujourd’hui prendre mes mesures pour trouver une boutique afin de commencer au plus tôt ?
Eh ! Madame, croyez-vous qu’il soit bien glorieux pour un architecte qui veut élever des monuments de décorer un appartement ?
Ah ! çà, papa, tu ris ?
Eh ! bien, Monsieur Ragon, êtes-vous content de moi ?
Ah çà, Birotteau, te voilà donc en train de devenir fou ? rêves-tu ?
Eh ! bien, César, dit Pillerault, sais-tu d’où cela te vient ?

64Il peut s’agir du connecteur mais, qui a, dans les deux occurrences ci-dessous, un rôle argumentatif. Il conteste en effet les conclusions implicites de l’énonciation qui précède :

Mais, mon cher ami, qu’a donc besoin Roguin de spéculer, s’il a sa charge payée et sa fortune faite ?
Mais, Monsieur, à quel titre ?

65Le morphème peut être enfin issu de formes verbales (voyons, tiens), pronominale (quoi) ou adverbiale (comment). Ayant subi une désémantisation et une perte de sa fonction syntaxique initiale, il sert d’amorce de coopération conversationnelle, cette dernière trouvant son plein épanouissement dans le syntagme en apostrophe à sa droite. Étoffant sur le plan des volumes ce syntagme, il participe ainsi d’une rythmique conversationnelle :

Voyons, mon cher patron, car vous avez été mon patron, avez-vous besoin d’argent ?
Quoi, du Tillet, s’écria César, est-ce vrai ?
Tiens, Birotteau, sais-tu ce que je pense en t’écoutant ?
Voyons, Popinot, te sens-tu de force à tuer Macassar ?
Comment, Mademoiselle, monsieur Roguin s’est enfui ? dit Popinot

66Au regard de ces quelques exemples littéraires, la différence distributionnelle en modalité interrogative entre discours ordinaires (ici de type institutionnel) et discours littéraires semble tout à fait notable, et mériterait d’être approfondie. En particulier, la position finale semble beaucoup plus fréquente en discours littéraire que non littéraire, et tout à fait privilégiée en discours théâtral. Pour les discours littéraires, il faut rapporter la place de l’apostrophe à une visée non seulement microstructurelle, mais aussi macrostructurelle, répondant à des agencements rythmiques au sein de l’échange dialogal, mais aussi à une rythmique plus générale de l’énoncé lui-même, rythmique liée, au-delà de l’organisation interne de la séquence dialogale, à l’organisation de la totalité textuelle.

6. Quelques cas curieux sur le plan syntaxique

67Pour clore ce panorama syntaxique de l’apostrophe, je propose à l’observation quelques cas où l’apostrophe implique des structures syntaxiques tout à fait atypiques, ce qui permet de nuancer l’autonomie syntaxique généralement posée comme un trait définitoire de l’apostrophe. En effet, ces exemples soulignent le fait suivant : si l’apostrophe est effectivement un constituant syntaxiquement satellite, ne se rattachant à aucun élément support auquel elle serait incidente, cette autonomie ne fonctionne que dans un sens, l’énoncé qui l’accompagne subissant des restrictions syntaxiques en rapport avec l’apostrophe.

6.1. Apostrophe et troisième personne de politesse

68Tout locuteur natif percevra immédiatement l’incongruité syntaxique que représentent, en français contemporain, les deux exemples suivants, extraits des Mémoires du Cardinal de Retz (1987, Paris : Classiques Garnier, tome 1) :

Votre Altesse me disait dernièrement, Monsieur, que cette disposition du peuple n’était qu’une fumée (343)
Enfin, Monsieur, je supplie très humblement votre Altesse de me permettre de Lui dire que jamais projet n’a été aussi beau (346)

69La première occurrence de votre Altesse est sujet d’un verbe à la troisième personne, tout en étant coréférente à Monsieur, cette fois en apostrophe (il s’agit du grand Condé, désigné aussi par Monsieur le Prince). Le cas de figure est similaire dans la deuxième occurrence. La troisième personne de politesse, manifestée par Lui, brouille complètement le système allocutif mis en place par Monsieur, si bien que coexistent allocutif et délocutif au sein d’un même énoncé : syntaxiquement intenable, cette façon de s’exprimer marque tout le jeu/la tension entre distance hiérarchique et proximité physique liée au dialogue. Elle est traitée en rhétorique en termes d’énallage de la personne.

70Si l’apostrophe semble affranchie de l’énoncé qui l’accompagne, si effectivement ce dernier peut être à toutes les personnes, toutes les modalités, comme les nombreux exemples que j’ai proposés le prouvent, il y a tout de même une interdépendance entre l’apostrophe et le reste de l’énoncé, perceptible au fait que le reste de l’énoncé ne peut s’emparer de l’apostrophe en la représentant, en l’anaphorisant par un pronom de P3 : autrement dit une apostrophe ne peut pas être sujette à une reprise en non-personne. Si on plagie l’énoncé de Retz, on peut certes imaginer une structure syntaxique de ce type :

Enfin, professeur, je supplie très humblement mon maître de me permettre de lui dire que jamais projet n’a été aussi beau

71Mais on perçoit immédiatement une distorsion entre l’apostrophe et l’énoncé qui la suit, ce qui prouve bien leur interdépendance. Actuellement, la seule possibilité est la coréférence en P5 :

Enfin, professeur, je vous supplie très humblement de me permettre de vous dire que jamais projet n’a été aussi beau

72Ces manipulations soulignent qu’une apostrophe, c’est-à-dire un fragment à usage déictique établissant un circuit court entre locuteur et allocutaire (cf. Serbat), ne peut être reprise, transférée dans le circuit long de l’énoncé que par le biais d’un ancrage personnel : pronom personnel de P2 ou de P5. Ces phrases atypiques dans lesquelles coexistent des expressions qui désignent le même être humain, tout en construisant des personnes grammaticales différentes, subissent les mêmes contraintes que les énoncés plus prototypiques, le fragment à usage déictique pouvant difficilement être intégré dans un discours indirect, c’est-à-dire devenir partie prenante de l’énoncé :

Votre Altesse me disait dernièrement, Monsieur, que cette disposition du peuple n’était qu’une fumée. (343)
*J’ai déclaré au Parlement que votre / son Altesse me disait dernièrement, Monsieur, que cette disposition du peuple n’était qu’une fumée.
J’ai déclaré au Parlement que votre / son Altesse me disait dernièrement que cette disposition du peuple n’était qu’une fumée.
Enfin, Monsieur, je supplie très humblement votre Altesse de me permettre de Lui dire que jamais projet n’a été aussi beau. (346)
*J’affirme que, Monsieur, je supplie très humblement votre Altesse de me permettre de Lui dire que jamais projet n’a été aussi beau.
J’affirme que je supplie très humblement votre Altesse de me permettre de Lui dire que jamais projet n’a été aussi beau.

73On ne peut ainsi considérer comme totalement étanches les niveaux de l’énonciation et de l’énoncé. S’il n’y a apparemment pas de relation de dépendance syntaxique entre l’un et l’autre, il y a cependant une solidarité entre les divers niveaux de la construction énonciative, impliquant une non-contradiction sur le plan de la personne, l’énoncé ne pouvant remettre en cause l’allocution construite par l’apostrophe.

74À ce titre, le texte de Retz, et tous les textes inscrivant les mêmes usages, liés à la personne dite de politesse, sont actuellement des curiosités syntaxiques plaisantes, mais aussi dignes d’intérêt, dans la mesure où elles manifestent les limites de la définition habituellement proposée pour l’apostrophe : si c’est un fragment satellite, il impose cependant ses contraintes au reste de l’énoncé, quand ce dernier réintègre dans sa chaîne discursive la personne désignée par l’apostrophe.

6.2. Interpolation de l’apostrophe

75Une autre curiosité remarquable est le fait que l’apostrophe peut désolidariser des éléments habituellement solidaires, appartenant au même groupe syntaxique. J’ai déjà évoqué cette possibilité quand j’ai présenté les diverses possibilités distributionnelles de l’apostrophe. J’ai en particulier pointé qu’elle pouvait, en position médiane, séparer le sujet nominal et le verbe, ou le verbe et son complément essentiel, voire l’auxiliaire et le participe passé, soit une très grande plasticité distributionnelle, qui va à l’encontre des règles syntaxiques les plus indiscutables, du moins pour ce qui est de la langue écrite. Il existe des schémas syntaxiques à ce titre fort pittoresques.

76Dans l’exemple ci-dessous, l’apostrophe, interpolée entre un sujet pronom normalement conjoint (vous) et son verbe, propose un autre schéma distributionnel, non encore envisagé, en opérant une disjonction insolite :

M. Nicolas Sarkozy, ministre d’État, ministre de l’économie, des finances et de l’industrie. Il semble que M. Besson ait quelques difficultés à comprendre... (Protestations sur les bancs du groupe socialiste)
Aussi vais-je prendre le temps de lui expliquer (Même mouvement). (...)
En vérité, vous, Monsieur Besson, avez voulu, avec M. Hollande, monter un petit coup politique sur le dos des français, mais il a lamentablement échoué, car les français ont compris notre politique ! (AN, 20.10.04)

77L’exemple suivant (oral institutionnel) fonctionne différemment, dans la mesure où c’est toute une proposition, constituée d’un verbe métadialogal (répondre) à la cinquième personne et d’une apostrophe, qui sépare un nom déterminé et un participe passé en emploi adjectival, normalement immédiatement postposé au nom qu’il complète (madame L. est l’adjointe aux espaces verts de la ville). La syntaxe globale est fortement bouleversée par cette interpolation :

... montrant que les expertises, vous me répondrez Madame L., faites en la matière, ne prenaient pas vraiment en compte la santé des végétaux concernés. (CM, 28.09.02)

78Cette madame L. est ainsi prise à témoin de la véracité des propos du locuteur, et cette prise à témoin s’effectue par rapport au mot expertises, puisque c’est ce mot qui impulse le fragment mettant en scène l’échange lui-même, et renvoyant donc à l’énonciation : c’est ainsi en tant qu’experte, même si l’énoncé ne lui attribue pas ce titre, que madame L. est interpellée, servant ainsi de caution à l’énoncé global du locuteur. Il n’y a pas lieu de répondre, contrairement à ce que suggère le locuteur. Madame L. joue le rôle de garant, l’énoncé faisant l’économie d’une phrase explicative qui pourrait être :

... montrant que les expertises faites en la matière par le service que dirige Madame L. / que vous dirigez, Madame L., ne prenaient pas vraiment en compte la santé des végétaux concernés.

6.3. Tension entre distance et proximité

79Un problème d’une autre nature est posé par l’emploi d’une apostrophe – Madame – qui marque habituellement la distance et implique le vouvoiement, en association avec un pronom tu, qui marque la familiarité. Je suis contrainte, pour la bonne compréhension des enjeux liés à l’apostrophe, de citer un très long passage, emprunté à Victor Hugo (Quatre-vingt treize). La scène a lieu dans les derniers jours de mai 1793. Trente grenadiers et leur sergent, appartenant à un bataillon parisien, sont détachés en avant-garde pour fouiller le bois de la Saudraie, et découvrent dans un taillis une jeune femme terrorisée et ses trois enfants. Le sergent l’interpelle par l’apostrophe Madame, chaque fois associée à la deuxième personne :

Et le sergent continua :
– Qui es-tu, Madame ?
La femme le considérait, terrifiée. Elle était maigre, jeune, pâle, en haillons ; elle avait le gros capuchon des paysannes bretonnes et la couverture de laine rattachée au cou avec une ficelle. Elle laissait voir son sein nu avec une indifférence de femelle. Ses pieds, sans bas ni souliers, saignaient.
– C’est une pauvre, dit le sergent.
Et la vivandière reprit de sa voix soldatesque et féminine, douce en dessous :
– Comment vous appelez-vous ?
La femme murmura dans un bégaiement presque indistinct :
– Michelle Fléchard.
(...) Cependant le sergent insistait.
– Parle donc, Madame. As-tu une maison ?
– J’en avais une.
– Où ça ?
– A Azé.
– Pourquoi n’es-tu pas dans ta maison ?
– Parce qu’on l’a brûlée.
(...) Le sergent recommença.
– Mais tes parents ! Voyons, Madame, mets-nous au fait de tes parents. Moi, je m’appelle Radoub ; je suis sergent, je suis de la rue du Cherche-Midi, mon père et ma mère en étaient, je peux parler de mes parents. Parle-nous des tiens. Dis-nous ce que c’était que tes parents.
– C’étaient les Fléchard. Voilà tout.
(...) Et ton mari, Madame ? que fait-il ? Qu’est-ce qu’il est devenu ?
– Il est devenu rien, puisqu’on l’a tué.
(...) Le sergent reprit :
– Et comme ça, Madame, tu te sauves ?
– Il faut bien.
– A travers champs, va comme je te pousse ?
– Je cours de toutes mes forces, et puis je marche, et puis je tombe.
– Pauvre paroissienne ! dit la vivandière.
(...) – Camarades, de tout ça je conclus que le bataillon va devenir père. Est-ce convenu ? Nous adoptons ces trois enfants-là.
– Vive la République ! crièrent les grenadiers.
– C’est dit, fit le sergent.
Et il étendit les deux mains au-dessus de la mère et des enfants.
– Voilà, dit-il, les enfants du bataillon du Bonnet-Rouge.
La vivandière sauta de joie.
– Trois têtes dans un bonnet, cria-t-elle.
Puis elle éclata en sanglots, embrassa éperdument la pauvre veuve et lui dit :
– Comme la petite a déjà l’air gamine !
– Vive la République ! répétèrent les soldats.
Et le sergent dit à la mère :
– Venez, Citoyenne.

80Le passage de {Madame + P2} à {Citoyenne + P5} rend compte de la modification du point de vue construit par le locuteur sur la jeune femme. Le sergent propose d’abord une combinaison atypique, puisque madame, avant d’être un appellatif usuel non marqué, qu’on peut trouver en emploi apostrophique (comme ci-dessus) ou non (madame X était en retard), a servi d’appellatif pour les filles de la maison royale, puis pour les femmes nobles titrées, et, beaucoup plus tard, pour les femmes mariées de la classe moyenne (à partir du xviie siècle, et cela, très progressivement). Le mot véhicule donc avec lui une histoire, qui renvoie à l’ancien régime, histoire que le sergent met à distance en associant Madame à tu, alors que vous était plus attendu.

81Dès lors que le sergent reconnaît Michelle Fléchard comme personne civique, il lui accorde une apostrophe l’identifiant par son nouveau statut – Citoyenne –, qui est aussi un signe de reconnaissance, souligné cette fois par le vouvoiement égalitaire : en effet, cet usage de citoyenne s’est imposé en 1790, en remplacement de madame, comme terme fondateur d’une autre histoire, plus juste. On peut aussi remarquer que la vivandière, qui n’accorde aucun titre ou statut à Michelle Fléchard lors de sa première prise de parole, la vouvoie spontanément : « – Comment vous appelez-vous ? ». Or c’est cette même vivandière qui l’avait interpellée précédemment en ces termes (le pronom vous en apostrophe peut correspondre, outre l’acte de saturation de l’allocutaire, à une stratégie d’évitement d’un appellatif plus marqué) :

– Qu’est-ce que vous faites ici, vous ? cria la vivandière. La femme leva la tête.
La vivandière ajouta furieuse :
– Êtes-vous jolie d’être là !
Et elle reprit :
– Un peu plus, vous étiez exterminée !
Et, s’adressant aux soldats, la vivandière ajouta :
– C’est une femme.
– Pardine, nous le voyons bien ! dit un grenadier.

82Il semble donc bien que c’est l’appellatif Madame qui implique tu, ou, plus exactement que chacun des deux constituants est engagé à égalité dans cette combinatoire contrainte. On pourrait préciser le rapport aux appellatifs en observant le discours de la vivandière, présenté ci-dessous, en contrepoint du discours du sergent. C’est un discours de femme s’adressant à une femme, de femme nourricière s’adressant à une mère :

– Vous voyez, Madame, nous sommes des Parisiens, dit gracieusement la vivandière.
La femme joignit les mains et cria :
– Ô mon Dieu seigneur Jésus !
– Pas de superstitions, reprit le sergent.
La vivandière s’assit à côté de la femme et attira entre ses genoux l’aîné des enfants, qui se laissa faire. Les enfants sont rassurés comme ils sont effarouchés, sans qu’on sache pourquoi. Ils ont on ne sait quels avertissements intérieurs.
Ma pauvre bonne femme de ce pays-ci, vous avez de jolis mioches, c’est toujours ça. On devine leur âge. Le grand a quatre ans, son frère a trois ans. Par exemple, la momignarde qui tête est fameusement gouliafre. Ah ! la monstre ! Veux-tu bien ne pas manger ta mère comme ça ! Voyez-vous, Madame, ne craignez rien. Vous devriez entrer dans le bataillon. Vous feriez comme moi. (...) Voyez-vous, venez avec nous, on est des bons garçons dans le bataillon ; vous serez la cantinière numéro deux ; je vous montrerai l’état. Oh ! c’est bien simple ! on a son bidon et sa clochette, on s’en va dans le vacarme, dans les feux de peloton, dans les coups de canon, dans le hourvari, en criant : Qui est-ce qui veut boire un coup, les enfants ? Ce n’est pas plus malaisé que ça. Moi, je verse à boire à tout le monde. Ma foi oui. Aux blancs comme aux bleus, quoique je sois une bleue. Et même une bonne bleue. Mais je donne à boire à tous. Les blessés, ça a soif. On meurt sans distinction d’opinion. Les gens qui meurent, ça devrait se serrer la main.

83Madame n’a alors plus du tout la même portée, et la vivandière accorde cette apostrophe dans le sens de être humain féminin, parallèlement à ma pauvre bonne femme de ce pays-ci : elle est avant tout sensible à la détresse de la femme, incarnant ici la figure de la mère. L’appellatif Madame est alors toujours associé à vous dans cette scène. Cet emploi marque une complicité féminine et un respect pour la mère, la pourvoyeuse de vie (on remarquera l’apostrophe générique les enfants, d’emploi affectif, qui neutralise à la fois la fonction guerrière des apostrophés, et une quelconque distinction entre soldats bleus et blancs). Le terme d’adresse est, dans l’emploi qu’en fait la vivandière, complètement libéré de son antériorité sociohistorique.

6.4. Tension entre pluralité et singularité

84Chez Balzac, un mélange entre la deuxième personne et l’apostrophe nominale plurielle est explicité par le narrateur :

Un seul mot vous fera comprendre la profondeur de mon Matifat. Le bonhomme souhaitait ainsi le bonsoir à ses nièces : « Va te coucher, mes nièces ! ». Il avait peur, disait-il, de les affliger en leur disant vous. (La Maison Nucingen)

85L’engagement dans une combinatoire improbable sur le plan syntaxique (deuxième personne + apostrophe marquant la pluralité) est ici justifié par une prise en compte du dialogisme interlocutif, le locuteur Matifat prévenant par ses choix syntactico-énonciatifs une réaction négative en puissance des petites filles. Il choisit ainsi une formulation fautive pour éviter le fait que les petites filles puissent interpréter l’usage de la cinquième personne, non comme marqueur de la somme des deuxièmes personnes, mais comme une marque de politesse, et donc de distance, ce qui pourrait les chagriner en jetant la suspicion sur la sincérité de la relation affective entre l’oncle et ses nièces.

86Un autre cas de tension entre singularité et pluralité est à l’œuvre dans l’exemple ci-dessous, même s’il s’avère beaucoup moins pittoresque que le précédent. Seule une lecture rapide pourrait construire une interprétation en termes d’apostrophe. On a sans doute affaire ici à ce que la rhétorique nomme une hyperbate :

Hector Merlin et sa madame du Val-Noble, chez qui vont quelques grands seigneurs, les jeunes dandies et les millionnaires, ne t’ont-ils pas prié, toi et Coralie, à dîner ? (H. de Balzac, Illusions perdues)

87Le locuteur Lousteau s’adresse à Lucien seulement, Coralie étant absente. Le prénom ne peut donc pas servir de support à une apostrophe. Par contre le pronom tonique de P2 toi, qui est en corrélation, sur le plan syntaxique, avec la deuxième personne dans la sphère verbale (ne t’ont-ils pas prié) pourrait être un support d’interpellation (toi à qui je m’adresse, que j’ai sous mes yeux). La seule mention du prénom Coralie, coordonné à toi, exclut une interprétation en terme d’apostrophe au sens strict, le syntagme toi et Coralie s’apparentant alors, énonciativement, à une autocorrection désambiguïsante, remaniant la portée du premier pronom de P2 : son adjonction rouvre en quelque sorte la clôture syntaxique de la proposition. Le syntagme joue ainsi le rôle d’une assertion adjacente, qui invite à une relecture du segment antérieur à l’aune de cette nouvelle prédication (Coralie est aussi invitée). Cette syntaxe est à l’image d’une pensée en mouvement qui s’appuie sur la situation énonciative (Lousteau et Lucien colocuteurs) pour se clore sur la situation sentimentale du colocuteur de Lousteau, ce qui ouvre un nouvel horizon d’attente, celui d’une invitation conjointe de Lucien et de Coralie. Ainsi, la tension entre la deuxième personne dans la sphère du verbe (ne t’ont-ils pas prié) et l’association {forme non-personnelle (le prénom Coralie) + pronom de P2 (toi)} montre qu’il s’agit en fait non d’une structure apostrophique, mais d’une structure appositive explicative amplifiée.

  • 4 Je renvoie le lecteur, pour la notion d’empathie, au point 4.4. du chapitre 6, et aux travaux de Fo (...)

88D’autres schémas sont encore possibles, par exemple une apostrophe construisant un allocutaire singulier (Madame la baronne), articulée à un support à la quatrième personne (Comment allons-nous). On retrouve ici l’énallage, évoquée supra. Le pronom nous inclusif (vous et moi) transforme une intersubjectivité construite sur le mode de l’individuation subjective en une relation intersubjective instaurée sur le mode empathique et l’indissociabilité. L’orientation initiale vers autrui marquée par l’apostrophe Madame la baronne (et qui met en attente un vous) est transformée en co-orientation de fait, puisque le nous signe la non-disjonction, voire la fusion des points de vue4 :

Un après-midi, comme elles se reposaient sur le banc du fond, elles aperçurent tout à coup, au bout de l’allée, un gros prêtre qui s’en venait vers elles.
Il salua de loin, prit un air souriant, salua de nouveau quand il fut à trois pas et s’écria : « Eh bien, Madame la baronne, comment allons-nous ? » C’était le curé du pays. (Maupassant, Une vie)

6.5. Tension liée à l’association de l’apostrophe et d’un énoncé hôte à l’infinitif

89Il est délicat, mais non interdit, d’employer une apostrophe qui serait articulée à un énoncé dont le verbe est à l’infinitif. Si l’infinitif entre fréquemment dans des configurations injonctives implicites, l’injonction impliquée par cette configuration est habituellement affaiblie, et l’énoncé n’est pas adressé explicitement. L’infinitif à valeur injonctive se trouve en effet le plus souvent être le support d’énoncés très peu instanciés sur le plan de la personne, comme les notices de médicaments (avaler le comprimé au milieu des repas), les recettes de cuisine (prendre trois blancs d’œufs et les monter en neige), les panneaux de signalisation (travaux, ralentir). Néanmoins, quelques cas curieux associent infinitif et apostrophe (apostrophe rhétorique dans l’exemple proposé, puisque la machine... n’est pas un être vivant). Le passage ci-dessous, extrait du Monde interactif du 19.05.99, présente l’essai d’un logiciel de reconnaissance vocale, effectué par le journaliste O. Zilbertin :

Premier essai, donc. (...) Un sans-faute. Et encore, sans entraînement, cet apprentissage progressif qui permet au logiciel de s’habituer et comprendre de mieux en mieux la voix de son maître. Notez au passage cette délicate attention : le logiciel a transformé de son propre chef la date et le prix. Ce n’est pas fini, reprenons la parole : « Système, mettre la deuxième phrase en gras ». Aussitôt dit, aussitôt fait. Etonnant.

90Le système devient ainsi un allocutaire à part entière, à ce titre apostrophable, mais l’énonciation, hormis l’apostrophe, n’aboutit pas à l’instauration d’une syntaxe pleinement personnelle, malgré le face à face de l’homme et de la machine : l’interface homme-machine passe par l’infinitif, mode par définition non apte à actualiser pleinement la personne. Si le texte insiste bien sur la parole et sur la capacité de la machine à la reconnaître (reprenons la parole, aussitôt dit, aussitôt fait), le système personnel est inachevé. Cette mise en suspens sur le plan de la personne est aussi manifeste dans les consignes édictées par la machine elle-même : les correcteurs orthographiques des ordinateurs proposent ainsi constamment des configurations injonctives implicites, hors système personnel (phrases nominales du type phrase trop longue, plusieurs espaces après ce mot, majuscule en début de phrase, etc.).

Conclusion

91L’apostrophe est une entité structurante de toute situation langagière de coénonciation. Elle a pour fonction, au-delà de l’inscription de l’allocutaire dans son discours, de mettre en spectacle la coénonciation elle-même, d’ancrer discursivement la relation interpersonnelle, et donc de lui donner forme. Il peut s’agir d’une apostrophe à fonction d’appel ou de salutation, d’une apostrophe à visée phatique, voire d’une apostrophe manifestant une activité régulatrice propre à la coopération conversationnelle, et destinée soit à afficher ou construire le lien conversationnel, soit à signifier la fin de la prise de parole lorsqu’elle est en clôture finale du tour de parole. Dans tous les cas, le choix de donner une matérialité proprement discursive à son allocutaire correspond à une explicitation langagière de la pulsion communicative, l’apostrophe reliant définitoirement le locuteur à son partenaire d’énonciation, présent ou imaginaire, à l’autre de son discours, et instaurant un processus de différenciation, puisqu’elle signe la reconnaissance de l’allocutaire comme radicalement autre, tout en l’instituant partenaire privilégié : un alter ego. La syntaxe est ainsi corrélée à l’énonciation.

92L’apostrophe joue de la sorte un rôle essentiel dans la construction énonciative, puisqu’elle a pour fonction de pointer l’altérité dans la dynamique dialectique du même et de l’autre en discours, façonnant ou modélisant la place de l’allocutaire, de toute façon lui faisant ou lui assignant une place dans son discours.

93En même temps, beaucoup d’apostrophes sont des entités structurantes du discours, et cela en relation avec leur distribution au sein du tour du parole. Quand elles sont en position initiale, elles ont pour fonction d’ouvrir une sphère de parole qui exclut tous ceux qui ne sont pas envisagés comme coénonciateurs, en instaurant ou en privilégiant un face à face ; quand elles sont en position médiane ou finale, elles ont souvent pour fonction de prolonger ou d’amplifier une unité intonative et rythmique, comme le ferait un ponctuant. Il y a donc, au-delà du balisage interlocutif, un balisage intonatif spécifique, permis par l’apostrophe, qui construit dans ce cadre une rythmique particulière.

Notes

1 Cf. Détrie 2006.

2 « Avant de se lancer des javelots, les guerriers grecs se lancent des épithètes... Cousin de crapaud ! se crient-ils, Fils de bœuf !... Ils s’insultent, quoi ! et ils ont raison. Ils savent que le corps est plus vulnérable quand l’amour-propre est à vif. » (Acte II, scène 4).

3 Le Grand Robert de la langue française note que le mot ne s’emploie plus « qu’en parlant des gens de guerre du passé, des civilisations préindustrielles, ou dans un style soutenu », et l’exemple proposé est Jeanne d’Arc, illustre guerrière. Le mot est renvoyé, en fin de définition, à capitaine, conquérant. F. Brunot précise, dans son Histoire de la langue française, que « guerrier convient mieux au ton emphatique des discours » (source : Le Grand Robert). Il s’agit donc d’un terme marqué face au terme non marqué soldat. Si soldat renvoie au commun des combattants engagés dans une lutte armée, guerrier construit une représentation exaltée du combat.

4 Je renvoie le lecteur, pour la notion d’empathie, au point 4.4. du chapitre 6, et aux travaux de Forest (1999) pour une synthèse de la question.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search