Version classiqueVersion mobile

De la non-personne à la personne : l’apostrophe nominale

 | 
Catherine Detrie

Chapitre 1. L’apostrophe : positionnement définitoire et esquisse de quelques problématiques

Texte intégral

Peut-être valait-il mieux courir droit au but, déclarer son amour ? Alors, il composa une lettre de douze pages, pleine de mouvements lyriques et dapostrophes ; mais il la déchira, et ne fit rien, ne tenta rien, – immobilisé par la peur de linsuccès.
Flaubert, LÉducation sentimentale.

Lapostrophe, cest la mitraille de léloquence.
P.-L. Courrier, Pamphlets politiques.

  • 1 Si « le locuteur implique l’interlocuteur dans son acte d’énonciation et lui impose le contenu de s (...)

1Pourquoi ces trois citations en exergue ? Tout simplement parce qu’elles illustrent trois des potentialités du mot apostrophe. La première occurrence renvoie au sens d’invective, d’interpellation brusque, volontairement désagréable, mais l’ « éclair d’esprit », la mention de « fleurs d’éloquence » n’excluent pas l’idée de figure rhétorique, totalement en travail dans la dernière citation, alors que la seconde associe lyrisme et apostrophe, c’est-à-dire acte élocutif et acte allocutif 1, qui méritent cependant d’être soigneusement discriminés, cette distinction servant de soubassement définitoire à l’apostrophe (point 3.). Avant d’aborder ces aspects, le point1 revient sur les diverses dénominations du phénomène. Le point (2.) examine les définitions les plus fréquentes proposées pour l’apostrophe, et pointe leurs limites.

1. Un flou terminologique

2Vocatif terme dadresse, apostrophe, autant de désignations d’un même phénomène linguistique, mais qui manifestent souvent non seulement des problématiques disciplinaires différentes, mais aussi des points de vue différents sur le phénomène ainsi dénommé.

1.1. Vocatif et langue à déclinaison

3Le terme technique vocatif sert à désigner le cas employé pour s’adresser directement à quelqu’un dans les langues à déclinaison. Le mot est une traduction du latin impérial vocativus, dérivé de vocatum, supin du latin classique vocare, appeler, lui-même dérivé de vox, vocis, voix. En ce qui concerne le français, le mot est inapproprié, les déclinaisons étant ruinées depuis très longtemps. Je n’utiliserai donc pas ce terme, excepté quand je rendrai compte d’une approche historique, celle de Serbat (1987, 1996).

1.2. Terme d’adresse et analyse interactionnelle

4L’expression terme dadresse (privilégiée dans les travaux d’origine anglo-saxonne), qui souligne bien qu’on s’adresse à quelqu’un, est plus généralement utilisée en analyse des interactions verbales, le terme d’adresse en question étant alors le plus souvent étudié comme marqueur d’un rapport de places, ou lié à la question des rôles : hiérarchie professionnelle ou institutionnelle, statut social, autorité morale, etc. L’adresse est alors analysée dans le cadre de protocoles spécifiques liés à tel ou tel type d’interactions verbales. La perspective est donc souvent interactionnelle, même si bien d’autres approches choisissent cette expression, qui tend ainsi à devenir la désignation la moins marquée.

5Le terme d’adresse pourra être interprété comme un des marqueurs de la négociation, à la fois constante et le plus souvent implicite, qui est au fondement de toute conversation. Le terme d’adresse est de la sorte nécessairement articulé à une autre notion, celle de face, proposée par Goffman (1967/1974) : il correspond en effet à un acte de langage permettant de construire une représentation d’autrui, qui conforte ou infirme le rapport de places préétabli, et qui peut être interprété comme un acte négatif ou positif selon le terme choisi, interpeller n’étant jamais perçu comme un acte de langage anodin, et pouvant être vécu comme une incursion dans le territoire de l’interpellé. C’est donc un outil de l’interaction verbale, marquant, dans cette interaction, la relation que le locuteur construit avec son interlocuteur. De mon point de vue, l’approche interactionnelle est nécessairement le point de départ de l’analyse du phénomène interpellatif.

6Je noterai au préalable qu’il y a aussi, à l’intérieur même du courant interactionnel, une hésitation terminologique entre terme dadresse, forme dadresse, voire nom dadresse. Il faut se poser la question de la pertinence de ces dénominations. Le syntagme forme dadresse semble beaucoup plus englobant que celui de terme dadresse, dans la mesure où le premier inclut des pronoms en emploi non interpellatif (1), et des noms de parenté en emploi non interpellatif (2) :

(1) Tu m’accompagneras demain ?
(2) Maman est sortie, et Papa est au travail.

7En (1), le pronom ne construit pas explicitement un appel, n’a donc pas de fonction vocative, mais manifeste simplement que mon allocutaire est à portée de voix, qu’il est concerné par ma demande, et que je m’adresse à lui en P2. En (2), maman et papa sont en emploi désignatif, et construisent de la non-personne.

8Mais l’expression terme dadresse est aussi ambiguë, et a le défaut d’être trop large au regard de la problématique de la référenciation, puisqu’elle englobe tous les procédés de désignation de l’allocutaire, qu’il s’agisse des pronoms d’adresse ou des noms d’adresse. En effet, si les pronoms personnels de P2 ou P5 servent explicitement à désigner l’allocutaire, leur visée n’est pas nécessairement interpellative. Dans un énoncé aussi banal que Je viendrai te rechercher dans une demi-heure, il n’y a aucune interpellation, l’allocutaire ayant été de toute façon explicitement identifié au préalable, ce qui n’est pas le cas pour Toi, je reviendrai te chercher dans une demi-heure, mais Paul et Marie, vous rentrerez seuls, quand vous aurez fini votre promenade, où toi permet de discriminer, au sein du trio avec lequel je suis actuellement en conversation, celui à qui s’adresse spécifiquement la première partie de mon énoncé. Autrement dit, pour éviter toute ambiguïté, je n’entendrai par termes dadresse que les pronoms et noms d’adresse susceptibles d’être utilisés en fonction appellative, et je n’étudierai, comme je l’ai déjà précisé, que ces derniers, non seulement parce qu’ils ont été sous-analysés en linguistique, mais aussi pour des raisons de cohérence définitoire qui seront notifiées plus loin. C’est aussi le moment de remarquer que les noms d’adresse, parce qu’ils sont d’abord adresse à quelqu’un, présentent des caractéristiques prosodiques et syntaxiques spécifiques, qui seront présentées de manière plus détaillée dans le chapitre 2 (décrochage mélodique, déterminant contraint ou absent, détachement syntaxique). Il est donc absolument nécessaire de discriminer les emplois désignatifs des emplois proprement interpellatifs, ces noms d’adresse pouvant être polyvalents (et la syntaxe sera alors discriminante) : par exemple dans l’énoncé Papa est en voyage daffaires (titre de film), papa est en emploi désignatif, renvoyant à un délocuté, alors que dans Papa, jaifaim, papa est en emploi interpellatif, même si l’énoncé ne présente aucune marque explicite de P2.

9Pour une analyse fine de la construction de la relation interpersonnelle, je renvoie le lecteur au tome 2 des Interactions verbales, de C. Kerbrat-Orecchioni (1992). Je présente succinctement ci-dessous la réflexion menée dans cet ouvrage à propos des termes d’adresse et honorifiques, et la notion de relationème. J’évoquerai ensuite leur classification, telle qu’elle a été effectuée par F. Braun (1988).

10C. Kerbrat-Orecchioni définit en ces termes le syntagme terme dadresse :

Par termes dadresse on entend l’ensemble des expressions dont dispose le locuteur pour désigner son (ses) allocutaire(s). Ces expressions ont généralement, en plus de leur valeur déictique (exprimer la « deuxième personne », c’est-à-dire référer au destinataire du message), une valeur relationnelle : lorsque plusieurs formes sont déictiquement équivalentes comme « tu » et « vous » employé pour désigner un allocutaire unique –, elles servent en outre à établir un type particulier de lien social. (1992 : 15)

11Le flou noté plus haut n’est pas totalement éliminé par cette définition, dans la mesure où le verbe désigner reste ambigu, mais le fait qu’il soit associé à allocutaire (désigner son allocutaire) permet de comprendre que le terme d’adresse articule une forme langagière à un acte de référenciation sur le mode de l’interpellation (ce que signale la valeur déictique mentionnée).

12Le deuxième point évoqué dans cette approche ne pose pas les mêmes problèmes de définition du champ du terme d’adresse, et permet de clarifier, de mon point de vue, les opacités notées : c’est l’idée que le terme d’adresse est avant tout un relationème, c’est-à-dire un marqueur de la relation entre le locuteur et son interlocuteur, idée tout à fait stimulante, dont je présente ici les très grandes lignes, en suivant l’analyse qu’en fait C. Kerbrat-Orecchioni, mais que j’explorerai aussi, par d’autres voies, tout au long de cette réflexion. Comme les formes d’adresse, les relationèmes sont extrêmement variés : il s’agit de tous les marqueurs (verbaux, paraverbaux et non verbaux) dont la finalité est d’établir ou de maintenir la relation avec son interlocuteur. Les termes d’adresse, aptes à marquer le statut, la distance ou l’intimité, en font donc partie, au même titre que les pronoms d’adresse (tu, vous), et les désinences verbales correspondantes. Les relationèmes, comme le fait remarquer justement C. Kerbrat-Orecchioni, « sont à considérer à la fois comme des reflets, et comme des constructeurs de la relation » (1992 : 37).

13Ces relationèmes peuvent esquisser un type de relation horizontale (distance vs familiarité), ou verticale (en instaurant un système de places, qui positionne aussi bien le locuteur que son interlocuteur). Le rôle des termes d’adresse dans la construction de la relation horizontale est essentiel. En effet, au-delà de l’opposition entre tutoiement et vouvoiement, dont les règles de répartition sont aussi indiscutables que difficiles à codifier (car elles résultent de combinaisons subtiles : âge du locuteur et de l’interlocuteur, statut social, etc.), les expressions interpellatives, en français, sont d’une grande variété : d’une relation intime à une relation seulement familière, ou à une volonté de respect, voire de déférence, les nuances sont infinies, et les mêmes termes d’adresse peuvent recouvrir des valeurs différentes selon la situation d’interlocution. La distance peut être aussi marquée par le biais d’un refus de synchronisation ou d’harmonisation des relationèmes entre partenaires d’interaction, par exemple le fait de vouvoyer ostensiblement quelqu’un qui vous tutoie, ou de lui donner du Monsieur, quand il vous appelle par votre prénom : autant de stratégies permettant de construire, de modifier à son gré la relation horizontale. Quant à la relation verticale, qui travaille les rapports de places et de hiérarchie, elle est aussi souvent montrée par des termes d’adresse significatifs du rang social en particulier, tels que les titres (Monsieur le ministre, Maître, Excellence, etc.), qui impliquent le plus souvent une relation hiérarchique dissymétrique.

14L’idée de « reflet » et d’outil de construction de la relation par le terme d’adresse, développée par les interactionnistes, me paraît ainsi une idée séduisante, essentielle dans le cadre de la coénonciation, qui est le mien, cadre que je dessinerai dans le point 1. 3.

15F. Braun (1988) entreprend, elle, un travail classificatoire de ces termes d’adresse en emploi interpellatif. Elle propose de les organiser selon neuf sous-catégories : les anthroponymes (noms de famille, prénoms, diminutifs et surnoms), les termes de parenté (papa, mamie, petit frère, etc.), les appellatifs du type monsieur, madame, etc., les titres (docteur), certains noms abstraits (Excellence, Votre Honneur, etc.), les termes de profession (chauffeur, professeur, etc.), les termes précisant la nature de la relation (mon ami, camarade, voisin), les termes affectueux (chéri, mon cœur, etc.), enfin les termes d’injure (imbécile).

  • 2 Le Bon usage remarque que la majuscule « se met aux noms des titres et des dignités quand on s’adre (...)

16Cette liste doit être envisagée de manière souple, pour diverses raisons : un terme de profession se combine souvent avec Monsieur/Madame : Madame la juge, Monsieur le président2, tandis qu’un terme de parenté peut être utilisé délibérément de manière non pertinente ou métaphorique, et devient alors un terme affectueux : Mon enfant, ma sœur / Songe à la douceur..., sans compter les transfuges constants entre termes d’injure et termes affectueux, ce que montre l’excellente remarque de P. Ernotte et L. Rosier dans le point consacré aux hypocoristiques :

L’insulte ne se réduit pas à une dimension sémantique intrinsèque. L’analyse de sa force perlocutoire (blesser l’allocutaire, le provoquer) ne doit pas occulter sa force illocutoire. Ainsi en va-t-il des emplois dits « hypocoristiques » (du grec caressant) par lesquels une insulte ou un appellatif tenu pour offensant peut servir de nom affectueux entre amis, parents ou confrères : Saligaud, par exemple. Le sens intrinsèque est de peu de poids conversationnel : c’est le consensus discursif construit entre les amis ou parents qui règle le sémantisme du mot, et désamorce complètement sa charge illocutoire habituelle. (2001 : 18)

17L’analyse interactionnelle me semble être, comme je l’ai déjà précisé, la base de toute approche énonciative des phénomènes de saturation référentielle par l’interpellation. Elle nous apprend en outre à observer ces petits mots d’allocution aussi bien selon le rapport de places construit, que selon les variations sur l’axe horizontal de la distance et de la familiarité, dont ils sont les marqueurs privilégiés. Pour autant, malgré mon adhésion totale à l’idée de noms d’adresse-relationèmes, je n’utiliserai pas l’expression nom dadresse (ou celle plus vaste de terme dadresse) pour une raison simple : dans ces deux expressions, le mot adresse semble construire l’idée d’un coénonciateur présent (une colocution consommée), et donc directement accessible à l’appel de l’énonciateur, ce qui exclut de ce cadre, certes stimulant, mais trop étroit du point de vue que je privilégie, celui, plus englobant, de la coénonciation, ce qu’on considère comme une figure de discours, et qu’on nomme traditionnellement (mais la dénomination est tout à fait signifiante de la place qu’on lui réserve) une apostrophe rhétorique. Dès lors, c’est le terme apostrophe que je privilégie, parce qu’il permet d’englober des stratégies énonciatives, sous-tendues par une coénonciation, qui ne se manifestent pas nécessairement par la représentation d’une interlocution présentée comme effective.

1. 3. Apostrophe, de la colocution à la coénonciation

18Le terme apostrophe renvoie effectivement en premier lieu au courant rhétorique. Il est intégré à la Renaissance (attesté en 1516) : c’est un hellénisme (apostrophé, passé par le latin apostropha). Le mot, dans sa morphologie, inscrit une problématique proprement corporelle : apo– construit la valeur d’éloignement, et strophe, celle de tour, soit un tour qui détourne du développement principal dans le but d’interpeller autrui (ce qui a pour effet de privilégier le dire par rapport au dit), l’apostrophe s’accompagnant d’une orientation corporelle vers celui qu’on interpelle, soit une figure d’interpellation, liée au face à face.

19C’est ce dernier terme que je privilégierai dans cette étude, pour trois raisons : la première est liée à sa morphologie, qui privilégie un court-circuitage du dit, et la saillance de l’énonciation elle-même, avec la mise en avant du coénonciateur et l’instauration d’une relation directe avec lui. En sélectionnant apostrophe, je fais donc le choix d’une analyse énonciative englobante. La seconde est cette fois liée à la définition spécifiquement rhétorique de l’apostrophe, non plus seulement en tant que terme interpellatif, mais en tant que figure rhétorique, car la dimension énonciative me paraît tout aussi importante. Je ne sépare donc jamais l’apostrophe banale en tant que terme d’adresse (au sens interactionnel) et l’apostrophe rhétorique. Fontanier, dans sa définition de l’apostrophe, procède de même, puisqu’il ne discrimine pas l’apostrophe quotidienne (« naturel », « présent », « vivant », « réel ») de la figure rhétorique de l’apostrophe (« surnaturel », « absent », « mort », « inanimé », « abstrait ») :

L’apostrophe, qu’accompagne assez ordinairement l’exclamation, est cette diversion soudaine du discours par laquelle on se détourne d’un objet, pour s’adresser à un autre objet, naturel ou surnaturel, absent ou présent, vivant ou mort, animé ou inanimé, réel ou abstrait, ou pour s’adresser à soi-même. (Fontanier, 1830/1977 : 371)

20Il s’agit bien du même phénomène, mais qui s’actualise dans des genres du discours et des types de textes différents.

21La troisième raison se fonde sur les diverses potentialités sémantiques du mot apostrophe : au-delà de la définition proprement rhétorique, le mot peut aussi signifier attaque verbale brusque, interpellation volontairement désagréable, invective (le mot est attesté dans ce sens en 1738). Apostrophe, dans le Thesaurus, apparaît ainsi à plusieurs endroits : sous l’entrée générale parole, associé à onomatopée, interpellation, blasphème, insulte, sous l’entrée cri, et dans le sous-ensemble cri, invective, associé à engueulade, attrapade, dispute, prise de bec, altercation, enfin sous deux entrées métalinguistiques : grammaire, dans le sous-ensemble fonctions, et figures de discours, dans le sous-ensemble figures de pensée ou de style, figures de rhétorique,

22Enfin, le mot a eu aussi le sens de coup, soufflet (attesté en 1704), ce qui souligne cette proximité corporelle construite par le mot lui-même, comme en atteste ce passage de J.-F. Regnard (Les Folies amoureuses, 1704) :

À ces cris redoublés et dont je riais fort,
J’accours et je vous vois étendu sur la place,
Avec une apostrophe au milieu de la face.

23Si les potentialités du mot sont multiples, toutes cependant mettent l’accent sur la relation à l’autre, et l’ancrage proprement corporel.

2. Un embarras définitionnel indéniable

24Pour montrer le flou lié à la notion, je reprendrai la définition proposée à l’entrée apostrophe, dans le Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage (1994, Dubois J. et al.) :

1. En grammaire, on dit qu’un mot est mis en apostrophe quand il sert à désigner par son nom ou par son titre la personne (ou ce qui est assimilé à une personne) à qui on s’adresse au cours de la conversation. Monsieur et Jacques sont des apostrophes (sont mis en apostrophes) dans Pardon Monsieur ! et Jacques, tais-toi !
2. En rhétorique, l’apostrophe est une figure par laquelle on s’adresse à des personnes absentes ou à des êtres abstraits (ex.: Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie !).

25L’absence de tout critère syntaxique de reconnaissance pour l’acception grammaticale, tout comme la distorsion entre la définition proposée et l’exemple qui sert d’illustration pour l’acception rhétorique font problème. Ces failles définitionnelles sont liées à la difficulté de son rattachement à un domaine linguistique – entre grammaire et rhétorique –, et au fait que la notion n’a pas fait suffisamment l’objet d’une réflexion sémantico-syntaxique.

2. 1. Les opacités de la définition syntaxique

26Sur le plan proprement syntaxique, l’apostrophe est en général définie comme un fragment textuel (SN ou équivalent) en position détachée, ne se rattachant à aucun élément support, syntaxiquement satellite, définition ne permettant pas toujours de discriminer indiscutablement apostrophe et apposition, quand le SN en question est coréférentiel au sujet ou à l’objet, le seul critère distinctif de l’apostrophe étant l’absence de terme recteur, et donc d’un lien syntaxique avec un autre constituant de l’énoncé. Ce critère de reconnaissance, théoriquement catégorique, est en fait constamment brouillé, et la distinction est souvent délicate entre apostrophe et apposition, qui sont toutes deux des constructions détachées : par exemple, dans le vers suivant Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat (Baudelaire, Les Fleurs du mal), si l’acte de langage est allocutif, le comportement allocutif étant manifeste par l’intégration du pronom de P2, rien ne permet syntaxiquement de lever l’ambiguïté interprétative entre apostrophe ou apposition pour lecteur : soit une désignation interpellative explicitant la deuxième personne, soit une apposition à cette même personne, proposant son identification par le biais du statut accordé. J’y reviendrai au chapitre 2 (point 2.2.2.). On a donc affaire à un cas d’indistinction fonctionnelle et combinatoire (Neveu 1998), le conflit d’incidences ne pouvant pas être réglé indubitablement par la prise en compte du cotexte et du contexte d’énonciation.

27L’analyse microsyntaxique est utile (elle permet en particulier d’exclure une interprétation appositive pour un segment délié syntaxiquement de tout syntagme qui pourrait lui servir de support syntaxique), mais elle ne permet cependant pas de rendre compte de la fonction, cette fois textuelle, de l’apostrophe. D’une part, si sa fonction syntaxique peut apparaître, au plan de la syntaxe phrastique, comme relativement marginale, et peu caractérisée par rapport à la syntaxe appositive, cette fonction n’est plus du tout marginale dans une perspective macrosyntaxique, où des phénomènes de dépendance présuppositionnelle sont constamment en travail. La notion de saillance est, dans ce cadre, certainement bienvenue pour rendre compte de ces phénomènes, l’apostrophe activant un référent cognitivement disponible. D’autre part, l’exploitation de la non-discrimination entre apostrophe et apposition, facilitée par le fait que toutes deux peuvent prendre appui sur des caractérisations (Idiote, je taime, chanson), des désignations (Comment, labbé, lui dis-je, vous présidez ?, Le Neveu de Rameau), ou combiner les deux (Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère), peut jouer un rôle important dans la textualité.

28Enfin, quand elle a pour support un nom commun, elle a un comportement syntaxique tout à fait particulier sur le plan de la détermination, puisque le déterminant est soit tout à fait contraint, soit non exprimé (comme dans le premier exemple cité Tu le connais, lecteur), ce qui rapproche syntaxiquement ce nom commun du nom propre, la référenciation ne passant pas par une catégorie conceptuelle à actualiser, mais par une désignation directe (cf. chapitre 3, point 1.1.).

2. 2. Le dévoiement de la définition rhétorique

29L’exemple du Cid emprunté au Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage (1994, Dubois et al.), et présenté ci-dessus, n’illustre pas la particularité signifiée dans la morphologie même du mot : la réorientation du discours en direction d’autrui, l’instauration du face à face. En effet rien, dans le texte cornélien, ne paraît impliquer une situation d’interpellation de la rage ou de la vieillesse en question, puisqu’il est impossible de gloser : ô toi, rage..., cas de figure qui serait par contre recevable si le texte associait ces SN à la deuxième ou à la cinquième personne : ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie/ne mhumiliez plus, énoncé actualisant une situation d’allocution (fictive).

30Pourquoi la définition rhétorique initiale, privilégiant l’interpellation, a-t-elle été brouillée ? Parce que le fait que l’apostrophe, en poésie, soit en relation privilégiée avec le ô lyrique a favorisé l’association, voire l’assimilation, entre apostrophe et coloration affective. Or ô, n’ayant aucun caractère d’obligation dans la construction de l’apostrophe, et pouvant figurer aussi dans les phrases émotives - souvent nominales, ce qui a facilité la confusion -, cas représenté par le vers cornélien cité, ne peut servir de critère à sa reconnaissance. Dès lors, les distinctions entre les actes de parole allocutif et élocutif sont d’une grande utilité pour clarifier la définition de l’apostrophe.

3. Apostrophe et acte de langage

3. 1. Allocutif/élocutif

31L’acte allocutif, sous-tendu par une situation d’interlocution ou tenue pour telle, est repérable à l’injonction, à l’interrogation, à l’interpellation, qui permettent de préciser le rapport entre locuteur et interlocuteur, et donc la manière dont ils sont impliqués dans l’acte de langage. L’interpellation est donc une des diverses modalités du comportement allocutif, le locuteur se donnant de la sorte « un statut qui l’autorise à interpeller » (Charaudeau, 1992 : 579). Il s’oppose ainsi définitoirement à l’acte élocutif, qui est chargé de préciser « la manière dont le locuteur révèle sa position vis-à-vis du propos qu’il énonce » (ibid. : 599).

32À partir du moment où l’apostrophe est définie comme l’indice explicite de l’interpellation, sous-catégorie de la modalité allocutive, l’imprécision définitionnelle constatée ci-dessus semble réglée, et l’apostrophe sera définie comme l’indice explicite de l’interpellation, sous-catégorie de la modalité allocutive. Si l’injonction est le mode d’ancrage le plus fréquent de l’apostrophe, l’interpellation peut aussi s’effectuer dans un énoncé dont la modalité n’est pas injonctive, mais interrogative ou assertive, tout simplement parce qu’on peut interpeller quelqu’un tout en l’associant à une assertion ou à une interrogation.

33Dès lors, il semble nécessaire de proposer une approche du processus apostrophique qui prenne pleinement en compte sa dimension pragmatico-énonciative : sous-tendue par un acte énonciatif, en rapport avec un comportement allocutif de l’énonciateur, et donc appartenant au palier de l’énonciation et non à celui de l’énoncé (ce qui, bien évidemment, ne signifie pas qu’elle n’entretient pas des rapports étroits avec cet énoncé, même si elle en apparaît déliée, en particulier par le détachement), elle propose une configuration explicite de la situation de coénonciation, son rôle étant de saturer la place de l’allocutaire. L’apostrophe, en tant que verbalisation explicite de cette coénonciation, ancre l’énonciation dans l’énoncé, en en trouant la trame, ce qu’on a déjà envisagé en évoquant sa position détachée, qui correspond aussi à une modification de la prosodie. En tant que marqueur du contact conversationnel, elle montre l’effort communicatif et détermine le type de relation intersubjective construit. Aussi, si elle correspond à une fonction considérée le plus souvent comme marginale sur le plan syntaxique, elle est cependant un élément capital de l’acte d’énonciation lui-même, étant la marque tangible, concrète de la relation interpersonnelle (réelle ou fictive, dans le cas de l’apostrophe rhétorique).

34Cette définition permet de résoudre le problème posé par les structures {ô + GN}. En effet, la discrimination entre allocutif et élocutif permet de montrer que le ô lyrique n’est pas un indice de l’apostrophe, il en est un support, qui peut servir à différencier une apostrophe d’une apposition. Si on envisage les phénomènes de parole en tant qu’actes, on ne peut plus considérer que le vers de Corneille est constitué d’une succession d’apostrophes, cette séquence discursive ne correspondant en rien à un acte allocutif, mais signant par contre un acte élocutif, qui n’implique pas la construction explicite d’une sphère interpersonnelle au sein de laquelle l’instance d’énonciation prédique la présence d’autrui. Ainsi redéfinie par le biais de l’acte de langage, qui permet en outre d’articuler les problématiques grammaticale et rhétorique, l’apostrophe peut être envisagée comme un indice d’allocution, sa fonction étant de modeler par une forme langagière le tu auquel s’adresse je.

3. 2. Gradualité entre allocutif et élocutif

  • 3 Le plan délocutoire est défini comme celui où « le centre du discours est la chose dont on parle (. (...)
  • 4 Le plan locutoire est défini comme celui où « l’attention se centre autour de l’état d’âme de la pe (...)

35Cette approche n’exclut pas cependant l’intuition et la subjectivité interprétative, c’est-à-dire en somme le point de vue construit par le destinataire : on l’a vu pour la distinction, quelquefois aléatoire, entre apposition et apostrophe (il faut alors déterminer s’il y a ou non comportement allocutif). Damourette et Pichon ont bien pressenti ces potentialités. En effet, quand ils étudient les rôles grammaticaux du substantif nominal, ils sont appelés à distinguer un « complément ambiant délocutif3 » qu’ils nomment « l’exclamatif » (1983 : 592) et un « complément ambiant locutoire4 allocutif : c’est ce qu’on appelle le vocatif » (1983 : 591), encore défini comme « la personne de l’allocutaire locutoirement substantiveux » (1983 : 594). Ils soulignent en particulier la relative fréquence de la présence simultanée d’un vocatif et d’un exclamatif. L’exemple proposé est le suivant :

Oh ! le bon siècle, mes frères,
Que le siècle où nous vivons !
(Les grandes vérités, chanson populaire).

36Dans le cadre de cette analyse, le bon siècle est un complément ambiant délocutif exclamatif, qui correspond à ce qu’on pourrait appeler un fragment nominal exclamatif, alors que mesfrères est un complément ambiant locutoire allocutif, c’est-à-dire une apostrophe.

37Or le passage de l’exclamatif à l’interpellatif (le vocatif dans leur terminologie) peut être graduel. On cite ici in extenso Damourette et Pichon :

Toutes les transitions entre l’exclamatif et le vocatif nous seront données par l’exemple suivant. Monsieur Chilpéric Barbarin arrive à l’improviste chez ses neveux Montclair. Il les attend au salon. Ils arrivent :
« La porte s’ouvrit, et trois personnes entrèrent en s’exclamant :
« Mon oncle !
– Mon cher oncle !
– Cher oncle Chil ! Bonjour, oncle Chil. » (H. de Noussanne. Le Château des Merveilles, ch. II, p. 15).

Il est évident que la première de ces exclamations est purement exclamative. Elle échappe au locuteur et exprime sa surprise : il ne s’y adresse qu’à lui-même. Dans la seconde « Mon cher oncle ! », le locuteur a déjà eu le temps de prendre conscience de la présence de l’oncle, il s’exclame certes, mais en sachant très bien qu’il est entendu de l’oncle, et en parlant pour ce témoin : nous sommes à peu près à mi-chemin de notre route. Nous pourrions dire qu’il y a là un exclamatif vocativescent. L’expression suivante, « Cher oncle Chil ! », n’a plus de caractères exclamatifs : la suppression même de tout article (même le présentatoire. Cf. ce bon Folleville) est ici un signe de vocativité. C’est un vocatif exclamativigène. Enfin l’expression oncle Chil attachée à Bonjour est un vocatif légitime, bonjour ayant résolument engagé la conversation et élevé définitivement l’oncle Chilpéric au rang d’allocutaire. (1911/1983 : 594-595)

38J’ai déjà abordé, pour ma part, cette gradualité de l’exclamatif au vocatif (cf. Détrie 2003), en montrant comment Baudelaire, dans Les Fleurs du mal, travaillait le glissement d’un mode à l’autre, par le biais du ô lyrique. Je reprendrai cette réflexion en l’articulant à la notion de mode de textualisation (chapitre 6, point 3., intitulé Apostrophe, genre du discours et plasticité coénonciative). En fait, ce glissement de l’exclamatif au vocatif correspond à une transformation de l’acte de langage envisagé, de l’élocutif à l’allocutif ou vice versa. Pour faire la part des choses entre structure simplement expressive à visée élocutive et structure impliquant l’allocutaire , et donc à visée allocutive, il faut s’interroger sur les indices permettant de signaler le face à face (réel ou fictif) recherché.

39Ce qui permet de discriminer les apostrophes des structures {ô + GN}, en emploi non apostrophique, c’est leur entour pragmatico-discursif, les apostrophes ayant pour fonction de concrétiser l’image de l’allocutaire construite par l’instance textuelle, alors que les structures {ô + GN}, dans le cadre d’un acte élocutif, construisent une image de l’instance textuelle elle-même. La notion de mode de textualisation permettra de proposer une explication liée au type de textualité qui détermine ces choix. Les deux types d’actes impliquent des positionnements énonciatifs tout à fait différents. Le fait de choisir des structures qui jouent de l’ambiguïté, qui ne proposent aucune sécurité sur le plan de l’interprétation, correspond bien évidemment à une intention de brouillage, ou de dérèglement qu’il est intéressant d’explorer, sur le plan stylistique en particulier.

4. L’apostrophe : personne, non-personne ?

40Dans ce cadre énonciatif, une autre spécificité fait de l’apostrophe un phénomène linguistiquement très curieux : se manifestant le plus souvent par un nom ou un syntagme nominal, un praxème pour la praxématique, c’est-à-dire un outil de la nomination normalement inapte à construire de la personne, elle établit cependant une relation interpersonnelle et prédique une deuxième personne au moyen d’une forme non-personnelle, soit un tu qui passe par la nomination, en une réinterprétation de la distribution entre personne et non-personne. Elle participe à la configuration explicite d’une sphère interpersonnelle au sein de laquelle l’instance d’énonciation confère à l’énonciataire un statut d’allocutaire, et elle montre d’une certaine manière la structure dialogale de toute énonciation. Elle a de la sorte un rôle fondateur dans la structuration du champ communicationnel (cf. chapitre 6).

41Moignet fait en ces termes le constat de ce phénomène :

Faut-il considérer comme un cas de discours particulier le cas vocatif, par lequel on interpelle un allocutaire ? on note ici que, par expressivité, le substantif se trouve soustrait à sa personne cardinale (la troisième dans le système ordinal), pour être porté à la deuxième personne :
eh ! lami ! viens ici.
soldats, je suis content de vous. (1981 : 39)

42Cependant l’interpellation construite par l’apostrophe se fait selon des modalités différentes de la désignation effectuée par le pronom personnel de P2, dont la spécificité est l’inaptitude à construire une signification en dehors d’une référence au message, alors que mon enfant peut conserver la même aire de référenciation, que le syntagme soit en emploi apostrophique (Mon enfant, viens ici) ou non apostrophique (Mon enfant a raté son examen). Ce dernier emploi s’oppose cependant sur le plan énonciatif à l’emploi apostrophique dans la mesure où il est inapte à actualiser simultanément une identification et une présence effective par localisation spatiale.

43Maintenant, si on confronte le pronom de P2 ou P5 en emploi apostrophique et l’apostrophe nominale, on se rend compte que cette dernière, contrairement au pronom, peut actualiser simultanément la discrimination de l’allocutaire et une appréciation, une identité, une inscription hiérarchique, sociale, etc., le concernant, le choix du syntagme n’étant pas indifférent : Vous, approchez vs Marie, Ma chérie, Mademoiselle, Ma cousine, Belle enfant, etc., approchez. L’apostrophe nominale a ainsi un statut particulier, entre forme non-personnelle et personnelle.

5. De l’apostrophe à la coénonciation

44L’apostrophe nominale effectue, au même titre que le pronom personnel de P2, une saturation référentielle exophorique (son interprétation référentielle est réglée par la situation d’énonciation), liée à un repérage egocentré qui est le fait du locuteur, mais rendu possible par la construction d’une sphère interpersonnelle en partage, la présence de l’autre étant la condition de sa mise en saillance. Qui plus est, cette mise en saillance n’est pas seulement un acte de saturation référentielle, c’est aussi, et même prototypiquement, un acte d’interpellation, c’est-à-dire un acte constitutif d’un mode intersubjectif, le locuteur reconnaissant autrui comme alter ego présumé (ce point sera lui aussi retravaillé dans le chapitre 6). La fonction première de l’apostrophe est donc bien d’installer dans son discours son coénonciateur, de présupposer à la fois non seulement son existence, mais aussi son identification, et donc de le positionner spatialement (tu es ici, sous mes yeux), discursivement (tu es le destinataire de mon propos), relationnellement (tu es mon ami, puisque je t’interpelle ainsi : Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?, etc.). Elle permet aussi d’en discriminer un parmi plusieurs possibles. Je ne donnerai qu’un seul exemple, extrait des procès-verbaux des débats à l’Assemblée nationale (désormais AN ; les comptes rendus intégraux des débats sont en libre accès sur le site de l’Assemblée nationale) :

  • 5 L’italique, de mon fait, a pour but de montrer graphiquement l’apostrophe ou les apostrophes étudié (...)

M. Yves Fromion. (...) Monsieur le rapporteur5, vous me dites que l’amendement alourdit le texte, qu’il n’est pas placé au bon endroit. Placez-le ailleurs ! J’estime que nous ratons là une occasion de donner à nos réservistes une mission éminente et d’en faire véritablement le trait d’union – que vous voulez qu’ils soient, Monsieur le secrétaire dÉtat, puisque vous l’avez écrit dans votre texte – entre l’armée et la nation. (AN, 30.06.99)

45L’apostrophe permet d’installer dans le discours le destinataire ratifié, d’abord le rapporteur, ensuite le secrétaire d’État auquel le député s’adresse directement, modifiant de la sorte la scène d’énonciation première, et instaurant une parenthèse énonciative, qui a été signifiée typographiquement, au moyen des tirets.

  • 6 Notion empruntée à Maingueneau (1999), qui distingue scène englobante, scène générique, et scénogra (...)

46Ce faisant, elle construit un dispositif de parole spécifique, jouant un rôle essentiel dans la construction de la scène énonciative. L’apostrophe est de la sorte un élément de la construction de la scénographie6 : elle peut travailler la démultiplication des figures d’énonciation, les coénonciateurs pouvant varier, et cette variabilité influe sans doute très directement sur la construction de l’instance émettrice elle-même. L’apostrophe peut participer d’un dédoublement de la scène énonciative, l’inscription dans le discours de l’instance de l’allocutaire impliquant le dédoublement de l’instance locutrice, ou modifiant cette dernière, ne serait-ce que parce que la diversité des identifications effectuées par l’apostrophe, implique, corollairement, une diversité analogue de la figure locutrice : l’apostrophe, au-delà de la construction de l’allocutaire, travaille aussi la construction de l’instance textuelle elle-même.

Conclusion

47L’apostrophe apparaît comme un phénomène complexe, habituellement défini de manière assez lâche ou imprécise, souffrant d’un flottement, aussi bien terminologique que définitionnel. Le terme vocatif a l’avantage de rendre compte d’un acte, puisque le mot inscrit dans sa morphologie l’acte d’interpeller (vocare, appeler), mais me semble devoir être récusé, le français n’étant pas une langue à déclinaison. Je privilégie donc le mot apostrophe, qui a l’avantage, morphologiquement, de rappeler le face à face, le fait que nous sommes des corps parlants, mus par la pulsion communicative, et construisant un espace interpersonnel, dont l’apostrophe dessine les contours. Pour aborder l’apostrophe, il me paraît important de ne jamais oublier qu’elle met en représentation langagière un rapport corporel à autrui, et qu’il s’agit avant tout d’un acte de langage, impliquant une situation de coénonciation, ou la construisant.

Notes

1 Si « le locuteur implique l’interlocuteur dans son acte d’énonciation et lui impose le contenu de son propos » (Charaudeau, 1992 : 574), l’acte est allocutif. Quand l’acte est élocutif, « le locuteur situe son propos par rapport à lui-même, dans son acte d’énonciation. Il révèle sa propre position quant à ce qu’il dit » (ibid. : 575). Quand l’acte est délocutif, le locuteur et l’interlocuteur « sont absents de [l’Jacte d’énonciation » (ibid. : 575).

2 Le Bon usage remarque que la majuscule « se met aux noms des titres et des dignités quand on s’adresse à la personne même : Monsieur le Préfet, Monsieur le Président », pour préciser ensuite qu’ « on s’écarte parfois de cet usage : Monsieur le vicomte (...), monsieur le directeur ». J’ai remarqué fréquemment, dans les corpus sollicités, des incohérences typographiques au sein d’un même texte, qu’il s’agisse de discours ordinaires ou littéraires. La tendance actuelle est plutôt de réserver la majuscule à monsieur, madame quand ils sont en emploi apostrophique, et de proposer une minuscule pour le nom marquant le titre. Par contre, quand madame, monsieur sont des appellatifs non apostrophiques, la minuscule est d’usage. C’est aussi le choix que j’ai fait quand mes corpus sont initialement oraux.

3 Le plan délocutoire est défini comme celui où « le centre du discours est la chose dont on parle (...) et dont le discours raconte l’histoire » (1983 : 75).

4 Le plan locutoire est défini comme celui où « l’attention se centre autour de l’état d’âme de la personne qui est en train de parler » (1983 : 71). « Appartiennent au plan locutoire les modes d’expression où le locuteur, sans se nommer, se pose comme centre du monde linguistique (interjections, impératifs) » (ibid. : 75).
La distinction entre plan locutoire et plan délocutoire implique trois autres distinctions : le locutif (formes de la première personne), l’allocutif (la seconde personne), et le délocutif (formes de troisième personne). « Appartiennent au locutif les modes d’expression où le locuteur, se désignant lui-même et se plaçant sur le plan délocutoire raconte sa propre histoire comme celle d’un être à part (formes de la première personne des pronoms et des verbes) » (ibid. : 75).

5 L’italique, de mon fait, a pour but de montrer graphiquement l’apostrophe ou les apostrophes étudiée(s) dans les exemples proposés.

6 Notion empruntée à Maingueneau (1999), qui distingue scène englobante, scène générique, et scénographie, cette dernière renvoyant à la scène construite par le discours lui-même. Cette distinction sera reprise de manière détaillée au chapitre 5, consacré à la dynamique textuelle (point 5., intitulé L’apostrophe : un indice du jeu sur les strates de la scène d’énonciation).

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search