Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une femme trop gaie

 | 
Thierry Savatier

Épilogue

Texte intégral

Les survivants

1Marguerite Martin survécut presque un an à sa fille. Elle s’éteignit à Bois-le-Roi le 1er décembre 1890, à l’âge de quatre-vingt-quatorze ans.

2Bébé, qui avait fait le déplacement de Médéah, resta quelques mois rue de Chézy, puis retourna en Algérie rejoindre Ulric. Veuve le 1er décembre 1897, elle mourut à El-Biar le 10 juillet 1905, elle avait soixante-treize ans.

3Edmond Richard s’occupa activement de la succession. Une lettre du commissaire-priseur qui réalisa la vente lui soumet les épreuves du catalogue pour corrections éventuelles. Dans les semaines qui suivirent, il quitta son petit logement du 4, rue Trézel, à Levallois, pour emménager dans une maison située 84, boulevard Gambetta à Noisy-le-Sec. Il fit un mariage tardif et mourut le 16 janvier 1934, sans avoir jamais terminé la biographie qu’il avait entreprise. Détail curieux, l’état civil de Noisy nous a indiqué qu’il fut enterré dans la fosse commune, comme indigent, lui qui, pourtant, avait terminé sa carrière sous-ingénieur honoraire des chemins de fer et qui avait tiré un grand profit des reliques que lui avait données la Présidente.

4Le jeune Richard Savatier, dont le lieutenant Fallet avait été nommé tuteur, épousa, le 14 juin 1899, Rachel Béraut et devint ainsi le beau-frère du peintre Aimé Perret, un élève de Millet qui habitait Bois-le-Roi, tout près de la petite maison de Marguerite Martin, et dont les œuvres d’inspiration paysanne sont si prisées aujourd’hui encore, surtout outre-Atlantique. Il fut, à notre connaissance, le seul témoin oculaire que rencontra André Billy et mourut le 15 juin 1949 en emportant avec lui, croyons-nous, bien des souvenirs.

5Richard Wallace suivit Apollonie de peu : il s’éteignit le 20 juillet 1890 et la foule parisienne, qui n’avait pas oublié ses bienfaits, accompagna sa dépouille au cimetière du Père-Lachaise.

6Élisa de Lucenay rejoignit discrètement Bressant dans le petit cimetière de Saint-Pierre-lès-Nemours le 28 mai 1900.

7Élie Delaborde se maria seulement en 1901, avec Marie-Thérèse Herminie – comme lui enfant illégitime. Victime de la gangrène, il termina sa vie le 9 décembre 1913, pratiquement sans ressources, dans un appartement qui abritait une ménagerie où l’on comptait même quelques singes.

8Parmi les derniers vrais intimes des dîners de la rue Frochot, Maxime Du Camp, adepte du progrès, ne vit pas le changement de siècle ; il finit ses jours en Allemagne en 1894. Charles Jalabert mourut à Paris en 1901 et Ernest Hébert en 1908, après avoir dirigé pour la seconde fois la villa Médicis. Enfin, le destin laissa à Ernest Reyer le soin de fermer cette marche funèbre, dans sa propriété du Lavandou le 15 janvier 1909.

9Les visiteurs qui, aujourd’hui, flânent dans les allées tranquilles du vieux cimetière de Neuilly remarquent à peine, dans la 273e série de la 10e division, une pierre tombale discrète, surmontée d’une urne rarement fleurie. Sur cette tombe, figure une simple inscription : « Apollonia 1890 », erreur du marbrier que ce prénom si peu commun avait dû troubler, et qui ne fut jamais rectifiée. Comment se douteraient-ils, devant la sobriété de ce nom et de cette date, que la modeste pierre abrite les cendres d’une femme pour laquelle un poète, par un beau jour de mai 1854, écrivit cette épitaphe involontaire :

À la très-Bonne, à la très-Belle
Qui m’a versé joie et santé,
Salut en la Vie Éternelle,
En l’Éternelle Volupté !

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540