Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une femme trop gaie

 | 
Thierry Savatier

II. 1837 - 1845. Premiers pas parmi les lions

Texte intégral

1Pour la période qui s’étend de 1837 à 1846, les notes biographiques prises par Edmond Richard deviennent presque inconsistantes. Ce silence n’est pas dû à un manque d’information, mais à une volonté délibérée de masquer les années de bohème pendant lesquelles Aglaé devint figurante à l’Opéra, puis modèle semi-professionnel et partagea probablement la vie de plusieurs artistes.

Débuts à l’Opéra

  • 1 Jean-Louis Tamvaco, Les Cancans de l’Opéra – Journal d’une habilleu (...)

2En 1837, vivant à Paris, on imagine facilement ses occupations entre le pensionnat et le foyer familial où elle devait aider sa mère dans ses tâches quotidiennes, blanchisserie et soins apportés à sa jeune sœur de cinq ans. Nous en serions restés à ces conjectures si Jean-Louis Tamvaco n’avait pas récemment publié un manuscrit fort intéressant intitulé Les Cancans de l’Opéra1. Un certain Louis Gentil (1782-1857), contrôleur du matériel à l’Opéra de la rue Le Peletier, avait pris l’habitude de consigner dans des cahiers tout ce qu’il pouvait remarquer. L’homme, manifestement aussi peu favorisé par la fortune que par la nature, brosse un portrait aigri et sans concession des artistes et « viveurs » qui hantaient les coulisses à la recherche d’une nouvelle pièce à épingler sur leur tableau de chasse. Or il se trouve que, dans le volume couvrant l’année 1838, notre informateur consacre un chapitre à une jeune figurante du nom d’Aglaé Savatier sous le titre, bien observé, d’« Une jeune fille à caractère » :

La demoiselle Aglaé Savatier est une jeune personne de seize ans, sa figure est jolie, sa physionomie agréable, sa taille bien prise. Par le crédit d’un pompier, qui est le fils du sieur [Charles] Petit, l’un des maîtres de notre école de danse, Mlle Aglaé est entrée figurante à l’Opéra, où sa mine espiègle, son air fin, lui attirèrent des partisans. Mais son amant, qui a qualité de fiancé, veillait sur elle, et ne permettait pas qu’elle eût d’autre conversation ni d’autres accointances qu’avec la demoiselle Lacoste, l’une des élèves de monsieur son père. Le sous-officier de sapeurs, non content de parcourir les coulisses pour y surveiller sa future, montait encore aux cintres afin de dominer la scène et d’y suivre de l’œil toutes ses démarches. Malgré toutes les précautions du jaloux, le comte de Pourtalès obtint les bonnes grâces de la mère et les faveurs de la fille, à si bon marché, qu’il crut avoir été trompé. Il n’en était rien. Aglaé était encore si parfaitement demoiselle, à son grand étonnement, qu’il crut devoir lui doubler la petite somme qu’on lui avait demandé. Pendant près de huit mois, Aglaé se conduisit très honnêtement envers son protecteur qui était charmé de sa gentillesse et de sa fidélité. Pour l’en récompenser, il lui fit donner cent francs par mois, des leçons de danse par Barrez, et des leçons de musique à peu près au même prix par Mme Barbier. Malheureusement, celle-ci mit son élève en rapport avec [Prosper] Dérivis. Elle prit goût aux compliments de cet artiste, et lorsqu’elle crut pouvoir se fier à ses promesses, elle saisit la première occasion qui se présenta de rompre avec son entreteneur, avec les leçons de danse qu’elle aimait peu, et avec son bon ami le pompier qui lui était devenu insupportable. Sa liaison avec le cabotin est maintenant publique. C’est un fait acquis à l’histoire des mœurs de l’Opéra qu’une fille de dix-sept ans, causeuse assez amusante pour être recherchée par tous nos aimables, a sacrifié sa fortune à son penchant amoureux.
Fière d’avoir fixé le don Juan si vulgaire de notre théâtre, elle tourne à présent les talons à tous ceux qui ont la rage de vouloir posséder la femme qui appartient à un autre, en leur disant :
« Monsieur le marquis, je suis à Dérivis ! »

  • 2 Le petit personnel de l’Opéra l’appelait parfois : « Monsieur de Sosthè (...)

3Pour mieux comprendre cet épisode, il convient de se situer dans le contexte de l’époque. Une jeune fille jolie et sans fortune ne pouvait guère espérer émerger de son milieu sans tenter d’embrasser une carrière artistique qui ouvrait presque toujours les perspectives de la « galanterie ». On ignore dans quelles conditions le pompier Petit rencontra Aglaé, mais il est certain que la position de son père offrait une opportunité de rejoindre le corps de ballet. Les coulisses, interdites au public du temps du sévère directeur Sosthène de La Rochefoucauld2, étaient devenues, sous le règne du docteur Véron, un lieu de passage où les membres du Jockey-Club et les mères des figurantes, souvent présentes, pouvaient se croiser librement. Ces dernières, tout en nourrissant l’espoir d’un beau mariage, savaient se contenter d’une riche protection qui pût mettre leur progéniture à l’abri du besoin. La pratique, choquante aujourd’hui, mais tout à fait normale à l’époque, de dédommager les mères pour mieux profiter des filles, était, si l’on peut dire, monnaie courante. Marguerite Martin avait l’expérience de la vie et des projets pour sa fille. Abusée par un premier amant inconnu, séduite par Louis Harmand d’Abancourt, elle ne voulait pas qu’Aglaé terminât simple lingère. Le comte James de Pourtalès offrait un aspect rassurant. Né en 1773 (il avait donc soixante-trois ans au moment des faits), ancien président du Conseil de Neuchâtel, issu d’une grande famille de financiers protestants suisses, il bénéficiait d’une immense fortune qui lui permettait de collectionner les objets d’art et les fruits tendres qui hantaient les vestiaires de l’Opéra. Le personnage ne manquait d’ailleurs pas d’allure. Le beau portrait que peignit de lui Paul Delaroche en 1846, actuellement au Louvre, nous montre un homme élégant, d’une grande distinction naturelle peut-être renforcée par l’aspect figé de la pose. Le visage, un peu sévère, un peu triste, aux lèvres fines, au nez droit et fort, encadré de favoris et coiffé de cheveux blondroux, n’a rien de repoussant et fait irrésistiblement penser aux héros mondains de Balzac qui surgissent au fil des pages de La Comédie humaine.

4Les conditions étaient réunies pour qu’Aglaé devînt une courtisane classique, voguant d’un protecteur à un autre, tout en poursuivant avec des succès divers une carrière sur les planches, et en amassant au passage un appréciable pécule. Elle aurait ainsi rejoint la cohorte des demi-mondaines plus ou moins anonymes dont seule la petite histoire parvient à retenir le souvenir. Seulement, pour paraphraser Sartre, quand les mères ont des projets, les filles ont des destins, et Aglaé sut charmer le sien grâce à l’esprit d’indépendance dont elle sut faire preuve toute sa vie et qui la poussa toujours – nous le constaterons à maintes reprises – à se laisser guider par ses sentiments plutôt que par son intérêt.

5Louis Gentil ne s’y trompe pas, lorsqu’il lui attribue du caractère malgré sa jeunesse. La notice qu’il lui consacre est d’ailleurs l’une des rares où transparaisse la sympathie et on le sent stupéfié, lui qui en avait vu d’autres, qu’une figurante de son âge puisse sacrifier la fortune à son cœur.

6Ce cœur, elle l’offrit à Prosper Dérivis, une belle voix de basse, tout comme son père. Né à Paris en 1808, il avait étudié au Conservatoire avant de débuter à l’Opéra dans le rôle de Moïse en septembre 1831. En 1838, il occupait déjà depuis deux ans les fonctions de professeur de déclamation lyrique et de secrétaire de la Société des concerts du Conservatoire que présidait Cherubini. On s’entendait à le trouver fort beau et l’on comprend qu’Aglaé préféra le charme de ses trente ans à l’argent d’un vieillard ou à la jalousie maladive d’un pompier de service.

  • 3 Ibid., p. 424.

7Il semble qu’au cours de cette idylle, peut-être pour échapper aux assiduités de l’un, aux récriminations de l’autre ainsi qu’à une éventuelle réprobation maternelle, elle s’enfuit en Italie avec Dérivis. Nous n’avons malheureusement aucune preuve de ce séjour, mais il dut être de courte durée, puisque Aglaé, à partir de 1839, commença à fréquenter les ateliers d’artistes. Le comte de Pourtalès, selon Gentil, « fit des efforts désespérés pour la ravoir de quelque manière que ce fût. Mais ses offres furent rejetées si nettement que, sans discontinuer ses bienfaits à l’égard de la mère de son infidèle, il prit le parti de retourner à Gervoise [une figurante qu’il avait mise enceinte avant de s’en éloigner]3 ». Quant à Dérivis, souvent et injustement éreinté par la critique parisienne, il quitta la capitale pour mener une carrière inégale dans plusieurs pays européens. On retiendra surtout sa participation à la création de Nabucco à la Scala, en mars 1842, dans le rôle de Zaccaria. Il s’éteindra à Paris le 11 février 1880, sans que nous sachions si, un jour, il revit son amour de jeunesse.

  • 4 Sur la famille de Lucenay, voir ibid., p. 250.

8Aglaé ne revint pas à l’Opéra. Elle ne se sentait pas faite pour la danse et l’expérience de Pourtalès lui avait ouvert les yeux. De son passage rue Le Peletier, nous n’avons trouvé, en mars 1838 (sous le nom d’Aglaé Savatier), qu’un rôle de page dans l’opéra Guido et Ginevra ou la peste à Florence de Scribe et Halévy où figuraient aussi Charles Hippolyte Damoreau, Prosper Dérivis, Charles Petit ainsi que deux sœurs, Justine et Élisa de Lucenay4. Cette dernière, dont nous reparlerons souvent, fut l’amie la plus intime et la plus fidèle de la Présidente.

Chez les peintres

  • 5 MSFR, ff. 11 et 12.

9Quoiqu’elle eût renoncé à la danse, la jeune fille ne devait pas rester dans l’anonymat. Sa beauté et sa personnalité ne laissaient personne indifférent. Aussi se fitelle remarquer par quelques jeunes peintres, comme à l’occasion de ce bal de carnaval que cite Edmond Richard5 :

On voyait chez la Présidente un tableau qui la représentait à l’âge de quinze à seize ans, dans un costume de Bressane, corsage de velours noir, jupe rouge, tablier gorge-de-pigeon, chapeau pointu à larges bords garni de dentelles noires tombantes. Ce pittoresque déguisement avait servi pour un petit bal de société au carnaval. Le visage de la jeune fille qu’éclaire une large guimpe blanche respire une grâce, une candeur, une joliesse incomparables. Ce portrait dont la figure et le buste sont traités avec soin avait été entrepris par deux élèves de Paul Delaroche, l’un du nom de Blanchard, probablement Auguste Blanchard, peintre et graveur devenu par la suite membre de l’Institut, et l’autre, Charles Jalabert, son camarade des Beaux-Arts qui avait voulu travailler à l’œuvre en communauté de pinceau. C’est la première entrée notoire de la Présidente dans le monde des peintres…

10On évalue peu aujourd’hui l’importance des carnavals sous le règne de Louis-Philippe. Ceux-ci se traduisaient pratiquement par deux mois de fête permanente durant lesquels la division ordinaire du temps était abolie. À toute heure du jour ou de la nuit, les Parisiens, toutes classes confondues sous les loups et les costumes, déambulaient dans les rues et sur les boulevards, prenaient d’assaut, qui les estaminets, qui les restaurants élégants, avant de se retrouver dans les bals, temples voués au culte de la danse. Les plus célèbres, le bal de l’Opéra à cinq francs l’entrée, le bal de l’Opéra-Comique ou celui des Variétés attiraient tout autant les grisettes que la jeunesse dorée. De joyeux drilles y devenaient en quelques jours des héros de légende pour disparaître à jamais à la mi-carême, le tout dans une atmosphère de gai libertinage qui effrayait les bourgeois et faisait le bonheur des artistes et des fils de famille. C’était le royaume des « Arthur » et des « Dodolphe », surnoms plaisants désignant respectivement des fêtards fortunés ou de simples gouapes. Les petits bals de quartier offraient une ambiance plus familiale, mais l’on s’y amusait tout autant et l’on pouvait y lier facilement connaissance. C’est certainement dans l’un de ceux-ci qu’Aglaé fut remarquée dans sa robe de Bressane.

  • 6 Charles Jalabert (1819-1901) réalisa probablement plusieurs portraits d (...)

11Contrairement à ce qu’avance Richard, le portrait décrit ne put être exécuté en 1837 ou 1838, mais plutôt vers février 1839, lorsque Aglaé avait dix-sept ans. En effet, si Auguste Blanchard était déjà parisien, Charles Jalabert6, originaire de Nîmes, ne s’installa dans la capitale qu’en octobre 1838 et s’inscrivit simultanément à l’atelier de Paul Delaroche et à l’École des beaux-arts à partir de 1839. En revanche, la collaboration de deux peintres à une œuvre commune reste tout à fait plausible : en 1838, le jeune homme avait déjà exécuté une copie de la Transfiguration de Raphaël pour une église de la région nîmoise avec deux autres camarades.

  • 7 A. Tabarant, La Vie artistique au temps de Charles Baudelaire, Paris, M (...)

12Bien que le tableau dont parle Richard ait échappé à l’inventaire après décès de 1890, on sait que la Présidente avait conservé ce souvenir de jeunesse jusqu’à sa mort. Au moment où il le peignit, Jalabert avait donc vingt ans. Ce peintre délicat qu’une mauvaise vue obligeait à porter d’épaisses lunettes correctrices resta toujours pour la Présidente un ami sûr et dévoué. Gautier dira de lui : « Le talent de cet artiste a quelque chose de tendre, de délicat, de féminin qui charme et vous empêche de lui désirer plus de force. » Son camarade Auguste Blanchard (1819-1898) s’était lié à Meissonier dont il allait devenir le graveur attitré. Sans doute ces deux jeunes peintres introduisirent-t-ils Aglaé dans les ateliers où l’on comprit vite le parti esthétique que l’on pouvait tirer de sa beauté. Outre la fréquentation de gens intéressants et sans façons, il est certain qu’elle trouva dans la pose un complément nécessaire au revenu familial. À cette époque, un modèle était payé 6 francs [22,4 euros] la journée7 ; en d’autres termes, dix-sept jours de pose pouvaient lui rapporter autant que la pension de veuve de guerre annuelle de sa mère. Mieux que la blanchisserie, ce métier, finalement assez agréable, permit à Aglaé de s’exercer au rôle de soutien de famille qu’elle n’abandonnera d’ailleurs plus jusqu’à sa mort.

  • 8 MSFR, ff. 12 et 13.

13Parallèlement, elle continua d’apprendre la musique et le chant avec deux professeurs de renom, Jules Armingaud et Laure Damoreau-Cinti. Du premier (1820-1900) Richard nous dit qu’il était « né à Bayonne. Violoniste, [il] organisa avec E[douard] Lalo des séances de musique de chambre, fonda [en 1855] le quatuor Armingaud [-Jacquard] devenu ensuite la Société classique. Auteur de compositions vocales, [il] dédia à son élève, mademoiselle Aglaé Sabatier, Le Retour à la Chapelle, poésie de Madame A[mable] Tastu, dont il fit la musique, important morceau écrit dans la manière rossinienne et destiné à faire valoir les qualités vocales de la jeune fille8 ». Il fut aussi l’auteur de divers arrangements, notamment celui du Lied ohne Worte opus 38 de Mendelssohn et publia tardivement chez Lemerre deux plaquettes d’aphorismes, Consonances et dissonances et Modulations.

  • 9 « Madame Damoreau », in « Galerie des belles actrices », Le Figaro, 13 décembre 1837.
  • 10 MSFR, f. 13. Lors de l’inventaire après décès de madame Sabatier, Edmon (...)
  • 11 Sur Laure Damoreau-Cinti et l’incident cité, on se reportera à la notic (...)

14La seconde, Laure Cynthie-Montalant (Paris, 1801-1863), fille d’un joaillier, avait épousé le chanteur et compositeur Charles Hippolyte Damoreau et italianisé son nom, pratique courante dans le monde lyrique du xixe siècle. Bien que refusée comme élève au Conservatoire par manque de voix, elle y travailla comme professeur de 1834 à 1856, se produisit sur les scènes internationales et publia une Méthode de chant qui fit longtemps autorité. Théophile Gautier l’appréciait et lui avait, dès 1837, consacré un article très favorable9. Le mari de Laure, qui composait des romances et des scènes musicales, avait donné de nombreuses partitions à sa jeune élève, « avec les plus aimables dédicaces », précise Edmond Richard10. En vérité, le couple Damoreau n’avait rien de classique. Laure s’était mariée à Bruxelles, sur un coup de tête, en octobre 1827. Hippolyte, qui fut toute sa vie amoureux de sa femme, se montrait jaloux jusqu’à l’excès. Un duel, qui l’avait opposé en 1834 au viveur Jacques-André Manuel (1791-1857), avait alors « défrayé la chronique11 ». La cantatrice, de son côté, manifestait un grand souci d’indépendance et ne se privait pas de butiner au gré de ses humeurs, multipliant les partenaires des deux sexes. Gentil, qui la trouvait hautaine et dont elle était la bête noire, inventa à son intention une épithète féroce : « lesbienocinthienne ».

  • 12 MSFR, f. 82.

15Il semble qu’Apollonie, douée d’une grande faculté d’adaptation – qualité qui facilite l’ouverture de nombreuses portes – fréquenta assidûment ses professeurs, les accompagnant souvent au concert. On rapporte par exemple que, le 24 novembre 1839, après avoir assisté avec Laure Damoreau à une représentation du Roméo et Juliette de Berlioz, elle demanda au maître la partition de la romance « Premiers transports que nul n’oublie… » pour pouvoir la travailler et fut certainement la première étonnée d’en recevoir une copie autographe dans les jours qui suivirent12.

16Edmond Richard prétendait qu’Apollonie participait aussi à des concerts de bienfaisance à l’instigation de Laure Damoreau-Cinti. On ne peut l’exclure, mais il semble bien qu’elle pratiqua surtout l’art lyrique en « amateur éclairé ». Elle avait aussi un temps envisagé une carrière théâtrale, projet qui resta sans suite.

17En revanche, elle fréquenta les ateliers avec une assiduité accrue et s’y ménagea une place bien particulière. À cette époque, la beauté orientale étant à la mode, la plupart des modèles étaient juives, mais les artistes ne toléraient leur présence que pendant les heures de pose, à la suite de quoi ils préféraient rester entre hommes, vieille habitude de rapins. La jeune Aglaé sut toutefois, par sa beauté pourtant si éloignée de l’Orient, son caractère enjoué, sa curiosité intellectuelle et sa liberté d’esprit, s’imposer dans ce monde strictement masculin avec une facilité étonnante. Ce n’est pas le moindre de ses mérites car ces jeunes créateurs n’acceptaient pas volontiers qu’on dérangeât leurs règles de vie. Il fallait tout le charme et l’intelligence d’une personnalité de fort charisme pour susciter chez eux une telle sympathie. Les critiques qui, au xxe siècle, la dépeignirent stupide semblent avoir négligé ce détail. Il lui était d’ailleurs d’autant plus aisé de partager le quotidien des peintres qu’elle habitait à proximité de nombre d’entre eux.

  • 13 EJGJ I, p. 84.
  • 14 Ce beau portrait, après avoir été conservé jusqu’à sa mort par madame S (...)
  • 15 BNF, Estampes, DC 228C.

18Ils appartenaient pour la plupart à cette jeune génération qui, chaque année, voyait refuser ses œuvres au Salon par un jury académique sclérosé dont les choix artistiques étaient régulièrement vilipendés par la critique, Théophile Gautier en tête, sans grand succès. Vivant souvent chichement, ils devaient, pour s’assurer un minimum de revenus, passer par les fourches caudines de marchands de tableaux qui louaient les toiles à la journée ou au mois à des bourgeois désireux de jouer aux amateurs d’art ! Certains restèrent assez obscurs, comme Léopold Tabar (1818-1869) et Camille Fontallard qui avait habité à proximité de la rue des Dames ; d’autres avaient déjà acquis une certaine réputation, comme Jules Dupré (1811-1889), Henry Lejeune (1820-1904), Jean-Jacques Feuchère (1807-1852), Vincent Vidal (1811-1887) ou Théodore Rousseau (1812-1867). On peut penser qu’entre 1840 et 1843, Aglaé partagea la vie de ces deux derniers, bien qu’aucune preuve matérielle ne vienne étayer cette hypothèse, à l’exception d’une note lapidaire des Goncourt indiquant que madame Sabatier avait dans sa jeunesse « servi aux fantaisies de Vidal13 ». L’expression autorise toutes les interprétations. De fait, Vidal fit d’elle un très beau portrait en pied, non daté, mais probablement de 1842-1843 : elle y apparaît dans toute la beauté de ses vingt ans14. On peut aussi avancer – la ressemblance est assez frappante – qu’elle servit sans doute de modèle au peintre pour L’Amour de soi-même qui fut exposé au Salon de 184615. Vers la même époque, il peignit le beau visage d’un autre modèle que nous retrouverons plus loin, Alice Ozy.

Meissonier

  • 16 Plusieurs auteurs ont fait allusion à un voyage d’Apollonie en Italie d (...)
  • 17 MSFR, ff. 30-31.
  • 18 Ibid., f. 146.

19Aglaé rencontra probablement Ernest Meissonier (1815-1891) vers 1841 ou 1842, peut-être grâce à Auguste Blanchard ou par l’intermédiaire d’autres jeunes artistes qui respectaient et admiraient cette haute figure du monde de l’art. On leur a parfois attribué une liaison au début des années 1840. On a même avancé qu’elle aurait accompagné Meissonier en Italie alors qu’il ne s’y rendit pour la première fois qu’en 1860. De son côté, Edmond Richard soutenait que son amie n’avait visité l’Italie que tard dans sa vie16, mais nous savons avec quelle prudence il nous faut considérer ses révélations, a fortiori si l’on accorde quelque crédit à la courte fugue avec Dérivis. L’hagiographe livre bien une anecdote17 suivant laquelle le peintre, qui était passionné de canotage, avait remonté la Seine jusqu’au-delà de Charenton avec Aglaé à son bord, ajoutant que leur retour tardif dans l’île Saint-Louis avait inquiété le petit cercle amical qui se réunissait autour de lui, mais ce récit ne constitue pas une preuve suffisante. Meissonier avait épousé Emma Steinheil (1817-1888) le 13 octobre 1838 et une amitié très intime avait lié cette charmante jeune femme à Aglaé dès le début de leur relation. On imagine mal cette dernière acceptant de devenir la maîtresse du mari de sa meilleure amie. Par ailleurs, une analyse des lettres du peintre confirme une vive affection, mais n’autorise pas à situer leurs rapports dans le domaine amoureux. Il semble pourtant qu’il voulut tenter sa chance, comme le laisse entendre Richard : « Elle admirait l’artiste, mais ne s’éprit pas de l’homme. Elle sut résister aux hommages dont elle fut l’objet. Son honnêteté se renforçait de l’amitié qu’elle gardait pour la femme délicate que fut Emma Meissonier18. » De toute manière, une nouvelle idylle, avec un homme charmant, se profilait déjà à l’horizon.

Richard Wallace

  • 19 Richard Wallace ne s’appelait plus Jackson lorsqu’il rencontra madame S (...)
  • 20 La vente de 1857 est indiquée dans le Journal des Goncourt (EJGJ I, (...)

20Elle ne tarda pas, en effet, à faire la connaissance de Richard Jackson (1818-1890) qui était déjà devenu Richard Wallace19. Né le 21 juin 1818, fils illégitime du richissime Richard Seymour-Conway (1800-1870), vicomte de Beauchamp et neveu du célèbre dandy lord Henry Seymour – souvent improprement nommé « Milord l’Arsouille », lui-même fils illégitime d’un autre dandy, le comte de Montrond –, il fut élevé à Paris par sa grand-mère, la troisième marquise de Hertford. Dans les premières années, il porta le nom de sa mère, Agnès Jackson, née Wallace (1789-1864), puis opta pour celui de Wallace en 1842, juste au moment où Richard Seymour-Conway, après la mort de son père, devint le quatrième marquis de Hertford. Bien que la généalogie d’Agnès Jackson soit incertaine, le jeune homme se disait apparenté par sa mère à William Wallace, le libérateur écossais plus connu du grand public sous le surnom de Braveheart. Il voulut très tôt s’engager dans la Royal Navy, mais son père l’en dissuada. En 1840, il eut un fils d’une vendeuse de parfums, Amélie Julie Castelnau (1819-1897), fille d’un homme de confiance et d’une ouvrière en lingerie. Il semble que, rapidement, cette relation fut menée de loin en loin. À tout le moins ne partageaient-ils pas le même toit. En 1857, il installa Amélie et son fils 29, boulevard des Italiens, mais continua, de son côté, d’habiter 3, rue Taitbout, dans l’appartement où il avait été élevé. Amélie ne reconnut l’enfant que tardivement, le 19 juin 1858. Quant à Wallace, il l’épousa finalement, nous le verrons, mais bien plus tard. Pour l’heure, en 1843-1844, il est le secrétaire de Richard Seymour, plus particulièrement chargé d’aider le grand collectionneur dans le choix d’œuvres d’art. S’il achète dans toute l’Europe des peintures classiques, il ne néglige pas l’art contemporain français et fréquente les ateliers de Meissonier, Diaz, Dupré, Delaroche, Decamp, Delacroix ou encore Théodore Rousseau. Il lui arrivait, a-t-on dit, d’acheter certaines œuvres au-dessus du prix de marché, ce qui lui permit de se forger de solides amitiés dans le milieu artistique. Plusieurs biographes ont avancé qu’Aglaé aurait rencontré Wallace chez Meissonier dont il était le client et l’ami, hypothèse tout à fait plausible mais aucun document ne le confirme : ils auraient tout aussi bien pu faire connaissance dans l’atelier que partagèrent Dupré et Rousseau de 1833 à 1848. Habitant avec la troisième marquise de Hertford – « Mie-Mie » qui l’appelle « mon neveu », sa filiation lui ayant été cachée – et son oncle Henry, Richard Wallace ne dispose à l’époque que d’une rente mensuelle accordée par le quatrième marquis de Hertford qui lui permet de vivre confortablement, sans plus. Volontiers dépensier, grand habitué des tables de jeu, ses dettes, parfois considérables (400 000 francs en 1854 et 300 000 francs en 1856, à titre d’exemple, soit respectivement 1,4 et 1 million d’euros) était toutefois couvertes, non sans protestations, par le marquis. Ce dernier, en 1857, finit d’ailleurs par l’obliger à vendre sa collection d’objets d’art, pour l’inciter à la modération après l’échec de spéculations boursières20.

  • 21 GSP, p. 195.

21On peut dater avec certitude la liaison d’Aglaé et de Wallace de 1844, mais on ignore pourquoi et quand elle se termina entre 1845 et le début de 1846, pour ne reprendre que près de vingt-cinq ans plus tard. Edmond Richard reste parfaitement muet sur cette question parce qu’il avait choisi, une fois encore, de couvrir d’un voile discret cet amour de jeunesse, antérieur à l’apparition de l’industriel Alfred Mosselman. Dans sa biographie, Gérard de Senneville croit moins à cette aventure21 qu’à une simple amitié. Nous pensons toutefois lire entre les lignes suivantes, toujours issue de la minute autographe d’une lettre de madame Sabatier à Wallace, une allusion discrète, mais assez claire pour que nous retenions l’hypothèse d’une idylle :

  • 22 ZC.

C’était en 1844. Vous souvenez-vous de cette année ! Mon ami ? pour moi, elle est présente à ma pensée comme si elle était d’hier22 !

Théophile Gautier et Fernand Boissard

  • 23 Ce mot, Gautier l’employa en évoquant Alice Ozy. Voir Jean-Louis Vaudoy (...)

22C’est aussi vers le milieu des années 1840 qu’Aglaé croisa certainement Théophile Gautier (1811-1872) dans l’un des ateliers d’artistes qu’ils fréquentaient tous deux. Plutôt cérébral, le poète, vétéran de la bataille d’Hernani, ami de Balzac et de Victor Hugo, était aussi un critique d’art respecté, ouvert aux courants novateurs, défenseur de cette jeune génération et… un amateur quasi obsessionnel de la beauté. On comprend qu’il tomba immédiatement sous le charme de la jeune femme. Ainsi commença une relation qui devait durer jusqu’à la mort de l’écrivain, une de ces amitiés exceptionnelles, faites de complicité totale et d’admiration réciproque, une amitié amoureuse, sans aucun doute, mais où, selon le mot de Gautier lui-même, seuls leurs « esprits [couchaient] ensemble23 ». Sur ce point au moins, presque tous les biographes s’entendent.

  • 24 Œuvre conservée au musée de Rouen.
  • 25 FMML, p. 6-7.

23Grâce à Gautier autant qu’à Meissonier, Aglaé put faire partie du cercle très restreint qui se réunissait régulièrement à l’hôtel Pimodan, chez Fernand Boissard. Figure du Paris artistique, collectionneur, homme de goût, Joseph Fernand Boissard (Châteauroux, 1813 – Paris, 1866) qui se fera appeler un peu plus tard Boissard de Boisdenier, du nom d’une propriété familiale près de Tours, représentait l’archétype du dilettante. Bénéficiant d’une aisance financière certaine, il s’adonnait à la peinture et avait été l’élève de Dévéria et de Gros. Ses débuts en 1835, avec un Épisode de la retraite de Moscou24, semblaient prometteurs. Il se spécialisa ensuite dans les portraits et les sujets religieux, ne négligeant pas, de loin en loin, les paysages. Mais il cultivait aussi d’autres muses, avec pour souci majeur la satisfaction de son plaisir et de celui de ses amis. Gautier, dont il était l’intime de longue date, le dépeint assez fidèlement dans sa notice sur Charles Baudelaire25 :

Les courts cheveux blonds bouclés, le teint blanc et vermeil, l’œil gris et pétillant de lumière et d’esprit, la bouche rouge et les dents de perle semblaient témoigner d’une exubérance et d’une santé à la Rubens, et promettaient une vie prolongée au-delà des bornes ordinaires. […] C’était un garçon des mieux doués que Boissard ; il avait l’intelligence la plus ouverte ; il comprenait la peinture, la poésie et la musique également bien ; mais, chez lui, peut-être, le dilettante nuisait à l’artiste. L’admiration lui prenait trop de temps, il s’épuisait en enthousiasme. […] Il jouait du violon, […] apprenait des langues, écrivait de la critique et faisait des sonnets charmants. C’était un grand voluptueux en fait d’art, et nul n’a joui des chefs-d’œuvre avec plus de raffinement, de passion, de sensualité que lui. […] Sa conversation était charmante, pleine de gaieté et d’imprévu. […] Un romantique que la gloire n’a pas visité car il aimait trop celle des autres.

  • 26 OCB II, p. 400 et 462-463.

24Ses succès en peinture furent divers. Certes, il n’essuya pas souvent le refus du trop sévère jury du Salon, mais il ne connut jamais ni scandale ni triomphe. Baudelaire, dans ses Salons de 1845 et 184626 lui accorde une critique aimable, mais sans enthousiasme. On pressent moins l’admiration que l’exercice obligé envers un voisin et un ami dans les quelques lignes qu’il lui consacre et qui relèvent de ce qu’il appelait lui-même pour les dénoncer les « camaraderies effrontées ».

L’hôtel Pimodan

25Entre 1841 et 1845, Boissard habite 3, quai d’Anjou où il a installé son atelier. Mais vers le 1er avril 1845, il emménage dans un somptueux appartement que Roger de Beauvoir (1809-1866) venait d’abandonner, au n° 17 du même quai, à l’étage noble de l’hôtel Pimodan. Le lieu ne manque ni de charme ni d’allure, quoique la façade soit un peu austère. Construit par l’architecte ordinaire du roi, Chamoix, pour Charles Groyn des Bordes, un propriétaire nouvellement enrichi qui laissa sur les plaques de cheminée un aperçu de son goût (des têtes de porc censées rappeler son patronyme…), il fut acheté, après la chute de Fouquet, par le duc de Lauzun (1633-1723) qui lui donna son nom et y abrita ses amours avec mademoiselle de Montpensier. Vendu au marquis de Richelieu puis, en 1780, au marquis de Pimodan, il devint le 26 août 1842 la propriété du baron Jérôme Pichon, célèbre bibliophile, qui décida, au prix de grands travaux (car le bâtiment avait beaucoup souffert) de le diviser et de le louer.

  • 27 Charles Asselineau, Charles Baudelaire, sa vie, son œuvre, Paris, Lemer (...)

26Baudelaire y habita un petit logement au troisième étage, sous les combles, dont Charles Asselineau et Théodore de Banville nous ont laissé un souvenir précis27, à partir d’octobre 1843. L’appartement de Boissard n’avait rien de comparable. Doté de vastes salons et d’un balcon donnant sur la Seine, c’était le lieu idéal pour organiser dîners et concerts.

  • 28 ABLP, p. 33-34.

27André Billy le décrivait ainsi28 :

L’escalier de l’hôtel Lauzun, situé dans le corps de bâtiment de droite, conduit d’abord à la salle des gardes du premier étage et à une petite pièce dont le plafond a été décoré d’une Cérès par Le Brun […]. À l’étage supérieur, l’escalier, couronné d’un plafond, Le Temps découvrant la Vérité, donne accès à quatre pièces en enfilade : un premier salon aux portes splendidement peintes et sculptées, un salon de musique dans les panneaux duquel s’enchâssent trois grandes toiles de Sébastien Bourdon entourées d’aigles aux ailes déployées, une chambre à coucher dont le plafond et l’alcôve s’ornent respectivement de Diane et Endymion et d’un Sommeil de Le Brun, enfin un boudoir d’une extraordinaire magnificence, dans les glaces duquel Vénus et l’Amour, du même peintre, se reflètent avec des pilastres ioniques et diverses scènes mythologiques. […] Sur une vaste cheminée de marbre sérancolin, tacheté de blanc et de rouge, se dressait en guise de pendule un éléphant doré, harnaché comme l’éléphant de Porus dans la bataille de Le Brun, et supportant sur son dos une tour de guerre où s’inscrivait un cadran d’émail aux chiffres bleus. Les fauteuils et le canapé étaient anciens et couverts de tapisserie aux couleurs passées, représentant des sujets de chasse, par Oudry ou Desportes.

  • 29 Théophile Gautier, Le Club des hachichins, in Œuvres, édition (...)

28Dans Le Club des hachichins29, Théophile Gautier avait remarqué un « grand salon du plus pur style Louis XIV aux boiseries rehaussées d’or terni » dont Billy précise qu’il ne correspond à aucune pièce de l’hôtel tout en soulignant la présence d’un clavecin fin XVIIe d’une remarquable facture, aujourd’hui conservé au musée de Cluny, que son propriétaire prétendait peint par Watteau.

  • 30 Edmond et Jules de Goncourt, Manette Salomon, Paris, Librairie (...)

29Les réceptions de Boissard devinrent rapidement célèbres, moins par leur faste que par l’atmosphère détendue et amicale qui y régnait. Le dimanche, on y assistait à des concerts de musique de chambre que Delacroix appréciait particulièrement. Bien des années plus tard, en 1867, les frères Goncourt qui avaient situé l’action de Manette Salomon sous la monarchie de Juillet, tentèrent de restituer l’ambiance de ces soirées auxquelles ils ne participèrent pas, mais dont ils avaient largement entendu parler30 :

  • 31 « Prenkirs » est une francisation du terme flamand preekher qui (...)

« Qu’est-ce qu’on fait à l’hôtel Pimodan ? demande Garnotelle à Coriolis.
– Mais c’est très amusant, dit Coriolis… D’abord Boissard est un très bon garçon… Beaucoup de gens connus et très amusants… Théophile Gautier… la bande à Meissonier… on fait de la musique dans un salon… dans l’autre, on cause peinture, littérature… de tout. Et une antichambre avec des statues… grand genre et pas cher… Un dîner tous les mois… Nous avons déboursé chacun 6 francs pour un couvert en Ruolz… Ça se termine généralement par un punch… Nous avons Monnier qui est superbe ! Il a eu la semaine dernière une charge belge, les prenkirs31… éblouissante ! Et puis Feuchère qui fait des imitations de soldats, des histoires de Bridet à se tordre… Un monde bon enfant et pas trop canaille… On bavarde, on rit, on se monte… Tout le monde dit des mots drôles. »

  • 32 EJGJ I, p. 83-84.

30Le texte de leur Journal de l’année 1853 leur avait certainement servi à écrire ce passage, car on y relève des termes identiques. Ils y ajoutaient toutefois ce détail32 :

Le dîner était composé d’hommes, absolument. Après dîner venaient quelques femmes, la maîtresse de Boissard et surtout celle appelée la Présidente, maîtresse de Mosselman, que Clésinger a prise pour sa Femme piquée par un serpent […].

  • 33 Théophile Gautier, Le Club des Hachichins, op. cit., p. 734-735.

31L’idée générale semble assez fidèle. Chacun était, en effet, invité à payer son écot et le détail des couverts en Ruolz (un procédé de galvanoplastie découvert en 1840 par Henri de Ruolz permettant de produire facilement des objet en métal argenté, dont le brevet fut plus tard acheté par l’orfèvre Christofle) plutôt qu’en argent ou en vermeil prouve qu’on ne se formalisait guère, comme le confirme Théophile Gautier33 :

  • 34 Le véritable nom était Lebeuf. À la fin du xviiie et au début du xixe s (...)

La porcelaine de Louis Lebœuf [sic]34 et la faïence anglaise à fleur, ornement des tables bourgeoises, brillaient par leur absence ; aucune n’était pareille, mais chacune avait son mérite particulier ; la Chine, le Japon, la Saxe comptaient là des échantillons de leurs plus belles pâtes et de leurs plus riches couleurs : le tout un peu écorné, un peu fêlé, mais d’un goût exquis.

32Si Henri Monnier, doyen d’âge, présidait et amusait la galerie (à l’exception de Baudelaire qui ne goûtait pas, disait-il, ces « mœurs de pucerons et ces amours de cloportes ») avec ses charges et ses sketches mettant en scène Joseph Prudhomme, archétype du bourgeois ridicule, les Goncourt oublient d’ajouter à Gautier, Meissonier ou Feuchère les noms d’autres convives de marque. Delacroix, Steinheil (beau-frère de Meissonier), Honoré Daumier, Auguste Préault, Chenavard, Étex, Jeanron, James Pradier, Tony Johannot, les peintres Trimolet et Wagrez père, le sculpteur Michel Pascal ou encore les journalistes Alphonse Karr et Julien Turgan figuraient parmi les habitués. La liste n’est naturellement pas exhaustive, mais Boissard, qui détestait les importuns, les censeurs et les esprits étroits, triait strictement ses amis sur le volet.

Maryx

  • 35 Sur Maryx, voir les notes biographiques réunies par Jean Ziegler, in GB (...)

33Quelques femmes étaient aussi admises, en nombre très limité. Ce n’est pas par hasard s’il faisait, dit-on, figurer sur ses cartons d’invitation la mention : « la beauté est de rigueur ». Ernesta Grisi accompagnait parfois Gautier, Emma Meissonier venait avec Ernest, Alice Ozy ne dédaignait pas ces réunions, de même qu’Aglaé qui, une fois encore, sut s’intégrer harmonieusement au groupe. La maîtresse de Boissard, la belle Maryx (ou Marix35) tenait le rôle d’hôtesse du lieu.

  • 36 Privat d’Anglemont, La Closerie des lilas. Quadrille en prose, Pari (...)
  • 37 Lettre de Boissard à Théophile Gautier datée du 20 mai 1837, CGTG I, p. (...)
  • 38 EJGJ I, p. 84.

34Étonnant destin que celui de cette jeune femme juive, de son vrai nom Joséphine Bloch, née, comme Aglaé, en 1822. Elle était l’aînée de trois filles, toutes d’une remarquable beauté. Privat d’Anglemont dira même qu’elles étaient « les plus beaux modèles des ateliers de Paris36 ». De fait, Maryx posa – pour ne citer que les œuvres les plus célèbres – en 1838 pour la Mignon d’Ary Scheffer et pour la Gloire distribuant des couronnes (1841) de Paul Delaroche. Boissard, qui la connaissait au moins depuis 183737, la peignit aussi ; elle figurait notamment la Madeleine du Christ déposé de la croix qui fut exposé au Salon de 1847. Les Goncourt soutenaient qu’il lui avait appris à lire et à écrire38.

35Elle avait habité un petit logement sous les combles de l’hôtel Pimodan depuis 1844 et c’est peut-être elle qui indiqua à Boissard que l’appartement de Roger de Beauvoir était devenu vacant. Lorsqu’il s’y installa, c’est tout naturellement qu’elle déménagea pour l’étage noble, sous le regard aussi médusé que réprobateur des autres locataires. Pétrus Borel lui avait rendu un malicieux hommage dans un couplet d’une chanson :

  • 39 Couplet cité par Jean Ziegler, in GBCD, p. 37.

Wilhelm aimait Léonore,
Pétrarque chantait Laure,
Dante aimait Béatrix Mais Boissard a Marix39.

36Elle quitta le peintre au début de 1847 et partagea, dès 1848, la vie du baron danois Herman d’Ahlefeld, secrétaire d’ambassade qui l’épousa en juillet 1851. Gautier, qui lui vouait une réelle affection, lui rendra plusieurs fois visite dans son château de Ludvisborg, sur les bords de la Baltique.

  • 40 MSFR, f. 115.

37Le souvenir de ces soirées de Pimodan resta gravé dans la mémoire des convives bien après leur disparition. Dans ses dernières années, madame Sabatier disait, peut-être avec un peu d’exagération, qu’elle avait passé là « les heures les plus fécondes et les plus insouciantes de sa vie artistique ». Julien Turgan, déclinant une invitation pour raison de santé lui écrivait, non sans regrets : « Hélas ! Présidente, où est Pimodan40 ? » Il est certain que c’est à Pimodan, au contact de ces artistes de premier plan, que la jeune Aglaé forgea son goût et affermit sa personnalité. Quelle meilleure école aurait-elle pu trouver, elle qui, d’esprit curieux, avide d’apprendre, bénéficiait en outre d’une beauté éclatante et d’un caractère enjoué, bien en harmonie avec l’atmosphère « jeune-France » du lieu ?

Le Club des hachichins

  • 41 Gautier notera, dans sa préface aux Fleurs du mal (FMML, p. 58) : « après une dizaine d’expériences (...)
  • 42 Si Gautier rendit ce mot célèbre, il est en réalité dû à Moreau de Tour (...)
  • 43 OCB I, Les Paradis artificiels, « Le poème du (...)

38Si le nom de Boissard reste encore aujourd’hui présent dans les mémoires, c’est toutefois moins pour ses soirées brillantes et quelque peu bohèmes que pour les célèbres réunions du « Club des hachichins » qui se tenaient dans son appartement. Leur réputation a largement dépassé leur importance réelle : il n’y eut probablement en tout qu’une dizaine41 de fantasias42, pour reprendre le mot de Gautier. La première eut lieu le 3 novembre 1845 et la deuxième le 22 décembre. Celle-ci est particulièrement intéressante car nous connaissons le nom de plusieurs participants : Balzac, Baudelaire, le docteur Cabarrus et Gautier43. Une troisième fut organisée le 28 avril 1846.

  • 44 Moreau de Tours, op. cit., p. 6-7.

39Le hachich n’était jamais fumé, mais consommé sous forme de confiture. Jacques Joseph Moreau de Tours (1804-1884), médecin psychiatre qui fournissait la drogue, expliqua dans un ouvrage publié en 1845 son mode de préparation44 :

La préparation du hachich la plus commune, et qui sert en quelque sorte de principal condiment à presque toutes les autres, c’est l’extrait gras. La manière de l’obtenir est fort simple : on fait bouillir les feuilles et les fleurs de la plante avec de l’eau à laquelle on a ajouté une certaine quantité de beurre frais ; puis, le tout étant réduit, par évaporation, à la consistance d’un sirop, on passe dans un linge. On obtient ainsi le beurre chargé du principe actif et empreint d’une couleur verdâtre assez prononcée. Cet extrait, qui ne se prend jamais seul, à cause de son goût vireux et nauséabond, sert à la confection de différents électuaires, de pâtes […]. L’électuaire le plus généralement employé est celui que les Arabes appellent dawamesk.

  • 45 Ronald Verbeke, Un dictionnaire critique des drogues, Paris, Christ (...)

40Ajoutons, pour compléter cette recette, la définition du Dictionnaire critique des drogues45 :

Dawamesk : gâteau à base de marihuana consommé en Afrique du Nord. Le dawamesk est préparé à partir des sommités florifères et fructifères du cannabis, de sucre et de divers autres ingrédients qui varient d’une recette à l’autre (muscade, jus d’orange, pistache…).

  • 46 CGTG III, p. 384, lettre n° 1223. Datée « 1848 ? », nous lui préférons (...)

41Pour ces réunions, le nombre d’invités était limité. Outre ceux présents à la réunion du 22 décembre, Meissonier, Gérard de Nerval, Chenavard, Henri Monnier, James Pradier, Alphonse Karr, Tony Johannot, le docteur Aubert-Roche (1820-1874) firent aussi plusieurs fois l’expérience de la drogue. Certaines femmes participèrent aux séances : Emma Meissonier, Louise Pradier, Maryx, Ernesta Grisi et Aglaé Sabatier, mais leur rôle – actrices ou spectatrices – ne nous est pas connu. D’ailleurs, de l’aveu des convives, par souci de sécurité, au moins l’un d’eux s’abstenait de consommer afin d’éviter que, sous l’emprise du dawamesk, un participant ne passât par la fenêtre. Une lettre d’Alice Ozy à Théophile Gautier ne laisse en revanche aucun doute sur son goût pour le hachich46 :

N’oublie pas, aimable canaille, que mardi on festoie chez moi à 11 heures du soir. Apporte du hachich [sic], les convives seront nombreux et spirituels et le champ[agne] à discrétion. Tu seras fatigué, mais je compte sur ton dévouement.

  • 47 OCB I, p. 404-441.
  • 48 Théophile Gautier, Œuvres, édition établie par Paolo Tortonese, op. cit (...)
  • 49 Eugène Delacroix, Journal, Paris, Plon, 1996, p. 878.

42Les effets du cannabis sur ces créateurs curieux d’expérimenter de nouvelles sensations ont été largement décrits. Baudelaire y consacra de longs développements dans ses Paradis artificiels47, Gautier, qui avait déjà écrit une chronique sur ses expériences précédentes dans La Presse du 10 juillet 1843, rendit compte des réunions de Pimodan dans Le Club des hachichins48, publié dans la très sérieuse Revue des Deux-Mondes du 1er février 1846. Dans son Journal du 22 mai suivant, Delacroix, observateur détaché, notait49 :

Boissard jouait, dans l’état d’ivresse du hachich [sic], un morceau de violon comme cela ne lui était jamais arrivé, du consentement des gens présents.

  • 50 Octave Gréard, Jean Louis Ernest Meissonier, ses souvenirs, ses ent (...)

43Enfin, de son côté, Meissonier ajoutait50 :

Nous le [le dawamesk] prenions à jeun, ayant reconnu l’inconvénient de manger auparavant. Je me rappelle ce que, dans cet état, me faisait toujours éprouver la musique. Il me semblait voir réellement chaque son, sous la forme de pointes de feu qui faisaient en s’assemblant des dessins parfaitement réguliers, d’une belle ordonnance. C’était à se croire dans un jardin de Le Nôtre, et je me disais intérieurement avec désespoir : « Dans cette ivresse, je n’aurai donc jamais d’imagination ! » […] Je fermais les fenêtres pour ne pas m’élancer, parce que j’avais toujours la sensation délicieuse de l’évanouissement de la matière et de la pesanteur… Et les pointes de feu dansaient en cadence, toujours et toujours jusqu’à ce qu’il se produisit un haut-le-cœur, qui les faisait évanouir et éclater en l’air comme un bouquet triomphant de feu d’artifice !

Première rencontre avec Baudelaire

  • 51 FMML, p. 1. Ce passage fut précédemment publié dans L’Univers (...)

44Les soirées de Pimodan ne firent pas que distraire Aglaé et parfaire son éducation. Elles lui permirent aussi de rencontrer un jeune poète inconnu à qui elle devra, dix années plus tard, d’entrer dans la postérité : Charles Baudelaire. C’est à Théophile Gautier, en qualité de témoin, que nous devons le récit de cette première rencontre. Le texte mérite d’être cité51 :

La première fois que nous rencontrâmes Baudelaire, ce fut vers le milieu de 1849, à l’hôtel Pimodan, où nous occupions, près de Fernand Boissard, un appartement fantastique qui communiquait avec le sien par un escalier dérobé caché dans l’épaisseur d’un mur […]. Il y avait là cette superbe Maryx qui, toute jeune, a posé pour la Mignon de Scheffer et, plus tard, pour La Gloire distribuant des couronnes de Paul Delaroche, et cette autre beauté alors dans toute sa splendeur, dont Clésinger tira la Femme au serpent.

45La date de 1849 fut à juste titre contestée par l’ensemble de la critique, mais, le manuscrit n’ayant pas été retrouvé, il est difficile d’imputer cette erreur à une défaillance de mémoire ou à une faute de lecture lors de la composition du texte, 5 et 9 pouvant, suivant l’écriture de Gautier, se confondre assez facilement.

46On peut toutefois s’étonner qu’après la publication de la notice sous forme d’articles dans L’Univers illustré (du 7 mars 1868 pour le passage qui nous intéresse), Gautier, souvent vigilant, n’ait pas fait rectifier le chiffre erroné lorsqu’il en utilisa le texte pour sa préface à l’édition définitive des Fleurs du mal. Il ne manifesta pas davantage ce souci pour les tirages ultérieurs dont le premier fut pourtant réalisé dès l’année suivante. Edmond Richard avançait la date de 1848 en se référant à une lettre de Gautier à madame Sabatier du 15 mars 1849 où l’on pouvait lire :

Ma chère Présidente,
Voici bien longtemps que je ne vous ai vue. Le froid m’a chassé de Pimodan. Je serais très heureux de vous donner un petit bonjour ce soir aux Italiens. Si vous voulez prévenir le Fernand et la marquise, ils viendraient compléter avec Ernesta la partie carrée. Moi je n’ai pas besoin de place. On joue La Somnambula avec le début d’un ténor très beau garçon et d’un soprano qui a la prétention d’être plus belle que la Grisi tout simplement. Ce sera curieux.
Si en descendant vous aviez la charmante complaisance de prendre Ernesta vous m’obligeriez beaucoup. Je vais aux Variétés pour la pièce de Gozlan au commencement de la soirée.
Tout à vous
Théophile Gautier

  • 52 TGLP, lettre n° III, p. 46-47. Quelques explications sont nécessaires p (...)

Je rouvre ma lettre. Voulez-vous aller au bal de la Mi-Carême au jardin d’hiver. J’ai une invitation pour moi et une épouse52 !

  • 53 Une autre lettre de Théophile Gautier à madame Sabatier, datée du 28 fé (...)

47Quoique Gautier ait bien habité dans les dépendances de l’appartement qu’occupait Boissard de l’automne 1848 au début de mars 184953, Richard se trompe manifestement. La présence de Maryx à la soirée décrite permet aussi d’exclure 1847, la maîtresse de Boissard l’ayant quitté, selon toute vraisemblance nous l’avons vu, au début du printemps de cette même année.

  • 54 Théophile Gautier, FMML, p. 59 et Baudelaire, Les Paradis artificiels, in OCB I, p. 438-439.

481846 ne peut pas davantage être prise en compte, Gautier connaissant déjà Baudelaire à cette période, comme le prouvent leurs récits respectifs54 de la réunion du « Club des hachichins » du 22 décembre 1845.

  • 55 [Louis Lacour], Doléances d’un locataire (1845), Paris, Jouaust, 18 (...)
  • 56 FMML, p. 8.

49C’est donc bien 1845 qu’il faut lire. À l’époque, Gautier se partageait entre son appartement du 14, rue de Navarin où tout son courrier lui était adressé et un pied à terre occasionnel situé au rez-de-chaussée de l’hôtel Pimodan. Un locataire du même immeuble, M. d’Yvrande, qui occupait un petit appartement sur la cour le décrit « singe sur l’épaule, un chien dans les jambes, tête échevelée, désinvolture à la Balzac, accoutrement de tréteaux 55 ». L’indication « vers le milieu de 1849 » [lire : 1845] et madame Sabatier présentée comme secouant « ses beaux cheveux […] car elle venait de l’école de natation56 » invitent à situer l’épisode en mai ou juin, en tout cas avant le départ de Gautier pour l’Algérie, survenu le 3 juillet.

50Le témoignage de Gautier, malgré cette erreur chronologique, se révèle précieux car il nous décrit ce qui se passa. Laissons-lui la parole : Baudelaire, toujours égal à lui-même,

  • 57 Ibid., p. 5.
  • 58 Ibid., p. 8-9.

contrairement aux mœurs un peu débraillées des artistes, se piquait de garder les plus étroites convenances, et sa politesse était excessive jusqu’à paraître maniérée. Il mesurait ses phrases, n’employait que les termes les plus choisis, et disait certains mots d’une façon particulière, comme s’il eût voulu les souligner et leur donner une importance mystérieuse. Il avait dans la voix des italiques et des majuscules initiales57. […]
Sur le canapé, poursuit Gautier, à demi étendue et le coude appuyé sur un coussin, avec une immobilité dont elle avait pris l’habitude dans la pratique de la pose, Maryx, vêtue d’une robe blanche, bizarrement constellée de pois rouges semblables à des gouttelettes de sang, écoutait vaguement les paradoxes de Baudelaire, sans laisser paraître la moindre surprise sur son masque du plus pur type oriental et faisait passer ses bagues de sa main gauche aux doigts de sa main droite, des mains aussi parfaites que son corps, dont le moulage a conservé la beauté. Près de la fenêtre, la femme au serpent (il ne sied pas ici de lui donner son vrai nom) ayant jeté sur un fauteuil son mantelet de dentelle noire, et la plus délicieuse petite capote verte qu’ait jamais chiffonnée Lucy Hocquet ou madame Baudrand, secouait ses beaux cheveux d’un brun fauve tout humides encore, car elle venait de l’école de natation, et, de toute sa personne drapée de mousseline, s’exhalait, comme d’une naïade, le frais parfum du bain. De l’œil et du sourire, elle encourageait ce tournoi de paroles et y jetait, de temps en temps, son mot, tantôt railleur, tantôt approbatif, et la lutte recommençait de plus belle58.

51On remarquera l’intéressante opposition dans l’attitude des deux femmes : alors que Maryx observe, passive (sa pose suggèrerait volontiers l’ennui), Aglaé, aucunement rebutée par les discours débités devant elle, n’hésite pas à prendre part à la conversation et à relancer le débat.

  • 59 Musée de Versailles. Reproduit dans le Baudelaire de Claude Pichois et Jean (...)

52Fut-elle impressionnée, comme Gautier, par ce jeune poète inconnu, d’un an son aîné qui maniait le paradoxe avec une dextérité et un goût pour la provocation sans égal ? Il ne portait plus la barbe légère et les cheveux mi-longs immortalisés par le portrait qu’Émile Deroy peignit en 184459. Si l’on en croit le souvenir de Gautier,

  • 60 FMML, p. 2.

il avait les cheveux coupés très-ras et du plus beau noir ; ces cheveux faisant des pointes régulières sur le front d’une éclatante blancheur, le coiffaient comme une espèce de casque sarrazin […] quant à sa bouche, meublée de dents très-blanches, elle abritait, sous une légère et soyeuse moustache ombrageant son contour, des sinuosités mobiles, voluptueuses et ironiques […]60.

  • 61 Portrait reproduit dans IcoB, n° 13.
  • 62 FMML, p. 2.

53Cette description rappelle assez un autoportrait de 1848 gravé par Bracquemond61. Se montra-t-elle sensible à ses « yeux, couleur de tabac d’Espagne [qui] avaient un regard spirituel, profond et d’une pénétration peut-être un peu trop insistante62 » ? Il paraît acquis qu’elle ne livra pas à Edmond Richard la date de cette rencontre, pas plus que ses impressions d’alors. Peut-être l’avait-elle déjà croisé dans l’île Saint-Louis, sur le chemin de Pimodan ou des bains Lambert que, bonne nageuse, elle fréquentait assidûment. Peut-être aussi – nous examinerons cette éventualité plus loin – le rencontra-t-elle encore une ou deux fois à cette époque avant probablement de le perdre de vue.

  • 63 Dans le Corsaire Satan du 24 novembre 1845, il décrit Gautier comme « g (...)
  • 64 Salon de 1846, in OCB II, p. 462-463. Il est vrai que l’aversion de Bau (...)

54Et quelles furent de son côté les impressions de Baudelaire ? Tomba-t-il déjà amoureux de cette femme alors dans toute la beauté de sa jeunesse, paraissant libre d’esprit et, finalement, point sotte ? Lui fut-elle indifférente ? Ou bien un sentiment beaucoup plus complexe commença-t-il à naître en lui ? Il est impossible de le savoir. À ce moment, il est avec Jeanne Duval et à quelques jours de son suicide avorté. Il a probablement d’autres préoccupations. Et cependant, deux éléments permettent de faire un instant errer notre imagination. Quelques mois après cette première entrevue, Baudelaire publia deux articles dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils n’étaient pas aimables pour Gautier63. Pensait-il qu’il avait fait d’Aglaé sa maîtresse et en concevait-il secrètement de la jalousie ? Le même sentiment l’anima-t-il lorsqu’il exécuta dans son Salon de 1846 le tableau de Vidal, peintre pour lequel, vraisemblablement, elle fit plus que poser, L’Amour de soi-même64 ? Même si ces questions relèvent de la simple hypothèse d’école, on est en droit de trouver ces coïncidences troublantes.

55Sans doute à la même époque, il n’est pas impossible qu’Aglaé ait rencontré Barye, toujours par le truchement de Théo. Un dessin attribué au sculpteur et dédicacé à Gautier la représente dans une robe légère, presque transparente qui nous permet d’apprécier ses formes. Nous n’avons pu localiser cette œuvre, qui fit partie de la collection du docteur Henry Maréchal, mais on peut en consulter une reproduction d’assez bonne qualité dans l’iconographie du présent volume.

Jean-Baptiste Auguste Clésinger

  • 65 ZB II, p. 370-375.
  • 66 Nous avons, sur ce point, consulté madame Frédérique Thomas-Maurin, con (...)
  • 67 En réponse à la question d’un lecteur, Berthe Courrière, dite « de Cour (...)
  • 68 Bernard Falk, Old Q’s Daughter, Londres, Hutchinson, 1951, p. 240.

56Une autre question aiguise notre curiosité : au moment de cette première rencontre avec le poète, Aglaé était-elle depuis peu la maîtresse de Clésinger (1814-1883), comme le pensait Jean Ziegler65 ? On ne peut naturellement l’exclure, mais force est de constater que sa correspondance reste aussi muette sur cette question que celle de la jeune femme et de leurs amis respectifs66. Berthe de Courrière attesta cette liaison, mais si tardivement que son témoignage doit être pris avec prudence67. Bernard Falk ajouta dans une biographie de la famille Seymour68 – mais sans citer ses sources – que Clésinger aurait rencontré madame Sabatier au Bal des étudiants en art et, charmé par la robe transparente qu’elle portait, il en aurait fait sa maîtresse. La rencontre est plausible. De plus, la famille Savatier ayant habité rue des Dames, donc à proximité de la rue où Clésinger installa son atelier à l’automne 1844, ils auraient eu toutes les chances de se croiser. Enfin, la plupart des peintres pour lesquels elle posait se trouvaient aussi dans ce périmètre. Peut-on toutefois se satisfaire de ce maigre faisceau d’indices ?

  • 69 Frédéric Chopin, Correspondance, Paris, Richard Masse, 1953-1960, III, (...)

57Le sculpteur bisontin avait régulièrement fréquenté les ateliers parisiens entre 1838 et 1840, alors qu’il servait au 1er régiment de cuirassiers cantonné à Melun. Par reconnaissance envers le général Bouguenel dont il était le secrétaire et qui l’avait encouragé dans sa vocation artistique, il avait réalisé son buste qui fut évidemment refusé par le jury du Salon de 1840. Après un retour dans sa ville natale, il revint à Paris au début de 1843, puis repartit pour Besançon, apparemment par manque d’argent. Dans les premières semaines de 1844, il séjourna de nouveau dans la capitale pour préparer le Salon et loua un atelier rue de l’Ouest, à proximité des jardins du Luxembourg. En novembre, il s’installa définitivement au n° 2 de la rue Victor-Lemaire (actuellement rue Duperré). Cette rue ne nous est pas inconnue : située au cœur du quartier Bréda, Henry Lejeune, Charles Jalabert et Gustave Ricard, trois amis très proches de madame Sabatier, y auront leurs ateliers au n° 4. Doit-on, pour autant, supposer avec Jean Ziegler qu’elle emménagea avec lui ? On est en droit d’en douter, à la lumière d’une lettre que Chopin, le 8 juin 184769, adressait à sa famille polonaise. Dans ce document, Chopin faisait part à ses correspondants de sa stupéfaction face au mariage de Solange, fille de George Sand, avec Clésinger. On peut y lire :

Les amis Marliani, Delacroix, [Emmanuel] Arago et moi-même avions au sujet de celui-ci [Clésinger] les précisions les plus déplorables. Nous savions qu’il était endetté – brutal, qu’il battait sa maîtresse et que pour se marier, il allait l’abandonner alors qu’elle était enceinte, etc., etc. Il boit (nous l’avons tous constaté. Mais cela, on le mettait sur le compte de son génie) […].

58À propos de la sculpture de Clésinger la Femme piquée par un serpent pour laquelle Aglaé servit de modèle et sur laquelle nous nous attarderons plus loin, le compositeur ajoutait :

Elle [la statue] a tout simplement été commandée par Mosselman […] et représente sa maîtresse… à lui et à bien d’autres, car c’est une femme entretenue très connue à Paris […].

  • 70 Archives de Paris, DQ 18-95, n° 75/95.
  • 71 Vente collection Georges Lubin, Étude PIASA, 7 novembre 2000, lot n° 48

59Nous aurons l’occasion de revenir sur le jugement sévère qu’il porte sur la future Présidente. Remarquons toutefois que, si Clésinger avait eu avec elle une liaison assez affichée pour l’héberger rue Duperré, nul doute que Chopin n’aurait pas manqué d’en être informé et de le souligner car il tenait là un argument majeur supplémentaire contre le sculpteur. Certes, un appartement situé au deuxième étage du 29, rue Fontaine-Saint-Georges, tout près de la rue Duperré, fut loué en août 1844 au nom de « Sabatier »70, mais l’absence de la mention habituelle « rentière » ou « demoiselle » sur les registres du cadastre pour désigner une femme célibataire rend toute confusion avec notre héroïne très aléatoire. Notons enfin que, dans sa correspondance avec George Sand relative au mariage de Solange, Emmanuel Arago, qui se montre fort critique à l’égard de Clésinger, ne fait aucune allusion à madame Sabatier71. D’autres témoignages auraient pu nous renseigner, car tout se savait, dans ce milieu artistique ; les recherches de plusieurs spécialistes sont toutefois restées infructueuses. Nous pensons plutôt que, liée à Richard Wallace en 1844, puis à Mosselman en 1846, elle partagea ses faveurs avec quelques artistes de ses amis, en cette année 1845, si l’on tient absolument à ce que son cœur fût occupé, car rien n’interdit de croire qu’elle resta seule pendant cette période.

Notes

1 Jean-Louis Tamvaco, Les Cancans de l’Opéra – Journal d’une habilleuse, Paris, CNRS Éditions, 2000. Les pages plus particulièrement consacrées à Aglaé Savatier sont les pages 423-424 et 1064-1066.

2 Le petit personnel de l’Opéra l’appelait parfois : « Monsieur de Sosthènes », renseignement aimablement communiqué par Jean-Louis Tamvaco.

3 Ibid., p. 424.

4 Sur la famille de Lucenay, voir ibid., p. 250.

5 MSFR, ff. 11 et 12.

6 Charles Jalabert (1819-1901) réalisa probablement plusieurs portraits de madame Sabatier. L’un d’entre eux est connu, Rêverie : il se confond peut-être avec celui qui figure dans l’Album Baudelaire, iconographie réunie et commentée par Claude Pichois, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1974, p. 99. Les renseignements concernant la jeunesse du peintre sont extraits de la biographie sommaire publiée dans le Catalogue de l’exposition Jalabert, Nîmes, Musée des beaux-arts, 17 octobre-13 décembre 1981, p. 21-22.

7 A. Tabarant, La Vie artistique au temps de Charles Baudelaire, Paris, Mercure de France, 1942, p. 31. Cette somme est considérable, si on la compare avec le salaire journalier d’un ouvrier : 9,5 euros pour 10 à 12 heures de travail.

8 MSFR, ff. 12 et 13.

9 « Madame Damoreau », in « Galerie des belles actrices », Le Figaro, 13 décembre 1837.

10 MSFR, f. 13. Lors de l’inventaire après décès de madame Sabatier, Edmond Richard réclama « un petit meuble à dessus de marbre, orné de cuivre, contenant trente partitions reliées », le tout estimé à 125 francs. On ne sait ce que sont devenues ces partitions.

11 Sur Laure Damoreau-Cinti et l’incident cité, on se reportera à la notice très complète de Jean-Louis Tamvaco, in Les Cancans de l’Opéra, op. cit., p. 939.

12 MSFR, f. 82.

13 EJGJ I, p. 84.

14 Ce beau portrait, après avoir été conservé jusqu’à sa mort par madame Sabatier, a été vendu au musée de Compiègne par une descendante de sa sœur cadette Bébé.

15 BNF, Estampes, DC 228C.

16 Plusieurs auteurs ont fait allusion à un voyage d’Apollonie en Italie durant sa jeunesse. Pour les uns, elle y accompagna Clésinger, pour les autres, Meissonier. Seule la rapide escapade avec Dérivis nous semble plausible, bien que nous n’ayons trouvé aucune preuve de cet épisode.

17 MSFR, ff. 30-31.

18 Ibid., f. 146.

19 Richard Wallace ne s’appelait plus Jackson lorsqu’il rencontra madame Sabatier. Il avait prit le nom de Wallace en 1842 alors que la rencontre se situe à la fin de 1843 ou au début de 1844. Voir à ce sujet les quelques notes biographiques, in The Wallace Collection, Catalogue of Pictures II French Nineteenth Century, Londres, 1986, p. 17. Les pertes de jeu ont été citées par Armand Moss, in MBS, p. 193.

20 La vente de 1857 est indiquée dans le Journal des Goncourt (EJGJ I, p. 239) : « À la vente de Richard Hertfort [sic], ruiné à la bourse… » Voir aussi Bernard Falk, op. cit., p. 213 et 292.

21 GSP, p. 195.

22 ZC.

23 Ce mot, Gautier l’employa en évoquant Alice Ozy. Voir Jean-Louis Vaudoyer, Alice Ozy ou l’Aspasie moderne, Paris, M.-P. Trémois, 1930, p. 30.

24 Œuvre conservée au musée de Rouen.

25 FMML, p. 6-7.

26 OCB II, p. 400 et 462-463.

27 Charles Asselineau, Charles Baudelaire, sa vie, son œuvre, Paris, Lemerre, 1869, p. 7-8 et Théodore de Banville, Petites études, Souvenirs, texte cité par Pierre Dufay, in Autour de Baudelaire, op. cit., p. 172-174.

28 ABLP, p. 33-34.

29 Théophile Gautier, Le Club des hachichins, in Œuvres, édition établie par Paolo Tortonese, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1995, p. 734-735.

30 Edmond et Jules de Goncourt, Manette Salomon, Paris, Librairie Internationale, 1867, p. 15-16. Dans leur Journal du 29 juin 1866, les Goncourt notent avoir interrogé Gautier au sujet des dîners de Boissard, alors qu’ils terminaient Manette Salomon (EJGJ II, p. 26).

31 « Prenkirs » est une francisation du terme flamand preekher qui désigne les hannetons. Monnier avait eu tout le loisir d’observer les Belges qu’il brocardait au cours de ses différentes tournées en Belgique. Il avait, en outre, épousé Caroline Linsel qui avait été actrice au théâtre du Parc de Bruxelles. On a parfois sérieusement pensé que la Société des prenkirs avait été une sorte de mouvement artistique animé par Gautier et quelques autres ; il n’en est rien. Tout cela ne relevait que de la plaisanterie entre amis.

32 EJGJ I, p. 83-84.

33 Théophile Gautier, Le Club des Hachichins, op. cit., p. 734-735.

34 Le véritable nom était Lebeuf. À la fin du xviiie et au début du xixe siècle vont éclore des manufactures de « terre à l’anglaise », technique qui produisait des faïences de très haute qualité. Les faïenceries de Creil-Montereau comptèrent parmi les plus célèbres. Les modèles, souvent d’inspiration orientale, sont aujourd’hui très prisés des collectionneurs. Louis Lebeuf fut l’un des principaux fabricants de ces porcelaines. On notera que la marque exacte « Louis Lebeuf, Montereau » telle qu’indiquée par Théophile Gautier concerne la période postérieure à 1833, mais cette marque existait déjà en 1825 et se retrouve encore jusqu’en 1876 (Faïences Creil-Choisy-Montereau, ABC collection, 1980).

35 Sur Maryx, voir les notes biographiques réunies par Jean Ziegler, in GBCD, p. 37-74.

36 Privat d’Anglemont, La Closerie des lilas. Quadrille en prose, Paris, J. Frey, 1848, p. 55-56.

37 Lettre de Boissard à Théophile Gautier datée du 20 mai 1837, CGTG I, p. 92, lettre n° 88.

38 EJGJ I, p. 84.

39 Couplet cité par Jean Ziegler, in GBCD, p. 37.

40 MSFR, f. 115.

41 Gautier notera, dans sa préface aux Fleurs du mal (FMML, p. 58) : « après une dizaine d’expériences, nous renonçâmes pour toujours à cette drogue enivrante… »

42 Si Gautier rendit ce mot célèbre, il est en réalité dû à Moreau de Tours qui, dans son ouvrage Du hachich et de l’aliénation mentale (Paris, Fortin Masson, 1845), parlait de la drogue et de ses « effets que l’on désigne généralement dans le Levant sous la dénomination italienne de fantasia ».

43 OCB I, Les Paradis artificiels, « Le poème du hachich, V - Morale », p. 438-439.

44 Moreau de Tours, op. cit., p. 6-7.

45 Ronald Verbeke, Un dictionnaire critique des drogues, Paris, Christian Bourgeois, 1978, p. 52. Ajoutons qu’en arabe, le terme dawa peut se traduire par « médicament » ou « drogue ».

46 CGTG III, p. 384, lettre n° 1223. Datée « 1848 ? », nous lui préférons la datation de Jean Ziegler (GBCD, p. 57) : 1849.

47 OCB I, p. 404-441.

48 Théophile Gautier, Œuvres, édition établie par Paolo Tortonese, op. cit., p. 731-746.

49 Eugène Delacroix, Journal, Paris, Plon, 1996, p. 878.

50 Octave Gréard, Jean Louis Ernest Meissonier, ses souvenirs, ses entretiens, Paris, Hachette, 1897, p. 189-190.

51 FMML, p. 1. Ce passage fut précédemment publié dans L’Univers illustré du 7 mars 1868 sous forme d’article.

52 TGLP, lettre n° III, p. 46-47. Quelques explications sont nécessaires pour mieux comprendre cette lettre. La reprise de l’opéra de Bellini fut annoncée dans La Presse du 15 mars 1849. Les artistes auxquels Gautier fait allusion étaient le ténor Flavio et madame Castellan. La pièce de Gozlan à laquelle Gautier devait assister – La Goutte de lait – connut un succès de scandale. Quant au Jardin d’Hiver, ce vaste établissement situé aux Champs-Élysées, accueillit ce même jour le Bal des artistes. Enfin, « Fernand et la marquise », énigmatiques pour quelques biographes, ne sont autres que Fernand Boissard et Bébé, sœur cadette de madame Sabatier.

53 Une autre lettre de Théophile Gautier à madame Sabatier, datée du 28 février 1849, ne fait aucune allusion à un déménagement qui eut donc lieu entre le 1er et le 15 mars (TGLP, lettre n° II, p. 46).

54 Théophile Gautier, FMML, p. 59 et Baudelaire, Les Paradis artificiels, in OCB I, p. 438-439.

55 [Louis Lacour], Doléances d’un locataire (1845), Paris, Jouaust, 1870.

56 FMML, p. 8.

57 Ibid., p. 5.

58 Ibid., p. 8-9.

59 Musée de Versailles. Reproduit dans le Baudelaire de Claude Pichois et Jean Ziegler, op. cit., 1re édition, troisième page des illustrations.

60 FMML, p. 2.

61 Portrait reproduit dans IcoB, n° 13.

62 FMML, p. 2.

63 Dans le Corsaire Satan du 24 novembre 1845, il décrit Gautier comme « gros, paresseux et lymphatique », puis ajoute : « il n’a pas d’idées et ne sait qu’enfiler et perler des mots en manière de collier d’Osages ». Dans L’Esprit public du 15 avril 1846, il juge ses feuilletons « souvent médiocres ».

64 Salon de 1846, in OCB II, p. 462-463. Il est vrai que l’aversion de Baudelaire pour Vidal s’était déjà exprimée dans son Salon de 1845 (OCB II, p. 400), mais en 1846, il s’explique plus longuement sur la question, ajoutant au passage quelques commentaires acerbes contre Gautier qui louait le peintre.

65 ZB II, p. 370-375.

66 Nous avons, sur ce point, consulté madame Frédérique Thomas-Maurin, conservateur au musée des beaux-arts de Besançon et spécialiste de Clésinger avant de parvenir à cette conclusion.

67 En réponse à la question d’un lecteur, Berthe Courrière, dite « de Courrière », maîtresse tardive du sculpteur, inséra dans L’Intermédiaire des chercheurs et curieux (année 48, volume 66, p. 309) l’entrefilet suivant : « La femme piquée date du Salon de 1848 [sic], il en existe des reproductions et des clichés. La présidente s’appelait Mme Sabatier ; elle était la maîtresse du banquier Mosselman – et fut celle aussi de Clésinger qui, en souvenir de son corps admirable, en fit le modèle de la statue. »

68 Bernard Falk, Old Q’s Daughter, Londres, Hutchinson, 1951, p. 240.

69 Frédéric Chopin, Correspondance, Paris, Richard Masse, 1953-1960, III, p. 283-284.

70 Archives de Paris, DQ 18-95, n° 75/95.

71 Vente collection Georges Lubin, Étude PIASA, 7 novembre 2000, lot n° 48.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540