Version classiqueVersion mobile

« Purification ethnique »

 | 
Alice Krieg-Planque

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de cette étude consacrée à la formule « purification ethnique » et aux récits de la guerre yougoslave, plusieurs voies sont ouvertes, que nous ne fermerons pas. La première concerne le devenir de « purification ethnique » depuis la toute fin du xxe siècle jusqu’à aujourd’hui. Une étude visant à restituer ce parcours ne manquerait ni d’hypothèses à suivre ni de matière à travailler. Une seconde voie concerne la notion de formule elle-même, comme notion qui permet, pour peu qu’on ait recours à des analyses rigoureuses, d’explorer des corpus de textes socio-politiques pour en extraire, décrire et interpréter les enjeux. Enfin, des chemins multiples sont tracés, des chemins qui n’appartiennent pas en propre au chercheur et sur lesquels chacun trouvera du mieux qu’il peut le moyen d’avancer.

Destins de la formule « purification ethnique »

2Nous laissons la formule « purification ethnique » à son destin, à un moment où celui-ci reste encore largement ouvert aux grands bouleversements et aux petits changements de toutes sortes. Notre surveillance systématique de la formule prend fin arbitrairement, comme on sait, en décembre 1994. Cela signifie que nous ignorons l’existence précise de la formule dans l’après-guerre yougoslave (les accords de paix sont conclus à Dayton en novembre 1995). Cela veut dire que nous ignorons également l’existence de la formule dans l’autre guerre yougoslave, à savoir la « guerre du Kosovo », qui s’étend de la fin de février 1998 à la mi-juin 1999 (avec entrée en guerre de l’OTAN à partir du 24 mars 1999). Même s’il ne nous appartient pas d’en mesurer la nature et la portée exactes, il est manifeste que ces deux événements majeurs – une paix signée, puis une nouvelle guerre ouverte – pèsent sur le devenir de la formule « purification ethnique ».

  • 1 Association de loi 1901 créée le 29 juin 1995 au Mans (Sarthe). Nous soulignons.
  • 2 Créée le 4 mai 1998 à Toulouse (Haute-Garonne).
  • 3 Créée le 8 décembre 1994 à Saint-Martin d’Hères (Isère).
  • 4 Créée le 29 octobre 1995 à Nantes (Loire-Atlantique).
  • 5 France Inter, 29 mars 1999, journal de 8 h.

3Il semble par exemple que la perspective de la paix dans l’espace yougoslave s’accompagne d’une baisse de fréquence d’expressions telles que « contre la purification ethnique », « contre le nettoyage ethnique » ou « contre l’épuration ethnique », fortement utilisées durant la guerre en Bosnie, et cela au profit de formulations dans lesquelles les locuteurs se prononcent pour quelque chose. Les citoyens qui militent en faveur d’une Bosnie unitaire et pluriethnique, plutôt que de créer des collectifs, comités ou coordinations « contre la purification ethnique », comme ils le faisaient depuis le début de 1993, créent désormais des associations telles que le « Collectif sarthois pour la paix en ex-Yougoslavie »1 , l’« Association pour la démocratie et la paix en ex-Yougoslavie »2, le « Collectif grenoblois pour une paix juste et durable en ex-Yougoslavie »3, l’« Association d’information citoyens, citoyennes pour la Bosnie-Herzégovine »4... Pourtant, le terme « purification ethnique » et la chose qu’il désigne continuent d’être jugés affreux, comme l’attestent des adjectifs et des commentaires métadiscursifs rencontrés dans divers discours des années 1995-2000. Pour ne retenir qu’un exemple, voici la phrase par laquelle un journaliste de radio lance un sujet sur la Yougoslavie en 1999 : « Et revoici à la Une ce terme horrible de nettoyage ethnique. »5 La formule « purification ethnique » ne disparaît pas, pas plus que ne s’évanouit sa formidable capacité à créer l’aversion. Mais les stratégies des acteurs, elles, ont changé, face à une Bosnie désormais supposée être en reconstruction et pour laquelle il convient de se mobiliser. La formule « purification ethnique » est, une nouvelle fois, un des lieux d’observation des positions des acteurs-commentateurs ainsi que de leurs éventuels déplacements. La formule témoigne de l’axiologie du moment et de la façon dont les acteurs s’y inscrivent, comme plus largement les discours, pour peu que nous prenions le temps d’écouter ou de lire, nous informent sur ceux qui les énoncent.

  • 6 Du 29 mars 1999 au 27 mai 1999, Jacques Chirac fait à propos du Kosovo six interventions en direct (...)
  • 7 Voir nos remarques ici en note p. 222.

4Au moment de la guerre du Kosovo de 1998-1999, il semble que la hiérarchie des trois variantes prototypiques – ou, en tout état de cause, l’écart entre places – ait changé relativement à ce que nous avons observé jusqu’en 1994. Alors que pour la période 1992-1994 la position prédominante de « purification ethnique » relativement à « nettoyage ethnique » et à « épuration ethnique » était nette et que le syntagme « épuration ethnique » connaissait une fréquence extrêmement marginale, cette dernière variante semble occuper en 1998-1999 un rang au moins équivalent à celui des deux autres. Par exemple, l’expression « épuration ethnique » est pratiquement la seule et unique variante de la formule que le président de la République Jacques Chirac emploie au cours des allocutions radio-télédiffusées qu’il donne pour expliquer et justifier la position de la France dans la guerre6. De fait, la formule ne vise pas principalement le même référent dans l’espace yougoslave de 1992-1994 et dans celui de 1998-1999. Dans la première situation d’histoire et de discours, la formule renvoyait alternativement ou conjointement aux massacres, aux politiques de terreur, à la discrimination, aux expulsions, aux camps (de détention, concentration, extermination…), aux viols, à des pratiques eugéniques, à la destruction de lieux de mémoire… Dans la seconde situation, elle renvoie de façon plus restrictive principalement à l’expulsion (celle des Albanais du Kosovo que les journalistes-reporters voient affluer aux frontières de l’Albanie, de la Macédoine et du Monténégro) et secondairement à des massacres et exécutions sommaires (massacre de Racak, massacre de Rogovo, massacres de groupes de villageois en fuite…). Le changement de référent désigné contribue-t-il à la modification de la hiérarchie des variantes prototypiques ?… Le mot « épuration » (qui peut, dans le sentiment linguistique spontané, contenir le préfixe « é- » exprimant l’extraction ou l’enlèvement7) est-il privilégié par rapport à « purification » dès lors qu’il s’agit de désigner l’ex-pulsion plutôt que la destruction ?… Ce sont là deux exemples, parmi d’autres, des questions que rencontrerait l’analyste qui suivrait la formule « purification ethnique » plus loin dans son parcours.

Devenir de la notion de formule

5Il nous reste à présent – et il reste au lecteur et au chercheur – la notion de formule. Nous la laissons elle aussi à un destin ouvert, non sans avoir rappelé que depuis l’œuvre de Jean-Pierre Faye jusqu’aux analyses de Pierre Fiala et Marianne Ebel, puis de ces analyses jusqu’au travail que le lecteur a entre les mains, la notion de formule a connu des révisions assez considérables, révisions par lesquelles nous pensons avoir consolidé les armatures de la notion tout en lui conservant son caractère maniable et réceptif aux idées nouvelles.

  • 8 Voir ici p. 16-17.
  • 9 Voir ici p. 17-18.

6Dans sa recherche sur la formule « État total », Jean-Pierre Faye8 était sensible avant tout aux dimensions historique, politique, sociologique et esthétique de la formule. Sur la voie d’une « sociologie des langages » projetée par Jean-Pierre Faye, dans leur analyse des formules « surpopulation étrangère » et « xénophobie », Pierre Fiala et Marianne Ebel9 maintenaient une attention soutenue aux trois premières dimensions, et spécialement à la dimension sociologique, tout en introduisant un mode d’appréhension du réel que négligeait Jean-Pierre Faye : une analyse linguistique des discours, que les auteurs réalisaient en particulier à travers la prise en compte de faits de morphosyntaxe et d’énonciation.

7Sans perdre de vue les dimensions historique, politique et sociologique de notre objet, nous avons pour notre part mis au premier plan de nos préoccupations l’analyse linguistique des discours, que nous n’avons pas hésité à envisager sous différents aspects dès lors que cela s’avérait nécessaire à la compréhension du fonctionnement de la formule « purification ethnique » en discours. Il s’en est suivi un caractère parfois imprédictible de notre parcours, dont nous pensons que les détours sont autant d’éléments qui plaident en faveur d’un travail qui soit à la fois ouvert aux savoirs de différentes disciplines et méticuleux dans l’analyse.

8Un corpus vaste et diversifié tel que le nôtre s’est avéré plus qu’utile dans le suivi de la circulation des discours dans l’espace public, tant lorsqu’il s’est agi d’appréhender les versions du récit de la guerre yougoslave sur la trame desquelles se mouvait la formule « purification ethnique » que lorsque nous avons décrit et analysé les modalités de construction et de déconstruction de la formule. Le recours à la statistique lexicale (et plus largement la quantification des formes et des faits observés), absente des travaux précités, impose certes des contraintes (parmi lesquelles des relevés exhaustifs sur de longues plages temporelles, ici jusqu’à quinze ans), mais celles-ci sont amplement récompensées par la possibilité, nécessaire à nos yeux, de fonder l’observation de la genèse puis de l’installation de la formule sur des données solides. L’affinement des catégories employées, en particulier le remaniement de la catégorie de dicto– version philosophico-logique de l’opacité sur laquelle s’appuyaient Pierre Fiala et Marianne Ebel – auquel nous invitaient les propositions que Jacqueline Authier formulait en linguiste, permet une forte sensibilité de l’analyse aux matérialités linguistiques et révèle combien ces dernières sont constitutives des prises de parole étudiées.

9À cet outillage et à ces méthodes, s’ajoute dans notre étude du récit de la guerre yougoslave une façon de procéder à notre manière, qui est par nécessité la nôtre singulière, mais qui est aussi une manière de faire. Celle-ci requiert des qualités artisanales de lenteur, d’imagination, de rigueur. Elle demande conjointement un soin permanent apporté aux détails et nuances tout juste discernables, et une attention flottante rendant disponible aux imprévus de la réalité du corpus, cette attention flottante sans laquelle ne pourrait opérer ce charme réellement envoûtant de la recherche qui s’élève de ce que les scientifiques appellent l’« observation fortuite ».

10Ainsi raffermie – mais certainement pas pétrifiée – et plus fortement ancrée du côté de l’analyse du discours, la notion de formule s’est montrée efficace dans l’analyse des discours sur la guerre yougoslave, dessinant les contours des positions des acteurs-commentateurs, révélant les logiques et les contradictions des arguments développés par les différentes catégories de récitants, mettant au jour les trajectoires, à la fois physiques et discursives, des porteurs et parleurs de points de vue. En ce sens, la notion de formule constitue une entrée dans un corpus construit autour d’une certaine thématique ou d’un événement donné.

11La guerre yougoslave est un événement singulier (comme tout événement) et les discours sur la guerre yougoslave sont singuliers (comme tous les discours). Malgré cela, l’analyse de la formule « purification ethnique », ainsi que l’analyse des discours sur la guerre yougoslave qu’autorise l’étude de cette formule, nous renseignent au-delà de ces singularités : elles nous informent sur le rapport indissociable de la parole publicisée à une événementialité, sur le caractère constitutivement dialogique de tout univers discursif, sur la nécessité qu’ont les acteurs-commentateurs de trouver un point d’arrimage lexico-discursif commun pour se livrer à tout échange, fût-il contradictoire. De ce point de vue, la notion de formule est un mode d’accès aux discours politiques et médiatiques, une entrée pour décrire et interpréter l’émergence et la circulation des paroles dans l’espace public.

12Au-delà de la formule « purification ethnique », et au-delà du corpus que nous avons soumis à l’étude – corpus que l’on pourrait toujours utilement épaissir (vers la télévision et la radio, vers tel type de prise de parole publique…) ou allonger (vers les accords de Dayton, vers la guerre du Kosovo, vers la guerre en Macédoine…) – la notion de formule nous apparaît comme immédiatement disponible pour l’analyse de discours renvoyant à d’autres objets et événements. Différents termes, dont le statut formulaire semble digne d’être envisagé, mériteraient une telle étude : « exclusion », « fracture sociale », « sans-papiers », « mondialisation » (ainsi que « globalisation », comme variante, faux jumeau ou concurrent ?), et peut-être encore « biodiversité », « malbouffe », « majorité plurielle », « nouvelle économie », « nouvel ordre mondial », « choc des civilisations », « France d’en haut » et « France d’en bas »… Chacune de ces recherches permettrait la saisie des enjeux que supportent ces termes – et donc permettrait de connaître certains des enjeux qui se nouent, à un moment donné, dans un espace public donné –, et aiderait à l’identification des catégories d’acteurs en présence dans le débat et dans l’action.

Ce qui reste à penser, à faire et à panser

13Il nous reste aussi à nous, chercheurs, à appréhender les limites que présente un travail scientifique se rapportant à des faits contemporains, dont les représentations collectives se construisent dans le même temps que ces faits adviennent. Dans l’étude que nous avons pris le risque d’entreprendre ici, il n’est ni possible ni souhaitable d’ignorer que ces faits constituent en outre une réalité particulièrement complexe et tragique.

14Nous avons voulu montrer que les formules existent, et que leur étude peut être une contribution forte à l’analyse des problèmes publics et de la façon dont les médias en agencent le débat : si les formules ne sont pas le tout des discours mis en circulation dans l’espace public, elles structurent ces discours, elles les organisent, elles en assurent les polarités mouvantes. La corrélation entre la couverture médiatique de la Yougoslavie et la fréquence de la formule « purification ethnique » montre combien est étroit le rapport de la formule à une événementialité, événementialité de la guerre dont la formule assure la description. La formule apparaît clairement, à travers cette corrélation et l’analyse que nous en faisons, comme un point de passage obligé pour les récits de la guerre yougoslave, dont elle assure la lisibilité et l’intelligibilité (y compris une intelligibilité fausse ou trompeuse, nous l’avons expliqué). Elle est pour l’espace public français, relativement à la guerre yougoslave, et selon une proposition que nous avançons dans ce travail, un terme de relation.

15Nous pensons avoir assuré à notre tour une relation d’intelligibilité (une intelligibilité juste, nous l’espérons, et non pas trompeuse) : intelligibilité des discours sur la guerre yougoslave, et même au-delà, pour une part, intelligibilité du réel de la guerre lui-même – les discours, ainsi que nous y insistons à plusieurs reprises, n’étant pas une sphère mise à côté du réel mais bien une des matières constitutives du réel, par lesquelles le réel advient. Ici, et notre analyse du parcours de la proto-formule puis de la formule le montre, les discours ont été une des matières constitutives par lesquelles le réel de la guerre, en territoire yougoslave, a été préparé et est advenu. Telle peut être la conclusion d’une analyse des énoncés qui serre ceux-ci au plus près, sans pour autant leur faire ce cadeau empoisonné qui consisterait à attribuer au discours, par logocentrisme et en désespoir de cause, un pouvoir déréalisant.

16Cette intelligibilité que peut élaborer le chercheur apporte-t-elle, au-delà d’une contribution à la compréhension du monde, une contribution à l’action dans ce monde ? Il nous est permis d’en douter. Des années de travaux de qualité sur les mouvements nationalistes, populistes et xénophobes – et sur les discours de ces mouvements – ne semblent pas entraver le succès de telles opinions dans l’espace européen (et rien ne permet de penser qu’un recul de ces mouvements et opinions serait la conséquence de ces recherches). À défaut de soutenir un pessimisme tel qu’il imposerait la clôture définitive de cette question, nous éprouvons un scepticisme triste et encombrant.

17Il reste au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, créé par le Conseil de sécurité des Nations unies il y a dix ans, à entendre les victimes comme à entendre les accusés, et à continuer de juger les personnes présumées responsables de violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire yougoslave depuis 1991. Il reste aux historiens, qui ont déjà entrepris ce travail long et minutieux, à écrire l’histoire des guerres yougoslaves de la fin du xxe siècle. Il reste aux citoyens et à ceux qui ont pour mandat de les représenter à tirer des conclusions de ces guerres, à faire des choix en matière de coopération internationale pour la prévention des conflits, ainsi qu’en matière de justice internationale, notamment à travers les moyens réels dont sera dotée la Cour pénale internationale créée en juillet 1998.

18Il reste – et à cela notre travail n’ajoute ni ne soustrait rien – sur la terre de l’ancienne Yougoslavie, des centaines de milliers d’expériences singulières de ce qu’est une famille séparée, de ce que sont l’humiliation et la détresse, de ce que peut être pour quelqu’un la mort d’autrui, de ce qu’est une vie gâchée. Il reste à ceux qui ont vécu cette guerre et qui sont encore en vie à vivre avec ce qu’ils ont vécu.

19Il reste, dans notre espace public français contemporain, des traces bien matérielles – relevant d’une matérialité discursive – de ce que peuvent être la mauvaise foi, le mensonge, la malveillance, le manque de discernement, des traces également de ce que peuvent être la loyauté, l’intelligence, la bonne volonté, le courage. Ces traces laides ou consolantes, nous les avons préservées, étiquetées, et mises en ordre – en ordre de bataille pour servir à ce qu’au moins dans le conflit d’interprétation une forme de justice soit rendue.

Notes

1 Association de loi 1901 créée le 29 juin 1995 au Mans (Sarthe). Nous soulignons.

2 Créée le 4 mai 1998 à Toulouse (Haute-Garonne).

3 Créée le 8 décembre 1994 à Saint-Martin d’Hères (Isère).

4 Créée le 29 octobre 1995 à Nantes (Loire-Atlantique).

5 France Inter, 29 mars 1999, journal de 8 h.

6 Du 29 mars 1999 au 27 mai 1999, Jacques Chirac fait à propos du Kosovo six interventions en direct à la radio-télévision. Dans chaque allocution, il utilise une fois (mais une seule) la formule. Il s’agit de « purification ethnique » dans un cas (27 mai) et de « épuration ethnique » dans les 5 autres cas (29 mars, 6 avril, 12 avril, 21 avril, 3 mai).

7 Voir nos remarques ici en note p. 222.

8 Voir ici p. 16-17.

9 Voir ici p. 17-18.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search