Version classiqueVersion mobile

« Purification ethnique »

 | 
Alice Krieg-Planque

Seconde partie. Construire et déconstruire la formule : émergence et emplois de « purification ethnique »

Chapitre 5. Utiliser et commenter la formule « purification ethnique »

Texte intégral

1Poussant l’analyse au-delà des constats de statistique lexicale établis dans le chapitre précédent, nous proposons d’abord de caractériser deux moments qui nous apparaissent comme particulièrement sensibles, parce qu’ils précèdent l’avènement plein et entier de la formule en tant que telle. Ces moments occupent les deux premières subdivisions de ce cinquième chapitre (« La genèse » ; « La mise en circulation »).

  • Le premier moment est celui de la genèse de la formule : nous cherchons à décrire les régularités d’emploi d’une « formule » qui n’en est pas encore une (mais dont nous savons qu’elle le deviendra), autrement dit à caractériser le mode d’existence de ce que nous avons appelé la « proto-formule ».

  • Le second moment, situé dans une temporalité beaucoup plus étroite, est celui de la mise en circulation de la formule : nous cherchons à comprendre ce qui se produit dans le discours de presse, en cette fin de printemps et en ce début d’été 1992, et qui aboutira finalement à l’installation de la formule « purification ethnique ». C’est là déjà à la formule elle-même que nous nous intéressons (et non plus à la proto-formule), mais ceci dans les premiers instants de son émergence, alors que se mettent en place certains des traits essentiels qui continueront de la caractériser par la suite. Il s’agit, si l’on veut, de saisir ce qui se passe à la charnière de la première période, au cours de laquelle il n’est de « formule » que « proto- », et d’une seconde, durant laquelle la formule « purification ethnique » se tient pleinement dans sa consistance et fait partie intégrante du vocabulaire circulant dans l’espace public.

2Dans ces analyses, ce ne sont plus, comme c’était le cas dans notre inventaire antérieur, des unités lexicales que l’on répertorie et que l’on quantifie, mais des emplois que l’on repère, à la trace, en suivant presque occurrence après occurrence les usages singuliers qui en sont faits. On ne se penche plus sur des fréquences mais sur des emplois, appréhendés en tant qu’ils sont le fait de locuteurs dotés d’un nom et d’un statut (journaliste, homme politique, intellectuel…), de locuteurs s’exprimant dans des genres de discours (reportage, tribune, éditorial, interview…), et de locuteurs mis en rapport avec des sources d’information (donc avec des sources de parole). Le circuit matériel de diffusion et de transformation de la formule, invisible jusque-là du fait des instruments d’analyse utilisés, apparaît ici à travers l’examen des usages particuliers et à travers celui des déplacements physiques des locuteurs qui utilisent la formule. Les dimensions énonciative et métadiscursive, négligées jusqu’ici dans notre analyse de la temporalité de la formule « purification ethnique », font désormais partie de nos préoccupations.

  • 1 La « déconstruction » est réellement envisagée comme « problématisation », « interrogation », « que (...)

3– Dans la troisième et dernière subdivision du chapitre (« Les registres de problématisation : commentaires sur la formule »), nous ne nous préoccupons plus de l’émergence de la formule dans l’univers discursif, désormais envisagée comme un fait acquis, mais de la « déconstruction » dont la formule est l’objet de la part des locuteurs tout au long de son existence, à partir du printemps-été 1992. Par « déconstruction », nous ne nous référons pas spécifiquement aux procès qui visent à détruire la formule, mais plus largement à tous les modes de « problématisation » et de questionnement qui portent sur la formule (y compris pour la détruire, mais aussi, inversement, pour la légitimer)1. Dit autrement, cette dernière étape du travail vise à identifier les différents problèmes posés par la formule elle-même à ses utilisateurs, et à montrer comment ce caractère problématique de la formule est révélateur de différentes positions des locuteurs : positions partisanes dans le conflit yougoslave bien sûr, mais également positions relatives à l’espace public et au rôle qu’y tiennent les médias et le politique, positions sur les difficultés et les facilités à nommer le réel de l’Histoire aussi, comme réel fondamentalement singulier et pourtant inscrit dans un rapport à d’autres événements, et comme réel foncièrement irracontable et malgré tout raconté. Si les formules sont, ainsi que nous l’avançons, des enjeux, leur analyse doit pouvoir dire quelque chose sur ce qui est en jeu. C’est ce que nous chercherons à faire.

La genèse

4L’analyse menée en ouverture de cette seconde partie a montré qu’il est impossible, du simple fait de la faible fréquence des occurrences rencontrées, de considérer qu’il existe, dans les années 1980 et jusqu’au milieu de l’année 1992, une « formule » qui soit digne de ce nom. Pourtant, le discours de presse de cette période se référant à l’espace yougoslave ne se présentait pas comme un désert parfaitement inhabité : il laissait apparaître des syntagmes dont notre connaissance de ce qui sera dit et écrit à partir de l’été 1992 nous permet d’avancer qu’ils font partie de l’histoire de la formule « purification ethnique ». Ces syntagmes sont constitutifs de ce que nous avons proposé d’appeler une « proto-formule ». C’est elle que nous cherchons à caractériser ici, en nous appuyant sur un corpus plus fourni que ne l’est celui que nous avons exploité précédemment.

5Pour inventorier les réalisations de la proto-formule, nous avions proposé d’arrêter la période étudiée au 20 mai 1992 inclus, date après laquelle on rencontre la première nominalisation (dans Le Nouvel Observateur du 21 mai). Il apparaît que, dans les autres journaux du corpus, aucune nominalisation ne s’est encore manifestée au 20 mai (Le Nouvel Observateur est donc le tout premier à employer une nominalisation). De ce fait, nous maintenons la date du 20 mai 1992 comme date ultime d’existence de la proto-formule, et au-delà de laquelle la formule, à défaut d’exister encore pleinement, entre dans sa phase de mise en circulation. Aux trois journaux d’où proviennent nos conclusions antérieures, s’ajoutent à présent l’ensemble des titres de presse étudiés.

6Malgré l’ampleur relative des articles consultés, le matériel qui nous intéresse est assez léger, et par conséquent il est assez facile à manier : la « formule », jusqu’en mai 1992, n’existant que sur le mode discret de sa genèse, il faut pour la saisir procéder à des fouilles archéologiques, agir avec la patience d’un stratigraphe, trouver des traces remarquables mais dispersées, soulever une épaisse couche de discours pour tomber sur un petit syntagme brillant que nous aiderons à faire parler. Le matériel est mince en nombre d’énoncés concernés mais non pas décevant pour notre analyse : il présente en effet de belles régularités, grâce auxquelles nous pourrons établir que la proto-formule connaît un mode d’existence spécifique.

Usage quasi-exclusif du syntagme « ethniquement pur »

  • 2 Dont, dans le détail des variantes : 14 occurrences de « ethniquement pur », 11 de « ethniquement p (...)

7Nous savons déjà que, dans Le Nouvel Observateur, L’Express et Le Monde, la proto-formule prend principalement la figure du syntagme « ethniquement pur » : celui-ci se présentait 17 fois sur le total des 20 occurrences de la proto-formule rencontrées dans ces trois journaux. Le quasi-monopole de ce syntagme est à présent confirmé par l’observation des autres journaux : dans ceux-ci, sur un total de 16 occurrences de la proto-formule relevées du début de 1980 au 20 mai 1992 (c’est dire, au passage, combien la proto-formule est marquée par la rareté de ses manifestations), 15 occurrences correspondent à des apparitions du syntagme « ethniquement pur » (l’occurrence restante est celle du nom « pureté »). Dans la totalité du corpus de presse pour cette période, nous disposons ainsi de 36 occurrences de la proto-formule, dont 32 constituent des apparitions du syntagme « ethniquement pur »2.

  • 3 Voir par exemple l’énoncé cité ici p. 274.
  • 4 Notons que le quasi-monopole du syntagme adjectival ne semble pas être l’apanage des journaux franç (...)

8Il faut noter que la présence quasi-exclusive du syntagme adjectival n’est pas caractéristique du discours de presse, puisque c’est également sous cette forme qu’on rencontre la proto-formule dans des énoncés ne relevant pas de ce type de discours. À titre d’exemple, les rapports annuels d’Amnesty International que nous avons consultés pour la décennie 1980 à la rubrique « Yougoslavie » ne connaissent, eux aussi, la proto-formule que sous la forme du syntagme « ethniquement pur »3. Par ailleurs, d’après nos recherches – en l’espèce par définition non-exhaustives – aucun texte se rapportant à l’espace yougoslave publié antérieurement à mai 1992 ne comporte l’une ou l’autre des trois variantes qui, plus tard, représenteront les variantes prototypiques de la formule. « Ethniquement pur » est bien ainsi, selon les informations que nous avons pu réunir, le représentant quasi-exclusif de la proto-formule telle qu’elle se manifeste au long des années 1980 et jusqu’au milieu de l’année 19924.

  • 5 Pour plus de détails, voir Alice Krieg (2000 c, p. 454-456).

9Que la proto-formule soit représentée par un syntagme adjectival n’est pas sans conséquence pour les discours qui la tiennent. La formule « purification ethnique », par la grâce de la nominalisation qui en est la manifestation dominante, se prête à la sous-détermination5, et, par conséquent, permet au locuteur de passer sous silence l’identité des acteurs impliqués dans l’action, de faire de cette action une action déterritorialisée et peu repérable dans le temps, ou encore de faire sortir la formule de sa fonction de description de l’événement pour la faire accéder au statut de notion-concept politique. La proto-formule, au contraire, de par le syntagme adjectival qui la représente principalement, demande pour le moins que soit nommé, à travers le nom que le syntagme qualifie, l’objet à laquelle elle renvoie. La période durant laquelle la formule n’est qu’en genèse apparaît ainsi, par contraste avec la période qui verra exister la formule dans son régime plein et entier, comme une période durant laquelle la clarté du débat est favorisée. En écrivant cela, nous n’entendons pas dire que le sens de « ethniquement pur » soit nécessairement plus évident à saisir que ne l’est celui de « purification ethnique », de « nettoyage ethnique » ou de « épuration ethnique ». Nous voulons souligner que la proto-formule, de par les termes qui de fait la supportent, facilite l’identification de la référence, et, par conséquent, encourage à préciser l’objet dont on parle.

10De fait, sur l’ensemble de la période analysée (1980-20 mai 1992), le syntagme « ethniquement pur » renvoie le plus souvent à un objet aisément identifiable, soit que le syntagme qualifie un nom propre (de province, de république…), soit qu’il qualifie un nom commun auquel le contexte de l’énoncé permet de savoir à quel espace géo-politique il renvoie (par exemple « région » référant au Kosovo, « État » référant à la Croatie…). Nous profitons à présent de cette précision référentielle pour suivre la proto-formule sur le terrain de ce qu’elle qualifie.

La proto-formule en déplacement sur le territoire yougoslave

11À observer le corpus de presse disponible pour la période, l’analyste est saisi par la monotonie des expressions rencontrées. Il est tout autant saisi par la monotonie des emplois de ces expressions, à travers lesquels il apparaît que la proto-formule, tout au long de son existence, est utilisée dans des conditions remarquablement régulières. En dépit des régularités observées au fil des années, nous avons préféré organiser la présentation qui suit selon l’espace géo-politique auquel la proto-formule renvoie, un critère qui permet également de suivre la proto-formule dans la temporalité des discours qui la portent. Car en effet, si la proto-formule renvoie à un espace géo-politique clairement identifiable, l’identité de cet espace change à mesure des années et des événements. C’est donc des caractéristiques semblables que nous observerons d’un terrain – et d’une époque – à l’autre. La présentation adoptée, doublement référentielle et chronologique, a l’avantage de mettre en évidence le processus remarquable dont la proto-formule est l’objet lors du trajet qui la porte du début des années 1980 au mois de mai 1992 : pour dire vite, et en empruntant le trajet dans son raccourci, la proto-formule devient, d’un « mot des Albanais du Kosovo selon les Serbes », un « mot des Serbes selon les instances politiques internationales ».

L’avant-guerre : Kosovo et Bosnie-Herzégovine

  • 6 À une reprise, l’expression « ethniquement pure » qualifie en réalité « grande Albanie » (formulati (...)
  • 7 Dans l’occurrence restante, « ethniquement purs » renvoie indistinctement à des « États ».

12Les énoncés considérés font apparaître une première période remarquable : depuis sa toute première apparition dans le corpus (1er août 1981) jusqu’au 20 octobre 1990, la proto-formule renvoie alternativement au Kosovo6 et à la Bosnie-Herzégovine. Le premier espace géo-politique est concerné par 18 occurrences de la protoformule sur un total de 24, et le second par 5 occurrences7. La protoformule, dans les neuf premières années de son existence, est donc au service d’un discours sur l’un ou l’autre de ces espaces – avant tout sur le Kosovo –, à l’exclusion de tout autre, notamment de la Croatie ou de la Serbie.

Premier terrain de l’avant-guerre : un Kosovo « ethniquement pur »

13Dès ses emplois en référence au Kosovo, la proto-formule connaît deux régularités qu’elle conservera dans la suite de son existence : d’une part elle désigne un projet attribué à autrui (ici aux Albanais du Kosovo) et, d’autre part – mais ceci ayant pour effet d’authentifier cela –, elle est représentée – sous des formes elles-mêmes remarquablement régulières – comme un mot des autres (ici comme un mot des Albanais du Kosovo), désignant le projet que ces autres, à eux-mêmes, se donneraient.

14La proto-formule sert à désigner le projet des autres (Albanais du Kosovo). Deux énoncés supportent cette première régularité à l’exclusion de toute autre. Le premier, sans comporter les formes archétypales du discours indirect, appartient à une catégorie large du résumé du discours d’autrui. Il est le fait d’un habitant serbe du Kosovo, dont une journaliste du Figaro rapporte les paroles au discours direct. À propos des Albanais de la province, cet habitant dit :

  • 8 Reportage d’Irène Jarry (Pristina, de notre envoyée spéciale), « Le Kosovo ou la cohabitation impos (...)

Ils rêvent toujours de la grande Albanie. Ils veulent un Kosovo ethniquement pur avec dans un premier temps un statut de république. Ils réclameront ensuite l’union avec l’Albanie…8

  • 9 Tribune de Kommen Becirovic, « Justice pour les Serbes », Le Monde, 20 octobre 1990, p. 2.

15Le second énoncé ne comporte aucun élément de discours rapporté. Il figure dans une tribune de Kommen Becirovic, présenté en signature comme « journaliste et écrivain serbe du Monténégro »9, dans laquelle celui-ci, ayant qualifié les Albanais du Kosovo d’« ennemis héréditaires » des Serbes, condamne la France pour son insensibilité au « long calvaire des Serbes du Kosovo », et conclut :

On en arrive ainsi à cette aberration que l’Occident chrétien et humaniste soutient une entreprise antichrétienne et raciste : la création d’un Kosovo ethniquement pur, en attendant la restauration de la Grande Albanie […].

16Un Kosovo ethniquement pur est ici simplement l’objectif de l’« ennemi » albanais, sans que la formulation qui désigne ce dessein soit rattachée à quelque extériorité discursive que ce soit, ni, plus généralement, sans qu’elle soit opacifiée.

17Trois énoncés supportent la même régularité (la proto-formule désigne un projet attribué aux Albanais), mais il s’y adjoint une autre caractéristique notable de l’emploi de la proto-formule : son emploi opacifié. En l’absence de tout commentaire associé aux guillemets de modalisation autonymique, on ne saurait interpréter l’opacification dont la proto-formule fait l’objet dans ces trois énoncés – même si, dans le deuxième, l’italique oriente l’interprétation vers l’assignation du syntagme à un extérieur discursif (mais dont l’identité, elle, demeure difficilement déterminable) :

  • 10 Reportage de Véronique Soulé (Belgrade, Pristina, envoyée spéciale), « Le Kosovo met la Yougoslavie (...)
  • 11 Kosta Christitch, « Kosovo : le calvaire des Serbes », Le Point, 6 juillet 1987, p. 49.
  • 12 Tribune d’Athanase Jevtitch, « Tragédie au Kosovo », Le Figaro, 16 mars 1989, p. 2. Remarque : Les (...)

Les terres du Kosovo atteignent souvent des prix astronomiques […] pour deux raisons : l’une objective – le manque de terre –, l’autre politique – pour chasser les « Slaves » et former un « Kosovo ethniquement pur », les Albanais mettent le prix…10
L’objectif de la réunion [de la Ligue des communistes] témoignait de la gravité de l’heure : mettre un terme à l’exode des Serbes, qui fuient en masse le Kosovo, devant les exactions d’une population en proie à un nationalisme forcené dont le but est de rendre cette contrée « ethniquement pure » pour la mettre un jour au service d’une « Grande Albanie ».11
Les récentes grèves des Albanais au Kosovo et dans la Métochie avaient pour but d’empêcher le changement de la Constitution de 1974 qui leur avait permis de chasser de force les Serbes du Kosovo pour réaliser leur dessein nationaliste : un Kosovo « ethniquement pur », qui ferait sécession et se rattacherait à l’Albanie à laquelle il n’a jamais appartenu.12

  • 13 La catégorie « îlot textuel » a été proposée par Jacqueline Authier (1978, 1992 b, 1996 a) pour dés (...)
  • 14 Nous avons considéré que relevait de l’îlot textuel également les énoncés dans lesquels le discours (...)

18La proto-formule est représentée comme un mot des autres (Albanais du Kosovo). Le plus souvent, l’attribution aux Albanais du projet de réaliser un Kosovo ethniquement pur se double d’une attribution à ces mêmes Albanais de l’expression désignant ce projet : non seulement les Albanais du Kosovo entendent créer un Kosovo « ethniquement pur », mais encore ils le font en utilisant cette expression. Cette seconde régularité – doublant la première – qui caractérise l’emploi de la proto-formule est particulièrement envahissante. La forme par laquelle elle se réalise est, à son tour, remarquablement régulière : dans la quasi-totalité des énoncés concernés, l’attribution de la proto-formule aux Albanais se réalise au moyen de l’îlot textuel – souvent renforcé par l’italique, quand les choix typographiques du journal le permettent –, mode équivoque et peu voyant de représentation du discours autre approprié que nous empruntons à Jacqueline Authier13. L’emploi de la proto-formule en îlot textuel est présent au point qu’on le rencontre dans la moitié des énoncés se référant au Kosovo (8 sur 18 exactement)14.

19Trois configurations employant l’îlot textuel méritent d’être distinguées, car elles permettent d’identifier les différentes instances qui font du syntagme « ethniquement pur » une expression des Albanais.

20Dans la première configuration, qui répond en cela minimalement aux conditions de l’îlot textuel, deux instances énonciatives sont impliquées : un locuteur-journaliste signataire de l’article, et un extérieur discursif (albanais), énonciateur de la proto-formule. L’énoncé canonique correspondant à cette configuration serait :

Journaliste : Les Albanais revendiquent un Kosovo « ethniquement pur ».

21Quatre énoncés répondent à cette configuration :

  • 15 Paul Yankovitch (de notre correspondant à Belgrade), « Tirana sous surveillance », Le Monde, 1er ao (...)
  • 16 Paul Yankovitch (Belgrade, de notre correspondant), « La situation dans la région autonome du Kosov (...)
  • 17 Article signé V. G., « Le Kosovo ébranle à nouveau le régime yougoslave », Le Matin, 30 juin 1987, (...)
  • 18 Reportage d’Élisabeth Schemla (de notre envoyée spéciale en Yougoslavie), « Les Serbes se rebiffent (...)

En même temps des milliers de livres, brochures et autres publications imprimées en Albanie, prônant une « grande Albanie ethniquement pure » et célébrant le « marxisme léninisme authentique » ont envahi villes et campagnes [du Kosovo].15.
Revendiquant une « République albanaise », un Kosovo « ethniquement pur », voire son union à l’Albanie, dont ils ont obtenu un soutien farouche, certains extrémistes multiplièrent les exactions contre les récoltes de leur voisin slave, profanant parfois leurs cimetières, monastères et églises.16
Représentant déjà plus des quatre cinquièmes de la population du Kosovo, les Albanais sont assurés de voir leur communauté s’accroître, grâce à un taux de natalité parmi les plus élevés au monde (plus de 2,5). Ainsi certains « extrémistes » se prennent à imaginer un Kosovo « ethniquement pur »…17
Aujourd’hui, grâce au grignotage inexorable de la démographie, les Albanais ne sont pas loin d’obtenir la région « ethniquement pure » dont ils rêvent incontestablement […].18.

22À la seule condition qu’on y lise, interprétativement – mais selon une interprétation peu discutable –, des représentations d’un discours autre approprié, ces énoncés laissent clairement apparaître cette thèse : « ethniquement pur » est, d’après le journaliste, une expression des Albanais (ou des « extrémistes » albanais), par laquelle ceux-ci désignent le projet qui est le leur. Autrement dit, la proto-formule est un « mot des autres albanais », selon le journal.

23La deuxième configuration implique trois instances énonciatives : le locuteur-journaliste signataire de l’article, un extérieur discursif (autorité communiste), auteur de propos rapportés en discours direct, et un extérieur discursif (albanais), énonciateur de la proto-formule. L’énoncé canonique correspondant à cette configuration serait :

Journaliste : Une autorité communiste dit : « Les Albanais revendiquent un Kosovo “ethniquement pur”. »

24Un énoncé tiré d’un article de 1982 correspond à cette configuration :

  • 19 Reportage de Jean Leclerc du Sablon au Kosovo, « Yougoslavie : la turbulence albanaise », L’Express(...)

« La République, c’est le slogan de l’ennemi. Ce serait l’effondrement du système yougoslave, explique Béchir Hoti, Albanais, mais loyal au système, secrétaire de la direction de la Ligue provinciale des communistes. […] L’ennemi veut un Kosovo “ethniquement pur” et, dans un second temps, rejoindre l’Albanie pour former une république stalinienne, étatiste et bureaucratique. »19

25Bien qu’énonciativement plus complexe, cette configuration ne diffère de la première, pour ce qui nous intéresse, que par l’identité de l’instance qui fait du syntagme « ethniquement pur » une expression albanaise : la proto-formule est toujours un « mot des autres albanais », mais cette fois selon une autorité communiste.

26La troisième configuration, sous une forme différente, implique également trois instances énonciatives : le locuteur-journaliste signataire de l’article, et deux extérieurs discursifs (l’un serbe ou communiste ; l’autre albanais), tous deux énonciateurs de la protoformule, mais à deux niveaux distincts. L’énoncé canonique correspondant à cette configuration serait :

Journaliste : Selon les Serbes, les Albanais revendiquent un Kosovo « ethniquement pur ».

27Deux énoncés répondent clairement à cette configuration :

  • 20 Paul Yankovitch (Belgrade, de notre correspondant), « Des officiers figurent parmi les nationaliste (...)
  • 21 Reportage de Véronique Soulé (Yougoslavie, envoyée spéciale), « La foire d’empoigne des Kosovars », (...)

Pour les autorités fédérales, l’objectif des extrémistes albanais est de faire du Kosovo une région albanaise « ethniquement pure », afin d’obtenir son rattachement à l’Albanie.20
Les Albanais poursuivraient, selon eux [les Serbes du Kosovo], le vieux rêve de former une région « ethniquement pure », pour éventuellement se détacher ensuite de la Yougoslavie et rejoindre la mère-patrie, l’Albanie.21

28On rencontre par ailleurs un énoncé ambigu du point de vue de la configuration à laquelle il appartient mais que nous rattacherions volontiers à la troisième :

  • 22 Reportage d’Alain Debove (Pristina, de notre envoyé spécial), « Les nationalistes serbes face au “d (...)

Selon les autorités, le nationalisme albanais a tendance à gagner du terrain. Les plus durs de ses militants rêvent d’un Kosovo « ethniquement pur », voire du rattachement à l’Albanie voisine.22

29Cette troisième configuration, qui représente sur un mode maximal mais non-univoque les conditions d’énonciation du syntagme « ethniquement pur », fait de celui-ci, à un premier niveau, une expression utilisée par les autorités communistes (et / ou par les Serbes). Mais, selon notre interprétation, cette expression ne prend place dans le discours des autorités ou des Serbes qu’au titre d’expression des Albanais, par laquelle ceux-ci désigneraient leur projet. Interprétativement, et bien que formellement distincte, cette configuration supporte donc une thèse identique à celle de la seconde : la proto-formule est un « mot des autres albanais », selon les autorités communistes ou selon les Serbes.

30L’îlot textuel est de loin la forme majoritaire par laquelle passe l’attribution de la proto-formule à un extérieur discursif (toujours albanais). Signalons qu’elle passe également, mais à une reprise seulement, par l’autonymie. La variante concernée est cette fois « pureté ethnique ». Bernard Ullmann, journaliste pour L’Express, est l’auteur en 1985 de cette « autonymisation », si l’on peut dire. En reportage sur le territoire yougoslave, celui-ci rapporte puis commente (c’est là qu’apparaît l’autonyme) une rencontre qu’il fait avec un représentant local :

  • 23 Reportage de Bernard Ullmann en Yougoslavie, « Yougoslavie : des fiefs par milliers », L’Express, 5 (...)

« Quotidiennement, nous réprimons les organisations illégales de l’irrédentisme », affirme Becir Hotu, chargé de l’information du gouvernement du Kosovo. […] « Pour l’instant, poursuit-il, la situation est calme, sauf quelques gamins qui barbouillent des “K.R.” sur les murs. » « K.R. » (« république du Kosovo ») et « Pureté ethnique » (albanaise, bien sûr), sont les deux slogans des irrédentistes.23

31Présentée comme slogan des nationalistes albanais, la proto-formule désigne encore une fois doublement le dessein que ceux-ci conçoivent et le nom qu’ils leur donnent. De nouveau, la proto-formule est un « mot des autres albanais », selon le journal. Cette fois, elle l’est sur le mode parfaitement univoque et objectivant de l’autonymie.

32Il convient de remarquer, se produisant cette fois au moyen d’un commentaire de modalisation autonymique, et non plus via l’îlot textuel ou l’autonymie, un énoncé qui fait de la proto-formule une expression appartenant à un extérieur discursif, mais à un extérieur dont l’identité reste floue. Résultant, peut-être, de la superposition de deux extérieurs discursifs telle qu’observée dans la troisième configuration, par laquelle la proto-formule était doublement attribuée à autrui, cet énoncé fait simplement du syntagme « ethniquement pur » un « mot des autres – indéterminés » :

  • 24 Reportage de Georges Dupoy (Pristina, envoyé spécial), « Le Kosovo responsable de tous les maux », (...)

Depuis quelques temps, les accusations se font plus précises : des petites filles serbes ont été violées au Kosovo, les étudiants albanais refusent d’apprendre le serbo-croate et surtout, surtout on pousse les paysans serbes et monténégrins à quitter le territoire en achetant leurs propriétés au prix fort ou en les terrorisant de manière à faire du Kosovo une terre entièrement albanaise, ce que certains appellent « ethniquement pur ».24

33La proto-formule installée sur ses rails. Au terme de cette analyse des emplois renvoyant au Kosovo, trois faits doivent être soulignés.

  • 25 À savoir : « Ils veulent un Kosovo ethniquement pur […]  » dans Le Figaro du 18 octobre 1988, et « (...)
  • 26 Ainsi à une reprise : « L’été, à Janjevo, ville de six mille habitants, en majorité des Croates don (...)
  • 27 Deux énoncés sont concernés, le premier employant « c’est-à-dire », le second « autrement dit » :

34D’abord, la proto-formule est très rarement employée sur un mode totalement transparent. Sur l’ensemble des 18 occurrences existantes, seules 2 sont dans ce cas25. En effet, les trois énoncés que nous n’avons pas mentionnés jusqu’ici comportent eux aussi des emplois opacifiants. Ils font du syntagme « ethniquement pur » un reformulant ou un reformulé (de l’adjectif « albanais »), au moyen d’une apposition26 ou de marqueurs de reformulation paraphrastique27. Ces trois emplois opacifiants, qui concernent non plus la question de l’extériorité discursive mais celle de la signification en contexte, sont propres aux énoncés renvoyant au Kosovo : on ne les retrouvera plus dans les autres utilisations de la proto-formule. Ainsi, soit qu’elle comporte des guillemets de modalisation autonymique (avec ou sans commentaire associé), soit que, sans pour autant être encadrée de guillemets, elle fasse l’objet d’un commentaire de modalisation autonymique, soit qu’elle comporte des guillemets constitutifs d’un îlot textuel, soit encore qu’elle ait, à une reprise, le statut d’autonyme, la proto-formule est le plus souvent un objet de discours opacifié – ou opaque dans un cas. Pour différente qu’elle soit de la formule à d’autres égards, la proto-formule est, elle aussi, constitutivement entre guillemets.

  • 28 Reportage d’Élisabeth Schemla (de notre envoyée spéciale en Yougoslavie), « Les Serbes se rebiffent (...)
  • 29 Hélène Despic-Popovic (Belgrade, de notre correspondante), « Les Albanais du Kosovo se rebiffent », (...)

35Ensuite, on est frappé par la constance avec laquelle la protoformule fonctionne comme un instrument d’accusation, dans ce qu’elle désigne référentiellement tout aussi bien que dans la matérialité linguistique qui la porte, ce second mode d’accusation venant authentifier le premier : l’attribution de l’expression « ethniquement pur » à autrui accroît la charge qui pèse sur celui-ci dans la mesure où elle semble apporter la preuve de la réalité du projet que celui-ci conçoit. De ce point de vue, il est symptomatique de comparer deux articles parus en 1988 à seulement un mois d’intervalle (le réel politique à décrire ne peut donc pas être foncièrement différent), dont les jugements sur la situation au Kosovo sont opposés jusque dans les titres, et dont l’un emploie la proto-formule alors que l’autre n’en fait aucun usage. Dans le premier, intitulé « Les Serbes se rebiffent »28, la journaliste signataire de l’article a recours à la première configuration de l’îlot textuel (elle écrivait ainsi que « les Albanais ne sont pas loin d’obtenir la région “ethniquement pure” dont ils rêvent incontestablement »). Dans le second article, intitulé « Les Albanais du Kosovo se rebiffent »29, la journaliste n’a aucunement recours à la proto-formule sous quelque forme que ce soit. Or le premier article est par ailleurs entièrement écrit à charge des Albanais du Kosovo (ceux-ci, estime Élisabeth Schemla, ont réussi à chasser les Serbes du Kosovo par une stratégie de menace et de terreur et par la pression démographique – les « familles albanaises […] font des gosses à l’envi »), alors que le second expose sur un mode descriptif les appréhensions des Albanais du Kosovo face à la répression policière et aux expressions du nationalisme serbe. Cette paire d’articles renforce, si besoin était, notre thèse selon laquelle l’attribution de la proto-formule, dans son contenu et plus encore dans son contenu doublé de son expression, est de fait au service de discours qui accusent.

36Selon les énoncés analysés, l’accusateur – attribuant le projet, ou attribuant doublement le projet et le nom sous lequel il serait désigné –, prend la figure d’un journaliste, d’autorités communistes ou de Serbes (Serbes du Kosovo anonymes ou personnalités présentées comme serbes). L’accusé, quant à lui, d’un énoncé à l’autre, prend la figure monotone des Albanais. Au cours des années 1980 puis 1990, à mesure que la proto-formule va se déplacer sur le terrain de sa référence, l’identité de ces deux instances, l’une qui accuse, l’autre qui est accusée, va changer. Mais celles-ci, en tant qu’instances présentes dans les discours, demeurent tout au long du parcours, faisant de la proto-formule un terme qui fonctionne, si l’on peut dire, « à l’accusation ».

  • 30 Sur la distinction « discours autre approprié » (à l’objet dont on parle) et « discours autre assoc (...)
  • 31 Tel que serait par exemple : « “Ethniquement pur” est l’expression que les Albanais du Kosovo ont f (...)
  • 32 Tel que serait par exemple : « Le Kosovo sera bientôt “ethniquement pur”, comme disent les extrémis (...)

37Enfin il faut souligner le rôle particulier de l’îlot textuel, qui est responsable de la moitié des emplois opacifiés (8 sur 16). Cette forme, interprétée comme telle, constitue certes un mode de représentation du discours autre approprié30 Cependant, comparée à certains emplois autonymes31, ou encore à certains commentaires opacifiants32, elle en est un mode affaibli, non-univoque et extrêmement discret (ce en quoi nous parlons de l’îlot textuel comme d’un mode équivoque et peu voyant de renvoi à une extériorité discursive). Si nous ajoutons à cela que la troisième configuration employant l’îlot textuel présente une ambiguïté supplémentaire, que nous n’avons résolue qu’interprétativement lorsque nous avons estimé qu’elle représentait le syntagme « ethniquement pur » comme utilisé par les Serbes mais tel que ceux-ci le puisaient dans le discours des nationalistes albanais, nous voyons que la proto-formule n’est un « mot des autres (albanais) » que sur un mode timide et requérant toujours l’interprétation. Seul un énoncé, dans lequel « pureté ethnique » était autonyme, faisait univoquement de ce syntagme un mot des autres albanais. Quant à la seule glose de modalisation autonymique faisant univoquement de « ethniquement pur » une expression appartenant à un extérieur discursif, elle laissait dans la sous-détermination l’identité de ce dernier (« ce que certains appellent »). Ainsi, si la représentation de la proto-formule comme « mot des autres » est bien une régularité remarquable des énoncés renvoyant au Kosovo (et plus généralement de la proto-formule), il faut noter que cette représentation s’effectue principalement sous une forme elle-même régulière, caractérisée par la discrétion et par la non-univocité de l’attribution du syntagme à autrui.

38Dans leurs traits principaux, les régularités qui caractérisent les emplois de la proto-formule en référence au Kosovo demeurent dans les autres énoncés considérés, dans lesquels la proto-formule renvoie à des espaces géo-politiques autres. C’est pourquoi nous suggérons que la proto-formule est à présent « installée sur ses rails ». Elle l’est dans le corpus, mais aussi pour notre analyse : la constance des conditions d’utilisation de la proto-formule (mais aussi la moindre quantité d’énoncés rencontrés) nous permettra d’être plus succinct dans les pages qui viennent, à propos des autres « terrains ».

Deuxième terrain de l’avant-guerre : une Bosnie-Herzégovine « ethniquement pure »

39Rappelons que, dans la période qui court de 1980 au 20 octobre 1990, la proto-formule renvoie 5 fois à la Bosnie-Herzégovine (sur un total de 24 occurrences rencontrées pour cette période). Bien que les emplois renvoyant au Kosovo et ceux renvoyant à la Bosnie-Herzégovine se chevauchent dans la durée (ce pourquoi nous avons réuni ces deux espaces géo-politiques dans une période commune, nommée « avant-guerre »), ceux qui réfèrent à la Bosnie-Herzégovine sont à la fois plus tardifs et plus concentrés que ne le sont les premiers : la proto-formule ne sert à désigner l’espace bosniaque qu’à partir du 23 août 1983 ; elle cesse d’y renvoyer dès après le 8 octobre 1987. Les 5 occurrences relevées se répartissent sur trois articles parus entre ces deux dates.

  • 33 À condition qu’on accepte que « militer en faveur de » puisse désigner un acte de parole. Sur cette (...)

40Un énoncé fait de la proto-formule un terme désignant un projet attribué à autrui – à présent il s’agit des « musulmans de Bosnie-Herzégovine », selon une des expressions utilisées par les journaux. Mais il le fait sous la forme non-opacifiante du discours rapporté au plan du contenu33 :

  • 34 Reportage de Paul Yankovitch (Belgrade, de notre correspondant), « Qui sont les musulmans de Bosnie (...)

M. Husein Cuk, conseiller juridique du directeur d’Agrokomerc, a été inculpé, non seulement pour malversations financières, mais également pour avoir milité en faveur d’une Bosnie-Herzégovine ethniquement pure, dirigée par les musulmans, « peuple le plus intelligent et le plus capable ».34

41C’est donc un contenu de discours qui est attribué à un musulman, par un tribunal dont le discours est à son tour rapporté dans son contenu par le journal. Point d’attribution du terme ici, mais seulement cette première régularité que nous avons déjà observée : une Bosnie-Herzégovine ethniquement pure est l’objectif d’un musulman de Bosnie (d’après un tribunal).

42Les 4 autres énoncés illustrent la seconde régularité de la protoformule (la proto-formule est représentée comme un mot des autres), qui s’opère dans tous les cas au moyen de l’îlot textuel. Celui-ci est employé à une reprise dans ce que nous avons appelé « première configuration ». L’identité de l’extérieur discursif, énonciateur de la proto-formule, ayant changé, l’énoncé canonique correspondant à cette configuration est cette fois :

Journaliste : Les musulmans revendiquent une Bosnie « ethniquement pure ».

  • 35 Reportage de Paul Yankovitch, art. cit.

Avec l’apparition du mouvement intégriste de l’imam Khomeiny, les musulmans de Bosnie-Herzégovine ont commencé à s’agiter. Leurs extrémistes prônent le mode de vie coranique et la création d’un État musulman en Bosnie-Herzégovine, « ethniquement pur », qui serait « débarrassé » des non-croyants.35

43Les trois énoncés restants ont recours à ce que nous avons défini comme une « troisième configuration », et qui aurait ici pour énoncé canonique :

Journaliste : Selon le tribunal, les musulmans revendiquent une Bosnie « ethniquement pure ».

  • 36 Article signé AFP, « Condamnation de onze intellectuels bosniaques pour “activisme musulman” », Le (...)
  • 37 Reportage de Véronique Soulé (Sarajevo, envoyée spéciale), « Les minarets font de l’ombre à Sarajev (...)
  • 38 Reportage de Véronique Soulé, art. cit. Il ne nous échappe pas que cet énoncé comporte une instance (...)

Réuni autour d’une « plate-forme », la « déclaration islamique » dont l’auteur, M. Alia Izetbegovi [sic ; A. K.-P.], cinquante-huit ans, un juriste à la retraite, a été condamné à quatorze ans de prison, le groupe [jugé par le tribunal] aurait cherché, selon les attendus du jugement, à faire de la Bosnie-Herzégovine un « État islamique ethniquement pur ».36
Au banc des accusés, douze hommes dont un imam – tous des musulmans très religieux – et une femme, en tchador. Il est reproché au principal accusé Alija Izetbegovic, d’avoir écrit une « Déclaration islamique » – ce qu’il confirme –, et d’avoir appelé à une République islamique « ethniquement pure » – ce qu’il nie.37
Régulièrement, la presse yougoslave rapporte ainsi des procès d’imams, accusés d’avoir prêché la « pureté » de la République, réclamé l’instauration de la Chariah, etc.38

44Dans la majorité des énoncés renvoyant au Kosovo, la protoformule était représentée comme empruntée à un discours autre (dans son contenu ou dans son expression). Ici, c’est dans la totalité des énoncés qu’elle porte cette caractéristique. Un des énoncés recueillis fait apparaître que la proto-formule fonctionne également « à la récusation » (sans que l’on puisse dire si cette récusation qu’opère Alija Izetbegovic porte sur le contenu ou conjointement sur le contenu et sur son expression). La proto-formule se manifeste ici sous un jour dialogique et polémique : elle participe à la charge de l’accusation, mais elle est récusée par l’accusé.

45L’îlot textuel, déjà massivement employé dans les énoncés référant au Kosovo, concerne cette fois la quasi-totalité des apparitions de la proto-formule (4 sur 5), et il représente la forme exclusive de son opacification (4 sur 4).

46En même temps que la proto-formule a opéré un déplacement vers le nord-ouest sur le terrain de la référence, les instances accusatrices et accusées ont changé de figures : ce sont principalement les tribunaux qui accusent (le journaliste Paul Yankovitch apporte l’exception), et ce sont toujours des musulmans de Bosnie qui représentent l’instance accusée – accusée à une reprise de concevoir le projet d’une Bosnie ethniquement pure, ou accusée, dans les quatre autres énoncés, de concevoir ce projet et sous ce nom.

  • 39 Par exemple dans ce rapport d’Amnesty International : « Fadil Fadilpasic et Ibrahim Avdic, ingénieu (...)

47Les régularités d’emploi de la proto-formule, déjà clairement observables à propos du Kosovo, ont ici un caractère presque stéréotypique. La troisième configuration, par laquelle – mais toujours sur un mode équivoque et peu voyant – le syntagme « ethniquement pur » est un mot des musulmans de Bosnie selon les tribunaux, qui est la configuration dominante dans notre corpus de presse, est d’autant plus remarquable qu’on la rencontre également en dehors de ce type de discours à la même époque39.

Le détour : une Croatie « ethniquement pure »

48Après octobre 1990, il n’arrive plus à la proto-formule de renvoyer au Kosovo ou à la Bosnie-Herzégovine : ces deux espaces géo-politiques, objets exclusifs de la proto-formule jusqu’alors, sortent complètement du champ de référence de cette dernière. En revanche, deux espaces jusque-là inconnus de la proto-formule apparaissent. Le premier d’entre eux, dans la chronologie du parcours référentiel, est la Croatie. La proto-formule y renvoie 3 fois, dans des articles parus entre juillet 1991 et janvier 1992.

49L’un des énoncés illustre la première régularité de la protoformule : celle-ci désigne un projet attribué à autrui (croate). C’est un proche du président serbe qui porte l’accusation, dans une phrase rapportée en discours direct :

  • 40 Reportage de Marie-Pierre Subtil (Belgrade, de notre envoyée spéciale), « Le rêve de la Grande Serb (...)

« Franjo Tudjman veut un État ethniquement pur », n’hésite pas à affirmer un conseiller de M. Slobodan Milosevic, le président de la Serbie.40

50La proto-formule se fait conjointement projet et mot des autres croates dans un deuxième énoncé, tiré d’une tribune de Bernard Dréano, membre du présidium de l’Assemblée des citoyens et du Cedetim (Centre d’initiative de solidarité internationale), qui emploie l’îlot textuel dans sa première configuration :

  • 41 Tribune de Bernard Dréano, « La clé de l’Europe est à Sarajevo », Témoignage chrétien, 13 juillet 1 (...)

La nouvelle constitution croate évoque une Croatie « ethniquement pure » et le HDZ a reçu très amicalement Le Pen et ses amis en mai dernier.41

51Dans le troisième et dernier énoncé renvoyant à la Croatie, le syntagme « ethniquement pur » est simplement encadré de guillemets de modalisation autonymique sans commentaire associé :

  • 42 Alexandre Boussageon, « L’affaire Tudjman : le spectre de l’antisémitisme croate », L’Événement du (...)

Le président croate Franjo Tudjman n’est-il qu’un misérable antisémite ? Un révisionniste de la pire engeance ? Un héritier rongé par la nostalgie de l’État croate indépendant et « ethniquement pur » d’Ante Pavelic, l’allié d’Hitler dans les Balkans ?42

  • 43 Voir sur ce point les remarques de Jacqueline Authier-Revuz (1992 a, t. I, partie III, chap. 4, «  (...)

52Cette opacification minimale reste ouverte à l’interprétation. Cependant, aidés en cela par le complément déterminatif43, nous proposons d’y lire que la proto-formule appartient un à extérieur discursif, celui d’Ante Pavelic (et pour lequel Franjo Tudjman pourrait nourrir de la sympathie).

53Bien que bref (six mois) et peu consistant en quantité (3 énoncés), le détour de la proto-formule par la Croatie dans son déplacement sur le territoire yougoslave présente les régularités d’emploi observées depuis le début des années 1980.

Le grand retournement : une Serbie « ethniquement pure »

54En septembre 1991, pour la première fois dans le corpus, la protoformule renvoie à la Serbie ou à des espaces (« régions », « zones ») convoités par les Serbes. La proto-formule renvoie 5 fois à ce nouveau terrain jusqu’à la date ultime du 18 mai 1992.

55Relativement aux séries d’énoncés précédemment étudiées, les énoncés opacifiants et plus généralement les énoncés métadiscursifs se raréfient. Dans trois cas, c’est uniquement le projet, dans sa réalité mondaine, qui est attribué à autrui (serbe). Il l’est à une reprise par Franjo Tudjman, dont un journal rapporte ainsi les propos en discours direct (il se réfère à l’objectif de la guerre organisée selon lui par la Serbie) :

  • 44 Franjo Tudjman cité par Alain Debove (La Haye, de notre envoyé spécial), « Lord Carrington face aux (...)

« Son objectif n’est pas seulement la conquête et l’annexion des territoires croates, mais encore la création de régions ethniquement pures au sein d’une Grande Serbie, par l’expulsion de ses habitants – Croates, Hongrois, Tchèques, Slovaques, Allemands et Italiens. »44

  • 45 Dans lequel le syntagme, cette fois, est pourvu de guillemets de modalisation autonymique : « Tous (...)

56À deux reprises, c’est l’ONU – figure jusqu’ici inédite – qui se fait instance accusatrice. Les énoncés concernés, publiés le même jour, prennent nous semble-t-il leur source, fût-ce indirectement, à un même document onusien45 :

  • 46 Article non signé, « Bosnie : l’impossible mission de l’ONU », Ouest-France, 14 mai 1992, p. 3.
  • 47 Afsané Bassir Pour (New York, Nations unies, correspondance), « M. Boutros-Ghali met en doute l’eff (...)

Pour le Secrétaire général [de l’Onu], « tous les observateurs internationaux sont d’accord pour dire que ce qui se passe en Bosnie-Herzégovine est le résultat d’un effort concerté des Serbes de cette république, avec l’accord et au moins un certain soutien de “l’armée fédérale” pour y créer des régions ethniquement pures. »46
Soulignant les « efforts concertés menés par les Serbes pour créer des régions ethniquement pures » à l’intérieur de la Bosnie-Herzégovine et de se saisir de ces territoires par la force, M. Boutros-Ghali s’inquiète aussi « vivement » des contacts serbo-croates.47

57Dans un quatrième énoncé, ce n’est plus seulement un projet qui est attribué aux Serbes, mais un contenu de discours exprimant ce projet (ou plutôt cette revendication, cette « réclamation »). Un journaliste de L’Express porte l’accusation :

  • 48 Jacques Girardon, « Yougoslavie : les fronts de demain », L’Express, 12 décembre 1991, p. 49-50.

L’armée fédérale fait passer pour des prisonniers de guerre de malheureux civils croates chassés de leurs villages pour obtenir cette Serbie ethniquement pure que réclament les Tchetnicks.48

58L’îlot textuel, si envahissant dans certaines des séries antérieures, est présent une fois seulement. Il apparaît dans la troisième configuration, la plus complexe, celle qui implique trois instances énonciatives et qui, dans le cas présent, fait de « ethniquement pur » un syntagme utilisé par un ambassadeur aux Nations unies, mais tel que celui-ci le tient des Serbes qui l’emploient pour nommer leur entreprise – telle est du moins notre interprétation de cette phrase équivoque :

  • 49 Article non signé, « Bosnie : l’apocalypse menace », Ouest-France, 18 mai 1992, p. 3.

Il [l’ambassadeur de la Hongrie auprès des Nations unies] a mis en garde contre la « véritable apocalypse » qui menace l’Europe centrale si la communauté internationale laisse se développer les « zones ethniquement pures » que prônent les Serbes.49

  • 50 La toute dernière occurrence de la proto-formule se manifeste deux jours plus tard, le 20 mai. Mini (...)

59Par cet énoncé du 18 mai 1992, la proto-formule expire sur le terrain de sa référence serbe – elle y reviendra vite, mais comme formule50.

Conclusions sur le parcours de la proto-formule

60Nous avons suffisamment insisté, dans cette analyse des emplois de la proto-formule (1er janvier 1980 - 20 mai 1992), sur les régularités que ceux-ci connaissent – et sur les formes régulières sous lesquelles ces régularités se produisent – pour préférer nous intéresser, en conclusion, aux visages que prennent l’accusateur et l’accusé (accusé du projet, ou doublement du projet et de son nom).

  • 51 Notons que la première occurrence de la proto-formule renvoyant à la Croatie (13 juillet 1993) coïn (...)

61En premier lieu, la nature de l’accusateur connaît une distribution variable d’un référent – et d’une période – à l’autre. Aussi longtemps que la proto-formule renvoie au Kosovo ou à la Bosnie-Herzégovine, l’accusateur est soit un journaliste soit un Yougoslave (Serbe anonyme, personnalité serbe, autorités communistes, tribunaux yougoslaves…). Le syntagme « ethniquement pur » est alors, si l’on peut dire, une affaire intérieure – dans laquelle certains journalistes s’impliquent, comme il arrive normalement que les journalistes prennent position sur les faits qu’ils rapportent. À partir du moment où la proto-formule renvoie à la Croatie et à la Serbie, apparaissent des figures nouvelles : l’une, dont on pourrait dire qu’elle relève de la figure du « militant » (en la personne de Bernard Dréano), l’autre, que l’on pourrait appeler « instance politique internationale » (et que représentent le secrétariat général de l’ONU et l’ambassadeur de la Hongrie auprès de la même ONU). C’est ainsi à partir du moment où le terrain désigné est officiellement un terrain de conflit armé, un terrain où il est reconnu qu’il s’y déroule une guerre51, et c’est à partir du moment, tardif, où les instances politiques internationales se mêlent de ce qui se passe dans l’espace yougoslave que ces instances se mêlent par la même occasion – mais ce n’est pas fortuit – de la proto-formule. Puisqu’il faut attendre le début des années 1990 pour que la « communauté internationale » s’intéresse à la fédération yougoslave, et agisse sur elle politiquement et militairement, il faut aussi attendre cette période pour que ladite « communauté internationale » s’empare des mots qui agissent sur l’histoire de cette fédération. On ne saurait mieux montrer que l’intérêt qu’on porte au discours en train de se dire est un symptôme de l’intérêt qu’on porte au réel en train de se faire.

62En second lieu, il convient de remarquer combien les énoncés renvoyant au Kosovo d’un côté et ceux qui concernent la Serbie de l’autre entretiennent des rapports étroits, sous la forme d’une communauté mais aussi sous celle d’un retournement (inversion, symétrie…).

63Outre les régularités observées sur l’ensemble de la période, les deux séries d’énoncés partagent cette caractéristique : la figure de l’accusé y est presque toujours un être collectif (les Albanais, les extrémistes albanais, les nationalistes albanais, les irrédentistes… ; la Serbie, les Serbes, les Tchetniks, les Serbes de Bosnie-Herzégovine et l’armée fédérale…). Le débat se présente de cette façon sous un jour généralisant qui essentialise l’accusé, par comparaison avec les énoncés qui réfèrent à la Bosnie ou à la Croatie, où les accusés sont le plus souvent des êtres individuels (Husein Cuk, Alija Izetbegovic, Franjo Tudjman, Constitution croate, Ante Pavelic…).

64D’une série à l’autre, il se produit en revanche un bouleversement, que nous avons nommé « le grand retournement » : les Serbes et les autorités communistes de la fédération, qui représentaient au départ du trajet de la proto-formule l’instance accusatrice, représentent au terme du parcours, dix ans plus tard, l’instance accusée. Ces acteurs ont changé de place dans la description du réel politique (le projet) mais aussi, en accompagnement de la première, dans la description du réel discursif (la proto-formule désignant le projet). Le voyageur imaginé par l’écrivain italien Italo Calvino ([1979] 1981, p. 19) observe, inquiet, que « chaque mot qu’on dit est un mot qui reste et qui peut revenir quand on s’y attend le moins, avec ou sans guillemets ». Prononcé par des Serbes avec des guillemets qui en faisaient un mot des autres albanais, « ethniquement pur » est revenu avec des guillemets qui en font un mot des autres serbes. Entretemps, la guerre armée a commencé en territoire yougoslave.

65La proto-formule (de même que le sera la formule) n’est pas un objet qui opérerait seul des déplacements erratiques, dans une dimension qui serait toute de discours et de parole constituée. Notre observation des changements référentiels de la proto-formule montre que cette dernière est en rapport extrêmement étroit avec le réel mondain et avec l’histoire en train de se produire : la proto-formule, pouvons-nous dire, parle de là où il se passe quelque chose pour l’histoire.

66Il est un stéréotype sur l’histoire de la guerre yougoslave de 1991-1995 selon lequel celle-ci a commencé au Kosovo. Il ne nous appartient pas d’en juger. Concernant ce que nous sommes le plus à même d’apprécier, nous nous rendons au fait qui est à présent démontré : la formule « purification ethnique », constitutive du discours sur la guerre yougoslave de 1991-1995, trouve les premiers commencements de sa genèse (la genèse de la genèse de la formule, pourrait-on dire) au Kosovo.

La proto-formule et son surgissement en référence au Kosovo : un syntagme dépendant de sa source

67Le rôle moteur du Kosovo dans la genèse de la formule « purification ethnique » nous amène à nous interroger sur les conditions d’émergence de la proto-formule dans la presse française, ainsi que sur les représentations de ces conditions. Le syntagme « ethniquement pur » apparaît, au terme de l’analyse, comme un terme dépendant de sa source – mais pas toujours représenté comme tel.

Le problème des sources d’information au (et sur le) Kosovo : les journalistes mis en contact avec les porteurs de la « thèse serbe »

  • 52 « Routine work methods ». Voir Mark Fishman (1980).
  • 53 Michel Roux (1992 a, p. 21) résume ainsi les deux thèses antagonistes en présence, dont il souligne (...)

68Michel Roux (1992 a, p. 22), qui a consacré sa thèse de doctorat en géographie aux Albanais de Yougoslavie, expose ainsi une des difficultés de sa recherche : « Ce qu’un chercheur étranger débarquant à Pristina, capitale du Kosovo, est susceptible de découvrir – au moins dans un premier temps – dépend largement du cercle de relations dans lequel ses premiers contacts l’auront fait entrer. On lui balise le chemin, dans l’attente qu’il intériorise et reproduise un certain type de discours. » Dans le cas présent, ce qui vaut pour un chercheur vaut plus encore pour le journaliste opérant selon ses « routines de travail »52 (suivant lesquelles le journaliste ne dispose en général que d’un « premier temps », pour reprendre l’expression de Michel Roux). Promenant au Kosovo son micro ou son stylo nécessairement pressé par le temps, le journaliste enregistrera donc une thèse ou une autre53, selon les personnes et les organisations avec lesquelles il est en contact.

  • 54 Ainsi, de 1981 à 1990, sur un total de 13 articles pour lesquels une provenance est mentionnée, 4 a (...)
  • 55 Reportage de Jean Leclerc du Sablon au Kosovo, « Yougoslavie : la turbulence albanaise », L’Express(...)
  • 56 Reportage de Bernard Ullmann en Yougoslavie, « Yougoslavie : des fiefs par milliers », L’Express, 5 (...)
  • 57 En serbo-croate, la lettre « e » se prononce [e] et la lettre « c´ » se prononce [t∫]. En albanais, (...)

69Tel que les articles renvoyant au Kosovo en donnent la représentation, les sources rencontrées par les journalistes français au cours de leurs routines sont le plus souvent des Serbes (nommément désignés ou non, simples citoyens ou investis d’une fonction de représentation…) et / ou des représentants des autorités communistes. Il est remarquable également qu’un tiers des correspondances ou reportages, bien qu’ils aient pour sujet le Kosovo, soient rédigés depuis Belgrade, et non pas depuis Pristina ou depuis une autre ville du Kosovo54. Par ailleurs, quelques indices donnent à penser que les sources rencontrées par les journalistes sont peu variées : il y a fort à parier pour que la personne qu’un journaliste de L’Express présente, en 1982, comme « Béchir Hoti, Albanais, mais loyal au système, secrétaire de la direction de la Ligue provinciale des communistes »55, et celle qu’un autre journaliste du même hebdomadaire présente, un an plus tard, comme « Becir Hotu, chargé de l’information du gouvernement du Kosovo »56, soit un seul et même individu57. Tout fonctionne comme si, dans les années 1980, le journaliste qui s’engage dans la rédaction d’un article sur le Kosovo était mis en contact – ou se mettait, de lui-même, en contact – avec un nombre réduit de personnes et d’organisations, qui représentent préférentiellement le point de vue serbe ou communiste sur la question.

  • 58 Ainsi s’exprime Véronique Soulé dans son reportage « Le Kosovo met la Yougoslavie dans tous ses éta (...)
  • 59 Voir p. 109-110.
  • 60 Ce chiffre était avancé dans le Mémorandum, mais il figure aussi dans d’autres textes (allocutions (...)

70On constate également par ailleurs que différents journalistes délivrent l’information selon laquelle « 200 000 Serbes ont quitté le Kosovo au cours des vingt dernières années »58 (cette information est toujours présentée comme un fait objectif, sans jamais être rapportée à une source). Or nous avons vu que ce chiffre était hautement sujet à caution59 et qu’il était propre au discours des nationalistes serbes60 – il serait, peut-on dire, un des symptômes de ce discours. La présence réitérée de ce chiffre, qui est supposé attester la pression efficace des Albanais pour chasser les Serbes du Kosovo, serait un indice supplémentaire du fait que les journalistes puisent principalement leurs informations auprès de Serbes.

  • 61 Lettre de Philippe Legrain titrée « Minorité serbe », Le Point, 27 juillet 1993, p. 96 (rubrique «  (...)

71L’ensemble de ces éléments justifierait l’opinion de Philippe Legrain, ambassadeur de France à Tirana, qui estimait en 1987 que la majorité des articles publiés en France au sujet du Kosovo à l’époque étaient « uniquement inspiré[s] par la thèse serbe »61.

Le syntagme « ethniquement pur » dans le discours des nationalistes serbes des années 1980 et dans la presse française : des conditions d’énonciation inégalement restituées

72Dans ces conditions de monotonie des sources fréquentées, il est cohérent que les paroles rapportées par les journalistes, et représentées comme telles, coïncident avec ce que disent et écrivent, à la même époque en Yougoslavie, les personnes qui supportent la « thèse serbe ». Car tel est le cas, si nous en croyons les textes traduits en français dont nous disposons.

  • 62 Voir p. 109.
  • 63 Pour d’autres attestations on pourra consulter, outre les ouvrages d’Anne Yelen et d’Athanase Jevti (...)

73Nous avons vu que le Mémorandum de 1986 employait à deux reprises le syntagme « ethniquement pur »62. Dans un passage, cette expression référait au dessein (en cours de réalisation) des Albanais du Kosovo. Dans un autre, il référait à la fois au dessein et à la formulation que les « racistes pan-albanais » utilisaient pour le désigner. Ces emplois sont caractéristiques de ceux que l’on rencontre dans des textes des nationalistes serbes de l’époque, ainsi que l’illustrent ces trois exemples63 :

  • 64 Appel lancé le 16 avril 1982 par vingt et un moines et prêtres orthodoxes, connu sous le nom de « A (...)
  • 65 Pétition dite « Pétition de 2 016 citoyens du Kosovo », adressée en décembre 1985 aux hautes instan (...)
  • 66 Pétition rédigée à Belgrade le 21 janvier 1986 en soutien à la « Pétition des 2 016 », et signée pa (...)

Sans exagération aucune, on peut dire que, dans le Kosovo, le peuple serbe subit un lent génocide bien planifié. Car s’il n’en était rien, que signifierait cette thèse « d’un Kosovo ethniquement pur », défendue et mise en pratique sans aucun égard et entraînant des expulsions ininterrompues ?64
L’oppression brutale des chauvinistes shiptars dure depuis des décennies contre nous et nos familles, contre nos propriétés, nos biens, nos cimetières et nos sanctuaires. Malheureusement tout cela a été caché ou dissimulé, intentionnellement ou non. Même leur insurrection ouverte de 1981, contraire à toute raison, n’a pas amené les autorités de ce pays à endiguer la réalisation d’une idéologie qui, d’après ses méthodes et ses objectifs, relève du fascisme. La réalisation d’un territoire « ethniquement pur » – le Kosovo et la Métochie le sont presque déjà – est la base de cette doctrine fasciste.65
Le premier objectif [des Albanais] est un « Kosovo ethniquement pur », et ensuite la conquête de nouveaux territoires, serbes, macédoniens et monténégrins.66

74Ainsi, quand un journaliste cite au discours direct un Serbe accusant les Albanais de soutenir le projet d’un Kosovo ethniquement pur, ou quand un journaliste cite au discours direct un Serbe ou une autorité communiste accusant les Albanais de soutenir ce même projet, et sous ce nom (deuxième configuration), ou quand un journaliste se fait l’écho de la même accusation, mais au moyen de l’îlot textuel (troisième configuration), ce journaliste ne fait que rapporter, en en restituant pleinement les conditions d’énonciation, l’usage du syntagme « ethniquement pur » tel qu’il a cours dans le discours des nationalistes serbes des années 1980.

75En revanche, les conditions d’emploi de la proto-formule se voilent, c’est-à-dire disparaissent partiellement – telle est notre interprétation – lorsque c’est le journaliste qui porte l’accusation à l’encontre des Albanais. Selon nous, en effet, quand le journaliste prend directement en charge l’attribution du syntagme « ethniquement pur » aux Albanais (première configuration), ce n’est pas entre les lèvres d’Albanais qu’il capte la formulation (c’est ce que les énoncés, pourtant, représentent), mais dans le discours de nationalistes serbes (dans lequel le syntagme est attribué aux Albanais). On assisterait donc, dans les énoncés appartenant à la première configuration, à un effacement des conditions d’énonciation du syntagme, l’existence de l’instance accusatrice n’étant pas restituée par le journaliste.

L’émergence de la proto-formule dans la presse : un syntagme arrivé par un seul côté

76Ainsi, selon notre hypothèse, les articles de presse qui emploient le syntagme « ethniquement pur » – qu’ils en restituent ou non les conditions d’énonciation – tiennent ce syntagme d’une seule et même source de parole : celle des nationalistes serbes. Dit autrement, la proto-formule arrive à la presse française par le canal des nationalistes serbes, et elle y arrive avec la fonction qu’elle remplit et les figures auxquelles elle renvoie dans ce discours : une fonction d’accusation, où les Albanais constituent l’instance accusée. L’instance accusatrice, pour sa part, est représentée ou effacée selon que le journaliste restitue ou non les conditions d’énonciation du syntagme – mais ce serait toujours cette instance, dans notre hypothèse, qui serait à l’origine de la présence de la proto-formule dans les colonnes de la presse.

  • 67 Discours d’Enver Hodja du 10 novembre 1982, cité par Jean Wolf, La Macédoine déchirée et la renaiss (...)

77Or, on aurait très bien pu imaginer que la proto-formule arrive à la presse française par une autre source (ou, mieux encore, qu’elle y arrive par ses différentes sources contradictoires), à savoir la source de l’instance « récusatrice ». Car s’il nous est déjà apparu que la proto-formule pouvait fonctionner « à la récusation » en référence à la Bosnie-Herzégovine, des informations recueillies en dehors du corpus de presse laissent penser que ce fonctionnement dialogique existe également en référence au Kosovo. Ainsi Enver Hodja, alors secrétaire général du Parti communiste albanais, déclare-t-il en 1982 : « C’est Monsieur Stambolic [dirigeant du Parti communiste serbe] qui a lancé le slogan de la “Kosove ethniquement pure” que réclamaient soi-disant les “nationalistes albanais”. En fait, ce n’est pas là un slogan des Albanais, mais des grands-serbes, qui l’ont lancé afin de noyer la Kosove dans le sang. »67 De ce caractère polémique du syntagme en référence au Kosovo – un syntagme attribué, récusé, et renvoyé –, la presse française des années 1980 ne porte nulle trace.

78Tout au long du parcours qu’elle effectue depuis le début des années 1980 jusqu’au mois de mai 1992, la proto-formule se caractérise à la fois par la monotonie de son expression – le syntagme « ethniquement pur » – et par la régularité de ses emplois – désigner le projet d’autrui, éventuellement tel que celui-ci le désigne. Quand elle renvoie au Kosovo, la proto-formule traduit, en outre, à la fois la monotonie des sources auxquelles s’alimentent les journalistes et la régularité du point de vue – de la thèse – que supportent ces journalistes, consciemment ou non, volontairement ou non.

  • 68 Par exemple en 1995, dans une interview qu’il accorde à Laura Sibler, Slobodan Milosevic déclare à (...)

79Dans les années de la guerre yougoslave, le syntagme « ethniquement pur » continue de désigner, dans le discours des nationalistes serbes tel que nous pouvons en avoir connaissance, à la fois un mot des autres (albanais) et le projet des Albanais68. Mais le discours médiatique qui fait le récit du conflit yougoslave à partir de l’été 1992 est loin de présenter les monotonies et les régularités observées dans la période antérieure. C’est que, entre-temps, la proto-formule dépendante de sa source s’est transformée en une formule ayant acquis son fonctionnement propre dans l’espace public français.

La mise en circulation

80Avant d’exister sur le mode abondant que nous lui connaissons à partir du mois d’août 1992, la formule traverse une courte période durant laquelle son emploi est, pourrions-nous dire, tempéré. Tel était un des constats que nous permettait d’établir l’analyse des fréquences de la formule dans Le Nouvel Observateur, L’Express et Le Monde : dans chacun de ces journaux, le pic de fréquence élevée observé en août 1992 était précédé d’apparitions plus ou moins espacées de la formule, toujours basses en fréquence (cependant, cet espacement et cette faiblesse des occurrences de la formule sont sans commune mesure avec la réelle rareté des occurrences de la proto-formule dans la période antérieure). Nous avions constaté également que les mois de mai et de juin 1992 étaient marqués par deux phénomènes notables : d’une part, les toutes premières apparitions des variantes prototypiques et, d’autre part, la diversification des variantes employées. Nous estimerons que c’est là, à partir du mois de mai 1992, que s’opère la mise en circulation de la formule « purification ethnique », moment fragile et alors peut-être encore réversible – mais dont nous savons que, dans l’histoire des discours qui est désormais avérée, il ne le sera pas.

  • 69 À savoir les quotidiens Le Figaro, Le Parisien, France-Soir, Libération, Le Quotidien de Paris, La (...)

81Pour étudier la mise en circulation de la formule, nous aurons recours (outre aux trois journaux déjà analysés) à 21 journaux69 dans lesquels nous avons relevé, pour la période qui s’étend du 1er mai au 15 septembre 1992, la totalité des occurrences de la formule, quels qu’en soient les variantes et les emplois. Grâce à ces relevés exhaustifs, nous pourrons voir quand et sous quelles modalités la formule arrive à chaque journal.

Émergence de la nominalisation : l’apparition des syntagmes « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique »

82Il n’existe pas de formule « purification ethnique » sans les variantes dont nous avons vu qu’elles en étaient les trois représentantes prototypiques. Sans nous désintéresser par ailleurs des autres variantes, nous voudrions vérifier ici que la période de mise en circulation est bien caractérisée, comme elle l’était dans Le Nouvel Observateur, L’Express et Le Monde, par l’apparition de l’une ou l’autre de ces trois variantes, expressions maximalement ambiguës et sous-déterminées relativement aux variantes qui supportaient la protoformule dans la période antérieure.

  • 70 Par exemple, dès la guerre en Croatie : « La mobilisation de l’armée fédérale est, elle, tout à fai (...)

83C’est ici un événement lexical – l’apparition de signifiants jusque-là inédits – que nous cherchons à situer dans la temporalité du récit de la guerre, et non pas les contenus que ces signifiants pourraient porter. Car, en cette fin de printemps 1992, une partie de ce à quoi la formule est susceptible de renvoyer compose déjà le récit de la guerre yougoslave, comme en témoigne notamment un certain nombre de paraphrases de la formule – que nous interprétons après coup comme telles – qui apparaissent dans les journaux bien avant que ne se présentent les premières nominalisations70. C’est bien l’expression qui est nouvelle, et non pas nécessairement les différents contenus qu’elle est à même d’accueillir ou les faits auxquels elle est capable de référer.

84Aux informations dont nous disposons déjà pour les trois journaux, nous joignons à présent celles que les 21 titres de presse précédemment cités nous permettent de dégager (voir tableau n° 5).

  • 71 Outre L’Express, sont dans ce cas : Présent, La Croix, Le Figaro Magazine, Rivarol, Le Point, L’Hum (...)
  • 72 Outre Le Nouvel Observateur, sont dans ce cas : Libération, Le Monde, Le Figaro, Sud-Ouest, France- (...)

85Pour les deux tiers des journaux, l’emploi d’une variante prototypique est en même temps un acte inaugural : cet emploi représente pour eux la toute première utilisation de la formule toutes variantes confondues. L’Express, on s’en souvient, est dans ce cas : il passe directement d’un non-emploi de la formule à l’emploi de « purification ethnique »71. Ces journaux confirment notre hypothèse selon laquelle ce sont les trois variantes prototypiques qui génèrent la plupart des différentes variantes de la formule. Dans une minorité de journaux, la première apparition d’une variante prototypique est précédée d’une ou de quelques occurrences de variantes autres. On a vu que c’est le cas du Nouvel Observateur, qui emploie une fois « nettoyage » dans son édition du 21 mai, avant d’employer ensuite « purification ethnique », le 25 juin72.

Tableau n° 5. Première apparition d’une variante prototypique dans chaque journal

86Le tableau indique, pour chaque journal, d’une part la date à laquelle apparaît pour la première fois l’une ou l’autre des trois variantes prototypiques, d’autre part l’identité de la variante concernée. L’année s’entend : 1992. Par exemple, on lira que dans Libération la toute première apparition d’une variante prototypique a lieu dans l’édition du 27 mai 1992, et qu’il s’agit plus précisément de la variante « purification ethnique ».

Journal

Première apparition d’une variante prototypique

Variante concernée

purification ethnique

nettoyage ethnique

épuration ethnique

Libération

27 mai

x

Présent

27 mai

x

Le Monde

28 mai

x

La Croix

28 mai

x

Ouest-France

29 mai

x ( ?)

Le Figaro Magazine

5 juin

x

Le Figaro

9 juin

x

Rivarol

12 juin

x

Le Nouvel Observateur

25 juin

x

L’Express

25 juin

x

Le Point

27 juin

x

L’Humanité

6 juillet

x

Le Quotidien de Paris

13 juillet

x

Sud-Ouest

20 juillet

x

France-Soir

24 juillet

x

Le Parisien

4 août

x

L’Yonne Républicaine

4 août

x

Le Canard enchaîné

5 août

x

National Hebdo

6 août

x

Lutte Ouvrière

7 août

x

Charlie Hebdo

12 août

x

Minute

12 août

x

Paris-Match

13 août

x

Les Clés de l’actualité

20 août

x

87Les résultats présentés dans le tableau confirment, par une nouvelle voie d’accès s’il en fallait encore une, la prééminence de « purification ethnique » sur « nettoyage ethnique » et sur « épuration ethnique » : c’est cette variante qui, dans la très grande majorité des journaux, est la première des trois à apparaître.

88En revanche, les résultats ne montrent pas qu’une précocité particulière (ou au contraire un retard particulier) soit caractéristique de telle ou telle catégorie de presse, selon l’orientation politique du journal, ni même selon la position du journal à l’égard du conflit yougoslave.

89Le tableau montre que la formule, dans ses variantes prototypiques, s’installe progressivement dans les journaux tout au long des douze semaines qui séparent le 27 mai du 20 août. Les apparitions s’étalent de façon relativement homogène durant cette période, à ceci près qu’on y observe deux légères concentrations : l’une, du 27 au 29 mai, où cinq premières apparitions se produisent en trois jours ; l’autre, du 4 au 7 août, où cinq premières apparitions ont lieu en quatre jours. Au 20 août 1992, tous les journaux considérés auront employé « purification ethnique », « nettoyage ethnique » ou « épuration ethnique » (ou deux d’entre elles, ou les trois). Il est clair qu’à cette date la formule est devenue un passage obligé du récit médiatique de la guerre yougoslave.

  • 73 Jean Hatzfeld, « 1 200 000 réfugiés victimes du conflit yougoslave », Libération, 28 avril 1992, p. (...)

90La piste qui concerne le rapport des variantes à l’événementialité, que Le Nouvel Observateur, L’Express et Le Monde nous avaient permis d’ouvrir, est à présent confirmée. Si la formule « purification ethnique » sera plus tard perçue comme un symptôme de la nature des camps découverts en Bosnie – et, parfois même, comme le nom qu’il convient de donner à ces camps – les expressions qui représentent prototypiquement cette formule apparaissent fréquemment avant l’événement « découverte des camps » (c’est le cas dans 15 journaux sur 24). Soit, comme nous en avions fait l’hypothèse, que les commentateurs disposent déjà d’informations incertaines et de rumeurs sur les camps, qui les encourageraient à un emploi de la formule sans pour autant qu’ils fassent état de ces informations et rumeurs. Soit, cette hypothèse n’excluant pas la première, que la formule vienne dans un premier temps désigner des faits sans rapport direct avec les camps et que les médias ont déjà portés à la connaissance du public (tels que massacres à l’encontre des civils et « transferts de population de grande ampleur »73, pour reprendre l’expression utilisée par un journal en avril 1992).

  • 74 Sur l’événement « découverte des camps », voir p. 32-66.

91Si, comme on le constate, la thématique des camps n’est pas nécessaire à l’emploi des variantes prototypiques, nous pouvons avancer qu’en revanche l’emploi des variantes prototypiques est nécessaire à un discours qui se réfère aux camps une fois que ceux-ci ont fait événement. La « nécessité » dont nous parlons n’est pas une nécessité logique mais une nécessité de fait : nous constatons qu’il est impossible aux journaux de parler des camps comme événement sans employer la formule sous une de ses trois formes canoniques. Ce lien de nécessité nous est indiqué par la concentration des premières apparitions observée du 4 au 7 août, jours au cours desquels est construit dans l’agenda médiatique l’événement « découverte des camps » : cet événement étant advenu, le non-emploi des variantes prototypiques observé jusque-là par certains journaux devient manifestement impossible à tenir. Contrairement à ce que laisse penser une simple consultation du tableau, les apparitions tardives (12 et 13 août) confirment également ce lien de nécessité. Car les journaux qui n’emploient pour la première fois une variante prototypique qu’à ce moment font aussi un rapport tardif de l’événement « découverte des camps ». Ainsi Charlie Hebdo n’utilise une variante prototypique qu’à partir du 12 août, mais ce n’est également que dans cette édition qu’il fait pour la première fois état des camps. Il en va de même pour Minute, pour lequel l’édition du 12 août correspond à la fois à une première utilisation d’une variante prototypique et à une première mention des camps. Cas de figure identique pour Paris-Match à propos de son édition du 13 août. On remarquera que tous trois sont des hebdomadaires, ce qui peut suffire à expliquer qu’ils évoquent si tardivement les camps : lorsque paraissent les éditions antérieures (le 5 août pour Charlie Hebdo et Minute, le 6 pour Paris-Match), l’événement n’est principalement alimenté que par les informations de Newsday, l’image du jeune homme maigre derrière les barbelés n’ayant pas encore été diffusée74.

  • 75 Dans cet énoncé : « On ne comprend pas ce retour des haines raciales et religieuses. Il faudra, pou (...)

92Avant de clore ce développement, il convient d’éclairer le lecteur sur le point d’interrogation qui, dans notre tableau, accompagne l’apparition de la variante prototypique dans Ouest-France. Dans l’édition du 29 mai de ce quotidien, on ne rencontre pas en réalité « purification ethnique » mais « purification éthique »75. Il existe a priori, selon nous, deux voies possibles dans l’interprétation de cette expression. Soit on considère qu’elle constitue un défigement volontaire de « purification ethnique », produit dans une perspective ludique ou en tant que nouvelle appellation (relativement à « purification ethnique »). Soit on la considère comme une approximation, une création involontaire (le versant extrême de cette hypothèse consistant à y voir une coquille ou un lapsus).

93La première hypothèse nous semble devoir être écartée, du simple fait de la date à laquelle l’expression apparaît. En effet, cette hypothèse impliquerait soit que l’auteur de l’article suppose que le syntagme « purification ethnique » est suffisamment connu du lecteur pour que celui-ci reconnaisse l’expression d’origine derrière son travestissement, soit que « purification ethnique » ait un fonctionnement dénominatif suffisamment assuré pour qu’il soit possible d’en dériver une appellation nouvelle. Or, au 29 mai 1992, chacune de ces deux conditions est bien loin d’être remplie.

94La seconde hypothèse nous semble devoir être retenue. Elle consiste à penser que « purification éthique » est une formulation produite pourrait-on dire par erreur, en lieu et place de « purification ethnique ». Dans cette hypothèse, l’apparition de « purification éthique » témoigne du fait que la formule « purification ethnique » en est bien à sa phase de mise en circulation, phase dans laquelle elle est à la fois appelée à prendre place dans le discours des commentateurs de la guerre et à la fois encore mal installée dans le lexique, encore peu facile « d’accès à la mémoire », pour reprendre les termes de Blanche-Noëlle Grunig (1997, p. 238) dans son hypothèse mémorielle sur le figement. Le commentaire métadiscursif qui accompagne « purification éthique » nous conforte dans notre hypothèse : il suggère que l’expression employée par le journaliste est saisie au vol dans le discours d’un « on » indéterminé, dont nous ne voyons pas ce qu’il est sinon l’univers discursif tel qu’il est en train de s’organiser autour des syntagmes « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique ».

Les circuits de la diffusion : une formule arrivée par colportage

95L’installation progressive, mais finalement complète, des trois variantes prototypiques dans les journaux ne peut manquer d’exciter la curiosité de l’observateur. Par quel(s) type(s) de trajectoire ces trois syntagmes néologiques finissent-ils par être présents dans l’ensemble des journaux ?

96Faut-il proposer une hypothèse diffusionniste à l’intérieur d’un espace médiatique clos sur lui-même (la création néologique, produite par un journal, serait ensuite reprise par les autres journaux) ? Le seul fait de l’apparition simultanée de trois occurrences, le 27 mai, dans deux journaux distincts, nous invite à exclure d’emblée cette hypothèse. Faut-il soutenir l’idée d’un processus de diffusion qui trouverait son origine dans un extérieur à la presse (une source bien identifiée, créatrice de la formule, distribuerait celle-ci à chaque journal, l’un après l’autre). Cette hypothèse, contrairement à la première, supposerait que les journaux ne sont pas en contact les uns avec les autres, mais seulement avec un extérieur non-médiatique qui les alimenterait en contenus et en expressions. Comme la première, cette hypothèse fait peu de cas de la complexité de la circulation des discours. Faut-il, plutôt qu’une hypothèse « monogénétique », avancer une hypothèse « polygénétique » (une hypothèse de « créations multiples indépendantes » dirait Jean-François Sablayrolles, 1996, p. 25), supposant non plus l’unicité de l’origine mais sa multiplicité simultanée ? Dans ce cas, la formule arriverait aux journaux et / ou serait créée par des journaux sans que les différents créateurs du néologisme soient nécessairement en relation les uns avec les autres. Ce serait alors, plutôt que le contact, des conditions événementielles et discursives communes qui expliqueraient les apparitions contemporaines du même néologisme (ou plutôt des trois néologismes voisins). C’est ce type d’hypothèse que privilégiait Émile Benveniste ([1954] 1966) pour expliquer l’apparition contemporaine de deux néologismes de part et d’autre de la Manche, « civilisation » en France, « civilization » en Angleterre, le « même mot » ayant sans doute été « inventé deux fois », écrit Émile Benveniste (ibid., p. 345), sous l’impulsion de conceptions nouvelles de la société communes aux deux pays. Mais cette hypothèse, écrivait Benveniste, en était réellement une, c’est-à-dire qu’elle restait à vérifier.

  • 76 Voir, sur ce point, Roger Chartier (1996, p. 107-131, chapitre « Bibliothèques sans murs »).
  • 77 Sur ce point, voir Alice Krieg (2000 c, p. 81-85, « Du rôle des médias dans la création et la mise (...)

97Il est bien possible que personne ne puisse jamais satisfaire la curiosité de Benveniste car, comme le fait observer Jean-François Sablayrolles (1996, p. 30), « les débuts de ce phénomène [la circulation d’un néologisme] sont intéressants à examiner, mais difficiles à observer concrètement : on ne peut jamais être sûr d’avoir connaissance de toutes les étapes de la circulation d’un mot. » À dire vrai, seule la réalisation du rêve délirant qui s’empare parfois du concepteur de bibliothèque76 ou de l’analyste du discours égaré dans des effrois paranoïaques (disposer de tous les discours dits et écrits partout et de tout temps) permettrait de répondre avec assurance à ce type de questionnement. Malgré la difficulté bien réelle que souligne Jean-François Sablayrolles, et qui nous interdira de trancher en faveur d’une hypothèse à l’exclusion de toute autre, nous voulons apporter ici quelques éclaircissements sur les conditions de l’apparition première de la formule « purification ethnique » dans la presse (presse dont nous avons bien conscience qu’elle n’est pas le tout de ce qui se dit, s’écrit et se publie à un moment donné). À défaut de faire la pleine lumière sur l’origine du néologisme en langue française, cette analyse nous permettra d’apporter des éléments de réponse à une question qui habite les réflexions sur les formules : la question du rôle des médias dans le lancement des mots et expressions qui bouleversent les récits des événements. Contre des thèses qui font des médias les créateurs et les promoteurs des formules, nous proposons d’envisager plutôt les médias comme des « plateformes de lancement »77. L’observation de la trajectoire débutante de la formule « purification ethnique » devrait nous permettre de voir si nous sommes sur le bon chemin.

Les genres d’articles dans lesquels surgit la formule : diversité et caractère individuel des premiers utilisateurs

98L’étude des genres d’articles dans lesquels apparaît pour la première fois une variante prototypique apporte un premier élément de réponse à notre questionnement. Elle permet d’observer, à un premier niveau d’analyse, sous la responsabilité de qui et surtout de quelle catégorie de commentateur le néologisme arrive à chaque journal. Le tableau n° 6 présente les résultats de cette investigation.

Tableau n° 6. Genre d’article de survenue initiale d’une variante prototypique dans chaque journal

99Le tableau présente, pour chaque journal, le genre de l’article dans lequel apparaît la première occurrence d’une variante prototypique. Un journal est mentionné plusieurs fois quand la première manifestation d’une variante prototypique apparaît de façon simultanée dans différents articles de la même édition.

Genre de l’article

Journal, date et signataire concernés (l’année s’entend : 1992)

Nombre d’articles concernés pour chaque genre

mouture (a)

Présent, 27 mai, Alain Sanders (avec AP et AFP)

1

article d’information brute non signé

Le Quotidien de Paris, 13 juillet Sud-Ouest, 20 juillet

2

analyse-commentaire signé d’un journaliste

Rivarol, 12 juin, Camille-Marie Galic L’Express, 25 juin, Yves Cuau Le Parisien, 4 août, Raphaëlle Bacqué Le Canard enchaîné, 5 août, Erik Emptaz Lutte Ouvrière, 7 août, Louis Guilbert Les Clés de l’actualité, 20 août, Pierre Bruynooghe

6

reportage

Le Figaro, 9 juin, Patrick de Saint-Exupéry

1

éditorial

La Croix, 28 mai, Noël Copin Ouest-France, 29 mai, François-Régis Hutin L’Yonne Républicaine, 4 août, Gilles Dauxerre Minute, 12 août, Serge Martinez

4

dessin de presse

Charlie Hebdo, 12 août, Willem

1

légende de photo

Paris-Match, 13 août

1

tribune

Libération, 27 mai, Pierre Hassner Libération, 27 mai, Alain Finkielkraut Le Monde, 28 mai, Pascal Bruckner

3

récit-témoignage signé d’un non-journaliste

Le Nouvel Observateur, 25 juin, Gilles Hertzog Le Point, 27 juin, Bernard-Henri Lévy

2

chronique

Le Figaro Magazine, 5 juin, Jean d’Ormesson L’Humanité, 6 juillet, Valère Staraselski

2

interview

Le Nouvel Observateur, 25 juin, Saïk Dizdarevic interviewé par F. Schlosser France-Soir, 24 juillet, Roland Dumas interviewé par A. Nourry Le Parisien, 4 août, Cristina Fenele interviewée par S. Chavenas National Hebdo, 6 août, Bernard Antony interviewé par M. Valdron

4

Note : (a) Rappelons qu’une « mouture » (ou « montage ») désigne dans le vocabulaire journalistique un article d’information brute rédigé par un journaliste sur la base d’une ou de plusieurs dépêches d’agence. Une mouture est en général signée du nom ou des initiales du journaliste suivi du nom des agences d’où proviennent les dépêches utilisées.

100Ce tableau fait apparaître la diversité des genres – supposant elle-même une diversité de types de locuteurs – impliqués dans l’étape initiale de mise en circulation de la formule. Au milieu de cette diversité, l’absence d’un genre pourtant abondamment utilisé dans la presse se fait d’autant mieux remarquer : aucune brève, qu’elle soit signée d’une agence ou non, n’est le lieu d’une première apparition d’une des variantes prototypiques. Cette absence suggère (mais non pas prouve) un faible rôle des agences de presse dans la mise en circulation de la formule (le seul genre faisant explicitement état d’un texte agencier utilisé en amont – la mouture – n’étant, de plus, représenté qu’à une reprise). Plus généralement, on est frappé par le petit nombre de textes qui ne comportent aucune signature : seuls deux articles d’information brute et une légende de photo sont dans ce cas. Tout se passe comme si la mise en circulation de la formule était principalement le fait d’initiatives individuelles, que ces individus soient journalistes ou non. Dans la même perspective, on notera que les genres requérant l’expression de la subjectivité (pour le moins : éditorial, dessin, tribune, récit-témoignage, chronique) représentent 12 articles sur 27.

101On observe également que dans une part relativement importante d’articles l’emploi du néologisme n’est pas imputable à un journaliste mais à une personne qui évolue principalement dans la sphère du politique, de l’humanitaire, de la recherche, de la littérature, ou encore qui intervient dans l’ensemble de ces domaines et qui est, en outre, préposée à l’expression d’une opinion (« intellectuel »). À quatre reprises, la formule vient au journal par les déclarations d’un interviewé, qu’il s’agisse d’un homme politique français (Roland Dumas dans France-Soir, Bernard Antony dans National Hebdo), d’un représentant d’une organisation internationale (Cristina Fenele, porte-parole du CICR pour l’Europe, dans Le Parisien) ou d’un ex-Yougoslave (Saïk Dizdarevic, ancien directeur de la télévision de Sarajevo, dans Le Nouvel Observateur). Par trois fois, le premier emploi d’une variante prototypique est le fait de l’auteur d’une tribune, qu’il soit associé au monde de la recherche (Pierre Hassner dans Libération) ou, ceci n’excluant pas cela, écrivain-essayiste (Alain Finkielkraut toujours dans Libération, Pascal Bruckner dans Le Monde). À deux reprises, la formule fait sa première apparition dans le récit d’un écrivain-essayiste (Gilles Hertzog dans Le Nouvel Observateur, Bernard-Henri Lévy dans Le Point). Enfin, par deux fois, le néologisme est porté dans les colonnes de la presse sous l’impulsion d’un chroniqueur associé à la sphère littéraire (Jean d’Ormesson dans Le Figaro Magazine, Valère Staraselski dans L’Humanité). Ainsi, dans un nombre non négligeable de journaux (9 journaux sur 24 ou, si l’on préfère, 11 articles sur 27), la formule arrive dans les colonnes de la presse par le circuit non-journalistique.

  • 78 On se souvient que l’expression qui apparaît dans l’éditorial de François-Régis Hutin est en réalit (...)

102Cette investigation ne permet guère de dépasser ces constats. De plus, le caractère sommaire du critère utilisé (qui ne tient aucunement compte des différentes formes et modalités du discours rapporté) ne permet pas d’identifier la personne qui, à l’intérieur de l’article, est représentée comme l’utilisateur de la formule. Nous nous contenterons donc pour l’instant de cette conclusion : les journalistes, et plus généralement le réseau mondial des agences d’information, n’ont pas un rôle prépondérant dans la mise en place initiale de la formule « purification ethnique » dans l’univers discursif. Nous trouvons ici confirmation de notre hypothèse selon laquelle les journalistes, s’ils sont nécessairement des vecteurs de diffusion de la formule dans l’espace public, ne sont pas spécifiquement impliqués dans l’émergence première de cette formule. Les 5 journaux les plus précoces de tous, ceux dans lesquels une variante prototypique apparaît dans les derniers jours de mai 1992, confortent cette idée : dans la moitié des cas, l’apparition première d’une variante prototypique est imputable à un « intellectuel », extérieur au journal (Pierre Hassner, Alain Finkielkraut, Pascal Bruckner), l’autre moitié des apparitions se produisant sous la plume d’un journaliste (Alain Sanders dans Présent, Noël Copin dans La Croix, François-Régis Hutin dans Ouest-France78). Les responsabilités, pourrait-on dire, sont partagées.

Le parcours physique des premiers utilisateurs : une formule récoltée à Sarajevo ?

  • 79 Nous pensons en particulier aux travaux de Gaye Tuchman (1978) et de Mark Fishman (1980).

103L’analyse que nous venons de présenter permet de savoir par quels signataires la formule arrive à chaque journal. Mais, et c’est là une de ses insuffisances, elle ne nous permet pas de savoir de qui ces signataires tiennent la formule (dans l’hypothèse où ils n’en seraient pas eux-mêmes les créateurs). Il est certain que cette information concernant la « première main » reste le plus souvent inaccessible à l’analyste, fût-il ethnographe des pratiques journalistiques formé à bonne école79. Mais elle ne l’est pas toujours, y compris pour un analyste du discours. Les récitants de la guerre yougoslave nous informent parfois des lieux qu’ils fréquentent, des territoires qu’ils traversent, des hôtels où ils séjournent, des personnes qu’ils rencontrent. En suivant, quand c’est possible, le parcours physique des commentateurs par lesquels la formule arrive à la presse, nous proposons d’éclairer d’une lumière supplémentaire les conditions de mise en circulation de la formule « purification ethnique » dans l’espace public. C’est ici aux lieux matériels d’où les récitants parlent quand ils emploient la formule que nous nous intéressons, ou encore aux lieux dont ils reviennent quand ils prennent la parole.

104Le reportage, archétype du texte produit depuis un lieu extérieur au journal, joue un rôle important dans la mise en circulation de la formule « purification ethnique ». Certes, ainsi que nous l’avons établi, ce genre n’est impliqué qu’une seule fois dans la toute première occurrence d’une variante prototypique. Mais il est souvent impliqué dans une seconde occurrence. Dans Le Figaro Magazine, à la première occurrence de la formule observée le 5 juin dans la chronique de Jean d’Ormesson, succède une seconde, le 20 juin, dans un reportage que Renaud Girard envoie depuis Sarajevo. Dans L’Express, à la première occurrence observée le 25 juin dans un article d’Yves Cuau, succède une seconde, le 16 juillet, dans un reportage de Vincent Hugeux, envoyé depuis Sarajevo également. Dans Le Figaro, un reportage de Patrick de Saint-Exupéry à Sarajevo était déjà responsable, le 9 juin, de la première apparition d’une variante prototypique. C’est par le même reporter, s’exprimant depuis la même ville, que parvient dans ce journal l’occurrence suivante, dans l’édition du 15 juin. Plus généralement, quatre des dix premiers articles du Figaro employant la formule sont des reportages de Patrick de Saint-Exupéry. Dans La Croix, après que l’éditorialiste Noël Copin ait employé pour la première fois la formule dans l’édition du 28 mai, trois semaines s’écoulent avant que la formule ne fasse sa réapparition, le 20 juin, dans le premier reportage que Béatrice Toulon envoie depuis Sarajevo (l’envoyée spéciale de La Croix était arrivée dans la capitale bosniaque deux jours plus tôt, le 18 juin). Les choses se passent, peut-on dire, comme si Béatrice Toulon avait trouvé la formule à Sarajevo, et l’expédiait à son journal, qui en avait déjà fait un emploi resté isolé.

105Les journalistes ne sont pas les seuls à nous informer de leurs déplacements. Les écrivains, les intellectuels et les hommes politiques voyagent eux aussi, et nous le font savoir pour peu que nous y prêtions attention. Deux articles nous permettent d’observer avec précision de tels parcours.

  • 80 Gilles Hertzog, « Avec les sacrifiés de Sarajevo », Le Nouvel Observateur, 25 juin 1992, p. 52-53.

106Dans le premier article, paru dans Le Nouvel Observateur80, Gilles Hertzog raconte comment il s’est rendu à Sarajevo le 18 juin 1992, en compagnie de Bernard-Henri Lévy et de Philippe Douste-Blazy. Après qu’ils aient rendu visite au président Izetbegovic, une deuxième rencontre attend les trois voyageurs. Gilles Hertzog la relate ainsi :

Chez un assistant de l’Université technique nous attendent un architecte, un avocat, un ingénieur en électricité, un professeur de serbo-croate. « Nous sommes des Européens comme vous, martèlent-ils. […] Les Serbes de Bosnie qui ont cédé aux sirènes de Karadjic – le psychiatre fasciste à la solde de Milosevic et de sa Grande Serbie, qui rêve de purification ethnique, chasse les populations musulmanes et croates, brûle leurs villages et confisque leurs terres – considèrent les Serbes de Sarajevo comme des traîtres. »

107Que Gilles Hertzog ait trouvé la formule « purification ethnique » sur les lèvres de ses interlocuteurs sarajéviens, c’est ce que donne à lire son récit.

  • 81 Bernard-Henri Lévy, « Sarajevo : arrêtez le massacre », Le Point, 27 juin 1992, p. 46-52.

108Dans le second article, paru dans Le Point81, Bernard-Henri Lévy raconte comment il s’est rendu à Sarajevo avec Jean-François Deniau, Gilles Hertzog et Philippe Douste-Blazy. Accompagné des deux derniers, il a rencontré, écrit-il, « cinq intellectuels » (« un assistant d’université, un avocat, un ingénieur en électricité, un autre professeur, un étudiant »). L’un d’eux (l’ingénieur) déclare, selon les propos que Bernard-Henri Lévy rapporte au discours direct :

« Eux, en face, ce sont des racistes. Ils ne jurent que par l’apartheid et le “nettoyage ethnique”. Ils luttent pour la pureté de la nation serbe comme d’autres, ailleurs, pour celle de la nation croate. Nous luttons, nous, contre tous les nationalismes. »

  • 82 Yves Cornu, « Les camps de la honte », Le Point, 8 août 1992, p. 30-32.

109Tel que notre corpus permet d’en juger, Gilles Hertzog et Bernard-Henri Lévy font ici leur premier emploi de la formule. De plus, ces deux récits sont les articles dans lesquels apparaît pour la première fois, dans Le Nouvel Observateur comme dans Le Point, une variante prototypique de la formule. Ainsi, dans ces deux hebdomadaires, la formule arrive sur la page imprimée par le moyen de colporteurs individuels, qui rapportent « purification ethnique » et « nettoyage ethnique » de leur voyage à Sarajevo (c’est en tout cas ce que les voyageurs eux-mêmes représentent dans leur texte). Dans Le Point, il s’agit là d’une percée occasionnelle de la formule, puisque la seconde occurrence de la formule toutes variantes confondues ne survient dans ce journal que six semaines plus tard, le 8 août, avec le premier article référant à la « découverte des camps »82. Cette percée discrète menée par Bernard-Henri Lévy, à l’instar de celle que provoque Noël Copin dans La Croix du 28 mai, contribue à l’installation progressive de la formule dans l’univers discursif.

  • 83 Voir la tribune de Jean-François Deniau, « Avant qu’il ne soit trop tard… », Le Figaro, 23 juin 199 (...)
  • 84 Dans l’émission La Marche du siècle de Jean-Marie Cavada consacrée à « Sarajevo », FR3, mercredi 1e (...)

110Jean-François Deniau, qui s’est rendu à Sarajevo mais qui n’a pas, semble-t-il, participé à la rencontre avec les « cinq intellectuels », n’avait pas plus que ses compagnons utilisé la formule avant le 18 juin (pour autant que nous puissions le savoir). Ce que nous savons avec certitude c’est que, dès son retour en France, Jean-François Deniau fait un emploi répété de la formule dans la presse83 et à la télévision84. Un voyage à Sarajevo semble là encore responsable de l’utilisation initiale de la formule, soit que la formule ait réellement été récoltée à Sarajevo, soit que ce voyage à Sarajevo et ce qu’il donne à voir suscitent chez les voyageurs l’activité de création néologique.

  • 85 Voir l’interview de Philippe Douste-Blazy par Béatrice Toulon, « “J’ai vu la purification ethnique” (...)

111Quant à Philippe Douste-Blazy, bien qu’il soit lui aussi du voyage, il ne paraît pas devoir être compté parmi les opérateurs de mise en circulation de la formule. Les premiers emplois pour lesquels nous ayons des attestations datent en effet du 29 août 85, moment où la formule est devenue amplement disponible.

112À l’issue de cette exploration, il est clair que nous ne pouvons attester l’existence d’un hypothétique « grand créateur » originaire du néologisme, qui nous aurait permis de soutenir une thèse parfaitement monogénétique et diffusionniste.

  • 86 Voir à ce propos en particulier le long métrage de Marcel Ophuls (1994).

113Néanmoins nous observons qu’il existe manifestement une source de parole (ou un ensemble de sources de parole) à Sarajevo, qui emploie une expression que les récitants français traduisent par « purification ethnique » ou par « nettoyage ethnique ». Dans l’hypothèse où, ainsi que le représentent les récits de Gilles Hertzog et de Bernard-Henri Lévy, cette expression est puisée dans le discours des assiégés de la ville et non dans celui des assiégeants serbes, nous noterons que la formule est, comme l’était en son temps la proto-formule en référence au Kosovo, prise sur les lèvres de ceux qui accusent, et non pas sur celles de ceux qui revendiquent (ou, plutôt, qui revendiqueraient). En somme, les voyageurs rapportent que les assiégés disent que les Serbes rêvent de (ou ne jurent que par) la « purification ethnique ». Notons aussi que l’existence d’un petit nombre de sources de parole à Sarajevo pourrait suffire à expliquer que l’emploi de la formule soit une caractéristique forte des personnes qui s’expriment depuis cette ville ou qui en reviennent : comme il est courant en temps de guerre, ces personnes, qu’elles soient journalistes ou non, fréquentent les mêmes lieux, les mêmes convois de transport, les mêmes hôtels (le Holliday Inn), les mêmes cantines, les mêmes machines à café86. Il suffit de quelques récoltants de la formule pour que celle-ci soit mise à la disposition de l’ensemble de la communauté, puis transmise en France (et ailleurs).

114Cependant nous constatons aussi que l’on trouve, parmi les utilisateurs les plus précoces d’une variante prototypique, et antérieurement à tout reportage ou récit provenant de Sarajevo qui emploie la formule, des personnes (Pierre Hassner, Alain Finkielkraut, Alain Sanders, Pascal Bruckner, Noël Copin, Jean d’Ormesson) dont nous n’avons aucune raison de penser qu’elles sont, ou ne sont pas, en contact avec des locuteurs sarajéviens ou de retour d’un voyage en Bosnie. Dans ces conditions, nous ne pouvons exclure une hypothèse polygénétique, suivant laquelle différents locuteurs, s’appuyant peut-être pour certains d’entre eux sur le syntagme « ethniquement pur » déjà présent (bien que discrètement), opèrent chacun séparément cette opération de transformation à rebours qui aboutit à la création du néologisme « purification ethnique ». Les voyageurs en provenance de Sarajevo, pour leur part, déposeraient la formule dans les colonnes de la presse pourrait-on dire « par surcroît ».

115En disant que la formule « purification ethnique » est une formule arrivée par colportage, nous voulons souligner l’importance des déplacements physiques des locuteurs dans la mise en circulation de la formule, mais aussi le caractère individuel, et non pas institutionnel ou collectif, des canaux par lesquels la formule arrive à la presse. Si certains hommes politiques et écrivains-essayistes se déplacent en voyage organisé, c’est individuellement qu’ils distribuent la formule aux journaux dans lesquels ils s’expriment. Quand, dans certains journaux, les premières apparitions de la formule sont le fait de journalistes, ce n’est pas par le réseau mondial des agences d’information que la formule commence à circuler, mais par des reporters ou correspondants qui transmettent le néologisme depuis Sarajevo au bureau parisien de leur journal.

La formule « purification ethnique » : un « terme de relation »

  • 87 Nouveau Petit Robert (1993), entrée « Relation ».
  • 88 Trésor de la langue française (1971-1994), entrée « Relation ».
  • 89 Dictionnaire historique de la langue française (1994), entrée « Relation ».

116Du temps où les récits de voyageurs et d’explorateurs, les comptes rendus de témoins oculaires et plus largement les narrations des faits se nommaient des « relations », la langue française disposait de ce beau syntagme métalinguistique : « terme de relation ». Attesté depuis 1690, « terme de relation » désignait un « mot indigène rapporté par un voyageur »87, un « mot d’une langue étrangère repris dans un écrit par un voyageur »88. Le Dictionnaire historique de la langue française précise que « terme de relation » a eu cours du xviie au xixe siècle, et qu’il « s’est dit d’un mot que les voyageurs donnent comme employé dans les pays lointains qu’ils ont visités, et qui peut donner lieu à un emprunt »89.

117En abusant – mais à peine – de cette gracieuse expression tombée en désuétude, nous dirons que la formule « purification ethnique » est un terme de relation, et qu’elle l’est en particulier dans sa phase de mise en circulation. Terme de relation, la formule « purification ethnique » naissante l’est doublement. D’une part, comme nous venons de l’observer, elle est en partie une expression que des voyageurs partis constater de leurs propres yeux et de leurs propres oreilles ce qui se passe à Sarajevo rapportent avec eux en France, ou transmettent en France depuis Sarajevo. D’autre part, et ce propos est le nôtre à présent, elle est représentée comme un mot appartenant à certains « indigènes » du territoire yougoslave – à défaut d’être, en tout cas dans cette phase de mise en circulation, représentée comme un mot appartenant à la langue de ces indigènes, bref à une « langue étrangère » proprement dite (en l’espèce « serbocroate »).

118Sans pour autant présenter les résultats détaillés d’une analyse qui a sa place plus loin, nous voulons signaler ici que la mise en circulation se caractérise par une forte représentation de la formule comme appartenant à un extérieur discursif s’exprimant en territoire yougoslave, en l’occurrence l’extérieur discursif « serbe ». Ce registre de problématisation de la formule, qui consiste à rapporter cette dernière à un ou à des locuteur(s) serbe(s), demeure très vivace tout au long du conflit et nous aurons l’occasion de décrire les modalités par lesquelles il s’exprime. Soulignons seulement ici le fait que les commentaires relevant de ce registre accompagnent fréquemment la mise en circulation de la formule « purification ethnique » : celle-ci, en même temps qu’elle s’installe progressivement dans l’univers discursif, s’y installe notamment comme « mot des autres serbes » (miliciens serbes, extrémistes serbes, dirigeants serbes, « Serbes » tout court…).

119Dans La Croix, ce type de commentaire est réellement celui qui escorte la mise en place initiale de la formule, puisqu’il figure dans le tout premier article employant la formule dans ce quotidien :

  • 90 Éditorial de Noël Copin, « SOS Bosnie », La Croix, 28-29 mai 1992, p. 1.

Derrière les aspects irrationnels et inextricables des haines d’hier brusquement ravivées, on n’a pas vu ou pas voulu voir l’agression caractérisée et l’on prend tardivement conscience de tout ce qu’il y a dans l’affreuse expression de « purification ethnique » utilisée par des miliciens serbes.90

120De même dans L’Humanité, sous la plume de Valère Staraselski, premier utilisateur de la formule dans ce journal, au cours d’un énoncé que n’épuise pas le registre de l’attribution de la formule à un extérieur discursif serbe :

  • 91 Valère Staraselski, « National, sans isme », L’Humanité, 6 juillet 1992, p. 7.

Et alors que j’entends un journaliste de radio rapporter les propos d’un protagoniste du conflit yougoslave qui dit faire la guerre pour mener à bien « la purification ethnique » de son pays, Aragon poursuit : « La vérité est là que les nations ne sont pas l’ennemi de l’homme, mais le fascisme. […] »91

121Plus généralement, ce sont les premières manifestations de la formule, dans ses différentes variantes, qu’il arrive aux locuteurs d’accompagner d’un commentaire faisant de la formule un « mot des Serbes ». Nous nous contentons d’en donner deux exemples :

  • 92 Tribune de Rony Brauman, « L’impuissance », Le Figaro, 17 juin 1992, p. 2.
  • 93 Reportage de Béatrice Toulon (Sarajevo, de notre envoyée spéciale), « Sarajevo, la mort lente », La (...)

Le présent, c’est cette entreprise de « purification ethnique » – pour reprendre les termes des miliciens serbes – à l’œuvre dans les villes et villages de Bosnie-Herzégovine, ce sont les convois humanitaires et les marchés délibérément bombardés, les massacres de civils.92
Le plus fou d’entre eux [des dirigeants serbes], le député serbe Seselj a une expression pour ce projet déjà mis en pratique dans les provinces prises par les milices et l’armée serbe, le « nettoyage ethnique ».93

122Nous avions observé, dans notre analyse des emplois de la proto-formule, que ceux-ci caractérisaient régulièrement le syntagme « ethniquement pur » comme un « mot des autres ». Mais nous avions également relevé que cette caractérisation s’effectuait sur le mode répété de l’îlot textuel, dont nous avons souligné combien il constitue un mode affaibli de renvoi à une extériorité discursive. Dans les énoncés qui mettent en circulation la formule, tels que ceux que nous venons de citer, ce n’est plus la forme monotone de l’îlot textuel que l’on observe mais une diversité d’emplois autonymes ou opacifiés. De plus, dans ces énoncés, l’équivocité et la discrétion propres à l’îlot textuel ne sont plus de mise : les différentes variantes de la formule « purification ethnique » sont bien cette fois, univoquement, des termes utilisés par les (des, un) Serbe(s).

123« Terme de relation » au sens strict, c’est-à-dire impliquant une mention du mot dans la langue étrangère d’où il est supposé provenir, la formule « purification ethnique » ne l’est pas dans les articles dont nous disposons pour rendre compte de sa mise en circulation. Mais elle l’est, durant cette période, dans le sens légèrement perverti qui est le nôtre ici, où la traduction française d’une expression utilisée par un locuteur exolingue remplace l’expression mentionnée dans cette langue autre. À défaut de donner lieu à un emprunt, les discours que les commentateurs français entendent ou croient entendre sur le territoire yougoslave donnent lieu à un néologisme par traduction.

124« Terme de relation », la formule l’est également en un sens que les communautés de parole des xviie-xixe siècles ne visaient pas. Elle est un terme qui établit une relation d’intelligibilité entre les faits qui adviennent dans l’espace yougoslave et les acteurs de l’espace public français : elle est un des termes qui permettent à ces acteurs (citoyens, représentants politiques, journalistes…) de penser – avec rectitude ou dévoiement, ce n’est pas notre propos – l’espace yougoslave et la guerre qui le bouleverse. Dans cette perspective, c’est tout au long du conflit que la formule « purification ethnique » est un terme de relation, et non pas uniquement dans sa phase de mise en circulation. Et, tout au long du conflit, la capacité de la formule à établir une relation d’intelligibilité est affirmée, réfutée, définie, interrogée, argumentée, recadrée… La subdivision qui suit, et qui constitue la dernière subdivision majeure de cet ouvrage, rend compte de ces différents questionnements auxquels les commentateurs du conflit soumettent la formule.

Les registres de problématisation : commentaires sur la formule

125Cette dernière étape de notre étude a pour but de décrire et d’analyser les différentes modalités sous lesquelles la formule « purification ethnique » est appréhendée, par les commentateurs, comme un objet qui pose problème. Les formules sont des séquences qui revêtent un caractère problématique, autrement dit qui suscitent des questions et des réponses. Le meilleur moyen de mettre au jour cette propriété consiste à se pencher sur les problèmes que posent manifestement (c’est-à-dire au sens propre, de façon manifeste, à la surface tangible des énoncés effectivement produits) ces séquences à ses utilisateurs. Ces problèmes s’expriment de façon privilégiée à travers des opérations métadiscursives opacifiantes produites par les énonciateurs sur la séquence elle-même. L’analyse de ces opérations sera donc pour nous un des principaux chemins empruntés pour connaître les enjeux qui résident dans la formule, et pour voir comment chaque type de locuteur prend position sur chaque aspect du débat que la formule est susceptible de provoquer.

126Pour présenter le caractère problématique de la formule « purification ethnique » tel que notre corpus permet d’en rendre compte, nous avons dégagé six registres de problématisation, qui constituent autant de thèmes d’interrogation (ou, bien souvent, de réponse) suscités par la formule ou, si l’on veut, qui constituent autant de types d’enjeux portés par la formule tel que les énoncés rencontrés les révèlent. Ces enjeux, et les registres qui leur correspondent, sont les suivantes :

  • la formule comme événement advenant dans l’univers discursif ;

  • la formule confrontée à la pluralité de ses expressions, ou variantes ;

  • la formule comme séquence dont les commentateurs fixent – ou bien éparpillent – le sens ;

  • la formule en tant qu’elle est rapportée à un extérieur discursif ;

  • la formule en tant qu’elle est envisagée dans son adéquation – ou inadéquation – au réel ;

  • la formule comme dénomination, alternativement nom propre d’événement et nouvelle catégorie dénominative.

  • 94 Par exemple la glose « pour ainsi dire », dont Jacqueline Authier (1996 b, p. 33-34) relève qu’elle (...)

127Ces registres, qui composent les principaux développements de cette subdivision, s’inspirent très librement des quatre champs de non-coïncidence proposés par Jacqueline Authier (1992 a) à l’issue sa recherche (à savoir : non-coïncidence interlocutive, non-coïncidence du discours à lui-même, non-coïncidence entre les mots et les choses, non-coïncidence des mots à eux-mêmes). Jacqueline Authier souligne elle-même le caractère relativement arbitraire de ces quatre champs. En fait, ceux-ci semblent bien adaptés à un corpus systématiquement ouvert comme l’est celui de Jacqueline Authier, et qui vise à rendre compte d’une diversité maximale de types de discours. Dans un corpus tel que le nôtre qui, de fait, ne donne pas une représentation égale de tous les champs ni de toutes les formes 94, il semble utile de réorganiser et de subdiviser ces champs en fonction des énoncés rencontrés. Nous pourrons ainsi passer rapidement sur les champs les moins représentés dans notre corpus et disposer d’une analyse plus détaillée des champs auxquels les locuteurs ont le plus souvent recours.

  • 95 Jacqueline Authier-Revuz (1992 a, t. II, p. 269-277).

128Le caractère relativement arbitraire des champs de non-coïncidence tient notamment au fait qu’un commentaire donné peut relever – et relève souvent – conjointement de plusieurs types de non-coïncidence, selon le point de vue adopté par l’analyste. Par exemple, un commentaire tel que « le prétendu “X” » peut être envisagé sous l’aspect de l’extériorité discursive à laquelle le fragment X est renvoyé (non-coïncidence du discours à lui-même), ou sous l’angle de l’inadéquation de X à la chose qu’il désigne (non-coïncidence entre les mots et les choses). En l’espèce, Jacqueline Authier privilégie la première dimension, en classant une telle glose dans le sous-champ des « mots de l’autre caractérisés explicitement comme inadéquats au réel »95, à l’intérieur du champ de la non-coïncidence du discours à lui-même (nous inverserons pour notre part l’ordre des priorités). Ou encore, un commentaire tel que « ce que L [Locuteur] appelle “X” » concerne à la fois la question de l’extériorité discursive (on met l’accent sur le fait que X est un mot des autres) et celle de la dénomination (on met l’accent sur le fait que X est un nom, un « name »).

129Cette question de la pluralité des registres auxquels le plus simple et bref des commentaires est susceptible de renvoyer s’est présentée à nous également. Notre souci principal a été de conserver une catégorisation cohérente au fil de l’analyse, sans perdre de vue la communauté de valeurs qui lie certains énoncés pourtant séparés dans la description. Par exemple, si un énoncé tel que « La “purification ethnique”, comme on l’appelle,… » relève avant tout dans notre grille d’analyse de la caractérisation de la formule comme dénomination stéréotypique, partagée par le « on » du discours courant, il n’en reste pas moins qu’un tel énoncé peut être utilisé par ailleurs à l’appui de la thèse selon laquelle la formule est une dénomination (aux côtés d’énoncés réservés à la démonstration de cette thèse, tels que « “Purification ethnique” est le nom d’une pratique qui… »).

  • 96 En l’absence de procédure automatisée qui permettrait de distribuer l’ensemble des énoncés dans les (...)

130Le classement des énoncés, dans tous les cas, requiert fortement l’interprétation. Par exemple, contrairement à ce que l’on peut spontanément attendre de lui, le verbe métalinguistique « signifier » n’est pas toujours l’instrument d’une opération de définition, mais peut tout aussi bien être mis au service de la dénonciation d’un terme en tant qu’il masque le réel qu’il désigne (« “Intervention armée” signifie encore des morts, encore du sang. »). De même, les emplois en discours de l’expression « c’est-à-dire » sont extrêmement variés et outrepassent largement les opérations de reformulations96

131Par ailleurs, il arrive que différentes propositions d’un même énoncé phrastique renvoient à des registres de problématisation distincts (une même phrase souligne alors plusieurs « questions / réponses » que suscite la formule, dit plusieurs choses à propos de la formule). Soit par exemple ce court extrait de Libération, qui comporte à lui tout seul deux prédications opérées sur l’autonyme « nettoyage ethnique » :

  • 97 Maryse Berdah, « Nettoyage ethnique, mal planétaire », Libération, 31 mai 1994, p. 40.

« Nettoyage ethnique » : ce terme, introduit dans le vocabulaire de la planète par des intellectuels serbes, en 1986, est devenu malheureusement un mot d’usage courant en cette fin du xxe siècle.97

132Nous avons ici considéré que la journaliste avait recours à deux registres différents et non-contradictoires, l’un concernant le rapport de la formule à une extériorité discursive (« nettoyage ethnique » comme « mot des Serbes », et plus précisément comme mot du Mémorandum de l’Académie de 1986), l’autre concernant la formule comme événement de discours (« nettoyage ethnique » comme expression mise en circulation dans l’espace public, expression que tout le monde utilise). Un énoncé donné peut ainsi être comptabilisé dans deux – très rarement trois – registres différents. Si un énoncé est cité à titre d’illustration, il ne l’est en revanche qu’à une reprise. Le lecteur ne s’étonnera donc pas de voir cité dans un registre considéré un énoncé qui renvoie également par ailleurs à un second registre étudié en amont ou en aval.

La formule comme événement de discours

  • 98 Voir, par exemple, Antoine Compagnon (1979, p. 89) ; Oswald Ducrot (1982, p. 68 et 1984, p. 179) ; (...)
  • 99 Irène Fenoglio (1997, p. 39) désigne ainsi « des phénomènes de parole tels lapsus, constructions de (...)
  • 100 L’« événement conversationnel » désigne à peu près ce qui est par ailleurs plus couramment appelé « (...)
  • 101 Francine Mazière désigne ainsi un événement survenant dans le savoir scientifique sur la langue, co (...)
  • 102 Jacques Guilhaumou (1996) ; Jacques Guilhaumou et Denise Maldidier (1986 a et 1986 b). Voir égaleme (...)

133La formule « purification ethnique » constitue ce que nous appellerons un « événement de discours ». La notion d’« événement » n’est pas inconnue de la description des faits de langue et / ou de parole. Émile Benveniste ([1967] 1974), suivi par des linguistes et chercheurs divers par ailleurs98, l’a introduite pour souligner que toute énonciation est unique du fait de la singularité des conditions d’énonciation d’un énoncé : toute parole est un événement parce qu’elle ne se reproduit jamais deux fois à l’identique. On retrouve cette idée chez les historiens Michel Foucault (1969, p. 134) et Arlette Farge (1997, p. 36). À côté de cette thèse peu contestée, la notion d’événement a stimulé l’ouverture de différents chantiers de travail centrés sur des notions aussi diverses que celles d’« événement d’énonciation »99, d’« événement conversationnel »100 ou encore d’« événement linguistique »101 Travaillant conjointement l’« événement linguistique » et l’« événement discursif », Jacques Guilhaumou propose que ces notions soient l’objet d’un protocole d’accord entre historiens du discours et historiens de la linguistique, sur la base d’un modèle empiriste des sciences du langage102.

  • 103 Nous renvoyons aussi à Alice Krieg (1996). Pour une définition de l’« événement » tout court, voir (...)

134Nous dirons pour notre part qu’une séquence est constituée en « événement de discours » lorsqu’elle est réflexivement notoire, temporellement marquée, et dotée d’une pertinence dans le cadre de son surgissement et, partant, provoque des réactions (en pensée, en parole, en action…)103. Le caractère événementiel de la séquence est réflexif dans la mesure où c’est pour ses contemporains que la formule « purification ethnique » fait événement dans l’univers discursif, et non pas nécessairement après coup pour l’analyste dans un corpus (on peut malgré tout espérer que les résultats de ce dernier soient confortés par les paroles des premiers). Ainsi, la formule « purification ethnique » apparaît comme un événement de discours parce qu’elle est perçue – représentée comme telle – par les commentateurs comme un terme mis en circulation dans l’espace public, comme un terme temporellement situé, et enfin comme un terme qui fait réagir.

La formule reconnue comme expression mise en circulation dans l’espace public

135À travers l’observation de l’évolution des fréquences de la formule dans le temps, et à travers le repérage de néologismes que nous avons interprétés comme des témoins de mise en circulation de la formule, nous avons montré que « purification ethnique » avait, de fait, trouvé sa place dans l’univers discursif des années 1990. Nous nous intéressons à présent au fait que cette place est reconnue : « purification ethnique » est, selon les commentateurs, un dire en circulation. La formule trouve ici une partie de sa reconnaissance en tant que référent social.

  • 104 Béatrice Toulon, « La triste victoire des Serbes bosniaques », La Croix, 26 mars 1993, p. 9.

Les chiffres sont là : 70 % du territoire bosniaque pris en trois mois d’offensive et conservé depuis ; 120 000 morts, au minimum selon des listes recoupées et probablement plus (en aval du confluent de la Drina et de la Sava, les poissons ne sont plus comestibles, empoisonnés par les cadavres humains) ; entre 1 et 2 millions de personnes déplacées de force dans le cadre du fameux « nettoyage ethnique ».104

136Par 6 fois à eux deux dans le corpus, les adjectifs « fameux » et « célèbre » caractérisent directement une variante prototypique accompagnée de guillemets. Mais la consécration par l’usage s’exprime également, et de façon plus explicite, par deux types de commentaires complémentaires : les premiers font de « purification ethnique » (ou d’une autre variante) une expression stéréotypique, les seconds font d’elle une dénomination stéréotypique.

Une expression que tout le monde utilise

137La formule « purification ethnique » est employée par tous, ou par un « on » indéterminé du discours courant. Exprimé 11 fois dans le corpus, cet aspect de la formule ne l’est à aucune reprise sous la forme canonique et attendue de la glose de modalisation autonymique « comme on dit ». La caractérisation de la formule comme expression stéréotypique passe préférentiellement par des emplois autonymes d’une variante, et, surtout, elle n’est jamais à elle seule l’objet du commentaire. Ainsi en va-t-il pour l’énoncé qui suit, dans lequel la caractérisation de « purification ethnique » comme expression « devenue monnaie courante » « dans notre langue quotidienne » ne peut être dissociée de l’assertion selon laquelle « purification ethnique » est un terme qui devrait faire réagir :

  • 105 Propos de Jean Kahn repris dans un article signé P. J., « M. Pierre Bérégovoy dénonce “le triple cr (...)

S’étonnant que l’expression de « purification ethnique », « qui devrait faire hurler d’horreur, soit devenue monnaie courante, par le biais de la presse, dans notre langue quotidienne », M. Kahn a exprimé la crainte que lui inspire la « contagion yougoslave ».105.

138Ou dans cet article, où la caractérisation de l’expression comme stéréotypique intervient conjointement – et au moins – avec la question du (ré-)surgissement de la formule dans la temporalité des discours :

  • 106 Florence Hartmann

À la foule rassemblée sur la place Saint-Pierre, Jean-Paul II lança : « Qui pourra dire je ne savais pas ? » C’était en 1993, le dimanche de Pâques. La Bosnie baignait depuis déjà un an dans le sang ; massacres et « purification ethnique » avaient fait une nouvelle fois irruption dans notre vocabulaire de tous les jours tant les témoignages sur les exactions en Bosnie étaient nombreux.106

139Des commentaires tels que « mot d’usage courant en cette fin de xxe siècle » ou « l’expression de “purification ethnique”, dont on fait si grand usage » accompagnent d’autres emplois autonymes de la formule dans lesquels dominent d’autres registres, et sur lesquels par conséquent nous reviendrons.

Une dénomination partagée dans le « on » de la communauté de parole

140Plus fréquemment, les commentateurs soulignent la stéréotypie de la formule en tant que dénomination. Dans notre corpus, 28 énoncés relèvent exclusivement ou principalement de cette caractérisation, dont la quasi-totalité emploie la modalisation autonymique. Notons que cet aspect de la stéréotypie de la formule est souligné par des locuteurs variés. Elle est le fait aussi bien :

141– d’un porte-parole de la Croix-Rouge lors d’une interview télédiffusée :

  • 107 Pierre-André Conod, délégué au CICR à Zagreb, interviewé en direct au journal télévisé de 20 h, Ant (...)

Je citerai à titre d’exemple [des violations du droit humanitaire en Bosnie] la prise d’otages, les déportations massives, l’intimidation des civils, le nettoyage ethnique, comme on l’appelle, ainsi que les mauvais traitements de toutes sortes.107

142– que d’une lectrice dans une lettre publiée par Le Nouvel Observateur :

  • 108 Lettre d’une lectrice de Vannes titrée « Assassinat ethnique », Le Nouvel Observateur, 23 septembre (...)

Or voilà bientôt deux ans que l’on peut lire et entendre cinquante fois par jour des détails atroces sur ce que tout le monde nomme la « purification ethnique ».108

143– que du chef de l’État François Mitterrand dans le cadre d’une conférence de presse :

  • 109 Conférence de presse de François Mitterrand sur la ratification du traité de Maastricht, les négoci (...)

Nous sommes tout à fait d’accord pour condamner sans appel ce qu’on appelle la purification ethnique, tellement contraire à tout ce qui a fondé la culture et la civilisation européennes.109

  • 110 Expressions qui, comme le souligne Georges Kleiber (1981, p. 378-383), ne doivent pas être prises a (...)

144Ce qui se trouve ici être reconnu par les commentateurs, c’est, si l’on veut, le baptême – au sens d’un « acte de dénomination », d’une « naming ceremony »110 – effectué par une communauté de parole à la fois floue et formant corps (celle du « on » ou du « tout le monde »). Par eux-mêmes, ces énoncés ne décrivent en rien la chose visée par l’acte de dénomination : ils se contentent de souligner le fait que le nom donné à ce référent est son nom usuel, habituel, courant, notoire.

145Devenue d’usage courant, la formule « purification ethnique » n’en est pas moins, toujours d’après les commentateurs, une formule qui appartient à la temporalité des discours.

Une formule perçue comme inscrite dans une temporalité

146De même qu’il n’existe d’événement historique qu’inscrit dans le temps de l’histoire, il n’est pas d’événement de discours qui n’appartienne à une temporalité discursive (ceci n’empêche pas – et il en est de même pour l’événement historique – que les commentateurs puissent se tromper ou mentir sur le moment de l’histoire des discours qui a vu se produire cet événement). Ici encore, c’est la reconnaissance, réflexive, de la dimension temporelle de la formule qui nous intéresse – et non pas le fait lexicographique indiscutable que les mots n’existent pas de toute éternité. La reconnaissance de l’inscription de la formule dans le temps s’exprime par deux chemins fort distincts. Dans le premier, c’est le terme qui est caractérisé dans son appartenance au temps. Dans le second, c’est l’emploi de ce terme qui est glosé comme marqué dans son surgissement à l’intérieur de la temporalité des discours.

Une expression temporellement marquée

147Sur des modes divers, 18 énoncés du corpus font de « purification ethnique » – ou d’une autre variante – une expression récente, une façon de parler contemporaine, un signe postérieur au référent qu’il est à même de désigner, ou encore un mot emblématique de son époque.

148Une première série de commentaires pose la préexistence du référent relativement au signifiant. Tous, d’une façon ou d’une autre, distinguent un « avant » et un « après » la formule, faisant d’elle un objet langagier temporellement situé. Le référent concerné appartient, par une fois, à la guerre yougoslave de 1991-1995. Dans cet énoncé atypique, rédigé par Béatrice Toulon au moment de la « découverte des camps », et que nous aurons l’occasion de relever pour d’autres motifs, le terme « purification ethnique » est une dénomination donnée après coup – plutôt, en cours de route – à une pratique par un des praticiens lui-même :

  • 111 Béatrice Toulon, « Les “malgré-nous” », La Croix, 15-16 août 1992, p. 3.

Pourquoi ont-ils [la Communauté européenne, l’Onu, l’Otan et l’UEO] attendu un an et un état très avancé du conflit pour intervenir ? La purification ethnique se pratiquait déjà en Croatie même si le leader d’extrême droite serbe, Vojislav Seselj, n’avait pas eu encore la malencontreuse idée de lui donner un qualificatif par trop connoté.111

  • 112 Voir « La formule comme nouvelle catégorie de dénomination », p. 415-431.

149Dans les autres cas, le référent concerné appartient à d’autres régions et / ou à d’autres époques. Le commentaire qui double l’emploi de la formule s’accompagne alors de ce que nous appelons une propagation112 de la formule à d’autres cadres, même si le « cadre » en question reste souvent balkanique. Si l’on rencontre des gloses relativement originales (telles que « les vainqueurs [des guerres de 1912 opposant les Serbes et les Turcs] se livrèrent à ce que l’on n’appelait pas encore la purification ethnique »), l’expression privilégiée des commentateurs est « avant la lettre », attestée dans sa version française comme dans sa version latine :

  • 113 Sandro Meccoli, « Les nouvelles frontières de l’Adriatique », Le Monde, 14 avril 1993, p. 2.

Les Vénètes-Italiens de Trieste et de l’Istrie, de Fiume et de la Dalmatie, qui se trouvaient sur ces terres depuis plusieurs siècles, payèrent un prix terrible au cours du printemps tragique de 1945, lorsque les alliés permirent aux armées de Tito d’arriver jusqu’à Trieste. Ce fut un véritable nettoyage ethnique ante litteram.113

150L’expression « avant l’heure », portant ici curieusement sur le dire et non sur l’objet du dire (c’est notre interprétation), opère le même type de mise en valeur de l’antériorité du référent sur le signifiant de la formule :

  • 114 Pierre Rousselin, « Chypre, le précédent », Le Figaro, 29-30 mai 1993, p. 3.

Depuis près de vingt ans, ils [les soldats de l’Onu] patrouillent les 180 km de la « ligne Attila », qui partage l’île de Chypre en deux secteurs que l’on pourrait dire « ethniquement purifiés » avant l’heure : au sud, 580 000 Chypriotes grecs, de religion orthodoxe ; au nord, 160 000 Chypriotes turcs, musulmans, aidés par la puissante armée d’Ankara depuis l’invasion de 1974.114

151Une seconde série de commentaires caractérise la formule comme expression ou comme dénomination contemporaines. De même que dans les commentaires faisant de « purification ethnique » une expression du « on » ou de « tout le monde », les locuteurs soulignent ici le caractère stéréotypique de la formule.

152Mais cette stéréotypie est avant tout celle du temps, celle du discours courant en tant qu’il est le lot commun de ses contemporains. Au mode de dire contemporain que constitue la formule « purification ethnique », il est parfois possible de confronter une autre dénomination (ici « liquidation » et « regroupement de population ») :

  • 115 Propos de Philippe de Villiers interviewé dans Le Figaro Magazine, « Il y a 200 ans : feu et sang s (...)
  • 116 Tribune de Marc Ferro, « Avec Paris contre Vienne », Globe Hebdo, 21 avril 1993, p. 14.

[En 1794] la Convention met en œuvre la liquidation du peuple vendéen. Elle le désigne à l’extermination sous une étiquette, un nom de code, celui de « peuple des brigands ». On parlerait aujourd’hui d’une opération de « purification ethnique ».115
[à propos de la Première Guerre balkanique, en 1912] Les Français furent choisis par les Serbes pour moderniser leur armée, qui devint la première des Balkans. Elle chassa du territoire serbe les Turcs : « un regroupement de population » (aujourd’hui on dirait « épuration ethnique »), suite logique de l’humiliation et des massacres subis pendant trois siècles d’occupation ottomane.116

153Mais l’expression stéréotypique est parfois le seul terme disponible sur le trajet de la nomination :

  • 117 André Fontaine, « Imaginer la paix », Le Monde, 11 février 1994, p. 1 et 6.
  • 118 Marc Ferro en ouverture de l’émission Histoire parallèle, diffusée le 22 février 1997 sur Arte. Ce (...)

Ce n’est pas par hasard que s’est créé à l’initiative du parti démocratique serbe de Bosnie un « conseil panserbe », qui […] a entrepris de remettre au goût du jour [cet objectif] : faire de la Serbie le Piémont des Balkans […]. Une telle approche a pour corollaire ce que tout le monde appelle aujourd’hui le « nettoyage ethnique ».117
[à propos de l’année 1947] Pour évoquer le problème des personnes déplacées et de ce qu’on appelle aujourd’hui l’épuration ethnique, nous verrons d’abord des actualités italiennes, avec l’exode des Italiens de Pola.118

  • 119 Jacqueline Authier-Revuz (1992 a, t. II, partie IV, chap. 2, « Parler du passé avec les mots de mai (...)

154De même que dans les énoncés posant la préexistence du référent par rapport au signifiant, certaines des propagations effectuées ici méritent d’être analysées pour les enjeux politiques qu’elles supportent. Nous y reviendrons en fin d’ouvrage. Du point de vue qui nous occupe pour l’instant, l’intérêt de ces énoncés par lesquels les locuteurs soulignent qu’ils parlent « du passé avec les mots de maintenant »119, selon la formulation de Jacqueline Authier, est la marque qu’ils impriment à « purification ethnique » comme mode de dire contemporain.

155La formule est un mode de dire contemporain, voire un terme emblématique de son époque (aux côtés de « casque bleu », « traversée du désert », « fracture sociale » ou « chômeurs »). C’est ce que suggère cette critique du feuilleton télévisé Ivanhoe qui, bien que dénuée de toute marque d’opacification, peut être lue comme un égrènement des mots stéréotypiques de notre époque, employés à dessein par le journaliste de façon anachronique :

  • 120 Jean-Pierre Dufreigne, « Ivanhoe est-il de gauche ? », L’Express, 5 octobre 1995, p. 117.

Jean a entrepris une purification ethnique du royaume : tout pour les envahisseurs normands, rien pour les Saxons du terroir […]. Le panache blanc de sir Ivanhoe sert de casque bleu dans ce pays déchiré. Une lecture moderne d’Ivanhoe s’impose en effet. Ce chevalier rentre d’une traversée du désert (la troisième croisade). Que trouve-t-il ? Une fracture sociale. Des sbires du riche sir Maurice veulent brancher le bon Gurth et son fils Bart, pauvres Saxons chômeurs […]120

Un emploi de l’expression repéré dans son surgissement

  • 121 Comme c’était le cas dans la subdivision précédente, nous ne tenons pas compte ici des dictionnaire (...)

156Ce n’est plus ici le mot repéré comme existant – et n’ayant pas toujours existé – ou le mot répertorié comme mot de l’époque contemporaine – et ne l’ayant pas toujours été – que les locuteurs commentent, mais l’emploi du mot, en tant qu’il a fait date : la formule « purification ethnique » est caractérisée comme terme dont l’apparition dans l’univers discursif a été remarquée. 13 énoncés du corpus soulignent ce caractère remarquable de la formule dans la temporalité des discours121.

157Pour certains commentateurs, l’apparition de la formule « purification ethnique » est réellement constitutive de la chronologie de la guerre. Ainsi dans un ouvrage destiné à un jeune public, sur la page intitulée La guerre en ex-Yougoslavie, où la formulation « On parle de “X” » est, selon nous, à prendre au pied de la lettre, en tant qu’elle renvoie à un acte collectif d’énonciation constitué en événement de discours (et non pas à un acte de dénomination effectué par « on » pour désigner les faits décrits dans la phrase précédente) :

  • 122 Serge Cordellier et Charlotte Ruffault (dir.), L’État du monde Cadet, Paris, Syros / La Découverte, (...)

À la fin des années 80, le communisme s’effondre en Europe de l’Est. Les peuples de Yougoslavie veulent alors se séparer. En juin 1991, la Croatie et la Slovénie, puis en avril 1992, la Bosnie-Herzégovine proclament leur indépendance. […] L’armée serbe attaque la Croatie, puis s’empare de 70 % de la Bosnie-Herzégovine. Les Serbes chassent les musulmans, emprisonnent des habitants dans des camps, exécutent des familles entières. On parle de « purification ethnique ». Près de deux millions de personnes doivent fuir leurs foyers.122

158Sans exclusion d’autres caractérisations de la formule, c’est également comme constitutive du récit de la guerre qu’est signalée ici l’apparition de « purification ethnique » dans l’univers discursif :

  • 123 Texte de Robert Solé pour l’année 1992, « 1992. Les désaccords de Maastricht », dans l’album Le Mon (...)

Au cours de cette année 1992, les Serbes vont consolider leur mainmise sur le tiers de la Croatie et les quatre cinquièmes de la Bosnie. Des villes sont bombardées, des atrocités sont commises, qualifiées de « crimes contre l’humanité » par l’enquêteur des Nations unies, le Polonais Tadeusz Mazowiecki. Et une expression terrible, rappelant de sinistres souvenirs, fait son apparition : « purification ethnique ».123

  • 124 Les énoncés situent l’apparition de la formule : dans 5 cas en 1992 (sans autre précision), dans 3 (...)

159Il convient de souligner que pour plusieurs locuteurs la caractérisation de « purification ethnique » comme formule surgie à un certain moment124 s’accompagne d’une spécification du lieu de ce surgissement. Dans ce cas, ce « lieu » est celui des écrans de télévision ou des colonnes de la presse, bref, le lieu du discours médiatique. Autrement dit, la formule « purification ethnique » a opéré son surgissement par les médias. Cela ne signifie pas que la formule ait été créée par les médias. Soit que l’énoncé ne permette pas de le déduire :

  • 125 Michel Roux, « À propos de la “purification ethnique” en Bosnie-Herzégovine », Hérodote. Revue de g (...)

Durant l’été [1992], les termes de purification, épuration ou nettoyage ethnique sont apparus dans les médias du monde entier.125

160Soit qu’il dise explicitement le contraire, en renvoyant la formule à ses « inventeurs » supposés (les médias ayant alors clairement un rôle de mise en visibilité d’une expression préexistante mais restée jusque-là inconnue de l’espace public français) :

  • 126 Marie-Laure Le Foulon, critique du documentaire télévisé de Hubert Dubois, « Les frontières de la h (...)

Il y a deux ans, le terme de « purification ethnique », inventé et revendiqué par les Serbes, a éclaté sur nos écrans, dans nos esprits.126

161Dans ces énoncés qui désignent les médias comme lieu par lequel a surgi la formule, il faut voir selon nous la reconnaissance de la fonction d’agent de mise en circulation qu’il est possible d’assigner à l’instance médiatique. Posée ici de façon discrète, cette question est l’objet principal d’autres énoncés analysés par ailleurs. Nous retiendrons pour l’instant que la formule « purification ethnique » est réflexivement temporellement située, à la fois dans son existence (elle n’a pas toujours été ; aujourd’hui elle est d’usage courant) et dans son émergence (elle est apparue à un moment donné).

Une formule qui fait réagir

  • 127 Reinhart Koselleck ([1979] 1990).
  • 128 Ainsi que l’écrit par exemple Mark Fishman (1980, p. 54, souligné par Fishman) : « Because an event (...)

162Il n’est pas d’événement sans pertinence dans un certain cadre, ou encore sans signification dans un certain « horizon d’attente »127. Le terme de « signification » rappelle qu’il n’est pas non plus d’événement sans interprétant : l’événement est un événement pour quelqu’un128. Souvent, c’est l’analyse d’énoncés relevant d’autres registres qui nous permettra de connaître, ou de supposer, les motifs de cette pertinence (qui peuvent varier d’un interprétant à l’autre). Ici, nous nous contentons principalement d’enregistrer que des commentateurs (c’est sous ce visage que nous connaissons les « interprétants ») exposent cette pertinence, en disant que la formule déclenche quelque chose – des pensées, des paroles, des émotions, des actions… –, qu’elle est productrice d’effets.

  • 129 Voir Alice Krieg (2000 c, p. 426-427). VP = variante prototypique. Exemples de membre nominal de st (...)

163« Monstrueuse », « horrible », « affreuse », « ignoble », « abjecte », « hideuse »… et encore « scandaleuse », « inacceptable », « inadmissible », « intolérable », « révoltante »… la purification ethnique l’est dans ce qu’elle désigne référentiellement. C’est ce qu’indiquent les adjectifs qui accompagnent soit une des trois variantes prototypiques de la formule, soit un membre nominal de structure « N + de + (article) + VP »129. À présent c’est le terme lui-même qui est qualifié, selon les cas, de terme « affreux » ou de terme déclenchant une réaction.

Une formule affreuse

  • 130 « Que l’on préconise l’“épuration ethnique”, comme le psychiatre Radovan Karadzic, président de la (...)
  • 131 Nous ne tenons pas compte des énoncés dans lesquels le caractère affreux de la formule s’exprime un (...)

164Préconiser la « purification ethnique » – en employant ce terme – est un acte de parole peu élégant, estime un journaliste de L’Express130. Certains commentateurs ont sur la formule un jugement plus abrupt : « purification ethnique » et ses différentes variantes sont des termes tout bonnement « affreux ». 14 énoncés du corpus expriment directement cette opinion131.

165En soi, qualifier un mot d’« affreux » ou d’« horrible », ce n’est pas faire autre chose que de dire que ce mot provoque une réaction (émotionnelle, morale…). C’est pourquoi nous proposons de rapprocher ce type d’énoncés de ceux qui disent que la formule est productrice d’effets. En contexte, certains jugements d’« horribilité » permettent d’avancer des hypothèses sur les causes du caractère affreux de la formule. Mais c’est rarement le cas. En de pareilles circonstances, il importe de ne pas précipiter notre interprétation et de laisser l’horreur de la formule à son mystère. Ainsi qu’il apparaît au fur et à mesure de l’avancée dans cet ouvrage, la formule a plus d’une raison d’être affreuse. Et de fait, un mot peut être affreux pour bien des motifs : parce qu’il a une morphologie peu avenante ou une prononciation laborieuse, parce qu’il rappelle d’autres mots – eux-mêmes affreux pour différentes raisons –, parce qu’il masque le réel – les locuteurs admettent dans ce cas qu’un « beau mot » est un mot qui nomme adéquatement la chose –, ou au contraire parce qu’il nomme trop bien un réel qui est lui-même affreux – c’est alors l’horreur de la chose qui s’imprime sur le mot qui lui est adéquat –, …

166Deux énoncés peuvent suggérer que l’effroi provoqué par la formule provient du rappel du nazisme qu’elle inspire à l’interprétant. La phrase de Robert Solé citée plus haut, dans laquelle celui-ci parlait de « purification ethnique » comme d’« une expression terrible, rappelant de sinistres souvenirs » en est un exemple.

167Les autres énoncés n’exposent pas univoquement les causes du caractère affreux de la formule. S’exprimant à travers des formulations telles que « termes abjects », « affreuse expression », « formule abominable », « terme horrible » ou encore « mot horrible », le jugement d’horribilité porté sur la formule passe, dans 8 cas sur 14, par des appositions méta-énonciatives, dont voici deux exemples :

  • 132 Article non signé, « Les quatre conditions d’un règlement négocié », Le Quotidien de Paris, 26 août (...)
  • 133 Présentateur du journal de 13 h, France Inter, 26 avril 1995.

[Selon des sources gouvernementales britanniques] les quatre principes [auxquels devraient souscrire tous les participants à la conférence de Londres], qui sont propres à « tous les comportements civilisés » sont :
1. Pas de recours à la force ;
2. Pas de « purification ethnique » (une « expression dégoûtante », selon une de ces sources gouvernementales) ;
3. Fermeture des camps de détention ;
4. Respect des frontières et des droits de minorités.132
Dans son dernier rapport, l’ancien premier ministre polonais, Monsieur Mazowiecki, a dit que la purification ethnique, ce mot terrible, était pratiquement terminée.133

168Qualifiée d’« affreuse » ou d’« horrible », la formule « purification ethnique » fait, de façon cohérente, réagir ceux qui l’entendent : elle produit chez eux des effets.

Une formule productrice d’effets

  • 134 Interview de Jacques Chirac par Thierry Desjardins et Jean-Philippe Moinet, « “Refuser d’intervenir (...)
  • 135 Interview en duplex de Jean-Marie Le Pen, en direct de l’université du Front national (La Baule), p (...)
  • 136 Voir la réponse de Jean-Marie Le Pen ici p. 380.
  • 137 Nous ne tenons pas compte des énoncés dans lesquels le caractère producteur d’effets de la formule (...)

169« Comment réagissez-vous à l’usage du terme “purification ethnique” ? » demande un journaliste du Figaro à Jacques Chirac134. Un journaliste de TF1, de son côté, demande à Jean-Marie Le Pen : « Mais ce mot de purification ethnique vous choque ?… Le mot en lui-même… ? »135 La formule « purification ethnique » (et / ou son emploi) est manifestement un objet face auquel les acteurs sont supposés ne pas rester de marbre. Si Jean-Marie Le Pen ne répond pas directement à la question136, celui qui est à l’époque président du RPR et maire de Paris est clair : « Je suis proprement horrifié par cette expression aussi bien que par les atrocités qu’elle entraîne tous les jours sur le terrain » répond Jacques Chirac dans l’interview qu’il accorde au Figaro. La caractérisation de la formule comme terme qui fait réagir est ici provoquée dans l’interaction. Dans les pages qui suivent, nous nous intéressons aux énoncés dans lesquels les commentateurs disent d’eux-mêmes que la formule est productrice d’effets (qu’elle l’est pour ces commentateurs eux-mêmes, ou supposément pour autrui), ce qui est le cas à 20 reprises dans le corpus137.

170De même que les locuteurs qui qualifient la formule d’« affreuse » ne disent pas nécessairement pourquoi elle l’est, ceux qui disent de la formule qu’elle provoque une réaction n’explicitent pas toujours les motifs de ce caractère « déclencheur ». C’est le cas lorsque le syntagme « purification ethnique » est qualifié, sans plus de précision, d’« insoutenable expression » ou d’expression « qui devrait faire hurler d’horreur ».

171Malgré cela, relativement aux précédents, les énoncés concernés ici nous ouvrent des perspectives nouvelles quant au rôle joué par la formule – rôle supposé tel, représenté comme tel – dans l’appréhension du conflit yougoslave. Deux séries d’énoncés méritent d’être distinguées.

  • Dans la première, sont reliés la réaction de l’individu / citoyen et l’emploi de la formule par les hommes qui font la guerre (« les Serbes » ou un ensemble flou de la belligérance). Ici, la formule « purification ethnique » fait réagir parce que les hommes qui font la guerre l’utilisent (éventuellement, le cas de ces acteurs est aggravé parce que cette formule rappelle le nazisme).
  • Dans la seconde série d’énoncés, sont reliées la réaction des politiques (élus nationaux, représentants d’instances politiques internationales…) et la réception de la formule par les individus / citoyens. Dans ce cas, la formule « purification ethnique » fait réagir les politiques parce que les citoyens entendent cette formule dans la bouche de ceux qui font la guerre, et que cet acte de parole revêt pour eux une dimension événementielle qui les pousse à exiger une réaction de la part des politiques. Les réactions exprimées dans la seconde série sont donc des réactions aux réactions exprimées dans la première.

172De la première série relèvent des énoncés dans lesquels les locuteurs disent que la formule les a invités ou les invite à agir. Ainsi en est-il d’une déclaration du réalisateur Steven Spielberg dans laquelle celui-ci explique qu’il a décidé de réaliser le film La liste de Schindler après avoir entendu le mot « épuration ethnique ». Dans son cas, ce qu’il appelle le « cousinage diabolique » entre les termes « épuration ethnique » et « solution finale » motive le caractère déclencheur dont la formule est investie :

  • 138 Propos de Steven Spielberg interviewé par Danièle Heymann et Henri Behar, « Un entretien avec Steve (...)

Ce qui m’a finalement convaincu de le réaliser moi-même [le film La liste de Schindler], c’est un mot, une expression, que j’ai entendue pour la première fois sur CNN, s’appliquant à la Bosnie : « épuration ethnique ». « Épuration ethnique » et « solution finale », le cousinage est diabolique…138

173Mais le lien entre la capacité de la formule à produire des effets et les résonances de celle-ci avec le nazisme est bien plus souvent rendu possible dans l’interprétation qu’il n’est explicité par les commentateurs. C’est le cas dans cette lettre ouverte adressée au président François Mitterrand par des lecteurs de Politis :

  • 139 Lettre ouverte adressée au président de la République par un couple du Jura, publiée sous le titre (...)

Monsieur le Président, nous avons honte d’entendre énoncer à la radio, d’un ton quelconque, les nouvelles horribles de la résurrection des camps de la mort, honte d’entendre prononcer les termes de « purification ethnique ». La France ne peut tolérer ces atrocités, d’autant plus qu’elle souhaite – par un référendum – ratifier le traité de Maastricht, pour créer une Europe forte, garantissant la paix.139

  • 140 Les camps découverts en Bosnie, disait Jean Kahn, ne doivent pas être appelés « camps de concentrat (...)

174C’est le cas également dans des déclarations successives de Jean Kahn (dont il faut rappeler ici qu’il a tenu des positions subtiles au sujet de l’expression « camp de concentration »140) :

  • 141 Interview de Jean Kahn par Didier François, « Jean Kahn : “Le droit d’ingérence doit être total” », (...)

L’appellation de « nettoyage ethnique » est, en soi, suffisamment insupportable. Quand nous entendons ces mots dans une partie du monde – et tout particulièrement en Europe –, nous sommes interpellés dans notre conscience, notre mémoire et notre sens des responsabilités.141

  • 142 Daniel Lindenberg, « Les intellectuels français, les médias et l’ex-Yougoslavie », Esprit, Paris, n (...)

175Entendre prononcer la formule « purification ethnique » alerte, interpelle, donne honte, choque, incite à réaliser un film sur le thème du génocide juif, ou encore, selon l’opinion formulée par Daniel Lindenberg donne « envie de descendre dans la rue »142.

  • 143 Béatrice Toulon, « Les “malgré-nous” », La Croix, 15-16 août 1992, p. 3. Cité ici p. 314.

176De la seconde série relèvent des énoncés dans lesquels des commentateurs disent que certains représentants d’États ou d’instances internationales ont agi à cause de la formule « purification ethnique », mais ceci non pas parce que ces acteurs entendaient prononcer la formule (et qu’ils s’en seraient indignés), mais parce qu’ils prenaient acte des réactions produites par la formule auprès des opinions. C’est ainsi que nous interprétons l’énoncé de Béatrice Toulon cité plus haut143, de même que cette phrase d’une autre journaliste :

  • 144 Claire Tréan, « Roland Dumas ou la démonstration par l’Europe », Le Monde, 19 mars 1993, supplément (...)

La guerre pourtant était déjà presque achevée en Croatie, Osijek et Vukovar étaient en ruines, mais il fallut que l’expression de « purification ethnique » en vint à retentir trop fort de par le monde pour que MM. Mitterrand et Dumas consentent, plusieurs mois plus tard, à condamner l’agresseur serbe en Bosnie.144

177Autrement dit, le président de la République et le ministre des Affaires étrangères n’ont pas condamné les actions désignées par « purification ethnique » aussi longtemps que celles-ci n’étaient pas connues des opinions sous ce nom. Dans sa dénonciation organisée de la fourberie des politiques au pouvoir dans les démocraties capitalistes, le rédacteur d’un supplément à Lutte Ouvrière exprime plus brutalement ce que les deux journalistes écrivaient en y mettant les formes qui conviennent à La Croix et au Monde :

  • 145 Texte non signé, « Droits des peuples ou droits des États ? L’hypocrisie des dirigeants du monde im (...)

Quand les dirigeants impérialistes feignent de s’indigner devant la politique de « purification ethnique », ils sont d’une hypocrisie totale. Ce sont les mots qui les gênent […], plus que la chose elle-même.145

178Un dessin de Plantu paru dans Le Monde à la clôture de la conférence de Londres relève, d’après nous, du même type de commentaire sur la formule (voir l’illustration n° 1). On y voit Slobodan Milosevic revenir de la conférence de Londres et se diriger vers un camp serbe à l’entrée duquel figure le panneau : « Purification ethnique ». À l’adresse du gardien du camp serbe qui lui demande : « Alors, Londres ? », Milosevic répond : « Faut changer l’écriteau ! ».

  • 146 Voir nos remarques ici p. 17.

179Que des populations civiles soient victimes de traitements inhumains n’embarrasse pas les dirigeants occidentaux. Ce qui les préoccupe, c’est que la formule « purification ethnique » soit le terme par lequel les opinions ont connaissance de ces faits, que « purification ethnique » soit le terme qui donne son intelligibilité à la guerre – parce que ce nom, du fait des réactions qu’il provoque dans l’opinion, les oblige à l’action : la formule « purification ethnique » a manifestement pour effet de rendre la guerre yougoslave inacceptable, pour reprendre la problématique fayenne146. Elle rend la guerre inacceptable pour les citoyens – qui descendent dans la rue et envoient des lettres ouvertes au président de la République. Par ricochet, elle oblige les politiques à dire que la guerre est inacceptable – mais elle n’empêche pas, peut-être, ces politiques de l’accepter.

Illustration n° 1

Illustration n° 1

Dessin de Plantu, Le Monde, 29 août 1992, p. 1. © Plantu.

180Notre analyse quantifiée de la périodisation de la formule, présentée au début de cette seconde partie, avait montré comment la formule « purification ethnique » voyait ses emplois s’accroître brutalement et se diversifier à l’été 1992. La fréquence d’utilisation d’une formule désormais bien installée dans les colonnes de la presse fluctuait ensuite au fil des mois, dans un rapport assez étroit avec l’agenda médiatique. Il est manifeste que ces mouvements lexico-discursifs ne sont pas passés inaperçus dans l’espace public. Donnée réflexivement par les interprétants / commentateurs comme mise en circulation, comme inscrite dans le temps et comme modifiant l’intelligibilité de la guerre, la formule a fait événement dans l’univers discursif.

La formule confrontée à la pluralité de ses expressions : dépasser ou creuser l’écart entre variantes

  • 147 Nous pensons par exemple aux termes « mondialisation » et « globalisation », dont on peut faire l’h (...)

181Les commentateurs du conflit yougoslave sont confrontés au fait que sont mis en circulation – et donc mis à leur disposition, pour l’usage (la transparence) ou pour la mention (l’opacité) – trois expressions distinctes, mais dont les traits de signification se recouvrent en grande partie et qui fonctionnent le plus souvent en discours comme des termes à la fois coréférents et commutables. Ce fait d’une pluralité d’expressions n’est sans doute pas commun à toutes les formules qui circulent dans l’espace public, mais la formule « purification ethnique » n’est certainement pas un cas unique147. Achoppant sur cette pluralité, les commentateurs répondent tantôt en dépassant la différence, tantôt en la creusant. Dans les deux cas, l’existence de plusieurs expressions est soulignée, montrée : il y a soit écart montré et dépassé, soit écart montré et creusé.

Dépasser l’écart : poser une équivalence entre variantes

182Pour l’ensemble du corpus, 12 énoncés posent une équivalence entre deux, parfois trois variantes de la formule.

183Cette équivalence peut être celle du sens : les différentes expressions sont montrées comme synonymes en langue. Les dictionnaires exposent parfois une telle relation de synonymie, à travers des emplois autonymes des termes convoqués. C’est le cas dans la définition donnée par Le Nouveau Petit Robert (1993), dont on trouvera l’énoncé complet un peu plus loin (en compagnie d’autres définitions de dictionnaires et de lexiques) et qui commence ainsi :

Nettoyage, purification ethnique, motif donné par […].

  • 148 Sylvaine Frézel, La Yougoslavie ; agonie d’un État, Toulouse, Éditions Milan, coll. « Les Essentiel (...)

184Certains lexiques ou glossaires ont également recours à l’autonymie pour établir un rapport de synonymie entre expressions. Ainsi dans le lexique de Sylvaine Frézel148 :

Nettoyage ou épuration ethnique : il s’agit d’une action […].

  • 149 Véronique Soulé, « Glossaire de la crise yougoslave », Libération, 27 août 1992, p. 24-25.

185ou dans le glossaire de Véronique Soulé149 :

Purification ethnique (ou nettoyage ethnique). […].

  • 150 Voir en particulier Jacqueline Authier-Revuz (1987, p. 83-89).

186Dans les textes où la fonction métalinguistique est secondaire par rapport à la fonction référentielle, c’est de façon assez attendue que le rapport de synonymie s’exprime préférentiellement par la modalisation autonymique, sous la forme spécifique du couplage employant la coordination « ou »150 et faisant de deux variantes de la formule, selon l’expression d’Irène Tamba (1987, p. 27), des « compossibles » :

  • 151 Yves Heller, « Sauvetage ou épuration ? », Le Monde, 7 avril 1993, p. 1 et 4.

Ce « nettoyage » – ou « purification » – auquel se livrent les Serbes depuis près de deux ans, consiste à vider, par tous les moyens – meurtres, viols, intimidations, humiliations – une région, qu’ils se sont arrogée, des éléments appartenant aux autres communautés que la leur, à savoir des Musulmans et des Croates151.

187Dans les autres énoncés posant un rapport d’équivalence entre variantes, l’équivalence est moins celle d’une synonymie en langue (bien que celle-ci ne soit pas a priori contestée) qu’une équivalence en discours, dans l’univers discursif du moment. Les commentateurs, alors, soulignent le fait que les expressions sont d’ordinaire utilisées comme synonymes plutôt qu’ils ne posent qu’elles sont synonymes. C’est ainsi que nous envisageons l’énoncé de Michel Roux cité plus haut (« Durant l’été, les termes de purification, épuration ou nettoyage ethnique sont apparus […]  »), ou encore le début d’un article de Florence Hartmann sur lequel nous revenons dans les pages qui viennent. De ce second type d’énoncés relèvent très explicitement les emplois autonymes des variantes dans la définition du Petit Larousse (1993) :

Purification ethnique : élimination, par une population […]. (On dit aussi épuration ethnique et nettoyage ethnique.)

  • 152 Encadré non signé, « Les mots pour comprendre les discussions sur la Bosnie », Mon Quotidien, 9 nov (...)

188Emplois autonymes que l’on retrouve à l’identique dans un lexique publié par Mon Quotidien, journal destiné à la jeunesse152 :

Purification ethnique : élimination d’un peuple […]. (On dit aussi épuration ethnique et nettoyage ethnique.)

189Dans une tribune de François Fejtö publiée par Le Monde, « nettoyage » et « purification » sont également représentés comme deux modes de dire mis en circulation dans la communauté pour une même expression :

  • 153 François Fejtö, « Les sources idéologiques du “nettoyage ethnique” », Le Monde, 9 avril 1993, p. 2.

L’expression, depuis un an ou deux, a été banalisée par les média : « le nettoyage (parfois on dit “purification”) ethnique », commencé en 1991 dans les provinces occupées de la Croatie, se poursuivait et se poursuit encore en Bosnie, dont les forces serbes, en six mois d’offensive, ont occupé 70 % du territoire […].153

  • 154 Selon la formulation de Francine Mazière dans son analyse du pronom « on » tel qu’employé dans les (...)

190L’équivalence pour la langue cohabite ainsi avec l’équivalence pour « une communauté linguistique homogène »154, que présuppose en particulier le pronom « on » dans la construction « on dit “X” ». À la frontière entre la synonymie en langue (l’un ou l’autre signifiant indiffèrent le sens) et l’indifférence dans l’usage (on dit aussi bien l’un ou l’autre), figure cette phrase de Télérama où le statut métalinguistique des expressions est conféré par une parenthèse grâce à laquelle celles-ci acquièrent toutes deux une valeur dénominative :

  • 155 Jean-Claude Raspiengeas, « L’image de trop », Télérama, 2 mars 1994, p. 60-64.

Printemps 1992 : cette sauvagerie programmée, annoncée, revendiquée (la « purification » ou le « nettoyage ethnique ») plongea sur Sarajevo155.

191Mis devant le fait accompli d’une pluralité d’expressions existantes, certains locuteurs apportent ainsi une réponse sur le mode du dépassement de la différence : « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et / ou « épuration ethnique » veulent dire la même chose, soit que cette équivalence soit posée en langue, soit qu’elle constitue la conséquence des emplois qui, de fait, utilisent différentes expressions pour dire la même chose. Les variantes prototypiques de la formule peuvent ainsi, du point de vue des commentateurs eux-mêmes, appartenir à un même « paradigme définitionnel », suivant la terminologie de Marie-Françoise Mortureux (1993), deux voire trois d’entre elles pouvant être, les unes par rapport aux autres, des reformulants in praesentia.

Creuser l’écart : poser une différence entre variantes

192Face à la pluralité des expressions, d’autres énoncés répondent par un creusement de l’écart. 10 énoncés du corpus sont concernés. La nature de l’écart montré est plus variable que précédemment : à la question du sens des expressions, majeure quand il s’agit de dépasser l’écart, s’ajoutent ici celles de l’emploi selon les utilisateurs, du rapport à une langue source, ou encore de la mémoire des usages dont les termes sont lestés.

193L’écart le plus souvent représenté est celui qui sépare des locuteurs ou encore des langues : les commentateurs se bornent à enregistrer le fait qu’un locuteur A (ou une langue A) emploie ou préfère employer telle variante, alors qu’un locuteur B (ou le même locuteur A mais dans d’autres circonstances, ou encore une langue B) emploie ou préfère employer telle autre variante.

194Après le vote de la résolution 771 par le Conseil de sécurité de l’ONU, qui est la première des résolutions dans laquelle le Conseil emploie la formule « purification ethnique », le bureau parisien de l’AFP avait émis une dépêche consacrée à des commentaires sur la formule elle-même. Cette dépêche commence ainsi :

  • 156 Dépêche AFP signée AFP/HC, émise le 14 août 1992 à Paris, intitulée « “Épuration”, “purification” o (...)

L’Organisation des Nations Unies a en quelque sorte officialisé jeudi 13 août l’expression d’« épuration ethnique », en condamnant fermement dans la résolution 771 de son Conseil de sécurité cette pratique qui vise à séparer par la force des communautés vivant sur un même territoire. Si les textes officiels de l’ONU ont retenu le mot d’épuration (en anglais « cleansing » et en espagnol « depuración »), les diplomates de l’organisation internationale, à New York comme à Genève, ont également recours, en privé ou en public, aux termes de « purification » ou de « nettoyage ».156

195Il est très vraisemblable que Florence Hartmann se soit inspirée de cette dépêche pour la rédaction d’un article qui paraît deux semaines plus tard dans Le Monde. Cet article, dont nous reproduisons ci-après les premières lignes, pose d’abord que les trois expressions fonctionnent comme synonymes, pour ensuite poser la question de l’emploi des termes selon les locuteurs (les trois termes définissent un concept, écrit la journaliste, mais tout le monde n’emploie pas le même terme) :

  • 157 Florence Hartmann, « La genèse du “nettoyage ethnique” », Le Monde, 3031 août 1992, p. 1 et 3.

« Purification », « épuration », « nettoyage ethnique », trois termes pour définir un concept que l’on croyait proscrit du monde moderne, mais qui a resurgi sur le sol européen, « à deux heures d’avion de nos plages », dans l’ex-Yougoslavie. Quelle formule choisir ? En condamnant fermement cette pratique, dans la résolution 771 de son Conseil de sécurité, l’ONU a en quelque sorte officialisé l’expression « épuration ethnique ». Mais les termes consacrés dans les autres langues de l’ONU – « cleansing » en anglais, « depuración » en espagnol – conduisent souvent les diplomates à préférer « purification » ou « nettoyage ».157

196Plus succinct, et soulignant la différence d’une langue à une autre, le député communiste du Val-de-Marne écrit dans L’Humanité :

  • 158 Jean-Claude Lefort, « Choses vues et entendues », L’Humanité, 8 septembre 1992, p. 25.

Nous avons là, d’emblée, une vision de cette idée révoltante et macabre de la « purification ethnique » (on dit « nettoyage ethnique » en anglais).158

197À observer cette première série d’énoncés, on remarquera que le creusement de l’écart entre variantes n’est pas nécessairement incompatible avec le dépassement de l’écart, étudié précédemment. Tout dépend de la nature de l’écart montré : on peut très bien souligner que l’emploi de « épuration ethnique » est le fait d’un locuteur A tandis que l’emploi de « purification ethnique » est le fait d’un locuteur B, sans pour autant exclure un rapport de synonymie entre les deux termes. Ainsi, le dépassement de l’écart et le creusement de l’écart ne sont pas à envisager a priori comme des points de vue mutuellement exclusifs sur la formule, mais plutôt comme des éclairages différents portés sur la question de la pluralité des expressions disponibles, comme deux façons de répondre au fait accompli de la diversité.

198Nous noterons également que ces énoncés peuvent avoir pour effet – même si tel n’est pas leur objet premier – de montrer la formule « purification ethnique » comme une formule mondialisée : la formule est, de fait, représentée comme mise en circulation dans l’espace public, mais cette fois dans une dimension internationale et / ou plurilingue. En ce sens, ces commentaires apportent une contribution à la représentation de la formule comme événement de discours.

  • 159 On ne confondra pas cet énoncé de Florence Hartmann avec d’autres, analysés par ailleurs, qui font (...)

199D’autres commentaires posent que la différence entre variantes est celle du rapport à une langue source, le serbo-croate. C’est ce type d’écart qui clôt le raisonnement de Florence Hartmann. Les phrases que nous avons citées précédemment sont en effet immédiatement suivies par celle-ci159 :

En fait, ce que les Serbes, principaux accusés dans cette condamnation, appellent « ethnicko ciscenje » se traduit littéralement par « nettoyage ethnique ».

  • 160 Critère qui s’exprime à l’exclusion de tout autre dans cette déclaration de Nicolas Petrovitch Njeg (...)

200Ainsi, au creusement du premier type d’écart succède celui d’un second : ce qui différencie les variantes, c’est leur fidélité plus ou moins grande au serbo-croate, « nettoyage ethnique » étant de ce point de vue jugé « littéralement » le plus fidèle. Interprétativement, c’est ainsi également que nous comprenons cet énoncé de Jean-François Deniau, dans lequel on rencontre de surcroît un écart selon un critère de préférence160 :

  • 161 Jean-François Deniau, « Le silence et la honte », postface au livre de Claire BOULANGER, Bernard Ja (...)

Nous avons dans l’ex-Yougoslavie et en Bosnie des diplomates, des militaires, des centaines d’agents des ONG humanitaires et de journalistes. Ils n’ont pas vu ? Ou ils n’ont pas dit ? Pourquoi jamais un mot sur ce mot de « purification » que les Anglais traduisent mieux par « nettoyage » ? Cela n’arrange pas de savoir et faire savoir ?161

201La différenciation des variantes selon leur rapport au serbocroate est l’objet central d’un énoncé de Michel Roux, qui, il faut le souligner, est le seul de tous à poser explicitement une différence sémantique entre variantes (sous l’angle de l’opposition « sens premier » / « sens figuré ») :

  • 162 Michel Roux, « La “purification ethnique”, théorie et pratique », L’État du monde 1994. Annuaire éc (...)

Les expressions « purification ethnique » et « nettoyage ethnique » se sont répandues dans le monde entier lors de la guerre de Bosnie, en 1992.
L’une et l’autre sont des traductions du serbo-croate etnicko ciscenje, dont elles reprennent la première le sens figuré, la seconde le sens premier162.

  • 163 Terme que Bakhtine (ou plutôt ses traducteurs) utilise à plusieurs reprises, mais sans trait d’unio (...)
  • 164 Comme le souligne Jacqueline Authier (1995, p. 168-172 et p. 249-255), il convient de distinguer, à (...)

202Un dernier type d’écart montré – et toujours creusé – par les commentateurs est celui de ce que l’un d’entre eux appelle la « connotation », à propos de laquelle nous préférerons parler de « déjà-dit »163, de « mémoire interdiscursive » ou encore, pour reprendre un terme typiquement bakhtinien, de « dialogisme interdiscursif »164 : la différence entre variantes, selon ces commentateurs, c’est la force d’évocation d’autres discours qu’elles sont à même de suggérer. Deux énoncés sont concernés. Pour le premier commentateur, Robert Toulon, éditorialiste au Quotidien de Paris, la différence entre « nettoyage » et « purification ethnique » est que le premier terme rappelle spécifiquement le vocabulaire nazi :

  • 165 Robert Toulon, éditorial non titré (titre de Une : « L’extermination en marche »), Le Quotidien de (...)

Et pourtant, il y avait eu « Mein Kampf » où tout était écrit. Et pourtant, il a aujourd’hui cet objectif maintes fois réaffirmé par les nationaux-communistes qui règnent à Belgrade, de « purification ethnique ». Certains parlent même de « nettoyage », comme on parlait de « judenrein » ou de « judenfrei »… […] Il faut se souvenir. De Munich.165

  • 166 La phrase de Michel Roux visée ici par Kosta Christitch est la suivante : « En réalité, la nation e (...)

203Pour le second commentateur, journaliste au Point et défenseur du point de vue serbe dans la guerre, la différence entre « nettoyage ethnique » et « purification ethnique » est que la seconde expression rappelle les discours racistes. Vigoureusement irrité par un article de Michel Roux paru dans Hérodote166, Kosta Christitch écrit dans sa lettre de réplique :

  • 167 Kosta Christitch, « Réponse à Michel Roux », Hérodote. Revue de géographie et de géopolitique, Pari (...)

L’accusation [de Michel Roux] fait frémir, car cela revient à dire que le « nettoyage ethnique » (ou, mieux encore, « la purification ethnique », comme aime à l’écrire la presse occidentale pour donner une plus forte, et donc plus condamnable, connotation raciste) constitue une spécialité serbe qui remonte loin dans le passé.167

204Outre qu’ils mettent au jour un nouveau type d’écart, les propos de Robert Toulon et de Kosta Christitch présentent l’intérêt, mis l’un à côté de l’autre, de montrer que le fait de savoir lequel des trois termes « dit le pire », ou « dit plus », ne trouve de réponse que dans la subjectivité. La confrontation des deux énoncés montre que non seulement l’identification de la variante « disant plus » peut varier d’un interprétant à l’autre, mais aussi que cette identification peut varier y compris lorsque le critère d’évaluation (ici le poids de déjà-dit, la « connotation ») est commun aux interprétants.

205À l’issue de ce parcours, nous observerons que la question de la pluralité des expressions concerne peu d’énoncés du corpus relativement aux cinq autres registres : s’il arrive à certains commentateurs de se dire confrontés à cet état de fait, la plupart d’entre eux semblent plus souvent y achopper sans en faire part ou passer au travers qu’ils n’y achoppent et le disent. De surcroît, relativement aux autres registres, la place occupée par des textes à caractère principalement métalinguistique et / ou métadiscursif (dictionnaires, lexiques et glossaires, mais aussi la dépêche de l’AFP qui est entièrement consacrée à du commentaire sur les mots) semble particulièrement importante. Ce constat laisse à penser que le problème d’une pluralité d’expressions est bien souvent un problème de spécialiste (le lexicographe) ou celui d’un commentateur (journaliste, historien…) usuellement préposé à la description du réel mondain mais qui, momentanément, se pose en spécialiste du lexique (dans le cadre de la rédaction d’une dépêche à vocation métadiscursive, dans le cadre de l’élaboration d’un lexique à la fin d’un livre…). Dit autrement, la question de la pluralité des variantes de la formule serait plus souvent une « question qu’il faut poser » (parce que c’est la vocation du lexicographe ou du rédacteur de lexique que de se poser ce genre de question) qu’une « question qui se pose ». L’existence d’une pluralité de variantes serait, pour une majorité des récitants du conflit, une question qu’on peut se passer de poser, peut-être même une question qui ne se pose pas.

La formule et ses enjeux dans la signification : fixer ou éparpiller le sens

206Relèvent de ce troisième registre de problématisation des énoncés qui, par-delà leur très forte hétérogénéité et malgré leur façon presque divergente de répondre aux faits de langue, s’appuient sur un même fait : les mots ont du sens. Dans la première série d’énoncés que nous analysons, les commentateurs font du sens de la formule « purification ethnique » quelque chose qu’il faut exposer, préciser, fixer durablement ou indiquer en passant. Dans la seconde série, les commentateurs tirent parti du « non-un » du sens constitutif de tout signe lexical pour enrichir la formule de traits de signification inattendus ou pour mettre en lumière la pluralité de sens possibles que porte en elle la formule « purification ethnique ». Le sens, plus qu’il n’est fixé, est alors éparpillé, éclaté, montré dans sa pluralité.

Assigner un sens à la formule : définir et reformuler

  • 168 Voir « Une formule perçue comme inscrite dans une temporalité », p. 313-318.

207Avec la formule « purification ethnique », les acteurs de l’espace public sont confrontés à un ensemble d’expressions dont plusieurs sont des assemblages néologiques – et souvent reconnus comme tels, nous l’avons montré168. On ne s’étonnera pas dès lors que les commentateurs s’engagent dans des opérations consistant à assigner du sens, ou un sens, à une variante de la formule (ou conjointement à plusieurs variantes, lorsque l’énoncé pose par la même occasion une relation d’équivalence entre différentes variantes). Mais, comme on peut s’y attendre également, sous des dehors parfois aimablement pédagogiques, les définitions et les reformulations révèlent certains des enjeux socio-politiques dont la formule est investie.

208Il convient de distinguer, à l’intérieur de ces énoncés qui d’une manière ou d’une autre assignent un sens à la formule, différents degrés de distanciation. Le rapport à la formule et le sens qu’on peut délivrer à son propos ne sont pas les mêmes selon que la formule est l’objet d’une définition dans un texte à vocation exclusivement métalinguistique ou selon que la formule se trouve reformulée à travers une apposition déposée discrètement dans le fil de la rédaction d’un article de presse consacré au conflit yougoslave. Nous distinguerons ainsi dans les pages qui viennent trois séries d’énoncés correspondant à différents degrés de distanciation, de la distanciation la plus tranchée à la plus menue :

  • énoncés dans lesquels la formule se voit conférer un statut d’autonyme par sa mise en vedette ;

  • énoncés dans lesquels les commentateurs, par ailleurs principalement occupés à la description du réel mondain, s’arrêtent un instant – en général le temps d’un énoncé phrastique – pour définir la formule ;

  • énoncés dans lesquels les commentateurs paraphrasent la formule à travers un bref ex-cursus (modalisation autonymique, relative appositive…) à l’intérieur d’un énoncé phrastique par ailleurs consacré à la description du réel mondain.

Mettre la formule en vedette (glossaires et dictionnaires)

209Lorsqu’elle est disposée en entrée dans un dictionnaire ou dans un glossaire, la formule « purification ethnique » est maximalement objectivée dans son appartenance à la langue, rendue totalement opaque, pleinement autonyme. Comme le soulignent André Collinot et Francine Mazière (1997, p. 83), « mise en vedette, la forme mot peut être perçue comme une figure de signe, une unité sémiotique appartenant au système de la langue. » C’est ce statut autonyme de l’entrée qui constitue le point commun des énoncés que nous rassemblons ici. Car pour le reste, ce qui est dit au sujet de cet autonyme que devient alors la formule varie considérablement d’un énoncé à l’autre et, surtout, la nature de ce qui est dit ne se laisse pas prévoir par le type de texte dont l’énoncé provient. À propos de ce qu’elle appelle le « mélange des discours », Josette Rey-Debove ([1989] 1997, p. 347) observe : « Il arrive qu’un dictionnaire de langue, que l’on croit tel à cause de sa nomenclature, donne des informations encyclopédiques à propos du référent des noms, introduisant un discours non métalinguistique dans le métalangage de l’article. […] Inversement, il arrive qu’un dictionnaire qui semble encyclopédique par sa nomenclature donne des informations sur le mot. » Notre corpus n’échappe pas à ce mélange des discours, puisque si les énoncés considérés proviennent de types de textes variés (dictionnaire de langue, glossaire publié dans un manuel scolaire d’histoire ou dans un ouvrage consacré à la guerre yougoslave…), les « définitions de mot » et les « définitions de chose » ne se trouvent pas nécessairement là où on les attend. Parfois, langue et encyclopédie se fréquentent à une même entrée. Ce mélange des discours nous amène à ne pas faire du type de texte dont l’énoncé est tiré un critère premier de l’analyse, et à nous intéresser prioritairement à ce qui est dit de l’autonyme.

  • 169 Nous excluons ici le long passage que Véronique Soulé consacre à la formule dans son « Glossaire de (...)
  • 170 Plus précisément, dans les dictionnaires encyclopédiques ou de langue, la formule est en mention à (...)

210Dans le corpus, la formule « purification ethnique » est à neuf reprises169 définie au moyen d’un article dont elle représente l’entrée170. Nous citons intégralement les articles concernés, par ordre chronologique de publication :

  • 171 À partir de l’édition 1993, qui est la première édition du Nouveau Petit Robert faisant suite au Pe (...)

211Dictionnaire de langue Le Nouveau Petit Robert171.

(1992) Nettoyage, purification ethnique, motif donné par le gouvernement serbe dans le conflit avec la Bosnie et la Croatie (déplacement de populations).

  • 172 À partir des éditions 1993. Le Petit Larousse illustré, Le Petit Larousse compact et Le Petit Larou (...)

212Dictionnaire de langue Le Petit Larousse172 :

Purification ethnique : élimination, par une population dominante, des autres groupes ethniques vivant sur le même territoire, par l’exercice d’une violence physique ou psychologique. (On dit aussi épuration ethnique et nettoyage ethnique.)

  • 173 Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Théry, Les Mots de la géographie ; dictionnaire critique, Mont (...)

213Dictionnaire critique de géographie173 :

Purification ethnique : Élimination de tout peuple, de toute minorité, par celui qui prétend à l’hégémonie absolue dans un territoire donné. Sinistre invention récente (1992) émanant des Serbes qui cherchent à éliminer tout autre qu’eux-mêmes dans certaines parties de la Bosnie, considérées comme territoire serbe, par l’anéantissement ou par l’expulsion, et même par le viol des femmes, considéré comme une forme d’eugénisme. Les nazis avaient déjà parlé de Flubereinigung, le « nettoyage du sol », ou nettoyage ethnique. Ce n’est pas vraiment une excuse. V. territorialisme, tribalisme, meute.

  • 174 Serge Bernstein et Pierre Milza (dir.), avec la collaboration de Gisèle Bernstein, Yves Gautier et (...)

214Glossaire dans un manuel d’histoire pour classes de terminale174 :

Purification ethnique : théorie mise au point par des membres de l’Académie des Sciences de Belgrade et préconisant l’homogénéisation ethnique des territoires de l’ancienne Yougoslavie peuplés par des Serbes, en en chassant par la terreur les autres populations pour permettre l’annexion définitive de ces territoires par la Serbie.

  • 175 À partir de l’édition 1994.

215Dictionnaire encyclopédique Dictionnaire Hachette encyclopédique illustré175 :

Purification ethnique : expression répandue en 1992 par les nationalistes serbes, lors du démantèlement de la Yougoslavie, pour désigner l’élimination par la violence, dans certaines régions revendiquées, de groupes ethniques non serbes.

  • 176 Paul Garde, Les Balkans, Paris, Flammarion, coll. « Dominos », 1994, 127 p., p. 116.

216Glossaire à la fin d’un livre sur les Balkans176 :

Nettoyage ethnique : élimination d’un territoire donné (par massacres, expulsions ou pressions) de ceux qui ne sont pas membres d’une ethnie donnée. Ce terme est employé par ceux qui sont ou se jugent victimes de cette opération, rarement par ceux qui la pratiquent.

  • 177 Encadré non signé, « Les mots pour comprendre les discussions sur la Bosnie », Mon Quotidien, 9 nov (...)

217Lexique publié dans un journal pour les 10-15 ans, en accompagnement d’articles sur la guerre yougoslave177 :

Purification ethnique : élimination d’un peuple par un autre en raison de sa religion ou de sa race. En exerçant une violence physique ou psychologique. On dit aussi épuration ethnique et nettoyage ethnique.

  • 178 Les Clés de l’actualité, 21 mars 1996, dossier spécial « Combattre le racisme », p. I-V (« Lexique  (...)

218Lexique publié dans un journal pour les 14-18 ans, dans un dossier sur le racisme178 :

Purification ethnique : élimination d’une population au profit d’une autre vivant sur le même territoire.

  • 179 Sylvaine Frézel, op. cit., p. 58.

219Glossaire à la fin d’un livre sur l’histoire de la Yougoslavie179 :

Nettoyage ou épuration ethnique : il s’agit d’une action visant à éliminer d’un territoire donné les populations n’appartenant pas à l’ethnie des « épurateurs ». Dans le conflit bosniaque, elle a pris des formes particulièrement violentes : massacres, viols systématiques, etc. Mais elle peut être plus discrète comme au Kosovo. Elle est pour l’essentiel pratiquée par les nationalistes serbes, mais des Croates et des Musulmans ont imité leurs ennemis.

220Nous ne reviendrons pas sur les rapports d’équivalence posés entre variantes, rapports dont il a été question précédemment. Nous préférerons souligner que ces définitions rendent compte, à leur manière, des questions soulevées par la formule « purification ethnique » dans l’univers discursif en son ensemble – cela ne signifie aucunement que les dictionnaires, pour ne parler que d’eux, « reflètent » les emplois de la formule ou les discours sur la formule.

221D’abord, l’ensemble de ces articles témoigne de la tension référentielle dans laquelle est prise la formule « purification ethnique » : celle-ci peut aussi bien être une catégorie dénominative servant à désigner des événements dont l’ancrage géo-historique reste entièrement ouvert qu’une expression réservée à la dénomination de référents yougoslaves. L’article de Sylvaine Frézel illustre le premier point de vue : à une définition paraphrastique de l’expression qui ne renvoie à aucun espace historique particulier succèdent des « exemples de chose » (par opposition à des « exemples de mot »), dans lesquels prennent place le « nettoyage ethnique » en Bosnie puis le « nettoyage ethnique » au Kosovo (on pourrait imaginer que d’autres événements historiques viennent compléter la définition en extension ainsi amorcée). L’article proposé par le manuel scolaire d’histoire, au contraire, fait de « purification ethnique » un terme indissociable de l’espace yougoslave, et qui n’est pas transposable à d’autres cadres (ou qui le serait, mais au prix d’une métaphore). Cette tension référentielle s’exprime y compris dans les dictionnaires de langue, puisque Le Petit Larousse soutient le premier point de vue (formule comme catégorie dénominative) tandis que Le Petit Robert supporte le second (formule réservée à la dénomination d’un événement singulier).

222Ensuite, à l’instar des emplois de la formule dans le corpus en son ensemble, les articles révèlent la pluralité des traits de signification qu’est susceptible de porter la formule. Deux articles, celui du manuel scolaire et celui du Petit Robert, font de « expulsion » le trait définitoire de la formule. Dans ce dernier dictionnaire, l’expression « déplacement de populations » est même intégrée au paradigme définitionnel de la formule. Les 7 autres articles, sans faire de « extermination » le trait définitoire exclusif de la formule, n’écartent pas le fait que la destruction physique soit une des modalités possibles de la purification ethnique (aux côtés de l’expulsion, parfois du viol). Le terme « élimination », qui est utilisé dans 6 articles sur 9 (à quoi s’ajoute 1 occurrence du verbe « éliminer »), témoigne bien de cette oscillation entre « expulsion » (les personnes sont éliminées du territoire) et « extermination » (les personnes sont éliminées). Une définition comme celle que publie Les Clés de l’actualité reste entièrement sous-déterminée quant au type de référent que la formule est à même de renvoyer (« élimination » pouvant dans ce cas désigner aussi bien une extermination qu’une expulsion hors du territoire mais sans aucune destruction physique des personnes). Ainsi les définitions font-elles écho au débat sur le caractère exterminatoire ou non de la guerre yougoslave.

  • 180 Nous nous référons ici à la distinction « définition métalinguistique » / « définition paraphrastiq (...)

223Enfin, plusieurs articles portent les traces du caractère énonciativement problématique de la formule, c’est-à-dire de l’utilisation de la formule (et non de la pratique de la chose) comme enjeu. Le commentaire métadiscursif de Paul Garde restitue explicitement la formule dans sa dimension polémique, soulignant combien « purification ethnique » fonctionne « à l’accusation », et non pas « à la revendication ». La définition métalinguistique180 que donne le dictionnaire Hachette ouvre une ambiguïté énonciative qu’elle tranche in extremis grâce au syntagme adjectival « non serbes », par lequel la formule est univoquement faite – et définie comme – « mot des Serbes, et que ceux-ci utilisent pour désigner ce qu’ils font ». Mais d’autres articles sont porteurs de différentes ambiguïtés ou sous-déterminations qui restent, dirions-nous, en l’état. Deux articles sont équivoques quant au fait de savoir si les inventeurs de la chose sont également les inventeurs du mot : ces articles ne disent pas univoquement si « les Serbes » (ce sont eux qui sont visés) sont « simplement » si l’on peut dire les inventeurs de la pratique ou du concept désigné par la formule, ou s’ils ont inventé cette pratique ou ce concept sous ce nom. Ainsi, dans le dictionnaire critique de géographie publié en 1993, la formulation « sinistre invention récente (1992) émanant des Serbes » peut être interprétée comme renvoyant à l’entrée autonyme située deux lignes en amont :

224– l’expression « purification ethnique » est une sinistre invention récente des Serbes

225et / ou comme renvoyant à la définition paraphrastique qui précède immédiatement :

226– l’« élimination de tout peuple, de toute minorité, par celui qui prétend à l’hégémonie absolue dans un territoire donné » est une sinistre invention récente des Serbes.

227De même, l’article du manuel scolaire offre deux lectures :

  • purification ethnique est le nom que des membres de l’Académie des Sciences de Belgrade ont donné à leur théorie

  • purification ethnique est le nom qui est communément donné à une théorie des membres de l’Académie des Sciences de Belgrade.

228Dans les deux cas, l’Académie des sciences et des arts de Belgrade est présentée comme l’inventeur de la « purification ethnique » comme théorie, mais la question reste entière de savoir si cette institution a inventé cette théorie sous ce nom. L’enjeu, pourtant, est de taille.

  • 181 Selon la rédaction du Nouveau Petit Robert consultée par nos soins en février 1995, le rédacteur de (...)

229La définition du Nouveau Petit Robert présente une ambiguïté énonciative d’un tout autre ordre. Dans la formulation « motif donné par le gouvernement serbe dans le conflit avec la Bosnie et la Croatie », l’entrée autonyme est dans tous les cas présentée comme une expression ou comme un contenu de discours du gouvernement serbe, mais l’ambiguïté demeure sur le fait de savoir si cette expression ou ce contenu de discours sont utilisés et revendiqués, ou s’ils sont utilisés pour être dénoncés, le conflit avec la Bosnie et la Croatie étant alors de la part des Serbes une réponse défensive à la purification ethnique (le motif du conflit) menée à leur encontre, et dénoncée par eux. À l’insu des lexicographes (d’après les réponses de la rédaction du Robert interrogée sur la question181), le dictionnaire rend ainsi compte de la formule « purification ethnique » comme terme qui fonctionne, dans les discours nationalistes de l’espace yougoslave, au service d’un argument de légitime défense. S’il est juste de dire que « le dictionnaire est pris dans le discours dominant et / ou contradictoire d’une époque » (Collinot et Mazière, 1997, p. 50), c’est ici sur le contradictoire que nous sommes invité à insister, en y adjoignant le terme de polémique.

  • 182 Lettre Larousse du 16 mai 1995.
  • 183 Plusieurs journaux se sont fait l’écho du procès. Voir en particulier Sandrine Briclot, « Belgrade (...)
  • 184 Voir ici p. 105-111, « Le Mémorandum ».
  • 185 Les articles emploient « population(s) », « peuple », « minorité », « groupes ethniques », ou encor (...)

230Pour conclure ce développement consacré aux mises en vedette de la formule, nous aimerions souligner que si les articles rendent compte des enjeux et tensions que la formule supporte, ils n’échappent pas, en outre, à la circulation des discours sur la formule observée plus généralement dans l’espace public : les différents glossaires et les dictionnaires encyclopédiques ou de langue font partie intégrante des circuits de la circulation. Sur 9 articles, 3 ont été principalement élaborés sur la base d’articles de presse écrite. Consultée par nos soins sur la question, la rédaction du Robert dit s’être appuyée sur des articles du journal Le Monde, parmi lesquels celui de Florence Hartmann « La genèse du “nettoyage ethnique” » (celui-là même qui s’ouvrait par des commentaires métadiscursifs manifestement inspirés d’une dépêche de l’AFP). La rédaction du Larousse répond également que sa définition de « purification ethnique » est fondée sur des articles du Monde, « notamment ceux de Florence Hartmann »182. En février 1994, au cours du procès en diffamation qui leur a été intenté par l’Académie des sciences et des arts de Belgrade, les auteurs du manuel scolaire, Serge Bernstein et Pierre Milza, ont fourni au tribunal la documentation qui leur avait permis de rédiger l’article « purification ethnique ». Celle-ci était pour une large part constituée d’articles de presse183. Il semble bien que les commentateurs s’exprimant par voie de presse et qui faisaient du Mémorandum de l’Académie « le mémorandum de la purification ethnique »184 aient produit leurs effets jusque dans un manuel d’histoire pour classes de terminale. On voit ici combien la presse ne contribue pas seulement à mettre la formule néologique en circulation, mais aussi à la mettre en circulation avec un (des) certain sens, sens dont on retrouve ensuite des reformulations dans des textes normatifs porteurs de signification légitime. C’est dans sa double face, de signifiant et de signifié, que la formule « purification ethnique » trouve dans l’instance médiatique un agent de mise en circulation puis d’installation dans l’univers discursif. La circulation du signe semble parfois dessiner la figure d’un cercle – d’aucuns parleraient de « circularité des discours » – lorsque, à son tour, la presse s’appuie sur des dictionnaires pour proposer à ses lecteurs le « bon sens » de la formule. Nous faisons ainsi l’hypothèse que le rédacteur du lexique publié dans Mon Quotidien a ouvert son Petit Larousse, d’où il a tiré sa définition moyennant quelques transformations et substitutions (en particulier, il utilise le mot « race », absent des autres articles185).

S’arrêter un instant pour définir la formule

231(pause métalinguistique dans des discours à visée mondaine)

232À côté des articles analysés précédemment, dont la raison d’être est d’assigner un sens à la formule, on rencontre des textes principalement consacrés à la description du réel mondain mais au cours desquels les commentateurs font une pause, s’arrêtent un instant pour définir la formule avant de poursuivre leur discours sur la guerre yougoslave. Ces excursions à caractère métalinguistique peuvent se faire au moyen des procédés métalinguistiques les plus attendus, mais aussi à travers ce que nous appellerons à la suite de Martin Riegel (1990) des « énoncés définitoires ordinaires ». Sont concernés au total 14 énoncés du corpus.

  • 186 Sur « signifier » / « désigner » voir les propositions de Josette Rey-Debove (1969) et (1978, p. 18 (...)
  • 187 Par exemple quand « vouloir dire » n’est pas utilisé pour assigner un sens à la formule mais pour d (...)
  • 188 Troisième rapport de Tadeusz Mazowiecki, 17 novembre 1992, repris dans Le Livre noir de l’ex-Yougos (...)

233Recours à des verbes métalinguistiques. Dans ces pauses visant à définir la formule, on s’attendrait surtout à voir apparaître des verbes métalinguistiques caractéristiques de l’opération de définition, tels que « vouloir dire » ou « signifier », auxquels on peut ajouter un verbe typique de l’opération de désignation comme « désigner »186. Pourtant, si nous excluons, suivant notre choix d’une catégorisation interprétative et non pas uniquement formelle des énoncés, les emplois non définitoires de tels verbes187, force est de constater que ce type d’énoncés n’est pas très fréquent. Seuls 4 commentateurs dans le corpus ont recours à des verbes métalinguistiques pour délivrer, au milieu d’un discours dont la visée principale est un référent mondain, une définition de la formule. Nous en donnons ici un exemple, rencontré dans un rapport de la Commission des droits de l’homme des Nations unies188 :

L’épuration ethnique est à la base de l’immense majorité des violations des droits de l’homme commises en Bosnie-Herzégovine depuis que la situation des droits de l’homme a commencé à présenter un caractère d’urgence, c’est-à-dire mars-avril 1992. L’expression « nettoyage ethnique » désigne l’élimination, par le groupe ethnique qui tient un territoire, des individus appartenant à d’autres groupes ethniques. Diverses méthodes sont utilisées à cette fin : menaces, harcèlement et intimidation ; utilisation d’armes à feu et d’explosifs contre des maisons, des magasins et des locaux professionnels ; destruction des lieux de culte et d’institutions culturelles ; transfert ou réinstallation de la population par la force ; exécutions sommaires ; […].

234L’énoncé métalinguistique étant clos, et après cette longue liste des méthodes employées (où l’on notera qu’« élimination » ne renvoie pas seulement à l’extermination mais aussi à l’expulsion), le rapport poursuit sur la situation des droits de l’homme en Bosnie-Herzégovine : les référents mondains redeviennent les référents usuels du discours.

  • 189 Safet Kryemadhi, « Yougoslavie : raisons d’États et ruine des populations », Espace de Libertés. Ma (...)
  • 190 Michel Roux, « La “purification ethnique”, théorie et pratique », L’État du monde 1994. Annuaire éc (...)
  • 191 Xavier Bougarel, Bosnie, anatomie d’un conflit, Paris, La Découverte, coll. « Les dossiers de l’éta (...)

235On est étonné du peu d’énoncés définitoires ayant recours à des procédés univoquement métalinguistiques alors qu’une connaissance sommaire du corpus donne bien l’impression qu’il n’est pas exceptionnel que les commentateurs assignent explicitement un sens à la formule « purification ethnique ». De surcroît, il est frappant de constater que les 4 énoncés relevés ne proviennent pas d’articles de la presse écrite d’information générale, mais de textes à la fois plus longs et plus spécialisés : outre le rapport cité ci-dessus, on compte un article paru dans un organe militant189, un texte publié dans un recueil annuel à caractère encyclopédique190 et un livre sur la guerre en Bosnie191. L’analyse des autres modalités d’assignation du sens observées dans le corpus va nous permettre de proposer des hypothèses sur ces états de faits.

236Énoncés définitoires ordinaires. Il est manifeste qu’à rechercher uniquement les opérations de définition dans des énoncés qui affichent formellement leur caractère métalinguistique, on laisse sur le bord de la route des énoncés du corpus qui, bien qu’ils fassent l’économie de mots métalinguistiques et de l’autonymie, proposent bel et bien des définitions de la formule « purification ethnique ». Martin Riegel (1990, p. 97) relève que, « lorsqu’il est amené à définir un mot […], le locuteur ordinaire a rarement, sinon jamais, recours à des énoncés ouvertement métalinguistiques […] dont le verbe pivot (désigner, être le nom de, signifier, avoir le sens de, etc.) identifie le mot en emploi autonymique à ce qu’il désigne ou à ce qu’on appelle son signifié  ». Martin Riegel propose d’appeler « énoncés définitoires ordinaires » des énoncés dénués de formes univoquement métalinguistiques, mais qui sont identifiables, dans l’interprétation, à des définitions. Il en va ainsi de « Un pédiatre, c’est un médecin pour les enfants en bas âge. » ou de « Un brillant est un petit diamant taillé à facettes. » (mais non pas, toujours pour reprendre un exemple fourni par Martin Riegel, de « Une voiture, c’est une source de dépenses qui grèvent le budget familial. »).

237Si le verbe « être », utilisé dans les formes canoniques de l’énoncé définitoire ordinaire, est présent dans notre corpus, les commentateurs du conflit yougoslave ont également recours au verbe « consister », moins prévisible dans cet emploi.

  • 192 Jean-Jacques Mevel, « Voyage en Bosnie “purifiée” », Le Figaro, 15 novembre 1992, p. 2.
  • 193 Brève non signée, « Un appel du cardinal Decourtray », La Croix, 19 janvier 1993, p. 4.

238Dans le corpus, les emplois définitoires de « être » n’apparaissent pas dans les constructions les plus attendues que seraient « La purification ethnique, c’est + article + N + (X) » et « La purification ethnique est + article + N + (X) ». Non pas que ces constructions soient absentes, mais plutôt que les énoncés qui les supportent ne soient pas interprétables comme définitoires, et consistent préférentiellement en des caractérisations du référent (« Le nettoyage ethnique, c’est un désastre pour tout le monde »192, « La purification ethnique est une abomination »193). Dans les 5 énoncés définitoires ordinaires utilisant « être » rencontrés dans le corpus, le présentatif « c’est » introduit la formule « purification ethnique » et non la définition, qui se situe pour sa part en amont de la chaîne, séparée par un point ou seulement, comme ici, par une parenthèse :

  • 194 Bernard Féron, « La guerre en Bosnie », Dossiers et documents, Paris, Éditions Le Monde, mars 1994, (...)

Dans un premier temps, Musulmans et Croates parurent conjuguer leurs forces contre les milices serbes qu’appuyait l’armée fédérale. L’objectif de ces milices était clair : regrouper en un même État tous les Serbes, et chasser de leurs zones les autres peuples (c’est le « nettoyage ethnique »)194.

239À deux reprises, l’énoncé définitoire s’accompagne en outre d’un soulignement du caractère stéréotypique de la dénomination. Ainsi dans cet article de Pierre Hassner paru dans la revue Esprit :

  • 195 Pierre Hassner, « L’émigration, problème révolutionnaire », Esprit, Paris, n° 183, juillet 1992, p. (...)

Mais le flot des réfugiés n’est pas simplement, dans ce cas, la conséquence de la guerre, il en est la finalité. Il s’agit de redécouper les frontières en chassant les uns pour installer les autres, en transformant les Serbes de minorité en majorité. C’est ce qu’on appelle la « purification ethnique ».195

  • 196 Yves Heller, « Sauvetage ou épuration ? », Le Monde, 7 avril 1993, p. 1 et 4.

240La presse d’information générale, qui n’apporte qu’un cas d’énoncé définitoire utilisant « être » (donc, en l’espèce, le présentatif « c’est ») a préférentiellement recours au verbe « consister », dont elle fournit 4 occurrences sur les 5 concernées. Un article du Monde déjà cité un peu plus haut196 en est une illustration, de même que cet article du Quotidien de Paris :

  • 197 Article non signé, « La Croix-Rouge dénonce l’horreur », Le Quotidien de Paris, 14 août 1992, p. 10

La purification ethnique consiste à « nettoyer » par la force et la déportation une région donnée des ethnies indésirables pour le pouvoir en place. Les Serbes sont accusés d’utiliser systématiquement cette pratique barbare dans les régions qu’ils contrôlent, tant en Croatie qu’en Bosnie-Herzégovine.197

241Il convient de signaler un article tiré d’un magazine pour adolescents en ce qu’il montre comment « consister » peut servir à forger un énoncé définitoire ordinaire. Cet article est composé d’une série de questions adressées par les jeunes lecteurs d’Okapi à leur journal, et auxquelles répond la rédaction. Voici la question qui nous intéresse, et les premières lignes de la réponse :

  • 198 « Vos questions sur la Bosnie », Okapi, Dossier Actualité, 1er juin 1994, p. 6-7 [supplément au n° (...)

4. Pourquoi parle-t-on de « purification ethnique » en Bosnie et que signifie cette expression ? (Michaël, 14 ans, Béthune)
La purification ethnique consiste à éliminer une partie bien déterminée de la population d’un pays. Hitler l’a fait, pendant la Seconde Guerre mondiale, en pourchassant les Juifs, les Tziganes et les Noirs. En Bosnie, ce sont les Serbes qui ont commencé : ils éliminaient tous les habitants non-serbes, c’est-à-dire les Croates et les Musulmans, pour ne garder, dans les territoires conquis, que des populations serbes.198

242Nous disposons, avec l’analyse des énoncés définitoires ordinaires, d’un élément d’explication sur la faible représentation des énoncés employant un verbe métalinguistique. Les définitions de la formule présentes à l’intérieur d’un discours dont le référent principal est mondain ont moins fréquemment recours à ce second type d’énoncés qu’aux énoncés définitoires ordinaires. La presse écrite se distingue par sa préférence pour les énoncés définitoires ordinaires par rapport aux énoncés ouvertement métalinguistiques, et tout spécialement pour ceux qui ont recours à « consister » par rapport à ceux qui emploient « être ». La presse serait en ce sens plus proche du « locuteur ordinaire », selon l’expression de Martin Riegel, que du lexicographe ou du linguiste, alors que des types de textes plus longs et / ou plus spécialisés ne reculeraient pas devant l’emploi de verbes caractéristiques de l’activité métalinguistique. Si tous les types de textes sont concernés par ce moment du discours sur la guerre yougoslave qui consiste à s’arrêter ponctuellement pour définir la formule « purification ethnique », et si aucune période de la guerre n’est plus favorable que d’autres à ce moment de questionnement-réponse métalinguistique, chaque type de texte connaît ainsi ses modalités d’expression privilégiées.

Délivrer une signification dans le fil du discours (reformulations paraphrastiques)

243Le fait d’assigner un sens à la formule « purification ethnique » ne passe plus ici par une objectivation maximale telle qu’on pouvait l’observer dans la mise en vedette, ni même par un arrêt momentané sur la formule avant réembrayage sur le discours à visée mondaine, mais par une reformulation qui s’immisce à l’intérieur même d’un énoncé non-métalinguistique. Il ne s’agit plus d’une pause du commentateur sur son parcours discursif mais de gestes méta-énonciatifs effectués d’une main tandis que le corps continue d’avancer dans la description du réel mondain. Ces gestes, qui représentent 21 énoncés dans la totalité du corpus, prennent différentes formes.

244Les juxtapositions qui soient interprétables comme des reformulations de la formule « purification ethnique » sont assez rares puisqu’on n’en compte que trois. Le guillemetage de la variante formulaire encourage cette interprétation, qui n’est cependant pas exclue en l’absence de toute marque d’opacification :

  • 199 Rony Brauman interviewé par Franck Nouchi, « Un entretien avec Rony Brauman », Le Monde, 24 novembr (...)

On sait que les milices et l’armée serbes vont purifier, vont vider les villages, et on leur demande simplement de nous autoriser à garnir quelques gardes-manger […].199

  • 200 Sont donc exclues de l’analyse les relatives interprétées comme déterminatives. La ponctuation, ici (...)
  • 201 À la suite de différents auteurs, soulignons que les expressions « c’est-à-dire » et « autrement di (...)

245Les autres énoncés sont moins soumis aux incertitudes de l’interprétation, bien que certains d’entre eux soient formellement porteurs d’ambiguïté. Ces énoncés délivrent une signification de la formule au moyen d’une relative appositive interprétée comme telle200 (6 énoncés), d’une apposition (6 énoncés de nouveau), ou encore par un marqueur de reformulation paraphrastique interprété comme tel201 (6 toujours). Trois aspects de ces résultats peuvent être commentés.

246Sur le contenu des reformulations tout d’abord. Le terme « élimination », dont nous avons souligné le potentiel d’équivocité et dont nous avons vu qu’il était très fréquemment utilisé dans les articles mettant la formule en vedette, disparaît totalement au profit de diverses formulations exprimant univoquement l’expulsion. Sur 18 énoncés, 16 paraphrasent la formule au moyen de formulations qui font de l’expulsion le trait définitoire de « purification ethnique ». Par exemple dans cet article du Quotidien de Paris :

La deuxième résolution votée par les quinze membres du Conseil de sécurité concerne les violations des droits de l’homme dans l’ex-Yougoslavie. Y sont évoqués autant les camps que la pratique de la « purification

  • 202 Article non signé, « L’ONU sur la pointe des pieds », Le Quotidien de Paris, 15-16 août 1992, p. 10

247ethnique », c’est-à-dire des transferts massifs de populations en fonction de leurs origines, nationalités ou religions.202

248Seul un énoncé fait de la destruction un trait définitoire de « purification ethnique ». Il est fourni par l’ambassadeur de Bosnie-Herzégovine en France, et concorde avec nos observations selon lesquelles le terme « génocide » est d’un emploi particulièrement fréquent chez les acteurs ex-yougoslaves :

  • 203 Nikola Kovac, Bosnie : le prix de la paix, Paris, Éditions Michalon, coll. « Idées et Controverses  (...)

Le « nettoyage ethnique », qui n’est rien d’autre qu’un génocide, s’effectue, grâce à des opérations planifiées sans relâche et de façon radicale.203

249Enfin, un énoncé envisage l’expulsion et l’extermination comme deux facettes possibles de la « purification ethnique » :

  • 204 Michel Muller, « Horreurs de la guerre civile », L’Humanité, 7 août 1992, p. 2.

Sur les lieux mêmes de la guerre civile, les accusations mutuelles de tentatives de « purification ethnique », c’est-à-dire d’expulsion, et au pire, d’annihilation des minorités, se sont répétées jeudi.204

250Ainsi, le déplacement de populations est clairement le trait de signification qui domine les reformulations données par les commentateurs lorsque celles-ci s’expriment par des relatives appositives, des appositions ou des marqueurs de reformulation paraphrastique, alors que les mises en vedettes de la formule privilégient les définitions renvoyant de façon équivoque à l’expulsion et / ou à l’extermination.

251À propos du contenu toujours, relevons l’existence, à deux reprises dans le corpus, d’énoncés qui ont recours à une variante adjectivale de la formule pour former la paraphrase d’une variante nominale. Par exemple, dans Libération :

  • 205 Véronique Soulé, « Dix mille personnes déplacées par jour », Libération, 29 juillet 1992, p. 4.

La « purification ethnique » – le fait de chasser les populations « ennemies » des territoires conquis pour en faire des régions « ethniquement pures » – est au cœur de la crise des réfugiés.205

252Ce type de paraphrase, dont la survenue surprendrait moins dans un dictionnaire de langue – dont on sait qu’il s’autorise parfois une circularité peu éclairante (« artisanal : qui est relatif à l’artisan ») –, est plus inattendu dans le contexte d’un article de presse. Si le couplage de « purification » et de « le fait de chasser » a certainement des vertus didactiques quant à la signification de la formule (la paraphrase, en ce sens, est efficace), cette dernière semble malgré tout résister à une reformulation pleine et entière, et ne pouvoir se définir qu’en passant par une autre forme d’elle-même.

253Ensuite nous noterons que les opérations de reformulation ne se répartissent pas également dans le temps. En effet, 12 des 18 énoncés apparaissent au cours des deux mois qui séparent le 27 juin du 27 août 1992, autrement dit dans la période d’expansion maximale de la formule dans l’univers discursif. Dans certains journaux, la reformulation accompagne une des premières apparitions de la formule. Ainsi dans La Croix, où une apposition accompagne la quatrième occurrence, qui survient le 27 juin :

  • 206 Béatrice Toulon, « La diplomatie impossible », La Croix, 27 juin 1992, p. 8.

Le leader serbe de Bosnie, Radoman Karadizic [sic ; A. K.-P.], est en train de « purifier » ethniquement (chasser tous les non-Serbes) des zones qu’il contrôle déjà en Bosnie afin de les rattacher à la Serbie.206

254Ou dans Sud-Ouest, avec la seconde apparition de la formule dans ce journal, le 20 juillet :

  • 207 Article non signé, « Dialogue l’arme au pied », Sud-Ouest, 20 juillet 1992, p. 2.

Milan Panic a déclaré que les Serbes de Bosnie mettraient leur armement lourd sous contrôle de l’ONU aux abords des deux villes assiégées de Gorazde et Sarajevo. Il sera mis fin au « nettoyage ethnique » – politique brutale qui consiste à déporter les minorités non serbes des villages bosniaques – à condition que les musulmans et les Croates mettent également un terme à ces pratiques, a-t-il dit.207

  • 208 Observation de Michael Riffaterre (1953) rappelée par Jean-François Sablayrolles (1996, p. 18).

255Si les définitions de la formule (quelles qu’en soient les formes : mise en vedette, définition avec verbe métalinguistique, énoncé définitoire ordinaire) ne connaissaient pas de période d’apparition privilégiée, il en est autrement pour les reformulations opérées plus discrètement sur le fil d’un discours à visée mondaine. Celles-ci accompagnent de préférence la formule dans sa pleine phase néologique, confirmant ainsi des observations déjà anciennes sur les indices du sentiment néologique : « La lexie nouvelle, présumée inconnue du destinataire, fait souvent l’objet d’une information explicative : apposition ou commentaire [explicatif]. »208 La formule « purification ethnique », dont nous savons qu’elle est néologique en cet été 1992, n’échappe manifestement pas à ce phénomène.

256Enfin, une remarque s’impose à propos du type de textes dans lequel apparaissent les reformulations paraphrastiques. Contrairement aux pauses métalinguistiques observées précédemment, les reformulations sont produites de préférence par des commentateurs qui s’expriment dans la presse écrite d’information générale : celle-ci est responsable de 15 des 18 énoncés (les autres proviennent de la presse spécialisée ou de livres). Les journaux, qui révélaient une faible propension à l’emploi d’énoncés définitoires utilisant des verbes métalinguistiques, se montraient déjà nettement plus enclins aux énoncés définitoires ordinaires (spécialement à ceux utilisant « consister »), moins ouvertement métalinguistiques. Nous voyons à présent qu’ils ont une prédilection plus nette encore pour des procédés plus « légers », pourrait-on dire, et qui permettent de parler de ce référent mondain qu’est le conflit yougoslave tout en délivrant au passage une signification de « purification ethnique », formule employée dans la description de cette guerre. La modalisation autonymique ou « boucle méta-énonciative », selon une autre expression de Jacqueline Authier, grâce à laquelle la formule est à la fois en usage et en mention, se révèle ici un procédé particulièrement approprié.

La formule confrontée au non-un du sens : polysémie et jeux de mots

  • 209 Pour éviter de parler d’« énoncés » pour renvoyer à des modes d’expression iconiques, nous employon (...)

257Si certains commentateurs s’attardent sur la formule pour lui assigner un sens, d’autres, au contraire, la travaillent et la reprennent en tant qu’elle porte concomitamment une pluralité de traits de signification. Ces énoncés confortent notre idée selon laquelle le fait polysémique n’est pas définitivement éradiqué dans l’actualisation du mot en discours, et montrent qu’un emploi formulaire n’exclut pas une activation d’acceptions qui, selon une thèse « monosémisatrice », opposée à la nôtre, auraient pourtant dues être préalablement évacuées. Sur l’ensemble du corpus, 17 « unités »209 font jouer la non-univocité du sens constitutif de la formule. La plupart d’entre elles sont des dessins de presse : le mode d’expression iconique est bien souvent, complémentairement ou non avec un élément de la strate verbale, le moyen par lequel les commentateurs mettent en valeur l’hétérogénéité du sens.

  • 210 Où la préposition « de », particulièrement ambiguë dans ce contexte, doit être interprétée univoque (...)
  • 211 Pour plus de détails, voir Alice Krieg (2000 c, p. 456-464, « Un cas d’ambiguïté prédicative »).
  • 212 Dessin de Tim, L’Événement du jeudi, 6 août 1992, p. 5.
  • 213 Dessin de Pancho, Le Monde, 4 novembre 1992, p. 4 (voir illustration n° 13) et Le Monde, 14 juillet (...)
  • 214 Dessin de Willem, Charlie Hebdo, 15 septembre 1993, p. 13 (voir illustration n° 25).

258La métaphore hygiéniste est le procédé auquel les commentateurs ont le plus souvent recours pour faire résonner la polysémie des composantes de la formule (13 unités sur 17). Elle consiste généralement à mettre en scène la métaphore hygiéniste que présuppose la formule – ou, plus exactement, la métaphore hygiéniste que présupposent les acteurs qui sont supposés employer la formule (acteurs qu’incarnent selon les cas Slobodan Milosevic, le général Ratko Mladic, ou des hommes en tenue militaire). Certains commentateurs font jouer cette métaphore en sélectionnant la prédication < des humains purifient un territoire d’autres humains >210, prédication qui fait partie de celles, plurielles, qui sont sous-jacentes à la formule211. L’aspirateur – comme dans un dessin de Pancho reproduit ici (voir illustration n° 2) –, le tamis212, ou encore le camion-poubelle213, sont au service de cette mise en lumière de la polysémie. Combinée à une parodie de publicité comparative pour marques de lessive, la métaphore est pour un dessinateur de Charlie Hebdo l’occasion de faire des Serbes et des Croates des acteurs égaux en performance dans l’action que désigne la formule214.

  • 215 Outre le dessin reproduit ici, voir en annexe le dessin de Willem, Charlie Hebdo, 10 août 1994, p. (...)

259Deux dessins de Willem215 sélectionnent la prédication < des humains purifient d’autres humains > sous-jacente à la formule. Dans l’un d’entre eux, l’étymologie du mot « cravate » apporte un motif supplémentaire à la mise en scène de la métaphore (voir illustration n° 3).

260Un dessin d’Honoré (voir illustration n° 4) s’appuie sur la polysémie que supporte le lexique du nettoyage pour représenter le désaveu de l’épuration ethnique prononcé par Mira Markovic pour le compte de son époux, Slobodan Milosevic. La monstration du non-un du sens est ici au service de la dénonciation de la mauvaise foi des dirigeants serbes face aux accusations de purification ethnique (et de viols) dont ils sont l’objet.

Illustration n° 2

Illustration n° 2

Dessin de Pancho, Le Canard enchaîné, 28 avril 1993, p. 6. © Pancho.

Illustration n° 3

Illustration n° 3

Dessin de Willem, Charlie Hebdo, 12 août 1992, p. 6. © Willem.

Illustration n° 4

Illustration n° 4

Dessin d’Honoré, Charlie Hebdo, 5 janvier 1994, p. 8. © Honoré.

  • 216 Les deux autres unités sont des énoncés verbaux. Ainsi de cette phrase de Bernard Thomas, dans laqu (...)

261Trois unités rencontrées dans le corpus consistent à faire jouer le couple « pur » / « mélangé » à l’intérieur du couple « pur » / « impur ». Ainsi dans un dessin de Cardon (voir illustration n° 5), où le dessinateur fait écho à la « pureté ethnique » (/ « impureté ») que Milosevic est supposé revendiquer, pour répondre sur le mode d’un « non-mélange » qui réfère à la brutalité et à la bêtise (le crâne de Milosevic ressemblant à celui d’un primate)216.

  • 217 Dessin de Willem, Charlie Hebdo, 10 novembre 1992, p. 6-7.

262Signalons enfin, unique en son genre, un dessin de Willem qui porte sur une variante nominale de la formule désignant un acteur, et qui substitue au trait « humain animé » le trait « non-humain inanimé » : l’expression « purificateur ethnique », qui désigne dans le reste du corpus des acteurs humains, désigne ici un adjuvant non-humain destiné à ces acteurs, en l’occurrence une prothèse217.

Illustration n° 5

Illustration n° 5

Dessin de Cardon, Le Canard enchaîné, 23 juin 1993, p. 4. © Cardon.

263Si les 17 unités relevées consistent en une monstration de ce que Jacqueline Authier appelle l’« hétérogénéité des mots à eux-mêmes », ces unités ne sont pas le tout de cette hétérogénéité, dont la polysémie n’est qu’un aspect, ou encore une « face », pour prendre des termes saussurien. Mais c’est, de fait, cette « face-signifié » qui est la mieux représentée dans le corpus, puisque seuls deux énoncés font jouer le non-un des signes sur la « face-signifiant ». L’un d’entre eux mérite d’être cité car, en faisant entendre un nouveau signifiant dans le signifiant d’une composante de la formule, il atteint également le sens de cette dernière, y faisant résonner, dans le cas présent, le couple « sain » / « malade » :

  • 218 Noël Bouttier, « Sarajevo : l’agonie quotidienne », Témoignage chrétien, 17 juillet 1993, p. 10. On (...)

Pour autant, le responsable de l’Unicef à Sarajevo refuse de peindre la réalité tout en noir. Des fils d’espérance, fragiles, résistent aux bombes et à la purification (putrification ?) ethnique.218

264La métaphore hygiéniste, dont nous venons de montrer qu’elle est la plus fréquemment requise par les commentateurs de la guerre yougoslave pour faire entendre (ou voir) le non-un du sens de la formule « purification ethnique » est certes assez attendue. Sa mise en œuvre, de plus, revêt un caractère plaisant, ou jugé tel. Ces constats ne doivent pas masquer le rôle de ces énoncés et de ces dessins dans la représentation des acteurs accusés de « purification ethnique » (les soldats serbes et Slobodan Milosevic sont principalement désignés) en tant qu’ils portent sur leurs victimes (des civils au premier chef) une évaluation axiologique négative reposant sur le couple notionnel « propre » / « sale », « sain » / « malade », renvoyant ces acteurs, selon une interprétation possible, à d’autres utilisateurs notoires de cette évaluation – discours racistes, antisémites et d’extrême droite des xixe et xxe siècles. Par ces énoncés et ces dessins, les commentateurs grèvent en ce sens lourdement le poids de l’accusation qui pèse sur les nationalistes serbes.

Une formule rapportée à un extérieur discursif

  • 219 Jacques Merlino, Les Vérités yougoslaves ne sont pas toutes bonnes à dire, Paris, Albin Michel, 199 (...)
  • 220 Yves Lacoste, « La question serbe et la question allemande », Hérodote. Revue de géographie et de g (...)

265D’où vient l’expression « purification ethnique » ? Qui l’a prononcée ? Dans quel contexte ? Dans quels textes ?219
Dans le drame yougoslave l’origine de cette expression [« purification ethnique »] est obscure et controversée.220

266Que ce soit dans des perspectives partisanes ou scientifiques, « purification ethnique » est une formule questionnée dans ses origines et, plus largement, dans son appartenance à un corps de discours. Les réponses proposées par les commentateurs, par-delà leur diversité, font régulièrement de la formule un « mot des autres » : la formule est rapportée à un extérieur discursif, et non pas au discours auquel le locuteur se dit être lié.

267C’est à dessein que nous disons que la formule est rapportée à un extérieur discursif et non pas qu’elle lui est attribuée. En effet, ce dernier terme semblerait privilégier la question de la création initiale de la formule, alors que nous concerne ici également la question de son emploi : nous ne cherchons pas seulement à identifier les locuteurs présentés comme des inventeurs de la formule mais aussi ceux qui sont représentés comme employant celle-ci. Le rapport qu’une catégorie de locuteurs entretient avec la formule peut ainsi relever de la création (« purification ethnique » a été inventé par L [Locuteur]) mais aussi, par exemple, de l’emploi (« purification ethnique » est utilisé par L), de la diffusion (« purification ethnique » a été propagé par L) ou encore de la résonance interdiscursive (« purification ethnique » rappelle le discours de L), chaque type de rapport pouvant avoir, dans l’interprétation, des valeurs et une intensité polémiques variables.

  • 221 Voir « Une expression que tout le monde utilise », p. 311 et « Une dénomination partagée dans le “o (...)

268Nous avons déjà analysé des énoncés dans lesquels la formule est rapportée à un extérieur discursif lorsque nous avons mis en évidence le caractère stéréotypique de « purification ethnique », comme expression et comme dénomination221. L’extérieur discursif était alors celui du « on » du discours courant. Dans les énoncés analysés ici, l’extérieur concerné est mieux identifiable – même s’il est loin d’être toujours désigné par un nom propre d’individu ou de groupe. C’est en fonction de la nature de l’extérieur discursif convoqué dans les énoncés que nous avons organisé la présentation des résultats. Pour chaque extérieur, nous nous intéressons aux différents rapports que celui-ci entretient avec la formule, et aux positions discursives et politiques que ces rapports sous-tendent.

269Toutes formes confondues, et même si l’on exclut (comme nous l’avons fait) les îlots textuels, le registre de problématisation de la formule qui consiste à renvoyer cette dernière à un extérieur au discours est de loin le plus exploité par les commentateurs du conflit : il est présent dans 232 énoncés du corpus. Ce registre de problématisation révèle combien la formule, comme la proto-formule en son temps, fonctionne « à l’accusation » et – ceci répondant dialogiquement à cela – « à la récusation ». Les problèmes de prise en charge énonciative posés par les dérivés de « pur- », « net- » et « épur- » et les caractéristiques des dérivés de « ethnie » se conjoignent, dans le contexte d’un discours qui cherche à donner une intelligibilité aux faits advenant sur le terrain, dans la formule « purification ethnique » faite « mot des autres ».

  • 222 Voir en particulier Mikhaïl Bakhtine [1975] 1978, « Du discours romanesque », p. 83-233.
  • 223 L’extérieur discursif « Révolution française » n’est convoqué qu’une seule fois, ce qui explique qu (...)

270Les « autres » en question peuvent être des acteurs yougoslaves du conflit de 1991-1995 (des « belligérants »), croates, ou serbes surtout. Les Albanais du Kosovo, dont nous avons vu le rôle central dans le fonctionnement de la proto-formule, n’incarnent plus désormais l’extérieur discursif créateur ou utilisateur de la formule – ce qui explique qu’il ne soit pas question de ces acteurs dans l’analyse des énoncés relevant de ce registre. Les « autres » peuvent également être des locuteurs appartenant à l’histoire passée. Le discours sur la formule « purification ethnique » est dans ce cas un discours se référant au déjà-dit de la formule, et témoigne du dialogisme interdiscursif dans lequel se constitue toute parole222. L’extérieur discursif convoqué peut alors comporter – c’est-à-dire être représenté comme tel – des attestations de la formule (« purification ethnique » existait déjà dans le discours de L) comme il peut se contenter d’être la paroi sur laquelle la formule fait écho (« purification ethnique » évoque le discours de L, ou évoque un mot du discours de L). Dans le corpus, les locuteurs de l’histoire passée auxquels la formule renvoie sont soit des acteurs de l’histoire yougoslave (tchetniks de Mihaïlovic, oustachis de Pavelic…), soit un ensemble d’acteurs que l’on peut appeler « les nazis »223. Les « autres », enfin, peuvent être des acteurs non-yougoslaves de la guerre, médias et instances politiques notamment.

Remarque sur le sort réservé aux îlots textuels
Dans la mesure où nous ne cherchons pas seulement à connaître les créateurs (supposés tels) de la formule mais aussi ses utilisateurs (également représentés comme tels), il semblerait assez cohérent que nous passions au crible de l’analyse les énoncés dans lesquels la formule « purification ethnique » apparaît en îlot textuel. Tel ne sera pas le cas. Plusieurs considérations motivent notre décision.
D’abord, ces énoncés sont à la fois nombreux (de fait) et équivoques (par nature). Un relevé exploratoire des îlots textuels portant sur la formule dans la totalité du corpus nous a permis d’évaluer la population concernée à plus de 80 individus (ceci sans compter les énoncés comportant l’expression « au nom de » suivie d’une variante de la formule entre guillemets), ce qui est considérable au regard d’une étude requérant l’examen soigneux de chaque énoncé. En même temps, ainsi que nous l’avons déjà souligné, l’îlot textuel ne renvoie pas de façon univoque à une extériorité discursive. Autant la rareté des occurrences de la proto-formule et la monotonie de ses emplois nous invitaient à nous attarder sur le rôle spécifique joué par l’îlot textuel durant la période, autant la fréquence des occurrences de la formule et, surtout, la diversité de ses emplois opacifiés ou opacifiants nous encouragent à laisser les îlots textuels sur le bord de la route au profit des emplois autonymes et des commentaires opacifiants, tous deux suffisamment nombreux et variés à partir de fin mai 1992 pour qu’ils puissent à eux seuls supporter l’analyse.
Ensuite, le relevé exploratoire des îlots textuels montre que cette catégorie de renvoi à un extérieur discursif n’est pas discriminante : l’îlot textuel fait de la formule « purification ethnique » un mot utilisé par tous, ou peu s’en faut. En effet, dans le corpus, l’îlot textuel peut faire de la formule un terme employé par :

un dirigeant serbe
Il [Radovan Karadzic] avait annoncé dès mars dernier la « purification ethnique » au nom du « chacun chez soi » dans une Bosnie dépecée, soulignant qu’il valait mieux « être un réfugié ethnique plutôt qu’un otage ethnique »1.

des Serbes
D’autres Serbes leur ont dit que Sarajevo allait être libérée et « purifiée ethniquement » pour devenir la capitale des Serbes bosniaques en attendant la fusion avec la Serbie2.

un dirigeant bosniaque3
Le vice-président bosniaque Ganic a dénoncé la « purification ethnique » et le chef de l’État Izetbegovic, qui participe aux négociations de New York, a parlé hier de « très mauvaises nouvelles » à propos des combats de Cerska4.

conjointement un dirigeant croate et un dirigeant yougoslave
Le 30, à Genève, le président croate, M. Franjo Tudjman, et son homologue yougoslave, M. Dobrica Cosic, condamnent, dans une déclaration commune, la « purification ethnique »5.

un rapporteur de la CSCE
Selon M. Blackwell, les camps sont un élément fondamental de la politique de « nettoyage ethnique »6.

le président du CICR
Il [Cornelio Sommaruga] s’est élevé avec indignation contre la « politique perverse » de « purification ethnique » dont la plupart des victimes sont, précise-t-il, des Musulmans7.

un porte-parole de la Forpronu
Le porte-parole de la Forpronu, M. Adnan Abdelrazek, a rappelé mercredi que l’évacuation des résidents de Sarajevo sous la pression des assiégeants serbes équivalait à « un nettoyage ethnique » auquel les « casques bleus » ne peuvent « prêter la main »8.

une ONG
Dans un rapport rendu public mercredi soir, […] Human Rights Watch dénonce la « purification ethnique » conduite par les soldats, policiers et milices serbes dans la région de Bosanski Samac, dans le nord-est de la Bosnie-Herzégovine9.

conjointement les Serbes et les nazis
Depuis quelques jours, nous savons que les Serbes ont organisé des camps de concentration pour obtenir la « purification ethnique » dont se réclamaient déjà les nazis10.

et bien d’autres locuteurs encore, individuels ou collectifs.
Certes, les actes de parole au cours desquels la formule est employée (supposée l’être) ne se distribuent pas également d’un type de locuteur à un autre. Comme on peut s’y attendre, les instances politiques internationales et les ONG ont tendance à employer la formule au cours d’un acte de condamnation ou de dénonciation, alors que les nationalistes serbes, principaux accusés de la pratique que désigne la formule, ont tendance – toujours d’après la représentation que la presse en donne – à employer la formule au cours d’un acte de préconisation. La condamnation implique à peu près toutes les catégories de locuteurs ; car les principaux acteurs – yougoslaves ou non – du conflit ont effectivement, à un moment ou à un autre, condamné la purification ethnique, et, ce faisant, ont utilisé la formule.
Même si elle doit être ramenée à la forte fréquence avec laquelle la presse écrite a, d’une façon générale, recours à l’îlot textuel, l’abondance des îlots textuels portant sur la formule mérite d’être relevée : elle montre, en ce qu’elle traduit la régularité avec laquelle la formule « purification ethnique » résiste aux opérations de reformulation, à quel point la formule impose son corps de signifiant et constitue, sur un mode quasi-stéréotypique, un objet à tenir à distance.

1. Marc Semo, « Le moyen de préserver les conquêtes », Libération, 21 janvier 1993, p. 3.
2. Michel de Carné, « Ex-Yougoslavie : dix-huit mois, trois guerres », Ouest-France, 12 janvier 1993, p. 3.
3. Remarque : l’îlot textuel est le seul mode d’opacification par lequel la formule soit rapportée à un locuteur de type « les Musulmans / Bosniaques » (qu’il s’agisse d’un dirigeant, d’un citoyen, d’un être collectif…) et, par ailleurs, l’acte de parole concerné est toujours une condamnation ou une dénonciation. On ne rencontre pas plus de commentaire du type « La “purification ethnique”, comme disent les Musulmans, … » qu’on ne trouve de glose du type « …ce qu’Izetbegovic appelle le “nettoyage ethnique” ». Ceci explique qu’un locuteur de type « les Musulmans / Bosniaques » n’ait pas place dans les différents extérieurs discursifs auxquels la formule est rapportée, et auxquels la présente subdivision est consacrée.
4. Article non signé, « La situation militaire pèse sur les négociations », L’Humanité, 4 mars 1993, p. 15.
5. Chronologie non signée, « Chronologie. Septembre 1992 dans le monde », encadré « La guerre en Bosnie-Herzégovine », Le Monde, 16 octobre 1992, p. 24.
6. Martin Plichta, « La CSCE publie un rapport accablant pour les dirigeants des trois communautés bosniaques », Le Monde, 18 septembre 1992, p. 13.
7. Isabelle Vichniac, « Le CICR dénonce les exécutions sommaires dans les camps », Le Monde, 6 octobre 1992, p. 6.
8. Article signé AFP, « La Croix-Rouge bosniaque a dû interrompre les évacuations à Sarajevo », Le Monde, 13 novembre 1992, p. 4.
9. Brève signée AFP, non titrée, Le Figaro, 15 avril 1994, p. 4.
10. Déclaration de Laurent Fabius rapportée dans un article non signé, « M. Fabius demande que “l’Europe intervienne pour arrêter les massacres” », Le Monde, 13 août 1992, p. 4.

Une formule rapportée à un extérieur flou ou pluriel de la belligérance

271Par 51 fois dans le corpus, les commentateurs renvoient la formule « purification ethnique » à un extérieur discursif que l’on peut appeler – reprenant malgré nous un mot piégé – un extérieur « de la belligérance ». Celui-ci peut être représenté par un ensemble flou d’acteurs (par exemple « en Yougoslavie ») aussi bien que par un ensemble de belligérants envisagé dans sa pluralité (par exemple « les dirigeants serbes et croates »). Par le renvoi à ce discours autre, les commentateurs mettent l’accent sur le fait que « purification ethnique » est un terme qui a cours en général dans la guerre – par différence avec un terme qui serait spécifiquement celui « des Serbes », « des Croates » ou d’autres acteurs particuliers. Ils donnent ainsi du crédit à la thèse selon laquelle la formule est un mot « de là-bas », un mot « du cru », un mot qui vient du terrain (et non pas des chancelleries occidentales ou des bureaux parisiens des rédactions de journaux).

  • 224 Contrairement aux formes canoniques de l’îlot textuel, la suite « au nom de + article + VP » est di (...)

272Il est remarquable que plus des deux tiers des énoncés concernés (35 sur 51) aient recours à une forme qui associe l’expression « au nom de » et une variante de la formule entre guillemets224. Cet « appel de Une » (court paragraphe annonçant en première page un article qui figure en pages intérieures) offre un exemple de cette association :

  • 225 Texte d’appel de Une sous le titre principal « L’exode au cœur de l’Europe », Libération, 29 juille (...)

Alors que, chaque jour, 10 000 habitants de l’ex-Yougoslavie sont chassés de leur foyer par la guerre et au nom de la « purification ethnique », une trentaine de pays européens se réunissent aujourd’hui à Genève, à l’initiative du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.225

273Employée par des commentateurs variés, journalistes et hommes politiques en particulier, utilisée dès les premières apparitions de la formule et jusqu’aux dates du clôture du corpus, cette association fait de la formule « purification ethnique » le nom d’un principe invoqué en général dans le conflit yougoslave. Elle justifie pour partie la formulation « guerre de “purification ethnique” », rencontrée par ailleurs dans le corpus à plusieurs reprises.

274Les 16 énoncés restants se distinguent moins par leurs formes, diverses (autonymie, glose de modalisation autonymique, couplage…), que par la cohérence qui relie le commentateur et l’identité précise de l’extérieur belligérant que ce commentateur convoque. Les diplomates, par exemple, identifient l’extérieur discursif utilisateur de la formule à « ceux qui pratiquent ce que cette formule désigne ». Cette déclaration de M. Hajnoczi, représentant de l’Autriche à l’ONU, faite juste avant le vote des résolutions 770 et 771, est caractéristique de ce discours qui dénonce sans désigner nommément :

  • 226 Procès-verbal de la 3 106e séance du Conseil de sécurité de l’ONU, tenue au siège de New York le je (...)

Les deux projets de résolution traitent de deux préoccupations humanitaires cruciales : l’acheminement de vivres au profit d’une population affamée, et la cessation des atrocités que leurs auteurs qualifient d’« épuration ethnique ».226

275Les commentaires journalistiques, pour leur part, privilégient un extérieur discursif flou à travers lequel il est parfois difficile d’identifier une entité plus précise que celle du « nationalisme dans les Balkans », voire du « nationalisme en Europe ». Ainsi dans un éditorial de Ouest-France :

  • 227 Éditorial de François-Régis Hutin, « Un combat pour la paix », Ouest-France, 23-24 avril 1994, p. 1

Aujourd’hui, la grande menace de la guerre froide s’est estompée, mais le danger reste présent : la brûlante et redoutable blessure yougoslave au cœur de l’Europe en témoigne. De nouveau, l’on voit se répandre des bribes d’idéologies racistes. On entend prononcer des mots sinistres tels que purification ethnique et, de nouveau, les démocraties paraissent impuissantes.227

  • 228 « Les preuves étalées d’atrocités sur fond de “nettoyage ethnique” soumettent les États occidentaux (...)

276Alors que les énoncés qui renvoient la formule à un extérieur du type « les Serbes » ou « un Serbe » (ou « les Croates » ou « un Croate ») consistent bien souvent à désigner le coupable des crimes et actes inhumains, ceux qui renvoient la formule à un extérieur discursif de la belligérance ont tendance à condamner dans leur ensemble les différents acteurs yougoslaves du conflit, ou à faire de « purification ethnique » un mot d’ordre généralisé sur le fond duquel, selon l’expression d’un journaliste228, se commettent les horreurs de la guerre yougoslave, voire les horreurs prévisibles des guerres à venir en terre d’Europe.

Une formule rapportée (avant tout) aux Serbes

277Pour nombre de commentateurs, et tout au long du parcours de la formule, « purification ethnique » est un mot des Serbes ou d’un Serbe. L’extérieur discursif « serbe » est le mieux représenté des extérieurs auxquels la formule renvoie dans le corpus : il est concerné dans 103 des 232 énoncés répertoriés.

  • 229 Tadeusz Mazowiecki interviewé par Élisabeth Kulakowska, « Des réfugiés de l’ex-Yougoslavie “en dang (...)

278« Les responsables de ce conflit sont ceux qui mènent la politique de purification ethnique. Ce sont donc les Serbes »229 déclare le rapporteur spécial pour l’ex-Yougoslavie de la Commission des droits de l’homme des Nations unies, interviewé dans Le Monde. En attribuant aux nationalistes serbes non seulement la pratique mais aussi la formule qui la désigne, les commentateurs renforcent la charge d’accusation qui pèse sur ces acteurs. De même que, dans le parcours de la proto-formule, l’attribution de « ethniquement pur » aux Albanais venait authentifier la réalité du projet albanais, l’attribution aux Serbes de « purification ethnique » et de ses différentes variantes fonctionne comme preuve de la réalité d’un projet serbe. La purification ethnique ne saurait alors être un épiphénomène dans la guerre. De plus, le fait de rapporter la formule « purification ethnique » à un extérieur discursif serbe fait peser sur les Serbes la prise en charge du présupposé du couple notionnel « pur » / « impur », et, par conséquent, impute aux Serbes une conception des « autres » envisagés comme « impurs », « sales », « souillés »… L’accusation de racisme mixophobe, à caractère biologique ou culturel, menace alors l’utilisateur supposé de la formule. Les enjeux portés par les énoncés concernés ici sont donc de taille : ils concernent à la fois la responsabilité dans l’action et la responsabilité dans les valeurs que ces actions sous-tendraient.

279L’association de l’expression « au nom de » et d’une variante de la formule entre guillemets est nettement moins écrasante que précédemment (34 énoncés sur 103). Ses occurrences, dispersées tout au long du conflit, contribuent néanmoins à faire de « purification ethnique » le mot d’ordre qui motive les exactions commises par les nationalistes serbes, notamment dans les camps découverts à l’été 1992 :

  • 230 Éditorial de Charles Lambroschini, « Une excuse qui a trop servi », Le Figaro, 4 août 1992, p. 1.

Paris a eu raison d’exiger l’accès aux camps de détention. Car, lorsque les exactions commises par les Serbes au nom du « nettoyage ethnique » pourront être prouvées, il faudra bien que les dirigeants du versant prétendument civilisé de l’Europe renoncent au clair-obscur du faux-semblant. Ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas ; sous Hitler et sous Staline, l’excuse a trop servi.230

280Le renvoi de la formule à un extérieur discursif serbe passe par l’emploi de gloses de modalisation autonymique caractéristiques d’un registre de cette nature, telle que « comme dit L [Locuteur] » :

  • 231 Éditorial de Gilles Dauxerre, « Cauchemar », L’Yonne Républicaine, 6 août 1992, p. 1.

Les Serbes, qui n’ont certes pas le monopole de la haine, sont en train de se mettre à dos toute la communauté internationale. La barbarie dont ils font preuve pour « purifier », comme ils disent eux-mêmes, les territoires qu’ils contrôlent, est aveuglante.231

281ou telle que « ce que L appelle » :

  • 232 Patrick de Saint-Exupéry, « “Moi, Borislav, soldat serbe et assassin” », Le Figaro, 15 décembre 199 (...)

Maintenant prisonnier des Bosniaques, ce tueur de vingt et un ans appliquait sur le terrain ce que Belgrade appelle le « nettoyage ethnique ».232

282De nombreux énoncés ont recours à des emplois moins stéréotypiques de la modalisation autonymique :

  • 233 Lettre d’Alain Guédon (président du Collectif de Paris contre la purification ethnique) titrée « Et (...)

En fait, évidemment, il s’agit plutôt d’un principe de séparation, même sans aller jusqu’à la sinistre « épuration ethnique » nommée par Karadjic lui-même, faut-il le rappeler.233

283ou de l’autonymie :

  • 234 Editorial de François-Régis Hutin, « Exode en Europe », Ouest-France, 31 juillet 1992, p. 1.

« Purification ethnique » est le nom qu’ils [les Serbes] ont donné à leur projet.234

284Le renvoi de la formule à un discours autre, serbe en l’occurrence, trouve une expression particulièrement efficace dans le renvoi à une langue autre – le serbe, ou serbo-croate. L’attribution de la formule au discours des nationalistes serbes se double alors, et ce faisant se trouve renforcé et authentifié, de l’attestation de la formule dans la langue que parlent ces acteurs. La forme du couplage est, dans ce contexte, la plus fréquemment employée :

  • 235 Marie-Claude Dubin, « Quand Kouchner ouvre les prisons », France-Soir, 18 janvier 1993, p. 7.
  • 236 Alain Sanders, « Dédié à cette journaliste du “Monde” tendant à exonérer les Serbes de leur délire (...)

Entraîné à égorger sur les cochons, il [Borislav Herak] a continué avec les musulmans : « Sinon, ils nous auraient tués », lui avait-on dit. Alors, pour une solde de 30 F, il a été l’un des nombreux exécutants du « ciscenje », le nettoyage.235
Florence Hartmann […] tend à exonérer les serbo-communistes de leur délire du « nettoyage ethnique » (etnicko ciscenje) en expliquant notamment que tous – Croates, Musulmans, Serbes, Bulgares, Monténégrins – sont « historiquement » des adeptes de ces sortes de nettoyage.236

  • 237 Sur la formule comme « terme de relation » voir p. 302-305.

285Le renvoi de la formule à l’extérieur discursif du locuteur L « les Serbes » via l’attestation de la formule dans la langue de L fait réellement de « purification ethnique » un terme de relation, un pérégrinisme237.

286La diversité des formulations rencontrées, que celles-ci relèvent de la stricte autonymie ou de la modalisation autonymique, est à la mesure de l’ampleur des énoncés recueillis. Chacune, à sa façon, contribue à alourdir l’accusation qui pèse sur les nationalistes serbes. Les acteurs-locuteurs mis en cause par les commentateurs sont divers : dirigeants politiques (Slobodan Milosevic et Radovan Karadzic sont régulièrement visés), chefs de milice (Vojislav Seselj est au centre des accusations), hommes en armes sur le terrain (restés anonymes ou non, tel Borislav Herak), « Serbes » en général, mais aussi ce que les commentateurs croient pouvoir identifier comme des théoriciens ou des idéologues. Le Mémorandum de l’Académie de Belgrade de 1986, dont nous avons souligné combien il comptait dans le récit de la guerre, trouve ici encore une place de choix :

  • 238 Maryse Berdah, « Nettoyage ethnique, mal planétaire », Libération, 31 mai 1994, p. 40.

« Nettoyage ethnique » : ce terme, introduit dans le vocabulaire de la planète par des intellectuels serbes, en 1986, est devenu malheureusement un mot d’usage courant en cette fin du xxe siècle.238

Une formule rapportée à l’histoire serbe

287Dans le cadre de l’accusation qui vise les nationalistes serbes dans la guerre de 1991-1995, certains commentateurs rapportent la formule « purification ethnique » non pas seulement à des discours « des Serbes » ou « d’un Serbe » contemporains du conflit, ni même à des discours produits dans l’avant-guerre (tel le Mémorandum) mais, plus en arrière dans le temps, à des discours provenant du passé historique serbe. L’enjeu, pour ces récitants, est de montrer que la « purification ethnique » trouve des antécédents dans l’histoire serbe, non seulement comme pratique, mais aussi comme théorie conceptualisée, l’attestation du mot fonctionnant dans ce contexte comme attestation du concept.

  • 239 Ainsi quand Sud-Ouest évoque les « premières décisions de nettoyage ethnique du Conseil d’État serb (...)
  • 240 Par exemple : « Les armées de Milosevic renouent avec la longue tradition idéologique serbe de “net (...)

288Toujours en nous limitant aux énoncés métadiscursifs opacifiants, on compte dans le corpus 13 énoncés renvoyant la formule « purification ethnique » à un extérieur discursif du type « histoire serbe », ce qui n’est pas négligeable dans un relevé qui exclut par définition des énoncés métadiscursifs non-opacifiants relevant par exemple d’une catégorie large de la reformulation du discours d’autrui239, comme il exclut des énoncés qui, bien qu’opacifiants, réfèrent à un antécédent idéologique plutôt que lexical240.

289Trois périodes ou textes sont convoqués dans lesquels les commentateurs trouvent (croient trouver) des attestations des antécédents de la formule : des textes référant aux mouvements de libération nationale des Serbes contre les Turcs, au xixe siècle (extérieur discursif convoqué 7 fois) ; le mémoire de Vasa Cubrilovic intitulé L’expulsion des Albanais, datant de mars 1937 (2 fois) ; et des textes ou discours produits par les tchetniks au cours de la Seconde Guerre mondiale (4 fois).

290C’est parfois une variante complète de la formule que le commentateur propose à l’appui de la thèse selon laquelle la formule trouve des antécédents lexicaux dans l’histoire serbe :

  • 241 Michel de Carné, « Nettoyage ethnique : vieille idée serbe », Ouest-France, 23 avril 1993, p. 2. Re (...)

« Etnicko ciscenje ». En Français, « nettoyage ethnique ». L’expression fut employée dès 1807 par l’écrivain serbe Vuk Stefanovic Karadzic (avec lequel Radovan Karadzic n’a rien à voir, même s’il compte bien se faire lui aussi un prénom), lorsque les Serbes chassèrent les Ottomans de Belgrade.241

291Mais, dans la majorité des énoncés, la seule présence (réelle ou supposée) du verbe « nettoyer » ou du nom « nettoyage », y compris dans des acceptions militaires, dans des discours produits dans le passé historique serbe, suffit à ce que le commentateur voie dans ces discours un antécédent de la formule. Ainsi dans un article de Ouest-France précisément intitulé « Le nettoyage ethnique » :

  • 242 Article non signé, « Le nettoyage ethnique », Ouest-France, 5 mai 1993, pagination variable selon l (...)

C’est dès le début du 19e siècle que des écrivains, des prélats, des militaires, des hommes d’État serbes parlent de la « Grande Serbie », qu’ils exaltent la violence et qu’ils emploient le terme de « nettoyage »242.

  • 243 Voir p. 125.

292Plus largement, une variante quelconque peut fonctionner comme antécédent de la formule « purification ethnique » envisagée dans une autre de ses variantes. Un article du Monde en témoigne, dans lequel la journaliste cite la lettre du général tchetnik Draza Mihaïlovic comportant le syntagme « ethniquement pur » (lettre dont nous avons noté que l’authenticité était débattue243) pour voir ensuite dans le syntagme « nettoyage ethnique » supposément utilisé par les nationalistes serbes des années 1990 une continuation dénominative de l’expression rencontrée en 1941 :

  • 244 Florence Hartmann, « La genèse du “nettoyage ethnique” », Le Monde, 3031 août 1992, p. 1 et 3.

Le 20 décembre de la même année [1941], Draza Mihajlovic donne des instructions concrètes aux commandants de ses troupes : « Créer une Grande Serbie ethniquement pure dans les frontières englobant la Serbie, le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine, le Srem, la Backa et le Banat […]. » […] Aujourd’hui, la « terreur serbe » que fuient les Musulmans de Bosnie et les populations non serbes des territoires occupés en Croatie porte une nouvelle fois le nom de « nettoyage ethnique »244.

  • 245 Mirko Grmek, Marc Gjidara et Neven Simac (textes rassemblés, traduits et commentés par), Le Nettoya (...)

293Les dates auxquelles paraissent les énoncés renvoyant la formule à l’extérieur discursif « histoire serbe » intriguent l’analyste vigilant : nous observons une concentration des énoncés au printemps 1993 (sur les 13 énoncés concernés, 8 apparaissent dans le trimestre mars-avril-mai 1993). Or, on s’en souvient, c’est en mars 1993 que paraît le livre de Mirko Grmek, Marc Gjidara et Neven Simac, Le Nettoyage ethnique. Documents historiques sur une idéologie serbe245, anthologie commentée qui vise précisément à montrer que le « nettoyage ethnique » trouve des antécédents doctrinaires et lexicaux dans le corpus nationaliste serbe. Avec ce livre, et avec les textes ou extraits de textes dont celui-ci assure la publicité (au sens de « rendre public »), les commentateurs du conflit yougoslave trouvent en « purification ethnique » dit par les Serbes des années 1990 un mot d’ordre déjà-dit par les Serbes dans l’histoire. Non seulement la purification ethnique n’est pas un épiphénomène dans la guerre de 1991-1995, mais aussi elle n’est pas un épiphénomène dans l’histoire serbe.

Une formule (très rarement) rapportée aux Croates

294« Les Croates » ou « un Croate » ne constituent pratiquement jamais l’extérieur discursif auquel la formule est renvoyée : ce n’est qu’à une reprise dans le corpus que « purification ethnique » est représenté comme un signe qui figurerait dans le discours des belligérants croates. Pierre-Marie Gallois est l’auteur de l’énoncé concerné, dans une note infrapaginale de son livre Le Sang du pétrole. Bosnie. Essai de géopolitique (il nous faut donc, de surcroît, sortir du corpus de presse) :

  • 246 Pierre-Marie Gallois, Le Sang du pétrole. Bosnie. Essai de géopolitique, Lausanne, L’Âge d’homme, 1 (...)

Le système confédéral – associant des entités politiques qui ne peuvent être « ethniquement » pures (3) – ne résisterait pas longtemps aux vieux antagonismes, ravivés par la cruauté des récents combats. Seuls le pouvoir monarchique d’Alexandre Ier ou fédéral de Tito (avant la Constitution de 1974) étaient en mesure de tenir rassemblées des populations à l’Histoire et aux confessions religieuses différentes.246
(3) Selon l’expression de Franjo Tudjman rapportée par Libération du 22 juillet 1993 (p. 13, Véronique Soulé, « Tudjman ne croit plus qu’à la Confédération »).

295Le corpus, malgré sa richesse, ne laisse pas apparaître d’autres emplois de la formule autonymes ou en modalisation autonymique qui fassent de « purification ethnique » un « mot des Croates » dans la guerre de 1991-1995. Pourtant, nous le savons, le discours médiatique ne manque pas, surtout à partir du printemps 1993, d’accusations portées à l’encontre des Croates qui désignent ceux-ci comme des pratiquants de la « purification ethnique » – sous ce terme. Le contraste entre l’imputation d’une pratique, voire d’une politique organisée, et l’imputation de la formule désignant cette pratique ou cette politique est révélateur de la place occupée par les Croates relativement aux Serbes dans le récit de la guerre : si Serbes et Croates sont tous deux accusés de pratiquer la chose, ces derniers ne sont pas nécessairement soupçonnés d’inscrire expulsions et massacres dans le cadre d’une théorie qui sous-tende l’impureté des « autres », et qu’implique l’emploi de la formule « purification ethnique ».

Une formule (rarement) rapportée à l’histoire croate

296De même que les Croates peuvent être accusés de pratiquer la « purification ethnique », l’histoire croate passée peut être représentée comme porteuse d’actes ou de politiques désignés par la formule : la « purification ethnique », dans sa réalité mondaine, trouve des antécédents dans l’histoire croate. L’expression de cette position n’est pas rare, tant sous la plume de partisans des nationalistes serbes que sous celle de journalistes ou de personnalités associées à la sphère intellectuelle et scientifique. Si le régime oustachi d’Ante Pavelic est le plus souvent cité :

  • 247 Christophe Urbanowicz, « Au nom de la “purification ethnique” », Le Quotidien de Paris, 4 août 1992 (...)

Pourtant, ce ne sont pas les Serbes qui ont inventé la « purification ethnique » sur le sol yougoslave. En 1941, Mile Budak, l’un des chefs oustachis (qui avaient créé un État pro-nazi éphémère pendant la Seconde Guerre mondiale), lançait l’idée des trois tiers : un tiers de Serbes de Croatie et de Bosnie à massacrer, un tiers à convertir et un tiers à déplacer.247

297certains commentateurs remontent encore en amont de l’histoire croate et renvoient au Parti du Droit d’Ante Starcevic :

  • 248 D. Tajozi, « Une question de sources et d’interprétation », Dialogue (Guernes, Yvelines), n° 5, mar (...)

Depuis des mois, la guerre civile sur le sol de la Bosnie-Herzégovine a provoqué le départ de beaucoup de personnes. Ceci a pris une dimension toute particulière du fait de l’existence des politiques de « purification ethnique », invention croate (27) qui semble avoir été adoptée par les Serbes et les Musulmans, ce qui rend la tragédie de la Bosnie-Herzégovine encore plus déchirante248.
(27) Inventé déjà – dans sa forme extrême – par Ante Starcevic au xixe siècle – il considérait les Serbes comme étant nés pour recevoir la hache –, ses thèses sont mises en application littéralement par les Oustachis entre 1941 et 1945.

298Mais, dès lors qu’à nouveau nous nous intéressons au signe lui-même et à son renvoi à un discours autre, les énoncés se raréfient. Seuls deux énoncés, qui ont tous deux recours à l’autonymie, rapportent univoquement la formule « purification ethnique » à l’extérieur discursif « histoire croate » :

  • 249 Dépêche AFP signée AFP/HC, émise le 14 août 1992 à Paris, intitulée « “Épuration”, “purification” o (...)
  • 250 Annie Lacroix-Riz, « Chronique historique de la Yougoslavie », L’Humanité, 16 février 1994, p. 9.

Ce mot [etnicko ciscenje] a un précédent historique : il a été utilisé pour la première fois en Croatie pendant la seconde guerre mondiale sous le régime pro-nazi d’Ante Pavelic. Il s’agissait alors d’une politique officielle dont le programme prévoyait ouvertement pour les Serbes de Croatie : « un tiers des Serbes tués, un tiers converti et un tiers expulsé »249.
Rappelons en effet que, outre les méfaits généraux dus à la Wehrmacht et aux personnels nazis annexes (SS et autres), les Serbes et les juifs furent soumis par les Oustachis à une drastique « purification ethnique ». Cette expression, utilisée par ceux que les Américains appelaient dans les années 1941-1945 « les extrémistes croates », s’appliqua alors avec une virulence peut-être inégalée dans les autres terres occupées par le Reich.250

299Ainsi, reconnus comme agents de purification ethnique dans la guerre de 1991-1995, identifiés comme connaisseurs – voire inventeurs – de la purification ethnique dans l’histoire, les Croates occupent relativement aux Serbes une place très marginale dès lors qu’il s’agit de désigner les utilisateurs ou inventeurs du mot. L’écart dans l’accusation est moins anecdotique qu’on ne pourrait le penser, au regard des enjeux que supporte le fait même d’employer la formule « purification ethnique », l’un de ces enjeux étant lié au déjà-dit qui manifestement grève lourdement la formule : celle-ci est, dirons-nous pour résumer, un « mot des nazis ».

Une formule (fréquemment) rapportée aux nazis

  • 251 Campagne de Médecins du monde lancée en janvier 1993. Voir aussi ici p. 38 ainsi que les illustrat (...)
  • 252 Propos d’Alain Juppé recueillis par Jacques Julliard, « Quand Alain Juppé juge la France en Bosnie… (...)
  • 253 Daniel Lindenberg, « Les intellectuels français, les médias et l’ex-Yougoslavie », Esprit, Paris, n (...)

300Pour de nombreux locuteurs s’exprimant dans la presse, la purification ethnique – dans sa réalité mondaine – est une « chose nazie », une pratique ou une politique directement inspirées du nazisme. Le slogan de la campagne de Médecin du monde « Un camp où l’on purifie les ethnies, ça ne vous rappelle rien ? »251 relève de cet ordre du mondain, du dispositif et de l’action, du « déjà-fait » dans l’histoire et non pas du « déjà-dit » dans les discours. L’idée selon laquelle, d’après la formulation d’Alain Juppé alors ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Balladur, l’« entreprise de “purification ethnique” […] n’est pas autre chose qu’une résurgence de l’hydre nazie »252 est si consensuelle qu’elle produit des négations dialogiques, comme celle qu’énonce Daniel Lindenberg : « La “purification ethnique” n’est pas un surgeon de l’hitlérisme, mais un fantasme universel qui reflète la difficulté à passer à une conception non tribale, non communautaire (religion, langue, ethnie) d’un corps politique. »253

  • 254 Mikhaïl Bakhtine ([1975] 1978, p. 115).

301En renvoyant non plus seulement la chose, mais aussi le mot, au nazisme, les commentateurs donnent une légitimité à la comparaison : celle-ci n’est plus fondée sur une analyse – toujours soumise à discussion – propre au chercheur, au journaliste ou au politique, mais sur le nom que les acteurs eux-mêmes donnent à leur pratique, nom qu’ils prennent « sur des lèvres étrangères »254, selon la formulation bakhtinienne, qui sont en l’occurrence des lèvres nazies. Le fait que la formule « purification ethnique », qui est majoritairement rapportée aux Serbes, soit représentée comme marquée du déjà-dit par les nazis accrédite la thèse d’une reproduction du nazisme menée par les Serbes.

  • 255 Dessin de Plantu, Le Monde, 29 août 1992, p. 1 (voir ici l’illustration n° 1).
  • 256 Dans ce qu’Alain Finkielkraut présente comme un communiqué conjoint du général Eisenhower et du mar (...)
  • 257 Ce slogan accompagne une mise en regard de deux photos, l’une de Slobodan Milosevic, l’autre de Hit (...)

302Dans le corpus, 25 énoncés rapportent la formule à l’extérieur discursif « discours nazi ». Ces énoncés constituent un ensemble riche en formes et en procédés, incluant des emplois variés de l’autonymie et de la modalisation autonymique. Aux 25 énoncés ayant recours au métadiscours opacifiant s’ajoutent des procédés graphiques (ainsi, il est possible de voir un renvoi au discours nazi dans l’inscription camp de « purification ethnique » écrit en lettres imitant le gothique255), la fabrication de faux (le faux document présenté par Alain Finkielkraut, dans lequel figure l’expression « purification ethnique », fait de celle-ci un mot employé en 1944256), ou encore des énoncés métadiscursifs non-opacifiants, qui renvoient la formule au discours nazi mais seulement dans son contenu (ainsi du second slogan employé dans la campagne de Médecins du monde : « Les discours sur la purification ethnique, ça ne vous rappelle rien ? »257). Plutôt que d’organiser la présentation des résultats selon le type de formes rencontrées, nous préférerons nous attacher à la nature du renvoi à l’extérieur discursif : de la formule attestée dans le discours des nazis à une formule qui rappelle le discours nazi.

303La façon la plus définitive de renvoyer la formule à l’extérieur discursif nazi consiste à faire de « purification ethnique » ou d’une autre variante une expression attestée – moyennant traduction – dans le vocabulaire des nazis. Les Serbes – nous venons de montrer qu’ils étaient de loin les principaux locuteurs-acteurs concernés – empruntent alors directement aux discours nazis pour désigner leurs propres pratiques :

  • 258 Tribune de Jean Kahn, « Le prix de l’amnésie », Le Monde, 19 mai 1994, p. 2.
  • 259 Lettre d’une lectrice de Paris publiée sous le titre commun à plusieurs lettres « Bosnie-Herzégovin (...)

S’agit-il de paranoïa juive quand on lit dans la formule « purification ethnique » un verbe déjà utilisé par un certain Adolf Hitler, réincarné depuis en psychiatre serbe ?258.
On nous parle de « pureté ethnique », un terme en provenance directe du lexique du nazisme259.

304Une seconde série d’énoncés fait de la formule un terme qui rappelle (« évoque », « fait penser à »…) le discours nazi ou une composante du vocabulaire nazi. L’intérêt de ce mode de renvoi, pour le commentateur prudent, est qu’il permet à ce dernier d’éviter de porter un jugement sur le bien-fondé de l’écho qu’il entend résonner dans la formule :

  • 260 Texte non signé, « La “purification ethnique” : aboutissement de la logique nationaliste », Exposés (...)
  • 261 Yves Lacoste, « La question serbe et la question allemande », Hérodote. Revue de géographie et de g (...)

Oui, ces termes de « purification ethnique » résonnent de manière sinistre en rappelant le nazisme et tout ce qu’il a commis au nom de la « pureté de la race ».260
Il est assez compréhensible que l’opinion allemande […] veuille être la première et la plus ardente à stigmatiser ces opérations dites de « purification ethnique », dont au moins l’appellation évoque l’expression que les nazis ont utilisée pour désigner ce qui a été, dans ce cas, le génocide des Juifs et des Tziganes.261

305Les quatre énoncés cités précédemment renvoient explicitement au discours nazi. Mais presque la moitié des énoncés (12 sur 25) renvoient à un extérieur discursif qui n’est qu’interprétativement identifié comme nazi, et que l’on peut également identifier, plus largement, comme un extérieur du type « discours antisémites et xénophobes des années 1930-1940 ». Ces énoncés ne font mention ni de « nazis » ni de « nazisme », ni de « Hitler » ni de « Gœbbels » : ils emploient des formulations telles que « de sinistre mémoire », « sombre époque », « sinistres souvenirs », « une idéologie que l’on croyait vaincue »… dont nous pensons qu’elles réfèrent, dans l’univers discursif contemporain, à l’Europe sous occupation nazie et / ou à l’Europe sous domination idéologique fasciste (la France des années 1930-1940 peut donc être également concernée). La formule « purification ethnique » est alors renvoyée à un extérieur discursif peu spécifié (dont tout ce que l’on puisse dire avec certitude est qu’il se situe dans l’histoire passée), et identifiable uniquement dans l’interprétation – facilitée dans l’exemple qui suit par « Grande Serbie », qui peut-être renvoie à « Grand Reich » :

  • 262 Lettre d’un lecteur de Paris titrée « Les Serbes coupables », Le Nouvel Observateur, 3 septembre 19 (...)

Depuis des mois se multiplient les témoignages des exactions commises par les Serbes ; les ruines de Vukovar, parmi d’autres, attestent d’une politique de destruction et de terreur systématique, au service d’un projet de « Grande Serbie » et de « purification ethnique », ces termes sinistrement évocateurs constituant l’essence du programme officiel, affiché, des dirigeants ultra-nationalistes de Belgrade.262

  • 263 Voir notamment Jacqueline Authier-Revuz (1982, p. 91-151).
  • 264 Après de coûteuses investigations que nous n’avons pas la place ici d’exposer en détail, il nous ap (...)

306Pour l’analyste du discours que nous sommes, le déjà-dit représenté – « montré » dirait Jacqueline Authier263 – compte plus que le déjà-dit effectif : ce qui importe, c’est ce que les locuteurs entendent résonner dans « purification ethnique » et non pas ce qui en constitue objectivement des antécédents formels dans l’histoire des discours. Malgré cela, nous ne pouvons manquer d’être frappé par le peu de diversité des extérieurs discursifs convoqués relativement aux extérieurs théoriquement disponibles. Le nazisme, dont nous avons au cours de la première partie de ce travail souligné l’hégémonie comme schéma de lecture des événements mondains, manifeste à présent son hégémonie en tant que grille d’interprétation des événements de discours. Le fait est que le discours nazi, avec l’emploi de termes tels que « judenrein » ou « judenfrei », mais aussi « Rassenrein » (de race pure) ou « rassische Reinhaltung » (maintien en état de pureté de la race), offre prise à une lecture de la formule « purification ethnique » comme déjà-dite dans l’Allemagne hitlérienne. Le fait est également que le discours antisémite de la France des années 1930-1940, avec des expressions attestées telles que « la pureté de la race », « la pureté française », « les purs Français de France », « la pure race française » ou encore « une race européenne épurée », est hautement susceptible de s’interposer sur le trajet de l’interprétation de la formule264. Pourtant, dans l’histoire, les précédents de la formule « purification ethnique » ne manquent pas : discours sur la « limpieza de sangre » dans l’Espagne des xve- xviie siècles ; discours sur la noblesse française aux xvie-xviiiesiècles ; discours racialistes de la seconde moitié du xixe siècle, à travers les travaux de Gobineau, Vacher de Lapouge, Le Bon ; ou encore discours d’une anthropologie à la dérive qu’illustrent par exemple les écrits d’Alain Gerbault… Malgré la pluralité des discours qui pourraient la grever, la formule « purification ethnique » renvoie monotonement, lorsqu’elle trouve des échos dans l’histoire passée, aux paroles proférées dans le Grand Reich et à sa périphérie. Elle trouve là un des motifs possibles de son caractère affreux et de sa faculté à faire agir, tels qu’analysés plus en amont.

Une formule rapportée aux médias et / ou aux politiques

307Nous sommes loin de confondre pour notre part ces deux catégories d’acteurs que sont les médias et les politiques. Si nous les rassemblons ici, c’est que certains commentateurs du conflit yougoslave en font eux-mêmes un ensemble indistinct, que nous appellerons à dessein, pour reprendre une expression caractéristique du discours de ces locuteurs, le « système politico-médiatique ». Deux critères permettent de différencier les 26 énoncés concernés ici : la nature du renvoi à l’extérieur discursif d’une part (« être utilisé par », « être diffusé par », « être créé par ») ; d’autre part l’identité précise de cet extérieur, celle-ci demeurant parfois précisément dans une forte sous-détermination référentielle. Analysés selon ces critères, les énoncés répertoriés montrent combien la façon qu’ont les commentateurs de répondre à la question de l’extériorité discursive est symptomatique de leur position politique dans la guerre.

Une formule utilisée ou diffusée par les médias

  • 265 Daniel Lindenberg, « Les intellectuels français, les médias et l’ex-Yougoslavie », Esprit, Paris, n (...)
  • 266 Voir l’énoncé cité p. 311.
  • 267 Voir l’énoncé cité p. 328.

308Dans le corpus, 14 énoncés métadiscursifs opacifiants font de « purification ethnique » un terme employé (utilisé…) ou diffusé (répandu, banalisé…) par les médias. Daniel Lindenberg, dans un article signalé plus haut, parle de « purification ethnique » et de « camp de concentration » comme de deux « mots […] répercutés quotidiennement par la presse »265. Jean Kahn parlait de « purification ethnique » comme d’une expression « devenue monnaie courante, par le biais de la presse »266 et François Fejtö évoquait une expression « banalisée par les média »267. « Banalisation » toujours, et même banalisation excessive, sous la plume d’un journaliste de L’Événement du jeudi :

  • 268 Alexandre Boussageon, « Purification ethnique : une théorie insoutenable devenue cliché journalisti (...)

Quelques mois ont suffi à banaliser l’insoutenable expression surgie dans la presse internationale en juillet 1992 avec la découverte des camps de prisonniers bosniaques, à la transformer en cliché journalistique, façon « big bang » de Michel Rocard. […] Sans qu’on y prenne garde, c’est une victoire pour ceux qui l’appliquent.268

  • 269 Voir p. 318.
  • 270 Par exemple : « Révolté par la purification ethnique dont il entendait parler à la télévision, […] (...)

309Par-delà la diversité de leurs commentaires, et qu’ils le déplorent ou l’approuvent, les locuteurs reconnaissent à l’instance médiatique sa fonction d’« agent de mise en circulation de la formule » évoquée plus haut269, autrement dit soulignent le rôle des médias dans la mise à disposition auprès du public d’un certain mode d’accès au savoir sur la guerre – un mode d’accès au savoir qui en l’occurrence est une expression. Ces énoncés complètent de ce point de vue des énoncés métadiscursifs non-opacifiants rencontrés par ailleurs, qui font des médias les diffuseurs d’un savoir sur la purification ethnique dans sa réalité mondaine270.

310La position qui consiste à faire de « purification ethnique » une formule utilisée ou diffusée par les médias est partagée par différentes catégories de locuteurs (lecteurs, journalistes, tribuniciens, personnalités associées à la sphère intellectuelle et scientifique…). Elle n’est donc pas, par elle-même, discriminante. Notons toutefois que chez les défenseurs des nationalistes serbes cette position se double souvent d’un commentaire sur la finalité politique de cet emploi ou de cette diffusion :

  • 271 Kosta Christitch, Les Faux frères. Mirages et réalités yougoslaves, Paris, Flammarion, 1996, 295 p. (...)

Les médias occidentaux (notamment français) ne découvriront ce phénomène [les exodes forcés] qu’un an plus tard en Bosnie et ils le dénonceront sous le vocable de « nettoyage ethnique », comme un moyen de guerre mis en œuvre essentiellement par les Serbes. Alors qu’il est le fait de tous les belligérants.271

311Ainsi, pour les partisans des nationalistes serbes, les médias sont bien des utilisateurs ou des agents de diffusion d’un mode d’accès au savoir, mais d’un mode d’accès partisan, qui fausse l’intelligibilité de la guerre en ce qu’il est destiné à nuire à l’un des camps en présence dans le conflit.

312Pour plusieurs défenseurs de la cause bosniaque ainsi que pour certains journalistes, la formule, employée ou diffusée par la presse, est également un mauvais instrument de lecture du conflit. Mais la cause en est autre : en utilisant la formule « purification ethnique », les médias donnent raison aux nationalistes serbes, pour la raison que cette formule est précisément un « mot des Serbes ». Ainsi le journaliste de L’Événement du jeudi cité précédemment écrit-il, après avoir constaté que « purification ethnique » était devenu un terme d’usage courant dans les médias : « Sans qu’on y prenne garde, c’est une victoire pour ceux qui l’appliquent. » Des commentaires caractérisant la formule de terme inadéquat à la réalité nous permettront un peu plus loin d’éclairer cette position.

Une formule créée par le « système politico-médiatique »

313Contrairement aux précédents, les énoncés qui font de « purification ethnique » une création langagière d’un extérieur discursif du type « les médias » et / ou « les politiques » (soit 12 énoncés) sont le fait de catégories particulières de locuteurs : des partisans des nationalistes serbes, principalement, et secondairement des locuteurs appartenant à l’extrême droite française.

  • 272 « Le terme même de purification ethnique a été choisi en raison de son pouvoir d’évocation en rappo (...)

314Selon les nationalistes serbes et leurs défenseurs, la formule « purification ethnique » est une création, un terme « choisi », comme dit Vladimir Dimitrijevic, dans une construction passive qui ne permet pas d’identifier l’auteur dudit choix272. L’extérieur discursif créateur de la formule tel que désigné par les partisans des nationalistes serbes revêt en général une identité floue ou plurielle incluant, d’une façon ou d’une autre, les médias ou les journalistes :

  • 273 Avocats Jean-Marc Varaut et Bernard Prévost, exposé des motifs de l’assignation en référé dans la p (...)
  • 274 Vladimir Vukadinovic, Le Mur de Sarajevo…, op. cit., p. 24.

La formule « purification ethnique » n’est pas le fait des autorités serbes, mais de « journalistes » ou de « prétendus observateurs » qui ont voulu ainsi caricaturer des revendications ou des prétentions géopolitiques et ajouter à la légitimité critique de leur comportement une qualification qui les déshonore et les disqualifie.273
Il est peut-être trop tard pour extirper des esprits cette « monade sémantique » [l’expression « purification ethnique »] qui y a été sournoisement inoculée par des spécialistes de la manipulation médiatique et des professionnels de la désinformation.274

315Les médias et les journalistes occupent ainsi des places qui vont d’une fonction de création pure et simple de la formule à une fonction de relais complice d’une formule créée en amont par des instances politiques ou par des « professionnels » qui travaillent pour le compte des politiques, y compris par la CIA – le couplage du syntagme venant ici authentifier l’origine anglo-américaine de la formule, comme dans d’autres énoncés il en attestait l’origine serbocroate :

  • 275 Oliver Potezica, Le Syndrome de la « purification ethnique ». Compte rendu critique de l’ouvrage Se (...)

Tout ce battage de propagande politique des grandes puissances qui est passé vers le milieu de 1992, du « terrorisme médiatique » à la guerre médiatique contre la Yougoslavie et le peuple serbe, peut être décrit et expliqué au travers du syntagme de purification ethnique (ethnic cleansing), lequel a fait son apparition, fin juillet 1992, dans les moyens d’information américains (5).275
(5) Le syntagme a été utilisé alors, pour la première fois, dans la revue américaine Time. Il a été forgé vraisemblablement dans les centres d’action psychologique et de propagande des services de renseignements américains. Les premiers textes sur les « camps de concentration serbes » ont été publiés, à peu près en même temps, par le journaliste américain Roy Gutman (futur lauréat du prix Pulitzer) dans le Newsday.

316De son côté, l’extrême droite française (par ailleurs divisée sur la question yougoslave) partage avec les nationalistes serbes une dénonciation du rôle des médias dans l’installation de « purification ethnique » dans le vocabulaire. À la question que lui pose un journaliste de TF1 (« Mais ce mot de purification ethnique vous choque ?… Le mot en lui-même… ? »), Jean-Marie Le Pen répond :

  • 276 Jean-Marie Le Pen interviewé en duplex par Patrick Poivre d’Arvor, en direct de l’université du Fro (...)

C’est un mot médiatique, ça ! Il m’étonnerait que ce soit / enfin je ne sais pas qui l’a décidé. Mais ce que je sais c’est que ce sont les communistes serbes qui la mettent en œuvre276.

  • 277 Selon les propositions de Marc Angenot (1982). Sur le discours des nationalistes serbes en tant qu’ (...)

317La thématique du complot et celle de la manipulation par les médias, caractéristiques de la « parole pamphlétaire »277, unissent les nationalistes serbes et l’extrême droite dans leur dénonciation généralisée du « système politico-médiatique ».

318Pour les partisans des nationalistes serbes, le renvoi de la formule « purification ethnique » à l’extérieur « politico-médiatique » – sur le mode de la création et non pas seulement de l’emploi – vise (c’est notre interprétation) à détruire un des ressorts de l’accusation qui pèse sur eux : le ressort qui fait de « purification ethnique » un « mot des Serbes ». Répondant explicitement ou non à cette thèse qui domine dans le récit de la guerre, les nationalistes serbes font de la formule un instrument fabriqué de toutes pièces à des fins de désinformation. Face à des médias qui font de « purification ethnique » un mot des Serbes (et plus largement un mot du terrain), les Serbes font de « purification ethnique » un mot des médias (et plus largement un mot extérieur au conflit, sans pertinence pour décrire le point de vue des acteurs qui font la guerre). Dans la thèse serbe, si les accusations concernant les pratiques serbes (expulsions, massacres…) demeurent possibles, celles qui expliquent ces pratiques par une conception de l’adversaire envisagé comme « impur » – avec les faits historiques que cette conception, manifestement, rappelle – s’en trouvent du même coup invalidées. Non seulement le complot politico-médiatique est démonté (et le discrédit jeté sur la couverture médiatique du conflit yougoslave), mais aussi la purification ethnique est ramenée à un ensemble de pratiques non-conceptualisées.

Une formule que les accusés récusent

  • 278 La réfutation par dénégation s’exprime dans la structure « ce n’est pas Y que P (et / mais c’est X (...)

319Les énoncés relevés jusqu’ici renvoient la formule sur un mode positif : « “purification ethnique”, comme dit L [Locuteur] », « …comme L l’appelle », « …, terme que L utilise », « …, expression qui figurait déjà dans un texte de L »… Tout en appartenant au registre du renvoi de la formule à un extérieur discursif, les énoncés auxquels nous nous intéressons à présent renvoient sur un mode négatif : « “purification ethnique”, terme que L n’emploie pas », « …, mot qui ne figure dans aucun texte de L »… Les deux modes peuvent coexister au sein d’un même énoncé phrastique, comme dans la réfutation par dénégation278 produite par Jean-Marc Varaut et Bernard Prévost, précédemment citée (« La formule “purification ethnique” n’est pas le fait des autorités serbes, mais de “journalistes” […]  »).

  • 279 Par exemple : « S’exprimant au nom des Serbes de Bosnie-Herzégovine, M. Micha Milosevic a affirmé, (...)

320De même que les accusations d’emploi de la formule portées à l’encontre des Serbes venaient appuyer, sur un plan doctrinal et conceptuel, les accusations de pratiquer la chose, la récusation de la formule de la part des Serbes double et renforce le déni des actes que la formule désigne, déni qui revient régulièrement dans le corpus 279.

321Si nous continuons de nous intéresser aux énoncés métadiscursifs opacifiants et d’exclure l’îlot textuel, force est de constater que les énoncés concernés sont rares : on n’en rencontre que deux dans le corpus, qui ont chacun recours à l’autonymie. Le premier est celui de Jean-Marc Varaut et Bernard Prévost. Le second figure dans un texte de Denis Stoyanne édité par l’Institut Serbe de Lausanne :

  • 280 Denis Stoyanne, Petit glossaire de la guerre civile yougoslave, numéro double spécial de Raison Gar (...)

Celui-ci [le terme « purification ethnique »] n’est apparu qu’avec le début de la guerre civile en Bosnie, et a été diffusé par les journalistes occidentaux. À Belgrade on l’a entendu seulement en écho des médias européens et américains. Milosevic n’a peut-être jamais prononcé le terme. Pourtant, sur une affiche avec les portraits de Milosevic et Hitler, avec laquelle on a décoré la France en 1993, on demandait : « Les discours sur la purification ethnique, ça ne vous rappelle rien ? » On peut accuser Milosevic de beaucoup d’actes détestables, mais pas d’avoir vulgarisé le terme « purification ethnique ».280

322Pour trouver d’autres énoncés, il faudrait accepter de tenir compte des îlots textuels :

  • 281 Dobrica Cosic interviewé par Emmanuel Di Rosseti, « Le plaidoyer du grand écrivain serbe », Paris-M (...)

Nous avons été diabolisés dans la guerre médiatique qu’on nous livre. Je mets au défi quiconque d’apporter la preuve qu’un seul responsable politique serbe digne de ce nom ait parlé de « purification ethnique ».281.

323ou encore du métadiscours non-opacifiant, par lequel la récusation de la formule s’opère sur le plan du contenu :

  • 282 Propos de Vladimir Dimitrijevic, « Pour les Serbes. Entretien avec Vladimir Dimitrijevic », Krisis, (...)

Les affiches de Médecins du monde faisant l’amalgame entre Slobodan Milosevic et Hitler sont à cet égard stupéfiantes. […] On nous parle d’un « discours sur la purification ethnique ». Mais comment se fait-il qu’on soit incapable de citer une seule phrase de Milosevic qui aille en ce sens ?282

324On est en droit d’être surpris par le petit nombre d’énoncés concernés : les nationalistes serbes et leurs défenseurs déploient peu d’énergie à récuser un terme qui leur est massivement attribué, et qui fonctionne à leur charge. On peut certes expliquer cet état de fait par la composition de notre corpus qui, malgré nos efforts pour représenter la littérature favorable aux nationalistes serbes, est sans doute plus riche en discours « doxiques » qu’en discours supportant ces derniers. Mais on peut aussi l’expliquer par l’existence d’autres commentaires produits par les nationalistes serbes : d’une part ceux qui font de la formule un mot du « système politico-médiatique » (et donc, en creux, un « mot qui n’est pas des Serbes ») ; d’autre part des commentaires relevant d’un registre que nous étudions plus loin, celui de l’(in)adéquation de la formule au réel, par lesquels nous verrons que les nationalistes serbes emploient un argument nouveau, à la fois plus complet et plus dérisoire, pour se tirer des accusations qui leur sont adressées.

Une formule restituée dans sa dimension polémique

325Au terme de l’analyse de ce quatrième registre de problématisation, il apparaît clairement que « purification ethnique » est un objet langagier dont personne ne veut assurer la paternité ou l’usage : quand elle n’est pas rapportée positivement à autrui, la formule est récusée. Elle n’est jamais, en tout état de cause, représentée comme un terme appartenant au discours en train de se faire (ainsi, on ne rencontre à aucune reprise de gloses pourtant banales du type « “purification ethnique”, comme je dis » ou « ce que nous appelons la “purification ethnique” »). Certains commentateurs, dans leur volonté d’accroître la lisibilité de la guerre yougoslave – y compris dans sa dimension langagière –, font explicitement état de cette caractéristique de la formule : ils restituent celle-ci dans sa dimension polémique. 9 énoncés du corpus sont concernés, qui mettent en évidence le fait que « purification ethnique » est un terme récusé et qui fonctionne « à l’accusation ».

  • 283 Dépêche AFP : « Les autorités serbes de Bosnie, qui sont les principales accusées dans cette condam (...)

326Ainsi dans cet extrait d’un article de Florence Hartmann qui synthétise le passage d’une dépêche d’agence dont sans doute la journaliste du Monde s’inspire283 :

  • 284 Florence Hartmann, « La genèse du “nettoyage ethnique” », Le Monde, 3031 août 1992, p. 1 et 3. « Ce (...)

Évitant de prôner ouvertement cette notion et d’en faire une doctrine officielle, ils [les Serbes] ne l’utilisent en public que pour accuser la partie adverse. Tout comme les Croates et les Musulmans l’emploient pour dénoncer les meurtres, l’internement de victimes dans des camps, les expulsions et saisies de biens opérées contre des membres de leurs communautés établis dans les zones contrôlées par les Serbes.284

327ou dans cet article de Libération que signe Véronique Soulé :

  • 285 Véronique Soulé, « Glossaire de la crise yougoslave », Libération, 27 août 1992, p. 24-25.

Le terme de « purification ethnique » ne figure dans aucun discours officiel [serbe]. En revanche, le qualificatif d’« ethniquement pur » revenait fréquemment dans la rhétorique nationaliste serbe pour désigner le dessein des Albanais du Kosovo, accusés de vouloir un Kosovo vidé des Serbes et des Monténégrins.285

328Les auteurs de ces commentaires ne cherchent manifestement pas à laver les nationalistes serbes des accusations dont ceux-ci sont l’objet – au contraire, les textes d’où ces commentaires proviennent sont, dans leur contenu général, à charge des politiques conduites par Slobodan Milosevic et Radovan Karadzic –, mais à rendre compte de l’emploi de la formule dans les discours yougoslaves. Cependant, du fait des rapports étroits qui relient le mot, le concept et la chose, ces commentateurs ont tôt fait d’être victimes de mésinterprétations, comme en témoigne cette déclaration de Georges Kiejman, suivie de la lecture qu’en a fait Patrick Wajsman :

  • 286 Georges Kiejman interviewé par Renaud Girard, « “La France n’est ni aveugle ni indifférente” », Le (...)
  • 287 Tribune de Patrick Wajsman, « L’homme qui courait derrière l’histoire… », Le Figaro, 8 janvier 1993 (...)

Certes, on a agité, dans les divers États nés de la Yougoslavie, le concept affreux de « purification ethnique », que personne ne saurait tolérer aujourd’hui. Mais ce concept est pour partie un moyen de propagande marginale que les extrémistes de tout bord se jettent au visage.286
Je suggère à M. Kiejman de se rendre en Bosnie, d’y interroger les rescapés de massacres et de nous dire, à son retour, si la purification ethnique est un moyen de « propagande marginale » !287

329« Purification ethnique » est à n’en pas douter un mot piégé : mettre en doute le fait que les nationalistes serbes emploient le mot en le revendiquant revient vite, dans l’esprit de certains interprétants, à disculper les nationalistes serbes de pratiquer la chose que le mot désigne. Et décrire la formule dans ses fonctions polémiques et rhétoriques est facilement interprété comme un déni des crimes que les acteurs yougoslaves – indépendamment de toute formule, et dans les faits – commettent.

La formule confrontée à la nomination du réel : réussites et ratages

  • 288 Jacqueline Authier-Revuz (1992 a, t. II, partie IV, chap. 3, « La non-coïncidence entre les mots et (...)
  • 289 On trouve un seul commentaire de cette nature : « Le Parlement européen,[…] Condamne résolument tou (...)

330Ce que Jacqueline Authier appelle le champ de la « non-coïncidence entre les mots et les choses »288 préoccupe souvent les rapporteurs de la guerre yougoslave en tant qu’utilisateurs de la formule : 78 énoncés du corpus relèvent de ce cinquième registre de problématisation. Par ailleurs, exceptionnels sont les énoncés dans lesquels la question de l’(in)adéquation de la formule à la chose qu’elle désigne est explicitement qualifiée de question sans importance, de sujet à évacuer du débat289.

331Les résultats présentent un très fort déséquilibre entre les deux grandes catégories de réponses qu’il est possible d’apporter à la question de l’hétérogénéité foncière du signe et du réel à nommer : si 67 énoncés font de « purification ethnique » une formule inadéquate à la réalité qu’elle vise, seuls 11 énoncés font d’elle une formule adéquate au référent, une formule qui nomme bien. Nous avons montré (Krieg, 2000 c, p. 427-428) qu’on ne pouvait qu’être contre la purification ethnique dans sa réalité mondaine. Si un mot qui nomme mal le réel est un mot dont il faut repousser l’emploi, il apparaît que les commentateurs sont également, le plus souvent, contre « purification ethnique » en tant qu’objet langagier. La force de « purification ethnique » comme référent social, comme passage obligé des discours sur la guerre se manifeste ici clairement : la formule s’est imposée à la plupart des commentateurs comme descripteur de la guerre, et ceci bien qu’elle ne convienne pas à un grand nombre d’entre eux.

Une formule adéquate à la réalité

  • 290 C’est ainsi que l’on peut interpréter l’énoncé de Jean-François Deniau cité ici p. 331.
  • 291 Par exemple dans cet énoncé produit au printemps 1993 (période qui se caractérise, nous l’avons mon (...)

332Dans l’ensemble du corpus, seuls 11 énoncés font d’une variante de la formule une expression qui nomme bien le réel yougoslave. On prendra soin de ne pas confondre ces énoncés avec d’autres qui, sans spécifier cette adéquation, disent plus ou moins explicitement que la formule est révélatrice d’une vérité sur le conflit290, ou avec des énoncés dans lesquels la formule participe à la formation d’une expression jugée adéquate291. Les jugements d’adéquation passent moins par des gloses qui en seraient caractéristiques (telles que « la “purification ethnique”, c’est le mot juste,… » ou « la “purification ethnique”, pour utiliser l’expression qui convient,… ») que par diverses formulations dont certaines requièrent l’interprétation.

333Une première série d’énoncés fait de « purification ethnique » un terme qui nomme bien un fragment de la réalité yougoslave parce qu’il en constitue la dénomination, ou name. La caractérisation de la formule comme adéquate passe alors par des emplois autonymes, associés au verbe « s’appeler » :

  • 292 Éditorial de Bruno Chenu, « Bosnie : un accord à juger sur pièces », La Croix, 29 août 1992, p. 1.

[Lors de la Conférence de Londres] les paroles, les bonnes résolutions et les invitations pressantes n’ont pas manqué. Mais suffit-il d’« exhorter », d’« appeler », de « prôner » pour faire peur aux agresseurs ? […] Depuis des mois dans l’ex-Yougoslavie, la parole fait écran. Elle n’est là que pour distraire les spectateurs consentants alors que la réalité s’appelle guerre de conquête, bombardements massifs, nettoyage ethnique, exode de populations.292

  • 293 Jacqueline Authier-Revuz (1992 a, t. II, partie IV, chap. 3, p. 572).

334ou associés aux expressions « avoir un nom » ou « porter un nom », dont Jacqueline Authier a souligné combien elles pouvaient permettre l’affirmation « de la stricte adéquation de mots dont il est spécifié que nul flottement d’approximation relativement à la chose qu’ils nomment ne vient émousser les contours »293 :

  • 294 Laurent Bijard, « Au nom du “Mémorandum de 1986”… - Le ballet fou de la “purification” », Le Nouvel (...)

À Bosanski Brod, ils sont musulmans. Ils n’ont pas d’arrière pays où aller. Ils n’ont pas envie de se rendre dans un lointain pays arabe. Ils fuient la terreur serbe. Cette terreur porte un nom : la « purification ethnique ».294

335« Purification ethnique » est, pourrait-on dire, un bon descripteur dans le récit de la guerre parce qu’elle est, sémiotiquement, le nom de ce qu’elle désigne.

  • 295 Xavier Bougarel, Bosnie, anatomie d’un conflit, Paris, La Découverte, coll. « Les dossiers de l’éta (...)

336Une seconde série d’énoncés fait de la formule un terme adéquat au réel relativement à un autre terme, jugé pour sa part inadéquat ou moins adéquat. Les critères de l’adéquation varient d’un commentateur à l’autre. Ils peuvent être juridiques, comme sous la plume de Xavier Bougarel qui estime peu pertinente la dénomination « génocide » dans le contexte yougoslave. Selon lui, les actes commis lors de la guerre en Bosnie ne relèvent pas réellement de la définition du génocide telle que donnée par la Convention de 1948, définition dont il rapporte textuellement les termes in extenso295. « Génocide », rappelle-t-il, signifie selon la Convention « destruction physique d’une population ». « Nettoyage ethnique », considère-t-il, signifie « déplacement forcé d’une population ». Selon Xavier Bougarel, le second terme « semble plus approprié pour qualifier, de façon générale, les violences commises au cours du conflit bosniaque ».

337Les critères de l’adéquation peuvent également être ceux de l’usage. C’est du moins ainsi que nous interprétons ces propos de Pierre Truche, procureur général de la Cour de Cassation. « Purification ethnique » serait l’expression adéquate parce qu’elle est la dénomination couramment utilisée, consacrée par l’usage, par contraste avec « génocide », terme de spécialité :

  • 296 Pierre Truche interviewé par Laurent Bijard, « “Comme pour les nazis après 1945…” », Le Nouvel Obse (...)

Le comité français de réflexion a retenu deux critères [pour définir les crimes commis en ex-Yougoslavie] : les infractions qualifiées de génocide par la convention de 1948, c’est-à-dire en fait la purification ethnique, et les infractions graves aux conventions de Genève de 1949, qui regroupent notamment les meurtres, les tortures, les viols, les destructions sur une grande échelle, les pillages, soit toutes les horreurs commises actuellement sur le terrain yougoslave.296

338Il arrive aussi que rien ne soit dit des critères qui président au choix du « mot qui nomme mieux » :

  • 297 Jacques Lesourne, « Du Koweit à la Yougoslavie », Le Monde, 25-26 avril 1993, p. 1 et 3.

Milosevic se moque des rodomontades d’une communauté internationale impuissante et poursuivra son œuvre de « regroupement des populations », suivant le terme qui se substitue depuis quelques jours à celui plus exact de « purification ethnique ».297

339Une troisième série d’énoncés ne fait de la formule un terme approprié au référent que dans l’interprétation que nous en faisons. Dans ces énoncés, les commentateurs présentent l’emploi de la formule « purification ethnique » comme un emploi qui révèle l’existence de la chose nommée. En creux, nous pouvons comprendre que la formule traduit adéquatement le réel qu’elle vise. Ainsi dans cette tribune de Jean-François Mattei :

  • 298 Tribune de Jean-François Mattei, « Ex-Yougoslavie, Munich “bis repetita” », La Croix, 28 janvier 1 (...)

Nous y sommes. Dix huit mois après le début des combats, les mots terribles de purification ethnique et de déportation de population résonnent dans tous les discours.298

340ou dans ces propos de Steven Spielberg, interviewé dans Le Figaro, pour qui la présence du mot dans l’univers discursif ne fait que refléter – révéler – la présence de la chose dans le monde :

  • 299 Steven Spielberg interviewé par Marianne Ruuth, « Steven Spielberg : “Avec ce film, j’atteins la vé (...)

Alors que jusqu’ici je me servais de la caméra comme d’une baguette magique, pour faire naître une réalité qui n’existait pas et entraîner le public dans une aventure fabuleuse, hors de sa vie quotidienne, pour la première fois, avec ce film [La liste de Schindler], j’exprime une vérité, j’atteins la vérité. Et nous avons besoin de cette vérité aujourd’hui. Le néo-nazisme se développe. On entend parler de « purification ethnique ».299

341On entend parler de « purification ethnique » parce qu’il existe dans le monde la purification ethnique. De cela, nous déduisons que le mot nomme adéquatement le référent qu’il vise.

342Nous noterons qu’aucun des 11 énoncés considérés n’est le fait de nationalistes serbes ou de leurs partisans, alors même que les commentateurs impliqués sont par ailleurs variés (journaliste, lecteur, documentariste audiovisuel, élu, magistrat, cinéaste, historien) : la formule n’est apparemment pas, pour les nationalistes serbes, un terme à même de décrire le réel. Elle est de fait selon eux, les pages qui suivent le montrent, un terme parfaitement incapable de nommer correctement la réalité yougoslave.

Une formule inadéquate à la réalité

343À en croire nombre de commentateurs du conflit, « purification ethnique » est une formule inadéquate au réel qu’elle vise, elle est un « mot qui nomme mal ». Il est possible de voir, dans ce jugement d’inadéquation porté sur la formule, un des motifs de son caractère « affreux » tel que nous l’avons observé dans un développement antérieur. Pour les locuteurs qui s’expriment dans les 67 énoncés concernés, la formule « purification ethnique » produit, d’une façon ou d’une autre, une lecture dévoyée de la guerre : n’étant pas à même de nommer adéquatement le référent qu’elle vise, elle fausse la relation d’intelligibilité qu’elle se devrait pourtant d’assurer entre les faits qui adviennent dans l’espace yougoslave et les acteurs de l’espace public français. En dehors de ce jugement partagé, les commentateurs divergent fortement quant aux causes et aux origines de cette non-coïncidence du mot et de la chose. Nous présentons les résultats selon que la formule est jugée globalement inadéquate, inadéquate à cause de « purification », « nettoyage » ou « épuration » (ou d’un autre dérivé d’un des trois radicaux), ou encore inadéquate à cause de « ethnique » (ou d’un autre dérivé de « ethnie »).

Une formule globalement inadéquate

344Dans une grande majorité d’énoncés (49 sur 67), la formule est jugée inadéquate dans sa globalité, c’est-à-dire dans l’ensemble de ses composantes : l’adéquation au réel est refusée en bloc. Le caractère figé de la formule se manifeste ici par la difficulté qu’il y a à penser « purification ethnique » comme une association libre dont on pourrait repousser séparément les constituants. À l’intérieur de ces énoncés qui mettent globalement en cause la formule dans son procès de nomination, on peut distinguer trois grandes séries de positions, selon que le responsable ou utilisateur de la nomination impropre est plus ou moins clairement désigné par le commentateur.

  • 300 « Trop faible » par différence avec des mots jugés également inadéquats mais parce que « trop forts (...)

345Le plus souvent (28 sur 49), aucun acteur n’est explicitement désigné comme responsable de la mauvaise nomination : il existe « simplement », selon le commentateur, un mot qui rate ou qui masque le réel. Les modes d’expression de cette position sont variés. Le fait de qualifier la formule d’« euphémisme », ou d’autres termes la désignant comme mot « trop faible » pour ce qu’elle nomme300, est un mode d’expression répandu :

  • 301 Éditorial de Jean-Claude Kiefer, « Le partage ethnique », Les Dernières nouvelles d’Alsace, 7 août (...)
  • 302 Tribune de Pierre Lellouche, « Le prix du renoncement », Le Figaro, 31 août 1992, p. 2.

Que ces dizaines de milliers de réfugiés soient des Serbes qui subissent aujourd’hui le sort des Croates et des Bosniaques ne change rien. La même inhumanité, la même horreur triomphent sous le même euphémisme : la « purification ethnique ».301
En Bosnie, la politique de conquête territoriale s’est accompagnée – sous le doux nom de « purification ethnique » – du plus grand déplacement forcé de population que l’Europe ait connu depuis la Seconde Guerre mondiale.302

  • 303 De notre point de vue, l’« euphémisme » n’est pas une catégorie du métalangage scientifique, mais r (...)
  • 304 Voir Alice Krieg (2000 c), p. 441-442, « “Ethnie” comme euphémisme de “race” ».
  • 305 Sur « purification », « nettoyage » et « épuration » comme substantifs évaluatifs axiologiques posi (...)

346Aucune des composantes de la formule n’est spécifiquement visée par le jugement d’euphémisation303. Peut-être le sont-elles toutes deux puisque chacune a ses raisons d’être envisagée comme un euphémisme : les dérivés d’« ethnie » sont fréquemment considérés comme des euphémismes des dérivés de « race »304 ; les dérivés de « pur- », « net- » et « épur- », de leur côté, peuvent être perçus comme des euphémismes dans la mesure où ils présentent sous un jour favorable (en tant que termes évaluatifs axiologiques positifs305) un réel qui est évalué négativement par les commentateurs.

  • 306 Selon la formulation d’Hannah Arendt ([1963] 1991, p. 144-145).
  • 307 Outre « Endlösung » (solution finale), sont fréquemment cités à ce propos « Spezialleinrichtungen »(...)

347Notons par ailleurs que les jugements d’euphémisation portés sur la formule peuvent faciliter le renvoi de « purification ethnique » à l’extérieur discursif nazi tel que nous l’avons observé plus haut. Le discours nazi en effet, comme l’ont noté de façon récurrente les historiens du domaine et les témoins rescapés des tueries, affectionnait tout particulièrement dans ses « règles de langage »306 les formulations dont on considère qu’elles masquent le réel, également dans le sens d’une expression « trop faible » relativement au réel (fort) ou d’une expression « belle » ou « douce » relativement au réel (affreux et dur)307. Il ne suffit évidemment pas qu’un terme soit jugé euphémistique pour qu’il soit rapporté à l’extérieur discursif nazi, mais, combiné avec d’autres éléments, ce jugement facilite un tel rapprochement interdiscursif.

348D’autres énoncés requièrent plus fortement l’interprétation. Plutôt que de qualifier directement la formule d’euphémisme (donc de terme qui masque la réalité en l’adoucissant), ils donnent à voir – à lire – cette réalité cynique, brutale et sanglante que la formule, selon eux, dissimule en prétendant la désigner. Il s’agit de montrer la concrétude du réel que cache le terme « purification ethnique ». Ce titre d’un reportage de VSD qui raconte l’histoire d’un « village musulman massacré par les milices serbes » illustre un tel procédé :

  • 308 Reportage de Philippe Flandrin, « Bosnie : la purification ethnique c’est ça », VSD, 7 janvier 1993 (...)

Bosnie : la purification ethnique c’est ça.308

349L’emploi du mot « traduction » est symptomatique de la nécessité qu’il y a manifestement à montrer un réel que la formule, contrairement à tout bon mot docile qui se respecte, ne traduit précisément pas. Ainsi dans ces propos de Philippe Douste-Blazy au retour de son voyage en Bosnie, répondant à la question « Qu’avez-vous vu ? » :

  • 309 Philippe Douste-Blazy interviewé par Nathalie Bagdassarian, « “Lancer un ultimatum à Milosevic” », (...)

L’horreur. Les femmes et les enfants, en majorité, sont entassés par milliers dans des conditions terribles d’hygiène et de salubrité. […] Depuis des semaines, ils ne reçoivent qu’une maigre soupe par jour. Les enfants n’ont droit qu’à deux petites collations. Imaginez ces réfugiés, vêtus d’une chemise et d’un pantalon, dans trois mois, lorsque la température descendra à moins 25 degrés. Voilà la traduction concrète de la « purification ethnique ».309

350Ou dans cet article de Jean-Claude Raspiengeas, où la formule est d’abord caractérisée comme terme dont le surgissement est remarqué dans le temps (selon notre interprétation), puis comme expression qui est « à traduire », et dont la traduction est « insensée » (le mot nomme si mal qu’il ne laisse pas prévoir ce qu’il désigne) :

  • 310 Jean-Claude Raspiengeas, « L’image de trop », Télérama, 2 mars 1994, p. 60-64.

Des régions entières subirent le sort de Vukovar. […] Des rapports internationaux confirmaient ce que l’on n’osait croire. On parlait de « purification ethnique ». On en décrivait l’insensée traduction : villes assiégées, massacre méthodique des populations civiles, destruction de toutes traces de vie, cohorte de civils hagards chassés de chez eux, déportés, le long des routes défoncées et de villages calcinés.310

  • 311 Voir également en annexe, illustration n° 14.

351Le court texte qui figure au bas de la publicité de Médecins du monde diffusée à l’hiver 1992-1993, bien qu’il emploie un verbe métalinguistique a priori destiné à introduire une définition, relève également, dans notre interprétation, de cette monstration du réel que la formule dissimule. Ce texte est le suivant311 :

Purification ethnique cela veut dire : camps, viols, assassinats, exécutions et déportations en masse des populations non serbes de Bosnie-Herzégovine et de Sarajevo. Les Nationalistes serbes iront jusqu’au bout de leur idéologie meurtrière. Médecins du monde a choisi de continuer ses missions médicales et son aide d’urgence, mais n’a pas choisi de se taire. Se taire c’est accepter.

  • 312 Plus généralement, et en dehors de tout emploi métadiscursif, deux principales catégories de locute (...)

352À côté des énoncés qui font de « purification ethnique » un terme inadéquat au réel sans pour autant proposer « en échange », si l’on peut dire, un terme qui serait plus approprié, on rencontre des commentateurs qui, outre qu’ils dénoncent « purification ethnique » comme mot qui nomme mal, proposent un mot ou une expression qui selon eux nommerait bien. Le mot « génocide » est proposé deux fois, comme ici312 :

  • 313 Atelier « Analyse des concepts et du vocabulaire utilisés par les médias, les politiques, et par no (...)

Attention aux stratégies d’euphémisme (« purification ethnique » pour « génocide ») et aux stratégies d’appropriation […].313

353Mais sont aussi proposées occasionnellement des formulations telles que « déplacements forcés de populations », « extermination ethnique » ou, comme dans cet article, « élimination systématique » :

  • 314 Laurent Bijard, « Le spectre des camps… », Le Nouvel Observateur, 6 août 1992, p. 40.

Depuis des mois, chaque jour apporte son lot de massacres de civils, son lot de viols collectifs, et d’élimination systématique plus connue sous le nom de « nettoyage ethnique ».314

354Observons que les énoncés proposant un terme adéquat au réel sont moins nombreux que ceux qui dénoncent « purification ethnique » sans lui opposer de remplaçant (5 contre 23) : il existe, dirons-nous, un consensus de dénonciation de la formule comme terme inapproprié à la description de la guerre, mais peu de commentateurs se font entendre pour dire explicitement quel serait le terme qui, de leur point de vue, permettrait une bonne intelligibilité du conflit.

355Dans 8 énoncés sur 49, le commentateur met en cause un extérieur discursif responsable de la nomination impropre, mais l’identité de celui-ci demeure indéterminée. Il s’agit, peut-on dire, d’une place d’extérieur discursif aménagée mais laissée vacante. Les adjectifs « prétendu(e) » et « soi-disant » suivis d’une variante de la formule entre guillemets sont les deux expressions retenues par les commentateurs pour exprimer cette position, comme dans ces propos de défenseurs des nationalistes serbes :

  • 315 Avocats Jean-Marc Varaut et Bernard Prévost, exposé des motifs de l’assignation en référé dans la p (...)

La première dénaturation radicale de la vérité se manifeste à travers la référence à une prétendue « purification ethnique » présentée par son assimilation évidente à la doctrine nazie, comme l’idéologie systématique et volontaire des Serbes désignés comme étant, de ce fait, collectivement coupables de crimes contre l’humanité.315

356Enfin, dans une troisième série d’énoncés (13 sur 49), le commentateur désigne le créateur ou l’utilisateur de la formule globalement inadéquate au réel. Selon les cas, le commentateur propose ou non un terme plus approprié. L’identité de l’extérieur discursif, responsable de la création ou de l’emploi du terme inadéquat, varie d’un commentateur à l’autre. Ce peut être le « on » du discours courant, du monde d’aujourd’hui tel qu’il va et s’exprime :

  • 316 Jean-Michel Demetz, « Hamlet contre Hamlet », L’Express, 24 février 1994, p. 89-99.

À l’époque élisabéthaine, Shakespeare dénonce le nouvel ordre du mensonge. Et aujourd’hui ? « La pièce nous dévoile que la lucidité rend fou, souffle Hands [metteur en scène de Hamlet au théâtre Marigny]. Voyez la Bosnie : on cache ce qui s’y passe. On recourt aux euphémismes : purification ethnique… »316

357Ce peut être un extérieur assez flou de la belligérance, identifié ici sans plus de distinction à ceux qui s’en prennent aux Bosniaques :

  • 317 Jean-Pierre Langellier, « L’ONU, Gulliver empêtré », Le Monde, 7 janvier 1993, p. 23.

Et il fallut attendre de longues semaines avant qu’elle [l’Onu] réagisse publiquement aux massacres et aux sévices infligés aux détenus civils bosniaques au nom de la « purification ethnique », cet intolérable euphémisme.317

358Ce peuvent être les Serbes, comme dans cette tribune de Bernard Kouchner :

  • 318 Bernard Kouchner, « Bosnie : les enseignements d’une faillite », Libération, 25 mai 1993, p. 5.

Les Serbes auront cyniquement théorisé ce nettoyage, cette chasse à l’homme, à la femme et à l’enfant musulman sous le nom de « purification ethnique ».318

  • 319 Dessin de Plantu, Le Monde, 13 août 1992, p. 1 (voir illustration n° 12).

359Selon notre interprétation, ce sont également les Serbes qui sont visés dans un dessin de Plantu319 qui oppose « Camp de purification ethnique », expression par laquelle les Serbes nommeraient les camps qu’ils tiennent afin d’en masquer la véritable nature, et « Camp de concentration », nom qu’il conviendrait de donner à ces camps.

360L’extrême droite française, qui d’une façon générale aime à favoriser l’emploi de « génocide », présente ce dernier terme comme adéquat à la réalité yougoslave, par contraste avec la formule « purification ethnique » jugée globalement inadéquate. Ainsi sous la plume d’Alain Sanders, qui vise spécialement la communication humanitaire et les « commentateurs » :

  • 320 Alain Sanders, « Bush et Mitterrand ont le temps d’attendre », Présent, 5 janvier 1993, p. 1 et 4.

Pendant qu’on laisse du temps au temps, les déportations de populations musulmano-croates se poursuivent et le génocide perdure. Génocide ? Exactement. Et il faudrait cesser de parler de « nettoyage ethnique » comme le font la plupart des commentateurs et une campagne imbécile de « Médecins du monde »320.

361Dans un autre article de Présent, c’est l’ONU qui est désigné comme responsable de l’emploi du mot qui nomme mal :

  • 321 Alain Sanders, « Emmanuel Daillet (DSF) : “Cachez ce génocide que je ne saurais voir !” », Présent, (...)

Apprenons à parler onusien. Votre maison brûle ? Ce n’est pas un incendie mais une « ignition intempestive ». Vous êtes cambriolé ? Ce n’est pas un vol, mais un « détournement massif de biens matériels ». Comme vous souhaitez bien naturellement être remboursé, vous sollicitez votre assureur. Hélas ! Vous étiez assuré contre l’incendie et le vol, pas contre les ignitions intempestives, ni contre les détournements massifs de biens matériels. La République de Bosnie-Herzégovine croyait elle aussi naïvement que la déportation, les massacres de non-Serbes pouvaient être, selon la définition de la Convention de 1948, définis comme un génocide, s’est vu répondre par le Conseil de sécurité de l’ONU : Non, il ne s’agit que de « tueries massives » et de « purification ethnique » (cf. entre autres résolutions, la « déplorante » résolution C.S. 808 du 22 février dernier). Rien de grave en somme321

  • 322 Sur ce point, voir Alice Krieg (1999).

362Il est remarquable que l’extérieur discursif présenté comme responsable de l’emploi du « mot qui nomme mal » coïncide assez régulièrement avec l’adversaire que le locuteur se donne de façon plus générale : la société et son consensus anesthésiant pour un artiste ; les Serbes aux yeux d’un Bernard Kouchner résolument favorable à la cause bosniaque ; les médias, l’ONU et l’humanitaire selon l’extrême droite, chez qui la dénonciation des lâchetés d’un « système politico-médiatique » qui se refuse à appeler les choses par leur nom est un lieu commun. Donner le nom des dévoyeurs de mots, c’est souvent livrer l’identité de ses adversaires322.

363« Purification ethnique » peut être pris en défaut d’adéquation au réel dans sa globalité, ainsi que nous l’avons vu jusqu’ici. Dans les pages qui suivent, nous nous intéressons à des interprétants-locuteurs qui se montrent plus sensibles au fait que la formule n’est pas faite d’une seule pièce, et qui, dans le procès d’inadéquation qu’ils font à la formule, s’en prennent à l’une ou à l’autre des composantes du syntagme (ou aux deux, mais appréhendées séparément, chacune étant envisagée dans les problèmes spécifiques qu’elle pose au regard de la réalité dont elle prétend rendre compte).

Une formule inadéquate à cause du dérivé de « pur- », de « net- » ou de « épur- »

  • 323 Sur le guillemetage partiel, voir « Les guillemets comme contours d’une formule formant bloc », Ali (...)

364À trois reprises (seulement) dans le corpus, un commentateur fait de la formule un terme qui est inadéquat au réel du fait de la composante formée sur « pur- », « net- » ou « épur- ». Le guillemetage partiel de la formule323 touchant le dérivé d’un de ces trois radicaux à l’exclusion du dérivé de « ethnie », que l’on observe 26 fois dans le corpus (par exemple « “épuration” ethnique », « “pures” ethniquement » ou « ethniquement “purifiés” »), trouve dans ce type d’achoppement une interprétation possible – parmi un ensemble non-fini d’interprétations possibles.

365Au cours d’un documentaire télévisé, à la suite de la voix off qui utilise le syntagme « purification ethnique » en emploi autonyme, Kaiser Zaman, représentant du HCR en Azerbaïdjan, tient en anglais des propos ainsi traduits en français par les documentaristes :

  • 324 Kaiser Zaman dans le documentaire d’Hubert Dubois (en collaboration avec Geneviève de Montgolfier), (...)

C’est un terme épouvantable. Utiliser les mots nettoyer ou purifier valorise quelque chose. Or purification ethnique s’applique à des gens que vous n’aimez pas, des gens en quelque sorte impurs. Et c’est très triste de considérer des gens de cette manière.324

366Dans un document interne qui sera repris dans les Actes des Assises nationales des collectifs contre la purification ethnique, Sylvie Dammekens et Olivier Perros, membres du Collectif des citoyens brestois pour la Bosnie, procèdent à une « analyse des concepts utilisés par les politiques et les médias ». Ils commencent par une critique du concept d’« ethnie » pour repousser ensuite la formule du fait du présupposé d’« impureté » qu’elle sous-tend (les deux composantes du syntagme sont donc visées, mais distinctement) :

  • 325 Atelier « Analyse des concepts et du vocabulaire utilisés par les médias, les politiques, et par no (...)

Toujours en ce qui concerne le concept ethnie – dont on nous rebat les oreilles comme si là était le nœud du « problème » ! – relevons aussi l’expression purification ethnique. Utilisée par les Serbes, les médias (2) ont repris à leur compte l’expression et s’en gargarisent sans sembler en être choqués outre mesure. Nous saluons ici le tour de force des idéologues Serbes qui ont réussi à imposer nombre de mots et d’expressions qui reflètent au mieux une idéologie pour le moins totalitaire ! Serait-il donc possible que dans notre vieille et digne Europe des peuples soient moins « purs » que d’autres ? À quand la solution finale ?325
(2) Toutes formes confondues (presse écrite, radio, télévision,

367ouvrages traitant du sujet, etc.).

368Enfin, dans une lettre que publie Le Nouvel Observateur et dont nous donnons ci-dessous le texte intégral, une lectrice se livre à un long développement sur les dérivés de « pur- » et de « net- », et en arrive à la conclusion que « purification ethnique » est un terme inadéquat, par contraste avec « assassinat ethnique », expression qui selon elle est à même de nommer la réalité de la guerre – ce qui atteste bien, cela soit dit par parenthèse, que l’adjectif « ethnique » n’est pas pour cette lectrice la composante de la formule qui pose problème :

  • 326 Lettre d’une lectrice de Vannes titrée « Assassinat ethnique », Le Nouvel Observateur, 23 septembre (...)

Avec les mots on peut prendre position, s’engager, car les mots ont une valeur qui peut éviter le malentendu. Si l’on purifie, on fait un acte qui nettoie, qui doit rendre pur – par définition – ce qui ne l’est pas (le feu peut servir à ça, ou l’eau de javel, selon le cas…). Dans la religion catholique, le pécheur se purifie l’âme de ses fautes par la confession. Jamais on ne se purifie, on ne nettoie ce qui n’est pas entaché, sali. Ou bien les mots n’ont pas de sens. Or voilà bientôt deux ans que l’on peut lire et entendre cinquante fois par jour des détails atroces sur ce que tout le monde nomme la « purification ethnique ». Même ceux qui en sont indignés emploient cette expression révoltante. Qui a songé qu’en l’utilisant il cautionnait le fait ? Elle sous-entend par ses mots mêmes qu’il existe des ethnies pures et d’autres qui ne le seraient pas. Jusqu’à Simone Veil qui reprend comme tout le monde l’expression pour en dénoncer le contenu. Que ceux qui, assassins, veulent nettoyer la planète d’une catégorie de ses habitants en leur faisant la guerre l’emploient, d’accord, mais laissons-leur ces mots qui vont avec leurs actes ! Et que les autres, nombreux, qui s’en indignent et s’en révoltent, appellent ces massacres par leur nom : l’« assassinat ethnique ». Alors, à dire le mot juste on s’engagera puisqu’on n’aura pas le même vocabulaire pour désigner le même acte selon qu’on sera du côté des tueurs ou du côté de ceux qui en dénoncent la barbarie.326

369Par-delà le caractère plus ou moins développé de leur argumentation, ces trois commentateurs sont confrontés à des caractéristiques constitutives majeures de la formule : d’une part le fait que « purification », « nettoyage » et « épuration » sont des substantifs évaluatifs axiologiques positifs, c’est-à-dire qu’il est inhérent à leur fonctionnement de désigner une action évaluée positivement (« Ou bien les mots n’ont pas de sens. » comme dit la lectrice du Nouvel Observateur) ; d’autre part, ceci étant la conséquence de cela, le fait que la formule présuppose l’existence du couple notionnel exprimé par « pur » / « impur ». Dans ces conditions sémantiques que la formule impose aux locuteurs (car de ce qui vient de la langue, il est impossible de se débarrasser), la façon dont l’interprétant appréhende la prise en charge du syntagme est centrale quant au jugement d’adéquation de la formule à la réalité qu’elle vise.

370Soit la formule est envisagée comme un terme appartenant à un extérieur discursif (par exemple serbe), et pris en charge par lui. Dans ce cas, il se peut fort bien que la formule soit jugée adéquate au réel, parce qu’elle révèle pleinement les conceptions cyniques et mixophobes de cet extérieur – qui est aussi un acteur politique et militaire sur le terrain. Dit autrement, « purification ethnique » est alors un « bon mot » s’il est dit par celui qui revendique la pratique, car ce mot montre l’inhumanité dont l’auteur investit ses actes (un des indices d’inhumanité étant, dans l’univers axiologique contemporain, le fait d’assumer le présupposé d’impureté d’autrui).

  • 327 Alexandre Boussageon, « Purification ethnique : une théorie insoutenable devenue cliché journalisti (...)

371Soit la formule est envisagée comme (re)prise en charge par le discours journalistique (ou le discours de Simone Veil, ou celui des militants de la cause bosniaque…). La positivité de l’action et l’impureté d’autrui sont alors assumées par le locuteur, qui devient du même coup un locuteur-énonciateur puisqu’il est appréhendé non pas comme rapporteur du point de vue de l’extérieur discursif mais comme reprenant ce point de vue pour son propre compte. C’est là, clairement, ce que comprend la lectrice lorsqu’elle estime qu’utiliser le mot cautionne le fait. C’est là ce que comprennent les militants de la cause bosniaque lorsqu’ils jugent que les nationalistes serbes ont trouvé dans l’emploi réitéré et médiatisé de l’expression « purification ethnique » la consécration de leur vision du monde. C’est là encore, selon nous, ce que comprend le journaliste de L’Événement du jeudi cité plus haut lorsqu’il estime que la circulation généralisée de la formule dans l’espace public est « une victoire » pour ceux qui appliquent la purification ethnique327.

372Il nous apparaît, à analyser ces commentaires métadiscursifs sur la formule, que la dimension énonciative est cruciale dans l’appréciation du rapport d’adéquation du mot à la chose. Nous venons de montrer que cette dimension énonciative est principalement impliquée lorsque la formule « purification ethnique » est jugée inadéquate au réel à cause du dérivé de « pur- », de « net- » ou de « épur- ». Elle est également présente, bien que moins centralement, lorsque des commentateurs jugent la formule inadéquate du fait d’un dérivé de « ethnie ».

Une formule inadéquate à cause du dérivé de « ethnie »

373Plus nombreux sont les commentateurs qui refusent à la formule une adéquation au réel du fait de la présence de « ethnique » (ou d’un autre dérivé de « ethnie ») : ce type de disqualification explicite de la formule concerne 15 énoncés du corpus, contre 3 précédemment. Le guillemetage partiel de la formule touchant le dérivé de « ethnie » à l’exclusion du dérivé de « pur- », « net- » ou « épur- », que l’on observe à 10 reprises dans le corpus (par exemple « nettoyage “ethnique” », « pureté “ethnique” » ou « “ethniquement” nettoyés »), trouve dans ce type de mise en cause une interprétation possible.

  • 328 13 ne proposent pas de « bon mot » en échange du « mauvais », contre 2 qui font cette proposition ( (...)

374Les locuteurs concernés se différencient par le fait qu’ils opposent, ou non, un « mot juste » à la formule jugée inadéquate328. Mais ils se distinguent aussi, et c’est cet aspect qui retiendra notre attention, par la perspective qu’ils adoptent pour disqualifier la formule. Deux points de vue principaux se dégagent, qui correspondent étroitement à l’implication politique et partisane des commentateurs dans la guerre. Les défenseurs d’une Bosnie unitaire constituent une des catégories de commentateurs qui jugent la formule inadéquate à cause du dérivé de « ethnie ». Les nationalistes serbes et leurs partisans constituent la seconde catégorie et occupent une place toute particulière. Autant ils brillaient par leur absence dans les énoncés caractérisant la formule comme adéquate au réel à nommer, autant ils s’illustrent ici par leur présence et par la stratégie argumentative qu’ils développent autour de la question de l’inadéquation de la formule.

  • 329 Par exemple Michel Roux : « Elles [les expressions “purification ethnique” et “nettoyage ethnique”] (...)
  • 330 Bertrand Poirot-Delpech, « Admiration », Le Monde, 30 juin 1993, p. 3.
  • 331 Voir Alice Krieg (2000 c), p. 442-446. « Ethnie » est un hétéro-désignant en ce sens qu’il sert à l (...)

375À côté de locuteurs qui jugent la formule conjoncturellement inadéquate – par exemple parce que trop étroite relativement au référent à nommer329 – mais qui ne remettent pas fondamentalement en cause le rapport que la formule entretient avec les dérivés de « ethnie », les défenseurs de la cause bosniaque font de « purification ethnique » un terme foncièrement inapte à nommer la réalité yougoslave. Ces commentateurs adoptent un point de vue énonciatif sur la formule, qui aboutit au rejet de celle-ci comme terme à même de désigner adéquatement le réel. La prise en compte de la dimension énonciative consiste à voir dans l’utilisation de « ethnie » et de ses dérivés (et y compris dans l’utilisation de l’adjectif « ethnique » dans ses emplois formulaires) la reconnaissance de l’existence d’« ethnies » – sous ce nom. Or cette existence serait posée à l’initiative de l’oppresseur (serbe, dans ce contexte), pour lequel ce terme fonctionnerait comme concept descriptif et explicatif du conflit. « Ethnie » serait un « mot des autres » (serbes, principalement). L’utiliser, y compris dans ses emplois formulaires, serait donc donner raison à ces « autres » et à leur vision du monde : « ethnie », écrit Bertrand Poirot-Delpech, est un « mot lancé par l’agresseur comme une bombe à ailette, et repris inconsidérément »330.De même qu’utiliser « purification ethnique » cautionnait le fait, utiliser « purification ethnique » cautionne un des concepts au nom desquels les actes sont commis. Or ce concept, sous ce nom, tel qu’il fonctionne dans l’univers discursif contemporain de langue française, désigne négativement : il est, ainsi que nous l’avons montré ailleurs, un hétéro-désignant négatif331.

  • 332 Les extraits qui suivent sont tirés de l’article de Yan de Kerorguen, « “Une petite guerre mondiale (...)
  • 333 Les extraits qui suivent sont tirés des déclarations de Véronique Nahoum-Grappe à la table ronde «  (...)
  • 334 Selon une expression régulièrement utilisée par Edgar Morin en référence à la guerre yougoslave.

376Dans la revue Esprit, le secrétaire d’Initiative citoyens en Europe, Yan de Kerorguen, estime que « “l’ethnie”, comme la haine sont des inventions des chefs nationalistes, rien de plus »332. Il ne renonce pas pour autant à employer la formule (la chose, d’ailleurs, n’est peut-être pas si aisée qu’il y paraît), mais a recours au guillemetage partiel, et préfère, à plusieurs reprises dans son article, parler de « nettoyage “ethnique” » plutôt que de « nettoyage ethnique ». Opposant l’« ethnie », mot et concept des « autres », à une citoyenneté de chez « nous », Yan de Kerorguen écrit par exemple : « Par le biais du nettoyage “ethnique”, ce qui se joue en Bosnie-Herzégovine, c’est l’éradication de l’idée de citoyenneté et des valeurs reposant sur les droits de l’homme. » Véronique Nahoum-Grappe333 estime que le terme « ethnie » fait partie des « mots-écrans » dont se servent les « totalitarismes », parmi lesquels le « national-totalitarisme »334serbe. «  Ethnie permet un brouillage des informations et des mots », écrit-elle, en concluant qu’il est préférable de ne pas utiliser le mot « ethnie » et en préconisant, pour ce qui concerne la formule, son remplacement par le terme qui nomme juste, à savoir « génocide » : « En fait purification ethnique évite le mot génocide. »

377Les nationalistes serbes et leurs défenseurs adoptent un point de vue vériconditionnel sur la formule. Celui-ci aboutit, à l’instar du premier, à un rejet de la formule dans son adéquation au réel. Mais il amène en outre, par un argument fallacieux, à exclure l’existence du référent que la formule vise. Le raisonnement des partisans des nationalistes serbes repose sur un syllogisme (dont les propositions sont implicites ou explicites selon les énoncés rencontrés) :

  • l’expression « purification ethnique » présuppose l’existence d’ethnies en Yougoslavie

  • or il n’existe pas d’ethnies en Yougoslavie (tous les Yougoslaves étant de même ethnie)

  • donc l’expression « purification ethnique » est inadéquate pour nommer le réel yougoslave

378Sur la base de ce syllogisme, les partisans des nationalistes serbes introduisent un argument fallacieux, qui vient se substituer à la conclusion précédente ou qui fait office de seconde conclusion, tirée de la première. La proposition qui est mise au service du paralogisme ainsi créé est la suivante :

379– donc la purification ethnique n’existe pas

380Que les Serbes, les Croates et les Musulmans appartiennent à une même « ethnie » ou à une même « race » est une thèse récurrente dans la littérature favorable aux nationalistes serbes. Nous comprenons mieux la fréquence de cette proposition à présent que nous connaissons l’argumentation qu’elle peut soutenir. De même, l’idée selon laquelle les Musulmans sont des Serbes islamisés (et selon laquelle, éventuellement, les Croates sont des Serbes convertis au catholicisme), idée dont nous avons observé (Krieg, 2000 c, p. 235-239) la constance dans cette même littérature, participe à la mise en condition de l’acceptation du syllogisme. De fait, dans l’argumentation qu’ils développent, et contrairement à ce que l’on pourrait attendre spontanément, les nationalistes serbes n’ont pas intérêt à mettre en avant les différences (pour montrer l’impossibilité de la cohabitation avec le voisin, etc.), mais plutôt à les amenuiser : la réduction des différences permet de nier rhétoriquement l’existence de pratiques discriminatoires.

381Certains partisans des nationalistes serbes se contentent d’avoir recours au syllogisme et de caractériser la formule comme inadéquate au réel yougoslave (libre au lecteur d’en déduire, éventuellement, l’impossibilité objective de la purification ethnique) :

  • 335 Slobodan Despot, « La revanche du bourreau. La guerre des mots, son système et son usage », Raison (...)
  • 336 Avocats Jean-Marc Varaut et Bernard Prévost, exposé des motifs de l’assignation en référé dans la p (...)

Lancée dans le feu de l’action et accompagnée par un flot d’images dramatiques, cette accusation [la dénonciation de la « purification ethnique » comme objectif militaire serbe en Bosnie] fut reprise et diffusée sans les commentaires critiques qu’elle appelait, et entra aussitôt dans le vocabulaire le plus officiel des instances internationales. De telle sorte que l’ensemble de l’opinion mondiale se mit à percevoir la guerre en Bosnie dans une optique fausse à la base. En effet, l’adjectif ethnique était absolument inadéquat pour décrire la réalité des partages apparus au cours de la guerre civile bosniaque : Serbes, Croates et « Musulmans » (Slaves de Bosnie convertis à l’Islam) sont issus de la même ethnie.335
Cette cynique expression [« purification ethnique »] est d’autant plus injustifiée que les Serbes, les Croates et les Musulmans de Bosnie font partie d’une même ethnie, tragiquement divisée par la religion, l’histoire et la géographie.336

382D’autres locuteurs mènent l’argumentation jusqu’à son terme, qui consiste à exclure la possibilité de l’existence de la purification ethnique en territoire yougoslave. Ainsi de cette réponse faite par Vladimir Dimitrijevic à la remarque d’un journaliste du Point :

  • 337 Interview de Vladimir Dimitrijevic par Yves Cornu et Olivier Weber, « “Purification ethnique” – Pol (...)

Le Point : La purification ethnique est pourtant une réalité.
V. Dimitrijevic : Admettre cela sous-entendrait que nous sommes tous d’ethnies différentes, ce qui n’est pas le cas. J’attends que les Slovènes, les Croates et les Musulmans de Bosnie démontrent que nous ne sommes pas de la même ethnie et de la même langue337.

383de cet extrait d’un texte de Thierry Séchan, « On assassine mon peuple » :

  • 338 Thierry Séchan, « On assassine mon peuple », dans Patrick Besson et al., Avec les Serbes, Lausanne, (...)

La fameuse « épuration ethnique », cette merveilleuse trouvaille « timisoarienne », n’a jamais existé – sauf dans la tête de quelques idiots inutiles – pour la simple raison que tous ces gens sont de la même race338.

384ou de ces propos de Vladimir Vukadinovic dans son livre Le Mur de Sarajevo :

  • 339 Vladimir Vukadinovic, Le Mur de Sarajevo, op. cit., p. 18 et 23. En majuscules dans le texte.

Pour ce qui concerne la « purification ethnique », la situation est infiniment plus simple : elle n’existe pas en Yougoslavie. […] La purification ethnique est une ineptie lexicologique, un non sens parfait : SERBES, CROATES ET MUSULMANS DE BOSNIE APPARTIENNENT TOUS À LA MÊME ETHNIE DES SLAVES DU SUD. […] En ex-Yougoslavie, la purification ethnique n’existe pas !339

  • 340 On confrontera ainsi la conclusion du paralogisme avec cette déclaration de la rédactrice en chef d (...)

385Notons bien que l’argumentation des nationalistes serbes ne vise pas à nier l’existence d’une pratique de purification ethnique à tel endroit ou à tel moment de la guerre340, mais bien à nier la possibilité même de l’existence de toute purification ethnique. La « purification ethnique » devient un objet mythique, un impossible dans l’ordre de la réalité yougoslave. Sous couvert de participer à une lutte contre les « abus de mots », les partisans des nationalistes serbes en viennent ainsi à récuser toute possibilité de survenue du réel que nomme la formule. Ce faisant, ils mettent définitivement en échec – dans l’argumentation – l’accusation qui pèse sur eux : la thèse qui fait des Serbes les principaux agents de la « purification ethnique ». (Ce faisant, il faut le noter aussi, la rhétorique étant un art exigeant, ils invalident une thèse qu’eux-mêmes soutiennent : celle selon laquelle les Serbes sont victimes en Yougoslavie de la purification ethnique entreprise par les Croates et par les Musulmans / Bosniaques.)

386Si nous avions mené plus modestement une analyse sommaire des commentaires métadiscursifs portant sur la formule, nous aurions confondu (au sens de « conjoindre ») deux adversaires dans le politique (défenseurs des Serbes et défenseurs des Bosniaques, réunis dans leur jugement d’inadéquation de la formule à cause de « ethnique »). Ici, au contraire, une analyse détaillée de ces commentaires et des arguments qu’ils servent nous permet d’aboutir à la conclusion – qui est aussi une de nos hypothèses de départ – que la façon de prendre position sur « purification ethnique » est révélatrice des choix politiques des commentateurs. Prendre position sur la formule, c’est prendre position dans la guerre.

La formule comme dénomination : nom propre d’événement ou nouvelle catégorie dénominative ?

  • 341 Nous employons comme synonymes les termes « dénomination », « appellation », « nom » au sens de nam (...)

387À observer ce qu’ils disent et écrivent, les utilisateurs de « purification ethnique » sont confrontés au problème du fonctionnement référentiel de la formule : celle-ci est-elle un nom propre d’événement, c’est-à-dire une dénomination341 réservée à la désignation d’un événement donné, géographiquement et temporellement situé, par définition unique, ou bien est-elle une nouvelle catégorie dénominative, c’est-à-dire une dénomination susceptible de renvoyer à un ensemble ouvert d’événements appartenant à une certaine catégorie d’événements (la « nouveauté » dont nous parlons tient au caractère néologique du syntagme) ? Dit autrement, la formule dont les commentateurs perçoivent le surgissement au printemps-été 1992 est-elle le nom d’un événement yougoslave (auquel on est précisément en train de donner son nom), et qui restera associé à ce cadre géo-historique, ou bien est-elle une nouveauté lexicale qui vient enrichir le stock des collocations et associations figées de la langue française aptes à désigner divers objets relevant d’une certaine classe ?

388Notre analyse du corpus montre que les commentateurs ne convergent pas quant à la réponse qu’il conviendrait d’apporter à cette question : certains énoncés montrent que la formule peut fonctionner comme nom propre d’événement, tandis que d’autres montrent qu’elle est apte à fonctionner comme catégorie dénominative. Notre réponse à l’interrogation formulée dans l’intitulé de la présente subdivision sera donc : les deux (ou plus exactement : alternativement l’un ou l’autre). Dans les pages qui viennent, nous verrons comment se mettent en œuvre l’un et l’autre fonctionnements. En fin de parcours, nous verrons que certains commentateurs butent sur ce mouvement contradictoire, et rendent compte dans leur parole de cette tension référentielle qui pèse sur la formule.

La formule est une dénomination

389Le fait que « purification ethnique » soit une dénomination est une condition nécessaire, mais non suffisante, pour que la formule puisse fonctionner comme nom propre d’événement. C’est donc cette valeur dénominative que nous vérifions ici, préalablement à toute évaluation de la formule comme nom propre d’événement. La condition est nécessaire en ce sens que tout nom propre d’événement est également une dénomination : soit qu’une expression ayant déjà une valeur dénominative se mette à fonctionner, à la suite d’un trajet discursif complexe et non prédictible, comme un nom propre d’événement (ainsi de « restauration », qui devient le nom de cet événement que constitue le retour des Bourbons après la chute du Ier Empire), soit qu’une expression sans valeur dénominative préalable devienne une dénomination du fait même qu’elle se met à fonctionner comme nom propre d’événement (ainsi de « révolution de velours », qui tire sa valeur dénominative du simple fait qu’elle est devenue le nom du changement de régime réalisé par la Tchécoslovaquie en 1989). La condition n’est pas suffisante en ce sens que toute dénomination n’est pas, loin s’en faut, un nom propre d’événement : « fiançailles » ou « violation de sépulture » ne sont en rien, dans l’espace public français contemporain, des noms propres d’événements, bien qu’ils constituent sans aucun doute des unités simples ou complexes à valeur dénominative (une promesse solennelle de mariage échangée entre deux personnes porte le nom de « fiançailles » ; le fait d’ouvrir une tombe s’appelle une « violation de sépulture »).

  • 342 Il est également possible d’évaluer le caractère figé de la formule selon des critères formels, ce (...)

390Pour voir dans quelle mesure « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique » constituent des dénominations, nous nous intéressons ici à des énoncés du corpus qui donnent à voir l’un ou l’autre de ces syntagmes comme le nom name de quelque chose (que cette « chose » soit ou non un événement ne nous intéresse pas pour l’instant). Ce faisant, et dans la perspective de la thèse dénominative soutenue par Martin Riegel (1988 a, 1988 b et 1991), nous aurons l’occasion d’évaluer le caractère figé de la formule selon des critères sémantico-référentiels342.

  • 343 Déclaration de Muhamed Sacirbey, représentant de la République de Bosnie-Herzégovine, lue au nom de (...)
  • 344 Dans le développement « Une dénomination partagée dans le “on” de la communauté de parole », p. 312 (...)
  • 345 Yves Heller, « Sauvetage ou épuration ? », Le Monde, 7 avril 1993, p. 1 et 4.

391Les énoncés qui de façon caractéristique attestent la valeur dénominative de la formule emploient un verbe métalinguistique tel que celui-ci établit pour la langue une relation de dénomination entre une variante de la formule (X) et un référent quelconque (x) : « x s’appelle X », « x est appelé X », « x se nomme X », « x se dénomme X », « x a pour nom X », « x porte le nom de X », « X est le nom de x »… À cette première série d’énoncés, il convient d’adjoindre des emplois d’un verbe métalinguistique établissant également une relation de dénomination, mais, plus restrictivement, pour un locuteur L. On rencontrera ici des emplois opaques de la formule tels que « X est le nom que L donne à x », « x s’appelle X dans le vocabulaire de L » ou encore « L nomme X ce x », ou des emplois opacifiants de la formule tels que « …ce que L appelle X », « …ce que L nomme X » ou encore « le X, pour reprendre le nom que L lui donne,… ». D’une série d’énoncés à l’autre, la convergence est forte : dans tous les cas, « purification ethnique » est le nom de quelque chose (bref, « purification ethnique » est une dénomination). Néanmoins les deux séries divergent quant à la place qu’elles accordent à l’existence d’une extériorité discursive : totalement absente dans la première série, une extériorité discursive est représentée – aussi sommairement qu’elle puisse l’être – dans la seconde. Ce clivage d’une série à l’autre a motivé notre choix de procéder distinctement à l’analyse de la seconde série, dans laquelle nous avons privilégié le renvoi de la formule à un extérieur discursif plutôt que la valeur dénominative allouée par l’énoncé. Selon que l’extériorité discursive prenait la figure du « on » (ou du « tout le monde »), ou selon qu’elle pouvait être identifiée à un acteur du conflit ou de l’histoire passée (« les Serbes », « Draza Mihaïlovic », « les nazis », « les médias »…), nous privilégiions la reconnaissance de la formule comme expression mise en circulation dans l’espace public, ou bien le fait que la formule soit un « mot des autres », dans sa création ou dans son emploi. Ainsi, bien que tous deux confèrent une valeur dénominative à la formule, un énoncé évoquant par exemple « une maladie que l’on appelle l’“épuration ethnique” »343 a déjà fait l’objet d’un relevé344, alors qu’un énoncé comportant une glose telle que « une pratique appelée “nettoyage ethnique” »345 trouve ici sa place spécifique.

392Outre les énoncés analysés dans les développements antérieurs, les énoncés dans lesquels la formule se voit conférer une valeur dénominative pour la langue emploient des verbes tels que « être le nom », « porter le nom », « s’appeler », « avoir pour nom » ou encore, comme ici, « avoir nom » et « dénommer » au mode participial :

  • 346 Yves Heller, « “Finale” sanglante en Bosnie centrale », Le Monde, 2 juillet 1993, p. 1 et 4.
  • 347 Communiqué final du Conseil de l’Atlantique Nord sur la sécurité européenne, l’appui de l’OTAN à la (...)

Il aura fallu quinze mois d’une guerre impitoyable, des centaines de milliers de victimes et de personnes déplacées, pour en arriver à un partage qui s’achève maintenant, sur le terrain, à coups de canon, tandis qu’à Genève les stylos ne font que consacrer, sur la carte, un fait accompli qui a nom « purification ethnique ».346
Nous restons profondément préoccupés par la poursuite de la violence dans l’ex-Yougoslavie, notamment par l’ignoble pratique dénommée « purification ethnique », et nous avons publié aujourd’hui une déclaration séparée sur ce conflit.347

393Les énoncés concernés montrent, positivement, que « purification ethnique » est une dénomination, un name. Pour compléter cette démonstration, nous ajouterons, par la négative et suivant les propositions de Martin Riegel, que des énoncés définitoires dans lesquels une expression sans valeur dénominative serait volontiers accueillie ne peuvent, sous peine de tautologie dénominative, recevoir la formule. Ainsi, pour reprendre le « nœud papillon » de Martin Riegel (1991, p. 151) :

Un nœud papillon, ça s’appelle ? ? ?
Le nom du nœud papillon, c’est ? ? ?
Une purification ethnique, ça s’appelle ? ? ?
Le nom de la purification ethnique, c’est ? ? ?

  • 348 En revanche : « Une petite mouche, ça s’appelle un moucheron. » « Le nom d’un petit meuble spéciale (...)

394sont des énoncés aussi incongrus que348 :

Une table, ça s’appelle ? ? ?
Le nom d’une table, c’est ? ? ?

395« L’anomalie de ces énoncés, commente Martin Riegel (1988 a, p. 379), tient à ce qu’ils désignent un type d’objet par son nom codé et simultanément demandent quel est ce nom codé. » « Purification ethnique » est bien un « nom codé », une dénomination, un nom name… mais de quoi ? Dans les pages qui viennent, nous cherchons à savoir si un événement peut être cette chose dont la formule est le nom.

La formule comme nom propre d’événement

  • 349 Georges Kleiber (1997, p. 18 ; 1995 et 1996).
  • 350 En effet, l’arrivée du train n° 602 en gare de Lyon à Paris le mercredi 29 mars 2000 à 8 h 16 est u (...)

396Si tout nom propre d’événement est une dénomination, la réciproque n’est pas vraie : « les noms propres, contrairement aux autres dénominations, opèrent une catégorisation individualisante »349, souligne Georges Kleiber. L’individu qui nous intéresse ici étant un événement – par différence avec d’autres individus que sont par exemple les lieux ou les animés humains –, nous devons nous attendre, dans l’hypothèse où « purification ethnique » serait bien un nom propre d’événement, à ce que la formule puisse désigner un individu qui présente minimalement les propriétés d’un événement telles que nous les envisageons : avoir un début et une fin (être inscrit dans une temporalité) ; appartenir en propre à un espace, à une géographie ; être unique, autrement dit non-réitérable (cette propriété étant la conséquence des deux premières) ; être signifiant, symptomatique de quelque chose ; et – dernière propriété mais non la moindre – être collectivement identifié et commenté comme muni de ces propriétés350.

397« Certains mots, écrit Alain Rey (1989, p. 12), ont vocation pour désigner autre chose que des classes ouvertes d’objets ; certains noms dits “communs” deviennent “propres” à un objet phénoménal, et tel est à l’évidence le cas du mot révolution. » Les syntagmes « Révolution française » ou « Révolution russe » sont clairement des noms propres d’événements. « Purification ethnique » – et ses deux doubles – est, nous allons le voir, également capable de prendre cette direction.

  • 351 Voir Alice Krieg (2000 c, p. 447-450).
  • 352 On ne confondra pas le fait que la purification ethnique comme fait mondain fasse événement (ce don (...)

398Le fait que « purification », « nettoyage » et « épuration » soient des nominalisations d’action351 nous indique déjà que ce que désigne la formule a un début, une durée et une fin. Mais il ne nous autorise pas à faire une différence entre « purification ethnique » comme nom propre d’événement et, par exemple, « polissage » ou « facturation », différence qui nous permettrait d’avancer que la formule fonctionne comme nom propre d’événement au même titre que « Annonciation », « perestroïka », « Révolution française » ou « solution finale ». Des énoncés du corpus montrent à présent que ce que nomme « purification ethnique » a non seulement un commencement, mais aussi un commencement situé en un point unique sur la ligne du temps de l’histoire, et non pas autant de commencements que d’occurrences réitérables (que les commentateurs du conflit puissent diverger quant à l’identification de ce point n’est pas pertinent pour notre propos). La « purification ethnique », dans sa réalité mondaine, est temporellement située et fait partie de la chronologie des événements de la guerre352 :

  • 353 Philippe Gélie, « Bosnie : la défiance sort de urnes », Le Figaro, 17 mai 1993, p. 3.
  • 354 Christophe Driancourt, « Bosnie : histoire d’une mise à mort annoncée », France-Soir, 19 avril 1993 (...)

1992. Les Serbes s’en prennent à la Bosnie-Herzégovine qui vient de proclamer son indépendance. C’est la guerre. Le début de la purification ethnique. En juin, enfin, les casques bleus sont envoyés à Sarajevo écrasée sous les bombes.353
2 avril 1992 : Les milices serbes d’Arkan, qui avaient déjà sévi en Croatie, s’emparent de la ville de Bijelina. La « purification ethnique » est lancée en Bosnie.
7 avril 1992 : Début des bombardements de Sarajevo assiégée par l’armée fédérale.354

399D’autres énoncés indiquent que ce que désigne la formule est géographiquement situé. Les suites en « capitale + de + article + VP » témoignent de cet ancrage de la chose nommée dans un territoire, de même que, plus rares, les suites en « épicentre + de + article + VP » :

  • 355 « Chronologie » non signée, Libération, 12 juillet 1996, cahier spécial « Srebrenica. Les minutes d (...)

La plupart des 3 000 Musulmans restés à Prijedor, épicentre du « nettoyage ethnique » au cours de l’été dernier, sont allés aux urnes en silence.355

  • 356 Voir en note p. 30.

400Par ailleurs, comme si elle portait la trace du contexte historique dans lequel elle est apparue, la formule est spontanément convoquée par les commentateurs lorsqu’il s’agit de mettre un fragment de la guerre yougoslave sous une description356. Divers énoncés indiquent que « purification ethnique » fonctionne comme descripteur immédiatement disponible dans le récit des événements yougoslaves (par contraste avec d’autres termes, que les commentateurs emploient pour référer à des espaces géo-politiques autres). Ainsi à propos du directeur d’une agence de voyage qui propose des séjours dans des pays tels que le Liban, le Nicaragua ou l’Angola :

  • 357 Chronique « C’est l’époque » de Pascal Dupont, « Voyages tous risques », L’Express, 8 avril 1993 [b (...)

Le brave homme est bien timide. Pourquoi pas la Bosnie, pour un week-end de purification ethnique, ou Le Caire, en compagnie des Frères musulmans poseurs de bombes ? Quelques jours avec les gangs d’enfants tueurs de South Central, à Los Angeles, ou l’ascension des tours jumelles du World Trade Center, à New York, avec attentat simulé ? Voilà de bonnes idées.357

401Sur le mode explicite du métadiscours, des commentateurs disent (éventuellement pour le déplorer) ce rapport stéréotypique de l’emploi de la formule à l’espace yougoslave. Regrettant, fin 1994, que le Tribunal pénal international (TPI) intéresse peu l’opinion, Philippe Lecuisinier écrit :

  • 358 Philippe Lecuisinier, « Tout Pour Indigner… », Diagonales Est-Ouest(Lyon, Solidarité Est-Ouest), n° (...)

Si je vous dis « Bosnie ! », tout le monde répondra en chœur : « viols, purification ethnique ». Bravo ! Vous aurez 20 sur 20 à votre examen militant. Si, ensuite, je vous demande, à brûle pourpoint, « T.P.I. ? ». Alors là, silence radio.358

402Ou encore, dans un récit de fiction qui vise à dénoncer ce qui serait une position consensuelle sur le conflit, un défenseur des nationalistes serbes fait de « purification ethnique » un syntagme associé de façon presque obligatoire au thème « Yougoslavie » :

  • 359 Jérôme Leroy, « “Crimepensée”. Hommage à George Orwell », dans Patrick BESSON et al., Avec les Serb (...)

Lors d’une soirée, à laquelle assistait le Garçon, la conversation était venue sur la Yougoslavie. Pour commencer, tout le monde s’était accordé pour dire qu’il y avait des méchants, les Serbes et des gentils, les Bosniaques. […] C’était le Garçon qui avait parlé et s’était lancé ensuite dans un long développement, une longue énumération plutôt, où revenaient comme religieusement scandés, les noms de Sarajevo, d’Izetbegovic et les mots de viol ou de purification ethnique.359

403L’expression « rimer avec » permet également de mettre en lumière le lien nécessaire d’un espace géo-politique à l’événement que nomme la formule. Ainsi dans ces propos de Jacques Julliard cités par Témoignage chrétien :

  • 360 Laurence Arven, « Les semences d’un nouveau fascisme », Témoignage chrétien, 4 mars 1994, p. 8. (À (...)

Ce n’est pas non plus figure de style que Jacques Julliard ait dédicacé son travail à un ami serbe, patriote et démocrate. « L’un de ceux, en vérité nombreux, écrit-il, qui sauvent l’honneur de leur pays et qui, demain, aideront à nous faire oublier qu’aujourd’hui Serbie rime avec purification ethnique comme hier Allemagne avec camp de concentration. »360.

  • 361 Du type « “Purification ethnique” : déplacement forcé des populations bosniaques mené par les milic (...)
  • 362 Voir p. 335-342, « Mettre la formule en vedette (glossaires et dictionnaires) ».

404La meilleure preuve du fait que « purification ethnique » peut fonctionner comme nom propre d’événement réside dans des énoncés définitoires faisant de « purification ethnique » le nom-name d’un événement yougoslave361. Ces énoncés, bien que peu nombreux, existent, ainsi que nous l’avons déjà signalé dans l’analyse des énoncés dans lesquels la formule était mise en vedette362. Outre ces énoncés métalinguistiques, sur lesquels nous ne revenons pas ici, nous tenons pour des indices du fonctionnement de la formule comme nom propre d’événement des énoncés dans lesquels « purification ethnique » est posée dans un rapport d’équivalence avec des noms propres d’événements, de lieux ou de dispositifs :

  • 363 Claude Roy, « Pour ne pas en finir avec l’année Voltaire », Le Nouvel Observateur, 29 décembre 1994 (...)
  • 364 Roland Jaccard, « Désespérer de la psychanalyse ? », Le Monde, 4 février 1994, supplément Le Monde (...)
  • 365 Titre d’un article de Sylvain Ephimenco, Libération, 8 novembre 1994, p. 60 (cet article est un por (...)

Il [Voltaire] verra ceux qu’il appelle « les Arlequins Anthropophages » faire régner la terreur et l’imbécillité. Ces Arlequins-là n’ont pas désarmé, de la « solution finale » à la « purification ethnique »363.
Quant à Jean Gillibert, il nous invite à relire aujourd’hui le Malaise dans la civilisation (1929) de Freud en ayant constamment à l’esprit Auschwitz, le goulag, la purification ethnique et ce fait incalculable – mais prophétisé par Dostoïevski : deux petits garçons de dix ans exterminant sauvagement un autre petit garçon de deux ans364
De l’apartheid au nettoyage ethnique365.

  • 366 La pancarte posée au-dessus ou à côté du camp comporte soit la mention « Camp de purification ethni (...)
  • 367 Dans l’hypothèse où ces camps seraient identiques à ceux des nazis, « purification ethnique » devie (...)

405Enfin, le corpus révèle une série particulière d’« énoncés », ou plutôt d’unités, qui tendent à individualiser « purification ethnique » sous le jour d’un type de dispositif : celui du camp. Il s’agit de dessins de presse dans lesquels la formule est investie d’une fonction d’étiquette, ou encore d’une « fonction de nomination propre », selon les propositions de Bernard Bosredon (1994 et 1997). Dans ce type de dessin, rencontré à six reprises dans le corpus366, « purification ethnique » devient le nom des camps découverts en Bosnie367, camps dont nous avons vu qu’ils étaient considérés comme le symptôme de la politique dite de « purification ethnique ». Ainsi, à l’intérieur d’une guerre yougoslave dont la « purification ethnique » est à la fois le descripteur spontané et le symptôme, le camp fonctionne à son tour comme symptôme – mais comme symptôme iconographiquement représentable (mieux, manifestement, que d’autres scènes représentables, telle que celle par exemple des colonnes de réfugiés marchant sur le bord des routes).

  • 368 Dessin de Riss, Charlie Hebdo, 30 décembre 1992, p. 8.
  • 369 François Lebrette, « Guerre au Caucase : c’est pire qu’à Sarajevo », Le Figaro Magazine, 30 janvie (...)

406Au-delà de ces éléments convergents, qui montrent que la formule peut fonctionner comme nom propre d’événement, c’est plutôt en termes de prototypie que d’autres énoncés nous amènent à envisager la question : dans ces énoncés, « purification ethnique » n’est plus le nom-name d’un événement yougoslave, mais un nom-name apte à désigner une classe ouverte d’événements, dont la guerre yougoslave porterait l’événement prototypique, à la fois comme modèle originaire et comme meilleur représentant de sa catégorie. Ainsi dans un dessin intitulé « Épuration ethnique : 1992 restera un grand cru ! »368, où l’on voit Slobodan Milosevic boire le sang des victimes comme on déguste un bon vin. Ou dans ce chapeau d’article consacré aux affrontements armés dans le Caucase : « Loin des caméras occidentales et des missions humanitaires, un conflit sanglant déchire les peuples du Caucase. Nations enchevêtrées, massacre, nettoyage ethnique : l’Ingouchie est devenue une autre Bosnie. En plus féroce. »369 Encore ces énoncés montrent-ils la marque que la guerre yougoslave imprime à la formule. Ailleurs, la formule a, pourrions-nous dire, oublié son cadre d’origine : elle est devenue une nouvelle catégorie de dénomination.

La formule comme nouvelle catégorie de dénomination

  • 370 Voir également la présentation de Daniel Cefaï (1996), ainsi que la note ici p. 30.
  • 371 Ainsi, les apparitions fantomatiques qui ont lieu dans le couvent des ursulines de Loudun en 1632 s (...)

407À l’opposé des énoncés étudiés précédemment, certains énoncés du corpus nous montrent ceci : la formule n’est pas un nom propre d’événement, mais bien au contraire une catégorie dénominative susceptible de renvoyer à un ensemble non-fini d’objets. Pour reprendre des termes chers à un « modèle praxéologique » de l’espace public que défend Louis Quéré (1991)370, la formule « purification ethnique » est alors une catégorie, ou une description, sous laquelle différents événements peuvent être individualisés : il peut se produire de par le monde (mais pas nécessairement de tout temps, et pas nécessairement en tout lieu) des événements qu’il sera possible d’appeler chacun « purification ethnique », de même qu’il peut se produire de par le monde des événements qu’il sera possible d’appeler – parfois moyennant polémique371 – « krach boursier », « profanation », « avalanche » ou « mariage princier ».

  • 372 Comme dans « Froid ? Moi ? Jamais ! » (publicité pour des vêtements protégeant du froid) ou dans «  (...)

408Utilisant cette marque de dialogisme que peut être le point d’interrogation372, L’Express représente ainsi « purification ethnique » comme une dénomination qui viendrait immédiatement à l’esprit de l’interlocuteur pour la description d’un événement d’un certain type :

  • 373 Reportage de Jean-Marc Gonin et Vincent HUGEUX

[Contexte : À Dolintin Deal, village de Roumanie, un tzigane a tué un Roumain. Les habitants, en représailles, ont brûlé les maisons des tziganes, qui ont quitté le village.]
« Depuis, tout va pour le mieux, note satisfait, le maire. Le village est désormais 100 % roumain. » Purification ethnique ? De Lvov à Sofia, de Bratislava à Bucarest, ils [les tziganes] sont parias de naissance. Partout indésirables.373

  • 374 Le choix même du terme de « propagation » montre que la formule est perçue, y compris par nous, ana (...)

409La capacité de la formule à nommer divers événements relevant d’une certaine catégorie se manifeste en particulier à travers ce que nous appelons des propagations de la formule à d’autres cadres374(ou encore des propagations de la formule à des cadres non-yougoslaves) et que nous définirons par le fait qu’une variante de la formule « purification ethnique » est employée pour désigner des événements se produisant (s’étant produits, susceptibles de se produire…) en dehors de la guerre yougoslave.

410La définition de la propagation est, on le constate, avant tout négative. Il faut dire qu’une définition positive de la propagation est vite mise en échec par la diversité des propagations que l’on rencontre. Une définition de la propagation en termes de trope (par exemple, la propagation serait une « métaphore »), ou encore en termes d’évolution sémantique (par exemple, la propagation témoignerait de l’apparition d’un sens second de la formule, caractérisé comme « sens figuré » ou comme « sens par extension », avec effacement de sèmes spécifiques) ne permettrait pas à elle seule de rendre compte de l’emploi de la formule en référence à :

411– la répression des Vietnamiens du Cambodge exercée par les Khmers rouges

  • 375 Jean-Claude pomonti, « Élections en trompe-l’œil au Cambodge », Le Monde, 24 avril 1993, p. 1 et 5.

En provoquant un début d’exode, les massacres de communautés lacustres de pêcheurs vietnamiens attribués aux Khmers rouges contribuent déjà à déstabiliser une économie artificiellement gonflée par une forte présence étrangère. Réveillant le vieux fond de xénophobie khmère, la campagne de « purification ethnique » des Khmers rouges, reprise par de nombreux politiciens, est populaire.375

412– la possibilité de guérir la surdité par implant cochléaire

  • 376 Anne Fohr, « Sourds : ceux qui ne veulent rien entendre », Le Nouvel Observateur, 30 décembre 1993, (...)

Les premiers implantés seraient des cobayes. Bien pis, affirment-ils [les sourds qui manifestent contre l’implant cochléaire], c’est la communauté sourde qui est menacée. Implanter des enfants, c’est rien moins qu’« une normalisation », un « génocide ». Un projet de « purification ethnique de la population des sourds ». Faire entendre les sourds équivaudrait à vouloir blanchir les Noirs.376

413– la vie politique française dans le contexte du référendum de Maastricht (voir l’illustration n° 6, sur laquelle on reconnaîtra Jacques Chirac, Charles Pasqua et Philippe Seguin) et à bien d’autres événements encore (passés, présents, futurs, hypothétiques).

Illustration n° 6

Illustration n° 6

Dessin de Wiaz, La Croix, 22 août 1992, p. 8. © Wiaz.

414En fait, une définition positive et sémantique de la propagation, et non pas négative et référentielle, amènerait tôt ou tard à distinguer différents types de propagations selon un jugement de valeur portant sur le caractère plus ou moins adéquat de la dénomination au réel (ce jugement étant lui-même déterminé par une définition préalable de « purification ethnique », dont on estimerait alors qu’elle présuppose ou non l’existence d’ethnies, qu’elle implique ou non l’extermination physique de populations…) : on serait amené à décréter, par exemple, que l’emploi de la formule en référence au génocide rwandais fait appel au « sens propre » de la formule, alors que son utilisation en référence à la guérison de la surdité serait une métaphore. Nous préférerons donc pour l’instant nous borner à constater que la formule est, de fait, employée en référence à divers événements extérieurs à la guerre yougoslave, ce qui témoigne à la fois du succès de la formule dans l’espace public et de la capacité de celle-ci à fonctionner comme catégorie dénominative.

  • 377 En revanche, nous ne tenons aucunement compte ici des défigements de la formule, bien qu’ils consti (...)
  • 378 Certains des commentaires métadiscursifs, notamment ceux qui font de la formule une expression temp (...)

415Nous analyserons les propagations répertoriées sous deux aspects : d’une part leur répartition dans le temps, d’autre part leur application référentielle. Le relevé prend en compte toutes les propagations de la formule377, que la variante soit ou non guillemetée, et que la propagation se double ou non d’un commentaire métadiscursif378.

Périodisation des propagations de la formule

416Les graphiques n° 8, 9 et 10, présentés en annexe, permettent de connaître les périodes durant lesquelles la formule est le plus volontiers employée pour désigner des événements extérieurs à la guerre yougoslave. Les données considérées proviennent du Monde, du Nouvel Observateur et de L’Express, qui sont, rappelons-le, les seuls journaux pour lesquels nous ayons fait un relevé systématique des propagations, au moyen d’une lecture intégrale des collections. Le lecteur notera que l’unité prise en compte n’est pas l’occurrence de variante de la formule, mais l’article de journal (article qui comporte parfois plusieurs occurrences de la formule pour désigner un même événement non-yougoslave).

417Les résultats exposés dans les graphiques confirment nos observations quant aux positions relatives des trois journaux : ils font apparaître la position de « suiveur » occupée par L’Express (qui est le dernier des trois titres à employer la formule en dehors du cadre yougoslave), ainsi que l’essoufflement rapide de cet hebdomadaire dans l’emploi de la formule (alors qu’en 1993 L’Express et Le Nouvel Observateur comportent à peu près autant d’articles faisant usage de la propagation – 5 contre 6 – l’écart entre les deux hebdomadaires est considérable pour l’année 1994 – 2 contre 13).

418L’existence même de propagations ainsi que leur présence en quantité significative (sur l’ensemble des trois journaux, 91 articles ont recours à la propagation) montrent à elles seules que la formule « purification ethnique » peut fonctionner comme catégorie dénominative.

  • 379 Voir « Fréquence d’emploi de la formule de 1992 à 1994, l’utilisation de la formule dans la presse (...)
  • 380 De plus, cette propagation a lieu dans un article principalement consacré à la guerre yougoslave (i (...)

419L’évolution des propagations dans le temps fait apparaître que l’emploi de la formule pour désigner des événements non-yougoslaves ne se produit qu’après que la formule ait servi, dans un premier temps, à la description de la guerre yougoslave : relativement à l’emploi de la formule tous référents confondus (tel que présenté et commenté au début de cette seconde partie379), les propagations se produisent avec un décalage de plusieurs mois. En effet, l’usage intensif de la formule en août 1992 ne correspond pas, c’est le moins que l’on puisse dire, à une quantité notable de propagations (en tout et pour tout, on trouve un seul article comportant une propagation pour l’ensemble du mois d’août 1992380). Les propagations connaissent leurs pics de fréquence en février et avril 1993, alors que la formule a connu sa première vague d’emplois massifs en août 1992. Si la capacité de « purification ethnique » à fonctionner comme catégorie dénominative est donc bien réelle, il apparaît que la formule ne vient désigner des événements extra-yougoslaves que sur le tremplin que lui offre sa référence initiale.

420Les résultats montrent également que les propagations sont globalement plus fréquentes en 1993 qu’elles ne le sont en 1994 (49 articles en 1993 pour l’ensemble des trois journaux, contre seulement 29 articles l’année suivante). Cette observation, bien qu’elle n’invalide en rien le constat selon lequel « purification ethnique » peut fonctionner comme catégorie dénominative, amène à s’interroger sur les limites de l’expansion de la formule dans l’univers discursif : loin d’aller croissant au fil des mois, et malgré l’adjuvant que peut constituer le génocide rwandais d’avril-juillet 1994, l’usage de la formule en référence à des événements non-yougoslaves connaît un net tassement en 1994, après le succès – « l’effet de mode », diraient certains – observé au premier semestre 1993. Pour nuancer cette remarque, rappelons cependant que la formule, tous référents confondus, connaissait une fréquence moindre en 1994 qu’en 1993, et ceci dans les trois journaux concernés.

Référents nouvellement désignés par la formule

421À quoi la formule réfère-t-elle quand elle ne participe pas directement au récit de la guerre yougoslave ? Dit autrement : de quoi la formule peut-elle être une dénomination ? Pour répondre à cette question, nous proposons un inventaire des référents non-yougoslaves désignés par la formule dans l’ensemble des journaux du corpus et pour les années 1992 à 1994.

422Ce travail d’inventaire, dont on trouvera les résultats sous la forme d’un tableau, a été particulièrement pénible dans la mesure où il nous a obligé à nommer les référents – autrement qu’en employant la formule –, ce qui conduit immanquablement à faire des choix (« expulsion » ou « déplacements de populations » ?… « massacres » ou « génocide » ?…), à simplifier aussi (par exemple, « guerre civile et génocide au Rwanda » désigne indistinctement les massacres d’opposants politiques au régime mis en place par le défunt Juvénal Habyarimana, les massacres de Hutus par des Tutsis, les massacres de Tutsis par des Hutus…). Par ailleurs, bien que la formule désigne une ou des actions et non pas un état, il nous arrive de nommer le référent au moyen du terme « situation », afin de ne pas restituer dans le détail les actes qui témoignent de la situation en question. Par exemple, nous parlons de « situation des Toucouleurs et des Halpoulars en Mauritanie » alors que la rigueur nous enseigne que la formule renvoie plus précisément, en la circonstance, à des « expulsions » et à des « discriminations dans la délivrance de pièces d’identité » :

  • 381 Reportage de Jacques Girardon, « Les gamins naufragés de Nouakchott », L’Express, 18 mars 1993, p. (...)

L’« épuration ethnique » est passée des expulsions massives (70 000 Toucouleurs, de la région du fleuve Sénégal, ont été chassés du pays, et leurs terres ont été attribuées à des Maures qui les font cultiver par des haratines, armés par les autorités) à des méthodes plus discrètes, comme le refus de délivrer des pièces d’identité aux Halpoulars qui en font la demande.381

423Enfin, il arrive que l’article ne fasse pas mention de tous les acteurs impliqués, voire des pays concernés. Ceci nous a conduit à adopter des intitulés extrêmement peu précis tels que « Kenya », voire « Caucase ».

424Dans les journaux autres que Le Monde, Le Nouvel Observateur et L’Express, le relevé des propagations n’a en aucun cas été systématique. On ne s’étonnera donc pas que ces trois journaux apportent, en quantité, la plus grande part des propagations répertoriées. Seconde conséquence : pour les autres journaux, les propagations doivent être envisagées pour les attestations qu’elles donnent plus que pour les comparaisons quantifiées qu’elles permettraient d’établir.

425Dans le tableau (tableau n° 7), apparaissent d’abord ce que nous avons proposé d’appeler (Krieg, 1996, p. 122) des « propagations rétrospectives » (c’est-à-dire quand « purification ethnique » renvoie, a posteriori, à des événements advenus avant l’apparition de la formule), puis les propagations de la formule à des événements s’étant produits à partir de 1992, année qui marque l’apparition de la formule (quand aucune date n’est indiquée, c’est donc en général que l’événement se situe dans la contemporanéité de l’article, soit entre 1992 et 1994).

Tableau n° 7. Propagations de la formule à des cadres non-yougoslaves dans l’ensemble du corpus

426Le tableau présente, de 1992 à 1994 inclus, pour Le Monde, Le Nouvel Observateur, L’Express et pour les autres journaux du corpus, les événements désignés par une variante de la formule « purification ethnique ». Comme précédemment dans les graphiques n° 8, 9 et 10, l’unité considérée n’est pas l’occurrence de variante, mais l’article de journal.

La formule renvoie à :

Le Monde

Le Nouvel Observateur

L’Express

Autres journaux

Total

expulsion des Morisques d’Espagne, 1609

0

1

0

0

1

reconquête de l’Irlande par Cromwell, 1649

0

0

0

1 dont Sud-Ouest 1

1

expulsion des Acadiens français, 1755

0

0

1

0

1

répression de l’insurrection vendéenne, 1793-1794

2

0

0

5 dont Minute 2 Le Figaro 2 Le Figaro Magazine 1

7

expulsion des Turcs par les Serbes, 1912

0

0

0

1 dont Globe Hebdo 1

1

génocide des Arméniens par les Jeunes-Turcs, 1915

1

0

0

0

1

extermination des juifs par les nazis, 1938-1945

0

0

0

3 dont Le Quotidien de Paris 2 Ouest-France 1

3

politique de Vichy à l’égard des juifs, 1940-1944

1

0

0

1 dont Le Parisien 1

2

déportation de peuples et minorités d’Union soviétique par Staline, 1941-1944

1

1

0

0

2

persécution des juifs et des tziganes en Roumanie, 1942-1944

1

0

0

0

1

politique de sélection raciale conduite par les nazis, 1942-1943

1

0

0

0

1

expulsion des Allemands en application de la conférence de Potsdam, 1945

0

0

1

1 dont L’Evénement du jeudi 1

2

expulsion des Italiens par Tito, 1945-1947

2

0

0

0

2

déplacements de populations consécutifs à la création de l’Inde et du Pakistan, 1947

0

0

0

1 dont L’Humanité 1

1

massacres entre Hutus et Tutsis, Burundi, 1972

1

0

0

0

1

déplacements de populations consécutifs au partage de Chypre, 1974

0

2

0

1 dont Le Figaro 1

3

déplacements de populations et exterminations sous le régime de Pol Pot, Cambodge, 1975-1979

0

0

0

1 dont Le Quotidien de Paris 1

1

guerre du Liban, 1975-1991

1

0

0

1 dont Le Figaro 1

2

actes racistes en France

1

0

0

1 dont Charlie Hebdo 1

2

politique de la droite française en matière d’immigration

0

0

0

1 dont Charlie Hebdo 1

1

politique de Philippe de Villiers

1

0

0

0

1

politique des nationalistes corses

0

0

0

2 dont Charlie Hebdo 1 Le Canard enchaîné 1

2

La formule renvoie à :

Le Monde

Le Nouvel Observateur

L’Express

Autres journaux

Total

situation des Français dans certaines villes et banlieues françaises

2

0

0

6 dont Présent 3 Minute 1 Le Figaro 1 Le Parisien 1

8

discrimination des enseignants étrangers dans l’Éducation nationale, France

0

0

0

1 dont Charlie Hebdo 1

1

situation des sourds susceptibles d’être soignés par implant cochléaire, France

0

1

0

0

1

vie politique française

0

0

0

2 dont La Croix 1 Le Canard enchaîné 1

2

politique de l’Europe en matière d’immigration

0

0

0

1 dont Libération 1

1

actes racistes en Allemagne

1

0

1

0

2

relations entre catholiques et protestants en Irlande du Nord

1

0

0

0

1

xénophobie et nationalisme en Grèce

0

1

0

0

1

situation des Russes en Estonie

1

1

0

0

2

situation des Hongrois en Voïvodine, Transylvanie et Slovaquie

1

0

0

0

1

situation des tziganes en Roumanie

0

0

1

0

1

situation des Maghyars en Roumanie

1

0

0

0

1

xénophobie et nationalisme en Russie

2

0

0

0

2

expulsion des Ingouches d’Ossétie

2

0

0

1 dont Le Figaro Magazine 1

3

affrontements entre Abkhazes et Géorgiens

4

1

0

0

5

affrontements entre Arméniens et Azéris, Haut-Karabakh

4

2

0

3 dont Libération 2 L’Humanité 1

9

Caucase

0

0

0

1 dont France-Soir 1

1

Tadjikistan

1

0

0

0

1

répression des Tadjiks et des Pachtouns par les chiites en Afghanistan

1

0

0

0

1

politique d’Israël à l’égard des Palestiniens

0

0

0

8 dont Présent 2 Rivarol 2 Lutte Ouvrière 2 National Hebdo 1 Charlie Hebdo 1

8

expulsion de militants du Hamas par Israël

1

0

0

0

1

expulsion de la minorité népalaise du Bhoutan

2

0

0

0

2

relations entre hindous et musulmans en Inde

2

0

0

0

2

répression des Rohingyas en Birmanie

0

1

0

0

1

répression des Vietnamiens par les Khmers rouges au Cambodge

5

0

1

6 dont L’Humanité 5 Libération 1

12

politique des musulmans intégristes, en Algérie et / ou en Égypte

0

3

0

1 dont VSD 1

4

La formule renvoie à :

Le Monde

Le Nouvel Observateur

L’Express

Autres journaux

Total

situation des Toucouleurs et des Halpoulars en Mauritanie

0

0

1

0

1

déplacements forcés des populations noubas ou chrétiennes au Soudan

2

0

0

1 dont Ouest-France 1

3

Tchad

0

0

0

1 dont Ouest-France 1

1

Togo

1

0

0

1 dont L’Humanité 1

2

politique du président Mobutu dans la province du Shaba, Zaïre

0

2

0

1 dont Libération 1

3

répression des Afars à Djibouti

1

0

0

0

1

Kenya

1

0

0

0

1

affrontements entre Hutus et Tutsis, Burundi, 1993

0

2

0

0

2

politique du président Habyarimana au Rwanda (précédant le génocide d’avril-juillet 1994)

2

0

1

1 dont Le Figaro 1

4

guerre civile et génocide au Rwanda (avril-juillet 1994)

6

5

0

9 dont Le Figaro 2 Libération 2 Le Figaro Magazine 1 L’Humanité 1 Le Parisien 1 Le Point 1 Télérama 1

20

Afrique du Sud

2

0

0

0

2

événements multiples [désignés conjointement par une même occurrence de la formule]

1

0

1

2 dont Charlie Hebdo 1 Les Dernières Nouvellesd’Alsace 1

4

Total

60

23

8

66 dont L’Humanité 9 Le Figaro 8 Libération 7 Charlie Hebdo 6 Présent 5 Le Quotidien de Paris 3 Minute 3 Le Figaro Magazine 3 Le Parisien 3 Ouest-France 3 Rivarol 2 Le Canard enchaîné 2 Lutte Ouvrière 2 Sud-Ouest 1 Les Der. Nelles d’Alsace 1 France-Soir 1 La Croix 1 National Hebdo 1 Globe Hebdo 1 Télérama 1 VSD 1 L’Evénement du jeudi 1 Le Point 1

157

427L’inventaire des référents auxquels la formule renvoie dans le corpus fait apparaître la forte diversité des événements que la formule est à même de désigner et qu’elle construit, par le fait même qu’elle les nomme, comme des événements relevant d’une catégorie « purification ethnique ». Le dénominateur commun de ces événements est assez rudimentaire. À consulter l’inventaire, et en s’accommodant au mieux de l’imprécision des informations fournies par certains articles, on pourrait dire que relève manifestement de la catégorie « purification ethnique » toute pratique (pression au départ, expulsion organisée, tracasserie administrative, atteinte à la dignité, atteinte à l’intégrité physique, meurtre, assassinat, brimades et persécutions diverses…) exercée à l’égard d’une ou de plusieurs personnes en fonction de son ou de leur appartenance à un groupe quelconque (race, ethnie, confession religieuse, opinion politique, parti politique, nationalité, et tout groupe identitaire construit).

  • 382 Riss, Charlie Hebdo, 29 juin 1994, p. 8-9. Ce dessin, de même que celui de Charb qui représente « l (...)
  • 383 Dans cette acception, que nous empruntons à la littérature anglo-saxonne (voir notamment Harvey Mol (...)

428La capacité de la formule à être le nom-name d’événements relevant d’un certain type se manifeste de façon explicite dans un dessin de Riss que publie Charlie Hebdo sur une double page, et qui représente un stade dans lequel a lieu la « Coupe du monde d’épuration ethnique 94 »382. Chaque scène se déroulant dans le stade doit être envisagée comme une occurrence383 de ce type d’événement qu’est une « purification ethnique » (« épuration ethnique », dans le cas présent) : il serait possible, parmi les événements de l’année 1994, de dresser la liste de ceux qui relèvent de la catégorie « épuration ethnique » (comme il serait possible de dresser la liste des événements relevant de la catégorie « crash aérien », de la catégorie « mariage princier »…).

429La variété des référents concernés, et le fait que la propagation ne soit pas l’apanage d’une catégorie de journaux, permet de penser que les commentateurs s’exprimant dans l’espace public disposent, grâce à la formule « purification ethnique », d’une nouvelle catégorie dénominative pour décrire le monde et pour en faire le récit. Dans le cas des propagations rétrospectives, cette catégorisation se fait au prix de l’anachronisme, « le péché des péchés, le péché entre tous irrémissible » selon Lucien Febvre ([1942] 1968, p. 15) qui parle en historien, mais dont nous pouvons pour notre part souligner, après Jacques Rancière, les vertus relationnelles et décalcifiantes : « Une anachronie, écrit Rancière (1996, p. 67), c’est un mot, un événement, une séquence signifiante sortis de “leur” temps, doués du même coup de la capacité de définir des aiguillages temporels inédits, d’assurer le saut ou la connexion d’une ligne de temporalité à une autre. » La formule « purification ethnique », qui assure déjà une relation d’intelligibilité entre la guerre yougoslave et ceux qui en sont les contemporains dans l’espace public français, assure désormais également, grâce à la propagation rétrospective, une relation d’intelligibilité (elle aussi peut-être biaisée, elle aussi peut-être trompeuse) entre ces derniers et l’histoire passée, européenne pour une bonne part.

  • 384 Christian Didier cité par Erich Inciyan, « “Moi, Christian Didier, qui ai tué cette ordure…” », Le (...)

430Les résultats présentés dans le tableau n° 7 montrent également qu’il n’est pas politiquement indifférent de mettre tel ou tel événement sous une description, en l’espèce sous cette description qu’est la catégorie dénominative « purification ethnique ». Certes il convient d’être prudent dans le rapport qu’on établit entre l’événement nouvellement désigné par la formule et le journal dans lequel la propagation est attestée : cette dernière, bien que présente dans les colonnes du journal, peut provenir d’une lettre de lecteur, des propos d’un interviewé, d’une tribune, ou d’une forme quelconque de discours rapporté. Par exemple, si on trouve dans Le Monde un article employant la formule en référence à la politique de Vichy à l’égard des juifs, c’est parce que ce quotidien rapporte les paroles de l’assassin de René Bousquet, Christian Didier, qui, pour justifier son acte, exprime « l’horreur que peut inspirer un type comme Bousquet, qui a été chargé de l’épuration ethnique des juifs, qui a envoyé 20 000 adultes et 5 000 enfants dans les camps »384. Comme presque toujours, un retour au contexte s’impose donc avant interprétation.

431Ces précautions étant prises dans la lecture du tableau, nous aimerions souligner le caractère tantôt consensuel, tantôt polémique de la propagation. L’emploi de la formule en référence au génocide rwandais de 1994, présent dans 20 articles du corpus, est le fait de journaux dont les sympathies politiques sont variées – 9 titres de presse différents sont concernés, qui vont de la droite conservatrice du Figaro Magazine au journal communiste L’Humanité en passant par la droite libérale, le centre et la gauche non-communiste. L’usage de la formule en référence au Rwanda apparaît comme un recours spontané et non-problématique à une dénomination immédiatement disponible dans l’univers discursif du moment.

  • 385 Robert Lacontre, « Rwanda : l’horreur », Le Figaro Magazine, 16 avril 1994, p. 40-46.

Six factions participent au massacre, [dont] l’armée régulière à prédominance tutsi, mais qui a aussi des Hutus dans ses rangs. Celle-ci, en représailles aux tueries des Hutus du gouvernement ou de la garde présidentielle, participe au « nettoyage ethnique ».385

432La formule « purification ethnique » est là, à portée de stylo, pour faire le récit d’un événement qui est perçu, assez consensuellement, comme relevant de la catégorie ainsi nommée (« génocide » apparaissant, de ce point de vue, comme un terme concurrent).

  • 386 Les deux articles du Monde concernés reprennent des déclarations de Philippe de Villiers dans lesqu (...)
  • 387 Interviewé dans Le Figaro et Le Parisien, cité dans un article de Présent et dans deux articles du (...)
  • 388 Bernard Fontagnes et Rémi Fontaine dans Présent, Jean-Louis Tremblais dans Minute.
  • 389 Deux articles dans Lutte Ouvrière, deux dans Présent, deux dans Rivarol, un dans National Hebdo. À (...)

433D’autres propagations sont au contraire révélatrices des positions politiques supportées par les journaux (ou par les locuteurs que citent les journaux) : l’emploi de la formule pour désigner la répression de l’insurrection contre-révolutionnaire vendéenne caractérise la presse de droite et d’extrême droite (Le Figaro, Le Figaro Magazine, Minute386) ; son emploi en référence aux pressions que les gens dits « immigrés » exerceraient à l’égard des gens dits « Français de souche » dans certaines villes et banlieues françaises est exclusivement le fait de locuteurs d’extrême droite, soit qu’il s’agisse du président du Front national Jean-Marie Le Pen387, soit qu’il s’agisse de journalistes officiant dans des organes d’extrême droite388 ; extrême droite et gauche révolutionnaire, qui toutes deux adoptent – pour des motifs distincts – une position critique à l’égard de la politique d’Israël en Palestine, se rejoignent également dans l’emploi de la formule « purification ethnique » pour désigner les actes de discrimination, d’expulsion et de colonisation que cette politique commande389. Plus largement, l’emploi de la formule en dehors du cadre yougoslave peut être mis au service d’une position militante, comme l’indique le slogan déjà signalé et qui dénonçait la « purification ethnique » exercée à l’encontre des sourds. Employer la formule en référence à un événement non-yougoslave consisterait non seulement à classer cet événement dans une certaine catégorie d’événements – et, ce faisant, à renforcer la formule dans sa valeur de catégorie dénominative –, mais aussi, dans le même temps, à prendre position sur cet événement – dans le sens, toujours, comme c’était le cas en référence à la Yougoslavie, de sa condamnation-dénonciation.

La formule comme support de création de nouvelles appellations

434La capacité de la formule à sortir de sa valeur de nom propre d’événement s’illustre non seulement dans le fait que des variantes de la formule sont aptes à dénommer des événements non-yougoslaves relevant d’un certain type, mais aussi dans le fait que la formule génère de nouvelles dénominations : un syntagme tel que « purification communautaire » peut en effet être envisagé comme une nouvelle appellation, ou dénomination, formée à partir de ce syntagme figé qu’est « purification ethnique », et dont la productivité lexicologique illustre le succès dont bénéficie la formule dans l’univers discursif.

435On notera qu’une nouvelle appellation constitue le plus souvent par la même occasion une propagation de la formule à un cadre non-yougoslave. En effet, assez rares sont les énoncés dans lesquels la formule est tout à la fois formellement retravaillée et maintenue dans sa référence à la guerre yougoslave, comme ici :

  • 390 Jean-Baptiste Naudet, « “Lente” purification en Bosnie occidentale », Le Monde, 17 juin 1993, p. 3.

Selon l’archevêché de Banja-Luka, dans les territoires du diocèse hors de la zone de guerre, vingt-six églises ne sont plus que décombres et les trente-deux autres ainsi que les presbytères et autres bâtiments catholiques ont été plus ou moins endommagés. Sans parler de la « purification toponymique » à laquelle se livrent les Serbes. Quant aux Musulmans, ils ont vu détruire cinq des quinze mosquées de Banja-Luka, soit à l’explosif, soit par le feu.390

436Le plus fréquemment, la nouvelle appellation est pour le commentateur un moyen de faire sortir radicalement la formule de son cadre yougoslave – en même temps que la formule change de visage. Ainsi dans ces propos du porte-parole de la Confédération paysanne :

  • 391 Propos de Gabriel Dewalle interviewé par François Grosrichard, « Un entretien avec le porte-parole (...)

La politique actuelle consiste à éliminer les petits producteurs en détournant au profit des gros industriels (dans le secteur du porc notamment) les aides de trésorerie. C’est une épuration économique.391

437Nous présentons l’inventaire quantifié des nouvelles appellations créées à partir d’une variante prototypique de la formule (voir tableau n° 8).

438La création d’appellations nouvelles sur la base du syntagme « purification ethnique » (ou « nettoyage ethnique » ou « épuration ethnique ») renforce la valeur de catégorie dénominative que la formule est apte à supporter. Loin d’être réservée à la dénomination d’un événement unique situé dans l’espace yougoslave contemporain, la formule peut désigner différents événements dont les récitants estiment qu’ils relèvent de la catégorie « purification ethnique » (la « purification ethnique » au Rwanda ou dans les banlieues françaises en tant qu’exemplaires de « purification ethnique » comme classe d’objets) et, à présent, la formule est un support sur lequel sont formées des dénominations d’objets relevant de la catégorie « purification » (ou « nettoyage » ou « épuration ») : la formule « purification ethnique » révèle l’existence d’objets – du moins elle les nomme, ce qui pour nous n’est pas très différent – relevant de la classe « purification ». Il y aurait ainsi plusieurs types de « purification » : la « purification ethnique » (modèle initial), la « purification linguistique », la « purification éthique », la « purification culturelle », la « purification religieuse »… C’est ainsi que nous interprétons les défigements, et c’est ce qu’illustre, explicitement, ce chapeau du Monde :

  • 392 Florence Hartmann et Yves Heller, « Le patrimoine perdu de l’ex-Yougoslavie », Le Monde, 20 octobre (...)

Prolongement de la « purification » ethnique, la « purification » culturelle détruit les derniers symboles identitaires.392

Tableau n° 8. Nouvelles appellations créées sur la base d’une variante prototypique dans l’ensemble du corpus

439Le tableau présente l’inventaire quantifié des nouvelles appellations rencontrées dans la totalité du corpus – et correspondant à des défigements d’une des variantes prototypiques de la formule par commutation avec un adjectif simple ou composé. Les syntagmes sont présentés non-lemmatisés. Il n’est pas tenu compte des guillemets. Le chiffre indique le nombre d’occurrences du syntagme dans la totalité du corpus.

  • 393 Voir par exemple les propositions de Françoise Berlan (1981) et celles de Irène Tamba-Mecz (1980).
  • 394 L’antériorité de la matrice sur les syntagmes qui en sont tirés est bien réelle : sur les 57 occurr (...)

440Nous retrouvons ici la valeur classifiante couramment reconnue à l’adjectif393, mais à laquelle s’adjoint, dans la trame discursive où surviennent les appellations nouvelles, l’existence préalable de ces matrices dénominatives que constituent les trois variantes prototypiques de la formule394.

  • 395 Voir Alice Krieg (2000 c, p. 467-474 et 2002).
  • 396 Article non signé, « Argenteuil la rouge choisit de loger blanc », Le Canard enchaîné, 24 mars 1993 (...)

441Du fait notamment des ambiguïtés qui caractérisent les adjectifs dénominaux395, les syntagmes nouvellement créés ne laissent facilement deviner ni ce qu’ils signifient ni ce qu’ils désignent. Par exemple, seule la lecture du texte de l’article permet de savoir que l’intertitre « Purification immobilière » renvoie à la discrimination dont sont victimes dans l’accès au logement des étrangers résidant en France396. Malgré cette incertitude que produisent les dénominations néologiques, il apparaît assez clairement que les appellations nouvelles connaissent des domaines référentiels privilégiés. Tout ce qui a trait à ce qu’on appelle le « racisme », les « actes racistes » et la « discrimination raciale » arrive en bonne place, de même que ce qu’on appelle l’« éthique » (la proximité phonétique et graphique de « éthique » et « ethnique » facilitant sans doute le rapprochement) :

  • 397 Marie-Claude Decamps, « La nouvelle direction socialiste veut rompre avec le “craxisme” », Le Monde(...)

Un parti comme le PSI, qui jusqu’ici totalise sans doute le plus grand nombre de citations en justice, ne pouvait pas ne pas faire quelques sacrifices sur l’autel exigeant de la purification éthique. Mais toute ascèse politique, même dictée par la chute de l’électorat, a ses limites.397

  • 398 Finalement votée en août 1994 sous le nom de loi « relative à l’emploi de la langue française » (lo (...)

442La langue est également un domaine référentiel dont les commentateurs aiment qu’il profite des facultés créatrices de la formule. Au moment où ce qu’on appelle la « loi Toubon »398 est en débat dans l’espace public, de nouvelles appellations forgées à partir de la formule « purification ethnique » deviennent à leur tour des lieux de polémique, fréquentés :

443par les adversaires du projet

  • 399 Lettre d’un lecteur de Ciboure titrée « Langue vivante », L’Express, 5 mai 1994, p. 17-18 (rubrique (...)

C’est probablement en s’appuyant sur le principe largement démontré que le ridicule ne tue pas que M. Toubon a lancé sa campagne de purification sémantique. Après la réforme de l’orthographe, miséricordieusement tuée dans l’œuf, nous voilà donc confrontés à un embargo sur les mots anglais.399

444comme par ses défenseurs

  • 400 Jean-Luc Pelliza, « Good bye, les anglicismes », Ouest-France, 5 mai 1994, p. 4.

Trop de tics à la mode, de mots gadgets sont lancés comme des lessives par des agences de pub, souvent incompréhensibles en dehors de petits cercles d’initiés polluent le langage. Non, ce n’est pas faire de la « purification » linguistique que d’éviter les snipers, flash-back, look, come-back, prime time, lobbying, talk-show et autres high-tech.400

445Il y a fort à parier que les domaines référentiels privilégiés des appellations nouvelles ne sont pas le fruit du hasard : les thèmes liés à la race, à la morale et à la langue sont sans doute particulièrement favorables à l’accueil des appellations du fait qu’ils sont, historiquement, coutumiers de la fréquentation de la notion de pureté et du lexique qui l’exprime (« race pure », « purifier son âme », « pureté de la langue »…).

  • 401 Je remercie Jérôme Krieg de m’avoir communiqué son témoignage.

446La valeur pragmatique et les emplois polémiques des appellations ne sont sans doute pas non plus fortuits. On observe que les nouvelles dénominations désignent bien souvent des événements que le commentateur dénonce, regrette, condamne, combat, des actions contre lesquelles il proteste ou se mobilise. Cela est vrai dans notre corpus de presse, lequel se fait l’écho de locuteurs divers. Et cela est vrai aussi plus largement dans l’espace public : « Non à la purification technique », tel était le slogan qu’on pouvait lire en février 1993 sur la banderole de grévistes qui occupaient l’usine Alcatel-Telspace de Nanterre, suite à l’annonce d’un plan social visant les ouvriers et, surtout, les techniciens401. Les nouvelles appellations, tout en étant les noms-names de quelque chose que ne dénomme pas la formule « purification ethnique », récupèrent ainsi une des caractéristiques sémantico-référentielles fondamentales de celle-ci : terme marqué positivement en langue mais employé en discours pour désigner des faits évalués négativement, elle est dans cette position sinon paradoxale du moins provocatrice qu’elle dit le bien pour désigner le mal.

Tensions contradictoires dans la référence

447Ainsi, la formule « purification ethnique » fonctionne alternativement comme nom propre d’événement et comme catégorie dénominative. Certains des commentateurs s’exprimant dans la presse achoppent manifestement sur cet emploi contradictoire : des énoncés rencontrés dans le corpus nous apparaissent comme les résultats d’une tension entre les deux fonctionnements de la formule précédemment mis au jour. Tous ces énoncés illustrent la difficulté de la formule à se dégager complètement de sa valeur de nom propre d’événement et la difficulté qu’ont les commentateurs à oublier totalement le site originaire de l’apparition de « purification ethnique ». Dit autrement, s’il est clair que la formule peut fonctionner comme catégorie dénominative, l’effacement de la référence initiale qu’implique ce fonctionnement est un effacement perçu, senti, et – nécessairement, sans quoi nous ne pourrions en faire l’étude –, représenté. Nous avons principalement rencontré deux types de réponse à cette tension : certains commentateurs font sortir la formule de son cadre d’origine tout en montrant explicitement le caractère problématique ou inapproprié de ce déplacement référentiel ; d’autres commentateurs, loin de se borner à enregistrer l’existence d’une tension référentielle, tranchent en faveur d’un emploi en dehors du cadre yougoslave.

Une formule qu’on hésite à faire sortir de son cadre

448Le référent extra-yougoslave que dénomme la formule est explicitement envisagé par le locuteur comme une « pseudo-purification ethnique », une « quasi-purification ethnique », une sous-classe de « purification ethnique », un mauvais exemplaire de « purification ethnique » – voire comme une non-« purification ethnique ». Ce type de réponse apportée à la tension référentielle est assez courant (il concerne 68 énoncés dans la totalité du corpus), et il implique des commentateurs variés. Cinq des différentes modalités d’expression de cet emploi distancié de la formule retiennent notre attention.

  • 402 Au sens signalé en note p. 428.

449Certains des adjectifs et des participes à valeur adjectivale accompagnant « purification ethnique » ont une valeur classifiante par laquelle l’événement que nomme la formule complétée de l’adjectif se trouve présenté sous le jour d’une classe, ou d’une sorte, de purification ethnique : il y aurait ainsi d’un côté des occurrences402 de purification ethnique, et de l’autre des occurrences de différentes sortes de purification ethnique (parmi lesquelles, par exemple, la « purification ethnique pacifique »). À consulter les contextes dans lesquels apparaissent les variantes de la formule accompagnées d’un adjectif classifiant, on relève que ce type de syntagme délaisse le renvoi à la Bosnie et à la Croatie (espaces principalement concernés par le récit de la guerre, dans lesquels manifestement a lieu, peut-on dire, la « purification ethnique » tout court), au profit de la dénomination d’événements extérieurs à ces espaces. Le Kosovo (qui, faut-il le rappeler, est presque absent du récit médiatique de la guerre yougoslave de 1991-1995) est concerné par plusieurs emplois de la formule accompagnée d’un adjectif classifiant (il s’agit en général de « silencieux(se) ») :

  • 403 Christophe Urbanowicz, « Plaidoyer sur une poudrière », Le Quotidien de Paris, 27-28 février 1993, (...)

Le leader des Albanais du Kosovo, Ibrahim Rugova a dénoncé hier à Paris le « nettoyage ethnique silencieux » pratiqué par les Serbes dans cette province.403

450Les autres utilisations de la formule accompagnée d’un adjectif classifiant réfèrent à des cadres non-yougoslaves. C’est ainsi que la propagation de la formule à des cadres rwandais, arménien, bhoutanais, slovaque… se double d’un classement des purifications ethniques désignées au moyen des adjectifs ou participes à valeur adjectivale « croisé(e) », « soutenu(e) », « appuyé(e) », « rampant(e) »… :

  • 404 Sylvie Kauffmann et Yves-Michel Riols, « Ambiguïtés hongroises », Le Monde, 13 février 1993, p. 1 e (...)

Sous des apparences modérées, M. Jeszenszky use en fait d’expressions lourdes de sens pour évoquer le sort de ces minorités, victimes, dit-il, d’un « nettoyage ethnique rampant » puisque, depuis 1920, « près d’un million de Hongrois ont été forcés de quitter la terre de leurs ancêtres ».404

  • 405 Sur les « questions sortales », voir Martin Riegel (1991, p. 151-152).

451Par rapport aux adjectifs classifiants, les spécificateurs de nom, employés dans ce que nous pourrions appeler des « énoncés sortaux »405, permettent aux commentateurs de qualifier explicitement certains événements non-yougoslaves qui relèvent selon eux de la purification ethnique comme des occurrences d’une purification ethnique d’une certaine sorte seulement. Les énoncés sortaux, qui passent par des expressions telles que « une sorte de », « une espèce de », « un type de », « une manière de », « un genre de » (et dans certains cas « une forme de » ou « un cas de »), révèlent la difficulté qu’ont les commentateurs à considérer que la formule puisse désigner de façon pleinement adéquate un événement non-yougoslave :

  • 406 Franck Johannes, « À Étampes, Mgr Gaillot en apôtre de la désobéissance civile », Libération, 29 ma (...)

« Ce ne sont pas des réfugiés économiques, explique Gérard Morlier, membre du Mrap et du DAL d’Étampes. Ce sont des déportés. La France n’a pas pris la mesure de ce qui se passe en Mauritanie. Ceux qui sont ici ont fui l’apartheid et une sorte de purification ethnique. » Abou Niang, qui n’est lui pas clandestin, est là pour en témoigner : il a le torse couvert de brûlures de cigarettes, dûment reconnues comme tortures par un médecin des Nations unies.406

452La tension entre « purification ethnique » comme nom propre d’un événement qui n’est pas l’événement dont on parle et « purification ethnique » comme catégorie dénominative apte à désigner différents événements relevant d’une certaine sorte est ici perceptible : la purification ethnique en Mauritanie appartient bien à la catégorie « purification ethnique », mais elle n’en est qu’un représentant périphérique, une sorte, un mauvais exemplaire relativement à une « purification ethnique » prototypique.

  • 407 Où « ≠ NP » signifie « renvoyant à un objet différent de celui que dénomme le nom propre (NP) ».

453Lorsque le nom ou le syntagme nominal qu’ils accompagnent est entre guillemets, les spécificateurs énumérés précédemment constituent par la même occasion des « modalisateurs d’approximation » (Authier, 1996 b, p. 38) dans la coïncidence entre mots et choses. Tel n’est pas le cas en revanche d’une série d’expressions hétérogène telle que « à la + adj ≠ NP »407, « à la mode + adj ≠ NP », « façon + N ≠ NP », « version + N ≠ NP », « à la sauce + adj ≠ NP », « à la sauce + N ≠ NP », « made in + N ≠ NP »…, et qui représente une troisième voie empruntée par les commentateurs pour marquer leur réticence à faire de la formule une catégorie dénominative parfaitement dégagée de tout cadre originaire :

  • 408 Titre d’un article de Siné, Charlie Hebdo, 30 juin 1993, supplément Pour aller à gauche, c’est par (...)
  • 409 Titre d’un article non signé, Ouest-France, 19 avril 1993, p. 2. On considérera aussi le chapeau du (...)
  • 410 Titre d’un reportage de François Sergent à Belfast, Libération, 18 juillet 1996, p. 7.

Nettoyage ethnique à la française408
La « purification », version Idriss Déby409
« Nettoyage ethnique » façon Belfast410

  • 411 Cela concerne la formule « purification ethnique », mais aussi d’autres termes réservés à la dénomi (...)
  • 412 Dans cette hypothèse, d’ailleurs, ce que désigne initialement la formule n’est pas « ce que les uns (...)

454Chacune des expressions de la série fonctionne, nous semble-til, comme symptôme du fait que la formule411 se propage à des cadres nouveaux (et qu’elle a donc, par différence, vocation – discursivement construite – à désigner un événement initial auxquels ces nouveaux référents sont extérieurs412).

455Bien qu’ils soient des exemplaires affaiblis de purification ethnique, le « nettoyage ethnique rampant », la « sorte de purification ethnique » ou le « nettoyage ethnique façon Belfast » sont encore des purifications ethniques (la purification ethnique yougoslave, par laquelle la formule « purification ethnique » est née, reste de son côté le meilleur exemplaire de la catégorie). Il n’en est plus de même dans deux autres séries d’énoncés, dans lesquels les commentateurs font d’un événement non-yougoslave donné une presque« purification ethnique » ou une non-« purification ethnique ». La propagation de la formule à un cadre non-yougoslave est alors, si l’on veut, proposée sur le mode de l’analogie, ou bien encore proposée et retirée tout à la fois. L’analogie s’exprime à travers des verbes tels que « ressembler à », « rappeler », « s’apparenter à », « être proche de » ou, comme ici, « prendre l’allure de » :

  • 413 Lev Bruni, « Moscou : définir les règles du jeu », Le Monde, 30 octobre 1993, p. 8.

Autre mesure populaire : sous le couvert de l’état d’urgence, on tend à vider de Moscou les Caucasiens ne possédant pas de permis de séjour ; voilà qui, en décembre, ajoutera incontestablement des voix aux autorités moscovites, même si ces mesures prennent parfois l’allure d’une purification ethnique.413

  • 414 Il ne nous échappe pas que la négation dialogique peut avoir, dans le discours de presse, une fonct (...)

456La proposition-retrait de la propagation, pour sa part, prend la forme privilégiée de la négation dialogique414 :

  • 415 Reportage de Lucas Delattre en Allemagne, « Jours tranquilles à Mannheim », L’Express, 10 septembre (...)
  • 416 Colette Godard, « Scènes de la vie de frontière », Le Monde, 29 janvier 1994, p. 17.

« Ils sont venus un soir, puis le lendemain, et encore le surlendemain, pendant cinq jours. Ils ont crié “Raus” et d’autres choses que nous n’avons pas comprises. Il y en avait de tous les âges. Ils ont lancé des bouteilles dans notre direction. Nous avions terriblement peur. » En évoquant ses frayeurs rétrospectives, Radmila Zivkovic ne parvient pas à retenir ses larmes. […] Son propos ne relate pas une scène de « purification ethnique » dans les Balkans. Ce qu’elle décrit, pour l’avoir vécu, c’est un épisode de la violence raciste en Allemagne.415
Entre deux postes-frontières, misérables cabanes de bois de chaque côté du fleuve, un petit bonhomme va et vient. […] Ce n’est pas du Kafka, non plus un sketch sur les gaîtés du contrôle de l’immigration et de l’épuration ethnique. C’est Allers et retours, une pièce de Horvath […].416

457Dans les deux cas (presque-« purification ethnique » ou non« purification ethnique »), et tout spécialement dans le second, les commentateurs témoignent de la difficulté qu’il y a à faire sortir la formule de son cadre yougoslave (et, partant, de la difficulté qu’a la formule à fonctionner comme nom-name d’objets appartenant à des temps historiques et des espaces divers). Ces commentateurs témoignent par ailleurs aussi du succès que rencontre la formule en ce sens qu’ils montrent toute la tentation qu’il y a à employer « purification ethnique » comme catégorie dénominative : bien que « purification ethnique » ne soit pas exactement la bonne dénomination, voire pas du tout la bonne dénomination, elle est la dénomination la plus immédiatement disponible pour la description du réel.

Faire sortir la formule de son cadre

458Moins nombreux (14 énoncés concernés dans la totalité du corpus), mais non moins intéressants pour notre propos, sont les locuteurs qui répondent à la tension référentielle qui habite « purification ethnique » par une valorisation de l’emploi de la formule en dehors du cadre yougoslave. Les auteurs de propagations se contentaient, si l’on veut, d’employer la formule pour désigner un événement extérieur à la guerre yougoslave. Ici, les commentateurs militent explicitement pour ce genre d’emploi : la propagation n’est pas seulement réalisée, mais en outre préconisée, valorisée. Deux types de locuteurs remarquables adoptent une réponse de cette nature : des locuteurs d’extrême droite et des locuteurs de la gauche révolutionnaire.

459À l’extrême droite, il s’agit réellement de militer contre « purification ethnique » comme nom propre d’événement, de défaire le baptême qui a été accompli collectivement au printemps-été 1992 et par lequel « purification ethnique » a été institué comme le nom de quelque chose qui advient dans la guerre yougoslave. Ainsi dans ces propos de Jean-Marie Le Pen interviewé par Le Figaro :

  • 417 Jean-Marie Le Pen interviewé par Sophie Huet, « Le Pen : “La dimension immigrée du problème françai (...)

Tout le monde parle de « purification ethnique » touchant la population de l’ex-Yougoslavie. […] Mais j’invite les Français à se préoccuper beaucoup plus de ce qui se passe chez eux que chez les autres. Car il y a en France un phénomène de « purification ethnique » qui est en cours. Il ne dépend pas d’une volonté politique expresse, mais de mécanismes sociologiques réels : les indigènes français se trouvent progressivement expulsés des villes ou des quartiers dans lesquels la présence étrangère est de plus en plus forte.417

460ou dans cet article de Présent intitulé « Épuration ethnique à Gray (Haute-Saône) » :

  • 418 Bernard FONTAGNES, « Épuration ethnique à Gray (Haute-Saône) », Présent, 17 mars 1993, p. 4.

La purification ethnique, ce n’est pas seulement en ex-Yougoslavie. C’est aussi dans nos villes où de nombreux Français sont obligés de fuir devant la marabunda de l’immigration-invasion. Une famille française vient, pour la première fois, d’être obligée de déménager sous la pression de bandes ethniques.418

  • 419 Voir par exemple le commentaire d’Alain Sanders portant sur l’expression « camp de concentration », (...)

461Le fait que l’extrême droite refuse à « purification ethnique » son statut de nom propre d’événement n’est pas sans rappeler la position adoptée plus largement par l’extrême droite à l’égard de ce qu’elle appelle des « exclusivités », des « brevets », des « copyrights » ou des « labels » portant d’après elle sur certains éléments du lexique et que le « système politico-médiatique » ou le « lobby juif » (selon les cas) réserverait abusivement à la dénomination d’événements historiques particuliers419.

462Cette opposition frontale à la valeur de nom propre d’événement que reçoit la formule a une fonction politique assez claire. Il s’agit, dans notre interprétation, de dénoncer ce que l’extrême droite comme l’extrême gauche aiment appeler le « deux poids deux mesures » dont le « système politico-médiatique » se rendrait l’auteur ou le complice : la situation yougoslave et la situation française, par exemple, sont de même nature et méritent le même nom (strictement : ont le même nom) ; mais « le système » dénonce la première quand il passe sous silence la seconde, parce qu’un tabou pèse sur le bouleversement démographique qui menace la France ainsi que sur l’insécurité dont sont victimes les gens dits « Français de souche ».

463La position de la gauche révolutionnaire est un peu différente. Elle consiste à prendre acte du baptême de 1992, à enregistrer le fait que « purification ethnique » est employé comme un nom propre d’événement, mais à invalider la pertinence et la portée de ce cordon ombilical dénominatif. Le fait que « purification ethnique » soit un nom propre d’événement est jugé contingent : la formule pourrait bien sortir de son cadre yougoslave que les choses n’en seraient pas moins bien nommées. Ainsi dans un article paru dans Lutte Ouvrière :

  • 420 Editorial des bulletins d’entreprise du 17 août 1992, « La Yougoslavie déchirée », Lutte Ouvrière, (...)

S’opposer au droit des peuples, comme le font les Serbes, qu’a fait d’autre, en Algérie, la France qui se pose aujourd’hui en championne de la démocratie ? La purification ethnique, n’est-ce pas, avec un autre nom, ce que font les Israéliens envers les Palestiniens ? N’est-ce pas la même chose que propose Le Pen en revendiquant la France aux Français ?420

464Cette position réaliste (par différence avec un point de vue nominaliste), qui revient à dire que « purification ethnique » n’est jamais qu’un mot, est en cohérence avec le discours de Lutte Ouvrière, discours dont nous avons montré ailleurs (Krieg, 1999, p. 30-32) qu’il aimait à se poser en démystificateur du lexique (notamment en se livrant à des dénonciations explicites du vocabulaire trompeur de l’adversaire).

465Là encore, il s’agit d’après nous, bien que par une voie distincte de celle qu’emprunte l’extrême droite, de dénoncer un « deux poids deux mesures » dont la bourgeoisie au pouvoir se rendrait l’auteur et le complice : la situation yougoslave et telle autre situation donnée sont de même nature bien qu’elles ne portent pas, de fait, le même nom (mais elles mériteraient le même nom) ; cependant la première est combattue et vigoureusement dénoncée quand l’autre ne l’est pas ou pas assez, précisément parce qu’elle ne porte pas le nom qui mène à la condamnation-dénonciation. La propagation de la formule « purification ethnique » à des cadres non-yougoslaves apparaît, dans cette hypothèse, comme un instrument de lutte politique.

  • 421 « La guerre Sainte. C’est la guerre que les Chrétiens ont faite autrefois par des Ligues & Croisade (...)
  • 422 « Guerre sainte, menée au nom de motifs religieux. » Petit Larousse, 1991.
  • 423 Voir ici p. 336 les définitions respectives du Petit Larousse et du Petit Robert.

466Tantôt nom propre d’événement – ce par quoi la formule atteste le rapport de dépendance qu’elle entretient avec son site d’origine –, tantôt catégorie dénominative – ce par quoi la formule témoigne de son succès et de sa capacité à occuper l’univers discursif –, « purification ethnique » est apte à recevoir alternativement l’une ou l’autre de ces deux valeurs contradictoires. Dans une étude consacrée à l’expression « guerre sainte », Sonia Branca (1997) montre que le fonctionnement dénominatif d’une unité, simple ou complexe, n’est pas fixé une fois pour toutes : à en croire les dictionnaires de langue, « guerre sainte » a vu sa valeur de nom propre d’événement421 s’effacer derrière une valeur de catégorie dénominative422. « Une dénomination d’événement est redevenue une locution ordinaire », constate Sonia Branca (1997, p. 155). Il est bien trop tôt pour proposer une conjecture de ce qu’il adviendra de « purification ethnique » de ce point de vue – radicalisation du nom propre d’événement ou expansion de la catégorie dénominative ? Nous nous contenterons d’observer que les deux valeurs de la formule cohabitent dès les débuts de « purification ethnique » dans l’univers discursif et dès l’entrée du néologisme en dictionnaire423. Il n’est pas exclu que la formule continue longtemps d’exister avec cette contradiction – les contradictions étant des choses dont les discours s’accommodent fort bien, et parfois même se nourrissent.

En guise de conclusion : ce que la formule nous apprend de ceux qui la commentent

467Après une genèse de plus de dix ans, durant laquelle elle connaît des emplois rares et peu variés, la formule est dès le début de son existence dans l’espace public l’objet d’opérations de construction / déconstruction multiples et imprévisibles. Parmi les six registres de problématisation que nous avons dégagés, certains sont plus activement fréquentés que d’autres. Le tableau n° 9 fait la synthèse des données exposées ici, en indiquant le nombre d’énoncés relevant de chaque registre de problématisation, avec un rappel du détail pour chaque registre.

  • 424 Voir nos remarques ici p. 306-308.

468Les chiffres rappelés dans ce tableau doivent être considérés avec prudence, les registres de problématisation ayant été déterminés selon les énoncés effectivement rencontrés dans le corpus, notamment en fonction de la « richesse » relative que présentait chaque type de questionnement (il s’agissait précisément pour nous de pouvoir être succinct sur les champs les moins représentés et de disposer d’une analyse plus détaillée des champs auxquels les commentateurs avaient le plus recours424). Nous souhaitons malgré cela mettre l’accent sur deux aspects du fonctionnement métadiscursif de la formule qui nous semblent remarquables.

469D’abord, pris dans leur ensemble, les commentateurs de la guerre yougoslave sont massivement confrontés à la question de la relation que la formule entretient à un extérieur au discours : le rapport de la formule « purification ethnique » à l’interdiscours et / ou à l’intertexte est à 232 reprises l’objet d’un commentaire métadiscursif opacifiant. À l’intérieur de ce registre de problématisation, qui fait de « purification ethnique » avant tout un « mot des autres », rappelons la prééminence de l’extérieur discursif serbe (notamment relativement à l’extérieur discursif croate), ainsi que la marginalité inattendue de la récusation de la formule par ceux qui sont principalement accusés d’en faire usage.

Tableau n° 9. Synthèse des registres de problématisation mis en œuvre par les locuteurs dans l’ensemble du corpus

470Le tableau indique, pour l’ensemble du corpus, le nombre d’énoncés relevant de chaque registre de problématisation, avec un rappel du détail pour chaque registre.

471Le sixième registre étudié, « La formule comme dénomination : nom propre d’événement ou nouvelle catégorie dénominative ? », ne figure pas dans ce tableau de synthèse du fait qu’il est impossible de mettre en regard les données chiffrées de ce registre et celles des cinq autres. En effet, d’une part, nous y avons parfois comptabilisé des occurrences d’articles et non pas d’énoncés ; d’autre part, l’analyse menée pour ce sixième registre ne porte pas sur les mêmes composantes du corpus que pour les cinq autres (en particulier du fait que l’analyse des propagations faisait appel à des relevés dans une collection, qui n’ont été effectués que pour Le Nouvel Observateur, L’Express et Le Monde).

Note : (a) Le total de 45 s’explique ainsi : 11 énoncés caractérisant la formule comme expression stéréotypique + 28 énoncés la caractérisant comme dénomination stéréotypique + 6 énoncés dans lesquels soit l’adjectif « fameux » soit l’adjectif « célèbre » caractérise directement une variante prototypique de la formule encadrée de guillemets. Pour plus de détails, voir KRIEG (2000 c, p. 542-544).

472Ensuite, nous souhaitons de nouveau observer combien est éclairante, pour la notion de formule en général comme pour la formule particulière qui nous occupe, l’analyse des positions adoptées par les locuteurs relativement à l’adéquation du mot à la chose. Nous ne soulignerons jamais assez combien il est frappant, et en apparence paradoxal, qu’un terme qui remporte le succès et se répande dans l’univers discursif soit nettement plus souvent qualifié de terme inadéquat que de terme adéquat dès lors qu’il s’agit d’évaluer sa capacité à nommer correctement le réel qu’il vise. Nous l’avons dit déjà : une formule est un passage obligé des discours, mais non pas nécessairement un passage que l’utilisateur approuve dans le procès de nomination. Le fait même que les commentateurs s’arrêtent sur la formule pour souligner son inadéquation au réel (et, ce faisant, utilisent la formule) ne fait que renforcer la circulation de « purification ethnique » dans l’univers discursif et accroître sa dimension problématique.

473Au-delà des quantifications présentées tous locuteurs confondus, soulignons combien certains types de questionnements (ou certaines réponses à tel type de questionnement), montrent comment les contenus et les formes de discours sont symptomatiques des locuteurs qui les portent.

474Alors que la caractérisation de la formule comme dénomination partagée dans la communauté de parole est le fait de catégories de locuteurs variées, et alors que la relation de la formule à l’interdiscours ou encore le rapport d’adéquation du signe au réel sont des questions qui préoccupent toutes les grandes catégories de commentateurs du conflit, la question de la pluralité des expressions constitutives de la formule « purification ethnique » intéresse essentiellement des spécialistes du métalangage (qu’ils le soient de profession ou qu’ils soient occasionnellement investis comme tels).

475Mais c’est plus encore à l’intérieur d’un même registre de problématisation que les clivages entre locuteurs se manifestent. On a vu ainsi que l’antagonisme entre une position consensuelle et une position favorable aux nationalistes serbes se retrouvait dans la distinction entre « emploi de la formule par les médias » et « création de la formule par les médias ». Les différences sont parfois ténues, mais fondamentales : on se souvient que les défenseurs d’une Bosnie unitaire refusent à « purification ethnique » son adéquation au réel à cause de « ethnique ». De même les partisans des nationalistes serbes. Mais les premiers parce qu’ils adoptent un point de vue énonciatif sur la formule et voient en « ethnie » un mot piégé de l’adversaire serbe par lequel celui-ci désignerait un dangereux construit nationaliste, alors que les seconds adoptent un point de vue vériconditionnel et voient en « ethnie » un terme qui ne peut désigner pertinemment quelque référent yougoslave que ce soit.

476Les clivages à l’intérieur d’un même registre se manifestent ainsi par des contenus de discours se rapportant à la formule. Mais ils apparaissent également à travers les formes du commentaire qui portent sur celle-ci. C’est ainsi que, pour les journalistes s’exprimant dans la presse, le fait d’assigner un sens à la formule passait principalement par des reformulations paraphrastiques et par des énoncés définitoires ordinaires utilisant le verbe « consister », tandis qu’on observait un recours à des verbes métalinguistiques dans des types de textes plus spécialisés et / ou moins contraints quant à leur longueur.

477De ce point de vue, l’analyse des formules – et l’analyse des commentaires métadiscursifs portant sur les formules, qui est pour nous une condition sine qua non de la première – contribue à renforcer une thèse chère à l’analyse du discours : il est au moins aussi pertinent d’étudier « comment c’est dit » que d’étudier « ce qui est dit ». Ici, plus précisément : non seulement on ne tient pas le même discours selon le rôle discursif que l’on occupe (s’exprimer comme journaliste, comme élu politique, etc.) ou selon l’opinion politique et la position partisane que l’on soutient (défendre les nationalistes serbes, militer en faveur d’une Bosnie unitaire, etc.), mais encore ces différences (de rôle, d’opinion…) sont observables tout à la fois dans des contenus de parole (ici le contenu d’une caractérisation d’un terme) et dans des formes et des procédés de discours (par exemple les procédés utilisés pour définir un terme).

478À l’issue de cette analyse des problèmes que la formule « purification ethnique » pose à ses utilisateurs et des réponses que ceux-ci leur apportent, il apparaît également qu’il existe une dynamique interne à chaque registre de problématisation. Par exemple, l’attribution de la création de « purification ethnique » au « système politico-médiatique » par les nationalistes serbes fait en grande partie écho sur un mode défensif à un discours dominant, répercuté par voie de presse, selon lequel la formule est un « mot des Serbes ».

479Il apparaît aussi qu’il existe une dynamique d’ensemble qui relie entre eux les différents registres de problématisation. Les rapports entre registres peuvent concerner les caractérisations de la formule.

  • 425 Voir en particulier nos conclusions p. 212-213.

480Ainsi, c’est de façon très cohérente que « purification ethnique » peut tout à la fois être un terme créé par les nazis, un terme utilisé par les nationalistes serbes, un terme qui évoque les activités ménagères, un terme euphémistique et un terme affreux. Ces rapports peuvent aussi concerner, toujours transversalement d’un registre à l’autre, les catégories de commentateurs. Ainsi, les nationalistes serbes et leurs partisans s’illustrent par le caractère pamphlétaire de la parole qu’ils portent, qui se manifeste tant dans la dénonciation de la création de la formule par les acteurs du politique et des médias (thèse du complot), que dans la caractérisation de « purification ethnique » comme inadéquate au réel qu’elle vise du fait de l’inexistence d’ethnies en Yougoslavie (thèse du « monde carnavalesque », également caractéristique de la parole pamphlétaire). On voit ici que la formule fait pleinement partie du récit de la guerre, les nationalistes serbes ayant à l’égard de « purification ethnique » une position symptomatique des discours qu’ils tiennent plus généralement sur le conflit yougoslave, position que la première partie de cet ouvrage nous avait permis de mettre au jour425 : le monde carnavalesque et spécieux des camps de concentration et des viols par milliers se prolonge dans la formule « purification ethnique », invention fallacieuse et grotesque.

481Ainsi, chaque registre de problématisation, loin de se développer selon un principe d’autarcie, représente un des éléments constitutifs d’un ensemble dialogique de discours se rapportant à la formule. Cela ne signifie pas qu’il soit possible de composer une sorte de puzzle immobile et fermé à partir des résultats que nous avons exposés ici, mais plutôt que des rapports d’un registre à l’autre puissent être soulignés, qui montrent combien les discours sur la formule « purification ethnique » se tiennent, comme autour d’elle se tiennent de façon cohérente – au sens où la cohérence résulte y compris de la contradiction – les différentes versions du récit de la guerre yougoslave.

Notes

1 La « déconstruction » est réellement envisagée comme « problématisation », « interrogation », « questionnement » (ou « réponse »), ou encore « mise à la question ». (Avec « déconstruction », nous ne nous référons pas à un courant philosophique particulier.)

2 Dont, dans le détail des variantes : 14 occurrences de « ethniquement pur », 11 de « ethniquement pure », 5 de « ethniquement pures » et 2 de « ethniquement purs ».

3 Voir par exemple l’énoncé cité ici p. 274.

4 Notons que le quasi-monopole du syntagme adjectival ne semble pas être l’apanage des journaux français. En effet, à l’occasion de recherches occasionnelles menées sur des journaux britanniques et anglo-américains, c’est un syntagme adjectival (« ethnically pure ») que nous avons rencontré pour seul représentant de la proto-formule. Par ailleurs, dans la presse anglo-saxonne, les conditions d’apparition de la protoformule semblent similaires à celles que nous allons décrire pour la presse française. Le lecteur peut ainsi garder en mémoire cet îlot textuel observé en 1987 : « As Slavs flee the protracted violence, Kosovo is becoming what ethnic Albanian nationalists have been demanding for years, and especially strongly since the bloody rioting by ethnic Albanians in Pristina in 1981 – an “ethnically pure” Albanian region, a “Republic of Kosovo” in all but name. » (Comme les Slaves fuient la violence qui perdure, le Kosovo est en train de devenir ce que les nationalistes albanais réclamaient depuis des années, et de façon particulièrement insistante depuis les sanglantes émeutes des Albanais à Pristina en 1981 – une région albanaise « ethniquement pure », une « République du Kosovo » à qui il ne manque que le nom.) (Reportage de David Binder à Belgrade, « In Yugoslavia, Rising Ethnic Strife Brings Fears of Worse Civil Conflict », The New York Times, 1er septembre 1987, p. 14 ; nous traduisons.)

5 Pour plus de détails, voir Alice Krieg (2000 c, p. 454-456).

6 À une reprise, l’expression « ethniquement pure » qualifie en réalité « grande Albanie » (formulation qui désigne la réunion de l’Albanie et du Kosovo). Pour simplifier le propos, nous considérerons que la proto-formule renvoie dans ce cas au Kosovo. Par ailleurs, à deux reprises, le syntagme « ethniquement pur(e) » qualifie non pas exactement le Kosovo, mais un « village » ou des « villages » du Kosovo.

7 Dans l’occurrence restante, « ethniquement purs » renvoie indistinctement à des « États ».

8 Reportage d’Irène Jarry (Pristina, de notre envoyée spéciale), « Le Kosovo ou la cohabitation impossible », Le Figaro, 18 octobre 1988, p. 3.

9 Tribune de Kommen Becirovic, « Justice pour les Serbes », Le Monde, 20 octobre 1990, p. 2.

10 Reportage de Véronique Soulé (Belgrade, Pristina, envoyée spéciale), « Le Kosovo met la Yougoslavie dans tous ses états », Libération, 7-8 février 1987, p. 20-21.

11 Kosta Christitch, « Kosovo : le calvaire des Serbes », Le Point, 6 juillet 1987, p. 49.

12 Tribune d’Athanase Jevtitch, « Tragédie au Kosovo », Le Figaro, 16 mars 1989, p. 2. Remarque : Les locuteurs yougoslaves utilisent fréquemment l’expression « le Kosovo et la Métochie ». Les journalistes français, de leur côté, privilégient « Kosovo » tout court. Ce faisant, chacun désigne en réalité le même territoire. En effet, la province autonome du Kosovo regroupe deux espaces géographiques séparés par une chaîne de collines : au Nord-Est, la plaine du Kosovo, où se trouve la capitale Pristina, et, au Sud-Ouest, la plaine de la Métochie, sur laquelle se situent les villes de Pec et de Prizren.

13 La catégorie « îlot textuel » a été proposée par Jacqueline Authier (1978, 1992 b, 1996 a) pour désigner la cooccurrence d’un énoncé de représentation du discours autre au plan du contenu (discours indirect ou modalisation en discours second au plan du contenu) et d’un fragment porteur de guillemets, où le fragment guillemeté est interprétable en discours autre approprié, c’est-à-dire approprié à l’objet dont on parle.
Jacqueline Authier (1995, p. 316-345) distingue le discours autre approprié (à l’objet dont on parle) du discours autre associé (c’est-à-dire associé – pour des raisons diverses – à l’objet dont on parle). Relèvent respectivement du premier et du second mode de représentation du discours autre : « Il est en train de la “draguer”, pour parler comme lui. » / « Il est en train de lui “conter fleurette”, comme aurait dit ma grand-mère. »
Les formes canoniques de l’îlot textuel sont ainsi : « il dit que… “X” » (îlot textuel formé à partir d’un énoncé en discours indirect) et « selon lui,… “X” » (îlot textuel formé à partir d’une modalisation en discours second au plan du contenu). Mais ce n’est qu’interprétativement – c’est pourquoi nous parlons de « mode équivoque » – que ces formes relèvent de la représentation du discours autre approprié. Nous parlons de « mode peu voyant » parce que l’îlot textuel est intégré syntaxiquement, et le plus souvent intégré énonciativement, à l’énoncé.

14 Nous avons considéré que relevait de l’îlot textuel également les énoncés dans lesquels le discours indirect est réalisé au moyen d’un verbe exprimant principalement la volonté ou le désir (« vouloir », « rêver », « imaginer »…), et non pas seulement au moyen d’un verbe de parole (« évoquer », « revendiquer », « prôner »…). La frontière entre les verbes désignant a priori un acte de parole (« dire », « déclarer »…) et d’autres verbes, exprimant principalement le sentiment, l’opinion, le jugement, l’intention… mais amenés dans certains contextes à désigner un acte de parole, est d’ailleurs difficile à tracer. Voir les observations de Monique Monville-Burston (1993), ainsi que celles d’Annie Delaveau (1988).

15 Paul Yankovitch (de notre correspondant à Belgrade), « Tirana sous surveillance », Le Monde, 1er août 1981, p. 1 et 4.

16 Paul Yankovitch (Belgrade, de notre correspondant), « La situation dans la région autonome du Kosovo est de nouveau explosive », Le Monde, 30 juin 1987, p. 4.

17 Article signé V. G., « Le Kosovo ébranle à nouveau le régime yougoslave », Le Matin, 30 juin 1987, p. 6.

18 Reportage d’Élisabeth Schemla (de notre envoyée spéciale en Yougoslavie), « Les Serbes se rebiffent », Le Nouvel Observateur, 28 octobre 1988, p. 48-49.

19 Reportage de Jean Leclerc du Sablon au Kosovo, « Yougoslavie : la turbulence albanaise », L’Express, 2 avril 1982, p. 87-89 (« l’ennemi » renvoie à « les jeunes nationalistes albanais »).

20 Paul Yankovitch (Belgrade, de notre correspondant), « Des officiers figurent parmi les nationalistes albanais récemment arrêtés », Le Monde, 9 janvier 1986, p. 4.

21 Reportage de Véronique Soulé (Yougoslavie, envoyée spéciale), « La foire d’empoigne des Kosovars », Libération, 23 décembre 1988, p. 22.

22 Reportage d’Alain Debove (Pristina, de notre envoyé spécial), « Les nationalistes serbes face au “drame du Kosovo” », Le Monde, 12 octobre 1988, p. 8-9. Remarque sur l’ambiguïté de cet énoncé : Si l’on considère que « Selon les autorités » ne modalise que l’assertion qui la suit, on estimera que l’énoncé relève de la première configuration. Si l’on considère que la modalisation en discours second porte également sur la seconde phrase, on estimera que l’énoncé relève de la troisième configuration.

23 Reportage de Bernard Ullmann en Yougoslavie, « Yougoslavie : des fiefs par milliers », L’Express, 5 juillet 1985, p. 25-27.

24 Reportage de Georges Dupoy (Pristina, envoyé spécial), « Le Kosovo responsable de tous les maux », Le Quotidien de Paris, 4 novembre 1987, p. 19.

25 À savoir : « Ils veulent un Kosovo ethniquement pur […]  » dans Le Figaro du 18 octobre 1988, et «  […] la création d’un Kosovo ethniquement pur […]  » dans Le Monde du 20 octobre 1990.

26 Ainsi à une reprise : « L’été, à Janjevo, ville de six mille habitants, en majorité des Croates dont les ancêtres se sont installés là, il y a sept cents ans, l’eau n’arrive au robinet que deux heures par jour. Quelques centaines de mètres plus loin dans un village albanais, “ethniquement pur”, l’eau coule en permanence. » Reportage d’Irène Jarry (Pristina, de notre envoyée spéciale), « Le Kosovo ou la cohabitation impossible », Le Figaro, 18 octobre 1988, p. 3.

27 Deux énoncés sont concernés, le premier employant « c’est-à-dire », le second « autrement dit » :

« Bogdan Kecman exprime toutes les frustrations accumulées des Serbes du Kosovo. […] “En 1941, il y avait 49 % de Serbes et de Monténégrins au Kosovo. Aujourd’hui, nous sommes 7,4 %. Le pire, c’est qu’il y a maintenant 750 villages ethniquement purs (c’est-à-dire peuplés uniquement d’Albanais).” » Reportage de Véronique Soulé (Pristina, Kosovo Poljo, envoyée spéciale), « Au commencement était le Serbe », Libération, 15-16 octobre 1988, p. 14-15.

« Le cauchemar des Serbes, c’est de voir un Kosovo “ethniquement pur”, autrement dit albanais. » Reportage d’Alain Debove (Belgrade, de notre envoyé spécial), « Le second réveil de la conscience nationale serbe », Le Monde, 6 avril 1989, p. 7.

28 Reportage d’Élisabeth Schemla (de notre envoyée spéciale en Yougoslavie), « Les Serbes se rebiffent », Le Nouvel Observateur, 28 octobre 1988, p. 48-49.

29 Hélène Despic-Popovic (Belgrade, de notre correspondante), « Les Albanais du Kosovo se rebiffent », Libération, 19-20 novembre 1988, p. 14.

30 Sur la distinction « discours autre approprié » (à l’objet dont on parle) et « discours autre associé » (à l’objet dont on parle), voir ici en note p. 263.

31 Tel que serait par exemple : « “Ethniquement pur” est l’expression que les Albanais du Kosovo ont forgée pour désigner leur dessein nationaliste. »

32 Tel que serait par exemple : « Le Kosovo sera bientôt “ethniquement pur”, comme disent les extrémistes albanais. »

33 À condition qu’on accepte que « militer en faveur de » puisse désigner un acte de parole. Sur cette question voir nos remarques en note p. 263.

34 Reportage de Paul Yankovitch (Belgrade, de notre correspondant), « Qui sont les musulmans de Bosnie-Herzégovine ? », Le Monde, 8 octobre 1987, p. 4.

35 Reportage de Paul Yankovitch, art. cit.

36 Article signé AFP, « Condamnation de onze intellectuels bosniaques pour “activisme musulman” », Le Monde, 23 août 1983, p. 24

37 Reportage de Véronique Soulé (Sarajevo, envoyée spéciale), « Les minarets font de l’ombre à Sarajevo », Libération, 5 juin 1986, p. 35. L’extrait cité réfère au procès de Sarajevo de l’été 1983 (donc au même événement que celui dont parle l’article de l’AFP ci-dessus), qu’il relate au présent de narration. Sur la Déclaration islamique ainsi que sur le procès de Sarajevo, voir ici p. 111-116.

38 Reportage de Véronique Soulé, art. cit. Il ne nous échappe pas que cet énoncé comporte une instance énonciative supplémentaire, et qu’il appartient en réalité à une configuration inédite jusqu’à présent (Journaliste : La presse dit que, selon les tribunaux, les musulmans revendiquent une Bosnie « ethniquement pure ».). Pour simplifier l’analyse, nous avons rattaché cet énoncé à une configuration plus simple dont il se rapproche.

39 Par exemple dans ce rapport d’Amnesty International : « Fadil Fadilpasic et Ibrahim Avdic, ingénieurs, ont été […] reconnus coupables, en juin [1987], à Sarajevo, de “propagande hostile”, et condamnés respectivement à quatre et deux ans de prison. On assurait qu’au cours de conversations privées, ils avaient défendu l’idée de la création en Yougoslavie, d’une “république musulmane ethniquement pure” dans laquelle serait appliquée la loi islamique, et qu’ils avaient prétendu que la liberté religieuse était restreinte dans le pays et que les musulmans étaient victimes de discriminations. »(Amnesty International, Rapport 88, Paris, Flammarion / Éditions d’Amnesty International, 1988, 336 p., p. 277).

40 Reportage de Marie-Pierre Subtil (Belgrade, de notre envoyée spéciale), « Le rêve de la Grande Serbie », Le Monde, 14 août 1991, p. 1 et 5.

41 Tribune de Bernard Dréano, « La clé de l’Europe est à Sarajevo », Témoignage chrétien, 13 juillet 1991, p. 5-6. Remarque : Notre consultation du texte en version anglaise de la Constitution de la République de Croatie, promulgée à Zagreb le 22 décembre 1990, fait apparaître qu’aucun syntagme approchant de « ethniquement pur », de « pureté ethnique », ou de toute formulation proche, n’y figure (on trouvera ce texte dans le recueil de Snezana Trifunovska, 1994, p. 251-280). Par ailleurs, les interprétations divergent quant au caractère tolérant et ouvert, ou au contraire menaçant et excluant, de la Constitution à l’égard des minorités non-croates de Croatie. La lecture la moins partisane nous semble être exposée par Michel Roux (1992 a, p. 435), selon lequel le fait de définir « la Croatie comme l’État de la nation croate – et non de tous ceux qui y vivent » et d’« expédie[r] en deux lignes les droits des minorités » (dans l’article 15) ne pouvait qu’inquiéter les Serbes de Croatie dans le contexte déjà très tendu de l’hiver 1990.

42 Alexandre Boussageon, « L’affaire Tudjman : le spectre de l’antisémitisme croate », L’Événement du jeudi, 16 janvier 1992, p. 42-43.

43 Voir sur ce point les remarques de Jacqueline Authier-Revuz (1992 a, t. I, partie III, chap. 4, « La détermination comme forme – non univoque – d’opacification », p. 482-487).

44 Franjo Tudjman cité par Alain Debove (La Haye, de notre envoyé spécial), « Lord Carrington face aux plaidoyers des présidents croate et serbe », Le Monde, 10 septembre 1991, p. 3.

45 Dans lequel le syntagme, cette fois, est pourvu de guillemets de modalisation autonymique : « Tous les observateurs internationaux s’accordent à penser qu’on assiste actuellement à un effort concerté mené par les Serbes de Bosnie-Herzégovine, avec l’assentiment de la JNA et à tout le moins un certain appui de la part de celle-ci, pour créer des régions “ethniquement pures” dans le contexte des négociations sur la “cantonisation” de la République de la Conférence de la CEE sur la Bosnie-Herzégovine, présidée par l’Ambassadeur Cutileiro. » (Extrait d’une partie sur « La situation en Bosnie-Herzégovine » dans le rapport présenté le 12 mai 1992 par le secrétaire général des Nations unies au Conseil de sécurité en application de la résolution 749 (1992) du Conseil de sécurité. Document S/23900, 12 p.).

46 Article non signé, « Bosnie : l’impossible mission de l’ONU », Ouest-France, 14 mai 1992, p. 3.

47 Afsané Bassir Pour (New York, Nations unies, correspondance), « M. Boutros-Ghali met en doute l’efficacité de l’ONU en Croatie », Le Monde, 15 mai 1992, p. 3.

48 Jacques Girardon, « Yougoslavie : les fronts de demain », L’Express, 12 décembre 1991, p. 49-50.

49 Article non signé, « Bosnie : l’apocalypse menace », Ouest-France, 18 mai 1992, p. 3.

50 La toute dernière occurrence de la proto-formule se manifeste deux jours plus tard, le 20 mai. Minimalement opacifiée par une paire de guillemets difficilement interprétable – bien que l’italique suggère la présence d’un autre discours à l’intérieur du discours –, la proto-formule y désigne pour la première fois, et pour la dernière, un projet attribué à différents acteurs à la fois : les dirigeants des entités issues de l’ex-fédération yougoslave : « Fuyant les combats ou chassés de leurs terres par des dirigeants avides de régions “ethniquement pures”, c’est par centaines de milliers que des Croates, des Serbes, des Musulmans ont pris le chemin de l’exil – intérieur ou extérieur. » (Yves Heller, « La guerre dans l’ex-Yougoslavie a provoqué un exode massif », Le Monde, 20 mai 1992, p. 1 et 4).

51 Notons que la première occurrence de la proto-formule renvoyant à la Croatie (13 juillet 1993) coïncide à la fois avec l’apparition d’une figure accusatrice qui ne soit ni journaliste ni yougoslave (il s’agit de Bernard Dréano) et avec ce que les chronologies courantes estimeront être le début de la guerre en Croatie. Par exemple, la chronologie annuelle du Monde note parmi les six événements marquants du mois de juillet 1991 : « La guerre commence en Croatie » (Édouard Masurel, L’Année 1991 dans « Le Monde », Paris, Gallimard / Le Monde, coll. « Folio / Actuel », 1992, 255 p., p. 111).

52 « Routine work methods ». Voir Mark Fishman (1980).

53 Michel Roux (1992 a, p. 21) résume ainsi les deux thèses antagonistes en présence, dont il souligne combien elles sont sous-tendues par une même conception de l’histoire : « Chacun des deux peuples [les Serbes et les Albanais] proclame l’antériorité et la légitimité de sa présence au Kosovo, ce qui est une manière d’en revendiquer la propriété. Et chacun se considère comme la victime de l’autre en particulier, et de tous les autres en général, ou peu s’en faut. Les accusations croisées de génocide sont constantes. »

54 Ainsi, de 1981 à 1990, sur un total de 13 articles pour lesquels une provenance est mentionnée, 4 articles sont représentés comme provenant de « Belgrade », 3 de « Yougoslavie » sans autre précision, 1 du « Kosovo », 4 de « Pristina », et 1 article dont il est indiqué qu’il provient conjointement de « Belgrade et Pristina ».

55 Reportage de Jean Leclerc du Sablon au Kosovo, « Yougoslavie : la turbulence albanaise », L’Express, 2 avril 1982, p. 87-89.

56 Reportage de Bernard Ullmann en Yougoslavie, « Yougoslavie : des fiefs par milliers », L’Express, 5 juillet 1985, p. 25-27.

57 En serbo-croate, la lettre « e » se prononce [e] et la lettre « c´ » se prononce [t∫]. En albanais, la lettre « y » se prononce [y]. Il est donc facile de passer de « Béchir Hoti » à « Becir Hotu ».

58 Ainsi s’exprime Véronique Soulé dans son reportage « Le Kosovo met la Yougoslavie dans tous ses états », Libération, 7-8 février 1987, p. 20-21. Parmi les articles qui assertent que 200 000 Serbes ont quitté le Kosovo « en vingt ans » (c’est toujours une durée qu’indiquent les journalistes, jamais des dates), on peut citer : Kosta Christitch, « Kosovo : la révolte de Kosta », Le Point, 14 avril 1986, p. 93, et « Kosovo : le calvaire des Serbes », Le Point, 6 juillet 1987, p. 49 ; Élisabeth Schemla, « Les Serbes se rebiffent », Le Nouvel Observateur, 28 octobre 1988, p. 48-49.

59 Voir p. 109-110.

60 Ce chiffre était avancé dans le Mémorandum, mais il figure aussi dans d’autres textes (allocutions publiques, pétitions, ouvrages…), parmi lesquels on peut citer :

– La pétition du 21 janvier 1986 en soutien à la « Pétition de 2 016 citoyens du Kosovo » de 1985.

– Le texte de Dobrica Cosic paru en novembre 1986, « L’albanisation du Kosovo et de la Métochie dans la Yougoslavie de Tito », repris dans Dobrica Cosic, L’Effondrement de la Yougoslavie. Positions d’un résistant, Lausanne, L’Âge d’homme, 1994, 175 p., p. 64-66. Traduit du serbe par Slobodan Despot.

– Le discours d’Athanase Jevtitch pour le lancement du livre Les Fondations du Kosovo, prononcé à Toronto le 31 mars 1987 et à Valjevo le 11 juin 1987, repris dans Athanase Jevtitch, Dossier Kossovo, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « La lumière du Thabor », 1991, 212 p., p. 116-123. Traduit du serbe par Mira Traïkovitch et Jean-Louis Palierne.

– L’ouvrage d’Anne Yelen, Kossovo, 1389-1989. Bataille pour les droits de l’âme, Lausanne, L’Âge d’homme, 1989, 161 p., p. 22.

– L’ouvrage d’Athanase Jevtitch, Dossier Kossovo, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « La lumière du Thabor », 1991, 212 p., p. 33. Traduit du serbe par Mira Traïkovitch et Jean-Louis Palierne.

61 Lettre de Philippe Legrain titrée « Minorité serbe », Le Point, 27 juillet 1993, p. 96 (rubrique « Au courrier »).

62 Voir p. 109.

63 Pour d’autres attestations on pourra consulter, outre les ouvrages d’Anne Yelen et d’Athanase Jevtitch déjà cités, Slobodan Milosevic, Les Années décisives, Lausanne, L’Âge d’homme, 1990, 329 p. (traduit du serbo-croate par Slobodan Despot, Jean Descat et Michel Praneuf) ; Dusan T. Batakovic, Kosovo. La spirale de la haine, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Yougoslavie, questions et arguments », 1993, 88 p. ; Dobrica Cosic, L’Effondrement de la Yougoslavie. Positions d’un résistant, op. cit. ; Dusan T. Batakovic, Yougoslavie. Nations, religions, idéologies, Lausanne, L’Âge d’homme, 1994, 330 p. (traduit du serbo-croate par Bruno Guillard et Slobodan Despot). Paul, patriarche de l’Église orthodoxe serbe, Dieu voit tout. L’Église orthodoxe face au conflit yougoslave, Lausanne, L’Âge d’homme, 1995, 74 p.

64 Appel lancé le 16 avril 1982 par vingt et un moines et prêtres orthodoxes, connu sous le nom de « Appel des 21 pour la défense du peuple serbe et de ses sanctuaires dans le Kosovo et la Métochie ». Cité d’après la traduction donnée par Anne Yelen, Kossovo, 1389-1989. Bataille pour les droits de l’âme, op. cit., p. 135.

65 Pétition dite « Pétition de 2 016 citoyens du Kosovo », adressée en décembre 1985 aux hautes instances dirigeantes de la Fédération yougoslave et de la République de Serbie. Par la suite, cette pétition aurait été signée par 100 000 personnes. Citée d’après la traduction donnée dans Athanase Jevtitch, Dossier Kossovo, op. cit., p. 152.

66 Pétition rédigée à Belgrade le 21 janvier 1986 en soutien à la « Pétition des 2 016 », et signée par 212 intellectuels et religieux orthodoxes. Elle a été adressée à l’assemblée de la République populaire fédérative de Yougoslavie et à l’assemblée de la République de Serbie. Citée d’après la traduction donnée dans Athanase Jevtitch, Dossier Kossovo, op. cit., p. 156.

67 Discours d’Enver Hodja du 10 novembre 1982, cité par Jean Wolf, La Macédoine déchirée et la renaissance yougoslave, Paris, Éditions Cujas, coll. « Échanges », 1984, 324 p., p. 267.

68 Par exemple en 1995, dans une interview qu’il accorde à Laura Sibler, Slobodan Milosevic déclare à propos de la visite qu’il a faite au Kosovo en avril 1987 : « C’était la première fois de ma vie que j’entendais les mots “ethniquement pur”. Là-bas au Kosovo les Albanais voulaient un Kosovo ethniquement pur. Ils assassinaient les Serbes, profanaient nos tombes, mettaient le feu à nos monastères. L’exode des Serbes du Kosovo avait déjà commencé. » Cette déclaration est faite en serbo-croate. Elle est diffusée et traduite dans le documentaire britannique de Brian Lapping (1995).

69 À savoir les quotidiens Le Figaro, Le Parisien, France-Soir, Libération, Le Quotidien de Paris, La Croix, L’Humanité, Présent, Ouest-France, Sud-Ouest, L’Yonne Républicaine et les hebdomadaires Le Point, Paris-Match, Le Figaro Magazine, Minute, National Hebdo, Rivarol, Lutte Ouvrière, Charlie Hebdo, Le Canard enchaîné et Les Clés de l’actualité.

70 Par exemple, dès la guerre en Croatie : « La mobilisation de l’armée fédérale est, elle, tout à fait pensée. Sa stratégie de frayeur planifiée n’a rien d’innocent. Elle vise à vider la Croatie de ses Croates. » (André Glucksmann interviewé par François Landon, « Attention au national communisme ! », L’Événement du jeudi, 12 décembre 1991, p. 42-43).

71 Outre L’Express, sont dans ce cas : Présent, La Croix, Le Figaro Magazine, Rivarol, Le Point, L’Humanité, Le Quotidien de Paris, L’Yonne Républicaine, Le Canard enchaîné, National Hebdo, Lutte Ouvrière, Charlie Hebdo, Minute, Les Clés de l’actualité.

72 Outre Le Nouvel Observateur, sont dans ce cas : Libération, Le Monde, Le Figaro, Sud-Ouest, France-Soir, Le Parisien, Paris-Match. Le quotidien Ouest-France est dans l’une ou l’autre situation selon que l’on considère que les deux occurrences du syntagme adjectival, le 14 mai puis le 18 mai 1992, sont des apparitions ultimes de la proto-formule ou des apparitions précoces de la formule.

73 Jean Hatzfeld, « 1 200 000 réfugiés victimes du conflit yougoslave », Libération, 28 avril 1992, p. 25-26.

74 Sur l’événement « découverte des camps », voir p. 32-66.

75 Dans cet énoncé : « On ne comprend pas ce retour des haines raciales et religieuses. Il faudra, pourtant, que l’on sache et que l’on dise clairement d’où vient cette volonté raciste de séparer les gens, de “nettoyer” les villages en chassant ceux qui y vivent depuis toujours. Il s’agit, dit-on même, d’une guerre de “purification éthique”. » (Éditorial de François-Régis Hutin, « Menace pour la paix », Ouest-France, 29 mai 1992, p. 1 et 4).

76 Voir, sur ce point, Roger Chartier (1996, p. 107-131, chapitre « Bibliothèques sans murs »).

77 Sur ce point, voir Alice Krieg (2000 c, p. 81-85, « Du rôle des médias dans la création et la mise en circulation des formules »).

78 On se souvient que l’expression qui apparaît dans l’éditorial de François-Régis Hutin est en réalité « purification éthique ». Quand bien même on refuserait notre hypothèse selon laquelle cette expression tient lieu du syntagme « purification ethnique », il n’en reste pas moins vrai que c’est François-Régis Hutin qui est le premier utilisateur de la formule dans Ouest-France puisque l’occurrence suivante, dans ce journal, se trouve sous la plume du même Hutin (dans l’édition du 10 juillet 1992).

79 Nous pensons en particulier aux travaux de Gaye Tuchman (1978) et de Mark Fishman (1980).

80 Gilles Hertzog, « Avec les sacrifiés de Sarajevo », Le Nouvel Observateur, 25 juin 1992, p. 52-53.

81 Bernard-Henri Lévy, « Sarajevo : arrêtez le massacre », Le Point, 27 juin 1992, p. 46-52.

82 Yves Cornu, « Les camps de la honte », Le Point, 8 août 1992, p. 30-32.

83 Voir la tribune de Jean-François Deniau, « Avant qu’il ne soit trop tard… », Le Figaro, 23 juin 1992, p. 4 ; l’interview de Jean-François Deniau par Bruno Fanucchi, « “C’est pire que Beyrouth” », Le Parisien, 26 juin 1992, p. 4 ; le récit de Jean-François Deniau, « Sarajevo ville de la mort », Paris-Match, 2 juillet 1992, p. 48-49.

84 Dans l’émission La Marche du siècle de Jean-Marie Cavada consacrée à « Sarajevo », FR3, mercredi 1er juillet 1992, 20 h 45-22 h 30 ; Jean-François Deniau était invité en plateau de l’émission.

85 Voir l’interview de Philippe Douste-Blazy par Béatrice Toulon, « “J’ai vu la purification ethnique” », La Croix, 29 août 1992, p. 3 ; et l’interview de Philippe Douste-Blazy par Nathalie Bagdassarian, « “Lancer un ultimatum à Milosevic” », Sud-Ouest, 29 août 1992, p. 2.

86 Voir à ce propos en particulier le long métrage de Marcel Ophuls (1994).

87 Nouveau Petit Robert (1993), entrée « Relation ».

88 Trésor de la langue française (1971-1994), entrée « Relation ».

89 Dictionnaire historique de la langue française (1994), entrée « Relation ».

90 Éditorial de Noël Copin, « SOS Bosnie », La Croix, 28-29 mai 1992, p. 1.

91 Valère Staraselski, « National, sans isme », L’Humanité, 6 juillet 1992, p. 7.

92 Tribune de Rony Brauman, « L’impuissance », Le Figaro, 17 juin 1992, p. 2.

93 Reportage de Béatrice Toulon (Sarajevo, de notre envoyée spéciale), « Sarajevo, la mort lente », La Croix, 30 juin 1992, p. 4-6.

94 Par exemple la glose « pour ainsi dire », dont Jacqueline Authier (1996 b, p. 33-34) relève qu’elle est d’un emploi extrêmement fréquent et qu’elle « apparaît comme forme stéréotypique du pur écart par inadéquation », ne vient à aucun moment commenter la formule « purification ethnique » dans l’ensemble de notre corpus.

95 Jacqueline Authier-Revuz (1992 a, t. II, p. 269-277).

96 En l’absence de procédure automatisée qui permettrait de distribuer l’ensemble des énoncés dans les registres concernés, c’est donc le travail interprétatif qui, en dernière instance, statue sur le sort réservé à chacun des énoncés rencontrés.

97 Maryse Berdah, « Nettoyage ethnique, mal planétaire », Libération, 31 mai 1994, p. 40.

98 Voir, par exemple, Antoine Compagnon (1979, p. 89) ; Oswald Ducrot (1982, p. 68 et 1984, p. 179) ; Jean-Claude Anscombre (1995, p. 186).

99 Irène Fenoglio (1997, p. 39) désigne ainsi « des phénomènes de parole tels lapsus, constructions de malentendu, silences, ruptures diverses du trajet énonciatif ».

100 L’« événement conversationnel » désigne à peu près ce qui est par ailleurs plus couramment appelé « acte de langage ». Voir respectivement sur le « compliment » et sur l’« invitation » comme événements conversationnels Jean-Marie Marandin (1987) et Louis Quéré (1987).

101 Francine Mazière désigne ainsi un événement survenant dans le savoir scientifique sur la langue, comme l’est la publication du Dictionnaire de l’Académie en 1694, ou encore la définition du nom abstrait dans ce même dictionnaire. Voir : Francine Mazière (1996) ; André Collinot et Francine Mazière (1997).

102 Jacques Guilhaumou (1996) ; Jacques Guilhaumou et Denise Maldidier (1986 a et 1986 b). Voir également les propositions conjointes de Sonia Branca- Rosoff, André Collinot, Jacques Guilhaumou, Francine Mazière (1995).

103 Nous renvoyons aussi à Alice Krieg (1996). Pour une définition de l’« événement » tout court, voir également ici p. 409-410.

104 Béatrice Toulon, « La triste victoire des Serbes bosniaques », La Croix, 26 mars 1993, p. 9.

105 Propos de Jean Kahn repris dans un article signé P. J., « M. Pierre Bérégovoy dénonce “le triple crime” du régime de Vichy », Le Monde, 1er décembre 1992, p. 8.

106 Florence Hartmann

, « La politique de l’autruche des grandes puissances face aux exactions en Bosnie », Le Monde, 1er octobre 1994, p. 7.

107 Pierre-André Conod, délégué au CICR à Zagreb, interviewé en direct au journal télévisé de 20 h, Antenne 2, 3 août 1992.

108 Lettre d’une lectrice de Vannes titrée « Assassinat ethnique », Le Nouvel Observateur, 23 septembre 1993, p. 43 (rubrique « La parole aux lecteurs »).

109 Conférence de presse de François Mitterrand sur la ratification du traité de Maastricht, les négociations du GATT et la coopération franco-italienne, lors du 13esommet franco-italien à Paris, le 10 novembre 1992. On pourra retrouver le texte de cette conférence de presse dans le cédérom Politique et société. La France des années Mitterrand : 1981-1995, Paris, La Documentation française, 1996.

110 Expressions qui, comme le souligne Georges Kleiber (1981, p. 378-383), ne doivent pas être prises au pied de la lettre.

111 Béatrice Toulon, « Les “malgré-nous” », La Croix, 15-16 août 1992, p. 3.

112 Voir « La formule comme nouvelle catégorie de dénomination », p. 415-431.

113 Sandro Meccoli, « Les nouvelles frontières de l’Adriatique », Le Monde, 14 avril 1993, p. 2.

114 Pierre Rousselin, « Chypre, le précédent », Le Figaro, 29-30 mai 1993, p. 3.

115 Propos de Philippe de Villiers interviewé dans Le Figaro Magazine, « Il y a 200 ans : feu et sang sur la Vendée », 24 avril 1993, p. 10-18.

116 Tribune de Marc Ferro, « Avec Paris contre Vienne », Globe Hebdo, 21 avril 1993, p. 14.

117 André Fontaine, « Imaginer la paix », Le Monde, 11 février 1994, p. 1 et 6.

118 Marc Ferro en ouverture de l’émission Histoire parallèle, diffusée le 22 février 1997 sur Arte. Ce jour-là, Histoire parallèle présente les actualités italiennes et américaines de la semaine du 22 février 1947.

119 Jacqueline Authier-Revuz (1992 a, t. II, partie IV, chap. 2, « Parler du passé avec les mots de maintenant », p. 348-354).

120 Jean-Pierre Dufreigne, « Ivanhoe est-il de gauche ? », L’Express, 5 octobre 1995, p. 117.

121 Comme c’était le cas dans la subdivision précédente, nous ne tenons pas compte ici des dictionnaires de langue, dont certains se donnent pour mission de fournir des datations d’attestation. Ce qui nous intéresse ici, c’est que des commentateurs du conflit yougoslave (ou d’autres événements historiques) intègrent la description de la formule « purification ethnique » – ici dans sa dimension événementielle – à la description de la guerre.

122 Serge Cordellier et Charlotte Ruffault (dir.), L’État du monde Cadet, Paris, Syros / La Découverte, 1993, 117 p., p. 103.

123 Texte de Robert Solé pour l’année 1992, « 1992. Les désaccords de Maastricht », dans l’album Le Monde, 1944-1994, Paris, Le Monde Éditions, 1994, 191 p., p. 108-109.

124 Les énoncés situent l’apparition de la formule : dans 5 cas en 1992 (sans autre précision), dans 3 cas de façon imprécise dans le temps de la guerre, dans 3 cas en juillet 1992, dans 1 cas à l’été 1992 et dans 1 cas en août 1992.

125 Michel Roux, « À propos de la “purification ethnique” en Bosnie-Herzégovine », Hérodote. Revue de géographie et de géopolitique, Paris, La Découverte, n° 67, octobre-décembre 1992, p. 49-60, p. 49.

126 Marie-Laure Le Foulon, critique du documentaire télévisé de Hubert Dubois, « Les frontières de la haine », Télérama, 25 mai 1994, p. 127.

127 Reinhart Koselleck ([1979] 1990).

128 Ainsi que l’écrit par exemple Mark Fishman (1980, p. 54, souligné par Fishman) : « Because an event is an interpreted phenomenon, something organized in thought, talk, and action, it can only be an event for somebody. »

129 Voir Alice Krieg (2000 c, p. 426-427). VP = variante prototypique. Exemples de membre nominal de structure « N + de + (article) + VP » : « politique de nettoyage ethnique », « victimes de la purification ethnique », « pratiques d’épuration ethnique ».

130 « Que l’on préconise l’“épuration ethnique”, comme le psychiatre Radovan Karadzic, président de la “république serbe”, ou, plus élégamment, la “cantonisation”, le résultat ne varie guère : un dépeçage, non-sens absolu dans cet État patchwork [la Bosnie]. » Vincent Hugeux, « Sarajevo : voyage au bout de l’espoir », L’Express, 16 juillet 1992, p. 26-28.

131 Nous ne tenons pas compte des énoncés dans lesquels le caractère affreux de la formule s’exprime uniquement, et de façon non-univoque, par un adjectif qualifiant une variante opacifiée par de simples guillemets de modalisation autonymique, tel que dans : « Or ce sont des dizaines de milliers de soldats qu’il faut pour imposer la paix en Bosnie, arrêter l’ignoble “purification ethnique”. » (Tribune de Michel Rocard, « Donnons-nous les moyens », Le Monde, 25 décembre 1992, p. 1 et 4).

132 Article non signé, « Les quatre conditions d’un règlement négocié », Le Quotidien de Paris, 26 août 1992, p. 11-12. D’après nos investigations, cet article s’inspire étroitement d’une dépêche de l’AFP en date du 25 août (dépêche de MRV / JM, « Quatre principes fondamentaux que doivent accepter toutes les parties au conflit », Londres). Mais la dépêche ne donne aucune information supplémentaire sur l’auteur du jugement d’horribilité, dont l’existence est suggérée par ce que nous interprétons comme un îlot textuel.

133 Présentateur du journal de 13 h, France Inter, 26 avril 1995.

134 Interview de Jacques Chirac par Thierry Desjardins et Jean-Philippe Moinet, « “Refuser d’intervenir, c’est se rendre complice” », Le Figaro, 14 août 1992, p. 1 et 5.

135 Interview en duplex de Jean-Marie Le Pen, en direct de l’université du Front national (La Baule), par Patrick Poivre d’Arvor. Journal télévisé de 20 h, TF1, 27 août 1992.

136 Voir la réponse de Jean-Marie Le Pen ici p. 380.

137 Nous ne tenons pas compte des énoncés dans lesquels le caractère producteur d’effets de la formule s’exprime uniquement, et de façon non-univoque, par un adjectif qualifiant une variante opacifiée par de simples guillemets de modalisation autonymique, tel que dans : « Dur d’imaginer que les Serbes accepteront, à l’issue de simples négociations, de rendre en plus les zones qu’ils ont mis des mois à conquérir au prix d’une scandaleuse “purification ethnique” […]. » (Jean-Michel Maire, « 3 voies pour une solution », France-Soir, 7 mai 1993, p. 8).

138 Propos de Steven Spielberg interviewé par Danièle Heymann et Henri Behar, « Un entretien avec Steven Spielberg », Le Monde, 22 février 1994, p. 2.

139 Lettre ouverte adressée au président de la République par un couple du Jura, publiée sous le titre « Lettre à faire suivre » dans Le Nouveau Politis, 27 août 1992, p. 2 (rubrique « Courrier des lecteurs »).

140 Les camps découverts en Bosnie, disait Jean Kahn, ne doivent pas être appelés « camps de concentration » car ils ne sont pas identiques aux camps nazis ; ceci n’empêche pas que « le juif a une vocation particulière à intervenir » dans le sort fait aux personnes détenues dans les camps découverts en Bosnie (voir ici p. 59). Compte tenu de cette position complexe à l’égard de l’expression « camp de concentration », il est difficile de savoir si, selon Jean Kahn, « purification ethnique » est insupportable parce qu’elle rappelle le vocabulaire nazi, ou si au contraire elle est insupportable bien que ne rappelant pas le vocabulaire nazi (la formule, dit-il, est « en soi » insupportable).

141 Interview de Jean Kahn par Didier François, « Jean Kahn : “Le droit d’ingérence doit être total” », Libération, 7 août 1992, p. 4. Jean Kahn déclare encore en septembre 1992 : « L’expression de “nettoyage ethnique” est pour nous [juifs] insupportable. » (Interview de Jean Kahn par Henri Tincq, « Un entretien avec M. Jean Kahn », Le Monde, 29 septembre 1992, p. 22). Puis en février 1993 : « Chaque fois qu’on entend parler de “purification ethnique” nous, juifs, sommes encore plus concernés que d’autres. » (Cité dans l’article d’Annette Lévy-Willard, « Israël, terre promise pour les Musulmans bosniaques », Libération, 17 février 1993, p. 20).

142 Daniel Lindenberg, « Les intellectuels français, les médias et l’ex-Yougoslavie », Esprit, Paris, n° 185, octobre 1992, p. 142-144, p. 142.

143 Béatrice Toulon, « Les “malgré-nous” », La Croix, 15-16 août 1992, p. 3. Cité ici p. 314.

144 Claire Tréan, « Roland Dumas ou la démonstration par l’Europe », Le Monde, 19 mars 1993, supplément 1988-1993 / Regards sur la législature, p. 2.

145 Texte non signé, « Droits des peuples ou droits des États ? L’hypocrisie des dirigeants du monde impérialiste », dans Exposés du Cercle Léon Trotsky, n° 52, 2 octobre 1992, « Les puissances impérialistes et la situation dans l’ex-Yougoslavie », supplément au n° 1268 de Lutte Ouvrière, 55 p., p. 34-35.

146 Voir nos remarques ici p. 17.

147 Nous pensons par exemple aux termes « mondialisation » et « globalisation », dont on peut faire l’hypothèse qu’ils constituent une même formule, et qui en tout état de cause sont l’objet de commentaires les associant ou, au contraire, les dissociant.

148 Sylvaine Frézel, La Yougoslavie ; agonie d’un État, Toulouse, Éditions Milan, coll. « Les Essentiels », 1996, 63 p., p. 58.

149 Véronique Soulé, « Glossaire de la crise yougoslave », Libération, 27 août 1992, p. 24-25.

150 Voir en particulier Jacqueline Authier-Revuz (1987, p. 83-89).

151 Yves Heller, « Sauvetage ou épuration ? », Le Monde, 7 avril 1993, p. 1 et 4.

152 Encadré non signé, « Les mots pour comprendre les discussions sur la Bosnie », Mon Quotidien, 9 novembre 1995, p. 2.

153 François Fejtö, « Les sources idéologiques du “nettoyage ethnique” », Le Monde, 9 avril 1993, p. 2.

154 Selon la formulation de Francine Mazière dans son analyse du pronom « on » tel qu’employé dans les dictionnaires (« On dit… pour dire », « On dit… en physique », « On dit… en parlant de », « On dit que… »…). Voir André Collinot et Francine Mazière (1997, p. 195-208, « On. Restrictions discursives et interprétation »).

155 Jean-Claude Raspiengeas, « L’image de trop », Télérama, 2 mars 1994, p. 60-64.

156 Dépêche AFP signée AFP/HC, émise le 14 août 1992 à Paris, intitulée « “Épuration”, “purification” ou “nettoyage” ethnique ».

157 Florence Hartmann, « La genèse du “nettoyage ethnique” », Le Monde, 3031 août 1992, p. 1 et 3.

158 Jean-Claude Lefort, « Choses vues et entendues », L’Humanité, 8 septembre 1992, p. 25.

159 On ne confondra pas cet énoncé de Florence Hartmann avec d’autres, analysés par ailleurs, qui font d’une des variantes de la formule une traduction d’un terme serbo-croate, mais qui ne soulèvent nullement la question de la pluralité des expressions disponibles en langue française pour traduire ce terme.

160 Critère qui s’exprime à l’exclusion de tout autre dans cette déclaration de Nicolas Petrovitch Njegosh : « Le nettoyage ethnique – je préfère ce mot à purification – est une tentation, une drogue, qu’il faut arrêter tout de suite, car on ne sait jusqu’où elle peut nous mener. » Interview de Nicolas Petrovitch Njegosh sous le titre « Nicolas Petrovitch Njegosh », Macadam Journal [journal de rue mensuel, Aubervilliers], n° 10, mars 1994, p. 4-5.

161 Jean-François Deniau, « Le silence et la honte », postface au livre de Claire BOULANGER, Bernard Jacquemart et Philippe Granjon, L’Enfer yougoslave. Les victimes de la guerre témoignent, Paris, Belfond, 1994, 375 p., p. 364.

162 Michel Roux, « La “purification ethnique”, théorie et pratique », L’État du monde 1994. Annuaire économique et géopolitique mondial, Paris, La Découverte, 1993, 626 p., p. 36-38, p. 36.

163 Terme que Bakhtine (ou plutôt ses traducteurs) utilise à plusieurs reprises, mais sans trait d’union, et à sa suite Jacqueline Authier.

164 Comme le souligne Jacqueline Authier (1995, p. 168-172 et p. 249-255), il convient de distinguer, à l’intérieur du « principe dialogique » bakhtinien (Tzvetan Todorov, 1981), d’une part, le « dialogisme interlocutif » (condition du discours en tant qu’il est en rapport avec cet autre discours particulier qu’est celui de l’interlocuteur) et, d’autre part, le « dialogisme interdiscursif » (condition du discours en tant qu’il est en rapport avec l’interdiscours, ensemble des discours produits « avant, ailleurs, indépendamment »). Sur la lecture de Bakhtine par Jacqueline Authier, voir aussi Jacqueline Authier-Revuz (1982).

165 Robert Toulon, éditorial non titré (titre de Une : « L’extermination en marche »), Le Quotidien de Paris, 4 août 1992, p. 1.

166 La phrase de Michel Roux visée ici par Kosta Christitch est la suivante : « En réalité, la nation et l’État serbes ont leur propre tradition en matière de théorie et de pratique du nettoyage ethnique. » (Michel Roux, « À propos de la “purification ethnique” en Bosnie-Herzégovine », Hérodote. Revue de géographie et de géopolitique, Paris, La Découverte, n° 67, octobre-décembre 1992, p. 49-60, p. 52).

167 Kosta Christitch, « Réponse à Michel Roux », Hérodote. Revue de géographie et de géopolitique, Paris, La Découverte, n° 68, janvier-mars 1993, p. 185187, p. 186.

168 Voir « Une formule perçue comme inscrite dans une temporalité », p. 313-318.

169 Nous excluons ici le long passage que Véronique Soulé consacre à la formule dans son « Glossaire de la crise yougoslave » (Libération, 27 août 1992, p. 24-25), à l’entrée « Purification ethnique (ou nettoyage ethnique) », et qui est tout autant un commentaire sur la chose qu’une définition, qu’elle soit « de mot » ou « de chose ». Cet article comporte en revanche des emplois opaques ou opacifiés de la formule, que nous analysons par ailleurs dans les registres concernés.

170 Plus précisément, dans les dictionnaires encyclopédiques ou de langue, la formule est en mention à l’intérieur d’un article ayant pour entrée soit le mot « purification » (Le Petit Larousse et Dictionnaire Hachette encyclopédique illustré), soit le mot « ethnique » (Le Nouveau Petit Robert).

171 À partir de l’édition 1993, qui est la première édition du Nouveau Petit Robert faisant suite au Petit Robert tout court.

172 À partir des éditions 1993. Le Petit Larousse illustré, Le Petit Larousse compact et Le Petit Larousse grand format proposent textuellement le même article.

173 Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Théry, Les Mots de la géographie ; dictionnaire critique, Montpellier / Paris, Éditions Reclus / La Documentation française, coll. « Dynamiques du territoire », 1993 (3e édition revue et corrigée), 518 p., p. 408.

174 Serge Bernstein et Pierre Milza (dir.), avec la collaboration de Gisèle Bernstein, Yves Gautier et Jean Guiffan, Histoire, terminale, Paris, Hatier, 1993, 384 p., p. 330. Ce glossaire fait partie d’une Fiche-Bac qui clôt le chapitre « Sorties du socialisme : un monde en mutation ». La Fiche-Bac est divisée en trois parties : « Mots », « Idées », « Dates ». L’article « purification ethnique » prend place dans la partie « Mots ».

175 À partir de l’édition 1994.

176 Paul Garde, Les Balkans, Paris, Flammarion, coll. « Dominos », 1994, 127 p., p. 116.

177 Encadré non signé, « Les mots pour comprendre les discussions sur la Bosnie », Mon Quotidien, 9 novembre 1995, p. 2.

178 Les Clés de l’actualité, 21 mars 1996, dossier spécial « Combattre le racisme », p. I-V (« Lexique » en page II).

179 Sylvaine Frézel, op. cit., p. 58.

180 Nous nous référons ici à la distinction « définition métalinguistique » / « définition paraphrastique » proposée par Robert Martin (1990), (1992, p. 59-64) et (1993, p. 151-159), qui oppose ainsi les définitions portant sur le signe (« être : verbe marquant l’idée d’existence ») et les définitions de contenu du signe (« aguicher : exciter par diverses agaceries et manières provocantes »).

181 Selon la rédaction du Nouveau Petit Robert consultée par nos soins en février 1995, le rédacteur de l’article « nettoyage, purification ethnique » n’avait aucunement l’intention de proposer une formulation ambigüe, et voulait renvoyer univoquement à la première signification analysée (expression ou contenu de discours utilisés et revendiqués par le gouvernement serbe).

182 Lettre Larousse du 16 mai 1995.

183 Plusieurs journaux se sont fait l’écho du procès. Voir en particulier Sandrine Briclot, « Belgrade à l’assaut d’un manuel scolaire », Le Quotidien de Paris, 17 février 1994, p. 7 ; L. M., « Le lobby serbe se défend à Paris », Libération, 17 février 1994, p. 16. Sur ce procès, voir aussi le point de vue de Vladimir Vukadinovic, Le Mur de Sarajevo. Les Serbes face à la justice française, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Objections », 1995, 172 p. (chapitre IV, « La propagande au lycée », p. 121-157).

184 Voir ici p. 105-111, « Le Mémorandum ».

185 Les articles emploient « population(s) », « peuple », « minorité », « groupes ethniques », ou encore « ethnie ». Peut-être Mon Quotidien, qui est destiné aux 10-15 ans, a-t-il jugé que « race » était un terme plus facile à comprendre que d’autres pour un jeune public. C’est en tout cas une hypothèse que nous proposons.

186 Sur « signifier » / « désigner » voir les propositions de Josette Rey-Debove (1969) et (1978, p. 180-195). Voir les critiques apportées par Catherine Fuchs (1982, p. 102-113), qui nuance l’opposition posée par Josette Rey en montrant comment « signifier » et « désigner » peuvent en réalité servir aux mêmes types de prédication. Voir aussi Martin Riegel (1987, p. 37-44), qui voit en « signifier » et en « désigner » deux verbes aptes à former des énoncés définitoires explicitement métalinguistiques (« d’interprétation » pour le premier verbe, « de désignation » pour le second).

187 Par exemple quand « vouloir dire » n’est pas utilisé pour assigner un sens à la formule mais pour dénoncer la faculté de celle-ci à masquer le réel. Voir un exemple de cet emploi ici p. 392.

188 Troisième rapport de Tadeusz Mazowiecki, 17 novembre 1992, repris dans Le Livre noir de l’ex-Yougoslavie. Purification ethnique et crimes de guerre, documents rassemblés par Le Nouvel Observateur et Reporters sans frontières, Paris, Arléa, 1993, 485 p., p. 334.

189 Safet Kryemadhi, « Yougoslavie : raisons d’États et ruine des populations », Espace de Libertés. Magazine du Centre d’Action Laïque (Bruxelles), n° 208, février 1993, p. 14-15.

190 Michel Roux, « La “purification ethnique”, théorie et pratique », L’État du monde 1994. Annuaire économique et géopolitique mondial, Paris, La Découverte, 1993, 626 p., p. 36-38.

191 Xavier Bougarel, Bosnie, anatomie d’un conflit, Paris, La Découverte, coll. « Les dossiers de l’état du monde », 1996, 174 p., p. 13.

192 Jean-Jacques Mevel, « Voyage en Bosnie “purifiée” », Le Figaro, 15 novembre 1992, p. 2.

193 Brève non signée, « Un appel du cardinal Decourtray », La Croix, 19 janvier 1993, p. 4.

194 Bernard Féron, « La guerre en Bosnie », Dossiers et documents, Paris, Éditions Le Monde, mars 1994, p. IV.

195 Pierre Hassner, « L’émigration, problème révolutionnaire », Esprit, Paris, n° 183, juillet 1992, p. 96-100.

196 Yves Heller, « Sauvetage ou épuration ? », Le Monde, 7 avril 1993, p. 1 et 4.

197 Article non signé, « La Croix-Rouge dénonce l’horreur », Le Quotidien de Paris, 14 août 1992, p. 10.

198 « Vos questions sur la Bosnie », Okapi, Dossier Actualité, 1er juin 1994, p. 6-7 [supplément au n° 541 d’Okapi, Bayard Presse, Paris] dossier de 16 pages réalisé par Pascal Petit, « La guerre en Bosnie : pourquoi ? ».

199 Rony Brauman interviewé par Franck Nouchi, « Un entretien avec Rony Brauman », Le Monde, 24 novembre 1992, p. 2.

200 Sont donc exclues de l’analyse les relatives interprétées comme déterminatives. La ponctuation, ici, joue un rôle important mais n’est pas le critère de l’interprétation. Ainsi, malgré l’absence de virgules, nous avons envisagé comme une relative appositive : « En observant la montée du nationalisme, du racisme, des pogroms xénophobes, des profanations de cimetières, de la “purification ethnique” qui consiste à déplacer d’un pays toutes les populations autres que l’ethnie la plus forte, nous avons le sentiment que le passé redevient le présent. » (tribune de Samuel PISAR, « Racisme : il faut rester vigilant », Les Clés de l’actualité, 19 novembre 1992, p. 6). Par ailleurs, ne sont retenues que les relatives appositives exprimant une relation paraphrastique. Sont donc exclues, par exemple, les relatives exprimant une caractérisation par comparaison, telle que dans : « S’il n’y a pas cette justice, la question de l’épuration ethnique, qui est aussi hideuse que l’extermination des juifs, des tziganes et des homosexuels au cours de la Seconde guerre mondiale, restera impunie et ce sera extrêmement grave. » (Propos de Véronique Nahoum-Grappe interviewée par François Bellec, « L’impunité des barbares », Témoignage chrétien, 15 mai 1993, p. 11-12).

201 À la suite de différents auteurs, soulignons que les expressions « c’est-à-dire » et « autrement dit » n’ont pas univoquement pour fonction de reformuler un sens en langue (mais aussi de caractériser un terme comme inadéquat, de préciser le référent d’un déictique…). Les termes reliés par « c’est-à-dire » ne sont pas nécessairement des synonymes en langue mais des équivalents dans le contexte d’énonciation et pour les besoins du moment, comme le rappelle l’indication théâtrale de Jarry mise en exérgue de leur article par Michel Murat et Bernard Cartier-Bresson (1987) : « La scène est en Pologne, c’est-à-dire nulle part. ». Voir également Jacqueline Authier-Revuz (1992 a, t. I, partie II, chap. 3, « Frontières de la modalités autonymique dans les structures de reformulation », p. 200-220).

202 Article non signé, « L’ONU sur la pointe des pieds », Le Quotidien de Paris, 15-16 août 1992, p. 10.

203 Nikola Kovac, Bosnie : le prix de la paix, Paris, Éditions Michalon, coll. « Idées et Controverses », 1995, 170 p., p. 75.

204 Michel Muller, « Horreurs de la guerre civile », L’Humanité, 7 août 1992, p. 2.

205 Véronique Soulé, « Dix mille personnes déplacées par jour », Libération, 29 juillet 1992, p. 4.

206 Béatrice Toulon, « La diplomatie impossible », La Croix, 27 juin 1992, p. 8.

207 Article non signé, « Dialogue l’arme au pied », Sud-Ouest, 20 juillet 1992, p. 2.

208 Observation de Michael Riffaterre (1953) rappelée par Jean-François Sablayrolles (1996, p. 18).

209 Pour éviter de parler d’« énoncés » pour renvoyer à des modes d’expression iconiques, nous employons parfois dans ce passage le terme d’« unité » pour désigner indifféremment un dessin de presse ou une production exclusivement verbale.

210 Où la préposition « de », particulièrement ambiguë dans ce contexte, doit être interprétée univoquement comme une préposition qui introduit l’élément à séparer.

211 Pour plus de détails, voir Alice Krieg (2000 c, p. 456-464, « Un cas d’ambiguïté prédicative »).

212 Dessin de Tim, L’Événement du jeudi, 6 août 1992, p. 5.

213 Dessin de Pancho, Le Monde, 4 novembre 1992, p. 4 (voir illustration n° 13) et Le Monde, 14 juillet 1995, p. 1 (voir illustration n° 30).

214 Dessin de Willem, Charlie Hebdo, 15 septembre 1993, p. 13 (voir illustration n° 25).

215 Outre le dessin reproduit ici, voir en annexe le dessin de Willem, Charlie Hebdo, 10 août 1994, p. 13 (illustration n° 28).

216 Les deux autres unités sont des énoncés verbaux. Ainsi de cette phrase de Bernard Thomas, dans laquelle joue de surcroît le thème de la propreté : « La neige aidant, les Serbes auraient en effet si bien purifié ethniquement la zone que tout y est propre et blanc comme un linceul. » (Bernard Thomas, « La Yougoslavie ? Aux armes, citoyens : pour la détruire ! », Le Canard enchaîné, 10 mars 1993, p. 5).

217 Dessin de Willem, Charlie Hebdo, 10 novembre 1992, p. 6-7.

218 Noël Bouttier, « Sarajevo : l’agonie quotidienne », Témoignage chrétien, 17 juillet 1993, p. 10. On comparera cet énoncé avec cet extrait d’un article paru dans Rivarol : « Car L’Événement – l’Excrément ? – du jeudi peut bien titrer en toute confraternité sur “les infamies de Max Clos”, coupable d’avoir rappelé dans Le Figaro le passé du PCF, […]. » (Camille-Marie Galic, « Le confusionnisme contre la Mémoire », Rivarol, 3 avril 1998, p. 3).

219 Jacques Merlino, Les Vérités yougoslaves ne sont pas toutes bonnes à dire, Paris, Albin Michel, 1993, 265 p., p. 57.

220 Yves Lacoste, « La question serbe et la question allemande », Hérodote. Revue de géographie et de géopolitique, Paris, La Découverte, n° 67, octobre-décembre 1992, p. 3-47, p. 5.

221 Voir « Une expression que tout le monde utilise », p. 311 et « Une dénomination partagée dans le “on” de la communauté de parole », p. 312-313.

222 Voir en particulier Mikhaïl Bakhtine [1975] 1978, « Du discours romanesque », p. 83-233.

223 L’extérieur discursif « Révolution française » n’est convoqué qu’une seule fois, ce qui explique que nous ne lui consacrions pas de développement spécifique. L’énoncé concerné montre combien le renvoi à un extérieur discursif peut être symptomatique de la position politique du commentateur. Il est le fait d’un lecteur du Figaro : « Nous condamnons à juste titre l’épuration ethnique à laquelle se livrent les Serbes, or ce terme est la contre-partie exacte du “sang impur” de notre Marseillaise. Depuis Lénine, les totalitarismes ont toujours trouvé leur inspiration dans notre phraséologie révolutionnaire. Il serait temps de nous en apercevoir et de nous corriger. » (Lettre d’un lecteur de Paris titrée « Bosnie », Le Figaro, 22 janvier 1993, p. 2, rubrique « Courrier des lecteurs »).

224 Contrairement aux formes canoniques de l’îlot textuel, la suite « au nom de + article + VP » est discriminante dans notre corpus (notamment, elle n’est jamais associée à un extérieur discursif du type « communauté internationale »). C’est pourquoi nous la retenons alors que nous avons laissé de côté les autres énoncés ayant recours à l’îlot textuel.

225 Texte d’appel de Une sous le titre principal « L’exode au cœur de l’Europe », Libération, 29 juillet 1992, p. 1.

226 Procès-verbal de la 3 106e séance du Conseil de sécurité de l’ONU, tenue au siège de New York le jeudi 13 août 1992. Nations unies, Conseil de sécurité, Document S/PV.3106, version en langue française, 52 p., p. 22.

227 Éditorial de François-Régis Hutin, « Un combat pour la paix », Ouest-France, 23-24 avril 1994, p. 1.

228 « Les preuves étalées d’atrocités sur fond de “nettoyage ethnique” soumettent les États occidentaux à une pression croissante en faveur de l’intervention musclée pour stopper la tragédie en Bosnie. » Marc Kravetz, « Intervenir », Libération, 7 août 1992, p. 3.

229 Tadeusz Mazowiecki interviewé par Élisabeth Kulakowska, « Des réfugiés de l’ex-Yougoslavie “en danger de mort” », Le Monde, 28 octobre 1992, p. 1 et 4.

230 Éditorial de Charles Lambroschini, « Une excuse qui a trop servi », Le Figaro, 4 août 1992, p. 1.

231 Éditorial de Gilles Dauxerre, « Cauchemar », L’Yonne Républicaine, 6 août 1992, p. 1.

232 Patrick de Saint-Exupéry, « “Moi, Borislav, soldat serbe et assassin” », Le Figaro, 15 décembre 1992, p. 28.

233 Lettre d’Alain Guédon (président du Collectif de Paris contre la purification ethnique) titrée « Ethnie, quand tu nous tiens ! », Libération, 5 décembre 1994, p. 8 (rubrique « Rebonds »).

234 Editorial de François-Régis Hutin, « Exode en Europe », Ouest-France, 31 juillet 1992, p. 1.

235 Marie-Claude Dubin, « Quand Kouchner ouvre les prisons », France-Soir, 18 janvier 1993, p. 7.

236 Alain Sanders, « Dédié à cette journaliste du “Monde” tendant à exonérer les Serbes de leur délire de “nettoyage ethnique” », Présent, 31 août-1er septembre 1992, p. 4.

237 Sur la formule comme « terme de relation » voir p. 302-305.

238 Maryse Berdah, « Nettoyage ethnique, mal planétaire », Libération, 31 mai 1994, p. 40.

239 Ainsi quand Sud-Ouest évoque les « premières décisions de nettoyage ethnique du Conseil d’État serbe en 1807 » (Sud-Ouest, 17 avril 1993, p. 2).

240 Par exemple : « Les armées de Milosevic renouent avec la longue tradition idéologique serbe de “nettoyage ethnique”, réaffirmée et mise en pratique pendant la Seconde Guerre mondiale par le général Nedic, le général Mihailovic et ses Tchetniks. » (Annie le Brun, Les Assassins et leurs miroirs, Paris, Jean-Jacques Pauvert au Terrain Vague, 1993, 92 p., p. 28).

241 Michel de Carné, « Nettoyage ethnique : vieille idée serbe », Ouest-France, 23 avril 1993, p. 2. Remarque : rappelons que l’écrivain serbe Vuk Stefanovic Karadzic, né en 1787, n’a pas écrit en 1807 mais dans les années 1860 (relatant dans ses écrits des événements de 1807). Voir nos remarques p. 131-132.

242 Article non signé, « Le nettoyage ethnique », Ouest-France, 5 mai 1993, pagination variable selon les éditions locales.

243 Voir p. 125.

244 Florence Hartmann, « La genèse du “nettoyage ethnique” », Le Monde, 3031 août 1992, p. 1 et 3.

245 Mirko Grmek, Marc Gjidara et Neven Simac (textes rassemblés, traduits et commentés par), Le Nettoyage ethnique. Documents historiques sur une idéologie serbe, Paris, Fayard, 1993, 340 p. Sur ce livre, voir ici p. 122-132.

246 Pierre-Marie Gallois, Le Sang du pétrole. Bosnie. Essai de géopolitique, Lausanne, L’Âge d’homme, 1996, 429 p., p. 49. On confrontera avec intérêt ce passage du livre de Pierre-Marie Gallois avec la déclaration de Franjo Tudjman auquel il renvoie : « Il est impensable, après l’éclatement de la Yougoslavie, que la Bosnie-Herzégovine, où les différences sont encore plus marquées et où cohabitent trois civilisations (les orthodoxes serbes, les catholiques croates et les Musulmans, ndlr), puisse survivre comme un État unitaire. Sa seule chance, c’est la “confédéralisation”. Pour moi, il ne devrait pas s’agir d’États ethniquement purs, mais les Serbes y ont pratiqué un “nettoyage ethnique” et les Musulmans font maintenant la même chose contre les Croates. » (Franjo Tudjman interviewé par Véronique Soulé, « Tudjman ne croit plus qu’à la “confédération” », Libération, 22 juillet 1993, p. 13).

247 Christophe Urbanowicz, « Au nom de la “purification ethnique” », Le Quotidien de Paris, 4 août 1992, p. 8. Sur le mot d’ordre auquel fait allusion Christophe Urbanowicz voir plus haut, p. 160-161.

248 D. Tajozi, « Une question de sources et d’interprétation », Dialogue (Guernes, Yvelines), n° 5, mars 1993, p. 39-57, p. 50.

249 Dépêche AFP signée AFP/HC, émise le 14 août 1992 à Paris, intitulée « “Épuration”, “purification” ou “nettoyage” ethnique ».

250 Annie Lacroix-Riz, « Chronique historique de la Yougoslavie », L’Humanité, 16 février 1994, p. 9.

251 Campagne de Médecins du monde lancée en janvier 1993. Voir aussi ici p. 38 ainsi que les illustrations n° 14 et n° 16.

252 Propos d’Alain Juppé recueillis par Jacques Julliard, « Quand Alain Juppé juge la France en Bosnie… », Le Nouvel Observateur, 19 mai 1994, p. 64.

253 Daniel Lindenberg, « Les intellectuels français, les médias et l’ex-Yougoslavie », Esprit, Paris, n° 185, octobre 1992, p. 142-144, p. 143.

254 Mikhaïl Bakhtine ([1975] 1978, p. 115).

255 Dessin de Plantu, Le Monde, 29 août 1992, p. 1 (voir ici l’illustration n° 1).

256 Dans ce qu’Alain Finkielkraut présente comme un communiqué conjoint du général Eisenhower et du maréchal Montgomery, on peut lire : « S’agissant enfin des prétendus camps de purification ethnique, il convient de se ranger à l’avis de la Croix Rouge Internationale qui considère qu’il n’y a pas lieu de les assimiler, pour l’instant, à des camps d’extermination. » Sur ce document, voir ici p. 140-141.

257 Ce slogan accompagne une mise en regard de deux photos, l’une de Slobodan Milosevic, l’autre de Hitler. On trouvera un spécimen de cette publicité, qui a été diffusée par affichage et voie de presse, en annexe, illustration n° 15.

258 Tribune de Jean Kahn, « Le prix de l’amnésie », Le Monde, 19 mai 1994, p. 2.

259 Lettre d’une lectrice de Paris publiée sous le titre commun à plusieurs lettres « Bosnie-Herzégovine », La Croix, 25 août 1992, p. 19 (rubrique « Courrier »). L’article de Richard Cohen dont la lectrice dit s’inspirer permet de savoir que « on » réfère aux médias et aux journalistes et non pas par exemple à un « on » du discours courant : « Journalists describe what the Serbs call “ethnic purification”, a term out of the lexicon of Nazism. » (Richard Cohen, « We Did Know – but We Didn’t Care », International Herald Tribune, 3 juillet 1992, p. 6).

260 Texte non signé, « La “purification ethnique” : aboutissement de la logique nationaliste », Exposés du Cercle Léon Trotsky, n° 52, 2 octobre 1992, « Les puissances impérialistes et la situation dans l’ex-Yougoslavie », supplément au n° 1268 de Lutte Ouvrière, 55 p., p. 28.

261 Yves Lacoste, « La question serbe et la question allemande », Hérodote. Revue de géographie et de géopolitique, Paris, La Découverte, n° 67, octobre-décembre 1992, p. 3-47, p. 6.

262 Lettre d’un lecteur de Paris titrée « Les Serbes coupables », Le Nouvel Observateur, 3 septembre 1992, p. 34.

263 Voir notamment Jacqueline Authier-Revuz (1982, p. 91-151).

264 Après de coûteuses investigations que nous n’avons pas la place ici d’exposer en détail, il nous apparaît que les expressions « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique » sont, d’un point de vue strictement formel, des associations néologiques en langue française… à un hapax près. Ce hapax est, si l’on peut dire, un « hapax double ». Nous avons trouvé l’expression « épuration ethnique » dans un article d’Armand Bernardini paru dans L’Ethnie française de juillet 1941 (Armand Bernardini y préconise « l’épuration ethnique de la France »). Cette association néologique nous apparaît comme le résultat accidentel de la conjonction d’un discours qui réclame à cette époque « l’épuration » (de l’enseignement, du milieu cinématographique, des mairies…) et du discours racialiste de L’Ethnie française de George Montandon, qui fait la promotion des dérivés de « ethnie » (relativement à « race », terme privilégié dans les discours de l’époque). La seconde et dernière occurrence rencontrée figure dans Au Pilori du 28 août 1941, dans un article de Jacques Ploncard consacré à un commentaire de l’article d’Armand Bernardini (« Ainsi, le dépistage des noms d’emprunt – travail facile avec l’Officiel – permettrait d’assurer l’épuration ethnique de la France. ») Cette formulation presque fortuite disparaît ensuite pour ne réapparaître qu’en 1992, à propos de l’espace yougoslave.

265 Daniel Lindenberg, « Les intellectuels français, les médias et l’ex-Yougoslavie », Esprit, Paris, n° 185, octobre 1992, p. 142-144, p. 142.

266 Voir l’énoncé cité p. 311.

267 Voir l’énoncé cité p. 328.

268 Alexandre Boussageon, « Purification ethnique : une théorie insoutenable devenue cliché journalistique », L’Événement du jeudi, 4 mars 1993, p. 125.

269 Voir p. 318.

270 Par exemple : « Révolté par la purification ethnique dont il entendait parler à la télévision, […] Marc […] s’est engagé comme Casque bleu dans les forces de l’ONU en Bosnie. » (Agnès Rotivel, « S’engager. Jusqu’où ? », La Croix, 17 février 1994, p. 2).

271 Kosta Christitch, Les Faux frères. Mirages et réalités yougoslaves, Paris, Flammarion, 1996, 295 p., p. 294.

272 « Le terme même de purification ethnique a été choisi en raison de son pouvoir d’évocation en rapport avec les horreurs commises durant la Seconde Guerre mondiale et il a été appliqué à une situation complètement différente. » Vladimir Dimitrijevic interviewé par Yves Cornu et Olivier Weber, « “Purification ethnique” Polémique à l’affiche », Le Point, 9 janvier 1993, p. 36-37.

273 Avocats Jean-Marc Varaut et Bernard Prévost, exposé des motifs de l’assignation en référé dans la procédure judiciaire engagée par la Communauté panserbe de France et le Conseil national serbe de France à l’encontre de Médecins du monde pour leur campagne d’opinion lancée en janvier 1993. Cités par Vladimir Vukadinovic, Le Mur de Sarajevo. Les Serbes face à la justice française, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Objections », 1995, 172 p., p. 59.

274 Vladimir Vukadinovic, Le Mur de Sarajevo…, op. cit., p. 24.

275 Oliver Potezica, Le Syndrome de la « purification ethnique ». Compte rendu critique de l’ouvrage Seasons in Hell de Ed Vulliamy, brochure de 18 pages en français diffusée par le ministère de l’Information de la République de Serbie, s. d. [mais antérieure à juin 1995], p. 4.

276 Jean-Marie Le Pen interviewé en duplex par Patrick Poivre d’Arvor, en direct de l’université du Front national (La Baule). Journal télévisé de 20 h, TF1, 27 août 1992. Le signe « / » représente une courte pause d’auto-interruption.

277 Selon les propositions de Marc Angenot (1982). Sur le discours des nationalistes serbes en tant qu’il relève de la parole pamphlétaire, voir ici p. 211-213.

278 La réfutation par dénégation s’exprime dans la structure « ce n’est pas Y que P (et / mais c’est X que P) », tandis que la réfutation par retournement s’exprime dans la structure « c’est X que P (et / mais ce n’est pas Y que P) ». Sur la réfutation par dénégation voir en particulier Jean-Jacques Courtine (1981).

279 Par exemple : « S’exprimant au nom des Serbes de Bosnie-Herzégovine, M. Micha Milosevic a affirmé, vendredi, que : “1) Sur le territoire serbe de Bosnie-Herzégovine, il n’existe aucun camp de concentration ; 2) Aucun camp caché n’a été créé ; 3) Le gouvernement serbe de Bosnie-Herzégovine n’a jamais procédé à des opérations d’épuration ethnique sur son territoire ; 4) À aucun moment, le gouvernement serbe de Bosnie-Herzégovine n’a refusé le contrôle international des camps de prisonniers sur son territoire.”  » (Isabelle Vichniac, « L’ONU confie à M. Mazowiecki une mission d’enquête sur les violations des droits de l’homme », Le Monde, 16-17 août 1992, p. 4).

280 Denis Stoyanne, Petit glossaire de la guerre civile yougoslave, numéro double spécial de Raison Garder, Revue de l’Institut Serbe de Lausanne, Nouvelle série, n° 5-6, printemps 1994, 55 p., p. 47.

281 Dobrica Cosic interviewé par Emmanuel Di Rosseti, « Le plaidoyer du grand écrivain serbe », Paris-Match, 4 mars 1993, p. 3-5.

282 Propos de Vladimir Dimitrijevic, « Pour les Serbes. Entretien avec Vladimir Dimitrijevic », Krisis, Paris, n° 13-14, avril 1993, p. 155-170, p. 163.

283 Dépêche AFP : « Les autorités serbes de Bosnie, qui sont les principales accusées dans cette condamnation, n’ont jamais revendiqué la paternité de ce terme et n’en font pas une doctrine officielle. Au contraire, le terme serbe de “etnicko ciscenje” (Etnitchko Tchichtchénié), s’il apparaît fréquemment dans la presse ou les discours des hommes politiques en Serbie, est toujours utilisé pour dénoncer la partie adverse, musulmane ou croate. Le terme, qui se traduit littéralement par “nettoyage ethnique” et qui est le même en croate qu’en serbe, est aussi celui utilisé par les Croates et Musulmans de Bosnie pour dénoncer les meurtres, regroupements dans des camps, expulsions ou saisies de biens, commis contre des membres de leurs communautés établies dans les zones serbes. » (Dépêche AFP signée AFP/HC, émise le 14 août 1992 à Paris, intitulée « “Épuration”, “purification” ou “nettoyage” ethnique »).

284 Florence Hartmann, « La genèse du “nettoyage ethnique” », Le Monde, 3031 août 1992, p. 1 et 3. « Cette notion » réfère au syntagme « purification ethnique » en emploi autonyme.

285 Véronique Soulé, « Glossaire de la crise yougoslave », Libération, 27 août 1992, p. 24-25.

286 Georges Kiejman interviewé par Renaud Girard, « “La France n’est ni aveugle ni indifférente” », Le Figaro, 7 août 1992, p. 3.

287 Tribune de Patrick Wajsman, « L’homme qui courait derrière l’histoire… », Le Figaro, 8 janvier 1993, p. 2.

288 Jacqueline Authier-Revuz (1992 a, t. II, partie IV, chap. 3, « La non-coïncidence entre les mots et les choses : rencontre et représentation dans l’énonciation », p. 459-730).

289 On trouve un seul commentaire de cette nature : « Le Parlement européen,[…] Condamne résolument toute politique d’“épuration ethnique”, d’“homogénéisation nationale”, de “purification démographique” – peu importe le terme –, car c’est là ouvrir la porte à un déchaînement intolérable de violence, d’injustice et de sauvagerie ; […]. » (Proposition de résolution déposée le 14 septembre 1992 au Parlement européen de Strasbourg au nom du groupe des Verts par les députés Langer, Roth, Aglietta et Isler-Béguin (Proposition de résolution sur la situation dans l’ancienne Yougoslavie). Parlement européen, documents de séance, document B3-1234/92 du 14 septembre 1992).

290 C’est ainsi que l’on peut interpréter l’énoncé de Jean-François Deniau cité ici p. 331.

291 Par exemple dans cet énoncé produit au printemps 1993 (période qui se caractérise, nous l’avons montré p. 72-78, par une montée en force dans l’espace public de l’expression de la honte), où la formulation néologique cristallise le sentiment de « honte » face à l’« impuissance » de la « communauté internationale » : « Si les mots avaient un sens, la “Force de protection des Nations unies” devrait être rebaptisée “Force d’observation de la purification ethnique”. » (Lettre de Rony Brauman titrée « Un général au balcon », Le Monde, 3 avril 1993, p. 2 ; rubrique « Au courrier du Monde »).

292 Éditorial de Bruno Chenu, « Bosnie : un accord à juger sur pièces », La Croix, 29 août 1992, p. 1.

293 Jacqueline Authier-Revuz (1992 a, t. II, partie IV, chap. 3, p. 572).

294 Laurent Bijard, « Au nom du “Mémorandum de 1986”… - Le ballet fou de la “purification” », Le Nouvel Observateur, 13 août 1992, p. 14.

295 Xavier Bougarel, Bosnie, anatomie d’un conflit, Paris, La Découverte, coll. « Les dossiers de l’état du monde », 1996, 174 p., p. 13. Les citations qui suivent proviennent du même passage.

296 Pierre Truche interviewé par Laurent Bijard, « “Comme pour les nazis après 1945…” », Le Nouvel Observateur, 18 mars 1993, p. 50.

297 Jacques Lesourne, « Du Koweit à la Yougoslavie », Le Monde, 25-26 avril 1993, p. 1 et 3.

298 Tribune de Jean-François Mattei, « Ex-Yougoslavie, Munich “bis repetita” », La Croix, 28 janvier 1993, p. 26.

299 Steven Spielberg interviewé par Marianne Ruuth, « Steven Spielberg : “Avec ce film, j’atteins la vérité” », Le Figaro, 22 février 1994, p. 30.

300 « Trop faible » par différence avec des mots jugés également inadéquats mais parce que « trop forts », « trop étroits » ou « trop généraux ». Voir sur ce point les propositions de Jacqueline Authier (1996 b, p. 29-30).

301 Éditorial de Jean-Claude Kiefer, « Le partage ethnique », Les Dernières nouvelles d’Alsace, 7 août 1995, p. 1.

302 Tribune de Pierre Lellouche, « Le prix du renoncement », Le Figaro, 31 août 1992, p. 2.

303 De notre point de vue, l’« euphémisme » n’est pas une catégorie du métalangage scientifique, mais relève d’un jugement subjectif (qui peut être plus ou moins partagé dans la communauté de parole) porté sur le rapport d’adéquation du signe au référent. Il n’est donc d’euphémisme que pour quelqu’un.

304 Voir Alice Krieg (2000 c), p. 441-442, « “Ethnie” comme euphémisme de “race” ».

305 Sur « purification », « nettoyage » et « épuration » comme substantifs évaluatifs axiologiques positifs, et plus généralement sur la sémantique de ces trois termes et de leur famille lexicale, voir Alice Krieg (2000 c), p. 415-436.

306 Selon la formulation d’Hannah Arendt ([1963] 1991, p. 144-145).

307 Outre « Endlösung » (solution finale), sont fréquemment cités à ce propos « Spezialleinrichtungen » (installations spéciales) pour désigner les chambres à gaz d’Auschwitz, « Sonderbehandlung » (traitement spécial) pour désigner l’extermination, ou encore « Judenfrei gemacht » ((zone) libérée de Juifs) pour désigner un état territorial supposant massacres et déportations.

308 Reportage de Philippe Flandrin, « Bosnie : la purification ethnique c’est ça », VSD, 7 janvier 1993, p. 56-57.

309 Philippe Douste-Blazy interviewé par Nathalie Bagdassarian, « “Lancer un ultimatum à Milosevic” », Sud-Ouest, 29 août 1992, p. 2.

310 Jean-Claude Raspiengeas, « L’image de trop », Télérama, 2 mars 1994, p. 60-64.

311 Voir également en annexe, illustration n° 14.

312 Plus généralement, et en dehors de tout emploi métadiscursif, deux principales catégories de locuteurs utilisent « génocide » en référence à la guerre yougoslave : les ex-Yougoslaves eux-mêmes (toutes nationalités et toutes opinions confondues, toujours pour désigner ce dont ils estiment être les victimes) et les défenseurs d’une Bosnie unitaire et pluriethnique (chez ceux-ci, l’emploi du terme se double d’un appel à l’action). L’extrême droite française se distingue par un emploi relativement important du terme « génocide ». Pour plus de détails sur l’emploi du mot « génocide » dans le conflit yougoslave, voir Alice Krieg (2000 c, p. 309-328).

313 Atelier « Analyse des concepts et du vocabulaire utilisés par les médias, les politiques, et par nous, à propos de la Bosnie et de la situation en ex-Yougoslavie », synthèse des débats rédigée en avril 1995, non signée, dans les Actes des Assises nationales des collectifs contre la purification ethnique, tenues à Montreuil les 19 et 20 novembre 1994. Brochure publiée en avril 1995 par le Comité Citoyens-citoyennes pour la Bosnie-Herzégovine, 84 p., p. 13-26, p. 26.

314 Laurent Bijard, « Le spectre des camps… », Le Nouvel Observateur, 6 août 1992, p. 40.

315 Avocats Jean-Marc Varaut et Bernard Prévost, exposé des motifs de l’assignation en référé dans la procédure judiciaire engagée par la Communauté panserbe de France et le Conseil national serbe de France à l’encontre de Médecins du monde pour leur campagne d’opinion lancée en janvier 1993. Cités par Vladimir Vukadinovic, Le Mur de Sarajevo, op. cit., p. 59.

316 Jean-Michel Demetz, « Hamlet contre Hamlet », L’Express, 24 février 1994, p. 89-99.

317 Jean-Pierre Langellier, « L’ONU, Gulliver empêtré », Le Monde, 7 janvier 1993, p. 23.

318 Bernard Kouchner, « Bosnie : les enseignements d’une faillite », Libération, 25 mai 1993, p. 5.

319 Dessin de Plantu, Le Monde, 13 août 1992, p. 1 (voir illustration n° 12).

320 Alain Sanders, « Bush et Mitterrand ont le temps d’attendre », Présent, 5 janvier 1993, p. 1 et 4.

321 Alain Sanders, « Emmanuel Daillet (DSF) : “Cachez ce génocide que je ne saurais voir !” », Présent, 9 avril 1993, p. 4.

322 Sur ce point, voir Alice Krieg (1999).

323 Sur le guillemetage partiel, voir « Les guillemets comme contours d’une formule formant bloc », Alice Krieg (2000 c, p. 485-486).

324 Kaiser Zaman dans le documentaire d’Hubert Dubois (en collaboration avec Geneviève de Montgolfier), Les Frontières de la haine, coproduction Capa / M6, 1994. Diffusé le 31 mai 1994 sur M6.

325 Atelier « Analyse des concepts et du vocabulaire utilisés par les médias, les politiques, et par nous, à propos de la Bosnie et de la situation en ex-Yougoslavie », contribution de Sylvie Dammekens et Olivier Perros intitulée « Analyse des concepts utilisés par les politiques et les médias », dans les Actes des Assises nationales des collectifs contre la purification ethnique, tenues à Montreuil les 19 et 20 novembre 1994. Brochure publiée en avril 1995 par le Comité Citoyens-citoyennes pour la Bosnie-Herzégovine, 84 p., p. 17-20, p. 18.

326 Lettre d’une lectrice de Vannes titrée « Assassinat ethnique », Le Nouvel Observateur, 23 septembre 1993, p. 43 (rubrique « La parole aux lecteurs »).

327 Alexandre Boussageon, « Purification ethnique : une théorie insoutenable devenue cliché journalistique », L’Événement du jeudi, 4 mars 1993, p. 125. Voir p. 377.

328 13 ne proposent pas de « bon mot » en échange du « mauvais », contre 2 qui font cette proposition (Véronique Nahoum-Grappe propose « génocide » ; Slobodan Despot propose « guerre de religion »).

329 Par exemple Michel Roux : « Elles [les expressions “purification ethnique” et “nettoyage ethnique”] désignent de façon commode, mais parfois inexacte, car le critère de discrimination n’est pas toujours ethnique, un ensemble de pratiques visant à l’homogénéisation nationale forcée par élimination (expulsion, massacre) des indésirables. » (Michel Roux, « La “purification ethnique”, théorie et pratique », L’État du monde 1994. Annuaire économique et géopolitique mondial, Paris, La Découverte, 1993, 626 p., p. 36-38, p. 36).

330 Bertrand Poirot-Delpech, « Admiration », Le Monde, 30 juin 1993, p. 3.

331 Voir Alice Krieg (2000 c), p. 442-446. « Ethnie » est un hétéro-désignant en ce sens qu’il sert à la dénomination des « autres », « les autres » étant ici autres politiquement et dans leur système de valeurs. C’est un hétéro-désignant négatif en ce sens que « ethnie » renvoie à des « autres » qui fonctionnent hors du système évalué positivement (celui de la citoyenneté et du rapport à l’État, celui de la « nation demos »), à des « autres » qui fonctionnent dans un système évalué négativement (diversement nommé « nation ethnos », « communautarisme »…).

332 Les extraits qui suivent sont tirés de l’article de Yan de Kerorguen, « “Une petite guerre mondiale a commencé”. Voyage en Bosnie », Esprit, Paris, n° 185, octobre 1992, p. 95-110.

333 Les extraits qui suivent sont tirés des déclarations de Véronique Nahoum-Grappe à la table ronde « Les mots en question » de l’atelier « Analyse des concepts et du vocabulaire utilisés par les médias, les politiques, et par nous, à propos de la Bosnie et de la situation en ex-Yougoslavie », Actes des Assises nationales des collectifs contre la purification ethnique, tenues à Montreuil les 19 et 20 novembre 1994. Brochure publiée en avril 1995 par le Comité Citoyens-citoyennes pour la Bosnie-Herzégovine, 84 p., p. 22-24.

334 Selon une expression régulièrement utilisée par Edgar Morin en référence à la guerre yougoslave.

335 Slobodan Despot, « La revanche du bourreau. La guerre des mots, son système et son usage », Raison Garder, Revue de l’Institut Serbe de Lausanne, Nouvelle série, n° 2, été 1993, p. 1-3. (En italique chez l’auteur.)

336 Avocats Jean-Marc Varaut et Bernard Prévost, exposé des motifs de l’assignation en référé dans la procédure judiciaire engagée par la Communauté panserbe de France et le Conseil national serbe de France à l’encontre de Médecins du monde pour leur campagne d’opinion lancée en janvier 1993. Cités par Vladimir Vukadinovic, Le Mur de Sarajevo… op. cit., p. 59.

337 Interview de Vladimir Dimitrijevic par Yves Cornu et Olivier Weber, « “Purification ethnique” – Polémique à l’affiche », Le Point, 9 janvier 1993, p. 36-37.

338 Thierry Séchan, « On assassine mon peuple », dans Patrick Besson et al., Avec les Serbes, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Objections », 1996, 118 p., p. 84-88, p. 86. En italique chez l’auteur.

339 Vladimir Vukadinovic, Le Mur de Sarajevo, op. cit., p. 18 et 23. En majuscules dans le texte.

340 On confrontera ainsi la conclusion du paralogisme avec cette déclaration de la rédactrice en chef de La Voix serbe, journal du gouvernement des Serbes de Bosnie : « La purification ethnique n’existe pas ici. Il y a simplement des échanges de maisons entre Croates et Musulmans qui désirent quitter la ville et des Serbes qui désirent s’installer ici, à Banja Luka. » (Mme Sabarra citée dans un reportage de François-Régis Hutin, « “Je n’accepterai jamais la purification ethnique” », Ouest-France, 7 mars 1993, p. 3).

341 Nous employons comme synonymes les termes « dénomination », « appellation », « nom » au sens de name (par différence avec le nom-noun), « name »et « nom-name ». Dans la perspective qui est celle de Georges Kleiber, de Martin Riegel ou encore de Bernard Bosredon, nous parlons ici de « dénomination » pour désigner la relation durable et codée qui relie une chose x et un signe X (unité simple ou complexe). Par métonymie, « dénomination » désigne aussi non pas la relation mais le signe X lui-même tel qu’il entretient une relation dénominative avec la chose x – dont il constitue, donc, la dénomination. Le fait de parler de relation de dénomination entre x et X postule qu’il y ait eu un « acte de dénomination préalable » (Georges Kleiber, 1984, p. 79). Ceci permet de différencier la relation de dénomination et la relation de désignation, pour laquelle, souligne Georges Kleiber (ibid.), un tel acte n’est nullement requis : « Il peut y avoir relation de désignation entre x et X sans qu’il y ait eu auparavant instauration d’un lien référentiel particulier entre x et X, c’est-à-dire sans que x ait été désigné au préalable par X. La différence fondamentale peut alors s’exprimer comme suit : je ne puis appeler une chose par son nom que si la chose a été au préalable “nommée” par ce nom, alors que je puis désigner, référer à, etc., une chose par une expression sans que cette chose ait été nécessairement désignée auparavant ainsi. » Dans une étude ultérieure, Georges Kleiber (1994, p. 209) insiste sur le fait que l’acte de dénomination n’est pas nécessairement constitué par ce que la philosophie du langage anglo-saxonne appelle un « acte de baptême » (« naming ceremony ») mais peut tout aussi bien être le résultat de la convention : l’acte de dénomination peut être « soit un acte de dénomination effectif, soit le résultat d’une habitude associative (cf. le On de On dit…, On appelle…, On nomme…) ».

342 Il est également possible d’évaluer le caractère figé de la formule selon des critères formels, ce que nous avons fait ailleurs (Alice Krieg, 2000 c, p. 403-412) : soumise aux tests du figement, la formule répond positivement. Il apparaît ainsi que, ne serait-ce que d’un point de vue formel, « purification ethnique » est bien une formule figée : les présences de la formule se relèvent principalement dans des syntagmes complets, invariables et insécables, bien plus qu’elles n’existent à travers la mise en œuvre des propriétés d’un syntagme nominal ordinaire.

343 Déclaration de Muhamed Sacirbey, représentant de la République de Bosnie-Herzégovine, lue au nom de celui-ci par M. Arria, représentant du Venezuela, au Conseil de sécurité de l’Onu. Procès-verbal de la 3106e séance du Conseil de sécurité de l’ONU, tenue au siège de New York le jeudi 13 août 1992. Nations unies, Conseil de sécurité, Document S/PV.3 106, version en langue française, 52 p., p. 41.

344 Dans le développement « Une dénomination partagée dans le “on” de la communauté de parole », p. 312-313.

345 Yves Heller, « Sauvetage ou épuration ? », Le Monde, 7 avril 1993, p. 1 et 4.

346 Yves Heller, « “Finale” sanglante en Bosnie centrale », Le Monde, 2 juillet 1993, p. 1 et 4.

347 Communiqué final du Conseil de l’Atlantique Nord sur la sécurité européenne, l’appui de l’OTAN à la CSCE et à l’ONU, les relations OTAN-UEO et le désarmement, dans le cadre de la session ministérielle du Conseil de l’Atlantique Nord à Bruxelles. 17 décembre 1992. On pourra retrouver le texte de ce communiqué dans le cédérom Politique et société. La France des années Mitterrand : 1981-1995, Paris, La Documentation française, 1996.

348 En revanche : « Une petite mouche, ça s’appelle un moucheron. » « Le nom d’un petit meuble spécialement aménagé pour un poste de travail avec ordinateur, c’est desserte informatique. »

349 Georges Kleiber (1997, p. 18 ; 1995 et 1996).

350 En effet, l’arrivée du train n° 602 en gare de Lyon à Paris le mercredi 29 mars 2000 à 8 h 16 est unique, envisagée dans ses deux dimensions temporelle et spatiale (cette arrivée ne s’est produite qu’une seule fois dans l’histoire, l’arrivée du train n° 602 le jeudi 30 mars 2000 à 8 h 16 appartenant déjà à une autre tranche du temps). Cette arrivée est peut-être symptomatique (par exemple du fait que les trains arrivent le plus souvent à l’heure). Mais cette arrivée, ou occurrence, ne devient un événement que si une communauté la conserve en mémoire et la commente comme unique et comme signifiante. Lorsque l’événement se produit dans l’ordre du réel langagier (« événement de discours », par différence avec un événement mondain), ce commentaire réflexif prend la forme du métadiscours.

351 Voir Alice Krieg (2000 c, p. 447-450).

352 On ne confondra pas le fait que la purification ethnique comme fait mondain fasse événement (ce dont il est question ici), avec le fait que la formule « purification ethnique », dans sa réalité langagière, fasse événement dans l’univers discursif (question que nous avons abordée lorsque nous avons identifié la formule comme un événement de discours ; voir p. 309-325, « La formule comme événement de discours »).

353 Philippe Gélie, « Bosnie : la défiance sort de urnes », Le Figaro, 17 mai 1993, p. 3.

354 Christophe Driancourt, « Bosnie : histoire d’une mise à mort annoncée », France-Soir, 19 avril 1993, p. 8.

355 « Chronologie » non signée, Libération, 12 juillet 1996, cahier spécial « Srebrenica. Les minutes du procès », p. VI. (rappel : VP = variante prototypique de la formule).

356 Voir en note p. 30.

357 Chronique « C’est l’époque » de Pascal Dupont, « Voyages tous risques », L’Express, 8 avril 1993 [bien 1993 ; A. K.-P.], p. 26-27.

358 Philippe Lecuisinier, « Tout Pour Indigner… », Diagonales Est-Ouest(Lyon, Solidarité Est-Ouest), n° 27-28, décembre 1994 - janvier 1995, p. 19-20.

359 Jérôme Leroy, « “Crimepensée”. Hommage à George Orwell », dans Patrick BESSON et al., Avec les Serbes, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Objections », 1996, 118 p., p. 47-48. Le texte de Jérôme Leroy met en scène deux personnages : Winston, du nom du héros de George Orwell, supposé incarner l’opinion minoritaire favorable aux Serbes et à ce titre coupable de « crimepensée » aux yeux de l’opinion majoritaire, et Garçon, qui incarne l’opinion majoritaire, présentée comme pro-américaine, humanitariste et conformiste.

360 Laurence Arven, « Les semences d’un nouveau fascisme », Témoignage chrétien, 4 mars 1994, p. 8. (À propos du livre de Jacques Julliard, Ce fascisme qui vient, Paris, Seuil, 1994, 204 p.).

361 Du type « “Purification ethnique” : déplacement forcé des populations bosniaques mené par les milices serbes lors du conflit yougoslave de 1992-1995. ».

362 Voir p. 335-342, « Mettre la formule en vedette (glossaires et dictionnaires) ».

363 Claude Roy, « Pour ne pas en finir avec l’année Voltaire », Le Nouvel Observateur, 29 décembre 1994, p. 74-75.

364 Roland Jaccard, « Désespérer de la psychanalyse ? », Le Monde, 4 février 1994, supplément Le Monde des livres, p. V.

365 Titre d’un article de Sylvain Ephimenco, Libération, 8 novembre 1994, p. 60 (cet article est un portrait de Richard Goldstone, qui vient alors d’être nommé procureur du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie à La Haye, et dont la carrière avait commencé en Afrique du Sud).

366 La pancarte posée au-dessus ou à côté du camp comporte soit la mention « Camp de purification ethnique » soit la mention « Purification ethnique ». De la première mention relèvent les dessins suivants : Wiaz, Le Nouvel Observateur, 7 janvier 1993, p. 44 ; Plantu, Le Monde, 13 août 1992, p. 1 (illustration n° 12) ; Iturria, Sud-Ouest, 12 mars 1993, p. 1 (illustration n° 20). De la seconde mention relèvent les dessins : Plantu, Le Monde, 29 août 1992, p. 1 (illustration n° 1) ; Plantu, Le Monde, 13 janvier 1993, p. 1 ; Bap, L’Yonne Républicaine, 19 mai 1994, p. 1 (illustration n° 27).

367 Dans l’hypothèse où ces camps seraient identiques à ceux des nazis, « purification ethnique » devient du même coup, rétrospectivement, le nom des camps nazis.

368 Dessin de Riss, Charlie Hebdo, 30 décembre 1992, p. 8.

369 François Lebrette, « Guerre au Caucase : c’est pire qu’à Sarajevo », Le Figaro Magazine, 30 janvier 1993, p. 46-49. Comme le propose Georges Kleiber (1990, p. 169), Platini doit être envisagé comme le meilleur représentant de sa catégorie dans un énoncé tel que « C’est un autre Platini. ». Si l’Ingouchie est « une autre Bosnie », la Bosnie doit être envisagée comme le meilleur représentant des pays où se trouvent des nations enchevêtrées et où ont lieu massacres et nettoyage ethnique.

370 Voir également la présentation de Daniel Cefaï (1996), ainsi que la note ici p. 30.

371 Ainsi, les apparitions fantomatiques qui ont lieu dans le couvent des ursulines de Loudun en 1632 sont-elles le symptôme d’impostures ou bien d’une possession (Michel de Certeau, [1970] 1990, p. 25) ? L’individualisation finale de l’événement sous cette seconde description, au détriment de la première, a des effets bien observables : la terrible agonie sur le bûcher d’Urbain Grandier après un non moins terrible passage à la question. Ce qu’atteste la mise à mort de Grandier, c’est une performativité de l’identification de l’événement sous une description.

372 Comme dans « Froid ? Moi ? Jamais ! » (publicité pour des vêtements protégeant du froid) ou dans « Xénophobie ? non ! » (étudié dans Pierre Fiala, Josiane Boutet, Marianne Ebel, 1982, p. 63-65), il nous apparaît que « X ? » constitue une ellipse de « Vous diriez “X” ? » (« Vous diriez que j’ai froid ? », « Vous diriez que c’est de la xénophobie ? »). Le dialogisme de « X ? » reposerait ainsi sur une représentation de l’anticipation du dire de l’interlocuteur, représentation qui fait du fragment X considéré un dire stéréotypique, prédictible dans un certain contexte situationnel ou thématique.

373 Reportage de Jean-Marc Gonin et Vincent HUGEUX

, « Les Tziganes, parias de l’Europe », L’Express, 22 octobre 1992, p. 64-68.

374 Le choix même du terme de « propagation » montre que la formule est perçue, y compris par nous, analyste, comme originaire d’un certain cadre : le fait que le néologisme ait fait son apparition pour la description d’un événement donné se retrouve dans le nom que nous donnons à notre catégorie d’analyse.

375 Jean-Claude pomonti, « Élections en trompe-l’œil au Cambodge », Le Monde, 24 avril 1993, p. 1 et 5.

376 Anne Fohr, « Sourds : ceux qui ne veulent rien entendre », Le Nouvel Observateur, 30 décembre 1993, p. 58-59. Une photographie qui accompagne cet article représente des sourds manifestant à Paris le 22 novembre 1993. Sur une des pancartes des manifestants, on peut lire le slogan : « Contre la purification ethnique ».

377 En revanche, nous ne tenons aucunement compte ici des défigements de la formule, bien qu’ils constituent presque toujours par la même occasion des propagations. Les défigements font l’objet d’une analyse distincte ici (voir « La formule comme support de création de nouvelles appellations »).

378 Certains des commentaires métadiscursifs, notamment ceux qui font de la formule une expression temporellement marquée (l’expulsion des Vénètes-Italiens « fut un véritable nettoyage ethnique ante litteram ») ont déjà fait l’objet d’une analyse. D’autres sont étudiés plus loin (voir « Tensions contradictoires dans la référence »).

379 Voir « Fréquence d’emploi de la formule de 1992 à 1994, l’utilisation de la formule dans la presse liée à l’événementialité », notamment les graphiques n° 4, 5 et 6.

380 De plus, cette propagation a lieu dans un article principalement consacré à la guerre yougoslave (interviewé dans Le Nouvel Observateur du 20 août, François Heisbourg utilise l’expression « nettoyage ethnique » en référence aux pratiques serbes en Bosnie, puis en référence au partage de Chypre en 1974). C’est, si l’on veut, l’emploi de la formule en référence à la guerre yougoslave qui « appelle », provoque, un emploi de la formule en dehors de cette référence.

381 Reportage de Jacques Girardon, « Les gamins naufragés de Nouakchott », L’Express, 18 mars 1993, p. 116-121.

382 Riss, Charlie Hebdo, 29 juin 1994, p. 8-9. Ce dessin, de même que celui de Charb qui représente « les colons juifs médaille d’or » d’« épuration ethnique » (Charlie Hebdo, 2 mars 1994, p. 3, illustration n° 24), confirment la validité d’une hypothèse prototypique concernant la formule « purification ethnique ».

383 Dans cette acception, que nous empruntons à la littérature anglo-saxonne (voir notamment Harvey Molotch et Marilyn Lester, [1974] 1981), l’occurrence est ce qui advient dans le monde phénoménal. Malgré l’utilité de cette notion, nous évitons en général d’utiliser une telle acception de manière à ne pas créer de confusion avec l’« occurrence » linguistique. Pour échapper à la polysémie, on pourrait employer un néologisme, pour lequel nous proposerions volontiers « advenance ».

384 Christian Didier cité par Erich Inciyan, « “Moi, Christian Didier, qui ai tué cette ordure…” », Le Monde, 10 juin 1993, p. 12.

385 Robert Lacontre, « Rwanda : l’horreur », Le Figaro Magazine, 16 avril 1994, p. 40-46.

386 Les deux articles du Monde concernés reprennent des déclarations de Philippe de Villiers dans lesquelles le président du conseil général de Vendée utilisait la formule en référence à l’écrasement du soulèvement vendéen.

387 Interviewé dans Le Figaro et Le Parisien, cité dans un article de Présent et dans deux articles du Monde.

388 Bernard Fontagnes et Rémi Fontaine dans Présent, Jean-Louis Tremblais dans Minute.

389 Deux articles dans Lutte Ouvrière, deux dans Présent, deux dans Rivarol, un dans National Hebdo. À quoi s’ajoute le dessin de Charb signalé précédemment (illustration n° 24).

390 Jean-Baptiste Naudet, « “Lente” purification en Bosnie occidentale », Le Monde, 17 juin 1993, p. 3.

391 Propos de Gabriel Dewalle interviewé par François Grosrichard, « Un entretien avec le porte-parole de la Confédération paysanne », Le Monde, 25 décembre 1993, p. 15.

392 Florence Hartmann et Yves Heller, « Le patrimoine perdu de l’ex-Yougoslavie », Le Monde, 20 octobre 1993, p. 13.

393 Voir par exemple les propositions de Françoise Berlan (1981) et celles de Irène Tamba-Mecz (1980).

394 L’antériorité de la matrice sur les syntagmes qui en sont tirés est bien réelle : sur les 57 occurrences de syntagmes répertoriées, seules 8 apparaissent dans l’année 1992.

395 Voir Alice Krieg (2000 c, p. 467-474 et 2002).

396 Article non signé, « Argenteuil la rouge choisit de loger blanc », Le Canard enchaîné, 24 mars 1993, p. 4. L’article explique que la municipalité communiste d’Argenteuil utiliserait le droit de préemption que lui accorde la loi pour acheter elle-même les logements en passe d’être cédés à des étrangers dont elle ne souhaite pas la présence dans sa commune.

397 Marie-Claude Decamps, « La nouvelle direction socialiste veut rompre avec le “craxisme” », Le Monde, 17 mars 1993, p. 3.

398 Finalement votée en août 1994 sous le nom de loi « relative à l’emploi de la langue française » (loi n° 94-665 du 4 août 1994).

399 Lettre d’un lecteur de Ciboure titrée « Langue vivante », L’Express, 5 mai 1994, p. 17-18 (rubrique « Courrier »).

400 Jean-Luc Pelliza, « Good bye, les anglicismes », Ouest-France, 5 mai 1994, p. 4.

401 Je remercie Jérôme Krieg de m’avoir communiqué son témoignage.

402 Au sens signalé en note p. 428.

403 Christophe Urbanowicz, « Plaidoyer sur une poudrière », Le Quotidien de Paris, 27-28 février 1993, p. 11.

404 Sylvie Kauffmann et Yves-Michel Riols, « Ambiguïtés hongroises », Le Monde, 13 février 1993, p. 1 et 9.

405 Sur les « questions sortales », voir Martin Riegel (1991, p. 151-152).

406 Franck Johannes, « À Étampes, Mgr Gaillot en apôtre de la désobéissance civile », Libération, 29 mai 1995, p. M1 (supplément Île-de-France).

407 Où « ≠ NP » signifie « renvoyant à un objet différent de celui que dénomme le nom propre (NP) ».

408 Titre d’un article de Siné, Charlie Hebdo, 30 juin 1993, supplément Pour aller à gauche, c’est par où ? (supplément de 32 pages au n° 53), p. 19. (L’énoncé renvoie à la politique de la droite française en matière d’immigration.)

409 Titre d’un article non signé, Ouest-France, 19 avril 1993, p. 2. On considérera aussi le chapeau du même article : « Fin mars et début avril, dans le sud du Tchad, la garde présidentielle s’est livrée à des massacres ayant fait plus de 120 morts. Une sanglante “purification” à la tchadienne. »

410 Titre d’un reportage de François Sergent à Belfast, Libération, 18 juillet 1996, p. 7.

411 Cela concerne la formule « purification ethnique », mais aussi d’autres termes réservés à la dénomination d’événements historiquement et géographiquement situés. En témoignent ces formulations : « mains propres à l’espagnole » (Paris-Match, 19 mai 1994, p. 87) ; « “opération mains propres” à la sauce indienne » (Libération, 9 juillet 1996, p. 8) ; « “Watergate” à l’israélienne » (Libération, 21 mars 1997, p. 44) ; « cohabitation à la polonaise » (L’Express, 25 septembre 1997, p. 123).

412 Dans cette hypothèse, d’ailleurs, ce que désigne initialement la formule n’est pas « ce que les uns font aux autres dans la guerre yougoslave de 1991-1995 » mais « ce que les Serbes font aux autres dans la guerre yougoslave de 1991-1995 ». En témoignent ces formulations : « “purification” à la croate » (Le Monde, 5 mai 1993, p. 3) ; « nettoyage ethnique à la mode croate » (Libération, 28 juin 1993, p. 17-18) ; « purification ethnique à la mode croate » (Libération, 11-12 septembre 1993, p. 1617) ; « purification ethnique version Tudjman » (Libération, 2 mars 1994, p. 8).

413 Lev Bruni, « Moscou : définir les règles du jeu », Le Monde, 30 octobre 1993, p. 8.

414 Il ne nous échappe pas que la négation dialogique peut avoir, dans le discours de presse, une fonction rhétorique ou d’animation du récit. Mais cela n’empêche pas que l’on puisse aussi prendre la négation dialogique au sérieux. Par exemple, on peut considérer qu’il existe dans l’article de Lucas Delattre une négation de la proposition selon laquelle « tout événement d’un certain type (actes de terreur visant à faire partir des personnes choisies pour leur appartenance à un groupe) est une purification ethnique » – cependant l’événement n’ayant pas lieu en Yougoslavie, mais en Allemagne, il relève de la violence raciste.

415 Reportage de Lucas Delattre en Allemagne, « Jours tranquilles à Mannheim », L’Express, 10 septembre 1992, p. 66-69.

416 Colette Godard, « Scènes de la vie de frontière », Le Monde, 29 janvier 1994, p. 17.

417 Jean-Marie Le Pen interviewé par Sophie Huet, « Le Pen : “La dimension immigrée du problème français” », Le Figaro, 18 mars 1993, p. 6.

418 Bernard FONTAGNES, « Épuration ethnique à Gray (Haute-Saône) », Présent, 17 mars 1993, p. 4.

419 Voir par exemple le commentaire d’Alain Sanders portant sur l’expression « camp de concentration », cité ici p. 55.

420 Editorial des bulletins d’entreprise du 17 août 1992, « La Yougoslavie déchirée », Lutte Ouvrière, 21 août 1992, p. 6.

421 « La guerre Sainte. C’est la guerre que les Chrétiens ont faite autrefois par des Ligues & Croisades pour le recouvrement de la Terre-Sainte. », Dictionnaire de Pierre Richelet, 1680.

422 « Guerre sainte, menée au nom de motifs religieux. » Petit Larousse, 1991.

423 Voir ici p. 336 les définitions respectives du Petit Larousse et du Petit Robert.

424 Voir nos remarques ici p. 306-308.

425 Voir en particulier nos conclusions p. 212-213.

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1
Légende Dessin de Plantu, Le Monde, 29 août 1992, p. 1. © Plantu.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Illustration n° 2
Légende Dessin de Pancho, Le Canard enchaîné, 28 avril 1993, p. 6. © Pancho.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Illustration n° 3
Légende Dessin de Willem, Charlie Hebdo, 12 août 1992, p. 6. © Willem.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5404/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Illustration n° 4
Légende Dessin d’Honoré, Charlie Hebdo, 5 janvier 1994, p. 8. © Honoré.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5404/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Illustration n° 5
Légende Dessin de Cardon, Le Canard enchaîné, 23 juin 1993, p. 4. © Cardon.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5404/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Illustration n° 6
Légende Dessin de Wiaz, La Croix, 22 août 1992, p. 8. © Wiaz.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5404/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5404/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5404/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5404/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Note : (a) Le total de 45 s’explique ainsi : 11 énoncés caractérisant la formule comme expression stéréotypique + 28 énoncés la caractérisant comme dénomination stéréotypique + 6 énoncés dans lesquels soit l’adjectif « fameux » soit l’adjectif « célèbre » caractérise directement une variante prototypique de la formule encadrée de guillemets. Pour plus de détails, voir KRIEG (2000 c, p. 542-544).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/5404/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search