Version classiqueVersion mobile

« Purification ethnique »

 | 
Alice Krieg-Planque

Seconde partie. Construire et déconstruire la formule : émergence et emplois de « purification ethnique »

Chapitre 4. Éléments de statistique lexicale

Texte intégral

  • 1 Le lecteur trouvera le détail de cet inventaire et de cette quantification dans Alice Krieg (2000 c (...)

1Il serait fastidieux que nous exposions ici l’ensemble des résultats de statistique lexicale que cette recherche a permis d’établir. Nous reprendrons donc essentiellement ceux qui concernent l’organisation de la formule dans le temps, non sans avoir au préalable donné quelques informations indispensables, lesquelles concernent l’inventaire et la quantification des variantes de la formule1.

Inventaire et quantification des variantes de la formule

Inventaire des variantes

  • 2 Par « totalité du corpus » ou « ensemble du corpus », nous désignons le corpus de presse (2 348 réf (...)

2L’expression « purification ethnique » n’est pas la seule qui porte la formule. On rencontre en effet dans la totalité du corpus2 136 variantes différentes – et la liste demeure ouverte des variantes nouvelles susceptibles de se produire dans d’autres textes et / ou à d’autres périodes –, sachant que l’on considère comme des variantes différentes de la formule celles qui résultent des accords en genre ou en nombre (ainsi « ethniquement pur » et « ethniquement pures », ou encore « épuration ethnique » et « épurations ethniques », sont envisagées comme des variantes distinctes) ainsi que des formes fléchies des verbes (« est nettoyée » indicatif présent, « a été nettoyé » indicatif passé composé, « ont été nettoyées ethniquement » indicatif passé composé, par exemple, sont distinguées).

3L’inventaire des unités lexicales qui constituent la formule en discours montre que les principales catégories grammaticales élémentaires sont attestées : on rencontre dans le corpus des syntagmes nominaux (« nettoyage », « purifications ethniques », « impureté ethnique », « nettoyeurs ethniques », « épurateur »…), des syntagmes verbaux (« auraient purifié ethniquement », « nettoient », « ont épuré ethniquement », « est purifiée », « ont été nettoyées ethniquement », « être ethniquement épurés »…) et des syntagmes adjectivaux (« ethniquement pures », « purificatoire », « nettoyé ethniquement », « ethniquement épurés »…). Cette diversité est accrue par la productivité lexicologique de la formule, dont attestent différents néologismes, qu’ils soient produits par préfixation (« en re-purifiant », « auto-nettoyage ethnique »…) ou par recatégorisation grammaticale de l’unité sans marque suffixale (« un purifié », « des purifiés ethniques »…).

  • 3 Nous avons considéré « épur- » comme un radical à part entière, bien que ce soit lexicographiquemen (...)
  • 4 Dont 16 syntagmes nominaux, 29 syntagmes verbaux et 31 syntagmes adjectivaux.
  • 5 Dont 10 syntagmes nominaux, 23 syntagmes verbaux et 11 syntagmes adjectivaux.
  • 6 Dont 6 syntagmes nominaux, 7 syntagmes verbaux et 3 syntagmes adjectivaux.

4Par delà la grande variété des expressions rencontrées, il ressort clairement que la formule connaît un champ dérivationnel privilégié : les unités dérivées du radical « pur- », par différence avec celles qui dérivent de « net- » ou de « épur- »3. Le champ dérivationnel de « pur- » est en effet le plus représenté, avec 76 variantes morpho-syntaxiques différentes au total4. Le champ dérivationnel de « net- » est déjà bien moins productif, avec 44 variantes différentes5. Quant au champ dérivationnel de « épur- », il apparaît comme le plus pauvre des trois, avec seulement 16 variantes morpho-syntaxiques6. En outre, le radical « pur- » apparaît comme un meilleur support de création néologique que ne le sont les radicaux « net- » et « épur- », non seulement parce qu’il donne lieu à un plus grand nombre de néologismes (6 contre respectivement 3 et 0), mais aussi parce que les néologismes formés sur un dérivé de « pur- » touchent les trois catégories grammaticales élémentaires.

  • 7 Voir Alice Krieg (2000 c), p. 54-55.
  • 8 Dans le présent travail, nous utilisons le terme « nominalisation » spécifiquement pour désigner le (...)

5Il ressort également de l’inventaire des variantes que la formule connaît une catégorie centrale – qui est certainement une des catégories privilégiées dans lesquelles les formules, plus généralement, s’incarnent7 – : la nominalisation8. En effet, la nominalisation apparaît comme la catégorie à laquelle les locuteurs du corpus ont le plus pleinement recours (ce qui ne signifie pas, a priori, qu’ils y aient le plus fréquemment recours… bien que ce soit en l’occurrence également le cas) : la nominalisation est attestée pour les trois radicaux, à la fois au singulier et au pluriel, et à la fois pour les réalisations incomplètes et pour les réalisations complètes de la formule. On trouve ainsi « purification », « nettoyage », « épuration », « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique »… et la même série au pluriel (alors que, par exemple, on trouve le syntagme nominal « épurateur » mais pas « épurateur ethnique », ou encore on trouve le syntagme adjectival « ethniquement impure » mais pas « ethniquement impures »).

  • 9 Voir Alice Krieg (2000 c), p. 386-402.
  • 10 Voir Marie-Françoise Mortureux (1993 et 1997, p. 99-103). Par « paradigme désignationnel », Marie-F (...)

6Enfin, une série d’analyses, dont nous exposons ailleurs le détail9, montre – car la chose méritait d’être vérifiée – que « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique » sont bien, pour une majorité de locuteurs, une seule et même formule (et non pas trois syntagmes dont l’analyste que nous sommes aurait décrété à l’avance, aidé en cela par des proximités sémantiques et formelles, qu’ils vaudraient l’un pour l’autre). Les trois expressions relèvent bien d’un même « paradigme désignationnel », selon les propositions de Marie-Françoise Mortureux10. Ils s’avèrent également, en tendance, dans le corpus, coréférents, substituables et commutables.

Quantification des variantes

7Toutes les variantes qui portent la formule ne sont pas représentées à parts égales dans l’univers discursif : certaines expressions sont bien plus souvent utilisées que d’autres par les commentateurs. Pour quantifier l’emploi des différentes variantes, nous avons constitué un corpus clos, qui est composé de l’ensemble de la collection du Nouvel Observateur, de L’Express et du Monde, de 1980 à 1994. Dans ces trois collections et sur ces quinze années, nous avons procédé à un relevé exhaustif des variantes, tous genres d’articles confondus et quel que soit le sujet principal de l’article. Le tableau n° 1 présente, pour chacun des trois journaux, le nombre d’occurrences de chaque variante rencontrées dans le journal considéré de 1980 à 1994.

8Indépendamment des fréquences, les relevés présentés dans le tableau appellent déjà un commentaire : la diversité des variantes disponibles a considérablement fondu. Dans l’inventaire effectué sur la totalité du corpus, on disposait de 136 variantes différentes de la formule. Dans l’ensemble des trois journaux, surveillés de 1980 à 1994, on ne rencontre plus que 74 variantes. Ceci revient à dire que certaines variantes – au nombre de 62 – sont réellement très peu utilisées par les locuteurs puisqu’on ne les trouve dans aucun des trois journaux sur une durée de quinze ans. Si l’on ne retient que les variantes communes, c’est-à-dire utilisées à la fois dans Le Nouvel Observateur, L’Express et Le Monde, on ne dispose plus que de 11 variantes, à savoir : « purification ethnique », « nettoyage ethnique », « épuration ethnique », « purification », « nettoyage », « ethniquement pure », « ethniquement pur », « nettoyer » « pureté ethnique », « purifier » et « purifie » (indicatif présent, 3e personne du singulier). Ces variantes, qui sont les seules à être partagées par les trois journaux, constituent une sorte de lexique minimal constitutif de la formule.

9Dès lors qu’on s’intéresse à la fréquence des différentes variantes, un constat saute aux yeux : les trois variantes les plus utilisées sont les mêmes dans les trois journaux. Plus remarquable encore, la hiérarchie de ces variantes est la même pour les trois titres : « purification ethnique » d’abord, « nettoyage ethnique » ensuite, « épuration ethnique » enfin. Une fois passés ces trois syntagmes, la hiérarchie des variantes diffère selon le journal. À elles seules, les trois principales variantes de la formule représentent, en moyenne pour les trois journaux, 78 % des occurrences de la formule (80 % dans Le Nouvel Observateur, 78 % dans Le Monde, 75 % dans L’Express).

  • 11 Paul Henry (1975) et (1977) ; Michel Pêcheux (1975). Sur l’élaboration du concept de préconstruit p (...)
  • 12 Voir en particulier Patrick Sériot (1983), (1985 a), (1985 b), (1986) et (1993). Sur la nominalisat (...)
  • 13 Le terme de « préconstruit » désigne, selon une des formulations de Michel Pêcheux (1975, p. 88-89) (...)
  • 14 Voir « Nominalisation et sous-détermination des acteurs » dans Alice Krieg (2000 c, p. 454-456).
  • 15 Voir « Un cas d’ambiguïté prédicative », ibid., p. 456-464.

10Le travail de quantification montre que, parmi toutes les variantes de la formule, c’est la nominalisation qui prévaut. Si, selon les propositions de Michel Pêcheux et Paul Henry11, suivis notamment par Patrick Sériot12, nous envisageons la nominalisation comme un préconstruit13, nous voyons combien ce constat importe : le préconstruit, dont la nominalisation est par elle-même porteuse, participe à la construction de la formule « purification ethnique » comme référent social, évidence supposée partagée. Il fait de l’objet nommé « purification ethnique » un objet du monde immédiatement disponible pour les paroles qui se disent et s’écoutent dans l’espace public. À cette caractéristique qui prodigue à la formule un effet d’évidence s’ajoutent la sous-détermination des acteurs que favorise la nominalisation14 ainsi que l’ambiguïté prédicative dont nous montrons ailleurs que « purification », « nettoyage » et « épuration » sont porteurs15. Ces termes, manifestement, partent arc-boutés sur ce qui les constitue en langue pour que la formule impose sa consistance de terme problématique dans les discours.

Tableau n° 1 Fréquence des variantes de la formule dans Le Nouvel Observateur, L’Express et Le Monde (1980-1994)

11Le tableau indique, pour chaque variante de la formule présente dans au moins un des journaux de 1980 à 1994, le nombre total d’occurrences rencontrées dans la collection de chaque journal, quels que soient le genre de l’article et son thème principal.

Variante

Le Nouvel Observateur(hebdo.)

L’Express(hebdo.)

Le Monde(quotidien)

purification ethnique

119

55

479

nettoyage ethnique

51

15

219

épuration ethnique

6

4

112

purification

4

3

23

nettoyage

4

3

17

ethniquement pure

4

4

11

ethniquement pur

4

2

11

nettoyer

1

1

11

pureté ethnique

1

3

8

nettoyages ethniques

1

0

10

épuration

0

0

10

ethniquement pures

1

0

9

purifier

1

1

7

ethniquement purs

0

2

7

purificateurs ethniques

3

0

5

purifiés

0

1

6

purifie (3e pers.)

3

2

1

purificatrice (sa)

1

0

5

purifications

0

0

5

purifications ethniques

1

0

4

nettoyés

1

0

4

pure

0

0

5

pureté

1

0

3

purificateurs (sn)

0

0

4

ethniquement purifiée

0

0

4

nettoyée

2

0

2

impureté

1

0

2

nettoyeurs ethniques

0

0

3

nettoie (3e pers.)

2

0

1

nettoyages

0

0

2

ont purifié

0

0

2

se purifie

2

0

0

impur

0

0

2

nettoyé

0

0

2

pur

2

0

0

purificateur (sa)

0

0

2

purifiée

0

1

1

purifiées

1

0

1

purs

0

0

2

épurateurs (sn)

0

0

1

épurations

0

0

1

épurations ethniques

0

0

1

impureté ethnique

1

0

0

nettoyeurs (sn)

0

0

1

purificateur (sn)

0

0

1

purificateur ethnique

1

0

0

purifiés ethnique (sn)

0

0

1

purififactions (coquille)

0

0

1

avaient été ethniquement purifiés

0

0

1

avoir été ethniquement purifiées

0

0

1

avoir purifié

0

0

1

épurer

0

1

0

être ethniquement épurés

0

0

1

être nettoyées

0

0

1

nettoie ethniquement (3e pers.)

1

0

0

nettoient

0

0

1

nettoyait

0

0

1

nettoyer ethniquement

0

0

1

ont été nettoyées

0

0

1

ont été nettoyés

0

0

1

ont nettoyé

0

0

1

purifient

0

0

1

purifièrent

0

0

1

purifiez

0

0

1

sont nettoyés

0

0

1

anti-purification ethnique

0

0

1

épurée

0

0

1

ethniquement purifié

0

0

1

impure

0

0

1

impurs

0

0

1

nettoyées

0

0

1

non-ethniquement purs

0

0

1

pures

1

0

0

purifiée ethniquement

0

0

1

Total (ensemble des occurrences de la formule toutes variantes confondues)

221

98

1 032

3 pers. = 3 personne du singulier

sa = syntagme adjectival

sn = syntagme nominal

  • 16 L’adjectif « ethnique » est relationnellement ambigu en ce sens qu’il ne donne pas à voir univoquem (...)
  • 17 L’adjectif « ethnique » est énonciativement sous-déterminé en ce sens qu’il laisse dans un état de (...)

12À l’intérieur des nominalisations, celle qui dérive de « pur- » est privilégiée relativement aux deux autres. Pour les trois nominalisations, c’est la variante complète, c’est-à-dire accompagnée de l’adjectif « ethnique », qui l’emporte. Là encore, la langue ne laisse pas présager des usages sereins de la formule, étant donné l’ambiguïté relationnelle d’une part16, et la sous-détermination énonciative d’autre part17, dont nous montrons qu’elles caractérisent l’adjectif « ethnique ».

  • 18 Voir « Un nom substantif au singulier : la formule comme concept », ibid., p. 343-346.

13Enfin, pour ces trois syntagmes en « nominalisation + “ethnique” », le singulier l’emporte sur le pluriel, ce en quoi nous voyons un témoignage de la prédilection notoire des concepts pour les noms substantifs singuliers18.

  • 19 Dans l’expression « variante(s) prototypique(s) », nous nous référons à une acception courante de « (...)

14« Purification ethnique » fonctionne ainsi, et de façon consensuelle d’un journal à l’autre, comme le meilleur représentant de la formule. C’est pourquoi nous avons appelé la formule : « la formule “purification ethnique” ». C’est aussi pourquoi nous parlons de « purification ethnique » comme de la variante prototypique de la formule, et de « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique » comme des trois variantes prototypiques de la formule (« purification ethnique » étant, si l’on peut dire, la plus prototypique des trois)19.

15Contrairement à ce qu’une mémoire spontanée des discours peut conduire à penser, l’expression « purification ethnique » n’est pas une dénomination ancienne. Bien au contraire, elle est d’apparition récente : c’est dans le contexte du conflit yougoslave des années 1990 qu’elle est apparue, à la fois comme néologisme en langue française et comme formule.

  • 20 Le lecteur trouvera les graphiques en annexe. Je remercie Clément Krieg pour son aide dans la prése (...)

16C’est ce que nous proposons de voir dans les autres subdivisions de ce chapitre, à travers une analyse de la périodisation de la formule et de ses différentes variantes. Il s’agit de cerner la temporalité dans laquelle prend place la formule « purification ethnique ». Une formule, en effet, n’est pas seulement un ensemble de syntagmes que l’on peut inventorier et compter, mais aussi un ensemble de syntagmes qui s’inscrivent dans la temporalité des discours qui la font surgir et la reprennent. La formule n’existe pas de tout temps : elle apparaît, brutalement ou non, s’accroît ou recule en fréquence, et elle se transforme. La formule, prise dans son ensemble et indépendamment des variantes qui la représentent, connaît-elle des périodes de fort emploi, et lesquelles ? Les différentes variantes sont-elles également réparties dans le temps, ou au contraire certaines variantes connaissent-elles des périodes d’emploi privilégiées ? Ce sont là deux questions essentielles auxquelles répond notre travail de périodisation. Nous aurons ici essentiellement recours à des données quantifiées, présentées sous forme de tableaux et de graphiques20.

Fréquence d’emploi de la « formule » sur quinze ans (1980-1994) : de la proto-formule à la formule

17Les graphiques que nous avons établis (voir graphiques n° 1, 2 et 3) mettent en évidence l’évolution quantitative de la formule « purification ethnique » sur l’ensemble des années étudiées dans Le Nouvel Observateur, L’Express et Le Monde. Ils permettent de repérer la (les) période(s) de fort et de faible emploi de la formule sur une durée de quinze ans. Ils présentent, pour chacun des trois journaux et de 1980 à 1994, la fréquence de la formule toutes variantes lexicales et morpho-syntaxiques confondues.

18Les occurrences sont totalisées par mois (une barre d’histogramme par mois), ce qui constitue un regroupement approximatif dans la mesure où un mois correspond à un nombre d’éditions variable (4 ou 5 éditions pour les hebdomadaires, 24 à 27 éditions pour Le Monde). C’est cependant cette présentation qui nous a semblé la plus lisible : elle offre une bonne vision d’ensemble de la présence de la formule au cours des quinze années considérées. Chaque graphique comporte, sur l’axe des abscisses, une marque de graduation tous les trois mois et une étiquette de graduation tous les douze mois, fixée en janvier de chaque année. Les résultats ont nécessité deux échelles des ordonnées distinctes, l’une pour Le Nouvel Observateur et L’Express (valeur maximale 20), l’autre pour Le Monde (valeur maximale 140).

19Les graphiques n° 1, 2 et 3 montrent des contrastes très nets dans l’emploi de la formule au fil des mois et, plus encore, au fil des années.

20La répartition de la « formule » – continuons d’utiliser ce terme pour l’instant, mais nous n’allons pas tarder à voir qu’il pose problème – dans le temps présentée dans les graphiques fait apparaître deux périodes très distinctes :

  • Une période, qui va de 1980 jusqu’à la fin du premier trimestre de 1992, caractérisée par des fréquences à la fois très faibles et très dispersées. Durant cette période, on rencontre au maximum une occurrence par mois dans Le Nouvel Observateur et dans L’Express, et au maximum deux occurrences par mois dans Le Monde. Le plus souvent, on n’en rencontre aucune, quel que soit le journal considéré. Plusieurs mois ou plusieurs années peuvent se succéder entre deux apparitions de la « formule ». Par exemple, dans L’Express, six ans passent entre l’occurrence de juillet 1985 et celle de septembre 1991 (alors que dans cet intervalle de temps l’hebdomadaire a tout de même consacré 27 articles à la Yougoslavie). Dans Le Nouvel Observateur, on ne répertorie qu’une seule occurrence de la « formule » durant toute la période considérée (alors que, de janvier 1980 à mars 1992, l’hebdomadaire a consacré 35 articles à la Yougoslavie). Même dans Le Monde, qui fait un emploi plus important de la « formule » durant la période, les occurrences sont très espacées : de janvier 1980 à mars 1992, ces occurrences sont en moyenne espacées de onze mois et demi, autant dire d’une année. On ne trouve dans Le Monde que deux mois consécutifs au cours desquels il soit fait usage de la « formule » au moins une fois (les mois d’août et de juillet 1991). Ainsi appréhendée de façon simplement quantitative et diachronique, la « formule », tout au long de cette période, semble être un objet peu voyant qui affleure à la surface des énoncés sur un mode extrêmement sporadique. Peut-on alors parler déjà d’une « formule » telle que nous avons défini cette notion ? Nous allons y revenir.

  • Une période, qui va du deuxième trimestre 1992 jusqu’à la fin de 1994 (clôture arbitraire du corpus), caractérisée globalement par des fréquences élevées et rapprochées. C’est à partir du deuxième trimestre 1992 que la formule atteint des fréquences inédites jusque-là dans chacun des journaux : deux occurrences dans Le Nouvel Observateur en mai 1992, deux occurrences dans L’Express en juin 1992, 4 occurrences dans Le Monde en mai 1992. Les fréquences culminent durant la période à 20 et à 15 occurrences mensuelles pour les hebdomadaires, et à 121 occurrences mensuelles pour le quotidien. Par rapport à la période antérieure, la durée de non-emploi de la formule s’amenuise très nettement : Le Monde emploie la formule au moins une fois par mois à partir du deuxième trimestre 1992. Quant au Nouvel Observateur et à L’Express, ils connaissent respectivement des durées de non-emploi maximales d’un mois et de quatre mois.

21Si nous retenons l’hypothèse selon laquelle une fréquence accrue est une des manifestations de la notoriété du signe, et par conséquent un des indices du fait que le signe se constitue en référent social – donc possiblement en formule –, on peut penser que c’est à partir du deuxième trimestre 1992 que la formule « purification ethnique » est susceptible d’exister comme telle.

  • 21 Dans ce travail nous employons l’adjectif « mondain » tel qu’il a cours en sémiologie et non tel qu (...)

22Selon cette hypothèse en tout cas, il devient d’ores et déjà impossible de considérer que les unités lexicales dont nous avons repéré les apparitions sporadiques de 1980 au premier semestre de 1992 constituent une « formule » – même s’ils présentent les formes graphiques de ce qui pourra, en d’autres circonstances, être identifié comme les représentants d’une formule – : si une fréquence élevée ne suffit pas à déterminer que l’on a affaire à une formule (ainsi, par exemple, l’augmentation de la fréquence du mot « avalanche » dans les semaines qui suivent le 23 janvier 1998, après la survenue d’une avalanche remarquée qui fit onze morts, dont neuf collégiens, dans une station de ski des Hautes-Alpes, résulte d’un événement mondain21 plutôt qu’il n’est le symptôme d’un événement discursif et notionnel), une fréquence extrêmement faible exclut que la ou les séquences considérées soient constituées en formule, du fait même du caractère circulant et proliférant des formules, lié à leur propriété de référent social.

  • 22 « Pré-formule », « formule en devenir », « précurseur de formule », « formule en latence », « formu (...)
  • 23 Voir Olivier Razac (2000, p. 11-65).

23De ce fait, si nous continuerons par commodité de parler de « formule » pour désigner l’ensemble des occurrences de variantes dans la période 1980-1994, nous proposons d’appeler d’un nom spécifique les occurrences apparaissant de 1980 au premier semestre 1992 : nous parlerons dans ce contexte de « proto-formule »22. Ce n’est évidemment que rétrospectivement que l’on peut parler de « proto-formule », et il en est un peu de la « proto-formule » comme du fil de fer barbelé inventé dans la prairie américaine des années 1870, qui, tout en n’étant pas obligatoirement destiné à devenir le fil de fer barbelé du camp de concentration et d’extermination européen des années 1930-1940, tout entièrement le porte23. Il n’y a pas de prédestination en matière de signe et de discours : seule une connaissance de ce que deviendront les signes lexicaux apparus de 1980 à la mi1992 nous permet de dire qu’ils font partie de l’histoire de la formule « purification ethnique », sans pour autant qu’ils présentent les propriétés constitutives d’une formule. Nous parlerons également de « genèse de la formule » pour désigner cette période particulière durant laquelle la formule n’est pas encore advenue, selon nos critères, mais durant laquelle le corpus nous montre que des discours sont à l’œuvre qui lui préparent un terrain.

24Ainsi donc, l’essentiel des 221 occurrences de la formule recensées dans Le Nouvel Observateur, l’essentiel des 98 occurrences de L’Express et l’essentiel des 1 032 occurrences du Monde se répartissent dans la période qui court du deuxième trimestre 1992 à la fin de l’année 1994. Mais, à l’intérieur de cette période, les graphiques font apparaître des répartitions inégales de la formule. Ils montrent très grossièrement deux courbes de fréquence : l’une, qui va du deuxième trimestre 1992 à la fin de 1993 ou au début de 1994, selon les journaux ; l’autre, qui prend la suite de la première et s’achève on ne sait où – du fait de l’arrêt arbitraire du corpus à la fin de l’année 1994. Dans les trois journaux étudiés, la première courbe de fréquence est à la fois la plus étendue dans le temps et la plus dense en emplois de la formule. C’est également dans cette première courbe que l’on trouve les fréquences mensuelles maximales, et ceci dans les trois journaux.

25Les graphiques établis pour les années 1980-1994 ne permettent guère d’en dire plus. S’ils montrent très clairement l’existence de deux périodes (1980 au premier trimestre de 1992, et deuxième trimestre de 1992 à fin 1994), ils sont assez avares en informations pour ce qui concerne le détail de la seconde période. Nous proposons de mieux apprécier celle-ci au moyen d’une nouvelle série de graphiques.

Fréquence d’emploi de la formule de 1992 à 1994 : l’utilisation de la formule dans la presse liée à l’événementialité

  • 24 Des graphiques comportant les mêmes données mais les distribuant par semaine peuvent être consultés (...)

26Les trois graphiques chronologiques établis ici (voir graphiques n° 4, 5 et 6) permettent de mieux identifier les périodes de fort emploi de la formule (toujours toutes variantes lexicales et morpho-syntaxiques confondues) de 1992 à 1994. Pour chaque journal, le graphique indique la fréquence de la formule par mois (il constitue donc un zoom des graphiques donnés précédemment pour 1980-1994). Les marques et étiquettes de graduation se succèdent par mois24. Comme c’était le cas pour les graphiques précédents, les échelles utilisées pour les ordonnées des graphiques des hebdomadaires ne sont pas les mêmes que celles utilisées pour les ordonnées des graphiques du Monde.

27Pour les trois journaux, les graphiques confirment la présence de deux plages temporelles de fort emploi de la formule. Mais, dans aucun des trois journaux, ces plages ne se traduisent par de belles courbes en cloche régulièrement formées. Nous nous trouvons plutôt en présence de deux périodes de fort emploi de la formule (la première étant à la fois plus étendue et plus dense que la seconde), au cours desquelles la formule connaît des vagues successives de succès et d’abandon relatifs.

28– Si nous suivons la ligne du temps, nous rencontrons le premier pic de fréquence important en août 1992. Ce mois est, de loin, celui au cours duquel Le Monde utilise le plus la formule (121 occurrences). Dans Le Nouvel Observateur ainsi que dans L’Express, le mois d’août 1992 arrive en quatrième position des fréquences mensuelles. Cependant la formule ne fait pas brutalement irruption en pleines vacances estivales : dans les trois journaux, les fréquences élevées du mois d’août sont précédées d’apparitions de la formule plus ou moins espacées, mais toujours faibles en fréquence. Ainsi, avant d’atteindre le pic de 9 occurrences dans son édition du 13 août, Le Nouvel Observateur emploie deux fois la formule dans la semaine qui précède, et il l’avait employée quatre fois dans des éditions du printemps (2 occurrences le 21 mai, 2 occurrences le 25 juin). Dans L’Express, le pic observable dans l’édition du 20 août (4 occurrences) est précédé de deux éditions qui font un très faible emploi de la formule : 1 occurrence le 6 août, puis 1 occurrence le 13 août. L’Express avait également employé la formule sur un mode faible et dispersé au début de l’été, avec 2 occurrences le 26 juin et 1 occurrence le 16 juillet. Dans Le Monde, le mouvement ascendant qui culmine au mois d’août s’amorce au milieu du mois de mai : de la semaine du 14 mai à celle du 23 juillet 1992, le quotidien emploie au moins une fois la formule presque chaque semaine (seule la semaine du 2 juillet ne comporte aucune occurrence), mais toujours avec une fréquence faible (1 à 3). Dans la semaine du 30 juillet, la fréquence monte brutalement à 10 occurrences hebdomadaires, puis à 19 la semaine suivante, puis à 37 dans la semaine du 13 août, puis à 27 la semaine suivante, avant de culminer au pic hebdomadaire de 38 occurrences dans la semaine du 27 août… pour descendre brutalement à 4 occurrences la semaine qui suit, c’est-à-dire la semaine du 3 septembre 1992.

  • 25 Sur la « découverte des camps » comme événement, voir p. 32-66.

29Le lecteur se souvient que le début du mois d’août 1992 voit survenir l’événement « découverte des camps », avec un commencement de l’événement le 2 août et un développement accru à partir du 625. Les pics de fréquence de la formule observés en août coïncident ainsi avec un élément précis de l’agenda médiatique, ce que nous avons déjà proposé d’expliquer en ces termes : les camps sont majoritairement perçus comme la preuve d’un projet systématique de destruction d’une population, projet que la plupart des commentateurs nomme « purification ethnique ».

  • 26 Pascal Bruckner, « Survivrons-nous à la Yougoslavie ? », Le Monde, 28 mai 1992, p. 2. Voir ici p. (...)

30Mais on voit aussi que la formule commence à faire discrètement son apparition dès le printemps 1992 (dès le mois de mai dans Le Nouvel Observateur et dans Le Monde, dès juin dans L’Express). Pour expliquer cet état de fait – et même pour expliquer quoi que ce soit d’autre –, nous renonçons à penser que certains commentateurs – journalistes ou non – aient de l’intuition. Nous pensons tout simplement qu’ils disposent d’informations, vérifiées ou non, plus ou moins complètes, plus ou moins crédibles, ainsi que de rumeurs. Or, ainsi que nous l’avons établi, c’est précisément en mai 1992 que des informations – peu relayées par les médias et non-construites en événements – commencent à circuler selon lesquelles il existerait en Bosnie des camps qui ne sont pas de simples camps de prisonniers de guerre. L’expression « camps de concentration » faisait d’ailleurs pour la première fois une apparition dès le 28 mai 1992, mais une apparition discrète, prise, sous la plume de Pascal Bruckner, dans une énumération des « scènes d’horreur inimaginables » se déroulant « à deux heures d’avion de Paris »26. Notre hypothèse est que le réel à nommer, et que nomme la formule, existe déjà dans l’esprit de certains commentateurs, mais que l’absence de symptômes ou de preuves jugés suffisants de ce réel met un frein à l’usage intensif de la formule, usage intensif qui ne se manifestera qu’en août.

31– La seconde vague d’emplois massifs trouve son apogée en décembre 1992 et janvier 1993. Dans Le Nouvel Observateur, décembre 1992 correspond à une fréquence mensuelle maximale de la formule (20 occurrences, à égalité avec avril 1993), et la semaine du 24 décembre correspond à la plus haute des fréquences hebdomadaires observées (15 occurrences). Le mois de janvier 1993, quant à lui, est le troisième mois en fréquence dans la collection de cet hebdomadaire. Dans L’Express, janvier 1993 est le mois le plus riche de tous en emplois de la formule (15 occurrences), et les semaines des 21 janvier et 28 janvier 1993 sont deux des trois premières en fréquence hebdomadaire. Dans Le Monde, décembre et janvier correspondent respectivement aux quatrième et troisième meilleures fréquences mensuelles. Au cours de ces deux mois, le quotidien atteint une fréquence hebdomadaire maximale de 24 occurrences (semaine du 7 janvier), ce qui constitue la cinquième meilleure semaine en emplois de la formule pour ce journal.

  • 27 Sur la « découverte des viols » comme événement, voir p. 66-83.

32Nous avons établi que le mois de décembre 1992 était marqué par la « découverte des viols », c’est-à-dire par l’émergence du « viol » comme objet de discours doté d’une signification dans le récit de la guerre27. Comme les camps, avions-nous dit, les viols sont perçus comme une preuve de l’existence d’un projet (ou « politique », « stratégie », « plan »…) que de nombreux commentateurs appellent « purification ethnique ». Mais les viols apportaient aussi une lecture nouvelle au projet serbe (c’est lui qui est généralement concerné), dans laquelle la nouveauté (le viol comme instrument inédit) concurrence la répétition (le camp comme instrument déjà expérimenté). En ce sens, les viols dotaient « purification ethnique » d’un contenu nouveau – du moins superposaient-ils un contenu nouveau sur le contenu antérieur. Les viols, ainsi que l’indique l’évolution des fréquences, revivifient également l’emploi de la formule d’un simple point de vue quantitatif.

  • 28 Dans Le Nouvel Observateur, la fréquence élevée de 11 occurrences enregistrée pour septembre 1993 e (...)

33– Si nous continuons de suivre la ligne temporelle, nous rencontrons un troisième pic de fréquence élevée en avril 1993. Dans Le Nouvel Observateur, ce mois correspond à une fréquence mensuelle maximale de la formule (20 occurrences, à égalité avec décembre 1992). Dans L’Express, avril 1993 arrive au second rang des fréquences mensuelles (10 occurrences), et l’édition du 15 avril est une des deux meilleures semaines en emploi de la formule (6 occurrences, à égalité avec l’édition du 21 janvier 1993). Dans Le Monde, avril 1993 arrive en deuxième position des fréquences mensuelles (derrière août 1992), avec 93 apparitions de la formule au cours de ce mois. Dans la seule semaine du 8 avril, on compte 27 apparitions de la formule, ce qui constitue pour ce quotidien la troisième meilleure fréquence hebdomadaire (ex æquo avec la semaine du 20 août 1992). Dans aucun des trois journaux, le pic d’avril 1993 n’intervient de façon isolée. Dans les deux hebdomadaires, en dépit de différences sensibles, le pic d’avril représente l’aboutissement d’un usage croissant de la formule qui s’est amorcé en février 1993, culmine en avril, puis décline lentement jusqu’en août 199328. Dans Le Monde, le pic d’avril intervient après deux mois d’assez fort emploi de la formule (58 occurrences en février, 53 en mars) et avant une décrue de la formule, dont l’emploi s’amenuise progressivement pour atteindre de très basses fréquences dans les derniers mois de l’année 1993.

  • 29 Pour plus de détails revoir p. 83-85.
  • 30 Henri Guirchoun, « “Purification” : les Croates aussi », Le Nouvel Observateur, 29 avril 1993, p. 5 (...)
  • 31 Patrick Sabatier, « Dîner de têtes », Libération, 12 mars 1993, p. 3.
  • 32 Cité par Bernard Poulet, « Les Bosniaques trahis », L’Événement du jeudi, 27 mai 1993, p. 6.
  • 33 Alain Sanders, « Le mandat de la Forpronu prolongé jusqu’au 30 juin », Présent, 1er avril 1993, p. (...)
  • 34 Article non signé, « Milosevic à Paris évite de s’engager », Ouest-France, 12 mars 1993, p. 2.
  • 35 Sur ce livre voir p. 129.
  • 36 Sur ce livre, voir p. 122-132.

34Le printemps 1993, ainsi que nous avons pu le déterminer, est une période particulièrement riche en événements29 : confirmation de la création d’un Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie ; début des hostilités armées ouvertes entre Croates et Musulmans de Bosnie (changement de situation qui inspire au Nouvel Observateur le titre « “Purification” : les Croates aussi »30) ; abandon du plan Vance-Owen de partition de la Bosnie (un plan dont un éditorialiste estime qu’il « avait un sale arrière-goût de “purification ethnique” »31) ; création des « zones de sécurité » en Bosnie (dont Bill Clinton a pu dire qu’elles constituaient une « prime à l’épuration ethnique »32) ; sauvetage symbolique de Srebrenica par le général Morillon, suivi d’une évacuation de la population de la ville par le HCR (une évacuation « qui, à bien des égards, va exactement dans le sens du “nettoyage ethnique” pratiqué par les Serbes »33, selon un quotidien) ; réception officielle du président Slobodan Milosevic par le président François Mitterrand (le chef de l’État français reçoit alors « le grand maître de l’épuration ethnique »34) ; parution du recueil Le Livre noir de l’ex-Yougoslavie. Purification ethnique et crimes de guerre35 ; parution de l’ouvrage Le Nettoyage ethnique. Documents historiques sur une idéologie serbe36… La succession de ces événements, accompagnés – comme on vient d’en avoir un aperçu – d’emplois variés de la formule, explique en partie les fortes fréquences observées autour d’avril 1993.

35Passé le printemps 1993, la formule ne remporte plus les succès qu’elle a connus depuis l’été 1992. Avec le mois d’août 1993, commence dans L’Express un long désert de quatre mois sans aucune utilisation de la formule. En octobre 1993, pour la première fois depuis août 1992, Le Nouvel Observateur laisse passer plus d’un mois sans que la formule n’apparaisse une seule fois. Depuis le 9 juillet 1992, Le Monde avait utilisé la formule au moins une fois par semaine. Dans la semaine du 20 janvier 1994, pour la première fois, six éditions se succèdent sans aucun emploi de la formule. Plus globalement, le total des occurrences rencontrées dans ce quotidien pour l’ensemble des quatre mois d’octobre, novembre, décembre 1993 et janvier 1994 représente à peine plus d’un quart des occurrences rencontrées pour le seul mois d’août 1992. Malgré cela, et même si aucun pic de fréquence n’atteint plus désormais ceux connus auparavant, la formule continue de connaître des périodes de succès clairement identifiables.

36– Une nouvelle vague de succès de la formule s’amorce dans Le Nouvel Observateur dès novembre 1993, pour culminer en février 1994, avec 10 occurrences mensuelles. Dans L’Express, les mois de décembre 1993 et janvier et février 1994 marquent un léger regain d’intérêt pour la formule, après une longue période de non-emploi. Dans Le Monde, le mois de février 1994 correspond à une nette augmentation de la formule après les faibles fréquences observées au cours des trois derniers mois de 1993 et de janvier 1994.

  • 37 Pour plus de détails sur cette période, revoir p. 91-98.

37Le succès relatif de la formule en février 1994 coïncide avec le « massacre du marché du Sarajevo » advenu le 5 de ce mois, suivi d’actes réactifs (ultimatum de l’OTAN aux Serbes assiégeant Sarajevo, raid de l’OTAN en Krajina, manifestations de citoyens et meetings en France), ainsi que de discours qui proclament le réveil des consciences37.

38– Un nouveau pic de fréquence de la formule se produit à la fin du printemps 1994. En mai 1994, l’emploi de la formule atteint dans L’Express une fréquence qu’elle n’avait pas connue depuis juin 1993. Dans Le Monde, en mai 1994, la formule retrouve un emploi inédit depuis mai 1993, et la semaine du 26 mai 1994 correspond à une fréquence hebdomadaire que le quotidien ne retrouvera plus par la suite (23 occurrences). Dans Le Nouvel Observateur, mai, juin et juillet 1994 sont des mois de fort emploi de la formule, et la semaine du 2 juin, avec 8 occurrences, est la quatrième meilleure semaine en fréquence pour cet hebdomadaire.

  • 38 James Gow, Richard Paterson, Alison Preston (dir.) (1996). Voir en particulier la contribution de M (...)

39Ces fréquences élevées concordent avec un agenda médiatique assez chargé : lancement, à partir du 15 mai, de la liste « L’Europe commence à Sarajevo » (pour un scrutin qui aura lieu le 12 juin) ; libération, le 18 mai, des 11 otages français de l’association Première urgence qui avaient été arrêtés par les soldats serbes de Bosnie début avril ; annonce, le 18 mai toujours, du retrait des contingents de casques bleus français de Bihac. Un collectif de chercheurs qui s’est livré à une comparaison du traitement de la guerre yougoslave par des télévisions de différents pays a conclu que la semaine du 16 au 21 mai 1994 était pour les chaînes françaises une semaine de forte couverture du conflit38. Mais le relatif succès de la formule à la fin du printemps 1994 coïncide aussi avec un événement non-yougoslave : le génocide au Rwanda, qui débute le 6 avril, juste après la mort du président Juvénal Habyarimana, mais qui ne prend de l’ampleur médiatique qu’au fil des semaines et des mois (d’abord après que la mort du pilote de course Ayrton Senna, survenue le 1er mai, ait cessé de faire la Une des journaux, puis avec le lancement de l’« opération Turquoise » initiée par la France, le 22 juin).

40– La formule connaît une « dernière » (avant clôture arbitraire du corpus) période relative de succès en novembre et décembre 1994 dans Le Nouvel Observateur et dans Le Monde (en décembre uniquement dans L’Express). La semaine du 24 novembre dans Le Monde, et celle du 22 décembre dans Le Nouvel Observateur, sont particulièrement riches en usages de la formule.

41Novembre 1994 est marqué par la victoire des nationalistes serbes dans leur offensive sur Bihac, et par la première réunion officielle du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie à La Haye. En décembre, s’étant rendu à Pale, l’ancien président des États-Unis Jimmy Carter obtient la signature d’un cessez-le-feu qui entre en vigueur la veille de Noël.

  • 39 Voir p. 232-233.

42Dans l’ensemble, les périodes de fort emploi de la formule « purification ethnique » coïncident avec des périodes de forte médiatisation du conflit yougoslave dans la presse. En elle-même, il faut néanmoins le souligner, la notion de formule telle que nous la concevons n’implique pas une corrélation parfaite entre emploi de la formule et calendrier événementiel. Les commentateurs parlent d’« avalanche », avons-nous dit, quand il se produit une avalanche39. Les commentateurs parlent de « purification ethnique » non seulement quand il se produit ce qu’on pense pouvoir nommer « purification ethnique » (en ex-Yougoslavie ou ailleurs), mais aussi à toute occasion, pour débattre du concept ou mettre en garde contre les faits ou les idées dont on pense qu’elle les inspire. Nous pensons que si la montée en puissance d’une formule est généralement provoquée par des événements, son emploi au fil des mois et des années peut acquérir une certaine autonomie relativement à l’ordre événementiel : parce qu’elle est capable de fonctionner comme concept, une formule peut être invoquée en dehors des nécessités à nommer le réel en train d’advenir, du moins son existence n’est-elle pas mécaniquement liée au rythme des faits mondains (en revanche, une formule est liée à la temporalité de l’histoire et s’inscrit dans la durée).

  • 40 Voir chapitre premier « Des événements et des périodes ».
  • 41 Alain Sanders, art. cit.
  • 42 Renaud Girard, « L’ONU dans le piège de la “purification ethnique” », Le Figaro, 9 septembre 1992, (...)

43Les périodes de fort emploi de la formule « purification ethnique » coïncident également en partie avec les cinq événements que nous avions retenus pour leur rôle dans le récit du conflit yougoslave40. Ces événements, accompagnés eux-mêmes de leur contexte événementiel, modifiaient radicalement le cours de la « relation » de la guerre, comme on disait si bien du temps de Jacques Cartier, ou simplement ils s’illustraient par leur capacité à exaspérer certaines thèses, certains arguments, certaines composantes du lexique. Dans tous les cas, on s’en souvient, ils faisaient parler : proclamer haut et fort, accuser, exiger, renoncer, promettre, regretter, refuser, ironiser parfois, s’indigner et jeter l’opprobre, et ils faisaient débattre. Les récits de certains événements se tiennent presque par le seul recours à la formule – c’est le cas en ce qui concerne les camps et les viols, pensons-nous. D’autres événements, sans entretenir un lien aussi nécessaire avec la formule, ouvrent de fait tout grand la porte à son emploi. Ainsi de l’évacuation de Srebrenica par le HCR envisagée comme allant « dans le sens du “nettoyage ethnique” »41, ou d’un échange de prisonniers supervisé maladroitement par les casques bleus décrit comme « la caution de l’ONU à une opération de “purification ethnique” »42. Ces petits événements juxtaposés font eux aussi de la formule un descripteur de la guerre. Ainsi, c’est la parole sur la guerre, malgré son hétérogénéité, qui fait employer la formule : la formule « purification ethnique » est un point de passage essentiel pour les discours sur le conflit yougoslave.

Répartition des différentes variantes dans le temps. une distribution particulière dans la période 1980-mai 1992

  • 43 Voir « Quantification des variantes », p. 224-230.
  • 44 Voir Alice Krieg (2000 c, p. 369-375) où l’on apprendra notamment que la hiérarchie des trois varia (...)

44Avant d’exposer la périodisation de la formule, nous connaissions la fréquence des différentes variantes43. Nous connaissons à présent la répartition de la formule dans le temps, quelles que soient les variantes employées. Il nous manque encore d’apprendre (car c’est le cas) que les différentes variantes ne sont pas également réparties dans la durée. La distribution la plus remarquable que les résultats font apparaître est celle du syntagme adjectival relativement aux autres variantes. Nous nous intéressons ici uniquement sur cette distribution particulière, renvoyant le lecteur à un travail plus approfondi pour d’autres commentaires sur ces données44.

45L’analyse de la répartition des variantes dans le temps permet d’observer que, de 1980 jusqu’en mai 1992, la « formule » – la proto-formule, donc – est représentée de façon très majoritaire au moyen d’un syntagme adjectival, et plus précisément au moyen d’un syntagme adjectival formé avec le radical « pur- ». Dit autrement : si la formule est principalement représentée par le syntagme « purification ethnique », la proto-formule, elle, n’est pas « purification ethnique » (pas plus que « nettoyage ethnique » ou « épuration ethnique »), mais « ethniquement pur(e)(s) ».

46On rencontre la première nominalisation d’action ou de résultat dans l’édition du 21 mai 1992 pour Le Nouvel Observateur et dans l’édition du 24-25 mai 1992 pour Le Monde (dans L’Express, la première nominalisation apparaît un mois plus tard, avec l’édition du 25 juin). Nous proposons donc de nous intéresser à la période 1980-mai 1992 en la bornant au 20 mai 1992 inclus.

47Dans Le Nouvel Observateur, on ne trouve qu’une seule occurrence de la proto-formule durant cette période de douze ans et demi. Il s’agit de la variante « ethniquement pure », qui apparaît dans l’édition du 28 octobre 1988 et qui qualifie une « région » (le Kosovo). Dans L’Express, de janvier 1980 au 20 mai 1992, on rencontre quatre fois la proto-formule. Celle-ci apparaît à une reprise sous la forme du syntagme nominal « pureté ethnique », qui réfère à une pureté ethnique « albanaise » (édition du 5 juillet 1985). Les trois autres occurrences correspondent à des syntagmes adjectivaux : « ethniquement pur » qualifiant le « Kosovo » (édition du 2 avril 1982), « ethniquement pure » qualifiant la « Slovénie »(26 septembre 1991), et « ethniquement pure » qui qualifie la « Serbie » (12 décembre 1991). Dans Le Monde, de 1980 au 20 mai 1992, la proto-formule apparaît quinze fois. Elle apparaît une fois à travers l’adjectif « pur » utilisé sans adverbe : «  […] en Herzégovine de l’ouest, où se trouve, sur le plan démographique, la partie la plus pure de la Croatie. » (édition du 19-20 janvier 1992). Elle se manifeste une fois dans le verbe « nettoyer » conjugué au présent de l’indicatif : «  […] l’agresseur nettoie par la terreur les régions de Drnis et Knin, de Baranja et de Vukovar de la population croate. » (24 janvier 1992) Dans les treize autres occurrences, c’est un syntagme adjectival utilisant le radical « pur- » et l’adverbe « ethniquement » qui apparaît : on rencontre ainsi « ethniquement pure » qualifiant une « grande Albanie » (1er octobre 1981), « ethniquement pure » qualifiant une « région albanaise » qui se trouve être le « Kosovo » (9 janvier 1986), « ethniquement pur »qualifiant le « Kosovo » (éditions des 30 juin 1987, 12 octobre 1988, 6 avril 1989 et 20 octobre 1990), « ethniquement pur » qualifiant un « État islamique » qui réfère à la Bosnie-Herzégovine (23 août 1983), « ethniquement pur » qualifiant un « État musulman en Bosnie-Herzégovine » (8 octobre 1987), « ethniquement pure » qualifiant la « Bosnie-Herzégovine » (8 octobre 1987), « ethniquement pur » qualifiant un « État » qui réfère à la Croatie (14 août 1991), « ethniquement pures » qualifiant des « régions » convoitées par les Serbes en Croatie (10 septembre 1991), « ethniquement pures » qualifiant des « régions » convoitées par les Serbes en Bosnie (15 mai 1992), et enfin on rencontre le syntagme « ethniquement pures », qualifiant des « régions » convoitées par les « dirigeants » des entités issues de l’ex-fédération yougoslave (édition du 20 mai 1992).

48On voit combien la représentation du syntagme « ethniquement pur(e)(s) » est écrasante durant cette période : celui-ci correspond à 17 des 20 occurrences de la proto-formule enregistrées de 1980 au 20 mai 1992. Cela ne signifie pas que le syntagme adjectival n’apparaisse pas après cette date. Cela signifie que la période 1980 - mai 1992 est caractérisée par une distribution très inégale des variantes, dans laquelle « ethniquement pur(e)(s) » se manifeste comme représentant prototypique.

Rythme de diversification des variantes employées. Le tournant de mai-juin 1992

49La grande monotonie des variantes employées durant la période 1980 - mai 1992 contraste avec la diversité des variantes qui seront utilisées au cours des mois et des années qui suivent. À la fin de l’année 1994, on aura rencontré 28 variantes différentes dans Le Nouvel Observateur, 15 dans L’Express et 67 dans Le Monde. Au milieu du printemps 1992, on est encore bien loin du compte. Nous proposons un graphique (voir graphique n° 7) qui permet d’apprécier la façon dont, en quelques dizaines de mois, ces journaux diversifient l’usage des variantes de la formule.

50Pour chaque journal, le graphique présente le cumul des variantes employées. Nous attirons l’attention du lecteur sur le fait que deux échelles distinctes ont dû être utilisées sur l’axe des abscisses, ce qui tend malheureusement à amoindrir l’effet de rareté des apparitions de nouvelles variantes au cours des années 19801991, mais ce qui permet de mieux identifier les moments où des variantes inédites jusque-là apparaissent au cours des années 1992-1994.

51Le graphique n° 7 montre le rôle déterminant de mai-juin 1992 (fin mai pour Le Nouvel Observateur et pour Le Monde, fin juin pour L’Express) dans le rythme propre à la formule. Avant que ne paraisse son édition du 21 mai 1992, Le Nouvel Observateur ne dispose que d’une seule variante de la formule. Avant son édition du 24 mai, Le Monde ne dispose que de 5 variantes. Quant à L’Express, il ne dispose que de 3 variantes lorsque paraît son édition du 25 juin 1992.

52C’est à partir de mai-juin 1992 que la diversification des variantes commence à s’accélérer. Du 21 mai au 31 juillet, soit en un peu plus de deux mois, Le Nouvel Observateur réalise 2 nouvelles variantes, L’Express en réalise également 2 et Le Monde, 8. Cette diversification continue de s’accélérer en août 1992, mois au cours duquel 2 nouvelles variantes apparaissent dans Le Nouvel Observateur, 2 également dans L’Express et 6 dans Le Monde.

53Après un ralentissement en septembre et octobre 1992, observable dans les trois journaux, une nouvelle période de diversification commence en novembre 1992 pour s’achever à la mi-juin 1993. La vague de diversification qui commence à la fin 1992 est telle que, au début de l’année 1993 (14 janvier dans L’Express, 4 février dans Le Nouvel Observateur, 20 février 1993 dans Le Monde), les journaux ont employé au moins une fois la moitié des variantes finalement disponibles dans leurs colonnes respectives. Six mois plus tard, au 30 juin 1993, Le Nouvel Observateur a réalisé 18 variantes sur 28, L’Express 14 sur 15, et Le Monde 50 sur 67.

  • 45 Ces variantes indédites sont « nettoie » (3e personne), « se purifie », « pur », « nettoyer » et «  (...)

54La diversification des variantes utilisées connaît ensuite un rythme variable selon les journaux, mais, dans tous les cas, les apparitions de variantes nouvelles sont plus espacées qu’elles ne l’étaient sur la période novembre 1992-juin 1993. Le Nouvel Observateur enregistre une diversification des variantes particulièrement nette en septembre 1993, conséquence de l’emploi par une lectrice de 5 variantes jusque-là inédites, dans une lettre publiée dans l’édition du 23 septembre45. Mais, globalement, à partir de juillet 1993, les apparitions de variantes nouvelles se raréfient, comme en témoignent les courbes, qui commencent alors à former des plateaux. L’année 1994 est particulièrement pauvre en apparitions de variantes inédites. Pour toute l’année civile 1994, L’Express réalise une seule variante qu’il n’avait pas encore utilisée jusque-là, Le Nouvel Observateur réalise 3 variantes inédites jusqu’alors, et Le Monde en réalise 11.

Ordre d’apparition des variantes et inscription dans l’événementialité. Les variantes prototypiques et les « camps »

55Nous avons vu que les premières variantes qui apparaissent sont « ethniquement pur », « ethniquement pure » et « ethniquement pures » (et isolément « pur », « pureté ethnique » et « nettoie »). Il importe à présent de voir quelles variantes apparaissent après le 20 mai 1992, et dans quel ordre. Car ce qui est vrai dans Le lièvre et la tortue (rien ne sert de courir, il faut partir à point) et dans l’organisation des activités humaines (plus on s’y prend tôt, plus on se donne les moyens de faire les choses) n’est manifestement pas toujours vrai en matière discursive : « ethniquement pur(e)(s) », qui est apparu le premier, ne sera pas le représentant dominant de la formule.

56Les tableaux n° 2, 3 et 4 donnent à lire, pour chaque journal, la première apparition de chacune des variantes dans le journal considéré. À droite, on rappelle le nombre total d’occurrences de chaque variante rencontrées dans le journal considéré de 1980 à 1994.

57La conclusion de ces tableaux est que le monde peut appartenir à ceux qui se lèvent tard – mais au bon moment. « Ethniquement pur », « ethniquement pure » et « ethniquement pures » (de même que « pur », « pureté ethnique » et « nettoie ») enregistrent des fréquences relativement modestes. Les trois variantes qui en définitive représenteront le mieux la formule apparaissent au cours de la première période de diversification observée de mai à août 1992. Dans Le Monde, la première des trois variantes prototypiques à se manifester apparaît le 28 mai 1992. Il s’agit de « purification ethnique » (« nettoyage ethnique » apparaît le 5 juillet, puis « nettoyage ethnique » le 31 juillet). Dans Le Nouvel Observateur, la première variante prototypique apparaît le 25 juin 1992. Il s’agit encore de « purification ethnique » (« nettoyage ethnique » apparaît le 6 août, et « épuration ethnique » n’apparaît que le 24 décembre 1992). Dans L’Express, la première variante prototypique apparaît également le 25 juin 1992. Il s’agit encore et toujours de « purification ethnique » (« épuration ethnique » apparaît le 16 juillet, et « nettoyage ethnique » le 27 août). Au moment où la diversification des variantes connaît un ralentissement (septembre-octobre 1992), Le Monde et L’Express auront réalisé les trois variantes prototypiques, et Le Nouvel Observateur aura réalisé les deux principales d’entre elles. C’est donc après être apparue dans ses manifestations qui s’avéreront globalement les plus fréquentes dans le récit de la guerre que la formule amenuise le rythme de sa diversification. Les événements ont pu être nommés.

Tableau n° 2 Première apparition de chaque variante dans Le Nouvel Observateur

58Le tableau présente la chronologie de l’apparition initiale de chacune des variantes rencontrées dans Le Nouvel Observateur, avec un rappel de la fréquence totale de cette variante dans cet hebdomadaire pour la période 1980-1994. La date est celle de l’édition.

Variante

Première apparition

Fréquence (rappel)

ethniquement pure

28 octobre 1988

4

nettoyage

21 mai 1992

4

purification ethnique

25 juin 1992

119

nettoyage ethnique

6 août 1992

51

purification

13 août 1992

4

nettoyée

29 octobre 1992

2

nettoyages ethniques

29 octobre 1992

1

ethniquement pur

19 novembre 1992

4

pureté ethnique

19 novembre 1992

1

épuration ethnique

24 décembre 1992

6

ethniquement pures

24 décembre 1992

1

nettoyés

14 janvier 1993

1

purifie (3e pers.)

21 janvier 1993

3

purificateur ethnique

4 février 1993

1

pureté

8 avril 1993

1

impureté

22 avril 1993

1

impureté ethnique

22 avril 1993

1

purificateurs ethniques

27 mai 1993

3

nettoie (3e pers.)

23 septembre 1993

2

se purifie

23 septembre 1993

2

pur

23 septembre 1993

2

nettoyer

23 septembre 1993

1

pures

23 septembre 1993

1

purifiées

9 décembre 1993

1

purifier

23 décembre 1993

1

purifications ethniques

27 janvier 1994

1

nettoie ethniquement

4 août 1994

1

purificatrice (sa)

24 novembre 1994

1

3e pers. = 3e personne du singulier

sa = syntagme adjectival

Tableau n° 3 Première apparition de chaque variante dans L’Express

59Le tableau présente la chronologie de l’apparition initiale de chacune des variantes rencontrées dans L’Express, avec un rappel de la fréquence totale de cette variante dans cet hebdomadaire pour la période 1980-1994. La date est celle de l’édition.

Variante

Première apparition

Fréquence (rappel)

ethniquement pur

2 avril 1982

2

pureté ethnique

5 juillet 1985

3

ethniquement pure

26 septembre 1991

4

purification ethnique

25 juin 1992

55

épuration ethnique

16 juillet 1992

4

purifiée

20 août 1992

1

nettoyage ethnique

27 août 1992

15

purifie (3e pers.)

14 janvier 1993

2

nettoyage

28 janvier 1993

3

purification

4 février 1993

3

purifiés

22 avril 1993

1

purifier

29 avril 1993

1

ethniquement purs

17 juin 1993

2

nettoyer

17 juin 1993

1

épurer

12 mai 1994

1

3e pers. = 3e personne du singulier

Tableau n° 4 Première apparition de chaque variante dans Le Monde

60Le tableau présente la chronologie de l’apparition initiale de chacune des variantes rencontrées dans Le Monde, avec un rappel de la fréquence totale de cette variante dans ce quotidien pour la période 1980-1994. La date est celle de l’édition (les dates doubles sont simplifiées ; par exemple, Le Monde du 30-31 août 1992 devient 30 août 1992).

Variante

Première apparition

Fréquence (rappel)

ethniquement pure

1er août 1981

11

ethniquement pur

23 août 1983

11

ethniquement pures

10 septembre 1991

9

pure

19 janvier 1992

5

nettoie (3e pers.)

24 janvier 1992

1

purification

24 mai 1992

23

purification ethnique

28 mai 1992

479

pureté ethnique

2 juin 1992

8

purs

5 juin 1992

2

purifiée

26 juin 1992

1

épuration ethnique

5 juillet 1992

112

nettoyages ethniques

30 juillet 1992

10

nettoyage ethnique

31 juillet 1992

219

nettoyée

21 août 1992

2

épuration

26 août 1992

10

nettoyé

27 août 1992

2

ethniquement purs

30 août 1992

7

nettoyage

30 août 1992

17

nettoyer

30 août 1992

11

être nettoyées

1er septembre 1992

1

purififactions (coquille)

10 septembre 1992

1

être ethniquement épurés

4 novembre 1992

1

nettoyés

11 novembre 1992

4

purifier

12 novembre 1992

7

ethniquement purifiée

21 novembre 1992

4

purifiez (impératif)

24 novembre 1992

1

épurée

27 novembre 1992

1

impur

16 décembre 1992

2

anti-purification ethnique

26 décembre 1992

1

impureté

5 janvier 1993

2

purifiés ethniques (sn)

9 janvier 1993

1

purificateur (sa)

10 janvier 1993

2

purifications

20 janvier 1993

5

nettoyeurs ethniques

20 février 1993

3

purificatrice (sa)

24 février 1993

5

nettoyeurs (sn)

27 février 1993

1

nettoyait

18 mars 1993

1

nettoyages

9 avril 1993

2

épurations

9 avril 1993

1

purifiés

18 avril 1993

6

nettoient

18 avril 1993

1

purifiées

5 mai 1993

1

pureté

21 mai 1993

3

ont nettoyé

21 mai 1993

1

purifiée ethniquement

22 mai 1993

1

ont purifié

23 mai 1993

2

nettoyer ethniquement

26 mai 1993

1

avoir purifié

5 juin 1993

1

ont été nettoyées

10 juin 1993

1

épurateurs (sn)

30 juin 1993

1

purificateurs ethniques

2 juillet 1993

5

avoir été ethniquement purifiées

9 juillet 1993

1

purificateurs (sn)

20 juillet 1993

4

ont été nettoyés

20 octobre 1993

1

purifications ethniques

4 novembre 1993

4

purifie (3e pers.)

31 décembre 1993

1

ethniquement purifié

26 mars 1994

1

nettoyées

6 avril 1994

1

purifient

7 avril 1994

1

impure

17 mai 1994

1

impurs

29 mai 1994

1

non-ethniquement purs

7 juin 1994

1

avaient été ethniquement purifiés

13 août 1994

1

sont nettoyés

10 septembre 1994

1

purifièrent

28 septembre 1994

1

épurations ethniques

28 octobre 1994

1

purificateur (sn)

25 novembre 1994

1

3e pers. = 3e personne du singulier

sn = syntagme nominal

sa = syntagme adjectival

  • 46 Nous avons vu en effet que les documents nationalistes serbes des années 1980 et du début des année (...)
  • 47 Est-elle encore proto-formule, ou est-elle déjà formule ? Ni l’une ni l’autre en vérité, puisqu’ell (...)

61Nous avons remarqué plus haut que l’usage rapproché de la formule (toutes variantes confondues) commençait à se produire en mai-juin 1992, coïncidant ainsi avec les premières informations et rumeurs sur l’existence de « camps » en Bosnie. Nous noterons à présent aussi que les premières apparitions des variantes prototypiques de la formule se produisent au même moment. Ce qui se passe dans la morphosyntaxe a toujours partie liée avec la tournure des événements mondains : l’événement lexical qu’est l’apparition du syntagme « purification ethnique » – variante morpho-syntaxique jusque-là inédite dans le corpus (et ailleurs pour ce que nous en savons46) – est certes antérieur à l’événement « découverte des camps », mais il coïncide très étroitement avec les tout premiers énoncés qui parlent des camps, autrement dit avec les tout premiers discours qui commencent timidement à en faire le récit. « Purification ethnique », qui transforme et prend la place de « ethniquement pur(e)(s) », accompagne l’émergence d’une thématique nouvelle qui bientôt fera événement. La « formule »47 est alors, en mai-juin 1992, cet « énoncé rare » dont parle Jacques Guilhaumou (1998, p. 125), un énoncé rare dont « la temporalité spécifique […], mesurée plus en terme de rupture événementielle que de continuité sérielle […] confère à l’énoncé une valeur d’acte configurant. » (idem) Car la formule configure le discours sur les « camps » qui commence à se faire jour, avant que cette formule ne soit, au mois d’août, définitivement validée dans sa valeur de description de l’événement et pleinement advenue formule au sens où nous l’entendons.

62Nous voyons dans la répartition des premières apparitions des différentes variantes, présentée dans les tableaux n° 2, 3 et 4, un effet d’entraînement produit par les variantes prototypiques, et singulièrement par la plus prototypique d’entre elles : « purification ethnique ». C’est elle, peut-on dire, qui génère la plupart des autres variantes : elle rend possible la majorité des syntagmes verbaux, les préfixés en « im- » (« impur », « impureté »…), les néologismes par préfixation (« anti-purification ethnique », « non-ethniquement purs »), ou encore les dérivations impropres (« purifiés ethniques » comme syntagme nominal). C’est elle, en tout état de cause, qui se répète et se reproduit, dans la prolifération des emplois des syntagmes « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique », observable à partir d’août 1992, où la formule commence à prendre « une dimension fortement abstraite, doctrinale et universalisante », où elle passe, toujours selon les termes de Guilhaumou (idem), « d’une expression inédite à l’abstraction du concept ».

63Les données présentées dans les tableaux nous montrent que, outre « purification ethnique », « nettoyage ethnique » et « épuration ethnique », ce sont d’une façon générale les variantes les plus utiles à la description des faits, c’est-à-dire les variantes les plus fréquentes, qui apparaissent avant la fin de l’année 1992. Les 10 variantes les plus employées dans Le Monde (celles qui comptent de 9 à 479 occurrences) ont été réalisées à la date du 1er septembre 1992. Dans L’Express, les 4 variantes les plus utilisées (de 4 à 55 occurrences) ont été réalisées à la même date. Dans Le Nouvel Observateur, du fait de l’apparition tardive de « épuration ethnique », il faut attendre le 1er janvier 1993 pour que les 7 variantes les plus fréquentes (de 4 à 119 occurrences) aient été réalisées.

64À l’inverse, les variantes les moins fréquentes sur l’ensemble de la période 1980-1994 apparaissent préférentiellement en 1993 et 1994. Sur les 34 hapax rencontrés dans Le Monde de 1980 à 1994, 15 apparaissent en 1993 et 11 en 1994. Dans Le Nouvel Observateur, 9 des 15 hapax observés apparaissent en 1993 et 3 apparaissent en 1994. Dans L’Express, sur 5 hapax rencontrés, 3 apparaissent en 1993 et 1 en 1994. Plus globalement, les années 1993 et 1994 sont caractérisées par des apparitions de variantes qui étaient inédites jusque-là et qui demeuront rares ou relativement rares. En particulier, les variantes qui apparaissent pour la première fois en 1994 sont systématiquement des hapax, et ceci dans les trois journaux. Il est probable qu’une extension du corpus à des années ultérieures aurait permis de voir apparaître d’autres variantes rares. La liste des variantes possibles est en effet sinon réellement infinie du moins considérablement longue, tenant compte des multiples néologismes que les énonciateurs sont capables de réaliser, et tenant compte du fait que nous avons choisi de travailler sur des formes non-lemmatisées, ce qui a notamment pour effet d’accroître le nombre de formes verbales susceptibles d’apparaître.

65Sans que nous tenions compte des emplois précis de la formule au cours des années 1980 à 1994, et en nous contentant d’une approche quantitative périodisée, qui s’attache à la fois à la formule en général et aux différentes variantes lexicales et morpho-syntaxiques, il est facile à présent de dégager deux périodes distinctes :

  • Une période, qui va de 1980 à mai 1992, caractérisée par des fréquences faibles, par des fréquences dispersées, et par le petit nombre des variantes employées. Le syntagme « ethniquement pur(e)(s) » apparaît durant cette période comme le représentant presque exclusif de la proto-formule.

  • Une seconde, qui va de mai 1992 à fin 1994, caractérisée globalement par des fréquences élevées, par des fréquences rapprochées, et par la diversité des variantes employées. Le syntagme « purification ethnique » apparaît durant cette période comme le meilleur représentant de la formule.

66C’est de cette temporalité, observée sur trois journaux du corpus et établie selon des critères rigoureux mais pauvres, que nous partons pour organiser la suite de cette seconde partie de l’ouvrage. Celle-ci, au cours de laquelle nous analysons les modalités de la construction et de la « déconstruction » de la formule, va nous permettre de voir que ces deux périodes se caractérisent également par des régimes énonciatifs et métadiscursifs distincts dans l’usage de la proto-formule, puis de la formule. Elle va nous permettre également de voir comment s’opère la mise en circulation de la formule, dans ce moment singulier que l’analyse quantitative périodisée nous a permis de repérer autour des mois de mai-juin 1992.

Notes

1 Le lecteur trouvera le détail de cet inventaire et de cette quantification dans Alice Krieg (2000 c). Voir en particulier, pour l’inventaire, « Sous quelles formes trouve-t-on la formule ? Liste close des variantes » (p. 265-279) et, pour la quantification, « Par quelles unités la formule est-elle préférentiellement portée ? Quantification des variantes » (p. 330-351).

2 Par « totalité du corpus » ou « ensemble du corpus », nous désignons le corpus de presse (2 348 références) et le corpus extra-médiatique (318 références). Pour plus d’explications voir ici p. 21-22.

3 Nous avons considéré « épur- » comme un radical à part entière, bien que ce soit lexicographiquement inexact. Il est certain que « é- » n’est que peu désémantisé dans le champ dérivationnel de « épur- », qu’il soit envisagé, depuis la science étymologique, comme un préfixe exprimant l’action d’achever, ou qu’il soit interprété, selon un sentiment linguistique sans doute assez partagé, comme un préfixe exprimant l’extraction. De ce point de vue, « pur- » est bien le radical objectif de « épur- ». Cependant l’adjonction du préfixe « é- » au morphème lexical « pur- » donne lieu à une série de dérivés distincte de celle qui dérive de « pur- » non-préfixé (* « épurifier », * « épurification »…). De ce fait, nous avons estimé que « pur- » et « épur- » pouvaient être considérés comme des radicaux distincts, chacun générant son propre champ dérivationnel comprenant l’ensemble des principales catégories grammaticales élémentaires. Le radical « net- », pour sa part, a d’autant moins posé de problème qu’il ne connaît aucune préfixation (du moins dans les unités rencontrées dans le corpus, car il existe par ailleurs l’adjectif – rare et non enregistré par la plupart des dictionnaires – « innettoyable »).

4 Dont 16 syntagmes nominaux, 29 syntagmes verbaux et 31 syntagmes adjectivaux.

5 Dont 10 syntagmes nominaux, 23 syntagmes verbaux et 11 syntagmes adjectivaux.

6 Dont 6 syntagmes nominaux, 7 syntagmes verbaux et 3 syntagmes adjectivaux.

7 Voir Alice Krieg (2000 c), p. 54-55.

8 Dans le présent travail, nous utilisons le terme « nominalisation » spécifiquement pour désigner les nominalisations actives et / ou résultatives du verbe (par différence avec les nominalisations qualitatives de l’adjectif, etc.). En outre, nous employons « nominalisation » dans une acception qui n’est ni dérivationnelle (au sens où le nom serait nécessairement historiquement dérivé d’un verbe), ni transformationnelle (au sens où le nom se présenterait nécessairement, à l’intérieur du texte, comme la transformation d’un énoncé verbal présent en amont voire en aval du texte, et par rapport auquel le nom constituerait une endophore). Nous employons « nominalisation » dans une acception sémantique : nous considérons que constitue une nominalisation un nom qui produit un effet de sens tel que ce nom se présente comme s’il était le résultat de la transformation d’un énoncé verbal (le nom est formé de manière que, sémantiquement, il présuppose l’existence d’un verbe). Ainsi, nous considérons que sont des nominalisations non seulement « nettoyage », « démocratisation » ou « élargissement », mais aussi « copinisation » ou « footballisation ». Ce dernier terme est utilisé par l’ethnologue Christian Bromberger, alors que se prépare en France la coupe du monde de football : « Il y a une footballisation de la société. On pense le monde social sur un mode footballistique, alors qu’avant on pensait le football sur un mode social. » (Christian Bromberger interviewé par Christian Losson et Olivier Villepreux, « “Il y a une footballisation de la société” », Libération, 12 mai 1998, p. 22) L’autre néologisme est utilisé par Edgar Morin dans une tribune publiée en 1963, dans la période de plein succès de l’émission « Salut les copains » et des concerts yé-yé : « Avec une volonté d’indifférence, qui est peut-être sa grande illusion, le monde “copain” s’enferme dans un “nous, les jeunes, nous ne sommes pas croulants” […]. De même, la “copinisation” générale, je veux dire l’élimination des aspects désagréables de l’existence, reflète-t-elle une sotte frivolité ou le désir de gagner du temps sur l’inexorable sérieux, sur les conflits et tragédies réelles de l’homme et de la société ? » (Edgar Morin, « Le “yé-yé” », Le Monde, 7-8 juillet 1963, p. 12). Certes, les verbes « copiniser » et « footballiser » n’existent pas. Cependant les noms « copinisation » et « footballisation » se présentent comme si ces verbes existaient – ce qui ne signifie pas par ailleurs qu’il soit forcément aisé d’assigner des sens précis à ces verbes inexistants (« copiniser » : « établir un rapport au monde et aux autres sur le mode léger du rapport entre copains »… ? ; « footballiser » : « affecter à quelque chose les valeurs du football »… ?).

9 Voir Alice Krieg (2000 c), p. 386-402.

10 Voir Marie-Françoise Mortureux (1993 et 1997, p. 99-103). Par « paradigme désignationnel », Marie-Françoise Mortureux désigne l’ensemble des termes qui, dans un texte ou un ensemble de textes, ont le même référent. Les éléments d’un paradigme désignationnel donné sont, les uns par rapport aux autres, des reformulants in abstentia. Marie-Françoise Mortureux distingue le paradigme désignationnel du « paradigme définitionnel », qui rassemble l’ensemble des termes que le discours étudié donne explicitement pour synonymes, au moyen de mots métalinguistiques en particulier (voir ici p. 328-329).

11 Paul Henry (1975) et (1977) ; Michel Pêcheux (1975). Sur l’élaboration du concept de préconstruit par Paul Henry et Michel Pêcheux, voir Denise Maldidier (1990, p. 26-27, 32-33, 39-40, 42).

12 Voir en particulier Patrick Sériot (1983), (1985 a), (1985 b), (1986) et (1993). Sur la nominalisation comme préconstruit, voir également Jean-Jacques Courtine (1981, p. 35-36).

13 Le terme de « préconstruit » désigne, selon une des formulations de Michel Pêcheux (1975, p. 88-89), « ce qui renvoie à une construction antérieure, extérieure, en tout cas indépendante, par opposition à ce qui est “construit” par l’énoncé ». Défini comme effet discursif d’antériorité et d’extériorité, le préconstruit affecte l’énoncé d’un élément qui arrive à lui « comme si cet élément s’y trouvait déjà » (ibid., p. 89), ou encore, pour reprendre une expression chère à Pêcheux, « comme s’il était pensé “avant, ailleurs, indépendamment” » (ibid., p. 140). Voir notre analyse, « La nominalisation d’action comme préconstruit » (Alice Krieg, 2000 c, p. 450-454).

14 Voir « Nominalisation et sous-détermination des acteurs » dans Alice Krieg (2000 c, p. 454-456).

15 Voir « Un cas d’ambiguïté prédicative », ibid., p. 456-464.

16 L’adjectif « ethnique » est relationnellement ambigu en ce sens qu’il ne donne pas à voir univoquement la relation qu’il établit entre le nom qui constitue sa base et le nom qui le régit. Voir « Point de vue sémantique : l’adjectif dénominal “ethnique”, relationnellement ambigu », ibid., p. 467-474, et Alice Krieg (2002).

17 L’adjectif « ethnique » est énonciativement sous-déterminé en ce sens qu’il laisse dans un état de sous-détermination la prise en charge énonciative du terme « ethnie » qui lui est sous-jacent, et que par conséquent il ne donne pas à voir univoquement l’identité du locuteur qui prend en charge le présupposé d’existence de la catégorie « ethnie ». Voir « Point de vue énonciatif : “ethnique”, un adjectif énonciativement sous-déterminé », ibid., p. 474-480, et Alice Krieg (2002).

18 Voir « Un nom substantif au singulier : la formule comme concept », ibid., p. 343-346.

19 Dans l’expression « variante(s) prototypique(s) », nous nous référons à une acception courante de « prototype » (modèle principal, type idéal) plutôt qu’à l’acception spécifique du terme dans ce que Georges Kleiber appelle la « version standard » de la sémantique du prototype. Le « prototype » dont parle Eleanor Rosch ainsi que les sémanticiens et psychologues qui la suivent sur cette voie est une catégorie cognitive, de l’ordre de la représentation (on me dit « oiseau » et je me représente un moineau) ou une catégorie mondaine, de l’ordre du référent (je vois un moineau et je le nomme facilement « oiseau »), mais elle n’est pas une catégorie lexicale ou discursive. Au contraire, au sens où nous l’utilisons dans l’expression « variante(s) prototypique(s) », le prototype de la formule est une unité graphique (une suite d’unités graphiques dans le cas de « purification ethnique »), non-réductible à du cognitif ou du référentiel. Sur la sémantique du prototype, dans une abondante littérature, voir les synthèses de Georges Kleiber (1988 et 1990). Voir aussi les synthèses et critiques exposées dans Danièle Dubois (dir.) (1993).

20 Le lecteur trouvera les graphiques en annexe. Je remercie Clément Krieg pour son aide dans la présentation des résultats.

21 Dans ce travail nous employons l’adjectif « mondain » tel qu’il a cours en sémiologie et non tel qu’il peut être utilisé dans Point de vue - Images du monde. Le dictionnaire Le Nouveau Petit Robert (1993) définit ainsi une des acceptions de « mondain » : « Sémiologie. Qui appartient au monde (opposé au langage) ». L’adjectif « mondain » qualifie, si l’on peut dire, les choses du monde abstraction faite des mots de la langue qui les nomment et des discours qui les commentent. La distinction entre « mondain » et « langagier » est ainsi proprement sémiotique, puisque le langage fait par ailleurs partie du monde.

Nous parlerons ainsi d’« événement mondain » par différence avec diverses notions telles que « événement discursif », « événement de discours », « événement d’énonciation » ou « événement linguistique ».

Nous parlerons de « réel mondain » (ou de « réalité mondaine ») et de « fait mondain » par différence avec ce qui, dans ce qui n’en est pas moins réel et constitue tout autant des faits, appartient néanmoins à d’autres ordres, l’ordre du discursif ou celui du linguistique.

Nous parlerons de « mot mondain » et de « mot métalinguistique » selon les définitions qu’en donne Josette Rey-Debove. Celle-ci distingue (1978, p. 26) dans le lexique d’une langue naturelle : les « mots mondains, c’est-à-dire destinés à parler de ce qui n’est pas le langage (le monde, les choses) », par exemple « maison » ou « mortellement » ; les « mots métalinguistiques, c’est-à-dire destinés à parler du langage », par exemple « adjectif » ou « dire » ; les « mots neutres par rapport aux deux ensembles précédents, qui s’intègrent indifféremment à l’un ou à l’autre », par exemple « il » ou « grand ».

Nous parlerons de « référent mondain » et de « référent langagier » pour distinguer respectivement, comme le fait occasionnellement Jacqueline Authier (1992 a), les emplois en usage et les emplois en mention.

22 « Pré-formule », « formule en devenir », « précurseur de formule », « formule en latence », « formule en gestation », pire « candidat à la formule », et d’autres termes à imaginer, auraient été à peu près aussi inélégants que celui que nous proposons faute de mieux.

23 Voir Olivier Razac (2000, p. 11-65).

24 Des graphiques comportant les mêmes données mais les distribuant par semaine peuvent être consultés dans Alice Krieg (2000 c), p. 359-361. Ils offrent une perception d’ensemble moins satisfaisante que ceux fournis ici mais ont l’avantage de la précision : ils permettent de voir la dispersion, ou au contraire la concentration, des occurrences à l’intérieur d’un mois donné.

25 Sur la « découverte des camps » comme événement, voir p. 32-66.

26 Pascal Bruckner, « Survivrons-nous à la Yougoslavie ? », Le Monde, 28 mai 1992, p. 2. Voir ici p. 35.

27 Sur la « découverte des viols » comme événement, voir p. 66-83.

28 Dans Le Nouvel Observateur, la fréquence élevée de 11 occurrences enregistrée pour septembre 1993 est en partie attribuable à une lettre de lectrice publiée dans l’édition du 23 septembre, et dans laquelle l’une ou l’autre variante de la formule est utilisée 9 fois.

29 Pour plus de détails revoir p. 83-85.

30 Henri Guirchoun, « “Purification” : les Croates aussi », Le Nouvel Observateur, 29 avril 1993, p. 50-51.

31 Patrick Sabatier, « Dîner de têtes », Libération, 12 mars 1993, p. 3.

32 Cité par Bernard Poulet, « Les Bosniaques trahis », L’Événement du jeudi, 27 mai 1993, p. 6.

33 Alain Sanders, « Le mandat de la Forpronu prolongé jusqu’au 30 juin », Présent, 1er avril 1993, p. 4.

34 Article non signé, « Milosevic à Paris évite de s’engager », Ouest-France, 12 mars 1993, p. 2.

35 Sur ce livre voir p. 129.

36 Sur ce livre, voir p. 122-132.

37 Pour plus de détails sur cette période, revoir p. 91-98.

38 James Gow, Richard Paterson, Alison Preston (dir.) (1996). Voir en particulier la contribution de Marie-Claude Taranger (1996).

39 Voir p. 232-233.

40 Voir chapitre premier « Des événements et des périodes ».

41 Alain Sanders, art. cit.

42 Renaud Girard, « L’ONU dans le piège de la “purification ethnique” », Le Figaro, 9 septembre 1992, p. 3.

43 Voir « Quantification des variantes », p. 224-230.

44 Voir Alice Krieg (2000 c, p. 369-375) où l’on apprendra notamment que la hiérarchie des trois variantes est pour l’essentiel constante de juillet 1992 à décembre 1994. La primauté de « purification ethnique », déjà observée hors de toute considération diachronique, se voit ainsi confirmée : représentante prototypique de la formule, « purification ethnique » le demeure au fil des années étudiées.

45 Ces variantes indédites sont « nettoie » (3e personne), « se purifie », « pur », « nettoyer » et « pures ».

46 Nous avons vu en effet que les documents nationalistes serbes des années 1980 et du début des années 1990 – ou plutôt leurs traductions –, parmi lesquels le Mémorandum, employaient l’expression « ethniquement pur » (et surtout le mot « génocide »), mais non pas les syntagmes « purification ethnique », « nettoyage ethnique » ou « épuration ethnique ». Nous avons vu aussi que certains textes ou extraits de textes produits entre 1820 et 1992 et publiés par Grmek, Gjidara et Simac dans leur livre Le Nettoyage ethnique employaient des termes renvoyant au nettoyage (le verbe « nettoyer » et le nom « nettoyage », et, quand la forme originale est indiquée, les verbes « oçistiti » et « çistiti », et l’adjectif « çista »), mais ces termes apparaissent dans des acceptions militaires. Ni « purification ethnique », ni « nettoyage ethnique », ni « épuration ethnique » n’étaient présents dans les textes publiés par les auteurs (ils n’apparaissent que dans les commentaires de ces derniers).

47 Est-elle encore proto-formule, ou est-elle déjà formule ? Ni l’une ni l’autre en vérité, puisqu’elle ne remplit pas encore la totalité des conditions nécessaires à son statut formulaire. Elle est, pouvons-nous dire, une formule qui connaît le délicat moment de sa mise en circulation.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search