Version classiqueVersion mobile

« Purification ethnique »

 | 
Alice Krieg-Planque

Seconde partie. Construire et déconstruire la formule : émergence et emplois de « purification ethnique »

Introduction à la seconde partie

Texte intégral

1Si, ainsi que nous le pensons, l’interprétation est une contextualisation, cette première partie du travail nous a permis de mettre au jour les éléments de contexte sans lesquels il est impossible de saisir les différentes interprétations dont la formule « purification ethnique » est par ailleurs l’objet. Nous invitons à présent le lecteur à découvrir les formes, la trajectoire et les usages de cette formule, à travers deux analyses complémentaires, qui correspondent aux deux chapitres de cette seconde partie.

2D’abord, nous présentons quelques éléments de statistique lexicale concernant la formule. Parler de « statistique lexicale » est certes excessif si on compare notre corpus à ceux que manipulent ces spécialistes de l’étude quantifiée du vocabulaire que sont les analystes en lexicométrie. En parlant ainsi, nous voulons surtout mettre l’accent sur le fait que ce chapitre (chapitre 4) envisage la formule comme un ensemble d’unités graphiques (ou de suite d’unités graphiques), inventoriables en liste, comptables en fréquence, repérables dans le temps, catégorisables (par morphème lexical, par catégorie grammaticale, par nombre…), etc., par contraste avec la suite de l’étude, qui s’intéresse de beaucoup plus près aux pratiques discursives et aux énoncés considérés dans leur singularité.

3Ensuite, en effet (chapitre 5), nous nous appuierons sur les résultats de l’analyse statistique pour décrire et interpréter, dans le détail des usages, les conditions de l’émergence, de la mise en circulation puis du destin problématique de la formule dans l’espace public. Nous privilégierons à cette occasion les phénomènes d’hétérogénéité énonciative et de métadiscours, dont la statistique lexicale ne permet pas de voir à quel point ils sont symptomatiques des enjeux politiques que le lexique est à même de supporter. Notamment, les différents déjà-dits qui pèsent sur la formule, et plus généralement les rapports de la formule à des extérieurs discursifs, qui sont cruciaux dans le caractère conflictuel de « purification ethnique », apparaîtront dans le lacis complexe et resserré qu’ils forment : des filins d’interdiscours acérés que les commentateurs de la guerre lancent dans l’univers discursif et par lesquels ils espèrent littéralement prendre l’adversaire. « Un énoncé vivant, significativement surgi à un moment historique et dans un milieu social déterminés, écrit Mikhaïl Bakhtine ([1975] 1978, p. 100), ne peut manquer de toucher à des milliers de fils dialogiques vivants, tissé par la conscience socio-idéologique autour de l’objet de tel énoncé et de participer activement au dialogue social. Du reste, c’est de lui que l’énoncé est issu : il est comme sa continuation, sa réplique, il n’aborde pas l’objet en arrivant d’on ne sait où. » Non seulement l’« énoncé » – le mot, chez Mikhaïl Bakhtine – touche à des milliers de fils, mais encore il arrive aux locuteurs de faire bruyamment vibrer un de ces fils, choisi judicieusement. Nous aurons dans cette partie plus d’une occasion d’observer les conséquences polémiques de ces vibrations filaires parfois assourdissantes.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search