Version classiqueVersion mobile

« Purification ethnique »

 | 
Alice Krieg-Planque

Première partie. La formule et ses contextes : les discours sur la guerre yougoslave

Chapitre 3. Des contextes de la formule à la formule en contexte : bilan d’étape de l’analyse du récit de la guerre

Texte intégral

1Au cours de la première partie de cet ouvrage, nous avons proposé notre version du contexte discursif de la formule « purification ethnique », contexte dans lequel cette formule prend consistance – et auquel à son tour elle contribue à donner corps. Nous avons envisagé ce contexte sous l’aspect événementiel (mais sous l’angle des événements en tant qu’ils génèrent des prises de position repérables dans les énoncés), puis sous l’aspect des lieux discursifs, autour desquels se nouent des commentaires qui informent sur la nature des rapports de position en présence dans le conflit. Ce troisième chapitre, plus court que les deux autres, constitue un bilan mais seulement un bilan d’étape : on y relève quelques-uns des traits saillants des résultats dégagés jusqu’ici, tout en opérant l’articulation avec la seconde partie du livre.

Premières observations

Justifier l’usage des mots : un acte politique

2Cette première partie montre que la façon dont les commentateurs prennent position sur le vocabulaire est révélateur de leur position partisane dans le conflit, ou tout simplement de leur position politique au sens large. En disant cela, nous ne nous référons pas seulement aux choix lexicaux des locuteurs, aux stratégies d’occupation du lexique ou à la façon dont les acteurs se nomment et nomment les autres. Certes, l’usage ou le non-usage de telle ou telle lexie est souvent révélateur de la position politique de son utilisateur ; il est certain aussi que les auto-désignations et les désignations de l’adversaire dessinent les frontières de l’appartenance à « nous » et à « les autres ». Mais nous nous référons plus précisément aux justifications explicites que les commentateurs donnent de leurs choix lexicaux. En effet, dans certains cas, ce n’est pas l’acceptation ou le refus d’un désignant qui fait clivage, mais plutôt les raisons pour lesquelles on accepte (on dit accepter) ou on refuse (on dit refuser) ce désignant. Nous avons vu que globalement deux catégories d’acteurs refusent le syntagme « communauté internationale » : les partisans d’une Bosnie unitaire et pluriethnique d’une part, et les partisans des nationalistes serbes d’autre part. Mais ces deux catégories d’acteurs, opposées par ailleurs dans leur vision politique du monde, refusent cette expression pour deux motifs strictement différents. Autrement dit, le refus du syntagme « communauté internationale » unit les deux adversaires, mais la raison de ce refus les divise. De même, nous avons vu que les défenseurs des nationalistes serbes et les défenseurs des nationalistes croates, adversaires dans la réalité du monde, refusent tous deux le désignant « Bosniaque » (pour lui préférer « musulman »), mais ceci pour des motifs antagonistes et parfaitement contradictoires. Dans ces prises de positions symptomatiques des clivages politiques ou partisans, l’analyse des commentaires métadiscursifs s’avère indispensable.

Un récit entre passé historique et nouveauté

3Nous avons montré tout le poids qu’ont les événements historiques, et singulièrement les événements liés à la Seconde Guerre mondiale, dans l’interprétation du conflit yougoslave, que cette interprétation soit envisagée sous l’angle des désignants ou sous l’angle de l’argumentation (dans la question d’une éventuelle intervention militaire par exemple). Cependant, si les événements passés interfèrent dans la description des faits contemporains, le discours médiatique n’est pas (ou ne se limite pas) à un ressassement de l’histoire. En effet, les événements yougoslaves sont eux aussi des opérateurs du récit, dont ils modifient le cours. Nous avons vu comment chacun des cinq événements étudiés ici donnait une orientation nouvelle (ou relançait une orientation déjà présente) dans le commentaire de la guerre en train de se faire. Il est vrai que ce récit en chantier permanent fait parfois retour sur l’histoire (c’est le cas singulièrement à l’occasion de la découverte des camps), mais il est aussi porteur de nouveauté (ainsi, le doute sur l’information exprimé à l’occasion du siège de Gorazde se réfère aux stratégies de propagande très contemporaines des belligérants), et il s’interroge sur le caractère singulier des événements historiques (le débat sur les viols en est un exemple).

Morale et mots d’ordre

4On est frappé, en particulier dans l’analyse des mots d’ordre étudiés ici, par l’importance des critères moraux : la morale semble présider à la production et / ou à l’évaluation des mots d’ordre (ou de ce qui est interprété comme tel). Cette importance de la morale, nous ne saurions dire si elle correspond à une modalité importante d’appréciation de la guerre yougoslave en son ensemble, ou si on doit l’imputer aux mots d’ordre eux-mêmes, qui seraient une des formes d’expression privilégiées d’un point de vue moral sur le monde. Certains acteurs sont particulièrement présents sur ce terrain de la morale. Du côté des acteurs bosniaques, on peut citer principalement Nikola Kovac, ambassadeur de Bosnie-Herzégovine en France, et Zltako Dizdarevic, qui était pendant la guerre rédacteur en chef d’Oslobodenje à Sarajevo. Les acteurs français représentent un groupe plus fourni. On y trouve Bertrand Poirot-Delpech, académicien et chroniqueur au Monde, et Jean-François Deniau, ancien ministre, député UDF pendant le conflit, académicien et chroniqueur au Figaro Magazine. On y trouve Alain Finkielkraut, entre autres fondateur et directeur de la revue Le Messager européen, et Bernard-Henri Lévy, entre autres fondateur et directeur de La Règle du jeu. On y trouve enfin Daniel Rondeau, Pascal Bruckner, Jacques Julliard, André Glucksmann, Edgar Morin et Véronique Nahoum-Grappe.

  • 1 « Pour une réforme de fond de la Sécurité sociale », pétition lancée le 24 novembre 1995 par la rev (...)

5Certains de ces commentateurs ont pour point commun d’avoir fait partie de la liste « L’Europe commence à Sarajevo » (c’est le cas de Bernard-Henri Lévy, Daniel Rondeau, Pascal Bruckner et André Glucksmann). On notera aussi que plusieurs de ces personnes ont un lien avec la revue Esprit : Jacques Julliard a été membre du comité de rédaction de la revue pendant plus de vingt ans, jusqu’en juillet 1984 ; Véronique Nahoum-Grappe, membre du comité de rédaction d’Esprit depuis mai 1989, y a publié plusieurs articles durant la guerre, et le livre Vukovar, Sarajevo…, édité sous sa direction, a paru aux éditions Esprit. Des liens avec Esprit se manifestent aussi à travers le Comité Vukovar-Sarajevo : celui-ci a été fondé en mai 1992, conjointement par des membres du comité de rédaction d’Esprit (Pierre Hassner, Guy Coq, Véronique Nahoum-Grappe) et son directeur (Olivier Mongin), et par certains des commentateurs cités, extérieurs à la revue (Alain Finkielkraut, Pascal Bruckner). Fin 1995, témoignant en cela de leur appartenance au réseau, Alain Finkielkraut, Pascal Bruckner et Jacques Julliard signeront la fameuse pétition lancée par Esprit en soutien au plan Juppé de réforme de la Sécurité sociale1. Si l’on ajoute que des positions morales sur le conflit yougoslave sont fréquemment exprimées dans Télérama, Témoignage chrétien et Croissance, on peut être porté à penser que ce type de point de vue est facilement porté par la mouvance chrétienne progressiste (ce qui ne signifie pas qu’il lui soit exclusif).

Versions fausses : erreurs, mensonges, légèreté

Une version vraie difficile à saisir

  • 2 Revoir ici p. 69-72.
  • 3 Revoir ici p. 98-100.
  • 4 Revoir ici p. 92-94.
  • 5 Pour plus de détails revoir p. 92.
  • 6 Cette thèse est soutenue par Paul Maurer, « L’imposture du professeur Garde, ou les délires d’un sl (...)

6Au cours de la première partie de cet ouvrage, notre lecteur a peut-être eu cette impression (nous aimerions qu’il l’ait eue) : il est très difficile, relativement au conflit yougoslave, de démêler les informations vraies des informations fausses. Au-delà de la complexité réelle de cette guerre, les faits les plus objectivables se laissent difficilement saisir. Ceci est vrai pour le journaliste qui « couvre » la guerre, pour le lecteur de journal contemporain des événements, et même pour l’analyste qui arrive après la bataille (les travaux les plus sérieux sur le conflit n’étant pas exempts de contradictions, et les recherches des historiens, en ce tout début de xxie siècle, étant encore loin d’être abouties). Nous avons observé qu’il était durablement difficile de connaître le nombre exact de viols commis en exYougoslavie2. Nous avons constaté que la situation militaire précise sur le terrain et le bilan des victimes, à propos du siège de Gorazde, étaient sur le moment peu accessibles aux médias français3. L’obus tiré le 27 mai 1992 sur la rue Vase Miskin de Sarajevo, puis celui qui tombe le 5 février 1994 sur le marché de Markale, ont-ils été lancés par des soldats bosniaques ou par des soldats serbes4 ? Les cadavres et les personnes ensanglantées que montrent les images du 5 février 1994 sont-ils des morts et des blessés, comme le dit une majorité de commentateurs, ou bien des mannequins en plastique et des acteurs professionnels, comme le dit Radovan Karadzic5 ? Ou encore, à l’hiver 1991-1992, les colonnes de fumées qui se dégagent de Dubrovnik proviennent-elles d’incendies provoqués par les bombardements serbes sur la ville, comme le dit la plupart des médias français, ou viennent-elles d’incendies de pneus organisés par les Croates pour faire croire que les Serbes détruisent Dubrovnik, comme le disent les nationalistes serbes et leurs défenseurs 6 ? Seule une version du récit peut être la version vraie, et l’auteur de la version fausse soit se trompe, soit ment.

Paroles pamphlétaires

  • 7 Voir p. 126-132.
  • 8 Voir p. 131-132 et p. 140-141.

7Beaucoup d’erreurs et de mensonges circulent à l’occasion de la guerre yougoslave. Cependant, toutes les versions fausses ne sont pas à mettre sur le même plan, car les discours dans lesquels elles sont enchâssées n’appartiennent pas au même genre. C’est un fait que l’on trouve des versions fausses chez toutes les catégories de commentateurs. Les journalistes ne brillent pas toujours par leur esprit critique : la négligence de certains d’entre eux, dont les effets sont parfois renforcés par des partis pris d’ordre politique, s’est illustrée par exemple dans les comptes rendus du livre Le Nettoyage ethnique7. Quelques personnalités associées à la sphère intellectuelle et scientifique font parfois preuve de légèreté. Nous avons vu qu’Alain Finkielkraut ne renonçait ni à la mésinterprétation, ni à la fabrication de faux8. Il faut reconnaître malgré tout que les nationalistes serbes et leurs partisans forment, et de très loin, la catégorie la plus productive en versions fausses (pour autant qu’on s’autorise à en juger, ce que nous faisons). Pourtant, les récits des nationalistes serbes ne se distinguent pas tant par la quantité de leurs versions fausses que par la nature même du genre de discours qui, de façon très cohérente, les porte.

8Le discours des nationalistes serbes, en effet, s’apparente clairement à cette forme particulière du discours agonique que Marc Angenot (1982) a analysée sous le nom de « pamphlet ». Il en présente les principales caractéristiques : le pamphlétaire « est porteur d’une vérité à ses yeux aveuglante, telle qu’elle devrait de toute évidence imprégner le champ où il prétend agir – et pourtant il se trouve seul à la défendre et refoulé sur les marges par un inexplicable scandale » (Angenot, 1982, p. 38). Seul contre tous, le pamphlétaire affronte « l’imposture, c’est-à-dire le faux qui a pris la place du vrai » (ibid., p. 38). Cette imposture n’est pas le fait d’une poignée de charlatans, mais d’« une vaste conspiration, une cabale aux limites floues qui s’appuie sur la lâcheté et la duperie générales » (ibid., p. 92). Dans un monde envahi par le mensonge, le pamphlétaire parle moins, en définitive, par espoir de convaincre que parce qu’il a le devoir de dire la vérité. Il ne peut se taire devant le « monde carnavalesque » (ibid., p. 21) qui se produit sous son regard incrédule.

9Les propos des défenseurs des nationalistes serbes rapportés au cours de cette partie font apparaître leur caractère pamphlétaire : le défenseur des nationalistes serbes est un homme seul qui se bat, par les modestes moyens de l’imprimé à diffusion restreinte (on ne veut pas de lui ailleurs), pour que triomphe la vérité sur le conflit yougoslave. Autour de lui, il ne trouve que mensonges, tromperies, persécutions iniques. Il a affaire à un complot qui le dépasse : l’information sur le conflit yougoslave est entièrement manipulée par une obscure puissance dont les États-Unis constituent la force motrice, et qui trouve ses ramifications dans les pays islamiques, le Vatican, les présidences et ministères des États de l’Union européenne, les organisations non gouvernementales. « Les médias » (considérés par les défenseurs des nationalistes serbes comme une catégorie homogène) se font les complices serviles de la manipulation et relaient les mises en scènes grotesques destinées à occulter la vérité sur le conflit (c’est le monde carnavalesque des feux de pneus à Dubrovnik, du faux prisonnier de Trnopolje, des impossibles viols en Bosnie, des mannequins en plastique de Markale…). Dès lors, le défenseur des nationalistes serbes désespère de rallier à lui l’opinion : celle-ci est déjà trop intoxiquée pour pouvoir prendre conscience du fait qu’on la trompe. Sur un ton pathétique, il prêche dans le désert au nom de la vérité. Bon nombre de procédés stylistiques et argumentatifs propres au pamphlet, analysés par Marc Angenot, sont présents dans le discours des nationalistes serbes. La place nous manque pour le montrer en détail. Le caractère pamphlétaire du discours des défenseurs des nationalistes serbes apparaîtra de nouveau au cours de la seconde partie, lorsque nous analyserons les commentaires métadiscursifs que ces défenseurs opèrent sur la formule « purification ethnique ».

Lieux discursifs et formules

10Dans le second chapitre de cette partie, nous avons parlé à dessein de lieux discursifs. Cette notion, destinée à rester imprécise, subsume la notion de formule. Si « Ajouter la guerre à la guerre » et « Plus jamais ça ! » peuvent être considérés comme des formules, il n’en va pas de même pour les textes : leurs modes de circulation et de reprise dans les discours sont différents, et par conséquent appellent d’autres modes d’analyse. Quant aux désignants analysés, seuls le couple « M/musulmans » / « Bosniaques » et le syntagme « communauté internationale » peuvent apparaître comme des formules. Le couple « M/musulmans » / « Bosniaques » est matière à polémiques pour toutes les catégories de commentateurs, chacun ayant ses raisons de contester ou de préconiser l’un ou l’autre terme. Dans le même temps, l’une et l’autre désignations (ou une désignation combinant les deux unités) peuvent fonctionner « normalement » dans les discours sur la guerre. Le syntagme « communauté internationale » fonctionne comme référent social (il désigne quelque chose pour tous), mais il fait également l’objet de contestations et, plus largement, il est une expression fréquemment questionnée, y compris en dehors du conflit yougoslave. « Tchetniks » et « oustachis », nous l’avons vu, sont peu utilisés dans le discours médiatique français. Ils ne s’y imposent pas au point de pouvoir constituer des référents sociaux dans l’espace public (il est possible en revanche que ces désignants constituent des formules dans l’espace public yougoslave des années 1980-1990). « Belligérants », enfin, est un terme vivement critiqué par les acteurs qui voudraient le voir disparaître, mais ceux-ci sont assez peu nombreux et ne parviennent pas, nous semble-t-il, à imposer dans l’espace public le caractère problématique de ce terme, qui reste majoritairement utilisé sur un mode transparent.

D’un lieu à l’autre

  • 9 Pierre Nora (dir.) (1984-1986). Voir en particulier, « Entre Mémoire et Histoire. La problématique (...)
  • 10 Monument, icône, symbole, texte (Le Tour de la France par deux enfants), musique et parole (la Mars (...)

11La notion de lieu discursif n’est pas forgée sur le modèle du lieu de mémoire envisagé par Pierre Nora9. Cependant elle n’y est pas étrangère. Le lieu de mémoire souligne conjointement le caractère matériel de l’objet10 et sa capacité à catalyser les représentations collectives. De même, la notion délibérément vague de lieu discursif entend mettre l’accent sur deux aspects fondamentaux du discours socio-politique. Premièrement, sur le fait que le discours appartient à un ordre des matérialités linguistiques (et non pas directement à du contenu, du conceptuel, du cognitif, de l’intentionnel…). En conséquence, ce qui se produit dans le discours est repérable à ce que subissent ces matérialités de la part des locuteurs : dérivation, négation, transformation, reprise, citation, réfutation, mise à distance, refus d’y toucher, prise en charge, appropriation (défense d’y toucher)… Deuxièmement, la notion de lieu discursif entend souligner que le travail fait par les locuteurs dans le « lieu » en question transforme ce lieu lui-même, et les enjeux dont il est porteur : l’observation des traversées actives des lieux discursifs – dont ces lieux gardent les traces – permet de comprendre le débat politique qui s’y produit.

Une nouvelle entrée dans la narration

12La notion de formule repose également sur ces deux postulats. Nous entendons continuer de montrer le bien-fondé de ceux-ci à travers l’étude de la formule « purification ethnique » qui va désormais être menée de façon systématique, moins transversale. Le lecteur a déjà vu des irruptions significatives de la formule au cours de cette partie. Le syntagme « ethniquement pur » apparaissait dans des textes produits dans l’espace yougoslave dans le courant des années 1980 (procès de onze personnes dont Alija Izetbegovic à Sarajevo en 1983, Mémorandum de 1986). Puis la formule se manifestait dans le discours médiatique à propos de la découverte des camps, puis de la découverte des viols, notamment. Notre analyse du livre de Marc Gjidara, Mirko Grmek et Neven Simac, et de ses comptes rendus dans la presse, a également permis au lecteur de voir à quel point la formule « purification ethnique » constitue un enjeu politique dans la guerre. La seconde partie de cet ouvrage poursuit le récit des récits de la guerre, mais cette fois en prenant la formule « purification ethnique » pour entrée principale dans la narration. Ce n’est plus le récit de la guerre qui compose le décor agissant de la formule, mais la formule qui compose le décor agissant du récit de la guerre – et de sa préparation.

Notes

1 « Pour une réforme de fond de la Sécurité sociale », pétition lancée le 24 novembre 1995 par la revue Esprit, Paris, publiée notamment dans Le Monde, 3-4 décembre 1995, p. 4 (sous forme de publicité), puis dans Esprit, n° 218, janvier-février 1996, hors pagination.

2 Revoir ici p. 69-72.

3 Revoir ici p. 98-100.

4 Revoir ici p. 92-94.

5 Pour plus de détails revoir p. 92.

6 Cette thèse est soutenue par Paul Maurer, « L’imposture du professeur Garde, ou les délires d’un slaviste égaré », dans Pavle Ivicet al., De l’imprécision à la falsification. Analyses de Vie et mort de la Yougoslavie de Paul Garde, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Yougoslavie, questions et arguments », 1992, 134 p., p. 65-83 ; Slobodan Despot, « Postface » au livre de Vjekoslav Radovic, Spectres de la guerre. Choses vues par un Yougoslave privé de son pays, Lausanne, L’Âge d’homme, 1992, 220 p., p. 215-220 ; Michel Collon, Poker menteur. Les grandes puissances, la Yougoslavie et les prochaines guerres, Bruxelles, Éditions EPO, 1998, 378 p., p. 24.

7 Voir p. 126-132.

8 Voir p. 131-132 et p. 140-141.

9 Pierre Nora (dir.) (1984-1986). Voir en particulier, « Entre Mémoire et Histoire. La problématique des lieux » dans Pierre Nora (dir.) (1984 : XV-XLII).

10 Monument, icône, symbole, texte (Le Tour de la France par deux enfants), musique et parole (la Marseillaise), date (commémorer la Révolution), institution (telle qu’installée sous la Coupole ou rue d’Ulm)…

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search