Version classiqueVersion mobile

« Purification ethnique »

 | 
Alice Krieg-Planque

Première partie. La formule et ses contextes : les discours sur la guerre yougoslave

Chapitre premier. Des événements et des périodes : le substrat événementiel du parcours de la formule

Texte intégral

1La guerre yougoslave, avec ses sous-catégories qui en montrent toute la complexité – guerre en (ex-)Yougoslavie, guerre en / de Slovénie, guerre en / de Croatie, guerre en / de Bosnie (-Herzégovine)… –, est un événement. Elle est à son tour formée d’une succession d’événements, grands et petits, qui en écrivent le parcours. Dans cet ensemble, nous avons retenu cinq événements importants. Ils sont importants non pas parce qu’ils pourraient être par ailleurs des événements que retiendra l’historien, mais parce qu’ils marquent des tournants dans les discours tenus dans l’espace public, parce qu’ils font surgir ou resurgir certaines thèses et certains arguments, parce qu’ils produisent un changement dans l’univers discursif en place. Ces événements, comme tout événement, n’évoluent pas en autarcie. Chaque événement est précédé d’autres événements, qui en orientent la lecture, et est suivi d’autres événements, dont il surdétermine pour partie les descriptions. C’est donc pour la simplicité de l’exposé que nous parlons de « cinq événements », qui sont les suivants :

  • la découverte des camps (été 1992) ;

  • la découverte des viols (hiver 1992-1993) ;

  • la décision du général Morillon de rester à Srebrenica (mars-avril 1993) ;

  • la chute d’un obus sur le marché de Sarajevo (février 1994) ;

  • la prise imminente de Gorazde (avril 1994).

Les camps et la réactivation du schéma de lecture donné par le génocide juif

Le surgissement de l’événement : les informations remontent à la Une

  • 1 Roy Gutman, « Prisoners of Serbia’s War », New York Newsday, 19 juillet 1992. Repris dans Roy Gutma (...)
  • 2 Roy Gutman, « “Like Auschwitz” », New York Newsday, 21 juillet 1992. Repris dans Roy Gutman, A Witn (...)
  • 3 Roy Gutman, « Death Camps », New York Newsday, 2 août 1992. Repris dans Gutman, A Witness to Genoci (...)

2Le 19 juillet 1992, le quotidien américain New York Newsday publie un reportage de Roy Gutman, qui vient d’avoir accès au camp de Manjaca tenu par les Serbes. Dans cet article intitulé « Prisoners of Serbia’s War »1, le journaliste évoque, pour la première fois, l’existence en Bosnie de camps dans lesquels les détenus ne seraient pas de simples prisonniers de guerre. Le surlendemain, sous le titre « “Like Auschwitz” »2, il publie un autre reportage, dans lequel il s’appuie sur plusieurs témoignages, et affirme que les nationalistes serbes déportent des civils musulmans et croates dans des wagons de marchandises plombés. Le 2 août, toujours dans le quotidien newyorkais, Roy Gutman publie un troisième reportage, intitulé « Death Camps »3. Il y rapporte les propos de deux hommes, qui disent avoir été témoins d’exécutions sommaires et de traitements inhumains dans les camps d’Omarska et de Brcko, contrôlés par les Serbes. Dans cet article, Roy Gutman qualifie explicitement les camps en question de « camps de la mort » (« death camps »), et estime que les Serbes ont organisé en Bosnie un massacre systématique à grande échelle de la population bosniaque.

  • 4 Présentateur (Henri Sannier), journal télévisé de 20 h, Antenne 2, 3 août 1992.

3Les informations données dans ce reportage du 2 août sont reprises, en référence explicite à Newsday, dans la quasi-totalité de la presse française (dans les éditions du 3 ou du 4 août pour les quotidiens, un peu plus tard pour les hebdomadaires). Les journaux télévisés du soir y accordent une bonne place dans leur édition du lundi 3 août, bien que l’événement entre en concurrence avec la mort du chanteur Michel Berger, survenue la veille au soir. « Les Serbes auraient ouvert des camps de concentration en Bosnie-Herzégovine. La rumeur courait depuis quelques mois, mais depuis hier le terrible soupçon est ponctué de témoignages »4 dit le présentateur du journal d’Antenne 2 en lancement du sujet. Les Jeux olympiques d’été à Barcelone, ouverts le 25 juillet et clos le 9 août, font fortement concurrence à l’événement « découverte des camps », mais celui-ci parvient tout de même à remonter à la Une de la majorité des journaux français. Le dispositif médiatique, fort peu préparé en cette période estivale à recevoir et commenter des événements d’importance, est brutalement réveillé dans son demi-sommeil.

4Le 6 août, une équipe de journalistes britanniques (Ed Vulliamy du quotidien The Guardian, ainsi que Ian Williams et Penny Marshall, de la chaîne de télévision ITN, accompagnés du caméraman d’ITN Jeremy Irvin), se rend à Omarska, puis à Trnopolje. Dans l’un et l’autre camp, ces journalistes tournent plusieurs séquences. À Trnopolje, ils filment notamment une scène qui montre un groupe d’hommes debout derrière des barbelés. Cette prise de vue s’achève sur le plan rapproché d’un de ces hommes, un jeune homme torse nu et très maigre, qui finit par tendre le bras à travers les barbelés pour serrer la main de quelqu’un.

5Le reportage est diffusé le 6 août au soir par ITN et par Channel Four, ainsi que sur la plupart des chaînes de télévision occidentales. Le 7 août au matin, la majorité des quotidiens français reproduit des clichés tirés du reportage. Plus tard, Ed Vulliamy expliquera que le jeune homme filmé à Trnopolje s’appelle Fikret Alic, qu’il était arrivé à Trnopolje le matin même après être passé par le camp de Keraterm, également contrôlé par les Serbes, et qu’il a été libéré de Trnopolje le 13 août 1992 pour aller ensuite trouver asile en Slovénie. Au printemps 1993, à Ljubljana, Ed Vulliamy (1994, p. 104 et 202) a pu s’entretenir de nouveau avec Fikret Alic des conditions de sa détention.

6La « découverte des camps » en tant qu’événement trouve ainsi son commencement le 2 août et un développement accru à partir du 6 août, avec l’image du jeune homme maigre derrière les barbelés. En réalité, il avait déjà été question de camps qui ne soient pas de banals camps de prisonniers de guerre.

7D’après le journaliste britannique Misha Glenny ([1992] 1993, p. 201), dans le courant du mois de mai 1992, les rumeurs les plus terribles commençaient à circuler à Sarajevo sur le sort des populations civiles musulmanes des régions de Visegrad, Doboj et Prijedor. D’après Laura Silber et Allan Little ([1995] 1996, p. 248), dans le courant de juin, des rumeurs circulaient en Bosnie selon lesquelles les Serbes tenaient plusieurs camps de détention de masse dans le nord de la Bosnie.

  • 5 Déclaration de Muhamed Sacirbey recueillie dans Laura Silber et Allan Little ([1995] 1996, p. 251-2 (...)
  • 6 Voir Noel Malcolm (1994, p. 244-245 et 295).
  • 7 Voir Claire Boulanger, Bernard Jacquemart et Philippe Granjon (1994, p. 268).

8Rumeurs mises de côté, des personnalités bosniaques et des organisations internationales avaient, bien avant le 2 août, affirmé qu’il existait en Bosnie des camps dans lesquels le droit de la guerre et le droit des gens n’étaient pas respectés. Muhamed Sacirbey, qui était représentant de la Bosnie-Herzégovine auprès des Nations unies au moment des faits, déclare qu’à la fin du mois d’avril 1992 il avait averti Boutros Boutros-Ghali, le secrétaire général, de l’existence de camps suspects, même s’il n’en connaissait pas exactement la nature5. Début juin 1992, le gouvernement bosniaque avait publié un document intitulé List of Concentration Camps and Prisons at the Territory of the Republic of Bosnia and Hercegovina, dans lequel étaient répertoriés 94 lieux de détention, ainsi qu’une estimation du nombre de personnes qui y étaient internées6. Le 3 juillet, un document à diffusion restreinte de la Forpronu signalait qu’à Bosanski Novi (nord-ouest de la Bosnie), des Musulmans étaient « isolés avant d’être transférés vers des camps de concentration » ; le rapport informait de l’existence de camps de cette nature à Manjaca, Keraterm, Trnopolje et Omarska7.

  • 8 Par exemple : Jean-François Bouthors, « Le document qui accuse les Serbes », La Croix, 6 août 1992, (...)
  • 9 Ce dernier élément d’après Knut Royce et Patrick Sloyan, « US Accused of Concealing Reports on Serb (...)
  • 1 0 Voir Roger Cohen, « A Month After Opening, Serbian Murder Camp Ran a Top Speed », International H (...)

9Ainsi, comme le « révéleront » plusieurs journaux8 (mais ils le révéleront plus tard, une fois survenu l’événement « découverte des camps »), différents organes des Nations unies, le CICR (Comité international de la Croix-Rouge) et la CIA9, avaient connaissance de camps contrôlés par les Serbes dont on pouvait affirmer qu’ils n’étaient pas de simples camps de prisonniers de guerre. L’International Herald Tribune affirme que le « camp de concentration » (« concentration camp ») de Susica était ouvert dès le mois de mai 1992, mais il ne le révèle que deux ans après les faits10.

10En réalité, avant la « découverte des camps » du 2 août, les rumeurs et les déclarations officielles avaient bien filtré dans la presse, mais elles ne se hissaient pas à la Une des journaux et, en l’absence de valorisation spécifique, étaient noyées dans le flot des informations.

  • 1 1 Pascal Bruckner, « Survivrons-nous à la Yougoslavie ? », Le Monde, 28 mai 1992, p. 2.

11Dès le 28 mai 1992, dans une tribune libre, Pascal Bruckner utilisait l’expression « camps de concentration » mais celle-ci était employée à la va-vite, dans une énumération où elle semble vouée à passer inaperçue : « Des scènes d’horreur inimaginables ont lieu à deux heures d’avion de Paris : des villes et des villages sont rasés, des populations terrorisées et forcées au départ, des camps de concentration érigés, des prisonniers exécutés du seul fait qu’ils ont eu le tort de naître musulmans, croates, hongrois ou albanais. »11 À quoi Pascal Bruckner se réfère-t-il ? Nul ne le sait. A-t-il lui-même des éléments précis en tête ? Il n’en dit pas un mot.

  • 1 2 Baudouin Bollaert, « Vers une intervention dans l’Adriatique », Le Figaro, 10 juillet 1992, p. 4. (...)
  • 1 3 Encadré non signé, « Le mortel “nettoyage” serbe », Sud-Ouest, 17 juillet 1992, p. 2. Article non (...)

12Un peu plus tard, le 10 juillet, Le Figaro mentionne le fait suivant (mais lui aussi sans aucun commentaire) : lors d’un entretien avec le président Bush, signale Le Figaro, le président Izetbegovic a parlé de l’existence de « vingt-trois camps de concentration »12 sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine. Le 17 juillet, reprenant vraisemblablement une dépêche d’agence commune, Sud-Ouest et Ouest-France citent, eux aussi comme en passant, les propos d’« un haut responsable d’une organisation humanitaire, qui a souhaité conserver l’anonymat », et selon lequel les forces serbes ont mis en place, dans les régions de Cazin et de Bihac, des « camps de concentration »13.

13La « découverte des camps » marque un tournant dans les discours, un tournant dont nous aurons l’occasion de reparler : elle concourt à la survenue de cet événement discursif qu’est l’apparition remarquée de la formule « purification ethnique ».

14La « découverte des camps » d’août 1992 ne génère pas, à proprement parler, l’apparition de ces syntagmes divers que sont « purification ethnique », « nettoyage ethnique », « ethniquement pur »… en référence à l’espace yougoslave. Mais cette découverte marque l’apparition de « purification ethnique » en tant que formule : avec les camps, les occurrences de la formule augmentent en fréquence, les locuteurs qui utilisent la formule sont plus divers, et les variantes morpho-syntaxiques qui renvoient à la formule se diversifient. Il y a une raison à cela : les camps sont perçus, pour une majorité d’acteurs, sur le mode de la preuve – la preuve d’un projet systématique de destruction d’une population.

  • 1 4 Sur l’utilisation du mot « génocide » en référence au conflit yougoslave, voir Alice Krieg (2000 (...)
  • 1 5 Marc Semo, « Omarska, la terreur des Musulmans de Bosnie », Libération, 7 août 1992, p. 2-4.
  • 1 6 Florence Hartmann, « Le sceptre de Nicolas Petrovitch », Le Monde, 26 octobre 1994, p. 13.

15Ce projet que l’on pense découvrir, quelques-uns l’appelleront « génocide »14, mais la majorité l’appellera « purification ethnique ». « Les camps, explique par exemple un quotidien début août, sont la pièce maîtresse du système de “purification ethnique”, qui vise à terroriser et chasser les non-Serbes par tous les moyens. »15 Plus de deux ans plus tard, les camps apparaissent encore comme l’événement qui a opéré comme le révélateur de la « purification ethnique » : « En septembre 1992, il [Nicolas Petrovitch Njegosh] tente en vain de mobiliser ses concitoyens français pour manifester contre la “purification ethnique” révélée par la découverte des camps serbes en Bosnie »16 lit-on dans un quotidien fin 1994. « Purification ethnique », relativement à « génocide », en dit plus ou en dit moins, selon les jugements portés par les locuteurs. Nous verrons en effet que certains commentateurs voient dans « purification ethnique » un euphémisme de « génocide », alors que d’autres, moins nombreux, envisagent « purification ethnique » comme une dénomination qui est « plus forte » que « génocide ». De façon flottante et incertaine, « purification ethnique » fonctionne comme plus-ou-moins-substitut de « génocide », questions sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir.

Critique de la preuve : polémique sur la photo du jeune homme maigre

16À partir du 2 août, une fois les camps devenus remarquables, ce n’est pas seulement (et même peut-être pas d’abord) le projet de destruction que chacun est amené à nommer, mais aussi les camps eux-mêmes. Dans la représentation que les acteurs se font des camps, l’image du jeune homme maigre semble jouer un rôle important. Les camps, nous l’avons dit, fonctionnent globalement comme la preuve d’un projet de destruction d’une population. Dans ce cadre, la découverte des camps constitue ce que Marc Angenot (1982, p. 314-315) appelle un « événement-écran », c’est-à-dire un événement qui catalyse et révèle à lui seul une proposition idéologique, proposition qui se passe de preuve, puisque c’est l’événement-écran lui-même qui en tient lieu.

17À l’intérieur de ce système d’attestation, l’image du jeune homme maigre derrière les barbelés est investie à son tour d’une fonction de preuve des camps. La scène de Trnopolje n’est pas la seule scène de camps dont les médias disposent, et l’image du jeune homme maigre n’est pas la seule représentation disponible de ce détenu. Mais, de fait, ainsi que l’écrivent Éric Pedon et Jacques Walter (1996, p. 27), le corps de cet homme « est devenu, début août, le corps de tous les prisonniers musulmans dans les camps serbes ».

  • 1 7 Avec des exigences plus fines, tenant mieux compte des différentes poses et des recadrages, Éric (...)

18Il n’y a pas en réalité une photo du jeune homme maigre. Rappelons que les clichés imprimés à partir du 7 août dans la presse écrite sont tirés d’une série d’images animées, tournée par les cameramen d’ITN. De quelques minutes de tournage, il est ainsi possible de tirer plusieurs dizaines de « chutes d’écran », ou « photogrammes », qui constituent autant de clichés reproductibles pour les supports écrits. Les médias écrits ont retenu pour l’essentiel trois types de clichés du jeune homme maigre17 : le visage du jeune homme en gros plan, un plan du jeune homme allant jusqu’à mi-cuisse, et un plan allant également jusqu’à mi-cuisse dans lequel le jeune homme passe son bras en dehors des barbelés. Pour un même sujet, c’est donc plusieurs représentations qui circulent, produisant peut-être, sur le moment, le sentiment de plusieurs jeunes hommes maigres.

  • 1 8 The Times, 7 août 1992, p. 1 ; Libération, 7 août 1992, p. 2-3 ; Ouest-France, 8-9 août 1992, p. (...)
  • 1 9 The Guardian, 7 août 1992, p. 20 ; Le Figaro, 8-9 août 1992, p. 3 ; La Vie, 13 août 1992, p. 8-9  (...)
  • 2 0 Le Parisien, 8-9 août 1992, p. 1.

19Les journaux ont attribué à l’image différentes provenances. Certains journaux ont signalé que l’image avait été tournée à Trnopolje18, mais d’autres journaux (ou les mêmes journaux mais à une autre date) ont rédigé une légende mentionnant que le cliché avait été pris à Omarska19. Certains périodiques se sont abstenus de préciser une localisation, et ont simplement rédigé une légende qui vaudrait pour les camps serbes en général. C’est le cas par exemple du Parisien, qui écrit : « La vision de ces hommes amaigris derrière des barbelés, dans des camps serbes en Bosnie, a provoqué l’indignation et pose de façon aiguë l’éventualité d’une intervention militaire. »20 La versatilité de l’étiquetage de l’image du jeune homme témoigne peut-être du caractère parfois cavalier des instances médiatiques à l’égard de la réalité des faits ; elle témoigne aussi du réseau mondial touffu dans lequel les informations circulent, et parfois se perdent. Mais elle témoigne surtout – du moins c’est cela le plus important de notre point de vue – du fait que l’image du jeune homme maigre est devenue en elle-même le symbole « des camps serbes » dans leur ensemble, plutôt que la représentation particulière de telle scène de tel camp.

  • 2 1 Se reporter par exemple au quotidien The Guardian, 1er décembre 1992, p. 7.
  • 2 2 Voir en annexe les illustrations n° 14 et n° 16.
  • 2 3 James Gow, Richard Paterson, Alison Preston (dir.), Bosnia by Television, Londres, British Film I (...)
  • 2 4 Télérama, 2 mars 1994, p. 63.
  • 2 5 L’Express, 26 mai 1994, p. 24.
  • 2 6 Télérama, 7 juin 1995, p. 95.

20L’image du jeune homme maigre a été reproduite dans la presse écrite le 7 août et dans les semaines suivantes. Mais cette image a poursuivi sa circulation bien au-delà, et a acquis le statut d’image d’archive. C’est cette image qui est choisie par Amnesty international pour illustrer une campagne d’opinion lancée en Grande-Bretagne en décembre 199221. C’est encore elle qui est reprise dans la campagne contre les « crimes contre l’humanité des nationalistes serbes » lancée par Médecins du monde en janvier 1993, diffusée par affichage et voie de presse22. C’est elle toujours que retiennent, pour figurer en jaquette, les éditeurs d’un ouvrage scientifique consacré à la façon dont la télévision a rendu compte du conflit yougoslave23. Dans sa seconde vie qu’est sa vie d’image d’archive, l’image du jeune homme maigre a définitivement conquis le statut de représentation symbolisant « les camps (de concentration) serbes en Bosnie ». Certaines des légendes qui l’accompagnent au-delà de l’année 1992 en témoignent : « Été 92 : découverte des camps de concentration serbes en Bosnie »24, « Derrière les barbelés serbes »25, « Des prisonniers bosniaques dans un camp de concentration serbe »26.

  • 2 7 Cité par Ed Vulliamy (1994, p. 107). Nous traduisons.

21L’image du jeune homme maigre fonctionne pour une majorité d’acteurs comme la preuve du fait que les Serbes se livrent, en Bosnie, à la destruction organisée de la population musulmane, et secondairement croate. Différents acteurs, qui ont intérêt à ce que l’existence d’un tel projet ne s’impose pas avec évidence dans les consciences, travaillent donc à invalider ce qui en est considéré comme la preuve. Le général Ratko Mladic déclare à propos des images tournées à Trnopolje : « Ces images ont été truquées par l’administration Bush pour justifier aux yeux du monde entier l’utilisation des armes américaines. »27 Mais peu d’acteurs vont aussi loin. Pour la plupart d’entre eux, il ne s’agit pas de nier la réalité du sujet photographié mais d’en invalider la signification, en « réinformant » l’identité du jeune homme, les raisons de sa maigreur, ou encore le dispositif des lieux.

  • 2 8 Journal télévisé de 20 h, TF1, 2 janvier 1993.
  • 2 9 Michel Collon, Attention médias ! Les médiamensonges du Golfe. Manuel anti-manipulation, Bruxelle (...)
  • 3 0 Vladimir Vukadinovic, Le Mur de Sarajevo. Les Serbes face à la justice française, Lausanne, L’Âge (...)

22– Une première « ré-information » de l’image consiste à attribuer la maigreur du jeune homme à un cancer. Cette ré-information est faite par Zoran Popovic, chargé d’affaires à l’ambassade de Yougoslavie à Paris, à l’occasion d’un journal télévisé de début janvier 199328. On la trouve aussi sous la plume du syndicaliste et militant politique belge Michel Collon, selon lequel la maigreur du prisonnier est « celle d’un cancéreux en phase terminale (il se plaint d’ailleurs d’être mal soigné au camp) »29. Se référant explicitement à Michel Collon, Vladimir Vukadinovic opère la même relecture de l’image30.

  • 3 1 Peter Brock, « Dateline Yugoslavia : The Partisan Press », Foreign Policy (Washington, Carnegie E (...)
  • 3 2 Raja Thomas, « Jevreji, Srbi i jugoslovenski sukob » (Les Juifs, les Serbes, et le conflit yougos (...)
  • 3 3 Vladimir Volkoff, « Bosnie : de quoi s’agit-il ? », Le Figaro Magazine, 1er avril 1995, p. 103.
  • 3 4 Patrick Besson, Coup de gueule contre les calomniateurs de la Serbie, Paris, Ramsay, 1995, 114 p. (...)
  • 3 5 Pierre-Marie Gallois, Le Sang du pétrole. Bosnie. Essai de géopolitique, Lausanne, L’Âge d’homme, (...)

23– Une seconde ré-information de l’image consiste à attribuer la maigreur à une tuberculose et, pour invalider définitivement la thèse dominante d’une volonté de destruction des Musulmans, à dire que le jeune homme est serbe. Cette seconde ré-information de l’image est effectuée à la fin de l’année 1993 par Peter Brock dans une revue américaine : « En réalité, cet homme était un Serbe, Slobodan Konjevic, âgé de 37 ans, qui, en compagnie de son frère Zoran, âgé de 41 ans, avait été arrêté et écroué pour pillage. Konjevic, dont la maigreur était plus spectaculaire que celle des hommes portant une chemise sur l’image, était atteint de tuberculose depuis dix ans. »31 On retrouve cette même thèse du détenu serbe et de la tuberculose dans le quotidien de Belgrade Politika32, puis dans une tribune de Vladimir Volkoff publiée dans Le Figaro Magazine33, puis dans un livre du romancier Patrick Besson34, puis sous la plume du général Pierre-Marie Gallois35, lequel se réfère explicitement à l’article de Peter Brock.

  • 3 6 Thomas Deichmann, « Es war dieses Bild, das die Welt in Alarmbereitschaft versetzte » (L’image qu (...)
  • 3 7 Thomas Deichmann, « The Picture that Fooled the World » (L’image qui dupa le monde), Living Marx (...)
  • 3 8 On trouvera la documentation de cette lutte sur le site internet de Living Marx (www.informinc.co (...)
  • 3 9 Voir en particulier Thomas Deichmann, « Exactly as it Happened ? New Revelations about the Pictur (...)
  • 4 0 Nous empruntons cette formulation à Dejan Lukic qui soutient la thèse de Thomas Deichmann. Voir D (...)
  • 4 1 Thomas Deichmann, « The Picture that Fooled the World » (L’image qui dupa le monde), art. cit.

24– Une troisième ré-information de l’image, d’apparition postérieure et encore plus loufoque, a été lancée par Thomas Deichmann dans un article publié par le magazine allemand Novo36 et repris en traduction anglaise par le mensuel Living Marx37, dans le cadre de la lutte de cette revue marxiste contre les grands médias en général et contre ITN en particulier38. Cette thèse, que Thomas Deichmann continuera de soutenir au fil des livraisons de Living Marx39, consiste à dire que les journalistes britanniques arrivés à Trnopolje le 6 août ont filmé le jeune homme (qui, cette fois, est identifié comme Fikret Alic, musulman bosniaque) « de l’intérieur du complexe agricole alors que les détenus regardaient les journalistes, en toute liberté, de l’extérieur, de l’autre côté des barbelés »40. Ce qui signifie que les détenus n’étaient pas des détenus. Par définition, il n’y avait donc pas de « camp », ni même de « prison ». Le complexe de Trnopolje, explique Thomas Deichmann dans son article, « n’était pas une prison, et certainement pas un “camp de concentration”, mais un centre pour réfugiés où les musulmans bosniaques étaient venus chercher la sécurité, et duquel ils pouvaient partir quand ils voulaient »41.

  • 4 2 Jacques Merlino, Les Vérités yougoslaves ne sont pas toutes bonnes à dire, Paris, Albin Michel, 1 (...)

25Il faut souligner que les nationalistes serbes et leurs partisans n’attribuent pas les « erreurs » de lecture de l’image à un manque de professionnalisme des journalistes, à un travail bâclé ou à la distraction, mais bien à des manipulations volontaires orchestrées contre les Serbes en général. Cette thèse du complot anti-serbe, on la voit soutenue, en sourdine ou très explicitement, dans la presque totalité de la littérature favorable aux nationalistes serbes. Le livre du journaliste français Jacques Merlino42 en est un exemple connu, mais il n’est pas un cas isolé. Nous verrons la thèse du complot resurgir à propos de la formule « purification ethnique », formule que les nationalistes serbes considèrent comme un élément du vaste arsenal de désinformation dont ils feraient les frais.

  • 4 3 Article non signé, « Le rescapé des camps serbes », VSD, 14 janvier 1993, p. 58-60.
  • 4 4 Colombe Schneck, « Guerre d’images », Le Point, 23 juillet 1994, p. 49.
  • 4 5 Yves Cuau, « Cacophonies parisiennes », L’Express, 26 mai 1994, p. 43.

26Les diverses relectures de l’image du jeune homme maigre ont dans l’ensemble trouvé assez peu d’écho dans la presse française d’information générale. L’hebdomadaire VSD, à l’occasion de la publication d’une interview de l’ex-détenu Fikret Alic, retrouvé en Slovénie, n’a pas mis en cause le récit des origines43. Seuls deux journaux semblent avoir fait une petite place, localisée, aux relectures de l’image. Le Point a repris la thèse de la tuberculose, avec un conditionnel mal assuré44. Un journaliste de L’Express, lui, s’est montré nettement convaincu par une des ré-informations de l’image : « La plupart des témoignages qui bouleversèrent le monde, la durée d’un été, avec des scènes de camp de concentration d’un autre âge étaient fortement sujets à caution. L’image d’un jeune homme décharné, filmé à la sauvette, torse nu, derrière une rangée de barbelés, était celle d’un détenu serbe de droit commun atteint d’une tuberculose avancée, comme l’a révélé sa propre sœur qui vit aujourd’hui à Vienne. » 45

  • 4 6 Tout au long de ce travail, nous utilisons le terme de « commentateurs » pour désigner les locute (...)
  • 4 7 Valérie Massonneau, « L’horreur qu’on ne voudrait plus voir », Paris-Match, 20 août 1992, p. 62-6 (...)
  • 4 8 Isabelle Chazot, « La honte », 20 ans, n° 79, mars 1993, p. 38.

27Pour nombre de commentateurs46, l’image du jeune homme maigre appartient à l’iconographie concentrationnaire nazie. L’image, par elle-même, réactive le souvenir du génocide juif. À la fin d’un article qui est illustré, sur une double page, par l’image du jeune homme maigre derrière les barbelés, une journaliste de Paris-Match achève son texte par cette phrase : « Ces images sont insoutenables, cinquante ans après les crimes contre l’humanité pendant la guerre de 1939-45 auxquels on croyait ne plus devoir assister. »47 En mars 1993, la rédactrice en chef du magazine féminin 20 ans croit devoir justifier le fait que ce mensuel pour jeunes filles délurées consacre un dossier à un sujet politique (ce qui est réellement exceptionnel). Elle écrit, en présentation d’une série d’articles consacrés à la Bosnie : « Quand, dans son cours d’histoire, il arrive à ces pages-là, à ces récits, à ces photos, chaque lycéen de France a la nausée. Auschwitz, Treblinka, les familles déchirées, les hommes affamés, les femmes et les enfants brûlés. La nausée et la honte. […] Au moins, ce lycéen peut-il imaginer que, dans de pareilles circonstances, il aurait agi différemment, peut-il se promettre d’être vigilant. Plus jamais ça. Or ça s’est reproduit. Ces images, il suffit d’ouvrir le journal pour les revoir. »48

Les camps mis sous une description : des camps majoritairement qualifiés « de concentration »

28Confrontés à l’image du jeune homme maigre mais aussi à des rapports d’organisations internationales, à des témoignages et à d’autres images photographiques ou télévisuelles prises dans différents camps, les acteurs de l’espace public, journalistes compris, ont été confrontés à la question de la qualification des camps. Sommairement formulée, la question posée par ces acteurs, et à ces acteurs, est la suivante : les camps découverts en Bosnie sont-ils ou non identiques aux camps mis en place par les nazis ?

  • 4 9 Article signé AP/AFP, « Les Serbes auraient ouvert des camps de concentration », Le Figaro, 3 aoû (...)
  • 5 0 Article signé E. C., « Les camps de la mort de Bosnie », La Croix, 4 août 1992, p. 7. Voir l’illu (...)

29Dans les tout premiers jours de la « découverte des camps », de nombreux journaux ont adopté une position contradictoire, consistant à manier l’information donnée par Newsday avec distanciation, tout en disant ou suggérant que les camps découverts en Bosnie sont bien des « camps de concentration », ou « d’extermination », voire des camps identiques aux camps nazis. Le Figaro titre un article au conditionnel (« Les Serbes auraient ouvert des camps de concentration ») ; mais, dans le texte de l’article, il utilise l’expression en présupposé (« … dans ces deux camps de concentration »)49. La Croix donne platement un compte rendu des informations dont le journal dispose à l’heure du bouclage, mais utilise l’expression « camps de la mort » en présupposé dans le titre de l’article, et accompagne cet article d’un dessin de Dobritz utilisant le symbole de la croix gammée50, suggérant que les camps découverts en Bosnie puisent leurs racines dans le nazisme. Simone Bonnafous (1996), dans un article consacré au sujet, a donné d’autres exemples de ce type de position contradictoire. Nous y renvoyons.

  • 5 1 Déclaration reprise dans Ouest-France, 3 août 1992, p. 2, Le Figaro, 3 août 1992, p. 3, Le Parisi (...)
  • 5 2 Gilles Dauxerre, « Sauvagerie », L’Yonne Républicaine, 4 août 1992, p. 1.

30Si les camps de Bosnie sont aisément (bien que contradictoirement) qualifiés de « camps de concentration » dès leur découverte par les médias, c’est qu’il existait, bien avant le 2 août, des faits et des représentations prêts à en accueillir l’idée. En dépit des apparences, les « camps de concentration » n’arrivent pas par surprise : ils s’inscrivent dans une trame événementielle et discursive qui rend leur existence crédible. D’abord, les actes de barbarie n’avaient pas manqué jusque-là, en particulier de la part des nationalistes serbes. Ensuite, nous l’avons observé, des rumeurs et des déclarations circulaient déjà sur l’existence de « camps de concentration ». Claude Voillat, porte-parole de la Croix-Rouge à Genève, interrogé sur l’existence des camps, déclare dès le 2 août : « Dans le cadre des projets de “purification ethnique” mis en œuvre en Bosnie, toutes les vilenies peuvent être menées à bien. »51 Que les « camps de concentration » ou « de la mort » soient prévisibles dans l’horizon d’attente du moment, c’est encore ce qu’écrit Gilles Dauxerre, dont l’éditorial du 4 août commence ainsi : « Information ou manipulation ? L’existence de “camps de la mort” serbes en Bosnie paraît malheureusement probable tant la guerre qui ravage l’ex-Yougoslavie atteint des sommets dans l’horreur. » 52

31Ces énoncés montrent combien, dans les premiers jours, en même temps que manquent les informations qui attesteraient de « camps de concentration », l’existence de ceux-ci apparaît comme probable dans le cadre événementiel du moment. C’est cette probabilité qui explique l’usage relativement facile des expressions « camps de concentration » et « camps de la mort » juste après la découverte du 2 août. Simultanément, c’est le caractère lacunaire des preuves disponibles qui entraîne la mise au conditionnel de l’existence de tels camps.

32Dans les jours qui suivent, après que le HCR (Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés) et le Département d’État américain aient confirmé les informations du New York Newsday et après la diffusion des images d’ITN, la thèse de l’existence de « camps de concentration » en Bosnie est utilisée avec plus d’assurance par une majorité de commentateurs.

  • 5 3 La notion de « modalisation autonymique » est une des notions centrales de la présente recherche. (...)
  • 5 4 Lutte Ouvrière, 7 août 1992, p. 1.
  • 5 5 Voir par exemple le dessin de Riss publié dans Charlie Hebdo, 12 août 1992, p. 7 (illustration n° (...)
  • 5 6 Voir par exemple le dessin de Pinter publié dans Témoignage chrétien, 8 août 1992, p. 6. Illustra (...)
  • 5 7 Voir illustration n° 14.

33Beaucoup de journaux utilisent alors les expressions « camp(s) de concentration » et « camp(s) de la mort » (et dans une moindre mesure « camp(s) d’extermination ») avec une relative évidence, en présupposé, et sans commentaire de modalisation autonymique53 (et plus généralement sans commentaire métadiscursif). « Camps de concentration, massacres, ruines : le prix de la haine nationaliste »54, titre par exemple Lutte ouvrière en première page. On voit aussi apparaître l’expression « camp(s) de (“)purification ethnique(”) » – et très marginalement les expressions « camps de “nettoyage ethnique” » et « camps d’(“)épuration ethnique(”) » –, expressions qui attestent le fait que les « camps » sont perçus comme l’instrument enfin dévoilé du projet dit de « purification ethnique ». Les dessins de presse sont également un moyen d’affirmer que les camps découverts en Bosnie sont des « camps de concentration »55, ou des camps identiques à ceux des nazis56. Plus tard, le montage photographique utilisé par Médecins du monde dans sa campagne poursuit la mise en parallèle amorcée en août 199257.

  • 5 8 Voir respectivement l’article signé AFP/AP/Reuter, « La Bosnie publie une liste des camps de déte (...)

34Certaines personnalités politiques s’engagent sur la voie d’une qualification des camps : Roland Dumas, ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Bérégovoy, s’exprime sur le sujet le 5 août en conseil des ministres ; Laurent Fabius, premier secrétaire du Parti socialiste, fait une déclaration officielle le 11 août. L’un et l’autre désignent explicitement les camps découverts comme des « camps de concentration »58.

  • 5 9 Brève non signée, « Bosnie : la France hausse le ton », Libération, 17 décembre 1992, p. 44.
  • 6 0 Nations unies, document S/26437 (version en langue française).

35Cette désignation perdure au-delà de l’événement « découverte des camps », sous la plume de nombreux journalistes comme entre les lèvres de personnalités politiques, même si elle n’obtient à aucun moment le monopole total de la dénomination, et même si certains commentateurs se feront au fil des mois plus hésitants sur l’emploi de l’expression. Le 16 décembre 1992, devant l’Assemblée nationale, le Premier ministre Pierre Bérégovoy se réfère aux « camps de concentration »59 en Bosnie. Le 14 septembre 1993, le Président du Conseil de sécurité des Nations unies fait au nom du Conseil de sécurité une déclaration dans laquelle il évoque l’horreur qu’avaient inspirés, à l’été 1992, les « camps de concentration serbes de Bosnie »60.

  • 6 1 Reportage de Bertrand Poirot-Delpech, « “Ils veulent nous exterminer” », Le Monde, 27 août 1992, (...)
  • 6 2 Article non signé, « Sarajevo appelle à l’intervention armée », Ouest-France, 24 juin 1992, p. 4.
  • 6 3 Zlatko Dizdarevic, Journal de guerre. Chronique de Sarajevo assiégée, Paris, Spengler, 1993, 208 (...)
  • 6 4 Nikola Kovac, « La raison du plus fort », Le Monde, 7 janvier 1994, p. 2.

36Du côté des acteurs bosniaques, « camps de concentration », voire « camps d’extermination », sont des syntagmes fréquemment utilisés. « Comment appelez-vous un camp où les civils meurent à petit feu, disparaissent, sinon un camp d’extermination ?»61 déclare par exemple le représentant bosniaque de la Croix-Rouge à Zelita. Les représentants ou personnalités bosniaques font usage de « camp(s) de concentration » y compris dans son acception métaphorique, qui consiste à utiliser cette expression pour désigner des villes ou des territoires : Haris Silajdzic dit que « la Bosnie-Herzégovine est transformée en camp de concentration »62 ; Zlatko Dizdarevic conclut, après une longue démonstration, que la ville de Sarajevo « est un camp de concentration au sens classique du terme »63 ; Nikola Kovac, ambassadeur de Bosnie-Herzégovine en France, écrit que dans son pays « toute une population est transformée en otage et des villes entières en camps de concentration »64.

« Camps de concentration » : un syntagme à valeur argumentative

37L’usage intensif de « camp(s) de concentration » par des représentants ou des personnalités bosniaques se double d’une demande d’intervention adressée à la communauté internationale (ou d’un reproche fait à la communauté internationale de ne pas être intervenue suffisamment). Sans doute faut-il voir là une valeur argumentative de « camps de concentration », mais aussi de « camps de la mort », des expressions dont les acteurs supposent qu’elles sont mobilisatrices, et dont l’acceptation est perçue comme impliquant l’action : si les camps découverts en Bosnie sont des « camps de concentration », alors la communauté internationale se trouve devant une situation identique à celle qu’elle a connue en 1938 ; elle doit donc intervenir, pour ne pas être responsable de nouveau, par passivité, d’un génocide.

  • 6 5 Jacques Julliard, déclaration faite à Montparnasse le 21 novembre 1992 à l’issue de la manifestat (...)
  • 6 6 Manifeste Les Femmes contre la barbarie, publié dans l’hebdomadaire féminin Elle, 18 janvier 1993 (...)
  • 6 7 Tract intitulé Manifestation pour faire cesser l’agression contre la Bosnie-Herzégovine, rédigé p (...)
  • 6 8 Voir Alice Krieg (2000 a).

38La valeur argumentative de « camps de concentration » expliquerait que ce syntagme soit utilisé dans des textes (pétitions, manifestes, tracts, éditoriaux…) qui demandent une intervention plus ferme de la part de la communauté internationale. Le 21 novembre 1992, en clôture d’une manifestation silencieuse organisée à Paris par le Comité Vukovar-Sarajevo, Jacques Julliard lit le texte d’une déclaration dans laquelle il s’indigne de « la renaissance des camps de concentration » en Europe65. En janvier 1993, un collectif de femmes lance un manifeste intitulé Les Femmes contre la barbarie66, dans lequel les signataires demandent au gouvernement français « qu’il se donne, sans plus attendre, tous les moyens de mettre un terme à ces actes de barbarie ». Les actes de barbarie en question sont énumérés dans le manifeste. Parmi ceux-ci : « Au nom de la purification ethnique, des milliers de femmes et de fillettes sont humiliées, torturées, violées. Des enfants sont pris pour cible. On crée des camps de concentration. » En décembre 1993, la Coordination étudiante contre la purification ethnique rédige un tract intitulé Manifestation pour faire cesser l’agression contre la Bosnie-Herzégovine , dans lequel elle appelle à participer à une manifestation. Le tract commence ainsi : « Plus d’un an et demi après le début de l’agression en Bosnie-Herzégovine, le bilan du nettoyage ethnique est effrayant : 300 000 morts, 40 000 viols, 160 000 internés en camps de concentration, 2,7 millions de personnes déplacées de force. »67 Qui appelle à l’action a donc tendance à employer la dénomination « camp de concentration », dont l’emploi apparaît de ce point de vue comme un engagement68.

  • 6 9 Voir Raul Hilberg ([1985] 1988, p. 833).

39L’argument que porte en elle la dénomination « camps de concentration » – argument selon lequel « il faut intervenir » – trouve selon nous sa source dans l’appartenance au discours nazi dont cette expression est lestée. Certes, dans les faits, celle-ci n’appartient pas en propre au vocabulaire du régime nazi : si « Konzentrationslager » est bien un syntagme du vocabulaire nazi69, une telle expression est apparue bien avant, dans d’autres langues et dans d’autres contextes.

  • 7 0 Voir Nicole Arnold, Françoise Dougnac et Maurice Tournier (1995, p. 240) ; Alain Brossat (1996, p (...)
  • 7 1 Pour la France, voir Jean-Claude Farcy (1995). Pour la Grande-Bretagne, voir David Cesarini (1997 (...)

40La plupart des auteurs70 en voit l’apparition première dans l’expression « concentration camps », utilisée par les Anglais lors de la guerre des Boers de 1899-1902, durant laquelle ces camps, créés en 1901, étaient destinés à l’incarcération des civils – hommes, femmes, enfants – jugés encombrants pour la réussite de la guerre du point de vue anglais (opposants politiques, étrangers, Boers soupçonnés de soutenir la guérilla). Divers auteurs rappellent que l’expression « camp de concentration » a été utilisée en différentes langues et à plusieurs occasions au cours de la première moitié du xxe siècle. Ils évoquent en particulier les « camps de concentration » ouverts en France et en Grande-Bretagne pendant la guerre de 1914-1918 et destinés à l’internement des ressortissants de pays ennemis et des personnes appartenant à des catégories jugées dangereuses en temps de guerre71.

  • 7 2 Sur la notion de « déjà-dit » voir ici p. 358 et p. 375-376.
  • 7 3 Victor Klemperer ([1947] 1996, p. 64). En 1933, les « Konzentrationslagern »en question étaient d (...)
  • 7 4 David Rousset, L’Univers concentrationnaire, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », [1946] 1998, 190 (...)
  • 7 5 Encadré non signé, « The story of the camps », The Guardian, 18 janvier 1994, cahier Media, p. 17 (...)
  • 7 6 Ed Vulliamy, Seasons in Hell. Understanding Bosnia’s War, Londres, Simon & Schuster Ltd., 1994, 3 (...)

41En dépit de ces antécédents formels, on a du mal à entendre résonner dans « camps de concentration » autre chose que le déjà-dit par les nazis72. Nous aurions même tendance à voir en Victor Klemperer un homme de prédiction lorsqu’il écrivait dans son journal, à la date précoce du 29 octobre 1933 : « Je crois qu’à l’avenir, où que l’on prononce le mot “camp de concentration”, on pensera à l’Allemagne hitlérienne et seulement à l’Allemagne hitlérienne. »73 Ce déjà-dit par l’Allemagne hitlérienne qui écrase l’expression « camps de concentration », il ne s’est imposé que petit à petit dans les mémoires européennes (pour la France, au plus tôt à partir de la parution de L’Univers concentrationnaire de David Rousset74), mais il s’est imposé bel et bien, et sur un mode quasi-monopolistique. Les auteurs des images tournées à Omarska et à Trnopolje, peut-être un peu embarrassés par la responsabilité qu’on leur a attribuée dans la construction de l’événement, ont tenté par la suite de désamorcer la charge historique pesant sur le lexique des camps. La journaliste Penny Marshall explique : « Je n’ai utilisé “camps de concentration” qu’une seule fois, pour dire que les Serbes de Bosnie disaient que ce n’en étaient pas. En fait, selon toute vraisemblance, je pense que c’étaient techniquement des camps de concentration – un endroit où beaucoup de gens sont concentrés – par opposition à des camps de la mort. »75 Quant à Ed Vulliamy, il expose placidement dans l’avant-propos de son livre : « À l’époque [août 1992], j’ai refusé d’utiliser le terme “camp de concentration”, à cause de la résonance qu’il a depuis l’Holocauste nazi. Réflexion faite, cependant, je pense que “camp de concentration” est exactement le bon terme. C’est précisément ce qu’étaient Omarska et certains des autres camps contrôlés par les Serbes, et plus tard par les Croates : des endroits où des gens étaient concentrés avant d’être contraints à la déportation, et dans l’intervalle étaient torturés, battus et assassinés en grand nombre. J’utilise ce terme dans sa signification d’avant 1938. »76 De fait, tout au long de son ouvrage, Ed Vulliamy utilise, pour désigner les camps serbes en Bosnie l’expression « camps de concentration » (« concentration camps ») – avec le sens d’avant 1938, donc.

  • 7 7 Ce n’est pas tant l’hypothèse de la compositionnalité du sens que nous visons ici (bien que nous (...)
  • 7 8 Titre d’une chronique de Jacques Julliard, Le Nouvel Observateur, 6 août 1992, p. 35.
  • 7 9 Titre d’une tribune de Pascal Bruckner, Le Figaro, 10 août 1992, p. 11.
  • 8 0 Titre d’un éditorial de Jean-Michel Helvig, Libération, 12 août 1992, p. 2.
  • 8 1 Titre d’une interview de Jacques Chirac par Thierry Desjardins et Jean-Philippe Moinet, Le Figaro(...)

42On a de la peine à se figurer, pourtant, que la signification d’un mot puisse se limiter à la seule addition de ses « sémèmes », « monèmes » ou autres éléments minimaux de signification77. Michel Foucault ([1978] 1994, p. 91) voyait, dans le passage des « concentration camps » anglais du début du siècle aux « Konzentrationslagern » nazis, le parfait « exemple d’une transposition d’une technique de pouvoir ». Il oublie de dire, et cela est crucial pour nous, que ce passage est aussi celui de l’effacement total d’un déjà-dit par un autre. C’est dans le déjà-dit qui pèse sur « camps de concentration » qu’on peut comprendre la valeur argumentative que cette expression porte tout au long du conflit yougoslave. La demande d’action qu’implique la reconnaissance de l’existence de camps ressemblant à ceux des nazis est assez bien illustrée par la prolifération des appels à l’intervention armée au moment de la « découverte des camps ». « La guerre, s’il le faut !»78, « Il faudra bien intervenir »79, « Avant qu’il ne soit trop tard »80, « “Refuser d’intervenir, c’est se rendre complice” »81, ne sont que quatre exemples parmi plusieurs dizaines.

43Si la plupart des acteurs (à l’exception des nationalistes serbes et de leurs partisans) utilise à un moment ou à un autre les dénominations « camps de concentration » ou « camps de la mort » en référence aux camps découverts en Bosnie, d’autres acteurs adoptent dès le départ une stratégie d’évitement de ces expressions.

  • 8 2 Interview de François Mitterrand par Joël Aubert, « “Pas d’intervention isolée” », Sud-Ouest, 13 (...)
  • 8 3 Il est vrai que l’expression « camps de concentration » n’est utilisée dans aucune résolution du (...)
  • 8 4 Les différentes lettres adressées par Roy Gutman à l’Élysée et les réponses qui lui ont été donné (...)

44C’est le cas tout particulièrement de François Mitterrand, qui semble ne les avoir jamais utilisées. Le président de la République parle de « camp » ou de « camps », sans complément du nom, ou utilise une expression qui lui est propre, l’expression « camps de misère et de mort », qu’il emploie à deux reprises au moins, le 13 août et le 31 décembre 199282. Roy Gutman, en journaliste qui ne manque pas de suite dans les idées, s’est adressé à l’Élysée en mai 1994 pour connaître les raisons du contournement de l’expression « camps de concentration » par le chef de l’État. Sur cette question de la dénomination des camps, le porte-parole de la Présidence de la République lui a répondu : « Libre à chacun de les qualifier comme il l’entend. Je note en tout cas que l’expression “camps de concentration” n’est pas utilisée par les Nations Unies83. Quant au président Mitterrand, je crois, en effet, qu’il a des raisons spécifiques de ne pas l’utiliser. […] C’est que François Mitterrand, comme tous les hommes qui ont combattu le nazisme et pour avoir accompagné le général américain Lewis à l’ouverture de plusieurs camps, dont celui de Dachau, sait parfaitement ce que le mot signifie. »84 Libre à chacun également de se contenter de cette réponse élyséenne. On peut aussi penser que la stratégie de contournement pratiquée par François Mitterrand, belle illustration de la thèse de Philippe Braud (1996, p. 236) selon laquelle pour un homme politique « dire est toujours une manière de taire », s’explique à la lumière de la position politique de celui-ci dans le conflit yougoslave : la prise en charge de l’expression « camps de concentration », du fait de la valeur argumentative de celle-ci, comporte une obligation d’action, action que le chef de l’État, fort peu interventionniste dans cette guerre, ne voudrait pas se voir obligé d’entreprendre.

45L’obligation d’action que renferme l’usage de « camps de concentration », et le refus d’action que semblerait impliquer le refus de son usage, rend fort inconfortable la position de certains commentateurs, comme nous allons le voir un peu plus loin.

Polémiques sur la description de l’événement : emplois métadiscursifs des dénominations

46À côté d’un usage transparent de « camps de concentration » cohabite un usage métadiscursif, dans lequel les acteurs commentent la qualification des camps. Cet usage métadiscursif apparaît dès le début de la « découverte des camps ». Il s’exprime sur des modes divers.

  • 8 5 Marc Kravetz, « L’aveuglante réalité », Libération, 5 août 1992, p. 3.
  • 8 6 Thierry Desjardins, « Funambulisme », Le Figaro, 17 août 1992, p. 1.
  • 8 7 Article signé D. L., « La nature des camps », Le Parisien, 8-9 août 1992, p. 2.
  • 8 8 Encadré non signé, « “Concentration” et “extermination” », Le Monde, 13 août 1992, p. 4.
  • 8 9 François Bédarida, Le Nazisme et le génocide ; histoire et enjeux, brochure éditée par Nathan, 19 (...)
  • 9 0 À savoir : « death camps », « concentration camps », « internment camps » et « detention camps ». (...)

47Certains locuteurs adoptent à l’égard de la désignation des camps une position de questionnement, sans trancher pour un terme ou pour un autre. À travers des formulations interrogatives, des commentaires exprimant le doute ou de brefs lexiques qui donnent une définition de différentes expressions, cette première catégorie de locuteurs dit essentiellement ceci : la question de la dénomination des camps est une question réelle qui est posée dans l’espace public. Cette position de questionnement semble assez caractéristique du mois d’août 1992, à un moment où d’une part les informations sur les camps sont encore lacunaires et où, d’autre part, il ne s’agit pas encore de combattre une dénomination supposée dominante. Un éditorialiste de Libération exprime l’incertitude : « Détention ? Concentration ? Les mots ne sont pas innocents. Mais quel que soit le nom qu’on leur donne, l’existence de camps en Bosnie, où l’on parque des prisonniers civils dans des conditions “inacceptables” pour reprendre la litote du CICR, où se pratique la torture, voire la liquidation des détenus, est désormais un fait avéré. »85 Expression de l’incertitude toujours dans un éditorial du Figaro qui évoque « la torture dans des camps qu’on hésite encore à appeler “de concentration” »86. Le quotidien Le Parisien, sans faire de choix, invite à la réflexion : « L’existence de camps en Bosnie n’induit pas nécessairement qu’ils soient de “concentration”. Terme historique se référant aux Dachau et Auschwitz de 1940 dans toutes leurs horreurs d’extermination, de tortures et de chambres à gaz. »87 Le journal Le Monde pose les termes du débat sous la forme d’un encadré où sont longuement définies les acceptions historiquement constituées de « camp de concentration » et de « camp d’extermination »88, à l’appui explicite d’un document pédagogique qu’avait établi l’historien François Bédarida89. Le magazine américain Time procédera de même, en proposant un lexique des différents types de « camps »90, après avoir expliqué que les mots ont un sens historique précis, et que l’émotion ne doit pas faire place à une utilisation injustifiée du vocabulaire. Mais Time ne dit pas laquelle des expressions de cette liste conviendrait, selon lui, aux camps de Bosnie : comme les autres locuteurs qui adoptent cette première position, le magazine américain entend avant tout alerter ses lecteurs sur l’enjeu que constitue, par elle-même, la question de la dénomination.

  • 9 1 Claire Tréan, « Les Occidentaux refusent d’intervenir en Bosnie », Le Monde, 5 août 1992, p. 1 et (...)
  • 9 2 José Fort, « Plans secrets français ? », L’Humanité, 5 août 1992, p. 7.

48Une deuxième position métadiscursive consiste à prendre acte de l’usage de « camps de concentration », autrement dit à constater que ce syntagme est utilisé, sans nécessairement dire très explicitement que celui-ci est inadéquat. C’est ainsi qu’une journaliste du Monde, avant d’utiliser pour sa part le terme « centres », enregistre l’usage du syntagme, en parlant de « l’expression lourdement connotée de “camps de concentration” lancée dans la presse américaine à propos des exactions commises, selon des témoins, dans les centres où des milliers de civils musulmans et croates sont détenus par les forces serbes »91. Le même jour, L’Humanité prend également note de l’usage de l’expression, mais sur un ton plus dubitatif, en évoquant « l’annonce de l’existence de camps de détention qualifiés de camps de “concentration”, dont seuls les Serbes auraient l’exclusivité »92. Plus tard, des commentateurs continueront d’enregistrer le fait que les expressions « camps de concentration » ou « camps de la mort » ont été utilisées au moment de la découverte des camps, soit pour dire que c’était bien le terme qui convenait, soit pour dire que c’était là un abus de mots.

  • 9 3 Florence Hartmann, « La politique de l’autruche des grandes puissances face aux exactions en Bosn (...)

49– Le premier cas de figure est illustré par cet énoncé de Florence Hartmann, pour laquelle la qualification des camps, pour précipitée qu’elle ait été, était juste : « Si l’on peut reprocher à Roy Gutman d’avoir qualifié hâtivement le crime dont se sont rendus coupables les Serbes en Bosnie en dénonçant l’existence de “camps de la mort” et de “massacres systématiques” dans son célèbre article du 2 août 1992 – alors qu’il ne disposait encore d’aucune preuve tangible –, il n’en reste pas moins que les minutieuses enquêtes qu’il a menées ensuite ont clairement et rapidement montré combien ses allégations étaient justes et combien son travail était celui d’un pionnier. »93

  • 9 4 Daniel Schiffer, Requiem pour l’Europe. Zagreb. Belgrade. Sarajevo, Lausanne, L’Âge d’homme, 1993 (...)

50– Le deuxième cas de figure, qui consiste à dénoncer après-coup une expression abusive, est assez caractéristique des nationalistes serbes ou de leurs défenseurs, qui voient dans « camps de concentration » un abus de mot produit délibérément à des fins de désinformation. C’est par exemple Daniel Schiffer qui évoque, dans un livre qui stigmatise la partialité dont les médias feraient preuve dans le conflit yougoslave, les images de ces hommes décharnés, « tels des squelettes vivants, derrière les fils barbelés qui ceinturaient ce que la presse occidentale n’hésitait pas à appeler “camp de concentration” »94.

  • 9 5 Général Schmitt, « Les risques d’une intervention armée », Le Figaro, 19 août 1992, p. 4.
  • 9 6 Dans le vocabulaire des maquettistes et des journalistes, streamer (dit parfois « bandeau ») dési (...)
  • 9 7 Charlie Hebdo, 12 août 1992, p. 1. Il s’agit là d’une allusion au fait que les responsables nazis (...)
  • 9 8 Jean-François Mattei, « Ex-Yougoslavie, Munich “bis repetita” », La Croix, 28 janvier 1993, p. 26

51– Une troisième position consiste à dire que « camps de concentration » est le terme qui convient aux camps découverts en Bosnie. C’est par exemple la position du général Schmitt, qui évoque « la certitude de l’existence de camps qu’il faut bien appeler “de concentration” »95. C’est aussi la position de Charlie Hebdo, qui rédige ce streamer96 ironique en couverture de son édition du 12 août : « Pas d’orchestre dans les camps en Bosnie. Alors, peut-on parler de camps de concentration ? »97 En pages intérieures, sur deux pages entières, sous un titre qui reprend l’énoncé du streamer, Charlie Hebdo publie une série de dessins qui, tous, posent la question de la désignation des camps. Tendanciellement, ces dessins –parmi lesquels le dessin de Riss signalé plus haut (voir illustration n° 11) – caractérisent l’expression « camps de concentration » comme dénomination adéquate à la chose nommée. Une telle position peut aussi se lire interprétativement, en creux, dans un certain nombre de commentaires. Dans celui de Jean-François Mattei par exemple, qui après avoir évoqué les accords de Munich, comparé Milosevic à Hitler, et estimé que les méthodes des nationalistes serbes « nous renvoient cinquante ans en arrière », parle de « la mise en place de camps que l’on hésite encore parfois à qualifier pudiquement. »98

  • 9 9 D’après Jean-Yves Camus (1996, p. 118).
  • 1 00 Alain Sanders, « “Nous ne voulons pas une paix des cimetières” », Présent, 14 août 1992, p. 1 et (...)
  • 1 01 Roland Boucher, « Non à l’Europe des bavards », National Hebdo, 13 août 1992, p. 2.

52La position métadiscursive qui consiste à qualifier l’expression « camps de concentration » de dénomination adéquate est aussi en partie celle des journaux d’extrême droite, dans un mouvement qui consiste manifestement à affadir ce terme et à en trivialiser l’usage. Alain Sanders – pseudonyme d’Alain Potier99 – écrit par exemple dans Présent : « Sur le terrain, la Croix-Rouge a visité Trno-Polje, un nouveau camp de concentration serbo-communiste (Mitterrand préfère parler, lui, de “camp de misère et de mort”, le label “camp de concentration” étant sans doute déposé…). »100 La position métadiscursive de l’extrême droite est complexe cependant, dans la mesure où la caractérisation de « camps de concentration » comme terme adéquat se double de la reconnaissance d’une autre dénomination, celle de « goulag » : « […] cette idéologie [serbo-communiste] qui engendre de nouveaux “Goulags” (appelons ces camps par leur nom) »101. Il y a ainsi, pour l’extrême droite, deux dénominations qui conviennent aux camps découverts en Bosnie : « camps de concentration » et « goulag ». Le choix de la première vise selon nous à faire réviser à la baisse la valeur historique des camps nazis et du nazisme. De façon complémentaire, le choix de la seconde vise à désigner le communisme comme sommet de l’horreur dans l’histoire.

  • 1 02 Patrice de Beer, « Égaux dans le malheur », Le Monde, 15 août 1994, supplément Radio-Télévision, (...)

53Une quatrième position, relativement à la caractérisation des camps découverts en Bosnie, consiste à dire que ces camps ne sont pas des camps nazis mais presque, ou, répondant à l’usage métaphorique de « camps de concentration », à dire que telle ville bosniaque n’est pas un camp nazi mais presque. Cette position s’exprime par des formulations diverses. Comme celle-ci par exemple, datant d’août 1994, dans laquelle un journaliste du Monde rappelle qu’« il n’y a pas si longtemps ils [les Serbes de Bosnie] entassaient leurs ennemis dans des camps qui n’avaient pas grand-chose à envier à ceux de l’Allemagne nazie. »102

  • 1 03 Bertrand Poirot-Delpech, « La fin des excuses », Le Monde, 1er septembre 1992, p. 4.
  • 1 04 Bertrand Poirot-Delpech, « Voir n’est pas savoir », Le Monde, 25 novembre 1992, p. 6.
  • 1 05 Alain Finkielkraut, « “Si c’est un homme…” », Le Monde, 15 septembre 1992, p. 13.
  • 1 06 Alain Finkielkraut, « L’injonction de Buchenwald », Le Monde, 15 décembre 1993, p. 2.
  • 1 07 Pascal Bruckner, « L’Europe de l’obscénité », Le Monde, 22 octobre 1992, p. 2.
  • 1 08 Daniel Rondeau, « De nouveau l’impensable », Le Monde des débats, décembre 1992, p. 24.

54Mais il semble que cette position passe de façon privilégiée par l’usage du nom propre d’un camp nazi (dont il est dit qu’il ne peut référer à la Bosnie), suivi d’une proposition subordonnée introduite par un « mais » à valeur argumentative. Ainsi Bertrand Poirot-Delpech écrit : « Non, Doboj n’est pas Auschwitz. La volonté d’extermination n’est pas avérée, la méthode n’est pas, pas encore, celle d’un génocide. Mais on s’en approche. Qui sait si les rues de Dachau ne respiraient pas, en 1943, l’air fade, accusateur, des avenues désertes de Doboj ?»103 Trois mois plus tard, le même académicien fait usage d’une comparaison, qui oriente de manière plus contrainte encore vers la conclusion d’une identité de la situation bosniaque avec la situation nazie. Après avoir rappelé que des journalistes sont présents sur les lieux de la guerre yougoslave, il s’exclame : « Comme si la presse du monde entier avait témoigné sur Auschwitz, en 42 ! »104 L’usage du nom propre suivi de « mais », on le trouve également sous la plume d’Alain Finkielkraut. Celui-ci, après avoir cité un célèbre poème de Primo Levi, rapporte l’expression d’un « soldat français interrogé à Belgrade juste après la mort de deux de ses camarades et qui ne veut plus retourner à Sarajevo risquer sa vie “pour ces connards” ». Alain Finkielkraut écrit ensuite : « Sarajevo n’est pas Auschwitz, le camp d’Omarska non plus. Mais, si c’est un “connard” et non un homme qui meurt pour un oui ou pour un non, tout redevient merveilleusement simple : on n’a plus de raison de se quereller, le soir venu, avec soi-même, ni de scrupule à vivre bien au chaud dans sa maison, dans son pays ou dans sa Communauté européenne. »105 Et c’est toujours Alain Finkielkraut qui écrit, à la fin de l’année 1993 : « Certes, il ne se passe pas la même chose à Sarajevo qu’à Buchenwald. Mais les différences n’excusent rien car Buchenwald n’est pas seulement un lieu de mémoire, c’est une injonction. »106 Pascal Bruckner fait usage du même procédé : « Certes, il n’y a pas d’Auschwitz en ex-Yougoslavie mais l’on y frôle le génocide ; et l’on ne pourra pas dire cette fois que l’on ne savait pas ! »107 La thèse d’une continuité entre les camps nazis et la situation bosniaque, à renfort de noms propres, est également suggérée par ce sous-titre d’une tribune de Daniel Rondeau : « Auschwitz, Dachau… Sarajevo »108.

  • 1 09 Interview de Jacques Rupnik par Christophe Urbanowicz, « “Ce sera bientôt le tour du Kosovo puis (...)
  • 1 10 Interview de Jean Kahn par Didier François, « Jean Kahn : “Le droit d’ingérence doit être total” (...)
  • 1 11 Interview de Georges Kiejman par Renaud Girard, « “La France n’est ni aveugle ni indifférente” » (...)
  • 1 12 France-Soir, 17 août 1992, p. 5 ; Le Quotidien de Paris, 17 août 1992, p. 13 ; Le Monde, 18 août (...)
  • 1 13 Simone Veil citée par Bertrand Poirot-Delpech, « “Ils veulent nous exterminer” », Le Monde, 27 a (...)
  • 1 14 Voir les déclarations de Simone Veil dans différents journaux : Philippe Gélie, « “Le viol, arme (...)

55Une cinquième position consiste à réfuter explicitement l’expression « camps de concentration » qui est utilisée et acceptée par un certain nombre de locuteurs (ou à réfuter d’autres expressions dont on considère qu’elles sont plus ou moins équivalentes). Le plus souvent, cette position consiste aussi à opposer aux expressions jugées impropres une ou des expression(s) jugée(s) plus adéquate(s). Pour les commentateurs qui adoptent cette position, l’enjeu est semble-t-il de ne pas utiliser à propos des camps yougoslaves une expression qui est marquée par le caractère précis de sa signification comme par le caractère singulier du référent qu’elle désigne, tout en mettant en avant le caractère humainement inacceptable du nouveau référent à nommer. Le terme choisi pour ce nouveau référent est en général « camp(s) de détention », le plus souvent accompagné d’une mention des mauvais traitements qui s’y déroulent. Le 7 août 1992, interviewé dans Le Quotidien de Paris, l’historien Jacques Rupnik explique : « Il faut être très prudent dans l’usage de mots comme “camp de la mort” ou “génocide”. Ces termes ont un sens très précis et il ne faut pas les galvauder en les utilisant sans précaution. Le mot “camp de la mort” ou d’“extermination” définit une entreprise délibérée d’exterminer, comme à l’époque nazie. Il est sans doute plus précis de parler de “camps de détention” où un certain nombre d’atrocités ont été commises. »109 Le même jour paraît une interview de Jean Kahn, alors président du Crif (Comité représentatif des institutions juives de France), à qui le journaliste pose la question : « Peut-on parler de “camps de la mort”, aujourd’hui, dans l’ex-Yougoslavie ?» Jean Kahn répond : « Pour nous, juifs, les mots “camps de concentration” ou “camps d’extermination” sont des termes que nous supportons difficilement compte tenu de notre passé récent. Pourtant, je n’emploierai pas, aujourd’hui, les termes “camps de concentration” ou “camps de déportation” mais plutôt celui de “camps de détention” où violence, excès et sévices sont commis. Ce que je dénonce avec la plus extrême vigueur. »110 Toujours le 7 août, interviewé dans Le Figaro, le ministre délégué aux Affaires étrangères, Georges Kiejman, déclare : « Les raisons d’indignation sont suffisantes sans que l’on force l’identification entre ces camps et ceux de l’Allemagne nazie, qui étaient des camps d’extermination. »111 De retour d’un voyage en Bosnie où il a visité des camps et des prisons, Bernard Kouchner, ministre de la Santé et de l’action humanitaire, explique sur les ondes de RTL que les camps contrôlés par les Serbes qu’il a pu voir ne sont pas des « camps d’extermination au sens où les nazis l’entendaient », mais des « camps de prisonniers, horribles, des camps de “purification ethnique” ». Cette déclaration remarquée sera reprise par plusieurs journaux112. Dès le départ et durablement, Simone Veil adopte également cette position de réfutation de la dénomination « camps de concentration ». En août 1992, elle déclare : « Qu’il y ait des exactions, c’est sûr. Des exécutions sommaires, des violences, c’est certain. Il va falloir réunir le maximum de témoignages là-dessus. Mais réfugié n’est pas déporté, camp de rassemblement n’est pas camp de concentration, encore moins d’extermination. Génocide a un autre sens. Des autres camps, personne ne revenait ! »113 En janvier 1993, au moment de la « découverte des viols systématiques » et de la campagne de Médecins du monde comparant Milosevic à Hitler et les camps serbes aux camps nazis, Simone Veil fera des déclarations similaires, dans lesquelles elle récuse l’identification des camps serbes aux camps nazis, dans leur dénomination comme dans leur réalité mondaine114.

  • 1 15 Article non signé, « Au Parlement européen M. Delors dénonce “la stratégie subtile et meurtrière (...)
  • 1 16 Interview de Jean Kahn par Henri Tincq, « Un entretien avec M. Jean Kahn », Le Monde, 29 septemb (...)
  • 1 17 Daniel Rondeau, « La France, la Bosnie et le Liban », Le Monde, 22 août 1992, p. 5. Daniel Ronde (...)

56Pourtant, la plupart des acteurs qui ont tenu cette cinquième position se sont montrés particulièrement révoltés, en parole comme en action, par le sort des populations de Bosnie. Pour deux d’entre eux au moins, c’est au nom du génocide juif passé que la situation en Bosnie est jugée intolérable. Simone Veil, favorable à une intervention musclée qui permettrait d’ouvrir les camps, déclare devant le Parlement européen : « On ne peut pas se cacher derrière la solution politique […]. Je ne veux pas réentendre ce que j’ai entendu il y a cinquante ans […]. Des millions de personnes sont mortes [dans les camps nazis] tandis qu’était avancé cet argument : on n’a pas toutes les preuves. »115 Jean Kahn déclare pour sa part : « Le juif a une vocation particulière à intervenir lorsque, dans un pays, sont installés des camps de détention, que nous nous refusons à appeler camps de déportation. »116 En fait, ces acteurs, qui à la fois réfutent la dénomination « camps de concentration » (ou « de la mort » ou « d’extermination » ou « de déportation ») et à la fois veulent manifester leur volonté d’une solidarité active avec les victimes, sont dans une position inconfortable. Leur point de vue, en effet, contrarie la valeur argumentative contenue dans l’expression « camps de concentration » : ces acteurs disent qu’il faut agir tout en refusant d’utiliser l’expression qui, de façon consensuelle, signifie qu’il faut agir. C’est, selon nous, dans cette entorse faite à la valeur argumentative du syntagme qu’il faut comprendre les critiques portées à l’égard de ces acteurs. Cette entorse, sans doute, explique ce reproche adressé à Simone Veil par Daniel Rondeau : « À Bonn, à Londres comme à Paris, les acharnés de la construction européenne, qui ne manquent jamais de courage dès qu’il s’agit de quotas laitiers et d’importation de viande bovine, nous ont rebattu les oreilles avec la “complexité du drame yougoslave”. Cette complexité abritait une vérité triste, et très simple, elle, la vérité de ceux qui refusent de distinguer entre agresseur et agressés. À Paris, on a même pu entendre Mme Simone Veil, ancien ministre de Giscard, rescapée des camps nazis, nous inviter à “ne pas céder à l’émotion”. »117 C’est que, sans doute, refuser d’utiliser l’expression « camps de concentration » est perçu comme un refus de désigner les nationalistes serbes comme les oppresseurs, identification de l’oppresseur qui est une condition minimale à l’intervention. Les nationalistes serbes et leurs partisans l’ont bien compris, qui refusent que les camps soient appelés « camps de concentration » et qui voient dans l’usage de ce terme une opération de manipulation dirigée contre eux.

La guerre yougoslave lue à la lumière du nazisme

57L’événement « découverte des camps » ravive la mémoire de la destruction des juifs d’Europe et réactive le schéma de lecture fourni par la Seconde Guerre mondiale. Cette réactivation est observable dans la dénomination des camps, même si cette dénomination donne lieu à débat. Mais cette revivification est observable en bien d’autres lieux du discours.

  • 1 18 Sur ce mot d’ordre, voir p. 142-146.
  • 1 19 Voir p. 146-151.
  • 1 20 Voir p. 83-91.
  • 1 21 François-Régis Hutin, « Arrêter les nouveaux Hitler », Ouest-France, 14-15-16 août 1992, p. 1 et (...)
  • 1 22 Interview d’Alain Joxe par Jean-Marie Colombani, « Un entretien avec M. Alain Joxe », Le Monde, (...)
  • 1 23 Albert Mallet, « Du ghetto de Varsovie au ghetto de Sarajevo », Le Figaro, 4 janvier 1993, p. 2.
  • 1 24 Louise Lambert, « Quand la littérature veut faire l’histoire », La Croix, 21-22 mars 1993, p. 20
  • 1 25 Pascal Bruckner, « Il faudra bien intervenir », Le Figaro, 10 août 1992, p. 11.

58Elle passe par l’utilisation de slogans et de mots d’ordre que nous examinerons plus loin (« Plus jamais ça »118, « Nous ne savions pas »119 …). Elle passe par le rappel de la capitulation de Munich de 1938, rappel dont on verra les prolongements au printemps 1993 à travers un discours caractérisé par la culpabilité et le sentiment de honte120. Elle passe aussi par l’usage de certains qualificatifs et dénominations, usage dans lequel entrent en collision des éléments du lexique appartenant à l’un et à l’autre conflit. C’est par exemple un journaliste de Ouest-France exprimant très clairement la thèse d’un recommencement du nazisme dans un éditorial précisément intitulé « Arrêter les nouveaux Hitler »121. C’est le polémologue Alain Joxe expliquant : « La désignation de l’adversaire principal ne fait pas problème. C’est l’agresseur nazi-serbe qui pratique la “purification ethnique”. »122 C’est Albert Mallet, président de Radio Shalom, qui raconte comment la communauté juive a « découvert sur les écrans de télévision ces kapos serbes qui enfermaient prisonniers bosniaques et croates dans de véritables camps de concentration… En 1992… », avant de s’exclamer : « Mais à quoi donc avait servi notre incessante revendication de mémoire ? »123 C’est une journaliste de La Croix qualifiant Vojislav Seselj de « chef des SA du régime actuel »124 ou Pascal Bruckner qualifiant Slobodan Milosevic de « petit führer de Belgrade »125.

  • 1 26 Pancho, Le Monde, 9 décembre 1992, p. 1.
  • 1 27 Plantu, Le Monde, 6 janvier 1993, p. 1.

59Les dessins de presse et les photographies sont, là encore, un moyen d’opérer un parallèle entre la situation yougoslave et le nazisme. Dans un dessin de Pancho, une allégorie de la mort décore Milosevic de la croix gammée126. Un dessin de Plantu représente Milosevic s’inspirant de Mein Kampf pour dessiner sa carte de la Bosnie127. « Hitler », « führer », « nazi », « SS », « SA », « kapos »… ces signes jalonnent le récit de la guerre yougoslave.

60Il ne faudrait pas voir (ou il ne faudrait pas se limiter à voir), dans ces comparaisons, les indices d’une instance médiatique portée sur le spectaculaire ou sur les leçons d’histoire à la petite semaine. Ces comparaisons sont simplement, pour leurs auteurs, un moyen de désigner le coupable (savoir si ce moyen est politiquement efficace, moralement bon, ou historiquement juste, est une autre question). Ces comparaisons ne tiennent pas lieu de pensée. C’est d’ailleurs en général ce qu’on leur reproche (en vertu du lieu commun selon lequel « comparaison n’est pas raison »). Mais elles tiennent lieu d’acte : elles sont un acte de dénonciation.

  • 1 28 Gregory Peroche, Histoire de la Croatie et des nations slaves du Sud, 395-1992, Paris, F.-X. de (...)
  • 1 29 Nikola Kovac, Bosnie : le prix de la paix, Paris, Éditions Michalon, coll. « Idées et Controvers (...)

61Les acteurs du conflit yougoslave ne sont pas en reste lorsqu’il s’agit de comparer l’ennemi aux nazis. Les brochures de propagande serbe abondent en assimilations de ce type, et voient couramment dans les actions des Croates le projet d’une « solution finale de la question serbe » (expression récurrente dans cette littérature). Les nationalistes croates ne sont pas non plus les derniers lorsqu’il s’agit d’évaluer l’ennemi serbe sur l’échelle nazie : « Même les nazis, pendant la Deuxième Guerre mondiale, n’ont pas fait autant d’atrocités et de destructions en quatre ans de guerre en Europe que les Serbes en quatre mois en Croatie »128 écrit un défenseur de la cause croate. Les musulmans bosniaques, de leur côté, dans leur volonté de montrer l’évidence de leur souffrance, ont également recours à cette comparaison. C’est ainsi que l’ambassadeur de Bosnie-Herzégovine en France écrit que Radovan Karadzic « s’est mis en tête l’idée de réunir “tous les Serbes au sein d’un même État”, autour d’un seul parti politique et d’un seul chef (ein Reich, ein Volk, ein Führer). »129

62Sans nier son importance, il ne faut pas surévaluer le rôle de l’événement « découverte des camps » dans la lecture qui est faite de la guerre yougoslave à la lumière du nazisme. D’une part les comparaisons entre l’un et l’autre conflits sont observables bien avant le mois d’août 1992, y compris lors de la guerre en Croatie, même si les parallèles sont alors nettement moins envahissants. D’autre part la lecture du conflit yougoslave prend place dans un cadre événementiel général qui dépasse la « découverte des camps » et qui oriente l’interprétation de la guerre. Or ce cadre favorise l’activation permanente du schéma de lecture fourni par le nazisme. Les commémorations, fréquentes dans le calendrier français contemporain, semblent à cet égard avoir joué un rôle fort : chaque commémoration d’un événement de la Seconde Guerre mondiale invite à voir l’actualité à travers le prisme de cet événement.

  • 1 30 Dans son allocution du 14 juillet 1992, François Mitterrand déclare : « En 1940, il y a eu un Ét (...)
  • 1 31 Le Point, 1er août 1992, p. 1. Dossier en pages intérieures, p. 18-23.

63En France, la commémoration mouvementée de la rafle du Vel’d’Hiv, le 17 juillet 1992130, n’a sans doute pas compté pour rien dans la lecture de la « découverte des camps », qui a lieu deux semaines plus tard. Les polémiques qui suivent cette commémoration « relancent le débat sur les années noires de l’occupation », écrit Le Point du 1er août, qui consacre un dossier de six pages à « La France sous l’occupation : la mémoire à fleur de peau »131. Dans l’édition qui suit, le 8 août, c’est aux camps découverts en Bosnie que Le Point consacre sa couverture.

64En avril 1994, la commémoration du soulèvement du ghetto de Varsovie apporte clairement sa part à l’interprétation du destin de Srebrenica, destin qui se joue au même moment, en Bosnie. Nous en reparlerons.

  • 1 32 Lettre d’une lectrice des Bouches-du-Rhône publiée sous le titre commun à plusieurs lettres « Ex (...)
  • 1 33 Lettre ouverte à Bill Clinton, François Mitterrand et John Major, signée de l’abbé Pierre, Franç (...)

65Les cérémonies du cinquantième anniversaire du débarquement des Alliés sur les plages de Normandie, à l’été 1994, font à leur tour résonner le conflit yougoslave des souvenirs du nazisme. Cette commémoration est productrice de discours sur la guerre yougoslave. Le discours de cette lectrice de La Croix par exemple : « On prépare, cette année, la célébration du cinquantième anniversaire de la Libération. Au moment où auront lieu les festivités, la Bosnie sera-t-elle déjà liquidée ou en cours de liquidation ? Peut-on célébrer la fin d’une guerre vieille de cinquante ans, au moment même où le même cauchemar se produit à deux heures de chez nous ? »132 Des arguments identiques sont mis à contribution par un groupe de personnalités dans une lettre ouverte adressée à Bill Clinton, François Mitterrand et John Major133. La commémoration du débarquement produit aussi des actes : c’est la date du 4 juin 1994 et la ville de Caen que la convention nationale des comités contre la purification ethnique choisit pour organiser une manifestation qui rassemblera près de 10 000 personnes.

  • 1 34 Benoît Grevisse et Denis Ruellan (1995, p. 96).
  • 1 35 Idem.

66Benoît Grevisse et Denis Ruellan (1995) ont insisté sur l’intérêt que les organisateurs de commémoration tirent de ce type d’action, que cet intérêt soit personnel (rôle de mise en visibilité) ou politique (« On ne commémore pas tant l’événement que les valeurs qui y sont attachées. »134). S’il est vrai que la commémoration est « un acte programmé par ceux qui souhaitent en tirer un quelconque profit »135, il est vrai aussi que ceux qui trouvent intérêt à la commémoration ne sont pas les seuls promoteurs mais aussi des acteurs divers qui viennent se greffer sur une opération décidée indépendamment d’eux. Il peut s’agir alors, pour ces acteurs, de prendre aux mots les promoteurs de la commémoration en tant que promoteurs de valeurs. C’est manifestement ce que font les différents acteurs signalés ci-dessus à l’occasion de la commémoration du débarquement allié.

  • 1 36 Selon l’estimation retenue par Joseph Krulic (1993, p. 37).

67Comme il arrive souvent, l’analogie, la comparaison et la métaphore trouvent des points de la réalité qui facilitent leur emploi. Le parallélisme entre le conflit yougoslave de 1991-1995 et la Seconde Guerre mondiale est ainsi d’autant plus aisé qu’il semble s’appuyer sur la réalité de l’histoire : de 1941 à 1945, ceux qui formaient alors la population du royaume de Yougoslavie se livrent une guerre sans merci, qui oppose de façon complexe les nationalistes croates partisans de l’État pro-nazi d’Ante Pavelic (les « oustachis »), les nationalistes et royalistes serbes partisans du général Draza Mihaïlovic (les « tchetniks ») et les partisans communistes de Tito, dans les rangs desquels les Serbes sont nombreux. Au total, sur le territoire yougoslave, le conflit de 1941-1945 cause la mort d’un peu plus d’un million de personnes (sur une population d’un peu plus de 16 millions)136. Pour différents acteurs qui s’expriment dans les années 1990, le conflit yougoslave de 1991-1995 est perçu comme la continuation de la guerre fratricide de 1941-1945. Les acteurs yougoslaves participent activement à cette lecture : les nationalistes croates en appelant « tchetniks » les partisans de Slobodan Milosevic et de Radovan Karadzic ; les nationalistes serbes en appelant « oustachis » les partisans de Franjo Tudjman et en entretenant le souvenir du camp de Jasenovac, dans lequel les oustachis avaient déporté, outre des juifs et des tziganes, plusieurs dizaines de milliers de Serbes.

  • 1 37 Voir par exemple, outre les interventions de Simone Veil signalées ici, Max Gallo, « La capitula (...)

68En dépit de la réalité historique sur laquelle elle voudrait asseoir sa pertinence, l’application du schéma de lecture du nazisme au conflit yougoslave s’est vue contestée par plusieurs commentateurs. Une première série de commentateurs, composée des nationalistes serbes et de leurs défenseurs, s’est élevée contre le parallélisme parce que ces derniers ont bien perçu dans l’identification des Serbes aux nazis un moyen visant à les discréditer (cela n’empêche pas ces mêmes acteurs d’utiliser la comparaison, mais pour référer à leurs ennemis). Une seconde série, composée de diverses personnalités et journalistes, a également pris position contre le parallélisme, mais parce que ces commentateurs ont vu dans les comparaisons avec le nazisme un mode propre à « banaliser », comme on dit, le génocide juif137.

  • 1 38 L’Humanité, 30 juillet 1947. Cité par Jacques Dalloz (1993, p. 33).
  • 1 39 Albert Ollivier, « La corde raide », Combat de la résistance à la révolution, n° 857, 9 avril 19 (...)
  • 1 40 « L’inquiétant “Black Führer” américain », France-Soir, 17 octobre 1995, p. 1, titre de Une.

69Quelle que soit la position qu’on adopte (position d’acceptation ou de refus du parallélisme), il importe de relativiser la particularité du cas yougoslave. Les comparaisons avec le nazisme ne lui sont pas réservées et ne constituent pas un procédé récent. En 1947, le quotidien L’Humanité qui s’inquiète pour les émigrants juifs embarqués à bord de l’Exodus qualifie celui-ci d’« Auschwitz flottant »138. La même année, Combat critique la création du RPF (Rassemblement du peuple français) par le général de Gaulle, et écrit : « Depuis l’hitlérisme, nous savons que l’on peut s’emparer de l’État avec des bulletins de vote. […] Les garanties de légalisme d’une telle formation [le RPF] dépendent de son potentiel. Le parti nazi était aussi, d’abord, un parti comme les autres. »139 Une formation gaulliste comparée au parti national-socialiste par un journal qui lui-même est issu de la Résistance, voilà qui devrait donner à réfléchir à ceux qui voient dans les comparaisons contemporaines avec le nazisme l’indice d’une tentative récente de « banalisation » de celui-ci, ou l’indice d’une contemporaine propension des médias à la dramatisation. Plus près de nous, les comparaisons n’ont pas manqué non plus, qu’il s’agisse de celles, nombreuses, opérées lors de la guerre du Golfe de l’hiver 1990-1991, du slogan de 1968 « CRS = SS », ou de comparaisons effectuées plus ponctuellement, par exemple quand un quotidien qualifie Louis Farrakhan, leader du mouvement de la Nation de l’Islam, de « Black Führer »140.

  • 1 41 Voir p. 371-376.

70Dans le rappel récurrent du nazisme, à propos de la Yougoslavie comme en bien d’autres occasions, jusqu’à la petite occasion qui consiste par exemple à qualifier une perquisition de police un peu brutale de « descente de Gestapo », il faut lire la difficulté qu’il y a manifestement à penser des camps qui ne soient pas des camps nazis (qu’ils soient « de concentration » ou « d’extermination »), à penser des massacres qui ne soient pas ceux des Einsatzgruppen dans les opérations mobiles de tuerie, à penser une discrimination qui ne soit pas celle des juifs dans le Grand Reich et, enfin, à penser des génocides qui ne soient pas le génocide commis envers les juifs. …Avec cette difficulté supplémentaire qu’apporte ce mot de « génocide », qui a précisément été créé pour désigner l’extermination des juifs par les nazis tout en étant destiné à qualifier, pour l’avenir, d’autres crimes qui s’y apparenteraient. De ce mot de « génocide », né dans de pareilles conditions, il s’en suit comme le dit Alain Brossat (1996, p. 276-277) « que, d’une certaine façon, le mot génocide est un moyen de nommer toutes les horreurs du xxe siècle – et, secondairement, des temps antérieurs – en rapport avec Auschwitz, à la mesure d’Auschwitz ». La formule « purification ethnique », qui grâce à son caractère néologique aurait pu permettre de contourner ce paradoxe embarrassant que comporte le mot « génocide », ne fera qu’y ramener puisqu’à son tour elle sera jaugée à l’aune du vocabulaire nazi141.

Les viols et le discours sur un projet organisé de destruction d’une population

La construction de l’événement : les viols deviennent remarquables

  • 1 42 François-Régis Hutin, « Menace pour la paix », Ouest-France, 29 mai 1992, p. 1 et 4.
  • 1 43 Texte d’accroche non signé, Libération, 29 juillet 1992, p. 2.
  • 1 44 Éditorial non signé, « “Purification ethnique” », Le Monde, 7 août 1992, p. 1.
  • 1 45 Voir ici p. 35.

71Dès le début du conflit armé en Bosnie, des journalistes font mention de la pratique du viol dans le territoire de l’ex-Yougoslavie. Mais le mot « viol » prend toujours place dans des énumérations, où il représente simplement un, parmi d’autres, des actes de violence pratiqués en temps de guerre. Fin mai 1992, l’éditorialiste de Ouest-France décrit ainsi les pratiques d’une guerre qui, dit-il, est une guerre « atroce » : « tortures, viols, exécutions sommaires, cadavres pourrissant au soleil »142. Dénonçant les pratiques de l’ensemble des belligérants, Libération écrit deux mois plus tard : « C’est de part et d’autre qu’on fait état d’exactions contre les civils pour les contraindre à partir : saccages, incendies de maisons, viols… »143 En août 1992, Le Monde rappelle que les combats en Croatie « ont eu également leur lot de massacres et de sauvageries : exécutions sommaires, viols, tortures… »144 Comme les « camps de concentration » en leur temps sous la plume de Bruckner145, les « viols » sont mentionnés puis semblent être oubliés.

  • 1 46 Voir par exemple Jean-François Bouthors, « Le document qui accuse les Serbes », La Croix, 6 août (...)
  • 1 47 Roy Gutman, « Bosnia Rape Horror », New York Newsday, 9 août 1992 et « The Rapes of Bosnia », Ne (...)
  • 1 48 Par exemple le rapport de l’organisation féministe croate Tresnjevska, rendu public le 28 septem (...)
  • 1 49 Véronique Soulé et Marc Semo, « Le viol, arme de guerre des Serbes dans la guerre civile », Libé (...)

72L’idée que des femmes musulmanes et croates soient victimes, de la part des Serbes, de viols signifiants (c’est-à-dire de viols qui ne soient pas des exactions parmi d’autres dans la guerre mais qui soient l’application d’un plan concerté) émerge sporadiquement dès août 1992, mais elle n’est que brièvement évoquée, dans des articles qui ne sont pas majoritairement consacrés à la question146. Aux États-Unis, Roy Gutman publie dès août 1992 des articles consacrés exclusivement au sujet147, mais ils ne sont pas repris dans la presse française, pas plus que ne le sont les quelques rapports148, de provenances et de crédibilité diverses, qui dénoncent le viol comme instrument stratégique. En France, la première enquête journalistique consacrée aux viols semble être celle de Libération, publiée début novembre sous le titre « Le viol, arme de guerre des Serbes dans la guerre civile »149.

  • 1 50 Voir la synthèse d’Érik Neveu (1999). Celui-ci rappelle qu’un « problème public », ou « social p (...)
  • 1 51 Parlement européen, « Résolution sur les viols des femmes dans l’ex-Yougoslavie », 17 décembre 1 (...)
  • 1 52 Nations unies, Conseil de sécurité, résolution 798, 18 décembre 1992 (version française). On pou (...)
  • 1 53 Les extraits qui suivent sont tirés du Rapport de la mission d’observation de la Communauté euro (...)

73Ce n’est qu’en décembre 1992 que le viol devient dans l’espace public un sujet remarquable, qu’il devient un « problème public » (comme traduction de l’anglo-américain « social problem »)150. Le 17 décembre, le Parlement européen adopte une résolution dans laquelle il considère que « dans la seule république de Bosnie-Herzégovine, plusieurs dizaines de milliers de femmes et de jeunes filles prisonnières ont été systématiquement violées et [qu’]un grand nombre d’entre elles se sont retrouvées enceintes »151. Le 18 décembre, dans sa résolution 798, le Conseil de sécurité des Nations unies se déclare « horrifié par les informations concernant la détention et le viol massifs, organisés et systématiques de femmes, notamment de femmes musulmanes, en Bosnie-Herzégovine »152. Le 18 décembre, c’est aussi la date à laquelle des enquêteurs délégués par la Communauté européenne partent en mission sur le territoire ex-yougoslave. Cette mission d’observation, dirigée par la britannique Anne Warburton, et qui compte Simone Veil parmi ses membres, revient le 24 décembre et remet son rapport en janvier 1993. Dans ce rapport153, les enquêteurs estiment que « les femmes musulmanes forment sans aucun doute la grande majorité des victimes de viols », tout en signalant qu’« il existe aussi d’inquiétants rapports sur les abus sexuels exercés sur des femmes serbes ou croates ». La délégation souligne la difficulté qu’il y a, dans les « conditions chaotiques » de cette région en guerre, et vu les « éléments de propagande » que peuvent contenir les informations fournies, à établir des statistiques de quelque nature. Ayant exposé les conditions difficiles de leurs investigations, les observateurs de la délégation écrivent ensuite : « Il s’avère, à travers le témoignage unanime des interlocuteurs que la délégation considérait comme sérieux et crédibles, qu’un nombre important de femmes musulmanes ont été violées et continuent à être violées. Bien que le nombre exact de victimes ne puisse être fixé, il est possible de parler de plusieurs milliers. La plus raisonnable estimation délivrée à la délégation indiquait un chiffre de vingt mille victimes dans la région de Zagreb. » Soulevant ensuite la question du caractère systématique des viols perpétrés, la délégation conclut : « Le viol ne peut être considéré comme un incident de guerre. Il s’inscrit dans un réel dessein stratégique. »

  • 1 54 Titre d’une interview de Geneviève Jacques par Antoine Fouchet, La Croix, 23 décembre 1992, p. 2 (...)
  • 1 55 Surtitre et titre d’un article de Florence Assouline, L’Événement du jeudi, 24 décembre 1992, p. (...)
  • 1 56 Titre d’un article de Jean-Michel Dumay, Le Monde, 5 janvier 1993, p. 4. Le même titre est donné (...)
  • 1 57 Titre d’un article de Pierre Hazan, Libération, 8 janvier 1993, p. 16-17.
  • 1 58 Surtitre et titre d’un article de René Backmann, Le Nouvel Observateur, 14 janvier 1993, p. 46-4 (...)
  • 1 59 Titre d’un article de François Bellec, Témoignage chrétien, 16 janvier 1993, p. 8-9.

74Des titres d’articles publiés dans les semaines qui suivent les deux résolutions, puis le rapport, témoignent de la place prise alors dans la presse par l’événement « découverte des viols » : « “Le viol, crime contre l’humanité” »154, « La terrible arme des Serbes - La stratégie du viol »155, « L’arme du viol »156, « Viol systématique : le rapport qui accable les Serbes »157, « La stratégie du viol - La vie brisée des femmes bosniaques »158, « Viols : l’horreur planifiée159

75Dans cette « découverte des viols », deux questions sont posées aux commentateurs et acteurs de l’espace public : d’une part la question du nombre de femmes violées, d’autre part la question de la signification des viols.

Polémique sur les faits : la question du nombre de femmes violées

  • 1 60 Voir Isabelle Vichniac, « Plusieurs organismes de l’ONU réunis à Genève étudient des projets d’a (...)

76Le chiffre de 20 000 femmes violées, avancé dans l’énoncé du rapport Warburton que nous venons de citer, a été jugé vraisemblable par plusieurs organisations : l’UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’enfance), le HCR (Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés), l’OMS (Organisation mondiale de la santé), le CICR (Comité international de la Croix-Rouge), ainsi que le Comité de la convention des Nations unies sur les droits de l’enfant, ont jugé ce chiffre « plausible »160. C’est ce chiffre qui a été repris par la plupart des médias, avec ou sans conditionnel, et avec ou sans mention de source.

  • 1 61 Voir Jean-Michel Dumay, « L’arme du viol », Le Monde, 5 janvier 1993, p. 4.
  • 1 62 Légende de photo, Paris-Match, 14 janvier 1993, p. 32.
  • 1 63 Florence Assouline, « La stratégie du viol », L’Événement du jeudi, 24 décembre 1992, p. 21-22.
  • 1 64 Michel Kubler, « La Croatie, refuge des sinistrés », La Croix, 1er-2 janvier 1993, p. 2-3.

77De leur côté, les acteurs du conflit yougoslave diffusent leurs propres évaluations. Une commission d’enquête du gouvernement bosniaque, dirigée par Stepan Kluic, recense ainsi 60 000 cas de femmes violées161. Ce chiffre est repris par Paris-Match, sans conditionnel ni mention de source : « Comme elles, lit-on sous la photographie de trois femmes en pleurs, 60 000 femmes de Bosnie ont été violées par les Serbes. »162 Des autorités religieuses croates avancent que 35 000 femmes violées se trouvent enceintes. L’Événement du jeudi reprend ce chiffre au conditionnel, avec mention de la source163. Sans plus de précision, La Croix dit à propos des femmes bosniaques violées par les nationalistes serbes qu’« on estime leur nombre entre 20 000 et 50 000 »164.

  • 1 65 Interview de Ratko Mladic par Renate Flottau, « “Märchen der Vergewaltigung” » (Fables au sujet (...)
  • 1 66 Henri Guirchoun, « Ratko Mladic, portrait d’un barbare », Le Nouvel Observateur, 27 juillet 1995 (...)
  • 1 67 « Pour les Serbes. Entretien avec Vladimir Dimitrijevic », Krisis, Paris, n° 13-14, avril 1993, (...)

78Les nationalistes serbes, qui sont mis au premier rang de l’accusation, ont tiré profit de l’incertitude générale pour augmenter la confusion (une confusion qui leur est favorable puisqu’elle leur permet de dire que le discours médiatique est un discours de l’approximation, par conséquent peu crédible). Globalement, la stratégie des nationalistes serbes a consisté non pas à réviser à la baisse le nombre de viols dont ils étaient accusés mais au contraire à retenir l’hypothèse la plus haute, afin de rendre les faits encore plus extravagants, et par conséquent plus invraisemblables. Interviewé dans le magazine allemand Der Spiegel en février 1993, Ratko Mladic déclare : « Des journalistes et des hommes politiques occidentaux ont colporté ces fables au sujet des viols. Pas une Musulmane n’a été en prison. Les Serbes ne s’en sont jamais pris aux femmes ni aux enfants. Où aurions-nous pu, en si peu de temps, violer soi-disant 50 000 Musulmanes. C’est absurde. »165 Si l’on en croit Le Nouvel Observateur, Ratko Mladic aurait également déclaré : « On me dit 80 000 viols en trois mois ? Mes hommes sont des vaillants guerriers, ce ne sont tout de même pas des surhommes ! »166 Deux mois plus tard, le directeur des éditions L’Âge d’homme dénonce lui aussi les manipulations, en retenant un chiffre parmi les plus élevés. Voici en effet ce que déclare Vladimir Dimitrijevic dans une interview publiée dans Krisis, revue dirigée par Alain de Benoist et relevant de la « nouvelle droite » : « Dès le début de la guerre, la désinformation a été systématique. […] À propos des viols massifs on a avancé le chiffre de 60 000 victimes. Mais où cela se serait-il produit ? Dans quelle partie de la Bosnie pourrait bien être dissimulée une telle population d’esclaves ? On nous a montré en décembre 1992 des musulmanes sur le point d’accoucher, qui affirmaient avoir été violées par des Serbes, alors que la guerre en Bosnie n’a commencé qu’au mois de mai. Les Bosniaques seraient-ils la seule population de la terre chez laquelle la durée de la grossesse est inférieure à neuf mois ? »167

  • 1 68 Voir en particulier Patrice Piquard, « Ex-Yougoslavie : vérités et mensonges au-dessus d’un cham (...)
  • 1 69 Jacques Merlino, « Viols : des chiffres en question », Le Point, 13 mars 1993, p. 73.
  • 1 70 Jean-Marc Gonin, « Un pur militant », L’Express, 12 mai 1994, p. 125, et Yves Cuau, « Cacophonie (...)
  • 1 71 Michel Colomès, « L’horreur manipulée », Le Point, 13 mars 1993, p. 72.

79Après la « découverte des viols », certains journaux reviendront sur la tourmente de chiffres qui s’est emparée du discours médiatique en décembre 1992 et janvier 1993. Ils souligneront le climat général d’indétermination qui régnait alors relativement à la quantification des viols. Certains d’entre eux reverront à la baisse l’estimation généralement retenue de 20 000 viols168. Mais très peu d’entre eux semblent avoir mis en cause la réalité des faits en elle-même. Si l’on excepte un article de Jacques Merlino169, journaliste qui défend tout au long du conflit les nationalistes serbes, seuls deux journalistes de L’Express170 (dont Yves Cuau dans un article déjà cité à propos des camps) et un journaliste du Point171 se livrent à une mise en doute du caractère systématique et planifié des viols (ils ne nient pas, en revanche, qu’il y ait eu des viols).

  • 1 72 Véronique SOULÉ, « Le silence est retombé sur les femmes violées », Libération, 27 juillet 1993, (...)

80En fait, le nombre effectif de viols reste un mystère pour les journaux ; mais la signification de ces viols, elle, est évidente pour de nombreux commentateurs, et ceci depuis la « découverte des viols » jusqu’à la fin du conflit. Cet énoncé de Libération datant de l’été 1993 en témoigne : « Il reste impossible d’évaluer précisément le nombre de ces viols. “10 000 à 20 000” affirme Tanja Vucelic, de l’Office croate des réfugiés. Dans un rapport, la CEE avait parlé de 20 000 au moins. Les autorités de Bosnie-Herzégovine donnent un chiffre très supérieur, de 60 000 à 100 000. Une chose est sûre : le viol a fait partie de la “purification ethnique”, pratiquée à grande échelle durant le printemps-été 1992. »172 Cette dernière phrase suppose un ensemble complexe de relais interprétatifs qui permet finalement de relier le « viol » à ce qui peut être nommé « purification ethnique ». C’est cet écheveau de l’interprétation que nous proposons de démêler à présent.

Polémique sur l’interprétation des faits : quel sens donner aux viols dans la guerre et dans la « purification ethnique » ?

81Face à la réalité d’une pratique du viol des femmes en Bosnie, deux pistes interprétatives s’offrent en principe aux commentateurs. Soit les viols font partie de l’ensemble des actes qui, sans servir les intérêts stratégiques du conflit, se commettent normalement en temps de guerre (tels que le sont les vols, les rançonnements et les pillages non organisés militairement). Soit les viols entrent dans le cadre d’un plan plus ou moins concerté qui sert les objectifs de guerre eux-mêmes. La première hypothèse est immédiatement exclue par la quasi-totalité des commentateurs (à l’exclusion des partisans des nationalistes serbes). C’est la seconde hypothèse qui est retenue, comme l’indiquent à eux seuls les titres d’article cités plus haut (viol « systématique », viol comme « arme », « stratégie » ou « horreur planifiée »), et c’est le choix de cette seconde hypothèse qui permet aux viols de se constituer en événement – une des caractéristiques majeures d’un événement étant qu’il est doté d’une signification pertinente dans le contexte de son surgissement.

  • 1 73 Grotius, Le Droit de la guerre et de la paix, Bâle, 1746 (1re éd. en latin 1625). Cité par Georg (...)
  • 1 74 Voir Raphaëlle Branche (2001, p. 290-299, « La conquête au cœur : le viol des femmes »).
  • 1 75 Voir Susan Brownmiller ([1975] 1976, p. 98-107).
  • 1 76 Idem (p. 107-138).

82En réalité, les viols en temps de guerre ne sont pas des viols comme les autres (si l’on peut dire) : ils n’ont que peu de points communs avec le viol conjugal, par exemple, ou avec le viol commis par un psychopathe dans un parking souterrain. Au début du xviie siècle, Grotius identifiait déjà le fait de « violer les femmes ou les filles des ennemis »173 comme un acte de guerre spécifique. Il importe de souligner que « le viol demeure un acte courant en temps de guerre » (Brownmiller, [1975] 1976, p. 44). Le viol est une pratique répandue au cours de la Première Guerre mondiale dans certains territoires occupés, ou encore pendant la guerre de reconquête coloniale engagée par l’armée française en Algérie174, ou encore dans la guerre d’indépendance du Bangla Desh de 1971, au cours de laquelle les troupes pakistanaises violent massivement les femmes bengalis175, ou encore dans la guerre du Viêt-nam, durant laquelle les viols de femmes vietnamiennes par des soldats américains sont nombreux176.

83Concernant les pratiques, les viols de guerre sont bien plus souvent que les divers types de viols commis en temps de paix des viols collectifs, c’est-à-dire commis à plusieurs à tour de rôle ou commis sous le regard de complices appartenant au groupe armé du violeur. Ils sont plus souvent des viols publics, c’est-à-dire des viols commis devant une assistance à laquelle le ou les violeur(s) impose(nt) de regarder la scène (l’assistance étant préférentiellement composée de la famille ou de proches de la victime). Les viols de guerre, également, participent toujours pour une part à la stratégie de démoralisation de l’adversaire (le viol, d’une manière générale, déstabilise non seulement la victime mais aussi son environnement familial), et participent à l’affirmation symbolique de la domination du vainqueur sur le vaincu.

84Du côté des violeurs, les viols de guerre ont aussi une fonction de cohésion du groupe et d’affirmation de la solidarité collective (les violeurs ou spectateurs complices du viol deviennent les coauteurs d’un acte infligé en commun, alors que peu de choses destinaient ces hommes à être solidaires), ainsi qu’une fonction de domestication du soldat par sa hiérarchie (le viol pouvant aussi être un traumatisme pour le violeur ou pour le soldat spectateur complice du viol). On peut penser aussi que les viols sont un moyen pour les violeurs d’avoir la confirmation du fait qu’un certain nombre d’interdits moraux sont tombés – chute des interdits moraux que la guerre elle-même rend nécessaire.

  • 1 77 « L’enfant du barbare doit-il naître ? », Le Journal, 17 décembre 1914, p. 1. Cité par Stéphane (...)

85Quant à la grossesse issue des viols de guerre, elle n’est pas (ou pas seulement) vécue par le groupe de la victime comme une conséquence « banale », c’est-à-dire biologique, du viol. Elle pose toujours le problème de l’identité – raciale ou culturelle selon les contextes socio-historiques – de l’enfant à naître, et de sa place originale dans la communauté de la victime. Stéphane Audoin-Rouzeau (1995) a montré comment, pendant la Première Guerre mondiale, la pratique fréquente du viol des femmes françaises par les soldats allemands, dans les départements envahis, avait soulevé en France un débat public intense sur la question de l’identité de l’enfant à naître, sur la question de l’identité de « l’enfant du barbare », comme le titrait un quotidien à la fin de 1914177.

  • 1 78 Rodolphe Archibald Reiss, Royaume de Serbie. Rapport sur les atrocités commises par les troupes (...)
  • 1 79 Rodolphe Archibald Reiss, op. cit., p. 128. Cité par Stéphane Audoin-Rouzeau (1995, p. 38).

86À l’occasion du conflit de 1914-1918, le viol de la femme ennemie en territoire occupé a été une pratique non marginale, exercée par les soldats allemands envers les femmes françaises et belges, par les soldats russes et par les soldats africains (occupant la Rhénanie) envers les femmes allemandes, ou encore par les soldats austro-hongrois envers les femmes serbes. En 1916, un expert venu de Suisse, pays neutre dans la Grande Guerre, fait le bilan de ce qu’il appelle les « attaques lubriques »178 commises par les troupes austro-hongroises envers les femmes de Serbie, pays de l’Entente. Dans son rapport, il estime que ces viols ne sont pas seulement le résultat de pulsions masculines : ils appartiennent à un système, et « ce système est celui de l’extermination »179.

  • 1 80 Sur le viol de guerre on peut signaler, outre le travail de Stéphane Audoin-Rouzeau : Susan Brow (...)

87Le viol de guerre envisagé comme instrument de destruction d’une population, nous allons le retrouver dans les discours de 1992-1993, à propos des femmes violées sur le territoire ex-yougoslave. Mais l’historiographie du viol en temps de guerre180 est encore à la fois insuffisamment fournie et peu connue. Et les commentateurs du conflit yougoslave des années 1990, plutôt que de relier le viol des femmes en Bosnie à la signification générale du viol en temps de guerre, l’ont souvent considéré comme un phénomène nouveau, et l’ont tendanciellement interprété à la lumière, locale, de ce qu’ils savaient déjà du conflit yougoslave.

  • 1 81 Brève non signée, « Une aide pour les victimes », Libération, 18 décembre 1992, p. 19.
  • 1 82 Joseph Limagne, « L’arme du viol », Ouest-France, 9-10 janvier 1993, p. 1.
  • 1 83 Article non signé, « Au chevet de la Bosnie », Paris-Match, 14 janvier 1993, p. 32-37.
  • 1 84 Voir, par exemple, Charb, Charlie Hebdo, 27 janvier 1993, p. 10 (illustration n° 19) ; Willem, C (...)
  • 1 85 Citée par Jean Quatremer, « Simone Veil quitte la mission sur les viols », Libération, 21 janvie (...)

88Or, ce que les commentateurs savent déjà au moment de la « découverte des viols » c’est que les nationalistes serbes ont, selon une formulation fréquemment rencontrée dans le corpus, « mis en œuvre une politique de “purification ethnique” » en Bosnie. Les viols sont ainsi vus comme un instrument mis au service de la « purification ethnique » ainsi nommée. De nombreux énoncés de presse en témoignent : des milliers de femmes « ont été violées dans le cadre de la politique de nettoyage ethnique pratiquée en Bosnie »181 écrit Libération ; « Le viol systématique est la phase finale du “nettoyage ethnique” » écrit un éditorialiste de Ouest-France182 ; « Le viol organisé devient ainsi, pour les “tchetniks”, une arme au service de l’épuration ethnique » selon les termes de Paris-Match183. L’hebdomadaire Charlie Hebdo, à sa manière sarcastique et obscène, a également donné l’illustration du viol envisagé comme instrument de la « purification ethnique »184. Dès la fin du mois de janvier 1993, Simone Veil quitte la mission d’enquête européenne sur les viols, précisément parce qu’elle considère que les viols sont un outil de la « purification ethnique » et que la Communauté européenne a trop tendance, aux yeux de Simone Veil, à les considérer au contraire comme un problème humanitaire comme un autre. « Or ces viols sont un acte politique, s’exerçant dans un contexte politique voulu, celui de la purification ethnique » dit Simone Veil pour expliquer sa démission185.

  • 1 86 Voir le dessin de Bap paru dans L’Yonne Républicaine, 19 mai 1994, p. 1 (illustration n° 27).
  • 1 87 Jean d’Ormesson, « L’année de tous les doutes », Le Figaro, 29 décembre 1992, p. 5.

89La « politique » (parfois aussi appelée « stratégie », « projet », « plan », « idéologie »…) de « purification ethnique », les commentateurs en avaient déjà trouvé les premières preuves dans les camps « découverts » à l’été 1992. En ce sens, les viols sont perçus comme une seconde étape (ou comme une étape perçue dans un second temps) de la « purification ethnique ». Des dessins de presse186, mais aussi des énoncés, l’attestent. Par exemple, faisant le bilan de l’année 1992, Jean d’Ormesson écrit dans Le Figaro : « La découverte des atrocités serbes, des viols collectifs des femmes musulmanes, des camps de concentration, des plans révoltants de “purification ethnique” émeuvent les opinions publiques. Mais il est déjà très tard. »187

90Cependant, relativement aux camps, les viols prolongent et renouvellent à la fois la conception que les commentateurs se font du projet des nationalistes serbes. Les camps, avec le rappel du génocide juif auquel ils ont donné lieu, lançaient tendanciellement l’hypothèse d’un projet organisé d’extermination d’une population. Une hypothèse forte, qui de ce fait n’est pas jugée crédible par tous les acteurs. Les viols, eux, lancent plutôt l’hypothèse d’un projet organisé de destruction d’une population. Une hypothèse plus atténuée, plus souple, et plus crédible à la lumière de ce que les acteurs savent de l’espace yougoslave. Avec les viols, peut-on dire, la réalité yougoslave s’appartient mieux à elle-même. Du moins n’est-elle plus écrasée par le schéma de lecture donné par la Seconde Guerre mondiale (un schéma qui demeure très présent néanmoins, avec la découverte des viols comme tout au long de la guerre et dans l’après-guerre). Que les viols participent à un projet de destruction d’une population, de nombreux commentateurs s’exprimant dans l’espace public le disent. Mais sur des modes divers.

  • 1 88 Interview d’Alain Joxe par Jean-Marie Colombani, « Un entretien avec M. Alain Joxe », Le Monde, (...)
  • 1 89 Isabelle Lasserre, « Le drame et la honte des musulmanes », Sud-Ouest, 31 décembre 1992, p. 2.

91Certains commentateurs voient dans les viols un instrument de la terreur organisée par les nationalistes serbes et destiné à faire partir les populations (le viol intervient alors au même titre que les menaces ou les exhibitions de cadavres mutilés). Dans cette hypothèse, les viols ont simplement pour fonction de répandre la peur dans la population pour la contraindre au départ, et obtenir ainsi un territoire ethniquement homogène. C’est l’hypothèse d’Alain Joxe interviewé dans Le Monde lorsqu’il explique que la « stratégie militaire » des Serbes comporte « le viol des femmes et des fillettes, la torture et le massacre des civils musulmans, de façon à provoquer la fuite massive de la population. »188 C’est aussi l’hypothèse retenue par la journaliste Isabelle Lasserre, qui écrit que le viol est « utilisé par les forces serbes comme une technique de purification ethnique destinée à débarrasser le sol bosniaque de ses populations non serbes. »189 De façon plus ou moins explicite, cette hypothèse est admise par de nombreux commentateurs.

92Une seconde hypothèse, qui n’exclut pas la première, envisage les viols comme une technique de destruction identitaire du groupe, par la démoralisation et l’humiliation, dont on pense qu’elles affectent non seulement les femmes violées mais aussi leur environnement familial large. Il s’agit alors d’utiliser le traumatisme individuel subi par la femme violée pour déstabiliser, par un effet psychologique de dissémination, le groupe dans son ensemble.

  • 1 90 Geneviève Jacques, « L’humiliation programmée », Le Monde, 2 janvier 1993, p. 2 (rubrique « Au c (...)
  • 1 91 René Backmann, « La vie brisée des femmes bosniaques », Le Nouvel Observateur, 14 janvier 1993, (...)
  • 1 92 Parlement européen, « Résolution sur les viols des femmes dans l’ex-Yougoslavie », 17 décembre 1 (...)

93Geneviève Jacques, secrétaire générale de la Cimade (service œcuménique d’entraide), évoque ainsi « les viols publics et systématiques des femmes, destinés à “détruire l’âme”, l’intégrité sociale, religieuse, morale de la population. »190 Cette hypothèse est également celle que retient un journaliste du Nouvel Observateur lorsqu’il écrit, à propos des viols envisagés comme instrument du « nettoyage ethnique » : « Tout se passe, en fait, comme si le nettoyage ethnique n’avait pas seulement pour but de vider le pays des non-Serbes mais aussi de détruire à jamais le tissu social de la culture nationale bosniaque. »191 Cette hypothèse est également privilégiée par le Parlement européen, qui déclare dans sa résolution du 17 décembre 1992 que le viol est « utilisé délibérément en tant que tactique de guerre » et « qu’il s’agit là d’une partie de la politique dite d’épuration ethnique, l’objectif consistant en l’occurrence à détruire les structures matrimoniales et familiales musulmanes »192.

  • 1 93 Nina Glaser et Sandrine Fabbri, « Bosnie : il faut agir ! », Elle, 18 janvier 1993, p. 12-14.
  • 1 94 François Bellec, « Viols : l’horreur planifiée », Témoignage chrétien, 16 janvier 1993, p. 8-9.
  • 1 95 Propos d’une « grand-mère » rapporté par Jean-Arnault Derens, « Dans Sarajevo encerclé », L’Huma (...)
  • 1 96 Propos d’un habitant de Sarajevo rapporté par Bertrand Poirot-Delpech, « Admiration », Le Monde, (...)

94Pour renforcer cette hypothèse du viol comme instrument de destruction identitaire du groupe, certains commentateurs croient opportun de souligner que le viol est particulièrement humiliant pour les femmes bosniaques, du fait de spécificités culturelles et religieuses. Les femmes violées qui ont pu s’enfuir des « bordels de fortune » établis par les Serbes en Bosnie, expliquent deux journalistes d’un magazine féminin, « taisent les sévices qu’elles ont subis, le viol étant considéré par les Musulmanes comme la honte suprême. »193 Même opinion dans Témoignage chrétien, qui explique que la difficulté pour les femmes bosniaques à témoigner du viol qu’elles ont subi est liée au sentiment de culpabilité qu’engendre tout viol, mais qu’elle « est également liée à un facteur culturel : dans la mentalité musulmane, le viol représente une telle offense qu’elle ne se raconte pas si facilement. »194 Ce que ces commentateurs semblent ne pas percevoir – et qui certainement trouble la compréhension générale du conflit –, c’est que leur thèse entre en contradiction avec un discours, majoritairement tenu, selon lequel les musulmans bosniaques sont hautement laïcisés et s’identifient à la culture européenne. Comment, simultanément, penser que les femmes violées sont particulièrement humiliées du fait de leur culture musulmane et penser ces témoignages de bosniaques, rapportés fréquemment par les journalistes : « J’ai vécu soixante-quinze ans sans me demander qui était Serbe, Croate ou Musulman »195 ou « Jusqu’à la guerre, nous ignorions qui était quoi, parmi nous. »196 Lorsqu’on pense que le discours sur la guerre yougoslave a été marqué par une certaine confusion, c’est aussi à ce genre de contradiction locale qu’il faut penser, comme facteur de brouillage de la lecture du conflit.

95Certaines trajectoires interprétatives mettent l’accent, dans le viol, sur la grossesse qui peut en être la conséquence – ou plutôt, selon la plupart des commentateurs qui empruntent ces trajectoires, qui en est l’objectif. Dans cette dénonciation de la grossesse forcée (et non plus seulement du viol) comme instrument stratégique, les voix qui se font entendre sont non seulement celles des journalistes mais aussi d’universitaires ou de chercheurs, qui trouvent en cette occasion matière à exposer un certain nombre de théories sur le corps, le sang, le sperme, la filiation, la violence masculine, les représentations liées à la procréation, etc.

  • 1 97 Seule une petite voix discrète s’exprime pour dire le contraire : « le viol n’a pas pour but de (...)

96Les enfants nés à la suite de ces viols, lit-on presque partout, seront serbes197. Serbes, ils le seront soit du point de vue de la communauté à laquelle appartiennent les victimes (« les Musulmans »), soit du point de vue de la communauté à laquelle appartiennent les violeurs (« les Serbes »). Ce sont du moins les pistes que suivent deux hypothèses remarquables.

97– Dans la première hypothèse, l’objectif des nationalistes serbes est de faire enfanter aux femmes violées des enfants que la communauté bosniaque considérera comme serbes, et que cette communauté rejettera parce qu’ils sont serbes. Les Serbes détruiraient ainsi la communauté bosniaque de l’intérieur, en l’obligeant à enfanter elle-même symboliquement ses propres assassins, ainsi qu’en l’amenant à renier en totalité ce qui est pour partie sa descendance biologique.

  • 1 98 Michel Kubler, « La Croatie, refuge des sinistrés », La Croix, 1er-2 janvier 1993, p. 2-3.
  • 1 99 Interview de Joseph Rozier par Jean-Charles Duquesne, « Assise, contre l’intolérance », La Croix(...)

98Cette hypothèse s’appuie encore une fois sur ce qui est présenté comme des caractéristiques culturelles propres aux musulmans de Bosnie. Les enfants qui vont naître dans les familles bosniaques « seront considérés comme serbes par ces familles », explique un journaliste de La Croix qui poursuit : « L’islam considère que la race se transmet par les pères, et qu’une femme violée n’a plus sa place dans le clan. […] Ces enfants et leurs mères seront indésirables partout – sauf peut-être, dans des familles d’accueil croates ou étrangères que la Caritas s’efforce de mobiliser. »198 Joseph Rozier, évêque de Poitiers et président de la section française de Pax Christi, déclare pour sa part : « Ces viols ne relèvent pas d’un désordre moral mais d’un ordre politique : leurs instigateurs veulent que les femmes musulmanes soient rejetées par leur communauté et mettent au monde des enfants serbes. »199

  • 2 00 Joseph Limagne, « L’arme du viol », Ouest-France, 9-10 janvier 1993, p. 1.

99Une telle hypothèse est de façon privilégiée celle que retiennent des locuteurs qui affichent leur appartenance au catholicisme, à qui elle permet de mettre en valeur, en creux et par différence, l’esprit d’ouverture et d’accueil qui est supposé caractériser la religion catholique (c’est bien sur ce chemin interprétatif que voudrait nous mener le journaliste de La Croix). Cette hypothèse est également soutenue par des locuteurs qui sans parler au nom du catholicisme expriment régulièrement leur attachemement aux valeurs et pratiques de la religion catholique. C’est le cas par exemple de l’éditorialiste de Ouest-France, qui explique ainsi le motif du viol des femmes bosniaques par les nationalistes serbes : « On rend les femmes impropres à la survie même de leur communauté. Le comble du sadisme consiste à les contraindre à mettre au monde les enfants issus de leur martyre. Des enfants qui, selon les coutumes locales, seront serbes. »200

  • 2 01 Aristote, Histoire des animaux. Sur ces débats, voir Pascal Duris et Gabriel Gohau (1997, en par (...)

100– Dans la seconde hypothèse (qui n’est pas nécessairement exclusive de la première), l’objectif des nationalistes serbes est de faire engendrer aux femmes violées des enfants qui seront serbes du point de vue des Serbes. Les Serbes mettraient alors en œuvre leur projet de destruction de la population bosniaque, doublé d’un projet d’hégémonie serbe, en arrêtant net la descendance bosniaque et en lui substituant une descendance serbe, ce qui du même coup accroît numériquement la population serbe. Cette hypothèse s’appuie sur l’idée que les Serbes entretiennent des croyances archaïques selon lesquelles le gamète masculin prime sur le gamète féminin dans l’identité biologique de l’enfant en formation (une croyance présente déjà chez Aristote201, et, comme on sait, invalidée depuis par la science moderne).

  • 2 02 Isabelle Legrand-Bodin, « Antoinette Fouque, combats de femme », La Croix, 9 mars 1993, p. 8.
  • 2 03 Interview de Françoise Héritier-Augé par Laurent Greilsamer et Michel Kajman, « Un entretien ave (...)
  • 2 04 Voir, sur le viol, de Véronique Nahoum-Grappe : « Le jeu des assassins », Le Monde, 13 janvier 1 (...)
  • 2 05 Les citations qui suivent sont tirées de Véronique Nahoum-Grappe, « Le jeu des assassins », art. (...)
  • 2 06 Véronique Nahoum-Grappe, « Guerre et différence des sexes… », art. cit., p. 177.

101Dans les énoncés dont nous disposons, cette hypothèse est toujours suggérée par des femmes, jamais par des hommes. Elle est parfois exprimée de façon sommaire, comme lorsqu’Antoinette Fouque dénonce en ces termes le point de vue serbe : « On sème du Serbe, on récolte du Serbe. »202 Mais cette hypothèse fait le plus souvent l’objet d’une élaboration théorique assez fournie. L’anthropologue Françoise Héritier-Augé donne son interprétation des « viols systématiques » dans un entretien accordé au Monde : « Que font des hommes qui violent, sur ordre, une femme d’une autre ethnie jusqu’à ce qu’elle porte un enfant ? Ils véhiculent une idée fantasmatique qui revient à affirmer que le sperme “porte” le sang et la religion. Voilà ce qu’il y a au-delà de la violence : les humeurs masculines seraient dominantes et porteuses des principes d’identité. Ces viols systématiques ne procèdent pas seulement d’une volonté d’humilier des femmes mais de la volonté de faire porter à une femme un enfant qui serait étranger à sa religion et à son sang, en oubliant d’ailleurs qu’elle est elle-même un vecteur de sang. »203 La grande commentatrice des grossesses forcées comme instrument de guerre destiné à engendrer des Serbes du point de vue serbe est Véronique Nahoum-Grappe, qui a consacré à cette thèse plusieurs tribunes, articles et contributions dans des ouvrages collectifs204. L’expression de Véronique Nahoum-Grappe est en général touffue, mais le passage qui suit illustre assez clairement la position globale de son auteur205. « Les femmes bosniaques violées et relâchées enceintes trop tard pour un avortement » ne sont pas victimes « de quelques soudards enivrés ou de quelques sadiques obsédés », explique-t-elle. « Non, il s’agit aussi d’une politique déterminée et consciente, fondée sur un système de croyance désuet qui donne au sang et au sperme une valeur de transmission ontologique, et donc de définition “ethnique” du groupe. Les liens “du sang” se fondent alors sur la maîtrise de la circulation du sperme, qui devient le véhicule absolu de la transmission identitaire. L’identité “ethnique” qui veut s’imposer se doit donc de diffuser son sperme et de faire couler le sang. » Dans un autre texte qu’elle publie plus tard, Véronique Nahoum-Grappe explique que les viols, tels qu’elle les interprète, sont une des justifications du terme « génocide » comme dénomination adéquate : ces viols, écrit-elle, sont un « moyen de la purification “ethnique” et du génocide, le mot gène ici devant être pris à la lettre : tout un système de croyance investit de sens le crime contre la filiation et la matrice. »206

102Comme la « découverte des camps » en août 1992, la « découverte des viols » en décembre 1992 et janvier 1993 donne lieu à des conflits d’interprétation. Ces polémiques interprétatives sont moins frontales : il ne s’agit plus (du moins ce n’est plus l’essentiel) de soutenir ou de refuser l’application du schéma de lecture donné par le génocide juif. Ces polémiques sont aussi plus confuses : les notions d’« ethnie » et de « race », d’identité culturelle et d’identité biologique, s’y montrent dans toute leur brillance embrouillée et mal accessible. À l’instar des camps, les viols sont majoritairement interprétés comme des éléments de preuve dévoilant le projet des nationalistes serbes. En cela, ils revivifient l’existence de la formule « purification ethnique », ainsi que nous le vérifierons dans la seconde partie de cet ouvrage.

  • 2 07 Charles Lambroschini, « Le syndrome de Munich », Le Figaro, 29 décembre 1992, p. 1.
  • 2 08 Le Livre noir de l’ex-Yougoslavie. Purification ethnique et crimes de guerre, documents rassembl (...)
  • 2 09 Les citations qui suivent sont tirées du livre d’Annie Le Brun, Les Assassins et leurs miroirs, (...)

103La piste interprétative privilégiée jusque-là, celle d’un recommencement à l’identique du projet nazi, perd en hégémonie même si certains locuteurs, tel un éditorialiste du Figaro, continuent de dire que « l’Histoire se répète »207. Car les viols tels qu’ils sont planifiés par les Serbes, lit-on ici et là, sont une pratique inédite. « Pour la première fois, sans doute, dans l’histoire militaire moderne, le viola été utilisé, au cours du conflit dans l’ex-Yougoslavie, comme une arme de guerre. »208 écrivent les compilateurs d’une série de rapports. Quant à Annie Le Brun, par ailleurs éditrice du marquis de Sade, elle écrit que le viol tel qu’il est pratiqué par les Serbes est une « arme génétique »209 qui constitue une « innovation sans précédent ». Car « le crime n’est plus en effet lié à la mort, mais à la vie. Le “nettoyage ethnique” fait ici l’économie de l’extermination pour lui préférer la reproduction, mais une reproduction avilissante. De sorte que, révélant jusque dans le crime le mensonge de la langue de bois, ce mode de “nettoyage” par le viol a pour fonction de salir. En quoi il s’oppose complètement à l’eugénisme nazi, qui s’alliait à une politique d’extermination dans le but inverse d’assurer la pureté de la race. » Les viols, conclut Annie Le Brun, sont « pratiqués autant pour propager la “race” serbe que pour détériorer infiniment l’Autre ».

104Une purification qui s’obtient par la souillure, une « “race” serbe » qui se diffuse en engendrant des bâtards, voilà posés, dans leur complexité resplendissante, certains des termes de l’interprétation du conflit yougoslave et de la formule.

Srebrenica et le discours de la honte

Le contexte événementiel complexe du printemps 1993

  • 2 10 Cité par Afsané Bassir Pour, « Le président bosniaque a signé le plan de paix pour la Bosnie-Her (...)
  • 2 11 La résolution 820, adoptée par le Conseil de sécurité le 17 avril, renforce les sanctions économ (...)

105Le printemps 1993 est dans la guerre yougoslave une période particulièrement dense en événements. Le 25 mars, Alija Izetbegovic (pour les Musulmans de Bosnie) et Mate Boban (pour les Croates de Bosnie) signent le plan proposé conjointement par l’Américain Cyrus Vance (pour l’ONU) et le Britannique David Owen (pour la CEE). Ce plan prévoit le découpage de la Bosnie en dix provinces autonomes, chacune étant attribuée à l’une des trois principales communautés de Bosnie. Les Croates en avaient déjà accepté le principe en janvier 1993 à Genève, lors de la Conférence internationale permanente sur la paix en l’ex-Yougoslavie. Alija Izetbegovic, lui, qui souhaitait une solution unitaire pour la Bosnie, finit par accepter le plan Vance-Owen pour mettre les politiques devant leurs responsabilités : « Moi, j’ai signé. Maintenant, c’est à la communauté internationale de jouer. »210 Mais les Serbes de Bosnie refusent de signer le plan : malgré les pressions exercées sur Belgrade211, le plan Vance-Owen est rejeté par le parlement des Serbes de Bosnie le 26 avril, puis par un référendum organisé auprès des Serbes de Bosnie les 15 et 16 mai. Entre-temps, Cyrus Vance a donné sa démission et a été remplacé par le Norvégien Thorvald Stoltenberg le 1er mai. Le 6 mai, prenant acte de l’échec du plan Vance-Owen, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte la résolution 824 qui institue Sarajevo, Tuzla, Zepa, Gorazde et Bihac « zones de sécurité » (Srebrenica avait été, la première, décrétée « zone de sécurité » le 16 avril, par la résolution 819).

  • 2 12 Alexandre Boussageon, « Et maintenant Croates contre Musulmans », L’Événement du jeudi, 29 avril (...)

106Sur le terrain, pendant que les Serbes poursuivent le siège des villes bosniaques et assurent la stabilité de leurs conquêtes (ils contrôlent alors, dit-on, 70 % du territoire de la Bosnie-Herzégovine), un nouveau front militaire se dessine, qui oppose les Croates aux Musulmans de Bosnie. En dépit de différents accords de cessez-le-feu, l’armée croate commence le 16 avril une offensive contre la ville musulmane de Jablanica. Les combats entre Croates et Musulmans s’étendent ensuite aux régions de Vitez le 19 avril, puis de Mostar le 9 mai. Le printemps 1993 marque ainsi le début des hostilités armées ouvertes entre Croates et Musulmans de Bosnie-Herzégovine : « Et maintenant Croates contre Musulmans », titre L’Événement du jeudi dans son édition du 29 avril212.

  • 2 13 Nations unies, Conseil de sécurité, résolution 808, 22 février 1993 (version en langue française (...)

107Le 25 mai, par la résolution 827, le Conseil de sécurité des Nations unies confirme la création d’un Tribunal pénal international (TPI) pour l’ex-Yougoslavie, siégeant à La Haye, dont la création avait déjà été décidée par la résolution 808 du 22 février 1993. Il semble assez clair désormais que les personnes qui seront amenées à comparaître devant ce tribunal, qui est destiné à « juger les personnes présumées responsables de violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire de l’ex-Yougoslavie depuis 1991 »213, ne seront pas uniquement serbes.

108Le printemps 1993 apporte aussi son lot d’événements moins mémorables pour la grande Histoire, mais non moins importants pour la construction du récit immédiat de la guerre. Le 4 mars, Chantal Godinot, une mère de famille d’une cinquantaine d’années, en mission en Bosnie pour le compte de l’association humanitaire Équilibre, est tuée par un sniper à Sarajevo. La mort de cette femme vient donner une illustration de la grandeur tragique du dévouement individuel face à l’inconsistance des ratiocinations diplomatiques. Le mois de mars 1993 est aussi celui de la parution d’un livre dont il sera question plus loin : Le Nettoyage ethnique. Documents historiques sur une idéologie serbe.

Le courage d’un seul

109C’est dans ce contexte général du printemps 1993 qu’advient un événement qui modifie le cours du récit de la guerre yougoslave : Philippe Morillon décide de rester à Srebrenica. En ce début de mars 1993, Srebrenica, ville à majorité musulmane à l’est de la Bosnie, est assiégée par les forces serbes depuis onze mois. La région vit sous la perfusion humanitaire peu efficace que lui procure l’opération « provide promises » (« tenir les promesses »), lancée le 1er mars par les États-Unis d’Amérique et qui consiste en des parachutages de vivres et de médicaments sur la face orientale de la Bosnie.

  • 2 14 Rapporté notamment par Bernard Thomas, « La Yougoslavie ? Aux armes, citoyens : pour la détruire (...)
  • 2 15 Philippe Morillon, Croire et oser. Chronique de Sarajevo, Paris, Grasset, 1993, 215 p., p. 165.
  • 2 16 Rapporté notamment par Xavier Gautier, « Le général Morillon n’a pu que constater la prise de Ce (...)

110Le général français Philippe Morillon, commandant de la Forpronu, est en tournée en Bosnie-Herzégovine, où il visite les enclaves musulmanes. Le 6 mars, après avoir visité Cerska, il dit à propos de cette petite ville que l’armée serbe vient de prendre : « Je n’ai pas senti l’odeur de la mort. »214 Une déclaration qui est loin de plaire à tout le monde (et dont Morillon lui-même dira plus tard qu’elle constituait une « phrase malheureuse »215), parce qu’elle semble nier les crimes qui y ont eu lieu. Le général Morillon dit également du village de Konjevic Polje, assiégé par les Serbes, que la situation y « est naturellement difficile mais pas trop dramatique »216. Mais ces phrases qui écorchent de nombreuses oreilles sont vite effacées par ce qui sera presque unanimement salué comme un acte de courage et de sauvetage symbolique de l’honneur.

  • 2 17 Sur les conditions complexes de l’initiative du général Morillon, voir Laura Silber et Allan Lit (...)

111Le 11 mars, Philippe Morillon arrive à Srebrenica à la tête de quelques véhicules des Nations unies. Dans le froid, la faim, le dénuement, et sous les bombardements serbes, les habitants de Srebrenica en détresse partagent leur sort avec des milliers de Bosniaques chassés de chez eux, et qui ont trouvé refuge dans cette ville désormais assiégée. Alors que le général Morillon, ayant achevé sa tournée, s’apprête à regagner Sarajevo, la population et l’encadrement militaire bosniaque de Srebrenica le dissuadent de partir. Deux jours après son arrivée, sur initiative personnelle et sans autorisation de la hiérarchie des Nations unies, Philippe Morillon prend la parole face à la population rassemblée : « Je suis venu de mon plein gré et j’ai décidé de rester ici, à Srebrenica, dit-il en anglais. Vous êtes désormais sous la protection des forces des Nations unies. » Sous le regard des civils, les couleurs des Nations unies sont hissées sur la ville assiégée. Le général Morillon reste à Srebrenica jusqu’au 20 mars. Il obtient le passage de convois humanitaires à Srebrenica et permet l’évacuation de 674 blessés217.

  • 2 18 Sur ce moment de la guerre, les enquêtes n’ont pas tardé à se constituer. On pourra lire : Laure (...)

112Ce que le geste chevaleresque de Morillon ne laisse pas voir immédiatement, c’est qu’il s’accompagne d’une négociation de la reddition de la ville : dès le départ du général Morillon, le HCR organise l’évacuation des civils de Srebrenica (c’est-à-dire qu’il encadre leur exode). Ces civils sont pour la plupart orientés vers Tuzla, entassés dans des camions des Nations unies dont certains réfugiés ne sortiront pas vivants. Srebrenica, à moitié vidée de sa population bosniaque, est déclarée « zone de sécurité » par le Conseil de sécurité des Nations unies le 16 avril, puis « zone démilitarisée » le 21 avril 1993. Un bataillon canadien de 150 casques bleus est envoyé sur les lieux pour garantir le cessez-le-feu. « Zone démilitarisée », cela signifie que ceux qui le veulent bien remettent leurs armes à la Forpronu. En 1995, on verra les conséquences de la démilitarisation en question : le 11 juillet 1995, le général serbe Ratko Mladic et ses troupes entrent en plastronnant dans Srebrenica, rendue inapte à la défense grâce à la « démilitarisation » imposée par les Nations unies218.

  • 2 19 François-Régis Hutin, « Capitaine courageux », Ouest-France, 15 mars 1993, p. 1.
  • 2 20 La chronique de Jacques Julliard, « Morillon le rebelle », Le Nouvel Observateur, 15 avril 1993, (...)
  • 2 21 Idem, « Votez Morillon ! », Le Nouvel Observateur, 18 mars 1993, p. 41.
  • 2 22 Interview en plateau de Pierre Bérégovoy, journal télévisé de 20 h, France 2, 14 mars 1993.
  • 2 23 D’après « Les félicitations de M. Bérégovoy », Le Monde, 21-22 mars 1993, p. 3.
  • 2 24 Idem.
  • 2 25 Voir l’éditorial non signé, « L’obstination d’un général », Le Monde, 21-22 mars 1993, p. 1.
  • 2 26 Voir la lettre d’un lecteur d’Ille-et-Vilaine titrée « L’honneur d’un général », Ouest-France, 2 (...)
  • 2 27 Reportage non signé, « Morillon héros de Srebrenica », Paris-Match, 15 avril 1993, p. 68-73.

113Mais pour l’instant, en ce mois de mars 1993, l’heure est à l’éloge de celui que l’éditorialiste de Ouest-France appelle « Capitaine courageux »219 et que le chroniqueur du Nouvel Observateur appelle « Morillon le rebelle »220. « Votez Morillon ! » s’exclame avec enthousiasme le même chroniqueur221. Il n’est pas le seul à le dire, sur un ton ou sur un autre. Le 14 mars, le Premier ministre Pierre Bérégovoy « approuve » le geste du général Morillon et dit être « fier » d’un homme « dont l’attitude est exemplaire » et « courageuse »222. Peu après, à dix jours des élections législatives qui entraînent la fin de son gouvernement, et à quarante jours de sa mort par suicide, Pierre Bérégovoy adresse au général français un message de félicitations : « Je suis heureux de vous dire que les Français sont fiers de votre courage et de votre détermination au service de l’action humanitaire des Nations unies. »223 Sur les ondes de France Info, le ministre de la Santé et de l’action humanitaire, Bernard Kouchner, salue lui aussi le « courage » et la « détermination »224 du général. D’autres locuteurs au statut plus ou moins prestigieux, de l’éditorialiste du Monde 225aux lecteurs de journaux226, se félicitent du geste du « héros de Srebrenica », selon l’expression de Paris-Match227.

La lâcheté des autres et la honte pour tous

  • 2 28 Luc Boltanski (1993, voir en particulier le chapitre « La topique de la dénonciation », p. 91-11 (...)

114Très paradoxalement (du moins en apparence), l’événement que constitue l’initiative de Philippe Morillon à Srebrenica est aussi l’occasion d’un discours de la honte : un discours où divers locuteurs disent leur « honte » et leur « indignation » face à la « lâcheté » et à l’« impuissance » de la « communauté internationale » (autre expression problématique dont il est question plus loin). Ce discours de la honte, il est en réalité très présent tout au long du conflit, mais les événements qui surgissent en mars et avril 1993 (Morillon sauvant Srebrenica et le HCR vidant Srebrenica) lui donnent une occasion particulière de s’exprimer. Le printemps 1993 est une période particulièrement illustrative de cette « topique de la dénonciation »qu’analyse Luc Boltanski228, telle qu’on la voit à l’œuvre dans les discours sur la souffrance humaine médiatisée, et telle qu’elle est destinée à rendre cette souffrance acceptable.

  • 2 29 Pancho, Le Monde, 17 avril 1993, p. 1 (voir illustration n° 21).
  • 2 30 Lettre de Rony Brauman titrée « Un général au balcon », Le Monde, 3 avril 1993, p. 2 (rubrique « (...)
  • 2 31 Alain Finkielkraut, « L’inavouable frontière », Le Monde, 18 mars 1993, p. 2.

115Pourquoi la honte et l’indignation se manifestent-elles tout spécialement en ce printemps 1993 ? D’abord, ce qui est perçu comme le courage d’un homme seul fait d’autant mieux apparaître, par contraste, ce qui est perçu comme la lâcheté des nations ensemble réunies. Ensuite, l’initiative du général Morillon coïncide avec un autre événement qui, par différence, en rend mieux visible la clarté édifiante : le 11 mars, le jour même où Morillon entre dans Srebrenica assiégée, le président de la République François Mitterrand reçoit officiellement Slobodan Milosevic au Palais de l’Élysée à Paris. C’est la figure de la lâcheté collective des politiques sous les lambris qui s’oppose à la figure du courage individuel sur le terrain. Enfin, au moment où les Nations unies décrètent Srebrenica « zone de sécurité » (une expression dont, avec d’autres, un dessinateur du Monde n’est pas dupe, qui voit déjà « Srebrenica » transformée en « SERBEnica »229), les médias commémorent les cinquante ans du soulèvement du ghetto de Varsovie. Cette commémoration, aggravée par la réception de Milosevic à l’Élysée, réactive dans la mémoire de certains la démission munichoise de 1938. « Daladier ne cachait pas sa honte de Munich, ni Blum sa rage de ne pouvoir intervenir en Espagne, écrit le président de Médecins sans frontières. Nous, nous exhibons le courage physique, indéniable, d’un militaire dont c’est tout de même le métier, pour recouvrir d’un manteau de vertu notre constante impuissance et la lâcheté de notre comportement. Un seul geste de bravoure, pourvu qu’il passe à l’écran, et tous nos pitoyables renoncements sont effacés. »230 Pire que Munich. C’est aussi l’opinion d’Alain Finkielkraut : « Pour dénoncer l’immobilisme ou l’embarras des Douze, on a évoqué Munich. Cette comparaison est encore trop flatteuse. Les “munichois”, au moins, avaient l’excuse de la peur. Or Slobodan Milosevic ne menace aucun des pays de la Communauté. »231

  • 2 32 Françoise Giroud, « Nous avons permis cela… », Le Nouvel Observateur, 22 avril 1993, p. 45.
  • 2 33 Gilles Dauxerre, « Honte », L’Yonne Républicaine, 19 avril 1993, p. 1.

116Plusieurs journaux mettent en parallèle le ghetto de Varsovie et Srebrenica, pour conclure sur la honte qui devrait assaillir chaque personnalité publique et chaque citoyen-lecteur. Certains journaux utilisent le moyen d’expression le plus partagé, la parole (par différence avec l’iconique). C’est ce que fait Françoise Giroud en évoquant « du ghetto de Varsovie au martyre de Srebrenica, le long voyage de la honte »232. La parole est aussi le mode d’expression choisi par l’éditorialiste de L’Yonne Républicaine, qui écrit : « Varsovie, avril 1943 : les troupes nazies attaquent le ghetto juif.[…] Srebrenica, avril 1993 : les Serbes de Bosnie montent à l’assaut de la ville musulmane. […] Comparaison n’est pas raison. Sans doute. […] Mais comment ne pas rapprocher ces deux événements tragiques. […] Quelle différence sinon que, cette fois, on ne pourra pas lâchement dire : “On ne savait pas”. Pour Varsovie, notre honte est rétrospective. Pour la Bosnie, elle est actuelle. »233

  • 2 34 Reportage photo non signé, « Ils ont vécu l’agonie de Srebrenica », VSD, 22 avril 1993, p. 58-63
  • 2 35 France-Soir, 17 avril 1993, p. 1. Il s’agit de la photo sur laquelle un enfant du ghetto de Vars (...)

117Pour dire cette même honte, d’autres journaux, portés sur l’iconique plutôt que sur le verbal, font usage de procédés de mise en page et de mise en symétrie de photographies. VSD expose deux clichés sur deux pages en vis-à-vis : une photo en noir et blanc, datant des années 1930-1940, qui représente des hommes et des femmes en civil se constituant prisonniers, et une photo en couleur de femmes et d’enfants yougoslaves marchant avec des baluchons sur un chemin de montagne234. « Comment croire que cinquante années séparent ces images : juifs du ghetto de Varsovie et musulmans de Srebrenica. » dit la légende commune aux deux photographies. Le quotidien France-Soir, pour sa part, met en relation de symétrie la célèbre photo d’un enfant prise lors de l’insurrection du ghetto de Varsovie et la photo d’un enfant bosniaque235. « La photo terrible de ce petit juif de Varsovie a ému le monde entier » lit-on sous le premier cliché. « La photo de ce petit Bosniaque blessé va-t-il avoir le même effet ? » lit-on sous le second.

  • 2 36 Paul-Jean Franceschini, « La honte et la pitié », L’Express, 15 avril 1993, p. 107-108. Il ne se (...)
  • 2 37 « Honte ! », France-Soir, 19 avril 1993, p. 1, titre principal de Une.
  • 2 38 « Bosnie : les douze mois de la honte », Le Nouvel Observateur, 22 avril 1993, titre principal d (...)
  • 2 39 François-Régis Hutin, « Impuissance et hypocrisie », Ouest-France, 17-18 avril 1993, p. 1.

118Pour dire la honte, les accords de Munich et le ghetto de Varsovie sont convoqués. Des allusions sont également suggérées, comme lorsque L’Express titre « La honte et la pitié »236. Mais la honte peut aussi se dire, et elle se dit fréquemment, sans référence particulière à la Seconde Guerre mondiale. « Honte ! » inscrit France-Soir en blanc sur fond noir en manchette de son édition du 19 avril, en utilisant pour ce mot des caractères d’une dizaine de centimètres de haut qui s’étalent sur toute la largeur de la page237. « Bosnie : les douze mois de la honte », écrit Le Nouvel Observateur en couverture de son édition du 22 avril238. Autour du mot « honte », un ensemble sémantico-lexical gravite avec ténacité : « honte » mais aussi « indignation » ou « humiliation » devant l’« impuissance », la « lâcheté », l’« inaction », l’« immobilisme », l’« aveuglement », l’« hypocrisie »… « Impuissance et hypocrisie » titre par exemple Ouest-France le 17 avril, en saluant encore ce qu’aura été, mais en vain, « l’action éclatante du général Morillon »239.

  • 2 40 Expression de Bernard-Henri Lévy dans sa rubrique « Le bloc-notes de Bernard-Henri Lévy », Le Po (...)
  • 2 41 Titre d’une tribune de Pascal Bruckner, André Glucksmann, Romain Goupil, Gilles Hertzog, Michel (...)
  • 2 42 Dessin de Charb, Charlie Hebdo, 7 décembre 1994, p. 11 (voir illustration n° 29).
  • 2 43 Dessin de Cardon, Le Canard enchaîné, 9 février 1994, p. 1 (voir l’illustration en couverture du (...)

119La « découverte des camps » et la « découverte des viols » marquaient des tournants dans le récit du conflit yougoslave. Srebrenica constitue plutôt un des points paroxystiques d’un discours envahi par la mauvaise conscience et par la culpabilité, qui par ailleurs s’est tenu tout au long de la guerre. Car il y aura encore « Gorazde la honte »240 en avril 1994 et « Bihac-la-honte »241 en novembre 1994. En sourdine ou au porte-voix, la « honte » et l’« indignation » traversent si bien les discours sur le conflit yougoslave qu’en 1994 ces mots seront épinglés comme des stéréotypes discursifs, respectivement dans Charlie Hebdo242 et dans Le Canard enchaîné243.

L’obus du marché de Sarajevo et le discours sur le réveil des consciences

De nouveau une polémique sur les faits : le spectre (vite évanoui) de la manipulation

  • 2 44 Voir, par exemple, France-Soir, 7 février 1994, p. 1, et L’Yonne Républicaine, 7 février 1994, p (...)
  • 2 45 Voir, L’Humanité, 17 février 1994, p. 10.
  • 2 46 Voir, par exemple, La Croix, 15 février 1994, p. 7, et Le Parisien, 7 février 1994, p. 2-3.
  • 2 47 Voir, par exemple, La Croix, 8 février 1994, p. 2, Paris-Match, 24 février 1994, p. 42, et Le Pa (...)
  • 2 48 Voir, par exemple, L’Humanité, 10 février 1994, p. 2, L’Yonne Républicaine, 8 février 1994, p. 1 (...)

120Le samedi 5 février 1994, peu avant 13 heures, un obus de mortier tombe sur le marché de Markale, dans le centre de Sarajevo. 68 personnes sont tuées, environ 200 autres blessées. Les images prises quelques minutes après l’impact, diffusées le soir même à la télévision puis dans les journaux écrits, sont particulièrement sanglantes et pénibles à regarder. L’événement s’installe dès son apparition dans un ensemble cohérent de dénominations : il est nommé, avec monotonie et diversement, « la tuerie de Sarajevo »244 (ou « la tuerie du marché de Sarajevo »245), « le massacre de Sarajevo »246, « le massacre du marché de Markale »247 ou encore « le massacre du marché de Sarajevo »248.

121Comme d’autres événements avant et après lui, « le massacre », donc, est l’objet d’une polémique portant sur la réalité des faits. Ce qui vient spontanément à l’esprit, étant donné que ce sont les Serbes qui assiègent Sarajevo, c’est qu’un obus a été tiré sur le centre de Sarajevo et que cet obus a été envoyé par les forces militaires serbes sur les civils assiégés.

  • 2 49 On retrouvera les déclarations de Radovan Karadzic dans : « Bosnie : accusations et démentis », (...)

122Mais le dirigeant politique des Serbes en question, Radovan Karadzic, nie les faits. Il soutient que l’événement est en réalité une mise en scène, réalisée à l’initiative du gouvernement bosniaque pour alourdir la condamnation morale qui pèse sur les Serbes. Il n’y a pas eu d’obus, dit-il, mais une « explosion »249 qui s’est produite sur le marché de Sarajevo. Quant aux images des victimes ensanglantées diffusées par les médias, dit toujours Radovan Karadzic, elles montraient en fait « des corps qui étaient morts des heures auparavant, ainsi que des morceaux de mannequins en plastique ». Des « acteurs » ont également été mis à contribution par les autorités bosniaques pour accentuer la crédibilité de cette mise en scène fallacieuse.

  • 2 50 Voir l’article signé AFP, « Le CSA demande à TF1 de rectifier son information sur le massacre du (...)

123Le 18 février au soir, dans le journal télévisé de TF1, le journaliste Bernard Volker donne l’information suivante : selon un rapport de la Forpronu, dit Bernard Volker, l’obus tiré le 5 février était le fait de l’armée bosniaque. TF1 tend ainsi, en prenant appui sur une information émanant des Nations unies, à accréditer la thèse d’une manipulation exercée par les Bosniaques, ou pour le moins à disculper les Serbes du massacre. Mais la « révélation » de Bernard Volker ne tarde pas à être mise en question. L’association de téléspectateurs TV Carton Jaune, qui se donne pour mission de veiller à l’honnêteté de l’information diffusée dans les programmes télévisés, conteste devant les tribunaux l’information donnée par TF1. Le 15 mars 1994, le Conseil supérieur de l’audiovisuel demande à TF1 de rectifier dans son journal de 20 heures l’information diffusée le 18 février. Pour justifier sa méprise, la chaîne de télévision explique alors qu’il existe deux versions d’un rapport de David Owen en date du 12 février et qui se réfère à la provenance du tir. Une première version, originale et en anglais, cite, entre guillemets, des affirmations de l’agence d’information Tanjug selon lesquelles l’endroit d’où avait été tiré l’obus était « situé à 1 kilomètre à 1 500 kilomètres à l’intérieur du territoire sous contrôle musulman ». L’autre version du rapport reprend la même affirmation mais sans guillemets, laissant éventuellement supposer que David Owen prend à son compte la position de l’agence serbe. C’est la seconde version qui a été citée par le journaliste de la chaîne, explique TF1 qui, dans l’embarras, s’interroge « sur la mystérieuse disparition des guillemets »250 d’une version du rapport à l’autre.

  • 2 51 Article non signé, « Les Serbes et Moscou balaient les menaces », L’Yonne Républicaine, 11 févri (...)
  • 2 52 Christian Chardon, « “Plus l’ultimatum approche et plus j’ai peur” », Le Parisien, 19-20 février (...)
  • 2 53 Voir en particulier : José Fort, « La tuerie du marché de Sarajevo, un prétexte ? », L’Humanité, (...)

124La thèse exprimée par Radovan Karadzic, et surtout l’information donnée par TF1, sèment momentanément le trouble dans les esprits : « Qui a tiré l’obus sur le marché de Sarajevo ? », se demande L’Yonne Républicaine251, tandis que Le Parisien évoque avec un certain flou « un obus resté anonyme »252. Mais peu de journaux mettent réellement et durablement en cause la thèse de l’obus tiré par les forces serbes. Seule L’Humanité exprime fermement le doute et agite le chiffon de la désinformation253.

  • 2 54 Cette thèse est exprimée par le général Pierre-Marie Gallois dans une tribune publiée dans un qu (...)

125Exception faite du quotidien communiste, seuls les nationalistes serbes et leurs partisans mettront en cause, et pour leur part durablement, la thèse dominante. La plupart des nationalistes serbes soutiendra en effet définitivement la thèse selon laquelle l’obus a été tiré volontairement par l’armée d’Alija Izetbegovic, qui aurait agi ainsi pour déchaîner les foudres de la communauté internationale sur les Serbes présumés responsables du carnage254.

126La thèse d’un obus serbe est majoritairement retenue par la presse d’information générale et les commentateurs. Dans ce cadre d’interprétation, l’événement que constitue le « massacre du marché de Sarajevo » est d’autant plus remarquable qu’il se confond avec les morts provoquées la veille, le 4 février, par un autre obus dont le tir fut généralement attribué aux Serbes et qui s’était abattu sur un faubourg de Sarajevo, Dobrinja, tuant 10 civils.

  • 2 55 Cette thèse de l’obus du 27 mai 1992 attribué aux Musulmans bosniaques est soutenue par Daniel S(...)
  • 2 56 Voir « Manipulation et information » et « Les faits et les mensonges », tous deux parus dans L’H (...)

127Le « massacre du marché de Sarajevo » du 5 février est aussi d’autant plus pénible à envisager pour les commentateurs qu’il en rappelle un autre : il rappelle l’obus tiré le 27 mai 1992 sur la rue Vase Miskin, devant une boulangerie de Sarajevo, atteignant une file de personnes venues s’approvisionner, et faisant 16 morts. Même ville, même instrument de destruction, même type de victimes (des civils venus s’alimenter), même polémique aussi (les partisans des nationalistes serbes255, et encore L’Humanité256, attribuant le tir de l’obus du 27 mai aux Bosniaques) : entre le 27 mai 1992 et le 5 février 1994, l’action diplomatique de la « communauté internationale » et la politique des acteurs yougoslaves semblent avoir bien peu progressé. Mais cette fois-ci, après l’obus du 5 février, les commentateurs croient voir dans le comportement des diplomates et dans celui de l’opinion un « réveil des consciences ».

Réactions au massacre et commentaires sur les réactions : la mobilisation

128Du côté diplomatique et politique en effet, une certaine détermination à limiter l’agression serbe semble se faire jour. Au surlendemain du « massacre du marché de Sarajevo », à l’initiative de la France, les ministres européens des Affaires étrangères exigent la levée du siège de Sarajevo et préconisent un recours à la force en cas de refus. Deux jours plus tard, le 9 février, l’OTAN adresse un ultimatum aux Serbes de Bosnie, par lequel elle exige que l’armée serbe retire avant le 21 février son armement lourd dans un périmètre de vingt kilomètres autour de Sarajevo, sous peine de frappes aériennes. L’ultimatum de l’OTAN est suivi d’effets : dans la nuit du 20 au 21, prenant acte de la remise à la Forpronu et du retrait de plusieurs centaines de pièces d’artillerie lourde par les Serbes, l’OTAN et l’ONU annoncent qu’elles n’effectueront pas de frappes aériennes dans l’immédiat. Le 28 février, procédant à une démonstration de sa détermination à exercer la force, l’OTAN abat quatre avions de l’armée serbe qui survolaient la Krajina en violation de la zone d’exclusion décrétée par les Nations unies depuis octobre 1992.

  • 2 57 Voir la brève non signée et non titrée dans Le Figaro, 7 février 1994, p. 3.
  • 2 58 Voir L’Humanité, 4 février 1994, p. 24 ; L’Humanité, 7 février 1994, p. 6 ; L’Humanité, 8 févrie (...)
  • 2 59 Voir l’annonce publiée par Le Figaro, 17 février 1994, p. 5.

129Du côté de l’opinion, ou plus exactement de ce qui en tient lieu dans les représentations, le « massacre du marché de Sarajevo » engendre également une certaine activité. Le 7 février au soir, devant le ministère des Affaires étrangères à Paris, les participants à une manifestation exigent la levée du siège de Sarajevo257. Le 10 février, ont lieu à Paris et en province des manifestations pour la paix en ex-Yougoslavie, pour lesquelles le journal L’Humanité appelle à la mobilisation258. Le 17 février, à l’initiative de la revue La Règle du jeu, un meeting se tient à la Mutualité sur le thème « Sarajevo, ce n’est qu’un début », et auquel participent des personnalités telles que Jean-François Deniau, Alain Finkielkraut, Françoise Giroud, Juan Goytisolo, Jacques Julliard, Claude Lanzman, Bernard-Henri Lévy, Bertrand Poirot-Deplech, Edgar Morin et Léon Schwartzenberg259.

  • 2 60 « Ex-Yougoslavie : les cris de la révolte », L’Express, 24 février 1994, p. 15.

130En ce mois de février 1994, les journaux participent à la représentation d’une opinion en état de mobilisation en publiant des lettres de lecteurs dans lesquelles les signataires expriment leur volonté qu’il soit mis fin au siège de Sarajevo et au conflit : certains journaux publient des lettres isolément, mais d’autres produisent des effets de masse en regroupant plusieurs lettres sur le même sujet. C’est le cas de L’Express, qui occupe une page entière avec la publication de huit lettres de lecteurs, sous le titre commun « Ex-Yougoslavie : les cris de la révolte »260.

  • 2 61 Cette publicité a paru notamment dans L’Humanité, 15 février 1994, p. 14-15 ; Libération, 16 fév (...)

131C’est aussi en février 1994 qu’apparaît, sur les murs et dans la presse, la publicité pour la marque Benetton représentant les vêtements tachés de sang d’un soldat bosniaque261. En petits caractères, au-dessus de la photographie en couleurs, un court texte rédigé en serbo-croate est ainsi traduit : « Moi, Gojko Gagro, père du défunt Marinko Gagro, né en 1963 à Blatnici, dans la commune de Citluk, suis d’accord à ce que soit utilisé le nom et ce qu’il reste de mon fils mort Marinko pour la paix et contre la guerre. » Bien qu’elle constitue un objet commercial, cette publicité participe à sa manière au sentiment qu’il existe dans l’espace public un renforcement de la présence du thème « Yougoslavie », ainsi qu’un accroissement de la volonté de mettre fin à la guerre.

  • 2 62 Jean-Claude Raspiengeas, « L’image de trop », Télérama, 2 mars 1994, p. 60-64.
  • 2 63 Article non signé, « La bombe qui a tout déclenché », Ouest-France, 21 février 1994, p. 2.
  • 2 64 François Siégel, « Les jeux et la paix », VSD, 24 février 1994, p. 38.
  • 2 65 Véronique Soulé, « Deux ans de guerre et d’atermoiements », Libération, 21 février 1994, p. 6.
  • 2 66 Yves Cuau, « Les trois leçons d’un ultimatum », L’Express, 24 février 1994, p. 38-39.
  • 2 67 Selon la formulation utilisée par l’éditorialiste Claude Imbert, « L’Europe joue gros à Sarajevo (...)

132Dans ces pressions exercées conjointement par le politique et par la figure de l’opinion publique, des commentateurs croient pouvoir déchiffrer le symptôme d’un « réveil des consciences ». Les images d’hommes, de femmes et d’enfants de tous âges, en civil, sans armes, jetés dans la mort et le sang alors qu’ils faisaient leurs courses au marché, ces images ont constitué, selon un hebdomadaire, « l’image de trop »262. Pour Ouest-France, l’obus du marché de Sarajevo « a tout déclenché » : « Ni les révélations sur la purification ethnique qui a fait des milliers de victimes, ni celles sur les camps de prisonniers, ni les sièges de Srebrenica, de Tuzla… n’avaient réussi à décider la communauté internationale à passer à l’action. C’est un obus, un seul, mais qui a tué soixante-huit personnes le 5 février sur le marché de Sarajevo, qui a fait déborder la coupe. »263 Le contenu du propos est identique sous la plume de l’éditorialiste de VSD, selon lequel rien de ce qui se passait en Yougoslavie « ne paraissait apte à nous faire sortir de notre torpeur inconsciente. Et puis un jour, un obus sur un marché, faisant soixante morts de plus, réveilla les consciences. »264 Les commentateurs soulignent qu’il aura fallu « deux ans de guerre et d’atermoiements »265 pour en arriver à l’arrêt du pilonnage de Sarajevo par les Serbes. L’hebdomadaire L’Express observe qu’« il est navrant qu’il ait fallu le massacre télévisé du marché Markalé pour que l’Otan montre enfin les dents »266, et, comme les autres journaux, il salue les consciences-qui-se-réveillent-enfin. Au passage, on remarquera dans ces discours l’importance accordée à l’image (le « massacre du marché de Sarajevo » étant alors aussi « le massacre spectaculaire et télévisé du marché de Sarajevo »267) : conformément à un lieu commun régulièrement exprimé, l’image est supposée avoir, bien plus que le verbal, une faculté mobilisatrice, une capacité à frapper l’imagination.

133Il convient de dire que le discours sur le « réveil des consciences » n’en est pas à son premier surgissement, même s’il se fait bien mieux entendre en ce mois de février 1994 qu’en d’autres moments. Que les consciences enfin se réveillent, cela a été dit déjà en d’autres occasions, notamment lors de la « découverte des camps » et lors de la « découverte des viols ». Cela sera dit de nouveau plus tard, par exemple lors des élections européennes de 1994 (la liste « L’Europe commence à Sarajevo », lancée à la mi-mai 1994, sera en effet interprétée par certains commentateurs comme une mobilisation des « consciences citoyennes »), ou lors des opérations militaires menées les 29 et 30 août 1995 par l’OTAN et la Force de réaction rapide contre les positions des Serbes de Bosnie (en réponse à un tir de mortier des Serbes qui avait fait 37 morts le 28 août 1995, toujours sur le marché de Markale à Sarajevo).

  • 2 68 Dessin de Jacques Faizant, Le Figaro, 7 février 1994, p. 1.
  • 2 69 Revue de presse commentée non signée, « L’OTAN de le dire et c’est comme si c’était fait », Le C (...)
  • 2 70 Dessin de Plantu, Le Monde, 10 février 1994, p. 1 (voir illustration n° 22).
  • 2 71 Dessin de Plantu, Le Monde, 6-7 mars 1994, p. 1 (voir illustration n° 26).

134Il faut signaler aussi que le discours sur le « réveil des consciences » s’accompagne (et c’était déjà le cas en d’autres circonstances) d’un discours qui exprime l’incrédulité envers la volonté et / ou les moyens de la « communauté internationale » : tout en saluant l’action de ladite communauté, les commentateurs s’interrogent sur l’ampleur réelle de la volonté qui semble se mettre en mouvement. Les dessins de presse sont un mode d’expression de ce discours critique (critique tout en étant assez consensuel et stéréo-typique, et parfois reconnu comme tel) : au surlendemain du massacre, le dessinateur du Figaro en est encore à stigmatiser « l’impuissance » héréditaire des Nations unies268 ; le 9 février, jour de l’annonce de l’ultimatum, alors que Le Canard enchaîné brocarde les menaces successives de la « communauté internationale » proférées depuis le début de 1993269, un dessinateur du Monde illustre la volonté d’en faire le moins possible tout en ayant l’air de faire quelque chose qu’il croit comprendre dans les actions des Nations unies270 ; un mois après le massacre, le même Plantu ironise sur les moyens inappropriés que les Nations unies emploient pour faire cesser le siège de Sarajevo271.

Gorazde et le discours du doute sur l’information

Gorazde sous les projecteurs des médias : une lumière confuse

135Au printemps 1993, Gorazde, petite ville à majorité musulmane du sud-est de la Bosnie, située sur les bords de la Drina à une trentaine de kilomètres de la frontière avec la Serbie, avait été décrétée « zone de sécurité » par les Nations unies. Mais moins d’un an plus tard, le 29 mars 1994, les nationalistes serbes commencent à bombarder la ville. Celle-ci compte alors 60 000 personnes, dont plusieurs milliers de réfugiés bosniaques ayant fui les persécutions serbes dans la région. Les 10 et 11 avril 1994, en représailles au pilonnage de Gorazde qui se poursuit, l’OTAN procède à des bombardements aériens sur les positions serbes qui encerclent la ville. Malgré cette démonstration de force et en dépit de la signature d’un accord de cessez-le-feu entre Yasushi Akashi (pour les Nations unies) et Radovan Karadzic (pour les Serbes de Bosnie), les troupes serbes investissent une partie de la ville le 17 avril. Les médias décrivent la situation dramatique subie par la population de Gorazde : la peur, la faim, les bombardements, les morts et les blessés, le manque de soins médicaux, font de Gorazde une nouvelle « ville martyre », selon une expression très usitée dans le récit de la guerre. Le 22 avril, par la résolution 913, le Conseil de sécurité des Nations unies exige des Serbes qu’ils retirent leurs troupes et leurs armes de Gorazde et de ses environs. Cette pression s’avère efficace et, le 24 avril, 500 casques bleus peuvent se déployer dans la ville et procéder à l’évacuation de blessés.

  • 2 72 Article non signé, « Confusion et panique à Gorazde », Ouest-France, 18 avril 1994, p. 3.

136Tout au long de ce mois d’agression armée, le discours d’information médiatique a bien des difficultés à trouver ses marques. Certains journaux publient des informations aux contenus peu compatibles, sans pour autant relever la contradiction que leurs articles contiennent. C’est le cas par exemple de Ouest-France. Dans un article paru le 18 avril272, le quotidien régional explique en surtitre que « des chars serbes sont entrés dans l’enclave musulmane » et précise dans le texte que « plusieurs chars serbes » sont « entrés dans la ville hier après-midi » (c’est-à-dire le dimanche 17). Une dizaine de lignes plus loin, Ouest-France cite, sans les commenter ni les mettre en cause, des propos de Yasushi Akashi prononcés « hier soir » (toujours le dimanche 17), qui déclare : « Gorazde est sérieusement menacée. L’armée serbe encercle la ville et n’en est plus très loin. » L’armée serbe est-elle entrée dans la ville ou n’en est-elle « plus très loin » ? Le journal ne fait aucun commentaire sur le caractère contradictoire des deux informations qu’il publie conjointement.

  • 2 73 Jean Chatain, « Les chars serbes entrent dans Gorazde », L’Humanité, 18 avril 1994, p. 10-11.
  • 2 74 Article non signé, « Gorazde sous la domination des Serbes bosniaques », L’Yonne Républicaine, 1 (...)

137Le même jour, au sein d’un même article273, L’Humanité situe une même action dans le présent et dans le passé, successivement dans le titre (« Les chars serbes entrent dans Gorazde ») et dans le chapeau (« Les chars serbes bosniaques sont entrés dimanche dans Gorazde. »), deux temporalités qui, sans être contradictoires, ne rendent pas la situation très limpide. L’Yonne Républicaine préfère résumer ainsi les choses : « Les Serbes bosniaques ont continué, hier, à prendre le contrôle de Gorazde. »274

  • 2 75 Arnaud Spire, « Stop ! », L’Humanité, 19 avril 1994, p. 3.
  • 2 76 Article non signé, « Gorazde : le chaos et la confusion », Le Quotidien de Paris, 18 avril 1994, (...)
  • 2 77 Xavier Gautier, « Gorazde en partie sous contrôle serbe », Le Figaro, 16-17 avril 1994, p. 2.

138D’autres journaux (ou les mêmes journaux mais à une autre date) font explicitement état de la difficulté que rencontre la presse pour fournir une information cohérente. « Une grande confusion règne dans l’information »275, signale l’éditorialiste de L’Humanité, alors que Le Quotidien de Paris avoue : « la situation était extrêmement confuse hier à Gorazde »276. Dans l’information relative à Gorazde, en ce mois d’avril 1994, la presse intensifie l’usage du conditionnel ainsi que les mentions explicites de ses sources : « Selon des sources occidentales concordantes, les forces serbes ne seraient plus qu’à quelques kilomètres du centre-ville »277 indique par exemple Le Figaro.

Les commentateurs s’interrogent sur les pratiques journalistiques : retour sur un mois de confusion informationnelle

  • 2 78 Voir par exemple l’article non signé : « À Gorazde, les Serbes tirent même sur l’hôpital », Le P (...)

139À partir du 24 avril, alors que les soldats des Nations unies ont pu pénétrer dans la ville, les médias entament une polémique sur la réalité des faits advenus à Gorazde. La polémique porte en particulier sur le nombre des blessés. Durant le pilonnage de la ville, en effet, la presse avait rapporté que des centaines de blessés graves attendaient d’être soignés (le chiffre le plus souvent avancé tournait autour de 600, certains journaux évoquant jusqu’à 2 000 blessés graves). La presse soulignait que l’évacuation des blessés était d’autant plus urgente que l’hôpital de Gorazde ne pouvait les prendre en charge du fait des bombardements serbes, qui prenaient précisément pour cible le bâtiment278. Mais, lorsque les Nations unies évacuent les blessés de Gorazde, le compte n’y est pas : on recense moins de 50 blessés graves, sur un total d’environ 300 blessés. La presse, alors, parfois avec le sentiment d’avoir été bernée et poussée à la dramatisation excessive, s’interroge sur le bilan réel des victimes, ainsi que sur l’origine des chiffres mis en circulation. Plus globalement, on se demande ce qui s’est réellement passé dans la ville de Gorazde.

  • 2 79 Ariane Quentier, « Questions sur une évacuation », Le Parisien, 27 avril 1994, p. 8.
  • 2 80 Claude Vernier-Palliez, « Gorazde, c’était l’hôpital… », Paris-Match, 12 mai 1994, p. 56-59.

140Certains journaux atténuent l’importance de la question. Dans un article consacré aux « Questions sur une évacuation », le quotidien Le Parisien explique qu’après tout ce genre de mésinformation est normal en temps de guerre : « Mais où sont passés les six cents blessés graves de Gorazde qui devaient être évacués de toute urgence ? Trois jours après la levée du siège de cette enclave musulmane de Bosnie orientale, les responsables de la Forpronu et le H.C.R. s’interrogent. Les bilans ont pu être exagérés, c’est la guerre. »279 Une journaliste de Paris-Match, pour sa part, révoque la pertinence de la question du bilan des victimes dans un énoncé qui fait appel à ce procédé de réfutation que Marc Angenot nomme l’« évocation du “réel” » (Angenot, 1982, p. 231-232) : « On a annoncé que le nombre de victimes avait été exagéré, mais je refuse ce genre d’arithmétique médicale. Une maison détruite et un homme blessé, c’est déjà trop. »280

  • 2 81 Marc Semo, « Le bilan controversé des victimes de Gorazde », Libération, 27 avril 1994, p. 2.
  • 2 82 « Le bloc notes de la semaine » de Max Clos, Le Figaro, 29 avril 1994, p. 2. Les citations qui s (...)
  • 2 83 Jacques Duquesne, « La vérité à Gorazde », La Croix, 3 mai 1994, p. 24. Les citations qui suiven (...)

141La plupart des journaux s’interroge sérieusement sur l’information donnée par la presse occidentale lors de l’attaque de Gorazde. Libération relève que les organisations non gouvernementales et les Nations unies (sources majeures des médias occidentaux pour cet événement) s’alimentaient elles-mêmes aux sources bosniaques, mais sans toujours en faire mention. « Les principales sources des ONG étaient bosniaques », note le journaliste de Libération qui poursuit : « Dans la dernière semaine du siège, les représentants du HCR et les observateurs des Nations-Unies ont apparemment repris à leur compte, sans pour autant le dire, les bilans quotidiens dressés par les autorités locales. Des chiffres par définition sujets à caution puisque les autorités bosniaques tentaient de dramatiser au maximum la situation pour précipiter une intervention de la communauté internationale. »281 Dans Le Figaro, Max Clos durcit le ton et parle d’« intoxication »282 : selon lui, les médias français ont été manipulés par les autorités bosniaques et les radios amateurs bosniaques, qui ont volontairement diffusé des « fausses nouvelles » et des chiffres sans rapport avec la réalité. Les médias ont également été manipulés par les représentants des organisations humanitaires qui, « enfermés dans leurs abris, […] n’ont rien vu ni su ». Ces représentants « ont recueilli des rumeurs qu’ils ont amplifiées et transformées en faits », que les médias ont repris tels quels. « Au total, conclut Max Clos, les médias occidentaux se sont laissés passivement intoxiquer, sans jamais se demander si la version qui leur était fournie était, au moins, vraisemblable. Pourquoi ? Parce que, dans ce conflit, il est “politically correct” de prendre parti pour les Musulmans bosniaques contre les Serbes orthodoxes. » Dans un article intitulé « La vérité à Gorazde »283 publié dans La Croix, Jacques Duquesne met lui aussi l’accent sur la manipulation des chiffres par les belligérants, par les Bosniaques dans le cas présent. En revanche, Jacques Duquesne s’abstient de dénoncer l’a priori favorable dont bénéficieraient les Bosniaques comme un lieu commun dans l’espace public. La couverture médiatique de la chute de Gorazde suscite chez Jacques Duquesne des réflexions générales sur l’information médiatique contemporaine. Ce commentateur, qui invoque aussi l’« exemple célèbre » de Timisoara, s’interroge sur « l’utilisation de la manipulation comme arme de guerre » dans un contexte où, selon lui, « la diffusion de l’information est instantanée et mondiale », et met en cause la tendance des médias à « se prêter » à la manipulation (c’est-à-dire à être des complices volontaires des manipulateurs).

  • 2 84 Nicolas Poincaré interviewé sous le titre « Nicolas Poincaré : journaliste reporter avant tout » (...)

142Pour le discours médiatique, l’événement que constitue la « chute imminente de Gorazde » et ses suites marque ainsi un moment fort du discours du doute sur l’information. Cet événement, ira jusqu’à dire un journaliste de radio, a été un « faux événement »284, contribuant notamment à ce que les journalistes ne perçoivent pas clairement l’importance d’un autre événement qui lui est contemporain : le génocide au Rwanda. Ce moment de doute sur l’information n’est certes ni le premier ni le dernier. La critique et l’autocritique de l’information, l’évocation du faux charnier de Timisoara, le rappel des manipulations de la guerre du Golfe, les bilans réflexifs de la presse, tout cela a surgi régulièrement dans le récit du conflit yougoslave, dans des poussées successives dont Gorazde est un exemple significatif.

***

143Les cinq événements dont nous venons de présenter les récits médiatisés sont des repères dans le discours sur le conflit yougoslave, soit qu’ils marquent une orientation nouvelle des discours tenus, soit qu’ils expriment de façon caractéristique une certaine thématique. La découverte des camps en Bosnie aggrave la réactivation du schéma de lecture fourni par le génocide juif. La découverte des viols renforce l’interprétation de la guerre comme guerre odieuse et féroce, tout en lui reconnaissant une certaine spécificité. Srebrenica est l’illustration brillante d’un discours qui s’étrangle à dire la culpabilité. L’obus du marché de Sarajevo donne l’exemple d’un discours qui proclame le réveil des consciences occidentales. Gorazde est un moment du retour des médias sur leur propre travail et d’un commentaire critique des sources de l’information.

  • 2 85 Les Jeux olympiques de 1984 avaient déjà été l’occasion de la formation d’un discours sur Saraje (...)
  • 2 86 Titre d’un livre de Philippe Masson, Paris, Éditions du Rocher, coll. « L’art de la guerre », 19 (...)
  • 2 87 Titre d’un livre dirigé par Émile Malet, Paris, Hachette, coll. « Littératures », 1993, 487 p.
  • 2 88 Titre d’un livre de Pierre Piérart et Wies Jespers, Bruxelles, Éditions EPO, 1995, 221 p.
  • 2 89 Titre d’un livre d’André Fontaine, Paris, Fayard, 1995, 600 p.
  • 2 90 Titre de « La chronique du temps qui passe » de Jean d’Ormesson, Le Figaro Magazine, 30 avril 19 (...)
  • 2 91 Titre d’une tribune de Pierre Hassner, Libération, 27 mai 1992, p. 5, et titre d’une tribune de (...)

144Au cours de nos analyses, un objet de discours est resté relativement dans l’ombre, car il constitue moins un événement (par définition temporellement marqué) qu’un objet à l’existence continue et auquel s’arrime une myriade d’énoncés. L’importance de cet objet dans le récit de la guerre implique qu’au moins nous en rappelions l’existence : il s’agit de la ville de Sarajevo, qui représente tout au long du conflit une référence stable des discours, et ceci avant même le début du siège de la ville285. Une série de titres de livres ou d’articles parus durant la guerre donnent l’illustration du fait que Sarajevo est perçue comme une borne de référence, comme un repère dans l’histoire : L’Homme en guerre, 1901-2001 : de la Marne à Sarajevo286, Résistance et mémoire : d’Auschwitz à Sarajevo287, D’Hiroshima à Sarajevo288, Après eux le déluge : de Kaboul à Sarajevo, 1979-1995289, « De Beyrouth à Sarajevo »290, « De Maastricht à Sarajevo »291 et bien d’autres encore.

  • 2 92 François Schlosser, « Stratégie pour un génocide », dans le supplément au Nouvel Observateur du (...)

145Si Sarajevo représente un élément de stabilité dans les discours, c’est qu’elle fait figure de symbole, le symbole de la tolérance contre la barbarie, de la cohabitation contre l’agression, du mélange contre la séparation, le symbole d’une convivencia que la terre européenne aurait préservée en ce lieu comme par miracle. Sarajevo unie dans la Yougoslavie divisée, c’est en effet le « miracle de Sarajevo » dont parlait Bernard Lecomte en 1984, et dont parle un autre journaliste en 1992 : « Sarajevo était devenu un centre intellectuel fécond, le lieu où cohabitaient en toute harmonie des peuples et des religions multiples, un miracle dans les Balkans, l’exemple d’une Yougoslavie possible, le mélange réussi des cultures et des ethnies. »292 Nous verrons la capitale de la Bosnie-Herzégovine réapparaître plus loin, en particulier dans ce slogan : « L’Europe commence à Sarajevo ».

Notes

1 Roy Gutman, « Prisoners of Serbia’s War », New York Newsday, 19 juillet 1992. Repris dans Roy Gutman, A Witness to Genocide, New York, Macmillan Publishing Company, 1993, 180 p., p. 28-33. Pour la traduction française, repris sous le titre « Prisonniers de la guerre de la Serbie » dans Roy Gutman, Bosnie : témoin du génocide, Paris, Desclée de Brouwer, [1993] 1994, 284 p., p. 97-102. Traduit de l’américain par Michel Valois.

2 Roy Gutman, « “Like Auschwitz” », New York Newsday, 21 juillet 1992. Repris dans Roy Gutman, A Witness to Genocide…, op. cit., p. 36-40. Pour la traduction française, repris sous le titre « “C’était comme la déportation pour Auschwitz” » dans Roy Gutman, Bosnie : témoin du génocide…, op. cit., p. 106-111.

3 Roy Gutman, « Death Camps », New York Newsday, 2 août 1992. Repris dans Gutman, A Witness to Genocide…, op. cit., p. 44-49. Pour la traduction française, repris sous le titre « Camps de la mort » dans Roy Gutman, Bosnie : témoin du génocide…, op. cit., p. 115-121.

4 Présentateur (Henri Sannier), journal télévisé de 20 h, Antenne 2, 3 août 1992.

5 Déclaration de Muhamed Sacirbey recueillie dans Laura Silber et Allan Little ([1995] 1996, p. 251-252).

6 Voir Noel Malcolm (1994, p. 244-245 et 295).

7 Voir Claire Boulanger, Bernard Jacquemart et Philippe Granjon (1994, p. 268).

8 Par exemple : Jean-François Bouthors, « Le document qui accuse les Serbes », La Croix, 6 août 1992, p. 7 ; Trevor Rowe, « U.N. Knew of Serb Camps a Month Ago, Bosnian Says », The Washington Post, 6 août 1992, p. A31 ; Frédéric Filloux, « Camps : l’Onu savait depuis cinq semaines », Libération, 7 août 1992, p. 2 ; article non signé, « L’ONU disposait depuis juin de rapports sur les camps », Le Monde, 8 août 1992, p. 4 ; James Bone, « UN Had Execution Details Weeks Ago », The Times, 8 août 1992, p. 1 ; Marc Chalamet, « Les cafouillages de l’O.N.U. », Le Parisien, 8-9 août 1992, p. 3.

9 Ce dernier élément d’après Knut Royce et Patrick Sloyan, « US Accused of Concealing Reports on Serb Atrocities », The Guardian, 17 août 1992, p. 1.

1 0 Voir Roger Cohen, « A Month After Opening, Serbian Murder Camp Ran a Top Speed », International Herald Tribune, 2 août 1994, p. 2.

1 1 Pascal Bruckner, « Survivrons-nous à la Yougoslavie ? », Le Monde, 28 mai 1992, p. 2.

1 2 Baudouin Bollaert, « Vers une intervention dans l’Adriatique », Le Figaro, 10 juillet 1992, p. 4. Ces propos d’Izetbegovic sont également repris dans un article non signé, « Bosnie : la pression internationale s’accroît », La Croix, 11 juillet 1992, p. 5.

1 3 Encadré non signé, « Le mortel “nettoyage” serbe », Sud-Ouest, 17 juillet 1992, p. 2. Article non signé, « Des villages entiers fuient en Croatie », Ouest-France, 17 juillet 1992, p. 2.

1 4 Sur l’utilisation du mot « génocide » en référence au conflit yougoslave, voir Alice Krieg (2000 c, p. 309-328, « “Génocide” et ses dérivés »). Voir aussi ici en note p. 392.

1 5 Marc Semo, « Omarska, la terreur des Musulmans de Bosnie », Libération, 7 août 1992, p. 2-4.

1 6 Florence Hartmann, « Le sceptre de Nicolas Petrovitch », Le Monde, 26 octobre 1994, p. 13.

1 7 Avec des exigences plus fines, tenant mieux compte des différentes poses et des recadrages, Éric Pedon et Jacques Walter (1996) comptent six types de clichés différents.

1 8 The Times, 7 août 1992, p. 1 ; Libération, 7 août 1992, p. 2-3 ; Ouest-France, 8-9 août 1992, p. 2 ; Der Spiegel, 10 août 1992, p. 130.

1 9 The Guardian, 7 août 1992, p. 20 ; Le Figaro, 8-9 août 1992, p. 3 ; La Vie, 13 août 1992, p. 8-9 ; La Croix, 16 février 1994, p. 7 ; Le Point, 23 juillet 1994, p. 49 ; Der Spiegel, 29 janvier 1996, p. 119.

2 0 Le Parisien, 8-9 août 1992, p. 1.

2 1 Se reporter par exemple au quotidien The Guardian, 1er décembre 1992, p. 7.

2 2 Voir en annexe les illustrations n° 14 et n° 16.

2 3 James Gow, Richard Paterson, Alison Preston (dir.), Bosnia by Television, Londres, British Film Institute, 1996, 181 p.

2 4 Télérama, 2 mars 1994, p. 63.

2 5 L’Express, 26 mai 1994, p. 24.

2 6 Télérama, 7 juin 1995, p. 95.

2 7 Cité par Ed Vulliamy (1994, p. 107). Nous traduisons.

2 8 Journal télévisé de 20 h, TF1, 2 janvier 1993.

2 9 Michel Collon, Attention médias ! Les médiamensonges du Golfe. Manuel anti-manipulation, Bruxelles, Éditions EPO, [1992] 1994, 304 p., p. 294.

3 0 Vladimir Vukadinovic, Le Mur de Sarajevo. Les Serbes face à la justice française, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Objections », 1995, 172 p., p. 51-52.

3 1 Peter Brock, « Dateline Yugoslavia : The Partisan Press », Foreign Policy (Washington, Carnegie Endowment for International Peace), n° 93, hiver 1993-1994, p. 153-173, p. 153 (nous traduisons). Une traduction française de cet article figure dans Raison Garder, Revue de l’Institut Serbe de Lausanne, Nouvelle série, n° 4, hiver 1994, p. 7-23 (« La presse partisane »).

3 2 Raja Thomas, « Jevreji, Srbi i jugoslovenski sukob » (Les Juifs, les Serbes, et le conflit yougoslave), Politika (Belgrade), 27 avril 1994, p. 25. L’existence de cet article est signalée par Norman Cigar (1995, p. 96-97).

3 3 Vladimir Volkoff, « Bosnie : de quoi s’agit-il ? », Le Figaro Magazine, 1er avril 1995, p. 103.

3 4 Patrick Besson, Coup de gueule contre les calomniateurs de la Serbie, Paris, Ramsay, 1995, 114 p., p. 83-84.

3 5 Pierre-Marie Gallois, Le Sang du pétrole. Bosnie. Essai de géopolitique, Lausanne, L’Âge d’homme, 1996, 429 p., p. 175.

3 6 Thomas Deichmann, « Es war dieses Bild, das die Welt in Alarmbereitschaft versetzte » (L’image qui a alarmé le monde), Novo (Francfort), janvier-février 1997.

3 7 Thomas Deichmann, « The Picture that Fooled the World » (L’image qui dupa le monde), Living Marx (Londres), n° 97, février 1997 (traduction de l’article paru dans Novo). Le titre de l’article fait sans doute allusion à « The Picture that Shames the World » (L’image qui fait honte au monde), qui constituait le surtitre de la Une du Daily Mirror du 7 août 1992, sur laquelle on pouvait voir l’image du jeune homme maigre et ce titre principal : « Belsen 92 ».

3 8 On trouvera la documentation de cette lutte sur le site internet de Living Marx (www.informinc.co.uk), à la rubrique « ITN vs LM »

3 9 Voir en particulier Thomas Deichmann, « Exactly as it Happened ? New Revelations about the Picture that Fooled the World » (Vraiment comme ça s’est passé ? Nouvelles révélations sur l’image qui dupa le monde), Living Marx (Londres), n° 100, mai 1997 ; et « ITN on Trial » (ITN en procès), Living Marx (Londres), n° 102, juillet-août 1997.

4 0 Nous empruntons cette formulation à Dejan Lukic qui soutient la thèse de Thomas Deichmann. Voir Dejan Lukic, « Les champions du mensonge au supplice », La Serbie dans le monde, version française d’une brochure mensuelle éditée et diffusée en plusieurs langues par le Ministère de l’Information de la République de Serbie, Belgrade, n° 65, avril 1997, p. 66-67, souligné par Dejan Lukic.

4 1 Thomas Deichmann, « The Picture that Fooled the World » (L’image qui dupa le monde), art. cit.

4 2 Jacques Merlino, Les Vérités yougoslaves ne sont pas toutes bonnes à dire, Paris, Albin Michel, 1993, 265 p.

4 3 Article non signé, « Le rescapé des camps serbes », VSD, 14 janvier 1993, p. 58-60.

4 4 Colombe Schneck, « Guerre d’images », Le Point, 23 juillet 1994, p. 49.

4 5 Yves Cuau, « Cacophonies parisiennes », L’Express, 26 mai 1994, p. 43.

4 6 Tout au long de ce travail, nous utilisons le terme de « commentateurs » pour désigner les locuteurs, individuels ou collectifs, qui produisent un discours sur les faits, indépendamment de la figure qu’ils incarnent (« citoyen », « expert », « élu », « journaliste »…) et indépendamment du sens que ces locuteurs donnent à leur prise de parole (« informer », « convaincre », « demander », « annoncer »…). Les « commentateurs », pour nous, ne se réduisent donc pas à ce que les journalistes nomment ainsi, c’est-à-dire aux personnes autorisées à produire des articles relevant du « commentaire » (billet, éditorial, chronique, critique…). La notion de commentateurs telle que nous l’entendons recouvre ainsi à peu près ce que Jean-Pierre Faye appelle des « récitants ». Voir principalement Jean-Pierre Faye (1972 a).

4 7 Valérie Massonneau, « L’horreur qu’on ne voudrait plus voir », Paris-Match, 20 août 1992, p. 62-63.

4 8 Isabelle Chazot, « La honte », 20 ans, n° 79, mars 1993, p. 38.

4 9 Article signé AP/AFP, « Les Serbes auraient ouvert des camps de concentration », Le Figaro, 3 août 1992, p. 3.

5 0 Article signé E. C., « Les camps de la mort de Bosnie », La Croix, 4 août 1992, p. 7. Voir l’illustration n° 9.

5 1 Déclaration reprise dans Ouest-France, 3 août 1992, p. 2, Le Figaro, 3 août 1992, p. 3, Le Parisien, 4 août 1992, p. 4, et Le Monde, 4 août 1992, p. 1 et 3.

5 2 Gilles Dauxerre, « Sauvagerie », L’Yonne Républicaine, 4 août 1992, p. 1.

5 3 La notion de « modalisation autonymique » est une des notions centrales de la présente recherche. Elle a été élaborée par Jacqueline Authier-Revuz (voir principalement 1992 a, ainsi que 1991 et 1995) pour désigner, à l’intérieur des faits de métadiscours (pour dire vite : le discours qui porte sur du discours), une configuration énonciative particulière dans laquelle le segment modalisé est à la fois en usage et en mention. La modalisation autonymique peut être supportée par un simple guillemetage sans glose associée (par exemple « La “purification ethnique” se poursuit. »), ou bien par un commentaire, dit commentaire de modalisation autonymique (par exemple « La purification ethnique, comme on l’appelle, se poursuit. »). On prendra soin de distinguer la modalisation autonymique, d’une part de l’emploi en usage, où le signe (signe standard) est utilisé de façon totalement transparente (« La purification ethnique se poursuit. »), d’autre part de l’emploi en mention, où le signe (signe autonyme) est utilisé de façon totalement opaque (« “Purification ethnique” ne figure dans aucun discours officiel. »).

5 4 Lutte Ouvrière, 7 août 1992, p. 1.

5 5 Voir par exemple le dessin de Riss publié dans Charlie Hebdo, 12 août 1992, p. 7 (illustration n° 11).

5 6 Voir par exemple le dessin de Pinter publié dans Témoignage chrétien, 8 août 1992, p. 6. Illustration n° 10.

5 7 Voir illustration n° 14.

5 8 Voir respectivement l’article signé AFP/AP/Reuter, « La Bosnie publie une liste des camps de détention installés par les Serbes », Le Monde, 7 août 1992, p. 3 ; et l’article non signé, « M. Fabius demande que “l’Europe intervienne pour arrêter les massacres” », Le Monde, 13 août 1992, p. 4.

5 9 Brève non signée, « Bosnie : la France hausse le ton », Libération, 17 décembre 1992, p. 44.

6 0 Nations unies, document S/26437 (version en langue française).

6 1 Reportage de Bertrand Poirot-Delpech, « “Ils veulent nous exterminer” », Le Monde, 27 août 1992, p. 5.

6 2 Article non signé, « Sarajevo appelle à l’intervention armée », Ouest-France, 24 juin 1992, p. 4.

6 3 Zlatko Dizdarevic, Journal de guerre. Chronique de Sarajevo assiégée, Paris, Spengler, 1993, 208 p., p. 150-151. Traduit du serbo-croate par Sasa Sirovec.

6 4 Nikola Kovac, « La raison du plus fort », Le Monde, 7 janvier 1994, p. 2.

6 5 Jacques Julliard, déclaration faite à Montparnasse le 21 novembre 1992 à l’issue de la manifestation silencieuse organisée par le Comité Vukovar-Sarajevo. Texte de la déclaration repris dans la revue Esprit, Paris, n° 188, janvier 1993, p. 138-139, ainsi que dans Véronique Nahoum-Grappe (dir.), Vukovar, Sarajevo… La guerre en ex-Yougoslavie, Paris, Éditions Esprit, 1993, 293 p., p. 262-264.

6 6 Manifeste Les Femmes contre la barbarie, publié dans l’hebdomadaire féminin Elle, 18 janvier 1993, p. 15, ainsi que dans Libération, 19 janvier 1993, p. 30.

6 7 Tract intitulé Manifestation pour faire cesser l’agression contre la Bosnie-Herzégovine, rédigé par la Coordination étudiante contre la purification ethnique, invitant à participer à la manifestation du 18 décembre 1993, place du Palais Royal à Paris. Appelaient également à manifester : Sarajevo, capitale culturelle de l’Europe, Ligue des Droits de l’Homme, LICRA, MRAP et SOS-Racisme.

6 8 Voir Alice Krieg (2000 a).

6 9 Voir Raul Hilberg ([1985] 1988, p. 833).

7 0 Voir Nicole Arnold, Françoise Dougnac et Maurice Tournier (1995, p. 240) ; Alain Brossat (1996, p. 119) ; Annette Wieviorka (1995 et 1997) ; Yves Ternon (1999).

7 1 Pour la France, voir Jean-Claude Farcy (1995). Pour la Grande-Bretagne, voir David Cesarini (1997).

7 2 Sur la notion de « déjà-dit » voir ici p. 358 et p. 375-376.

7 3 Victor Klemperer ([1947] 1996, p. 64). En 1933, les « Konzentrationslagern »en question étaient destinés aux opposants politiques et aux personnes jugées asociales (vagabonds, homosexuels…).

7 4 David Rousset, L’Univers concentrationnaire, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », [1946] 1998, 190 p.

7 5 Encadré non signé, « The story of the camps », The Guardian, 18 janvier 1994, cahier Media, p. 17. (Nous traduisons.)

7 6 Ed Vulliamy, Seasons in Hell. Understanding Bosnia’s War, Londres, Simon & Schuster Ltd., 1994, 370 p., p. XII. (Nous traduisons.)

7 7 Ce n’est pas tant l’hypothèse de la compositionnalité du sens que nous visons ici (bien que nous la visions en tout état de cause), que l’idée selon laquelle du sens pourrait se faire indépendamment de la mémoire des usages dont les mots sont lestés, ou encore « habités » ou « habillés » dirait Bakhtine. Voir en particulier Mikhaïl Bakhtine, « Du discours romanesque », dans Mikhaïl Bakhtine ([1975] 1978, p. 83-233).

7 8 Titre d’une chronique de Jacques Julliard, Le Nouvel Observateur, 6 août 1992, p. 35.

7 9 Titre d’une tribune de Pascal Bruckner, Le Figaro, 10 août 1992, p. 11.

8 0 Titre d’un éditorial de Jean-Michel Helvig, Libération, 12 août 1992, p. 2.

8 1 Titre d’une interview de Jacques Chirac par Thierry Desjardins et Jean-Philippe Moinet, Le Figaro, 14 août 1992, p. 1 et 5. Rappelons qu’à l’époque Jacques Chirac n’était pas encore président de la République, mais « simplement » maire de Paris et président du RPR, et que le gouvernement était un gouvernement socialiste (Pierre Bérégovoy). Les propositions de la droite, qui est dans l’opposition pour tout ce qui relève de la politique étrangère, ne l’obligent donc en rien à agir, ce qui rend d’autant plus facile pour elle, dans notre hypothèse, l’emploi de l’expression « camp de concentration ».

8 2 Interview de François Mitterrand par Joël Aubert, « “Pas d’intervention isolée” », Sud-Ouest, 13 août 1992, p. 3. Vœux du président de la République prononcés le 31 décembre 1992 et publiés par Le Monde, 2 janvier 1993, p. 6.

8 3 Il est vrai que l’expression « camps de concentration » n’est utilisée dans aucune résolution du Conseil de sécurité des Nations unies. Mais nous avons vu qu’elle était utilisée par le Président du Conseil de sécurité dans une déclaration de septembre 1993.

8 4 Les différentes lettres adressées par Roy Gutman à l’Élysée et les réponses qui lui ont été données sont reprises dans Roy Gutman, Bosnie : témoin du génocide, op. cit., p. 273-279. Traduit de l’américain par Michel Valois.

8 5 Marc Kravetz, « L’aveuglante réalité », Libération, 5 août 1992, p. 3.

8 6 Thierry Desjardins, « Funambulisme », Le Figaro, 17 août 1992, p. 1.

8 7 Article signé D. L., « La nature des camps », Le Parisien, 8-9 août 1992, p. 2.

8 8 Encadré non signé, « “Concentration” et “extermination” », Le Monde, 13 août 1992, p. 4.

8 9 François Bédarida, Le Nazisme et le génocide ; histoire et enjeux, brochure éditée par Nathan, 1989. Les définitions données dans cette brochure sont reprises dans François Bédarida, Le Génocide et le nazisme, Paris, Presses Pocket, 1992, 254 p., p. 51-54.

9 0 À savoir : « death camps », « concentration camps », « internment camps » et « detention camps ». Voir J.F.O. Mc Allister, « Atrocity and Outrage », Time Magazine (New York), 17 août 1992, p. 21-24.

9 1 Claire Tréan, « Les Occidentaux refusent d’intervenir en Bosnie », Le Monde, 5 août 1992, p. 1 et 5.

9 2 José Fort, « Plans secrets français ? », L’Humanité, 5 août 1992, p. 7.

9 3 Florence Hartmann, « La politique de l’autruche des grandes puissances face aux exactions en Bosnie », Le Monde, 1er octobre 1994, p. 7.

9 4 Daniel Schiffer, Requiem pour l’Europe. Zagreb. Belgrade. Sarajevo, Lausanne, L’Âge d’homme, 1993, 157 p., p. 13.

9 5 Général Schmitt, « Les risques d’une intervention armée », Le Figaro, 19 août 1992, p. 4.

9 6 Dans le vocabulaire des maquettistes et des journalistes, streamer (dit parfois « bandeau ») désigne un titre inscrit en page de couverture et qui renvoie à une information en pages intérieures. Le streamer est souvent placé au-dessus de la manchette, mais il peut aussi barrer en diagonale un coin de la couverture ou être placé en rez-de-chaussée.

9 7 Charlie Hebdo, 12 août 1992, p. 1. Il s’agit là d’une allusion au fait que les responsables nazis du camp d’Auschwitz y avaient monté un orchestre, composé de juifs musiciens de profession qui n’avaient pas été sélectionnés pour les chambres à gaz. Voir Léon Poliakov (1951, p. 251) et Raul Hilberg ([1985] 1988, p. 789).

9 8 Jean-François Mattei, « Ex-Yougoslavie, Munich “bis repetita” », La Croix, 28 janvier 1993, p. 26.

9 9 D’après Jean-Yves Camus (1996, p. 118).

1 00 Alain Sanders, « “Nous ne voulons pas une paix des cimetières” », Présent, 14 août 1992, p. 1 et 4. Voir aussi, dans le même sens, la lettre d’un lecteur de La Baule titrée Sémantique, rubrique « C’est vous qui le dites » (courrier des lecteurs), dans Minute – La France, 2 septembre 1992, p. 48.

1 01 Roland Boucher, « Non à l’Europe des bavards », National Hebdo, 13 août 1992, p. 2.

1 02 Patrice de Beer, « Égaux dans le malheur », Le Monde, 15 août 1994, supplément Radio-Télévision, p. 21.

1 03 Bertrand Poirot-Delpech, « La fin des excuses », Le Monde, 1er septembre 1992, p. 4.

1 04 Bertrand Poirot-Delpech, « Voir n’est pas savoir », Le Monde, 25 novembre 1992, p. 6.

1 05 Alain Finkielkraut, « “Si c’est un homme…” », Le Monde, 15 septembre 1992, p. 13.

1 06 Alain Finkielkraut, « L’injonction de Buchenwald », Le Monde, 15 décembre 1993, p. 2.

1 07 Pascal Bruckner, « L’Europe de l’obscénité », Le Monde, 22 octobre 1992, p. 2.

1 08 Daniel Rondeau, « De nouveau l’impensable », Le Monde des débats, décembre 1992, p. 24.

1 09 Interview de Jacques Rupnik par Christophe Urbanowicz, « “Ce sera bientôt le tour du Kosovo puis du Sandjak et de la Macédoine” », Le Quotidien de Paris, 7 août 1992, p. 11.

1 10 Interview de Jean Kahn par Didier François, « Jean Kahn : “Le droit d’ingérence doit être total” », Libération, 7 août 1992, p. 4.

1 11 Interview de Georges Kiejman par Renaud Girard, « “La France n’est ni aveugle ni indifférente” », Le Figaro, 7 août 1992, p. 3.

1 12 France-Soir, 17 août 1992, p. 5 ; Le Quotidien de Paris, 17 août 1992, p. 13 ; Le Monde, 18 août 1992, p. 3 ; La Croix, 18 août 1992, p. 2-3.

1 13 Simone Veil citée par Bertrand Poirot-Delpech, « “Ils veulent nous exterminer” », Le Monde, 27 août 1992, p. 5.

1 14 Voir les déclarations de Simone Veil dans différents journaux : Philippe Gélie, « “Le viol, arme de guerre” », Le Figaro, 9-10 janvier 1993, p. 3 ; encadré non signé, « Il ne faut pas en rajouter », L’Humanité, 13 janvier 1993, p. 3 ; interview de Simone Veil par Caroline Laurent, « “Ce n’est pas du tout une extermination ethnique” », VSD, 14 janvier 1993, p. 61.

1 15 Article non signé, « Au Parlement européen M. Delors dénonce “la stratégie subtile et meurtrière” des Serbes », Le Monde, 12 août 1992, p. 3.

1 16 Interview de Jean Kahn par Henri Tincq, « Un entretien avec M. Jean Kahn », Le Monde, 29 septembre 1992, p. 22.

1 17 Daniel Rondeau, « La France, la Bosnie et le Liban », Le Monde, 22 août 1992, p. 5. Daniel Rondeau se réfère sans doute à l’interview de Simone Veil publiée dans Le Figaro du 18 août 1992, p. 6.

1 18 Sur ce mot d’ordre, voir p. 142-146.

1 19 Voir p. 146-151.

1 20 Voir p. 83-91.

1 21 François-Régis Hutin, « Arrêter les nouveaux Hitler », Ouest-France, 14-15-16 août 1992, p. 1 et 4.

1 22 Interview d’Alain Joxe par Jean-Marie Colombani, « Un entretien avec M. Alain Joxe », Le Monde, 22 décembre 1992, p. 2.

1 23 Albert Mallet, « Du ghetto de Varsovie au ghetto de Sarajevo », Le Figaro, 4 janvier 1993, p. 2.

1 24 Louise Lambert, « Quand la littérature veut faire l’histoire », La Croix, 21-22 mars 1993, p. 20.

1 25 Pascal Bruckner, « Il faudra bien intervenir », Le Figaro, 10 août 1992, p. 11.

1 26 Pancho, Le Monde, 9 décembre 1992, p. 1.

1 27 Plantu, Le Monde, 6 janvier 1993, p. 1.

1 28 Gregory Peroche, Histoire de la Croatie et des nations slaves du Sud, 395-1992, Paris, F.-X. de Guibert, 1992, 560 p., p. 409.

1 29 Nikola Kovac, Bosnie : le prix de la paix, Paris, Éditions Michalon, coll. « Idées et Controverses », 1995, 170 p., p. 72.

1 30 Dans son allocution du 14 juillet 1992, François Mitterrand déclare : « En 1940, il y a eu un État français, c’était le régime de Vichy, ce n’était pas la République. Alors ne demandons pas des comptes à la République !… Ne lui demandez pas de comptes, à cette République ! Elle a fait ce qu’elle devait. » Pour avoir tenu ces propos, le président se fait huer trois jours plus tard par le public lorsqu’il veut prononcer son discours commémorant la rafle du Vel’ d’Hiv. Intervenant à son tour, Robert Badinter prend sur le ton de l’emportement la défense de Mitterrand. Le caractère polémique de cette commémoration est exaspéré par la « découverte » du fait que, chaque année, François Mitterrand faisait fleurir la tombe du maréchal Pétain à l’île d’Yeu.

1 31 Le Point, 1er août 1992, p. 1. Dossier en pages intérieures, p. 18-23.

1 32 Lettre d’une lectrice des Bouches-du-Rhône publiée sous le titre commun à plusieurs lettres « Ex-Yougoslavie », La Croix, 2 avril 1994, p. 23 (rubrique « Courrier »).

Remarque : Dans le présent ouvrage, le nom des lecteurs signataires d’une lettre publiée par un journal n’est pas mentionné, sauf quand le lecteur signe en tant que représentant d’une institution ou quand il revendique sa fonction dans sa signature. Nous avons en effet pensé que le citoyen ordinaire parlant en son nom seul dans une lettre adressée à un journal avait droit à l’anonymat quand son texte est exposé et commenté plusieurs années après sa rédaction. Il s’agit là d’une sorte de « droit au regret d’avoir parlé ainsi » que nous avons voulu donner aux personnes. On trouvera donc simplement des mentions du type « lettre d’un lecteur d’Ille-et-Vilaine » ou « lettre d’une lectrice des Bouches-du-Rhône ».

1 33 Lettre ouverte à Bill Clinton, François Mitterrand et John Major, signée de l’abbé Pierre, Françoise Giroud, Jacques Julliard, Jean Lacouture, Bernard-Henri Lévy, Edgar Morin, Jean d’Ormesson, Michel Piccoli, Jean-François Revel et Léon Schwartzenberg ; publiée sous forme de publicité payante dans Le Monde, 21 avril 1994, p. 5.

1 34 Benoît Grevisse et Denis Ruellan (1995, p. 96).

1 35 Idem.

1 36 Selon l’estimation retenue par Joseph Krulic (1993, p. 37).

1 37 Voir par exemple, outre les interventions de Simone Veil signalées ici, Max Gallo, « La capitulation de la raison », Le Monde, 15 janvier 1993, p. 2 ; Catherine Lutard, « Expliquer la tragédie yougoslave. La genèse des nouveaux nationalismes », Études (Assas-Éditions, Paris), t. 378, n° 4, avril 1993, p. 437-447.

1 38 L’Humanité, 30 juillet 1947. Cité par Jacques Dalloz (1993, p. 33).

1 39 Albert Ollivier, « La corde raide », Combat de la résistance à la révolution, n° 857, 9 avril 1947, p. 1.

1 40 « L’inquiétant “Black Führer” américain », France-Soir, 17 octobre 1995, p. 1, titre de Une.

1 41 Voir p. 371-376.

1 42 François-Régis Hutin, « Menace pour la paix », Ouest-France, 29 mai 1992, p. 1 et 4.

1 43 Texte d’accroche non signé, Libération, 29 juillet 1992, p. 2.

1 44 Éditorial non signé, « “Purification ethnique” », Le Monde, 7 août 1992, p. 1.

1 45 Voir ici p. 35.

1 46 Voir par exemple Jean-François Bouthors, « Le document qui accuse les Serbes », La Croix, 6 août 1992, p. 7 et Bertrand Poirot-Delpech, « Vite, avant les crissements ouatés ! », Le Monde, 9 septembre 1992, p. 4.

1 47 Roy Gutman, « Bosnia Rape Horror », New York Newsday, 9 août 1992 et « The Rapes of Bosnia », New York Newsday, 23 août 1992. Repris dans Roy Gutman, A Witness to Genocide, op. cit., respectivement p. 64-67 et p. 68-73. Pour la traduction française, repris sous les titres « L’horreur des viols en Bosnie » et « Les viols en Bosnie » dans Roy Gutman, Bosnie : témoin du génocide, op. cit., respectivement p. 138-141 et p. 142-147.

1 48 Par exemple le rapport de l’organisation féministe croate Tresnjevska, rendu public le 28 septembre 1992, ou le document Guerre, ethnicité et viol ; le cas des femmes réfugiées de Bosnie de l’universitaire croate Jadranka Cacic-Kumpes, datant de novembre 1992. Ces deux documents sont repris dans Le Livre noir de l’ex-Yougoslavie. Purification ethnique et crimes de guerre (1993, respectivement p. 421-436 et p. 437-444).

1 49 Véronique Soulé et Marc Semo, « Le viol, arme de guerre des Serbes dans la guerre civile », Libération, 2 novembre 1992, p. 14-15.

1 50 Voir la synthèse d’Érik Neveu (1999). Celui-ci rappelle qu’un « problème public », ou « social problem », est, pour faire court, la « transformation d’un fait quelconque en enjeu de débat public et / ou d’intervention étatique » (Érik Neveu, 1999, p. 42).

1 51 Parlement européen, « Résolution sur les viols des femmes dans l’ex-Yougoslavie », 17 décembre 1992 (version en langue française).

1 52 Nations unies, Conseil de sécurité, résolution 798, 18 décembre 1992 (version française). On pourra trouver le texte de cette résolution dans : Résolutions et décisions du Conseil de sécurité 1992, Nations unies, New York, 1993, document S/INF/48, p. 34.

1 53 Les extraits qui suivent sont tirés du Rapport de la mission d’observation de la Communauté européenne sur le traitement des femmes musulmanes dans l’ex-Yougoslavie, janvier 1993. Ce rapport, parfois appelé « Rapport Warburton », est repris dans Le Livre noir de l’ex-Yougoslavie. Purification ethnique et crimes de guerre (1993, p. 457-462).

1 54 Titre d’une interview de Geneviève Jacques par Antoine Fouchet, La Croix, 23 décembre 1992, p. 20.

1 55 Surtitre et titre d’un article de Florence Assouline, L’Événement du jeudi, 24 décembre 1992, p. 21-22.

1 56 Titre d’un article de Jean-Michel Dumay, Le Monde, 5 janvier 1993, p. 4. Le même titre est donné à un éditorial de Joseph Limagne dans Ouest-France, 9-10 janvier 1993, p. 1.

1 57 Titre d’un article de Pierre Hazan, Libération, 8 janvier 1993, p. 16-17.

1 58 Surtitre et titre d’un article de René Backmann, Le Nouvel Observateur, 14 janvier 1993, p. 46-47. Cette semaine-là, la couverture du Nouvel Observateur porte le titre « Bosnie : la stratégie du viol ».

1 59 Titre d’un article de François Bellec, Témoignage chrétien, 16 janvier 1993, p. 8-9.

1 60 Voir Isabelle Vichniac, « Plusieurs organismes de l’ONU réunis à Genève étudient des projets d’assistance aux femmes violées », Le Monde, 13 janvier 1993, p. 28.

1 61 Voir Jean-Michel Dumay, « L’arme du viol », Le Monde, 5 janvier 1993, p. 4.

1 62 Légende de photo, Paris-Match, 14 janvier 1993, p. 32.

1 63 Florence Assouline, « La stratégie du viol », L’Événement du jeudi, 24 décembre 1992, p. 21-22.

1 64 Michel Kubler, « La Croatie, refuge des sinistrés », La Croix, 1er-2 janvier 1993, p. 2-3.

1 65 Interview de Ratko Mladic par Renate Flottau, « “Märchen der Vergewaltigung” » (Fables au sujet des viols), Der Spiegel, 15 février 1993, p. 154. (Nous traduisons.)

1 66 Henri Guirchoun, « Ratko Mladic, portrait d’un barbare », Le Nouvel Observateur, 27 juillet 1995, p. 32-33.

1 67 « Pour les Serbes. Entretien avec Vladimir Dimitrijevic », Krisis, Paris, n° 13-14, avril 1993, p. 155-170, p. 164.

1 68 Voir en particulier Patrice Piquard, « Ex-Yougoslavie : vérités et mensonges au-dessus d’un champ de mines », L’Événement du jeudi, 4 mars 1993, p. 115-125.

1 69 Jacques Merlino, « Viols : des chiffres en question », Le Point, 13 mars 1993, p. 73.

1 70 Jean-Marc Gonin, « Un pur militant », L’Express, 12 mai 1994, p. 125, et Yves Cuau, « Cacophonies parisiennes », L’Express, 26 mai 1994, p. 43.

1 71 Michel Colomès, « L’horreur manipulée », Le Point, 13 mars 1993, p. 72.

1 72 Véronique SOULÉ, « Le silence est retombé sur les femmes violées », Libération, 27 juillet 1993, p. 14.

1 73 Grotius, Le Droit de la guerre et de la paix, Bâle, 1746 (1re éd. en latin 1625). Cité par Georges Vigarello (1998, p. 22).

1 74 Voir Raphaëlle Branche (2001, p. 290-299, « La conquête au cœur : le viol des femmes »).

1 75 Voir Susan Brownmiller ([1975] 1976, p. 98-107).

1 76 Idem (p. 107-138).

1 77 « L’enfant du barbare doit-il naître ? », Le Journal, 17 décembre 1914, p. 1. Cité par Stéphane Audoin-Rouzeau (1995, p. 207).

1 78 Rodolphe Archibald Reiss, Royaume de Serbie. Rapport sur les atrocités commises par les troupes austro-hongroises pendant la première invasion de la Serbie, présenté au gouvernement serbe par le Dr. R. A. Reiss, Paris, Grasset, [1916] 1919, 168 p., p. 36. Cité par Stéphane Audoin-Rouzeau (1995, p. 38).

1 79 Rodolphe Archibald Reiss, op. cit., p. 128. Cité par Stéphane Audoin-Rouzeau (1995, p. 38).

1 80 Sur le viol de guerre on peut signaler, outre le travail de Stéphane Audoin-Rouzeau : Susan Brownmiller ([1975] 1976, voir en particulier le chapitre « La guerre », p. 43-139) ; Sylvana Tomaselli et Roy Porter (dir.) (1996, voir en particulier la contribution de Roy Porter, « Rape. Does it Have a Historical Meaning ? », p. 216-236). Sur l’histoire du viol en général (essentiellement en France), voir Georges Vigarello (1998).

1 81 Brève non signée, « Une aide pour les victimes », Libération, 18 décembre 1992, p. 19.

1 82 Joseph Limagne, « L’arme du viol », Ouest-France, 9-10 janvier 1993, p. 1.

1 83 Article non signé, « Au chevet de la Bosnie », Paris-Match, 14 janvier 1993, p. 32-37.

1 84 Voir, par exemple, Charb, Charlie Hebdo, 27 janvier 1993, p. 10 (illustration n° 19) ; Willem, Charlie Hebdo, 23 février 1994, p. 13 (illustration n° 23) ; Willem, Charlie Hebdo, 10 août 1994, p. 13 (illustration n° 28).

1 85 Citée par Jean Quatremer, « Simone Veil quitte la mission sur les viols », Libération, 21 janvier 1993, p. 4.

1 86 Voir le dessin de Bap paru dans L’Yonne Républicaine, 19 mai 1994, p. 1 (illustration n° 27).

1 87 Jean d’Ormesson, « L’année de tous les doutes », Le Figaro, 29 décembre 1992, p. 5.

1 88 Interview d’Alain Joxe par Jean-Marie Colombani, « Un entretien avec M. Alain Joxe », Le Monde, 22 décembre 1992, p. 2.

1 89 Isabelle Lasserre, « Le drame et la honte des musulmanes », Sud-Ouest, 31 décembre 1992, p. 2.

1 90 Geneviève Jacques, « L’humiliation programmée », Le Monde, 2 janvier 1993, p. 2 (rubrique « Au courrier du Monde »). Voir également, dans le même sens, l’interview de Geneviève Jacques par Antoine Fouchet, « “Le viol, crime contre l’humanité” », La Croix, 23 décembre 1992, p. 20.

1 91 René Backmann, « La vie brisée des femmes bosniaques », Le Nouvel Observateur, 14 janvier 1993, p. 46-47.

1 92 Parlement européen, « Résolution sur les viols des femmes dans l’ex-Yougoslavie », 17 décembre 1992 (version française).

1 93 Nina Glaser et Sandrine Fabbri, « Bosnie : il faut agir ! », Elle, 18 janvier 1993, p. 12-14.

1 94 François Bellec, « Viols : l’horreur planifiée », Témoignage chrétien, 16 janvier 1993, p. 8-9.

1 95 Propos d’une « grand-mère » rapporté par Jean-Arnault Derens, « Dans Sarajevo encerclé », L’Humanité, 20 août 1992, p. 9.

1 96 Propos d’un habitant de Sarajevo rapporté par Bertrand Poirot-Delpech, « Admiration », Le Monde, 30 juin 1993, p. 3.

1 97 Seule une petite voix discrète s’exprime pour dire le contraire : « le viol n’a pas pour but de produire un “pur Serbe”, mais bien au contraire un “bâtard” », écrit Xavier Bougarel dans une note de bas de page (Xavier Bougarel, « Voisinage et crime intime », Confluences Méditerranée, Paris, L’Harmattan, n° 13, hiver 1994-1995, p. 75-87, p. 84. Ce passage est repris à l’identique dans Xavier BOUGAREL, Bosnie, anatomie d’un conflit, Paris, La Découverte, coll. « Les dossiers de l’état du monde », 1996, 174 p., p. 95.)

1 98 Michel Kubler, « La Croatie, refuge des sinistrés », La Croix, 1er-2 janvier 1993, p. 2-3.

1 99 Interview de Joseph Rozier par Jean-Charles Duquesne, « Assise, contre l’intolérance », La Croix, 10-11 janvier 1993, p. 24.

2 00 Joseph Limagne, « L’arme du viol », Ouest-France, 9-10 janvier 1993, p. 1.

2 01 Aristote, Histoire des animaux. Sur ces débats, voir Pascal Duris et Gabriel Gohau (1997, en particulier le chapitre « De la conception à la naissance », p. 125-156).

2 02 Isabelle Legrand-Bodin, « Antoinette Fouque, combats de femme », La Croix, 9 mars 1993, p. 8.

2 03 Interview de Françoise Héritier-Augé par Laurent Greilsamer et Michel Kajman, « Un entretien avec Françoise Héritier-Augé », Le Monde, 6 avril 1993, p. 2.

2 04 Voir, sur le viol, de Véronique Nahoum-Grappe : « Le jeu des assassins », Le Monde, 13 janvier 1993, p. 2 ; « L’épuration ethnique : désastre et stupeur », Véronique Nahoum-Grappe (dir.), Vukovar, Sarajevo… La guerre en ex-Yougoslavie, Paris, Éditions Esprit, 1993, 293 p., p. 45-79 ; « De Timisoara à Sarajevo », Libération, 23 juin 1994, p. 5 ; « L’épuration ethnique comme programme », Esprit, Paris, n° 204, août-septembre 1994, p. 130-140 ; « Anthropologie de la cruauté. Quelques pistes au sujet de la guerre en ex-Yougoslavie », dans Marie Rose Moro et Serge Lebovici (dir.), Psychiatrie humanitaire en ex-Yougoslavie et en Arménie. Face au traumatisme, Paris, PUF, coll. « Monographies de la psychiatrie de l’enfant », 1995, 157 p., p. 23-50 ; « La haine ethnique et ses moyens : les viols systématiques », Confluences Méditerranée, Paris, L’Harmattan, n° 17, printemps 1996, p. 39-57 ; « Purifier le lien de filiation. Les viols systématiques en ex-Yougoslavie, 1991-1995 », Esprit, Paris, n° 227, décembre 1996, p. 150-163 ; « Guerre et différence des sexes : les viols systématiques (ex-Yougoslavie, 1991-1995) », dans Cécile Dauphin et Arlette Farge (dir.), De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque Histoire », 1997, 201 p., p. 159-184 ; « L’usage politique de la cruauté : l’épuration ethnique (ex-Yougoslavie, 1991-1995) », dans Séminaire de Françoise Héritier, De la violence, Paris, Odile Jacob, coll. « Opus », 1996, 400 p., p. 273-323.

2 05 Les citations qui suivent sont tirées de Véronique Nahoum-Grappe, « Le jeu des assassins », art. cit.

2 06 Véronique Nahoum-Grappe, « Guerre et différence des sexes… », art. cit., p. 177.

2 07 Charles Lambroschini, « Le syndrome de Munich », Le Figaro, 29 décembre 1992, p. 1.

2 08 Le Livre noir de l’ex-Yougoslavie. Purification ethnique et crimes de guerre, documents rassemblés par Le Nouvel Observateur et Reporters sans frontières, Paris, Arléa, 1993, 485 p., p. 420.

2 09 Les citations qui suivent sont tirées du livre d’Annie Le Brun, Les Assassins et leurs miroirs, Paris, Jean-Jacques Pauvert au Terrain Vague, 1993, 92 p., p. 36 et 37.

2 10 Cité par Afsané Bassir Pour, « Le président bosniaque a signé le plan de paix pour la Bosnie-Herzégovine », Le Monde, 27 mars 1993, p. 3.

2 11 La résolution 820, adoptée par le Conseil de sécurité le 17 avril, renforce les sanctions économiques à l’égard de la Serbie et du Monténégro.

2 12 Alexandre Boussageon, « Et maintenant Croates contre Musulmans », L’Événement du jeudi, 29 avril 1993, p. 35-36.

2 13 Nations unies, Conseil de sécurité, résolution 808, 22 février 1993 (version en langue française). On pourra trouver le texte de cette résolution dans : Résolutions et décisions du Conseil de sécurité 1993, Nations unies, New York, 1994, document S/INF/49, p. 28-29.

2 14 Rapporté notamment par Bernard Thomas, « La Yougoslavie ? Aux armes, citoyens : pour la détruire ! », Le Canard enchaîné, 10 mars 1993, p. 5.

2 15 Philippe Morillon, Croire et oser. Chronique de Sarajevo, Paris, Grasset, 1993, 215 p., p. 165.

2 16 Rapporté notamment par Xavier Gautier, « Le général Morillon n’a pu que constater la prise de Cerska », Le Figaro, 8 mars 1993, p. 2.

2 17 Sur les conditions complexes de l’initiative du général Morillon, voir Laura Silber et Allan Little ([1995] 1996, p. 265-275). On trouvera aussi un récit des événements dans le livre de Philippe Morillon, Croire et oser. Chronique de Sarajevo, op. cit., en particulier le chapitre « Srebrenica », p. 161-181.

2 18 Sur ce moment de la guerre, les enquêtes n’ont pas tardé à se constituer. On pourra lire : Laurence de Barros-Duchêne (1996) ; Jan Willem Honig et Norbert Both (1996) ; David W. Rohde ([1997] 1998) ; Yves Laplace (1998) ; Eric Stover et Gilles Peress (1998). On pourra aussi voir les documentaires audiovisuels : Ilan Ziv (1996) ; Leslie Woodhead (1999) ; Yves Billy et Gilles Hertzog (2000).

2 19 François-Régis Hutin, « Capitaine courageux », Ouest-France, 15 mars 1993, p. 1.

2 20 La chronique de Jacques Julliard, « Morillon le rebelle », Le Nouvel Observateur, 15 avril 1993, p. 39.

2 21 Idem, « Votez Morillon ! », Le Nouvel Observateur, 18 mars 1993, p. 41.

2 22 Interview en plateau de Pierre Bérégovoy, journal télévisé de 20 h, France 2, 14 mars 1993.

2 23 D’après « Les félicitations de M. Bérégovoy », Le Monde, 21-22 mars 1993, p. 3.

2 24 Idem.

2 25 Voir l’éditorial non signé, « L’obstination d’un général », Le Monde, 21-22 mars 1993, p. 1.

2 26 Voir la lettre d’un lecteur d’Ille-et-Vilaine titrée « L’honneur d’un général », Ouest-France, 26 mars 1993, pagination variable selon les éditions locales (rubrique « Le courrier des lecteurs »).

2 27 Reportage non signé, « Morillon héros de Srebrenica », Paris-Match, 15 avril 1993, p. 68-73.

2 28 Luc Boltanski (1993, voir en particulier le chapitre « La topique de la dénonciation », p. 91-116).

2 29 Pancho, Le Monde, 17 avril 1993, p. 1 (voir illustration n° 21).

2 30 Lettre de Rony Brauman titrée « Un général au balcon », Le Monde, 3 avril 1993, p. 2 (rubrique « Au courrier du Monde »).

2 31 Alain Finkielkraut, « L’inavouable frontière », Le Monde, 18 mars 1993, p. 2.

2 32 Françoise Giroud, « Nous avons permis cela… », Le Nouvel Observateur, 22 avril 1993, p. 45.

2 33 Gilles Dauxerre, « Honte », L’Yonne Républicaine, 19 avril 1993, p. 1.

2 34 Reportage photo non signé, « Ils ont vécu l’agonie de Srebrenica », VSD, 22 avril 1993, p. 58-63.

2 35 France-Soir, 17 avril 1993, p. 1. Il s’agit de la photo sur laquelle un enfant du ghetto de Varsovie, portant une casquette, s’avance les mains en l’air.

2 36 Paul-Jean Franceschini, « La honte et la pitié », L’Express, 15 avril 1993, p. 107-108. Il ne semble pas excessivement fantaisiste de voir dans ce titre un défigement du titre du film de Marcel Ophuls, Le Chagrin et la pitié (1969), qui dresse la chronique de Clermont-Ferrand sous occupation allemande.

2 37 « Honte ! », France-Soir, 19 avril 1993, p. 1, titre principal de Une.

2 38 « Bosnie : les douze mois de la honte », Le Nouvel Observateur, 22 avril 1993, titre principal de couverture. En pages intérieures, un article de François Schlosser porte le même titre.

2 39 François-Régis Hutin, « Impuissance et hypocrisie », Ouest-France, 17-18 avril 1993, p. 1.

2 40 Expression de Bernard-Henri Lévy dans sa rubrique « Le bloc-notes de Bernard-Henri Lévy », Le Point, 23 avril 1994, p. XVI, cahier Loisirs.

2 41 Titre d’une tribune de Pascal Bruckner, André Glucksmann, Romain Goupil, Gilles Hertzog, Michel Laval, Bernard-Henri Lévy et Daniel Rondeau, publiée dans Libération, 28 novembre 1994, p. 4.

2 42 Dessin de Charb, Charlie Hebdo, 7 décembre 1994, p. 11 (voir illustration n° 29).

2 43 Dessin de Cardon, Le Canard enchaîné, 9 février 1994, p. 1 (voir l’illustration en couverture du présent ouvrage).

2 44 Voir, par exemple, France-Soir, 7 février 1994, p. 1, et L’Yonne Républicaine, 7 février 1994, p. 15.

2 45 Voir, L’Humanité, 17 février 1994, p. 10.

2 46 Voir, par exemple, La Croix, 15 février 1994, p. 7, et Le Parisien, 7 février 1994, p. 2-3.

2 47 Voir, par exemple, La Croix, 8 février 1994, p. 2, Paris-Match, 24 février 1994, p. 42, et Le Parisien, 11 février 1994, p. 8.

2 48 Voir, par exemple, L’Humanité, 10 février 1994, p. 2, L’Yonne Républicaine, 8 février 1994, p. 16, et Ouest-France, 9 février 1994, p. 4.

2 49 On retrouvera les déclarations de Radovan Karadzic dans : « Bosnie : accusations et démentis », article non signé paru dans L’Humanité, 10 février 1994, p. 24, et dans George J. Church, « This Time We Mean It », Time Magazine (New York), 21 février 1994, p. 28.

2 50 Voir l’article signé AFP, « Le CSA demande à TF1 de rectifier son information sur le massacre du marché de Sarajevo », Le Monde, 17 mars 1994, p. 3.

2 51 Article non signé, « Les Serbes et Moscou balaient les menaces », L’Yonne Républicaine, 11 février 1994, p. 22.

2 52 Christian Chardon, « “Plus l’ultimatum approche et plus j’ai peur” », Le Parisien, 19-20 février 1994, p. 3.

2 53 Voir en particulier : José Fort, « La tuerie du marché de Sarajevo, un prétexte ? », L’Humanité, 17 février 1994, p. 10 ; Bruno Peuchamiel, « Sur le marché de Sarajevo », L’Humanité, 13 mai 1994, p. 10.

2 54 Cette thèse est exprimée par le général Pierre-Marie Gallois dans une tribune publiée dans un quotidien belge (Pierre-Marie Gallois, « Un nouveau procédé : tirer sur les siens », La Libre Belgique, 21 février 1994, p. 2), par Pavle Ivic dans une brochure de propagande (Pavle Ivic, « David Owen : le général Rose menace Izetbegovic de faire des révélations », Serbie, Ministère de l’Information de la République de Serbie, Belgrade, n° 53, mars 1996, p. 27-29), par Nikola Trklja, journaliste de Politika à Belgrade (Nikola Trklja, « Le gouvernement musulman a fait bombarder Markale, et le monde les Serbes », Serbie, n° 57, juillet-août 1996, p. 47-48).

2 55 Cette thèse de l’obus du 27 mai 1992 attribué aux Musulmans bosniaques est soutenue par Daniel Schiffer, Journal de la honte. Réflexions sur la question yougoslave, Paris, Éditions de Luynes, 1994, 89 p., p. 59 ; Pierre-Marie Gallois, Le Soleil d’Allah aveugle l’Occident, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Objections », 1995, 78 p., p. 45 ; Patrick Besson, Coup de gueule contre les calomniateurs de la Serbie, Paris, Ramsay, 1995, 114 p., p. 106 ; Vladimir Volkoff, « Bosnie : de quoi s’agit-il ? », Le Figaro Magazine, 1er avril 1995, p. 103 ; Pierre-Marie Gallois, Le Sang du pétrole. Bosnie. Essai de géopolitique, Lausanne, L’Âge d’homme, 1996, 429 p., p. 163.

2 56 Voir « Manipulation et information » et « Les faits et les mensonges », tous deux parus dans L’Humanité, 12 mars 1993, p. 12.

2 57 Voir la brève non signée et non titrée dans Le Figaro, 7 février 1994, p. 3.

2 58 Voir L’Humanité, 4 février 1994, p. 24 ; L’Humanité, 7 février 1994, p. 6 ; L’Humanité, 8 février 1994, p. 4 ; L’Humanité, 9 février 1994, p. 13.

2 59 Voir l’annonce publiée par Le Figaro, 17 février 1994, p. 5.

2 60 « Ex-Yougoslavie : les cris de la révolte », L’Express, 24 février 1994, p. 15.

2 61 Cette publicité a paru notamment dans L’Humanité, 15 février 1994, p. 14-15 ; Libération, 16 février 1994, p. 24-25 ; L’Événement du jeudi, 17 février 1994, p. 24-25.

2 62 Jean-Claude Raspiengeas, « L’image de trop », Télérama, 2 mars 1994, p. 60-64.

2 63 Article non signé, « La bombe qui a tout déclenché », Ouest-France, 21 février 1994, p. 2.

2 64 François Siégel, « Les jeux et la paix », VSD, 24 février 1994, p. 38.

2 65 Véronique Soulé, « Deux ans de guerre et d’atermoiements », Libération, 21 février 1994, p. 6.

2 66 Yves Cuau, « Les trois leçons d’un ultimatum », L’Express, 24 février 1994, p. 38-39.

2 67 Selon la formulation utilisée par l’éditorialiste Claude Imbert, « L’Europe joue gros à Sarajevo », Le Point, 19 février 1994, p. 5.

2 68 Dessin de Jacques Faizant, Le Figaro, 7 février 1994, p. 1.

2 69 Revue de presse commentée non signée, « L’OTAN de le dire et c’est comme si c’était fait », Le Canard enchaîné, 9 février 1994, p. 1.

2 70 Dessin de Plantu, Le Monde, 10 février 1994, p. 1 (voir illustration n° 22).

2 71 Dessin de Plantu, Le Monde, 6-7 mars 1994, p. 1 (voir illustration n° 26).

2 72 Article non signé, « Confusion et panique à Gorazde », Ouest-France, 18 avril 1994, p. 3.

2 73 Jean Chatain, « Les chars serbes entrent dans Gorazde », L’Humanité, 18 avril 1994, p. 10-11.

2 74 Article non signé, « Gorazde sous la domination des Serbes bosniaques », L’Yonne Républicaine, 19 avril 1994, p. 15.

2 75 Arnaud Spire, « Stop ! », L’Humanité, 19 avril 1994, p. 3.

2 76 Article non signé, « Gorazde : le chaos et la confusion », Le Quotidien de Paris, 18 avril 1994, p. 2.

2 77 Xavier Gautier, « Gorazde en partie sous contrôle serbe », Le Figaro, 16-17 avril 1994, p. 2.

2 78 Voir par exemple l’article non signé : « À Gorazde, les Serbes tirent même sur l’hôpital », Le Parisien, 21 avril 1994, p. 11.

2 79 Ariane Quentier, « Questions sur une évacuation », Le Parisien, 27 avril 1994, p. 8.

2 80 Claude Vernier-Palliez, « Gorazde, c’était l’hôpital… », Paris-Match, 12 mai 1994, p. 56-59.

2 81 Marc Semo, « Le bilan controversé des victimes de Gorazde », Libération, 27 avril 1994, p. 2.

2 82 « Le bloc notes de la semaine » de Max Clos, Le Figaro, 29 avril 1994, p. 2. Les citations qui suivent sont extraites de ce même article.

2 83 Jacques Duquesne, « La vérité à Gorazde », La Croix, 3 mai 1994, p. 24. Les citations qui suivent sont extraites de cet article.

2 84 Nicolas Poincaré interviewé sous le titre « Nicolas Poincaré : journaliste reporter avant tout », La Veille, bulletin de la Communauté chrétienne des étudiants en journalisme, Paris, n° 4, janvier 1998, non paginé. Nicolas Poincaré déclare que le génocide au Rwanda « est un événement monstrueux que l’on [les journalistes] a complètement raté ». Le ratage en question, estime ce grand reporter de France Inter, est notamment « lié à un enchaînement de “faux événements” qui ont détourné notre attention, comme la mort de Senna ou les fausses victimes de Gorazde, que j’ai dû couvrir ».

2 85 Les Jeux olympiques de 1984 avaient déjà été l’occasion de la formation d’un discours sur Sarajevo, une ville dont un journaliste signalait à l’époque qu’elle était « un carrefour entre l’Orient et l’Occident, entre la tradition et le modernisme. Un mélange inextricable de langues, de religions, d’ethnies, de sectes, de dialectes, dont l’unité tient du miracle… » (Bernard Lecomte, « Une mosaïque multinationale », La Croix, 5-6 février 1984, p. 3.)

2 86 Titre d’un livre de Philippe Masson, Paris, Éditions du Rocher, coll. « L’art de la guerre », 1996, 382 p.

2 87 Titre d’un livre dirigé par Émile Malet, Paris, Hachette, coll. « Littératures », 1993, 487 p.

2 88 Titre d’un livre de Pierre Piérart et Wies Jespers, Bruxelles, Éditions EPO, 1995, 221 p.

2 89 Titre d’un livre d’André Fontaine, Paris, Fayard, 1995, 600 p.

2 90 Titre de « La chronique du temps qui passe » de Jean d’Ormesson, Le Figaro Magazine, 30 avril 1993, p. 31.

2 91 Titre d’une tribune de Pierre Hassner, Libération, 27 mai 1992, p. 5, et titre d’une tribune de Jean-Pierre Chevènement, Libération, 2 septembre 1992, p. 9.

2 92 François Schlosser, « Stratégie pour un génocide », dans le supplément au Nouvel Observateur du 24 décembre 1992 intitulé « Pour que personne ne puisse dire “Sarajevo ? je ne savais pas…” », p. 12-13.

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search