Version classiqueVersion mobile

« Purification ethnique »

 | 
Alice Krieg-Planque

Première partie. La formule et ses contextes : les discours sur la guerre yougoslave

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Cette recherche analyse le parcours chaotique d’une formule qui a pris corps à la fois dans la guerre yougoslave et dans les discours sur cette guerre. Ces discours sur la guerre en ex-Yougoslavie comprennent la formule « purification ethnique ». Ils comportent aussi un ensemble constitué de récits d’événements, de prises de positions, de controverses, et d’expressions de certaines impatiences, hontes, exigences, amertumes et espoirs. Cet ensemble discursif détermine partiellement le mode d’emploi de la formule « purification ethnique ». Inversement, les usages de la formule orientent pour une part les discours qui font le récit de la guerre.

  • 1 Michel de Certeau ([1970] 1990, p. 15). Souligné par de Certeau.

2Dans cette première partie de l’ouvrage, nous proposons de rapporter notre version de cet ensemble discursif qu’est le récit de la guerre yougoslave. « Notre version », c’est-à-dire la version qui nous semble pertinente pour la lecture du trajet de la formule. « En se donnant des sources ou des critères d’information et d’interprétation, elle [une recherche historique] définit à l’avance ce qu’il faut lire dans un passé. De ce point de vue, l’histoire bouge avec l’historien. Elle suit le cours du temps. Elle n’est jamais sûre » écrit Michel de Certeau1. Une histoire des discours est, comme toute recherche historique, le résultat de choix réfléchis, mais aussi de bonnes et de mauvaises rencontres faites de manière plus ou moins accidentelle. Nous l’assumons, et pas même à regret, mais au contraire en le revendiquant, avec cette idée qu’une recherche en sciences humaines (et sans aucun doute au-delà) ne peut être que singulière, propre au chercheur, parce qu’elle est réellement une « intelligence de la chose », une façon d’appréhender, un mode de compréhension qui se construit dans l’avancée d’une trajectoire irremplaçable.

  • 2 Comme dans d’autres développements au cours desquels nous parlons de « description » et de « descri (...)

3Le récit de la guerre yougoslave dont nous cherchons à rendre compte peut être saisi de deux façons, ou gravi par deux versants, inséparables, par lesquels nous passerons successivement pour finalement surplomber le territoire sur lequel la formule se meut – et réciproquement sur lequel elle agit. Le premier versant est celui du récit des événements, auquel le premier chapitre de cette partie est consacré (« Des événements et des périodes : le substrat événementiel de la formule »). Le second versant (chapitre « Des lieux discursifs : la trame lexico-discursive du récit de la formule ») est celui des lieux discursifs, qui constituent l’horizon actif sur lequel se déplace la formule – qui, à son tour, est déterminante pour la façon dont ces lieux sont visités. Le récit de la guerre yougoslave, en effet, n’est pas seulement le récit d’un certain nombre d’événements appréhendés sous certaines descriptions2, mais aussi un récit qui met à l’ordre du jour des débats portant sur des textes, des mots d’ordres, et des désignants – tous subsumés par nous dans la catégorie appelée « lieux discursifs ». Le troisième chapitre, plus bref, forme une charnière entre la première partie et la seconde.

4Pour éviter les malentendus, précisons qu’il ne s’agit pas pour nous de dresser une chronologie des événements médiatisés, encore moins d’établir un compte rendu systématique des faits mondains – en ce sens qu’« il n’est pas question d’interpréter le discours pour faire à travers lui une histoire du référent », pour reprendre les termes de Michel Foucault (1969, p. 64) –, mais bien de dessiner le contexte discursif agissant de la formule « purification ethnique », prise comme objet qui se forme et se transforme dans un univers discursif.

Notes

1 Michel de Certeau ([1970] 1990, p. 15). Souligné par de Certeau.

2 Comme dans d’autres développements au cours desquels nous parlons de « description » et de « descripteur », nous nous référons à Louis Quéré (1994), pour qui un événement n’existe que s’il est « individualisé » (on pourrait dire « identifié ») « sous une description », c’est-à-dire s’il lui est affecté une dénomination qui rattache cet événement à une catégorie d’événements « d’une certaine sorte ». La description sous laquelle l’événement est saisi – autrement dit la dénomination qu’il reçoit – donne à l’événement sa « naturalité » (son caractère d’évidence) et induit des représentations de nature stéréotypique. Dans un texte ultérieur qu’il présente avec Érik Neveu, Louis Quéré insiste sur le fait que la description sous laquelle l’événement est saisi détermine son analysabilité : « Dès lors qu’un événement a été identifié sous une description (un attentat politique, une grève, une émeute, un krach boursier, etc.), son explication et son interprétation sont orientées et délimitées par la teneur sémantique des termes utilisés par cette description. » (Érik Neveu et Louis Quéré, 1996, p. 15) Ajoutons à cela qu’il existe une performativité de l’identification de l’événement sous une description (voir ici en note p. 415).

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search