Version classiqueVersion mobile

Le mythe gastronomique français

 | 
Alain Drouard

Le mythe en question

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La fin de la cuisine bourgeoise

L’Après-guerre

Après 1945, la grande cuisine bourgeoise et la cuisine bourgeoise, qui avaient nourri tout au long du XIXe siècle le mythe gastronomique, ont connu un retour en grâce qui a duré environ une dizaine d’années.

Après les restrictions et les pénuries de la guerre les Français aspiraient à une cuisine riche et généreuse. Avec ses sauces et ses plats mijotés, la cuisine bourgeoise répondait à leurs attentes. Elle a donc été célébrée aussi bien dans les restaurants étoilés que dans les familles.

Alexandre Dumaine et Fernand Point, pour ne prendre que deux exemples de restaurants trois étoiles, servaient de la cuisine bourgeoise qui était comparable à celle que réalisaient à la même époque les chefs de maison bourgeoise. Le restaurateur Jean Ducloux, qui a travaillé chez Dumaine juste avant la Seconde Guerre mondiale, rappelle que la carte était courte et qu’il existait encore une table d’hôte. Le menu à 30 francs ? Hors d’œuvre variés, beurre ; tr...

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search