Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de la décolonisation de l’empire colonial français, 1936-1956

 | 
Charles-Robert Ageron

Cinquième partie. Les prodromes de la décolonisation en Afrique noire

Discussion

Les prodromes de la décolonisation en Afrique noire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Kenneth Robinson :

J’étais fonctionnaire au Colonial Office. J’étais un apprenti technicien de la décolonisation, entre 1936 et 1948. Après, je suis devenu professeur.

Le mot décolonisation n’est pas sans ambiguïté. Dans les années trente, le mot décolonisation n’était pas d’usage courant en anglais. Le fait n’était pas du tout dans nos esprits, du moins à cette époque.

Du point de vue culturel, nous avons abandonné la recherche d’un enseignement plus proche des Africains et des conditions africaines pour un autre beaucoup plus moderne, dans le but de former des collaborateurs utiles à l’œuvre colonisatrice. Nous étions donc proches du groupe des « Humanistes » : Delavignette, Deschamps, etc. Nous cherchions un colonialisme plus humain avec plus de self-government. Ce n’était pas un fait nouveau pour les Anglais. Cela existait dès le début des années trente. Il y eut par exemple les premières élections au suffrage universel au Sri-Lanka, pour instaurer un conseil législatif. Par contre...

© CNRS Éditions, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540