Version classiqueVersion mobile

Les chemins de la décolonisation de l’empire colonial français, 1936-1956

 | 
Charles-Robert Ageron

Cinquième partie. Les prodromes de la décolonisation en Afrique noire

Émeutes urbaines, grèves générales et décolonisation en Afrique française

Catherine Coquery-Vidrovitch

Texte intégral

  • 1 Rapport du gouverneur général de l’A.O.F. au sujet de la peste de 1914, cité par Iba der Thiam, L’ (...)

1Avant même l’éveil des forces politiques proprement dites, une forme caractéristique du malaise social fut celle du boycott, à mi-chemin entre la campagne et la ville, entre la grève et l’émeute. Les premières expressions s’en rencontrèrent très tôt dans les campagnes, ou bien chez les « ruraux de la ville » : l’un des tous premiers boycotts repéré fut celui – du 21 au 25 mai 1914 – des maraîchers, poissonniers et vendeurs Lébou (c’est-à-dire des principaux sinon des seuls fournisseurs du marché de Dakar) en réaction contre la menace que faisaient peser sur leurs terres les mesures draconiennes que le Conseil d’hygiène venait d’instituer pour lutter contre la peste ; il cessa seulement contre la promesse de prévoir « un type d’habitation bon marché et salutaire qui pourrait convenir aux noirs »1.

2Ce n’est pas un hasard si cette forme de résistance fut privilégiée dans les deux pays les plus adonnés à l’économie de traite : le Ghana (Gold Coast) et l’Ouganda : c’est que, plus qu’ailleurs, le seul contact direct des paysans avec le mode colonial y fut longtemps limité au commerce. En Afrique française, en revanche, cette forme d’action ne fut qu’occasionnelle, corollaire plutôt qu’élément moteur de l’action revendicative : c’était, en l’absence d’une organisation politique ou syndicale « de masse », l’occasion de faire l’union de toute une population par ailleurs disparate, où se côtoyaient employés de l’administration et du secteur privé, salariés ou chômeurs, masse confuse et « sous-prolétarisée » de paysans migrants d’urbanisation récente et souvent vécue comme temporaire, femmes enfin et peut-être surtout, aux prises avec l’angoisse de nourrir leur famille. Le réflexe xénophobe à fondement économique garantissait alors l’efficacité du procédé.

3Le boycott et, plus généralement, l’émeute est le révélateur d’un malaise social complexe ; c’est, précisément, l’occasion de cimenter entre eux des courants issus de réalités économiques et de groupes sociaux divers ; d’où le caractère le plus souvent spontané et éphémère de ce type d’action, qui surprend par son éclosion rapide, mais qui débouche rarement sur des structures durables.

I. L’ÉMEUTE URBAINE : LE CAS DE DOUALA (1945)

  • 2 Cf. J. Suret-Canale, Afrique noire, III. 1945-1960, Ed. Sociales, 1972, p. 14, 18 et 27. M. Echenb (...)
  • 3 R.A. Joseph, « Settlers, Strikers and “sans-travail” : the Douala Riots of September 1945 », Journ (...)

4En Afrique française, néanmoins, l’exemple le plus précoce et le plus significatif (à la lumière des événements ultérieurs) fut, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, les émeutes de Douala. Mais elles furent loin d’être les seules du genre. On peut en rapprocher, sous des formes différentes, celle de Kankan en Côte-d’Ivoire où, fin 1947, un « agitateur » populiste, Lamine-Kaba, tint la ville pendant deux jours ; ou bien encore le soulèvement de Thiaroye en décembre 19442. Mais ce que les événements de Douala font percevoir de façon particulièrement nette c’est, à la fois, la montée de forces sociales nouvelles, et le rôle de la ville comme lieu d’affrontement désormais privilégié3.

  • 4 P. Alexandre, « Problèmes de détribalisés urbains Douala », C.H.E.A.M., Paris, vol. 103, n°2, 441, (...)

5Trois éléments au moins étaient en présence : les syndicats et les « prénationalistes » autochtones – pour la plupart Douala depuis longtemps implantés sur place –, la masse inorganisée mais fragile et agitée des nouveaux immigrants, « détribalisés urbains »4 du secteur dit aujourd’hui « informel », et le clan encore solide mais menacé des colons, qui allait jouer le rôle de détonateur.

6La ville avait, en effet, grossi aussi rapidement pendant la guerre que depuis le quart de siècle précédent ; les Africains étaient passés de 25 000 à 40 000 citadins entre 1914 et 1939, mais étaient montés à 60 000 en 1945. Or, tandis que la population Douala originelle était demeurée remarquablement stable (20 000 en 1914, 23 000 en 1945), les immigrants, qui les égalaient en nombre à la veille de la guerre, constituaient désormais une majorité en plein essor, qui tripla avant 1956 (atteignant alors 60 000 à 70 000 habitants). Quant aux Européens, ils s’affirmèrent avec le développement du F.I.D.E.S. : 3 300 à la fin de la guerre (soit la moitié des Blancs du pays), ils montèrent à 5 800 dès 1948 et 17 000 en 1956.

7Chacun des groupes – autochtones, immigrants et Européens – occupait une place socio-économique distincte, lisible dans la configuration spatiale de la ville. Dès 1911, les Allemands avaient entrepris de procéder à l’expulsion du clan dirigeant Douala-Bell de ses plateaux bien situés Bali et Joss afin d’installer, à proximité du port, les quartiers européens. Bien que les Français eussent fini par rétrocéder Bali, les Douala mirent dès lors à profit leurs privilèges de premier occupant pour monnayer la cession de leurs terres : parmi eux se détacha progressivement une classe moyenne de propriétaires fonciers. Par ailleurs, bien insérés dans le système colonial en qualité de commis d’administration, de petits entrepreneurs ou d’employés du secteur privé, ils constituaient une « élite » susceptible de collaborer avec le pouvoir colonial.

8Au début de la guerre, pour répondre aux menaces allemandes, celui-ci suscita parmi eux un mouvement de soutien, la Jeunesse Camerounaise Française (Jeucafra) dont la direction fut confiée à un employé des Travaux publics, Paul Soppo Priso. Mais l’impulsion majeure fut donnée par le gouvernement de la France libre, qui élargit à l’ensemble des colonies la liberté syndicale accordée jusqu’alors à la seule A.O.F. On vit dès 1944 fleurir les syndicats dans le sud du pays : postiers, douaniers, agents de santé, cheminots, enseignants, influencés par un petit noyau de militants cégétistes ou communistes français, se rassemblèrent en 1945 au sein de l’Union des Syndicats Confédérés du Cameroun. Dans le même temps, la Jeucafra, au nom de l’assimilation à la culture et aux droits français sur le modèle des « communes sénégalaises », agit en fait comme un catalyseur de la prise de conscience nationale camerounaise : l’« élite Douala » apparaissait désormais comme le porte-parole de classes moyennes conscientes de leur force montante et prêtes à faire entendre leurs revendications à la fois syndicales et politiques.

9Quant aux immigrés récents, il s’agissait de gens de l’intérieur méprisés par les Douala qu’ils n’appréciaient guère non plus, et qui avaient mis à profit le statut longtemps juridiquement incertain des plateaux Bell pour se masser derrière le port, d’où le nom de « New Bell » donné au quartier. Il s’agissait d’une population flottante et démunie, dans un contexte d’instabilité de l’emploi, qui souffrait au lendemain de la guerre de la pénurie des produits de base (riz et poisson) et d’une hausse accélérée des prix qui fit tomber de moitié le pouvoir d’achat ; d’où un climat de malaise propice à tous les incidents.

10Le vendredi 21 septembre, les journaliers du chemin de fer – qui faisaient partie de ce « sous-prolétariat » – lancèrent un mot d’ordre de grève. Il s’agissait en fait d’une grève « sauvage » lancée par la base, exaspérée par l’aggravation de ses conditions de vie, et soutenue par le reste de la population misérable du quartier Bonaberi, coupé du reste de la ville par l’effondrement du pont qui gênait les activités marginales d’écoulement des bananes ou du manioc. Rumeurs et troubles montèrent durant tout le week-end, malgré l’effort de négociation des syndicalistes : le lundi la foule déferla de New Bell, armée de bâtons, prête à piller les symboles de la propriété. Elle trouva en face d’elle une bande organisée de quelque 200 Blancs – dont une action provocatrice n’est pas exclue – exaspérés de leur côté par les menaces de perte de leurs privilèges : en réponse à la Conférence de Brazzaville, les colons-planteurs et commerçants pour la plupart venaient d’organiser, au début du mois, dans leur ville une conférence interterritoriale dite des « Etats généraux de la colonisation » ; ils y avaient rejeté le récent Code du travail d’outre-mer, condamné l’esprit coopératif des sociétés de prévoyance, et dénoncé l’émergence d’un « prolétariat noir ». S’étant emparés, à la gendarmerie, d’une centaine de fusils, ils se livrèrent au massacre : il y eut de 60 à 80 morts. Enragés d’apprendre que l’Union des Syndicats négociait avec le gouverneur, ils investirent la maison d’un responsable C.G.T. français ; dans la fusillade qui s’ensuivit, ce fut le secrétaire général de la Chambre de commerce qui fut tué.

11L’affaire fut rapidement réprimée ; les responsables syndicaux furent arrêtés mais ainsi protégés de la vindicte des colons, et la population africaine fut, en représailles, collectivement imposée. L’épisode fut néanmoins d’importance : il avait su un moment faire l’unité de l’ensemble des Camerounais – responsables syndicaux et masse des insurgés -. L’expulsion qui s’ensuivit des communistes français permit aux militants nationaux de prendre précocement leurs responsabilités : dix ans plus tard, en mai 1955, c’est l’U.P.C. de Ruben Um Nyobe qui devait se trouver à Douala la première impliquée dans de nouvelles émeutes, plus amples et plus violentes, qui marquèrent le début de la lutte nationale.

II. L’ACTION SYNDICALE

12Le cas de Douala est instructif. Car, en revanche, l’action syndicale organisée, stricto sensu, ne semble guère avoir débouché sur des revendications politiques, ni joué de ce fait un rôle moteur efficace dans le processus de décolonisation.

  • 5 Voir surtout, à ce propos, l’étude de N. Bernard-Duquenet, Le Sénégal et le Front Populaire, Paris (...)

13L’exemple modèle est, évidemment, en ce domaine, celui du Sénégal, où l’on se doit de remonter au gouvernement de Front Populaire qui légalisa en A.O.F. l’application des lois de 1884 et de 1904 sur le syndicalisme -du moins pour les « Européens et assimilés »5. On doit noter ici la différence de traitement d’avec l’Indochine où l’éveil plus précoce du militantisme communiste, beaucoup plus menaçant pour la métropole, incita au contraire le gouvernement socialiste à prudemment retarder la mesure. L’innovation provoqua évidemment l’immédiate éclosion de nombreux syndicats. Les « indigènes » devaient théoriquement prouver qu’ils savaient lire et écrire ; leur admission fut en fait libérale, même si les divergences effectives d’emplois, de salaires, et aussi de formation et d’expérience syndicales entre Européens et Africains posèrent, à l’usage, de délicats problèmes de fonctionnement : c’est, paradoxalement, l’essor du syndicalisme dû au Front Populaire qui provoqua en 1937, sur le chemin de fer, la scission entre les syndicats européen et africain, même si des efforts de fusion furent dès lors périodiquement tentés.

14La période fut marquée par la floraison des grèves, dont souvent l’éclosion et la réussite signalaient la création d’un syndicat là où il n’en existait pas encore : on recensait fin 1937 près de 8 000 syndiqués, regroupés en 42 syndicats et 16 associations professionnelles ; au total, 10 à 13 % des salariés se retrouvèrent syndiqués, ce qui est un pourcentage relativement considérable pour l’époque. La dévaluation du franc provoqua, en effet, une hausse sensible des prix. Mais la lutte syndicale prit aussi, volontiers, l’allure d’une opposition à l’administration coloniale, même si les responsables syndicaux, plus ou moins débordés par leur base, avaient tendance à freiner les mouvements pour éviter de mettre le gouvernement de gauche en difficulté.

  • 6 Iba der Thiam, La grève des cheminots au Sénégal de septembre 1938, Mémoire de maîtrise. Universit (...)

15Les dockers du port de Dakar puis de Rufisque, Saint-Louis et Kaolack, les boulangers, les huileries et savonneries de l’Ouest africain, etc. alignèrent successivement quelque 1 500 à 2 000 grévistes, dont l’action accéléra la promulgation des décrets sociaux (journée de huit heures – 9 heures dans le reste de l’A.O.F. –, accidents du travail, travail des femmes et des enfants...) et la réorganisation de l’Inspection du travail. Ce fut l’occasion d’ouvrir de vastes discussions sur les conventions collectives, résultant de la concertation entreprise avec les Chambres de commerce sur les salaires, l’application de la loi des huit heures, les discriminations de l’embauche, etc. La plupart furent pacifiques ; les plus dures eurent lieu au sein des catégories professionnelles les plus défavorisées. La seule vraiment violente fut, en janvier 1937, celle des chauffeurs de Kaolack – grand centre portuaire situé au cœur de la zone arachidière du Sine-Saloum – : malgré leur solide organisation (piquets de grève, barrages sur les routes), ils se trouvèrent en butte aux maladresses de l’administration qui avait essayé de dresser contre eux leurs rivaux traditionnels, chameliers et âniers. Surtout, après le repli du Front Populaire, eut lieu en 1938 l’affrontement meurtrier de Thiès qui signalait la fin de cette brève période d’euphorie sociale et le durcissement des revendications africaines6 : pour la première fois, ce sont les journaliers, les plus misérables des cheminots, qui tenaient le devant de la scène : pour la première fois donc, la lutte syndicale élargissait le cercle de ses militants, qui représentaient jusqu’alors, il faut bien le reconnaître, une minorité de travailleurs comparée à l’ensemble de la population sénégalaise. Les grévistes de Thiès relevaient du syndicat « indigène » du Dakar-Niger -vaste entreprise ferroviaire qui regroupait au total 7 000 à 8 000 travailleurs, dont 2 000 vivaient à Thiès, principale gare de triage du réseau –. Journaliers et auxiliaires y constituaient un véritable prolétariat illettré. Leur qualité de travailleurs temporaires les excluait de la sécurité de l’embauche et des conventions collectives : ils travaillaient neuf heures par jour, dans des conditions déplorables. Après une première tentative en 1936, ils relancèrent leur mouvement deux années plus tard. Mais la conjoncture politique était défavorable : au moment de la Conférence de Munich où la mobilisation risquait d’intervenir à tout moment, l’administration voyait mal une grève paralyser le transport éventuel des tirailleurs. Elle tint bon, et les affrontements eurent lieu : il y eut six morts et 119 blessés, dont 49 parmi les forces de l’ordre. En même temps qu’elle marquait bien la mort du Front Populaire, cette grève annonçait l’émergence d’un syndicalisme non plus « à la française », mais issu des catégories africaines les plus misérables qu’il serait possible dans certains cas, après-guerre (et surtout dans les colonies anglophones), de mobiliser dans la lutte anticoloniale.

  • 7 Voir à ce propos : J. Suret-Canale, « La grève des cheminots africains d’A.O.F. (1947-1948) », Cah (...)

16Curieusement néanmoins, la politisation du mouvement progressa ensuite au Sénégal moins vite qu’ailleurs, malgré l’ampleur de la grève qui devait, plusieurs mois durant, secouer depuis la fin 1947 l’ensemble des travailleurs de la R.A.N. (Réseau d’Afrique Noire) : cheminots du Dakar-Niger, de Côte-d’Ivoire, du Dahomey et de Guinée, mais aussi ouvriers et manœuvres des wharfs et des ports7.

  • 8 1 franc C.F.A. = 1,70 franc français en 1946-1947, puis 2 F.F. l’année suivante (à la suite de la (...)
  • 9 Il est souhaitable de redresser sur ce point le tableau imaginaire de la grève évoqué par le roman (...)

17C’est pourtant au Sénégal que la grève fut la plus longue et la plus générale. Fait sans précédent dans l’histoire sociale africaine, elle se prolongea plus de cinq mois, du 10 octobre 1947 au 19 mars 1948. La revendication sociale était claire ; le niveau de vie s’était terriblement détérioré : au blocage des salaires pendant la guerre s’était ajoutée la hausse vertigineuse des prix consécutive au rétablissement des contacts avec l’Europe. La création du franc colonial (C.F.A.) dont la valeur locale était le double du franc métropolitain ne suffisait pas à compenser la cherté des biens de consommation importés8. Cependant, malgré la grande poussée politique née de la victoire sur le nazisme, la grève des cheminots d’A.O.F. ne sut guère déborder du cadre corporatiste de la plus grande entreprise coloniale de l’époque, puisqu’elle regroupait 20 000 salariés (soit le dixième de la population salariée totale d’A.O.F.). Le mobile essentiel de l’action aurait pourtant pu l’inciter à déboucher sur la revendication politique : il s’agissait, du côté africain, d’obtenir le cadre unique avec les Européens, théoriquement reconnu six mois auparavant. Ce vaste mouvement de refus de la discrimination raciale était, en outre, largement soutenu par l’ensemble de la population : ceci explique comment fut rendue possible une grève aussi longue, que n’aurait pu sinon permettre la médiocrité des salaires ; une caisse de solidarité fut organisée, qui assura aux cheminots, pendant la durée de l’action, des revenus équivalents9.

18En dépit de la ténacité sénégalaise, le « ventre mou » du mouvement fut la Côte-d’Ivoire, où précisément cette solidarité n’intervint pas : les planteurs ivoiriens s’élevaient en effet contre la paralysie commerciale qui résultait de la grève, au moment précis où s’ouvrait la saison de la traite du café. Hommes politiques ivoiriens et administrateurs coloniaux se conjuguèrent donc pour freiner la grève, qui touchait il est vrai une population ouvrière bien plus réduite d’environ 500 cheminots et 1 700 travailleurs des wharfs : le travail reprit en Côte-d’Ivoire dès le début du mois de janvier.

19Pourquoi la jonction concrète entre revendications sociales et volonté politique – c’est-à-dire, à l’époque, nationaliste – n’eut-elle pas lieu ? En partie peut-être à cause du « mythe assimilationniste » malgré tout encore vivace au Sénégal ; obtenir le cadre unique, c’était se voir reconnaître les droits du citoyen français plutôt que de s’opposer à lui : l’idée était tenace, aussi bien au sein de la classe politique que parmi les travailleurs insérés dans l’économie monétaire. Le fait est, aussi, que la conjoncture syndicale et politique métropolitaine ne s’y prêtait guère. L’Internationale Communiste, fidèle à la ligne adoptée depuis le début des années 30, lors de la montée des fascismes européens, évitait de se dresser ouvertement contre les puissances coloniales et ne se souciait donc guère de paraître « téléguider » un mouvement nationaliste. Certes, le soutien solidaire de la C.G.T. – pour des syndicats qui ne lui étaient d’ailleurs pas affiliés – fut réel et efficace ; mais le Parti Communiste Français préférait évidemment voir la lutte se situer dans un cadre strictement économique et social, dans la tradition du syndicalisme colonial : or quoi de plus constant, dans l’histoire revendicative des cheminots sénégalais, depuis le début du siècle, que la lutte contre la discrimination des salaires ?

20Ainsi, même si les aspirations des grévistes étaient de s’élever contre l’exploitation coloniale, même si leur action revêtait donc implicitement une signification de lutte nationale, il continuait de s’agir avant tout d’un mouvement social, et non politique. L’alliance entre les forces sociales et la classe politique était encore loin d’être entrée dans les faits.

III. LE PHÉNOMÈNE DE LA GRÈVE GÉNÉRALE

21En revanche, le rôle fut indéniable de manifestations de masse sous-tendues par la préparation d’organisations pré-existantes – professionnelles et syndicales – capables d’orchestrer la montée et l’effervescence du mécontentement : le phénomène de la grève générale à connotation politique fut ainsi relativement fréquent dans l’après-guerre, dans la période d’incubation de la décolonisation puis de gestation des premiers régimes indépendants. Ces grèves furent susceptibles de rassembler l’ensemble de toutes les forces du pays sur un thème précis, en un moment donné de son histoire. En ces occasions privilégiées, la conjonction momentanée des mouvements syndicaux et politiques put, dans certains cas, accélérer de façon décisive le processus de décolonisation. Mais ce qui est aussi frappant, c’est l’incapacité d’une collaboration durable entre la base sociale – c’est-à-dire l’ensemble de la force de travail salariée – et la direction politique ; victorieuse ou non, la grève générale fut, au niveau urbain, un phénomène spectaculaire, mais souvent sans lendemain : ainsi à Zanzibar en 1948, au Ghana en 1950, 1961 et 1971, en Côte-d’Ivoire en 1948 et en 1959, au Nigeria en 1945 et en 1964, au Kenya en 1950, au Sénégal en 1968. Dans certains cas néanmoins, la grève générale joua un rôle décisif immédiat dans la chute du régime politique : au Soudan en 1958, à Brazzaville en 1963, à Madagascar en 1972, en Ethiopie en 1974 ; mais, le plus souvent, le pouvoir passa rapidement aux mains des militaires. Seules, peut-être, en 1963, les « Trois Glorieuses » de Brazzaville eurent, à proprement parler, un impact révolutionnaire.

1. LA CÔTE D’IVOIRE10

  • 10 L. Gbagbo, Economies et sociétés à la veille de l’indépendance en Côte-d’Ivoire (1940-1960), Paris (...)

22A la différence des autres cas cités ici, les événements de Côte-d’Ivoire soulignèrent les divergences plutôt que les convergences politiques entre groupes sociaux contrastés. Le point de départ fut la grève de 1947.

23En inquiétant les dirigeants de la jeune bourgeoisie montante, le mouvement social accéléra le revirement du P.P.C.I.-R.D.A. Le vaste Rassemblement Démocratique Africain s’était fixé pour but, à son origine (1946), le regroupement et la coordination de l’ensemble des formations politiques d’Afrique francophone dans leur lutte anticoloniale soutenue par le P.C.F. Malgré l’abolition du travail forcé confirmée par la deuxième Constituante (mai 1946) et l’accession de tous les sujets français au statut de « citoyens impériaux », le fossé s’élargissait entre les classes moyennes dominées par les planteurs, et les travailleurs dont les conditions de vie continuaient de se détériorer. En butte aux tracasseries de l’administration exaspérée par l’influence communiste, Houphouët-Boigny, Président du syndicat des Planteurs et leader du P.D.C.I.-R.D.A., estima dès lors plus sûr d’opter pour une collaboration de classe avec le colonisateur : dès 1947, il proposa, sans succès, un rapprochement au gouverneur puis, en 1948, suggéra aux parlementaires du R.D.A. le désapparentement d’avec les communistes. Il fut, dans un premier temps, mis en minorité par l’aile gauche du R.D.A., qui ré-affirma en 1949, lors de son deuxième Congrès, l’alliance avec le P.C.F. et la classe ouvrière française. Mais l’agitation populaire allait accélérer le revirement : les années 1949-1950 furent en effet une période d’effervescence urbaine ; les principaux foyers d’agitation furent Treichville (à Abidjan), Bouaflé, Séguéla et Dimbokro.

24Le point de départ en fut « les événements du 6 février 1949 » à Treichville, l’un des quartiers africains d’Abidjan, fief incontesté du R.D.A., à la suite de violentes bagarres intervenues lors d’une réunion politique organisée sous l’égide des pro-Français. L’incident fut mis à profit par le colonisateur, d’abord pour arrêter l’ensemble du Comité directeur du P.D.C.I./ R.D.A., puis pour organiser la répression à travers le pays : grèves et émeutes s’y succédèrent en effet, objet d’une répression impitoyable ; il y eut probablement plusieurs centaines de morts (fusillades, arrestations, condamnations à la suite des grands procès de 1950). Le malaise social se doublait d’un objectif politique : de la part des militants les plus dynamiques, faire pression sur la direction du P.D.C.I.-R.D.A. dans le sens d’une radicalisation. Ce fut, face à l’anticommunisme viscéral du gouvernement colonial, qui interdit au R.D.A., d’abord en Côte-d’Ivoire, puis dans le reste de l’A.O.F. toute manifestation publique, le résultat contraire qui fut atteint : contre la tendance « marxisante-révolutionnaire » de Gabriel d’Arboussier, et à la suite de négociations menées à Paris entre Houphouët-Boigny, porte-parole de la bourgeoisie agraire, et François Mitterand, ministre des Territoires d’outre-mer, le P.D.C.I.-R.D.A. signa la « paix coloniale » – acceptant l’Union française et l’alliance avec le colonat blanc, et la scission d’avec le P.C.F. au profit de l’U.D.S.R. (Union Démocratique et Socialiste de la Résistance), c’est-à-dire le ralliement à la politique coloniale de la IVe République. Le soutien du parti fut ainsi acquis, dans les années suivantes, à la loi-cadre de 1956, puis au référendum de 1958 instituant la Communauté franco-africaine.

25C’est dans ce contexte qu’éclata la grève générale de 1958 ; la Côte-d’Ivoire comptait alors 310 000 salariés, dont 60 % – pourcentage considérable – s’étaient syndiqués. Le prétexte en fut l’arrestation d’un responsable de la section locale de l’U.G.T.A.N., syndicat proche des positions guinéenne et malienne et hostile au réformisme ivoirien. L’intersyndicale de la Fonction publique déclencha alors une grève de protestation de 72 heures ; les autorités la déclarèrent illégale et ordonnèrent à la police de disperser les manifestants. La grève se solda par 1 mort et 23 blessés, 213 fonctionnaires révoqués et 319 suspendus. Le gouvernement, appuyé par le P.D.C.I.-R.D.A., procéda en outre à des arrestations nombreuses : l’épisode consomma la rupture définitive entre la bourgeoisie réformiste et les revendications populaires.

2. SYNDICALISME ET RÉVOLUTION : LES « TROIS GLORIEUSES » DE BRAZZAVILLE

26Dans la plupart des cas, les responsables syndicaux, pris entre l’ambition de jouer un rôle dans les manipulations politiques fondées sur le clientélisme et la nécessité de répondre périodiquement aux revendications salariales de leurs adhérents irrités par le mode de consommation agressif de la classe dirigeante, ont ainsi finalement assuré une sorte d’équilibre fragile entre la base populaire et le pouvoir d’Etat.

27Dans un cas au moins cet équilibre fut rompu, au Congo-Brazzaville en 1963. Il est vrai que le régime politique de Fulbert Youlou, typiquement « néo-colonial », était particulièrement corrompu et indifférent aux doléances des travailleurs. Or les citadins constituaient déjà à l’époque, non seulement un pourcentage remarquable pour l’Afrique noire de la population (40 %), mais aussi en très rapide accroissement, puisque cette proportion avait doublé en moins de cinq ans. Or le rythme auquel croissaient les villes n’avait aucune mesure avec le développement économique : Pointe-Noire était passée de 20 000 habitants en 1949 à 80 000 en 1963 ; Dolisie était montée en trois ans (1959-1961) de 10 000 à 12 500 habitants. Brazzaville surtout avait grossi d’un tiers entre 1959 et 1963, où elle atteignait 150 000 habitants.

  • 11 Recensement de Brazzaville, 1961-1962, Direction du Service national de la Statistique de la Répub (...)

28La croissance des emplois était loin de suivre. Ce qui frappe donc, dès ce moment, c’est le taux élevé des sans-travail urbains : plus de 56 % des actifs de sexe masculin à Brazzaville (soit 19 600 sur 36 700 individus) : ceux qui avaient perdu leur emploi ou qui ne parvenaient pas à en trouver, en sus des jeunes qui arrivaient tout juste à l’âge du travail, constituaient donc, au total, la majorité de la population de la capitale. Ce taux de chômage élevé se retrouvait peu ou prou dans les villes secondaires, à Pointe-Noire (33 000 chômeurs en 1963 sur 80 000 habitants), Dolisie, etc.11.

29Les sans-travail constituaient ainsi une masse de manœuvre prête à toutes les actions, émeutes urbaines ou manipulations politiques. Or, depuis les derniers mois, la désaffection politique s’accentuait : le parti de Fulbert Youlou, l’U.D.D.I.A. (Union Démocratique de Défense des Intérêts Africains), qui rassemblait les notables de la « petite bourgeoisie » du centre et du Sud, et s’était appuyé au démarrage sur le particularisme Lari-Bakongo des fidèles de Matsoua, avait en 1957 réussi à supplanter, comme section locale du R.D.A., le P.P.C. (Parti Progressiste Congolais) de Tchicaya assez proche de la S.F.I.O. A la fin des années 50, Fulbert Youlou sut exploiter le refus des extrémistes matsouanistes, hostiles à toute collaboration avec la France, pour éliminer les irréductibles – arrêtés et déportés en masse dans le nord du pays –, absorber plus ou moins ses concurrents politiques, et introduire l’idée de Parti unique en 1962. Dès lors, l’expression politique devint impossible ; le seul groupe de pression effectif restait la force syndicale. Même si la force de travail urbaine était encore très minoritaire (avec 16 % de salariés et 4,5 % d’artisans et de petits commerçants, contre 68 % de paysans), la tradition salariale était relativement ancienne et ancrée au Congo.

30Certes, on ne peut guère encore, au tournant de la Seconde Guerre mondiale, parler ni de « bourgeoisie » ni de « classe ouvrière » ; petits commis d’administration, militaires ou manœuvres des chantiers constituaient tout au plus l’embryon d’un prolétariat. Mais celui-ci va se constituer derechef sous une forme urbanisée et politisée : que l’on songe au mouvement d’André Matsoua ; Matsoua avait une certaine expérience politique ; il avait participé à la guerre du Rif, et c’est à Paris qu’il a créé, en 1925, son « Amicale des Originaires de l’A.E.F. ». Il est intéressant de noter qu’à la différence de ce qui se passait vers la même époque au Congo belge autour de Simon Kimbangou, le mouvement matsouaniste se présenta dès l’abord sous une forme politique à base salariale, avec des revendications de type nationaliste modernes, et non pas comme un mouvement religieux à fondement messianique : il en prendra l’allure, mais seulement plus tard, après 1940, quand l’action politique aura échoué.

31Pourquoi cet éveil relativement précoce ? Parce que le travail salarié, s’il a progressé très vite, était aussi particulièrement vulnérable. Il s’est développé essentiellement sous deux formes : d’une part au sein de la catégorie des petits fonctionnaires municipaux de Brazzaville – c’est-à-dire du seul personnel scolarisé de la Fédération (qui comptait à peine, en 1938, 10 000 élèves pour quelque cinq millions d’habitants, soit 0,2 % !) – ; d’autre part, autour de la construction du C.F.C.O., qui constitua au cœur du Moyen-Congo un remarquable foyer d’attraction ouvrière d’origine très diverse. A partir des années 30, les conditions de travail devinrent plus tolérables, et le salariat commença dès cette époque de se manifester à Brazzaville ; c’est qu’il s’agissait, comme pour Dakar en A.O.F., de la capitale administrative de la Fédération, pôle d’attraction du secteur tertiaire de l’ensemble de l’A.E.F., caractère qu’elle a conservé jusqu’à l’indépendance.

32On a donc là une situation spécifique : un pays déjà urbanisé, avec un salariat relativement nombreux, mais aussi un territoire particulièrement pauvre ou du moins très mal exploité, qui vit difficilement d’une économie de traite médiocre. La situation est très différente de celle, par exemple, du territoire voisin du Gabon : le Gabon disposait d’une main-d’œuvre limitée, qui trouva facilement à s’employer et où les salaires, tout misérables fussent-ils, étaient nettement supérieurs à ceux du Congo. Le Congo, au contraire, contenait une main-d’œuvre plus nombreuse et d’autant plus éveillée qu’elle se sentait davantage menacée. Ce sont des facteurs favorables à une prise de conscience plus rapide.

33Ce caractère va encore s’accentuer à la suite de la grande crise. Le coup d’arrêt brutal provoqué par l’effondrement de l’économie commerciale entraîna une révision d’ensemble de la politique coloniale. Après 1935, et surtout après 1946, l’économie de pillage, chasse gardée de la métropole, va faire place à une politique impérialiste au sens économique du terme : l’idée dominante est celle de l’introduction accentuée d’investissements à grande échelle dans le secteur industriel, impliquant l’entrée du monde africain noir dans la dépendance du système mondial d’exploitation.

34Un effort particulier fut fait au Congo, centre de la Fédération et, qui plus est, d’un gouvernement fédéral dont les administrateurs s’étaient ralliés très tôt à la France libre, imposant notamment ce ralliement au Gabon ; ce n’est pas un hasard si la Conférence de Brazzaville se tint précisément dans cette ville ; récompenser la colonie, cela signifiait aussi consentir des avantages particuliers à ses colons. L’action du F.I.D.E.S. (Fonds d’Investissement pour le Développement Economique et Social), à partir de 1946, va s’exercer surtout dans le domaine des industries de transformation (alimentaires, de montage, etc.). Cela va favoriser l’essor au Congo de processus sociaux plus rapides qu’ailleurs.

35La conséquence, c’est l’accélération du phénomène de dépendance, par la croissance accentuée des secteurs urbain et ouvrier, et sa relative combativité. Or, parallèlement, se dessinaient dans la capitale fédérale une hypertrophie du secteur tertiaire des services, et l’émergence d’une petite bourgeoisie administrative ou commerciale locale certes encore limitée, mais d’autant plus dépendante de l’économie métropolitaine en pleine expansion – bourgeoisie qui va donc se livrer pieds et poings liés à la collaboration occidentale : c’est la signification profonde des excès du régime Youlou. Le tout engendra, plus vite qu’ailleurs, l’émergence d’une lutte de classes qui déboucha sur des antagonismes sociaux aigus : c’est pourquoi, lors des « Trois Glorieuses » de 1963, ce sont – fait demeuré rarissisme en Afrique francophone – les syndicats qui, descendus dans la rue, imposèrent la révolution politique.

36Très liés aux syndicats ouvriers métropolitains, les syndicats congolais s’étaient en effet regroupés, dès le début des années 50, autour des trois centrales françaises : F.O., C.F.T.C. (31 syndicats affiliés en 1958) et C.G.T. (23 syndicats). Cette dernière, centrée surtout sur le chemin de fer Congo-Océan, les ports et les services municipaux, se nationalisa en 1957 sous le nom de Confédération Générale Africaine des Travailleurs (C.G.T.A.). Les syndiqués ne représentaient guère que 10 % de la force de travail congolaise. Ils furent solidement étayés par les associations de jeunesse popularisées par la tradition chrétienne mais récemment radicalisées et laïcisées (surtout l’A.S.C.O., Association Scolaire du Congo, née en 1959, qui recrutait ses adhérents parmi les élèves des lycées dont elle se proposait de défendre les intérêts « moraux et matériels » à la façon d’un syndicat) ; le tout constitua une structure capable de diffuser une certaine conscience de la situation générale du pays, et de propager rapidement les mots d’ordre d’un soulèvement urbain : c’est ce qui se produisit en août 1963.

  • 12 P. Vennetier, « L’urbanisation et ses conséquences au Congo-Brazzaville », Cahiers d’outre-mer, (...)
  • 13 Cf. la thèse de 3e cycle de D. Bassouèka, « Le mouvement populaire des 13-14-15 août 1963 au Congo (...)

37La situation économique et sociale était alors complètement bloquée. Le grand recours du gouvernement Youlou au chômage croissant avait été le projet du barrage du Kouilou, dont les travaux préliminaires furent entrepris en 1961 et qui fit gagner à Pointe-Noire, entre 1958 et 1962, 25 000 nouveaux habitants en quête d’embauche12 : mais, faute de crédits, l’affaire en resta là. Face à la montée du mécontentement, Youlou interdit la C.G.T.A. (communisante) sous l’accusation d’atteinte à la sûreté de l’Etat ; celle-ci répliqua par la décision de créer un « parti politique révolutionnaire ». Surtout, face à l’impuissance du régime en place, les militants réussirent à dépasser le cadre corporatiste pour rassembler autour des syndiqués, en une force momentanément unie, élèves, chômeurs et travailleurs. La menace d’une grève fut agitée dès 1961 par le « Syndicat Professionnel des Agents des Services Publics ». Le détonateur fut la visite du Président Sékou Touré, qui prononça en juin 1963, à l’Hôtel de ville de Brazzaville, un discours vigoureux contre la politique « réactionnaire » et le gaspillage des dirigeants congolais, et fut acclamé aux cris de « vive le Président de l’Afrique ! » Le mois suivant, le Comité National de Fusion Syndicale des organisations ouvrières, solennellement réuni à la Bourse du Travail, proclama une charte affirmant son « rôle prépondérant et énergique » dans la lutte « contre tout régime colonial ou pro-colonial » et pour « la promotion sociale et la consolidation de l’indépendance acquise ». Obligé de reconnaître la réalité du « Comité de Fusion », Youlou tenta de répondre à la revendication politique d’un gouvernement provisoire (après dissolution du Parlement) par la reconnaissance d’un nouveau Parti unique, qui absorberait à la fois centrales syndicales et jeunesse. Devant son échec, il revint publiquement à la condamnation du rôle politique du syndicalisme ; un décret interdit toute réunion politique jusqu’à la mise en place du Parti unique : les syndicalistes répondirent par un ordre de grève générale. Leur arrestation provoqua l’explosion ; le 13 août au matin, malgré les cordons de police qui empêchaient les grévistes d’atteindre le lieu du meeting, la foule commença à refluer de Bacongo et de Poto-Poto. Gendarmes et soldats refusant d’obéir aux ordres de répression rejoignirent les manifestants. Le déferlement vers le palais présidentiel imposa, en définitive, le rôle prépondérant de négociation des responsables syndicaux, et la pression populaire rendit inévitable la démission du Président. Les syndicalistes, qui n’avaient pas prévu un tel dénouement, n’étaient ni assez organisés, ni suffisamment décidés pour s’emparer immédiatement des responsabilités gouvernementales : un gouvernement provisoire de « techniciens » fut alors mis en place, enclenchant le mécanisme du processus « révolutionnaire » à venir13.

  • 14 Depuis la rédaction de cette communication, j’ai développé le thème in extenso in Afrique noire. P (...)

38Si nous avons assez longuement analysé ce cas congolais, bien que les Journées de 1963 débordent de la phase proprement dite de décolonisation, c’est que, comme nous avons tenté de le suggérer, les origines du mouvement puisent très largement leurs racines dans la période précédente. Mais force est de reconnaître que, sauf au Cameroun, le cas est demeuré exceptionnel : en règle générale, les formations syndicales ne sont guère apparues, ailleurs, comme une force de décolonisation. Le fait est que, dans l’interaction des forces sociales qui s’affrontaient en ville, les travailleurs apparaissaient seulement comme un élément, parmi d’autres, des groupes en présence : c’est aussi que l’antagonisme « classique » posé dans les sociétés capitalistes occidentales (du xixe siècle) entre « bourgeoisie » et « prolétariat » s’avère nettement insuffisant pour rendre compte, dans les pays du Tiers Monde, de la complexité du tissu social urbain, qui contribue à obscurcir les visées politiques.14

Notes

1 Rapport du gouverneur général de l’A.O.F. au sujet de la peste de 1914, cité par Iba der Thiam, L’évolution politique et syndicale du Sénégal colonial, t. IV, p. 1653-1656. (Thèse d’Etat, Paris I, 1983).

2 Cf. J. Suret-Canale, Afrique noire, III. 1945-1960, Ed. Sociales, 1972, p. 14, 18 et 27. M. Echenberg, « Tragedy at Thiaroye : The Senegalese Soldiers’Uprising of 1944 », African Labor History, Londres, Sage, 1978, p. 109-128.

3 R.A. Joseph, « Settlers, Strikers and “sans-travail” : the Douala Riots of September 1945 », Journal of African History, XV, 4, 1974, p. 669-687. L’article insiste néanmoins surtout sur le rôle des colons blancs. Voir aussi, du même auteur : Radical Nationalism in Cameroon : Social Origins of the U.P.C. Rebellion, Oxford University Press, 1977. Trad, franç. 1986.

4 P. Alexandre, « Problèmes de détribalisés urbains Douala », C.H.E.A.M., Paris, vol. 103, n°2, 441, s.d., 4.

5 Voir surtout, à ce propos, l’étude de N. Bernard-Duquenet, Le Sénégal et le Front Populaire, Paris, L’Harmattan, 1986.

6 Iba der Thiam, La grève des cheminots au Sénégal de septembre 1938, Mémoire de maîtrise. Université de Dakar, 1972, 272 p.

7 Voir à ce propos : J. Suret-Canale, « La grève des cheminots africains d’A.O.F. (1947-1948) », Cahiers d’Histoire, n° 28, 1978, p. 82-124.

8 1 franc C.F.A. = 1,70 franc français en 1946-1947, puis 2 F.F. l’année suivante (à la suite de la dévaluation française).

9 Il est souhaitable de redresser sur ce point le tableau imaginaire de la grève évoqué par le roman – admirable par ailleurs – de Sembene Ousmane, Les bouts de bois de Dieu, qui insiste sur les difficultés de survie des familles grévistes : voir à ce propos J. Suret-Canale, op. cit.

10 L. Gbagbo, Economies et sociétés à la veille de l’indépendance en Côte-d’Ivoire (1940-1960), Paris, l’Harmattan, 1982.

11 Recensement de Brazzaville, 1961-1962, Direction du Service national de la Statistique de la République Congolaise. R. Devauges, Le chômage à Brazzaville, Etude sociologique, O.R.S.T.O.M., 1963.

12 P. Vennetier, « L’urbanisation et ses conséquences au Congo-Brazzaville », Cahiers d’outre-mer, n° 63, 1963, p. 263-280.

13 Cf. la thèse de 3e cycle de D. Bassouèka, « Le mouvement populaire des 13-14-15 août 1963 au Congo-Brazzaville », Université Paris VII, 1979.

14 Depuis la rédaction de cette communication, j’ai développé le thème in extenso in Afrique noire. Permanences et Ruptures, Paris, Payot, 1985, chap. 10, 11 et 12.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search