Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de la décolonisation de l’empire colonial français, 1936-1956

 | 
Charles-Robert Ageron

Cinquième partie. Les prodromes de la décolonisation en Afrique noire

Émeutes urbaines, grèves générales et décolonisation en Afrique française

Catherine Coquery-Vidrovitch

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avant même l’éveil des forces politiques proprement dites, une forme caractéristique du malaise social fut celle du boycott, à mi-chemin entre la campagne et la ville, entre la grève et l’émeute. Les premières expressions s’en rencontrèrent très tôt dans les campagnes, ou bien chez les « ruraux de la ville » : l’un des tous premiers boycotts repéré fut celui – du 21 au 25 mai 1914 – des maraîchers, poissonniers et vendeurs Lébou (c’est-à-dire des principaux sinon des seuls fournisseurs du marché de Dakar) en réaction contre la menace que faisaient peser sur leurs terres les mesures draconiennes que le Conseil d’hygiène venait d’instituer pour lutter contre la peste ; il cessa seulement contre la promesse de prévoir « un type d’habitation bon marché et salutaire qui pourrait convenir aux noirs »1.

Ce n’est pas un hasard si cette forme de résistance fut privilégiée dans les deux pays les plus adonnés à l’économie de traite : le Ghana (Gold Coast) et l’Ouganda : c’est que, plus qu’aille...

© CNRS Éditions, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540