Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de la décolonisation de l’empire colonial français, 1936-1956

 | 
Charles-Robert Ageron

Quatrième partie. Les prodromes de la décolonisation dans les États du Levant et du Maghreb

Discussion

Les prodromes de la décolonisation dans les États du Levant et du Maghreb

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Charles-Robert Ageron :

L’affaire des colonies italiennes, et en particulier l’indépendance accordée à la Libye, m’apparaît comme l’un des prodromes de la décolonisation française. Certes, ce n’est pas l’équivalent de Diên Bien Phu, mais quant à l’importance cela n’en est guère éloigné. C’est une chose oubliée aujourd’hui, mais à l’époque elle fut clairement perçue par les milieux coloniaux. Tout le monde y était persuadé que l’indépendance de la Libye entraînerait le même statut pour la Tunisie, et que la contagion gagnerait l’ensemble de l’Empire. On ne pouvait cacher aux subtils citadins tunisiens qu’ils seraient désormais en retard sur les Libyens, ces frustes nomades. On comprend dès lors la lutte acharnée de la France pour éviter que la Libye devienne un Etat souverain. D’ailleurs, les nationalistes tunisiens soutenaient à fond la solution indépendantiste libyenne. Il suffit de regarder la presse nationaliste tunisienne. Pour celle-ci, le vote de l’O.N.U. fut une grande victoir...

© CNRS Éditions, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540