Version classiqueVersion mobile

Michel Foucault, un héritage critique

 | 
Jean-François Bert
, 
Jérôme Lamy

Méthode(s)

Les trouvailles de l’archéologue

Philippe Artières

Texte intégral

1Au moment où Foucault prononçait ses célèbres cours au Collège de France et se consacrait aussi à une activité politique intense – au sein du Groupe d’Informations sur les Prisons (GIP) puis en participant à certaines luttes contemporaines –, le philosophe entreprenait un travail d’édition. Ce Foucault éditeur a été très largement minoré, voire considéré comme relevant d’une pratique mineure. Or, il constitue comme nous voudrions le montrer ici non seulement un contre-feu à certaines pratiques militantes contemporaines mais aussi, et sur le terrain scientifique, une forme de réponse à ses détracteurs et une manière nouvelle d’écrire l’histoire.

2Au cours de la décennie 1970, Foucault publie les fameux Moi, Pierre Rivière…, les Souvenirs d’Herculine Barbin et My Secret Life ; il aborde aussi le chantier du Désordre des familles avec Arlette Farge. Ces éditions de textes non-littéraires en volume séparées s’inscrivent dans le vaste projet de « la Vie des hommes infâmes » qui a fait l’objet d’un texte manifeste en 1977 et qui ouvre sur un gigantesque continent méconnu ; mais elles poursuivent aussi une certaine curiosité, pour ne pas dire un « goût » du philosophe pour donner à lire certaines de ses trouvailles en particulier à la marge de la littérature ou de la philosophie. En outre, cette entreprise n’est pas étrangère à la manière dont parallèlement il mène une série d’interventions dans l’actualité. Ces publications contribuent au programme foucaldien de cette période : produire un diagnostic sur notre présent par une série de gestes.

Un goût

  • 1  Voir notamment la transcription de deux de ses émissions dans (Foucault 2013b).

3Dans l’avant-propos de l’Histoire de la folie à l’âge classique, Foucault évoque déjà en 1961 son intérêt pour ces textes étranges en la figure de Thorin, laquais presque analphabète et « dément furieux » qui a transcrit sur des milliers de pages, « à la fin du xviie siècle, ses visions en fuite et les aboiements de son épouvante » (Foucault 1961 DE 4 : 190). On se souvient aussi de la manière dont Foucault fit au milieu des années 1950 le récit de sa découverte de l’œuvre jaunie de Raymond Roussel à la librairie Corti : « J’ai pris l’un de ces livres par curiosité pour voir ce que José Corti pouvait bien vendre de ce fonds Lemerre, aujourd’hui bien vieillot, et je suis tombé sur un auteur dont je n’avais jamais entendu parler : Raymond Roussel » (Foucault 1984 DE 343 : 599) Bientôt, les émissions radiophoniques que produit Foucault en grand nombre dans la décennie suivante jouent ce rôle de théâtre d’exposition de ses trouvailles. Il fait faire lecture d’extraits issus de la littérature mais aussi des archives médicales et judiciaires1. Ses émissions sont ainsi des formes d’anthologies sonores. On pourrait multiplier les exemples de ces pratiques parallèles. Foucault aime à poser son regard sur des objets méprisés ou remisés. Ce n’est pas tant l’inédit qui l’attire que la sensation quasi-physique que lui procure la lecture de ces textes laissés de côté. Il partage ce goût avec plusieurs de ses contemporains, à commencer par Michel de Certeau. Foucault dira cette attirance pour ces matériaux en soulignant combien elle a joué un rôle central dans ses recherches au point d’écrire un texte qui les introduirait tous.

La Vie des hommes infâmes

4C’est en 1977 dans les Cahiers du chemin que Foucault publie ce texte qui s’ouvre par cette déclaration : « Ce n’est point un livre d’histoire. Le choix qu’on y trouvera n’a pas eu de règle plus importante que mon goût, mon plaisir, mon émotion, le rire, la surprise, un certain effroi ou quelque autre sentiment, dont j’aurais du mal peut-être à justifier l’intensité maintenant qu’est passé le premier moment de la découverte » (Foucault 1977, DE 198 : 237). Néanmoins, dans ces quelques pages Foucault indique pourquoi ses trouvailles méritent notre attention. Certes, elles sont porteuses d’une beauté singulière mais elles sont aussi et surtout une cristallisation d’un moment précieux. Elles sont des éclats d’un en deçà de l’histoire ; ces textes à l’image des lettres de cachet sont le fruit de la rencontre d’individus ordinaires avec le pouvoir. Ils constituent ce qu’il désigne ailleurs comme le « marmonnement du monde ». Ces fragments, ces murmures, ces mots à peine énoncés qui sont tout à la fois silence et littérature en devenir sont un discours politique. Ils informent sur des dispositifs de pouvoir et un ordre du discours. Pourquoi sont-ils disqualifiés ? Comment ? Foucault ne cherche pas à corriger cet ordre mais interroge le nôtre et se demande ce que ces textes nous font. Pour le philosophe, il ne s’agit pas de constituer ces individus en héros, de magnifier leurs écrits comme certains éditeurs militants le font à cette période mais de poser des questions. Il prend ainsi à contre-pied la notion d’archives du peuple. Une fois encore, il nage à contre-courant de ses contemporains dont les tenants de la micro-storia italienne.

5Pour lui, ces archives témoignent de l’émergence de subjectivité. Soudain, en quelques lignes, en quelques pages, comme dans le mémoire de Rivière, un sujet se met à se raconter et à s’inventer. L’archive foucaldienne est toujours en effet le lieu de ce surgissement, celui d’une force inédite. Le philosophe la traque dans les livres et les revues ; faut-il rappeler que le texte d’Herculine Barbin n’était pas inédit, il avait fait l’objet d’une édition dans un volume de médecine (Les Annales d’Hygiène publique). De même, nombre des extraits de ces archives que Foucault cite longuement dans ses cours au Collège de France – par exemple dans « Le Pouvoir psychiatrique » – sont prélevés dans des revues psychiatriques (L’Encéphale, Les Annales médico-psychologiques…) en particulier. Ces petits évènements composent pour le philosophe un territoire précieux qu’il cartographie avec soin.

L’attention à l’actualité

6La quête de ces documents, du mémoire de Rivière aux lettres de cachets, doit être rapprochée d’un autre geste de Foucault qui lui est très contemporain. Au cours de cette décennie 1970, le philosophe intervient dans l’espace social ; d’une part, il participe au GIP et d’autre part, il lance ce qu’il désigne comme des « reportages d’idées ».

7Aux portes des prisons françaises ou en Iran, Foucault est à la recherche de cette même chose, de cette identique incandescence des discours. Ainsi, il s’agit avec le GIP non pas de produire un nouveau savoir sur la prison, un point de vue de surplomb mais au contraire de permettre l’émergence d’une voix, celle des prisonniers. Ainsi, le philosophe et les autres membres du groupe reçoivent-ils de nombreux témoignages dont les plus remarquables portent sur des mutineries. Ces lettres et autres récits forment le résultat de l’action du GIP : une série de prises d’écriture.

8Lors des enquêtes menées pour le Corriere della sera, il n’en va pas autrement. Foucault traque à travers le monde l’émergence d’idées, des idées qui ne seraient pas formulées par des intellectuels et qui peuvent prendre des formes diverses : une pratique de soi, une action collective, un soulèvement. En Iran, ce sont les corps que regarde le philosophe, la manière dont ils s’emparent de la rue, dont ils l’occupent. À ses yeux, ces pratiques des manifestants lors des événements iraniens des années 1978-1979 sont semblables à certains fragments de textes, on y lit le surgissement de forces inédites. Au philosophe, il appartient d’y être attentif.

Des instruments

9Cette attention de lecteur n’est pas gratuite ; elle répond à une certaine fonction que Foucault assigne au philosophe, et plus généralement à l’intellectuel. À ses yeux, il a pour rôle de porter un diagnostic sur notre présent. L’archive comme objet permettant un télescopage passé/présent est l’un des lieux d’exercice de cette fonction. Elle joue comme une série de pièges que Foucault dispose. Il va de soi que trente ans après la mort du coauteur du Désordre des familles, ce ne sont plus ces archives qui jouent ce rôle. D’autres archives, d’autres pratiques ont ce pouvoir de dérangement ; il nous appartient sans doute de partir à la recherche d’autres Rivière.

Notes

1  Voir notamment la transcription de deux de ses émissions dans (Foucault 2013b).

© CNRS Éditions, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search