Version classiqueVersion mobile

Les chemins de la décolonisation de l’empire colonial français, 1936-1956

 | 
Charles-Robert Ageron

Quatrième partie. Les prodromes de la décolonisation dans les États du Levant et du Maghreb

L’Algérie à la veille du soulèvement de 1954

Rachid Bencheneb

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Partout où un nationalisme est aux prises avec une idéologie, c’est le nationalisme qui l’emporte. » A.J. Toynbee.

Il est toujours instructif de se reporter aux discours tenus par des responsables français sur l’Algérie peu avant le soulèvement de 1954. Car leur lecture apporte la démonstration qu’il existait alors un fossé entre les déclarations officielles et les véritables conditions économiques et sociales, les pratiques administratives et politiques observées dans le pays, bref entre la mythologie et l’histoire. Parmi beaucoup d’autres, on peut citer deux textes qui paraissent être des exemples particulièrement significatifs de cette contradiction fondamentale.

Le premier est dû à Jean Despois, professeur de géographie à la Faculté des lettres, qui, lors de la séance inaugurale du soixante-dix-neuvième congrès des sociétés savantes à Alger, le 4 avril 1954, fait un exposé ayant pour objet de présenter l’Algérie à ses visiteurs : « Vous allez voir, leur dit-il, des paysages fort...

© CNRS Éditions, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search