Version classiqueVersion mobile

Un Proche-Orient sans romantisme

 | 
Leopold Weiss

Remerciements

Texte intégral

1Merci à toute l’équipe du Centre de recherche français de Jérusalem pour ce que nous partageons quotidiennement dans le travail et dans ses interstices. Toute ma reconnaissance va à Dominique Bourel, qui a accepté de relire en son entier la traduction de ce texte et réussi à tempérer quelquefois mes ardeurs métaphoriques. Un grand merci à Danielle Saffar pour sa confiance et son amical soutien, ainsi qu’à Anne Cadiot pour son précieux travail d’édition.

2Comme d’habitude, toute ma gratitude va à ma famille, qui, après avoir écouté, avec patience, des récits sur Czernowitz pendant une décennie, a été bercée, cette dernière année, par ceux sur Leopold Weiss alias Mohammad Asad.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search