Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de la décolonisation de l’empire colonial français, 1936-1956

 | 
Charles-Robert Ageron

Quatrième partie. Les prodromes de la décolonisation dans les États du Levant et du Maghreb

Continuité et ruptures dans la direction nationaliste algérienne à la veille du 1er novembre 1954

Benjamin Stora

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la construction d’un dictionnaire biographique consacré au courant E.N.A./P.P.A./M.T.L.D.1 et portant sur 600 dirigeants dans la période qui va de 1926 à 1954, nous avons établi trois séries pour la phase qui précède le 1er novembre 1954 :

  • Les 56 membres du Comité central du M.T.L.D. (1943-1953) (la différenciation entre messalistes et centralistes).
  • Les 30 dirigeants messalistes issus du Congrès d’Hornu (juillet 1954).
  • La direction du courant activiste :
  • le « groupe des 22 » ;
  • le « comité des 9 ».

C’est l’histoire des différentes crises qui secouent le M.T.L.D. et aboutissent au 1er novembre 1954, qui permet de conprendre ce découpage.

Dans la période qui va de 1949 à 1954, toute une série de crises affectent le P.P.A.-M.T.L.D., sa direction :

  • Crise de 1949, connue sous le nom de « crise berbériste », surgie dans la Fédération de France du M.T.L.D. et qui se dénoue par l’exclusion de plusieurs dirigeants kabyles.
  • Crise de 1950, à la suite du démantèlement de l’O.S. (Organisation para-m...

© CNRS Éditions, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540