Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de la décolonisation de l’empire colonial français, 1936-1956

 | 
Charles-Robert Ageron

Quatrième partie. Les prodromes de la décolonisation dans les États du Levant et du Maghreb

La commission des réformes musulmanes de 1944 et l’élaboration d’une nouvelle politique algérienne de la France

Guy Pervillé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est rare qu’un gouvernement confronté à un grave problème décide de le résoudre en définissant une politique nouvelle (ou semblant telle), c’est-à-dire un ensemble cohérent de mesures adaptées au but poursuivi et assorties des moyens nécessaires pour l’atteindre dans des délais fixés. Tel fut pourtant le cas du C.F.L.N., formé à Alger en juin 1943. Confronté à l’essor du nationalisme algérien révélé par le Manifeste, il prit acte de l’échec de la vieille politique d’assimilation de la Troisième République, et chargea une commission spéciale d’en élaborer une autre, différente par les moyens et les délais, sinon par le but. On sait que ses travaux furent à l’origine de l’ordonnance du 7 mars 1944, qui réalisa en l’élargissant le projet Blum-Viollette de 1936, et qui reconnut le principe de la « citoyenneté (française) dans le statut (musulman) ». Mais on sait moins qu’elle prépara également tout un programme de réformes économiques et sociales, destinées à traduire dans les faits ...

© CNRS Éditions, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540