Version classiqueVersion mobile

L’empire de l’intelligence

 | 
Jean-François Sabouret

Les auteurs

Texte intégral

1Jean-François Sabouret est directeur de Recherche au CNRS, directeur du Réseau Asie spécialiste du Japon. Il a dirigé et publié de nombreux ouvrages notamment, Japon peuple et civilisation, 2004, Besoin de Japon, 2004, La Dynamique du Japon, 2005. Il a créé et dirigé le bureau du CNRS au Japon en 1990. Il a également été correspondant de France-Inter jusqu’en 1996. Ses thèmes de recherche portent sur les descendants des hors castes, le système éducatif et la vie quotidienne au Japon. L’histoire de la R & D du Japon et l’épopée économique du Japon liée à sa stratégie de recherche sont pour lui des thèmes majeurs pour comprendre le Japon d’aujourd’hui et l’Asie de demain.

2Jean-Louis Armand est professeur des universités (université de la Méditerranée), ancien élève de l’École polytechnique et titulaire d’un doctorat en aéronautique et astronautique de l’université Stanford. Il a été successivement ingénieur aux Chantiers de l’Atlantique, maître de conférences à l’École polytechnique, professeur et président de Département à l’université de Californie à Santa Barbara, président de l’Institut méditerranéen de Technologie (précurseur de l’École Centrale de Marseille), président de l’Institut asiatique de Technologie (Bangkok et Hanoï). Il a servi comme membre du Conseil scientifique de Défense, du Conseil supérieur de la Recherche et de la Technologie, du Comité national d’Évaluation de la Recherche. Il est actuellement Conseiller pour la science et la technologie auprès de l’Ambassade de France au Japon.

3Jean-Yves Bajon est ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, ancien élève de l’École polytechnique, fonctionnaire du ministère de l’Économie et des Finances depuis 1990. Il a quinze ans d’expérience professionnelle en Asie en tant que chercheur en informatique (Japon, Tsukuba, 1985-88) et responsable de Mission Economique en Ambassade (Taipei, Shanghai et Singapour de 1993 à 2000 puis Tôkyô de 2003 à 2007).

4Étienne Barral est journaliste et consultant. Arrivé au Japon en 1986 en tant que correspondant du Nouvel Observateur, il a ensuite collaboré pour Enjeux-Les Échos. Reporter pour l’hebdomadaire japonais AERA jusqu’en 2002, il a depuis fondé son entreprise de conseil en marketing et nouvelles tendances, System B. Spécialiste de la société japonaise contemporaine, il a été le premier à pressentir l’importance du phénomène socioculturel des Otaku et à le populariser en France, notamment grâce à son livre Otaku, les enfants du virtuel (Denoël, 1999). Passionné par la relation que les Japonais entretiennent avec les robots, il prépare un documentaire sur ce thème, en collaboration avec Marc Caro.

5Guy de Roserières réside au Japon depuis bientôt 20 ans. Économiste de formation, il y a occupé des fonctions diverses, notamment dans le cadre d’échanges franco-japonais, au sein de l’administration japonaise. Il est actuellement représentant d’une importante société européenne dans le domaine de la défense et entretient dans ce cadre des rapports quotidiens avec les responsables de la défense et les cercles politiques japonais.

6Guy Faure est chargé de recherches au CNRS, spécialiste de science politique et d’économie. Il dirige depuis 2004 l’Institut de Recherches sur l’Asie du Sud-Est Contemporaine à Bangkok. Il a été directeur adjoint de l’Institut d’Asie Orientale de Lyon, directeur général de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française du Japon, (1986-1992), et pensionnaire à la Maison franco-japonaise de Tôkyô (1983-1985). Il a enseigné aux universités Chuo et Tôkyô, à l’INALCO à Paris et à l’IEP de Lyon, il a été chercheur invité à l’Université Waseda à Tôkyô, et au East-West Center à Honolulu. Il est l’auteur d’une thèse sur « le MITI et les processus de décision en politiques industrielles au Japon » (1982) et de nombreux articles sur l’administration japonaise.

7Yuko Harayama est docteur en sciences de l’éducation et en économie (Université de Genève), professeur a la faculte d’ingenierie (Université de Tôhoku au Japon), membre du Council for Science and Technology Policy du gouvernement japonais. Ses domaines de recherche s’étendent du système universitaire à la politique de la science et technologie, en passant par le système d’innovation. Parmi ses publications, Japanese Technology Policy : History and a New Perspective, The Development of Silicon Valley and the Curriculum Change at Stanford University, Le système universitaire japonais.

8Jean-Jacques Lavigne est un ancien élève de l’École Polytechnique (X74) et diplômé de l’Université de Tôkyô (Master of Sciences), a commencé sa carrière dans la recherche en métallurgie à l’IRSID (Institut de Recherche de la Sidérurgie) avant de rejoindre l’industrie nucléaire (SGN) et de participer à la conception de l’usine de retraitement de combustibles irradiés de Rokkasho-mura (préfecture de Aomori) fruit d’un transfert de technologie entre la France et le Japon. Entre 1996 et 2002 il a occupé le poste de conseiller nucléaire à l’ambassade de France au Japon avant de rejoindre le bureau Areva de Tôkyô où il a travaillé au rapprochement de Mitsubishi et de Areva. Après plus de 20 ans de carrière dans le nucléaire et les relations Franco-Japonaises, il dirige à présent le bureau de représentation du groupe Fives au Japon qu’il a ouvert en mars 2007.

9Karyn Poupée est journaliste, correspondante de l’Agence France Presse (AFP) au Japon et pigiste pour plusieurs magazines (Le Point, Air et Cosmos, L’Ordinateur individuel...). Ayant suivi une formation technologique sur les télécommunications et dispositifs de diffusion audiovisuels, elle est notamment chargée de couvrir l’information technique, scientifique et économique nippone. Elle est aussi l’auteur d’un ouvrage, La Téléphonie mobile, PUF, collection « Que-sais-je ? ». Intriguée par l’appétit des Japonais pour les innovations technologiques et les produits ou services auxquels elles donnent naissance, elle tente au fil de ses articles de décrypter et expliquer les raisons sociologiques de cet engouement unique.

10Alain-Marc Rieu est professeur, faculté de philosophie, université de Lyon et membre de l’Institut d’Asie Orientale (CNRS). Epistémologue intégrant la sociologie des sciences, il compare depuis les années 1990 les politiques de recherche américaines, japonaises et européennes du point de vue de leur environnement institutionnel. Il a publié de nombreux articles sur ces sujets (http://w3.enslsh.fr/​amrieu/​). Son livre Savoir et pouvoir dans la modernisation du Japon (Paris, PUF, 2001) étudie la trajectoire sociale et politique expliquant comment le Japon est devenu une « société de connaissance ».

11Jean-Claude Thivolle est professeur de Chinois, directeur du bureau du CNRS en Chine. Il anime des programmes de coopération scientifique avec ce pays : il a notamment exercé, à deux reprises, comme Attaché culturel au sein de l’ambassade de France à Pékin et de responsable des relations avec l’Asie à la Maison des sciences de l’Homme cette dernière décennie. Son expérience au service de la recherche en fait un observateur attentif de l’étonnante avancée scientifique d’un pays, qui a décidé de placer son avenir sous le sceau de la connaissance, ainsi que de son intégration dans l’espace asiatique de la recherche.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search