Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’empire de l’intelligence

 | 
Jean-François Sabouret

Chapitre 7. La coopération franco-japonaise en science et technologie : des pistes de réflexion

Jean-Louis Armand

Texte intégral

1Plus que jamais, le Japon fait reposer son expansion économique comme le bien-être de ses habitants sur la science et la technologie. La science et la technologie ont joué un rôle déterminant dans la modernisation du Japon entreprise dans la seconde moitié du xixe siècle, qui a su s’inspirer de la science occidentale, de ses structures et institutions de formation et de recherche en les adaptant à son usage et à sa culture propres. Si la science et la technologie occidentales ont pu s’épanouir dans le tissu social nippon en alimentant le processus de modernisation, elles se sont également nourries de la manière dont le Japon a su l’adapter et l’assimiler. Le Japon a su peu à peu bâtir un système de recherche original avec ses caractéristiques particulières qui, s’il a beaucoup appris de l’Occident, nous offre la possibilité de le confronter et d’en nourrir le nôtre.

  • 1 Yoshiko Okubo, Science et Technologie : Le mariage japonais, préface de Jean-Jacques Salomon, Éditi (...)
  • 2 Haruki Murakami, La Course au mouton sauvage, Le Seuil, Paris, 2002 et Danse, danse, danse. Le Seui (...)

2Comme l’ont fait remarquer judicieusement Yoshiko Ôkubo et Jean-Jacques Salomon1, le Japon ne connaît pas la distinction entre science « pure » et activités spéculatives et libérales d’un côté et de l’autre technique, arts et métiers et activités « serviles », héritage occidental issu des Grecs qui perdure dans notre idéologie comme le montrent sans cesse les débats agitant le monde des chercheurs français. Le « et » de science et technologie n’existe pas en japonais : il convient de dire, écrire et penser « sciencetechnologie » (« kagakugijutu ») d’un seul trait comme s’exprime le fantastique héros homme-mouton de Haruki Murakami2.

3Nous examinerons les caractéristiques essentielles du système de recherche japonais avant de faire le point sur les échanges passés et présents entre la France et le Japon en matière de science et de technologie.

Les caractéristiques du système de recherche japonais

Un effort de recherche très important auquel l’industrie participe pour une large part

4Le Japon a consacré en 2004 à l’effort national de recherche et développement 98 milliards d’euros, soit 3,2 % de son PIB, contre 32,4 milliards pour la France, représentant 2,14 % de son PIB (les chiffres correspondants pour les États-Unis sont 260 milliards et 2,68 %, pour l’Allemagne 49 milliards et 2,5 %, pour le Royaume-Uni 27 milliards et 1,73 %). Seuls les États-Unis dépensent plus que le Japon en valeur absolue, la Finlande avec 3,5 % et la Suède avec près de 4 % consacrant à l’effort de recherche une plus grande part en valeur relative de leur PIB que le Japon.

5La caractéristique principale du système de recherche japonais est la part considérable prise par l’industrie (les trois-quarts contre les deux tiers pour les États-Unis et l’Allemagne et seulement un peu plus de la moitié pour la France) dans le financement de l’effort de recherche. Avec une population double de la France, le Japon compte 830 000 chercheurs dont 450 000 en entreprises contre respectivement 250 000 et 100 000 pour la France.

Une recherche planifiée

6La revitalisation de l’économie japonaise qui sort d’une longue période de récession est la considération principale qui sous-tend la politique de la science et de la technologie.

7La politique de recherche du Japon est définie par la loi-cadre de 1995. Des plans à cinq ans ont été mis en place depuis 1996 :

  • 1er plan (1996-2000) mettant l’accent sur la recherche fondamentale et la recherche universitaire

  • 2e plan (2001-2005) mettant sur la réforme des universités et la compétitivité de la recherche (mobilité, financement sur projets en compétition, évaluation

  • 3e plan (2006-2010) mettant l’accent sur les avancées basées sur la recherche fondamentale, les ressources humaines, l’innovation, la santé et la sécurité

8Un Conseil pour la Politique de la Science et de la Technologie (CSTP) mis en place en 2001 auprès du Ministre auprès du Premier Ministre (« Cabinet Minister ») en charge de la Politique de la Science et de la Technologie définit les grandes orientations de la politique de recherche. Sept ministères, principalement le Ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie (MEXT) et le Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie (METI) se partagent avec diverses agences gouvernementales, les universités, les instituts nationaux et l’industrie le budget de recherche. Le CSTP est présidé par le Premier Ministre. Ses membres en sont le Ministre auprès du Premier Ministre en charge de la Politique de la Science et de la Technologie, les Ministres du MEXT, du METI, de la Gestion Publique, des Affaires Intérieures, des Postes et Télécommunications (MPHPT) et de l’Environnement (MOE), du Secrétaire Général du Cabinet, du Président du Conseil de la Science et de 7 représentants de l’université et de l’industrie.

9Les domaines prioritaires de recherche sont définis par l’État avec le concours du Conseil pour la politique scientifique et technologique (CSTP) présidé par le Premier Ministre, auquel participent comme nous l’avons vu des industriels.

10Quatre domaines prioritaires ont ainsi été reconduits pour la période 2006-2010 :

  • sciences de la vie

  • information et communication

  • environnement

  • nanotechnologies et matériaux

11avec quatre domaines annexes :

  • énergie

  • technologies de fabrication

  • équipements

  • espace et océan

Recherche fondamentale/recherche appliquée

12Contrairement à une idée répandue, des recherches fondamentales de très haut niveau sont menées en parallèle à des recherches appliquées au sein des laboratoires industriels et ne sont pas seulement l’apanage des laboratoires des organismes publics de recherche, l’État jouant un rôle de pilote en définissant des domaines prioritaires. Le Japon consacre 14 milliards d’euros à la recherche fondamentale, soit 0.44 % de son PIB, contre 8 milliards et 0.52 % pour la France.

13Des fonds spécifiques ont été dégagés pour encourager la compétition, et l’évaluation, encore balbutiante, se met en place. Les institutions publiques (universités, organismes de recherche) et les agences de financement ont été réformées pour devenir des organismes administratifs indépendants.

La réforme des universités nationales et organismes de recherche publics

14Une réforme importante des universités nationales a été entreprise en 2004 avec le passage d’un décret les transformant en organismes administratifs indépendants, à l’image des organismes publics (agences de moyens ou instituts de recherche). Le budget alloué aux universités nationales et aux organismes publics tient désormais compte de critères tels que la valorisation de la recherche ou l’internationalisation. Les enseignants ne sont plus des fonctionnaires. L’ouverture sur l’industrie est devenue pour les universités une obligation comme une nécessité. Les subventions aux universités publiques et aux instituts de recherche ont été progressivement réduites, afin de les encourager à faire acte de candidature pour des financements sur fonds compétitifs et de rechercher des collaborations avec l’industrie.

Les échanges d’étudiants et de chercheurs

Un développement basé sur les échanges

  • 3 James R. Bartholomew, The formation of science in Japan : Building a research tradition, Yale Unive (...)
  • 4 Élisabeth de Touchet, Quand les Français armaient le Japon : La création de l’arsenal de Yokosuka 1 (...)

15L’ère Meiji ouverte en 1867 (1868) a vu le renforcement de l’envoi à l’étranger d’étudiants et de chercheurs, commencé dans les dernières années de la période Tokugawa, destinés à leur retour à apporter aux universités nouvellement créées ainsi qu’à l’industrie les compétences scientifiques et techniques qui faisaient alors défaut au Japon dans de nombreux domaines. Sur un total de 3 000 étudiants en doctorat envoyés entre 1869 et 1914, toutes disciplines scientifiques et techniques confondues, les deux tiers l’ont été en Allemagne, 11 % au Royaume-Uni, 11 % aux États-Unis, 7 % en France, le reste se répartissant entre l’Autriche, la Belgique, l’Italie, les Pays-Bas et la Suisse. Si l’Allemagne accueillait 90 % des étudiants en médecine, elle n’accueillait plus que 30 % des étudiants en sciences de l’ingénieur, 28 % allant aux États-Unis, 26 % au Royaume-Uni et 14 % en France3. Cette relative popularité de la France dans ce domaine peut s’expliquer par l’influence d’ingénieurs français appelés dès le gouvernement Tokugawa à contribuer à la modernisation industrielle du Japon dans le cadre de son ouverture à la civilisation occidentale. Sans pouvoir les citer tous, mentionnons les noms des polytechniciens François Léon Verny, le fondateur de l’arsenal de Yokosuka, Louis-Emile Bertin, qui prit part à la construction de navires de guerre de la marine japonaise, du centralien Henri Pélegrin, qui fonda et dirigea les usines à gaz de Yokohama et de Tôkyô et introduisit l’éclairage public au gaz. Verny envoya les premiers auditeurs japonais à l’École polytechnique, et Bertin forma sur place des ingénieurs japonais envoyés en France pour se parfaire à l’École du Génie maritime4.

16Les universités japonaises nouvellement créées, qu’elles soient impériales – Tôkyô (1877), Kyôto (1907), Tôhoku (1907), Kyûshu (1911), Hokkaidô (1918), Ôsaka (1931), Nagoya (1939) – ou privées – Keiô (1858), Waseda (1882) – faisaient au départ très largement appel à des professeurs étrangers (les salaires des professeurs étrangers à l’université de Tôkyô allant jusqu’à représenter les premières années un tiers du budget total de l’université). Ces professeurs étaient originaires avant tout d’Allemagne (surtout en médecine), du Royaume-Uni, des États-Unis et de France.

17Les échanges se sont depuis très largement intensifiés, et ce dans les deux sens, perpétuant néanmoins un déséquilibre structurel dans le sens des échanges : si 120 000 chercheurs japonais sont envoyés annuellement à l’étranger dans le cadre de conférences ou pour des séjours de courte, moyenne ou longue durée, toutes disciplines confondues, 30 000 chercheurs étrangers viennent en contrepartie au Japon, dans la proportion de quatre à un.

18Six mille scientifiques japonais sont venus en France en 2006, alors que plus de mille chercheurs français sont venus au Japon, dont sept cents au travers du CNRS. Les statistiques du Ministère de l’éducation, de la culture, des sports, de la science et de la technologie (MEXT) montrent que plus des quatre cinquièmes des chercheurs japonais se rendant en France bénéficient d’un soutien financier : 77,6 % côté japonais (34 % en provenance de sources gouvernementales), 4,6 % côté français. (total : 82,2 % : 17,8 % ne sont pas financés) Plus de 90 % des chercheurs français se rendant au Japon bénéficient d’un soutien financier : 77,7 % côté japonais (50 % en provenance de sources gouvernementales), 15 % côté français (total 92,7 %, 7,3 % non financés). Ces chiffres montrent l’importance attachée par le Japon aux échanges de chercheurs, et l’importance du financement japonais qui y est attaché, dans un sens comme dans l’autre. La Société Japonaise pour la Promotion de la Science (JSPS), un organisme aujourd’hui indépendant mais financé intégralement par le MEXT, met en œuvre ces échanges côté japonais. Le CNRS, dans le cadre d’accords passés dès 1971 avec la JSPS, met en œuvre une proportion importante des échanges côté français.

19Si près de 50 000 japonais étudient dans les universités américaines, ils ne sont que 1 700 à choisir la France, septième destination pour les étudiants japonais après les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni, le Canada, la Corée, l’Allemagne et l’Australie. Le déséquilibre dans le sens des échanges est encore net : moins de 300 étudiants français choisissent d’étudier au Japon, la France occupant la vingtième place derrière la Chine, la Corée, Taiwan, la Malaisie, la Thaïlande, le Vietnam, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, l’Allemagne, entre autres.

20Ces chiffres, qui sont toutes disciplines confondues, cachent une autre réalité : moins de cent étudiants japonais suivent des cursus scientifiques (sciences pures, médecine, sciences de l’ingénieur). La plupart suivent des études de français langue étrangère, de littérature, accessoirement de sciences humaines et sociales ou sciences politiques. Nous n’arriverons à attirer plus d’étudiants japonais dans des disciplines scientifiques que dès lors qu’ils pourront trouver en France ce qu’ils ne peuvent trouver au Japon. C’est ainsi qu’une discipline comme l’architecture, sous ses différentes composantes, exerce un attrait indiscutable. L’œnologie attire toujours, tout comme les études dans des domaines liés aux industries de luxe. La difficulté à attirer des étudiants dans les cursus scientifiques est également liée à la spécificité de notre système d’enseignement supérieur, dont la lisibilité est loin d’être évidente vue du Japon. Les universités japonaises ont été profondément réorganisées sous l’occupation américaine (1945-1951) sur le modèle américain (bachelor en quatre ans, master en deux ans, Ph.D.). L’introduction du système LMD devrait heureusement permettre à nos universités et grandes écoles de rendre leur offre plus lisible au plan international.

21Par contre, il est encourageant que la majorité des trois cents étudiants français au Japon suivent eux des cursus scientifiques et techniques dans les principales universités du pays, où ils peuvent trouver des compléments utiles aux études déjà entreprises dans des domaines d’excellence. Quarante étudient ainsi à l’Université de Tôkyô, où la France occupe par sa représentation la première place des pays occidentaux, avant les États-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

22À un déséquilibre dans le sens des échanges entre le Japon et la France s’ajoute donc un déséquilibre structurel en défaveur de la science et de la technologie française. La France serait-elle victime de son image très forte au Japon de patrie de la mode et du luxe, éclipsant l’intérêt de ce qu’elle a à offrir en matière de science et de technologie ?

  • 5 Shokichi Iyanaga, Mémoires sur l’histoire des mathématiques contemporaines au Japon, Maison franco- (...)

23Le cas des mathématiques5 est intéressant. Quatre professeurs occidentaux, un américain et trois français, avaient introduit l’enseignement des mathématiques à l’école d’études occidentales (Kaiseijo puis Kaiseigakko), devenue en 1877 l’université de Tôkyô (Tôkyô daigaku). Ils ont peu à peu été remplacés par des professeurs japonais ayant étudié en Europe, et particulièrement en Allemagne et en France. Le Professeur Shokichi Iyanaga, qui a lui-même étudié les mathématiques en France en tant qu’un des premiers boursiers du gouvernement français (1931) et a effectué toute sa carrière à l’université de Tôkyô, note que les États-Unis, ayant accueilli avant et pendant la seconde guerre mondiale un nombre considérable de mathématiciens européens fuyant le nazisme, ont su au travers d’institutions comme l’Institute for Advanced Studies à Princeton ou les départements de mathématiques des grandes universités devenir un centre d’études mondiales des mathématiques, devenant la destination privilégiée des étudiants et chercheurs japonais dans ce domaine au détriment de l’Allemagne ou de la France.

24Plus généralement, comment est-il possible de susciter l’intérêt japonais pour la science et la technologie françaises ? Depuis 1931, le gouvernement français offre des bourses d’études, qui ont permis depuis leur création à plus de mille étudiants japonais de venir poursuivre leurs études scientifiques et techniques en France. Tous sont revenus et la plupart occupent des postes d’influence dans l’enseignement supérieur et la recherche, l’industrie ou l’administration, constituant un réseau précieux. Le nombre et la valeur des candidats à ces bourses dépendent de leur attractivité : des initiatives prometteuses sont en cours de mise en place pour permettre de la renforcer. Un certain nombre d’industriels français ont fait part de leur intérêt pour co-financer des bourses d’études dans des domaines scientifiques particuliers, formant ainsi un vivier d’ingénieurs japonais au fait de leurs recherches et méthodes qui reviendront travailler dans leurs filiales japonaises. La Fondation Pasteur Japon apporte un financement complémentaire à deux bourses de post-doctorat à l’Institut Pasteur. Citons également les bourses en co-financement avec l’Université féminine Ochanomizu, grâce à un fonds légué à cet effet par une ancienne boursière du gouvernement français, devenue professeur à cette université.

25Des échanges menant au double-diplôme d’ingénieur ont été mis en place initialement entre l’École Centrale de Nantes et l’Université Keiô. Ils sont maintenant étendus aux Écoles Centrales et à l’INSA de Lyon côté français, à l’université Tôhoku et bientôt à d’autres universités japonaises. L’École polytechnique entretient des relations privilégiées avec l’Université de Tôkyô : une dizaine d’anciens élèves viennent chaque année y poursuivre des études de maîtrise ou de doctorat. L’établissement en 2003 du collège doctoral franco-japonais permet de renforcer les échanges d’étudiants doctorants dans l’ensemble des disciplines au travers d’un financement bilatéral, l’idée étant de donner les moyens aux doctorants d’effectuer une année sandwich à l’étranger. Le collège fait toutefois apparaître les mêmes déséquilibres dans le sens et la nature des échanges que ceux mentionnés plus haut : deux fois plus de doctorants japonais en profitent que de doctorants français, avant tout dans les humanités, la majorité des français s’intéressant aux sciences pures et appliquées. Si la plupart des universités japonaises de renom sont membres du collège doctoral, le collège reste limité côté français à un nombre limité d’universités sans que les grandes écoles soient actuellement en mesure d’y participer. L’inclusion des écoles d’ingénieurs aurait pourtant pour effet de renforcer l’attractivité pour les étudiants japonais des sciences de l’ingénieur, aujourd’hui trop peu représentées.

26Le Japon a de son côté pris conscience de l’importance de favoriser l’ouverture à l’international : centres de recherche et universités nationales, devenus autonomes dans le cadre de la réforme de 2001, sont incités à s’ouvrir à l’international en favorisant l’accueil d’enseignants, de chercheurs et d’étudiants étrangers. Les conseils scientifiques des universités et des organismes de recherche s’ouvrent à des personnalités étrangères, dont quelques français.

27Pourtant, s’il est vrai que les scientifiques français les plus connus au Japon et ce dès l’école sont Jean-Henri Fabre (18231915), Louis Pasteur (1822-1895) et Marie Curie (1867-1934), la communauté scientifique japonaise sait reconnaître la valeur de la science française. Le prestigieux Japan Prize a depuis sa création en 1985 été jusqu’ici attribué cinq fois à des français : Georges Vendryes (1988), Luc Montagnier (1988), Xavier Le Pichon (1990), Jacques-Louis Lions (1991), Albert Fert (2007). La France occupe ainsi la quatrième place, derrière les États-Unis, le Japon, le Royaume-Uni, mais devant l’Allemagne.

28Le Japon a toujours encouragé le départ pour l’étranger mais surtout le retour de ses meilleurs chercheurs, faisant ainsi bénéficier son enseignement supérieur et sa recherche des meilleures pratiques. On peut par contraste regretter que notre pays ne soit préoccupé que récemment de l’importance d’offrir des conditions de retour décentes à ceux de ses chercheurs qui se sont expatriés et où certains ont effectué à l’étranger des carrières remarquables. André Weil dénonçait déjà il y a plus de cinquante ans dans son article « Science française ? » paru dans la Nouvelle NRF ce repliement sur soi des universités françaises incapables alors de trouver un poste pour Claude Chevalley qui enseignait à l’université Columbia à New York et souhaitait rentrer en France. Le CNRS a pour sa part pris conscience de l’importance d’attirer les chercheurs étrangers et mis en place des mesures propres à attirer les meilleurs.

La coopération franco-japonaise en science et technologie

29La coopération franco-japonaise en matière de science et de technologie s’est très tôt structurée, d’abord autour d’une instance décisionnelle bilatérale, le Comité conjoint, qui se réunit tous les deux ans (la dernière réunion a eu lieu en 2006) et d’un organe consultatif, le Comité consultatif conjoint, dont la 7e réunion a eu lieu début 2007, chargé de réfléchir aux axes à privilégier. Depuis 2003 a été mis en place avec la Société japonaise pour la promotion des sciences (JSPS) un programme d’actions intégrées (PAI), le programme Sakura. Le programme « Frontières de la Science » récemment mis en place constitue une initiative ambitieuse et prometteuse

Le Comité conjoint et le Comité consultatif conjoint

30Le Comité conjoint est co-présidé par le Directeur de la coopération universitaire et de recherche (DCUR) de la Direction générale de la coopération internationale et du développement (DGCID) du Ministère des Affaires Étrangères français (MAE) et l’Ambassadeur en charge de la coopération scientifique et technologique du Ministère des Affaires Étrangères japonais (Gaimushô). Il est composé de représentants des ministères et d’organismes de recherche. Cette instance a son équivalent pour d’autres pays : États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Suède... Dans le cas des États-Unis, le haut-comité pour la coopération scientifique et technologique est co-présidé par le Ministre japonais de l’éducation, de la culture, des sports, de la science et de la technologie (MEXT), le Ministre placé auprès du Premier Ministre en charge de la politique scientifique et technologique et le Conseiller pour la science du Président des États-Unis et Directeur du Bureau pour la politique scientifique et technologique.

31Les domaines abordés comprennent les échanges de chercheurs, les sciences de la terre et de l’environnement, observation terrestre, les technologies de sécurité intérieure, l’énergie, les nanotechnologies et les matériaux avancés, la prévention des risques.

32Les travaux du Comité conjoint sont préparés par un Comité consultatif conjoint composé pour moitié de personnalités françaises et japonaises du monde de la recherche et de l’industrie, qui se réunit également tous les deux ans.

Le PAI Sakura

33Les Programmes d’actions intégrées (PAI) sont des programmes bilatéraux incitatifs et co-financés, visant à promouvoir des projets de recherche conjoints et destinés à encourager les échanges de jeunes chercheurs. Après appel à propositions annuel, les candidatures sont évaluées sur la base de l’excellence scientifique par chacune des parties. Le Ministère des Affaires Étrangères, qui en est le maître d’œuvre côté français, fait appel pour cela à la Mission scientifique, technique et pédagogique (MSTP) du Ministère délégué à l’enseignement supérieur et la recherche. La JSPS fait de son côté appel à des experts indépendants. Outre le financement du surcoût international des projets conjoints dans le cadre de l’encouragement à la mobilité des chercheurs, le PAI permet de stimuler les partenariats, de maintenir le dialogue institutionnel et d’effectuer une veille sur les thématiques les plus fédératrices et les équipes les plus actives. Son financement représente désormais plus de la moitié de l’enveloppe de l’Ambassade pour la coopération scientifique et technique. Il financera en 2007 trente-deux projets, dont seize nouveaux, couvrant l’ensemble des champs thématiques, impliquant organismes de recherche, universités et grandes écoles.

Le programme Frontiers of Science (FoS)

34Initié en 2006, le programme est mis en œuvre conjointement par la Société japonaise pour la promotion des sciences (JSPS), le Ministère des Affaires Étrangères, le Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et le CNRS, qui en assure avec la JSPS la logistique. Quatre-vingt jeunes chercheurs japonais et français, toutes disciplines confondues, choisis parmi les plus prometteurs de leur génération se réunissent une fois par an pour écouter un certain nombre d’entre eux présenter l’état des recherches dans leurs disciplines en s’efforçant de mettre en évidence les défis auxquels ils sont confrontés et les obstacles qui limitent les avancées possibles. Tous les participants contribuent ensuite à une discussion générale, qui leur permet de forger des coopérations avec d’autres chercheurs dans des champs différents des leurs. La première édition qui s’est tenue près de Tokyo début 2007 a été extrêmement prometteuse.

Une coopération technique exemplaire : les chemins de fer

35La mise en service dès 1964 du train à grande vitesse Shinkansen reliant les 515 km de Tokyo à Osaka en 3 heures et 10 minutes, précédant de 17 ans la mise en service en 1981 du TGV entre Paris et Lyon avec des pointes de vitesse de 260 km/h (alors que le Shinkansen en était resté à des pointes de vitesse de 220 km/h) n’aurait pas été possible sans l’apport de la France de l’immédiate après-guerre. La SNCF a en effet été pionnière de la traction électrique par courant monophasé de fréquence industrielle. À l’instigation du Président des Chemins de Fer du Japon (JNR), des missions ont été envoyées en France dès 1951, à la fin de l’occupation américaine, pour étudier les percées françaises dans ce domaine et participer à des journées d’information (Annecy 1951, Lille 1955). Le résultat a été la mise en place dès 1953 par le JNR d’une Commission d’enquête sur l’électrification par courant alternatif qui a conclu à la faisabilité du projet, à la construction de la première motrice en 1955 et à la mise en place dix ans plus tard du Shinkansen. Cette avancée technologique majeure a à son tour fourni l’élan nécessaire côté français, qui a su les enseignements de l’exemple japonais pour sa réalisation propre. C’est grâce à cette coopération menée dans un esprit de saine et amicale émulation que la France et le Japon, disposent aujourd’hui, et demain l’Europe et l’Asie, de deux des systèmes ferroviaires à très grandes vitesses les plus avancés. Il est à noter que les forces d’occupation américaine (1945-1951) souhaitaient privilégier le développement autoroutier du Japon au détriment des chemins de fer, et s’opposait pour ces derniers à leur électrification, privilégiant les tractions diesel de la General Motors.

Le Japon et l’innovation

36Plus que jamais, le Japon base son développement économique sur la science, la technologie et l’innovation. L’industrie japonaise a été pionnière dans un grand nombre de technologies industrielles et de fabrication comme l’automobile, l’électronique grand public, la mécatronique, qu’elle a su constamment perfectionner. Elle a poursuivi dans les domaines de l’automobile ou de l’électronique dans les années fastes 1970 et 1980 une approche de l’innovation basée sur l’apprentissage par la réalisation (« learning by doing »), favorable aux grandes entreprises qui peuvent constamment améliorer leurs produits en fonction des réactions des utilisateurs plutôt qu’aux jeunes pousses. Si les échecs du Japon dans les années 1990 dans les domaines du logiciel ou des biotechnologies sont incontestables, il n’en reste pas moins vrai que les technologies des prochaines années pourraient offrir des angles d’attaque qui lui sont favorables. Le Japon voit dans les défis environnementaux le moyen de développer des technologies appropriées, et mise sur ses investissements dans les nouvelles techniques de stockage et de production d’énergie. Le Japon a également pris une avance considérable dans le développement de robots à caractéristiques humanoïdes, qui pourraient un jour venir en aide à une société vieillissante. Il investit massivement dans les nanotechnologies, une maîtrise du minuscule permettant de fabriquer des circuits intégrés et matériaux plus performants, utilisés pour transformer une variété d’industries. Les recherches dans les neurosciences, motivées par le vieillissement de sa population, ont atteint un développement remarquable.

37La manière dont les universités nationales ont su sans douleur se réformer de fond en comble pour leur permettre de s’ouvrir au monde industriel ne devrait pas manquer non plus de nous laisser indifférents : six des universités nationales japonaises figurent d’ailleurs dans le classement dit de Shanghaï (comme d’ailleurs dans d’autres classements tel celui du Financial Times) des cent meilleures mondiales. L’expérience acquise par les clusters du MEXT et du METI pourra être utilisée avec profit par nos pôles de compétitivité.

38Le Japon montre également qu’une recherche tirée par les applications n’est pas nécessairement de qualité inférieure : l’ingénieur Koichi Tanaka a obtenu en 2002 le prix Nobel de chimie pour ses recherches sur les techniques d’ionisation entreprises dans le cadre du développement d’instruments de mesure pour le fabricant Shimazu. Le Japon a également pris conscience de l’importance à attacher à la recherche fondamentale.

Les vingt prochaines années

39Une des premières mesures mises en place par le gouvernement de Shinzô Abe arrivé au pouvoir en septembre 2006 a été la mise en place d’une commission Innovation 25 chargée de réfléchir à la place de la science et la technologie dans le Japon des vingt prochaines années. Le rapport intérimaire de cette Commission a été rendu public fin février 2006.

40Face au vieillissement de sa population, le Japon doit obéir à deux impératifs : innover et s’ouvrir.

41Il faut apprendre à ne plus taper pour le faire rentrer dans la planche « le clou qui dépasse », mais au contraire à accepter et encourager la différence (ce qu’une partie de la jeunesse semble avoir déjà compris). Il faut également que la société japonaise devienne une société plus ouverte qu’elle ne l’est aujourd’hui.

42Il faut susciter l’intérêt pour la science et la technologie du public, et des jeunes en particulier. Une commission sur la revitalisation de l’enseignement, également mise en place par le gouvernement, est chargée de réfléchir aux mesures propres à l’intérêt des élèves et des étudiants (et tout spécialement des étudiantes) pour les études scientifiques.

43Si certains japonais continuent à rêver d’une société utopique où des robots humanoïdes s’occuperaient des personnes âgées, d’autres reconnaissent qu’un développement sociétal harmonieux (le « beau pays », slogan de campagne de Shinzô Abe) passe par la prise en compte de la réalité des défis d’aujourd’hui, par la définition des réponses à leur apporter et leur mise en œuvre. N’y a-t-il pas une leçon à tirer également pour notre pays, qui, si l’on réfléchit bien, partage beaucoup plus de similarités avec le Japon que cela est communément admis. Un livre de géographie allemand de la fin du xixe à destination des petits écoliers de l’empire germanique n’allait-il pas jusqu’à comparer les Japonais à des « Français de l’Asie » ?

Notes

1 Yoshiko Okubo, Science et Technologie : Le mariage japonais, préface de Jean-Jacques Salomon, Éditions ESKA, Paris, 1997.

2 Haruki Murakami, La Course au mouton sauvage, Le Seuil, Paris, 2002 et Danse, danse, danse. Le Seuil, Paris, 2004.

3 James R. Bartholomew, The formation of science in Japan : Building a research tradition, Yale University Press, New Haven et Londres, 1989.

4 Élisabeth de Touchet, Quand les Français armaient le Japon : La création de l’arsenal de Yokosuka 1865-1882, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2003.

5 Shokichi Iyanaga, Mémoires sur l’histoire des mathématiques contemporaines au Japon, Maison franco-japonaise, Tokyo, 1996.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540