Version classiqueVersion mobile

L’empire de l’intelligence

 | 
Jean-François Sabouret

Chapitre 6. Le Japon, un pays sans défense ?

Guy de Roserières

Texte intégral

Pas d'armée mais deuxième budget mondial en matière de défense

1Au Japon, l'homme de la rue se félicite de ce que son pays soit résolument pacifiste et ne possède donc pas d'armée. L'article 9 de la Constitution actuelle (promulguée en novembre 1946, entrée en vigueur depuis mai 1947) stipule en effet qu'« il ne sera jamais maintenu de forces terrestres, navales et aériennes, ou tout autre potentiel de guerre ». C'est ce qui explique que le Japon soit officiellement aussi dépendant, en matière de défense, de la protection du « grand frère américain ».

2En dépit de cet article 9, cependant, le Japon possède bel et bien des forces militaires, dont l'existence est justifiée par les exigences de maintien de l'ordre et de sécurité du territoire... Et un coup d'œil aux chiffres montre que bien que limité depuis 1976 à 1 % du PNB japonais, le budget de la défense au Japon atteint (hors pensions) un montant tout à fait conséquent de 47Md USD, qui le situe au deuxième rang mondial derrière les États-Unis (400 Md USD) et devant la France (38 Md USD), ainsi que loin encore devant le budget officiel de la défense chinoise (25 MUSD). Les Forces d'autodéfense japonaises, fortes d'environ 250 000 soldats professionnels, sont équipées de matériels modernes, comprenant en particulier 850 aéronefs (dont plus de 300 avions de combat), 600 chars, 50 navires de guerre (les plus sophistiqués d'Asie) et 16 sous-marins. Qui plus est 90 % de cet équipement est produit localement.

Le pacifisme du Japon, une histoire récente

3Avant de devenir le pays pacifiste que l'on sait, le Japon était à l'inverse connu pour ses capacités dans le domaine militaire. Après la restauration de l'empereur en 1868 (début de l'ère Meiji), parallèlement à la modernisation et à l'industrialisation du pays, l'armée japonaise avait été réorganisée avec l'aide des militaires français et allemands, et en 1894, à la suite d'un différend au sujet de la Corée, les Japonais avaient attaqué et vaincu les forces chinoises. Dix ans plus tard, les troupes japonaises s'attaquaient à la Russie. Brillamment commandées, elles s'emparaient de Port Arthur en 1905, après avoir accumulé les victoires en Manchourie, et annihilé la flotte russe au large des îles Tsushima. La Russie était vaincue et le Japon devenait le premier pays « de couleur » à avoir infligé une défaite à une grande puissance occidentale.

4Fortement stimulée par les besoins militaires, l'industrie lourde japonaise (construction navale, armement) se développe en étudiant et perfectionnant les acquis étrangers. Si le premier avion qui a volé au Japon – en décembre 1910 – était un avion de fabrication française (biplan Henri Farman), et si les premiers équipements aéronautiques (avions, hydravions, moteurs, ballons...) de l'armée et de la marine japonaises furent principalement importés de France, le Japon s'est rapidement lancé dans la fabrication sous licence de ses avions et de ses moteurs avant de s'attaquer à la conception de ses appareils, d'abord avec l'aide d'ingénieurs français, anglais et allemands. Ensuite (dans la seconde moitié des années 1930), le Japon accède au rang des pays ayant la capacité de développer des avions de combats performants, en particulier les célèbres chasseurs Zéro de Mitsubishi et Hayabusa de la société Nakajima (aujourd'hui Fuji Heavy Industries (FHI)), dont la maniabilité allait permettre pendant les premières années de la Seconde Guerre mondiale d'infliger des pertes conséquentes aux armées alliées.

5En 1942, les forces japonaises disposaient de chars légers, de porte-avions, d'avions de combat, de cuirassés célèbres comme le Yamato - le plus grand jamais construit à ce jour (263 mètres de long, soit exactement la même longueur que le porte avion Charles de Gaulle aujourd'hui) et de sous-marins de poche. D'une façon générale, on peut dire qu'au moment où le Japon provoque l'éclatement du conflit dans le Pacifique, sa technologie militaire est au moins égale à celle des Occidentaux. La situation se renverse progressivement à partir de l'année 1943 par l'arrivée de nouveaux matériels américains (dont les avions de chasse embarqués Grumman F6 Hellcat et les chasseurs à long rayon d'action Lockheed P38). Les troupes japonaises doivent abandonner une à une leurs conquêtes, en particulier les îles des Philippines, et ne peuvent empêcher les forces américaines de progresser vers les îles du Japon ; le Japon n'est plus a l'abri, les bombardiers B-29 américains bombardant continuellement les grandes villes et les centres industriels du Japon. Malgré la pénurie de matières premières et d'essence, jusqu'au dernier moment, le Japon poursuit son effort de guerre, produisant en série des avions destinés aux troupes de kamikazes et des torpilles sous-marines pilotées, et il parvient même en août 1945 à faire voler un prototype d'avion à réaction, le Nakajima Kikka (développé à partir du Messerschmitt 262 allemand).

6Au moment de la défaite (haisen), que les autorités préfèrent encore nommer la « fin de la guerre » (shusen), l'industrie japonaise avait produit plus de 60 000 avions dont plus de 30 000 avions de chasse et plus de 15 000 bombardiers (voir annexe 2). On peut légitimement se demander ce qu'il est advenu de ces milliers d'ingénieurs spécialisés. Si certains ingénieurs de génie, tel Itokawa Hideo, ancien ingénieur aéronautique chez Nakajima qui, après la guerre, créa ex nihilo un nouveau modèle de violon avant de devenir le pionnier du secteur spatial japonais et d'ouvrir dix ans plus tard à l'université de Tokyo la première chaire aérospatiale, surent explorer des voies nouvelles, nombreux furent ceux qui se reconvertirent dans l'industrie automobile. Ainsi, le père de la Toyota Corolla, Hasegawa Tatsuo, avait commencé sa carrière comme ingénieur aéronautique chez l'avionneur Tachikawa Hikôki. D'autres, on le verra plus tard, continuèrent sur leur lancée dans les domaines de la défense au sens large du terme.

Évolution de la politique de Défense de 1945 à nos jours

Création des Forces d'autodéfense, une armée « civile »

7Entre 1940 et 1945, l'effectif des troupes japonaises était passé de 350 000 soldats professionnels et 2 millions de réservistes à 5 millions de soldats, réservistes compris. Démantelées après la guerre, les forces militaires japonaises commencèrent à se réorganiser en 1950 (dans le contexte de la guerre de Corée) sur ordre du général Mac Arthur, sous la forme d'unités de réserves de police dont les effectifs ne devaient pas dépasser 75 000 hommes. En 1952, ce sont des troupes de réserves marines qui sont créées sous la tutelle de l'agence de sécurité maritime. Enfin, l'année 1954 voit la création de l'Agence de Défense japonaise (« Bôeichô », ou JDA) sous sa forme actuelle, qui comprend pour la partie opérationnelle trois corps appelés respectivement Forces d'autodéfense terrestre (« Rikujô-Jieitai »), maritime (« Kaijô-Jieitai ») et aérienne (« Kôkû-Jieitai »). C'est probablement le terme d'« autodéfense » qui fait que la plupart des Japonais considère, dans bien des cas, que leur pays ne dispose pas d'armée.

8Afin de prévenir la résurgence du militarisme d'avant-guerre, les responsables japonais renforcèrent en 1954, lors de la création des Forces d'autodéfense, la garantie constitutionnelle de leur contrôle civil. La défense japonaise est donc organisée autour d'un système unique au monde : tout le personnel des SDF (Self Defense Forces) est « techniquement parlant » un personnel civil et les effectifs en uniforme, répertoriés comme fonctionnaires spéciaux, répondent aux ordres des fonctionnaires non militaires qui gèrent l'Agence de Défense dans son ensemble.

Révision de l'accord bilatéral en 1960

9En 1959, des discussions bilatérales furent engagées avec les États-Unis afin de réviser un premier traité signé en 1951 mettant fin officiellement à l'occupation du Japon par les forces alliées. Ce nouveau texte, appelé « Treaty of Mutual Cooperation and Security », est signé en 1960 à Washington. À noter que son article 6 contient un relevé précis des forces américaines stationnées au Japon ainsi que de l'assistance que leur doit l'État japonais. Il est en outre précisé, sous forme de « Minutes » jointes à cet accord, que le gouvernement américain devra consulter le gouvernement japonais avant de modifier la forme de sa présence sur le territoire japonais... Comme la souveraineté japonaise n'avait pas encore été rétablie sur Okinawa (où était déjà basée la majeure partie des troupes américaines) – elle ne le sera qu'en 1972 – cet engagement n'avait qu'une portée très réduite.

10De façon générale, la formulation extrêmement vague des missions militaires mentionnées laissait une large part à l'interprétation, et prêtait le flanc à la critique de tous ceux qui reprochaient au pays de ne pas posséder de stratégie militaire. Extrêmement impopulaire, le nouveau traité (nichibei anpo joyaku) entraîna finalement la démission du Premier Ministre de l'époque, Kishi Nobusuke (grand-père maternel de l'actuel premier ministre Abe Shinzo), qui resta néanmoins à la tête du parti libéral démocrate.

1976 : Redéfinition des objectifs de la défense

11Dans son plan de défense nationale en 1976, le gouvernement essaya donc de définir plus précisément ces missions en établissant des règles de fonctionnement et d'intervention des Forces d'Autodéfense. En vertu de ces règles, dans le cas d'une attaque de portée limitée, les Forces d'Autodéfense interviendraient promptement afin de maîtriser la situation. En cas d'attaque de force supérieure, elles interviendraient pour bloquer l'agresseur jusqu'à ce que les forces américaines arrivent à leur secours. Pour ce qui est du risque nucléaire, le Japon se mettrait à l'abri du parapluie américain.

12L'invasion soviétique en Afghanistan en 1979 et la montée en puissance des forces militaires soviétiques, jusque dans un chapelet d'îles à la pointe Est du Hokkaido (ces îles, les plus méridionales de l'archipel des Kouriles, annexées à la fin de la guerre par l'URSS, sont l'objet d'un contentieux territorial non résolu à ce jour avec le Japon et demeurent d'ailleurs l'unique obstacle à la signature d'un traité de paix entre la Russie et le Japon, plus de soixante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale...) ont poussé le gouvernement à moderniser son dispositif, en particulier dans le domaine de la défense aérienne et de la lutte anti sous-marine.

13À la fin des années 1980, le sentiment antimilitariste des Japonais, très répandu après la guerre, s'était atténué. Le peuple japonais s'habitue à ses forces de défense, et à l'idée que le Japon devrait adopter une position en matière diplomatique et de défense conforme à son rang de grande puissance économique. C'est le moment que choisissent les Forces d'Autodéfense pour lancer une opération de séduction sous la forme d'une vaste campagne d'actions d'utilité publique : plus de 130 000 soldats sont ainsi mobilisés pour 3 000 opérations à travers le pays entre 1984 et 1988. Les forces japonaises participent aux exercices de prévention des tremblements de terre, aux événements sportifs, et jusqu'à des expéditions en Antarctique..... Les communautés proches des bases militaires font l'objet d'une attention toute particulière, les Forces d'Autodéfense y bâtissant des routes nouvelles, des réseaux d'irrigation et des écoles. Tout cela ne permet toutefois pas d'éradiquer totalement la résistance à la présence militaire dans certaines régions particulièrement sensibles, notamment les îles d'Okinawa.

NPO, premiers détachements à l'étranger

14En 1987, le gouvernement japonais envisage le détachement de troupes pour protéger les navires croisant dans le Golfe Persique, mais jugeant que l'opinion publique japonaise n'est pas encore prête, décide de se contenter de financer l'installation de matériel de radioguidage pour la navigation dans la zone du Golfe.

15Une première loi sur les opérations de maintien de la paix, votée en 1992, élargit de facto la notion d'autodéfense en permettant la même année, et pour la première fois depuis 1945, à des militaires japonais d'être déployés en mission à l'étranger en tant que casques bleus au Cambodge. Ils seront également envoyés au Mozambique en 1993.

16En 2001, suite aux attentats du 11 septembre, une loi autorisant le soutien logistique dans des pays tiers l'ayant demandé et en dehors des zones de combat, permet à la marine japonaise de détacher des frégates dans l'océan Indien.

Irak, premier envoi de troupes en zone de combat

17Enfin, après le vote difficile d'une loi extraordinaire en 2003, le Japon envoie pour la première fois depuis 50 ans, en Irak, des troupes dans une zone de combat, participant ainsi (même si l'aspect pacifique et humanitaire de sa démarche est bien entendu mis en avant par le gouvernement japonais), à la coalition militaire menée par les États-Unis. Hormis le fait que cette décision montre, s'il en était besoin, son empressement à venir en aide à l'allié américain, elle traduit surtout une évolution majeure de l'opinion publique qui, tout en s'opposant à plus de 80 % à ce détachement de forces japonaises en Irak, n'en a finalement pas tenu rigueur au gouvernement Koizumi qui l'a imposé.

Évolution de l'industrie de Défense

Démantèlement des zaibatsu et apparition des keiretsu

18Jusqu'en 1945, les industriels de l'armement étaient regroupés dans des zaibatsu, conglomérats comparables aux trusts américains ou aux konzerns allemands. À la fin de la guerre, le haut commandement militaire, sur instruction de Mac Arthur établit une liste des sociétés à démanteler, afin de prévenir une résurgence de l'esprit nationaliste. En 1952, les fabricants d'armes japonais commencent à se réorganiser dans le cadre de nouveaux conglomérats, des keiretsu, intégrant les composants des anciens zaibatsu : Mitsubishi, Sumitomo, Mitsui et Fuyo.

19Ainsi Mitsubishi Heavy Industries (dont le nom était apparu sous cette forme en 1934 – à l'époque, c'est la plus grosse société industrielle [privée] du Japon, avec des activités dans la construction navale, les chemins de fer, et l'aviation), qui avait été démantelée à la fin de la guerre et divisée en 3 parties, fut-elle reconstituée en 1964.

20Après 1954 et la création de l'Agence de Défense, l'industrie de défense japonaise recommence à armer les Forces d'Autodéfense nationale, en commençant par effectuer des modifications mineures sur du matériel d'origine américaine.

21En 1970, Nakasone Yasuhiro, directeur de la JDA (et plus tard, entre 1982 et 1987, Premier Ministre) redonne un cadre de développement à l'industrie japonaise et lui fixe 5 objectifs principaux : maintenir la base industrielle japonaise vitale pour la sécurité nationale, établir des objectifs de long terme pour la R & D ainsi que pour la production, acquérir des équipements, civils et militaires, issus de cette R & D et de cette production nationale, utiliser les industries civiles pour la production d'armes domestiques, et introduire une certaine concurrence au sein des sociétés intervenant dans l'industrie de défense japonaise. À cette époque, l'industrie aérospatiale japonaise représentait le vingtième de celle des États-Unis et le douzième de l'industrie aérospatiale européenne. Son niveau technologique était également très inférieur. Les réalisations de l'industrie japonaise dans ce domaine se limitant alors pratiquement au seul YS-11, un appareil construit par Nihon Aircraft Manufacturing Co. (NAMC, qui regroupe les six constructeurs aéronautiques japonais MHI, KHI, FHI, ShinMaywa, Nippi et Showa), premier et- à ce jour unique- avion de transport aérien construit entièrement au Japon (exception faite des moteurs Rolls Royce) après la Seconde Guerre mondiale.

22Dix ans plus tard, les résultats sont là : à la fin des années 1970, les fournisseurs locaux avaient produit une gamme complète d'équipements modernes, incluant tanks, aéronefs, artillerie, matériel de combat de surface et sous-marin. Bien entendu, les équipements les plus complexes et coûteux comme les avions de combat F-15, les avions de lutte anti sous-marine P-3C Orion, sont produits sous licence (américaine), mais les achats sur étagères d'équipements étrangers, y compris américains, sont réduits au minimum.

23Et l'industrie, aéronautique en particulier, continue sur sa lancée. À la fin des années 1980, le Japon a rattrapé une bonne partie de son retard et commence à participer à des programmes aéronautiques internationaux. En 1988, il signe un accord avec les États-Unis pour le développement d'un avion de combat de nouvelle génération, le FSX.

24Après avoir encouragé la remise à niveau de ses technologies, les États-Unis aident le Japon à justifier son émancipation. En effet, la coopération dans le cadre de ce programme FSX est annulée un peu moins de deux ans après en raison des craintes que suscitent chez les représentants du Congrès américain des transferts de technologies jugés sensibles. Les Japonais, déçus de cette attitude protectionniste des États-Unis n'ont alors d'autre choix que de revoir à la baisse le cahier des charges de cet appareil et de construire finalement, avec Lockheed Martin, un « cousin » du F-16C/D le Mitsubishi F-2. Cet épisode les laissera cependant sur leur faim et redoublera leur envie de mettre au point un véritable avion de combat entièrement japonais, comme ils l'avaient fait précédemment dans l'aéronautique civile avec le YS-11.

Le rôle du MITI

25À la fin de la guerre, on peut légitimement dire que la production d'armement était l'activité principale du pays et l'unique souci du ministre de l'économie de l'époque, Kishi Nobusuke (arrêté par les Alliés en 1946, libéré sans avoir été jugé en 1948, puis plus tard Premier Ministre entre 1957 et 1960). À la fin de la guerre, ce ministère du Commerce, rebaptisé ministère de l'Industrie et du commerce international (MITI, Ministry of International Trade and Industry) prend la direction des opérations et met en place un plan de redéploiement et de développement de l'industrie japonaise. Bien entendu sont absents de ce plan à ce stade, et cela pour sept ans, le secteur de l'armement ainsi que celui de l'aéronautique en général.

26D'une façon générale, il semble acquis que la croissance industrielle a été pour l'essentiel pensée et mise en œuvre par le tout-puissant MITI (cf. « MITI and the Japanese Miracle » de Chalmers Johnson), mais s'il est clair que ce ministère a eu une influence majeure sur le développement de l'industrie, il est cependant intéressant d'examiner de quelle manière cette influence s'est exercée. On notera au passage que son action n'a pas toujours été bénéfique ni couronnée de succès, puisqu'il a par exemple, à la fin des années cinquante, refusé à la société Sony l'autorisation d'acheter la technologie des transistors, considérant qu'elle n'était pas suffisamment en pointe, puis pesé de tout son poids dans les années soixante pour essayer de concentrer l'industrie automobile entre les mains d'un nombre minimum de constructeurs. Pour ce qui est de l'industrie aéronautique et de la défense, son influence s'est exercée non pas sous la forme d'une planification étatique mais principalement par le biais de l'établissement et de l'interprétation des règles régissant le fonctionnement à l'international, en particulier pour les exportations de matériel dit d'armement. Le deuxième rôle du MITI (aujourd'hui METI, Ministry of Economy Trade and Industry), moins direct, a consisté à soutenir financièrement et coordonner des programmes de recherche, notamment dans le domaine aéronautique civil (voir tableau 2) et les activités de centaines d'organismes semi-publics travaillant pour des usages civils ou mixtes. On se souviendra à ce sujet du plan Nakasone en 1970 visant à utiliser les capacités de l'industrie civile pour le développement de la défense japonaise.

27En autorisant de facto à partir des années 1980 l'exportation de matériel dual, le MITI remet l'industrie japonaise de la défense et de l'aéronautique sur la voie des progrès et de la compétitivité.

Le rôle clé du Keidanren

28À la fin des années 1980, l'industrie de la défense japonaise, handicapée par l'insuffisance de la R & D, des équipements de test déficients, de strictes limitations en matière d'exportations et une absence totale de synergies, générait environ 0,5 % de la production industrielle du pays. Le comité des industries de défense du Keidanren, l'équivalent du MEDEF français, prend alors en main les activités de lobbying auprès de l'Agence de Défense ainsi que la coordination des activités entre les principaux industriels. Il joue également un rôle important de diffusion des informations en matière de défense auprès des industriels concernés et se charge également de limiter la concurrence entre ces derniers, en favorisant autant que possible l'établissement de liens de bon voisinage. À cette époque, plus de 60 % des contrats de défense sont attribués à cinq sociétés majeures : MHI (Mitsubishi Heavy Industries), Toshiba Corporation, MELCO (Mitsubishi Electric Corporation), KHI (Kawasaki Heavy Industries) et IHI (Ishikawajima-Harima Heavy Industries). La concurrence s'intensifie néanmoins dans les années 1970 avec l'élargissement des programmes d'achats de l'Agence de Défense. À ce stade, il devient clair que la défense japonaise, pour être efficace, se doit de générer des économies d'échelle envisageables seulement par le biais de l'export. La société IHI prend l'initiative en 1987 quand elle décide de changer ses statuts afin de faire apparaître les armes dans la liste des produits manufacturés, et elle demande par la suite au gouvernement d'assouplir sa politique de stricte contrôle des exportations d'armes. À l'époque, précisément en 1988, un mémorandum secret circulait au sein des professionnels japonais de la défense, selon lequel une levée de l'interdiction frappant les exportations (qui n'existe d'ailleurs que par interprétation de l'article 9 de la constitution) permettrait au Japon de prendre 45 % du marché mondial des chars et de l'artillerie mobile, 40 % de l'électronique de défense et 60 % de la construction navale. En 1988, le président de MHI, chef du comité de défense du Keidanren, demandait ainsi une augmentation significative, de 2 % à 5 %, du budget de la R & D en matière de défense afin de positionner l'industrie de défense japonaise sur le marché mondial. Il ne fut cependant pas suivi et 2 % seulement du budget 1990 furent affectés à ce poste.

Un souci constant : l'opinion publique

29Que ce soit pour le développement des forces de défense du pays et la définition de leur mission ou pour l'évolution de l'industrie nationale de défense, le gouvernement japonais a toujours pris bien soin de ménager son opinion publique, traumatisée et résolument pacifiste à la fin de la guerre.

30Ainsi, en 1982, lorsque Nakasone Yasuhiro devint Premier Ministre, et bien que les Japonais se furent en grande partie habitués à leurs forces d'autodéfense, il restait encore un sentiment latent d'antimilitarisme avec lequel il dut composer tout en essayant de faire accéder son pays, en matière de défense, au rang qui sied à l'une des premières économies de la planète. En 1987, il eut ainsi les pires difficultés à faire accepter un budget de défense qui dépassait de 0,004 % le seuil psychologique auto-imposé de 1 % du PNB...

31Un sondage effectué en 1988 montra par la suite que la majorité des citoyens approuvait ce nouveau budget et, optant dès lors pour une politique des petits pas, le gouvernement japonais poursuivit son objectif de modernisation et de développement des forces de défense du pays.

Où vont la politique et l'industrie de défense japonaises ?

32Officiellement, le danger vient toujours de la Corée du Nord, qui défraie régulièrement la chronique par ses menaces et provocations diverses. La menace terroriste et l'environnement sécuritaire mondial s'y ajoutant, l'opinion publique japonaise suit aujourd'hui le gouvernement dans sa démarche de renforcement de l'outil de défense national.

33En réalité, il est clair que le vrai danger auquel devront faire face les militaires japonais viendra de la Chine continentale. Un signe qui ne trompe pas est que l'Agence de Défense le mentionne désormais dans son livre blanc, y compris dans la version traduite en anglais jusque la destinée principalement à convaincre les étrangers de sa démarche positive et pacifique. En novembre 2004, dans le cadre de l'amélioration des stratégies de défense nationale, des responsables de l'Agence de Défense révélaient ainsi des scenarii précis d'attaques possibles de la Chine sur le Japon.

34En utilisant habilement l'épouvantail nord coréen, le gouvernement japonais réussit à faire accepter un renforcement de sa politique de défense sans se compromettre inutilement sur le plan diplomatique avec la Chine, avec qui les relations sont déjà relativement difficiles. Les « directives du Programme de défense nationale 2005 » adoptées le 10 décembre 2004 en sont l'illustration : le Japon y approuve le développement conjoint avec les États-Unis d'un système de défense par missiles anti missiles balistiques, assouplissant ainsi considérablement l'interdiction qu'il s'impose lui-même depuis 1976 sur les exportations d'armes.

35On notera que ce même rapport recommande également que le gouvernement poursuive sa réflexion sur la place que pourraient tenir les forces d'autodéfense dans la politique étrangère et sur la possibilité d'assouplir les exportations d'armes non seulement vers les États-Unis mais aussi vers d'autres pays afin d'élargir son assise industrielle.

36La décision en prise en 2000 d'acquérir des satellites de renseignement avancés et la discussion en cours sur la transformation du libellé de la loi limitant l'activité spatiale japonaise à un « rôle pacifiste » en un « rôle non agressif » représente une évolution majeure dans l'interprétation des limites de l'autodéfense japonaise... et reflète bien le pragmatisme dont fait preuve le gouvernement puisque le programme a été lancé bien en amont du débat parlementaire.

37L'étape suivante impensable il y a encore quelques années, est la transformation de l'Agence de Défense en un ministère à part entière. Elle vient pourtant d'être franchie en tout début d'année avec le consentement d'une opinion publique, autrefois acquise à la cause pacifiste, et aujourd'hui rangée à l'opinion du parti au pouvoir prônant le retour à une défense digne de ce nom.

38Grâce au soutien tacite du MITI (aujourd'hui METI) qui, en autorisant l'exportation de matériel dual (soit tout matériel pouvant être utilisé aussi bien à usage civil que militaire, circuits imprimés, fuselage d'avions...), assouplit de facto l'interdiction d'exporter du matériel d'armement, et bien que le Japon n'exporte techniquement pas d'armes, bien des équipements militaires dans le monde sont en pratique dépendants aujourd'hui de composants électroniques japonais.

39Sur un plan intérieur, le Japon développe des équipements de pointe, comme, pour ne citer qu'un exemple, des lasers de nouvelle génération destinés à l'interception des missiles. Profitant paradoxalement du programme BMD (Ballistic Missile Defense) qui va amputer son budget de plus de 10 milliards de dollars, la recherche japonaise, par le biais du TRDI (Technical Research and Development Institute, l'équivalent de la partie « recherche » de la Direction Générale de l'Armement en France-DGA), se prépare à demander des budgets supplémentaires pour le financement de ses autres programmes, augmentant in fine de façon considérable le volume de son budget. On remarquera, dans cet exercice difficile de rassemblement de fonds pour la recherche, le rôle important que joue la centaine d'organismes affiliés à l'Agence de Défense, financés par des fonds publics et privés. On retrouve là l'habituelle synergie entre les industriels et le gouvernement japonais, qui permet à ce dernier d'assurer un financement complémentaire hors bilan.

40Le seul vrai tabou, aujourd'hui encore, est l'arme nucléaire. Lors de l'adoption des « directives du Programme de défense nationale, » en 2004, le Conseil japonais de Sécurité s'est prononcé contre l'acquisition d'armes nucléaires, spécifiant que le Japon ne devait pas apparaître comme une menace pour les pays riverains... Reste que le Japon a la capacité technologique et le plutonium nécessaires... et que le missile balistique est quasiment disponible en pratique puisqu'il pourrait être dérivé du lanceur à propulsion solide développé par l'ISAS (devenu JAXA) pour le lancement de satellites. Il est aussi intéressant de noter également que le budget consacré chaque année par le Japon à l'entretien des forces militaires américaines sur son sol correspond à peu près à celui que la France consacre à l'entretien de sa force de dissuasion nucléaire.

Conclusion

41On assiste depuis un demi-siècle à une lente mais certaine émancipation de la défense japonaise par rapport à la tutelle américaine et à la pression antimilitariste populaire. Cette évolution est aujourd'hui soutenue par une opinion publique progressivement gagnée à la cause sécuritaire. Les tabous tombent un à un et le Japon recommence à aborder ouvertement les questions de défense.

42Ce qui est remarquable dans cette évolution, c'est d'abord son coté linéaire, quasiment sans à-coups. On retrouve ici ce qui fait la force du Japon, qui, faut-il le rappeler, ne dispose d'aucune richesse naturelle, mais seulement de la force de son organisation. L'État et l'industrie marchent main dans la main (ce qui n'empêche pas les industriels de se livrer concurrence), la recherche est financée et supervisée par des entités publiques et privées mais très souvent hybrides également, dont les objectifs s'articulent autour d'un but unique.

43Remarquable également le pragmatisme du gouvernement japonais, qui, procédant par petits pas depuis la fin de la guerre avec le souci constant de l'opinion publique, devrait réussir bientôt à faire revenir sa défense du pays au même niveau que son économie et à préparer ensuite le pays à s'affranchir politiquement et industriellement de la tutelle américaine. Il y a fort à parier que cette dernière évolution se fera elle aussi à la vitesse maximale acceptable par l'opinion publique. D'ores et déjà, les hommes politiques les plus en vue mentionnent publiquement la nécessité d'un débat sur l'abandon de l'auto restriction en matière d'exportation de matériel militaire. Le débat en tout cas est largement avancé au sein du PLD, le parti libéral démocrate, au pouvoir presque sans discontinuer depuis la fin de la guerre, et il parait vraisemblable que cette dernière barrière sera levée dans les cinq années à venir, cela malgré l'opposition sans faille des partis d'opposition, en particulier le parti social démocrate.

44Pour préparer cette dernière étape, l'industrie de la défense va donc devoir se restructurer autour de quelques pôles principaux, car si le niveau technologique nécessaire est d'ores et déjà à peu près atteint, la productivité est loin d'être satisfaisante. Il est intéressant de constater qu'une telle réorganisation va totalement à l'encontre des principes de l'après-guerre, qui consistait à casser les zaibatsu pour répartir harmonieusement l'activité industrielle militaire au sein des industries civiles. Cela ne devrait guère gêner le Japon qui a fait preuve, au moins depuis le début des années 1970, d'un pragmatisme à toute épreuve en interprétant avec souplesse et créativité les règles qu'il s'était auto-imposées.

45Le 6 décembre 2006, alors que le texte transformant l'Agence de Défense en véritable ministère adopté la semaine précédente en chambre basse, n'avait pas encore été approuvé par la chambre haute, des techniciens de l'Agence prenaient déjà les mesures de la future pancarte devant l'entrée principale... Hormis l'aspect anecdotique qui illustre une fois de plus le côté réaliste des responsables japonais, ainsi que des passants que ne semblait pas étonner cette manière d'anticiper, il faut bien comprendre que l'on assiste, avec le changement d'un seul pictogramme, (de « chô-agence » à « shô-Ministère »), à une évolution politique et économique majeure : surfant sur la vague sécuritaire, le Japon prend sa défense en main et se prépare à devenir un acteur à part entière sur la scène mondiale.

Annexe 1. Budget défense 2006 (hors pensions), en milliards USD

États-Unis

Japon

Royaume-Uni

France

Chine

Russie

392

47

42

38

25

24

Annexe 2. Production d'avions et de moteurs aéronautiques au Japon, entre janvier 1941 et août 1945

1941

1942

1943

1944

1945

avions de chasse

1 080

2 935

7 147

13 811

5 474

bombardiers

1 461

2 433

1 189

5 100

1 934

Avions (total)

5 088

8 861

16 693

28 180

11 066

Moteurs

12 151

16 999

28 541

46 526

12 360

Source : US Strategic Bombing Survey, dans « Japanese Aircraft ofthe Pacific War », René J. Francillon

Annexe 3. Requêtes budgétaires du METI de ces 5 dernières années pour les programmes aéronautiques [unité : M USD]

2003

2004

2005

2006

2007

Programme domestique

3 683

4 498

6900-

3 370-

4 272-

Coopération internationale

1 529

3 370

3 487

2 993

3 515

Autres programmes

3 785

1 915

2 003

1 500

1 578

Budget aéronautique total sollicité par METI

8 997

9 783

12 390

7 863

9 365

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search