Version classiqueVersion mobile

L’empire de l’intelligence

 | 
Jean-François Sabouret

Chapitre 5. Robots au Japon : le futur se conjugue au présent

Étienne Barral

Texte intégral

12015...

2Les analystes japonais aiment bien projeter leurs lecteurs dans le futur. En 2015 donc, selon le Rapport intérimaire du comité stratégique en robotique du ministère japonais de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, le marché de la robotique au Japon représentera 1,1 billion de yens (7,8 milliards d’euros). Une somme, déjà astronomique, à rapprocher de la production japonaise des ordinateurs personnels en 2005 : 1,6 billion de yens (10,8 milliards d’euros). Dans moins d’une décennie, le marché japonais de la robotique parviendrait donc aux deux tiers du marché actuel des ordinateurs portables, dont la production était en 2005 de 12,7 millions d’unités. Se projetant encore un peu plus dans l’avenir, d’ici 2020, le même METI envisage que le secteur de la robotique sera aussi important pour l’économie japonaise que l’est actuellement l’industrie automobile.

3Le gouvernement japonais a placé la robotique au cœur de ses sept priorités industrielles pour le xxie siècle qui débute, au même titre que les piles à combustible, l’électroménager allié aux technologies de l’information, l’industrie des contenus, le matériel médical et de soins aux personnes âgées, les industries liées à l’énergie et à l’environnement ainsi qu’enfin le soutien à l’emploi et à la formation professionnelle continue. Confronté à un vieillissement abrupt de sa population, le Japon doit dès maintenant envisager comment pallier la pénurie de main-d’œuvre générée par le départ à la retraite de 7 millions de « salaryman » d’ici 2015. Cela signifie plus de robots industriels dans les usines, bien sûr, mais aussi une restructuration de l’appareil productif national afin de « produire mieux » et de générer plus de richesses malgré une chute des effectifs en âge de travailler. Dès les années 1990, le METI a donc identifié d’une part des secteurs porteurs de croissance au niveau mondial sans être gourmands en main d’œuvre (robotique, industrie des contenus, énergie et environnement) et des secteurs capables de soutenir l’inéluctable vieillissement de la population (matériel médical, soins aux personnes âgées, reconversion professionnelle).

4De la robotique en 2007, nous ne connaissons encore quasiment que les robots industriels. Le marché mondial des robots industriels était évalué à 3,6 milliards de dollars en 2005 et atteindra 5,12 milliards de dollars en 2010, selon l’institut de recherche américain ARC. En 2005, la demande en robots industriels au Japon représentait 47 % de la demande mondiale, contre 18,9 % en Asie, 17,6 % aux États-Unis et 16,5 % en Europe. 70 % de ces machines sont produites au Japon.

5Dès l’introduction au Japon, en 1967, du premier robot industriel jamais inventé, un modèle américain conçu par la société Unimation, les constructeurs nippons envisagent tout de suite le parti à tirer de ces machines. En pleine période de forte croissance économique, les industriels japonais manquent de bras dans leurs usines de montage, et les robots s’avèrent un moyen efficace de remédier à la pénurie chronique de main-d’œuvre. C’est l’époque où, pour reprendre une expression du langage populaire au Japon : « on est tellement débordé qu’on aimerait bien pouvoir demander aux chats de nous donner un coup de patte ». À défaut de chat faisant l’affaire, les industriels nippons se tournent résolument vers la robotique industrielle embryonnaire. Dès 1968, Kawasaki Aircraft (aujourd’hui Kawasaki Heavy Industries) propose une alliance avec Unimation pour la production du Kawasaki-Unimate 2000. C’est le tout premier robot industriel créé au Japon. D’autres suivent, rapidement. En 1978, le Japon produit déjà 10 000 robots industriels par an, principalement à l’époque pour l’industrie automobile, qui bénéficia pleinement des dizaines de milliers de bras supplémentaires et infatigables pour monter les modèles conçus par Toyota, Honda ou Nissan. Les robots industriels permettent d’abaisser les coûts de production, ce qui bénéficie en définitive aux consommateurs. Sans ses robots industriels, le Japon n’aurait sans doute jamais pu devenir l’un des tous premiers pays exportateurs de biens manufacturés de la planète.

6Quid de la menace que représentent ces robots pour les ouvriers qui occupaient jusqu’à lors leur place sur la chaîne ? La structure syndicale au Japon, et l’organisation du travail au sein des entreprises nippones, ont amoindri l’impact sur l’emploi humain, faisant des robots des alliés et non des concurrents. La formation en interne a permis aux ouvriers embauchés pour la soudure ou la peinture d’être mutés à d’autres postes au sein de l’entreprise, sans que l’arrivée des robots soudeurs ou spécialisés dans la peinture ne les poussent vers l’ANPE locale. Alors qu’aux États-Unis et en Europe, les ouvriers observaient d’un mauvais œil les robots industriels et que les entreprises elles-mêmes rechignaient devant les investissements nécessaires pour introduire des technologies d’automation encore balbutiantes, les constructeurs nippons tablaient eux sur ces premières générations de robots pour compenser ce manque chronique de main-d’œuvre.

7Au cours des années 1970 et 1980, alors que des entreprises comme Fanuc, Yaskawa ou Matsushita Electrics paraient au plus pressé et se lançaient dans la production de robots industriels capables d’assurer des tâches simples et répétitives directement utilisables dans les usines, le milieu universitaire japonais se mettait lui aussi au travail pour envisager les réponses à apporter aux innombrables défis technologiques posés par l’apparition d’une nouvelle discipline, la robotique. Sous la houlette principale du professeur Katô Ichirô, spécialiste en ingénierie mécanique à l’université de Waseda, les recherches en robotique s’organisent. Dès 1973, son laboratoire créé « Wabot-1 » (pour WAseda ROBot), le premier robot humanoïde au monde de taille humaine. Le professeur Katô part en effet du principe simple que c’est aux robots d’être adaptés à l’environnement humain et qu’il est vain d’envisager une éventuelle introduction de robots utilitaires s’il faut pour cela modifier de fond en comble les infrastructures conçues pour les humains. Pour être viable, un robot domestique doit donc pouvoir évoluer sans contrainte en milieu urbain. D’emblée, le ton est donné, et malgré les difficultés techniques à surmonter pour permettre à un robot d’évoluer sur deux « jambes », les scientifiques nippons se lancent dès les années 1970, sous les yeux souvent dubitatifs de leurs homologues occidentaux, dans la recherche en robotique humanoïde.

8La conception d’un robot humanoïde n’implique pas simplement l’ingénierie mécanique. Le professeur Katô invite dans son laboratoire tout ce que l’université Waseda compte de chercheurs en électronique, électrotechnologie et technologie de l’information. Au fil des années, les robots humanoïdes issus de l’université de Waseda se perfectionnent. Wabot-2 est présenté au monde entier en 1985 lors de l’exposition technologique de Tsukuba et sidère les visiteurs en interprétant un morceau d’orgue, déchiffrant la partition avec son gros œil électronique. Vingt ans plus tard, les anciens élèves du professeur Katô poursuivent son œuvre toujours au sein de l’université de Waseda : le professeur Takanishi Atsuo est à la pointe de la recherche en robotique humanoïde et travaille sur de nombreux projets liés à la mobilité tandis que son collègue Sugano Shigeki dirige la Wabot-House, une tentative de cohabitation sous un même toit de robots et d’humains conçue en collaboration avec la préfecture de Gifu.

9Collaboration : un maître mot pour décrire les avancées dans le domaine de la robotique au Japon. Comme souvent au Japon dans tous les secteurs-clés ayant des potentiels industriels importants, universitaires, industriels et pouvoirs publics collaborent chacun dans leur domaine d’expertise pour optimiser les efforts de recherche. En robotique, c’est le Sansôken (Centre de recherches générales en techniques industrielles) qui joue le rôle d’aiguillon et oriente les recherches, tout en rendant compte directement au ministère de l’Industrie et du Commerce (METI). C’est notamment à cet organisme parapublic que l’on doit Paro, le robot-phoque interactif destiné à tenir compagnie aux personnes âgées, ou encore HRP-2, le robot humanoïde le plus avancé de sa génération. HRP est, avec Asimo de Honda, la vitrine technologique de la robotique humanoïde au Japon. Conçu par le Sansôken en collaboration avec Kawada Industries et Kawasaki Heavy Industries, HRP-2 est un robot mesurant 1,54 mètres pour 58 kilos et doté de 30 degrés de mobilité. Sa conception a pris cinq ans et coûté 35 millions d’euros.

10Désormais viable, HRP-2 sert de plate-forme aux universités qui souhaitent développer des applications logicielles à partir de ce robot doté de la marche, de la préhension tactile, de la vision et de la compréhension de la parole humaine. Ainsi, l’Université des techniques avancées et des sciences de Nara l’utilise pour la conception d’une application de dialogue homme-robot tandis que l’université du Tohoku, dans le Nord du Japon, met l’accent sur le développement poussé de la motricité et des mouvements des bras en inculquant à HRP-2 comment faire du Taiko (grand tambour traditionnel) et à manier le bâton de combat. HRP-2 est également le partenaire de recherche indispensable à l’université de Tokyo pour ses simulations d’évolution en milieu inconnu et de repérage d’objets intrus. En janvier 2007, un autre laboratoire de recherche appartenant à l’université de Tokyo a pour sa part présenté « le salon du futur », où deux robots HRP-2 répondent aux sollicitations ancillaires de leur « maître » et lui préparent une tasse de thé, lui apportent, puis repartent à la cuisine pour laver la tasse. Un autre laboratoire de la célèbre université nipponne apprend à HRP-2 à passer l’aspirateur.

11Tout comme pour le projet HRP, le Sansôken a pour rôle de canaliser la recherche tout en redistribuant à l’ensemble des partenaires les acquis fondamentaux qui permettront de ne pas « réinventer plusieurs fois la roue ». En juin 2006, le Sansôken a ainsi révélé le lancement d’un projet alliant une nouvelle fois l’industrie, la recherche universitaire et les pouvoirs publics, le User Centered Robot Open Architecture (UCROA). Le principe est de mutualiser et de standardiser les fonctions de base des robots, sous la forme de modules fondamentaux, afin d’avoir un cadre conceptuel commun capable de répondre aux différents besoins des utilisateurs. La mutualisation de ces modules permet donc d’abaisser les coûts de développement, afin de viabiliser un secteur qui pour l’instant coûte extrêmement cher sans espoir rapide de rentabilisation des investissements. Pour lancer l’UCROA, le Sansôken a débloqué un budget de 4 millions d’euros sur trois ans et se donne pour objectif de mettre au point d’ici là trois prototypes de robots partageant les mêmes fonctions de base.

12Au total, selon le METI, sur l’ensemble des brevets déposés en Europe, aux États-Unis et au Japon dans le domaine de la robotique, les brevets d’origine japonaise dominent largement la recherche mondiale de ce secteur. Ainsi, sur les quelque 2 900 brevets déposés en 2004, 1 845 viennent du Japon, 575 des États-Unis et 390 d’Europe. Le reste du monde se partageant la centaine de brevets restants. Le METI constate avec fierté que les brevets nippons sont particulièrement nombreux dans les domaines de la motricité et de la préhension tactile, ce qui laisse augurer dans les années qui viennent une arrivée sensible de robots de service conçus au Japon.

13Au niveau local, la collaboration entre industriels, universités et pouvoirs publics (préfectures) est de mise. Les préfectures de Fukuoka (Kyûshû) et d’Ôsaka ont pour ambition de devenir des « Robotic valley ». Considérant les enjeux vitaux pour la pérennisation de ses PME jusqu’à lors spécialisées dans les pièces détachées pour automobiles, Fukuoka, où se trouvent le siège de Yaskawa, l’un des leaders en robotique industrielle, ainsi que celui de Tmsuk, une start-up très ambitieuse qui croit fermement à l’essor du marché des robots domestiques, mène une politique concertée pour convertir son tissu industriel vieillissant en un cluster de la robotique. L’Université du Kyûshû est ainsi impliquée dans de nombreux projets en rapport avec la robotique, les entreprises locales se voient faciliter les procédures d’homologation ou l’obtention d’autorisations. La ville de Fukuoka a également créé la première « zone spéciale pour robots », un quartier de la ville où les chercheurs en robotique peuvent tester leurs créatures en conditions réelles en faisant déambuler leurs robots dans les galeries marchandes et sur les trottoirs. Au début ça surprend les passants, mais les gens du quartier sont désormais habitués à croiser des robots en allant faire leurs courses. De même, l’aéroport de Kita-Kyûshû sert de terrain d’expérimentation en conditions réelles d’un robot-hôtesse d’accueil mis au point dans une université locale et qui renseigne les voyageurs « presque » aussi bien que ses homologues humaines. Des robots présentés il y a quelques années sous forme de prototype dans les salons professionnels sont maintenant bien à l’œuvre dans un environnement banal. C’est le cas des robots de nettoyage conçus par Fuji Heavy Industries, qui toutes les nuits remplissent docilement leur tâche de nettoyage dans les immeubles de bureaux du complexe Harumi Triton Square ou à Roppongi Hills. En quatre heures de temps, quatre robots ménagers accomplissent le travail que cinq personnes effectuaient en huit heures. Les robots de gardiennage conçus par Alsok sont également sortis des laboratoires pour opérer des rondes de surveillance dans les centres commerciaux, notamment à Aquacity Odaiba, dans la baie de Tôkyô. Le jour, ils servent de bornes d’information pour les consommateurs, renseignant au passage sur les enfants perdus en attente d’être récupérés par leurs parents, la nuit ils viennent en aide aux agents de sécurité en parcourant inlassablement les couloirs déserts à la recherche de toute fumée suspecte, de début d’inondation et bien entendu d’intrus indésirables.

14Ainsi progressivement, les robots entrent dans le paysage quotidien des Japonais. L’accoutumance commence tôt : dans les écoles, des séances de sensibilisation à la robotique sont monnaie courante. Des ateliers de bricolage proposent aux enfants de construire leur propre robot à partir de kits conçus en fonction de l’âge de leurs jeunes utilisateurs. Asimo, le fameux robot bipède de Honda, est régulièrement l’invité d’honneur des écoles japonaises et les enfants discutent, impressionnés, avec ce lointain cousin d’Astroboy, le héros dessiné par Tezuka Osamu dans les années 1950, qui a fait rêver des générations de futurs ingénieurs. À tous les niveaux, le Japon se prépare donc à accueillir des robots dans son quotidien. À la différence de l’Occident chrétien, où il est tabou pour l’homme d’entrer en concurrence avec le « grand créateur », le Japon aux racines animistes n’a pas de difficulté spirituelle avec la fabrication d’un humanoïde mécanique. Dans ce pays où l’on invoque la bienveillance des esprits lors de l’achat d’une nouvelle voiture ou lors de la pose de la première pierre d’un bâtiment, les robots peuvent facilement être assimilés comme des partenaires du quotidien et s’intégrer dans les foyers pour nous distraire, nous prêter assistance dans les gestes de la vie de tous les jours, veiller sur notre maison pendant nos absences. À terme, les robots-partenaires, à l’instar de Aibo, le chien précurseur conçu par Sony en 1999, devraient d’ici 2015 constituer un marché de 1,5 milliards d’euros, selon l’institut de recherche Seed Planning.

15Mitsubishi Heavy Industries a déjà mis sur le marché fin 2005 à cent exemplaires son robot personnel Wakamaru, au prix de 10 000 euros. Tout jaune, monté sur roulettes, il est non seulement doté de la parole, mais engage de lui-même la conversation. Il peut vous rappeler votre rendez-vous chez le médecin ou vous indiquer l’horaire des séances de cinéma. Derrière ses petits yeux noirs, deux caméras savent différencier jusqu’à 10 personnes, ses deux « maîtres » et huit autres personnes de son entourage. En fonction de son interlocuteur, il se tournera vers lui et pourra trouver le mot qu’il faut pour l’accueillir. Sa mémoire est d’ores et déjà riche de 10 000 mots de la vie quotidienne qu’il utilise à bon escient en fonction des circonstances et du rythme de vie de sa famille d’adoption. Il sait par exemple, qu’on risque d’avoir besoin de lui au réveil pour vous aider à vous lever d’un mot gentil et se dirigera donc automatiquement dès potron-minet dans votre chambre pour vérifier que vous n’avez besoin de rien et vous informer éventuellement du temps qu’il fait dehors. À midi, il se rendra dans la salle à manger et saura là aussi trouver le mot qui convient. Il vous préviendra à temps pour que vous puissiez arriver à l’heure à votre rendez-vous et pendant votre absence, gardera la maison. Si jamais un incident survenait, il vous appellera sur votre portable et si vous ne rentrez pas à l’heure prévue, il saura joindre tout seul les urgences ou votre famille. Pour l’heure, Wakamaru intéresse surtout les banques et les entreprises étrangères installées au Japon, car il sait parler en quatre langues et remplacerait donc efficacement les hôtesses d’accueil pour diriger les visiteurs vers le bon étage ou le bon service. Nommé assistant-gardien dans les écoles primaires, (une autre de ses fonctions), il sait déjà lire les cartes d’identité scolaire des élèves pour établir la liste de présence en temps réel à leur arrivée dans l’établissement, tout en prévenant automatiquement les parents que leur enfant est bien arrivé à l’école. Si un visiteur s’approche de la porte de l’établissement, Wakamaru lui demande s’il a rendez-vous et contacte le directeur, tout en filmant l’individu en cas d’attitude prêtant à équivoque.

16Hitachi, Toshiba, NEC, Toyota, Matsushita, Fujitsu, Yaskawa, Tmsuk, malgré la défection de Sony pour cause de mauvaise santé financière, la liste des industriels nippons s’apprêtant, avec Mitsubishi Heavy Industries, à lancer dans les prochaines années des robots partenaires est longue. Pour que les futurs propriétaires de robots domestiques puissent bénéficier de toutes leurs fonctionnalités quel que soit le fabricant choisi, il est nécessaire dans ce domaine aussi d’unifier les normes et de généraliser les infrastructures. Concertation et planification sont de mise. C’est ainsi que les principaux fabricants de robots partenaires se sont regroupés au sein de la Robot Service Initiative (RSi) pour définir le langage commun des robots lorsqu’ils échangent des informations entre eux ou se connectent à l’Internet pour y trouver les données souhaitées par leurs utilisateurs. La création dès mai 2004 de cette RSi est un indice du sérieux avec lequel les concepteurs japonais de robots envisagent leur intégration dans les foyers. Que ce soient Wakamaru (Mitsubishi HI), ApriAlpha (Toshiba), PaPeRo (NEC), Enon (Fujitsu), etc., chaque robot intégrant le module de communication RSi pourra à terme non seulement communiquer avec les services en ligne proposés (réservation de voyages, prise de rendez-vous médicaux, vérification d’horaires de transport, de la météo, actualités, etc.), mais aussi être téléopérable à distance par le téléphone portable de l’usager où par des entreprises de service spécialisées (gardiennage, soins à la personne).

17« Je rejette avec horreur toute idée comme quoi des engins de métal pourraient jamais remplacer les êtres humains et s’éveiller à des sentiments tels que la vie, l’amour ou la rébellion. Une prospective aussi sombre ne serait jamais qu’une surestimation du potentiel des machines ou encore une grave offense envers la vie » disait Karel Capek en 1935 pour prendre ses distances vis-à-vis des créatures qu’il avait baptisées du nom de « robot ». Prenant le contre-pied de l’inquiétant personnage imaginé par Capek, Tezuka Osamu créait en 1951 un robot au cœur d’enfant, le désormais incontournable Astroboy. Nul doute que dans l’imaginaire collectif des Japonais, le serviable Astroboy a beaucoup contribué à aider les esprits des habitants de l’Archipel à accepter la cohabitation avec ces « engins de métal » qui laissent encore si dubitatifs et perplexes les cerveaux rationnels occidentaux. Le chemin est encore long avant que le petit Astroboy sorte des laboratoires nippons, mais les chercheurs en robotique n’abandonnent pas leurs rêves d’enfants. Icare aussi passait pour un fou...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search