Version classiqueVersion mobile

L’empire de l’intelligence

 | 
Jean-François Sabouret

Chapitre 4. Le « keitai denwa », nouvel appendice du Nippo-sapiens. Les télécommunications mobiles au Japon, un modèle partout envié

Karine Poupée

Texte intégral

1Au sortir de la Seconde Guerre mondiale dans le « Tokyo des cabanes » laminé par les bombardements américains, les infrastructures de télécommunications n’étaient pas légion. Nul foyer ne disposait de téléphone ni d’autre moyen de correspondre en temps réel avec ses semblables installés à l’autre bout du Japon. Soixante ans plus tard, le pays du Soleil Levant est à l’avant-garde des technologies et usages des télécommunications fixes et mobiles.

2Mi-2006, plus de la moitié des foyers nippons étaient déjà abonnés à un service d’accès à Internet à très haut débit (ADSL ou fibre optique). La fibre optique couvrait 86 % du territoire (99 % dans les quartiers d’affaires) contre moins de 15 % en 1995. Le « keitai denwa » (téléphone portable), qui n’existait pas il y a ne serait-ce que vingt-cinq ans, est devenu en l’espace de quelques lustres le nouvel appendice corporel du « Nippo-sapiens ». Jamais un objet n’a connu une adoption aussi massive (plus de 80 % de la population) en un laps de temps aussi court (moins de quinze ans).

3Excepté les enfants en bas âge et les plus de 80 ans, bien rares sont en effet les Japonais qui n’utilisent pas pluri-quotidiennement un, voire plusieurs, terminaux mobiles. Ces derniers ne sont plus, loin s’en faut, que des appareils de téléphonie au sens étymologique du terme (communications vocales interpersonnelles), mais de véritables assistants de vie, ou, pour reprendre un terme cher au premier opérateur de télécommunications mobiles local, NTT DoCoMo, des « concierges », et même dans cette acception, des « clefs d’or ». Les télécommunications mobiles représentent depuis 2001 plus de 50 % du total trafic transitant sur les réseaux des principaux opérateurs, une proportion en constante augmentation.

4Les mauvaises langues rétorqueront que le phénomène n’est pas propre au Japon, mais commun à l’ensemble des pays développés. Certes, sur le plan du taux d’équipements. Mais quid de l’usage et des services ? Sur ces deux derniers points l’archipel est un modèle inégalé, envié de tous, qui a su trouver dans le mobile un puissant levier de croissance pluri-sectorielle en créant autour de cet objet une véritable « suite servicielle » qui ne cesse de s’étendre. Quasiment tous les nouveaux attributs et les innovations fonctionnelles apparus sur le téléphone portable depuis quinze ans sont originaires du pays du Soleil Levant, de même que les modèles économiques qui les accompagnent. Et contrairement à ce qu’on observe dans la plupart des pays, au Japon, les usages emboîtent massivement le pas au potentiel des technologies, comme le soulignent d’ailleurs régulièrement dans leurs publications l’Union internationale des Télécommunications (UIT) et l’Organisation de Coopération et de Développement économique (OCDE). Les Nippons son presque les seuls avec leurs voisins sud-Coréens à avoir adopté en masse la troisième génération (3G), bien en peine ailleurs, et à exploiter réellement la vaste palette de fonctionnalités disponibles sur leurs téléphones.

5De fait, le développement des techniques, services et fonctions du téléphone portable au Japon constitue l’exemple type de l’efficacité du modèle d’innovation à la japonaise que jalousent nombre de pays. Il résulte d’une démarche hyper-rigoureuse fondée sur une vision à long terme clairement définie, largement partagée et scrupuleusement suivie, selon un raisonnement avant tout pragmatique, qui pour autant n’exclut pas, au contraire, les aspects mercantiles.

6Le téléphone portable a ainsi naturellement évolué sur la base d’une fine analyse sociologique, mettant à profit les progrès techniques au service de la société, le tout étant facilité par une « technophilie » de la population, une vulgarisation transgénérationnelle bien orchestrée, et une forte impulsion étatique. Et pourtant, le téléphone portable n’a pas 30 ans.

Bref historique des télécommunications au Japon

7Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale, dont il sortit exsangue, que le Japon s’est réellement pris de passion pour l’électronique et les télécommunications, mesurant toute l’importance de ces technologies pour les entreprises et institutions bien décidées à redresser rapidement l’économie du pays.

8On peut situer à l’année 1953 le point de départ des télécommunications mobiles japonaises avec le lancement d’un service destiné aux bateaux dans les ports de Tôkyô et Yokohama. Ce système, réservé à un secteur professionnel, mettra néanmoins quelque treize années avant d’être étendu à l’ensemble des infrastructures portuaires.

9Mais le réel tournant a lieu dans les années 1960, lors de la phase de haute croissance économique. Outre l’installation de câbles sous-marins pour répondre à la demande grandissante de communications longue distance avec les États-Unis notamment, le Japon a, à partir de ces années fastes de l’ère Showa, parallèlement jeté son dévolu sur les télécommunications mobiles. Et ce dans le but premier d’améliorer la productivité et de faciliter la vie des salariés très nomades. Ces motivations n’ont d’ailleurs pas disparu depuis : elles continuent de tirer les évolutions.

10Alors qu’avant 1965, on considérait que le Japon affichait un retard de trois à dix ans sur les États-Unis, l’Archipel, confronté à des saturations de capacités des réseaux dans les villes, s’est montré de plus en plus inventif pour contourner les obstacles et développer des nouvelles technologies en s’appuyant sur les innovations électroniques, domaine dans lequel le pays du Soleil Levant était déjà passé maître.

11En juillet 1968, l’ancêtre de NTT qui s’appelait alors « Den Den Kôsha » lança le premier service de « messager » (« pocket bell ») à Tôkyô. Initialement conçu pour les « salarimen » nomades, ces appareils de réception d’alertes sonores puis de messages écrits rencontrèrent un succès non seulement auprès des professionnels, mais aussi, de façon inattendue, pour des usages personnels. Les « pocket bell » devinrent même par la suite un véritable phénomène de société, avec ses codes de langage et astuces d’écriture, les jeunes filles raffolant particulièrement de ce nouveau moyen ludique de communiquer. Rétrospectivement on comprend que ce développement préfigurait déjà l’échange de courriels mobiles et augurait des besoins auxquels le téléphone portable allait pleinement répondre quelques années plus tard.

12C’est à cette époque (à partir de 1965) que NTT, opérateur public, s’est activement lancé dans la recherche et le développement des télécommunications mobiles, percevant là un nouvel et important marché potentiel à faire fructifier.

13Il se fixa alors pour première échéance incontournable de présenter son premier téléphone « portatif » de voiture en 1970 lors de l’exposition universelle d’Ôsaka. L’objet devint vite l’un des plus « ninki » (populaires) de cet événement international qui accueillit la bagatelle de 64 millions de visiteurs.

14Motivé par l’enthousiasme des foules nippones, NTT lança le premier service commercial mondial de téléphonie cellulaire (analogique) le 3 décembre 1979, à destination de terminaux de voiture. On était encore loin du téléphone mobile, à glisser dans son sac ou sa poche de veste. Ces engins pesaient à l’époque, il n’y a pourtant guère plus de vingt-cinq ans, quelque dix kilogrammes pour un volume de huit litres !

15L’année 1983, baptisée « Année des communications mondiales » constitua, tout comme l’Exposition universelle d’Ôsaka treize ans plus tôt, un événement symbolique que l’opérateur NTT choisit pour expérimenter les transmissions numériques par fibre optique, premier pas vers l’Internet. Cette expérimentation qui dura deux ans amplifia l’envie déjà irrépressible des Japonais d’accentuer leurs recherches sur les technologies de télécommunications.

16En 1985, année du lancement du processus de privatisation de NTT, le téléphone portatif de voiture ne pesait plus que 2,4 kilogrammes. La première génération d’appareils portables avait vu le jour et la machine à invention était lancée, turbinant sans arrêt depuis cette date à plein régime.

17Le 10 avril 1987, le rêve de nombreux Japonais devint réalité, avec le lancement du premier vrai téléphone mobile, analogique : un objet de 900 grammes offrant une autonomie théorique de soixante minutes de communication et six heures en veille. Il fallait toutefois débourser d’entrée de jeu près de 200 000 yens (1 400 euros au cours actuel) de caution pour louer l’objet, 72 000 yens de plus pour la souscription au service, et 23 000 yens par mois pour l’abonnement de base.

18Cinq ans plus tard, la « révolution numérique » permit à NTT d’inaugurer le premier réseau cellulaire mondial de deuxième génération, selon une norme « made in Japan » : le PDC (Personal digital Cellular). C’est au mois de juillet de cette même année 1992 qu’est née la filiale mobile de NTT, NTT DoCoMo, laquelle allait vite devenir la « vache à lait » du groupe et le modèle de la quasi-intégralité des opérateurs mobiles mondiaux du fait de ses incessantes innovations.

19Sous la houlette d’une équipe de dirigeants iconoclastes, ingénieurs de formation, chercheurs à l’imaginaire illimité, NTT DoCoMo fait depuis l’origine figure d’entreprise exemplaire sans égal, en matière d’inventivité et de réussite commerciale.

Une vision folle devenue réalité

20Dès le départ, NTT DoCoMo s’est fixé une série d’objectifs à long terme rassemblés dans un document baptisé « Vision 2010 », fruit d’une profonde réflexion débridée, jugée à l’époque ultra-futuriste, irréalisable, voire complètement folle, si ce n’est terrifiante tant elle vantait le potentiel des machines. Mais son leitmotiv principal était au contraire des plus humains : « faciliter la vie des citoyens grâce aux télécommunications mobiles ». Ce « rêve d’ingénieur » humaniste a de fait été vite partagé par les industriels de l’électronique du cru, les universitaires et l’État. Preuves en sont les projets de démocratisation des technologies « e-Japan » et « u-Japan » lancés en 2001 et 2003 par le gouvernement du Premier Ministre Junichiro Koizumi (avril 2001 à septembre 2006) et qui sur de nombreux points rejoignent, voire dépassent, la « Vision 2010 » de DoCoMo.

21Pour être bien comprise, cette vision fut résumée en quelques mots clefs symboliques comme le font très souvent les Japonais, par souci mnémotechnique. Dans le cas présent, le mot à retenir était MAGIC – Mobile Multimédia Anytime Anywhere Anyone Global Integrated Solutions Customized (Multimédia mobile, partout à tout moment pour tous à l’échelle mondiale de façon intégrée et personnalisée). On y voyait déjà le téléphone se transformer en terminal de données, en téléviseur, en porte-monnaie électronique, en visiophone, en télécommande, en appareil photo...

22Tout ce que NTT DoCoMo a développé depuis, qui a inspiré ses concurrents et que ses pairs à l’étranger ont copié avec plus ou moins de bonheur, faute de s’interroger sur les facteurs contextuels, découle de là.

23Autrement dit, les yeux rivés sur la réalisation de ces objectifs toutes les équipes du groupe ont œuvré dans le même sens pour parvenir au but. Cette stratégie a de surcroît entraîné dans son sillage celles des entreprises partenaires, fait naître de nouvelles sociétés, de nouvelles activités, bousculé les modes de vie, les modèles économiques, et servit de puissant facteur d’émulation pour les concurrents.

24En 2007, force est de constater qu’une large partie de la vision initiale de NTT DoCoMo s’est déjà concrétisée, au-delà même parfois de ce qu’imaginaient concrètement ses concepteurs. Car hors de NTT DoCoMo, cette approche futuriste a fait mouche dans les cervelles de jeunes chercheurs qui ont développé des concepts et services rendus possibles par les réalisations techniques de l’opérateur, mais auxquels les ingénieurs de DoCoMo eux-mêmes n’avaient pas songé. Les concurrents, KDDI et J-Phone (devenu ensuite Vodafone Japon et aujourd’hui Software Mobile) ont également innové, forçant DoCoMo à dépasser sa vision. Et le phénomène d’émulation concurrentielle se poursuit encore, voire s’amplifie. Presqu’en avance sur ses objectifs, NTT DoCoMo les a depuis révisés à la hausse. Idem pour ses concurrents locaux, KDDI notamment, qui fait lui aussi preuve d’une imagination débordante et met les moyens humains et financiers en face de ses idées.

25Résultat, le « keitai denwa » d’aujourd’hui, est un « couteau suisse » devenu vital pour la plupart des Japonais. Cette évolution est le fruit d’au moins quatre révolutions technologiques dont le lancement en 1992 de la téléphonie cellulaire numérique constitue le point de départ. C’est lui qui a permis son adoption massive dans les années suivante. La deuxième révolution du mobile est arrivée en février 1999, avec la commercialisation, par NTT DoCoMo, du premier service mondial « Internet mobile », l’i-mode.

26Un concept dont le succès ne repose pas sur des secrets techniques mais sur une conception d’ensemble parfaitement équilibrée, sans velléité de réinventer l’existant mais seulement de l’optimiser à bon escient : technologies ouvertes et éprouvées (langage HTML, protocole TCPIP), services répondant aux besoins des utilisateurs ; fiabilité et qualité exigée des fournisseurs de services ; équitable répartition des revenus entre les différents acteurs de la chaîne.

27Alors que l’Europe, à juste titre fière de sa norme commune GSM, bataillait pour trouver la recette gagnante de la technologie de services en ligne Wap, boudée par les utilisateurs parce que ne dépassant pas le stade de la simple technique, l’i-mode s’imposa à une vitesse époustouflante passés les six premiers mois de rodage. Début 2007, sur les quelque 53 millions d’abonnés de NTT DoCoMo, plus de 90 % étaient des utilisateurs actifs de services i-mode. Ces derniers incluent, outres des milliers de sites Internet mobiles, les échanges de véritables e-mails de plusieurs milliers de caractères avec pièces jointes à un coût marginal, alors que les messages SMS en Europe plafonnent à 160 caractères pour un prix proportionnellement exorbitant.

28Le modèle de fonctionnement gagnant de l’i-mode, qualifié « d’écosystème équitable », a inspiré par la suite la plupart des opérateurs du monde, avec la même technologie de base ou non. Les concurrents japonais de NTT DoCoMo, qui ont développé des services similaires affichent également un taux d’adoption et d’usage réel massif, inégalé en Europe ou aux États-Unis.

29La troisième innovation majeure est venue d’un concurrent de NTT DoCoMo, J-Phone : il s’agit de l’intégration dans le téléphone portable d’un appareil photo, en 2000. Carton plein, et idée reprise ensuite dans le monde entier.

30Depuis 2003, la quasi-intégralité de l’offre et du parc de mobiles en circulation au Japon intègre la fonction photo et vidéo, laquelle est parmi les plus prisées. Plus de quatre utilisateurs sur cinq disent l’utiliser, selon une vaste enquête publiée mi-2006 par ministère des Télécommunications. Depuis, le capteur photo intégré dans le téléphone a également appris, grâce à des logiciels « made in Japan », à lire des sortes de codes à barres déjà employés par ailleurs (QR Code), ce qui a permis le développement d’une foultitudes d’applications autres que le simple échange de photos (cf. infra).

31Le quatrième tournant fut le lancement en octobre 2001 par NTT DoCoMo, encore lui, du premier réseau cellulaire mondial dit de troisième génération (3G) et des terminaux allant de pair. Les Cassandre se sont alors fait entendre et les opérateurs étrangers, jaloux, de se réjouir des débuts cahoteux de ce service, comme des défauts de jeunesse des terminaux. C’était mal connaître les méthodes nippones. Au Japon, quand quelque chose cloche au départ, au lieu d’abandonner pour des raisons pécuniaires, par orgueil bafoué ou par dépit inavoué, on analyse, on remet de l’argent au pot, et on corrige, vite, sans mégoter sur les moyens humains et matériels. Résultat de cette persévérance : mi-2006, plus de 66 % des abonnés de NTT DoCoMo étaient abonnés à la troisième génération, soit 33 millions d’individus, un taux et un chiffre absolu qu’aucun autre opérateur du monde ne peut revendiquer. Il s’en faut de plusieurs années. Son concurrent local KDDI arrive juste derrière en nombre d’abonnés 3G, 23 millions, avec un taux qui dépasse les 90 %. Forts de leur avance mondiale, qui repose sur de nombreux développements technologiques internes (technologies de multiplexages, protocoles de transmission...) à l’origine de standards mondiaux, les opérateurs nippons sont déjà commercialement passés à l’étape suivante (la 3,5G) et la 4G est déjà expérimentée depuis des mois dans les laboratoires, avec pour objectif un lancement en 2010.

32La cinquième trouvaille technique essentielle fut l’intégration dans le téléphone d’un récepteur de signaux de localisation par satellite (GPS). Un composant qui permet de transformer le keitai en copilote dans les rues sans nom des villes nippones, et offre un potentiel de nouveaux services très vite mis à profit par les entreprises (gestion des flottes de voitures, de la main-d’œuvre mobile, des circuits logistiques, sécurité...).

33La sixième idée lumineuse fut de glisser dans le téléphone une puce à identification par radiofréquences (RFID), composant capable de faire dialoguer le téléphone avec un lecteur par simple effleurement (sans contact), par exemple pour franchir des portillons de métros, ou payer des achats dans un commerce (cf. infra). Cette intégration constitue une fondation pour la mise en place d’une stratégie « brick and morter », c’est-à-dire bâtie sur les infrastructures réelles liées par le ciment des modes d’échanges virtuels (transactions et échanges de données en réseau).

34La septième et dernière innovation majeure en date fut de doter le téléphone d’un récepteur de signaux de télévision numérique hertzienne (TNT) pour le transformer en téléviseur de poche interactif. L’un des objectifs initiaux de cette fonction était d’adresser, via les chaînes de TV publiques, les alertes et consignes à la population mobile en cas de séisme ou autre catastrophe naturelle majeure. D’où la forte implication de l’État et des dizaines de chercheurs du groupe d’audiovisuel public (NHK) dans ces développements qui, en cascade, offrent un vaste potentiel de nouveaux services multimédias.

Une approche plus pragmatique que révolutionnaire

35Grâce à toutes ces technologies « made in Japan », le keitai s’est transformé successivement en terminal d’accès à Internet de plus en plus rapide, en console de jeu, en appareil photo, en mini-camescope, en système de radioguidage GPS, en ticket de métro, en porte-monnaie électronique, en téléviseur, en baladeur audio-vidéo numérique, en télécommande, en lecteur de code à barres, en système de vidéosurveillance, en badge d’accès d’entreprise, en clef de maison, en système d’analyse pour les diabétiques... le tout cumulé dans un seul et même objet dont le volume ne dépasse par 150 centimètres cubes pour une masse de moins de 150 grammes. Souvenons-nous qu’en 1979, un simple appareil pour téléphoner pendant quelques minutes pesait dix kilogrammes, pour un volume de huit litres.

36Et c’est là qu’apparaît toute l’efficacité de la méthode de recherche et développement qui préside à de nombreuses innovations nippones : l’analyse fine des habitudes de vie ou des méthodes de travail, le décryptage des problèmes et des points de blocage, l’élaboration sur papier d’une solution idéale à atteindre, la recherche et l’expérimentation d’outils et de procédés pour y répondre au mieux et l’optimisation permanente. Une approche qui ne vise pas à développer des technologies, quitte à se demander ensuite ce qu’on pourra bien en faire, mais à penser d’abord une application qui répond à un besoin et à utiliser les technologies comme des outils, ni plus, ni moins, en les adaptant et optimisant dans un objectif particulier.

37L’intégration dans le mobile successivement de l’appareil photo, du GPS, de l’accès à Internet, de la fonction d’échange d’e-mails, de la puce sans contact... ne sont que des réponses techniques à des besoins identifiés et à des pratiques préexistantes massivement répandues. Car contrairement à ce qu’on a pu observer dans nombre d’autres pays développés, les Japonais n’ont pas joué à créer des nouveaux services ex nihilo sur le téléphone mobile « en priant le Bon Dieu » que les utilisateurs les adoptent du jour au lendemain (ce qui est illusoire), mais ils se sont au contraire toujours humblement contentés de « porter » sur le mobile des fonctions et pratiques préexistantes par ailleurs, sous une autre forme, en analysant précisément dans quelle mesure le keitai pouvait y répondre de façon plus satisfaisante (parce plus rapide, plus pratique, plus ludique, plus sûr, moins cher...).

38Exemple : bien avant que le mobile ne se transforme en appareil photo et outil d’échange d’images, les Japonais fréquentaient déjà depuis des lustres entre amis les « puricura », cabines de photos avec fond décoré, pour se faire tirer le portrait ensemble et se partager ensuite la dizaine de vignettes autocollantes délivrées immédiatement par la machine. Avec le téléphone portable, plus besoin d’aller à la cabine, on peut faire la photo n’importe où, n’importe quand, la décorer sur-le-champ et se l’échanger illico, le tout à un coût inférieur à celui du « puricura ».

39Deuxième illustration significative : depuis toujours, dans les villes nippones aux rues dépourvues de noms, se rendre à une adresse relève de la gageure, compte tenu de la distribution sans logique des numéros d’immeubles dans les quartiers et blocs. Les Japonais, prévoyants et ponctuels, ont donc pris la sage habitude de ne jamais partir à l’aventure sans un petit plan avec comme points de repères les gares, les postes, les supérettes ou autres sites remarquables. Avant un rendez-vous, on recevait une télécopie (le fax est présent dans quasiment tous les foyers) avec ledit plan. Aujourd’hui, le mobile GPS sert de guide (visuel, textuel et vocal, avec plans en trois dimensions), car lui, au moins, sait décrypter une adresse et y mener, grâce aux cartographies ultra détaillées et autres bases de données spécifiquement créées.

40De même, avant d’aller dans les restaurants, souvent situés en sous-sol ou étages, les Japonais prenaient autrefois soin d’utiliser un magazine de conseils avec le plan d’accès et de téléphoner pour réserver. Aujourd’hui, tout est faisable directement avec le portable : la recherche sur un site Internet mobile, la réservation, le moyen de dénicher l’adresse, et de s’y rendre.

41De plus en plus polyvalent, le keitai, que d’aucuns considéraient comme un gadget à ses débuts est aujourd’hui devenu un objet vital. À la plus grande satisfaction du visionnaire directeur de la stratégie de service de NTT DoCoMo, Takeshi Natsuno qui répète à l’envi depuis des années : « Je vais mettre le portefeuille, voire le sac à main, de mes clients dans leur téléphone ».

42Dubitatifs au départ, les Japonais sont donc aujourd’hui de plus en plus nombreux à partager cette vision qui est d’ailleurs en passe d’être atteinte. Un foyer japonais qui ne dépensait pas un yen en télécommunications mobiles en 1980, y consacre aujourd’hui plus de 100 000 yens par an (750 euros au cours actuel) pour les moins de 60 ans, et environ 40 000 yens par an au-delà. C’est dans les deux cas le double voir le triple des montants enregistrés en 2000, du fait de l’augmentation permanente des services associés au téléphone portable, et ce en dépit de la baisse continue du prix des communications vocales.

43Le keitai a permis de façon plus large l’émergence d’innovations en termes de services et de revenus du côté des fournisseurs d’applications et contenus préexistants et non directement liés au domaine des produits immatériels.

44Le cas du ticket de métro est emblématique de ce cercle vertueux. Dans les nombreuses gares de Tokyo, où se pressent chaque jour des millions de personnes, la fluidité est le maître mot, d’où les bardées de distributeurs de billets ultrarapides et de portiques capables de lire et analyser un ticket magnétique en 0,5 seconde. Depuis quelques années, les compagnies ont mis en place un système de carte sans contact multi-trajets en lieu et place des tickets magnétiques. Ce système, plus rapide encore et moins contraignant en termes de maintenance, a été intégré dans le téléphone portable en 2006 par le biais d’une puce sans contact. Les passagers peuvent ainsi franchir les portillons d’accès aux quais avec leur téléphone, par simple effleurement, sans devoir se rendre préalablement au distributeur. Pratique. Ces automates étant du coup moins utilisés, les compagnies peuvent, sans craintes de gêner les clients, en réduire le nombre. La place ainsi gagnée peut de fait être allouée à d’autres fonctions plus rentables, comme l’ouverture de kiosque ou la création d’espaces publicitaires.

45De plus, lors du passage des portillons avec le téléphone mobile, il est possible de transmettre directement à ce dernier une information personnelle que le passager aura tout le loisir consulter quand bon lui semble, ce qui était impossible avec les tickets ou cartes de transport magnétiques traditionnels.

46Mieux encore : comme le système utilisé pour la puce électronique est capable de stocker plusieurs applications, les compagnies ont ajouté à la fonction transport celle de porte-monnaie électronique. Il est donc possible également d’utiliser le téléphone portable/ticket de métro pour régler les achats de boissons aux distributeurs, les journaux aux kiosques ou les en-cas dans les restaurants rapides des gares et alentours. Bien entendu, les compagnies prennent leur dîme sur chaque transaction.

47Résultat : l’intégration du titre de transport dans le téléphone renforce non seulement l’offre de services ultra pratiques pour l’utilisateur, mais elle constitue aussi une source d’innovations, des relais de croissance et de productivité pour les compagnies ferroviaires qui ont d’ailleurs été rejointes par les compagnies aériennes. Il est possible depuis 2005 au Japon d’embarquer sur un vol intérieur sans enregistrement préalable, aussi simplement qu’on grimpe dans le métro, en effleurant avec son téléphone portable un lecteur pour accéder à l’avion.

48Grâce aux nouvelles fonctionnalités des téléphones portables, les Japan Railways et consorts modernisent leurs infrastructures, font des économies de maintenance, élargissent leur palette d’activités et de services, étendent leurs sources de revenus, et développent un nouveau marketing plus proche des clients. En un mot : elles croissent. Même si une telle révolution exige d’abord des investissements massifs et des années de recherches. Mais la rentabilité sur le long terme, dans le cas présent, est garantie.

49Il en va de même pour les fameuses chaînes de « konbini » (supérettes ouvertes 24H/24), chaque jour prises d’assaut à l’heure du déjeuner. L’adoption du porte-monnaie électronique comme moyen de paiement leur permet, du fait de sa rapidité, de réduire de moitié le temps de passage en caisse. En effet, le client n’a qu’à effleurer le terminal de paiement avec son téléphone pour régler ses achats (le montant est reporté sur sa facture téléphonique, débité de son compte bancaire ou déduit du solde d’argent virtuel pré-chargé dans son portable). Finis les rendus de monnaie ou les erreurs de caisse. En gagnant du temps, les konbini s’offrent le luxe de réduire le nombre de caisses, d’ajouter à la place des rayons et d’augmenter ainsi la variété de produits et services proposés, donc de faire progresser leur chiffre d’affaires. C’est en faisant ce calcul malin, avec une vision de moyen et long terme, que la quasi-totalité des 42 000 konbini présents au Japon ont jugé rentable, en dépit de la commission à payer aux gérants des services de porte-monnaie électronique mobile, d’accepter progressivement le paiement par téléphone portable.

50La vie quotidienne au Japon fournit ainsi moult exemples de l’étendue des actes s’appuyant sur le mobile et de leur adoption massive par la population, laquelle ne crie pas au loup à chaque nouvelle invention et ne rechigne pas à payer pourvu que le service soit rendu. L’intégration récente dans certains terminaux mobiles ou dans les distributeurs d’argent de dispositifs d’authentification biométrique (visage, voix, empreintes digitales, réseau vasculaire de la paume) ou de localisation par satellite (GPS) n’a pas généré une levée de boucliers. Les Japonais voient d’abord le côté pratique et bénéfique des choses avant d’en dénoncer les hypothétiques travers.

51On connaît déjà la suite des évolutions : le téléphone portable sera bientôt alimenté par une batterie à combustible dont il suffira de changer la cartouche de méthanol pour le recharger, il saura lire des étiquettes électroniques pour renseigner les consommateurs sur la traçabilité des aliments, il deviendra un véritable majordome dans les entreprises, foyers et lieux publics, capable de commander moult machines dans un contexte singulier donné, il saura décrypter un message subliminal contenu dans un son à la radio ou extraire un contenu (son, texte, photo, vidéo) dans la lumière artificielle émise par un lampadaire de rue, il permettra d’entendre distinctement un interlocuteur malgré le brouhaha environnant grâce à la transmission osseuse, il s’allumera automatiquement en cas de séisme, il diffusera peut-être même des odeurs, etc. Tout ceci n’est pas pur délire de technophile fan de manga de science fiction, mais une simple liste non exhaustive des technologies que l’on peut déjà voir et expérimenter dans les laboratoires des opérateurs et des universités ou chez les industriels japonais, lesquels travaillent tous en étroit partenariat.

52Le seul secteur des télécommunications nippon a déposé plus de 15 000 brevets en 2005. Il totalisait en 2005 quelque 194 000 chercheurs, un chiffre qui progresse d’année en année. Les dépenses de recherche et développement des télécommunications, services et équipements associés représentent environ 5 000 milliards de yens, soit 38 % du total des dépenses de R & D tous secteurs industriels confondus.

53Si aujourd’hui les fabricants de terminaux japonais ne sont pas premiers au classement mondial en parts de marché, c’est justement du fait de la sophistication de leurs appareils, qui répondent aux fortes exigences de leurs compatriotes, mais dépassent les besoins basiques des acheteurs des autres pays. À l’inverse, les numéros uns des ventes à l’étranger (Nokia, Motorola) sont boudés au Japon, n’étant pas en mesure de satisfaire les impératifs techniques locaux pas plus que les goûts des consommateurs autochtones.

54Mais forts de l’expérience acquise sur leurs terres, les fabricants japonais ont une belle longueur d’avance sur tous leurs concurrents étrangers, notamment sur le plan technique. C’est déjà le cas des fournisseurs nippons de composants (écrans, module caméra, circuits intégrés...) qui détiennent plus de 50 % du marché mondial.

55Le keitai, qui bouleverse la vie des Japonais en s’appropriant leurs habitudes avant de les transformer, entraîne dans son sillage des trains d’innovations techniques, lesquelles font émerger de nouveaux services qui modifient des modèles économiques pourtant bien établis. D’après les statistiques gouvernementales, le secteur des télécommunications dans son ensemble a contribué en moyenne à un quart du pourcentage de la croissance du produit intérieur brut ces dernières années. Quelque 1 500 milliards de yens (plus de 10 milliards d’euros) d’investissements matériels sont réalisés par les opérateurs mobiles chaque année, un niveau presque égal à ceux que totalisent les constructeurs automobiles.

56Les télécommunications mobiles qui n’existaient pas il y a trente ans pesaient en 2005 au Japon près de 10 000 milliards de yens (75 milliards d’euros) sans compter les près de 8 000 milliards de yens de gains générés par la vente de produits commandés via un site mobile et le commerce des contenus à télécharger. Quelque 3,75 millions de salariés nippons travaillent aujourd’hui pour le secteur large des télécoms et services associés, soit presque autant que dans l’industrie liée à l’automobile. Il conviendrait en outre d’y ajouter les 1,6 millions de personnes œuvrant dans l’électronique.

57Selon un chercheur spécialisé de l’institut Nomura, le potentiel est encore énorme et le marché du seul secteur des télécommunications mobiles pourrait quasiment doubler pour atteindre le seuil des 20 000 milliards de yens par an d’ici peu.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search