Version classiqueVersion mobile

L’empire de l’intelligence

 | 
Jean-François Sabouret

Chapitre 3. « Shinhatsubai ! » Ou comment faire de l’innovation un relais de la croissance japonaise

Jean-Yves Bajon

Texte intégral

Introduction

1Le ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie japonais (METI) a publié au mois de mai 2006 son rapport sur la nouvelle stratégie de croissance économique. Ce ne pourrait être qu’un rapport de plus d’un ministère cantonné de plus en plus dans un rôle de stratégie et de moins en moins dans un rôle d’acteur direct de l’économie. Ce rapport n’en est pas moins un document de politique économique intéressant qui entérine un changement radical de paradigme de l’économie japonaise. Le Japon, qui ambitionnait dans les années 1980 de devenir la première économie mondiale, se trouve aujourd’hui challengé par la Chine qui devrait un jour le dépasser en termes de PIB. En vingt ans, les autorités japonaises sont donc passées d’une stratégie de volume à une stratégie beaucoup plus qualitative, axée sur l’amélioration du revenu et, surtout, du bien-être économique de sa population.

2Cette nouvelle « realpolitik » prend en considération des problèmes dont la dimension était encore sous estimée il y a quelques années comme le vieillissement de la population, l’épuisement des ressources naturelles, l’émergence de problèmes environnementaux majeurs, la concurrence des pays à bas coût de main-d’œuvre...

3Le leitmotiv des stratèges japonais consiste maintenant à corréler plus étroitement recherche et développement (R & D) et croissance afin de faire pièce à la montée en puissance de concurrents comme la Chine et l’Inde et de garder en permanence une longueur d’avance dans l’innovation grâce, d’une part, à une stratégie de renouvellement de l’offre fondée sur une exploitation optimale de la chaîne vertueuse liant découvertes techniques et diffusion sous forme de produits commercialisables et, d’autre part, à une stratégie de protection renforcée de la propriété intellectuelle.

4Cet article propose un examen des caractéristiques de l’offre et de la demande au Japon afin de montrer comment les particularités japonaises rendent crédible une telle stratégie, qui s’est d’ailleurs déjà avérée gagnante si l’on en juge par le rebond économique que connaît l’Archipel depuis le second semestre 2002, le plus long dans l’histoire du Japon depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

5Le slogan de cette nouvelle stratégie, auquel fait référence le titre de cet article, pourrait être un mot largement répandu sur tous les étalages et dans tous les rayons de magasins de l’Archipel : « Shinhatsubai » (mot à mot : « qui vient juste d’être mis en vente » ou « qui vient de sortir »), sorte de cri de ralliement d’une société de consommation qui aurait remplacé depuis longtemps le Banzaï des années guerrières.

6La constitution des mots japonais – et chinois – sous la forme d’une composition d’idéogrammes a en effet la vertu de lier facilement entre eux des concepts et de véhiculer naturellement l’idée de leur articulation là où notre étymologie est beaucoup plus subtile et plus complexe. Ainsi, pour parler des différentes phases de l’élaboration d’un produit, retrouve-t-on le caractère « Hatsu » qui signifie « commencer, émettre »), concept pivot de toute une série de mots qui se réfèrent tant à l’innovation qu’à son application : « Hatsuan » pour l’idée ou la création, « Hakken » pour la découverte, « Hatsumei » pour l’invention, « Kaihatsu » pour l’exploitation, la mise en valeur, « Hatten » pour l’évolution, le développement, l’essor ou « Hatsubai » pour la commercialisation. La suite de cet article va s’attacher à démontrer que la réalité de l’enchainement l’offre et de la demande japonaise sont bien à l’image de cette analogie syntaxique...

Culture du perfectionnement et renouvellement de l’offre

  • 1 Edouard Schaal, « Impact de l’innovation technologique sur la croissance potentielle japonaise », F (...)

7Une récente étude économétrique de la ME de Tokyo1 souligne que l’impact de l’investissement dans le savoir et les hautes technologies est d’autant plus difficile à évaluer qu’il s’agit d’une grandeur non mesurable. Cependant, en décrivant selon le modèle de SOLOW la croissance sous la forme d’une fonction dépendant du capital, du travail et d’une troisième variable – la productivité totale des facteurs (PTF, TPF en anglais) – il est possible de mieux appréhender le progrès technique qui en est la composante essentielle. Un travail économétrique appliqué à la croissance potentielle japonaise sur la base de ce modèle montre que la PTF du Japon, après avoir connu une forte érosion en valeur absolue dans les années 1990, a connu une augmentation importante dans les années 2000 et que sa contribution en part relative à la croissance potentielle japonaise a atteint le niveau de 80 %.

8L’étude menée par la Mission économique de Tôkyô a par ailleurs permis d’approfondir le sujet et de relever que, parmi les déterminants possibles de la PTF, la recherche et développement (R & D) et le commerce technologique étaient ceux qui contribuaient le plus à la croissance potentielle du Japon avec respectivement 0,4 point et 0,5 point pour une PTF de 1,3 points en 2003. En revanche, l’équipement en technologies de l’information semble avoir un impact moindre, point qui sera approfondi plus loin dans cet article.

9Ces résultats viennent conforter l’idée que le Japon est non seulement un pays important en matière de R & D – ce que l’on savait déjà – mais aussi que les efforts dans ce domaine sont mieux suivis qu’ailleurs d’effets en termes de renouvellement de l’offre et de relais de croissance avec de surcroît des zones d’amélioration possible.

L’investissement en R & D, facteur visible de la différence japonaise

10Parmi les pays de l’OCDE, seuls des pays nordiques font mieux lorsqu’on examine le ratio R & D/PIB mais sur une échelle nettement plus petite en termes de taille de l’économie. Le graphique figurant plus bas montre d’autre part que le Japon renforce son effort depuis 1994 alors que la France connaît depuis cette date une tendance inverse, le taux de R & D/PIB passant de 2,6 % à 3,15 % pour l’un et de 2,4 % à 2,2 % pour l’autre, probablement grâce au maintien et au développement au Japon d’industries à fort contenu capitalistique et technologique comme les industries électroniques, celles-là mêmes qui contribuent au développement du commerce technologique identifié ci-dessus comme un des éléments déterminants importants de la PTF et de la croissance potentielle. L’autre élément qu’il convient de souligner est le rôle prioritaire que jouent les entreprises dans la R & D puisqu’elles sont responsables des 2/3 des dépenses dans ce domaine contre un peu moins de la moitié pour leurs homologues françaises. Le Japon a été l’un des premiers pays à mener une politique de clusters depuis la création du technopole de TSUKUBA à la fin des années 1970 pour faciliter les échanges recherche industrie et la généralisation de cette politique à la fin des années 1990 optimisa l’utilisation des ressources publiques, exemple dont la France s’est inspirée pour ses propres pôles de compétitivité.

Le Japon, pays des sciences de l’ingénieur

11L’examen des arts traditionnels japonais (céramique, menuiserie, laque, calligraphie...) montre que ceux-ci ne sont pas nécessairement d’origine japonaise mais qu’ils ont systématiquement comme caractéristique commune d’être l’aboutissement d’une culture du travail bien fait et du geste parfait dans laquelle, bien souvent, le temps passé ne compte pas. On pourrait même oser qualifier le Japon d’« Empire du détail », tant le sens de la minutie et de la qualité de la finition y est accompli, faisant du Japon un pays à regarder au téléobjectif plutôt qu’au grand angle. Depuis la poterie coréenne au xive siècle jusqu’aux chemins de fer à la fin du xixe siècle, à l’automobile dans les années 1930 et au transistor dans les années 1950, le Japon a souvent trouvé l’inspiration à l’extérieur de ses frontières mais a su apporter en toute matière un souci du perfectionnement au point de devenir maître en ces matières grâce à une capitalisation des savoir-faire et grâce à un système éducatif certainement plus axé sur l’apprentissage répétitif et ordonné que sur l’éveil créatif et le butinage intellectuel. Pays du talent – au sens du travail qui en appelle à la volonté – plus que pays du génie – cette référence à une aspiration divine – le Japon est passé maître dans l’art de fabriquer à un rythme soutenu des générations successives de produits toujours plus sophistiqués, plus miniaturisés, plus intégrés. Cet intérêt pour la technique a d’ailleurs amené le Japon à perpétuer ses « trésors nationaux vivants », montrant un intérêt au moins aussi grand dans la protection de ceux qui maîtrisent la technique que dans leur production. L’expérience de la cérémonie du thé en est un exemple de quintessence, sorte de merveille du geste, dont le breuvage résultant mérite certainement moins d’enthousiasme que la perfection rituelle dont il est l’aboutissement...

Le renouvellement de l’offre

12L’engouement actuel pour les nanotechnologies, résultat ultime de ce type de démarche de perfectionnement, en témoigne et le diminutif « nano » est en train de devenir un slogan de vente généralisé. Si les sauts et les révolutions technologiques excitent la curiosité humaine et si leurs géniteurs marquent souvent l’histoire, ce sont en revanche bien ces multiples générations de produits déclinés sur la base d’une même inspiration qui font fonctionner l’économie grâce à la dynamique du renouvellement de l’offre. La percée actuelle des constructeurs automobiles japonais en matière de motorisation hybride témoigne de ce souhait de développer des générations intermédiaires quand d’autres constructeurs, étrangers, estiment que l’avenir appartient à l’hydrogène et doutent de la stratégie japonaise. Les japonais n’en pensent probablement pas moins pour le long terme mais l’hydrogène est une révolution encore en gestation qui nécessitera de profonds bouleversements. Ils préfèrent se doter d’ores et déjà d’une offre plus respectueuse de l’environnement même si celle-ci n’est qu’une étape ; ils en profitent pour parfaire leur maîtrise dans des sujets aussi variés que les piles, l’électronique de puissance et l’intégration de technologies diverses ; ils en tirent une image de modernité au présent sans attendre demain ; et ils démultiplient leur offre à l’instar de NISSAN qui a annoncé en juin 2006 la mise sur le marché de 21 nouveaux modèles en 18 mois, des modèles peut être pas nécessairement aussi nouveaux que les annonces veulent bien le dire mais qui le sont suffisamment pour exciter le consommateur. La robotique fait également partie de ces domaines où les japonais excellent au point d’y avoir dédié un cluster dans la région d’Osaka. La robotique est en soi la conjugaison d’une somme considérable de technologies – mécanique, électronique, vision, motorisation, logiciel... – partie du besoin des industries japonaises de construire en grandes séries avec la meilleure qualité possible et qui débouche aujourd’hui sur une offre très diversifiée y compris dans le domaine de la robotique humanoïde, une spécialité japonaise, qui répond aussi aux besoins d’une société dont le besoin d’assistance, de distractions, de surveillance va grandissant. Le développement actuel des technologies RFID (identification par radiofréquences) va constituer également une source considérable de renouvellement de l’offre. Le développement des transports intelligents, par intégration des technologies de l’information et de communication dans les industries de transports, dont la navigation par GPS n’est que la première étape déjà totalement banalisée, est porteur de perspectives considérables à moyen terme. Et pour s’assurer que leur marché intérieur de 127 millions d’habitants resterait bien captif, les industriels japonais n’ont pas hésité à développer leurs propres standards – l’exemple le plus accompli étant celui de la téléphonie mobile – et à ériger la qualité en arme absolue, celle à laquelle peu d’industriels étrangers peuvent prétendre dans l’esprit des consommateurs nippons.

13En conclusion, cette maîtrise des sciences de l’ingénieur a permis à l’industrie japonaise de conserver une avance technologique considérable, malgré la concurrence de nouvelles puissances comme la Chine, et de faire du progrès technique – et de ses composantes que sont la R & D et le commerce technologique – le facteur déterminant de la croissance japonaise ainsi qu’en témoigne l’étude économétrique de la Mission Économique de Tôkyô, rappelée en introduction de ce chapitre.

L’exigence de la demande

14Le chapitre précédent à mis en évidence les spécificités de la dynamique de l’offre japonaise : poids de l’innovation et capacité, par une maîtrise minutieuse des sciences de l’ingénieur, à transformer cette innovation en produits commercialisables. Mais cette offre à elle seule ne suffirait pas si elle n’était reçue par une des clientèles les plus exigeantes et les plus captives au monde.

Une exigence naturelle de renouvellement

15Pays exposé aux catastrophes naturelles, le Japon est par construction le pays de la précarité. La nature a mis le Japon sur la trajectoire des typhons du Pacifique et à la rencontre de plaques tectoniques qui le destinent inexorablement à plonger dans l’Océan dans quelques millions d’années sous la poussée de la plaque continentale. Si cet épisode est encore lointain au regard de l’histoire de l’humanité, les secousses périodiques qui agitent le pays comme les tempêtes qui le balayent ont inculqué une culture profondément enracinée du renouvellement et de l’amélioration permanente. Après chaque grande secousse tellurique, les normes de construction sont renforcées rendant les précédentes caduques, la dernière datant du tremblement de terre de Kobe (1995). Les bâtiments sont prévus pour durer une quarantaine d’années et pour être détruits, leur valeur vénale devenant nulle. La rareté – et donc la cherté – du terrain jointe à cette contrainte font que le bâti, fréquemment objet en occident de protection voire de vénération au titre de l’histoire qu’il porte en lui, n’est au Japon qu’un bien de consommation comme un autre, seul le terrain ayant une valeur pérenne. Même les lieux fondateurs de la religion Shinto, les temples d’ISE, n’échappent pas à cette règle et font l’objet d’une reconstruction à l’identique tous les 20 ans. Dans l’ensemble, les japonais – comme nombre de leurs coreligionnaires asiatiques, chinois notamment – ont peu d’appétence pour l’ancien qui est souvent synonyme d’appartenance à d’autres familles, d’autres clans, d’autres origines et porteur d’esprits étrangers et de souvenirs malfaisants. Le Japon est donc devenu le premier exportateur mondial de biens d’occasions et, de ce fait, l’Afrique, le Moyen Orient, la Russie roulent bien souvent grâce à des véhicules de seconde main japonais.

Une culture de l’éphémère et du transitoire

16Poussée à l’extrême, cette nécessité de devoir remettre en cause toute chose matérielle a conduit les Japonais à développer une culture de l’éphémère : la transition des saisons fait partie des événements les plus attendus d’une population pourtant largement urbanisée ; les compliments de saison sont l’introduction obligée de tout message ou de tout courrier ; les fleurs de cerisiers, éphémères par excellence, sont devenues un symbole national ; l’année est parsemée de jours fériés, d’essence principalement shinto, calés sur la séquence des événements de la nature (équinoxe, mer...). La consommation des japonais est largement rythmée par ces événements et les grandes surfaces ont appris à s’y adapter. Une année marchande pour un hyper marché japonais, dont le nombre de produits référencés est en général deux fois supérieur à ce qu’il est en Europe à surface de vente égale, ne comptera pas moins de 90 dates pour des promotions particulières, liées au calendrier, alors qu’un établissement homologue occidental en proposera deux ou trois fois moins. Avec une telle philosophie, les japonais avaient le choix entre l’ascétisme – le renoncement frugal – et la surconsommation... Visiblement, ils ont plutôt opté pour la seconde voie.

Une vie entre labeur et consommation

17Les lieux de consommation ont toujours fait partie du paysage des loisirs japonais, comme contrepartie des lieux travail et du temps qui y est consacré. Un déplacement, un voyage d’agrément, d’affaires, ne se font jamais sans rapporter les traditionnels cadeaux aux amis, aux parents, aux enfants, aux collègues. Les grands magasins (department stores), complétés aujourd’hui par la multiplication d’autres formes de lieux de ventes comme les select shops, les vaisseaux amiraux des marques de luxe sur les grandes avenues marchandes, le concept stores, sont devenus les lieux référents des différentes catégories de la population japonaise et de leurs aspirations en société. Le japonais qui, entre les transports, la présence au sein de son entreprise et la participation aux « after » entre collègues, dédie plus que son temps diurne au monde du travail, c’est-à-dire à la fabrication de cette offre de biens et de services, en devient la cible privilégiée le soir, le week-end ou pendant ses rares journées de congés. La presse très lue au Japon – les tirages des grands journaux se chiffrent en millions d’exemplaires – la publicité omniprésente dans la rue, les journaux, les métros, les taxis, à la télévision, sont autant d’incitations, de vecteurs de communication entre l’offre et la demande. Les grandes maisons de publicité comme DENTSU (13 Md EUR de chiffre d’affaires, 26 % du marché japonais de la publicité) ont acquis un pouvoir considérable dans le fonctionnement de l’économie qui ferait rêver les ministères de l’Information des pays socialistes d’hier. Au milieu d’une telle organisation, la part de la famille et du domicile sont réduits à la portion congrue, probablement du fait de l’exiguïté des logements et de la diminution dramatique de la taille des cellules familiales. L’espace de l’« homo nipponica», entre fabrication de l’offre et satisfaction de sa propre demande, n’offre plus guère que quelques interstices pour les aspirations personnelles et métaphysiques...

La consommation, moteur de la croissance

18Contrairement aux idées souvent reçues, c’est bien la consommation qui a pris le relais du commerce extérieur comme principal moteur de la croissance japonaise. Si l’investissement en est la composante principale, les entreprises japonaises ayant retrouvé une situation financière saine, la consommation privée a aussi depuis plusieurs trimestres une contribution régulièrement positive à la croissance. Contrairement aux idées reçues, les Japonais n’épargnent plus que 5 % de leur revenu disponible soit presque deux fois moins que les Français. Il faut y voir une conséquence du vieillissement de la population et une confirmation de la théorie du cycle de vie selon laquelle on consomme en fin de vie l’accumulation d’épargne des années d’activité laborieuse. L’arrivée à l’âge de la retraite et le versement par les employeurs des pécules de fin d’activité, dans les années qui viennent, de la génération du baby boom de l’après guerre est donc, à cet égard, de bon augure. Le Japon est aussi le pays du crédit à la consommation et des milliers d’entreprises prospèrent dans ce domaine, certaines aux limites de la légalité, voire au-delà, exploitant parfois à outrance, par des taux dignes de l’usure, la détresse des Japonais les plus démunis, un quart de la population n’ayant aucune épargne...

Croissance de l’activité et contributions
(PIB normal, %, Source : cabinet office)

Croissance de l’activité et contributions(PIB normal, %, Source : cabinet office)

Conclusion. Les challenges futurs du modèle Japonais.

19Le Japon a réussi son come back économique après une décennie que l’on disait, à tord probablement, perdue.

  • 2 Stéphane Cieniewski, « Chine – Asie, vers la remise en cause du gagnant-gagnant ? », avril 2006, di (...)

20À ceux qui prédisaient que la concurrence des nouveaux grands émergents allait rapidement laminer l’industrie japonaise, d’autres études, notamment réalisées par la Mission Economique de Pékin2, répondent que le taux d’intégration locale des fabrications chinoises dans les secteurs technologiques les plus avancés n’a pas augmenté sur les dix dernières années et qu’elles restent largement tributaires des technologies étrangères, notamment japonaises. Il n’y a donc pas de fatalité au rattrapage par les pays émergents et le jeu peut rester gagnant à condition de s’en donner les moyens, à commencer par le sens de l’innovation.

21La politique économique menée par le gouvernement japonais n’est pas étrangère à ces bons résultats. On l’a vu avec l’incitation permanente au développement de la R & D. Mais l’on aurait aussi pu mentionner la politique de privatisation des universités avec son cortège de mesures incitatives pour la coopération avec le secteur privé et l’industrie.

22Pour autant, les challenges qui s’offrent à lui restent considérables. Il faudra tout d’abord très longtemps pour résorber l’énorme dette publique accumulée pendant les années 1990 et 2000. L’équilibre du solde primaire des administrations publiques (hors remboursement de la dette) est attendu pour 2011 et l’équilibre budgétaire n’est pas attendu avant 2015. Sans compter le temps nécessaire au retour de l’encours de la dette publique à un niveau acceptable. Une hausse des prélèvements, TVA entre autre, pourra difficilement être différée plus longtemps pour y remédier. Par ailleurs, le vieillissement de la population n’est clairement pas un bon signal pour l’avenir de l’innovation même si certains avancent que ce pourrait être un aiguillon par exemple dans le domaine de la robotique d’assistance aux personnes âgées. Les plus anciens, comme on l’a vu, véhiculent des savoir faire importants mais la population du baby-boom va prendre sa retraite dans les dix années à venir et la population des 20-34 ans va baisser de 31 % d’ici 2020. Sans une politique nataliste, dont les résultats ne se feront en tout état de cause pas sentir avant longtemps même si elle était mise en œuvre dès aujourd’hui, le Japon pourra difficilement se renouveler longtemps.

23Des gisements existent encore, certains identifiés par le rapport du METI mentionné en introduction de cet article. La productivité du secteur des services est faible au Japon, comparée à ce qu’elle est dans l’industrie et, tout particulièrement, dans l’industrie soumise à la concurrence internationale. Le secteur du logiciel notamment est le parent pauvre de l’économie japonaise et depuis plus de vingt ans le gouvernement ne cesse d’annoncer des plans pour y remédier, sans grand succès. Le Japon n’est pas l’Inde... Le rapport de la Mission Économique de Tokyo sur la relation entre innovation et croissance, auquel on se réfère en première partie, a identifié que l’investissement dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) n’avait pas été jusqu’à présent un facteur marquant d’augmentation de la productivité totale des facteurs japonaise. De fait, d’après le rapport du METI, dans plus de 70 % des entreprises japonaises, contre une proportion beaucoup plus faible aux États-Unis, l’informatique demeure cloisonnée entre les divisions, ne permettant pas d’en tirer pleinement partie pour améliorer la productivité et le fonctionnement de l’entreprise. Le Japon, qui a inventé le kanban et les « petits papiers » qui circulent dans tous les sens dans les ateliers, n’a pas véritablement traduit ces méthodes dans ses systèmes informatiques. Comme si les outils d’organisation moderne n’avaient pas encore réussi à s’imposer aux modes plus traditionnels, et probablement plus spécifiques, du management nippon. Ceci n’est pas sans rappeler l’époque de la révolution de l’électricité qui, à la fin du xixe siècle, n’a pas immédiatement induit une productivité supérieure car il a fallu penser une organisation des ateliers de production différente de ce qu’elle était lorsque leur ordonnancement était dicté par la présence des machines à vapeur, de façon à tirer pleinement parti de la souplesse de cette nouvelle forme source d’énergie. De la même façon, le Japon n’a pas encore pleinement intégré dans ses entreprises tout l’attirail des progiciels de gestion intégrée, laissant encore une large part à une informatique plus lourde et moins performante, moins globalisante. Bien que le Japon soit le pays de la miniaturisation et de l’électronique, la révolution informatique n’a pas encore pénétré en profondeur les structures de ce pays. Les acquéreurs étrangers d’entreprises japonaises le constatent régulièrement et la révision des systèmes d’information est en général un aspect important des restructurations engagées, non sans impact, d’ailleurs, sur l’emploi.

24Au-delà de cet aspect technicien et organisationnel, mais qui a son importance à l’échelle d’un pays comme le Japon, l’autre révolution possible de ce pays, solution la plus crédible à certains des problèmes les plus cruciaux évoqués plus haut, est certainement le développement du travail des femmes, tout particulièrement dans la tranche d’âge 30-40 ans. Il s’agirait là d’une profonde métamorphose de l’organisation sociétale japonaise mais le maintien du sens de l’innovation et du renouvellement de l’offre comme de l’exigence de la demande et du désir de qualité sont sans doute à ce prix... Mais il s’agit déjà d’une autre histoire, à l’issue plus lointaine.

Notes

1 Edouard Schaal, « Impact de l’innovation technologique sur la croissance potentielle japonaise », Fiche de synthèse disponible sur site internet http://www.missioneco.org/japon/documents_new.asp?V=1_PDF_123077 (juin 2006) et rapport complet disponible sur demande à tokyo@missioneco.org

2 Stéphane Cieniewski, « Chine – Asie, vers la remise en cause du gagnant-gagnant ? », avril 2006, disponible sur le site de la Mission économique de Chine <http://www.missioneco.org/documents/106/119521.pdf>

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search