Version classiqueVersion mobile

L’empire de l’intelligence

 | 
Jean-François Sabouret

Introduction. Japon : « Le grand secret »

Jean-François Sabouret

Texte intégral

Des arcs à l’arquebuse

1Automne 1542. Les typhons soufflent sur le sud du Japon. Une jonque chinoise sur la mer démontée. À bord trois naufragés européens, trois Portugais sont recueillis dans la petite île de Tanegashima au sud de l’archipel dans l’île de Kyûshû. Étonnement : ainsi donc le Japon existait réellement. Étonnement réciproque car les trois naufragés ont avec eux un objet étonnant, une sorte de petit canon portable d’un mètre de long, une arquebuse, une arme incroyable qui atteint sa cible à une longue distance.

2Au royaume des sabres et des arcs, le jeune seigneur de l’île de Tanegashima qui porte son nom, Tanegashima Tokitaka, est immédiatement conquis et fasciné par l’objet dont il s’est emparé. L’un des trois rescapés Fernao Mendès-Pinto a raconté dans un ouvrage, Pérégrination, ses aventures :

3« Le seigneur de Tanegashima passait tout son temps à tirer de cette arquebuse et ses sujets en firent plusieurs autres sur le modèle de celle-ci... À notre départ [cinq mois et demi après], il se trouva qu’il y en avait plus de 600 dans le pays... En 1556, les habitants du Japon m’affirmèrent que dans la capitale du royaume de Bungo [aujourd’hui préfecture d’Oïta], il y en avait plus de 30 000. ».

4Presque trois siècles après l’Italien Marco-Polo (1271), le Portugais Mendès-Pinto va plus loin que le grand devancier vénitien, qui avait voyagé dans l’empire de Kubilai Khan sous la pax mongolica. Mendès, qui dit avoir été prisonnier treize fois et vendu seize fois, a atteint ce pays mythique du Japon (Xipangu pour Polo), à l’est de la Chine et dont on parlait tant sans être certain de sa réalité.

5Dès la découverte réciproque des terres japonaises et des produits occidentaux, le commerce se répand très vite et les seigneurs des provinces maritimes comme Shimazu (aujourd’hui préfecture de Kagoshima) et Ôtomo (aujourd’hui préfecture d’Oita), rivalisent d’esprit d’entreprise pour attirer dans leurs ports les bateaux portugais et leurs précieuses cargaisons.

6Dès 1549, le Shogun Oda Nobunaga, passe la commande de 500 arquebuses et crée une brigade d’armes à feu. Le célèbre seigneur de la province de Kaï, Takeda Shingen, fait de même en 1550. La maîtrise de la technologie des arquebuses Tanegashima (ou encore Hinawajû) est un enjeu majeur durant cette période de guerres incessantes et assure la victoire à ses détenteurs. Un tiers des fiefs du Japon possédait cette technologie dès 1570. Oda Nobunaga remporte, grâce aux armes à feu, la victoire d’Anegawa (1570), de Nagashino (1575). Arrivé au pouvoir, Toyotomi Hideyoshi fera de même contre les seigneurs Shimazu qui le menaçaient.

7Cette anecdote est tout à fait symbolique de l’attitude profonde des Japonais vis-à-vis des technologies en particulier et du savoir en général.

8L’exemple de l’appropriation de la technologie militaire et des arquebuses est un des plus célèbres, mais on en compte bien d’autres que l’on pourrait trouver tout au long de l’histoire japonaise et faire remonter jusqu’à la lointaine époque où, dès le cinquième siècle de notre ère, au péril de leurs vies, des Japonais partaient chercher connaissances et savoir en Chine sur des embarcations incertaines.

9Il peut paraître étonnant de constater avec quelle rapidité, certains diront avidité, les Japonais s’emparent de sciences et de technologies nouvelles.

10Il est important aussi de préciser qu’il est fort probable que des Japonais avaient déjà entendu parler des arquebuses par des marchands chinois ou des pirates « Wako » qui sillonnaient la mer du Japon. C’est sans doute là l’une des explications : pour apprendre vite il faut être déjà préparé et avoir cherché et réfléchi de son côté.

1600-1854 : fermeture politique mais ouverture d’esprit

11Les seigneurs de la guerre, comme Toyotomi Hideyoshi en 1588, qui occupent le siège du Shogun à la fin du xvie siècle prennent soin de confisquer les sabres (katanagari) mais aussi les armes à feu, effectuent un strict contrôle sur la fabrication de celles-ci et ils ferment le pays aux influences occidentales durant plus de deux cents ans. Au début de l’époque d’Edo, seuls les Samurai sont autorisés à être armés et à porter les deux sabres.

12La violence endémique du xvie siècle, où les armes étaient largement utilisées dans tout le pays soumis à de forts séismes sociaux, est jugulée. Les armes à feu et le christianisme, arrivés dans les bagages des hommes blancs, sont interdits mais il est important de remarquer que le contrôle policier sur l’importation des croyances et des idéologies venues d’Europe laisse place, en contrepartie, par le biais de traductions, au flot continu des savoirs occidentaux et des technologies tel que la médecine, les mathématiques, l’astronomie, la botanique, la physiologie, la chimie. On importe et on analyse les mécanismes des automates comme ceux de Jacques de Vaucanson (1709-1782), les karakuri (ancêtres en quelque sorte des robots d’aujourd’hui).

30 ans seulement pour moderniser le pays...

13Quand les Occidentaux reviennent en force en 1853 au Japon (après plusieurs tentatives en 1837 et en 1843) et que les Américains obligent le Shogun à signer la fin de la longue réclusion du Japon (traité de Kanagawa 31 mars 1854), c’est un déferlement qui envahit toute la société japonaise. Le savoir occidental qui était jusque-là réservé à une élite pénètre toutes les couches de la société. Le savoir, c’est-à-dire au premier chef les techniques : construction de bateaux de haute mer, développement des métiers à tisser, train (première ligne Shinagawa-Yokohama en 1872), machines diverses, moteurs, électricité (1887), voitures (la première entreprise de construction automobile voit le jour dès 1902 alors que la première automobile avait été importée au Japon en 1899, soit trois ans seulement plus tôt)...

14Quand le commodore américain Perry arrive au Japon en 1853, il est à bord d’un navire à aube. L’émoi est grand parmi les Japonais de voir un navire qui avance sans la force du vent. Immédiatement ils ont cherché à s’emparer de cette technologie. Aux alentours de 1875 le Japon possédait déjà quatre-vingt seize bateaux à vapeur et à aube.

15Au total le Japon n’aura pas mis plus de trente ans depuis l’arrivée en force des Américains pour réaliser l’essentiel de sa mutation scientifique, technologique et industrielle.

16Les entrepreneurs japonais ne s’interdisent pas de s’aventurer dans des domaines technologiques assez différents de leurs métiers d’origine. Ainsi l’entreprise de Toyoda Sakichi (1867-1930) qui a révolutionné les métiers à tisser ouvre-t-elle une section de construction automobile en 1933, laquelle devient indépendante dès 1937. Aujourd’hui Toyota est devenu la première entreprise automobile au monde.

17Louis Blériot réalise la première traversée de la manche en 38 minutes le 25 juillet 1909 à bord de son avion le Blériot XI. Le premier vol au Japon a lieu le 19 décembre 1910 et le premier avion japonais est produit en 1911.

18Cette passion prométhéenne pour la technologie au Japon apparaît clairement dans certaines bandes dessinées ou dessins animés d’après-guerre, qui provoque un grand engouement chez les jeunes du monde entier. Le père fondateur reconnu et vénéré dans ce domaine étant l’auteur de BD Tezuka Osamu (1926-1989) et son célèbre personnage Astro Boy (Tetsuwan Atomu en japonais). Le petit robot Astro et son créateur, le professeur Tenma, qui avait mis au point cette machine humaine pour remplacer son fils mort dans un accident sont les symboles de tout un pays blessé et meurtri qui entend revenir dans le monde des vivants par la technologie. La quasi-totalité des générations d’ingénieurs japonais nés après la guerre reconnaît sa dette à l’égard de Tezuka.

19Depuis les temps les plus anciens du Japon, vraisemblablement avant l’ère chrétienne, les Japonais ont établi des contacts avec le continent asiatique, le voisin coréen et la puissante Chine, recevant de ces pays, les savoir et les technologies de l’époque et les ont acclimatés très rapidement chez eux. C’est la même attitude que l’on rencontre au moment de l’arrivée des Portugais, puis tout au long de la fréquentation des Hollandais durant l’époque d’Edo et enfin d’une manière ininterrompue depuis l’arrivée des bateaux noirs du commodore Perry en 1853.

La « sciencetechnologie », une réalité

20Il n’y a pas au Japon de rupture, ni d’opposition brutale, entre la science et la technique, entre l’episteme et la techne et il n’y a pas de « et » entre la science et la technologie et l’on parle d’un « sciencetechnologie » (kagakugijutsu) (voir chapitre 7).

21Comprendre le mécanisme d’un objet, d’une machine, et de là remonter aux idées qui ont présidé à sa création est tout aussi important (sinon plus ?) pour un Japonais que de chercher à s’installer dans le ciel des idées et de « dire le monde » à partir de là en descendant en quelque sorte dans le monde des applications et du tangible.

Je suis japonais : rien de ce qui est scientifique et technologique ne m’est indifférent

22L’empire des ingénieurs se passionne donc pour les processus, les procédés, les améliorations de toutes sortes (même jugées infinitésimales par des Occidentaux). Si l’on dit en Europe que la nature ne fait pas de saut, on pense de même au Japon pour la culture technologique et scientifique. Le progrès est d’abord une progression faite de séquences, d’ajouts successifs. On pourrait parodier la célèbre maxime de Térence, « Homo sum, nihil humani a me alienum puto  » (je suis homme, rien de ce qui est humain ne m’est indifférent) : « je suis japonais rien de ce qui est scientifique et technologique ne m’est indifférent ».

23On peut même ajouter que l’homo japonicus, depuis l’après-guerre surtout, est d’autant moins indifférent à la science et à la technologie que la raison commerciale est immédiatement sollicitée. Une avancée technologique doit se décliner en produit mis à la portée du public, un public de consommateur et dont l’addiction, pour tout ce qui est neuf et qui vient d’être mis en vente, est grande (voir chapitre 3)

Comment transformer la connaissance en valeur économique et sociale ?

24Comprendre, et pour se le prouver être capable de refaire le même geste ou le même objet, améliorer, produire, vendre, accumuler une plus-value pour investir à nouveau dans la recherche et le développement. Voilà le cercle vertueux du succès.

25Aujourd’hui le Japon est non seulement la seconde économie du monde, mais il est également leader dans plusieurs secteurs technologiques. On sait mieux qu’ailleurs que la technologie est le moteur de la croissance économique. Comment, se demandent les Japonais avec insistance, « produire efficacement de la connaissance et transformer celle-ci en une valeur économique, sociale et culturelle » (voir chapitre premier) ?

26Au lendemain de la défaite en 1945, alors que l’occupant américain prédisait plutôt un avenir agricole au Japon, les Japonais désarmés et privés de technologies militaires font une analyse de l’état des lieux de la technologie industrielle du pays. Le premier livre blanc remonte à 1949 et trace déjà la voie de ce qui devait être réalisé ensuite. Il est clairement proposé au monde universitaire de participer et de faciliter les transferts de technologie, d’établir des normes et standards, d’améliorer la qualité des produits.

Scientifiques et ingénieurs : des formations croisées

27Il apparaissait essentiel d’associer le monde universitaire au relèvement du pays car c’est à la confluence des chercheurs et du monde industriel que « la machine Japon » pouvait repartir.

28Une des recommandations importantes a donc été de rapprocher le monde des ingénieurs du développement de celui des chercheurs, comme pour aller à la rencontre les uns des autres : aux premiers, on a demandé une formation de base en sciences fondamentales, tandis qu’on a cherché à multiplier les expériences pratiques pour les seconds. Le tandem formé par les chercheurs universitaires et industriels a été au cœur du relèvement économique des années de haute croissance.

29Les Américains ont alors imposé aux Japonais des règles de coopération très bilatérales car on sait que les scientifiques japonais avaient beaucoup travaillé avec leurs homologues allemands durant la guerre et avaient gardé des contacts. Le vainqueur américain oblige donc le vaincu japonais, après 1945, à importer les connaissances fondamentales des États-Unis, afin de prévenir d’éventuels dérapages scientifiques et technologiques (voir chapitre 10).

De la R & D à une recherche massive de base

30Le Japon, dans sa nécessité de « faire tourner » la machine industrielle, a privilégié après la guerre la production industrielle. Mais avec le développement de l’économie durant la haute croissance qui oscillait entre 9 et 12 % entre 1955 et 1970, des budgets de plus en plus conséquents ont été consacré à l’innovation. C’est durant cette période que le Japon est devenu troisième économie du monde. Il devient deuxième dans les années 1980. Le Japon a massivement poursuivi ses investissements dans l’innovation technologique mais aussi dans la recherche fondamentale.

31L’exemple le plus caractéristique de cette volonté du Japon de jouer un rôle central dans la recherche fondamentale mondiale est celle du projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) : il a déployé de grands talents pour l’accueillir sur son sol. C’est la France qui finalement a emporté le match final mais le Japon va y jouer un rôle important. Projet de recherche à long terme s’il en est puisqu’on ne prévoit pas de produire, en cas de succès, cette énergie nouvelle avant la seconde moitié du xxie siècle

Le chef d’Orchestre MITI

32L’état japonais et surtout le ministère du Commerce extérieur et de l’Industrie, le fameux MITI, créé en 1949 (devenu METI depuis 2001 – Ministry of International trade and Industry) ont joué le rôle central de chef d’orchestre, durant près de quarante ans, dans l’identification de thèmes porteurs, dans la capacité de rassembler des forces pour la recherche, dans le développement des technopoles.

33Aujourd’hui, tout en étant toujours un ministère puissant, le METI initie et pilote moins, dit-on, les politiques de recherche des entreprises qui sont de plus en plus définies au sein des entreprises même.

34Le ministère de l’Éducation et de la Recherche, qui détient la majeure partie de la recherche universitaire de pointe et fondamentale, devient de plus en plus l’interlocuteur privilégié des industriels. Les universités japonaises, qui ont déjà réalisé leurs réformes en recevant un statut les autonomisant peuvent travailler directement et avec une plus grande facilité avec le monde industriel et recevoir des financements directs.

Quand le suiveur devient leader avec en ligne de mire, un second miracle économique

35En cinquante ans, le Japon est passé d’une stratégie de reconstruction et de relèvement, puis de rattrapage, à une stratégie, en 1995, reposant clairement sur l’innovation et la création.

36Le Japon suiveur des années d’après-guerre est devenu le leader, le « premier de la classe », dans plusieurs domaines de la science et de la technologie. Au-delà de ces changements, une constante : la poursuite de l’effort de recherche d’une manière massive, la création de l’environnement administratif le plus performant pour permettre de tirer le meilleur parti des résultats de la recherche.

37Le METI, bien qu’il n’ait jamais détenu la plus grosse partie des budgets, a toujours su jouer le rôle de défenseur des intérêts et besoins de l’industrie et rassembler des potentiels de recherche sur des thèmes porteurs économiquement. La réussite du Japon est due en partie à la bonne marche de l’équipage à trois : état, recherche, industrie. Le Japon veut se mettre, aujourd’hui, sur la voie d’un second miracle économique qui reposerait sur la connaissance (voir chapitre 2).

38Un exemple très significatif est celui de la robotique qui est un secteur très porteur où le Japon s’est placé il y a une trentaine d’années seulement. Il est aujourd’hui le numéro un mondial. D’ici 2020, le METI prévoit que la robotique sera un secteur économique plus important que celui de l’automobile. Il est l’une des sept priorités industrielles de l’État en ce début de xxie siècle avec « les piles à combustible, l’électroménager allié aux technologies de l’information, l’industrie des contenus, le matériel médical et de soins aux personnes âgées, les industries liées à l’énergie et à l’environnement ainsi que le soutien à l’emploi et à la formation professionnelle continue ». (voir chapitre 5).

Les ingrédients de « l’homo technophilus » : Communiquer, relier, s’informer, échanger, partager

39Les télécommunications mobiles sont un autre exemple qui montre que les Japonais travaillent tout à la fois dans un esprit de vision technologique et sociale. Ils ont toujours cherché à relier les individus entre eux. C’est une composante sociologique, une obsession quasi-existentielle. Dès qu’une technologie permet à la masse de la population de se « brancher » (dans tous les sens du terme), le succès est presque assuré pour celle-ci. Certains parleront sans doute pour l’homme japonais « d’homo-technophilus ».

40Un autre aspect de la psychologie nipponne que révèle le téléphone portable (plus de 80 % de la population en possède un en 2007) est la multifonctionnalité. Aujourd’hui le téléphone portable japonais est équipé de fonctions tel que la télévision, le porte monnaie électronique, le visiophone, le terminal de données, la télécommande, l’appareil photo... c’est un véritable « couteau suisse » de la communication (voir chapitre 4). Le téléphone portable, comme la robotique, est l’une des technologies emblématiques du monde des services japonais actuel.

Le second budget militaire au monde

41Après un très rapide survol sur la longue durée de son histoire technologique et scientifique, on constate que le Japon a toujours accordé une place importante à toutes les technologies avec une place particulière pour les technologies militaires (même depuis 1945).

42C’est en partie grâce à sa situation insulaire écartée des grands carrefours de conflits mais aussi à sa vigilance pour sa défense qu’il a pu préserver son indépendance jusqu’en 1945. Bien qu’il ait été défait par les Américains et qu’il ait adopté une constitution pacifique en renonçant à jamais à une guerre offensive par l’article 9 de sa Constitution, le Japon d’aujourd’hui possède cependant le deuxième budget mondial en matière de défense. Autour des budgets officiels de recherche en matière de défense, le Japon possède une centaine d’organismes qui reçoivent des fonds publics et privés. Les industriels japonais permettent ainsi de financer hors bilan la recherche japonaise et de sauver les apparences du 1 % du PNB consacré à la défense. La recherche de pointe y est d’un très haut niveau. Même si le Japon « officiellement » n’exporte pas d’arme, on sait que les armes sophistiquées actuelles sont très souvent équipées de puces électroniques nipponnes. Le Japon possède une des armées les plus performantes au monde. Depuis le début 2007 l’Agence de Défense est devenue ministère de la Défense, preuve, si besoin était, que les glissements progressifs de l’interprétation constitutionnelle amène le Japon a aligner son armée, et le rôle de celle-ci, sur le modèle de celle des autres puissances (voir chapitre 6).

43Le Japon étant le seul pays au monde à avoir subi le feu nucléaire, il est important de connaître sa position à l’égard du nucléaire. Dépourvu de ressources énergétiques, le Japon a choisi le nucléaire civil depuis de longues années. 30 % de sa production d’électricité vient du nucléaire et malgré les dangers causés par les multiples séismes que subit régulièrement le Japon, il n’y pas d’autre issue que de développer l’énergie nucléaire productrice d’électricité depuis 1963 (voir chapitre 8). La R & D japonaise dans ce secteur est une des plus performantes et les ingénieurs japonais du nucléaire civil sont en mesure d’exporter leur savoir-faire à l’étranger.

44Le seul tabou est « encore » l’arme nucléaire. Le Japon s’est prononcé contre l’acquisition d’armes nucléaires, mais il a, pensent de nombreux experts, la capacité technologique et le plutonium pour en produire.

Le maître japonais et l’émule chinois

45Nombreuses sont les entreprises japonaises qui, pour des raisons de coût de production, ont délocalisé en Chine et le « miracle » industriel et manufacturier chinois est dû en partie à cet intérêt réciproque bien compris (31 855 entreprises japonaises en Chine en 2005). Certes les Japonais ont un lourd contentieux avec les Chinois, lequel remonte à la période de la colonisation japonaise de la Chine avant et durant la Seconde Guerre mondiale. Depuis 2002, la Chine est devenue le plus grand marché d’investissement pour les entreprises japonaises. Par le nombre des visiteurs, des résidents mais aussi par le poids de l’histoire des échanges intellectuels et scientifiques, Chine et Japon sont très liés. Ombre au tableau, le peu d’empressement des Japonais à installer des laboratoires de recherche en Chine. La méfiance est présente car l’on sait très bien, tant au Japon qu’en Chine, que le succès économique d’un pays est dû à sa politique de R & D, d’investissement massif dans la recherche.

46La leçon donnée au monde par les Japonais au xixe siècle a été parfaitement retenue par les Chinois qui en ont fait cent ans plus tard leur modèle de modernisation accélérée avec l’arrivée au pouvoir de Deng Xiaoping en 1976. (voir chapitre 9).

La leçon de la leçon

47« La leçon de cette leçon » pourrait-elle aboutir en Europe à installer durablement une démarche tout aussi volontariste et soutenue pour promouvoir une politique scientifique et technologique où les intérêts des uns et des autres sont bien compris ?

48Le Japon a le deuxième PNB mondial depuis le début des années 1980. La Chine a supplanté l’Allemagne et pris la troisième place en juillet 2007. Avant 2015, l’Inde aura rejoint le club des cinq nations les plus puissantes du globe. Mais même dans les autres nations de taille moyenne – Corée du Sud, Taiwan, le Vietnam, la Thaïlande... – tous ont retenu du Japon que la clef du succès résidait dans une politique volontariste en matière de recherche et de développement, d’ambition technologique et de recherche fondamentale soutenues.

49L’Asie compte bien reprendre la place qui était la sienne avant que les Occidentaux ne s’imposent à eux dans l’aventure coloniale.

50Alors que cette parenthèse douloureuse se referme, l’Occident affirme qu’il a engendré la modernité et qu’il est l’inventeur de l’universel, que ce soit dans l’idéal religieux, dans l’idéal politique de la démocratie, dans la langue mathématique qui est au cœur des sciences... Le témoignage le plus convaincant de cet universel à l’œuvre est celui qui opère dans la science et la technologie.

51L’Asie va-t-elle démontrer maintenant que la poursuite de la modernisation peut se faire en gardant l’essentiel de ses valeurs profondes et qu’elle s’appliquerait à elle-même le mot d’ordre des réformateurs de Meiji : « l’âme japonaise et le savoir occidental » (wakon yôsai), en inscrivant sur le fronton du devenir « l’âme asiatique et la technologie occidentale » ou mieux même : « les connaissances et les technologies du futur par la rationalité et l’âme asiatique » ?

52Les Occidentaux se saisissant de ce slogan et de cet esprit diront-ils alors un jour en écho : « la technologie et la science asiatique et l’âme occidentale » ?

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search