Version classiqueVersion mobile

Les chemins de la décolonisation de l’empire colonial français, 1936-1956

 | 
Charles-Robert Ageron

Quatrième partie. Les prodromes de la décolonisation dans les États du Levant et du Maghreb

La crise libanaise de 1941 ou la bataille du Levant

Maroun Bou Assi

Texte intégral

1L’Orient pour la France, en particulier le Levant, est une histoire simple et ambiguë en même temps. C’est l’histoire d’un couple qui, après avoir accepté de vivre ensemble plus de vingt ans, divorce et se tourne le dos. Un divorce qu’on a dit à l’amiable, mais en fait bel et bien forcé.

2Au fond, ce mariage, contracté en 1920, après plusieurs siècles de fiançailles, de ruptures et de retrouvailles, n’a jamais atteint son objectif. Admettons que la France a mal compris le Levant, et que le Levant n’a jamais su ce qu’il voulait de la France.

3Jusqu’en 1940 la politique française au Levant, donc au Liban et en Syrie, de gauche comme de droite, a paru voguer au gré des circonstances. Elle subissait les événements sans arriver à les contrôler effectivement.

4De ce fait, dans l’application du mandat français au Levant, on peut distinguer trois périodes :

5La première, période d’installation et de pacification.

6Dans une seconde période, l’administration civile se substitue à l’administration militaire. Le haut-commissaire Henri de Jouvenel dote le Liban d’un statut ; il crée la République Libanaise.

7La troisième période continue la seconde, accompagnée de plusieurs suspensions de la Constitution. Le mandat est souvent décrié.

8L’année 1936 avait été marquée par la conclusion d’un traité franco-libanais et un autre franco-syrien.

9Avant d’aboutir à la déroute devant l’Allemagne, en France, et devant la Grande-Bretagne, au Levant, la France a péché par excès de confiance et par maladresse en ne ratifiant pas les traités conclus en 1936. Ce refus a porté préjudice au prestige de la France et à sa crédibilité au Levant.

10Ainsi les Libanais, sous le poids des événements, ont opéré un virage, tout d’abord en direction de l’Allemagne après l’Armistice, ensuite en direction de l’Angleterre après la défaite vichyste au Levant.

11D’ailleurs l’Angleterre, concurrente de toujours de la France, visait l’éviction de cette dernière du Liban et de la Syrie. Si l’accord de San-Rémo en 1920, qui installa la France dans les échelles du Levant, l’a théoriquement mise en sommeil, l’idée maîtresse qui inspirait Londres n’a jamais été abandonnée.

12Toutefois la France vichyste, vaincue à Paris, entendit se battre au Levant. La force française au Liban et en Syrie était restée intacte. L’éventualité d’une aide allemande, en cas d’attaque anglaise, était à l’ordre du jour entre Darlan et le Führer. La détermination française s’est manifestée après le rappel du haut-commissaire Gabriel Puaux, jugé ambigü et hésitant, et la nomination du général Dentz, pour le remplacer, un militaire sûr et obéissant aux ordres de ses responsables.

13De l’autre côté, Catroux l’envoyé spécial de Churchill et de Gaulle, faisait la navette entre la Palestine et le Caire. Son objectif avoué : convaincre les troupes du Levant de se rallier à la France Combattante. L’échec de la mission Catroux et la détermination vichyste de défendre le Levant ont abouti à l’affrontement anglo-français, mais surtout franco-français sur le territoire syro-libanais.

14La signature de l’Armistice a affecté, dans un premier temps, le moral des troupes françaises au Levant. Les responsables civils et militaires ne savaient plus quelle attitude adopter. Fallait-il accepter le fait accompli, ou par contre, répondre aux appels de ceux qui désiraient continuer le combat ?

15Nous voilà le 1er juillet, mais déjà le 21 juin, Puaux le haut-commissaire, dans une lettre à Pétain, conjure ce dernier de continuer le combat tout en l’assurant du soutien des troupes françaises stationnées en Méditerranée orientale.

  • 1 Affaires Etrangères (A.E.), Série : Guerre 1939-1945, sous-série : Vichy-Levant, vol. 33, p. 4. – (...)

16Le général Mittelhauser, Commandant en chef des forces françaises au Levant (il a remplacé Weygand), adresse, quatre jours après, le 25 juin, un télégramme à son prédécesseur allant dans le même sens : « J’ai pris publiquement position, en accord avec le haut-commissaire, pour continuer la lutte. Je suppose qu’un gouvernement de la France Impériale va se constituer en Afrique du Nord, ainsi qu’un commandement en chef des forces de l’Empire. Je vous serais reconnaissant de me tenir informé. Il me paraît urgent que quelqu’un prenne en main la conduite des opérations militaires, en liaison avec le commandement Britannique. »1

17Quant aux Libanais et Syriens, leur attitude est restée loyale. Ils sont restés calmes, ils n’ont pas cherché à aggraver la situation, et ceci malgré la non-ratification des traités conclus en 1936.

18Voilà comment se présentait la situation au Levant, juste après la défaite française et la signature de l’Armistice. De ce fait on peut dire que l’attitude de Puaux et de Mittelhauser, se résumait ainsi : continuer le combat. Toutefois il ne suffit pas de vouloir, il faut agir. Or la réponse de Pétain ne laissait aucun doute : plus question de continuer le combat.

19Cette attitude ferme de Pétain, a embarrassé Puaux et Mittelhauser et a ouvert la voie à une période d’hésitation et d’incertitude au Levant.

20Il n’en reste pas moins que la situation politique, économique et militaire au Levant, même si le calme régnait dans les deux pays sous mandat, dépendait directement de deux facteurs : l’attitude anglaise et par la suite l’attitude allemande et italienne.

21La France n’était plus libre ni de sa politique ni de ses décisions. L’Armistice prévoyait l’envoi et l’installation d’une Commission Italienne à Beyrouth, ayant comme mission la surveillance des Français au Levant. L’Allemagne a envoyé ses agents pour propager ses doctrines anti-juives, donc pro-arabes. Quant à l’Angleterre, sa présence dans la région n’a pas été affectée, au moins dans l’immédiat.

22C’est ainsi que la rencontre entre Harvard, le Consul britannique à Beyrouth, et Puaux, montre bien à quel point les Britanniques tenaient à mettre la France devant le fait accompli. Le Consul a soumis à son interlocuteur les décisions anglaises d’apporter de l’aide aux troupes françaises d’outre-mer qui désiraient continuer le combat. En outre Londres menaçait, en cas de refus, de décréter un blocus économique contre le Liban et la Syrie.

  • 2 Voir lettres de De Gaulle à G. Puaux ; général de Gaulle, Mémoires de Guerre, I, pp. 272 et 274.

23Le haut-commissaire, après avoir, dans un premier temps, souhaité continuer le combat, marque le pas et hésite. Ainsi il passe sous silence les deux télégrammes de De Gaulle qui l’invite à se joindre à lui et à continuer le combat.2

24Toutes ces péripéties mettent en lumière le rôle hésitant du haut-commissaire, durant les jours décisifs. La rapidité des événements a obligé Puaux à subir le poids de l’actualité plutôt qu’à réagir.

  • 3 Gabriel Puaux, Deux années au Levant, souvenirs de Syrie et du Liban, Paris 1952, p. 202.

25N’est-ce pas lui qui a déclaré : « De tous les Chefs de l’Empire, il n’en était pas un qui fût dans une situation plus difficile que le haut-commissaire au Levant. Il se trouvait responsable du gouvernement de deux pays qui n’étaient point liés à la France par un traité de protectorat, mais placés temporairement sous sa tutelle par une décision internationale. »3

26Cette position difficile et hésitante du haut-commissaire a eu quelques conséquences négatives au Levant. Les Libanais et les Syriens, ont certes admis cette nouvelle situation, toutefois les convoitises ne manquaient pas.

27Ce document de Puaux envoyé à ses responsables le prouve :

  • 4 A.E., ibid., vol. 34, p. 2.

28« Il faut distinguer, dit Puaux, les minorités, chrétiens ou non, qui nous avaient choisis comme protecteurs et qui se détournent de nous, en nous considérant comme impuissants. Quelques Arabes apeurés se cachent derrière ce qui reste de notre force. Mais beaucoup se laissent attirer par toutes les intrigues extérieures qui se nouent de toutes parts sous l’action des Turcs, Allemands, Séoudiens, Anglais et Italiens. Il résulte naturellement de cette situation, malgré l’importance encore considérable de notre corps expéditionnaire, une désagrégation des forces locales sur lesquelles nous devrons nous appuyer. »4

29Du côté des Français, et dans l’armée, régnait toujours une ambiance ambiguë. Les rumeurs contradictoires et fantaisistes circulaient partout, et les réactions furent diverses. Il faut dire que certains responsables militaires étaient déçus par l’attitude de Puaux. C’est le cas du colonel de Larminat. Ce dernier n’a pas hésité à appeler militaires et civils à la rébellion. Il proposait à ceux qui refusaient de se soumettre de se joindre à l’armée anglaise en Egypte et en Palestine.

30L’arrestation de De Larminat ne l’a pas empêché de s’évader vers la Palestine, de rejoindre les troupes anglaises et ensuite de se ranger derrière de Gaulle.

31Faut-il considérer le rappel de Mittelhauser, qui fut remplacé par Fougère, comme un signe de suspicion de la part des autorités, à son égard ? D’après les témoignages, son rappel brutal, et l’hostilité que lui témoigna Weygand, sont significatifs.

32Le haut-commissaire n’était pas mieux coté. A Vichy on s’est montré méfiant à son égard. On n’a pas apprécié ses contacts avec les Anglais, ni son attitude, jugée timide à l’égard des Français Libres. Lors de l’épuration de l’armée du Levant et de l’arrestation de Hérard, conseiller financier du haut-commissaire, pour collaboration avec l’ennemi, Puaux a fait savoir à Vichy qu’il n’approuvait ni ces mesures ni la sanction contre Hérard, victime, d’après lui, d’une campagne le visant en personne.

33Après la nomination de Pierre Laval, le 28 octobre 1940, et la démission de « son » collègue Charles Roux, aux Affaires étrangères, Puaux a perdu tout espoir de rester haut-commissaire au Levant. Ainsi le 21 novembre 1940, Vichy a relevé Gabriel Puaux de ses fonctions.

  • 5 Voici le contenu du télégramme : « Afin de réserver l’avenir, la seule politique possible est à mo (...)
  • 6 G. Puaux, ibid., p. 214.

34A propos de cette affaire, Puaux écrit : « ...Mon télégramme5 me rendit-il suspect aux yeux de Laval, désireux de donner à l’Italie une satisfaction refusée par son prédécesseur ? Le 24 novembre un télégramme m’apprit, sans plus, que j’étais relevé de mes fonctions et remplacé par Chiappe. »6

  • 7 A.E., ibid., vol. 43, p. 120.

35Entre temps, dans les coulisses, se préparait la bataille du Levant. Tout semblait indiquer l’imminence d’un affrontement entre Anglo-Français Libres et forces françaises au Levant, avec la possibilité d’une aide ou d’une participation allemande. Le 14 novembre 1940, Darlan, l’amiral de la Flotte, prévoyait à assez brève échéance la bataille7. La déclaration du général Catroux, appelant les Français du Levant à se joindre aux Français Libres était bien préparée d’avance. Avant de s’embarquer pour la Palestine, Catroux avait été reçu à plusieurs reprises par Churchill. Ce dernier considérait le Levant comme une position stratégique en Méditerranée et un danger permanent pour les Anglais en Irak, en Egypte et en Palestine.

36Churchill avait ses raisons d’être inquiet. N’a-t-on pas assisté depuis plusieurs semaines à une campagne italienne anti-anglaise en Irak, par le biais de la Commission Italienne d’Armistice à Beyrouth ?

37Certes la France se défendait d’être impliquée ou de servir comme base de propagande ou d’appui aux Italiens ou aux Allemands ; seulement la France était-elle maîtresse de sa politique ? Pouvait-elle réellement et efficacement refuser à l’Italie ou à l’Allemagne d’utiliser les aérodromes libano-syriens, et ainsi d’aider les rebelles irakiens et palestiniens ?

  • 8 Général Catroux, Dans la bataille de Méditerranée, Egypte-Levant-Afrique du Nord, 1940-1944, Témoi (...)

38Dans l’autre camp, les relations entre Gaullistes et Anglais n’étaient pas aussi simples qu’on le pensait. Il y a lieu de dire que le Général n’était pas hostile à l’envoi de Catroux en Orient, toutefois il avait auparavant pensé à de Larminat : « On consulta de Gaulle, écrit Catroux, qui, bien qu’il eût déjà envisagé de confier à de Larminat le travail d’approche sur le Levant, donna son agrémentation au projet. »8 Ce qui a irrité de Gaulle c’est l’attitude et les démarches de Churchill qui, en invitant et en consultant Catroux plusieurs fois, a voulu le mettre devant le fait accompli.

39Il est tout à fait exact que de Gaulle n’était pas un allié facile. A maintes reprises il a manifesté son désaccord avec les Anglais. D’après lui, il est le seul responsable qui a autorité auprès des Français Libres.

40Sans entrer dans les détails, il nous paraît nécessaire de signaler l’attitude ferme du Général, tout au long du conflit, vis-à-vis de Churchill. Le fait que la France-Libre mène le combat à côté de l’Angleterre, n’a pas effacé une certaine appréhension sur les intentions anglaises de contrôler tout l’Orient.

41Indépendamment de ces divergences et considérations, Anglais et Français Libres avaient envisagé deux scénarios pour le contrôle du Levant : soit un soulèvement général au Levant, suivi par un ralliement, soit un engagement militaire.

42Churchill en particulier attachait une importance justifiée à l’idée, soit de neutraliser, soit de contrôler le Liban et la Syrie.

  • 9 Isaac Lipschitz, La politique de la France au Levant, 1939-1941, Pédone, Paris 1963, pp. 62-63.

43Isaac Lipschitz souligne l’importance militaire du Levant ainsi : « La valeur stratégique du Levant était grande et les désavantages qui devaient en résulter si ce territoire passait sous la direction d’un pouvoir hostile à la cause alliée étaient énormes... Si les puissances de l’Axe prenaient possession du Levant, elles pourraient marcher dans trois directions : vers la Turquie, l’Egypte et le Golfe-Persique. Ceci impliquerait une menace directe sur le Canal de Suez et les communications avec l’Inde. Les Alliés seraient ainsi coupés de leurs plus importantes sources d’approvisionnement pétrolier. La valeur de Chypre comme base navale et aérienne serait très douteuse. »9

44Toutefois les deux scénarios envisagés ont été à l’origine d’une controverse entre Français Libres et Anglais. En un premier temps, les Anglais, surtout ceux d’Egypte, espéraient un ralliement. Pour cette raison ils ont intensifié les propagandes et les rumeurs, destinées à semer la pagaille dans les rangs des Français. Radio Londres, qui émettait sur plusieurs longueurs d’ondes, était écoutée partout au Levant. Les radios du Caire et de Palestine émettaient en arabe à destination du Liban et de la Syrie. De Gaulle et Catroux réservaient quelques doutes au départ, ce qui n’a pas empêché ce dernier d’employer tous les moyens, en utilisant un pseudonyme (Chartier) afin d’obtenir, sinon un ralliement, au moins une dissension au sein des troupes. Toutes les tentatives ont échoué.

  • 10 G. Gatroux, ibid., p. 67.

45L’échec de ce plan n’a pas surpris les Français Libres ; tout en souhaitant sa réussite, Catroux et de Gaulle en connaissaient les raisons. En premier lieu on peut citer l’épuration au sein du détachement, sur ordre de Fougère. Cette épuration avait touché tous les responsables civils et militaires soupçonnés de sympathies gaullistes. En second lieu la méfiance des Français vis-à-vis des Anglais. En troisième lieu : l’échec de De Gaulle à Dakar a anéanti les espoirs d’un ralliement massif. Ensuite les Français croyaient à « l’inéluctabilité de la victoire allemande et faisaient une confiance entière au maréchal Pétain. »10 Ajoutons à tous ces éléments l’attitude hostile de Puaux à l’appel de Catroux et son silence à l’appel de De Gaulle.

  • 11 Voir A.E., ibid., vol. 48, p. 45.

46Avant d’aller plus loin, il nous paraît intéressant de dire un mot concernant Puaux. D’après nous, l’attitude du haut-commissaire doit être considérée avant et après Dakar. Rien ne prouvait son adhésion au maréchal Pétain, les documents l’ont montré. Ses discours étaient d’une prudence parfaite. Il se bornait à demander le calme, à affermir la permanence du mandat, à renouveler les engagements de la France. On peut dire que ce fût Dakar qui convertit Puaux. Son dernier appel en faveur de Pétain et l’allocution prononcée le 27 septembre 194011 à l’occasion d’une remise de décoration à Beyrouth devant les Officiers de l’armée du Levant, le confirme.

47Ceci étant, et en dehors de cette opinion, on peut dire que si la tentative de ralliement a échoué, le blocus économique inquiétait sérieusement les autochtones. Les Anglais voulaient que ce blocus soit générateur de restrictions, donc de troubles. Le but recherché fut atteint. Les produits essentiels et indispensables, comme la farine, le pain, le blé, le sucre, le riz, ont enregistré une hausse forte. Le blocus a encouragé la spéculation, ainsi certains commerçants n’ont pas hésité à stocker et ensuite à tripler le prix des produits alimentaires. La spéculation a affecté fortement la Livre libano-syrienne par rapport à l’or.

  • 12 A.E., ibid., vol. 54, p. 12.

48« Nous vivons, écrit le haut-commissaire, dans une situation de blocus qui se resserre chaque jour et compromet le ravitaillement nécessaire aux troupes, mais aussi à la vie matérielle de 3 millions et 1/2 d’habitants... Or le calme dans la situation intérieure dépend en grande partie de bon fonctionnement du ravitaillement civil... »12.

49Malgré les appels répétés des responsables français aux Anglais, pour lever le blocus, Londres s’est montrée intraitable. Churchill avait d’autres préoccupations. Après avoir exclu une participation turque aux côtés des Alliés au Levant, il restait à Churchill à définir les limites de la participation des Français Libres. Il est vrai que de Gaulle soupçonnait Churchill et vice-versa.

50Le général voulait montrer aux Anglais que la France, même vaincue, ne renoncait pas si facilement à ses territoires d’outre-mer. Le premier ministre britannique ne voulait voir en Charles de Gaulle que le représentant des Français Libres et non leur chef. L’éventualité de la bataille du Levant et ses conséquences possibles, ont accentué la méfiance des deux hommes. Seulement l’évolution rapide de la situation au Levant et en Orient, obligea les deux parties à faire des concessions. Allemands et Italiens ont renforcé leur présence au Levant. On craignait à Londres une attaque allemande contre la Turquie. Une telle éventualité risquerait de mettre les forces anglaises à Chypre, en Orient et en Extrême-Orient, dans une position inconfortable. Il fallait, vaille que vaille, soit neutraliser le Liban et la Syrie, soit passer à l’attaque en premier.

51En raison de cette évolution rapide de la situation, Puaux, pourtant démis de ses fonctions, expédiait les affaires courantes, en attendant l’arrivée du nouveau haut-commissaire. Or Vichy a nommé Jean Chiappe. Le nouveau haut-commissaire a trouvé la mort le 27 novembre 1940, avant d’arriver à Beyrouth. Les uns disent que l’avion qui le transportait a été abattu par les Italiens, les autres tiennent à préciser que sa mort n’est qu’un simple accident. Le Temps du 14 décembre 1940 en rend les Anglais responsables. D’après Le Journal, Chiappe a été abattu par un chasseur britannique, au cours d’un combat aérien.

52Quoi qu’il en soit Vichy ne tarda pas à envoyer le général Dentz comme haut-commissaire. Ce général occupait la fonction de gouverneur militaire de Paris lors de la capitulation. Ses adversaires le considéraient comme un capitulard parce qu’il avait livré Paris. Est-ce que Dentz portait la seule responsabilité ?

53Responsable ou non, le voilà à Beyrouth, avec comme mission, la lourde responsabilité politique et militaire de faire face à la menace Anglo-Française-Libre au Levant.

54En arrivant à Beyrouth, Dentz trouve une situation trouble. Libanais et Syriens commencent à manifester leur mécontentement. Les prix des produits nécessaires ont triplé en quelques jours. Le blocus anglais a réduit considérablement l’importation. Les rumeurs d’une pénurie semblable aux terribles années 1914-1918 faisaient peur à tous les citoyens. Ce qui fait le jeu Anglais et France-Libre.

55La propagande anglaise était simple : elle visait à discréditer la France vichyste. N’a-t-on pas annoncé l’imminence d’une invasion allemande ? Admettons que cette menace soit envisageable. Hitler, après avoir gagné sur tous les fronts en Europe, tourna les regards vers la Méditerranée. La stratégie allemande consistait à attaquer sur deux plans : militaire et psychologique.

56Hitler, en fin psychologue, critiqué pour son anti-sémitisme, profite de ce phénomène pour attirer les sympathies arabes. De sorte que la propagande allemande au Levant n’a pas hésité à montrer que le sionisme est un danger pour les Arabes et que les Anglais et les Français Libres favorisent la création d’un Etat sioniste en Palestine. Nous savons bien que la situation en Palestine inquiétait beaucoup tous les dirigeants arabes à l’époque.

  • 13 A.E., ibid., vol. 43, p. 134 ; voir : document détaillé sur l’activité allemande au Levant., A.E., (...)

57En parlant du malaise interne au Levant, Darlan, dans son rapport au Conseil, note ce qui suit : « Le syndrome de cet état d’esprit : réunions répétées le soir dans les quartiers ; critique ostentatoire et bruyante des actes des gouvernants, de leur politique économique ; sympathies affichées envers Hilter (que les Musulmans eussent qualifié de prophète, si du cycle des Prophètes, Mahomet n’avait été le dernier) ; sentiment qui n’est pas né de notre défaite militaire, et qui se développe maintenant que le règne de la France en Orient a vécu... Nous perdons sans doute le Levant, par notre faute. »13

58Il n’est pas étonnant ni étrange pour un oriental de comprendre le pourquoi de tous ces mouvements. Les changements d’alliance ou de sentiment en Orient sont déroutants. Ils échappent à tout esprit cartésien. Le changement est surtout régi par la loi du plus fort. La force prime et règne en Orient. On vous respecte si vous êtes fort, on vous ridiculise si vous êtes faible. Certes, la France était restée maîtresse de la situation au Liban et en Syrie, mais jusqu’à quand ? Les Libanais n’étaient pas dupes ; ils savaient que le maintien de la présence militaire française au Levant, donc du mandat, dépendait du bon vouloir de l’Allemagne ou de l’Angleterre. Surtout que la France, après 20 ans de mandat avait attiré autant de mécontentements que de sympathies parmi la population. La non-ratification des traités et le blocus avaient affaibli énormément la position de la France.

59D’où la probabilité de plus en plus pressante d’une intervention allemande en Orient. Les forces de l’Axe ne pouvaient négliger l’importance stratégique de trois bases aériennes au Liban et en Syrie. Déjà l’appui apporté à la révolte irakienne par les Allemands à partir du territoire libano-syrien, et ceci malgré les démentis répétés des Vichystes, risquait de faire tâche d’huile et d’acculer l’Angleterre à la défensive.

60Pour cette raison, Londres, par le truchement des Etats-Unis, adressa une lettre à Pétain, accusant la France de faciliter un engagement militaire allemand au Levant.

61En dehors de cette accusation, l’enjeu était de taille pour les Allemands. Il était nécessaire de contrôler tous les puits pétroliers à Mossoul, à Bassorah et ailleurs, et ainsi de priver les Anglais et les Alliés d’un atout majeur capable de faire beaucoup de dégâts au cas où l’Angleterre décrèterait le blocus pétrolier.

62Il ne faut pas oublier que l’Irak est un pays de la plus grande importance, et sur le plan stratégique et sur le plan pétrolier. Le pays est riche en pétrole, lequel est expédié de Bassorah sur le Golfe-Persique ou conduit par pipelines jusqu’à la côte méditerranéenne au Liban en passant par la Syrie. En plus les vallées du Tigre et de l’Euphrate qui se rejoignent près de leurs embouchures, donnent accès au Golfe-Persique et à l’Océan Indien.

  • 14 A.E., ibid., p. 334.

63Un télégramme confidentiel d’Ankara, envoyé à Vichy le 21 mai 1941 rapporte ce qui suit : « Un informateur me rapporte une conversation qu’il a eue sur les affaires du Levant avec l’attaché militaire britannique. Celui-ci a déclaré (que dans) l’opinion de l’Etat-Major de son pays, l’occupation du Levant par les troupes anglaises était devenue une nécessité et qu’il fallait devancer les Allemands. Le principe étant arrêté il ne resterait qu’à passer à l’exécution et notamment à décider si les forces britanniques seraient lancées seules ou si elles seraient précédées ou accompagnées d’éléments de la France-Libre dans l’espoir que les troupes du Levant ne tireraient pas sur eux. (Signé Julles Henry). »14

64En mai 1941, on en était là : Français Libres et Anglais d’un côté, Vichystes et Allemands de l’autre. Toutefois dans les deux camps des divergences existaient. Les Vichystes acceptaient de faciliter le passage de l’aide allemande vers l’Irak à condition que la présence allemande soit discrète et que le mandat soit respecté.

65Dans l’autre camp les divergences portaient surtout sur le respect du mandat. De Gaulle exigeait une garantie et une participation militaire. Churchill se trouvait dans une situation critique. Rommel marchait sur l’Egypte, et les Italiens combattaient l’armée britannique en Afrique Orientale. Une décision urgente s’imposait : Churchill garantirait la prédominance de la France Libre au Levant et la participation d’un contingent F.L. à côté des Anglais.

  • 15 Voir G. Catroux, ibid., pp. 115-116.

66Ce dernier point divisait les membres du Conseil de Défense de l’Empire. Une situation nouvelle apparaissait dans l’histoire moderne de la France : on redoutait une bataille entre Français. D’où une dernière tentative de Catroux. Il écrit à Dentz afin de savoir s’il était prêt à mettre le Levant en dehors du conflit, en laissant la voie des communications libres aux Anglais et aux Français Libres en cas d’attaque allemande contre la Turquie. Si Dentz donne son accord, Catroux se porte garant de la levée de blocus et de la non-intervention des F.F.L. au Levant15. Avant de répondre, Dentz met au courant Vichy qui, refuse en bloc l’offre de Catroux, en blâmant Dentz d’avoir accepté la lettre.

  • 16 G. London, L’amiral Esteva et le général Dentz devant la Haute-Cour de Justice, Lyon 1945, p. 174.

67Peu après Dentz reçut de Darlan le télégramme suivant : « Des consultations d’ordre général sont en cours entre les gouvernements français et allemand. Il importe au plus haut point, pour la réussite, que si des avions allemands à destination de l’Irak atterrissent sur un terrain en territoire sous mandat, vous leur donniez toutes facilités pour reprendre leur route. »16

  • 17 G. London, ibid., p. 174.

68Dentz, bon gré mal gré, a choisi son camp et a souscrit aux ordres de Vichy. Sa réponse le confirme : « Reçu et bien compris vos messages. Je donne des instructions en conséquence. »17 Dès lors le Levant va connaître une activité militaire très dangereuse. Les avions allemands atterrissaient, acheminaient du matériel militaire, sans aucune inquiétude.

69Quelle était la réaction libanaise ? Avant tout les Libanais avaient une préoccupation : le manque de produits alimentaires. En second lieu : la peur d’un affrontement direct, où ils serviraient d’otages.

70Ajoutons à cette situation les manœuvres politiques et les pressions exercées par le Mandat afin de drainer l’évolution d’un courant pro-France-Libre. Ainsi le général Dentz soupçonnait le Président de la République Libanaise, Emile Eddé d’être, pro-France-Libre, donc pro-allié. Il y a lieu de souligner que les deux hommes avaient deux caractères et deux sensibilités différents. Eddé ne pouvait ou ne voulait pas se plier aux exigences de Dentz ni être un président potiche, sans fonctions réelles. II reprochait au haut-commissaire d’exploiter le blocus abusivement, en lui en attribuant la responsabilité, afin de le disqualifier auprès des Libanais.

  • 18 Cette grève avait été durement réprimée par Dentz, on a noté un mort et plusieurs blessés parmi le (...)

71Or, il est tout à fait vrai de constater que le haut-commissaire n’a rien fait pour améliorer la situation. Emile Eddé ne pouvait accepter une telle situation. Pour lui, Dentz ne voulait qu’une seule chose : l’obliger à se soumettre ou à se démettre. Ce sera chose faite, au mois de mai 1941, au moment où une grève générale, la « grève du pain » pour les Libanais,18, paralysa le pays, Eddé, solidaire du peuple, remet sa démission. La démission est acceptée immédiatement.

72Les Libanais ont bien accueilli le geste de leur président. On croyait à un vide du pouvoir. On voyait mal Béchara el-Khoury, le chef de l’opposition, accepter de jouer un rôle ingrat à un tournant décisif de l’histoire. Voulant éviter le pire, Dentz fait appel à une personnalité connue dans les cercles de la magistrature plutôt que dans les cercles politiques, il s’agit de Awad Naccache.

  • 19 Présidents du Liban, Beyrouth 1977, p. 266 (en arabe).

73« Peut-être, écrit Walid Awad, Dentz a-t-il voulu, en nommant Awad Naccache, satisfaire les Jésuites au Liban. Michel Chiha, le « jésuite », malgré sa parenté avec Béchara el-Khoury, a soutenu cette nomination en estimant que le moment de ce dernier n’était pas encore venu. »19

74De son côté, l’homme influent du Liban, le Patriarche maronite a approuvé la « nomination » de Naccache. Ne voyait-on pas d’ailleurs le Prélat prendre des positions pro-allemandes en soutenant Dentz ? Une attitude qui a déconcerté la communauté maronite. On est en droit de poser la question : pourquoi Mgr. Arida a-t-il pris une telle position ? Certes, il n’était pas à sa première prise de position contradictoire, toutefois le Prélat est allé un peu loin, puisqu’il a eu un contact indirect avec Hilter. Ce dernier lui a promis d’accorder au Liban l’indépendance, au cas où les Maronites soutiendraient l’Allemagne au Levant. Peut-on supposer, à titre personnel, que le Patriarche a suivi les Conseils de Rome ?

75Dans un Liban où tout peut changer, même les alliances et les sensibilités, les tendances et les courants peuvent basculer selon le déroulement des événements. N’a-t-on pas remarqué une certaine impatience, dans le camp pro-allemand, face à une victoire qui s’essoufle et qui n’arrive pas à se dessiner définitivement ? Les Anglais le savaient, ils connaissaient assez les Libanais.

76Cela étant, nous pouvons dire que Churchill était décidé dès le départ à entreprendre une action militaire au Liban et en Syrie. Les documents sont clairs à ce sujet. L’utilisation des aérodromes par les Allemands ne pouvait, en aucun cas, laisser les Anglais indifférents.

  • 20 A.E., ibid., vol. 2, p. 98.

77Même Washington, exaspéré par l’attitude française au Levant, a poussé l’Angleterre à attaquer en premier : « On indique dans les milieux renseignés que les Etats-Unis considèrent que le gouvernement français est allé au-delà des termes de l’Armistice avec le Reich en permettant aux avions allemands d’utiliser les aérodromes libano-syriens pour attaquer les forces britanniques en Irak. »20

78Du côté des Français Libres la préoccupation principale qui hantait tous les esprits c’était comment résoudre le problème moral et politique qui se posait.

79En effet, le problème moral existe réellement. Il s’agit d’un affrontement militaire entre Français. Le problème politique concerne le mandat et les mandatés. Comment attirer les sympathies des mandatés sans heurter la sensibilité française qui risque de reprocher aux Français Libres de trahir les intérêts de la France au Levant ? Les vichystes prendront un malin plaisir à discréditer les Français Libres.

80De Gaulle, pressé par les événements, accepte d’accorder l’indépendance au Liban et à la Syrie, en cas de victoire. Le 8 juin 1941, à la veille d’engager le combat, Catroux fait la proclamation suivante :

81« Syriens et Libanais ; à l’heure où les forces de la France-Libre unies aux forces de la Grande Bretagne, son alliée, pénètrent sur votre territoire, je déclare assumer les pouvoirs, les responsabilités et les devoirs du représentant de la France traditionnelle et authentique et au nom de son chef, le général de Gaulle.

82« En agissant comme tel, j’abolis le mandat et je vous proclame libres et indépendants.

  • 21 G. Catroux, ibid., p. 137 (souligné par moi M.B.).

83« Vous êtes donc désormais des peuples souverains et indépendants et vous pourrez, soit vous constituer en deux Etats distincts, soit vous rassembler en un seul Etat. Dans les deux hypothèses, votre statut d’indépendance et de souveraineté sera garanti par un traité où seront, en outre, définis nos rapports réciproques. Ce traité sera négocié dès que possible entre vos représentants et moi.21

84La proclamation aux Libanais et aux Syriens, ou le « Manifeste », constitue un acte grave. Un engagement officiel envers les habitants d’accorder l’indépendance. Mais cette indépendance n’est pas totale. En faisant du Liban et de la Syrie « des pays indépendants, mais objectivement liés à la France par des traités », la France a émis ses conditions. Cette clause va être, par la suite, la pomme de discorde entre Français et Anglais et Français et Libanais.

85Il est nécessaire de signaler la volonté anglaise de s’associer à cette proclamation. De Gaulle a opposé un non catégorique à la demande anglaise ; par contre il était tout à fait d’accord pour que l’Angleterre, unilatéralement, fasse une déclaration allant dans le même sens. Londres a accepté cette proposition, en attendant des jours meilleurs.

86Quelle était la réaction vichyste et libanaise ?

87A n’en pas douter, et comme il fallait s’y attendre, la réaction vichyste fut rapide. Le mot « trahison » revenait dans tous les discours et condamnations. Vichy a insisté sur le fait que, par cet acte de « haute trahison » et d’« abdication » des intérêts français au Levant, les Français Libres obéissaient aux ordres de l’Angleterre.

88D’après nous, la proclamation, accordant l’indépendance au Liban et à la Syrie, n’était pas une improvisation, mais l’application du principe de la tutelle que suppose le système du mandat. La France-Libre agissait conformément aux traités conclus en 1936, mais qui n’avaient pas été ratifiés à Paris au moment où la guerre éclata. Vichy ne pouvait accuser les Français Libres de trahison, ce qu’ils faisaient avait été clairement envisagé par les traités de 1936 et, surtout, découlait du système du mandat.

89Toujours est-il que les Français des deux bords étaient mis au banc des accusés. Les Français Libres accusaient les Vichystes de livrer le Levant aux Allemands, et les Vichystes accusaient les Français Libres d’être soumis aux Anglais et de trahir les intérêts de la France. Admettons que chacun ait été contraint d’amender ses desseins en songeant, non seulement au poids de ses rivaux français, mais aussi à la pesanteur de deux autres puissances.

90Les Libanais, quant à eux, ne voyaient dans cette lutte fratricide que la mort et la destruction. Ils souhaitaient, avant tout, la fin rapide de cette situation où ils jouaient le rôle d’otages. La guerre d’information entre les deux camps ne pouvait que les rendre incrédules et déboussolés. Anglais et Allemands avaient installé des stations radios, en langue arabe, et une guerre de communiqués contradictoires désorientait la population. La grande perdante fut la France. Le général Dentz, en personne, l’a reconnu :

  • 22 A.E., ibid., vol. 47, p. 68 (verso).

91« Cette propagande, écrit Dentz à Vichy, s’exerçait surtout dans les milieux musulmans, tant libanais que syriens, aux yeux desquels on faisait valoir que les Musulmans ont été sacrifiés aux intérêts de la politique française, fondée sur l’amitié des Chrétiens, et notamment des Maronites. On ajoute que l’opinion musulmane est très perméable à l’influence allemande, et que le général Eytche (allemand) ne s’est pas fait faute de recevoir les deux musulmans MM. Riad Solh et Abd-el Arslan, deux Libanais antimandat. »22

92Voilà comment se présentaient les attitudes et les positions des uns et des autres, à la veille du 8 juin. La décision allemande de retirer ses avions et ses forces aériennes du Levant, ne changea rien. La décision était prise, et personne du côté des Alliés ne croyait à la sincérité des Allemands. Une décision tactique disent les Anglais ; une décision de circonstance renchérissent les Français Libres.

  • 23 Voir le Temps, 16 juin 1941.

93Le 8 juin, les acteurs entrent en scène, le Levant, théâtre d’opérations, ouvre ses portes. L’activité politique cède la place aux opérations militaires. Sur toute l’étendue du Front, tout au long de la frontière libano-palestinienne et syro-palestinienne, les forces franco-britanniques avancent, l’arme au bras. Dentz est prêt. Le même jour, Pétain remet une note à l’Ambassadeur des Etats-Unis, dans laquelle il proclame son étonnement, son indignation, mais surtout sa détermination à se battre.23

94Pétain arrive trop tard. La bataille est engagée. Le plan franco-anglais consiste à neutraliser et ensuite à occuper les deux grandes villes, Beyrouth et Damas, et à rendre la base aérienne de Rayak, entre les deux villes, inefficace.

95Le déroulement de la bataille a connu, les premiers jours, un va-et-vient meurtrier. Dentz a même, après le succès limité des alliés, lancé une contre-attaque. Tous les documents consultés montrent l’âpreté du combat et la résistance des Français.

  • 24 A.E., ibid., vol. 43, p. 372.

96Voici un récit tiré des Archives : « L’avance des troupes alliées, assez rapide au début, fut ralentie par la suite. Alors qu’une colonne remontant le long de la côte put atteindre Tyr, puis Sidon dès le 16 juin, les F.F.L. qui marchaient en direction de Damas rencontrèrent une résistance assez sérieuse. Une contre-attaque des forces de Vichy réussit un moment à reprendre le village de Marjayoun... On ne doit pas non plus sous-estimer la résistance offerte par les troupes vichystes. Si l’infanterie ne s’est pas, en général, montrée très combattante, l’artillerie et l’aviation ont fait preuve d’une grande activité. »24

97En dépit de la résistance de Dentz, les forces alliées ont opéré une pénétration sensible sur tous les fronts. Elles avançaient sur trois fronts : les F.F.L., sous le commandement du général Legentilhomme, marchaient sur Damas et les Britanniques sur Beyrouth. Les deux opérations avaient comme point de départ la Palestine. Les F.F.L. opéraient en direction de Kuneitra et Mutella, c’est-à-dire des collines qui couvrent Damas au Sud et la Brigade indienne par l’Ouest en direction de la capitale syrienne. Les Anglais avançaient sur deux lignes : sur le littoral en vue d’atteindre Beyrouth et vers le Litani dans une opération héliportée à partir de Chypre. Simultanément, les Anglais surpris par la résistance française et par l’acharnement du combat, ont opéré une manœuvre de débordement par l’Est, venant de l’Irak, en direction de la Syrie centrale et de la Syrie du nord, les deux villes visées étaient Homs et Alep ; de la sorte que Dentz se trouvait complètement encerclé par terre, par mer et par air.

98On peut expliquer la résistance française au Levant par le fait que les troupes étaient animées d’un esprit anti-anglais et anti-gaulliste. Les troupes françaises au Levant, comme tous les Français, avaient été humiliées par la défaite de la France. La valeur militaire des Français avait été décriée dans le monde entier. Les Pétainistes avaient accru ce sentiment par leur propagande, alléguant que la nation était décadente et qu’une regénération s’imposait. Le Levant, étant envahi par les Britanniques et les « traîtres », ils avaient l’occasion de prouver que les Français savaient se battre.

99C’est dans ce sens qu’il faut relever deux faits : l’entrée en jeu des troupes anglaises, venant de l’Irak, le refus de la Turquie de laisser passer le renfort français nécessaire et l’inefficacité de l’aviation allemande (limitée), ont contribué au repli français. Le second : l’attaque anglaise à partir de l’Irak, n’a pu être décidée qu’après l’échec de l’offensive britannique en Libye contre les forces de l’Axe. De ce fait on peut dire que la défaite anglaise en Libye annonça la défaite de Dentz au Levant.

  • 25 Cité par Michel-Christian Davet, La double affaire de Syrie, Paris 1967, p. 161.

100Dès le 16 juin, Dentz télégraphie à Vichy : « La situation est très grave. Je suis menacé fortement sur Alep et sur Beyrouth. La perte de l’une ou de l’autre mettrait fin pratiquement à toute résistance sérieuse... Je crois que la semaine qui vient sera décisive. Ou cela stoppera ou cela précipitera et Damour (la dernière ville ayant Beyrouth) aura été notre chant du cygne. »25

101Le 18 juin, Wilson, Commandant en chef des troupes alliées, pria Dentz de proclamer Damas ville ouverte, et lui donna 24 heures pour annoncer la décision à la radio. Dentz refusa, dans un premier temps, d’obtempérer, mais juste avant la fin de l’ultimatum, il fit évacuer Damas vers l’intérieur de la Syrie et en direction de l’Anti-Liban. Après le retrait, Anglais et F.F.L. y entrèrent. Le 21 juin, Catroux arriva à Damas, suivi, le 23, par de Gaulle ; le même jour l’aviation allemande, la Luftwaffe, bombarda la ville.

102La situation à Beyrouth était différente. Cette ville était la capitale du mandat et le symbole de la présence française en Orient. Sa perte signifierait la fin du mandat. Mais le retrait de Damas a discrédité les Vichystes. A l’encontre de ce qui s’est déroulé à Damas, les Beyrouthins, par la voix de leur président Awad Naccache, ont demandé à Dentz de proclamer Beyrouth ville ouverte.

  • 26 Cité par Davet, ibid., p. 160.

103Dans sa lettre du 27 juin Dentz reconnaît : « ...Il n’y aura plus qu’une quinzaine de jours de blé dans le Liban. Je me heurterai à l’hostilité des populations qui déjà s’agitent. » Et d’ajouter le 1er juillet : « Les Libanais s’énervent. Destructions de ma résidence, bombardement de Beyrouth sans raison. En bombardant une mosquée et des souks, ils espèrent soulever la population contre moi. Déjà on m’appelle le « boucher ». On trouve cette résistance ridicule... »26

104Malgré tout, Dentz rejeta la demande libanaise. Le président Naccache, appuyé par tous les courants politiques au Liban, le Patriarche maronite en particulier, n’a pas hésité à passer outre au refus de Dentz, et à proclamer à la radio Beyrouth ville ouverte. Cette décision, humiliante pour Dentz, a évité à la capitale un combat absurde et inégal.

105Tous ces événements ont mis Dentz devant le fait accompli : suicide militaire ou retrait « dans l’honneur ». D’ailleurs la décision allemande de ne plus accorder la priorité à l’Orient, a porté un coup dur à Dentz. Hitler voulait entrer en Russie avant l’hiver. Il craignait le froid et le climat russe. Il estimait qu’une fois la bataille russe terminée, le Levant serait reconquis aisément. Même au sein du gouvernement à Vichy, le courant Weygand, opposé à Darlan, souhaitait l’arrêt du combat et le retrait des troupes.

106Conscient de la gravité de la situation, Dentz écrit à Vichy :

107« Les Anglais ne semblent pas avoir d’autre proposition politique à nous faire qu’une éviction totale. Le gouvernement français pourrait peut-être obtenir la libération des troupes en plus des officiers et fonctionnaires.

108« Je prends des mesures pour évacuer sur la France, en accord avec l’Allemagne, un certain nombre de prisonniers anglais ce qui facilitera éventuellement pareille négociation.

  • 27 A.E., ibid., vol. 43, p. III.

109« Je n’engagerai conversation que sur instructions formelles du gouvernement... »27

110Dentz voulait savoir, si la situation devenait sans issue, sur quelle base il serait autorisé à entrer en relation avec les Anglais. Ces derniers avaient déjà fait savoir à Dentz, par le truchement du Consul général des Etats-Unis à Beyrouth, qu’ils étaient prêts à entamer les négociations.

111Après avoir reçu l’autorisation de négocier, Dentz a émis une condition préalable à tout accord : il refuse la participation ou la présence des « rebelles » à la table de la négociation. L’Angleterre exigeait une reddition complète des Vichystes sans aucune condition. Les Français Libres estimaient que la condition vichyste signifierait l’abandon du Levant. D’après eux, le combat, tant politique que militaire, qu’ils avaient mené à côté de l’Angleterre, avait comme objectif la sauvegarde des intérêts de la France au Levant.

  • 28 C’est à St-Jean-d’Acre que Bonaparte, devant l’impossibilité de prendre la ville, défendue par les (...)

112La manœuvre de Dentz n’a servi à rien. La délégation des Alliés, à la date prévue, s’est présentée à St-Jean-d’Acre28, endroit choisi pour les négociations, avec à sa tête Wilson et Catroux. De l’autre côté, la délégation vichyste était dirigée par le général Verdilhac.

  • 29 Voir de Gaulle, 1, ibid., p. 427.

113La base de la discussion sera un télégramme de Londres, exigeant la reddition des armes et la remise des bases et des installations intactes, et accordant le rapatriement des troupes désarmées aussi bien que les prisonniers.29

114Après deux jours de négociations, les deux parties sont arrivées à une solution qui, loin de donner totale satisfaction aux Français Libres, a mis fin à la présence vichyste au Liban et en Syrie. La délégation anglaise avait la tâche facile, en jouant, de l’aveu même de Catroux, le rôle d’arbitre entre Français.

115Le point essentiel sur lequel les Anglais se sont montrés intransigeants portait sur l’affaire des prisonniers. Ils ont exigé au préalable la libération de tous les prisonniers anglais. Les Vichystes ont demandé et obtenu que les soldats gardent leurs armes individuelles. Les Français Libres, en accord avec les Anglais, ont exigé qu’on laisse la liberté de choix aux officiers et aux soldats qui désiraient rejoindre les F.F.L. En contrepartie les divisions vichystes, à la demande de Verdilhac, restent sous le commandement de leurs officiers.

116Ainsi, le 14 juillet 1941, la Convention d’Armistice a été signée par Wilson pour les Alliés et par Verdilhac représentant Vichy.

117Après la conclusion de la Convention, les troupes françaises se sont retirées de Beyrouth. Anglais et F.F.L. ont décidé de faire conjointement leur entrée à Beyrouth. Toutefois cette entrée a connu un petit incident qui en dit long et qui montre jusqu’à quel point Anglais et F.F.L. se méfiaient : quand Wilson et Catroux sont arrivés au Grand-Sérail, résidence du haut-commissaire, Conty, représentant Dentz, les attendait. Wilson, sans tenir compte du refus de Catroux de recevoir les pouvoirs des mains de Conty, a suivi ce dernier, laissant le général seul.

118A tout seigneur tout honneur : le général de Gaulle, à la surprise générale, rejette la Convention. Catroux estime que de Gaulle avait ses raisons. D’après le général, les Français Libres n’ont pas obtenu les garanties nécessaires pour assurer pleinement leur présence au Levant. D’où sa colère et son rejet de la Convention. Malgré la présence de Catroux, la Convention est dans l’ensemble favorable aux vichystes. Ces derniers, tant la Convention est ambiguë, ont la possibilité, avant le retrait définitif, de rapatrier en France tout ce qui peut être utile aux Français Libres, au niveau militaire comme au niveau civil. Ce n’est pas les Anglais qui vont les en empêcher.

119Les griefs de De Gaulle ne concernaient pas uniquement les Vichystes mais aussi les Anglais. Le général qui était à Brazzaville, dès qu’il eût reçu le texte de « cet instrument » (terme employé par de Gaulle), jugea la Convention inacceptable dans le fond et la forme et décida en conséquence de la rejeter. Au même moment il adressa une lettre à Catroux et un télégramme à Londres dans lesquels il se réservait le droit d’agir comme bon lui semblerait. Il explique que les concessions faites aux vichystes compromettaient les intérêts français au Liban et en Syrie.

120Fait bien établi, Dentz a demandé et obtenu, que les troupes restent groupées sous le commandement de leurs chefs. Une concession de taille, puisque tout contact direct, entre les F.F.L. et les troupes françaises, était rendu impossible, excluant du même coup, tout ralliement.

121L’autre grief formulé par de Gaulle porte sur la restitution du matériel militaire, dont les F.F.L. ont besoin pour l’accomplissement du rôle du Mandat sans être dépendants de l’Angleterre.

  • 30 Article 22 de la Charte de la S.D.N.

122Les deux autres points rejetés concernent l’Angleterre : les troupes, dites « Spéciales », du Levant, qui étaient composées d’éléments syro-libanais avec un encadrement mixte, passèrent directement sous le contrôle anglais, ce qui est une atteinte aux droits de la puissance mandataire qui, aux termes même du mandat « avait seule pouvoir de former, d’instruire et d’employer ces forces spéciales aux fins du maintien de l’ordre et de la défense du pays. »30 L’autre point touche l’engagement britannique de respecter les droits et les intérêts du mandat français au Levant. La Convention a passé sous silence cet engagement.

123La Convention a été signée le 14 juillet, le 21, de Gaulle se rendit au Caire pour rencontrer Oliver Lyttelton, ministre d’Etat anglais, que le gouvernement de Sa Majesté venait d’installer en Egypte en qualité de ministre-résident, avec mission de coordonner les activités britanniques en Orient.

124Oliver Lyttelton s’est montré compréhensif à l’égard du Général. Les entretiens entre les deux hommes – de l’aveu même de De Gaulle – se sont déroulés si vite, qu’à cet effet, un accord connu sous le nom d’« arrangement interprétatif » de la Convention, fut conclu le 24 juillet. Cet accord satisfaisait les objections et les revendications de Charles de Gaulle.

125Cet arrangement avait été accompagné d’une lettre de Lyttelton à de Gaulle, déclarant en substance, que cet accord faisait autorité et annulait ou remplaçait toute autre interprétation pour ce qui concerne les autorités anglaises et de la France-Libre. Dans la même lettre il garantit la primauté de la France au Levant.

126Faut-il conclure que l’accord de Gaulle-Lyttelton a mis fin à la rivalité entre Français et Anglais en Orient ? Les événements qui vont suivre et la crise libanaise de 1943 confirment le contraire. En plus les Français Libres se sont rendus compte rapidement que les forces militaires anglaises (30 000 pour 5 000 aux F.F.L.) et la Livre Sterling régnaient partout. D’ailleurs Churchill était très clair et direct, en prononçant un discours à la Chambre des Communes, le 9 septembre 1941 : « ...Nous ne sommes pas, déclare-t-il, allés au Levant pour y remplacer simplement les Français de Vichy par les Français-Libres. »

127Objectivement on peut dire que Londres tenait indirectement tous les pouvoirs au Liban et en Syrie. On était loin de l’époque où la France régnait au Levant sans partage. En dépit des accords, la tension ne fit qu’augmenter entre les deux alliés, nécessitant la convocation et la conclusion d’un autre accord entre de Gaulle et Lyttelton qui stipulera, encore une fois, le respect des droits et intérêts de la France au Liban et en Syrie.

  • 31 Voir Davet, ibid., p. 190.

128On a parlé à l’époque du fair play d’Oliver Lyttleton qui s’est montré compréhensif à l’égard des Français Libres. Il faut dire qu’il n’appréciait pas l’attitude de Wilson, vraiment anti-gaulliste31, et parfois anti-français.

  • 32 Le 11 juillet, 50 avions français ont quitté le Liban, emmenant avec eux, entre autres, un conting (...)
  • 33 Entre 1942 et 1944 Dentz refusa toutes les missions proposées. En 1943 il s’installe à Grenoble (s (...)

129A vrai dire, Oliver Lyttleton accorde une importance capitale à l’affaire des prisonniers. D’après lui Dentz a piégé Wilson. Il a envoyé en captivité en France un certain nombre d’officiers et sous-officiers britanniques32. Wilson n’a pas réagi énergiquement, d’où l’irritation de Lyttleton. Aussi le 31 juillet, celui-ci exigea-t-il de Vichy le rapatriement de tous les prisonniers britanniques vers Gibraltar. Cette exigence n’ayant pas été satisfaite, Lyttelton menaça, si à la date limite du 5 août le repatriement n’avait pas lieu, de prendre les mesures nécessaires. Le 6, il donne l’ordre d’arrêter les Chefs de l’armée du Levant, y compris le général Dentz qui sera emmené en Palestine. Le 29 août le gouvernement français rend tous les prisonniers anglais. Le lendemain Dentz est libéré. Le 4 septembre, il s’embarque de Beyrouth à destination de la France où il est accueilli officiellement à Marseille33. Avec le départ du dernier haut-commissaire, nommé par Paris, le compte à rebours, pour la fin du mandat, a commencé.

130L’Angleterre a obtenu un grand succès au Levant, au grand dam de la France qui voit son mandat surveillé, non pas par la S.D.N., mais par la Grande-Bretagne. La victoire d’une France sur l’autre est consommée. Les Vichystes sont partis, les Gaullistes prennent place. Amère consolation, puisque au Levant c’est toute la France qui a perdu. Ni la détermination de Catroux ni les menaces répétées de De Gaulle ne sont plus en mesure d’arrêter la machine anglaise. On avance à grands pas vers l’indépendance. Déjà les Libanais, avec l’appui anglais, réclament des élections. La bataille électorale déboucha sur une crise grave : la crise libanaise de 1943. Face à cette crise la France s’est trouvée seule. Même le principe d’un traité liant le Liban à la France ne serait plus retenu. La France pouvait dire adieu au Liban, au Levant et à l’Orient.

131Quant aux Libanais, ils ont préféré une action politique indépendante à une négociation avec les Français. Certes ils ont obtenu l’indépendance, toutefois le « Pacte National » conclu entre Béchara el-Khoury le Maronite et Riad el-Solh le Sunnite, la création de l’Etat d’Israël, la non-reconnaissance par la Syrie d’un Liban indépendant et souverain, et la conjoncture régionale, ont fait du Liban de 1943 « non arabe et non européen » (d’après le Pacte) un pays fragile et un foyer de tension.

  • 34 Edmond Rabbath, La formation historique du Liban politique et constitutionnel, Beyrouth, 1973, p. (...)

132« Sans frôler le paradoxe, écrit Edmond Rabbath, l’on pourrait observer que le premier mouvement d’émancipation nationale, apparu dans le Tiers-Monde, est bien la crise politique qui a, en 1943, secoué le Liban et l’a précipité sur le chemin de l’indépendance. Ce qui a caractérisé toutefois cette lutte, c’est qu’elle n’a pas pris la forme d’un soulèvement armé. Elle s’est exprimée par la voie légale, au moyen d’un simple amendement introduit dans la Constitution, contre la volonté de la France-Libre. Cette brusque mutation a constitué la suite logique et inéluctable de la défaite de la France en 1940... »34

133Reste à savoir si la bataille du Levant aurait pu être évitée, au moins entre Français ? Avec le recul dans le temps, on peut dire : oui. L’attitude neutraliste et ambiguë de G. Puaux, et son refus de répondre à l’appel de de Gaulle et de l’Angleterre, ont changé le cours des événements au Levant, et même en Orient. Quant à Dentz, son attitude, aveuglement loyal, à l’égard de Vichy, en particulier de Darlan, avait conduit à la défaite et au départ du Levant.

134Il est tout à fait vrai aussi que l’Angleterre, malgré ses visées hégémonistes en Orient, et avant d’employer la force, avait espéré un ralliement français au Levant. Mais Vichy en avait jugé autrement.

Notes

1 Affaires Etrangères (A.E.), Série : Guerre 1939-1945, sous-série : Vichy-Levant, vol. 33, p. 4. – Voir lettre de Gabriel Puaux, A.E., ibid., p. 2.

2 Voir lettres de De Gaulle à G. Puaux ; général de Gaulle, Mémoires de Guerre, I, pp. 272 et 274.

3 Gabriel Puaux, Deux années au Levant, souvenirs de Syrie et du Liban, Paris 1952, p. 202.

4 A.E., ibid., vol. 34, p. 2.

5 Voici le contenu du télégramme : « Afin de réserver l’avenir, la seule politique possible est à mon avis une stricte et prudente neutralité impliquant une vigilante surveillance de la propagande britannique mais sans éclat ni rupture. Si nous étions ici en force et solidement épaulés, je préconiserais une action énergique, mais nous vivons sur un équilibre précaire et fragile. Il nous faut donc faire la politique de nos moyens. » A.E., ibid., vol. 43, p. 33.

6 G. Puaux, ibid., p. 214.

7 A.E., ibid., vol. 43, p. 120.

8 Général Catroux, Dans la bataille de Méditerranée, Egypte-Levant-Afrique du Nord, 1940-1944, Témoignages et commentaires, Paris 1949, p. 33.

9 Isaac Lipschitz, La politique de la France au Levant, 1939-1941, Pédone, Paris 1963, pp. 62-63.

10 G. Gatroux, ibid., p. 67.

11 Voir A.E., ibid., vol. 48, p. 45.

12 A.E., ibid., vol. 54, p. 12.

13 A.E., ibid., vol. 43, p. 134 ; voir : document détaillé sur l’activité allemande au Levant., A.E., ibid., vol. 47, pp. 52-61.

14 A.E., ibid., p. 334.

15 Voir G. Catroux, ibid., pp. 115-116.

16 G. London, L’amiral Esteva et le général Dentz devant la Haute-Cour de Justice, Lyon 1945, p. 174.

17 G. London, ibid., p. 174.

18 Cette grève avait été durement réprimée par Dentz, on a noté un mort et plusieurs blessés parmi les manifestants.

19 Présidents du Liban, Beyrouth 1977, p. 266 (en arabe).

20 A.E., ibid., vol. 2, p. 98.

21 G. Catroux, ibid., p. 137 (souligné par moi M.B.).

22 A.E., ibid., vol. 47, p. 68 (verso).

23 Voir le Temps, 16 juin 1941.

24 A.E., ibid., vol. 43, p. 372.

25 Cité par Michel-Christian Davet, La double affaire de Syrie, Paris 1967, p. 161.

26 Cité par Davet, ibid., p. 160.

27 A.E., ibid., vol. 43, p. III.

28 C’est à St-Jean-d’Acre que Bonaparte, devant l’impossibilité de prendre la ville, défendue par les Anglais, dut renoncer, après la campagne d’Egypte, à conquérir l’Orient. C’est symbolique pour les Britanniques.

29 Voir de Gaulle, 1, ibid., p. 427.

30 Article 22 de la Charte de la S.D.N.

31 Voir Davet, ibid., p. 190.

32 Le 11 juillet, 50 avions français ont quitté le Liban, emmenant avec eux, entre autres, un contingent de prisonniers anglais : 40 officiers et 15 sous-officiers ; 14 officiers, le 2 juillet, avaient subi le même sort.

33 Entre 1942 et 1944 Dentz refusa toutes les missions proposées. En 1943 il s’installe à Grenoble (sous contrôle italien). Le 4 septembre Dentz sera arrêté. Traduit en Haute-Cour, le 18 avril 1945, il sera condamné à mort, pour crime d’intelligence avec l’ennemi. Peine commuée le 25 octobre 1945 par de Gaulle en réclusion perpétuelle. Il meurt 2 mois après, le 13 décembre 1945 en prison.

34 Edmond Rabbath, La formation historique du Liban politique et constitutionnel, Beyrouth, 1973, p. 431.

© CNRS Éditions, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search