Version classiqueVersion mobile

Dédale et Icare

 | 
Michèle Dancourt

Bibliographie

Texte intégral

Textes de référence

Nous indiquons les passages précis, parfois fort brefs, où intervient la figure de Dédale ou Icare.

Le mythe antique

Apollodore, Bibliothèque, III, XV, 8, Paris, Les Belles Lettres, 1991.

Epitomé, I, 13-15.

Aristote, Politique, I, IV, 3, Paris, Les Belles Lettres, 1960, p. 17.

Ausone, Mosella, v. 300-303 (Œuvres, London Loeb Classical Library, 1968, t. I, p. 246) et Epîtres, 19 selon l’édition Garnier ou 23 selon Loeb, t. II, p. 84.

Callimaque, Hymne à Délos, v. 307-313, Paris, Les Belles Lettres, 1948, p. 280-282.

Catulle, Carmen, 64, v. 113-115, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 57.

Diodorede Sicile, Bibliothèque historique, I, 97 et IV, 75, Loeb Classical Library, 1970, p. 56 et 332.

Homère, Iliade, XVIII, v. 592, Paris, Éd. de La Différence, 1989, p. 642-643.

Horace, Odes, I, 3 (Odes et Epodes, Paris, Les Belles Lettres, 1970, t. I, p. 11) ; II, 20 (p. 85-86) ; IV, 2 (ibid. p. 154).

Juvénal, Satires, I, 53-54, Paris, Les Belles Lettres, 1971, p. 8.

Lucien de Samosate, Icaroménippée, London Loeb Classical Library, 1968, t. II, p. 270. Sur l’astrologie, (t. V).

Martial, Épigrammes, IV, 49, Paris, Les Belles Lettres, 1930, p. 132.

Pausanias, Description de la Grèce, II, 4, 5, Leipzig, Teubner, 1989 : vol. I p. 117 ; VII, 4, 7, vol. II p. 154-155 ; IX, 37, 3, vol. III p. 73.

Pétrone, Satiricon, 52 et 70, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 49 et 69.

Platon, Ion, 121 a.

Ménon, 97 d,e.

Hippias Majeur, 282 a.

Euthyphron, 11 b.

Alcibiade, 121 a.

Euthydème, 291 b.

Pline, Histoire naturelle, XXXVI, 19, 84, Paris, Les Belles Lettres, 1981, p. 78-80 (sur les labyrinthes antiques).

Plutarque, Thésée, XXI, Paris, Les Belles Lettres, 1957, p. 29-30 (sur la geranos).

Pomponius Mela, De Chorographia, I, 56, Paris, Les Belles Lettres, 1988, p. 16-17 (sur le labyrinthe).

Ovide, Les Métamorphoses, VIII, v. 152-262, Paris, Les Belles Lettres, 1959, t. II, p. 66.

L’Art d’aimer, II, v. 21-96, Paris, Les Belles Lettres, 1967, p. 32.

Les Tristes, III, 4, v. 21-2, Paris, Les Belles Lettres, 1968, p. 72.

Sénèque, Œdipe, v. 892-910 et Hercules Oetaeus, v. 683-690, Paris, Les Belles Lettres, 1967 ; Tragédies, t. II, p. 37 et 159).

Virgile, Énéide, chant V, v. 588-93, Paris, Les Belles Lettres, 1989, p. 27 et chant VI, v. 14-33 (p. 42-43).

L’interprétation chrétienne

Alciati, Emblemata, Augsbourg, 1531 ; Paris, 1535, etc.

Boccacio, Amorosa Visione, Opere minori in volgare, Milano, éd. Mario Marti, 1971, vol. III, p. 335-336.

Charles D’Orléans, Rondeau XLIV, Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1969, Poètes et romanciers du Moyen Âge, p. 1110.

Chaucer (Geoffrey), House of Fame, II, v. 919-924, Complete Works, Oxford, Clarendon Press, 1972, p. 28.

Dante, La Divine Comédie, Paradiso, VII, 125-126 ; Inferno, XVII, 106-114, Paris, Flammarion, 1985, trad. J. Risset.

Isidore de Séville, Étymologiae, XIII, 16, 8 et XIV, 6, 26, Paris, Les Belles Lettres, 1981.

Natale Conti, Mythologiae sive explicationum fabularum libri decem, livre VII, chap. xvi, « Dédale », Venise, Aide, 1551.

Ovide moralisé, début du xive siècle, Amsterdam, C. de Boer, 1954.

Icare baroque et classique

Argensola (Bartolomé de), Rimas de Lupercio y B. de Argensola, Zaragoza, J. M. Blecua, 1950-1951, t. II, p. 77.

Barrionuevo Y Peralta (Hieronymo), Fábula de Icaro, Madrid, Biblioteca nacional, ms de 1700, cité par J. H. Turner, The Myth of Icarus in Spanish Renaissance Poetry, London, Tamesis Book, 1977.

Ben Jonson, Masques and Entertainments, Pleasure reconcil’d with Virtue, Œuvres complètes, vol. VIII, Oxford, Clarendon Press, 1970, p. 487.

Bertaut (Jean), Recueil de quelques vers amoureux, Paris, Didier, édition critique L. Terreaux, 1970 (Stances IV, 21).

Blanchon (Joachim), Les Premières Œuvres poétiques, « Ce jeune audacieux qui voulut entreprendre... » (1583), Paris, Bibliothèque nationale, Rés.p. Ye 177.

Bruno (Giordano), De gl’heroici Furori (1585), Des fureurs héroïques, Paris, Les Belles Lettres, 1954, 1re partie, dialogue III, p. 192 (commentaire du sonnet de Tansillo).

Calderon, La Vida es sueño, 1636, Paris, Garnier-Flammarion, 1992, acte II, v 2041, p. 180-181.

Desportes (Philippe), Amours d’Hippolyte, (1573), Poètes du xvie siècle, Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1969 (sonnet liminaire, p. 787) ; Elégies, I, 6, Genève, Droz-Minard, éd. V.E. Graham, 1961 ; Amours de Diane, Genève, Droz, éd. V. E. Graham, 1959, t. I, p. 156.

Gongora (Luis de), Sonetos completos, Madrid, Clásicos Castalia, 1969, LXXIII (1584), p. 131 et CXVIII (1611), p. 180.

Herrera (Fernando de), Poemas sueltos, Madrid, Boletín de la Real Academia española, édition critique J. M. Blecua, 1975 (sonnet XC, p. 266).

Jamyn (Amadis), Les Œuvres poétiques (1575), Genève, Droz, édition critique S. M. Carrington, 1978 (livre IV, 54, p. 202 et « Artémis », p. 248).

La Roque (Siméon-Guillaume de), Œuvres (1609), Paris, Nizet, 1983, édition critique G. Mathieu-Castellani (« Narcize », XXVI et « Caritée », LXXXVII).

Le Masson (Nicolas), Les Premières Œuvres, « Pour avoir imité l’ambition d’Icare... », Soleil du soleil. Le sonnet français de Marot à Malherbe, une anthologie par J. ROUBAUD, Paris, coll. « POL », 1990.

Marlowe (Christopher), The Tragicall Historie of Doctor Faustus (1592), Paris, Seghers, 1972 (Prologue, v. 21-22).

Mellin de Saint-Gelais, Avertissement sur les jugements d’Astrologie à une studieuse Damoyselle (1546), J. Roubaud, in Soleil du Soleil.

Mena (Juan de), Laberinto de Fortuna, Salamanca, J. G. Cummins, 1968, p. 59.

Perrault (Charles), Les Amours de la règle et du compas et ceux du soleil et de l’ombre, Ms de la Bibliothèque nationale de Paris, nouvelles acquisitions 6203. Conte cité par M. Soriano : « Le premier des contes de Perrault ou la psychanalyse comme méthode d’identification », Nouvelle revue de psychanalyse, automne 1971, n° 4.

Ronsard (Pierre de), Les Amours (1552-1553), CLXVIII, Paris, Garnier, 1963, p. 107 ; Sonnets pour Astrée (1578), I, p. 373 ; Sonnets pour Hélène (1584), I, p. 419 ; Discours à M. de Cheverny (Œuvres complètes, Paris, Hachette, éd. Laumonnier, t. XVIII, p. 101).

Sannarazo (Jacopo de), Opéré volgari, Bari, A. Mauso, 1961, p. 195.

Tansillo (Luigi), Il canzoniere, Napoli, 1926, vol. I, p. 4 et p. 5-6.

Tasso (Torquato), Rime, Bologna, Romagnoli-dall’Acqua, 1900, p. 345.

Vega (Garcilaso de), Obras Madrid, Elias Rivers, 1964, p. 14.

Villamediana, Poésies, Paris, La Différence, coll. « Orphée », 1989 :

– « O volador dichoso que volaste... », p. 20.

– « En pedazos deshecha, nave rica... », p. 22.

– « Despuès, Amor, que mis cansados años..., p. 24.

– « De cera son las alas, cuyo vuelo... », p. 26.

– « Que no puede sufrir... », p. 28.

– « Tal vez la más sublime esfera toco... », p. 30.

Le discours utopique

Apollinaire (Guillaume), L’Esprit nouveau et les Poètes, Paris, J. Haumont, 1946, p. 18.

Barillot (François), Icare vengé par Pétin, Paris, Durand, 1851, p. 9, texte reproduit par M. Eigeldinger, Lumières du mythe, « Le mythe d’Icare dans la poésie française du xixe siècle », Paris, PUF, 1983.

Cabet (Étienne), Voyage en Icarie (1840), Paris, Anthropos, 1970, t. I.

Gautier (Théophile), Fusains et eaux-fortes, « À propos de ballons » (1848), Paris, Charpentier, 1880, p. 251 sq.

Nerval (Gérard de), « Les successeurs d’Icare », préface à un ouvrage de J. Turgan, Les Ballons (1851), Œuvres, Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1961, t. II, p. 1260.

Restif de la Bretonne (Nicolas), La Découverte australe par un homme volant ou le Dédale français. Nouvelle très philosophique (1781), Genève, Paris, Slatkine Reprints, 1988.

Rousseau (Jean-Jacques), Le Nouveau Dédale (1742), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, reproduction de l’édition de 1801.

Soulary (Joséphin), Œuvres complètes, premier sonnet d’une suite intitulée « En train express », Lyon, Lemerre, 1872.

Icare, artiste au xixe siècle

Baudelaire (Charles), Les Fleurs du mal, « Les plaintes d’un Icare » (1862) et « Le voyage », Paris, Garnier-Flammarion, 1964, p. 201 et 150.

Dupont (Pierre), « Chemin à suivre », Les Deux Anges (1844), poème cité par J. Crépet et G. Blin dans leur édition critique des Fleurs du mal, Paris, J. Corti, 1942, p. 565.

Gautier (Théophile), Œuvres complètes, Genève, Slatkine Reprints, 1978 ; t. II, Tableaux à la plume ; t. V, Le Château du Souvenir, in Émaux et Camées (1861) ; t. XI, « Reprise de Chatterton », p. 153.

Goethe (Johann Wolfgang von), Second Faust (1833) (1840 dans la traduction de G. de Nerval, Paris, Aubier, éd. bilingue, t. II, p. 170.

Hugo (Victor), Les Travailleurs de la mer (1866), II, « L’archipel de la Manche », Paris, Le Seuil, 1963, p. 173.

Dieu, fragments, Paris, Flammarion, 1969, t. III, p. 38.

–, La Fin de Satan, Livre II, « Le Gibet », VIII, « La Sibylle », Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 1984, p. 118.

Menard (Louis), « Icare », Rêveries d’un païen mystique, Paris, Lemerre, 1876.

Nerval (Gérard de), « Le Christ aux oliviers », Les Chimères (1853), Paris, Garnier, 1966, p. 705.

Nietzsche (Friedrich), « Euphorion » (1862), Correspondance juin 1850-avril 1869, Paris, Gallimard, 1986, lettre n° 324, p. 234-235.

Icare au xxe siècle

Apollinaire (Guillaume), Œuvres poétiques, Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1965 : Les Poèmes retrouvés,« L’Avion » (1910), p. 728 ; Il y a, « L’Ignorance » (1914), p. 344 ; Calligrammes, « Merveille de la guerre », p. 271 et « La Victoire », p. 309 ; Alcools, « Zone » (1913), p. 40.

Auden (Wystan Hugh), The Collected Poetry of W H. Auden, « Musée des Beaux-Arts », New York, Random Horse, 1945.

Benn (Gottfried), Ikarus, in Gesammelte Werke, Wiesbaden, Limes Verlag, 1960, t. I, p. 46, ou Poèmes, Paris, Gallimard, 1972, p. 76-77.

Bosis (Lauro de), Icaro, Milano, 1930, Éd. Alpes ; Icare, Paris, Imprimerie de Aulard, 1933, trad. de F Hérold et préface de R. Rolland.

Breton (André), De la survivance de certains mythes et de quelques autres mythes en croissance ou en formation (1942), Paris, Losfeld, coll. « Le Désordre », 1988.

Burgonde (Julien), Icare et la Flûte enchantée, Arles, Actes Sud, 1991.

Butor (Michel), Icare à Paris ou les entrailles de l’ingénieur, Paris, Hachette, 1992, avec des photographies de P. Dolémieux.

Carlos Williams (William), « Landscape with the Fall of Icarus », Pictures from Bruegel and Other Poems, New York, A New Directions Paperbook, 1962.

Char (René), « Hymne à voix basse », Le Poème pulvérisé (1947), Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1983, p. 253.

Comte-Sponville (André), Le Mythe d’Icare. Traité du désespoir et de la béatitude, Paris, PUF, 1984).

D’annunzio (Gabriele), Laudi del cielo del mare della terra e degli eroi (1903), livre III « Alcyone », in Versi d’amore e di gloria, II, Verona, Mondadori, 1968 : L’ala sul mare,p. 760 ; Altius egit iter, p. 761 ; Ditirambo IV, p. 762-786.

Emmanuel (Pierre), Le Poète fou, Neuchâtel, La Baconnière, 1948, p. 15.

Flaszen (Ludwik), « Icare » (1971), Le Chirographe, Paris, La Découverte, 1990, p. 134-136.

Gide (André), Thésée, chap. VIII, Paris, Gallimard, 1946.

Iwaszkiewicz (Jaroslaw), Icare (1945), Bruxelles, Complexe, 1990.

Jong (Erica), Fear of Flying (1973), avec une préface de H. Miller ; Le Complexe d’Icare, Paris, Laffont, 1976.

Masson (André), Icare ou la Préfiguration, Port-Louis, Maurice, 1984.

Mizón (Luis), « Les manuscrits du Minotaure », Caravanes. Littératures à découvrir, Paris, n° 3, 1991.

Noël (Bernard) et Velter (André), La Chute d’Icare, Montpellier, Fata Morgana, 1976) avec une eau-forte de Dado.

Pekitch (Borislav), L’Ascension et la Chute d’Icare Gulbelkian (1967), Paris, L’Âge d’Homme, 1992.

Queneau (Raymond), Le Vol d’Icare, Paris, Gallimard, 1968.

Ransmayr (Christoph), Le Dernier des mondes (Die letzte Welt), Paris, Flammarion, coll. « POL », 1989.

Sabatier (Robert), Icare et autres poèmes, Paris, Albin Michel, 1976, p. 12.

Savinio (Alberto), « Icare » (1945), Achille énamouré. Gradus ad Parnassum, Paris, Gallimard, 1979.

Shepard (Sam), « Icarus’Mother / La Mère d’Icare » (1965), Vous avez dit bizarre (Nancy, Presses universitaires, 1990).

Triolet (Elsa), Luna-Park (1959), Paris, Le Livre de poche.

Dédale, artiste moderne, et son « fils » Minotaure

Ayrton (Michael), The Testament of Daedalus, London, Methven and Co., 1962.

The Maze-Maker (1967), London, Solitaire Books, 1982.

The Rudiments of Paradise, London, Secker and Warburg, 1971.

Borges (Jorge Luis), La casa de Asterión, 1947, L’Aleph, Prosa completa, Barcelona, Bruguera, 1980, t. II, p. 52 ; Paris, Gallimard, 1967, p. 87.

Œuvres complètes, édition établie par J.P. Bernes, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, t. I, 1993 et t. II, 1999.

Butor (Michel), « Picasso-labyrinthe. Récit de la narratrice », Territoires de l’imaginaire, Paris, Le Seuil, 1986, p. 37-44.

Cortazar (Julio), Los Reyes / Les Rois (1947), Actes Sud, 1982, texte bilingue, trad. L. Guille-Bataillon.

Dürrenmatt (Friedrich), « La dramaturgie du labyrinthe », La Mise en œuvres, Stoffe, 1981 ; Paris, C. Bourgois, 1989, p. 68-83.

Minotaurus, Zürich, Diogenes Verlag, 1985 ; publié en français avec La Mort de la Pythie, Paris, Éd. de Fallois, L’Âge d’Homme, 1990.

Hugo (Victor), Les Misérables, V, ii, « L’intestin de Léviathan », iii, Paris, Garnier, 1963, t. II, p. 514.

Dieu, II, « Les Voix », fragment xix, Dieu. Fragments, Paris, Flammarion, 1969.

La Légende des siècles, XII, « Les sept merveilles du monde », I, « Le temple d’Ephèse », Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1950, p. 175.

Les Contemplations, livre III, « Les luttes et les rêves », poème xxx, « Magnitudo parvi », Paris, Garnier, 1957, p. 140-141.

Toute la lyre, Œuvres complètes, Albin Michel, Imprimerie nationale, 1935, p. 166, « La Femme » (III, 3) et p. 275 « Le calcul, c’est l’abîme » (III, 67).

Joyce (James), A Portrait of the Artist as a Young Man (1917), London, Grafton, 1990. Traduit en français par L. Savitsky en 1924 sous le titre Dedalus, Paris, Gallimard, coll. « Folio », trad. revue par J. Aubert.

Ulysses (1939), London, The Bodley Head, 1986 ; Ulysse, Paris, Gallimard, trad. d’A. Morel et S. Gilbert revue par V. Larbaud et J. Joyce.

Œuvres complètes, édition établie par Jacques Aubert, Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, t. I, 1982 et t. II, 1995).

Mizón (Luis), « Les manuscrits du Minotaure », Caravanes, n° 3, Paris, Phébus, 1991, p. 124-143.

Sikelianos (Anghelos), « Dédale », Orphiques (1935), Paris, Orphée/La Différence, éd. bilingue, 1990, p. 89 sq.

Dédale en Crète (1942), Montpellier, Université P. Valéry, Publications du G.I.T.A., éd. bilingue, 1989.

Commentaires

La pensée mythique

Cassirer (Ernst), Langage et mythe (1953), Paris, Éd. de Minuit, 1973.

Detienne (Marcel), L’Invention de la mythologie, Paris, Gallimard, 1981.

Durand (Gilbert), L’Imagination symbolique, Paris, PUF, 1964.

Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Bordas, 1969.

Eliade (Mircea), Mythes, rêves et mystères, Paris, Gallimard, coll. « Idées, », 1957.

Aspects du mythe, Paris, Gallimard, 1963.

Lévi-Strauss (Claude), Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958, chap. XI, « Les structures des mythes ».

Ricœur (Paul), Le Conflit des interprétations, essais d’herméneutique, Paris, Le Seuil, 1969.

Smith (Paul), « La nature des mythes », Diogène, n° 82, 1973.

Todorov (Tzvetan), Théories du symbole, Paris, Le Seuil, 1977.

Vernant (Jean-Pierre), Mythe et société en Grèce ancienne, Paris, Maspéro, 1974 ; dernière partie, p. 195 sq., « Raisons du mythe ».

Veyne (Paul), Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, Le Seuil, 1983.

Weinrich (Harold), « Structures narratives du mythe », Poétique, n° 1, 1970, p. 25 sq.

Symbolique du labyrinthe

Bataille (Georges), « Le labyrinthe », Recherches philosophiques, œuvres complètes, t. V (1935-1936), Paris, Gallimard, 1970, p. 433-441.

Bord (Janet) et Lambert (Jean-Clarence), Labyrinthes et dédales du monde, Paris, Presses de la Connaissance, 1977.

Centeno (Y. K.), « Labyrinthe et alchimie », Coloquio Artes, n° 62, 1984.

Detienne (Marcel), L’Écriture d’Orphée, Paris, Gallimard, 1989 ; Chap. I, « La Grue et le Labyrinthe ».

Durand (Gilbert), Les Structures anthropologiques de l’imaginaire (1960), Paris, Bordas, 1969, p. 129-132, sur le labyrinthe et les projections anatomiques.

Eliade (Mircea), Forgerons et alchimistes, Paris, Flammarion, 1956.

Euphonia, émission de France-Culture, réalisée par B. Gagniere et G. Brodin sur le thème du Labyrinthe, du 25 au 29 novembre 1991.

Hocke (Gustav René), Die Welt as Labyrinth. Manierismus in der europäischen Kunst und Literatur, Rowohlt, 1987.

Hollier (Denis), Hamburg, La Prise de la Concorde. Essais sur G. Bataille, Paris, Gallimard, 1974, « Le labyrinthe et la pyramide », p. 109-133.

Kerenyi (Charles), Labyrinth studien, Zürich, Rhein-Verlag, 1950.

Kern (Herman), Labyrinthe. Erscheinungsformen und Deutungen. 5000 Jahre Gegewart eines Urbilds, München, Prestel, 1982.

Leonardy (Ernst), « Le signe du labyrinthe dans le miroir de ses lectures successives », Parcours éthiques, Bruxelles, Publication des Fac. Univ. St Louis, 1986.

Matthews (William Henry), Mazes and Labyrinths, their Story and Development (1922), London, Dover, 1970.

Rosenstiehl (Pierre), « Le dodécadédale ou l’éloge de l’heuristique », Cartes et figures de la Terre, Paris, Centre Pompidou, 1980, p. 94-103.

Santarcangeli (Paolo), Le Livre des labyrinthes, Paris, Gallimard, 1974.

Symbolique de l’envol

Bachelard (Gaston), L’Air et les Songes, Paris, José Corti, 1946.

La Terre et les Rêveries de la volonté, Paris, José Corti, 1948, sur la chute, p. 350 sq.

Desoille (René), Le Rêve éveillé en psychothérapie. Essai sur la fonction de régulation de l’inconscient collectif, Paris, PUF, 1945.

Diel (Paul), Le Symbolisme dans la mythologie grecque, Paris, Payot, 1952, chap. I p. 45 : « Le combat contre l’exaltation. Icare ». Interprétation réfutée par J. Lacarrière dans L’Envol d’Icare, p. 84-89.

Durand (Gilbert), Les Structures anthropologiques de l’imaginaire (1960), Paris, Bordas, 1973 ; sur le symbolisme ascensionnel, p. 138-150.

Eliade (Mircea), Mythes, rêves et mystères, Paris, Gallimard, coll. « Les Essais », 1957, chap. VI ; « Symbolismes de l’ascension et rêves éveillés ».

Freud (Sigmund), L’Interprétation des rêves (1901), Paris, PUF, 1967, p. 337, sur les rêves d’envol et de chute.

Hart (Clive), Images of Flight, Berkeley, University of California Press, 1988.

Ingold (Félix Philippe), Literatur und Aviatik, Europäische Flugdichtung 1909-1927, mit einem Exkurs über die Flugidee in der modernen Malerei und Architektur, Basel, Birkhäuser, 1978.

Lacarrière (Jacques), L’Envol d’Icare, Paris, Seghers, 1993.

Legendre-de Koninck (Hélène), « Espace, lumière, soleil : les figures du vol », Diogène, n° 160, octobre-décembre 1992, p. 25-48.

Michelet (Jules), l’oiseau (1856), Œuvres complètes, t. XVII, Paris, Flammarion, 1986, « L’aile », p. 76 sq.

Murray (H. A.) « Notes on the Icarus syndrome », Folia Psychiatrica Neurologica et Neurochirurgica Neerlandica, 61, 1958, p. 204-208 et « American Icarus », Clinical Studies in Personality, vol. II, New York, Harper, 1955, p. 615-641.

Ogilvie, « The Icarus complex », Psychology Today, n° 2, 1968, p. 31 sq.

Samivel, « Icare. Contribution à l’étude de la symbolique ascensionnelle », Psyche, n° 33, 1949, p. 1003-1016.

Simmen (Jeannot), Vertigo, Schwindel in der modernen Kunst, Munchen, Klinkhardt und Bierman, 1990.

Simmen (Jeannot), Schwerelos, der Traum vom Fliegen in der Kunst der Moderne, Stuttgart, Cantz, 1991.

Torpin (M.), « The Daedalus experience : a developmental vicissitude of the grandiose fantasy », The Annual of Psychoanalysis, n° 2, 1974, p. 213-228.

Thyraud (Jacques), Histoire des hommes volants, Paris, Albin Michel, 1977.

Vaessen (M. L. J.), « The Icarus complex », Folia Psychiatrica Neurologica et Neurochirurgica Neerlandica, n° 64, 1961, p. 285-304.

Weinberger (J. L.) et Muller (J. J.), « The American Icarus revisited : phallic narcissism and boredom », International Journal of Psychoanalysis, n° 55, 1974, p. 581-586 et n° 56, 1975, p. 379-380.

Wiklund (Nils), The Icarus Complex. Studies of an Alleged Relationship between Fascination for Fire, Enuresis, High Ambition and Ascensionism, Lund, Department of Psychology, 1978.

Études sur le mythe d’Icare

Ashton (John William), « The Fall of Icarus », Philological Quarterly, 1941 July, XX, III, p. 345-349.

Christinger (Raymond), Le Voyage dans l’imaginaire, Genève, Éd. du Mont-Blanc, 1971 ; Paris, Stock, 1981, chap. XI, « Au cœur du labyrinthe » et chap. XII, « Icare ».

Eigeldinger (Marc), Lumières du mythe, Paris, PUF, 1983, « Le mythe d’Icare dans la poésie française du xixe siècle ».

– « Le mythe d’Icare dans la poésie française du xvie siècle », Cahiers de l’association internationale des études françaises, n° 25, 1973.

Fucilla (Joseph Guerin), « Etapas en el desarrollo del mito de Icaro en el Renacimiento y en el Siglo de Oro », Hispanófila, n° 8, 1960.

Ginsburg (Carlo), Miti, emblemi, spie, Turin, Einaudi, 1986 ; Mythes, emblèmes, traces, Paris, Flammarion, 1989, « Le haut et le bas : le thème de la connaissance interdite au xvie et au xviie siècle ».

Mathieu-Castellani (Gisèle), Mythes de l’Eros baroque, Paris, PUF, 1981, « Les figures exemplaires de l’hubris », p. 156-184.

Les Thèmes amoureux de la poésie française (1570-1600), Paris, Klincksieck, 1975. Partie I, chap. III, « Figures mythiques du lyrisme néo-pétrarquiste : le grand vol audacieux », p. 292-306.

Maulnier (Thierry), « Le mythe d’Icare », Formes et couleurs, Lausanne, 1949, 11e série, n° 2, « Le ciel ».

Peyronie (André), « Dédale » et « Labyrinthe », Dictionnaire des mythes littéraires, Paris, Éd. du Rocher, 1988, sous la direction de P. Brunel, p. 415 et p. 884.

Ricciardeli (Mario), « Il mito di Icaro e la correlazione poetica », Romances Notes, n° 1, automne 1965, vol. VIII, p. 287-288.

Shroder (Maurice), Icarus, the Image of the Artist in French Romanticism, Cambridge, Harvard University Press, 1961.

Turner (John), The Myth of Icarus in Spanish Renaissance Poetry, London, Tamesis Book, 1977.

Vivier (Robert), Frères du ciel. Quelques aventures poétiques d’Icare et de Phaéton, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1962.

Commentaires sur le mythe antique

Bonnefoy (Yves) dir., Dictionnaire des mythologies, Paris, Flammarion, 1981.

Calasso (Roberto), Les Noces de Cadmos et d’Harmonie, Milano, Adelphi Éd., 1988 ; Paris, Gallimard, 1991.

Calderone (Salvatore), « Il mito di Dedalo-Icaro nel simbolismo funerario romano », Untersuchungen zur Geschichte und Literatur der römischen Kaiserzeit, G. Wirth (dir.), Berlin, De Gruyter, 1982, p. 749-767.

Courcelle (Pierre), « Quelques symboles funéraires du néo-platonisme latin : le vol de Dédale [...] », Revue des études anciennes, n° 46, 1944, p. 65 sq.

– « Tradition néo-platonicienne et tradition chrétienne du vol de l’âme », Annuaire du Collège de France, 1963, vol. 63, p. 376 sq.

Damisch (Hubert), Ruptures, cultures, Paris, Éd. de Minuit, 1976, chap. IV, « Dédaliques ».

Daremberg, Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines (article de E. Pottier), Paris, Hachette, 1877-1919.

D’Arcy Wentworth Thompson, A Glossary of Greek Birds, London, Oxford University Press, 1936.

Delcourt (Marie), Héphaïstos ou la légende du magicien (1957), Paris, Les Belles Lettres, 1982, p. 157 sq., « Dédale, Icare, Talos ».

Deonna (Waldemar), Dédale ou la statue de la Grèce archaïque, vol. I et II, Paris, E. de Boccard, 1930-1931.

Doob Reed (Penelope), The Idea of the Labyrinth from Classical Antiquity through the Middle Ages, Cornell University Press, Ithaca and London, 1990.

Enk (P.J.), « De labyrinthi imagine in foribus templi Cumani insculpta (Virg. En. VI 27) » Mnemosyne, Biblioteca classica Batava, 1958, Series IV, vol. xi, fasc. 1, p. 322-330.

Fitzgerald (Gerald), « Aeneas, Daedalus and the Labyrinth », Arethusa, n° 17, printemps 1984, p. 51 sq.

Friis Johansen (Knud), Thésée et la danse à Délos, Copenhague, Munksgaard, 1945

Frontisi-Ducroux (Françoise), Dédale, mythologie de l’artisan en Grèce ancienne, Paris, Maspéro, 1975.

Graves (Robert), Mythologie grecque, Paris, Fayard, 1967.

Grimal (Pierre), Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, PUF, 1963.

Jacob (Christian), « Dédale géographe. Regard et voyage aérien en Grèce », Lalies, n° 3, 1984, p. 147-164.

Knight Jackson (W.F.), Cumean Gates : a Reference of the Aeneid to Initiation Patterns, London, Oxford University Press, 1936, repris dans Vergil, Epic and Anthropology, London, 1967, dans la deuxième partie, chap. V « Truia », chap. VI « Troie Ilios », chap. VIII « Cnossos » et chap. IX « Cumae ».

Le Dantec (Jean-Pierre), Dédale le héros, situation de l’architecture contemporaine, Paris, Balland, 1992. Les pages 78 à 86 sont consacrées à la figure antique.

Rossignol (Jean-Pierre), Les Artistes homériques, 2e édition augmentée d’un chapitre intitulé « Dédale montré pour la première fois sous son vrai jour », Paris, Vve Adolphe Labitte, 1885, p. 8-181. Ce livre présente et traduit la plupart des textes de référence antiques.

Seznec (Jean), La Survivance des dieux antiques, essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et l’art de la Renaissance, Paris, Flammarion, 1939.

Vernant (Jean-Pierre), Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, Maspéro, 1971.

Commentaires sur Léonard de Vinci, Dédale redivivus

Ananda K. Coomaraswamy, « The Iconography of DÜRER’s "knots” and LEONARDO’S "concatenation” », The Art Quarterly, 1944.

Bramly (Serge), Léonard de Vinci. Biographie, Paris, Jean-Claude Lattès, 1988.

Brion (Marcel), Léonard de Vinci, Paris, Albin Michel, 1952, chap. viii, « Dédale » ; chap. ix, « Icare ».

Chastel (André), Fables, formes, figures, t. II, Paris, Flammarion, 1978, chap. iv, « Léonard : la fable et la forme », p. 251-277.

Commentaires sur Dédale et Icare dans l’utopie

À propos de Restif de la Bretonne

Lamoine (Georges), « Deux utopies du xviiie chez les Hommes-Volants (R. Paltock et Restif) », Littératures, n° 5, 1982.

Sgard (Jean), « L’Homme-Volant de Restif », Recherches et travaux de l’UER de lettres de Grenoble, 1983.

Testud (Pierre), Restif de la Bretonne et la création littéraire, Genève, Paris, Droz, 1977.

À propos de Cabet

Prudhommeaux (Jules), Icarie et son fondateur E. Cabet. Contribution à l’étude du socialisme expérimental (1907), réédité sous le titre Icarie et son fondateur E. Cabet, Genève, Slatkine Reprints, 1977.

Commentaires sur des relectures modernes du mythe de Dédale

À propos de Anghelos Sikelianos

Jacquin (Renée), L’Esprit de Delphes, Anghelos Sikelianos, Publications de l’Université de Provence, 1988.

À propos de James Joyce

Aubert (Jacques), Introduction à l’esthétique de Joyce, Paris, Montréal, Didier, 1973.

Budgen (Franck), J. Joyce et la création d’« Ulysse » Paris, Denoël, 1975.

Burgess (Antony), Here comes Everybody. An Introduction to J. Joyce for the Ordinary Reader, England, Hamlyn Paperbacks, 1982.

Chuto (Jaccues), « Right and wrong and right and left in the Portrait », Genèse et métamorphoses du texte joycien, Publications de la Sorbonne, Université Paris-IIΙ, 1985, p. 59-69.

Cixous (Hélène), L’Exil de J. Joyce ou l’art du remplacement, Paris, Grasset, 1968.

– « Devant le pome », Beaubourg, Revue parlée, 15 novembre 1982, Cahiers de l’Herne, 1985, n° 50 (sur les deux premières pages du Portrait).

Dauphine (James), « A Portrait of the artist as a young man et le problème de l’autobiographie », Europe, n° 657-658, janvier-février 1984, p. 83-96.

Ellmann (Richard), James Joyce (1959), Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1987.

Epstein, The Ordeal of Stephen Dedalus. The Conflict of Generations in Joyce’s « Portrait », Southern Illinois University Press, Carbonsdale and Edwardsville, Arcturus Books, 1973.

Fortuna (Diana), « The Labyrinth as controlling image in Joyce’s Portrait », Bulletin of the New York Public Library, 1972, p. 175.

Genet (Jean), « Le mythe de Dédale et Icare dans A Portrait of the Artist as a Young Man », Gaeliana, Université de Caen, n° 3, p. 149-164.

Hancock (L.), Word Index to Joyce’s « Portrait », Southern Illinois University Press, Carbondale, 1967.

Hayman (David), « Dédale et Dedalus dans Portrait de l’artiste jeune », Revue des lettres modernes, n° 117-122, 1965. Configuration critique de Joyce, 9, II, p. 49-71.

Kenner (Hugh), « Le Portrait... en perspective », Revue des lettres modernes, n° 46-48, automne 1959. Configuration critique de Joyce, I, p. 67-117.

Paris (Jean), Joyce par lui-même, Paris, Le Seuil, 1957, « Le Labyrinthe », p. 101-118.

Rabate (Jean-Michel), « Qu’il faut — la chute », Europe, n° 657-658, janvier-février 1984, p. 133-139.

J. Joyce, Portrait de l’auteur en autre lecteur, Belgique, Cistre, 1984.

Scholes (Robert) et M. Kain (Richard), The Workshop of Daedalus, J. Joyce and the Raw Materials for « A Portrait of the Artist as a Young Man », Northwestern University Press, 1965.

Staley (Thomas) et Benstock (Bernard), Approaches to Joyce’s « Portrait » : Ten Essays, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1976.

Iconographie

Antiquité

Œuvres

Oinochoé étrusque de Tragliatella (fin viie siècle av. J.-C.) : deux cavaliers portant un bouclier orné d’un oiseau, un labyrinthe avec l’inscription « Truia », une scène érotique, un cortège comprenant sept fantassins qui portent un bouclier décoré d’une figure de sanglier (Rome, musée du Capitole, Sala del Camino, Inv. n° 358).

Skyphos Rayet à figures noires (vie siècle av. J.-C.) : Thésée tuant le Minotaure, Ariane, le peloton et une figure ailée : Dédale ? (Musée du Louvre, Inv. MNC 675).

Daidaleia (dernier quart du vie siècle av. J.-C.) : statue cultuelle (Museum of Fine Arts, Boston, B. 2819).

Bulle d’or étrusque (première moitié du ve siècle av. J.-C.) : Dédale ailé avec scie et doloire (Walters Art Gallery, Baltimore, 57. 371 B).

Kylix étrusque de Vulci : au fond de la coupe, Thésée s’apprête à tuer le Minotaure ; à côté, le motif stylisé du labyrinthe (British Museum).

Lécythe dit du « peintre d’Icare » (460-450 av. J.-C.) : jeune garçon ailé (New York, Metropolitan Museum).

Fragment : Icare et Dédale (Oxford, Ashmolean Museum, 1922-208).

Amphore à figures rouges : Dédale attachant les ailes de son fils Icare (Naples, Musée national).

Sculpture de marbre (début du iie siècle ap. J.-C.) : Icare (Rome, Museo Nuovo dei Conservatori).

Petit bronze de Smyrne : Icare (musée de Mariemont).

Bas-relief de la villa Albani à Rome : Dédale fabriquant des ailes pour Icare.

Bas-relief de marbre du Palazzo Spada à Rome : Dédale et Pasiphaé.

Sarcophage : histoire d’Icare sculptée sur le devant (Messine, Museo Nazionale).

Peintures pompéiennes : Dédale de dos, en profil perdu, présentant le simulacre de vache à Pasiphaé (Casa dei Vettii).

Appartenant à la peinture de paysage du iiie style, dix représentations de la chute d’Icare, souvent mal conservées ou disparues et conservées dans un dessin ou une aquarelle : 1) villa Impériale (Dédale ailé — son nom est inscrit au centre — et une figure féminine penchée contemplent Icare tombé) ; 2) aquarelle Pompéi IX 7, 16 (Icare gît sous les yeux de deux femmes debout à gauche et d’une femme assise sur un rocher à droite ; Dédale, central, survole la scène) ; 3) Naples, Mus.Naz. 9245 (Pompéi IX 6, 4-5) (deux femmes debout à gauche regardent le corps d’Icare ; en haut, à gauche, Dédale vole vers la droite) ; 4) Naples, Mus.Naz. 9506, de provenance inconnue (Icare est étendu sur une plage devant une figure assise au pied d’une falaise ; Dédale vole de la droite vers la gauche, au-dessus d’une barque où se trouvent deux hommes) ; 5) Pompéi I 7, 7, maison du prêtre Amandus (deux femmes, ainsi que des rameurs sur deux bateaux, regardent le ciel où tombe Icare, non loin du char d’Hélios ; au premier plan un pêcheur se penche sur le corps d’Icare ; à l’arrière-plan, une ville fortifiée) ; 6) Pompéi V 2, 10, dessin (au centre, le char d’Hélios au-dessous duquel vole Dédale et tombe son fils ; trois rameurs sur la mer ; sur le rivage, deux femmes debout devant une statue de Poséidon) ; 7) Pompéi I 10, 7, Casa del Fabbro ; peinture très abîmée (mêmes composantes que dans la représentation précédente) ; 8) Pompéi I 9, 5, Casa dei Cubiculi floreali, peinture à peine lisible (on identifie des figurants, une statue de Poséidon, un bateau à voiles et Dédale qui vole) ; 9) Pompéi V 5, 3, Caserma dei Gladiatori, peiture presque effacée (on repère une plage avec un pêcheur, à gauche une figure assise et, à même hauteur dans le ciel, Dédale et Icare) ; 10) British Museum, de provenance inconnue (en bas à gauche, une construction ornée de sphinx et en haut, une ville fortifiée ; des rameurs au milieu, deux femmes assises à droite et un chevrier au premier plan font le même geste déictique en direction des deux hommes volants).

Mosaïques romaines : labyrinthes occupés en leur centre par le combat de Thésée et du Minotaure, par exemple, dans la Villa di Diomede ou la Casa del Labirinto à Pompéi. Catalogue complet dans le répertoire de H. Kern, Labyrinthe, München, Prestel-Verlag, 1983, p. 118-138.

Verre gravé romain (ive siècle ap. J.-C.) : au centre, un personnage qu’une inscription surnomme Dédale, un entrepreneur sans doute, portant volumen, sceptre et épée, entouré de six figures réduites d’artisans occupés à diverses tâches (Rome, Bibliothèque Vaticane).

Commentaires

Beazley (John Davidson), « Icarus », Jour. Hell., 1927, XLVII, p. 222-233.

Becati (G.), « Dedalo », Rheinisches Museum, t. LX-LXI (1953-54), p. 22.

Bérard (Claude) et Hofstetter (Max), « Dédale et Icare : tradition ou renouveau ? », Bronzes hellénistiques et romains. Tradition et renouveau. Actes du ve colloque international sur les bronzes antiques, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, n° 17, 1979, p. 121-126.

Blankenhagen von (P. H.), « Daedalus and Icarus on Pompeian walls », Mitteilungen des deutschen Archaeologischen Instituts, 1968, vol. 75, Heidelberg, FH. Kerle Verlag, p. 106-143, avec 20 reproductions.

« Dedalo », Enciclopedia dell’arte antica, Roma, 1961, t. III, p. 16-17. « Icaro », t. IV, p. 81-83.

Kern (Hermann), Labyrinthe. Erscheinungsformen und Deutungen 5000 Jahre Gegenwart eines Urbilds, München, Prestel-Verlag, 1983, chap. II (sur le labyrinthe crétois), V (sur le Lusus Trojae) et VII (sur les labyrinthes des mosaïques romaines).

Kokolakis (M.), « The Iconography of Icarus », Concilium Eirene XVI, Proceedings of the 16th International Eirene Conference, Prague, 1983, vol. II, p. 25-30.

Kuhnert (Ernst), « Daidalos », Neue Jahrbücher für Philologie, t. XV, Supplementband, 1887, p. 185.

Robert (Carl), « Daidalos », Realenzyclopaedie der Klass. Altertumswissenschaft de Pauly-Wissowa-Kroll (1901).

Rose (Henry John), « Ikaros and Perdix on a fifth-century vase ? », Jour.Hell., XLIII, 1928, p. 9-10.

Art médiéval

Œuvres

Maisons Dedalus des cathédrales de Chartres, Amiens, San Vitale à Ravenne, Lucques, Pavie...

Pisano (Andrea), (1276-1337), bas-relief sur le campanile de Giotto à Florence (Museo dell’Opera di santa Maria del Fiore).

Scuola di Donatello (1386-1466), relief en marbre Dédale et Icare (Firenze, Palazzo Ricardi).

Enluminures représentant le combat de Thésée et du Minotaure au labyrinthe : Lambert de Saint-Omer, (1060-1123), Liber Floridus (Chantilly, musée Condé, Ms. 724/ 1596, Fol. 21r) ; manuscrit de la fin du xiie siècle (München, Bayerische Staatsbibliothek, Clm. 14731, Fol. 82 v) ; manuscrit florentin de la Divina Commedia de DANTE, daté de 1419 (Roma, Biblioteca Apostolica Vaticana, Ms.Barb.Lat.4112, Fol. 209r) ; manuscrit florentin de 1460-1470 (London, British Museum, A II, 10)...

Commentaires

Doob Reed (Penelope), The Idea of the Labyrinth from Classical Antiquity through the Middle Ages, Cornell University Press, Ithaca and London, 1990 : nombreuses reproductions d’enluminures.

Kern (Hermann), Labyrinthe, München, Prestel-Verlag, 1982, chap. VII, « Labyrinthe in Handschriften », p. 139-205 et chap. viii « Kirchen-Labyrinthe », p. 206-241.

Art des xvie et xviie siècles

Œuvres

École de Bloemaert (Abraham), dessin La chute d’Icare (Florence, musée des Offices).

Bol (Hans), aquarelle La chute d’Icare (1590), Anvers, musée Mayer van den Bergh.

Bruegel (Pieter), Paysage avec la chute d’Icare (1558 ?), Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts.

Navire à trois mâts armé avec quatre hunes (1561-1562), gravé au burin par Frans Huys, Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier.

Cambiaso (Luca) (1527-1585), La Chute d’Icare, Genova, Palazzo Giorgio Doria.

Carraci (Annibale) (1560-1609), La Chute d’Icare, Rome, palais Farnèse.

Goltzius (Heinrich) (1558-1617), La Chute d’Icare, gravure d’après Cornelisz VAN Haarlem (1562-1638), Amsterdam, Rijksmuseum.

Hoefnafgel (Georges), Paysage traversé par un fleuve et animé de la chute d’Icare, gravure à l’eau-forte avec une citation d’Ovide, Tristes, III, IV, 21-24, Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier.

Hogenberg (Frans), estampe intitulée Tout est foin (1559) avec une légende en flamand : « Qui veut voler trop haut, celui-là se trompera lui-même », Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier.

Josse de Momper (1564-1636), La Chute d’Icare (1618), dessin, plume et lavis, Paris, musée du Louvre, Inv. 20121.

Sebastiano del Piombo (1485-1547), La chute d’Icare (vers 1511), Roma, villa Farnésina).

Giulo Romano (Giulio Pippi, dit) (1499-1546), Chute d’Icare et Phaéton (vers 1525-1535), Mantova, Palazzo Ducale, caisson central de la salle des Chevaux. Dessin préparatoire au Louvre (Inv. 3499).

Rubens (Peter Paul) (1577-1640), La Chute d’Icare, esquisse pour la Torre della Parada, 1637-1638, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts ; tableau copié par GOWY (Jacob Peter) au début du xviie siècle, Madrid, Prado et Dédale et le Minotaure (1636), La Coruña, Museo de Bellas Artes.

Sacchi (Andrea), (1599-1661), Dédale et Icare, Genova, Palazzo Rosso.

Saraceni (Carlo) (1585-1620), Paysage avec le vol d’Icare et Paysage avec la chute d’Icare, Napoli, Capodimonte.

Tintoretto (Jacopo) (1518-1594), La Chute d’Icare, Modène, Galleria Estense.

van Dyck (Antoine) (1599-1641), Dédale et Icare, Art Gallery of Toronto, Canada.

Wickram (Georg), illustration pour Les Métamorphoses d’Ovide (Mayence, 1545), Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier.

Livres d’emblèmes

Alciati (Andrea), Emblematum liber (à partir de 1531) ; Corrozet (Gilles), Hécatongraphie (1540) ; Venius (Otto), Horatii emblemata (Anvers, 1612) ; Schoonhovius (Florentius), Emblemata (Gouda, 1618) ; Borniz (Jakob), Emblematum ethico-politicorum sylloge prior (Heidelberg, 1664) ; Boot (Anselme de) Symbola varia (Amsterdam, 1686)...

Commentaires

Bosque (Andrée de), Mythologie et maniérisme, Paris, Albin Michel, 1985.

Lancri (Jean), Y et K. Essai sur la peinture au risque de la lettre, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989, « Mais ou et donc ornicar », p. 185.

Van Lennep (Jacques), Alchimie. Contribution à l’histoire de l’art alchimique, Paris, Dervy-Livres, 1985, p. 355-358, interprétation alchimique du tableau de Bruegel.

Roberts-Jones (Philippe), L’Art majeur. Essais, Bruxelles, J. Antoine, 1974 et Bruegel. La Chute d’Icare, Fribourg, Office du Livre, 1974.

Art néo-classique

Blondel (Merry-Joseph) (1781-1853), peinture du plafond de la salle ronde qui précède la Galerie d’Apollon au Louvre, chute d’Icare avec le char du Soleil (1818), et dessin préparatoire au Louvre (R.F.36169).

Canova (Antonio) (1757-1822), Dédale et Icare (1779), Venezia, Museo Correr.

Landon (Charles-Paul), Dédale et Icare (1799), musée d’Alençon.

Oppenord (Gilles-Marie) (1672-1742), Dédale traversant la mer intérieure ou Projet de lettre D, plume et encre noire, rehauts de blanc, Paris, Louvre, Inv. 34383.

Slodz (Paul-Ambroise) (1702-1758), La Chute d’Icare dans la mer (1743), sculpture de marbre, Paris, musée du Louvre.

Vien (Joseph-Marie) (1716-1809), Dédale attachant les ailes d’Icare (1743), Paris, École des Beaux-Arts.

Art du xxe siècle

Œuvres

Ayrton (Michael), Serie de Talos entre 1954 et 1957 en bronze ; Icarus Falls III, acrylique (1959) ; Icarus I, bronze (1959) ; Daedalus Winged, bronze (1959-1960) ; Icarus winged, plume et encre noire (23 mars 1960) ; Icarus in flight, plâtre sur bois peint (1960) ; Icarus Pinwheel, fusain (3 octobre 1960) ; Icarus at the Climax (4 avril 1960) ; Study for Icarus Falls, monotype (1960) ; Icarus Drowned, monotype (1960) ; Icarus II, Variant III, bronze (1960) ; Icarus Transformed I, bronze (1961) ; Dedalus the Wingmaker, bronze (1961) ; Dedalus at Cumae, bronze (1961) ; Maze Head, plume et encre noire (1965) ; Blade Maze Figure, bronze (1965) ; Maze Maker, plusiurs statues de bronze de taille différente (1965) ; Daedalus Head, brosse et encre noire (8 septembre 1967) ; Daedalus/Icarus Matrix I et II, bronzes pour le labyrinthe d’Arkville (1968) ; Minotaur I, bronze (1962) ; Crouched Minotaur, bronze (1963) ; Minotaur Enraged, fusain (24 décembre 1963) ; Restless Minotaur, bronze (1964) ; The Evolution of the Minotaur, bronze (1964) ; The Arkville Minotaur, bronze (1968-1969) ; Study for Minotaur Alarmed, plume et encre noire (6 mars 1970) ; Minotaur Alarmed, bronze (1970) ; Minotaur Risen, bronze (1971) ; Suite of ten Minotaur Etchings (1971) ; Troy Maze I, bronze (1972) ; Minotaur Asleep, Miniature, bronze (1972) ; Minotaur Surprised, plume et encre noire (10 octobre 1975) ; Minotaur Erected, bronze (1975).

Breker (Arno), Icare (1969), reproduit dans 60 ans de sculpture, Jacques Damase Éditeur, 1981.

Breton (André), Icare (1942), De la survivance de certains mythes et de quelques autres mythes en croissance ou en formation, Paris, Losfeld, coll. « Le Désordre », 1988.

César, Icare, bronze, 1965, Paris, La Défense, IBM.

Courmes (Alfred), Non, non... et non, elle ne tolérera jamais qu’il fasse l’aéroplane (1964), Collection particulière.

Dado, Icare, encre sur traits au crayon, au verso d’un plan d’architecte, 1955, donation Daniel Cordier, MNAM, Centre Pompidou.

Dali (Salvador), Icare, dessin de 1963, Figueras, Museo Dali.

Dürrenmatt (Friedrich), Ikarus, collage, 1971, et nombreuses œuvres axées sur le labyrinthe et le Minotaure, par exemple la série de lavis de Fantaisie sur le thème du Minotaure (1975). Toutes ces œuvres sont reproduites dans F. Dürrenmatt, œuvre graphique / Das Zeichnische Werk, musée d’Art et d’Histoire de Neuchâtel, 1985.

Gleizes (Albert), Étude pour les figures légendaires du ciel, gouache sur papier calque collé en plein, 1938 : L. de Vinci, Aladin, Simbad et Icare (Paris, Fondation Albert Gleizes) et Icare (San Antonio, Marion Koogler Mc Nay Art Institute).

Hoeydonckvan (Paul), Icarus, 1966, reproduit sur la dernière page de Formes et forces de R. Huygue, Paris, Flammarion, 1971.

Masson (André), Le Minotaure et le Labyrinthe, 1930, Genève, coll. « Gourdon de Labourdette ».

Minotaure, dans la série de cinq sanguines, Sacrifices (1933).

– Illustrations pour Acéphale, 1936-1939, Paris, J. M. Place, 1980.

Le Chantier de Dédale, huile, 1938, Genève, collection particulière, reproduit dans Picon (Gaëtan) Le Journal du surréalisme, Genève, A. Skira, 1976, p. 159.

Nombreux bronzes et terres cuites de Minotaure entre 1942 et 1944, reproduits dans Passeron (René), A. Masson. Catalogue général des sculptures, Torino, Il Quadrante Edizioni, 1987, avec le dessin d’Icare amoureux de 1965, étude préparatoire pour une sculpture en cire perdue ou en terre cuite.

Dans Anatomie de mon univers (1943), au chapitre vi, « L’élan mythique », planche XXVIII, Le Chantier de Dédale.

Matisse (Henri), La Chute d’Icare, gouache découpée, juin 1943, dans la revue Verve, vol. IV, n° 13.

Icare, gouache découpée, 1943, dans le livre Jazz, paru le 30 novembre 1947.

Les Plaintes d’un Icare, crayon lithographique, 1944, publié en photolitho. dans Les Fleurs du mal (1947).

La Chute d’un Icare, lithographie, 1944, publiée dans Vingt-trois lithographies (1946).

Mehadji (Nadjia), Icares, peintures à la colle et papier sur toile, avril 1985-mars 1986 (Caen, musée des Beaux-Arts).

Picasso (Pablo), Le Minotaure, 17 mai-18 juin 1933, et Le Minotaure aveugle, septembre-octobre 1934. Ces quinze gravures appartiennent à la Suite Vollard, Picasso’s Vollard Suite, London, Thames and Hudson, 1987.

La Chute d’Icare, 1956, peinture murale, Paris, Palais de l’Unesco.

Rodin (Auguste), L’Illusion, sœur d’Icare, marbre, 1886, reproduit dans le catalogue de l’exposition de Peter Greenaway, Le Bruit des nuages, Paris, Éd. de la Réunion des musées nationaux, 1992. Autre statue ainsi nommée au musée Rodin, inv. S 1385.

la Chute d’Icare, marbre (Paris, musée Rodin, inv. S 1112).

Sept dessins conservés au musée Rodin : Icare (inv. 216) ; Icare, Phaéton (inv. 3759) ; Icare le génie (inv. 1993) ; Icare (inv. 5641) ; Icare, Vulcain (inv. 4253) ; Icare, Ondine, Vol (inv. 4064) ; Icare, Eros, Arc-en-ciel (inv. 4403).

Renonciat (Christian), Mais où est donc Icare ?, sculpture, 1986 (High Museum of Atlanta).

Seuphor (Michel), Icare (1970), encre de chine sur papier offset (propriété de l’artiste).

Sima (Joseph), Chute d’Icare, détrempe sur papier, 1936, Prague, Narodnie galerie.

Chute d’Icare, huile sur toile, 1936, Prague, collection particulière.

Chute d’Icare, huile sur toile, 1958, Reims, collection particulière.

Spoerri (Daniel), Chute d’Icaresse au Mont-Cervin (1988), Paris, galerie Beaubourg.

Van Dongen (Cornelis T.M.), Chute d’Icare, huile sur toile, 1922 (collection particulière). Reproduit p. 197 dans le catalogue de l’exposition Van Dongen 1877-1968, Paris, musée d’Art moderne de la ville de Paris, 1990.

Visser (Carel), Icarus, objet (canne de bois, ailes de corbeau, feuille de fer), 1979, (collection particulière) reproduit dans le catalogue de la Biennale de Venise, 1986, Wunderkammer, Electa, p. 82. Cette année 1979, C. Visser multiplia les objets ailés : Winged Umbrella, Flying Shaft...

Commentaires

Ayrton (Michael), Drawings and Sculptures, London, Adams and Mackay, 1962, New and enlarged edition, 1966.

The Minotaur, London, published privately by Genevieve Restaurants, 1970.

Junod (Philippe), « Rodin et les métamorphoses d’Icare », Revue de l’art, n° 63, 1992, p. 31.

Matisse (Henri), Écrits et propos sur l’art, Paris, Hermann, 1972.

Picon (Gaëtan), « La Chute d’Icare » de Picasso, Genève, Skira, 1971.

Smejkal (F.), Sima, Paris, Éd. du Cercle d’art, 1992.

Schneider (Pierre), Matisse, Paris, Flammarion, 1984.

Catalogue d’exposition : Regards sur « Minotaure », Genève, musée d’Art et d’Histoire, 1987.

Expositions

— 1985 : Dédale et Ariane (Choisy-le-Roi, bibliothèque L. Aragon). Le catalogue comporte des textes de Gilbert Lascault et Abraham Moles.

— 1985 : Rêves d’Icare (R. Lippuner dir.), Lausanne, musée des Arts décoratifs.

— 1989 : Mit fremden Federn, H. Holzhauser : Flugobjekte, Zürich, Museum für Gestaltung.

— 1992 : Le Bruit des nuages (Flying out of this World) (Peter Greenaway dir.), Paris, musée du Louvre.

Photographie, Danse, Musique, Filmographie

Photographie

Icare et compagnie, Paris, Éditions du Centre G. Pompidou, 1992.

Danse

Ballet Icare de Lifar (Serge), 1935, orchestration des rythmes par A. Honegger pour un ensemble de percussions. Reprise du ballet en 1962 sur une musique de G. Szyfer, avec un décor de Picasso, sa dernière œuvre pour la scène.

Lifar (Serge), Les Mémoires d’Icare, Monaco, Sauret, 1993. Dans Ma vie, un chapitre est intitulé « Envol d’Icare ».

Musique

Berio (Luciano), Laborinthus II, 1963-1965.

Bosseur (Jean-Yves), Suite pour Icare (en relation avec les tableaux, Icares, de N. Mehadji.

– « Labyrinthe et forme ouverte », Coloquio artes, n° 62, p. 47-50.

Deutsch de la Meurthe (Henry), Icare, épopée lyrique en trois tableaux, mise en scène le 19 décembre 1911 par P. Stuart.

Dufourt (Hugues), Dédale, opéra en trois parties (Opéra de Lyon, 1995) (enregistrement MFA 216 027/28)

Fernehaugh (Brian), La Chute d’Icare, Brenda Mitchell, KTC 1070, enregistré en 1988-1989.

Pousseur (Henri), Méthodicare, Éd. du Visage.

Les Ephémérides d’Icare II, Milan, Zubini Zerboni, 1970 : première version instrumentale pour soixante-dix musiciens ; deuxième version avec voix, texte de M. Butor sur l’utopie de Fourier.

Icare apprenti, fin 1970.

Les Noces d’Icare et de Mnémosyne (1981), montage de Mnémosyne (1968-1969) (monodie sur les trois premiers vers du poème de Hölderlin) et Icare apprenti. Texte humoristique de H. Pousseur, publié dans Corps écrit, n° 15, 1985.

Filmographie

• Sur le motif du labyrinthe

Fellini (Federico), Satyricon, 1969 (le rituel d’initiation d’Encolpe-Thésée sous les rires des spectateurs).

Greenaway (Peter), Meurtre dans un jardin anglais (The draughtsman’s contract), 1982 (le labyrinthe de verdure).

Henson (Jim), Labyrinth, 1986 (Sarah dispose de 13 heures pour délivrer son frère Toby au centre d’un dédale).

Kubrick (Stanley), Shining, 1979 (les couloirs d’hôtel).

Lang (Fritz), Metropolis, 1926 (les circonvolutions de la ville souterraine) et Le secret derrière la porte, 1948 (répétition des portes et couloirs conduisant à la chambre fatale).

Lenica (Jan), Labyrinthe, 1962 (avec un Icare affublé d’un chapeau melon).

Lisberger (Steven), Tron, 1982 (images de synthèse).

Lynch (David), Eraserhead, 1976, rebaptisé Labyrinth Man.

Resnais (Alain), Toute la mémoire du monde, 1956 (la Bibliothèque nationale comme lieu initiatique).

Welles (Orson), La Dame de Shanghaï, 1947 (la galerie des glaces du Luna Park désert) et Le Procès (1963).

• Commentaire

P. Bonitzer, « La vision partielle », essai lu au dernier séminaire de R. Barthes sur la métaphore du Labyrinthe (Collège de France, 1978-1979) et publié dans Cahiers du Cinéma, juin 1979, n° 301 et dans Le Champ aveugle. Essais sur le cinéma (Paris, Gallimard, 1982).

• Sur le motif de l’envol

Allen (Woody), Comédie érotique d’une nuit d’été, 1982 (la machine volante d’un bricoleur dédalique).

Gillian (Terry), Brazil, 1984 (rêves d’envol compensatoires).

Greenaway (Peter), The Falls, 1980 (fragments de vie de 92 personnes dont le nom de famille commence par « Fall » et « qui avaient en commun la peur de voler et l’amour des oiseaux »). Scénographie de l’exposition organisée au Louvre à l’automne 1992 : Le bruit des nuages ou Flying out of this world.

Kusturiça (Emir), Arizona Dream, 1991 (un jeune homme fabrique une machine volante).

Parker (Alan), Birdy, 1985 (un jeune homme, passionné d’ornithologie, tente d’échapper aux déterminismes sociaux par des expériences icariennes répétées).

Reitz (Edgar), Le Tailleur d’Ulm, 1979 (un homme du xviiie siècle construit une machine volante).

Tanner (Alain), Les Années Lumière / Light Years away, 1981 (un jeune homme cherche l’initiation auprès d’un vieil ermite qui prépare au milieu de ses oiseaux son dernier envol).

Verneuil (Henri), I comme Icare, 1979 (le nom de code d’une tentative d’assassinat d’un Président de la République est illustré à la fin du film par le récit de la Fable avec, en contrepoint, la mort icarienne du héros).

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search