Version classiqueVersion mobile

Hobbes et le sujet de droit

 | 
Julie Saada

Préface

Jean-François Kervégan

Texte intégral

1Les auteurs mal aimés suscitent de profonds commentaires, alors que ceux qu’entoure le respect général ne sont pas toujours aussi bien servis. Comme Machiavel, Hobbes a donné lieu, de Leo Strauss à Philip Pettit en passant par McPherson, Skinner et Gauthier (pour nous en tenir à la littérature anglophone) à de savantes et subtiles études qui ont permis de voir en lui ce qu’il est : un des penseurs-clé de la modernité, à la fois parce qu’il invente une façon neuve de penser l’espace politique (le contractualisme) et parce qu’il jette une lumière vive sur les zones d’ombre de cette modernité « libérale » qui libère l’individu, voire l’invente, mais le soumet aussi – les deux étant peut-être parfaitement réciproques – à des formes d’assujettissement plus raffinées que jamais. Mais si la philosophie politique de Hobbes et, plus tardivement, sa philosophie première ont retenu l’attention, c’est plus rarement qu’il a été étudié en tant que penseur du droit. Sur ce terrain, à quelques exceptions près (parmi lesquelles il faut mentionner N. Bobbio), on s’est le plus souvent contenté de quelques affirmations trop approximatives pour être vraies ou fausses : ainsi en va-t-il de l’idée souvent rencontrée selon laquelle Hobbes serait un précurseur du positivisme juridique, ou encore de la thèse (au demeurant peu contestable) selon laquelle sa théorie du droit naturel ouvre la voie à la problématique des droits de l’homme.

2C’est l’originalité et la vertu du livre de Julie Saada que de situer au centre de son propos la pensée juridique de Hobbes, et plus précisément sa théorie de la rationalité juridique, une théorie qui, centrée sur les deux notions de droit (« subjectif », comme on dira un siècle plus tard) et de loi, entend penser l’obligation juridique (et par là l’obligation politique) en s’abstenant de la fonder sur les paradigmes métaphysiques, théologiques et anthropologiques auxquelles elle est traditionnellement raccordée, ce qui ne veut évidemment pas dire qu’elle ne leur est pas coordonnée. D’un bout à l’autre du livre, il s’agit de mettre en lumière l’existence d’une « logique juridique hobbesienne » indépendante de la notion classique (éthique) de loi naturelle comme des objections sceptiques qu’elle a rencontrées. Cette logique juridique – et on reconnaît ici des thèmes qui sont familiers à la philosophie contemporaine du droit, qu’il s’agisse de Hart, de Rawls ou de Habermas – met en œuvre un paradigme procédural qui permet de « produire de la normativité » ou de penser la genèse de l’obligation et sa validité sans être dans la nécessité de mettre en œuvre des conceptions éthiques « substantielles » (ce qui ne signifie pas, bien entendu, que le parti pris « utilitariste » adopté par Hobbes n’ait pas des conséquences éthiques, puis politiques). En ce sens, la pensée juridique de Hobbes – tel me paraît être le principal acquis de l’étude savante de Julie Saada – est une pensée de l’autonomie du droit et du type de normativité qu’il institue. Ce n’est pas que le droit soit un système hermétiquement clos ; pas plus que Kelsen, Hobbes ne considère qu’un système normatif soit fermé à son environnement ; simplement, il doit toujours « traduire » dans son langage propre (celui d’un type original de rationalité normative) les inputs que sont pour lui ces « influences » externes. Pas plus que Kelsen ne nie que le droit soit soumis à des contraintes extra-normatives (qu’il qualifie globalement de « sociologiques »), Hobbes n’ignore pas que la regula juris se constitue en constant rapport avec des données extra-juridiques (il s’appuie par exemple, comme on le sait, sur des hypothèses anthropologiques bien précises). Mais, comme le juriste viennois, il ne considère pas que la prise en compte (nécessaire) de cet environnement permette de rendre compte du caractère intrinsèquement normatif de l’édifice du droit.

3Pour ce faire, il convient de penser le sujet de droit(s) (qui, même s’il s’adosse à elle, a un statut différent de celui de la personne naturelle, précisément parce qu’il est au principe d’un ordre normatif) et d’en déduire, grâce à la règle de réciprocité à laquelle est suspendue la validité et l’efficacité de ces théorèmes rationnels que sont les lois naturelles, l’existence nécessaire d’un ordre juridique positif (la « loi civile ») fondé sur la réciprocité des obligations, y compris de celle sur laquelle se fonde le rapport du souverain au sujet comme « relation mutuelle entre protection et obéissance ». Profonde leçon de Hobbes, tel que Julie Saada nous permet de le comprendre : pour penser le droit (the law : le « droit objectif ») comme système autonome de normes réciproquement obligatoires, il n’est besoin que de se donner la subjectivité juridique, c’est-à-dire le droit au(x) droit(s). Toute la pensée moderne du droit, surtout celle qui naîtra sur les ruines des théories du droit naturel, revient à prendre au sérieux cette thèse hobbesienne et à en tirer les conséquences.

4 Hobbes et le sujet de droit est un livre sur Hobbes, qui manifeste toutes les qualités de rigueur, d’érudition et d’attention aux textes qui font les beaux travaux d’histoire de la philosophie. Mais c’est aussi un livre sur le droit et sur ce qui peut permettre de le penser autrement que comme simple un effet (de la nature humaine et de la logique des passions) ou comme une superstructure (de la politique ou de l’économie). Il est à ce titre précieux non seulement à ceux qui s’intéressent à Hobbes, mais à tous ceux qui considèrent que la philosophie du droit mérite d’être considérée comme une discipline philosophique à part entière.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search