Version classiqueVersion mobile

L’invention de l’Inde

 | 
Roland Lardinois

Première partie. Genèse d'un milieu savant

Chapitre 3. La conquête d’une autonomie institutionnelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La création de l’École spéciale des langues orientales et l’ouverture des chaires de sanscrit et de chinois au Collège de France ne pouvaient assurer la pérennité des études orientalistes que si les conditions de production et de reproduction des spécialistes de cet espace disciplinaire étaient durablement instituées. Dans la première moitié du xixe siècle, plusieurs obstacles s’y opposaient. D’une part, le Collège de France ne délivrant aucun titre scolaire, il ne pouvait revenir qu’à l’École des langues orientales d’assurer la formation de ce type de savant. Mais ce choix pédagogique entrait alors en conflit avec les contraintes externes d’ordre bureaucratique qui s’exerçaient sur cette institution. D’autre part, l’entrée de la langue et de la littérature sanscrites dans les facultés de lettres que les érudits réclamaient, se heurtait à l’absence d’intérêt pratique pour la culture de l’Inde ancienne, à la différence des études de grec et de latin qui fondent la culture humaniste d...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search