Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’invention de l’Inde

 | 
Roland Lardinois

Première partie. Genèse d'un milieu savant

Avant-propos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Autour de 1800, la presse, les revues et la littérature témoignent de l’émergence à la fois d’un univers d’intérêts assez large dévolu aux choses originaires de l’Orient et d’un groupe d’agents spécialisés dans la production de ces biens culturels exotiques, que dénotent les termes « orientalisme » et « orientaliste »1 dont l’usage s’impose alors. Si du point de vue de la connaissance, qui nous retient ici, ces nouvelles pratiques désignent la production de savoirs relatifs aux langues et aux civilisations orientales, elles ne définissent pas pour autant une réalité professionnelle et disciplinaire clairement délimitée. Près d’un siècle après le début de l’institutionnalisation de ces pratiques, deux acceptions au moins du terme orientalisme sont revendiquées par les savants. La première, exposée par l’iranisant James Darmesteter, recouvre « au sens large (...) l’étude de l’Orient tout entier dans son histoire religieuse, politique, littéraire, artistique autant que dans son histoir...

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540