Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement des habiletés de l’enfant

 | 
Jacqueline Fagard

Table des illustrations

Texte intégral

Figure 1. L’utilisation de l’outil chez le chimpanzé : le bâton pour attraper des termites (Deputte, 1997) 13

Figure 2. Les progrès dans la manufacture d’outils entre -2, 6 millions d’années (Oldowayens, A), -1, 6 million d’années (Acheuléens, B) et -40 000 (fin du Moustérien, C) (Lewin, 1991 ; Holden, 1998a) 16

Figure 3. Une grande majorité d’illustrations anciennes montrent des individus droitiers. Ici, le Scribe accroupi (calcaire peint daté aux alentours de -2620 à -2350), Musée du Louvre, RMN 23

Figure 4. Rôle postural de la main gauche dans une activité « unimanuelle » (Fagard, 2001) 29

Figure 5. Les trois modèles d’assemblage des deux mains assimilées à des moteurs contrôlant une position variable (PV) en fonction d’une position de référence (PR) (d’après Guiard, 1988) 32

Figure 6. Exemples de gestes bimanuels complémentaires à rôles non différenciés (A) (cl. E. d’Hérouville), complémentaires à rôles différenciés (B) (cl. G. Gerster), indépendants spatialement mais synchronisés (C), (Comte 1997) 34

Figure 7. La tâche de flexion-extension utilisée par Kelso et al. (Fagard, 2001) 37

Figure 8. Un exemple d’attracteur : dessins de lignes et de cercles exécutés à une main (A), ou à deux mains (B : lignes-lignes ou cercles-cercles), (C : lignes-cercles) (d’après Franz et al., 1991) 40

Figure 9. Tâche du Télécran (Preilowski, 1975) 42

Figure 10. Les trois niveaux de contrôle du système moteur, fonctionnant de façon hiérarchique et en parallèle, d’après Kandel et al., (1991) 49

Figure 11. Les mécanismes de régulation de la moelle épinière ; les trois sources d’information des motoneurones α (A : voies descendantes supraspinales, B : afférences sensorielles, C : interneurones) (d’après Kandel et al., 1991) 51

Figure 12. Les voies du tronc cérébral (d’après Kandel et al., 1991) 53

Figure 13. Les principales zones du cortex cérébral (A) :

principales zones motrices (B) (Bear et al., 1998) 54

Figure 14. Zones du cortex dont la stimulation entraîne l’activité des articulations du membre supérieur chez le singe : lorsque les articulations sont contiguës les aires correspondantes se superposent (A), tandis que quand les articulations ne sont pas contiguës les aires correspondantes ne se superposent pas (B)

(d’après Kwan et al. ,1978) 56

Figure 15. Rôle des aires motrices selon l’activité motrice (Habib, 1993, d’après Roland et al., 1980) 58

Figure 16. Performance bimanuelle d’un singe avant et après lésion de l’aire motrice supplémentaire (d’après Brinkman, 1981) 59

Figure 17. Les voies cortico-spinales croisées (A) et non croisées (B) (d’après Kandel, 1991) 63

Figure 18. Les afférences sous-corticales (a) et corticales (b) des aires motrices et prémotrices (d’après Kandel et al., 1991) 64

Figure 19. Sélectivité d’activation de neurones cortico-spinaux qui s’activent pour la prise « de précision » (A) mais pas pour la prise « de force » (B). L’enregistrement EMG montre en revanche un même niveau d’activation (d’après Muir, 1983) 65

Figure 20. Le codage de la direction du mouvement est la résultante de la direction du vecteur d’une population de neurones (Kandel et al., 1991) 66

Figure 21. Enregistrement de l’activation de neurones au niveau pariétal lors de comportements différents devant un même stimulus chez le singe (d’après Sakata et al., 1997) 71

Figure 22. Les cercles de Titchener : « L’illusion trompe l’œil, pas la main » (d’après Aglioti et al., 1995) 72

Figure 23. Tâche de déplacement de chevilles (Fagard, 2001) 80

Figure 24. Courbe normale de la latéralité de performance (A : tâche de déplacement de chevilles, d’après Annett, 1985) et courbe en « J » de la préférence manuelle (B : Fagard et al., à paraître) 83

Figure 25. Représentation des hémichamps récepteurs droit et gauche. Les axones des cellules ganglionnaires de chaque rétine responsables de la détection des stimuli visuels dans l’hémichamp droit se retrouvent dans le tractus optique gauche (et réciproquement) (Bear, 1996) 87

Figure 26. Visualisation par résonance magnétique nucléaire fonctionnelle (RMNf) du corps calleux reliant les deux hémisphères du cerveau humain (d’après Sanes, in Bear et al., 1998) 100

Figure 27. Les quatre parties du corps calleux (Habib et al., 1994) 104

Figure 28. Origines corticales des fibres calleuses (d’après Selnes, 1974) 104

Figure 29. Résultats à la tâche du télécran : sujet contrôle et sujet callosectomisé sans la vision (A) ou avec les yeux ouverts (B) (d’après Preilowski, 1977) 118

Figure 30. Épreuve des mouvements conjugués de Ricossay (Preilowski, 1977) 118

Figure 31. Comparaisons des TR (temps de réaction) de la main droite et de la main gauche en conditions non croisée et croisée : moyenne de 16 études de DCNC (d’après Marzi, 1991) 124

Figure 32. Exemples de stimuli utilisés par Sergent (1987) pour tester des sujets commissurotomisés. Brain, vol. 110 (1987), 1375-1392, avec l’aimable autorisation de Oxford University Press 127

Figure 33. Des singes au corps calleux sectionné sont capables d’une grande capacité d’attention dans la tâche suivante : quand le singe appuie sur un bouton, huit lumières s’allument et restent allumées pendant 600 ms tant que l’animal n’a pas appuyé sur le carré allumé. Alors que 600 ms ne suffisent pas à un singe normal pour éteindre toutes les lumières, les singes au corps calleux sectionné finissent la tâche en 200 ms (Gazzaniga, 1967) 129

Figure 34. Élimination synaptique : initialement, chaque fibre musculaire reçoit une innervation à partir de plusieurs motoneurones α. À la fin du développement, cette multi-innervation a régressé, et les fibres musculaires ne restent innervées que par un seul motoneurone α (d’après Bear et al., 1998) 136

Figure 35. Réorganisation des connexions synaptiques (d’après Bear et al., 1998) 137

Figure 36. Le réflexe tonique asymétrique du cou s’exprimerait chez l’adulte dans certaines conditions où le contrôle de la posture doit être optimal (Fukuda, 1961) 163

Figure 37. Chez l’adulte la phase de transport rapide de la main est suivie d’une phase plus lente d’ajustement qui démarre à 70 % du mouvement (marquée par la flèche) (d’après Jeannerod, 1984) 165

Figure 38. Situation expérimentale utilisée par von Hofsten pour étudier les gestes d’approche vers l’objet (Hofsten, 1982) 167

Figure 39. Diminution de la variabilité du geste d’approche avec l’âge (d’après Konczak et al., 1997) 169

Figure 40. Temps de réaction en fonction de l’âge (Fagard, 2001) 171

Figure 41. Différents types d’agrippements observés chez le bébé (d’après Butterworth et al., 1997) 178

Figure 42a. Mécanisme expérimental utilisé pour évaluer les changements dans l’agrippement de l’objet (d’après Forssberg et al., 1991) 179

Figure 42b. Changements avec l’âge dans l’activation des forces d’agrippement (FA) et de soulèvement (FS), dans la position verticale et dans le taux des forces d’agrippement (TFA) 180

Figure 43. Fréquence de succès pour prendre un objet présenté non stabilisé (résultats comparés de deux études longitudinales et une étude transversale, Fagard, 1998) 183

Figure 44. Progrès dans le lancer : au fur et à mesure que l’enfant grandit, de plus en plus d’éléments typiques du lancer « expert » sont présents dans la séquence gestuelle (d’après Seefeldt & Haubenstricker, 1982) 190

Figure 45. Exemple de relations de phase entre les bras droit et gauche lors de mouvements spontanés, sur les axes X, Y et Z (d’après Hofsten & Rönnqvist, 1993) 193

Figure 46. Principales stratégies observées aux différents moments du geste (Fagard & Jacquet, 1996) 195

Figure 47. Tâches bimanuelles : « tube/étui » (A), « femme/couvercle » (B), « boîte » (C), « ficelle » (D) (Fagard, 2001) 202

Figure 48. Succès aux tâches bimanuelles en fonction de l’âge (Fagard, 1994) 202

Figure 49. Figures utilisées par Wallon pour étudier la transmission des impulsions motrices d’une main sur l’autre (A) modèle des dessins en miroir ; (B) modèle de dessins différents 204

Figure 50. Comparaison du pourcentage de stratégies de droitiers lors de différentes tâches bimanuelles et de prises unimanuelles (Fagard, 2000) 220

Figure 51. Relations entre la latéralité de préférence et la latéralité de performance mesurée lors de la tâche de déplacement de chevilles (d’après Annett, 1985) 224

Figure 52. Les parents ont tendance à porter leur bébé du côté gauche (Fagard, 2001) 230

Figure 53. Position habituelle du fœtus au cours du dernier trimestre de la grossesse (position occipito-iliaque gauche) (Grapin & Perpère, 1968) 231

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540