Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement des habiletés de l’enfant

 | 
Jacqueline Fagard

Conclusion

Texte intégral

1Peut-on, à la lumière de ces différents outils théoriques, se faire une idée globale du développement des habiletés manuelles et de la coordination bimanuelle ? Je présenterai tout d’abord un résumé des principes de base des habiletés (bi)manuelles et de leur développement au cours de l’enfance ; puis j’essaierai d’analyser ce développement.

Des habiletés toujours bimanuelles et latéralisées

2Nous avons vu qu’une habileté manuelle implique toujours les deux mains, même si l’une des deux ne joue qu’un rôle postural limité. Dans beaucoup d’habiletés, le rôle de la main moins active consiste à tenir l’objet, éventuellement en l’orientant. Dans certains cas, les rôles ne sont pas différenciés : le plus fréquemment, les deux mains doivent agir en miroir, mais on peut imaginer des situations expérimentales où les rôles sont symétriques avec des paramètres spatio-temporels différents. J’ai ainsi distingué trois catégories de geste bimanuel : gestes complémentaires à rôles différenciés, gestes complémentaires à rôles non différenciés, gestes indépendants spatialement mais synchronisés, catégories auxquelles j’ai rajouté une quatrième, peu représentée dans la vie quotidienne et dans les situations de laboratoire, qui est celle des gestes bimanuels que l’on essaie de faire totalement indépendamment l’un de l’autre (temporellement et spatialement).

3Dans les gestes bimanuels complémentaires différenciés, c’est la main préférée qui joue le rôle le plus actif. Dans les gestes complémentaires non différenciés et dans la condition où les paramètres temporels sont différents, la performance est meilleure quand la main préférée assume la participation la plus rapide. Enfin, lors de gestes non différenciés, indépendants spatialement mais synchronisés, la main préférée est en avance sur l’autre. La latéralité est donc aussi présente dans le geste bimanuel que dans les activités unimanuelles.

Des coordinations bimanuelles contraintes

4Bien qu’en théorie, les degrés de liberté du système manuel permettent toutes sortes de combinaisons temporelles et spatiales entre les deux mains dans les gestes bimanuels, certaines combinaisons sont beaucoup plus probables que d’autres ; elles jouent le rôle d’attracteurs de la coordination bimanuelle et apportent des contraintes difficiles à dépasser lorsque le sujet doit apprendre d’autres types de coordination. Il existe trois contraintes principales. J’ai évoqué dans le paragraphe précédent la plus grande facilité qu’il y a à utiliser sa main préférée pour l’action la plus rapide. Les deux autres contraintes sont celles de synchronie et de symétrie. La première réside dans le fait qu’il est beaucoup plus facile de bouger les deux mains à la même vitesse qu’à des vitesses différentes ; et la seconde dans le fait que les mouvements synchronisés sont spontanément en miroir. Il en résulte qu’utiliser d’autres relations spatiales demande un effort. Ces contraintes s’expliquent par l’anatomie du système neuro-moteur et par le fait que le contrôle s’effectue non pas sur chacune des deux mains isolément mais sur la synergie bimanuelle dans son unité. Avec un effort d’attention particulier, le sujet peut apprendre à contrôler indépendamment chacune des deux mains afin d’acquérir de nouvelles synergies.

Un développement phylogénétiquement ancien et ontogénétiquement précoce émergent chez le bébé au cours de la première année

5Bien que le sujet de cet ouvrage soit le développement ontogénétique des habiletés manuelles, nous avons considéré en premier lieu l’apparition de ces comportements au cours de l’hominisation. Les pierres taillées fournissent les plus anciens témoignages des progrès de l’habileté manuelle. L’asymétrie manuelle, la seule des contraintes dont on puisse rechercher une trace, semble avoir été présente dès les débuts du genre homo. En revanche, il est impossible aujourd’hui de déterminer comment se sont développées les habiletés bimanuelles au cours de l’évolution : les gestes symétriques ont-ils précédé les gestes complémentaires, les gestes asymétriques simples sont-ils apparus avant les gestes asymétriques plus complexes ? Une telle évolution s’observe au cours de l’enfance. Chez le bébé, le développement de la coordination bimanuelle suit de près celui de l’approche et de la prise de l’objet au cours de la première année. Seuls les premiers « prereaching » sont unimanuels. Les approches vers l’objet qui réapparaissent vers l’âge de 3-4 mois sont le plus souvent bimanuelles. Les bébés sont donc capables de gestes complémentaires non différenciés dès qu’ils commencent à diriger volontairement leur bras vers une cible. Il semble cependant qu’à cet âge, des contraintes posturales imposent que l’approche soit bimanuelle. Ce n’est pas avant la fin de la première année qu’elle deviendra uni- ou bimanuelle en réponse à la taille de l’objet.

6Nous avons montré que les gestes complémentaires à rôles différenciés apparaissent au cours du dernier trimestre de la première année. Nos observations indiquent également que l’âge de réussite aux tâches bimanuelles est fonction des plus ou moins fortes contraintes de symétrie et de synchronie imposées par la tâche. Enfin, dès les premiers succès, les coordinations bimanuelles sont latéralisées de la même manière que pour les adultes, et de façon beaucoup plus stable que les gestes unimanuels d’approche et de prise d’objet. En effet, même si on observe tôt une tendance à utiliser la main préférée, le bébé se sert aussi, bien que moins souvent par définition, de la main non préférée pour prendre un objet. À l’inverse, quand il accomplit sur un objet une manipulation qui lui demande une coordination entre ses deux mains, l’enfant prend presque toujours sa main-préférée pour jouer le rôle le plus actif de la tâche ; plus les rôles impliqués par la tâche sont différenciés, plus la stratégie est latéralisée.

Des progrès bimanuels qui se prolongent tard dans l’enfance

7À partir de 2-3 ans, l’enfant peut apprendre presque n’importe quelle tâche bimanuelle mais l’impact des contraintes de synchronie et de symétrie reste très fort jusque vers l’âge de 9-10 ans. Les tendances à effectuer des mouvements en miroir et à la même vitesse sont difficiles à surmonter dans les tâches complémentaires à rôles non différenciés comme le télécran. Les enfants restent plus longtemps que les adultes dépendants des rétroactions visuelles pour contrecarrer ces tendances de base quand la tâche l’exige. En revanche, quand la tâche est telle que ces tendances de base peuvent s’exprimer (mouvements en miroir et à la même vitesse), on note peu de différence de performance entre un jeune enfant et un adulte. Une des différences observées dans cette condition est que la performance de l’enfant, mais pas celle de l’adulte, est encore meilleure si on lui retire les rétroactions visuelles. En d’autres termes, la vision aide à surmonter les contraintes de base mais elle nuit à l’expression des tendances spontanées induites par ces contraintes.

Des approches complémentaires pour comprendre le développement bimanuel

8Quel est le meilleur moyen d’expliquer ces changements observés entre la naissance et la puberté ? Comme je l’ai déjà évoqué, il me semble que l’analyse du développement des habiletés ne peut pas se satisfaire d’une approche théorique unique. Les changements que j’ai présentés m’obligent à me référer tour à tour à l’une ou à l’autre approche.

9Ainsi, pour expliquer les changements dans les stratégies d’approche d’objets de tailles différentes entre 6 et 13 mois, les points de vue dynamique et cognitif me semblent complémentaires. Le premier incite à repérer quelles sont les tendances spontanées du bébé, quel comportement est le plus stable parmi les approches unimanuelles et les approches bimanuelles (la stabilité de l’un ou de l’autre pouvant dépendre du niveau postural, du développement neuro-moteur, ou peut-être d’autres facteurs). Détecter le comportement dit « attracteur » permet d’expliquer l’impact plus ou moins fort que la taille de l’objet pourra avoir sur la stratégie utilisée (uni- ou bimanuelle) : plus la tendance unimanuelle est forte, moins la vue d’un objet de grande taille a de chances de modifier l’approche par rapport à celle d’un objet de petite taille. Néanmoins, à partir d’un certain âge, l’objet de grande taille entraîne presque toujours une approche bimanuelle. Les caractéristiques de l’objet peuvent influencer le geste parce que le sujet se trouve dans une phase de mouvements spontanés sans « attraction » vers le geste unimanuel, ou en période de transition de phase. Encore faut-il expliquer cette influence : pour cela, on peut difficilement faire l’impasse sur la perspective constructiviste. Dans une perspective constructiviste, nous dirons que, dès l’âge de 9-10 mois, la taille de l’objet fait partie des informations dont l’enfant se sert pour modifier son geste. Les expériences qui montrent que le geste reste adapté même si le stimulus est seulement entendu (après avoir été vu et entendu) témoignent de ce qu’il ne s’agit pas d’une simple « perception directe » et que la représentation mentale du stimulus influence la préparation du geste.

10On peut s’interroger sur les poids respectifs des contraintes motrices et cognitives dans l’apparition plus tardive de la coordination bimanuelle de gestes complémentaires asymétriques par rapport aux gestes non différenciés. Si on considère que la réponse motrice à une stimulation peut être assimilée à une résolution de problème (position cognitivo-constructiviste), il est clair que le problème « prendre un objet » est plus simple que celui qui consiste à extraire le contenu d’un contenant. On pourrait donc être tenté d’interpréter l’émergence de la coordination bimanuelle de gestes complémentaires asymétriques comme indiquant simplement les progrès du bébé pour comprendre les gestes nécessaires au succès de l’action. Pour évaluer l’impact cognitif dans la tâche « tube », nous avons utilisé une condition où l’expérimentateur montrait au bébé que le tube pouvait être sorti de son contenant, et comment il pouvait le faire. Si la compréhension de la tâche et des moyens de la résoudre jouaient un rôle, les bébés « informés » auraient dû réussir plus tôt que les autres. Or, ce n’est pas le cas, et quelle que soit l’information reçue par l’enfant, quelle que soit également la familiarité de l’enfant avec la tâche (s’il est suivi longitudinalement), l’âge minimal de réussite ne change pas. Si ce n’est pas parce qu’il comprend mieux la tâche et les moyens à mettre enjeu pour la réussir, pourquoi l’enfant devient-il assez soudainement capable de la coordination asymétrique requise par la tâche « tube » ? Une approche dynamique permettrait de confirmer qu’il s’agit bien d’une transition brutale (en utilisant par exemple les outils de la théorie des catastrophes), et de chercher les paramètres contrôles susceptibles de modifier cette transition.

11Pour comprendre les changements dans les contraintes de symétrie et de synchronie, la théorie dynamique et l’approche maturationnelle sont également utiles : la première pour comprendre l’impact des contraintes de base, et la seconde pour savoir quand la maturation du corps calleux et celle des échanges interhémisphériques permet à l’enfant de dépasser ces contraintes au cours d’un apprentissage bimanuel. Il semble évident que les caractéristiques spatiales et temporelles des gestes en miroir et de même vitesse n’ont pas à être programmées : si on ne précise pas au sujet comment il doit tourner les manivelles, il les tourne spontanément de cette façon, quel que soit son âge. L’âge le plus jeune auquel nous avons vérifié l’impact des contraintes de symétrie et de synchronie est celui de 18 mois : à cet âge, les enfants tournent les boutons du télécran essentiellement en miroir. Une approche dynamique explique bien, d’une part que les deux mains ne sont pas contrôlées séparément mais comme deux oscillateurs couplés en une seule synergie, et d’autre part que, comme tous les oscillateurs couplés, la synergie bimanuelle est soumise à certaines lois physiques comme la tendance à voir ses deux éléments synchronisés et en phase. Cependant, sans corps calleux, il est plus difficile de dépasser ces contraintes qu’avec un corps calleux. Il semble donc que la maturation du corps calleux et les échanges interhémisphériques qui en résultent soient plus qu’« un facteur parmi d’autres » permettant de dépasser les contraintes de synchronie et de symétrie. En résumé, chaque approche théorique a permis des avancées notables dont la recherche à venir peut d’autant mieux profiter qu’elle ne se prive pas des outils fournis par les autres approches quand ils s’avèrent nécessaires.

Peut-on proposer un modèle général pour le développement moteur ?

12Pour comprendre les changements moteurs au cours du développement, plusieurs éléments doivent être pris en compte :

13Il existe une organisation motrice innée observable dès la naissance, liée d’une part aux coordinations sélectionnées au cours de l’évolution, d’autre part à l’organisation anatomofonctionnelle du système neuro-moteur qui rend certains gestes plus faciles que d’autres. De ce fait, le nouveau-né présente des comportements réflexes et une motricité spontanée déjà coordonnée de façon élémentaire. Sa motricité se caractérise à la fois par un nombre limité de patterns, et par la grande variété de leur exécution. Ainsi le nombre de patterns spontanés répertoriés n’est-il pas très élevé, mais la variabilité d’un pattern particulier comme le mouvement d’approche vers l’objet est d’autant plus forte que l’enfant est jeune. Certains patterns sont clairement restreints dans leur expression par l’état d’immaturité du système neuro-moteur à la naissance : c’est le cas des gestes bimanuels complémentaires, limités par l’immaturité des échanges interhémisphériques.

14Dès sa naissance, le bébé explore son environnement, poussé par une attraction innée vers la nouveauté. Grâce à ses activités motrices, et malgré leur caractère restreint à quelques effecteurs, il reçoit des informations sensorielles qui sont d’emblée coordonnées entre elles et coordonnées avec les informations émanant du mouvement lui-même. Par exemple, un mobile exploré tactilement est reconnu visuellement. Le bébé se trouve donc, comme l’a montré Gibson, dans un bain perceptivomoteur où l’action et la perception plurimodale sont indissociables : il perçoit parce qu’il bouge (ne serait-ce que ses yeux) et il bouge pour percevoir encore. Si un pattern moteur aboutit à un effet désiré ou plaisant, l’enfant le recommence, comme l’a suggéré Piaget. Le seul fait de le répéter va renforcer les connexions neuronales entre les effecteurs de la synergie mobilisée et entre ces effecteurs et les perceptions qui y sont associées : cela augmente les chances qu’un même pattern moteur soit sélectionné par la suite dans des conditions semblables. Cette sélection entraîne une baisse de variabilité et de cette baisse de variabilité naît l’habileté.

15La plasticité neuronale explique la réciprocité des relations entre la maturation du système nerveux et le comportement : la maturation du système nerveux, en levant certaines contraintes, favorise l’émergence de certains comportements qui à leur tour remodèlent le système nerveux. Par exemple, les mouvements distaux sont sans doute limités au cours des premiers mois par l’immaturité de la voie cortico-spinale, mais ils ne sont pas impossibles et on voit les nourrissons bouger leurs doigts individuellement. L’utilisation croissante des mains et des doigts au cours des premiers mois favorise probablement la maturation de la voie cortico-spinale. Dans le même ordre d’idée, les échanges interhémisphériques sont limités chez les jeunes enfants, mais certainement pas inexistants. Les nourrissons de 3-4 mois peuvent tenir un objet d’une main et l’explorer de l’autre avec un ou plusieurs doigts. Bien que peu fréquent pendant les premiers mois, ce comportement peut favoriser la maturation des échanges interhémisphériques. Les premières vraies coordinations de gestes complémentaires qui apparaissent vers 9-10 mois en témoignent.

  • 1 Ce remodelage concerne le système nerveux bien sûr, mais aussi le corps en général : la croissance (...)

16Au fur et à mesure de ces interactions entre un organisme en perpétuel remodelage1 et un environnement de plus en plus exploré, le répertoire des habiletés manuelles s’accroît. Face à une situation qu’il a de plus en plus de chances d’avoir déjà rencontrée, l’enfant a à sa disposition des circuits de réponses privilégiées qui demandent sans doute peu d’attention et de mobilisation cognitive. Son geste devient moins variable avec l’entraînement ; en revanche, il devient plus à même de réagir vite à des changements dans l’environnement. L’utilisation des rétroactions sensorielles augmente avec l’âge, même si, en raison d’autres facteurs peu clairs à l’heure actuelle, cette augmentation ne semble pas linéaire. Quand l’enfant doit faire face à des situations complètement nouvelles, il donne une réponse approchée qui est fonction de ses tendances spontanées et des réponses apportées à des situations similaires connues antérieurement. Cette réponse spontanée doit parfois être inhibée pour permettre qu’une nouvelle réponse plus appropriée soit élaborée. Plus les demandes de la tâche s’éloignent de ces réponses spontanées (qui jouent le rôle d’attracteur) et plus la mise en place de la nouvelle coordination sera difficile. Ces réorganisations demandent une mobilisation de l’attention, et requièrent des capacités d’inhibition. Ainsi, si on met le jeune enfant devant une tâche inconnue comme le télécran, ses premiers essais vont consister à tourner les deux manivelles à la même vitesse. En voyant ses erreurs (dans la condition où une des deux mains doit tourner plus vite que l’autre), il pourra, au prix d’un certain effort, ralentir progressivement la main censée aller plus lentement. Nos observations ont bien montré les étapes de la construction de la nouvelle synergie bimanuelle : dans un premier temps, la main trop rapide retourne en arrière, puis elle ralentit un peu, puis finit par aller deux fois moins vite. Les rétroactions visuelles sont indispensables à cette étape de l’apprentissage.

  • 2 Par « répertoire » je n’entends pas qu’il existe une liste limitée de programmes de gestes mémorisé (...)

17Le développement moteur en général, et celui des Habiletés manuelles et bimanuelles en particulier, ne peut se comprendre que si on garde à l’esprit : (1) qu’il n’existe pas d’état sans coordination motrice ; (2) que ces coordinations existent entre les différents effecteurs moteurs, entre les différentes modalités de perception, et entre les perceptions et l’action ; (3) que dans sa recherche de perceptions nouvelles le bébé est amené à constamment utiliser sa motricité avec le répertoire2 moteur qu’il a à sa disposition, étant donné son expérience et l’état de maturation de son système nerveux ; (4) que des mécanismes cognitifs (attention aux rétroactions, inhibition) interviennent pour remplacer les patterns de base « attracteurs » par de nouveaux patterns adaptés à de nouvelles situations ; (5) que l’enfant trouve ces nouveaux patterns grâce à la grande variabilité des patterns moteurs qu’il explore ; même les patterns peu probables ont des chances d’être explorés ; (6) enfin que l’utilisation de ces nouveaux patterns va, à son tour, remodeler le système neuro-moteur de l’enfant et changer les contraintes intrinsèques de ce système, par exemple en modifiant la force des connexions neuronales ou en favorisant la myélinisation d’une voie nerveuse.

Notes

1 Ce remodelage concerne le système nerveux bien sûr, mais aussi le corps en général : la croissance entraîne des changements biomécaniques auxquels l’enfant doit s’adapter.

2 Par « répertoire » je n’entends pas qu’il existe une liste limitée de programmes de gestes mémorisée par le sujet, mais plutôt que l’expérience du sujet au moment T impose un certain nombre de contraintes intrinsèques sur son activité motrice à ce moment.

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540