Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement des habiletés de l’enfant

 | 
Jacqueline Fagard

Chapitre X. Développement de la latéralité manuelle

Texte intégral

1Nous avons vu que la latéralisation hémisphérique peut être observée très tôt après la naissance. Cela explique-t-il que, bien que la latéralité manuelle ne soit pas vraiment stable avant 2-3 ans, on puisse en percevoir des prémices très tôt, en particulier dans l’asymétrie posturale présente dès la naissance ?

1. Émergence de la latéralité au cours des premiers mois

2La démonstration la plus précoce d'une asymétrie comportementale est celle de la succion du pouce in utero. On a pu constater que, dès la quinzième semaine de gestation, les bébés sucent plus souvent leur pouce droit (Hepper, Shahidullah & White, 1991), une observation qui n'a néanmoins pas toujours été confirmée (van Tol-Geerdink, Sparling & Chescheir, 1995). McCartney et Hepper (1999) ont également observé plus de mouvements spontanés de la main droite que de la main gauche chez 83, 3 % des fœtus, particulièrement entre 15 et 18 semaines (fœtus observés entre 12 et 27 semaines). Quelques études ont mis en évidence des asymétries manuelles dès la naissance. Ainsi, la force et la coordination des réflexes et des mouvements spontanés semblent supérieures du côté droit dès la naissance (Grattan, De Vos & Levy, 1992). Le réflexe d'agrippement, que l'on peut observer quand le nouveau-né tient un hochet, est asymétrique : le hochet est tenu plus longtemps avec la main droite qu'avec la main gauche par la majorité des enfants (Caplan & Kinsboume, 1976 ; Petrie & Peters, 1980 ; voir cependant, Yu-Yan, Cun-Ren & Over, 1983, qui ne retrouvent pas ce résultat). En étudiant l’asymétrie du réflexe de Moro, Rönnqvist et al. ont trouvé que le bras droit est plus rapide de 20 ms que le bras gauche chez 82 % de nouveau-nés (12 % sont plus rapides avec le bras gauche) (Rönnqvist, 1995 ; Rönnqvist, Hopkins, van Emmerick & de Groot, 1998). Enfin, juste après la naissance, la main droite entre en contact plus souvent avec la bouche que la main gauche, ce qui n'est pas le cas quand la main entre en contact avec la figure (Hopkins, Lems, Jannsen & Butterworth, 1987). Toutefois, les asymétries les plus précocement décrites concernent la posture.

1.1. Asymétries posturales et sensorielles

3Les asymétries posturales ont fait l'objet d'un grand nombre d'études. Dès la naissance, les bébés mis sur le dos tournent la tête d'un côté et tendent la main et la jambe ipsilatérales tandis qu'ils fléchissent les membres controlatéraux. Ce schème de mouvement, que l'on appelle le réflexe tonique asymétrique du cou, s'accompagne très tôt de la préférence pour un côté, le droit pour la majorité des bébés (70 à 90 % selon les études ; Gesell, 1938 ; Coryell & Michel, 1978 ; Harris & Carlson, 1988 ; Michel & Goodwin, 1979). Certains auteurs ont observé le même biais dans le côté de rotation de la tête après que la tête du bébé a été maintenue quelques instants en position médiane (Rönnqvist et al., 1998). Le choix du côté de rotation de la tête est un bon indicateur de la latéralité future du bébé (Michel, 1981 ; Michel & Harkins, 1986). Certains font l'hypothèse que l'asymétrie posturale influence l'asymétrie manuelle (Gesell & Ames, 1947 ; Michel 1981). En tournant la tête d'un côté, l'enfant voit plus la main correspondant à ce côté que l'autre. Or, une observation astucieuse au cours de laquelle, grâce à un système de miroirs, les bébés voyaient l'autre main, a permis de constater que les bébés bougent d'autant plus leur main qu'ils la voient (van der Meer, van der Weel & Lee, 1995). La plupart des bébés tournant spontanément la tête vers la droite, ils ont tendance à davantage activer leur main droite en condition normale. Il se peut également que l'orientation asymétrique de la tête favorise le développement sensoriel du même côté. On a ainsi montré que les asymétries auditives et tactiles disparaissaient si on tenait la tête du bébé en position médiane pendant les 15 minutes précédant le test (Turkewitz, 1977). Cependant, si l'asymétrie manuelle n'était liée qu'au surplus de rétroactions visuelles procuré par l'asymétrie posturale, on devrait trouver une latéralité manuelle différente chez les aveugles de naissance, ce qui n'est pas le cas (Ittyeral, 1993 ; Bradshaw, Nettelton & Spehr 1982).

1.2. Développement de la latéralité unimanuelle

4Bien que des signes précurseurs de latéralité puissent être observés très tôt au cours du développement, le geste manuel volontaire met longtemps à devenir clairement latéralisé. Un certain nombre d'études centrées sur les très jeunes bébés ont permis d'observer une plus grande activation de la main droite comparée avec la main gauche pour les mouvements associés à la présentation d'un objet (Hofsten, 1982 ; Liederman, 1983 ; Ottaviano, Guidetti, Allemand, Spinetoli & Seri, 1989), pour les gestes accompagnant l'interaction vocale avec la mère (Trevarthen, 1996), et pour les mouvements spontanés (Giesecke, 1936 ; Valentine & Wagner, 1934). Mais quasiment autant d'études concluent à l'absence de différence entre l'utilisation des deux mains pendant les mouvements spontanés (Eaton & Enns, 1986 ; Ottaviano et al., 1989 ; Rönnqvist & Hofsten, 1994), ou à une différence en faveur de la main gauche dans les mouvements orientés vers une cible (de Schonen & Bresson, 1984 ; DiFranco, Muir & Dodwell, 1978 ; Gesell & Ames, 1947 ; McDonnell, 1979 ; McDonnell, Anderson & Abraham, 1983 ; Seth, 1973 ; cf. les revues de Michel, 1984, et de Provins, 1992).

5Pour ce qui concerne le geste d'approche vers l'objet du bébé un peu plus mature (après 5-6 mois), les choses ne sont pas beaucoup plus claires. Certains auteurs font état d'une préférence main droite pour l'approche vers l'objet (Coryell & Michel, 1978 ; Hawn & Harris, 1983 ; Michel, Ovrut & Harkins, 1985 ; Morange & Bloch, 1996), d'autres non (Cornwell et al., 1991 ; Goldfield, 1991 ; Lewkowicz & Turkewitz, 1982 ; Peters, 1983 ; Ramsay, 1980c). À 6 mois, les bébés tiennent plus longtemps un objet dans la main droite que dans la main gauche, et leur manipulation diffère entre les deux mains : lorsque l'objet est mis dans la main droite, il est le plus souvent porté directement à la bouche, et rarement transféré à la main gauche ; en revanche, lorsqu'il est mis dans la main gauche, il est mis à la bouche ou transféré dans la main droite avant d'être porté à la bouche. Au même âge, il semble que la discrimination tactile soit meilleure avec la main gauche (Streri & Gouarir, 1996). Parmi les études longitudinales, celle de Michel et al. (1985) montre une stabilité de la préférence « main droite » pendant la première année tandis que celles de Carlson et Harris (1985) et de McCormick et Maurer (1988) (cette dernière plus restreinte dans le temps) montrent de grandes fluctuations dans la latéralité manuelle entre 6 mois et 1 an (Corbetta & Thelen, 1999).

6Après 7-8 mois, les auteurs s'accordent plus pour observer une préférence pour la main droite dans l'approche vers l'objet (Cohen, 1966 ; Goldfield, 1991 ; Goldfield & Michel, 1986a ; Lewkowicz & Turkewitz, 1982 ; Ramsay, 1980c), mais certaines études mettent encore l'accent sur la faiblesse de cette préférence manuelle (Fagard, 1998), même à 9 mois comme dans l'étude de Cornwell et al.(1991). Le renforcement de la préférence pourrait être lié à l'apparition du babillage (Ramsay, 1980c). Une relation entre la force de la latéralisation et la maturité langagière a également été observée chez des enfants de 13 mois, mais cette relation semble disparaître assez vite (Bates, O'Connell, Vaid, Sledge & Oakes, 1986).

7Les études portant sur la prise d'objet pendant la deuxième année font état d'une préférence manuelle bien établie (Archer, Campbell & Segalowitz, 1988 ; Bates et al., 1986 ; Peters, 1983), mais qui tend à augmenter entre 2 et 4 ans (Connolly & Elliott, 1972). Une augmentation de la fréquence d'utilisation de la main droite a aussi été observée par Provins (1997) entre les âges de 8 et 27 mois au cours de séances de jeux libres. Les variations dans les résultats portant sur la latéralité précoce reflètent sans doute en partie les différences entre les méthodes employées pour traiter les résultats, de même que l'interprétation des résultats. Ainsi, certains auteurs donnent le pourcentage d'enfants ayant pris plus souvent avec la main droite, d'autres donnent le pourcentage total d'essais faits avec la main droite.

8La latéralité manuelle, tout en étant observable très tôt, reste donc longtemps extrêmement discrète et fluctuante. Ces fluctuations contribuent à expliquer la variabilité des résultats rapportés dans la littérature. Elles traduisent la faiblesse du phénomène. Tant qu'il existe peu de contraintes pour que l'objet soit pris avec la main préférée, soit parce que sa prise pose peu de problèmes, soit parce qu'une manipulation complexe de l'objet n'est pas anticipée par l'enfant, il y a peu de raison d'observer une forte latéralité. Du reste, même chez l'adulte, l'asymétrie manuelle est beaucoup moins forte au moment où le sujet prend un objet sur une table que quand il doit agir sur cet objet, comme l'insérer dans un trou (Bryden et al., 1997).

1.2.1. Asymétrie manuelle en fonction de l'activité

9Comme pour l'adulte, la préférence pour la main droite dépend du type d'activité et des stimuli proposés. Ainsi, en observant la main utilisée par des bébés de 13, 20 et 28 mois au cours d'activités symboliques (jeu de « faire semblant »), de communication (pointer) ou non symboliques (attraper un objet, taper sur le sol avec un objet), Bates et al. (1986) ont constaté que, dès 13 mois, la préférence pour la main droite est beaucoup plus forte dans le cas des activités symboliques (surtout dans le cas du pointage) que dans celui de la manipulation non symbolique d'objets. De même, l'utilisation préférentielle d'une main pour prendre un objet varie beaucoup avec les objets utilisés. Cornwell et al. (1991) ont par exemple observé que, parmi les objets unimanuels proposés à leurs sujets (un cube à mettre dans une tasse, un jeton à insérer dans un trou, un cube à empiler sur un autre cube, un crayon pour dessiner sur une feuille, et une cuillère associée à une tasse), le crayon est l'objet qui entraîne le plus de prises latéralisées à droite. On peut y voir plusieurs raisons : la finesse du stimulus qui entraîne une prise plus distale, le fait que les bébés plus jeunes sont moins tentés de le mettre à la bouche ou encore que les plus âgés dessinent avec. L'effet de la taille du stimulus sur la main utilisée a été également observé par Harris et Carlson (1988) : dans leur étude, les bébés (6 à 12 mois) ont d'autant plus tendance à utiliser leur main droite que les objets sont petits.

1.2.2. Flexibilité et latéralité

10La latéralité peut également être observée à travers la flexibilité avec laquelle le bébé peut changer de main quand les contraintes de la situation expérimentale favorisent l'utilisation d'une main plutôt que l'autre. En général, les objets sont présentés en position médiane devant l'enfant. Cependant, dans un certain nombre d'études, les objets sont présentés à droite ou à gauche du bébé. Lorsqu'ils sont plutôt droitiers, les bébés vont-ils aller chercher avec la main droite un objet présenté à gauche ? Il semble que la réponse est « oui », même si ce n'est pas systématique. Les bébés ont plus tendance à aller chercher un objet situé à gauche avec la main droite que l'inverse (Butterworth et al., 1997 ; Harris & Carlson, 1988). C'est aussi ce que confirment d'autres études dans lesquelles la prise ipsilatérale était gênée, soit par une barrière, soit par le fait que l'objet était présenté dans une boîte dont l'ouverture se trouvait sur le côté (Bruner, 1970 ; Fagard, 1998).

11Nous voyons donc qu'entre des prémices très précoces et une fluctuation qui continue pendant toute la première année et même au-delà, il est difficile de décider quand la latéralité manuelle peut être considérée comme établie. S'il est vrai que l'aspect fluctuant de la latéralité est lié à l'absence de contrainte portant sur les gestes d'approche précoces, alors nous devrions observer une latéralité plus précoce pour les tâches bimanuelles, surtout pour celles dans lesquelles la main active joue un rôle très différencié.

1.3. Latéralité bimanuelle

12Les premières études consacrées à la latéralité bimanuelle ont montré une émergence plutôt plus tardive de cette dernière par rapport à la latéralité unimanuelle (Ramsay, 1980b). Les premières coordinations bimanuelles se feraient de façon non latéralisée, et la latéralité bimanuelle n'apparaîtrait clairement qu'au cours de la deuxième année (Cornwell et al., 1991 ; Michel et al., 1985 ; Ramsay, Campos & Fenson, 1979). Certaines de ces conclusions sont à manier avec prudence. D'une part, dans certaines études où les latéralités unimanuelle et bimanuelle ont été comparées, les tâches soi-disant unimanuelles sont présentées dans un contexte qui peut très bien entraîner une préparation à la manipulation bimanuelle. C'est le cas des observations de Cornwell, par exemple, dont les objets unimanuels sont en général présentés non pas isolément mais avec d autres objets à combiner, ce qui implique donc une manipulation (par exemple, insérer dans quelque chose, empiler sur quelque chose, ou encore mettre une cuillère dans une tasse). D'autre part, à bien regarder les résultats, on observe parfois des pourcentages qui contredisent les conclusions tirées par les auteurs : toujours dans l'étude de Cornwell, 22 % des enfants de 9 mois avaient une stratégie bimanuelle de droitier, alors que 9 % seulement atteignaient l'objet avec la main droite en condition unimanuelle (pour les enfants de 13 mois les pourcentages respectifs sont de 67 % et 56 %, pour ceux de 20 mois ils sont de 66 % et 87 %).

13Dans une étude récente portant sur des enfants de 18, 24, 30 et 36 mois, observés dans des situations de prise d'objet simple (condition unimanuelle) et dans des situations de manipulations bimanuelles, nous avons constaté que dans certains cas la latéralité est plus précoce pour la manipulation bimanuelle que pour la prise unimanuelle. La précocité de la latéralité bimanuelle apparaît lorsque la tâche bimanuelle implique un fort contraste dans le rôle des deux mains (cf. figure 50).

Figure 50. Comparaison du pourcentage de stratégies de droitiers lors de différentes tâches bimanuelles et de prises unimanuelles.

  • 1 Ces résultats s'accordent avec une étude de Spinozzi et Truppa (1999) dans laquelle est observée un (...)

14Il apparaît donc que, contrairement à ce qui est parfois indiqué dans la littérature, une latéralité bimanuelle stable émerge plus précocement que la latéralité unimanuelle1. Il faut mentionner une étude de Michel et al., non publiée à ce jour, et qui montre que la préférence bimanuelle est bien établie à 13 mois (Kimmerle et al., en prép., in Michel, 1998).

2. Développement de la latéralité chez l'enfant

2.1. Latéralité de préférence

15La latéralité de préférence manuelle est en général évaluée chez les enfants au moyen d'une dizaine d'activités exécutées avec un objet réel ou imaginaire selon l'âge de l'enfant : dessiner avec un crayon, se laver les dents, se coiffer, piquer une aiguille sur un carton, taper avec un marteau, lancer une balle, en sont quelques exemples. Des tâches bimanuelles, telles qu'ouvrir un flacon, rembobiner un fil, ou couper avec des ciseaux, sont en général associées aux tâches uni-manuelles. Il existe des épreuves de latéralité manuelle standardisées pour enfants, comme celle d'Auzias (1975) ou celle de Porac et Coren (1981). Les observations d'enfants entre 1 et 3-4 ans montrent qu'ils utilisent de préférence une main pour manger, pointer, lancer, taper sur un support avec le doigt ou avec un bâton (Annett, 1970b ; Bruml, 1972 ; Flick, 1966 ; Hildreth, 1949 ; Ingram, 1975 ; Ramsay, 1980b). Cette utilisation préférentielle d'une main est plus ou moins forte d'une tâche à l'autre, et les comparaisons confirment ce qui a été observé chez l'adulte, à savoir que certaines tâches comme le lancer ou celles qui utilisent un crayon font apparaître des asymétries de préférence beaucoup importantes que d'autres (Cornwell et al., 1991).

16La classification des enfants en fonction de leurs résultats aux épreuves de latéralité varie beaucoup d'un auteur à l'autre. La classification la plus simple consiste à ne considérer que la main utilisée pour l'écriture et à opposer droitiers et gauchers. Mais si l'on considère avec Annett (1967) que la latéralité manuelle est une échelle continue sur laquelle les sujets se situent plus ou moins vers l'un ou l'autre pôle (droitier et gaucher), alors on calculera un indice de latéralité (IL) qui tienne compte du nombre d'activités faites avec la main droite par rapport au total des activités considérées. Plusieurs types de calcul sont utilisés dont le plus fréquent est celui de Michel que j'ai évoqué précédemment (IL = (D-G/√ D+G), Michel et al., 1985). Enfin, on trouve une position intermédiaire qui consiste à établir des sous-catégories en tenant compte de la force de la latéralité manuelle. Selon leur note à l'indice de latéralité calculé, les sujets seront considérés comme droitiers, « à tendance » droitiers, sans tendance, « à tendance » gauchers, ou gauchers. Le nombre de catégories retenues par l'auteur est néanmoins variable et il n'est pas rare de trouver une distinction en trois catégories : droitiers francs ou homogènes (ceux qui font absolument toutes les tâches avec la main droite), gauchers francs ou homogènes (idem avec la main gauche) et sujets à la latéralité non homogène. Les sujets dont la latéralité est dite « non homogène » représentent à peine un tiers de la population ; les droitiers homogènes représentent en moyenne 67 % – un peu moins chez les plus jeunes –, et les gauchers homogènes 3, 5 % de la population.

17On associe souvent aux mesures de latéralité manuelle des mesures de latéralité de l'œil et du pied. Comme nous l'avons vu dans la section consacrée à la latéralité chez l'adulte, il existe une forte association entre la main et le pied préférés. On observe également, bien qu'à un moindre degré, une corrélation positive entre le côté préféré pour la main et l'œil. La congruence entre la latéralité de l'œil et de la main augmente avec l'âge, passant de 50 % à 70 % (chez les droitiers) entre 5-6 et 8-9 ans (Armitage & Larkin, 1993). Elle est, comme chez l'adulte, plus forte chez les droitiers que chez les gauchers (Curt, 1993).

2.2. Latéralité de performance

18Plusieurs tâches sont couramment employées pour mesurer la latéralité de performance chez les enfants. Les travaux les plus connus sont ceux d'Annett qui a fait passer la même tâche de déplacement de chevilles (« peg-moving ») à un très grand nombre de sujets (pour une description de la tâche, voir p. 80). Les résultats d'Annett montrent que, dès 3 ans et demi, 75 % à 80 % des enfants sont plus rapides avec la main droite (Annett, 1970b). Une autre tâche, celle du « tapping » rythmique, au cours de laquelle le sujet doit taper en suivant le rythme donné par un métronome, a permis de comparer la précision temporelle et la régularité des deux mains. Étudiant des enfants de 5 ans et demi à 15 ans, Wolff a observé que les droitiers étaient plus précis avec leur main droite qu'avec leur main gauche, et ce en condition unimanuelle et en condition bimanuelle alternée (Wolff, 1977). La main droite est meilleure en condition unimanuelle qu'en condition bimanuelle tandis que la main gauche gagne à taper en alternance avec la droite. On obtient des résultats comparables avec la tâche de « tapping » non rythmique : même les enfants les plus jeunes (3-4 ans) sont meilleurs avec leur main droite pour effectuer des frappes répétées (parfois en alternance avec les deux mains) le plus vite possible (Denckla, 1973 ; Knights & Moule, 1967 ; Wilson, Iacoviello, Wilson & Risucci, 1982).

19Des asymétries manuelles ont été également observées dans des tâches visuo-manuelles non répétitives. Par exemple, Hauert et Steffen ont fait dessiner des carrés à des enfants de 7 et 8 ans, en conditions unimanuelle ou bimanuelle. Ils ont observé que les carrés faits avec la main gauche en condition unimanuelle étaient systématiquement plus grands que ceux dessinés de la main droite, ceux-ci étant nettement en dessous du modèle proposé. En revanche, les carrés dessinés avec la main droite étaient plus précis quant aux angles et à leur fermeture (Hauert & Steffen, 1987). On peut rapprocher ce résultat de l'hypothèse de Guiard, à savoir que la résolution spatiale serait différente entre les deux mains, la main gauche assurant des mouvements plus amples que la main droite.

2.3. Relations entre la latéralité de préférence et de performance

20Quand on fait passer au même enfant plusieurs tâches pour évaluer sa latéralité de performance, on s'aperçoit que la différence de performance varie d'une tâche à l'autre. Cela n'a rien d'étonnant, étant donné les nombreux facteurs enjeu dans l'asymétrie manuelle. On a bien vu chez l'adulte que la main préférée n'est pas la plus performante dans toutes les tâches. On peut donc se demander jusqu'à quel point les différences de performance reflètent la préférence manuelle. Il est clair que les deux types de mesures – latéralité de préférence et latéralité de performance – se superposent. Dans ses nombreuses études utilisant la tâche de déplacement de chevilles, Annett a observé que les droitiers et les gauchers étaient plus rapides avec leur main préférée, tandis que les sujets ambilatéraux étaient aussi rapides avec une main qu'avec l'autre (cf. figure 51), (Annett, 1970a, 1970b, 1972). Dans une étude de « tapping », Njiokiktjien, De Sonneville,Hessels,Kurgansky, Vildavsky et Vranken (1997) ont montré que des enfants de 5 à 12 ans présentaient d'autant plus de différence de performance en faveur de la main préférée dans le « tapping » unimanuel et d'avance de la main préférée dans le « tapping » bimanuel que leur indice de préférence manuelle était élevé.

21On peut penser que l'asymétrie de performance participe au choix de la main préférée. Pour Bishop par exemple, la préférence serait déterminée parla différence de vitesse, de précision ou de force entre les deux mains, autrement dit, parce qui contribue à l'asymétrie de performance (Bishop, 1989).

22En conclusion, les différentes mesures de latéralité montrent un tableau cohérent, et la latéralité manuelle représente un continuum allant d'une latéralité franche à droite (assez fréquente) à une latéralité franche à gauche (très peu fréquente). Le chercheur qui a besoin d'un indice continu de latéralité comme variable dépendante est confronté pour l'instant au problème qui consiste à choisir les meilleures épreuves et à les combiner en un indice unique, avec les problèmes habituels de pondération et de choix des critères qui servent à catégoriser les sujets.

Figure 51. Relations entre la latéralité de préférence et la latéralité de performance mesurée lors de la tâche de déplacement de chevilles (d'après Annett, 1985).

2.4. Changements dans la latéralité manuelle au cours de l'enfance

23Nous avons vu au début de cette section que la latéralité manuelle devient de plus en plus manifeste au fur et à mesure des progrès du bébé dans l'habileté manuelle. La littérature n'est pas claire sur l'âge auquel la latéralité manuelle de préférence se stabilise et devient comparable à celle de l'adulte. Pour certains auteurs, la dextralité ne change plus après 3 ans (Ingram, 1975), tandis que pour d'autres elle augmente avec l'âge (Belmont & Birch, 1963 ; Coren, Porac & Duncan, 1981 ; Wilson et al., 1982 ; Brito et al., 1992). Il semble en fait que les enfants utilisent plus systématiquement leur main préférée au fur et à mesure qu'ils progressent dans la maîtrise d'un nouvel apprentissage. C'est ce qu'ont observé Connolly et Dalgeish pour l'habileté à tenir la cuillère pour manger, ou à tenir un pinceau pour dessiner (Connolly & Dalgleish, 1989). La diversité des points de vue quant au changement de la latéralité après l'âge de 3 ans est, comme celle qui concerne l'émergence de la latéralité, liée à des différences dans le type d'évaluation utilisé, dans les critères de catégorisation retenus, et surtout dans les tâches sur lesquelles est évaluée la préférence. En comparant, grâce à la batterie de préférence latérale de Porac et Coren, la différence entre le nombre d'activités faites avec l'une ou l'autre main, Armitage et Larkin (1993) n'observent pas de changement dans la latéralité manuelle entre 5-6 et 8-9 ans. En revanche, avec l'échelle de McCarthy où on considère que la dominance est établie si l'enfant répond avec la même main à tous les items du test, et qu'elle n'est pas établie s'il utilise l'autre main pour au moins un item (ce qui aboutit à faire une distinction entre droitiers homogènes, droitiers ou gauchers non homogènes, et gauchers homogènes), on observe une augmentation de la dominance latérale à droite entre 2 et 8 ans (Kaufman, Zalma & Kaufman, 1978). Quant à Coren, Porac et Duncan (1981), ils ne trouvent pas de différence liée à l'âge dans la proportion des droitiers et des gauchers lorsque les sujets sont catégorisés de façon dichotomique sur une échelle de préférence. Toutefois, lorsqu'une troisième catégorie de sujets est prise en compte, ceux qui ont une latéralité « mixte » et s'opposent donc aux droitiers et gauchers homogènes, les mêmes auteurs observent une diminution avec l'âge des sujets mixtes et une augmentation des droitiers homogènes. Dans cette dernière étude, un groupe d'enfants préscolaires de 3 à 5 ans étaient comparés à des adultes. De ces études, il ressort que la latéralité peu homogène tend à diminuer avec l'âge.

24On trouve des résultats contradictoires en ce qui concerne les changements avec l'âge dans l'asymétrie de performance. Une recherche déjà ancienne a montré qu'il n'existait pas de différence d'asymétrie lors d'une tâche de « tapping » entre des enfants d'âge préscolaire, des enfants d'âge scolaire et des étudiants d'université (Roos, 1935, in Coren et al., 1981). De son côté, Annett n'a pas trouvé de changement dans l'asymétrie manuelle constatée lors de son épreuve de placement de chevilles entre 3 ans et demi et 15 ans (Annett, 1972). D'autres études confirment la stabilité avec l'âge de la différence de performance à des tâches simples (Denckla, 1973 ; Smith, Frysinger & Bourbonnais, 1983 ; Fagard, 1987b ; Carlier, Dumont, Beau & Michel, 1993 ; Njiokiktjien et al., 1997). En revanche, l'asymétrie de performance observée dans certaines tâches graphiques augmente avec l'âge, du moins entre 3 ans et demi et 5 ans (Curt, Maccario & Dellatolas, 1992). De notre côté, nous avons observé une diminution de l'asymétrie sur certaines tâches de « tapping » rythmique (Fagard, 1987b).

25En conclusion, la latéralité manuelle change encore au cours de l'enfance. Cependant, la différence entre les deux mains, qu'il s'agisse de l'utilisation préférentielle ou d'une meilleure performance, change surtout pour les activités qui sont peu maîtrisées par les enfants et qui sont réalisées de façon plus asymétrique avec l'âge.

2.4.1. Les différences de latéralité manuelle liées au sexe

26Relativement peu d'études trouvent une différence liée au sexe dans les préférences ou dans les asymétries droite-gauche. Certaines études ont montré une latéralisation plus précoce du geste d'approche chez la fille que le garçon (Carlson & Harris, 1985 ; Humphrey & Humphrey, 1987). Dans une étude portant sur 512 enfants de 4 ans à qui elle a fait passer un inventaire de latéralité de préférence, Tan (1985) trouve un pourcentage de gauchers comparable chez les garçons et chez les filles, mais il y a plus de garçons que de filles parmi les enfants peu latéralisés. Pour Annett (1985), il fait peu de doute que les garçons sont un peu plus souvent gauchers que les filles, comme le montrent plusieurs de ses études ; cependant, la différence n'est pas très importante, ni même toujours significative, ce qui en fait un phénomène relativement faible. D'autres études portant sur un large échantillon d'enfants plus âgés indiquent également plus d'asymétrie manuelle chez les filles droitières que chez les garçons droitiers (Annett & Kilshaw, 1983 ; Carlier et al., 1993 ; Wolff, 1977).

2.4.2. Latéralité et habileté

27Les enfants gauchers sont souvent considérés comme maladroits, et comme plus à même de développer des troubles cognitifs tels que la dyslexie. Quelle réalité se cache derrière ce lieu commun ? Les enfants gauchers ont-ils en effet plus de mal à coordonner leurs gestes, ou leur maladresse est-elle un mythe, tout au plus le reflet d'une société où tout est fait pour le droitier ?

28Peu d'études sérieuses corroborent l'idée d'une plus grande maladresse des gauchers. Notons celle de Flick qui, observant des enfants de 4 ans, trouve que les gauchers, du moins ceux qui sont également gauchers de l'œil, obtiennent des résultats plus faibles que les droitiers à des épreuves perceptivo-manuelles (il s'agissait de copier des formes et de suivre un tracé à l'intérieur de labyrinthes, Flick, 1966). Des travaux plus récents montrent que le degré de latéralité compte plus que sa direction. On observe beaucoup plus de différence d'habileté manuelle entre les sujets très latéralisés (qu'ils soient droitiers ou gauchers) et les sujets peu latéralisés qu'entre les sujets droitiers et les sujets gauchers. Kaufman a ainsi observé une plus grande habileté manuelle chez les enfants latéralisés précocement que chez ceux du même âge qui étaient peu latéralisés, mais cette corrélation entre dominance manuelle et habileté motrice semble disparaître après l'âge de 5 ans (Kaufman et al., 1978). De même Tan, dont la population d'étude comprenait des droitiers, des enfants non latéralisés et des enfants gauchers appariés aux deux premiers groupes pour l'âge et le sexe, constate que les enfants non latéralisés obtiennent de moins bons résultats que les droitiers aux épreuves motrices, alors que gauchers et droitiers ont des résultats comparables (Tan, 1985). Les résultats de Tan sont parfois confirmés (Gottfried & Bathurst, 1983 ; Kaufman, Zalma & Kaufman, 1978 ; Kee, Gottfried, Bathurst & Brown, 1987), mais pas toujours (Iteya, Gabbard & Hart, 1995). En revanche, dans une étude de Gabbard et al. dont les sujets ont de 5 à 10 ans, les droitiers obtiennent de meilleurs résultats aux épreuves du test moteur de Bruininks-Oseretsky que les gauchers et les enfants peu latéralisés, les deux derniers groupes ne se distinguant pas entre eux (Gabbard, Hart & Gentry, 1995).

29Si l'on considère maintenant les populations d'enfants catégorisés comme « maladroits », on a souvent noté chez eux un fort pourcentage de sujets faiblement latéralisés : la congruence entre les latéralités manuelle, oculaire et podale est moins fréquente chez ces sujets que chez les enfants habiles du même âge (Armitage & Larkin, 1993), et le contrôle des fonctions hémisphériques diffère souvent par rapport au mode dominant (Benson & Geschwind, 1968). D'une façon générale, il semble que l'asymétrie manuelle soit moins forte dans les groupes pathologiques qui ont une habileté manuelle moins bonne que la normale (déficients mentaux, trisomiques) ; on trouve aussi une moins forte tendance vers la droiterie dans les populations de prématurés (cf. la revue de Provins, 1997).

Estimation de la maladresse chez l'enfant
Plusieurs tests permettent d'évaluer la maladresse. L'échelle de McCarron en est une (« McCarron Assessment of Neuromuscular Development Battery » Armitage & Larkin, 1993). Les enfants sont évalués sur leur force d'agrippement, leur équilibre, leur rapidité à une tâche de précision de toucher doigt-nez, etc.

3. Origine de la latéralité manuelle

  • 2 Baldwin a fait passer à sa fille Hélène quelque deux mille essais pendant une période de quatre moi (...)

30L'origine de la latéralité manuelle divise les chercheurs depuis longtemps. On cite souvent Platon, pour qui la droiterie était le résultat de l'éducation, et Aristote, qui considérait l'asymétrie comme un phénomène universel irréductible aux influences de l'environnement ; on cite également les observations de Darwin (1877), ou les écrits de Baldwin2 (1890) comme les premiers écrits de scientifiques ayant traité de l'origine de la latéralité. Cette question a été particulièrement débattue depuis, et elle ne pourra pas être traitée dans son intégralité dans cet ouvrage. On peut renvoyer le lecteur à quelques revues assez complètes, comme celles de Corballis (1980), de Harris (1983), de Bradshaw et Rogers (1993) ou de Hopkins et Rönnqvist (1998).

31Tableau 6. Principales théories de l'origine de la latéralité manuelle.

Origine

Lieu des premières asymétries

Conséquences

Codage génétique spécifique du gradient gauche-droit dans le cytoplasme de l'œuf avant sa fécondation

Ovocyte

Développement plus précoce de l'hémisphère gauche

Codage génétique spécifique

Hémisphère

Dominance gauche pour le langage puis pour l'habileté manuelle

Codage génétique non spécifique : testostérone en excès chez les gauchers

Croissance de certaines régions de l'hémisphère gauche ralenties

Moins d'asymétrie hémisphérique, → sujets peu latéralisés ou gauchers

Position asymétrique in utero origine : ?)

Voies vestibulospinales

ATNR à la naissance → développement sensorimoteur asymétrique

Environnement de droitiers bébés portés à gauche, modèle parental d'utilisation de la main droite, pression plus ou moins directe de la société pour utiliser la main droite, etc.)

Main

L'utilisation de la main droite est renforcée

32Différentes origines ont été envisagées pour la latéralité. Le débat porte sur le fait de savoir si un codage spécifique est responsable de la latéralité hémisphérique et, secondairement, de la latéralité manuelle (on évoque également la possibilité d'un codage dans le cytoplasme de l'œuf non fertilisé), si un codage génétique non spécifique entraîne la latéralité par des influences congénitales ou périnatales (influence hormonale, position in utero), ou si les influences environnementales suffisent à expliquer que la majorité des gens sont droitiers. Dans certains modèles, les influences génétiques, périnatales et environnementales sont considérées comme complémentaires : par exemple, il se peut que le sens de la latéralité (être droitier ou gaucher) et la force de la latéralité (être plus ou moins latéralisé) soient déterminés par des facteurs différents dont l'un seulement serait d'origine génétique.

33Quelques arguments militent en faveur d'un facteur environnemental dans l'origine de la latéralité manuelle. En premier lieu, on peut citer l'augmentation du nombre de gauchers après qu'on eut arrêté de réprimer l'écriture de la main gauche chez les jeunes enfants. On sait par ailleurs que le pourcentage de gauchers est assez bas dans les sociétés où la gaucherie est particulièrement découragée, comme en Orient. Une étude signale moins de 1 % d'enfants gauchers pour l'écriture au Japon au début du siècle (Komai & Fukuota, 1934, in Annett, 1985). Cependant, pour d'autres tâches, où la pression culturelle est moins forte (lancer, couper, etc.) la fréquence de gauchers rejoint les 5-8 % habituels. De plus, quand on regarde la latéralité des Japonais qui sont des enfants d'immigrants, ils sont autant droitiers pour l'écriture que nous. Un taux de gauchers particulièrement bas a été également retrouvé chez certains peuples aborigènes (Bryden et al., 1997). Mais rien n'empêche que ces particularités soient liées au patrimoine génétique, surtout dans des populations qui sont restées isolées pendant des siècles.

34L'influence de l'environnement commence dès la naissance, à travers le côté de portage, le côté du regard stimulé pendant l'allaitement au biberon, le modèle parental d'utilisation d'une main préférée, etc. Par exemple, la plupart des mères, même parmi les gauchères, ont tendance à porter leur bébé du côté gauche (Nakamichi & Takeda, 1995, cf. figure 52). Une étude de Harkins et Michel (1988) montre que, si la gaucherie parentale influence la fréquence des bébés gauchers entre 6 à 13 mois, c'est seulement à travers la latéralité de la mère qu'elle agit (Harkins & Michel, 1988). L'imitation semble la meilleure explication (Harkins & Uzgiris, 1991) : Michel a en effet montré que la concordance entre la main utilisée par les enfants et par leur mère augmentait entre 7 et 11 mois (les enfants étaient vus à 7, 9 et 11 mois en situation de jeu, assis sur les genoux de leur mère, Michel, 1992).

35Parmi les modèles non génétiques de la latéralité, citons le modèle d'une origine congénitale de la latéralité développé par Previc (1991). Pour cet auteur, la position du fœtus in utero pendant les derniers mois de la grossesse est à l'origine des asymétries hémisphériques et motrices. La position asymétrique du fœtus entraîne des asymétries auditives et vestibulaires à la suite desquelles se développent, de façon relativement indépendante, les asymétries hémisphériques et motrices (cf. figure 53). En effet, lorsque la mère se déplace, les stimulations reçues par le fœtus arrivent de façon inégale dans les récepteurs vestibulaires gauche et droit ; les deux tiers des fœtus se trouvent dans une position occipito-ilia-que gauche, avec leur côté droit contre la paroi abdominale, et, dans ce cas, c'est l'oreille droite qui reçoit les impulsions données par la phase d'accélération, et l'oreille gauche qui reçoit les impulsions plus fortes de la phase de décélération. La voie vestibulospinale gauche, plus stimulée, entraîne une plus forte activation des muscles extenseurs gauches du cou, contrôlés ipsilatéralement par l'intermédiaire de cette voie ; la flexion de la tête vers la droite à la naissance en découle.

Figure 52. Les parents ont tendance à porter leur bébé du côté gauche.

36Le modèle de Previc n'est pas entièrement nouveau. Une version un peu différente est proposée par Grapin et Perpere (1968) qui montrent que, parmi les fœtus qui présentent à la fin de la gestation un engagement occipito-iliaque gauche antérieur, on retrouve les droitiers observés sur un test de préhension quelques mois après la naissance, tandis que, parmi les fœtus montrant à la fin de la gestation un engagement occipito-iliaque droit postérieur, on trouve les ambidextres ou les gauchers. Pour ces auteurs, en raison de leur position dans l’ utérus, la majorité des fœtus passent une bonne partie de la fin de leur vie intra-utérine couchés sur le côté gauche lequel se retrouve de ce fait légèrement plus bas que le côté droit, ce qui favoriserait l'irrigation et donc le développement de l'hémisphère gauche.

37Le modèle de Previc est contesté, ne serait-ce que parce qu'il suppose une latéralisation tardive au cours de la gestation, ce qui ne semble pas être le cas. On observe des asymétries dans le cortex avant même la différenciation cellulaire (Strauss, Kosaka & Wada, 1983). Comme modèle d'origine périnatale de la latéralité, il faut encore citer celui de Geschwind et Galaburda (1985), selon lequel la gaucherie manuelle aurait pour origine l'effet de la testostérone sur le développement du cerveau : pour ces auteurs, les stéroïdes sexuels inhiberaient le développement normalement plus rapide de l'hémisphère gauche, ce qui entraînerait moins d'asymétrie hémisphérique chez l'homme. Ce processus faciliterait le développement de certaines maladies auto-immunes, en particulier l'asthme et autres formes d'allergie, ainsi qu'une morphologie différente du corps calleux. Cependant, on n'a pas trouvé une plus grande fréquence de gauchers parmi les gens souffrant d'allergies (Dellatolas, Annesi, Jallo, Chavance & Lellouch, 1990). Et on sait par ailleurs, grâce aux études utilisant l'imagerie cérébrale, que les femmes utilisent leurs hémisphères de façon plus symétrique que les hommes pour certaines tâches cognitives.

Figure 53. Position habituelle du fœtus au cours du dernier trimestre de la grossesse (position occipito-iliaque gauche) (Grapin & Perpère, 1968).

38Les modèles génétiques de la gaucherie ont été particulièrement influents ces dernières années. La répartition familiale des gauchers, et ce qu'on a longtemps pensé être la plus grande fréquence d'une latéralisation semblable chez les jumeaux homozygotes que chez les frères et sœurs non jumeaux (Zazzo, 1960), incitent depuis déjà longtemps à imaginer qu'un facteur génétique joue un rôle important dans la distribution de la latéralité (Jordan, 1914, in Annett, 1985). La stabilité apparente de la fréquence de la gaucherie depuis les plus anciennes indications que l'on en a, en dépit des fortes différences culturelles qui ont émaillé l'évolution de l'humanité, joue également en faveur d'un modèle de transmission génétique de la latéralité (Coren & Porac, 1977 ; Dennis, 1958). En faveur de tels modèles, on peut aussi citer l'augmentation de la fréquence des gauchers dans les familles où au moins un parent est gaucher (par rapport aux familles de parents droitiers), et le fait que cette augmentation ne s'observe pas s'il s'agit d'enfants adoptés (Carter-Saltzman, 1980). Il faut toutefois noter que, pour ce qui concerne les gauchers, l'influence de la latéralité familiale n'apparaît pas avant l'âge de 52 semaines (Carlson & Harris, 1985 ; voir aussi Cornwell et al., 1991).

Origine familiale de la latéralité
D'après une étude qui a porté sur 1599 étudiants à qui on avait demandé de remplir un questionnaire de latéralité, avoir des gauchers dans sa famille augmente la « chance » d'être gaucher (Briggs & Nebes, 1975) : la proportion de gauchers est relativement faible lorsque les deux parents sont droitiers (9,5 %), plus forte si un parent est gaucher (16,8 % si c'est le père et 21,9 % si c'est la mère), et encore plus forte si les deux parents sont gauchers (26,1 %) (Falek, 1959 ; McManus et al.,1988). L'effet plus important de la gaucherie de la mère semble concerner les filles, davantage que les garçons (Annett, 1985).
De la même façon, le réflexe tonique asymétrique orienté vers la droite est observé chez les bébés dont les deux parents sont droitiers. Chez les enfants, dont un des parents au moins n'est pas droitier, on n'observe pas de biais du réflexe vers la droite (Liederman & Kinsbourne, 1980)

39Les trois principaux modèles génétiques de la latéralité sont les modèles à gène unique d'Annett (1985) et de McManus (1985), le modèle à deux gènes de Levy et Nagylaki (1972), et le modèle polygénique de Yeo et Gangestad (1993). Pour Annett, dont le modèle génétique de la latéralité manuelle est un des plus connus (Annett, 1978), il existerait un gène responsable du déplacement à droite de l'asymétrie hémisphérique. Les sujets peuvent (1) ne pas être doté de ce gène (ils sont – –, la latéralité hémisphérique et les latéralités associées sont réparties au hasard dans ce groupe qui représente 19 % de la population), (2) être hétérozygotes et n'avoir qu'un gène de la droiterie (ils sont – + et sont droitiers ; c'est la condition la plus avantageuse pour ce groupe qui représente 49 % de la population car, bien qu'elle entraîne une supériorité de l'hémisphère gauche pour le domaine du langage, elle permet un développement normal des fonctions de l'hémisphère droit), (3) être homozygotes (ils sont + +, ce qui va parfois de pair avec un engagement fort de l'hémisphère gauche pouvant entraîner des difficultés dans les fonctions spatiales ; ce groupe représente 32 % de la population). Lorsque le gêne aboutissant à une latéralisation à droite est absent (homozygote – –), la répartition entre gauchers et droitiers est soit aléatoire, soit le reflet d'une perturbation périnatale. Comme les sujets – – se répartissent à 50/50 entre droitiers et gauchers, et que les sujets + + et + – sont droitiers, une très grande partie de la population est droitière. Les sujets ambilatéraux, ou non homogènes dans leur préférence manuelle seraient les sujets + – (Annett, 1970a).

40Parmi les critiques faites à la théorie d'Annett, citons l'observation selon laquelle, sur certaines tâches de préférence manuelle, on ne retrouve pas la distribution prévue par le modèle aussi bien qu'avec la tâche de placement de chevilles (Curt, Maccario & Dellatolas, 1992). Le modèle de McManus (1985) essaie de répondre à ces critiques en proposant une répartition des hétérozygotes et des homozygotes – – en droitiers et gauchers légèrement différente de celle proposée par Annett. Quant au modèle de Yeo et Gangestad (1993), il tente de rendre compte du fait que les enfants fortement latéralisés, qu'ils soient gauchers ou droitiers, viennent plus de famille de gauchers que les enfants à la latéralité modérée (qui représentent la majorité). La découverte récente d'un gène de l'asymétrie morphologique des organes du corps chez le rat (Beddington, 1996) renforce l'idée d'une influence génétique, qui expliquerait la précocité d'apparition d'asymétries anatomiques chez l'embryon (Trevarthen, 1996). Mais, d'un autre côté, le sens de l'asymétrie ne semble pas transmissible chez l'animal puisque, comme le fait remarquer Provins (1997), les essais de sélection reproductive d'animaux destinés à favoriser le fréquence des droitiers (ou des gauchers) ont toujours échoué.

41Le débat sur l'origine de la droiterie est loin d'être clos, comme en témoignent les deux articles relativement récents de Provins (1997) et de Corballis (1997), le premier qui fournit une critique argumentée des modèles génétiques de la latéralité, le second qui propose un modèle génétique de la latéralité s'inspirant plus ou moins des modèles génétiques actuels. Provins cite des analyses plus récentes que celles de Zazzo, indiquant que la répartition de la latéralité chez les jumeaux n'est en fait pas compatible avec un modèle mendélien, ce qui va à l'encontre d'un codage génétique de la latéralité manuelle (Collins, 1977). D'après l'auteur, il est possible que le degré d'asymétrie se transmette génétiquement, mais pas la direction de la latéralité ; le fait d'être droitier ou gaucher ne serait pas transmis, et les pressions sociales, le symbolisme attaché en positif à la main droite (main pure, liée au sacré), en négatif à la main gauche (main impure), serait suffisant pour expliquer un biais à droite. La question de savoir pourquoi ce symbolisme est positif pour la droite et négatif pour la gauche reste entière.

Les singes sont-ils droitiers ?
On sait que les singes ont une préférence manuelle, mais on a longtemps considéré qu'il n'existait pas de biais vers la droiterie au niveau de la population (Annett & Annett, 1991 ; Warren, 1980). Certaines études récentes suggèrent l'inverse (Mac-Neilage, Studdert-Kennedy & Lindblom, 1987 ; Westergaard, 1993 ; Hopkins & Morris, 1993). Il semble que l'on trouve plus facilement des biais de droiterie (au niveau de la population) chez les singes élevés en captivité quoiqu'on en relève à un moindre degré chez les singes vivant à l'état sauvage (Byrne & Byrne, 1991). De tels biais sont trouvés en particulier pour les activités de coordination bimanuelle
(Fagot & Vauclair, 1988 ; Hopkins & de Waal, 1995 ; Inove-Makamura & Matzuzawa, 1997).
La seule autre espèce pour laquelle on ait trouvé clairement un biais de la latéralité au niveau de la population est le perroquet ; la latéralité est observée dans l'utilisation de la patte (Rogers, 1980).

42Il est difficile à l'heure actuelle de conclure sur l'origine de la latéralité manuelle. Il semble impossible de nier aussi bien les influences du milieu que celles du terrain génétique : le milieu joue probablement un rôle renforçateur de ce qui n'était qu'une légère tendance innée. Il se peut que la probabilité d'être gaucher soit plus ou moins forte selon le patrimoine génétique, mais que le processus de latéralisation n'est pas complètement déterminé par ce patrimoine, et que le phénomène est trop peu robuste pour pouvoir s'opposer à des influences externes contraignantes.

Notes

1 Ces résultats s'accordent avec une étude de Spinozzi et Truppa (1999) dans laquelle est observée une préférence latérale prononcée dans les activités bimanuelles complexes chez des capucins.

2 Baldwin a fait passer à sa fille Hélène quelque deux mille essais pendant une période de quatre mois : Hélène a commencé à montrer une préférence manuelle vers 7-8 mois et était à 13 mois « une droitière confirmée » (Baldwin, 1890, p. 248).

Table des illustrations

Légende Figure 50. Comparaison du pourcentage de stratégies de droitiers lors de différentes tâches bimanuelles et de prises unimanuelles.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 51. Relations entre la latéralité de préférence et la latéralité de performance mesurée lors de la tâche de déplacement de chevilles (d'après Annett, 1985).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 52. Les parents ont tendance à porter leur bébé du côté gauche.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4868/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Figure 53. Position habituelle du fœtus au cours du dernier trimestre de la grossesse (position occipito-iliaque gauche) (Grapin & Perpère, 1968).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4868/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540