Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement des habiletés de l’enfant

 | 
Jacqueline Fagard

Chapitre IX. Développement de la coordination bimanuelle

Texte intégral

1. Émergence de la coordination bimanuelle au cours de la première année

1La plupart des habiletés gestuelles demandent une coordination bimanuelle complexe que l’on met parfois des années à construire. Dès qu’il commence à manipuler des jouets à deux mains, dès qu’il cherche à lacer ses souliers, l’enfant apprend à se servir de ses deux mains de façon coordonnée. Sur quel système initial se développe cet apprentissage ? Le bébé est-il une personne unimanuelle qui apprend lentement à utiliser ses deux mains ? Est-il au contraire contraint au départ par une motricité globale dont il émerge en différenciant progressivement ses deux mains, comme le suggéraient certains observateurs ?

1.1. Couplages bimanuels chez le nourrisson

2On observe une grande différence dans la bilatéralité des mouvements du nouveau-né selon que l’on considère sa motricité réflexe, sa motricité spontanée ou sa motricité dirigée vers un stimulus. La coactivation des deux bras est fréquente dans les réflexes, par exemple dans le réflexe de Moro (Illingworth, 1978). Cette coactivation semble relativement bien synchronisée, malgré une légère avance du bras droit sur le bras gauche chez plus de 80 % des nouveau-nés testés (Rönngvist, 1995). Le délai entre les deux mains, de 200 ms, peut facilement être détecté avec un système d’analyse du mouvement. Les premières ébauches de mouvement volontaire, comme le « prereaching », sont, quant à elles, unilatérales pour la plupart. Ainsi, si on présente au bébé un objet à distance de prise, le mouvement d’approche est unimanuel (Bower, 1974b ; Hofsten, 1982). En revanche, si le bébé s’agite devant un objet qui est hors de sa portée, il bouge en même temps les bras et les jambes. En l’absence d’objet, ce type de coactivation s’observe moins facilement, et les mouvements isolés des bras ou des jambes sont les plus fréquents (Cioni, Fabrizio & Prechtl, 1980) ; Piek et Carman (1994) ont par exemple noté que 40 % des mouvements spontanés sont soit des mouvements isolés des jambes, soit des mouvements isolés des bras. Quand les mouvements sont simultanés, ils sont néanmoins couplés, en phase sur les axes Y et Z, et en antiphase sur l’axe X (Hofsten & Rönngvist, 1993, cf. figure 45).

3En étudiant les changements que présentent les coactivations dans les mouvements spontanés entre 1 et 5 mois, McDonnell et al. ont observé que la synchronisation entre les mouvements d’un bras et de la jambe controlatérale augmentait avec l’âge, tandis que la synchronisation entre les bras n’augmentait pas pendant la même période d’âge (McDonnell, Corkum & Wilson, 1989). Les premiers couplages observés dans les mouvements spontanés relèvent sans doute davantage d’un système de motricité globale que d’un couplage spécifique entre les bras.

4Cet aspect global de la motricité spontanée du très jeune bébé ne se retrouve pas vraiment dans la motricité dirigée vers un but. Les gestes d’approche vers l’objet sont essentiellement unimanuels dans cette période précoce pendant laquelle, en raison du réflexe tonique asymétrique du cou, le bébé ne se met pas spontanément en position symétrique. Nous verrons qu’ils cessent d’être unimanuels vers 2-3 mois, après la disparition de ce réflexe. Avec les premiers vrais gestes d’atteinte s’installe en effet une période de bilatéralité. Les périodes de bilatéralité alternent avec des périodes d’unilatéralité jusqu’au début de la deuxième année.

1.2. Approche et prise d’un objet : fluctuations entre uni- et bilatéralité

5Vers 3-4 mois, lorsque le geste d’approche vers l’objet devient facilement observable (rappelons que le geste d’approche est difficile à susciter vers l’âge de 2 mois), il commence à être plus fréquemment bilatéral (White et al., 1964), même pour attraper des jouets présentés sur le côté (Provine & Westerman, 1979). D’après plusieurs études, cette période de bilatéralité dure jusque vers 5-6 mois, après quoi les approches deviennent temporairement plus souvent unimanuelles (Bresson, Maury, Piéraut-Le Bonniec & Schonen, 1977 ; Cadoret & Beuter, 1994 ; Flament, 1975 ; Gesell & Ames, 1947 ; Ramsay & Willis, 1984 ; Rochat & Stacy, 1989 ; Thelen, 1992 ; White et al., 1964). Vers la fin de la première année, l’atteinte redevient bimanuelle, même quand l’enfant s’approche de petits objets qui ne nécessitent pas de prise bimanuelle (Corbetta & Thelen, 1996 ; Fagard & Pezé, 1997 ; Thelen, 1992).

Figure 45. Exemple de relations de phase entre les bras droit et gauche lors de mouvements spontanés, sur les axes X, Y et Z (d’après Hofsten & Rönngvist, 1993).

6Sur quel critère doit-on se fonder pour considérer qu’un geste est bimanuel ? Parmi toutes les études citées dans le paragraphe précédent, il n’en existe pas deux qui aient utilisé le même critère de bilatéralité. L’approche est considérée comme bilatérale en fonction des critères suivants : quand la « seconde » main est déjà à mi-chemin vers l’objet quand la main « pilote » a touché l’objet (Lockman et al., 1984) ; quand les deux mains contactent l’objet simultanément (Humphrey & Humphrey, 1987), ou à un intervalle d’une seconde l’une de l’autre (Goldfield & Michel, 1986b) ; quand la distance bouche-mains et la distance entre les deux mains diminuent de façon synchrone (Rochat, 1992). Parfois, le critère de bilatéralité n’est pas indiqué (White et al., 1964 ; Bresson et al., 1977).

7En observant la stratégie utilisée au cours des trois composantes principales du geste, démarrage, approche et prise, nous avons pu apporter quelques précisions sur les différentes stratégies utilisées par les enfants. Nous avons considéré comme une stratégie complètement bimanuelle les seuls démarrages synchrones des deux mains, suivis d’une prise bimanuelle. La plupart des stratégies sont mixtes, incluant l’utilisation d’une seule main pour au moins une des trois composantes du geste (démarrage, atteinte ou prise, cf. figure 46). Quand le bébé n’a toujours pas activé sa seconde main avant qu’on lui retire l’objet (ce que nous faisons dans les quelques secondes suivant la prise), nous considérons sa stratégie comme totalement unimanuelle. La fréquence des différentes stratégies, qui a été observée lors de 219 approches vers l’objet, réalisées par 24 bébés de 7 à 13 mois, apparaît sur la figure 46. Les stratégies d’atteinte et de prise d’objet sont rarement complètement unimanuelles ou complètement bimanuelles. La plupart du temps, le bébé démarre avec une main, et sa seconde main rejoint l’autre soit avant le toucher, soit avant la prise, plus rarement au moment de la manipulation seulement.

8Nous avons utilisé ce critère de bilatéralité pour observer les changements dans les stratégies d’approche au cours de deux études longitudinales : un premier groupe de quatre enfants a été suivi tous les quinze jours entre 5 mois et demi et 9 mois et demi, et un second groupe de six enfants a été suivi tous les mois entre 6 et 12 mois. Les résultats montrent que la fréquence des approches bilatérales diminue vers 7 mois et demi mais remonte après (Fagard, 1998). Par ailleurs, les premières approches unimanuelles sont accompagnées de syncinésies. Chez les enfants plus âgés, la seconde main reste souvent posée sur la table pendant une approche unimanuelle. Il semble donc que la bilatéralité des premières approches et celle de la fin de la première année aient une signification bien différente. Nous reviendrons sur ce point.

9L’augmentation de la fréquence des approches bimanuelles vers la fin de la première année apparaît comme un phénomène assez stable, puisqu’elle se maintient même lorsqu’on attache un poids à l’un des deux poignets du bébé, ainsi que l’a montré une étude récente de Michel et Lambrecht (en prép., in Michel, 1998).

10Ces changements sont à première vue étonnants car ils peuvent parfois donner l’impression d’une régression. Si on prend l’exemple de l’augmentation des approches bilatérales à la fin de la première année, tout se passe comme si le bébé, après avoir appris à contrôler le geste unimanuel, avait à nouveau besoin de ses deux mains pour prendre un objet. Gesell (1954) mettait ces fluctuations sur le compte de ce qu’il appelait les influences réciproques (en anglais, « reciprocal interweaving »), un principe de développement selon lequel les progrès moteurs sont associés à d’inévitables réorganisations du système neuro-moteur pouvant apparaître comme des régressions. On dispose maintenant d’un certain nombre d’études qui ont cherché à analyser les facteurs de changement dans ces fluctuations entre uni- et bilatéralité de l’approche. Parmi ces facteurs on peut distinguer les facteurs intrinsèques liés au sujet, et les facteurs qui ont trait aux objets eux-mêmes, qui peuvent induire différents patterns chez un même sujet. Cette distinction est bien sûre toute relative puisque ce n’est qu’en fonction de certaines capacités intrinsèques du sujet que les capacités extrinsèques de l’objet pourront influencer son geste.

Figure 46. Principales stratégies observées aux différents moments du geste (Fagard & Jacquet, 1996).

1.2.1. Facteurs enjeu dans les fluctuations entre l’uni- et la bimanualité

11Les principaux facteurs que l’on peut évoquer pour expliquer ces fluctuations sont les changements posturaux, les changements dans le contrôle distal du geste, ainsi que dans l’anticipation de la manipulation de l’objet. Dans une optique dynamicienne, on peut également penser avec Thelen (1995) que le caractère uni- ou bilatéral du geste dirigé vers un but dépend des caractéristiques intrinsèques de la motricité spontanée au moment considéré. Difficiles à dissocier complètement, ces différents facteurs seront traités à l’intérieur de chaque période de fluctuation considérée.

12Comme nous l’avons déjà mentionné, la première période de bilatéralité, qui démarre vers l’âge de 3 mois, vient après la baisse du réflexe tonique asymétrique du cou. Cette baisse entraîne chez le bébé une posture beaucoup plus symétrique qui favorise sans doute l’utilisation en miroir des deux mains. Par ailleurs, dès l’âge de 3 mois, l’objet pris commence à être porté à la bouche par l’enfant ; même si les deux mains ne sont pas toujours utilisées à cet âge pour mettre l’objet à la bouche, l’exploration buccale est souvent accompagnée d’un soutien bimanuel de l’objet en coordination avec l’ouverture anticipée de la bouche (Rochat, 1989). Il est donc possible que l’anticipation de la mise à la bouche de l’objet entraîne de préférence la mobilisation coordonnée des deux mains pour approcher l’objet. Cette synergie (deux)main(s)-bouche fait partie du répertoire de base du bébé.

13Les progrès dans la station assise pourraient expliquer la période d’unilatéralité qui suit : cette période s’étend entre 5-6 mois et la fin de la première année. En comparant les fréquences d’approches bimanuelles en fonction de la posture imposée au bébé, ou en fonction du développement de la station assise, Rochat observe que la station assise (soutenue par l’expérimentateur) augmente la fréquence des approches bilatérales chez les bébés de 5-6 mois (Rochat & Stacy, 1989), tandis que la maîtrise de la station assise entraîne une diminution des approches bimanuelles vers 7-8 mois (Rochat, 1990). Des résultats similaires ont été retrouvés par Savelsbergh et van der Kamp (1993) : les auteurs ont présenté à des bébés 8 à 19 semaines et de 20 à 26 semaines une planche recouverte de neuf balles de mousse rouge de 2, 5 cm de diamètre. La fréquence des approches bimanuelles a été comparée dans trois postures différentes (enfant allongé, enfant assis avec une inclinaison de 60° ou de 90°) : les atteintes bimanuelles sont plus fréquentes chez les enfants de 20-26 semaines dans les postures « assis » que dans la posture « allongé ».

14Les progrès de la motricité distale pourraient également influencer l’unilatéralité des stratégies d’approche. Nous avons vu que la motricité distale et la motricité proximale correspondent à des contrôles neuro-moteurs différents : la motricité proximale, comme la motricité axiale, est contrôlée par les voies non croisées issues des deux hémisphères (voies vestibulospinales), tandis que la motricité distale est contrôlée par l’hémisphère controlatéral à travers les voies cortico-spinales directes croisées. On sait que le système ventromédian, qui comporte les voies vestibulospinales, se développe avant le système cortico-spinal (Kuypers, 1962), ce qui explique la maturation plus précoce de la motricité proximale par rapport à la motricité distale. Tant que le contrôle du geste d’approche se fait à un niveau proximal, il se pourrait donc que le bébé ait tendance à utiliser ses deux bras et que la maturation du contrôle distal favorise au contraire une stratégie unimanuelle.

15Une autre explication, celle de Thelen, n’est pas forcément incompatible avec la précédente. Dans l’optique dynamique qui est la sienne, Thelen considère que les périodes de bimanualité de l’approche reflètent les caractéristiques intrinsèques motrices du moment (bilatéralité spontanée et niveau d’activité de base du bébé). La bimanualité spontanément adoptée dans les gestes manuels en l’absence d’objet influencerait celle des gestes d’approche vers l’objet (Corbetta & Thelen, 1996). En observant longitudinalement quatre bébés, au cours de séances où des objets n’étaient présentés aux bébés qu’à certains moments, les auteurs ont mis en évidence des corrélations entre les patterns observés dans les gestes d’approche vers l’objet et dans les gestes spontanés en l’absence d’objet. Pour les auteurs, cela signifie que les comportements orientés vers un but s’organisent à partir de patterns spontanés de coordination qui forment le substrat d’où émergent les comportements orientés. On peut évidemment se poser la question de savoir si, en étudiant, comme le fait Thelen, le geste d’approche au milieu d’une séquence d’activité spontanée, elle ne se met pas dans des conditions idéales pour que les deux types de motricité s’influencent mutuellement. Les mêmes auteurs ont également observé que les gestes bilatéraux (qu’il s’agisse de gestes vers l’objet ou de gestes en l’absence d’objet) correspondaient aux gestes les plus rapides et les plus énergiques (Thelen et al., 1993). Des changements dans le statut énergétique de la motricité pourraient donc être responsables des fluctuations observées dans l’uni- et la bilatéralité du geste d’approche. L’unilatéralité refléterait alors les progrès dans la capacité d’inhiber la diffusion de la réponse aux effecteurs non impliqués : de fait, quand les bébés observés longitudinalement par Thelen et al. entrent dans une période d’unilatéralité, ce changement est associé à un changement dans le contrôle des forces du bras qui arrive en second sur l’objet, tandis que les dynamiques du bras qui était le premier dans les approches bilatérales (et qui devient le bras qui s’approche dans les approches unimanuelles) ne changent pas. Ces résultats suggèrent une inhibition active du bras « non pilote » (Corbetta & Thelen, 1994).

16Toujours dans la même perspective, la période de bilatéralité qui survient vers la fin de la deuxième année pourrait être liée aux débuts de la marche indépendante, responsable d’une recrudescence temporaire des approches bilatérales. Analysant à la fois les progrès dans la locomotion, les stratégies d’approche de petits objets en position assise, et le niveau de performance au cours d’une tâche bimanuelle de dix bébés toutes les semaines entre 7-8 et 12-14 mois, Corbetta observe que huit d’entre eux recommencent à approcher le petit objet à deux mains au moment où ils commencent à marcher seuls (Corbetta, 1998). Elle en conclut que les contraintes posturales rencontrées dans la maîtrise de la nouvelle activité (la marche) entraînent des désorganisations par rapport à une habileté préalablement acquise (l’approche unimanuelle) : parmi ces contraintes l’auteur cite le besoin de maintenir les deux bras vers le haut pour garder l’équilibre.

17Pour expliquer l’augmentation de la bilatéralité à la fin de la première année, on peut également invoquer les changements survenant dans la manipulation de l’objet. À cet âge apparaissent les premières manipulations complémentaires des objets, comme nous allons le voir au paragraphe suivant. On peut donc également faire l’hypothèse que le bébé approche l’objet à deux mains en anticipant sa manipulation.

18Il ressort de ces travaux que la synergie bimanuelle de mouvements non différenciés, observable dans l’approche bimanuelle de l’objet, apparaît très tôt, précédant donc largement les premières coordinations de gestes complémentaires asymétriques. La coordination de ces mouvements non différenciés reste toutefois assez rudimentaire jusque vers 9-10 mois. Il n’est pas rare d’observer des bébés de 7-8 mois qui ne s’aident pas de leur seconde main quand ils ont du mal à prendre un objet d’une main, ou quand on a changé brutalement la trajectoire de l’objet (LaRouche, 1991). Les coordinations de gestes complémentaires vont considérablement se développer à partir de la fin de la première année.

1.3. Les manipulations bimanuelles de l’objet

1.3.1. Premières manipulations indifférenciées ou peu différenciées

19Dès que le bébé est capable de tenir un objet dans une main, on peut observer quelques manipulations élémentaires faites avec l’autre main. Il s’agit essentiellement de gestes de grattage de l’objet avec un doigt (en anglais, « fingering »), occasionnels dès 3 mois et plus fréquents à partir de 4 mois (Rochat, 1989). Des manipulations non différenciées apparaissent : le port d’objet à la bouche, le transfert d’objet d’une main dans l’autre (vers 7 mois, Lézine, 1978), la rotation d’objets, qui devient bimanuelle entre 9 et 12 mois (Ruff, 1984), ou la frappe de deux objets l’un contre l’autre, fréquente peu après le début du babillage (Ramsay, 1985).

20Certains auteurs pensent que les premiers gestes bimanuels indifférenciés témoignent d’un fort couplage spontané entre les deux mains. D’après eux, ce n’est qu’après la diminution de ce couplage que les bébés deviendraient capables de coordinations bimanuelles asymétriques et complémentaires. Ainsi, pour Diamond (1991), jusqu’à l’âge de 10 mois, les bébés ont du mal à ne pas activer leurs deux mains en miroir, n’ayant pas la capacité d’inhiber ce type de mouvement prévalent, une observation que je n’ai guère retrouvée. De leur côté, Goldfield et Michel (1986b) ont cherché à observer les changements dans le couplage spatio-temporel entre les deux mains lors de l’approche vers l’objet, faisant l’hypothèse que la diminution du couplage vers la fin de la première année entraîne une plus grande facilité à coordonner les deux mains de façon asymétrique et complémentaire. Leurs résultats indiquent que les bébés de 7 mois ont plus tendance à bouger leurs deux mains simultanément que ceux de 11 mois, et à les bouger de façon plus parallèle que ceux de 11 mois. Les auteurs concluent que le couplage temporo-spatial baisse entre 7 et 11 mois. Cependant, leur conclusion a une portée limitée pour deux raisons : la première est que les enfants de 11 mois présentaient une plus grande fréquence de gestes bimanuels que ceux de 7 mois d’après leur critère de bimanualité (les deux mains contactant l’objet à une seconde d’intervalle au maximum) ; la seconde est qu’ils n’ont pas utilisé de système d’analyse du mouvement et que leurs mesures ne sont pas d’une très grande précision.

21En utilisant un tel système d’analyse du mouvement, nous n’avons pas observé de diminution du couplage des gestes bimanuels entre 6 et 12 mois (Fagard & Pezé, 1997). Dans notre étude, six enfants ont été suivis entre 6 et 12 mois, à raison d’une observation par mois. Afin d’estimer le couplage de leurs deux mains dans l’approche bimanuelle, nous leur avons présenté des objets de taille moyenne (entre 2 et 5 cm de diamètre) à distance de prise. Pour tester l’hypothèse qu’une baisse du couplage puisse permettre l’émergence des coordinations bimanuelles complémentaires, nous leur avons également présenté au cours de la même séance trois tâches bimanuelles (tâche « tube-étui », « femme-couvercle » et « boîte avec couvercle opaque », décrites plus bas). Les résultats montrent que, si le couplage spatio-temporel de gestes bimanuels ne diminue pas entre 6 et 12 mois, en revanche la fréquence des approches bimanuelles est particulièrement basse lors de la séance de test précédant le premier succès à une des tâches bimanuelles. Ce ne serait donc pas la baisse du couplage des approches bimanuelles, mais la baisse de fréquence de ces approches (traduisant une plus grande indépendance des deux mains), qui favoriserait l’émergence de la coordination bimanuelle complémentaire. Ces résultats sont cohérents avec ceux de Thelen et al. qui, ayant également utilisé un système d’analyse du mouvement, n’observent pas non plus de baisse de couplage des gestes bimanuels avec l’âge (Thelen et al., 1993).

1.3.2. Premières coordinations bimanuelles complémentaires

22Les premières coordinations bimanuelles de gestes différenciés et complémentaires des deux mains se développent vers la fin de la première année. On parle de différenciation du rôle des deux mains pour toute manipulation bimanuelle, au cours de laquelle chaque main réalise une action différente tandis que les deux actions coordonnées aboutissent à une manipulation unique sur l’objet. Une main joue alors le rôle plus passif de support et de stabilisation de l’objet, tandis que l’autre main l’explore et le manipule. Comme le font remarquer Kimmerle et al., les termes d’ « activité bimanuelle complémentaire » et d’ « asymétrie fonctionnelle entre les deux mains » sont utilisés pour rendre compte de ce phénomène (Kimmerle, Mick & Michel, 1995).

Les tâches permettant l’étude de la coordination bimanuelle chez le bébé
Plusieurs types de tâches servent à étudier le développement des habiletés bimanuelles : celles qui utilisent un jouet unique dont la manipulation produit un effet intéressant pour le bébé (téléphone, moulinets, etc.), celles qui utilisent des objets dont deux parties peuvent se détacher ou se désemboîter l’une de l’autre (un tube dans son étui, un jouet dans sa boîte, etc.), et celles qui utilisent un objet dont une partie s’ouvre, permettant au bébé de saisir un jouet placé à l’intérieur sous ses yeux (boîte avec porte, boîte avec couvercle, etc.).

  • 1 Dans des études comparatives entre des jeunes singes normaux, des singes cérébrolésés et des bébés (...)

23Dans une étude publiée en 1970, Bruner a observé le comportement de bébés de 6 à 17 mois devant une boîte transparente sous le couvercle de laquelle apparaissait un jouet. Pour obtenir le jouet, l’enfant devait faire glisser le couvercle en le poussant vers le haut dans son rail, le tenir ouvert d’une main pendant que l’autre main attrapait le jouet (Bruner, Lyons & Watkins, 1969b). Ce type de tâche nécessite que l’enfant comprenne par quel moyen il peut avoir accès au jouet, mais elle demande aussi une bonne coordination temporelle entre les activations à la fois séquentielles et simultanées des deux mains. La transparence du couvercle ne facilite pas la tâche car elle est source de conflit, du moins chez les plus jeunes, entre le désir de prendre l’objet de façon directe et le besoin de passer d’abord par une étape intermédiaire1. L’affaire se complique avec la boîte de Bruner à cause de la contradiction qu’il y a entre le geste d’une main qui doit pousser la barrière d’un geste centrifuge et celui de l’autre main avec laquelle l’enfant ramène l’objet vers lui. Les résultats de Bruner montrent que la coordination bimanuelle, qui est observée après un stade d’unilatéralité, passe par une étape où les rôles des deux mains sont indifférenciés, et que la coordination impliquant des gestes complémentaires se fait d’abord de façon très maladroite. Vers le début de la deuxième année, les auteurs observent une majorité de stratégies bimanuelles avec des rôles différenciés. Il faut noter que la tâche de Bruner est difficile car les deux mains y jouent un rôle actif.

Différentes stratégies pour ouvrir un couvercle
Les stratégies successives utilisées par les bébés pour ouvrir un couvercle sont les suivantes : taper contre le couvercle pour attraper le jouet/ouvrir et fermer le couvercle sans chercher à prendre l’objet/essayer à tout prix d’ouvrir le couvercle et de prendre l’objet avec la même main (parfois avec succès)/réussir la tâche de façon bimanuelle avec une stratégie peu différenciée (les deux mains poussent le couvercle, une main lâche et prend le jouet)/réussir la tâche de façon bimanuelle et différenciée mais avec des gestes mal coordonnés dans le temps (la main qui tient le couvercle le lâche trop tôt)/réussir la tâche de façon bimanuelle et différenciée avec des gestes bien coordonnés.

24Si la tâche de Bruner n’est pas réussie avant la fin de la première année, d’autres tâches complémentaires moins difficiles sont réussies plus tôt. L’âge d’émergence de la coordination bimanuelle complémentaire dépend des contraintes de la tâche. Une tâche bimanuelle est réussie plus tôt lorsqu’une main est relativement passive. Par ailleurs, quand les mouvements sont asymétriques le succès est plus précoce, si les gestes peuvent être faits successivement (Fagard & Jacquet, 1989). Nous avons ainsi comparé les capacités de coordination bimanuelle d’enfants de 6, 9 et 12 mois, en leur présentant quatre tâches différentes : (1) la tâche « ficelle » consistait à tirer sur une grosse ficelle au bout de laquelle était attaché un jouet coloré en bois et était présentée de telle façon que le bébé pouvait prendre directement la ficelle mais pas le jouet ; (2) la tâche « tube/étui » consistait à prendre dans une main un étui en bois et à en sortir avec l’autre main le tube transparent dont dépassait le couvercle orange vif ; (3) la tâche « femme/couvercle » consistait à soulever le couvercle transparent recouvrant un petit personnage « Fisher-Price » afin de prendre le personnage ; (4) enfin la tâche « boîte avec couvercle opaque » consistait à ouvrir le couvercle d’une boîte afin de prendre à l’intérieur le jouet qui y avait été placé sous les yeux de l’enfant (cf. figure 47).

25La fréquence de succès augmente pour les quatre tâches entre 6 et 12 mois (cf. figure 48). Les premiers succès semblent souvent plus ou moins intentionnels, et survenir après une exploration peu spécifique de l’objet. Si l’on considère les tentatives spécifiques pour récupérer le jouet, les premières stratégies utilisées sont soient unimanuelles, soit bimanuelles peu différenciées (les deux mains soulèvent l’objet, ou il y a transfert de l’objet d’une main dans l’autre). Ce n’est qu’à 12 mois que l’on observe une majorité de stratégies bimanuelles complémentaires où les gestes des deux mains sont temporellement bien coordonnés.

26Ces résultats concordent avec ceux de Kimmerle et al. (1995, 1998). En proposant des tâches pour lesquelles une des mains joue seulement un rôle de stabilisation, les auteurs ont observé des succès bimanuels dès l’âge de 7 mois ; c’est l’âge auquel ils constatent des manipulations d’objet dont une partie est mobile. Il faut aussi noter que les activités d’exploration tactile commencent à devenir plus souvent bimanuelles à partir de 9 mois, et que des explorations bimanuelles complexes comme celle qui consiste à repérer le contour d’un objet sont observées vers la fin de la première année (Bushnell & Boudreau, 1993). Avant 9 mois, la seconde main peut éventuellement être utilisée pour caler l’objet sur un support mais elle est plutôt employée par le bébé pour se caler lui-même.

Figure 47. Tâches bimanuelles : « tube/étui » (A), « femme/couvercle » (B), « boîte » (C), « ficelle » (D).

Figure 48. Succès aux tâches bimanuelles en fonction de l’âge (Fagard, 1994).

27Il est donc évident que vers la fin de la première année les bébés deviennent capables d’utiliser leurs deux mains de façon complémentaire et asymétrique comme l’exigent la plupart des manipulations. Dans ces manipulations d’objet, une main est plus passive que l’autre. À quel âge une main prend-elle systématiquement le rôle le plus actif ? Les gestes bimanuels sont-ils d’emblée latéralisés ? Cette question sera traitée un peu plus bas, dans le chapitre consacré au développement de la latéralité manuelle.

2. Développement bimanuel au cours de l’enfance

28Les coordinations bimanuelles complémentaires, qui émergent donc vers la fin de la première année, se développent considérablement au fur et à mesure que l’enfant s’autonomise et apprend à effectuer beaucoup de choses par lui-même ; manger, éplucher un fruit, s’habiller, la plupart des activités quotidiennes l’entraînent à coordonner ses deux mains de façon complémentaire. Certains apprentissages restent notoirement difficiles pendant quelques années : par exemple, lacer ses souliers ou séparer les jaunes d’œuf des blancs. Des contraintes de plusieurs ordres gênent l’apprentissage : contraintes cognitives (l’enfant doit comprendre et apprendre la séquence d’action dans le bon ordre, il doit savoir tenir compte du résultat pour se corriger), contraintes motrices intrinsèques liées à l’organisation du système neuro-moteur et à la coactivation de plusieurs effecteurs. Dans ce chapitre, l’accent sera mis plus particulièrement sur les contraintes motrices. La plupart des études de coordination bimanuelle chez l’enfant se sont appuyées sur des tâches expérimentales où les deux mains jouent un rôle non différencié.

2.1. La transmission des impulsions motrices selon Wallon

29Ce n’est pas vraiment un intérêt pour la coordination bimanuelle per se qui a guidé les premières observations du développement bimanuel. L’étude de la latéralité, ou celle du transfert d’impulsion d’une main sur l’autre et de son inhibition, étaient au centre des premiers travaux où est évoquée la question de la coordination entre les deux mains. Ainsi Wallon et Denjean (1962) ont-ils étudié ce qu’ils appelaient « la transmission des impulsions motrices d’une main sur l’autre ». Dans leur tâche, les sujets devaient tracer simultanément la même arabesque avec les deux mains, une main se contentant de repasser sur un modèle, tandis que l’autre faisait le même tracé sur l’autre côté de la feuille sans modèle (cf. figure 49).

Figure 49. Figures utilisées par Wallon pour étudier la transmission des impulsions motrices d’une main sur l’autre (A) modèle des dessins en miroir ; (B) modèle de dessins différents.

  • 2 Des travaux plus récents indiquent que le sens choisi par un sujet pour dessiner des cercles dépend (...)

30La main qui a le modèle est la main pilote, l’autre main est la main induite. La consigne était de « repasser le trait de crayon jusqu’au bout et de faire en même temps le même dessin sur la feuille avec l’autre crayon ». Cette épreuve a été donnée à 189 enfants de 4 à 13 ans, 121 droitiers et 68 gauchers, dans le but de comparer le transfert dans le sens droite-gauche et gauche-droite. Les auteurs observent que, chez les droitiers, la performance est meilleure pour la main droite induite que pour la main gauche induite. Par ailleurs, les auteurs ont comparé la fréquence relative des tracés symétriques (en miroir) et homologues (parallèles) selon la main induite, les parties du tracé et la latéralité. Les tracés symétriques sont moins fréquents que les tracés homologues, et la symétrie est plus fréquente chez les droitiers que chez les gauchers. La tendance à effectuer la spirale du départ symétrique par rapport à l’autre ne s’observe, chez les droitiers, que pour la main gauche induite. Les auteurs expliquent ces résultats par des différences de sens des mouvements faits spontanément avec l’une ou l’autre main. Ils ont en effet observé qu’en dessin libre unimanuel, une spirale se fait plus spontanément dans le sens antihoraire avec la main gauche, et dans le sens horaire avec la main droite, tandis que c’est l’inverse pour des boucles répétées2. Les tracés symétriques de la main droite induite deviennent plus rares après 8 ans et ne s’observent après l’âge de 10 ans que chez des enfants souffrant de retard intellectuel ou d’instabilité motrice. On peut reprocher aux auteurs de n’avoir pas tenu compte de ce que, même si seule une des deux mains repasse sur un modèle déjà dessiné, le modèle visuel est disponible pour l’autre main. Leur conclusion quant à la « transmission » de l’impulsion, qui se ferait plus facilement de gauche à droite que de droite à gauche, est donc à relativiser. On peut tout aussi bien conclure que les droitiers sont plus aptes à utiliser un modèle visuel quand ils dessinent avec leur main préférée que quand ils dessinent avec leur main non préférée. En revanche, leurs observations concernant la relation entre l’expression d’une tendance à effectuer les gestes en miroir et le type de tracé renforcent de façon intéressante la notion de stéréotypies et de mouvements spontanés. Ce travail a été le premier, à ma connaissance, à mettre l’accent sur le fait que la tendance à la symétrie perturbe moins la performance après l’âge de 10 ans. On sait d’ailleurs que la fréquence d’écriture en miroir avec la main gauche lors d’exercices d’écriture bimanuelle simultanée de chiffres et de lettres diminue particulièrement entre 6-8 ans et 9-11 ans (Greiner & Fitzgerald, 1992). S’agit-il là d’une meilleure prise en charge de la motricité par un seul hémisphère (le gauche en général) ou d’une intégration interhémisphérique qui se développe à cet âge ?

31La diminution des syncinésies avec l’âge a été l’objet d’observations répétées dont les premières sont déjà anciennes. Wallon parlait de « diadococinésies » (Wallon & Denjean, 1962). Les syncinésies sont des mouvements parasites qui accompagnent de façon involontaire et apparemment inutile une activité motrice unimanuelle. Le sujet n’a en général pas conscience de ses syncinésies ; elles restent difficiles à réprimer même quand il en prend conscience. Les syncinésies sont très fréquentes chez les jeunes enfants. On en observe au cours d’activités manuelles simples mais répétées ou séquentielles. Elles sont de plusieurs types : on parle de mouvements en miroir lorsque l’irradiation motrice entraînée par un geste est observée sur le membre controlatéral soit sous forme de mobilisation tonique, soit sous forme de geste symétrique, et on parle de mouvements associés lorsque l’irradiation motrice est observée ailleurs, la plupart du temps sous forme de mobilisation tonique.

32Plusieurs études ont montré que la fréquence des syncinésies diminue jusqu’à la puberté (Abercrombie, Lindon & Tyson, 1967 ; Ajuriaguerra & Stambak, 1955 ; Connolly & Stratton, 1968 ; Njiokiktjien, Driessen & Habraken, 1986 ; Wolff, Gunnoe & Cohen, 1983). Bien que les syncinésies soient une manifestation normale de l’état d’immaturité du système nerveux chez le jeune enfant (Wolff & Hurwitz, 1976), elles peuvent néanmoins prendre une valeur pathologique quand elles sont massives ou quand elles persistent au-delà de l’âge où elles disparaissent normalement. C’est par exemple le cas chez les enfants hyperactifs.

Quelques épreuves d’estimation des syncinésies
Soulèvement de doigt : le sujet a ses deux mains posées à plat sur la table ; on lui demande de lever le doigt touché par l’expérimentateur (et seulement celui-là). Ecartement des doigts : le sujet a ses deux mains posées à plat sur la table ; on lui demande d’écarter les deux doigts touchés par l’expérimentateur (et seulement ceux-là).
Répétition de frappes pouce-index : on demande au sujet de fermer le pouce et l’index de façon répétitive et le plus rapidement possible.
Répétition de séquences pouce-doigts : on demande au sujet de fermer successivement le pouce avec chacun des quatre autres doigts le plus vite possible et de répéter la séquence plusieurs fois.
Test du bâton : on met des règles entre les doigts du sujet et on lui demande de laisser tomber une règle (indiquée par l’expérimentateur) sans laisser tomber les autres.

33L’âge de leur diminution varie d’un type de syncinésie à l’autre : ainsi, entre 5 et 8 ans Wolff et al., ont-ils observé une baisse de la fréquence des mouvements en miroir, d’abord dans la tâche de frappes successives pouce-doigts, puis dans la tâche de pronation-supination, enfin dans la tâche d’écartement des doigts (Wolff et al., 1983).

2.1.1. Syncinésies et différences liées à la latéralité et au sexe

34Lorsque des différences ont été observées entre les deux mains, on a trouvé en général plus de syncinésies de la main gauche active vers la droite que l’inverse, cela chez les droitiers (Wolff et al., 1983). Une semblable asymétrie de l’irradiation motrice a été observée chez l’adulte (Armatas et al., 1994 ; Armatas, Summers & Bradshaw, 1996). Dans leur étude portant sur cinquante filles et cinquante garçons de 5 ans et demi à 6 ans et demi, Wolff et al. n’ont pas trouvé de différence liée au sexe.

2.2. Le développement des coordinations bimanuelles chez l’enfant

35Les premiers travaux expérimentaux dont l’intérêt portait spécifiquement sur le développement de la coordination bimanuelle chez l’enfant sont à ma connaissance ceux de Elliott & Connolly (1974) qui ont testé des sujets de 3, 4 et 6 ans sur un jeu de labyrinthe à bille. Dans ce jeu, le plateau peut être incliné grâce à deux boutons placés sur les côtés, et la direction prise par la bille dépend de l’action combinée des deux mains. Selon le tracé par lequel ils devaient faire passer la bille, les enfants devaient utiliser des gestes en miroir ou parallèles, simultanés ou successifs. Les auteurs ont observé que la difficulté de la tâche dépendait de la combinaison des mouvements, les mouvements parallèles étant plus difficiles pour les plus jeunes que pour les plus âgés. Ces compatibilités de gestes ne s’appliquent pas seulement aux gestes simultanés, mais également aux gestes faits en succession. Par ailleurs, les enfants de 3 ans bougeaient plus souvent leurs deux mains en succession que simultanément, surtout quand la tâche impliquait des gestes parallèles.

36Les travaux sur la coordination bimanuelle se sont multipliés depuis une quinzaine d’années. Deux faits expliquent cet intérêt : d’une part, les travaux sur les problèmes de coordination bimanuelle de patients à qui on avait sectionné le corps calleux ont ouvert un champ de recherche dans le domaine du développement, dont la pertinence est liée à la maturation tardive du corps calleux. D’autre part, la théorie des systèmes dynamiques, en plein développement, a trouvé dans les apprentissages bimanuels un paradigme de choix.

37Une série d’études, s’inspirant des observations réalisées par Preilowski sur les malades de Sperry dont le corps calleux avait été sectionné pour « traiter » une épilepsie grave et rebelle aux traitements médicamenteux, nous ont permis de mettre en évidence les différentes contraintes rencontrées par les enfants lors d’un nouvel apprentissage bimanuel. Comme nous l’avons déjà vu, l’utilisation du télécran avec des mouvements de relations temporelles et spatiales variées avait permis à Preilowski d’observer que, sans la partie antérieure du corps calleux, l’apprentissage d’une nouvelle coordination bimanuelle est difficile et reste très longtemps dépendante des rétroactions visuelles (Preilowski, 1972, 1975). Étant donné le rôle du corps calleux dans les apprentissages bimanuels nouveaux, et sachant que la myélinisation du corps calleux se poursuit très tard au cours de l’enfance (Farber & Knyazeva, 1991 ; LaMantia & Rakic, 1984 ; Yakovlev & Lecours, 1967), nous avons fait l’hypothèse que les performances des jeunes enfants devaient sans doute avoir des points communs avec celles des adultes ayant subi une section du corps calleux. Ce sont essentiellement les mêmes que chez l’adulte (contraintes de synchronie, de symétrie et contraintes liées à l’asymétrie manuelle) mais, comme nous le verrons, certaines de ces contraintes apparaissent bien plus fortes chez les enfants.

2.2.1. Contraintes de synchronie

38Une première étude utilisant la tâche du télécran a montré que la difficulté de désynchroniser des mouvements rotatifs des deux mains dans cette tâche est encore plus grande chez l’enfant que chez l’adulte. Le couplage des effecteurs sur une même vitesse représente la synergie spontanée, attractrice et facile, dont les enfants s’éloignent plus difficilement que les adultes (Fagard, Morioka & Wolff, 1985). Cette étude illustre la façon dont les deux mains sont contraintes d’agir de façon unitaire.

Le télécran : étude comparée enfants-adultes (Fagard et al., 1985)
La tâche du télécran (décrite p. 41) consiste à dessiner sur un écran, placé devant le sujet assis, une ligne d’orientation variée grâce à deux manivelles qui font respectivement bouger un stylet sur l’axe des X et des Y. En combinant les mouvements des deux mains, il est possible de tracer n’importe quelle droite, la combinaison des sens et des vitesses de rotation induisant la direction du tracé. Dans cette première étude, deux lignes guides séparées de 5 mm pour les adultes ou de 10 mm pour les enfants indiquaient au sujet les limites de précision demandées. Les mouvements demandés étaient des mouvements parallèles dans le sens horaire. Pour observer les capacités d’apprentissage des sujets, nous avons comparé des conditions demandant une même vitesse (45°) ou une vitesse différente des deux mains. Nous avons également comparé les conditions de vitesse différente selon que la main préférée (67°) ou la main non préférée (22°) devait aller deux fois plus vite que l’autre. Les résultats présentés sont ceux de sujets catégorisés comme droitiers à l’échelle d’Edimbourg. Il s’agit d’enfants de première et seconde classes de primaire (âge moyen : 7, 3 ans) et d’adultes, tous de sexe féminin. L’observation a porté sur quatre séances, les enfants recevant 10 essais pour chacun des 3 angles à chaque séance, et les adultes 16 essais. Nous n’avons pu faire passer le même nombre d’essais aux enfants car ils se fatiguent plus vite. Pour compenser cette différence, la comparaison entre les enfants et les adultes a porté sur la performance des adultes lors d’une séance avec celle des enfants à la séance suivante. A la fin de chaque bloc d’essais, on demandait aux sujets de faire la même chose les yeux fermés (yeux bandés pour les enfants). Chaque angle faisait l’objet de deux essais sans vision par séance.
Les résultats montrent que la performance est nettement meilleure dans la condition « même vitesse » que dans la condition « vitesse différente » avec les deux mains. La différence entre les deux conditions est plus grande chez les enfants que chez les adultes. Sans rétroaction visuelle, la performance baisse significativement plus chez les enfants que chez les adultes.

39La contrainte de synchronie a été également observée dans des tâches de « tapping » rythmique. Si on demande à des enfants de 6, 8 et 10 ans de taper deux fois avec un doigt pendant que l’autre ne tape qu’une fois sur deux, certains enfants de 6 ans se révèlent incapables de le faire et les enfants, d’une façon générale, arrivent à le faire de plus en plus vite avec l’âge (Volman & Geuze, 1993). La tâche de Volman et Geuze consistait à taper sur un bouton en rythme avec un métronome. Toutes les études portant sur les capacités de l’enfant à suivre un rythme imposé par un métronome externe, qu’il s’agisse de frappe unimanuelle ou bimanuelle, ont mis en évidence une augmentation de la régularité et de la stabilité de la frappe avec l’âge. Mais les progrès dans la frappe bimanuelle se prolongent au-delà de ceux de la frappe unimanuelle, surtout quand les deux mains doivent suivre un rythme différent. Ainsi, dans une étude récente où ils testaient des sujets âgés de 7, 9, 11, 13, 16 et de 19 à 25 ans, en leur demandant de suivre un rythme et de le garder en tapant soit en synchronie avec les deux mains, soit avec une alternance simple, soit avec un rapport de 2 : 1 (tâche asynchrone), Wolff et al. ont montré que les progrès les plus notables dans la stabilité de la frappe bimanuelle ont lieu entre 7 et 11 ans (Wolff, Kotwica & Obregon, 1998). À tous les âges, la frappe bimanuelle simultanée était plus stable que la frappe alternée simple, elle-même plus stable que la frappe asynchrone. La stabilité la plus faible correspond à celle de la main la plus lente en condition asynchrone.

2.2.2. Contraintes de symétrie

40Nous avons vu que les enfants avaient tendance à activer la seconde main en miroir lors d’activités unimanuelles. Cette tendance à effectuer les mouvements en miroir est également observée lors d’activités bimanuelles. Elle a par exemple été constatée par Abercrombie et al. dans une tâche de dessins de cercles ou de lignes horizontales (Abercrombie, Lindon & Tyson, 1968). La plupart des enfants (6 et 9 ans) faisaient leurs dessins en miroir, dessinant les deux cercles en allant dans le sens antihoraire avec la main gauche, et horaire avec la main droite, et dessinant les deux traits en allant vers la gauche avec la main gauche, et vers la droite avec la main droite. Ces observations convergent avec celles d’Elliott et Connolly (1974) qui remarquent que, dans la condition de libre utilisation du labyrinthe, les enfants ont tendance à tourner les deux boutons en miroir. De même, les enfants de 5-6 ans applaudissent en frappant les deux mains l’une contre l’autre alors que les enfants plus âgés gardent souvent une main plus stable que l’autre pendant l’applaudissement (Bruml, 1972). Enfin, même des tâches complémentaires et asymétriques, comme l’enfilage de perles, le rembobinage (Bruml, 1972) ou le découpage (Corbetta, 1985), sont faites de façon plus symétrique par les plus jeunes que par les plus âgés. Dans tous les cas, plus les enfants sont âgés et plus la main passive reste stable.

41Bien que les contraintes de symétrie existent chez l’adulte, comme nous l’avons déjà vu, des résultats préliminaires avaient indiqué que la réussite des adultes à la tâche du télécran dépendait peu du type de mouvement demandé (en miroir ou parallèles). En revanche, les enfants réussissent mieux la tâche du télécran en tournant les manivelles avec des mouvements en miroir qu’avec des mouvements parallèles (Fagard, 1987a). C’est ce qu’a montré une étude portant sur vingt-quatre enfants droitiers (garçons et filles) de 5, 7 et 9 ans, à qui nous avons demandé de tracer des droites au télécran avec des mouvements en miroir ou parallèles. Les résultats montrent que les mouvements en miroir induisent une performance plus rapide et plus précise que les mouvements parallèles en condition « même vitesse », mais pas en condition « vitesse différente ». En outre, la différence entre les conditions « en miroir » et « parallèle » baisse significativement entre 7 et 9 ans.

42Les contraintes de symétrie sont donc particulièrement fortes chez les jeunes enfants. Même si elles diminuent avec l’âge, elles peuvent réapparaître chez l’adulte si on augmente les contraintes de vitesse et si on prend des indices suffisamment fins pour les évaluer, comme l’indice de couplage entre les vitesses angulaires des deux mains.

43On a l’habitude d’appeler mouvements symétriques ceux qui sont symétriques par rapport à l’axe du corps, tout en sachant que les mouvements parallèles répondent à un autre type de symétrie, la symétrie qui s’exprime par rapport à l’espace environnant. S’il existe, surtout chez les jeunes enfants comme nous l’avons vu, une facilitation de la symétrie sagittale par rapport à la symétrie frontale, les apprentissages sont encore plus difficiles lorsqu’on leur enlève toute symétrie. Ainsi, Hauert et Steffen (1987) ont comparé la qualité des tracés simultanés de carrés chez des enfants de 7 et 8 ans selon qu’on leur demande de les tracer en miroir, de façon parallèle ou complètement asymétrique. Les auteurs retrouvent peu d’avantages pour la condition « en miroir » sur la condition « parallèle » : seule la précision des angles tracés avec la main gauche décline en passant de la première à la seconde condition. En revanche, la condition complètement asymétrique, dite « hétérologue », suscite le maximum d’erreurs comparée aux deux autres. Ces erreurs correspondent surtout à un décalage temporel entre les deux mains, beaucoup moins synchronisées que dans les deux autres conditions. Pour les auteurs, ces erreurs temporelles témoignent d’une rupture de la coordination bimanuelle dans la condition hétérologue.

44Cette présentation séparée des contraintes de synchronie et de symétrie ne signifie pas que les deux types de contraintes soient indépendants. Les contraintes de synchronie sont plus ou moins fortes suivant les rapports spatiaux entre les deux mains. Dans une tâche de tracé sur écran avec des mouvements linéaires des deux mains, Corbetta a observé par exemple que les mouvements symétriques sont faits de façon plus synchrone que les mouvements asymétriques (Corbetta, 1990). Cela dit, même pour des mouvements symétriques, la symétrie parfaite est, comme chez l’adulte, difficile à obtenir. Cette difficulté à être parfaitement symétrique tient à ce que la main préférée a tendance à jouer le rôle de pilote, ce qui nuit au parfait couplage.

2.2.3. Contraintes liées à l’asymétrie manuelle

45Lors de l’apprentissage d’une nouvelle tâche bimanuelle, le sujet est donc confronté à la fois à une très forte tendance à agir symétriquement avec les deux mains et, curieusement, à une certaine difficulté à être parfaitement symétrique. La main préférée a tendance à conduire la synergie et donc à devancer légèrement la main non préférée. Lorsque la tâche demande une vitesse différente avec les deux mains, la performance est meilleure et le tracé plus régulier dans la condition « main droite plus rapide » que dans la condition « main gauche plus rapide », mais cette asymétrie disparaît en l’absence de rétroaction visuelle (Fagard et al., 1985 ; Fagard & Pezé, 1992). D’autres recherches utilisant le télécran confirment le rôle pilote de la main droite quand les deux mains sont censées aller à la même vitesse, ainsi que la plus grande difficulté à tourner les manivelles à des vitesses différentes si c’est la main non préférée qui doit aller deux fois plus vite que l’autre (Steese-Seda, Brown & Caetano, 1995). En revanche, dans une autre étude du même genre menée auprès d’enfants de six ans, Jeeves et al. (1988b) n’ont pas retrouvé d’asymétrie dans le couplage des gestes bimanuels selon que c’est la main préférée ou non préférée qui tourne la manivelle le plus vite.

2.2.4. Les deux mains fonctionnant comme une seule unité

46Les différentes contraintes illustrées plus haut mettent l’accent sur le fait que, comme l’a suggéré Bernstein et comme l’ont montré les dynamiciens chez l’adulte, le contrôle ne se fait pas sur chaque main séparément mais sur une structure de coordination : les deux mains sont contraintes d’agir comme une seule unité. Reprenant le même paradigme que celui mis au point avec Kelso chez des adultes, Southard a étudié chez l’enfant le pointage sur deux cibles d’amplitude différente situées à des distances inégales, afin de voir si la loi de Fitts était violée aussi chez les enfants. Il trouve que, comme chez l’adulte, le mouvement de pointage vers la cible facile est plus lent quand il est couplé avec un geste plus difficile. En revanche, le mouvement de pointage vers la cible difficile n’est pas modifié quand il est couplé avec le geste facile, contrairement à ce qui se passe chez l’adulte (Southard, 1985). L’auteur conclut à l’invariance des structures de coordination comme mode de contrôle intermanuel, et met également en avant des spécificités liées à l’âge. Dans une étude similaire menée auprès d’enfants de 5, 7, 9 et 11 ans, dans laquelle l’analyse du mouvement des jambes est ajoutée, Kelso (1984) trouve que le démarrage des quatre mouvements est plus synchrone chez les plus âgés (7, 9 et 11 ans) que chez les enfants de 5 ans, mais que le couplage des gestes après le démarrage est plus fort à 5 et 7 ans qu’à 9 et 11 ans. Cette différence de couplage observée dans la condition « quatre membres » disparaît si l’enfant doit utiliser seulement ses deux mains, ce qui signe, selon l’auteur, un couplage plus global chez les plus jeunes.

2.2.5. Utilisation des rétroactions sensorielles

47La plupart des travaux concernant l’acquisition d’une habileté par des adultes ont montré que la dépendance par rapport aux rétroactions sensorielles varie avec le degré d’automatisation de la tâche, et en particulier que les rétroactions visuelles perdent progressivement de leur importance au profit des rétroactions proprioceptives. Dans les coordinations bimanuelles, l’importance des rétroactions sensorielles varie en fonction des contraintes de la tâche. Nous avons vu que les malades callosectomisés étaient incapables d’aller à une vitesse différente avec les deux mains en condition « sans vision ». Qu’en est-il des enfants, dont nous avons vu qu’ils sont particulièrement sensibles aux rétroactions visuelles vers l’âge de 7-8 ans ?

48Les rétroactions visuelles étant utilisées pour corriger les erreurs, elles sont d’autant plus importantes que les synergies demandées sont éloignées des synergies spontanées. Dans le cas des mouvements en miroir de même vitesse dans la tâche du télécran, par exemple, la vision n’est pas nécessaire. Elle peut même parfois perturber la performance. Lors de la tâche du télécran, nous avons ainsi observé que la performance avec des mouvements en miroir était moins bonne avec la vision que sans la vision chez les enfants, significativement chez les plus jeunes. Cette observation est en accord avec une autre étude qui a montré que la présence de guides perturbe le couplage bimanuel plutôt qu’il ne l’aide (Corbetta, 1990).

49En revanche, pour apprendre à découpler la vitesse des deux mains et surmonter la tendance à la synchronie, la vision est indispensable, et l’absence de vision entraîne une dégradation de la performance et un retour à un rapport de vitesse de 1 : 1 (Fagard et al., 1985). Dans une expérience où ils ont étudié l’apprentissage du télécran au cours de neuf séances successives chez des enfants de 6 et 10 ans, Jeeves et al. ont également observé une plus grande difficulté des jeunes enfants à découpler la vitesse des deux mains en l’absence de rétroaction visuelle, par rapport à la condition de vision normale mais aussi par rapport aux adultes (Jeeves et al., 1988b).

2.2.6. Maturation des échanges interhémisphériques et progrès bimanuels

50Nous avons vu que les premières études développementales de coordination bimanuelle étaient fondées sur l’hypothèse qu’étant donné la lenteur de maturation du corps calleux, les enfants devaient rencontrer des contraintes plus fortes que les adultes dès que la tâche posait quelques difficultés. On pensait donc les enfants moins bien armés que les adultes pour s’opposer aux contraintes de base du système qui rendent difficile la coordination de gestes simultanés avec des paramètres spatio-temporels différents. La plupart des auteurs ont fait l’hypothèse que la diminution (liée à l’âge) de la différence de performance entre les conditions « en miroir » et « parallèle » reflète la maturation interhémisphérique.

51Pour vérifier cette hypothèse, nous avons comparé la maturation des échanges interhémisphériques avec la capacité de coordination bimanuelle, en faisant passer deux tâches à des enfants âgés de 3 à 10 ans : d’une part, une tâche censée évaluer l’efficacité des échanges interhémisphériques, construite sur le paradigme de Poffenberger de comparaison « croisé-non croisé » décrite p. 120), d’autre part, la tâche du télécran réalisée avec des mouvements en miroir et des mouvements parallèles. Les résultats montrent que la différence entre les conditions « croisé » et « non croisé » diminue significativement avec l’âge, en particulier entre 3 et 8 ans. On observe pendant la même période d’âge une diminution de la facilitation des mouvements en miroir. Enfin, la différence « croisé-non croisé » est plus prédictive de la performance au télécran avec des mouvements parallèles que de la performance avec des mouvements en miroir (Fagard, Hardy, Kervella & Marks, sous presse). Ces résultats renforcent l’idée que les changements liés à l’âge dans le transfert interhémisphérique facilitent la coordination bimanuelle de muscles non homologues.

52Ces résultats expliquent pourquoi les contraintes qui rendent difficile un apprentissage bimanuel diminuent fortement pendant la première décennie. Expliquent-ils également pourquoi vers 6-8 ans les enfants deviennent capables d’effectuer une tâche identique simultanément avec les deux mains (par exemple, insérer des chevilles dans des rangées de trous avec les deux mains, Lindner, 1988) sans perdre de temps par rapport à la même tâche réalisée en condition unimanuelle ? Cela est moins sûr puisque nous avons vu que les singes callosectomisés sont plus rapides dans l’exécution de ce type de double tâche que les singes normaux. Il apparaît en tout cas que les contraintes qui pèsent sur un apprentissage bimanuel de gestes complémentaires à rôles non différenciés changent particulièrement au cours de l’enfance.

Notes

1 Dans des études comparatives entre des jeunes singes normaux, des singes cérébrolésés et des bébés humains, Diamond (1990) a montré que ce type de conduite de détour nécessitait une maturation du cortex préfrontal.

2 Des travaux plus récents indiquent que le sens choisi par un sujet pour dessiner des cercles dépend plus de la position de départ que de la main utilisée : sens horaire si le départ a lieu au-dessous de l’axe 11 h-5 h du cercle, sens antihoraire pour les départs situés au-dessus de cet axe (Van Sommers, 1984 ; Meulenbroek, Vinter et Mounoud, 1993).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 45. Exemple de relations de phase entre les bras droit et gauche lors de mouvements spontanés, sur les axes X, Y et Z (d’après Hofsten & Rönngvist, 1993).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 46. Principales stratégies observées aux différents moments du geste (Fagard & Jacquet, 1996).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4867/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 47. Tâches bimanuelles : « tube/étui » (A), « femme/couvercle » (B), « boîte » (C), « ficelle » (D).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4867/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 48. Succès aux tâches bimanuelles en fonction de l’âge (Fagard, 1994).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4867/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 49. Figures utilisées par Wallon pour étudier la transmission des impulsions motrices d’une main sur l’autre (A) modèle des dessins en miroir ; (B) modèle de dessins différents.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4867/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540