Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement des habiletés de l’enfant

 | 
Jacqueline Fagard

Chapitre VIII. Développement de l’habileté manuelle

Texte intégral

1Les progrès moteurs représentent les changements les plus tangibles et les plus remarquables au cours de la première année de la vie. Rien d’étonnant à ce qu’ils aient représenté le point de focalisation des premières recherches en psychologie du développement. Dès les années 1920, des psychologues comme Gesell (1925), Shirley (1931) ou McGraw (1941) ont fait des descriptions précises du développement moteur. Avant d’aborder la question de l’atteinte et de la prise d’objet, comportements qui, comme nous le verrons, apparaissent très tôt après la naissance, il me semble utile de considérer, même rapidement, l’équipement moteur du nouveau-né. La question qui nous intéresse est de savoir sur quelle base se développent les premiers apprentissages moteurs. Existe-t-il des coordinations sensori-motrices dès la naissance ou ces coordinations se construisent-elles complètement grâce à l’expérience ? On connaît la position piagétienne sur l’absence initiale de coordination entre les perceptions venant des différentes modalités sensorielles, et entre ces différents types de perception et le mouvement. Ces coordinations seraient graduellement construites grâce à l’activité spontanée et répétée du bébé (Piaget, 1936). À cette position s’est opposé Bower qui, le premier, a observé une coordination visuo-manuelle dès la naissance. Ses études, parfois contestées, ont été confirmées par de nombreux travaux qui montrent, pour la plupart, que l’on peut observer des coordinations sensori-motrices dès la naissance, même si l’expérience permet de les raffiner et de les intégrer dans une sensori-motricité de mieux en mieux contrôlée.

1. La motricité périnatale

  • 1 Avant l’échographie, on avait une certaine connaissance de la motricité fœtale par l’observation de (...)

2La motricité ne commence pas à la naissance. Les mères le savaient depuis longtemps mais les progrès de l’échographie1 ont permis de constater de quel type de motricité disposait le fœtus. On y observe des mouvements spontanés, des comportements réflexes et des rythmies.

LA MOTRICITÉ FŒTALE
L’innervation motrice précède l’innervation sensitive. La motricité spontanée apparaît la première, avant toute forme de réactivité et avant la fermeture des arcs réflexes. Il s’agit d’une motricité neurogène, due à des générateurs endogènes au niveau central. Elle apparaît dès 7 ou 8 semaines d’âge gestationnel (stade neuromoteur). Dans la période qui va de 7 à 20 semaines, on peut distinguer environ 15 à 20 mouvements différents (De Vries, Visser & Prechtl, 1984). Vers la 10- 12esemaine, les mouvements spontanés deviennent plus puissants. Ils sont sentis par la mère à la 14-16e semaine, parfois un peu plus tard, surtout s’il s’agit d’un premier enfant.
Les premières réactions à une stimulation apparaissent peu après les premiers mouvements spontanés. Entre la 8e et la 9e semaine, les premières réponses musculaires sont obtenues à la suite de stimulations tactiles dans la région péri-buccale. À partir de la 9e semaine, l’innervation sensitive s’étend (stade sensori-moteur). À dix semaines et demie, on observe une réaction à une stimulation de l’aire génitale ou de la paume de la main (fermeture incomplète des doigts après stimulation palmaire), un peu plus tard une réaction à une stimulation tactile de la plante des pieds. Enfin, à 27 semaines le réflexe d’agrippement est suffisamment fort pour supporter le poids du fœtus pendant quelques secondes.
La motricité spontanée du fœtus a souvent une organisation cyclique : on parle alors de rythmies. Cette motricité cyclique apparaît au plus tôt à la 10e semaine de gestation, au plus tard avant la fin de la première moitié de la gestation. On retrouve les mêmes propriétés de la motricité cyclique (fréquence, intensité, irrégularités des oscillations) pendant la seconde moitié de la gestation et juste après la naissance.

3En observant la motricité fœtale, on remarque une stabilité pour un même enfant qui contraste avec une forte variabilité interindividuelle. Il existe par ailleurs une grande continuité entre la motilité pré- et postnatale.

4On avait jusque vers les années 1970 la vision d’un nouveau-né sous l’emprise des réflexes, incapable de motricité volontaire avant plusieurs semaines, c’est-à-dire avant que son système nerveux ait atteint un certain stade de maturité. Notre considération du nouveau-né a bien sûr radicalement changé mais la question du devenir des réflexes dits « primitifs » ne fait toujours pas vraiment l’unanimité (Connolly & Prechtl, 1981). Au risque d’être un peu rapide, on peut dire que le bébé naît avec, à son répertoire, essentiellement trois types de coordinations motrices : (1) les comportements réflexes (certains sont primitifs et voués à disparaître comme le réflexe de Moro ou le réflexe d’agrippement ; d’autres demeurent présents et importants toute la vie, ce sont les réflexes posturaux et visuo-proprioceptifs) ; (2) les mouvements spontanés déclenchés en l’absence de stimulus externe et dont certains ont un caractère rythmique (les stéréotypies rythmiques ou rythmies) ; et (3) les boucles sensori-motrices élémentaires dont la poursuite oculaire d’un objet en mouvement est un exemple.

5Cette catégorisation a ses limites, comme toute catégorisation, et certains remettent en question l’idée qu’il s’agisse de comportements fondamentalement différents. Ainsi, l’idée qu’à la structuration temporelle précise des réflexes il faille opposer le caractère inorganisé des mouvements spontanés est actuellement remise en cause. Il semble que les derniers ne soient pas aussi désorganisés que les premières descriptions le suggéraient (Halverson, 1931 ; McGraw, 1941). Une analyse cinétique fine des relations temporelles entre les mouvements des bras et des doigts montre qu’aux états de vigilance 2, 4 et 5, lorsque des mouvements du bras surviennent en même temps que des mouvements des doigts, il s’agit plus souvent de mouvements de flexion ou d’extension pour les deux groupes d’effecteurs que de mouvements contraires (extension pour un groupe et flexion pour l’autre) (Bewley & Turkewitz, 1994). Il faut noter cependant que les mouvements des bras et des doigts ne sont pas plus souvent simultanés qu’indépendants. Autrement dit, le bébé ne bouge pas forcément en même temps ses bras et ses doigts mais, quand il le fait, c’est en fléchissant (ou en étendant) à la fois les bras et les doigts.

LES ÉTATS DE VIGILANCE DU NOURRISSON
Prechtl (1977) a fait une distinction abondamment reprise entre cinq états de vigilance :
état 1 : yeux fermés, pas de vocalisation
état 2 : yeux fermés, mouvements, pas de vocalisation
état 3 : yeux ouverts, peu ou pas de mouvements, pas de vocalisation
état 4 : yeux ouverts, mouvements, pas de vocalisation
état 5 : yeux ouverts ou fermés, mouvements, vocalisations (cris)

6Ces observations concordent avec celles de von Hofsten qui, comme nous le verrons, a remarqué que les mouvements d’extension de bras du nouveau-né vers un objet en mouvement s’accompagnent dans 35 à 40 % des cas d’une ouverture de la main et donc d’une extension des doigts (Hofsten, 1984). On observe souvent des mouvements des doigts et peu de mouvements des bras chez le nouveau-né, en particulier quand il se trouve à l’état 3.

  • 2 Cette interprétation de Thelen concernant la disparition du réflexe de marche est quelque peu ébran (...)

7Que deviennent les réflexes primitifs qui disparaissent normalement au cours des premiers mois ? Plusieurs scénarios sont envisagés : ils doivent être inhibés et disparaître pour que se développe la motricité volontaire (Bruner & Bruner, 1968 ; Illingworth, 1975) ; ils sont incorporés dans le geste volontaire dont ils forment le substrat sur lequel ils s’appuient (Easton, 1972 ; Twitchell, 1970) ; ils disparaissent non par inhibition active mais parce qu’ils entrent en compétition avec le mouvement volontaire qui, étant mieux approprié et plus efficace, le remplace peu à peu (Connolly, 1981) ; ils ne disparaissent que parce qu’ils ne sont pas utilisés (Zelazo, 1976) ; ou encore le réflexe disparaît parce que le changement d’un paramètre ne lui permet plus de s’exprimer (Thelen & Fisher, 1982). Pour illustrer son point de vue, Thelen donne l’exemple du réflexe de marche automatique : il disparaît quand le bébé grossit et que le poids de ses jambes rend plus difficile le déclenchement du réflexe2. En revanche, si le bébé est plongé dans l’eau, on s’aperçoit que l’on peut encore observer le réflexe.

8On pense généralement que, quel que soit leur devenir, les réflexes primitifs forment une base pour la motricité volontaire. Certains chercheurs font même une analogie entre des attitudes sportives et des postures réflexes néonatales (cf. figure 36). Notons cependant qu’une étude récente montre l’absence de relation entre l’état des réflexes primitifs et le niveau de développement de la motricité volontaire, testé sur l’échelle motrice d’Alberta aux âges de 6 semaines, 3 mois et 5 mois (Bartlett, 1997).

9Pour ce qui concerne les mouvements spontanés, ils sont fréquents chez le nouveau-né, en particulier quand il est en état de somnolence. Il s’agit souvent de mouvements rythmiques, comme la succion « non nutritive ». Ces rythmies se prolongent sous des formes changeantes pendant la première année. Elles jouent sans doute un rôle important d’exercice « à vide » des nouvelles fonctions. Je ne m’y attarderai pas car elles m’éloignent du sujet de cet ouvrage, et je renvoie le lecteur aux auteurs qui en ont fait une étude détaillée : Wolff (1966, 1968), Thelen (1983), ainsi que Piek et Carman (1994).

10Enfin, les premières boucles sensori-motrices, dont la poursuite visuelle d’un objet en mouvement est un exemple, sont des réponses à des stimulations externes. Elles sont plus souples mais également plus difficiles à déclencher que les comportements réflexes, et demandent un certain état d’éveil attentif pour apparaître. Ces comportements précoces diffèrent qualitativement de leurs équivalents qui paraissent clairement intentionnels quelques semaines plus tard, et la question de la continuité entre les deux est parfois posée. Cela est d’autant plus vrai que les boucles précoces deviennent souvent difficiles à déclencher chez le bébé de un à deux mois. Les approches du bras du nouveau-né vers un objet (le « prereaching ») sont un exemple de ces boucles sensori-motrices précoces. Ces dernières nous amènent au cœur du sujet de cet ouvrage et j’ai choisi de les traiter dans le paragraphe suivant, consacré au développement de l’atteinte et de la prise d’objet chez le bébé.

Figure 36. Le réflexe tonique asymétrique du cou s’exprimerait chez l’adulte dans certaines conditions où le contrôle de la posture doit être optimal (Fukuda, 1961).

SUCCION DU POUCE : UN COMPORTEMENT DIFFICILE À CLASSER
Parmi les boucles précoces de coordination, on peut citer la succion du pouce, présente dès avant la naissance puisque le fœtus suce son pouce (Humphrey, 1970 ; Hepper, Shahidullah & White, 1991). La fréquence de la succion du pouce est assez élevée à la naissance (Korner & Beason, 1972) et peu après (Piaget, 1936 ; Rochat, Blass & Hoffmeyer, 1988). Mouvement spontané ? Coordination entre la proprioception et la motricité ? Les auteurs interprètent différemment ce comportement (Butterworth, 1986 ; Michel, 1991), comportement qui semble d’emblée associé au système alimentaire et peut être renforcé si on donne du sucrose au bébé (Rochat et al., 1988).
Cette précocité d’apparition des coordinations main-bouche n’empêche pas que l’on en observe les progrès pendant les premiers mois de la vie, en particulier dans la façon dont un objet tenu à la main est porté à la bouche : entre autres, plus de contacts directs sur la bouche en comparaison avec les contacts passant d’abord par un autre endroit de la figure et anticipation de l’ouverture de la bouche pendant le mouvement d’approche (Lew & Butterworth, 1997).

2. Le développement de la motricité volontaire

11La définition de la motricité « volontaire » requiert des précautions verbales. Nous avons vu précédemment que la distinction traditionnelle entre motricités réflexe et volontaire n’était plus considérée comme pertinente. La première indiquerait un déclenchement volontaire du geste tandis que la seconde serait une réponse automatique et irrépressible au stimulus. On sait maintenant que les choses ne sont pas si simples et que, d’une part, nous avons un certain contrôle volontaire possible sur ce qui constitue notre équipement réflexe, d’autre part, il existe un gradient dans les niveaux de contrôle caractéristiques de la motricité volontaire, allant de la réactivité peu consciente et quasi automatique au stimulus à l’autodéclenchement de l’action sur image mentale. Cependant, dans le cadre du développement, on a tendance à maintenir la notion de motricité volontaire, dont sont exclus les réflexes primitifs et posturaux. Cette notion rend compte de l’émergence des habiletés manuelles. S’il est une habileté manuelle qui se développe particulièrement au cours de le première année, c’est bien celle qui permet au bébé de prendre et manipuler des objets.

2.1. Émergence de la préhension

12Pour qu’un objet soit manipulé à deux mains, il faut d’abord qu’il soit attrapé avec succès. C’est dans cette mesure que nous intéressent les progrès dans l’atteinte et la prise d’objets qui ont lieu au cours de la première année. Cela ne nous éloigne guère du sujet principal de cet ouvrage qui est le développement des habiletés bimanuelles, puisque les premières coordinations bilatérales sont observées au cours de l’approche vers l’objet, comme nous le verrons.

L’APPROCHE ET LA PRISE D’OBJET CHEZ L’ADULTE
On sait, depuis l’étude d’Annett et al. (1958) et surtout depuis les nombreux travaux de Jeannerod (1981) que le mouvement de la main vers une cible est composé de deux phases différentes mais non indépendantes : la phase de transport, balistique, suivie d’une phase d’ajustement de la main. On distingue en effet une discontinuité dans la cinétique du geste d’approche à environ 70-80 % du mouvement complet (cf. figure 37). Au moment de la réaccélération, la main est à son ouverture maximale et commence à se refermer juste après.

Figure 37. Chez l’adulte la phase de transport rapide de la main est suivie d’une phase plus lente d’ajustement qui démarre à 70 % du mouvement (marquée par la flèche) (d’après Jeannerod, 1984).

Les études de pointage chez l’adulte ont également permis d’évaluer le rôle variable des rétroactions visuelles suivant la phase du mouvement et ses conditions de réalisation. La vision du bras est moins importante que celle de la cible ; elle est surtout utile pendant la phase d’ajustement mais peut améliorer la précision du transport si le mouvement n’est pas exécuté à vitesse maximale (Prablanc, Échallier, Komilis & Jeannerod, 1979). La vision de la cible est importante pendant toute la durée du mouvement, et doit être combinée avec les rétroactions proprioceptives venant du bras en déplacement.
Pour Schöner (1998), la trajectoire vers l’objet est définie à trois niveaux différents : celui du but, des relations temporelles et de la charge. À chacun de ces niveaux correspond un système fonctionnel qui stabilise une classe de variables comportementales contre les perturbations possibles. Au niveau du but, la direction et la distance de la cible sont les paramètres utilisés et un changement de location de la cible représente la perturbation éventuelle ; au niveau des relations temporelles, le paramètre est la fréquence du mouvement ; enfin, au niveau de la charge les paramètres sont les forces générées par les muscles (exemple de perturbation : application d’une force externe).

2.1.1. Le « prereaching » du nouveau-né

  • 3 Les termes d’ « approche » et « atteinte » de l’objet seront utilisés dans un sens général pour tra (...)

13Le développement de la capacité à diriger un geste vers un objet cible dépend en partie de la stabilité des coordinations oculo-céphaliques. Si on libère le bébé de ces contraintes posturales (en lui maintenant la tête par exemple), on peut voir émerger des gestes d’approche3 vers l’objet, très tôt après la naissance. On sait ainsi par des observations déjà anciennes (Bower, 1972 ; Bower, Broughton & Moore, 1970), par celles plus récentes de Grenier (1981), et enfin par les travaux expérimentaux de von Hofsten (1982), que le nouveau-né mis dans des conditions optimales de motricité dite « libérée » peut diriger son bras vers un objet qui lui est présenté, ce que Trevarthen a appelé « prereaching ». Il s’agit d’un geste balistique, déclenché par la vue de l’objet, mais sans correction, et qui rate souvent sa cible (40 % succès pour toucher l’objet selon Bower [1974a], 9 % de succès selon von Hofsten, 7 % selon Ruff et Halton [1978]).

LA MOTRICITÉ LIBÉRÉE
Pour « libérer » la motricité, l’expérimentateur tient fermement la tête du bébé, ce qui élimine les rétroactions venant des mouvements de la tête et du cou, et il met l’enfant dans un état d’attention soutenue, en s’adressant à lui directement et doucement.

  • 4 Il s’agirait là de la fonction d’exploration tactile plus que de la fonction de manipulation de la (...)

14Le geste d’approche s’accompagne à cet âge d’une ouverture de la main, ouverture qui s’observe même quand le bébé a un geste du bras en l’absence d’objet ; autrement dit, même si on observe significativement plus de gestes du bras en présence qu’en l’absence d’objet, les deux catégories de geste ne sont pas différenciées. Par ailleurs, on observe chez le nouveau-né un retrait de la main après avoir touché l’objet (Trevarthen, 1974) et il n’existe aucun ajustement de la main à cet âge. Ce geste d’approche du nouveau-né est plutôt interprété comme une manifestation des systèmes d’exploration du monde extérieur, au même titre que l’orientation du regard, que comme une anticipation de prise. D’après von Hofsten (cf. figure 38), ce « prereaching » serait une manifestation de la convergence de l’attention visuelle et tactile4 vers l’objet, et plus généralement vers le monde extérieur, ce qui expliquerait que l’on observe aussi des gestes de « prereaching » en l’absence d’objet : cela constituerait la base sur laquelle peut se développer une réelle coordination visuo-manuelle.

Figure 38. Situation expérimentale utilisée par von Hofsten pour étudier les gestes d’approche vers l’objet (Hofsten, 1982).

15À deux mois, on observe un changement dans les synergies. Il devient beaucoup plus difficile de susciter des mouvements d’approche vers l’objet. Le bébé de deux mois semble en fait particulièrement engagé dans le regard vers l’objet, et on pense que l’intensité de son activité visuelle peut en quelque sorte inhiber la réponse motrice. En revanche, quand ces mouvements vers l’objet réapparaissent vers 3 mois, ils se distinguent nettement des mouvements spontanés d’étirement du bras, dans la mesure où la main ne s’ouvre qu’en présence d’un objet à attraper (Hofsten, 1979).

16C’est donc vers l’âge de 3 mois qu’apparaissent les premières approches volontaires. Ces premières vraies approches, celles que l’on obtient en présentant un objet au bébé sans devoir le mettre dans des conditions particulières, sont chaotiques et saccadées, faites de détours plus que d’une trajectoire directe. Elles sont plus facilement déclenchées par des stimuli en mouvement que par des stimulé fixes. Les descriptions anciennes d’Halverson (1931, 1932) sur les gestes saccadés et peu directs des premières approches vers un objet ont été souvent confirmées par les méthodes contemporaines d’analyse du mouvement. Il semble qu’au début les difficultés du bébé résident dans le contrôle des forces gravitaires qui entraînent une certaine instabilité du bras par rapport au plan vertical (d’où le geste chaotique) et dans le contrôle de la coordination entre les différents éléments moteurs impliqués (d’où les détours dans l’approche) (Thelen, Corbetta & Spencer, 1996). Les premiers mouvements d’approche sont des mouvements qui comportent plusieurs « unités de mouvement », une unité étant composée d’une accélération et d’une décélération. Entre 3-4 et 6-8 mois, la composante de transport du geste vers l’objet commence peu à peu à ressembler à celle que l’on observe chez l’adulte : le geste devient mieux orienté, plus direct, le nombre d’unités de mouvement diminue, et la première unité devient, comme chez l’adulte, la plus longue (Hofsten & Lee, 1982 ; Mathew & Cook, 1990). La baisse du nombre d’unités de mouvement à cet âge n’apparaît toutefois pas dans toutes les études. Fetters et Todd (1987) n’ont pas trouvé de différence dans le nombre d’unités du mouvement d’approche entre 5 et 9 mois. Et ce n’est pas avant l’âge de 2 ans que Konczak et al. observent une majorité des phases de transport du bras vers l’objet ne comportant, comme chez l’adulte, qu’une seule unité de mouvement (Konczak, Borutta, Topka & Dichgans, 1995). Fetters et Todd ont également montré une relation entre la vitesse et la courbure du geste dans le geste d’approche du nourrisson, les creux de vitesse correspondant aux pics de courbure. Ces résultats montrent que les nourrissons opèrent des corrections de trajectoire de leur geste d’approche, mais ils laissent ouverte la question de savoir en fonction de quelles rétroactions ces corrections sont faites. À un âge où l’expérience reste très limitée, le bébé ne peut pas prévoir toutes les perturbations que rencontrera l’exécution de son geste vers l’objet (liées essentiellement aux forces gravitationnelles et aux problèmes de coordination entre les différentes articulations). Cette question sera envisagée un peu plus bas.

17Bien que les progrès dans l’atteinte de l’objet soient considérables pendant les premiers mois de la vie, et que la majorité des progrès observés le soit dans les quatre semaines qui suivent le début de l’approche volontaire (Konczak et al., 1995, 1997), la variabilité du geste reste longtemps beaucoup plus importante que chez l’adulte. C’est du moins ce que montrent les travaux de Konczak et al. qui ont analysé la cinétique du geste d’approche en observant le chemin parcouru par la main, ainsi que par les différentes articulations qui concourent au geste d’approche, c’est-à-dire l’épaule et le coude (cf. figure 39). La main est le segment final mais l’épaule et le coude sont les principales articulations aboutissant au déplacement de la main. En distinguant la rectitude du geste au niveau des différentes articulations, les auteurs ont pu observer que le chemin parcouru par le coude reste très indirect jusqu’à l’âge de 36 mois (âge qui correspond à la fin de leurs observations), tandis que celui parcouru par l’épaule progresse particulièrement dans les trois mois suivant le début de l’approche volontaire. L’épaule est donc la première à utiliser une voie plus directe vers l’objet. Enfin, l’organisation temporelle du geste, entre autres le moment auquel survient le pic de vitesse au cours du geste, montre une forte variabilité intra- et interindividuelle jusqu’à l’âge de deux ans, âge auquel il se stabilise aux alentours de 40 %, ce qui est proche de la valeur adulte obtenue dans la même condition expérimentale. Concernant également l’organisation temporelle, séquentielle en l’occurrence, on ne retrouve pas chez les bébés les plus jeunes d’ordre invariant dans les deux composantes articulatoires du geste : flexion de l’épaule et extension du coude. En revanche, chez les enfants de 2 ans et plus, la majorité des gestes d’approche résultent d’une flexion de l’épaule suivie d’une extension du coude : la régularité de la séquence signe l’émergence d’une synergie, témoin d’une coordination intramembre. Selon d’autres auteurs, les tous premiers gestes d’approche résultent presque exclusivement de la rotation du bras autour de l’épaule (Berthier, Clifton, McCall & Robin, 1999).

Figure 39. Diminution de la variabilité du geste d’approche avec l’âge (d’après Konczak et al., 1997).

18On voit donc que les premiers gestes d’approche vers l’objet sont loin d’avoir l’organisation temporelle observée chez l’enfant plus grand ou chez l’adulte : la séquence d’activation des différentes articulations est fluctuante ; le pic de vitesse survient à des moments variables. Qu’en est-il du freinage du geste ? Pour réussir à prendre un objet, il faut que la main arrive dessus avec suffisamment de douceur pour ne pas le bousculer. La décélération survenant à la fin de la phase d’approche permet à l’adulte de prendre cette précaution. Comment le bébé arrive-t-il à ralentir son geste chaotique quand il arrive sur l’objet ? On peut regretter que cette question ait été si peu traitée. Von Hofsten et Rönnqvist remarquent que les bébés de 5-6 mois ne freinent pas suffisamment leur geste à l’arrivée sur l’objet, alors qu’à 9 mois, ils ont tendance à arrêter carrément leur geste à l’approche de l’objet (Hofsten & Rönnqvist, 1988). Il semble que la capacité de freiner le geste d’approche à l’arrivée sur l’objet représente une étape importante dans l’acquisition de l’habileté à attraper un objet. Il est probable que le freinage dépende en partie de la façon dont le geste d’approche a été calibré avant d’être démarré.

2.1.2. Rôle de la vision dans le déclenchement et le guidage de l’action

19Un geste balistique est un geste dont les paramètres sont déterminés avant le démarrage et restent inchangés pendant le cours du mouvement. L’aspect balistique du « prereaching » signifie probablement qu’à ce stade la vision ne sert qu’à déclencher le geste du nouveau-né et non à le guider, contrairement à ce qui se passe chez l’enfant plus âgé. Il y a deux façons d’envisager les changements dans les coordinations visuo-manuelles du geste d’approche : d’une part, à travers la façon dont la vision de la cible influence la préparation du geste avant son démarrage ; d’autre part, à travers la façon dont la vision peut corriger les défauts de cette préparation en cours de mouvement. Nous verrons que le second aspect a été l’objet de nombreux travaux.

20La question de ce qui se passe avant que le geste ne démarre, et donc au moment de sa programmation, a été très peu traitée. Nos études nous ont permis d’observer que le temps de réponse après la présentation d’un objet (c’est-à-dire le temps qui sépare le regard sur l’objet du démarrage de la main vers l’objet) augmente entre 5-6 et 7-8 mois, pour diminuer par la suite (Fagard, 1997, cf. figure 40). Une évolution non linéaire avec l’âge est certes une observation relativement courante, mais elle contraste avec la diminution régulière avec l’âge du temps de mouvement et du temps mis par le bébé pour attraper l’objet. Il se trouve que le TR augmente à peu près à l’âge où, comme nous le verrons, la préparation du geste aux caractéristiques physiques de l’objet s’affine. En empruntant à la psychophysiologie la distinction qu’elle opère entre un mode de contrôle réactif et un mode de contrôle prédictif, nous pouvons faire l’hypothèse que cette augmentation temporaire du TR reflète un changement dans le mode de contrôle du geste, qui de réactif au stimulus deviendrait prédictif et autodéclenché. En d’autres termes, il se passerait aux alentours de 7-8 mois des réorganisations dans les relations visuo-manuelles, et plus particulièrement dans la façon dont la vision déclenche l’action. Il apparaît également que le déclenchement plus lent du geste d’approche permet une meilleure prise en compte anticipée des caractéristiques de l’objet (Fagard, 1997).

Figure 40. Temps de réaction en fonction de l’âge.

21Il semblerait donc que se développe vers 8 mois la capacité d’attendre avant de réagir au stimulus. L’observation que les jeunes bébés déclenchent leur mouvement d’approche vers l’objet dès qu’ils le voient, sans attendre la stabilisation de l’objet, a été également faite par von Hofsten qui dit avoir été obligé de ne pas tenir compte des résultats de certains sujets à cause d’une réponse trop précoce (Hofsten, 1991). Ces résultats sont à rapprocher d’une recherche relativement ancienne de Schaffer et Parry (1970) qui tendrait également à prouver que, jusqu’à un certain âge, les bébés répondent à la présentation de l’objet de façon quasi automatique. Ces auteurs ont montré qu’après une présentation répétée des mêmes stimuli, on observait un effet d’habituation se traduisant par une baisse du temps de regard sur l’objet chez des bébés de 6 et 12 mois. En revanche, les enfants de 6 mois continuent à répondre à la présentation de l’objet familier par un mouvement d’approche inchangé, ce que ne font pas ceux de 12 mois. Une autre étude de Schaffer, longitudinale cette fois, montre par ailleurs qu’à partir de 9 mois, les bébés répondent avec une latence un peu plus longue quand le stimulus n’est pas familier. Cette capacité à ne pas répondre immédiatement est totalement absente avant 9 mois (Schaffer, Greenwood & Parry, 1972). Schaffer parle à ce propos du développement de la capacité à ne pas réagir (« capacity for not-approach », 1972, p. 175). Ainsi, jusqu’à 9 mois, la discrimination que montrent les enfants dans la réponse visuelle n’est-elle pas suivie d’effet sur le comportement de prise, comme si, jusqu’à cet âge, le système de déclenchement de l’action était une réaction très directe au stimulus, peu médiatisée par l’expérience passée.

22L’autre question qui se pose pour comprendre les relations visuo-manuelles est celle de savoir à quel âge la vision influence le cours du mouvement. On a longtemps pensé qu’après 5 mois le geste d’approche vers l’objet n’était plus seulement déclenché par la vision mais devenait également guidé par la vision (Bower, 1974b ; McDonnell, 1975 ; McDonnell, 1979 ; White, Castle & Held, 1964). Sur quoi se base-t-on pour dire que l’approche devient guidée par la vision ? D’une part, sur l’allure cinétique du geste, moins balistique quand il est corrigé par la vision ; d’autre part sur la comparaison du mouvement d’approche avec ou sans vision de la main. Ainsi Lasky (1977) a-t-il montré que, si on enlève la vision de sa main au bébé (par un système de miroir qui lui permet de voir l’objet mais pas sa main), la fréquence des succès pour atteindre l’objet n’est pas modifiée à 3 et 4 mois et demi, mais l’est à 5 et 6 mois et demi où l’absence de vision de la main gêne les enfants. Bower (1976) obtient les mêmes résultats en utilisant le port de prismes déformants. Pour ces auteurs, cela signifie que le « prereaching » et l’approche précoce vers l’objet sont basés sur une mise en correspondance entre la vision de l’objet et les rétroactions proprioceptives (bras senti), tandis que l’approche guidée visuellement serait basée sur une mise en correspondance entre l’objet vu et la main vue, ce qui n’exclut pas l’intégration de rétroactions proprioceptives (cf. la revue de Bushnell, 1985).

23Cette position est actuellement contestée par des résultats plus récents. Ainsi Clifton et al. ne trouvent-ils pas de différence dans le mouvement d’approche des enfants de 6-7 mois selon qu’ils voient leur main ou non, du moment qu’ils voient l’objet (Clifton, Rochat, Robin & Berthier, 1994). Pour ces auteurs, ce n’est pas la vision de la main qui est importante, pas plus à 6-7 mois que plus tôt. La source d’informations visuelles utilisée par le bébé dans son approche de l’objet, c’est la cible, et, tant que l’objet est lumineux et visible, le geste d’atteinte de l’objet n’est pas changé, ni en termes de succès ni dans sa cinétique. L’apprentissage du mouvement d’approche consiste donc à mettre en relation des informations visuelles en provenance de la cible, des informations proprioceptives fournies par le mouvement du bras, et sans doute des informations provenant d’expériences antérieures.

LA VISION DE LA CIBLE N’EST PAS INDISPENSABLE NON PLUS
Clifton et al. ont également observé que, dès 6 mois et demi, les bébés peuvent chercher à atteindre un objet qu’ils ne voient pas, du moment qu’ils aient un indice de sa présence. Les auteurs ont fait entendre aux bébés une balle tombant dans un tube, à deux niveaux possibles, et les ont laissé prendre la balle quand elle était accessible (dans un cas, la balle s’arrêtait à un endroit inaccessible) ; ils les ont ensuite laissé attraper l’objet dans le noir, le bruit de la chute servant d’indice, et ils observent que les enfants vont en général chercher la balle au bon endroit dans le noir. Les auteurs concluent que, dès 6 mois et demi, les bébés peuvent utiliser la représentation mentale que leur donne la connaissance d’un objet même absent, pour guider leur action (Goubet & Clifton, 1998).
La localisation purement auditive de la cible diminue cependant la fréquence des mouvements d’atteinte chez le bébé entre 7 et 11 mois, ce qui ne semble pas être le cas chez les bébés plus jeunes (4 à 7 mois) et ne plus être le cas après 11 mois (Wishart, Bower & Dunkeld, 1978). L’information visuelle donnée par l’objet serait donc particulièrement importante entre 7 et 11 mois.

24On sait que chez l’adulte la vision de la main n’est pas utile non plus pour le geste d’approche en conditions normales : elle le devient si les informations proprioceptives manquent, comme c’est le cas pour les patients désafférentés, ou si les informations proprioceptives sont perturbées, comme quand la cible est déplacée soudainement après le début du geste. Cette capacité à utiliser la vision de la main comme repère visuel supplémentaire se développe au cours de la première année. Ainsi Ashmead et al. ont-ils montré que les bébés de 5 mois étaient incapables de corriger leur trajectoire après un déplacement inattendu de la cible, quelle que soit la condition de vision de leur main ; en revanche, ceux de 9 mois corrigeaient partiellement leur trajectoire quand ils portaient un marqueur lumineux sur leur main alors qu’ils ne la corrigeaient pas en l’absence de marqueur (Ashmead, McCarty, Lucas & Belvedere, 1993).

25Tous ces résultats montrent que, même si la vision de sa main n’est pas fondamentale pour le bébé, du moins en condition normale d’approche, la vision de l’objet, mise en relation avec la proprioception, entraîne plus de corrections de la trajectoire avec l’âge. Les ruptures observables dans le geste d’approche à partir de 5-6 mois traduisent sans doute ces corrections de trajectoire (Mathew & Cook, 1990 ; Fetters & Todd, 1987 ; Hofsten & Lindhagen, 1979 ; cf. la revue de Corbetta & Mounoud, 1990).

2.1.3. Rôle de la posture dans les progrès du geste d’approche

26Nous verrons comment interpréter les progrès observés dans l’approche de l’objet dans la section consacrée aux différents points de vue sur les principes du développement sensori-moteur. Mentionnons déjà que ce développement de l’approche suit celui de la posture. Lorsque la qualité du geste d’atteinte est mise en relation, non pas avec l’âge du bébé mais avec son niveau de développement postural, on observe souvent une relation entre les deux. Le développement postural peut être estimé par la stabilité de la position assise (Hofsten, 1989), ou plus précisément par la réaction posturale au déplacement de l’environnement (Rose, 1997). Dans la plupart des cas, les progrès dans le geste d’atteinte, mesurés par la fréquence des réussites à toucher l’objet et par la rectitude du geste d’atteinte sont significativement corrélés avec la maîtrise de la station assise (Fontaine & Piéraut-Le Bonniec, 1988 ; Rochat, 1992 ; Rose, 1997). Au cours de leur étude longitudinale, Thelen et Spencer (1998) ont également observé l’influence du contrôle postural de la tête sur le geste d’approche : le contrôle postural de la tête était évalué par la capacité du bébé à maintenir sa tête en position médiane en étant couché sur le dos (une évaluation portant en quelque sorte sur l’atténuation du réflexe tonique asymétrique du cou). Selon les auteurs, les progrès dans le contrôle postural de la tête expliquent les changements observés dans le pattern musculaire d’activation : en effet, au moment où l’atteinte devient réussie, l’activation musculaire implique moins les biceps et triceps, comme dans le « prereaching », que le trapèze et le deltoïde. Cependant, cette relation entre l’instabilité posturale et la qualité de l’approche manuelle vers l’objet n’a pas toujours été observée (Kamm, 1994, cité dans Thelen et al., 1996).

27En résumé, il ressort de ces différentes études que le mouvement précoce d’approche de l’objet comporte plusieurs unités et non, comme chez l’adulte, seulement deux unités. Vers 6 mois, la plupart des gestes d’atteinte deviennent plus directs et comportent un premier élément de mouvement qui est, comme chez l’adulte, plus long que les autres (phase d’approche). Les progrès dans le contrôle du geste se voient également par une amélioration du freinage et par le temps pris par le bébé pour regarder l’objet avant de démarrer son geste. C’est sans doute en partie grâce à ce dernier que les enfants semblent mieux planifier leur geste, de façon à effectuer moins de corrections en cours de mouvement, tout en devenant davantage capables de corriger leur geste si un changement imprévu dans la position de la cible se présente. Cette capacité à planifier une trajectoire correcte en anticipation explique pourquoi on recommence à observer vers 9 mois des gestes balistiques. Mais alors que les nouveau-nés ont des gestes balistiques de « prereaching » déclenchés par la vision parce qu’ils sont incapables d’avoir des gestes guidés par la vision, les enfants plus grands ont des gestes d’approche balistiques qui n’ont pas besoin d’être guidés par la vision grâce à une anticipation correcte de la trajectoire : à cet âge, le guidage est possible si la situation le réclame. Les progrès dans la programmation du geste ne concernent pas seulement la trajectoire d’approche : c’est également grâce à eux que les bébés commencent à ouvrir et à orienter leur main en fonction des caractéristiques de l’objet à prendre.

2.1.4. Changements dans la phase d’ajustement de la main aux caractéristiques de l’objet

28La distinction entre la phase de transport et celle de l’ajustement ne doit pas faire perdre de vue que les deux phases sont non seulement couplées temporellement (Jeannerod, 1988), mais qu’elles sont dépendantes l’une de l’autre. Il a en effet été montré que l’on ne pouvait pas perturber sélectivement la composante d’ouverture de la main sans influencer la composante de transport (Haggard, 1991). Chez l’adulte, l’ajustement de la main aux caractéristiques de l’objet se fait de façon anticipée, à partir des informations visuelles données par l’objet et des représentations internes basées sur l’expérience (Jeannerod, 1986). Les informations visuelles permettent de préparer l’amplitude de l’ouverture de la main et son orientation pour que la prise soit adaptée à la forme, à la taille et à l’orientation de l’objet. En revanche, l’ajustement des paramètres moteurs au poids de l’objet et aux frictions de surface est dépendant des hypothèses faites à partir des représentations internes (on infère de l’aspect d’un objet le poids qu’il va peser). Les représentations internes sont ensuite mises à jour, ou corrigées, grâce aux informations afférentes, kinesthésiques et tactiles, résultant de l’action.

LES PROPRIÉTÉS DE L’OBJET
On distingue couramment les propriétés extrinsèques de l’objet (distance, orientation) de ses propriétés intrinsèques visibles (forme, taille, texture) et invisibles (poids, fragilité) (Jeannerod, 1988).

29Chez le bébé, dont l’expérience avec les objets et les surfaces est limitée, on observe peu d’anticipation, même pour les caractéristiques de l’objet qui sont observables. Ces mécanismes d’anticipation se développent peu à peu, à un âge qui n’est pas le même pour toutes les propriétés.

30Nous avons vu, à propos du geste d’approche vers l’objet, que l’adaptation à la localisation de l’objet était la plus précoce. À 2 mois, il semble que les bébés soient tout juste capables d’une discrimination dichotomique entre la situation « objet à portée de main » et la situation « objet hors d’atteinte » (Field, 1976). Mais, à l’âge de 5 mois, la réduction de la fréquence des mouvements vers les objets est d’autant plus forte que l’objet est plus loin.

31Pour certains auteurs, la taille de l’objet influence très tôt le comportement (Bruner & Koslowski, 1972). Selon Bower, (1972), on peut observer une adaptation à la taille de l’objet dès le stade du « prereaching », puisque l’écart entre les mains du bébé quand il atteint un petit objet est plus large que lorsqu’il atteint un gros objet. Cependant, dans l’étude de Bower, la mesure est prise uniquement au moment du contact, or l’écart au moment du contact peut être le reflet passif de la taille de l’objet plus que celui d’une réelle préparation tenant compte de cette taille.

32Des études plus récentes sont venues compléter les travaux de Bruner et Bower. Pour attraper un objet de grande taille, on peut soit ouvrir grand la main, soit utiliser les deux mains. Le premier type d’adaptation, l’adaptation distale, a fait l’objet des études de Newell et de von Hofsten. Newell et al. ont montré que la prise de l’objet n’était pas calibrée à sa taille de façon anticipée à 4 mois : à cet âge, le bébé adapte la configuration de sa main seulement après avoir touché l’objet (Newell, Scully, Donald & Baillargeon, 1989). Quant aux travaux de von Hofsten, ils ont mis en évidence un ajustement anticipé de l’ouverture de la main à la taille de l’objet chez des bébés de 9 et de 13 mois, mais pas chez ceux de 5-6 mois (Hofsten & Rönnqvist, 1988).

33Pour ce qui concerne l’utilisation d’une ou deux mains en fonction de la taille de l’objet, les premières études qui s’y rapportent n’ont pas donné de résultats concluants. Celle de Newell et al. ne donne aucune indication sur l’anticipation, l’utilisation d’une ou deux mains ayant été analysée après que l’objet a été touché. De leur côté, Rochat et al. ont montré que les enfants de 6 mois approchent plus souvent les gros objets à deux mains que les petits objets. Le fort contraste de taille entre leurs objets (5 cm versus 30 cm) limite néanmoins la portée de leur observation (Rochat, Clifton, Litovsky & Perris, 1989). On savait en effet depuis l’étude de Bruner que des tailles très contrastées influencent le comportement du très jeune bébé vers l’objet (Bruner & Koslowski, 1972). L’utilisation d’objets de taille croissante, sans fort contraste, fait apparaître une adaptation plus tardive à la taille de l’objet. En comparant la stratégie d’approche (uni- vs bimanuelle) de bébés de 7, 9, 11 et 13 mois confrontés à cinq flacons de 3, 5 à 10 cm de diamètre, nous avons observé que, si tous les bébés, même les plus jeunes, réussissent mieux à prendre les gros objets à deux mains qu’à une seule, seuls les bébés de 11 et 13 mois s’approchent plus souvent à deux mains des gros objets que des petits. Nous en avons conclu que les plus jeunes n’intègrent pas encore finement la taille de l’objet dans le guidage de leur action, et que l’expérience visuo-manuelle joue un rôle dans la coordination des composants perceptifs et moteurs de l’habileté manuelle (Fagard & Jacquet, 1996, voir aussi Butterworth et al., 1997). L’âge de 9 mois apparaît dans plusieurs études comme l’âge où se fait jour un réel ajustement anticipé de la main aux caractéristiques physiques de l’objet directement observables. Ainsi Lockman et al., ayant présenté à des enfants de 5 et 9 mois un objet longiligne disposé horizontalement ou verticalement, ont-ils observé à 9 mois seulement un ajustement anticipé de l’orientation de la main par rapport à l’orientation de l’objet (Lockman, Ashmead & Bushnell, 1984 ; voir également Hofsten & Fazel-Zandy, 1984). De même, c’est à 9 mois que l’on observe l’ajustement anticipé de la main à la forme convexe ou concave d’un objet (Piéraut-Le-Bonniec, 1990). En revanche, l’ajustement au poids de l’objet survient plus tard, comme nous le verrons dans la section suivante consacrée à la prise d’objet. Le bébé n’est pas non plus capable à cet âge de tenir compte de la surface d’ouverture par laquelle il doit passer sa main pour toucher un objet qui se trouve derrière (alors qu’il en tient compte en l’absence d’objet, Robinson, McKenzie & Day, 1996).

34L’ajustement de l’orientation et de l’ouverture de la main progresse donc particulièrement au cours du dernier trimestre de la première année, en partie grâce aux progrès dans la phase de transport. Une fois que le transport du bras vers l’objet est suffisamment stable, une préparation à la prise devient réellement possible (Hofsten, 1984). Grâce à ces changements, le bébé gagne en habileté pour attraper l’objet qu’il voit et convoite. La prise réussie d’un objet nécessite, outre le positionnement de la main par rapport à l’objet et la mise en forme de la main en fonction des caractéristiques physiques de l’objet, le contrôle de la force pour agripper et soulever l’objet en contrecarrant les forces gravitationnelles.

2.1.5. Progrès dans le contrôle distal : changements de mode d’agrippement

35La prise de l’objet est facilitée par l’ajustement de la main aux caractéristiques physiques de l’objet. Nous avons vu que cet ajustement devenait anticipé en fonction des propriétés visibles de l’objet à partir de l’âge de 9 mois environ. Cet ajustement concerne d’abord la main, puis les doigts. Avant d’avoir un contrôle indépendant sur chaque doigt, le bébé contrôle sa main d’une façon relativement globale. Sur cette question des modes d’agrippement, il est étonnant de voir à quel point les observations déjà anciennes d’Halverson continuent à servir de référence à des études contemporaines (Butterworth et al., 1997). Halverson est, à ma connaissance, le premier à avoir filmé des bébés pour étudier les changements dans leur capacité de préhension (Halverson, 1931). Selon lui, la préhension passerait d’un stade d’agrippement en force (« power grip ») à un stade d’agrippement de précision (« precision grip »), la transition se situant aux alentours de 20 semaines, grâce à un certain nombre de facteurs : parmi eux, la suppression du réflexe d’agrippement, l’amélioration des coordinations entre l’œil et la main, la longueur des doigts, et surtout la maturation nerveuse du contrôle de la musculature des mains (cf. figure 41).

36Les travaux d’Halverson ont été repris par Touwen (1976), puis par Hohlstein (1982). Tous deux confirment la tendance à passer d’une prise en force à une prise de précision. Pour d’autres auteurs, ces observations reflètent plus les contraintes apportées par la situation expérimentale que les contraintes de maturation du système nerveux distal : dans la plupart des études, les stimuli sont tous d’une taille et d’une forme qui n’invitent pas particulièrement à une prise fine. En présentant aux bébés des objets de tailles et de formes variées, Newell et al. (1989) ont observé des prises de précision utilisant le pouce et l’index dans le cas des plus petits objets, même chez leurs plus jeunes bébés (4 mois). La prise de précision est donc possible avant qu’elle ne soit couramment observée.

37De leur côté, Butterworth et al. ont cherché à faire la part des facteurs respectifs de la maturation neuro-musculaire et celle des contraintes de la tâche (taille et forme des objets) dans l’apparition de différentes formes d’agrippement (Butterworth et al., 1997). Ils ont observé des enfants de 5 à 19 mois pendant qu’ils prenaient des objets sphériques ou cubiques de 0, 5, 1, 2, 3 ou 4 cm de longueur (diamètre de la sphère ou longueur du cube). Leurs observations soutiennent à la fois l’idée de Newell que la prise de précision est possible très tôt, pour autant que l’on présente au bébé des objets susceptibles de la déclencher, et le fait, signalé par Halverson, que la fréquence des prises de force diminue au bénéfice des prises de précision. D’une façon générale, la variété des modes d’agrippement diminue avec l’âge. Leurs résultats confirment également qu’en grandissant, les bébés forment leur pattern d’agrippement de façon de plus en plus anticipée, sans attendre comme les plus jeunes l’effet des rétroactions tactiles. Nous verrons comment il convient d’interpréter ces apparentes contradictions du développement.

Figure 41. Différents types d’agrippements observés chez le bébé (d’après Butterworth et al., 1997).

2.1.6. Progrès dans la coordination entre agrippement et soulèvement

38Une fois que les doigts se referment autour de l’objet, une autre capacité entre en jeu, celle qui consiste à agripper l’objet avec la bonne pression et à le soulever. Lorsqu’un adulte soulève un objet, on observe simultanément une augmentation des forces d’agrippement (produites par l’opposition pouce-index) et une augmentation des forces de soulèvement (produites par la flexion du bras et les forces verticales tangentielles à la pulpe digitale). Ces augmentations de force précèdent le soulèvement visible de l’objet (Forssberg, Eliason, Kinoshita, Johansson & Westling, 1991 [cf. figure 42A] ; Gordon et al., 1994). L’anticipation du poids de l’objet et des propriétés de surface se fait sur la base des représentations internes formées par l’expérience. Chez l’adulte, un ou deux essais suffisent en général pour corriger une mauvaise anticipation. Quant aux perturbations inattendues, elles peuvent être compensées de façon immédiate (Johansson, 1996 ; Johansson & Cole, 1992).

39Chez le bébé, la latence entre chacune des composantes de la prise est plus longue que chez l’adulte, ce qui donne une impression d’actions séquentielles, et non de transition en douceur. Ainsi la latence entre le contact des deux doigts (parfois trois chez les plus jeunes) avec l’objet au moment de l’agrippement est-elle, jusqu’à l’âge de 18 mois, beaucoup plus grande que chez l’adulte.

Figure 42a. Mécanisme expérimental utilisé pour évaluer les changements dans l’agrippement de l’objet (d’après Forssberg et al. 1991).

40Par ailleurs, l’augmentation des forces d’agrippement et des forces de soulèvement se fait, non pas simultanément comme chez l’adulte, mais de façon séquentielle (cf. figure 42B). La latence entre ces deux composantes diminue avec l’âge pour devenir quelques années plus tard une synergie temporellement couplée. Enfin, il n’est pas rare d’observer chez les plus jeunes enfants que la force appliquée à l’objet pour le soulever est précédée d’une force négative ; autrement dit, l’objet est d’abord plaqué sur son support avant d’être soulevé. Cette force de soulèvement négative ne s’observe pas chez l’adulte (Forssberg et al., 1991 ; Gordon, 1994). Pour les auteurs, ce délai observé entre le contact et le soulèvement reflète un déclenchement inefficace des commandes motrices par les afférents cutanés. La diminution du délai est de fait parallèle à la maturation des réflexes cutanés (Issler et Stephens, 1983).

Figure 42b. Changements avec l’âge dans l’activation des forces d’agrippement (FA) et de soulèvement (FS), dans la position verticale et dans le taux des forces d’agrippement (TFA).

2.1.7. Progrès dans l’anticipation du poids de l’objet

41Le délai entre les différentes phases reflète-t-il l’absence d’anticipation des forces à exercer en fonction de l’apparence de l’objet et du poids attendu ? Il semble que, contrairement aux adultes, les bébés se servent de la phase d’agrippement isométrique pour régler la force de soulèvement et que l’influence des essais précédents sur la force utilisée augmente graduellement jusqu’à 6-8 ans, et plus faiblement ensuite jusqu’à l’adolescence (Forssberg et al., 1992). Forssberg et al. ont en effet montré que, jusqu’à l’âge de 2 ans, l’augmentation des forces de soulèvement après le toucher de l’objet se faisait en paliers avec plusieurs pics, ce qui signe l’utilisation des rétroactions sensorielles ; chez l’adulte, le contrôle anticipé se traduit par une augmentation continue des forces de soulèvement avec un seul pic et une allure en forme de cloche (Forssberg et al., 1991).

42De fait, l’ajustement de façon anticipée au poids de l’objet – une qualité qui n’est pas directement observable mais doit être inférée à partir d’autres caractéristiques telles que la forme, la taille et la texture de l’objet - ne s’observe pas avant la deuxième année. D’après une étude de Mounoud, c’est vers 14-16 mois que l’on commence à observer une anticipation du poids en fonction de l’aspect extérieur de l’objet (Mounoud, 1973).

UNE ÉTUDE SUR LA CONSERVATION DU POIDS CHEZ LE BÉBÉ (MOUNOUD, 1973)
Dans cette étude, l’expérimentateur donnait à prendre à des bébés de 6 à 16 mois, de façon répétée, des objets d’un certain poids (entre 165 g et 330 g). Les bébés devaient saisir l’objet en l’air et on observait la réaction du bras à la prise (chute, élévation ou stabilité). Dès que le bras restait stable après la prise, l’expérimentateur donnait aux bébés des objets d’aspect identique mais plus légers (entre 10 et 100 g), et il mesurait l’amplitude de l’élévation du bras, censée refléter l’anticipation du poids de l’objet. Dans une autre série, l’expérimentateur donnait à prendre aux bébés des objets dont la taille croissante correspondait à un poids croissant. Ce n’est qu’à partir de 14-16 mois que les enfants font une anticipation du poids de l’objet d’après son aspect physique, tout en étant capable de compenser rapidement la force de soulèvement en cas de substitution.

43Forssberg et al. ont également fait des observations qui confirment que l’anticipation du poids commence à partir de la deuxième année ; cependant, contrairement à Mounoud, à cet âge ils n’observent pas d’anticipation qui soit liée seulement à l’aspect physique de l’objet. L’anticipation se fait tout d’abord si l’objet a déjà été soulevé dans des essais antérieurs. Une des expériences de Forssberg et al. consistait à demander à des enfants de 1 à 15 ans de soulever un objet, dont l’aspect extérieur identique cachait un poids pouvant varier entre 200 et 800 g. À partir de leur deuxième année, les enfants commencent à anticiper le poids de l’objet en fonction des essais précédents (Forssberg et al., 1992). Un peu plus tard, les enfants deviennent capables d’anticiper le poids de l’objet seulement sur l’aspect physique de l’objet, en l’absence de toute expérience préalable. C’est du moins ce que les auteurs ont observé dans une autre étude, dans laquelle ils présentaient aux sujets deux boîtes de taille différente et de même poids (Gordon, Forssberg, Johansson, Eliasson & Westling, 1992) : la taille de l’objet n’influençait pas la préparation des forces de soulèvement chez les enfants de 1-2 ans, tandis qu’elle influençait celle des enfants de 3-4 ans. Forssberg et al. en concluent que l’utilisation de la vision pour contrôler les paramètres d’agrippement et de soulèvement de façon anticipée émerge à peu près un an après que les enfants sont capables d’utiliser les essais précédents (leur expérience) avec la même anticipation.

44Pourquoi les sujets de Mounoud anticipent-ils le poids en fonction de la taille de l’objet plus tôt que ceux de Gordon et Forssberg ? Pour Gordon, la différence d’âge est probablement due à la motricité mise en jeu qui ne serait pas la même dans les deux cas. Quand les bébés reçoivent l’objet passivement (expérience de Mounoud), la motricité impliquée est sans doute plus proximale que quand l’enfant doit aller chercher l’objet et le prendre entre le pouce et l’index (expérience de Gordon). Cela indiquerait que la motricité proximale précède la motricité distale dans la capacité à intégrer les informations visuelles à l’action. Un autre travail de Mounoud et Hauert confirme que, quand les enfants doivent aller eux-mêmes chercher l’objet, l’anticipation du poids en fonction de la taille ne s’observe qu’à partir de 3 ans et demi seulement (Mounoud & Hauert, 1982).

2.1.8. De l’approche préparée à la prise réussie

45Depuis une quinzaine d’années, les recherches développementales se sont orientées vers la compréhension des processus qui aboutissent aux nouvelles formes de comportement, s’éloignant ainsi des travaux de la première partie du xxe siècle qui étaient plus orientés vers la description de ces comportements. Ainsi, en ce qui concerne la prise d’objet, peu d’auteurs mettent l’accent sur le pourcentage de réussite en fonction de l’âge, certains allant jusqu’à négliger d’inclure dans leurs analyses les gestes qui aboutissent à un échec (Newell et al., 1989), ce qui bien évidemment donne une idée partielle des stratégies caractéristiques d’un âge donné.

46Les premières approches vers l’objet ne sont pas suivies de prises ; entre 9 et 14 semaines selon les enfants, le pourcentage d’approches suivies de prises augmente assez brutalement (Wimmers, Savelsbergh, Beek & Hopkins, 1998). Les pourcentages de réussite dépendent, non seulement de l’âge et des autres facteurs associés à l’âge, mais également de la façon dont l’objet est présenté au bébé. On peut faire une distinction entre les présentations où l’objet est stabilisé et celles où il est simplement posé devant l’enfant. L’objet peut être stabilisé soit par la main de l’expérimentateur (Newell et al., 1989), soit en étant attaché au bout d’un bâton (Hofsten & Lindhagen, 1979). Quand l’objet est stabilisé, le pourcentage de succès est très élevé : von Hofsten note que l’objet est fréquemment touché à 15 semaines et qu’à 18 semaines, l’objet est attrapé dans la majorité des cas. Le pourcentage de succès est de 71 % chez Newell et al. Cependant, en stabilisant l’objet on ne peut pas observer les conséquences d’une mauvaise préparation à la prise. Si la prise est mal préparée et si la main arrive trop vite sur l’objet, le bébé a le temps de corriger sa prise avant que l’objet ne tombe. Lorsque l’objet n’est pas stabilisé, c’est-à-dire lorsqu’il est simplement posé devant le bébé, le pourcentage de prises réussies est beaucoup plus faible, comme le montre une méta-analyse faite sur nos différentes études transversales et longitudinales (cf. figure 43).

Figure 43. Fréquence de succès pour prendre un objet présenté non stabilisé (résultats comparés de deux études longitudinales et une étude transversale, Fagard, 1998).

47Chez les enfants les plus jeunes (4-5 mois), il n’est pas rare que le geste d’approche aboutisse à un balayage de l’objet qui est envoyé à l’autre bout de la table et ne peut donc être pris par le bébé. Chez les enfants plus grands, même si l’objet tombe, le bébé peut quand même le prendre avec succès. Nous avons vu précédemment que c’est la cinétique du geste d’approche, et en particulier l’absence de freinage du geste à l’arrivée sur l’objet, qui sont responsables des chutes de l’objet chez les bébés de 4-5 mois. Ces résultats sont cohérents avec la seule étude qui, à ma connaissance, ait observé les pourcentages de réussite lorsque l’objet est simplement posé sur un support : à 5 mois, et même à 7 mois, les bébés touchent plus l’objet qu’ils ne l’attrapent ; ce n’est qu’à 9 mois que les bébés attrapent presque systématiquement l’objet (Fetters & Todd, 1987).

2.2. Conduites de détour et utilisation d’intermédiaires

48Lorsque l’objet à prendre n’est pas directement accessible, mais que sa prise nécessite une action intermédiaire, la situation devient celle d’une résolution de problème complexe. Dans l’utilisation de ces actions intermédiaires, nous touchons au rôle fondamental des habiletés manuelles comme moyen de résolution de problèmes. À ma connaissance, c’est Piaget (1936) qui s’est intéressé le premier au développement des conduites avec actions intermédiaires, celles qui nécessitent une coordination entre des « schème-moyens » et des « schème-buts » (en anglais « means-end »). Piaget a décrit l’apparition des premières conduites de ce type aux alentours du huitième mois, au stade 4 du développement sensorimoteur.

LES STADES PIAGÉTIENS
I. Les stades sensori-moteurs
1, (naissance à fin du premier mois) : réflexes
2, (2 à 4 mois et demi) : réactions circulaires primaires
3, (4 mois et demi à 8 mois) : réactions circulaires secondaires
4, (8-9 mois à 11-12 mois) : intelligence sensori-motrice
5, (11-12 à 18 mois) : réactions circulaires tertiaires
6, (18 mois à 2 ans) : fonction symbolique
II. Les stades des opérations concrètes
III. Les stades des opérations formelles

49Plus récemment, Willatts (1985) a montré que dès 7 mois les bébés cherchent à prendre un objet qui n’est pas directement à portée de main, mais qu’ils échouent jusqu’à l’âge de 8 mois. Après 8 mois, les bébés sont capables d’utiliser leurs deux mains de façon complémentaire pour attraper un objet, par exemple en tirant le tissu sur lequel se trouve l’objet (Casati & Lézine, 1968 ; Willatts, 1985), en tirant la boîte au fond duquel se trouve l’objet (Diamond, 1991), ou en soulevant le couvercle d’une boîte pour prendre un objet caché dedans (Bruner, 1970). Ces conduites « moyen-but » impliquent deux actions successives qui sont à la rigueur faisables d’une seule main (les tentatives unimanuelles ne sont pas rares dans les premiers essais), mais qui ne sont réalisées de façon efficace qu’avec les deux mains. À ce titre, elles seront traitées dans la section consacrée à l’émergence des coordinations bimanuelles.

2.3. Manipulation d’objets

50La manipulation d’objet représente pour le bébé une étape importante dans son exploration du monde extérieur. Une fois pris, les objets sont manipulés, retournés, secoués, passent d’une main dans l’autre ; ils sont explorés visuellement, « tactilement » et oralement. Les explorations de l’objet sont multimodales : les activités tactiles (gratter, taper du doigt, etc.) et de manipulation (secouer, retourner, etc.) s’accompagnent en général d’un regard sur l’objet (Harris, 1972). Lorsque les bébés commencent à attraper un objet, une des premières activités consiste à porter l’objet à la bouche. Cette activité commence à être courante vers l’âge de 4 mois (Lew & Butterworth, 1997), est particulièrement fréquente vers 6 mois (Palmer, 1989), et continue à être observée souvent à 9 mois (Cornwell, Harris & Fitzgerald, 1991). En grandissant, le bébé porte cependant moins les objets à sa bouche, et ses manipulations deviennent plus variées (Lézine, 1978 ; McCall, 1974 ; Ruff, 1984). Par ailleurs, plusieurs auteurs ont noté une transition autour de l’âge de 9 mois, la manipulation simple d’objet faisant place à une manipulation qui fait intervenir l’utilisation conjuguée de plusieurs objets (Fenson, Kagan, Keasley & Zelazo, 1976 ; Vauclair & Bard, 1983).

51Le mode d’exploration utilisé par le bébé varie avec les caractéristiques de l’objet. On observe que les manipulations sont très tôt adaptées aux caractéristiques des objets à explorer : faire tourner ou le transférer pour un objet de forme nouvelle, gratter du doigt pour un objet de texture nouvelle, laisser tomber ou lancer pour un objet de poids nouveau (Lézine, 1978 ; Palmer, 1989 ; Ruff, 1984). Comme l’a particulièrement développé Hatwell (1987), et à sa suite Streri (1989), la main a un double statut, moteur et perceptif. Dans cet ouvrage, j’ai délibérément privilégié le premier par rapport au second, bien moins important pour la problématique des habiletés bimanuelles. L’évocation des ajustements des forces d’agrippement et des forces de soulèvement lors de la prise de l’objet m’a cependant conduite à mentionner l’utilisation rétroactive des informations tactiles pour guider l’action. La manipulation d’un objet reflète les capacités motrices du bébé, mais en retour elle enrichit sa connaissance et sa représentation interne des objets. Des études utilisant le paradigme d’habituation ont mis en évidence que dès, 2-3 mois, les enfants reconnaissent une forme qu’ils ont pu avoir dans les mains au cours d’essais successifs de quelques secondes (Lhote & Streri, 1998 ; Streri, 1987). Le rôle de la manipulation de l’objet pour sa représentation interne est particulièrement mis en avant dans une optique constructiviste, piagétienne ou néo-piagétienne. Plusieurs études ont du reste montré que le bébé explorait d’autant plus un objet qu’il lui était peu familier (Rubenstein, 1974 ; Sigman, 1976). Certains modes de manipulations diminuent plus que d’autres avec la familiarité (de la même manière que le regard), ce qui confirme leur rôle exploratoire : il s’agit de la rotation, du transfert d’une main dans l’autre et du grattage. En revanche, la frappe de l’objet contre une surface ne change pas, ce qui l’assimile à un comportement de jeu plus que d’exploration (Ruff, 1984).

3. Développement des habiletés visuo-manuelles chez l’enfant

52Nous aborderons rapidement la question du développement des habiletés unimanuelles chez l’enfant. Les recherches consacrées au développement manuel de l’enfant sont relativement peu nombreuses, comparées au grand nombre d’études portant sur le développement précoce. On trouve en revanche un nombre relativement important de travaux consacrés aux progrès des activités locomotrices au cours de l’enfance, comme la marche, le saut ou la course, parmi d’autres. Ces travaux, qui sont souvent le fait de chercheurs en éducation physique et sportive, incluent aussi l’étude d’habiletés sportives où les bras jouent un rôle important, comme le tennis, le volley, le ping-pong. Les psychologues, de leur côté, ont eu tendance à délaisser la période de l’enfance allant de la fin de la période « bébé » au début de l’âge adulte. Parmi les travaux existants, notons les recherches faites dans les années 1960 et 1970, qui mettaient l’accent sur les changements dans les capacités de traitement de l’information et d’utilisation des rétroactions sensorielles dans la réponse motrice, et sur les caractéristiques de la programmation du geste chez l’enfant. La plupart de ces études étaient faites dans l’optique cognitiviste prévalant à l’époque, c’est-à-dire avec l’idée que le geste résulte d’une programmation au niveau central, tout en subissant l’influence en retour de ses conséquences. À côté de ces travaux, on note également toute une série d’études utilisant la tâche de « tapping » pour évaluer la régularité temporelle et le respect d’un rythme imposé. Ces études seront traitées dans le chapitre consacré au développement de la latéralité manuelle. Un paragraphe à part est consacré au changement dans les coordinations bimanuelles chez l’enfant.

3.1. Changements dans les relations perception-action au cours de l’enfance

53La perspective cognitiviste du « traitement de l’information », particulièrement influente dans les années 1970, a dominé pendant longtemps les recherches consacrées au développement moteur de l’enfant, mettant au premier plan les changements dans la programmation du geste et dans l’utilisation des rétroactions visuelles avec l’âge. Dans une perspective cognitiviste piagétienne ou néopiagétienne, on s’intéresse à la manière dont les représentations guident la préparation du geste vers l’objet. J’ai déjà mentionné dans le paragraphe précédent les études de Mounoud et Hauert sur l’anticipation du poids chez le bébé. Hauert (1981) a étudié l’anticipation du poids jusqu’à l’âge de 4 ans. La tâche consistait à soulever des cylindres de matériau et de poids différents, dont une série de cinq cylindres en métal de taille et de poids croissant, suivie d’un cylindre léger dont l’aspect était identique au dernier cylindre de la série et substitué à l’insu du sujet. L’auteur a examiné la forme du mouvement de soulèvement à l’aide d’un mécanographe. Il a observé une majorité de gestes en rampe ou en escalier (utilisant les rétroactions) jusqu’à 3 ans, un accroissement des gestes balistiques préprogrammés par la suite, avec, chez les plus grands, un fort pourcentage de gestes mixtes. Ces derniers sont des gestes qui sont à la fois préprogrammés et assez souples pour inclure des réajustements en fonction des rétroactions proprioceptives en cours de gestes. L’auteur en conclut que les plus jeunes enfants n’ont que des représentations locales et non coordonnées des différentes composantes de la situation, que le développement des représentations coordonnées permet dès 3 ans une planification préprogrammée du geste, et que ces représentations gagnent en souplesse avec l’âge.

PERCEPTION DE L’OBJET = UNE PROJECTION SUR L’OBJET D’UNE « MAIN VIRTUELLE » ?
Rappelons, pour l’histoire, le travail de Lurçat, commenté par Thom, concernant la façon dont la perception de l’objet guide la préparation du geste de prise chez l’enfant de 3 à 6 ans. Ce travail souffre de l’absence d’une méthode d’observation contrôlée, mais les auteurs analysent dans un sens assez moderne la façon dont la perception de l’objet induit la configuration de la prise : « La perception d’un objet apparaît comme la projection sur l’objet d’une "main virtuelle", et la "forme" de l’objet est l’ensemble des mouvements de prise de cette main ordonnés selon l’efficacité, la stabilité décroissantes » (Thom, 1973, p. 33).

54Le geste simple d’atteinte de l’objet (nous avons mentionné les nombreuses études qui ont été faites chez le bébé) continue-t-il à changer au cours de l’enfance ? En analysant le profil cinétique de la main et de l’ouverture des doigts d’enfants de 4 à 12 ans qui cherchent à prendre un cylindre, Kuhtz-Buschbeck et al. ont montré que ni la durée du mouvement ni la valeur du pic de vitesse ne changeait avec l’âge, mais que les enfants plus jeunes ouvraient plus les doigts avant la prise que les enfants plus âgés (Kuhtz-Buschbeck, Stolze, Boczek Funcke, Johnk, Heinrichs & Illert, 1998a). Par ailleurs, la trajectoire de la main devient plus directe avec l’âge, et la coordination entre le transport du bras et l’ouverture de la main s’améliore aussi avec l’âge ; à 12 ans, l’approche est de ce fait régulière (« smooth ») et présente un profil cinétique stéréotypé. Seuls les enfants les plus âgés ont montré un ajustement de l’amplitude de l’ouverture de leur main à la taille de l’objet. En outre, les enfants ont besoin de rétroactions visuelles pendant l’approche pour tenir compte de la taille de l’objet, contrairement aux adultes (dans ce dernier travail, des enfants de 6-7 ans étaient comparés à des adultes, Kuhtz-Buschbeck, Stolze, Boczek Funcke, Johnk, Heinrichs & Illert, 1998b).

55C’est également en étudiant l’organisation temporelle du mouvement, depuis la présentation du stimulus jusqu’à la fin du geste, que les chercheurs pensent pouvoir évaluer le traitement de l’information. Bien sûr, la question du traitement de l’information est inséparable de celle de l’attention sélective, dont on sait qu’elle progresse considérablement avec l’âge (Haywood, 1993). D’une façon générale, la vitesse et la précision de l’exécution augmentent avec l’âge dans un grand nombre d’activités fines, telles que le pointage sur cible ou la poursuite d’une cible en mouvement. On peut résumer les changements dans les paramètres temporels de la façon suivante : diminution du temps de réaction, particulièrement sensible jusqu’à 8-9 ans et plus progressive jusqu’à 16-17 ans (cf. la revue de Hay, 1989) ; augmentation de la vitesse du mouvement lui-même, très forte entre 2 ans et demi et 6 ans, plus faible après (Schulman, Buist, Kasper, Child & Fackler, 1969) ; enfin, augmentation de la vitesse de transition d’un mouvement à l’autre, (Burton, 1987 ; Connolly, Brown & Basset, 1968). D’autres travaux ont également montré que l’effet positif de la répétition au cours d’un apprentissage augmentait avec l’âge, ce que les auteurs expliquent par une meilleure utilisation des rétroactions sensorielles au cours de l’action (Davol, Hastings & Klein, 1965 ; Thomas, 1980).

56D’autres études mettent en avant l’aspect non linéaire des changements de la performance avec l’âge pour les tâches de type « pointage » (Hay, 1978a, 1978b ; Mounoud, Viviani, Hauert & Guyon, 1985 ; Rösblad, 1996 ; Pellizzer & Hauert, 1996). Certains de ces auteurs considèrent que c’est l’utilisation des rétroactions sensorielles qui évolue de façon non linéaire. Ainsi les travaux de Hay ont-ils montré que l’absence de vision, ou la distorsion de la vision par l’usage de prismes déformants, nuit plus à la précision du geste de pointage à 7 ans qu’à 5 ou 9 ans (Hay, 1978a, 1978b). Pour l’auteur, des réorganisations dans l’intégration de l’information visuelle au cours de l’action surviennent à l’âge de 7 ans, âge auquel l’enfant est plus attentif et précautionneux, et a des gestes souvent également plus hésitants qu’à 5 ans. Un même développement dans le recours aux informations visuelles a aussi été noté par Sovik et al. (1987) dans une tâche graphique. On observe aussi une régression de la performance sans la vision (cette fois-ci à l’âge de 8 ans) dans l’étude de Rösblad (1996), tandis qu’une autre étude a montré une évolution plus linéaire dans la capacité à réaliser un pointage sans l’aide de la vision (Hofsten & Rösblad, 1988). L’étude de Rösblad utilise une tâche un peu différente des autres puisqu’elle demande aux enfants (6, 7 et 8 ans) de transporter des perles d’un récipient à un autre. L’auteur y retrouve le rôle que joue la vision de la cible, qui est, comme chez l’adulte, beaucoup plus important que celui de la vision du bras. Les travaux plus anciens de Rey (1949) préfiguraient partiellement ces résultats.

57L’évolution non monotone du rôle de la vision dans la précision du geste reflète-t-elle vraiment des réorganisations dans l’intégration de l’information visuelle au cours de l’action ? Pour Pellizzer et Hauert (1996), qui observent aussi de leur côté une régression dans la précision spatiale de gestes réalisés sans la vision du bras, la régression observée vers l’âge de 8 ans serait plutôt due à des changements dans la conversion entre les coordonnées visuelles (représentation de l’environnement) et les coordonnées motrices au moment de la programmation du geste vers la cible. Les auteurs s’appuient pour étayer leur hypothèse sur deux faits : (1) le temps de réaction, bien qu’il diminue globalement avec l’âge, montre un plateau vers 7-8 ans dans le cas d’un pointage vers une cible (mais pas dans le cas d’un TR simple) ; (2) le nombre de discontinuités du mouvement, reflet des corrections liées à l’utilisation des rétroactions, ne change pas avec l’âge dans leur étude (il semblerait que l’évolution non monotone avec l’âge du nombre de discontinuités du mouvement s’observe avec les mouvements lents mais pas avec les mouvements rapides, Mounoud et al., 1985). De plus, les auteurs, qui ont observé que la régression concernait la précision vers une cible située dans le champ visuel droit, font l’hypothèse que les réorganisations observées reflètent des changements dans le traitement de l’information au niveau de l’hémisphère gauche : le rôle spécifique joué par l’hémisphère gauche dans le contrôle des activités visuo-manuelles pourrait se mettre en place aux alentours de 8 ans, perturbant momentanément son fonctionnement. Comme nous l’avons vu, les études de double tâche ne donnent pas de résultats très convaincants quant à l’âge d’établissement de la latéralisation hémisphérique du contrôle manuel ; en revanche, l’hypothèse de Pellizzer et Hauert ne serait pas incompatible, au contraire, avec les changements qui sont supposés prendre place à cet âge dans les échanges interhémisphériques. De nouvelles investigations seraient nécessaires pour vérifier un lien éventuel entre la diminution de la précision spatiale en vision restreinte, des changements dans la latéralité du contrôle manuel et dans les échanges interhémisphériques.

3.2. Le développement des habiletés chez l’enfant : exemple du lancer

58Parmi les études développementales qui ont été faites dans des instituts sportifs, celles qui concernent le lancer méritent d’être mentionnées étant donné le sujet de cet ouvrage. La méthode la plus fréquemment utilisée pour en étudier les changements avec l’âge consiste à décomposer les différents éléments du geste qui en caractérisent la performance experte, puis de voir à quel âge ces différents éléments apparaissent chez l’enfant. En fonction de la présence ou de l’absence des différents éléments, les auteurs établissent un stade de réussite. Ainsi pour le lancer de balle, la séquence experte est-elle la suivante : (1) pas en avant de la jambe opposée à la main lançant et rotation du bassin ; (2) rotation du torse et balancer du bras, tous deux vers l’arrière ; (3) rotation du bras vers l’avant et extension par ouverture du coude ; (4) lancer (Haywood, 1993 ; Roberton, 1978 ; Seefeldt & Haubenstricker, 1982).

59Les premiers lancers sont loin de comporter tous ces éléments. Les jeunes enfants n’avancent pas le pied ou, quand ils avancent un pied, ils avancent le pied ipsilatéral au bras qui va lancer, la rotation du torse n’accompagne le balancer préparatoire du bras vers l’arrière qu’après un certain apprentissage, etc. C’est surtout l’enchaînement temporel des différentes étapes qui gagne en souplesse et en coordination : ainsi, dans certains lancers particuliers comme dans le base-bail, on voit les lanceurs experts capables de commencer à tourner le bas du corps vers l’avant tandis que le haut du corps et le bras sont encore en train de basculer vers l’arrière. Ce type de rotation différenciée ne s’observe pas chez les jeunes enfants.

Figure 44. Progrès dans le lancer : au fur et à mesure que l’enfant grandit, de plus en plus d’éléments typiques du lancer « expert » sont présents dans la séquence gestuelle (d’après Seefeldt & Haubenstricker, 1982).

60Ce qui caractérise les premiers essais du sujet jeune ou inexpérimenté, c’est le blocage des libertés motrices (cf. figure 44). Le sujet limite au maximum les mouvements associés, qui gênent la performance. Peu à peu, les différentes articulations retrouvent une certaine autonomie, avant de reformer des structures de coordinations appropriées, souplement coordonnées. Nous nous trouvons dans une autre problématique que dans celle du développement manuel puisque, dans le domaine des apprentissages sportifs, les changements ressortissent à une évolution qui est moins liée à l’âge qu’à l’entraînement.

Notes

1 Avant l’échographie, on avait une certaine connaissance de la motricité fœtale par l’observation des fœtus expulsés non viables maintenus en vie pendant quelques minutes dans l’eau salée, et surtout par celle des prématurés.

2 Cette interprétation de Thelen concernant la disparition du réflexe de marche est quelque peu ébranlée par les observations récentes relatives au rôle du poids du corps dans le déclenchement de la marche « spinale » chez des paraplégiques, observations que j’ai évoquées précédemment.

3 Les termes d’ « approche » et « atteinte » de l’objet seront utilisés dans un sens général pour traduire l’anglais « reaching ». L’approche (ou l’atteinte) comprend la phase de transport du bras vers l’objet et celle de l’ajustement de la main avant de toucher l’objet.

4 Il s’agirait là de la fonction d’exploration tactile plus que de la fonction de manipulation de la main.

Table des illustrations

Légende Figure 36. Le réflexe tonique asymétrique du cou s’exprimerait chez l’adulte dans certaines conditions où le contrôle de la posture doit être optimal (Fukuda, 1961).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4866/img-1.jpg
Fichier image/, 20k
Légende Figure 37. Chez l’adulte la phase de transport rapide de la main est suivie d’une phase plus lente d’ajustement qui démarre à 70 % du mouvement (marquée par la flèche) (d’après Jeannerod, 1984).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4866/img-2.jpg
Fichier image/, 12k
Légende Figure 38. Situation expérimentale utilisée par von Hofsten pour étudier les gestes d’approche vers l’objet (Hofsten, 1982).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4866/img-3.jpg
Fichier image/, 16k
Légende Figure 39. Diminution de la variabilité du geste d’approche avec l’âge (d’après Konczak et al., 1997).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4866/img-4.jpg
Fichier image/, 24k
Légende Figure 40. Temps de réaction en fonction de l’âge.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4866/img-5.jpg
Fichier image/, 20k
Légende Figure 41. Différents types d’agrippements observés chez le bébé (d’après Butterworth et al., 1997).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4866/img-6.jpg
Fichier image/, 24k
Légende Figure 42a. Mécanisme expérimental utilisé pour évaluer les changements dans l’agrippement de l’objet (d’après Forssberg et al. 1991).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4866/img-7.jpg
Fichier image/, 20k
Légende Figure 42b. Changements avec l’âge dans l’activation des forces d’agrippement (FA) et de soulèvement (FS), dans la position verticale et dans le taux des forces d’agrippement (TFA).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4866/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 43. Fréquence de succès pour prendre un objet présenté non stabilisé (résultats comparés de deux études longitudinales et une étude transversale, Fagard, 1998).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4866/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure 44. Progrès dans le lancer : au fur et à mesure que l’enfant grandit, de plus en plus d’éléments typiques du lancer « expert » sont présents dans la séquence gestuelle (d’après Seefeldt & Haubenstricker, 1982).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4866/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540