Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement des habiletés de l’enfant

 | 
Jacqueline Fagard

Chapitre II. Qu’appelle-t-on habileté (bi)manuelle ?

Texte intégral

1Les mains sont partie intégrante de toutes nos activités quotidiennes. Elles servent dans la relation aux objets, sous forme de préhension, de manipulation et d’exploration ; elles jouent un rôle dans la communication, qu’il s’agisse du langage des mains pour appuyer ou compléter le discours verbal ou, plus fondamentalement mais plus rarement, du langage par signes des sourds-muets ; enfin, elles participent aux activités corporelles plus globales comme les activités sportives. Seuls les aspects de préhension et de manipulation, considérés essentiellement d’un point de vue moteur, font l’objet de cet ouvrage. Il convient d’entendre le terme « manuel » (habileté manuelle, coordinations manuelles) dans un sens métonymique d’une partie pour le tout, la main n’étant que le dernier maillon d’une longue chaîne d’effecteurs dont participent également l’avant-bras, le bras, l’épaule, et souvent tout le corps.

1. Des habiletés visuo-manuelles

2Préhension et manipulation nécessitent une bonne coordination visuo-manuelle. Pour saisir un objet, il faut mettre en relation des informations concernant la position de l’objet dans l’espace, sa taille, sa forme, etc., avec des informations proprioceptives relatives à la localisation du corps, en particulier celles du bras et de la main. Dans les années 1970, il était courant de différencier plusieurs phases dans l’élaboration du geste de préhension. On considérait qu’une phase de traitement de l’information visuelle précédait les phases de programmation et d’exécution de l’action. Dans le traitement de l’information visuelle, on faisait une distinction entre l’analyse de la localisation de l’objet et celle de son identification (« où » versus « quoi »). Nous verrons que les avancées récentes ont quelque peu modifié cette vision assez simple des mécanismes de préhension. D’une part, la notion de programmation motrice a été fortement relativisée depuis une vingtaine d’années, souvent remplacée par une description des contraintes du système neuro-moteur qui aboutissent à une auto-organisation de la motricité. D’autre part, les progrès de la physiologie du système visuel ont substitué à la distinction du « où » et du « quoi » une autre distinction, fondée sur la finalité de la perception de l’objet. Deux boucles visuo-manuelles différentes seraient enjeu selon que l’objet perçu doit être pris ou simplement identifié, comme nous le verrons.

2. La posture dans la coordination bimanuelle

3Le mouvement est parfois considéré comme le passage d’une posture à une autre. Le geste manuel est le dernier maillon d’une chaîne de réorganisations corporelles qui se fait en fonction du but à atteindre. À cause des forces d’inertie et du couplage des effecteurs, un mouvement entraîne en effet des changements de tension dans d’autres effecteurs que ceux qui sont directement impliqués dans l’action (Bernstein, 1967). Les réorganisations posturales liées au mouvement sont en général anticipées et sont, de ce fait, les premiers maillons de la chaîne. Les muscles qui ne participent pas directement à l’action mais permettent de préserver stabilité et équilibre sont alors considérés comme les muscles posturaux (Latash, Aruin & Shapiro, 1995). Pour reprendre l’expression de Paillard, la séquence d’activation des muscles impliqués directement dans l’action et des muscles d’accompagnements posturaux forment une « mélodie cinétique » (Paillard, 1970). Chez l’adulte, les réactions posturales sont en général relativement discrètes. Il faut déstabiliser le sujet, ou lui proposer des tâches potentiellement déstabilisantes, pour voir apparaître des réactions posturales ou des ajustements posturaux anticipés d’envergure (Cordo & Nashner, 1982 ; Nashner & McCollum, 1985). Les ajustements posturaux ont ainsi été étudiés chez l’adulte lors du soulèvement de lourdes charges (Paulignan, Dufossé, Hugon & Massion, 1989 ; Viallet, Massion, Massarino & Khalil, 1992), lors de mouvements rapides des mains (Latash et al., 1995), ou encore au cours d’une tâche d’écriture (Guiard & Athènes, 1985, cf. figure 4).

4Chez l’enfant, la stabilité posturale est moindre que chez l’adulte, et les ajustements posturaux sont moins souvent anticipés (Bernstein, 1967). Nous verrons que le développement du contrôle postural joue un rôle important dans l’émergence de la préhension : tant que le bébé a des difficultés à maintenir une stabilité céphalique et lombaire, des signaux proprioceptifs rétroactifs parasitent ses gestes et l’empêchent d’avoir un contrôle indépendant des bras et des mains. Par ailleurs, on pense que l’asymétrie posturale, présente avant la naissance et observable jusqu’à l’âge de 3-4 mois, joue un rôle important dans l’émergence de l’asymétrie manuelle. Nous verrons également le rôle postural joué par une des deux mains dans certaines manipulations bimanuelles au cours desquelles l’objet est stabilisé avec la main dite « non préférée » de telle sorte que la main « préférée » puisse le manipuler.

Figure 4. Rôle postural de la main gauche dans une activité « unimanuelle ».

Dominante ou préférée ?
On trouve dans la littérature les termes « main dominante » et « main préférée » pour évoquer la main utilisée pour l’écriture. Sachant que la main utilisée pour l’écriture n’est pas toujours utilisée pour toutes les activités manuelles et qu’elle n’est pas la plus performante dans toutes les tâches, comme nous le verrons, les auteurs préfèrent en général y faire référence sous le terme de main « préférée ».

3. Non pas une main mais deux mains

5Les termes de « coordination bimanuelle » apparaissent peu dans la littérature scientifique avant la fin des années 1970, si l’on excepte quelques recherches factorielles sur l’habileté manuelle incluant des tâches bimanuelles (Fleishman, 1958). On a longtemps évoqué l’habileté manuelle comme si elle était le fait d’une seule main, la main « préférée ». Or, les gestes sont presque toujours bimanuels. L’autre main peut avoir un rôle plus ou moins actif. Elle peut avoir un rôle similaire ou complémentaire à celui de la main préférée, ou servir de support de l’objet manipulé. Elle peut simplement participer à l’organisation posturale qui soutient le geste de l’autre main. Le témoignage de personnes amputées d’une main montre à quel point les deux mains sont utiles, même dans des activités que l’on aurait presque pu classer comme unimanuelles, comme le tennis ou la pêche. Nous verrons comment une des classifications possibles des activités bimanuelles est basée sur le rôle relatif des deux mains dans l’action.

4. Classification des gestes bimanuels

6Pour classer les gestes bimanuels, plusieurs critères sont retenus. On peut déjà les distinguer par le nombre d’éléments de mouvement qu’ils impliquent : comme pour tous les gestes, on doit tout d’abord faire une distinction entre les gestes discrets (comme le pointage sur cible), séquentiels ou continus (comme pour toucher une série de cibles), ou encore répétitifs (comme pour effectuer des frappes répétées sur des touches à un rythme imposé ou spontané). Les exemples qui précèdent sont tirés de tâches expérimentales. Les gestes bimanuels de la vie quotidienne sont pour la plupart des gestes complexes, composés de plus d’une séquence de mouvements mais non répétitifs (découper avec des ciseaux, séparer les jaunes des blancs d’œuf, jouer d’un instrument de musique, pour n’en citer que quelques-uns).

7D’une façon plus spécifique aux gestes bimanuels, les relations spatiales des deux gestes permettent de distinguer des gestes en miroir, parallèles, ou complètement asymétriques. De leur côté, les relations temporelles des deux gestes permettent de distinguer les gestes synchrones, les gestes coordonnés temporellement mais non synchrones (comme les gestes alternés, ou les gestes devant respecter un certain rapport de rythme), et les gestes indépendants temporellement (ou supposés l’être). Les aspects temporels et spatiaux ne sont pas indépendants et les gestes ne sont complètement en miroir ou parallèles que s’ils sont synchrones.

8On peut également classer les gestes bimanuels en fonction du rôle respectif des deux mains dans l’action. L’action peut impliquer deux gestes totalement indépendants (par exemple, on raconte qu’en Chine le summum de l’habileté est traditionnellement symbolisé par la capacité de tracer un cercle d’une main et un carré de l’autre [Kourilski, 1968] ; les chercheurs aiment aussi donner comme illustration de la difficulté qu’il y a à effectuer des gestes indépendants le fait de se frapper la tête d’une main tout se faisant des ronds sur le ventre de l’autre main). L’action bimanuelle peut également impliquer des gestes ayant des rôles semblables et complémentaires (soulever un poids à deux mains), ou encore des gestes ayant des rôles différents et complémentaires (c’est le cas de la plupart des gestes bimanuels de la vie quotidienne, des habiletés techniques, musicales, etc.). Tous ces critères de classification ne sont évidemment pas indépendants les uns des autres. En les combinant, on peut distinguer plusieurs catégories de geste bimanuel.

  • 1 Selon les auteurs, cette organisation cadre/contenu de l’activité bimanuelle a préparé en quelque s (...)

Le modèle de Guiard
Guiard (1988) propose un modèle de catégorisation des différents types de coordination bimanuelle. Dans son modèle de coopération bimanuelle, Guiard (1988) distingue en effet trois modes différents. Pour cet auteur, les mains peuvent être comparées à deux moteurs contrôlant une position variable (PV) par rapport à une position de référence (PR). Il existe trois modes d’assemblage possibles entre les deux mains : les modes orthogonal et parallèle qui sont en général symétriques, et un mode sériel qui est asymétrique (cf. figure 5). Le mode d’assemblage orthogonal correspond aux gestes indépendants, même s’ils manipulent un objet unique ; c’est le cas du contrôle d’un déplacement d’une cible à l’aide de deux manivelles contrôlant chacune un axe différent. Le mode parallèle correspond aux gestes complémentaires similaires, par exemple soulever des poids, et le mode sériel aux gestes complémentaires asymétriques. Dans la plupart des activités bimanuelles quotidiennes humaines, les deux mains coopèrent selon un assemblage en série, la PV de la main gauche servant comme PR de la main droite, ce que Guiard appelle la « chaîne cinétique ». Le rôle de la main gauche va bien au-delà du simple rôle de stabilisation. La main gauche sert de référence spatiale pour l’action de la main droite ; elle est le cadre dans lequel la main droite assure le contenu, pour reprendre l’expression de MacNeilage et al. qui assimilent cette organisation cadre/contenu à l’organisation du langage1 (MacNeilage, Studdert-Kennedy & Lindblom, 1984).

9Il me semble qu’on peut proposer une classification en quatre catégories pour rendre compte de la diversité des gestes bimanuels :

  1. indépendants spatialement et temporellement,

  2. indépendants spatialement mais synchronisés (coordonnés seulement sur le plan temporel),

  3. complémentaires à rôles non différenciés,

  4. complémentaires à rôles différenciés (sachant que deux gestes complémentaires exigent toujours une coordination spatio-temporelle).

Figure 5. Les trois modèles d’assemblage des deux mains assimilées à des moteurs contrôlant une position variable (PV) en fonction d’une position de référence (PR) (d’après Guiard, 1988).

10La première catégorie (indépendants spatialement et temporellement) contient les défis du type se frotter le ventre d’une main tout en se tapant sur la tête de l’autre main. Elle est peu représentée dans la vie réelle, sinon quand on essaie de faire deux choses à la fois pour gagner du temps, ce qui en général aboutit plutôt à en perdre pour réparer les dégâts ! Étant donné les contraintes temporelles qui s’appliquent à deux gestes dès lors qu’ils sont simultanés, comme nous le verrons dans la section suivante, il serait sans doute plus juste de les décrire comme des gestes sans dépendance temporo-spatiale imposée par la tâche. Dans cette catégorie figurent également les paradigmes expérimentaux de double tâche dans lesquels on demande au sujet de faire deux choses à la fois (par exemple : taper sur une touche avec un index tout en faisant un mouvement de flexion-extension avec l’autre index).

11On trouve dans la deuxième catégorie (indépendants spatialement mais synchronisés) toutes les activités musicales au cours desquelles la position spatiale des deux mains doit être très précise mais pour lesquelles la coordination se fait sur le plan temporel essentiellement (par exemple : le piano). Les tâches expérimentales de cette catégorie sont les tâches d’exécution de rythme où les deux mains tapent de façon indépendante sur deux touches mais doivent produire un rythme commun (1/1, 2/1, etc.).

  • 2 Les deux tâches sont décrites plus bas, celle du télécran p. 41 et celle du labyrinthe p. 207.

12Les exemples de gestes de la troisième catégorie (complémentaires à rôles non différenciés) se trouvent dans certains jeux et dans les situations expérimentales qui s’en sont inspirées. On peut citer par exemple le télécran ou le labyrinthe à bille2 : dans les deux cas, la combinaison de gestes semblables (tourner des manivelles), effectués selon des paramètres spatio-temporels coordonnés, permet d’obtenir le résultat désiré. Dans la même catégorie se trouve l’appareil à tracer utilisé par Wyke (1971a). Le soulèvement d’objets à deux mains et toute activité où le rôle de deux mains n’est pas différencié font partie de cette catégorie de gestes. Comme pour la catégorie précédente, les gestes complémentaires sont assemblés sur le mode parallèle ou sériel selon les contraintes de la tâche.

13Enfin, les gestes complémentaires à rôles différenciés représentent tous les gestes bimanuels quotidiens au cours desquels la main non préférée joue un rôle plus passif de stabilisation d’un objet ou d’une partie de l’objet pour permettre la manipulation faite par la main préférée. Les exemples de ce type de geste bimanuel ne manquent pas, comme dévisser, éplucher, planter un clou, pour n’en citer que quelques-uns. Certaines activités musicales demandent des mouvements intégrés de ce type : dans les instruments à cordes par exemple, les gestes des deux mains ont des statuts très différents mais le son produit par l’arpège de la main droite ne sonnera correctement que si la main gauche est placée au bon endroit sur la corde (cf. figure 6, page suivante).

Figure 6. Exemples de gestes bimanuels complémentaires à rôles non différenciés (A), complémentaires à rôles différenciés (B), indépendants spatialement mais synchronisés (C), (Comte, 1997).

Notes

1 Selon les auteurs, cette organisation cadre/contenu de l’activité bimanuelle a préparé en quelque sorte l’émergence du langage dont l’organisation répond à la même logique : voyelles et consonnes contenues dans le « cadre » syllabique, mots contenus dans le « cadre » syntaxique. Ce rôle précurseur de la coordination bimanuelle se retrouverait aussi au cours du développement de l’enfant.

2 Les deux tâches sont décrites plus bas, celle du télécran p. 41 et celle du labyrinthe p. 207.

Table des illustrations

Légende Figure 4. Rôle postural de la main gauche dans une activité « unimanuelle ».
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Figure 5. Les trois modèles d’assemblage des deux mains assimilées à des moteurs contrôlant une position variable (PV) en fonction d’une position de référence (PR) (d’après Guiard, 1988).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Figure 6. Exemples de gestes bimanuels complémentaires à rôles non différenciés (A), complémentaires à rôles différenciés (B), indépendants spatialement mais synchronisés (C), (Comte, 1997).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540