Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement des habiletés de l’enfant

 | 
Jacqueline Fagard

Chapitre premier. Des mammifères inferieurs à Homo sapiens

Texte intégral

1Bien que cet ouvrage soit consacré au développement des habiletés manuelles et bimanuelles au cours de l’enfance, il me semble pertinent de poser d’abord la question du point de vue de la phylogenèse : quand l’homme est-il devenu capable d’organiser sa motricité en utilisant ses deux mains de façon complémentaire, une main tenant l’objet sur lequel l’autre main peut agir ? Notre habileté est-elle le résultat d’un long processus linéaire ayant commencé avec l’apparition de pattes chez les mammifères ? Ou bien peut-on dégager des processus de rupture ayant entraîné un changement qualitatif qui nous permettrait de mettre en évidence des transitions dans les progrès de l’habileté manuelle au cours de l’évolution ? Comme nous le verrons, de telles ruptures existent au cours du développement.

  • 1 L’utilisation d’objets-outils s’observe aussi chez les invertébrés qui sont capables d’activités «  (...)
  • 2 Pour une classification des différentes utilisations d’outils dans le monde animal, on peut se réfé (...)

2Que l’habileté manuelle humaine soit le résultat d’un long processus dont l’origine est antérieure à la bifurcation vers le genre homo semble assez évident. L’habileté manuelle et bimanuelle n’e(st pas l’apanage de l’homme ni même des primates puisque les exemples d’utilisation des pattes antérieures pour prendre et pour agir sur l’environnement ne sont pas rares chez les mammifères non primates1: l’écureuil casse sa noisette, la loutre pose une pierre sur son ventre et s’en sert comme d’une enclume sur laquelle elle brise les coquillages avec de gros cailloux, l’éléphant se gratte avec un bâton qu’il tient dans sa trompe (Bradshaw & Nettelton, 1982), le raton laveur attrape et manipule un objet tenu entre ses pattes (Iwaniuk & Whishaw, 1999)2. Cependant, les exemples sont plutôt rares chez ces espèces et il s’agit de comportements stéréotypés, typiques de l’espèce, ce qui, comme nous le verrons, n’est plus vraiment le cas chez les primates. On peut néanmoins considérer ces comportements comme les précurseurs de l’habileté qui s’est développée par la suite chez les primates.

3Chez les primates non humains, l’utilisation d’éléments de l’environnement, éventuellement modifiés, comme moyens pour arriver à un but, devient plus fréquente et diversifiée. Cependant, tous les anthropoïdes ne manifestent pas la capacité d’utiliser des outils d’une façon innovante et régulière. En conditions de laboratoire, les singes supérieurs peuvent utiliser toutes sortes d’instruments humains mis à leur disposition. Les babouins peuvent par exemple apprendre sans difficulté à coordonner leurs deux mains dans une série de manipulations pour ouvrir une boîte dans laquelle ils trouveront de la nourriture (Trevarthen, 1978). Dans la nature, les exemples d’utilisation d’outils sont plus rares et limités à certaines espèces. Les gorilles n’utilisent pas d’outils. Les orangs-outans cassent des branches et s’en servent pour attraper des insectes. Les capucins d’Amérique du Sud coincent des noix dans des branches d’arbre fourchues et les frappent avec des pierres pour les ouvrir. Les capucins utilisent des outils pour chercher la nourriture.

Les niveaux de production d’outils (Napier, 1962) :
- l’utilisation fortuite de moyens naturels,
- l’utilisation préméditée de moyens naturels,
- la modification de moyens disponibles en vue d’une utilisation immédiate,
- la production de moyens pour un emploi futur,
- la production fortuite d’un outil,
- la production d’outil systématique et insérée dans un système culturel.

4Seuls les chimpanzés utilisent régulièrement des outils dans des contextes plus variés. Ils se servent couramment de brindilles ou de bâtons pour attraper des termites, des fourmis ou du miel. Ils sont capables de tailler et d’éplucher ces brindilles (cf. figure 1). Mais les modifications opérées par les chimpanzés sur des objets trouvés dans la nature pour en faire un instrument approprié à un but ne concernent que les végétaux : ils utilisent des pierres comme outils mais ne les taillent pas. De plus, on ne trouve pas chez eux une très grande diversité technique, et en plusieurs années d’observation (jusqu’à 30 ans pour certaines études), seulement une vingtaine d’utilisations ont été répertoriées. De même, les changements dans l’utilisation d’un outil sont rares ; les chimpanzés font preuve d’un réel conservatisme. En revanche, la permanence de l’outil et sa réutilisation qui, d’après D. Bourg (1997), distinguerait l’humanité des animaux s’observe parfois chez les chimpanzés. Certains sites de cassage de noix sont réutilisés à chaque saison de fructification, apparemment depuis plus de 200 ans. D’autres exemples montrent que l’utilisation d’outils peut avoir un caractère culturel chez les chimpanzés : ainsi les chimpanzés de la forêt de Taï (Côte d’Ivoire) se servent de deux pierres comme marteau et enclume pour casser des noix (Deputte, 1997), un comportement qui n’est pas observé dans d’autres régions. La transmission du savoir n’est pas non plus spécifique aux hominidés, et, contrairement à ce qu’on affirme parfois, elle n’a pas besoin du langage pour être efficace : on peut en effet observer des mères chimpanzés ralentir leur geste pour apprendre à leur petit la technique de cassage des noix. Il semble aussi que les mères soient capables de mettre de côté des enclumes et des pierres (utilisées comme marteau) adaptées à la taille de leur petit (Joulian, 1998).

5On trouve donc, au moins chez les chimpanzés, certaines des caractéristiques de l’habileté manuelle qui se développeront chez les hominidés avec le succès que l’on sait : adaptation et modification du matériau de base, réutilisation de l’outil et transmission du savoir. La question qui se pose actuellement est de savoir si l’habileté indéniablement plus évoluée observée chez les premiers hominidés résulte d’un changement quantitatif ou qualitatif. Autrement dit, y a-t-il eu un processus de rupture dans les capacités d’habileté manuelle, et si oui, peut-on le situer ?

Figure 1. L’utilisation de l’outil chez le chimpanzé : le bâton pour attraper des termites (Deputte, 1997).

6Chez les hominidés, l’utilisation de l’outil a pris une tout autre envergure. On pense que les australopithèques se servaient d’outils simples en pierre. D’un point de vue anatomique, rien ne s’oppose à ce qu’un australopithèque manipule finement des objets : la main des australopithèques robustus n’est pas incompatible avec la taille d’outils en pierre et on a découvert quelques galets éclatés datant des australopithèques, voilà 7 millions d’années (Susman, 1988). Avec Homo habilisla taille de la pierre devient plus complexe et l’outil est conservé et réutilisé. Les artefacts en pierre et en os trouvés dans les sites préhistoriques ne représentent sans doute qu’une petite partie de la production de nos ancêtres, les objets en matière végétale ou animale, non fossilisables, ayant disparu : il se peut que les changements dans l’habileté aient commencé bien avant l’apparition du genre homo.

  • 3 J’évoquerai dans ce chapitre les représentants des hominidés pour lesquels ont été effectuées des o (...)

7Les premiers outils trouvés en quantité appréciable sont les éclats et galets taillés il y a de cela 2,6 millions d’années, découverts en Érythrée. En Éthiopie, plusieurs milliers de pierres taillées datant de 2,5 millions d’années ont également été retrouvées (Kimbel, 1996 ; Semaw et al., 1997) : il s’agit d’outils oldowayens (du nom de la gorge d’Oldoway en Tanzanie, où les premiers exemples de ce type ont été découverts). Les outils oldowayens révèlent une réflexion dans le choix du matériel (deux types de pierre) et la forme de l’outil (cinq types de tranchoir qui suggèrent des utilisations différentes) (Montagu, 1976). En revanche, la fabrication des outils est très rudimentaire ; elle résulte d’un petit nombre de coups donnés sur la pierre, avec une autre pierre en guise de marteau. Ces outils ont-ils été façonnés par un australopithèque robustus, ou par son contemporain dans cette région, Homo habilis3 ? Pour le paléontologue Bernard Wood (1997), l’inventeur de l’industrie oldowayenne pourrait bien être un australopithèque.

8On distingue actuellement deux « sauts » dans la « complexification » des outils : un premier saut aux alentours de -1,6 million d’années avec la taille de pierre dite acheuléenne par Homo erectus, et un deuxième saut vers -70 000 à -40 000 avec Homo sapiens sapiens (Koslowski, 1995). Le premier saut correspond à l’introduction des bifaces qui nécessitent une bien plus grande adresse et surtout une plus grande planification que les tranchoirs de l’époque précédente. L’industrie acheuléenne comprenait une dizaine d’outils différents (contre cinq ou six pour l’industrie oldowayenne). Elle s’est poursuivie pendant plus d’un million d’années, jusqu’à l’introduction de la culture moustérienne, vers -250 000, par Homo sapiens (l’homme de Neandertal). De nouvelles techniques, comme la technique « Levallois », une plus grande diversité d’outils (une soixantaine) et des styles différents caractérisent la culture moustérienne. L’introduction de styles dans l’outil est-elle le précurseur de l’apparition de l’art, dont on a les premiers témoignages entre -70 000 et -40 000, date où l’on reconnaît un deuxième saut dans les capacités d’habiletés manuelles ? Entre ces sauts, on observe de longues périodes de ce que certains appellent « une technique établie » : il existe en effet une grande similitude dans les outils de pierre taillée retrouvés dans des sites éloignés entre -1,6 million d’années et -70 000 (Clarke, 1980).

9Tableau 1. Quelques repères dans l’évolution technologique au cours du paléolithique (les lignes doubles marquent les deux « sauts » technologiques actuellement reconnus)

Datation vers...

Hominidés

Capacité crânienne ; Système vocal

Main

Industrie

Nombre d’outils

Activités

-7,65 ma

australopithèques

galets éclatés

-3,5 ma

austr. afarensis

380-450 cm3 zone de Broca ébauchée

pouce court, bout des doigts étroits

premiers outils oldowayens ?

-2,6 ma

austr. robustus Homo habilis

540 cm3 600-700 cm3z. de Wernicke légèrem. asym.

bout des doigts larges, très innervés

Oldowayen

5 ou 6 outils (tranchoirs, grattoirs, etc.)

-1,6 ma

Homo erectus (premiers hommes vrais du genre Homo)

900-1100 cm3 asymétrie hémisph. Larynx bas ?

Acheuléen

une dizaine d’outils (bifaces), taille de l’os

chasse, débitage des carcasses, feu

-250000

Homosapiensneandertalis

1500 cm3 config. moderne de l’app. vocal

Moustérien

60 outils (technique Levallois)

schémas opératoires complexes

-40 000

Homo sapiens sapiens

1400 cm3 vascularisation nette des zones du langage

Aungnacien Châtelperronien, Gravettien, Solutréen, Magdalénien

nouvelles techniques, importante industrie de l’os

art

10La longue période d’hominisation a donné il y a quelque 40 000 ans un Homo sapiens très semblable à nous. À cette époque, la production d’outillage préhistorique s’est considérablement diversifiée. Les progrès techniques n’ont pas cessé par la suite, sauts qualitatifs entrecoupés de longues périodes plus ou moins stables (cf. figure 2). Parmi les progrès dans la taille d’outils chez Homo sapiens, citons la fabrication d’objets d’ornement, le Châtelperronien (dents percées de trous, anneaux d’ivoire), qui a succédé au Moustérien, les bijoux de l’Aurignacien, l’industrie sur pierre et os des Cro-Magnons, le débitage en série de lames de silex et le travail de l’os et de l’ivoire chez l’homme de Neandertal.

Figure 2. Les progrès dans la manufacture d’outils entre -2,6 millions d’années (Oldowayens, A), -1,6 million d’années (Acheuléens, B) et -40 000 (fin du Moustérien, C) (Lewin, 1991 ; Holden, 1998a).

1. Quels changements ont permis l’émergence de l’habileté manuelle ?

11On admet généralement que les changements ayant abouti à l’habileté manuelle d’Homo sapiens sont le résultat d’un long processus au sein duquel plusieurs facteurs ont joué un rôle essentiel : les modifications de l’organe-main, la marche debout qui libéra la main, l’augmentation de la taille du cerveau, le développement des zones impliquées dans la planification des actions et l’asymétrie hémisphérique, enfin les progrès dans les capacités interactives. Ces facteurs individuels sont très probablement associés à des changements environnementaux importants (Leroi-Gourhan, 1974).

12Pour comprendre l’acquisition de l’habileté manuelle, il convient de remonter bien avant la marche debout, et de considérer la lente évolution ayant abouti à cet outil étonnant que représente une main placée au bout d’un long bras et faite de cinq doigts, tous munis d’articulations la dotant de multiples degrés de liberté. Convergence, divergence, préhensibilité et opposabilité pouce-doigts forment, selon Napier (1962), les fondements de la manipulation manuelle. La séparation entre le pouce et les doigts qui a permis à ces propriétés d’émerger est d’abord une séparation anatomique, apparue chez les prosimiens il y a 50 millions d’années, très longtemps donc avant d’être accompagnée d’une séparation neurologique permettant la pince digitale (Reynolds, 1975). Ces caractéristiques n’ont fait que se perfectionner, comme en témoigne la comparaison avec les autres espèces primates non humaines (les prosimiens et les singes), et comme l’atteste la morphologie des fossiles de primates mis en évidence à ce jour (Marzke, 1994). Les caractéristiques principales d’ordre mécanique permettant l’habileté manuelle sont : l’attache latérale du bras, qui augmente l’envergure du geste en comparaison avec les attaches plus médianes de la plupart des autres espèces ; la longueur du bras et de l’avant-bras et les surfaces d’articulation, qui autorisent une mobilité et un positionnement du bras et de la main par rapport au corps dans des directions très variées. Les caractéristiques notables de la main des primates sont la taille relative du pouce et des doigts, l’opposabilité du pouce et des doigts et l’indépendance des doigts, qui permettent des positions différentes d’agrippement en fonction des contraintes externes (taille de l’objet, forme de l’objet, etc.), et enfin la présence de récepteurs tactiles représentant une source d’informations sensorielles. Chez l’homme, par rapport aux autres anthropoïdes, la force du pouce, associée au renforcement des dernières phalanges du pouce et des doigts, permet un type de préhension capable de résister aux forces extérieures, et de manœuvrer aisément les objets ainsi tenus fermement. L’évolution de ces différents traits s’est faite sur des millions d’années. Bon nombre des caractéristiques de la main humaine se retrouvent chez l’australopithèque afarensis. Ce qui semble apparaître chez Homo habilis voilà 1,7 million d’années (site d’Oldoway), c’est une meilleure prise des gros objets, grâce à une surface plus grande et une structure plus plate du trapèze permettant une meilleure opposition pouce-doigts (Marzke, 1994). Par ailleurs, les os des bouts des doigts sont plus larges, et ces extrémités présentent un plus fort degré d’innervation, indice d’une plus grande sensibilité tactile. Ces changements anatomiques de la main, en facilitant la tenue ferme de larges objets, ont sans doute favorisé le développement de la manufacture et de la manipulation des outils. Les études anthropologiques permettent de penser qu’à l’époque d’Homo habilis les outils étaient faits à partir de larges pierres stabilisées d’une main tandis que l’autre main frappait dessus à l’aide d’une pierre faisant office de marteau (Marzke, 1994). Entre -1,7 million et Homo sapiens, on a découvert peu de restes de mains permettant de reconstituer les changements. La main des Neandertal – il y a environ 40 000 à 70 000 ans – est moderne essentiellement par la longueur relative du pouce et des doigts, et la présence d’un large os à la base du troisième métacarpe.

13On dit parfois que la marche debout a « libéré » la main des contraintes locomotrices. La relation entre la bipédie et le développement manuel est sans doute beaucoup plus complexe et indirecte. On estime que l’évolution vers la marche debout s’est faite sur une très longue période, et que les australopithèques marchaient déjà régulièrement sur leurs pattes arrière. C’est du moins ce que suggère l’observation des traces de pas d’hominidés laissées à Laetoli (Tanzanie) il y a 3,6 millions d’années.

14Le volume crânien a vraiment commencé à augmenter, relativement à la taille de l’individu, à partir d’Homo habilis : 400 cm3 pour les australopithèques graciles vers -5 millions d’années, 540 cm3 pour les australopithèques robustus il y a 2 millions d’années, 600 ou 700 cm3 pour Homo habilis il y a également 2 millions d’années. Avec Homo erectus, le cerveau atteint presque 1000 cm3vers -700 000 (comparé à la capacité crânienne actuelle qui est de 1400 cm3 en moyenne). L’observation de l’importance du réseau vasculaire méningé des moulages endocrâniens d’homme fossiles, tel qu’il s’est imprimé sur la boîte crânienne, est une indication de la complexité du cerveau. Elle permet de compléter la notion assez peu satisfaisante de volume cérébral pour suivre les changements dans l’organisation du cerveau et sa complexification. L’augmentation lente du volume cérébral a précédé l’apparition des anastomoses entre les branches moyennes antérieures du système vasculaire artério veineux. C’est avec Homo habilis qu’apparaissent les premières anastomoses. Malgré l’augmentation de volume du cerveau d’Homo erectus, la région frontale du cerveau qui contient les structures responsables de la planification de l’action n’est toujours pas vascularisée. Le développement des aires frontales et préfrontales, très tardif, a permis l’apparition de capacités supérieures de planification de l’action et de résolution de problèmes. Nous verrons également que la planification d’une réponse différée par rapport à un stimulus déclencheur correspond à l’utilisation de « boucles visuo-manuelles » distinctes de celles qui permettent les réactions immédiates à des stimuli, et que ces boucles nécessitent la présence du cortex préfrontal. La fabrication planifiée d’un outil et le projet de son utilisation à moyen ou long terme, par contraste avec une utilisation suivant immédiatement la fabrication, peuvent sans doute être vus comme un point de rupture de l’évolution (ou peut-être seulement un pas fondamental supplémentaire), par rapport aux réactions adaptées mais immédiates qui caractérisent les habiletés non humaines ou pré-humaines. Enfin, l’augmentation massive de la taille du corps calleux chez Homo sapiens va de pair avec une forte augmentation de l’asymétrie fonctionnelle du cerveau. Or, nous verrons que le corps calleux, principale voie de connexion entre les deux hémisphères cérébraux, joue un rôle important dans la coordination bimanuelle de gestes asymétriques et complémentaires. La croissance du réseau vasculaire est importante jusqu’à l’homme de Cro-Magnon, vers -30 000. Au Néolithique, la topographie du réseau méningé est comparable à la nôtre.

15Comment ces changements ont-ils interagi au cours de l’évolution ? Certains scénarios évolutionnistes font de la bipédie le point de départ de changements morphologiques dans la boîte crânienne permettant le développement des aires frontales, ou font des changements masticatoires l’origine des changements de proportions entre la face et la partie supérieure de crâne, pour citer quelques-unes de ces hypothèses. Je ne vais pas m’attarder sur les différentes spéculations concernant la façon dont les modifications d’organe retenues au cours de l’évolution (elles-mêmes résultant sans doute de mutations, déplacements d’allèles et autres processus) se sont articulées entre elles et dont elles se sont articulées avec des modifications de fonction. On peut formuler la question qui nous intéresse en se demandant comment ont pu interagir tous les nouveaux comportements permis par ces évolutions fondamentales de notre espèce que sont les modifications de la main, de la posture, des structures cérébrales et de l’anatomie faciale, de manière à transformer les comportements manuels de base déjà présents chez les pongidés et même chez certains mammifères inférieurs en de véritables habiletés uni- et bimanuelles. N’oublions pas que ce qui a pu être permis par des changements structuraux au niveau de l’individu a pu être également contraint par de nouvelles données environnementales (changements climatiques et géologiques, et changements de végétation qui s’ensuivent, auxquels ont sans doute été associés de nouveaux problèmes, source de pression pour l’apparition de nouveaux comportements adaptés).

2. Quand est apparue la coordination bimanuelle ?

16Nous verrons dans les sections consacrées au développement que l’habileté unimanuelle précède l’habileté bimanuelle, et que l’habileté bimanuelle de gestes symétriques précède l’habileté bimanuelle de gestes asymétriques et complémentaires. Qu’en est-il au niveau de l’évolution ?

  • 4 Comme on le verra, la coordination entre les deux mains qui portent l’objet à la bouche est une des (...)

17Sans doute la coordination bimanuelle a-t-elle existé, bien que sous des formes rudimentaires, dès que les membres supérieurs ont été utilisés pour autre chose que pour marcher. Les hominidés n’ont certainement pas attendu la fabrication d’outils complexes pour utiliser leurs deux mains en synergie ; on peut imaginer par exemple que la chasse et le transport des proies ont mis en jeu très tôt une coordination où les deux mains coopèrent de façon indifférenciée. Parmi les comportements spontanés des hominidés, Puech (1978) propose de considérer que la coordination entre les deux mains et la bouche dans l’activité alimentaire représente une forme de coordination précoce4. En étudiant les stries des dents fossiles de l’homme de Mauer (il y a 700 000 ans), Puech a déduit qu’il mangeait sa viande en la saisissant dans ses mâchoires et en coupant l’excédent d’un coup de silex tranchant, ce dont témoignent les éraflures de ses dents. Ces mêmes observations lui ont également permis d’estimer qu’il était droitier. Cette forme de coordination main-bouche n’est pas sans rappeler le comportement de certains rongeurs capables de tenir un objet dans la bouche, tout en agissant sur l’objet avec la ou les pattes (l’écureuil et sa noisette), et il est donc probable qu’elle existe depuis fort longtemps et qu’elle remonte bien avant -700 000. De son côté, Peters fait remarquer que la relation main-bouche chez le primate non humain rappelle la relation entre la main préférée et la main non préférée chez l’homme (Peters, 1988a). Dans de nombreuses activités de primates, les deux mains assurent de façon indifférenciée une action de support pour l’activité buccale : c’est le cas quand les deux mains écartent la fourrure tandis que le poux est attrapé avec la bouche.

18Les premières relations main(s)-bouche sont-elles une anticipation des futures coordinations des deux mains sur des rôles complémentaires ? Chez l’homme moderne, quand la synergie bimanuelle est utilisée pour la fabrication d’outil, les deux mains assurent clairement des rôles différents. L’utilisation d’outil chez le primate non humain en liberté est avant tout unimanuelle, bien qu’on observe quelques exemples de coordination bimanuelle (par exemple, l’épluchage de brindilles servant à attraper les fourmis ou les termites, Vauclair, 1993). En revanche, on peut très bien proposer aux singes de laboratoire des tâches de coordination où les deux mains jouent un rôle complémentaire, telles qu’« ouvrir un tiroir d’une main pour y prendre une récompense à l’intérieur avec l’autre main ». Ils les réussissent facilement. Il n’est pas exclu que l’utilisation des deux mains pour la fabrication d’outils ait été précédée de stratégies unimanuelles chez les hominidés. La forme des premiers éclats de pierre retrouvés qui correspondent à une transformation artisanale de l’objet donne en tout cas l’impression qu’ils résultent d’une frappe de la pierre sur une surface dure. En lançant ou en tapant une pierre sur une surface dure, on obtient le détachement d’éclats plus ou moins tranchants, et il se peut que des outils rudimentaires aient été ainsi obtenus par manipulation unimanuelle plus ou moins planifiée. Mais si les outils étaient fabriqués, c’est qu’ils étaient utilisés. Or, si on peut imaginer que la fabrication des premiers outils pouvait être faite d’une seule main, leur utilisation implique souvent une coordination bimanuelle où l’une des mains a un rôle passif et l’autre un rôle actif : pour taper sur un objet avec un outil il faut en général stabiliser l’objet.

19Comme exemple d’habileté bimanuelle, citons la fabrication du feu (entre -1,6 million d’années et -500 000) : dans ce cas, les gestes sont complémentaires mais symétriques, éventuellement alternés. Piveteau suggère qu’en inventant le feu, Homo erectus inventa la symétrie (Piveteau, 1991). Il me semble que la symétrie n’a guère besoin d’être inventée car, comme nous le verrons, elle est la coordination de base, l’attracteur du système bimanuel. Citons encore comme témoignage précoce d’habileté bimanuelle la fabrication et l’utilisation d’instruments de musique, dont on pense qu’elle remonte au Paléolithique. Le jeu musical a considérablement évolué au cours du temps dans la complexité des coordinations bimanuelles qu’il implique. L’observation d’instruments primitifs donne l’impression qu’ils étaient joués d’une seule main. Oldfield (1969) remarque que les premiers instruments étaient joués par la main droite directement sur les cordes, la main gauche soutenant simplement l’instrument. La main gauche a pris ensuite un rôle plus important que celui de simple support, notamment avec l’introduction des barrés qui permettent une plus grande variété tonale.

3. Habileté manuelle, latéralisation hémisphérique et langage

20Comment les progrès manuels se sont-ils articulés avec l’émergence de l’asymétrie hémisphérique (les zones du langage sont plus développées dans l’hémisphère gauche que dans l’hémisphère droit chez les droitiers) et avec l’apparition du langage ? Les progrès cognitifs ont probablement permis à l’homme d’utiliser ses deux mains comme outils complexes, et de dépasser les contraintes motrices rencontrées dans cette utilisation. Une des clés de la complexification est l’utilisation des deux mains de façon complémentaire. La complémentarité a-t-elle d’emblée impliqué l’utilisation préférentielle d’une main pour le rôle le plus actif ?

21L’asymétrie manuelle, qui fait que 90% de la population est droitière, a une origine lointaine, comme l’indiquent à la fois la latéralité observée chez les autres primates et l’asymétrie détectée dans les artefacts des hominidés. Il existe, bien qu’à un degré moindre, une latéralité chez les autres primates. Certains prosimiens montrent, au niveau de la population, un biais d’utilisation de la main gauche pour l’atteinte de la nourriture, tandis que la main droite maintient l’animal stable sur la branche (Ward, 1983). Les études concernant les grands singes n’ont pas toutes donné des résultats concordants quant à leur latéralité. On a longtemps pensé qu’il existait un biais au niveau des individus (chaque individu tendant à être droitier ou gaucher), mais non au niveau de l’espèce, ce que des études récentes semblent confirmer sur certaines tâches unimanuelles (McGrew & Marchant, 1992). Les travaux récents relancent l’idée d’une latéralité au niveau de l’espèce, comme nous le verrons. Une hypothèse actuelle est que notre « droiterie » serait une conséquence de la spécialisation posturale de la main droite dont l’origine remonterait jusqu’aux prosimiens : la spécialisation de la main droite pour s’accrocher à l’arbre serait devenue, avec la marche terrestre à quatre puis à deux pattes, un avantage pour la main droite (MacNeilage, 1991). Un certain soutien de cette théorie est donné par le fait que les gorilles changent de main préférée pour prendre la nourriture suivant la posture : main droite en posture bipède, main gauche en posture quadrupède (Olson, Ellis & Nadler, 1990). D’autres pensent pouvoir faire remonter une certaine tendance à la droiterie jusqu’aux australopithèques, mais cette hypothèse repose sur peu de preuves. On pense actuellement pouvoir déduire de l’observation des outils des premiers représentants du genre homo la preuve qu’ils étaient confectionnés avec la main droite dans la plupart des cas. Les toutes premières études préhistoriques avaient plutôt abouti à la conclusion inverse (Mortillet, 1890, Wilson, 1891, et Brinton, 1896, in Toth, 1985). Plus récemment, les données de Toth – dont la méthode consiste à comparer des éclats de pierre du Paléolithique avec ceux qui sont obtenus expérimentalement par des droitiers utilisant une technique qui se veut semblable – font penser qu’Homo habilis était droitier. Les artistes de l’âge de pierre semblent avoir dessiné avec leur main droite, si l’on en juge par le côté du profil le plus couramment représenté (on sait en effet que les droitiers ont une forte tendance à dessiner des courbes dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ; Annett, 1985). Dès que les œuvres d’art permettent d’observer quelle main a un rôle actif (porter une arme par exemple), le pourcentage d’utilisation de la main droite ressemble tout à fait au pourcentage actuel : c’est du moins la conclusion rapportée par deux études. L’étude de Dennis est basée sur l’observation de plus de cent décorations tombales égyptiennes datant de 2500 avant J.-C. et d’une centaine de tombes de Thèbes de 1000 ans plus récentes (Dennis, 1958). En codant la main préférée dans les représentations d’activités unimanuelles ou dans les activités bimanuelles qui montrent nettement une asymétrie de rôles, l’auteur note que la main droite est la main préférée dans plus de 90 % des cas. Coren et Porac arrivent à la même conclusion après leur étude de 12 000 œuvres datant de plus de 5000 ans (Coren & Porac, 1977). On sait également que les plus anciennes références écrites faites à la latéralité manuelle sont celles de l’Ancien Testament (Juges, chap. 20 : 15-16 ; 700 gauchers pour 26 000 droitiers, soit 97 % de droitiers).

Figure 3. Une grande majorité d’illustrations anciennes montrent des individus droitiers. Ici, le Scribe accroupi (calcaire peint daté aux alentours de -2620 à -2350), Musée du Louvre.

22Comme nous le verrons, l’asymétrie manuelle comportementale est associée chez l’homme moderne à une asymétrie hémisphérique particulièrement visible dans le planum temporale et les zones motrices du langage. Une information sur la date d’apparition des premières asymétries hémisphériques renseigne donc à la fois sur l’émergence du langage et indirectement sur la présence ou non d’une latéralité manuelle. Par ailleurs, la question de la relation entre le développement des habiletés manuelles et celui du langage semble pertinente au psychologue développementaliste car les progrès manuels et verbaux surviennent de façon conjointe chez l’enfant. Nous avons actuellement peu d’éléments pour articuler le développement des habiletés manuelles avec ceux de l’asymétrie hémisphérique et du langage, qui se sont sans doute étendus sur une période très longue. Lorsqu’il s’agit de dater l’origine du langage parlé, nous nous trouvons devant une difficulté particulière : contrairement aux outils, les produits du langage ont complètement disparu. Les paléontologues utilisent les moulages endocrâniens, témoins de la présence ou non de zones spécifiques du langage et de leur développement asymétrique dans les deux hémisphères, et les indices de la morphologie de l’appareil vocal pour suppléer l’absence d’artefacts.

23Les quelques observations de crânes disponibles laissent penser que la zone de Broca est à peine ébauchée chez les australopithèques. Tobias a montré que la région correspondant à l’aire de Wemicke était déjà un peu plus développée à gauche qu’à droite chez Homo habilis (Tobias, 1995). On ne sait pas si ces premiers hominidés parlaient mais on pense qu’ils avaient l’équipement minimal pour le faire. Le premier à avoir une aire pariétale inférieure (aire du langage) clairement plus développée à gauche est Homo erectus (en revanche, la zone du langage est peu nette chez l’homme de Neandertal). Mais on note que la date d’apparition des premières vascularisations des zones du langage correspond à celle qui est retenue pour une étape de complexification des outils par Homo sapiens (-70 000). Quant à la morphologie de l’appareil vocal, on sait que la position basse du larynx est caractéristique des humains adultes, alors que les autres mammifères et les humains jusqu’à un an et demi-deux ans ont le larynx en position haute (Lewin, 1991). La position basse accroît l’espace disponible pour la modification des sons émis. Il semble que la position basse du larynx émerge avec Homo erectus, mais que la configuration moderne de l’appareil vocal date de -300 000 ans environ (chez Homo sapiens archaïque).

  • 5 Notons que des chimpanzés à qui on a appris des rudiments de langage ont également appris à jongler (...)

24De quel type de langage témoigne l’asymétrie observée chez les premiers hominidés ? Il se pourrait que les aires asymétriques soient celles qui sont impliquées dans la communication gestuelle, qui a très probablement précédé le langage articulé. En faveur de cette hypothèse se trouve le fait que les grands singes possèdent, à l’emplacement des aires du langage de Broca et Wemicke, non pas les zones de contrôle de leurs cris, qui sont situées dans le lobe limbique, mais la zone contrôlant le codage des mouvements très fins de la main et la reconnaissance des gestes des congénères5. Y a-t-il eu une évolution qui ferait que des zones cérébrales déjà associées à des tâches cognitives de haut niveau comme l’invention d’outils soient progressivement utilisées dans un contexte linguistique (avec une étape intermédiaire où cette zone contrôlerait la pré-communication gestuelle et la reconnaissance des gestes de l’autre) ? Certains neurobiologistes pensent que la proximité des zones de contrôle de la main et de la bouche au niveau du cortex moteur pourrait être un témoignage de cette histoire. Pour certains auteurs, les premiers hominiens vivant il y a 2 millions d’années, sans posséder de langage articulé, étaient dotés d’un système qui avait dépassé le stade des cris (Clarke, 1980). Si on postule l’existence d’un stade de communication gestuelle ayant précédé le langage articulé, on peut penser que l’utilisation croissante des outils, en mettant la main au service de l’objet-outil, a favorisé le développement d’un canal de communication qui s’est peu à peu éloigné du gestuel, sans jamais s’en couper complètement, néanmoins (Morris, 1975). En s’éloignant du gestuel, le langage a pu à son tour libérer les mains et le système visuel du contrôle de la communication, sans doute au plus grand profit de l’habileté manuelle. On lit parfois que le langage a pu se constituer à partir de la syntaxe des gestes, et on compare souvent la précision impliquée dans le contrôle séquentiel du geste manuel de haut niveau avec celle qui est requise par le langage. Par ailleurs, avec le développement d’outils complexes, la nécessité d’un système plus élaboré de communication et de transmission du savoir a pu pousser à améliorer les échanges langagiers. Restant dans une vision dynamique des changements, on peut bien évidemment ajouter que les progrès langagiers ont sans doute permis à leur tour des représentations plus complexes de relations entre actions ou entre objets, ainsi qu’une transmission des savoir-faire plus efficace. Il est également possible que l’invention du feu, ainsi que les passages à des techniques de chasse collectives, aient pu aussi créer (ou renforcer) les conditions sociales du développement du langage par le développement de la cohésion du groupe dont il a pu s’accompagner. Ces facteurs ne sont pas indépendants mais entrent probablement dans une dynamique circulaire. L’invention du feu a sans doute entraîné l’habitude d’un foyer commun au groupe et donc la possibilité de préparer des repas en commun ; on peut imaginer qu’il en a résulté de nouveaux comportements de groupe, comme la planification de la recherche de l’aliment de base au niveau du groupe, la mise en commun des ressources et de l’outillage, ou encore le partage des innovations techniques.

Une protolangue unique ?
Quand on voit les millions d’années sur lesquels a évolué la fabrication d’outils relativement simples, on peut penser que le langage articulé a aussi eu une évolution très lente. Le linguiste Ruhlen défend la thèse, contestée il est vrai, qu’on pourrait faire remonter une protolangue unique, ancêtre de toutes les langues actuelles, à de -60 000 à -40 000, durant la période où l’outillage est entré dans une phase de diversification et de sophistication accélérée après des centaines de millénaires d’évolution lente, et où l’art a fait son apparition. Pour Ruhlen, il est possible que les initiateurs de cette révolution culturelle aient opéré une expansion grâce à leur avance technologique et aient supplanté d’autres groupes qui parlaient peut-être d’autres langues, disparues à jamais (Ruhlen, 1998).

25En résumé, il est plus facile d’énumérer les principaux changements qui, en quelques millions d’années, ont abouti à une habileté manuelle créative, et pouvant atteindre des sommets de précision, que d’expliquer comment ces changements ont interagi pour arriver à un tel degré d’habileté. On peut se poser au sujet de l’évolution la même question qu’au sujet du développement ontogénétique : les progrès de l’intelligence ont-ils permis de planifier une meilleure utilisation des outils ? Ou bien les progrès posturo-moteurs ont-ils permis une exploration des objets et de leurs transformations possibles qui a entraîné des progrès conceptuels ? Au cours de l’évolution comme au cours du développement, il est probable que la réponse soit « oui » aux deux questions.

Notes

1 L’utilisation d’objets-outils s’observe aussi chez les invertébrés qui sont capables d’activités « moyen-but » ; ainsi la fourmi-lion creuse des puits pour y attirer des fourmis et bombarde ces dernières de sable pour les faire tomber et les capturer ; chez les oiseaux, le vautour projette des pierres sur des œufs pour les ouvrir, etc.

2 Pour une classification des différentes utilisations d’outils dans le monde animal, on peut se référer à Parker & Gibson (1977).

3 J’évoquerai dans ce chapitre les représentants des hominidés pour lesquels ont été effectuées des observations d’artefacts (australopithèques, Homo habilis, Homo erectus, Homo sapiens), laissant de côté d’autres représentants comme Homo ergaster, Homo rudolfensis et Homo heidelbergensis. Par ailleurs, je n’aborderai pas le débat actuel sur l’appartenance ou non d’Homo habilis au genre Homo (voir Wood & Collard, 1999, pour un point sur la question).

4 Comme on le verra, la coordination entre les deux mains qui portent l’objet à la bouche est une des premières coordinations bimanuelles observable chez le bébé.

5 Notons que des chimpanzés à qui on a appris des rudiments de langage ont également appris à jongler (Buhler & Graham, 1982).

Table des illustrations

Légende Figure 1. L’utilisation de l’outil chez le chimpanzé : le bâton pour attraper des termites (Deputte, 1997).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 2. Les progrès dans la manufacture d’outils entre -2,6 millions d’années (Oldowayens, A), -1,6 million d’années (Acheuléens, B) et -40 000 (fin du Moustérien, C) (Lewin, 1991 ; Holden, 1998a).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 3. Une grande majorité d’illustrations anciennes montrent des individus droitiers. Ici, le Scribe accroupi (calcaire peint daté aux alentours de -2620 à -2350), Musée du Louvre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/4859/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540