Version classiqueVersion mobile

Les stucs de l’antiquité tardive de Vouneuil-sous-Biard (Vienne)

 | 
Christian Sapin

Chapitre III. Les stucs et leur contexte archéologique et historique

Christian Sapin

Texte intégral

COMPARAISONS ET RESTITUTIONS

1Dans le travail progressif de rapprochement des éléments, identifiés grâce aux formes et à la présence des couches picturales au contact, il a été possible de reconstituer des ensembles déterminant une ou des structures murales. Ces travaux ont autorisé des comparaisons et des restitutions ponctuelles ou globales, qui ont contribué à de nouveaux rapprochements et à d’autres perspectives de datation (voir supra, p. 13).

2Nous avons retenu que, du point de vue des techniques de mise en œuvre utilisées, Vouneuil se situait dans une tradition antique : type de stuc à partir de chaux et non de plâtre, fixation par des chevilles d’os (tradition antique locale), apport de couleurs. Si le relief perdure, comme le souligne B. Palazzo-Bertholon (voir supra, p. 114), la distinction avec l’enduit d’accompagnement se réduit. Les stucs de Vouneuil correspondent particulièrement à une phase d’évolution des stucs antiques, désormais bien connus depuis les travaux de M. Frizot ou de N. Blanc (Frizot, 1977 ; Blanc, 1980 et communication de Cl. Allag in Sapin, 2007). Ils font également le lien – par leur rafraîchissement dans un second état – avec l’art des stucs du haut Moyen Âge, caractérisés, entre autres, par l’ensemble de Disentis du viiie s. Par bien des aspects, ce sont des techniques mixtes, qui sont également employées avec la reprise des décors à secco, qui laisse une plus grande liberté aux stucateurs, tout en fragilisant sa conservation.

3Dans les formes et le choix des motifs choisis à Vouneuil-sous-Biard, la tradition antique est également présente avec des particularités qui n’en font pas de simples copies, mais recréent des formes, en les adaptant à des dimensions et à des reliefs autres, ou en les traduisant différemment, probablement à la suite d’une représentation graphique intermédiaire, comme nous le verrons à propos des personnages.

LES ARCADES

4Les arcades restituables appartiennent à deux types de dimensions proches. Leur ouverture correspond à de faibles largeurs (0,60 m environ) et s’apparente aux dimensions de certaines arcades de Disentis ou de Saint-Jean de Maurienne (Sapin, 2007 : communications de C. Sapin et W. Studer), c’est-à-dire à des dimensions de baies étroites, du moins pour le type A. Les deux arcades de type B (plus d’1,10 m) échappent à ces critères et correspondent à d’autres proportions et fonctions. Comportant ou non des personnages, comme on l’a vu précédemment, ces premières arcades de type A ont pu être plus nombreuses que celles recensées et aveugles, éventuellement en alternance, pour former une arcature (fig. 146). On ne retiendra pas cette dernière hypothèse dans notre restitution globale. Cette forme constante à Vouneuil, en fort relief, présente pour les grandes et les petites arcades le même motif de feuilles lancéolées. Ce type de feuille, qui n’est pas la plus courante avec la nervure centrale prononcée, peut toutefois être rapproché des séries de feuilles de Ravenne ou de Poreč et non des frises de palmettes plus tardives de Civate par exemple. Par ailleurs, elles n’ont pas de rapport avec les décors d’arcades aux motifs très en relief de Disentis (demi-rosaces, filets très prononcés). On pourrait rapprocher le mouvement des feuilles de celui des nervures creusées des fragments polychromes retrouvés à Sainte-Agathe de Ravenne datés du vie s. (Russo, 1987-1988 et 1989). Il ne s’agit pas de reproductions fidèles d’un motif, mais plus probablement d’interprétations des ondulations des frises d’acanthes.

Fig. 146 – Vouneuil-sous-Biard, restitution de quatre arcades avec personnages (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 146 – Vouneuil-sous-Biard, restitution de quatre arcades avec personnages (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

LES CHAPITEAUX

  • 1  Lapart, Paillet, 1996, p. 165. Les datations, Antiquité tardive/ haut Moyen Âge, de ce site longte (...)

5Les différents types présents à Vouneuil-sous-Biard fournissent des repères plastiques en relation étroite avec des reprises de motifs également antiques (voir supra, fig. 60) : feuilles lancéolées (type A), feuille d’acanthe (types B et D), mais aussi abaque et dés décorés. Les feuilles lancéolées, identiques à celles des arcs, se retrouvent à Ravenne (ve-vie s.), mais également à Poreč dans les découvertes récentes (vie s. ; fig. 147) (Matejcic, in Sapin, 2007) ou encore à Saint-Martin de Tours (fig. 148). On peut parfois trouver des chapiteaux de pierre qui présentent ce type de motif : c’est le cas pour le décor complet d’un chapiteau découvert dans la fouille de la villa de Séviac (Gers), où les chevrons incisés s’accompagnent d’ébauche de décor d’oves renversées1. On peut également voir dans le motif du décor en chevron l’adaptation de grands décors antiques de panneaux de marbres aux imbrications de losanges, que l’on retrouve sur les sarcophages d’Aquitaine des ve-vie s. – exemple du sarcophage d’Arpajon (fig. 149a et b) ou celui de la maison Saube à Toulouse (Cazes, 1993). On remarque des décors de chevrons dans la bande d’encadrement d’un couvercle de sarcophage de Poitiers, daté de la seconde moitié du viie s. ou du début du viiie s. (Sapin, 2004, p. 63, notice no 30 : Anne Flammin). On peut également l’entendre comme une simplification des formes qui, au niveau de l’abaque ou de la croix de Saint-André sur le dé, cherchent à s’opposer au décor floral de la corbeille. Il s’agissait dans les deux cas d’accrocher la lumière sur le blanc du stuc et d’enrichir le relief. Cette expression, propre au travail du stuc et à la simplification, ne se retrouve pas sur le seul chapiteau de calcaire, probablement contemporain, retrouvé en remploi à Vouneuil (voir supra, fig. 24). De même, les chapiteaux de pilastres de sarcophages contemporains recensés n’offrent pas de parallèles saisissants en dépit de dimensions proches (Cabanot, 1993).

Fig. 147 – Poreč (Croatie), détail des stucs trouvés en fouilles (cliché I. Matejcic).

Fig. 147 – Poreč (Croatie), détail des stucs trouvés en fouilles (cliché I. Matejcic).

LES COLONNES OU COLONNETTES

6Grâce aux associations de couleurs et de formes, on a pu démontrer que les colonnes associées aux arcades étaient toujours des colonnes à facettes, imitant les colonnes cannelées. Elles se distinguent des colonnes lisses, de proportions différentes, également nombreuses, que nous avons proposées de placer dans un autre registre. Les représentations de colonnes ou colonnettes d’arcature sont courantes dans les décors antiques ou médiévaux. L’existence de facettes ou cannelures, même simplifiées, n’est pas sans rappeler les principes des ordres antiques et de leur ordonnance avec les colonnes lisses en dessus. On notera qu’au baptistère des Orthodoxes à Ravenne, les niches à personnages sont encadrées par des pilastres à deux cannelures. D’autre part, le revers de ces colonnes comporte un traitement plat, qui confirme leur fonction de décor plaqué contre une paroi, comme les chapiteaux et les arcades. Cependant, certaines colonnes possèdent un angle droit, qui invite à les restituer dans des angles comme on le propose dans la restitution générale.

Fig. 148 – Tours, stucs de Saint-Martin (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 148 – Tours, stucs de Saint-Martin (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 149 – Motif de décor en chevron : a) sarcophage d’Arpajon (Revue archéologique du Centre de la France, 29, 1990, p. 24, fig. 5) ; b) chapiteaux de Vouneuil (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 149 – Motif de décor en chevron : a) sarcophage d’Arpajon (Revue archéologique du Centre de la France, 29, 1990, p. 24, fig. 5) ; b) chapiteaux de Vouneuil (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
  • 2  Voir la plaque de l’impératrice Ariane (?), au musée du Bargello à Florence (Gaborit-Chopin, 1992, (...)

7Ne reproduisant pas réellement de simples jeux de pilastres – comme au baptistère des Orthodoxes –, ces colonnes peuvent s’inscrire dans la continuité des colonnettes à cannelures très travaillées en stuc, découvertes à Sainte-Croix de Ravenne (ve s.) (Pavan, 1980), d’environ 0,60 m, c’est-à-dire d’une dimension assez proche de celles restituées pour Vouneuil (fig. 150a et b). On peut estimer que les facettes légèrement incurvées sont, pour plusieurs des colonnettes, la transcription graphique des véritables cannelures, comme celles retrouvées à la même époque sur les travaux d’ivoire de la plaque du Bargello (début du vie s.)2. Même lisses ou limitées à des expressions de facettes, les colonnettes de Vouneuil restent dans la continuité de tradition antique, sans recherche d’inventions, comme celles plus tardives, presque ajourées et entrelacées, de Malles.

Fig. 150 – Décor : a) Ravenne, Sainte-Croix (cliché G. Cantino Wataghin) ; b) Vouneuil, demi-colonne (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 150 – Décor : a) Ravenne, Sainte-Croix (cliché G. Cantino Wataghin) ; b) Vouneuil, demi-colonne (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

LES BANDEAUX

8Les bandeaux droits, avec ou sans décor, s’ordonnent au système d’arcature. Ils sont nécessaires pour diviser les registres et appartiennent également aux traditions. Leur réalisation correspond précisément aux capacités du stuc utilisé dans l’Antiquité et tel que le rappelle Isidore de Séville (v. 570-636), après Pline et Vitruve, pour les corniches (Frizot, 1977, p. 9-10 ; Vitruve, VII, III, 3-5 ; Isidore de Séville, Etymologiae, éd. PL, 82). Si on les compare aux bandeaux en relief de la sculpture sur pierre, visibles dans les compartimentages des colonnes ou des arcs de triomphe antiques par exemple, on réalise que les bandeaux ont avant tout une fonction de coupure horizontale et non de décors ajoutés (fig. 151). C’est leur présence, dès la première phase de décor – confirmée par le type de stuc –, qui incite les intervenants du second état de Vouneuil à les utiliser comme support pour les inscriptions. Dans d’autres cas tardifs, comme les inscriptions carolingiennes de Regensburg ou de Saint-Germain d’Auxerre, celles-ci viennent soit sur des bandeaux d’imposte existants, soit dans des encadrements créés par la peinture ; il en est ainsi à l’hypogée des Dunes à Poitiers. On ne sait s’il en est de même pour des inscriptions commandées, comme celles de Saint-Michel de Fulda, mais on conserve plusieurs exemples d’inscriptions ainsi délimitées (Exner, Scholz, 1999). La présence de bandeaux de stucs délimitant un champ particulier évitait toute création nouvelle de bandeaux fictifs.

Fig. 151 – Ravenne, bandeau décoratif à Saint-Vital (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna).

Fig. 151 – Ravenne, bandeau décoratif à Saint-Vital (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna).

LES PERSONNAGES

9La reconstitution des formes des représentations anthropomorphes permet de réaliser au moins dix personnages, voire onze : huit à contour rouge, deux ou trois à contour noir (fig. 152).

10Si l’on peut être à peu près sûr de la physionomie générale de ces personnages et de leurs dimensions (environ 1,20 m), il demeure encore plusieurs interrogations quant aux éléments manquants :

11– on ne possède souvent qu’une seule main pour chaque personnage et on ne peut être certain de la position et de la fonction de la seconde : est-elle appliquée au corps, reprend-elle toujours le motif reconnu avec le cas du maintien d’un bâton, ou bien était-elle détachée du corps comme dans les personnages antiques exprimant un geste d’acclamation ? Cette dernière hypothèse expliquerait une disparition différenciée du reste et suscitée par un plus fort relief ;

12– il n’existe pas de fragments de pieds clairement identifiés. Un doute subsiste pour deux fragments. En tenant compte des proportions et des bas de tunique, nous avons proposé une restitution plausible. Les pieds ont peut-être été arrachés avec les bandeaux inférieurs enlevés dans un second temps.

13L’identification des personnages reste problématique. Nous avons respecté le fait que seuls certains éléments permettaient de proposer une iconographie (voir infra, p. 155) et nous n’avons pas multiplié à l’infini les éventuels indices disparus. On retiendra ainsi essentiellement la présence plusieurs fois marquée de volumen (fig. 153), d’un livre ouvert, de main enserrant un bâton ou d’un élément non déterminé, à l’intérieur d’un dispositif d’arcades qui enserre les personnages.

Fig. 152 – Vouneuil-sous-Biard, restitution hypothétique de onze personnages (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 152 – Vouneuil-sous-Biard, restitution hypothétique de onze personnages (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

© CNRS ÉDITIONS, Paris, 2009

Fig. 153 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes : a) personnage avec volumen (cliché CESCM) ; b) détail de Vouneuil (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 153 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes : a) personnage avec volumen (cliché CESCM) ; b) détail de Vouneuil (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

14Le nombre d’arcades et de personnages ne pouvant être connu et arrêté, nous avons opté, à partir de nos observations, pour la restitution d’un nombre minimal de dix personnages et d’arcades, sachant que ce nombre peut probablement être augmenté d’une ou deux unités.

15Par ailleurs, le rythme d’alternance avec des panneaux est déduit de certaines observations, sans que l’on puisse affirmer que ce rythme et cette alternance soient réguliers. Le nombre des fragments de type A, correspondant aux petites arcades réduites, et la différence de stucs pour le type B de plus grand format nous invitent à retenir une série continue de même type, plutôt qu’une composition complexe du genre Malles.

16Compte tenu de ces réserves, nous devons réfléchir sur les comparaisons possibles avec des représentations courantes, sous cette forme de registre, de personnages sous arcades. Parmi les sources d’inspiration, on songe naturellement aux devants de sarcophages de marbre, en particulier ceux du musée d’Arles (fig. 154b) et notamment celui montrant des personnages en toge tenant un volumen sous des arcs alternativement curviligne ou en bâtière. On le voit sous d’autres formes moins en relief à Saint-Michel du Touch (Toulouse) (fig. 154a) (Cazes, 1993 ; Metzger, 1993). Cette forme, présente de l’Antiquité au Moyen Âge – en particulier les linteaux des portails romans des xie et xiie s. –, retenue par le concepteur de Vouneuil, conduit à considérer plus précisément la relation entre motifs, personnages et positions, et à proposer des hypothèses de champs iconographiques.

17Dans l’une de ses premières synthèses, M.-Th. Camus (1992) avait déjà pressenti plusieurs rapprochements : présentation frontale de saints ou de prophètes – tradition paléochrétienne –, décors des églises romaines et ravennates – baptistère des Orthodoxes – et décors d’ivoire – chaire de Maximien. La datation proposée au moment de la découverte de ces stucs, considérés comme tardifs (voir supra, p. 30), n’a pas permis d’accepter l’hypothèse d’une création proche de l’Antiquité. Il nous faut, au contraire, envisager ici, dans notre démarche, la quasi-contemporanéité de ces créations.

Fig. 154 – Sarcophages : a) Toulouse, cuve et couvercle de sarcophage dit « de la reine Pédauque » (musée Saint-Raymond, cliché J. Gloriès) ; b) Arles, sarcophage d’Hydria Tertulla et de sa fille, Axia Aeliana (musée de l’Arles antique, cliché Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence).

Fig. 154 – Sarcophages : a) Toulouse, cuve et couvercle de sarcophage dit « de la reine Pédauque » (musée Saint-Raymond, cliché J. Gloriès) ; b) Arles, sarcophage d’Hydria Tertulla et de sa fille, Axia Aeliana (musée de l’Arles antique, cliché Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence).

18L’iconographie peu courante de séries de personnages dans une représentation monumentale invite par ailleurs à considérer plusieurs hypothèses quant à l’identification de ces personnages à des ordres ecclésiastiques, des apôtres, des prophètes ou des saints.

19– Ordres ecclésiastiques : l’apparition de ces distinctions au cours du haut Moyen Âge (vie-viie s.) a pu être prétexte à ce genre de représentation, comme on le voit sur des manuscrits carolingiens (sacramentaire de Marmoutier : Autun, Bibliothèque municipale, ms. 19 [19bis]). Cependant, la suite de personnages de Vouneuil-sous-Biard, dont on ignore l’ordre de présentation dans l’espace, n’offre aucun des signes nécessaires à l’identification de ces catégories (Reynolds, 1999). Certains objets ont pu disparaître et l’absence de mains laisse perplexe, mais les indices restent trop faibles pour maintenir cette hypothèse séduisante à première vue.

20– Apôtres : le nombre de personnages restituables – au moins dix à douze avec les éléments disparus – milite en faveur de cette hypothèse. De même, le principe de personnages sous arcades rappelle le système caractéristique, au ive s., des représentations non narratives des apôtres entourant, le plus souvent, le Christ (Grabar, 1969). Ce dernier ne semble pas pouvoir être identifié parmi les rares têtes conservées, mais on ne peut l’exclure. Par ailleurs, la plupart des représentations des apôtres sur les parois de sarcophage montrent des visages barbus, ce qui n’est pas le cas des trois parties de visage de Vouneuil, sans que l’on puisse exclure que les têtes perdues aient été barbues. Enfin, on ne trouve pas d’éléments indiquant une subordination d’un personnage par rapport aux autres. Là aussi, en l’absence de signes caractéristiques de personnalisation, le doute existe à Vouneuil, mais c’est également le cas aux ve-vie s. à Ravenne (fig. 155). La présence de croix et d’agneaux induit probablement un programme plus complexe.

Fig. 155 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes, détail des personnages sous arcades (cliché CESCM).

Fig. 155 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes, détail des personnages sous arcades (cliché CESCM).
  • 3  Voir l’article « Propheten et figures » dans le Lexikon Der Christlichen Ikonographie (1971, p. 46 (...)

21– Prophètes : en l’absence de nombre arrêté de ces personnages, la prudence veut que l’on privilégie l’hypothèse d’une représentation des prophètes. Leur nombre, encore incertain de dix à douze, peut correspondre aux douze prophètes mineurs. On les attend barbus, mais, là encore, l’exemple précoce de Ravenne montre que, dans un premier temps, notamment en Occident, les prophètes ont été représentés sous la forme de jeunes imberbes. On ne peut les identifier précisément, car leur apparence, leur attribut et leur image de vieillards à longue barbe n’interviennent que plus tard3, comme sur les mosaïques de Saint-Apollinaire-le-Neuf. La stature des personnages, en toge ou en manteau, le maintien de volumen ou de livre ouvert, la possibilité de geste d’acclamation pour la main disparue, la présence d’un bâton sont autant d’indices pour l’hypothèse de prophètes, tout en nous rapprochant de l’iconographie du baptistère des Orthodoxes de Ravenne. On doit, bien entendu, dans ce cas, éliminer l’hypothèse d’un personnage avec croix, comme cela a été proposé dans un premier temps (Sapin, 2004, p. 75-95).

22– Saints et saintes : rappelant qu’à Vouneuil toutes les inscriptions identifiant des saints sont postérieures de deux siècles aux représentations figurées des stucs, rien ne permet de reconnaître individuellement les personnages. Toutefois, on ne peut exclure totalement cette iconographie, connue pour les mosaïques, en particulier à Ravenne. Les mains ont pu serrer des palmes de martyrs, mais aucun des fragments retrouvés n’est venu le confirmer. Seule la présence des autres motifs – agneaux, décor floral et croix – peut signifier une présentation plus globale dans une perspective ecclésiologique.

23Nous avions penché, jusqu’à présent, pour la troisième hypothèse, celle des prophètes, mais nous devons reconnaître que peu d’arguments permettent de trancher la question ; la solution est sans doute plus complexe, avec des références mêlées, développant une iconographie ayant peut-être, comme dans l’église médiévale Sainte-Marie-La Daurade (voir infra, p. 161), sa propre logique.

LA QUESTION DES CROIX

24Plusieurs fragments de croix (au moins huit) ont été reconnus. Comme on le voit sur la croix reconstituée à partir de deux pièces (nos 1.9 et 1.12), il s’agit de branches de croix pattées, dont la forme générale et les proportions ne laissent guère de place à d’autres hypothèses. On trouve facilement des analogies pour les ve-vie s. jusqu’aux viie-viiie s., en particulier dans le Poitou : pupitre de sainte Radegonde ou à l’hypogée des Dunes – partie basse d’une croix peinte sur l’autel ou croix de la sculpture dite de Saint-Siméon (Favreau, 2000).

25La question du nombre et de leur emplacement dans l’espace et par rapport aux personnages reste plus problématique. Le type de stuc à pâte blanche comme les traces de badigeon et de rehauts de couleur permettent de les associer au décor général, mais aucun lien n’est apparu dans les collages éventuels. Si, dans un premier temps, nous avons proposé l’hypothèse d’une relation avec l’extrémité du bâton tenu par un personnage, aucun argument archéologique ou matériel ne permet de le dire, le profil étant différent (Sapin, 2004, p. 91). Cette remise en cause laisse la place à toutes les possibilités : dans le cadre des panneaux, au centre des arcades basses, sur d’autres parties du monument, etc. Toutefois, la présence de ces fragments de croix dans le même contexte que les autres éléments décrits suggère plutôt leur relation avec le reste du décor (rinceaux, etc.). À Ravenne, au baptistère des Orthodoxes, dans un cadre plus vaste, des croix inscrites dans des cercles sont insérées dans le décor supérieur de peinture et de mosaïques, avec des rinceaux et des personnages (fig. 156), et à Saint-Vital, sur les faces des coussinets.

LES ANIMAUX

26Des représentations animalières, identifiables après différents essais de collage, ne subsistent, de manière à peu près certaine, que celles d’agneaux. C’est leur proportion et le traitement caractérisé par leur toison, provenant de cinq fragments (nos 1.248 ; 1.453-1.251 ; 1.250 et 1.330) (fig. 85a et b), qui conduisent à cette hypothèse, car les têtes sont quasi absentes. Au moins deux individus peuvent être identifiés. Ils appartiennent soit à une série d’agneaux en file ou affrontés, comme on les voit dans les peintures et les mosaïques des absides paléochrétiennes connues ou reconstituées de Rome ou de Ravenne, ou encore sur les bordures de tables d’autel, au même titre que les colombes (Guyon, Heijmans, 2001, p. 168-169), soit à un simple couple d’agneaux. Les positions de leurs membres inversés suggèrent plutôt la première hypothèse, c’est-à-dire des agneaux affrontés de part et d’autre d’un motif central (canthare, croix ou personnage). Les traces de bordure rouge indiquent leur appartenance à un même ensemble. Dans l’exemple de la plaque de marbre du musée d’Autun, provenant de l’abbaye Saint-Symphorien fondée au milieu du ve s., on voit un seul agneau devant une colonne, mais on admet généralement son symétrique (Duval, 1998, p. 44). On songe également à Poitiers au meuble, dit « pupitre de sainte Radegonde ». Ce bois sculpté, de la fin du ve ou vie s. (Sapin, 2004, notice no 20 et bibliographie), montre, au centre du panneau, un seul agneau tourné vers la droite entre deux représentations florales. Néanmoins, les agneaux de Vouneuil se rattachent probablement à une source iconographique plus complexe.

Fig. 156 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes, personnage en mosaïque (cliché CESCM).

Fig. 156 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes, personnage en mosaïque (cliché CESCM).

27Comme pour les croix, nous ne pouvons pas prouver que leur présence se combine précisément dans l’espace avec celle des personnages contemporains ou avec les panneaux décoratifs. Il en est de même pour les oiseaux, dont seules deux à trois têtes très fragmentées peuvent être identifiées. Elles pouvaient se trouver soit dans la composition florale des panneaux, comme dans le grand intrados de Saint-Vital de Ravenne, soit dans des motifs juxtaposés.

LES MOTIFS DÉCORATIFS DES PANNEAUX

28On a vu dans les descriptions détaillées que les motifs décoratifs étaient variés (voir supra, p. 69). Grâce aux contacts des traces de couleur, il a été possible de déterminer, au moins, six types de panneaux. Il est probable que, compte tenu du système proposé pour les arcades, le nombre des panneaux peut être multiplié par deux. Nous avons eu des difficultés pour restituer ces panneaux en surface murale complète. Les éléments sont trop fragmentés pour étendre les reconstitutions du puzzle, et nous ne pouvons que reconnaître des ensembles de motifs et restituer des amorces.

29Il est certain que tous les éléments renvoient à un vocabulaire plastique courant dans l’art paléochrétien : candélabres, pampres, festons, fleurs, rinceaux et canthares ont été identifiés. Seuls la morphologie et le traitement restent particuliers. On peut chercher des motifs comparables dans les stucs, mais également à travers les peintures, les mosaïques (villa de Loupian) ou dans d’autres matériaux, comme la terre cuite (Balmelle, 1993, p. 101-109).

  • 4  Pour Ravenne, voir les articles cités et l’iconographie regroupée dans Pasquini, 2002.
  • 5  Musée Carnavalet, cat. inv. no 142-143 ; Périn, 1986, p. 9-16.

30Si l’on s’en tient aux stucs, les exemples ravennates de Sainte-Croix fournissent plusieurs parallèles4. Une fois de plus, ce sont ceux conservés sur les voûtes de Saint-Vital de Ravenne qui fournissent des exemples complets et développés, avec des effets de symétrie, de feuilles de vigne étalées (fig. 157) et de longues tiges de rinceaux provenant d’un canthare à trois godrons. Pour les candélabres, les effets de symétrie se retrouvent tels que l’on est tenté de les reconstituer à Vouneuil, en particulier à partir de motifs de feuilles tombantes (fig. 158). En Gaule, les pampres en stuc de Saint-Victor à Marseille (fig. 159) peuvent aussi rappeler ceux qui couvrent les voûtes d’une des chambres des catacombes de Saint-Sébastien à Rome (ve s.). Ces motifs se retrouvent également dans les terres cuites architecturales, comme les corniches de Bordeaux (Sapin, 2004, notice no 83), de Vertou ou les briques de Nantes (Sapin, 2004, notices nos 82 et 66). D’autres rapprochements ont été faits avec les éléments provenant de Saint-Germain-des-Prés, pour les vie-viie s.5 Il s’agit toujours de simples rinceaux, plus ou moins prononcés, avec des grappes, des feuilles de vigne ou de lierre.

Fig. 157 – Ravenne, Saint-Vital, stuc, détail de feuille (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna).

Fig. 157 – Ravenne, Saint-Vital, stuc, détail de feuille (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna).

Fig. 158 – Bordeaux, sarcophage de Saint-Seurin : panneau central, détail de candélabre avec rinceau de vigne (cliché Musée d’Aquitaine).

Fig. 158 – Bordeaux, sarcophage de Saint-Seurin : panneau central, détail de candélabre avec rinceau de vigne (cliché Musée d’Aquitaine).

Fig. 159 – Marseille, Saint-Victor : décor de rinceaux en intrados (dessin G. Keil).

Fig. 159 – Marseille, Saint-Victor : décor de rinceaux en intrados (dessin G. Keil).

31C’est vraisemblablement des décors de relief sur marbre qu’il faut évoquer parmi les sources d’inspiration et d’échanges (Balmelle, 2001, p. 107). On songe aux devants de sarcophages du Sud-Ouest, comme celui du cloître de Saint-Sernin, avec ses trois panneaux de rinceaux et pampres issus de canthare et séparés par des pilastres cannelés (fig. 160a et b). On reconnaît ces motifs bien exploités dans des panneaux de sarcophages à Bordeaux, qui sont également très courants pour ceux, plus monumentaux, de Ravenne.

32Des parties de tiges à effet d’emboîtement pourraient appartenir à des bordures ou à des encadrements de panneaux ou d’arcs, tels qu’il en demeure sur les voûtes de l’entrée de Saint-Vital (fig. 161a et b). On peut voir, dans les diverses rosettes reconstituées, la reprise simplifiée de motifs floraux très présents et couvrants dans les intrados de Ravenne ou de Poreč (fig. 162). À Vouneuil, ces rosettes ont peut-être simplement occupé des parties vides dans les écoinçons, par exemple.

33On notera l’absence de frises d’oves et rais-de-cœur, motifs très courants durant toute l’Antiquité, bien représentés dans les exemples antiques du Poitou, comme à Sanxay, ou de Charentes (Sapin, 2004, notices nos 1 et 2), encore présents à Ravenne au ve s. ou à Poreč au vie s. Est-ce ici l’abandon d’un traitement en série préfabriquée ? C’est possible. Ce qui pourrait avoir eu pour conséquence d’exclure les déformations de ces motifs répétitifs, comme cela se traduit souvent avec la schématisation des traits obliques reproduisant, en les simplifiant, les formes encadrant les rais-de-cœur originaux. C’est une schématisation au profit d’autres formes que l’on entrevoit dans les stucs de Saint-Denis (Sapin, 2004, notices nos 110 et 112), ou, plus tard, à Disentis.

34L’évolution comme l’assimilation des formes conduisent à regarder du côté de l’aire méridionale ou bien, plus encore à l’est ou au sud de la Gaule, dans l’art islamique notamment. Les études récentes montrent une grande variété de motifs hérités de l’Antiquité (Mouliérac, 2001, p. 73-79 ; Kröger, 1982), aboutissant à de véritables « réinventions » dans le jeu des palmettes ou des effets de quadrilobes ou fleurons, comme à Damgan (Iran), nullement présents dans les stucs de Vouneuil, mais que l’on retrouve plus tard à Germigny, par exemple. On peut cependant trouver des analogies de techniques dans les effets de pointes ou les tiges à écaille des stucs de Junca (Feuille, 1949, p. LII).

35L’Espagne wisigothique a pu jouer un rôle intermédiaire dans la diffusion et la pérennisation des techniques. Mais, là encore, les comparaisons que l’on peut établir pour l’ensemble montrent que la production poitevine, assez différente, est certainement antérieure à cette profusion de formes nouvelles.

VERS UNE RESTITUTION GLOBALE

36À partir des données formelles réunies et des possibilités qu’offrent les comparaisons avec d’autres ensembles en stuc ou d’autres origines (peinture ou mosaïque), il est possible de proposer une restitution globale des stucs de Vouneuil-sous-Biard, si ce n’est de l’espace originel où ils se trouvaient. L’exercice est difficile pour ne pas dire risqué, mais chacun sait que c’est la seule manière de faire avancer la réflexion et susciter d’autres idées et propositions.

Fig. 160 – Sarcophages : a) Toulouse, sarcophage de Saint-Sernin (cliché J. Gloriès) ; b) Vouneuil, détails de panneaux (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 160 – Sarcophages : a) Toulouse, sarcophage de Saint-Sernin (cliché J. Gloriès) ; b) Vouneuil, détails de panneaux (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

37En admettant de fait un emplacement relativement haut pour les éléments principaux que représentent les personnages sous arcades, nous avons été amenés à réfléchir sur la physionomie de l’élévation des parties inférieures comme supérieures. En tenant compte des traces d’arrachement constatées sur les parties inférieures et supérieures des bandeaux droits lisses, et de l’existence de nombreux fragments de colonnes lisses, nous avons proposé un registre inférieur de simples panneaux encadrés par des colonnes au rythme inconnu. Il est évident, dans cette hypothèse, qu’un registre plus bas encore devait précéder l’élévation proprement dite. Ainsi, c’est à une élévation à trois registres que nous aboutissons : un registre inférieur correspondant à des panneaux peints, d’où proviennent les nombreux fragments également recueillis ; un registre de simples colonnettes et, au-dessus, à environ deux mètres, le registre des personnages sous arcades. Dans le dessin proposé, nous avons inséré, d’une part, deux niches et des baies supérieures. Seuls des fragments d’une niche avec décor peint ont été retrouvés (no 1.2386), la seconde étant ici restituée par symétrie. Cette niche pourrait avoir une fonction liturgique et être en position privilégiée à l’est, comme on peut le voir à Trèves ou à Saint-Étienne de Coire au ve s. (Sulser, Claussen, 1978), ou, plus nombreuses, elles peuvent avoir des fonctions utilitaires, suivant l’usage principal de l’espace. C’est avec ces données que nous avons retenu l’hypothèse de parois à trois registres, avec le décor de stucs à voir de loin ou en contrebas, et d’autres éléments plus accessibles compte tenu de l’usure ou de la présence de graffiti (fig. 163).

Fig. 161 – Décors : a) Ravenne, Saint-Vital, détail de bordure d’intrados (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna) ; b) Vouneuil, fragment de feston (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 161 – Décors : a) Ravenne, Saint-Vital, détail de bordure d’intrados (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna) ; b) Vouneuil, fragment de feston (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
  • 6  La décoration de l’église médiévale Sainte-Marie-La Daurade présentait au moins trois registres d’ (...)

38Cette hypothèse de restitution peut s’accorder avec le principe des décors monumentaux d’arcades tels que nous les connaissons aussi en Gaule, à Saint-Pierre de Vienne par exemple (Reynaud et al., 1974- 1975, p. 13, pl. 3), avec deux niveaux d’arcades aux colonnes juxtaposées deux à deux, formant de grandes niches murales basses – décor existant à la fin du ve s. (Jannet-Vallat, 1995, p. 265) – ou à Sainte-Marie-La Daurade à Toulouse (ve s.)6. C’est, d’autre part, comme on l’a vu, la forme en plan de certaines colonnettes, ne pouvant provenir que de parties de maçonneries à angle droit, qui incite à une restitution de l’espace avec des retours, sans certitude sur les dimensions originelles de chaque paroi. De même, nous n’avons pas voulu prendre position sur la quatrième paroi, de manière à laisser ouvertes des hypothèses.

Fig. 162 – Poreč (Croatie) : intrados, décor en stuc avec éléments végétaux et animaux (cliché I. Matejcic).

Fig. 162 – Poreč (Croatie) : intrados, décor en stuc avec éléments végétaux et animaux (cliché I. Matejcic).

39Cette disposition organisée peut s’imaginer dans une pièce de réception d’une villa et, plus encore, compte tenu du développement des motifs religieux comme des comparaisons évoquées, dans la partie privilégiée d’un édifice religieux. Le devenir du site de Vouneuil – église prieurale et paroissiale – peut conforter le principe d’une continuité. Cependant, si l’on accepte cette idée, il est encore plus difficile de déterminer l’emplacement exact de ces parois décorées : s’agit-il d’un chevet, d’une construction à plan centré ou d’une partie de nef ?

40Le grand développement du décor de stuc – plus de quinze mètres –, comme celui restitué des inscriptions, exclut la coïncidence avec le chevet à pan coupé retrouvé par la fouille, sans tenir compte des incompatibilités de formes et de chronologie déjà abordées. Sauf si les fragments de stucs en remblais viennent d’une toute autre partie du site, il pourrait donc s’agir d’un chevet primitif, que nous imaginons plat, ou d’une partie de la nef, qui a remplacé, à un moment donné, l’atrium de l’ancienne villa.

CHRONOLOGIE ET DATATION

41Les quelques éléments permettant d’avancer plusieurs hypothèses pour la datation de l’ensemble des stucs peuvent être classés en trois catégories : archéologie du site (stratigraphie, chronologie relative et mobiliers), études comparatives, éléments dits de datation absolue. Après les avoir présentés et discutés, nous tenterons de resituer notre hypothèse dans un cadre historique plus large.

Fig. 163 – Vouneuil : restitution (dessin et DAO G. Fèvre, CEM), hypothèse A (1erétat) et B (2e état, avec écritures).

Fig. 163 – Vouneuil : restitution (dessin et DAO G. Fèvre, CEM), hypothèse A (1erétat) et B (2e état, avec écritures).

ARCHÉOLOGIE DU SITE : STRATIGRAPHIE, CHRONOLOGIE RELATIVE, DATATION ET MOBILIERS

  • 7  University of Arizona (USA) : réf. Beta-189898 ; Conventional radiocarbon age : 1300 ± 100 BP ; 2  (...)

42Comme cela a été précisé plus haut, l’ensemble des stucs ont été découverts dans un épais remblai, mêlé à des pierres et du mortier rose (voir supra, fig. 19). Cet ensemble se trouvait sur une couche de terre, de cendres, moellons et tegulae. Elle-même reposant sur un niveau de chaux, que l’on pourrait interpréter comme un niveau de travail et qui recouvrait une couche de cendres, correspondant à ce que le responsable de la fouille a désigné comme « une occupation de carence ». La datation fournie par les charbons de bois de ce foyer (ou simple épandage) donne 650 ± 60 ans (voir supra, p. 36). C’est cette indication qui avait en particulier conclu, lors des premiers travaux, à une datation des stucs du haut Moyen Âge. On ne peut pour autant en déduire que les stucs sont postérieurs dans leur exécution à cette date, car la description de la couche correspond à un remblai apporté sans lien direct avec les structures et contextes environnants. De même, le foyer en question peut être en rapport avec l’état des constructions antiques ou post-antiques ruinées (voir supra, p. 36, la description de maçonneries et vestiges en US 04 par B. Palazzo-Bertholon). Ne pouvant attester de relations directes avec les fondations retrouvées, on ne peut exclure que plusieurs couches ne soient pas des remblais rapportés et que les stucs aient, pour provenance, non le monument dans son état retrouvé en élévation, mais toute autre construction environnante monumentale détruite après le viie s. D’autres restes charbonneux (US 01) ont été retrouvés lors de la reprise des recherches en 2003, dont la datation par14C indique une fourchette entre 570 et 970, avec un pic au viiie s., vers 7407.

  • 8  Réf. Beta-189897, Convenional radiocarbon âge : 1140 ± 40 BP ; 2 sigma calibrated result (95 % de (...)
  • 9  Cf. B. Boissavit-Camus, « Les absides polygonales », in Boissavit-Camus, Rérolle, 1989, p. 71-72. (...)

43L’abside à pans coupés retrouvée (voir supra, p. 36) semble appartenir, quant à elle, à une date d’édification d’époque carolingienne : entre le viiie et le xie s., d’après les résultats des charbons de bois contenus dans les mortiers – entre 790-990, avec un pic vers 9158. Jusqu’à présent, cette construction avait été datée du haut Moyen Âge, soit par l’interprétation de sa relation perçue comme antérieure au foyer cité plus haut, soit par typologie de forme ou de construction. Effectivement, le type d’abside à pans coupés peut remonter très loin dans le temps, selon les auteurs et les interprétations9 : dès la fin de l’Antiquité (Metz, Déols, Saint-Bertrand-de-Comminges...), avec des prolongements au haut Moyen Âge (Civeaux, Thérouanne), à l’époque carolingienne (Ension, Flavigny) et même romane. Les caractéristiques de la construction, appareil relativement calibré et assisé, peuvent s’accorder, selon les régions, avec ces différentes périodes, mais, d’après les observations, la confection des angles avec une pierre taillée à cet effet plaiderait plus en faveur des périodes hautes.

  • 10  Mobilier déposé au musée Sainte-Croix de Poitiers, revu par A.-M. Fourteau et L. Bourgeois.

44Au-dessus du remblai contenant les stucs, les couches n’ont pas permis l’identification précise du mobilier datant, en dehors des céramiques, des xe-xie s.10

  • 11  Mosaïques de Saint-Hilaire et de Sainte-Croix (vie-ixe s.), cf. Sapin, 2004, notices no 16, 17, 18 (...)
  • 12  Voir les différents volumes du Recueil général des mosaïques de la Gaule (Xe suppl. à Gallia), ain (...)

45La mosaïque en place, correspondant au niveau supérieur des remblais, ne comporte pas de caractéristiques suffisantes, dans l’état actuel des connaissances sur les mosaïques de la Gaule, pour situer avec certitude un terminus post quem. Les parties identifiables reproduisent une schématisation de motifs de fleurons épanouis, alternant tesselles grises et rouges. Sa facture relativement élaborée (Sapin, 2004, notice no 64) et différente des mosaïques du haut Moyen Âge connues à Poitiers11 pourrait admettre une création carolingienne tardive ou romane des xie-xiie s.12

46À partir de là, la stratigraphie laisse plusieurs possibilités de situation des stucs entre l’occupation antique et le début du Moyen Âge. Mais la prise en compte du mobilier et du contexte oblige à réapprécier cette chronologie.

  • 13  Datation Archeolabs (2002) : ETH-26097, âge14C AMS conventionnel : 1265 ± 50 BP ; date calibrée à  (...)

47Parmi le mobilier recueilli, rappelons que se trouvaient des fragments d’une croix processionnelle, datée par14C de 665-78513, et de nombreux fragments d’inscriptions, dont l’étude épigraphique (voir supra, p. 99) a montré qu’ils appartenaient à un second état de mise en couleur des stucs – ce qui a modifié l’appréciation qui estimait jusqu’à présent l’ensemble contemporain –, exécutée vraisemblablement au viiie s. Si on voulait maintenir l’hypothèse d’une exécution des stucs et des inscriptions, pour et dans l’abside à pans coupés, on serait en pleine contradiction entre des éléments d’abandon du foyer cité plus haut et les deux temps nécessaires pour créer stucs et inscriptions, détruits ensemble peu de temps après (cf. date de la croix) dans le même lieu, sans compter l’impossibilité de faire tenir la longueur restituable dans un tel espace.

48Ainsi, bien qu’appartenant à des états différents, il y a homogénéité dans le remblai des stucs avec une origine identique venant d’un monument richement décoré, encore en activité au viiie s. Rappelons, enfin, que l’autel provenant de Vouneuil appartient à un type de l’Antiquité tardive, mais que les graffiti relevés sont tous situés entre l’époque carolingienne et romane (voir supra, p. 23).

49En conclusion, on admettra que ces éléments attestent à la fois une réutilisation d’un site et un regain tardif du lieu sur lequel nous reviendrons plus loin. Cela ne suffirait pas à établir des propositions de datations précises pour le décor de stuc si l’on n’introduisait pas quelques autres facteurs grâce aux comparaisons et aux analyses.

ÉTUDES COMPARATIVES

50On a vu, plus haut, qu’une approche systématique des motifs et des formes avait pour résultat, d’une manière générale, la mise en évidence du vocabulaire décoratif de l’Antiquité tardive et des comparaisons très proches avec des créations des ve et vie s. A contrario, cette approche a progressivement éliminé les parallèles établis jusqu’à présent avec les stucs du haut Moyen Âge ou avec l’art carolingien. Une meilleure connaissance aujourd’hui des stucs européens, dont certains ont été trouvés plus récemment en contexte archéologique et stratigraphique, comme à Genève ou à Saint-Denis, autorise plus facilement qu’il y a vingt ans l’acceptation d’une datation plus haute. Comme pour d’autres arts – mosaïque et peinture –, il n’est plus de mise d’admettre une perte totale des savoir-faire entre l’Antiquité et le Moyen Âge.

51Les rapprochements faits, notamment avec les œuvres ravennates, induisent les ve et vie s. de manière plus probante que les viie et viiie s., période qu’avaient pu inciter à retenir, jusqu’à présent, les images des stucs de Disentis. Ces stucs offrent effectivement à la fois des personnages, des arcades et des inscriptions, mais leur connaissance plus approfondie (Weyer, 1992 ; Studer, 2000 et 2002) ainsi que les comparaisons que nous avons pu effectuer aussi bien sur place à Disentis (fig. 164a et b) que lors de l’exposition à Poitiers (Sapin, 2004, p. 144-163 : notices et présentation de Walter Studer), nous ont convaincu de l’écart important qui existait entre les deux productions, même si les sources d’inspirations peuvent être les mêmes. Cet écart est encore plus grand avec toutes les formes postérieures à l’époque carolingienne.

Fig. 164 – Éléments de personnages : a) Disentis (Suisse), têtes (cliché Chr. Sapin) ; b) Vouneuil, têtes (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 164 – Éléments de personnages : a) Disentis (Suisse), têtes (cliché Chr. Sapin) ; b) Vouneuil, têtes (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

52Que ce soit par une relation directe ou par le biais d’autres sites, c’est visiblement vers les productions ravennates que nous dirige tout travail sur les références et les inspirations des stucateurs de Vouneuil. Deux types de rapprochements et de comparaisons peuvent être retenus : les formes et les motifs d’une part, la composition globale d’autre part. On a vu que les éléments structurants – arcades, colonnettes, chapiteaux ou bandeaux – avaient leur propre interprétation des motifs traditionnels – cannelures, abaque, feuilles d’angle –, mais que ceux-ci étaient parfaitement identifiables dans leur transposition et leur simplification. Les bandeaux droits, arcades et encadrements se retrouvent tout autant à Ravenne sur le baptistère que la transposition des feuilles découpées en feuilles lancéolées (fig. 165) ou les effets de cannelures renforçant le niveau d’ordonnance du décor. Les cordons à feuilles emboîtées se retrouvent également dans le décor du vestibule de Saint-Vital, de même que les candélabres (fig. 166-167). Nous avons également proposé de voir dans les effets de mouvement des feuillages, formant le décor des arcades de Vouneuil, la transposition du décor ondulé de palmettes des arcs de Saint-Vital. Il est certain que cette richesse de référence des différents sites ravennates (avec Sainte-Croix et Sainte-Agathe) ne doit pas gommer l’existence d’autres sites contemporains (Parenzo/Poreč), mais ils renvoient aux mêmes sources. D’autres comme Saint-Martin de Tours demanderaient à être mieux situés.

Fig. 165 – a) Ravenne, baptistère des Orthodoxes : personnage entre pilastre et chapiteaux (cliché CESCM) ; b) Vouneuil : détail d’un chapiteau (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 165 – a) Ravenne, baptistère des Orthodoxes : personnage entre pilastre et chapiteaux (cliché CESCM) ; b) Vouneuil : détail d’un chapiteau (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

53Les personnages en stuc de Ravenne offrent une physionomie et des gestes qui pourraient s’opposer au hiératisme de ceux de Vouneuil, mais au-delà du traitement, qui signifie surtout une différence d’artistes, on retrouve dans des dimensions approchantes des corps, avec les mains tenant volumen ou livre ouvert (fig. 168), les mêmes effets d’extrémités de drapés, rejetés sur le côté (fig. 169). Les têtes de Vouneuil sont simplifiées. Cette schématisation pourrait être mise en rapport avec celle des ivoires constantinopolitains et les diptyques consulaires produits dans la capitale au vie s. (Caillet, 2002). Si l’on ne peut retenir en comparaison la variété d’identité des personnages de Ravenne, on peut aussi penser que la différenciation d’individus, non obtenue par le plasticien des têtes, était accentuée à Vouneuil par les couleurs appliquées sur les fonds des niches. Nous sommes dans un autre langage plastique provenant d’autres héritages antiques. Même si un bestiaire est également présent à Ravenne, on ne peut y voir d’autres rapprochements, les thèmes restent courants et les exemples conservés à Vouneuil sont trop réduits.

Fig. 166 – a) Ravenne, Saint-Vital : décor d’arcade en feuilles lancéolées (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna) ; b) Vouneuil : détail d’un panneau (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 166 – a) Ravenne, Saint-Vital : décor d’arcade en feuilles lancéolées (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna) ; b) Vouneuil : détail d’un panneau (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 167 – Ravenne, Saint-Vital : décor de rinceaux en intrados (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna).

Fig. 167 – Ravenne, Saint-Vital : décor de rinceaux en intrados (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna).
  • 14  Voir la bibliographie, en particulier les travaux de G. Pavan (notamment 1980) et la synthèse avec (...)

54Les dates fournies par les dernières recherches sur les sites ravennates, bien que toujours en débat, montrent une continuité de production entre le milieu du ve s., avec la construction du baptistère des Orthodoxes, et le milieu du vie s. Certaines datations, propres au décor de stucs rapportés, ont évolué14, mais restent globalement des références ou des jalons. Nous ne reprendrons pas ici les arguments souvent discutés – emplacement des stucs à Sainte-Croix, origine des stucs de Sainte-Agathe, datation plus tardive des stucs du baptistère, terminus des travaux de Saint-Vital – pour ces stucs et parfaitement synthétisés par L. Pasquini (2002, p. 23-51). Il résulte, de toutes les observations, que les références aux motifs ou formes évoqués plus haut pour Vouneuil-sous-Biard, se situent dans des réalisations admises avant le milieu du vie s.

55Les stucateurs de Vouneuil-sous-Biard devaient probablement connaître Ravenne et ses différents sites ou bien d’autres ensembles intermédiaires disparus depuis. Les exemples de Genève (Plan, 1990 ; Plan, 1997 et Sapin, 2004, p. 126-130), Marseille (Sapin, 2004, p. 125) (fig. 159) ou encore Bordeaux (Sapin, 2004, p. 111-116 et notices nos 76-81), dans ces mêmes périodes qui n’offrent pas les mêmes rapprochements, nous laissent penser que la relation a pu être directe entre les stucateurs de Vouneuil et le site italien. Cette connaissance a dû passer par des transcriptions graphiques, ce qui explique certaines simplifications ou déformations des motifs végétaux ou des vêtements.

56On retiendra, enfin, un autre rapprochement entre le grand site ravennate du baptistère et la restitution proposée pour Vouneuil par la conception d’un décor structuré global et, ceci, quelle que soit l’interprétation de son iconographie. Là encore, cette monumentalisation héritée de l’Antiquité n’est probablement pas unique, mais on doit admettre qu’elle s’inscrit dans le renouveau des programmes muraux, tels qu’on les voit à Ravenne ou à La Daurade à Toulouse (voir infra, p. 168), et tels qu’ils devaient exister dans les grandes basiliques des ve et vie s. en Gaule, si l’on en juge par les échos de Fortunat ou de Grégoire de Tours pour la peinture, au moins.

LA DATATION PAR LES ESQUILLES D’OS

  • 15  Les frais d’analyses ont été pris en charge par le SRA-DRAC Poitou-Charentes, que nous remercions. (...)

57L’étude des chevilles ou esquilles d’os a confirmé, de manière probante, les hypothèses que l’on pouvait déjà avancer pour une datation haute. Ces esquilles d’os, typiques des techniques antiques en usage dans la région du Poitou (voir supra, p. 117), ont été retrouvées en position dans les stucs pour plusieurs fragments. Deux esquilles ont fait l’objet d’analyse par14C avec pour résultats : l’une 343-561, avec un pic de probabilité à 95 % de fiabilité autour de 450-550 ; l’autre 255-660, avec un pic de probabilité à 95 % de fiabilité autour de 400-55015.

Fig. 168 – a) Ravenne, baptistère des Orthodoxes : personnage avec livre ouvert (cliché CESCM) ; b) Vouneuil : personnage no 1 (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 168 – a) Ravenne, baptistère des Orthodoxes : personnage avec livre ouvert (cliché CESCM) ; b) Vouneuil : personnage no 1 (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).

58Ces esquilles proviennent de récupération sur des os de faune et de rebuts culinaires. On doit admettre qu’il n’y a pas de raison que l’on ait attendu plusieurs siècles pour les utiliser. À la lumière de ces indications et à partir des comparaisons évoquées plus haut, nous avons retenu une date moyenne, fin du ve s.-début du vie s., en privilégiant plutôt le début du vie s., si ce n’est la première moitié du vie s., en tenant compte des références proposées et du contexte régional (voir supra, p. 117).

VOUNEUIL ET SES STUCS DANS LE CONTEXTE HISTORIQUE

  • 16  Traduction dans Pietri, 1987, p. 90.

59Si la réalisation de ces stucs dans l’art jusqu’à présent connu à cette époque pour la Gaule peut paraître isolée, il n’en est rien. Les textes peu nombreux, il est vrai, mais précis, font état de décorations semblables pour plusieurs monuments, notamment dans l’Ouest. La Chronique de Nantes, rédigée avant que l’ecclesia de l’évêque Felix (549-582) soit remplacée, précise qu’il « fit faire de très nombreuses colonnes avec des chapiteaux, sculptés dans des marbres divers, pour soutenir les arcs et, sur chacune des parois, des mosaïques admirablement exécutées et, sur les arcades, des fleurs en stuc (gipseos flores) qui ressortaient par la variété des couleurs et, devant les autels, des couronnes d’or avec des vases d’argent (...) et un pavement tout entier admirablement composé de marbres variés16 ».

60Plus au nord, à Angers, la basilique dédiée à saint Saturnin, devenue plus tard Saint-Maimbœuf, est décrite au xie s. partiellement ruinée, mais comportant encore un riche décor avec des mosaïques et des stucs (gypso) alternant avec des fresques, qui représentaient des figures de saints et des fleurs (Pietri, 1987, p. 79). L’association entre ces deux arts, stuc et mosaïque, visible à Ravenne ou Poreč (Croatie), est encore présente à Saint-Victor de Marseille.

Fig. 169 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes : personnage avec volumen (cliché CESCM).

Fig. 169 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes : personnage avec volumen (cliché CESCM).

61La plupart des œuvres évoquées pour l’hexagone sont localisées principalement en Aquitaine et dans l’Ouest. Cette constatation correspond certainement à une romanité encore très présente dans ces régions aux ve-vie s. et dont témoignent plusieurs constructions, vestiges ou sources textuelles, que ce soit à Poitiers, à Bordeaux ou à Saintes. Ce n’est donc sans doute pas un hasard si l’art du stuc se rencontre, en Gaule, plus particulièrement entre Tours et Bordeaux (voir carte, fig. 1) et pratiquement pas dans l’Est et le Nord (excepté Saint-Denis).

62La commande de l’ensemble du décor stuqué de Vouneuil correspond à un programme, dû probablement à un riche aristocrate ou à un membre important du clergé, à proximité immédiate de Poitiers, qui doit être perçu à la fois dans cet esprit de continuité et selon une stratégie de renouveau. On connaît le contexte régional pour son rôle dans la mise en place précoce du monachisme (voir supra, p. 16), avec les grandes figures des premiers évêques, notamment saint Hilaire (Boissavit-Camus, Rérolle, 1989, p. 21-33 ; Papinot, 1996 ; Boissavit-Camus, 1998). On retrouve au viie s., avec l’épiscopat d’Ansoald, d’autres encouragements à des fondations religieuses. On connaît moins le clergé du siècle précédent, comme Adelfius présent au concile d’Orléans en 511. C’est au cours de cette période, et surtout durant la seconde moitié du siècle, que des personnalités comme la Reine Radegonde – fondation de l’abbaye Sainte-Croix – ou Fortunat occupent la scène.

63Plus précisément, la place du site et le programme de Vouneuil doivent être aussi perçus selon un plan plus large dans cette partie haute de l’Aquitaine. Nous sommes à la fois dans une région de frontière, province riche de la Seconde Aquitaine, forte de sa situation au contact de l’océan et des communications nord-sud qui la traversent. Enjeu politique entre Loire et Gironde durant la période wisigothique (ve s.), elle est en même temps au cœur des luttes contre l’arianisme, dont triomphent les Francs avec la bataille de Vouillé en 507 (Rouche, 1979). Dans ce cadre, où semble avoir existé une opposition des familles sénatoriales et des évêques à l’arianisme wisigoth, Poitiers comme Tours ont été actifs pour obtenir le soutien des Francs. On peut, dès lors, se demander si le programme de Vouneuil, pour ce que l’on en connaît, ne participe pas, peu de temps après, à cette période de réaffirmation de l’orthodoxie de la foi, de ce même courant par des effets plastiques visibles – prophètes, apôtres ou figures de sainteté accompagnés des signes de l’agneau et de la croix.

  • 17  Sur le site de Sainte-Marie La Daurade, voir M. Scelles, « La Daurade », in Duval (dir.), 1996, t. (...)
  • 18  Voir les remarques judicieuses et la datation du mobilier dans Sapin, 2004, p. 117-121 (D. et Q. C (...)
  • 19  L’absence de nimbe pourrait également argumenter à Vouneuil en faveur d’une date haute (ve s.-débu (...)

64On a pu dire la même chose du programme – mieux connu, plus vaste et complexe – de Sainte-Marie La Daurade à Toulouse avec des effets d’ailleurs contraires selon les datations proposées (ve ou vie s.)17. Tout en acceptant une datation haute du ve s. et sans prendre ici parti dans l’interprétation iconographique18, on peut être frappé, à une autre échelle, par certaines similitudes dans l’effort de monumentalisation, comme on peut le voir de la même manière à Ravenne (fig. 170). Les fameuses colonnes et les chapiteaux de marbre conservés au musée du Louvre ou au Métropolitan Museum de New York marquent la structuration du monument, mis en valeur d’autre part par le jeu des mosaïques. L’iconographie donnant une grande place à la Vierge pourrait illustrer les idées du concile d’Éphèse (Woodruff, 1931) ; mais pour ce qui nous intéresse ici, la place des apôtres sans nimbe19 et des prophètes, sur plusieurs registres, renvoie aux mêmes références ravennates et à une date précoce.

Fig. 170 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes : vue générale (cliché CESCM).

Fig. 170 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes : vue générale (cliché CESCM).

65Ce contexte contribue à situer – avec les arguments développés plus haut – l’ensemble de Vouneuil au plus tôt à la fin du ve s. ou au début du vie s., ou dans le courant du vie s., si l’on tient à être prudent, c’est-à-dire contemporain de bon nombre de reconstructions et décors déjà cités connus par des sources ou des vestiges archéologiques, comme à Nantes, Rézé, ou Vertou (Sapin, 2004, p. 106-111 : notices sur le mobilier), ou à Poitiers même, où, au-delà des témoignages textuels, les études récentes du baptistère montrent qu’il a été établi, pour l’essentiel, entre la fin du ive s. et le début du vie s., avec des reprises désormais attestées au milieu du viie s. (Sapin, 2004, p. 42 : notice de B. Boissavit-Camus ; Boissavit-Camus, 2001).

66L’hypogée des Dunes à Poitiers, également réétudié (Palazzo-Bertholon, à paraître), appartient à un autre univers de référence. Tout le décor placé au début du viiie s. s’inscrit dans d’autres préoccupations plastiques stylistiques et dans un autre moment religieux (Sapin, 2004, p. 47-53 : notices d’Anne Flammin). C’est ce que l’on découvre avec les repeints de Vouneuil et les inscriptions, qui semblent ne plus avoir de rapport avec le programme initial, comme l’a montré C. Treffort (voir supra, p. 99). Sans vouloir réidentifier chaque personnage appartenant au décor antérieur, c’est toutefois une impulsion forte d’une nouvelle liturgie tournée vers Rome que dénotent désormais les noms de martyrs romains inscrits en continu, au-dessus des têtes des fidèles ou des clercs.

67Cette autre vie du monument fait du site poitevin un lieu particulièrement fécond pour la réflexion sur les rapports entre structures et décor. En leur temps, les travaux de V. Elbern avaient attiré l’attention des spécialistes sur les témoins plastiques de l’hypogée et sur son apport pour l’iconographie. Avec Vouneuil, nous remontons de plusieurs générations vers les sources et vers l’Antiquité. En même temps, les différents moments de l’histoire de ces monuments témoignent pleinement des liens restés privilégiés, pour des raisons autant politiques que religieuses, avec les grandes métropoles et capitales que furent entre le ve s. et le viiie s. Ravenne et Rome.

  • 20  Cf. Sapin (2004), et tout particulièrement la communication de M.-Th. Camus : « Des stucs de Voune (...)

68Si, au baptistère comme à l’hypogée, aucun stuc n’a été retrouvé, la volonté décorative et l’emploi de la couleur y sont manifestes. Désormais, les stucs de Vouneuil-sous-Biard complètent une vision souvent trop stéréotypée de l’art de l’Antiquité tardive et nous montrent de manière exemplaire comment de tels ensembles ont pu être reçus et perdurer jusqu’au Moyen Âge20.

69À travers les autres données de l’archéologie du site, on réalise qu’à la suite de ces deux premières périodes (ve-vie s. et viiie s.), Vouneuil rend compte d’une histoire encore très riche. On peut situer au ixe s., sans plus de précision, la reconstruction du chevet à pans coupés et le remblaiement de ses niveaux par différents matériaux, dont les décors en stuc et les inscriptions sur stuc. À ce propos, on peut s’interroger sur la coïncidence entre ce moment de la destruction du décor puis de la reconstruction du site et le passage à Chasseneuil (proche de Vouneuil) en 811 de Claude de Turin, le futur évêque iconoclaste (Boulhol, 2002, p. 19 ; Favreau, 1958, p. 503- 505). Néanmoins, c’est dans l’édifice reconstruit avec son chevet à pans coupés que l’on peut situer désormais la fameuse table d’autel, avec ses graffiti gravés au cours des ixe et xe s. Le mutisme des sources contraint à être prudent sur le développement ou la renaissance, dès cette époque, d’une activité religieuse et d’une communauté, que l’on découvre par ces inscriptions sur la table conservée, soucieuse de la mémoire des vivants et des morts. C’est cette église avec ses terres (voir supra, p. 18), qui deviendra l’assise du futur prieuré et de la vaste paroisse contiguë au suburbium de Poitiers.

Notes

1  Lapart, Paillet, 1996, p. 165. Les datations, Antiquité tardive/ haut Moyen Âge, de ce site longtemps occupé sont toujours discutées.

2  Voir la plaque de l’impératrice Ariane (?), au musée du Bargello à Florence (Gaborit-Chopin, 1992, p. 42-45).

3  Voir l’article « Propheten et figures » dans le Lexikon Der Christlichen Ikonographie (1971, p. 461-462) et le dernier état de la question par Besberan i Ramon : « Prophètes », in Barral i Altet (dir.), 2003, p. 704-709.

4  Pour Ravenne, voir les articles cités et l’iconographie regroupée dans Pasquini, 2002.

5  Musée Carnavalet, cat. inv. no 142-143 ; Périn, 1986, p. 9-16.

6  La décoration de l’église médiévale Sainte-Marie-La Daurade présentait au moins trois registres d’arcades, dont on conserve colonnes et chapiteaux, qui encadraient des mosaïques historiées. On y trouvait, en dehors des scènes de l’enfance du Christ et des représentations du Sauveur et de la Vierge, des apôtres et des personnages de l’Ancien Testament (voir infra, p. 168).

7  University of Arizona (USA) : réf. Beta-189898 ; Conventional radiocarbon age : 1300 ± 100 BP ; 2 sigma calibrated result : Cal AD 570 to 970 (Cal BP 1380 to 980) 95 % de probabilité. Datations prises en charges, avec les suivantes, par le SRA de Poitou-Charentes, que nous remercions.

8  Réf. Beta-189897, Convenional radiocarbon âge : 1140 ± 40 BP ; 2 sigma calibrated result (95 % de probabilité) : Cal AD 790 to 990 (Cal BP 1160).

9  Cf. B. Boissavit-Camus, « Les absides polygonales », in Boissavit-Camus, Rérolle, 1989, p. 71-72. Depuis, plusieurs sites donnés en référence ont été réétudiés ou mieux datés, mais la pérennité de la forme reste réelle.

10  Mobilier déposé au musée Sainte-Croix de Poitiers, revu par A.-M. Fourteau et L. Bourgeois.

11  Mosaïques de Saint-Hilaire et de Sainte-Croix (vie-ixe s.), cf. Sapin, 2004, notices no 16, 17, 18, 21 et 22.

12  Voir les différents volumes du Recueil général des mosaïques de la Gaule (Xe suppl. à Gallia), ainsi que Barral i Altet, 1972, p. 117-130. Voir également Le décor retrouvé à Saint-Philbert de Tournus, Regards sur la mosaïque médiévale, Actes du colloque du Centre international d’études romanes, Tournus, 18-19 septembre 2003, Tournus, 2004 (les derniers points et la bibliographie).

13  Datation Archeolabs (2002) : ETH-26097, âge14C AMS conventionnel : 1265 ± 50 BP ; date calibrée à 2 sigma : 665 cal AD-880 cal AD.

14  Voir la bibliographie, en particulier les travaux de G. Pavan (notamment 1980) et la synthèse avec les notices récentes de L. Pasquini (2002, p. 26-37).

15  Les frais d’analyses ont été pris en charge par le SRA-DRAC Poitou-Charentes, que nous remercions. Ces analyses ont été pratiquées à l’université d’Arizona (Tucson Arizona). Référence AMS : AA-39992, AA-39993 et AA-43344.

16  Traduction dans Pietri, 1987, p. 90.

17  Sur le site de Sainte-Marie La Daurade, voir M. Scelles, « La Daurade », in Duval (dir.), 1996, t. 2, p. 190-196 ; Mackie, 1994. Plus récemment, pour les dernières hypothèses sur l’architecture, voir Cazes, 2003 et Caille, 2006.

18  Voir les remarques judicieuses et la datation du mobilier dans Sapin, 2004, p. 117-121 (D. et Q. Cazes).

19  L’absence de nimbe pourrait également argumenter à Vouneuil en faveur d’une date haute (ve s.-début vie s.), si l’on en croit les observations d’A. Krücke (1905).

20  Cf. Sapin (2004), et tout particulièrement la communication de M.-Th. Camus : « Des stucs de Vouneuil-sous-Biard à la sculpture romane dans l’aire artistique de Poitiers. Réflexions sur les rapports entre deux arts monumentaux. »

Table des illustrations

Titre Fig. 146 – Vouneuil-sous-Biard, restitution de quatre arcades avec personnages (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 147 – Poreč (Croatie), détail des stucs trouvés en fouilles (cliché I. Matejcic).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 148 – Tours, stucs de Saint-Martin (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 149 – Motif de décor en chevron : a) sarcophage d’Arpajon (Revue archéologique du Centre de la France, 29, 1990, p. 24, fig. 5) ; b) chapiteaux de Vouneuil (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 150 – Décor : a) Ravenne, Sainte-Croix (cliché G. Cantino Wataghin) ; b) Vouneuil, demi-colonne (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 151 – Ravenne, bandeau décoratif à Saint-Vital (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 152 – Vouneuil-sous-Biard, restitution hypothétique de onze personnages (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).
Crédits © CNRS ÉDITIONS, Paris, 2009
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Fig. 153 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes : a) personnage avec volumen (cliché CESCM) ; b) détail de Vouneuil (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 154 – Sarcophages : a) Toulouse, cuve et couvercle de sarcophage dit « de la reine Pédauque » (musée Saint-Raymond, cliché J. Gloriès) ; b) Arles, sarcophage d’Hydria Tertulla et de sa fille, Axia Aeliana (musée de l’Arles antique, cliché Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 155 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes, détail des personnages sous arcades (cliché CESCM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 156 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes, personnage en mosaïque (cliché CESCM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 157 – Ravenne, Saint-Vital, stuc, détail de feuille (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 158 – Bordeaux, sarcophage de Saint-Seurin : panneau central, détail de candélabre avec rinceau de vigne (cliché Musée d’Aquitaine).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 159 – Marseille, Saint-Victor : décor de rinceaux en intrados (dessin G. Keil).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 160 – Sarcophages : a) Toulouse, sarcophage de Saint-Sernin (cliché J. Gloriès) ; b) Vouneuil, détails de panneaux (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 161 – Décors : a) Ravenne, Saint-Vital, détail de bordure d’intrados (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna) ; b) Vouneuil, fragment de feston (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 162 – Poreč (Croatie) : intrados, décor en stuc avec éléments végétaux et animaux (cliché I. Matejcic).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 163 – Vouneuil : restitution (dessin et DAO G. Fèvre, CEM), hypothèse A (1erétat) et B (2e état, avec écritures).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 164 – Éléments de personnages : a) Disentis (Suisse), têtes (cliché Chr. Sapin) ; b) Vouneuil, têtes (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 165 – a) Ravenne, baptistère des Orthodoxes : personnage entre pilastre et chapiteaux (cliché CESCM) ; b) Vouneuil : détail d’un chapiteau (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 166 – a) Ravenne, Saint-Vital : décor d’arcade en feuilles lancéolées (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna) ; b) Vouneuil : détail d’un panneau (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 167 – Ravenne, Saint-Vital : décor de rinceaux en intrados (cliché Soprintendenza per i beni ambientali e architettonici di Ravenna).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 168 – a) Ravenne, baptistère des Orthodoxes : personnage avec livre ouvert (cliché CESCM) ; b) Vouneuil : personnage no 1 (dessin et DAO G. Fèvre, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 169 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes : personnage avec volumen (cliché CESCM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 170 – Ravenne, baptistère des Orthodoxes : vue générale (cliché CESCM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47595/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© CNRS Éditions, 2009

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search