Version classiqueVersion mobile

Les stucs de l’antiquité tardive de Vouneuil-sous-Biard (Vienne)

 | 
Christian Sapin

Chapitre premier. Cadre historique et naturel du site de Vouneuil-sous-Biard

Luc Bourgeois, Marie-Reine Sire, Cécile Treffort, Bénédicte Palazzo-Bertholon, Michel Aucher, Eric Mermet et Christian Sapin

Texte intégral

1Vouneuil-sous-Biard doit être resitué dans un cadre déjà riche en sites archéologiques depuis la haute Antiquité. Objet de nombreuses investigations depuis la fin du xixe s., le Poitou recèle aujourd’hui des sites de référence pour l’histoire religieuse, mais également pour cerner les prémices de son habitat avec des villae (Soubise, Port-des-Barques, Montigné, Ruelle...), vicus ou autre castrum bien connu comme celui d’Andone. C’est une occupation rurale et urbaine attestée pour les premiers siècles de notre ère, mais aussi pour une Antiquité tardive mieux connue grâce aux synthèses des services archéologiques régionaux et des musées (Boissavit-Camus, Rérolle, 1989 ; Papinot, 1996, p. 261-271). La cité de Poitiers, au sein de l’Aquitaine seconde, était, rappelons-le, considérée par Amien Marcellin comme l’une des grandes villes d’Aquitaine où l’on enseignait grammaire et rhétorique, selon Ausone au ive s., qui possédait une villa à proximité (aujourd’hui dans les Deux-Sèvres). On connaît moins ces villae tardives que celles du sud de l’Aquitaine, mais on peut présumer de leur égale richesse. On verra (infra, p. 17), plus particulièrement, comment Vouneuil s’inscrit dans un réseau relativement dense autour de Poitiers et comment cette proximité aux ve-vie s. a pu favoriser la renaissance à plusieurs reprises d’un site du Haut-Empire.

  • 1  Fouilles archéologiques M.-R. Sire et M. Aucher (rapport SRA Poitou-Charentes, Poitiers).

2Au cœur de la plaine poitevine, à 5 km à l’ouest de Poitiers (fig. 2), le site de Vouneuil-sous-Biard s’inscrit dans un relief mouvementé. Le plateau calcaire du Jurassique, creusé de profonds méandres par la Boivre, engendre une végétation de taillis et de forêts sur les abrupts structuraux des bancs épais du Bajocien (calcaire graveleux à silex). Les nombreuses sources jaillissant au pied de la falaise alimentent la rivière toute proche. Ces atouts naturels – sources alliées à la présence du calcaire facile à exploiter – impliquent une succession d’occupations ayant laissé leur empreinte. Sur le plateau avoisinant, la photographie aérienne a fait apparaître un site protohistorique et une villa gallo-romaine. En revanche, les terrains boisés longeant la rivière occultent certainement d’autres substructions. À proximité, l’enceinte interprétée de l’âge du Fer de la Croix-Brault – à 500 m au sud de la Boivre – présente un enclos quadrangulaire de 70 m de côté. Il est constitué de deux larges murs concentriques sans fossé1. Il n’y a aucune eau vive en cet endroit, mais les sables argileux du tertiaire qui recouvrent les bords du plateau favorisaient l’implantation de mares.

  • 2  Fouilles archéologiques M.-R. Sire et M. Aucher (rapport SRA Poitou-Charentes, Poitiers).

3La villa suburbana des « Cassons », à 2 km au nord de la Boivre, occupe une superficie de 1100 m2 en zone de « bornais » (sables argileux et limons). Le corps de logis ouvre sur une cour à péristyle et forme un carré parfait de 29,20 m de côté. L’ensemble est flanqué d’un balnéaire au sud et de communs au nord, reliés entre eux par un long couloir fermé longeant un jardin. La villa a succédé, au milieu du ier s., à un habitat augustéen de 25 m2, dont le raffinement du matériel résiduel atteste une vocation non agricole. Elle est abandonnée au iiie s. et ses ruines vont servir de cimetière au Bas-Empire2. Sur le plateau, au sud de la Boivre, le tracé de l’un des aqueducs romains de Poitiers est jalonné par ses vestiges de canalisations tantôt maçonnées, tantôt taillées dans la roche ou portées sur arcades, suivant les courbes de niveau depuis sa source à Fleury jusqu’à la cité pictone.

Fig. 2 – Les marges sud-ouest de Poitiers du ive au viie s. (L. Bourgeois, CESCM).

Fig. 2 – Les marges sud-ouest de Poitiers du ive au viie s. (L. Bourgeois, CESCM).

4Dans la vallée où les Gallo-Romains s’étaient établis à proximité de la source et de la rivière, les conditions de vie favorables font perdurer et évoluer l’habitat jusqu’à donner naissance à une bourgade et à un sanctuaire.

UN SITE DE LONGUE DURÉE : VOUNEUIL-SOUS-BIARD DANS SON ENVIRONNEMENT DU IVe AU XIe SIÈCLE

5Luc Bourgeois

6Si les plus anciennes attestations d’une communauté chrétienne à Poitiers remontent à l’épiscopat d’Hilaire, le territoire de la civitas a également livré quelques témoignages matériels des premiers temps chrétiens. À l’épitaphe d’Aeternalis et Servilla (fin du ive-ve s.?), issue de l’agglomération secondaire antique de Civaux (Le Blant, no 576), est venue récemment s’ajouter une donnée plus précisément datée : à Anché (Vienne), le mausolée

  • 3  Farago-Szekeres et al., 2001 et information orale.

7d’un établissement rural a livré trois sépultures. La plus ancienne inhumation, déposée dans un sarcophage en plomb portant un chrisme gravé, a été datée dans un intervalle compris entre 240 et 392 apr. J.-C.3 Les découvertes de Vouneuil-sous-Biard constituent un troisième jalon de l’essor du christianisme.

  • 4  Nous remercions Georges Pon pour sa contribution à la critique des sources des xe-xie s. concernan (...)

8Le nombre restreint des sources oblige à aborder le contexte de ce site exceptionnel de manière un peu artificielle, à travers trois éclairages ponctuels concernant des phases successives de son histoire. Nous tenterons d’abord de replacer Vouneuil-sous-Biard dans le dense réseau de sanctuaires chrétiens établi entre le ive et le viie s. aux abords sud-ouest de la ville de Poitiers. La multiplication des documents écrits nous permettra d’analyser le statut de Vouneuil-sous-Biard et sa place dans la géographie administrative autour de l’an Mil. Enfin, les maigres dossiers d’archives concernant le prieuré et le village, qui relaient l’occupation du haut Moyen Âge, nous invitent à poser quelques questions topographiques4.

LES SANCTUAIRES PALÉOCHRÉTIENS DES MARGES SUD-OUEST DE POITIERS (IVe-VIIe SIÈCLE)

9Dans les marges sud-ouest du chef-lieu de cité, presque chaque village a livré les restes d’une importante fondation religieuse antérieure à la fin de l’époque mérovingienne. Quelques kilomètres carrés concentrent en effet les vestiges de Vouneuil-sous-Biard, les monastères de Ligugé et de Saint-Benoît et l’important complexe funéraire de Béruges (fig. 2).

Saint-Martin-de-Ligugé

10C’est vers 360-361 que Martin reçoit de l’évêque Hilaire un espace pour y fonder une communauté. Sulpice Sévère signale simplement que le lieu est situé non loin de Poitiers (Vita Martini, p. 266). Il faut attendre la fin du vie s. pour que le nom de Ligugé apparaisse dans les textes grâce à Venance Fortunat (Vita Hilarii ; Vita sancti Martini) et à Grégoire de Tours (Virtutibus Martini, IV, 30 ; Libri historiarum, I, 48). L’émission de tiers de sou d’or au nom de locoteiac[vm] (Belfort, 1892-1895, no 2088), la mention de l’abbé Ursinus, auteur d’une Vie de saint Léger à la fin du viie s. (Vita Leodegarii), et la rédaction à Ligugé du Livre d’étincelles (Liber scintillarum) fournissent quelques repères pour l’occupation du site à la fin de l’époque mérovingienne, puis le silence entoure le monastère jusqu’à la restauration entreprise vers 1003 par la comtesse de Poitou, Aumode, comme cella dépendant de Maillezais (Coquet, 1955, p. 118-120).

  • 5  Dom Coquet ne conclut en effet au caractère funéraire de l’exèdre, elle-même postérieure à un prem (...)

11La chronologie des campagnes de construction de l’abbaye, adoptée à la suite des importants travaux archéologiques menés par Dom Coquet (Coquet, 1955), a été fortement remise en question depuis lors. Les vestiges attribuables au haut Moyen Âge et surtout à la période martinienne s’en trouvent considérablement raréfiés (Boissavit-Camus et al., 1994 ; Boissavit-Camus et al., 1995). Le monastère prend le relais de la pars urbana d’une ample villa gallo-romaine dont l’état lors de l’installation de Martin nous demeure inconnu. Cet établissement semble axé sur un vaste bassin quadrangulaire et un édifice en hémicycle interprété par Dom Coquet (1954) comme un martyrium du ive s.5, mais qui semble plus proche des exèdres demi-circulaires nombreuses dans les villae aristocratiques de l’Antiquité tardive reconnues en Aquitaine (Balmelle, 2001, p. 130-131 et 147-152).

Saint-Benoît-de-Quinçay

12Entre Ligugé et Poitiers, les bords du Clain abritent également depuis le dernier quart du viie s. le monastère de Quinçay, qui appartient à la série de fondations patronnées par l’évêque Ansoald (vers 673-697) (Pon, 1983, p. 98). Les débuts de l’établissement demeurent mal connus. Selon une Vie sans grande valeur rédigée au milieu du xe s., le prélat poitevin aurait fait appel à un moine d’Ension originaire du suburbium de Poitiers nommé Achard ou Aicard, qui établit le nouveau monastère sur un domaine familial (Vita Aicadri ; Le Maho, 2001). L’historicité du personnage est toutefois assurée puisqu’il fut choisi par saint Philibert pour diriger Jumièges lorsque le fondateur se retira définitivement à Noirmoutier (vers 677-678). La Vita s. Filiberti rapporte par ailleurs que Philibert réforma l’abbaye de Quincay (Vita Filiberti, XXV, p. 15). Le vocable actuel est lié à la translation temporaire des reliques de Benoît, prêtre du pagus d’Herbauge, au cours du ixe s. (Martyrologe d’Usuard, p. 327). Les titulaires primitifs semblent avoir été la Vierge et saint André (Fonteneau, p. 127).

13Des sondages récents ont fourni quelques indices sur les premiers états du site : les bâtiments monastiques succèdent à une occupation antique mal caractérisée et des vestiges erratiques du haut Moyen Âge – en particulier du verre plat – ont été exhumés dans l’aire du cloître (Chaumeil, 1993 ; Prysmicki, 2000).

Béruges

  • 6  Chabanne, Pautreau, 1986 ; fouille inédite d’Anne Colin.

14En amont de Vouneuil-sous-Biard, la Boivre a entaillé l’important éperon rocheux de Béruges. Ce site de hauteur abrite une importante occupation du premier âge du Fer, relayée par un murus gallicus6. Malgré plus d’un siècle de fouilles, l’occupation antique demeure mal caractérisée. L’imposant mur ceinturant la colline et les structures voûtées de soutènement encore visibles indiquent toutefois son caractère monumental. L’espace interne a livré de nombreux éléments de décor, statuaire de marbre et mosaïques (Rault, 1999). La partie centrale du site est occupée – à partir de l’époque mérovingienne – par un important cimetière, qui se développe autour d’une église dédiée aux saints milanais Gervais et Protais. Au moins deux couvercles de sarcophages, portant de remarquables décors de colombes s’abreuvant dans un canthare, ont été exhumés à proximité de ce sanctuaire détruit en 1873 (Coppola, Flammin, 1994 ; Flammin, 1997). D’autre part, les restes d’un possible édifice funéraire distinct ont été partiellement observés il y a quelques années (Prysmicki, 1996).

15Au-delà de leur proximité géographique, ces sites – auxquels il convient d’ajouter les vestiges de Vouneuil – présentent un certain nombre de points communs. Ils sont implantés sur des occupations antiques, dont le caractère monumental est évident à Béruges et apparaît en filigrane à Ligugé. Exception faite de l’habitat de hauteur de Béruges, ils s’élèvent dans le lit majeur du Clain et de ses affluents et semblent n’entretenir aucun rapport avec les principales voies antiques aboutissant au chef-lieu de cité. En risquant une analogie avec les sources plus riches de la région bordelaise, il est possible de s’interroger sur le rôle qu’ont pu jouer les résidences aristocratiques suburbaines dans le développement d’un tel maillage. Cette concentration de sanctuaires majeurs au sud-ouest de Poitiers apparaît pourtant comme une anomalie, puisqu’elle reste sans équivalent aux autres entrées de la ville.

LA CURTIS DE VOUNEUIL (Xe SIÈCLE)

  • 7  Saint-Hilaire-le-Grand est en effet pourvu d’une aumônerie associée à un sanctuaire dédié à saint (...)
  • 8  [...] et in alia villa que vocantur Voginolio terra mea, quod est fraustus meus, cum silva et prat (...)

16Le nom de Vouneuil apparaît pour la première fois dans une charte du duc d’Aquitaine, Guillaume Fier-à-Bras, lorsqu’il dote ou refonde en 989 une aumônerie à proximité de la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers7. Cet établissement, future église Saint-Pierre-l’Hospitalier, est doté d’un certain nombre de biens-fonds établis aux abords occidentaux de la cité. La villa de Vouneuil est nommée à deux reprises dans cette liste assez décousue. Vient d’abord une terre qualifiée de fraustus, qui contient un espace boisé et un joug de pré, auparavant concédé précaire ou en bénéfice à un nommé Petronus. Huit autres jougs de prés s’ajoutent à cette énumération. Un peu plus loin, Guillaume concède dans la même villa « sa terre de Vouneuil, qui fut à Roger » (Saint-Hilaire, no XLVII, original)8.

  • 9  Ecclesia in honorem sancti Petri fundatam infra quintum miliarium ab urbe Pictavi et in ipsa vicar (...)

17Entre 990 et 996, le même duc donne aux bénédictins de Saint-Cyprien de Poitiers un élément du domaine de Vouneuil qui nous intéresse plus directement : l’église Saint-Pierre, avec toutes les dîmes, terres et prés qui appartiennent à ce sanctuaire et sur lesquels il retient quelques deniers de cens sa vie durant (Saint-Cyprien, no 52)9. Le sanctuaire dépendra désormais du patrimoine de cette abbaye jusqu’à la Révolution.

18Quatre autres actes du cartulaire de Saint-Cyprien fournissent quelques touches supplémentaires au tableau de Vouneuil dans les années 980-1030. Ils concernent des terres rattachées à la villa de Parigny, écart disparu de la commune de Saint-Benoît. Ces biens sont localisés dans la viguerie ou la quinte de Poitiers et dépendent de la curtis de Saint-Pierre de Vouneuil ou de l’autel de cette église (Saint-Cyprien, nos 54, 55 et 56 [988-1031], no 58 [ca 1000].

  • 10  Une charte pour Saint-Étienne de Limoges confond en effet quintana et defensaria (Saint-Étienne de (...)
  • 11  Catalogue des occurrences dans le bilan de L. Bourgeois (1997). Des actes utilisent la formule inf (...)

19La position de Vouneuil dans la géographie administrative carolingienne pourrait encore aujourd’hui caractériser ce village ni tout à fait suburbain, ni tout à fait rural (voir supra, fig. 1). En effet, le domaine de Vouneuil et son satellite de Parigny n’appartiennent pas au suburbium de Poitiers, qui ne semble pas dépasser les environs immédiats de Saint-Hilaire-le-Grand. Ils sont par contre intégrés à deux autres espaces assujettis à la ville et probablement confondus, la quinte et la viguerie de Poitiers (fig. 3). Si la viguerie est un type de circonscription qui couvre l’ensemble de la région, la quinte est uniquement attestée aux abords des cités épiscopales de l’ouest de la France. Elle avait probablement une fonction militaire10. À Poitiers, cette quinte apparaît comme référence géographique dans les actes à partir de 866. Notre restitution théorique lui donne un rayon de cinq lieues gauloises11. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, l’église de Vouneuil était également à la tête d’une vaste paroisse, dont Biard, domaine du chapitre cathédral, fut démembré avant le début du xive s. Les sources manquent pour mener une analyse régressive sérieuse de cette circonscription de près de 3 500 ha, juxtaposée au suburbium de la cité épiscopale.

Fig. 3 – La Quinte et la Viguerie de Poitiers à l’époque carolingienne (L. Bourgeois, CESCM).

Fig. 3 – La Quinte et la Viguerie de Poitiers à l’époque carolingienne (L. Bourgeois, CESCM).

20Autre caractère encore évident aujourd’hui, les marges sud-ouest de la cité constituent un secteur où les espaces boisés et incultes sont particulièrement présents (voir fig. 2). Les placages tertiaires qui recouvrent les plateaux calcaires ont engendré des terres pauvres, longtemps couvertes de brandes et de taillis. En 989, les dons de Guillaume-Fier-à-Bras dans cette zone consistent essentiellement en terres non cultivées, qualifiées de brocellus, silva ou fraustus. Les sources écrites postérieures indiquent plus précisément l’étendue du saltus et des défrichements, menés en particulier par l’abbaye de Fontaine-le-Comte (Sanfaçon, 1967, p. 58-62 ; Fontaine-le-Comte, p. XVIII). Antérieurement au xiiie s., les principales implantations humaines, y compris les granges monastiques, se cantonnent donc presque exclusivement dans les étroites vallées qui découpent les plateaux ou à leurs abords immédiats.

21À la fin du xe s., le domaine de Vouneuil est qualifié de villa ou de curtis. Les occurrences de ce dernier terme dans les sources régionales des ixe-xe s. montrent qu’il s’agit toujours de grands domaines aristocratiques ou ecclésiastiques, qui s’étendent en général sur plusieurs villae. Dès l’époque carolingienne, ces entités abritent pourtant une mosaïque d’ensembles fonciers distincts, mais la curtis demeure un élément de description de l’espace et correspond encore à l’emprise d’une propriété éminente (potestas).

22Le comte de Poitou, duc d’Aquitaine, semble largement possessionné à Vouneuil, soit directement (l’église Saint-Pierre-Saint-Paul et son presbyteratus), soit à travers des biens concédés en précaire ou en bénéfice (les terres de Petronus et de Roger). Les libéralités consenties au xe s. laissent malgré tout subsister un important patrimoine ducal dans cette région entre Boivre et Clain. Il permettra, entre autres, à Guillaume X d’Aquitaine d’assurer la dotation primitive de l’abbaye de Fontaine-le-Comte entre 1126 et 1136 (Fontaine-le-Comte, no 1). Dès le xe s., ce patrimoine princier s’intercale entre des terres dépendant d’établissements ecclésiastiques poitevins. Les confronts des biens donnés entre Boivre et Clain aux bénédictins de Saint-Cyprien, en même temps que l’église de Vouneuil, évoquent par exemple des terres des collégiales de Saint-Hilaire-le-Grand, Sainte-Radegonde et Saint-Pierre-le-Puellier et des monastères de Ligugé et Saint-Benoît (Saint-Cyprien, no 52).

  • 12  Recueil actes Pépin, no XIV, 23 juillet 829 et no XXXVIII [29 juin 836-av. le 14 décembre 838]. Ce (...)

23En dernière analyse, il faut s’interroger sur la possible appartenance au fisc carolingien du domaine de Vouneuil. En effet, le roi d’Aquitaine Pépin Ier souscrit en 829 et en 836-838 deux diplômes à Vodilogilo ou Vodevogilo12, lieu que les éditeurs successifs ont identifié à Vouneuil-sous-Biard ou à Vouneuil-sur-Vienne, un peu plus au nord.

LE PRIEURÉ DANS LE VILLAGE (XIe SIÈCLE)

24Le site de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul et du prieuré associé (fig. 4) occupe l’extrémité sud du centre paroissial établi sur la rive basse et convexe d’un méandre de la Boivre. Un abrupt important marque l’autre rive. Est-ce cette falaise qui a gêné la circulation ?

25L’analyse du réseau viaire tel qu’il apparaît sur les documents cartographiques des xviiie et xixe s. illustre le caractère assez isolé du village : les grands chemins médiévaux reliant Poitiers à Vasles ou à Sanxay passent à distance, sur le plateau. Le maigre centre villageois n’est bordé que par un itinéraire secondaire joignant Fontaine-le-Comte à Quinçay et qui franchit la Boivre au Vieux Pont.

26C’est aux environs du carrefour de cet axe et de la rue descendant au bourg que l’on découvrit en 1923 deux sarcophages mal datés, mais qui marquent l’existence d’un espace funéraire distinct du sanctuaire paroissial (Guichard, 1923). L’église, le prieuré et la cure sont eux-mêmes établis dans un cul-de-sac, à l’extrémité sud du quartier bâti. L’existence de ce prieuré apparaît au détour d’un acte des années 1088-1091 relatant les forfaits commis par un prévôt ducal envers l’obediancia de Vouneuil (Saint-Cyprien, no 321).

27Le moulin qui subsiste en contrebas est probablement celui dont une part fut donnée vers 1100 aux bénédictins en même temps que des prés, courtils et maisons (Saint-Cyprien, no 61). Les sources de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne fournissent des données plus précises sur l’organisation de l’église et de ses abords, mais le caractère singulier du lieu est désormais gommé : Saint-Pierre de Vouneuil n’est plus qu’un petit prieuré dont dépend une modeste seigneurie de haute justice.

Fig. 4 – Vouneuil-sous-Biard, d’après le plan cadastral de 1831, avec position des sarcophages découverts en 1923 (L. Bourgeois, CESCM).

Fig. 4 – Vouneuil-sous-Biard, d’après le plan cadastral de 1831, avec position des sarcophages découverts en 1923 (L. Bourgeois, CESCM).

Fig. 5 – Les vestiges du chœur de l’église restaurée (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 5 – Les vestiges du chœur de l’église restaurée (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

LE SITE ET SON ÉGLISE

  • 13  Pour une meilleure approche du site, nous mentionnons quelques dates concernant le prieuré et l’ég (...)

28Il ne subsiste aujourd’hui sur place que le chevet de l’église (fig. 5) reconstruite à l’époque gothique et dans la propriété voisine, des bâtiments modernes ayant pris la place de l’ancien prieuré13. Les sources permettent d’en avoir une idée.

L’ÉGLISE ET LE PRIEURÉ

29Marie-Reine Sire

Le prieuré à partir du xvie siècle

30Plusieurs procès furent intentés par l’abbé de Saint-Cyprien envers le prieur au sujet de redevances de froment dues et non acquittées, faute de rigueur dans la gestion. Afin de remettre le prieuré dans l’état florissant du passé, il est décidé de rédiger un terrier contenant les déclarations rendues au prieur de Vouneuil-sous-Biard. Ce recueil de 1 200 pages procède au récolement des déclarations du xve s. faites par les seigneurs de la Roche et de celles des habitants du village rendues entre 1534 et 1539. Sa rédaction se poursuit jusqu’en 1742. Les déclarations concernent quelques maisons du bourg et leurs jardins, des « chenevraux » (chènevières) en bordure de la Boivre, des terres en majorité plantées en vigne ou labourables, quelques pacages, de rares taillis et un seul bois de haute futaie.

Les prieurs commendataires

31Le plus célèbre des prieurs commendataires (ADV, 1 H 1/11) est Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran. Nommé avant mai 1620, date à laquelle il rédige son testament, il réside dans l’hôtel épiscopal à Poitiers. Trois ans plus tard, il devient aumônier de la Reine ; en 1636, directeur spirituel du monastère de Port-Royal, il ne revient plus à Vouneuil-sous-Biard.

32Les prieurs commendataires se soucient plus de s’assurer des rentes régulières en affermant les fruits et revenus dépendant du prieuré que de faire valoir ou entretenir un patrimoine. C’est le cas d’un autre prieur, Messire Martin De Barcos, conseiller et aumônier du roi, abbé de Saint-Cyran. Le 1er juillet 1660, il afferme ces fruits et revenus à deux marchands de Poitiers pour sept ans. Le prix consenti est de 900 livres par an, payables en la ville de Paris ou en son abbaye de Saint-Cyran à son choix. Les preneurs sont tenus de faire exercer la justice de la seigneurie du prieuré, de faire tenir les assises, de payer les gages des officiers (sénéchal, procureur fiscal, greffier de la seigneurie). Messire De Barcos se réserve l’intégralité du logis composé d’une salle basse, d’une cuisine et de deux chambres hautes avec grenier par-dessus. Les fermiers peuvent disposer du reste des bâtiments avec obligation de les entretenir, d’effectuer les menues réparations, surtout de curer 50 brasses de fossés chaque année, et de faire en sorte que l’eau du canal de la fontaine puisse couler dans le bassin du jardin, probablement un vivier.

33À la fin du bail, le compte rendu de visite montre un logis en piteux état : fenêtres sans vitres, portes sans serrure, toiture entièrement à repasser. Les bâtiments de ferme ne présentent pas un meilleur aspect. Les deux pigeonniers n’ont aucun pigeon. La prison n’a plus que quatre murailles et une porte sans fermeture. Il juge nécessaire de la faire réparer, ce qui implique qu’il entend continuer à exercer son droit de justice.

34Les états des lieux, en début de fermage, démontrent l’absence de réparations et l’inoccupation des locaux. Celui de 1679, décrivant le jardin du prieuré, présente un intérêt pour l’interprétation des prospections électriques :

« [...] le degré pour descendre au dict jardin est en mauvais estat, les marches démises de leur place et cassées et au pied du dict escalier y a un bassin de fontaine au milieu duquel est un piédestal et le bassin dessus dans lequel est le tuyau de jet d’eau le tout sans eau quy nous fait juger que les conduits sont gastés. Avons aussy veu le fossé ou coulloient les eaux du dict bassin dans les douves qui ferment le jardin lequel fossé est tout comblé [...] ».

L’église

35En l’absence de toute présence dans le logis du prieuré, les curés règnent en maîtres sur l’église et la population. L’un d’eux se permet, entre autres, d’accorder le droit de banc dans le chœur – apanage de haute justice – à la famille Légier qui ne jouit dans la paroisse que d’un petit fief sans justice. Il s’ensuit une sentence pour y mettre bon ordre.

36De même, les conditions au droit de sépulture dans l’église ne sont nullement respectées. Les registres paroissiaux mentionnent 86 inhumations dans l’église entre 1676 et la dernière, datée du 25 mars 1773, qui est celle de la femme du meunier dont le moulin dépend du prieuré.

  • 14  Livre de la Confrérie de Notre-Dame réconciliatrice de la Salette, par Urbain Dubois, curé, parois (...)

37Cette pratique semble courante en Poitou : des fouilles récentes ont révélé que le sous-sol des églises paroissiales voisines recelait de nombreuses sépultures des xviie et xviiie s. Au xixe s., le curé Dubois marque son passage (1855) en créant la Confrérie de Notre-Dame-de-la-Salette, l’une des premières en France après les apparitions de 1846. Son succès, qui déborde le cadre paroissial et atteint Poitiers d’où les pèlerins affluent, repose sur les grandes processions et feux d’artifice qu’il organise14.

38L’église étant en mauvais état et devenue trop petite, la municipalité décide d’en construire une nouvelle en 1859. Dès 1861, sa consécration a lieu sous le vocable de « Notre-Dame-des-Sept-Douleurs ». En 1872, le conseil municipal décide de démolir l’ancienne église Saint-Pierre-Saint-Paul. La démolition du presbytère intervient un siècle plus tard, vers 1979.

Les découvertes anciennes

39En 1872, après démolition de la nef de l’ancienne église Saint-Pierre-Saint-Paul, le curé Clémot, qui habite le presbytère contigu, sollicite l’autorisation d’aménager le chœur voûté en oratoire privé. Le mur de façade et le cintre en pierres taillées de la porte d’entrée restent en place et servent de clôture au petit jardin installé dans la nef jusqu’en 1979. Aujourd’hui déplacée, l’arcature est incluse dans le mur à gauche de l’entrée de la chapelle. On y remarque des graffiti anciens (voir infra, p. 28).

  • 15  Livre de la Confrérie... (id.). Le témoignage du curé Dubois en 1855 (« la chapelle de la Vierge é (...)

40Le grand jardin du presbytère n’étant pas enclos de murs, la fabrique et la commune abandonnent au curé, qui les demandait, les matériaux provenant de la démolition, à condition qu’il se charge de faire exécuter la clôture. Un bloc de marbre qui sert d’autel de la Vierge dans l’ancienne église fait partie des matériaux15, sans que personne ne soupçonne sa valeur archéologique. Le curé Clémot le fit porter chez un marbrier de Poitiers pour être débité. Ce dernier, conscient de son intérêt historique, alerta la Société des antiquaires de l’Ouest, qui reconnut un autel mérovingien et l’acheta pour son musée (voir infra, p. 25). Monseigneur Xavier Barbier de Montault en publia un dessin et une longue étude en 1880 (Barbier de Montault, 1880-1882). Il soupçonnait une crypte. Le curé Clémot pourrait bien avoir pratiqué une fouille clandestine pour vérifier cette hypothèse puisqu’il répond à sa lettre par la négative. D’anciennes pierres tombales ont servi à agrémenter son jardin et d’autres blocs, présentant un intérêt décoratif, furent dispersés dans le village, telle une pierre mérovingienne ornée de deux croix pattées, déposée dans une collection privée (Sapin, 2004, notice no 65).

Fig. 6 – La table d’autel de Vouneuil, publiée par B. de Montault en 1880.

Fig. 6 – La table d’autel de Vouneuil, publiée par B. de Montault en 1880.

LA TABLE D’AUTEL À GRAFFITI DÉCOUVERTE À VOUNEUIL-SOUS-BIARD

41Cécile Treffort

  • 16  Les archives de la Société des antiquaires de l’Ouest, déposées aux Archives départementales de la (...)
  • 17  Voir en particulier : Rohault de Fleury, 1883 ; Braun, 1924 ; Leclercq, 1925.
  • 18  Un tour d’horizon général de cette problématique a été présenté à la dernière table ronde de Saint (...)

42En 1880, lors de la démolition de la partie occidentale de la vieille église Saint-Pierre de Vouneuil, de nombreux matériaux de construction sont récupérés et vendus à un entrepreneur. Parmi les pierres provenant de l’édifice, de ses murs et de son pavage figure un bloc de marbre utilisé jusqu’alors comme table pour l’autel de la Vierge, dans la nef16. Remarquée pour son antiquité et acquise rapidement par la Société des antiquaires de l’Ouest, cette table porte des graffiti anciens, composés de noms propres, qui ont fait sa renommée dès la publication de l’article de X. Barbier de Montault l’année même de la découverte (fig. 6) (Barbier de Montault, 1880-1882). Depuis cette date, tous les chercheurs se sont appuyés sur cette publication et peu de travaux sont venus la compléter17. Or, dans les dernières années, la recherche concernant les tables d’autel à graffiti a considérablement évolué18. Il paraît légitime, aujourd’hui, de reprendre l’étude de celle de Vouneuil-sous-Biard.

Fig. 7 – La table d’autel de Vouneuil conservée au baptistère de Poitiers (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 7 – La table d’autel de Vouneuil conservée au baptistère de Poitiers (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

43Cette table d’autel se présente comme un bloc de marbre blanc veiné de gris mesurant 1,37 mx0,74 m, avec une épaisseur de 15 cm sur les bords (fig. 7). Sa face supérieure a été évidée en forme de cuvette sur une profondeur d’environ 3 cm grâce à deux gorges successives ménageant, sur les bords, un replat de 2,5 cm à 3 cm. Quatre croix aux angles et une cinquième au centre rappellent la cérémonie de consécration dont elle fit l’objet à un moment donné. Aucune cavité n’a été aménagée pour recevoir les reliques qui devaient être déposées dans le socle servant de support. Toutefois, il convient de rester prudent en ce qui concerne la forme primitive du monument. Au moment de sa découverte, en effet, cette table était en situation de réemploi et on ignore tout de son histoire entre le haut Moyen Âge et le xixe s. S’il y a tout lieu de penser que cette table, dès l’origine, était présente à Vouneuil, elle a pu changer plusieurs fois d’affectation et être utilisée dans des dispositifs divers ayant altéré sa forme première. Ainsi, trois des quatre tranches de la table (faces latérales et arrière) ont manifestement été bûchées et on peut apercevoir, sur le rebord supérieur droit, une saignée qui entame toute la mouluration et coupe un des noms inscrits. De même, les trous visibles sur les quatre tranches – un à l’avant, quatre à l’arrière et trois sur chaque côté – pourraient être liés à une phase de réutilisation de la table, à l’époque médiévale ou moderne, et non relever du dispositif initial comme le pensait X. Barbier de Montault. Les croix de consécrations elles-mêmes, absentes des plus anciennes tables d’autel conservées, paraissent avoir été ajoutées dans un second temps, semblant couper quelques mots inscrits. Les cinq croix, relativement grossières, peuvent très bien avoir été ajoutées lors d’un déplacement de l’autel ou d’un changement de support de la table ayant entraîné une nouvelle consécration de l’ensemble.

  • 19  Voir Sabatier, 1872 ; voir également l’article « Auriol », dans DACL, t. I/2, 1907, col. 3151-3155

44La table elle-même, à l’origine sans croix ni graffiti, se rapproche, par sa typologie, de nombreux exemplaires connus pour l’Antiquité tardive et le très haut Moyen Âge, en particulier dans le sud de la France, comme celui d’Auriol dans les Bouches-du-Rhône (fin ve-vie s.)19 ou celui de Minerve dans l’Hérault, qui porte une inscription dédicatoire datée de 456 (Le Blant, 1856-1865). Dans ces deux cas, la table a reçu, quelques siècles plus tard, des graffiti comparables à ceux de Vouneuil. De nombreux autres autels tabulaires rectangulaires sont conservés. Ils posent tous le même problème de datation, car leur allure générale et leurs dimensions évoluent peu entre la fin de l’Antiquité et la période médiévale (Guyon, Heijmans, 2001). Si la forme rectangulaire, l’absence de cavité à reliques et la face supérieure creusée en cuvette rattachent bien la table de Vouneuil au groupe des autels anciens, l’absence d’inscription dédicatoire ou de décor interdit de proposer pour sa réalisation une date plus précise que la période située entre les ve-vie s. et l’époque carolingienne. La seule indication chronologique sûre est fournie par la présence des noms gravés à la pointe sur le plat ou les rebords supérieurs et qui appartiennent indéniablement au haut Moyen Âge (fig. 8).

  • 20  Voir notamment Treffort, 1996.

45Ces graffiti constituent l’intérêt majeur de cet autel par ailleurs assez simple. Bien que peu nombreuses et difficilement datables, les inscriptions nominales relèvent en effet d’une pratique aujourd’hui bien connue, en lien direct avec la commémoration des vivants et des morts au canon de la messe, dont le développement accompagne la réforme liturgique carolingienne20. Composés exclusivement de noms simples (ce qui suggère une datation antérieure au xie s.), en partie d’origine germanique, ces graffiti prennent place exclusivement à l’avant et sur les côtés gauche et droit de la table, laissant libre l’espace dévolu aux espèces eucharistiques.

46À gauche, on lit, dans la première gorge, Lan (bertus) pr(e) s (biter) et Odo. À droite, est gravé le nom d’Aimericus dans la première gorge et, sur le replat, celui de Bernoinus, suivi d’une série de lettres difficiles à interpréter. L’extrême usure de la table a entraîné la disparition de nombreuses lettres, ce qui rend parfois impossible la lecture. Parmi les noms les mieux conservés sur la partie avant, on lit, de gauche à droite, Dodolus, Gunbaldus, Rutgarius et [C]constantiu[s] dans la première gorge, Mainardus, Iimerius, Hilocb (ertu) s dans la seconde gorge et, sur le plat de la table, Ar..., Dol..., ... ni, Beata, Grub..., Gunbaldus, Gran..., Gribald (us), Salcus, ... rghi, Benifredus (sur deux lignes), Martius, Ilaria et Berengarius (sur deux lignes, collé au précédent). Au centre, de part et d’autre de la base de la croix, apparaissent quelques lettres appartenant à deux autres noms, Gu...du(s) et Bern... in... Par rapport à d’autres tables contemporaines, comme celle de Minerve dans l’Hérault ou de Vagnas en Ardèche, les noms présents sur l’autel de Vouneuil sont peu nombreux et aucun d’entre eux n’en recoupe un autre. L’usure de la pierre en a vraisemblablement fait disparaître un certain nombre et on ne peut exclure l’éventualité d’autres inscriptions nominales à l’encre venant compléter l’ensemble graffité, comme c’est le cas pour l’autel carolingien découvert à Reichenau-Niederzell sur le lac de Constance (Geuenich, Neumullers-Klauser, Schmid, 1983). Cependant, nous ne connaîtrons jamais la proportion des inscriptions disparues.

Fig. 8 – La table d’autel de Vouneuil, détails des graffiti (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 8 – La table d’autel de Vouneuil, détails des graffiti (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
  • 21  Recherche facilitée par le fichier manuscrit des noms de personnes issu du dépouillement des cartu (...)

47Parmi les noms conservés, celui de Gunbaldus apparaît à deux reprises, mais il est difficile de dire – s’il s’agit du même individu – que c’est un nom très courant à l’époque. On remarque deux noms de femmes (Beata et Ilaria) et celui d’au moins un prêtre, nommé Lanb (ertus), associé à des noms masculins sans qualificatifs qui peuvent appartenir à des laïcs. Une telle association n’a rien d’exceptionnel ; elle rappelle la pratique des inscriptions nécrologiques dans les libri vitae des confraternités de prières constituées, à l’époque carolingienne, par les grands monastères de l’empire, notamment, en Poitou, celui de Charroux (mentionné dans le livre nécrologique de Reichenau). La recherche dans les documents diplomatiques de la région n’a malheureusement pas permis d’identifier précisément les personnages cités à Vouneuil21, soit parce qu’ils n’y apparaissent pas, soit parce que leur nom est trop commun.

48La paléographie des inscriptions n’apporte guère d’indications chronologiques. Tous les noms sont en effet gravés en capitales romaines, de manière parfois malhabile en raison de la dureté du marbre que la pointe a eu du mal à entailler. Quelques D onciaux (Mainardus et Dodolus), un C carré (Aimericus), un S en forme de Z (presbiter) et un G en forme de 2 (Berengarius) sont les seules exceptions à cette écriture capitale, mais elles ne sont pas assez significatives pour permettre de dater précisément l’écriture. L’absence de lettres typiquement mérovingiennes pourrait laisser supposer, avec prudence toutefois, que ces noms ont été gravés au ixe ou xe s.

  • 22  Inventaire dressé dans Alavedra, 1979.
  • 23  Inventaire provisoire dans Treffort, 2004.

49Cette datation est confortée par sa coïncidence avec les autres exemples connus et avec le développement de la commémoration des morts et des vivants au canon de la messe. En effet, au moment du Memento, le prêtre recommande à Dieu tous ceux dont les noms sont inscrits sur les diptyques ou le livre nécrologique déposé sur l’autel. Les inscriptions nominales portées directement sur la table relèvent de la même logique, associant les fidèles concernés à l’ensemble des cérémonies eucharistiques célébrées à cet endroit. Une telle pratique n’est pas propre à Vouneuil. Elle est bien connue en Catalogne, où la plupart des autels conservés datant du haut Moyen Âge portent de semblables graffiti22. Dans le sud de la France, de la Provence au Roussillon, on compte également une vingtaine d’autels conservés sur lesquels on peut lire des noms inscrits à l’époque carolingienne et quelques-uns un peu plus tardifs23. Les cas sont plus rares lorsqu’on remonte vers le nord, mais la table de Reichenau-Niederzell, déjà citée, ou celle du Ham conservée à Valognes dans le Calvados (Tardif, 1904) prouvent qu’il ne s’agit pas d’une pratique exclusivement méridionale.

  • 24  Sur l’épigraphie médiévale à Saint-Savin, voir Favreau, 1976.

50Dans le Poitou, l’autel de Vouneuil est le seul qui soit conservé en totalité. Il faut cependant signaler un fragment de toute première importance, puisqu’il provient de Saint-Savin-sur-Gartempe dans la Vienne. Moins connu que les autels romans inscrits encore conservés dans la célèbre abbatiale, il s’agit de l’angle d’un autel tabulaire dont les côtés droits mesurent respectivement 16 et 20 cm, conservé comme l’autel de Vouneuil au baptistère Saint-Jean de Poitiers, dans la collection lapidaire de la Société des antiquaires de l’Ouest. La surface conservée, nécessairement réduite, ne porte pas moins de neuf noms incisés, sans compter les lettres éparses indéchiffrables. Gravées en majuscules romaines, ces inscriptions, tout comme celles de Vouneuil, sont difficilement datables par la paléographie. On peut toutefois supposer qu’elles ne sont pas antérieures à la fondation de l’abbaye, à la fin du viiie s. ou au début du ixe s. Elles pourraient être liées au passage de Benoît d’Aniane, qui dut contribuer à développer les pratiques commémoratives carolingiennes à Saint-Savin, référence de l’excellence bénédictine pour toute la région aux ixe et xe s.24 Un dernier fragment d’autel ancien, provenant de Saint-Hilaire-Entre-les-Églises à Poitiers et conservé au musée Sainte-Croix, porte également le début d’un mot (+ Rad...) inscrit en capitales romaines. Toutefois, l’emplacement de l’inscription – sur l’un des rebords, tout près de l’angle et d’un autre côté orné d’entrelacs – ainsi que la qualité de la gravure, beaucoup plus « officielle » que les graffiti de Saint-Savin ou de Vouneuil, laissent supposer qu’il s’agit plutôt du début d’un texte dédicatoire.

  • 25  Références précises dans Treffort, 2004.

51Parmi les tables conservées sur lesquelles on trouve des inscriptions nominales gravées ou graffitées, plusieurs sont tardives (xie s.) et appartiennent à des établissements monastiques parfois importants, comme Arles-sur-Tech ou Saint-Michel-de-Cuxa dans les Pyrénées-Orientales25 ou encore Sainte-Marie de Quarante dans l’Hérault. De même, les autels romans conservés dans l’abbatiale de Saint-Savin-sur-Gartempe, dans la Vienne, portent conjointement des inscriptions dédicatoires et des noms de fidèles gravés de manière moins soignée. Pour l’époque carolingienne, le statut des églises d’où proviennent les autels à graffiti est plus difficile à déterminer quand il s’agit souvent d’établissements disparus. Plusieurs d’entre eux sont assurément des communautés monastiques, parmi lesquelles Reichenau est sans doute la plus importante. On peut également citer Moissac, Saint-Savin, Le Ham dans le Calvados ou le site du Monastier à Vagnas en Ardèche. En l’absence d’informations complémentaires concernant les autres lieux dans lesquels ont été trouvées des tables d’autel à graffiti, il est difficile de systématiser une telle observation.

  • 26  Saint-Cyprien, p. 51, charte no 52 (990-996) et p. 56, charte no 64 (1069 ?) : Vocatur autem (jam) (...)

52Existait-il à Vouneuil, à l’époque carolingienne ou même avant, une petite communauté de clercs desservant l’église Saint-Pierre ? Le mutisme des sources poitevines à ce propos pourrait suggérer qu’il n’en est rien. Cependant, l’abbaye de Ligugé non plus n’apparaît pas dans la documentation manuscrite connue entre la fin du viie s. et le xe s., alors que l’on y conserve la pierre tombale d’un abbé de la fin du viiie s., constructeur d’une basilique Saint-Martin, prouvant la continuité de la vie monastique sur le site entre sa fondation et sa transformation en prieuré (Treffort, à paraître). En outre, le silence documentaire concernant Vouneuil ne porte pas seulement sur la nature du site, mais sur son existence même avant le xe s., malgré l’importance indéniable de l’édifice religieux qu’ornaient les stucs peints et inscrits découverts lors des fouilles de l’église. Un indice du statut particulier du lieu à l’époque carolingienne ou antérieure pourrait toutefois être contenu dans l’expression assez inhabituelle utilisée par deux fois pour désigner cette église lors de sa donation à Saint-Cyprien de Poitiers par le comte : ecclesia vel locus26. Que veut dire ce mot de locus, associé à ecclesia ? Désigne-t-il ici, comme dans la tradition ancienne, un monastère ? Sert-il à préciser le mot d’ecclesia ou au contraire à lui donner un sens plus général ? La question restera sans doute longtemps ouverte.

53En tout cas, la table d’autel, porteuse d’une partie de la mémoire de la communauté chrétienne du lieu, où elle fut primitivement utilisée, n’a vraisemblablement pas été transportée depuis un autre endroit pour orner l’autel secondaire de la petite église priorale de Vouneuil. Elle a toujours été présente en ce lieu, peut-être même dès l’origine, au moment où s’élevait de terre l’édifice orné des grands personnages en stuc sous leurs arcades. Sa facture ancienne, son noble matériau, ses graffiti usés, mais toujours présents, furent pendant près d’un millénaire devant les yeux des fidèles qui venaient se recueillir et prier dans cette église, unique vestige visible d’un passé prestigieux désormais enfoui dans les entrailles de la terre.

LES GRAFFITI DE LA CHAPELLE DU PRIEURÉ

54B. Palazzo-Bertholon

55La chapelle du prieuré conserve un certain nombre de graffiti qui sont actuellement regroupés dans l’assemblage de la porte d’entrée de l’ancienne église, restée en place avec le mur de façade après la démolition de la nef en 1872, pour servir de clôture au petit jardin aménagé à cet emplacement jusqu’en 1979. Comme le rapporte M.-R. Sire, la porte a été ensuite déplacée et plaquée contre le mur, à gauche de l’entrée de la chapelle, mais l’exposition des graffiti aux intempéries présente des risques pour leur conservation à moyen terme. Aussi, avons-nous souhaité documenter ces graffiti, à défaut d’en faire l’étude exhaustive. Pour cela, une campagne de photographie a été menée par le musée Sainte-Croix de Poitiers (Chr. Vignaud) et des relevés sur calques ont été réalisés en complément. La plupart des graffiti sont conservés sur les jambages et le cintre de la porte, mais l’un d’eux provient d’une pierre de taille trouvée durant les fouilles dirigées par M.-R. Sire entre 1984 et 1986. Parmi ces gravures, différentes catégories de représentation apparaissent :

  • le relevé no 1 présente un clocher placé sur une pierre d’angle remployée dans la porte, dans le sens vertical de lecture (pl. 23a et 24). Sur cette représentation, on peut distinguer trois registres superposés et la flèche au-dessus. Le registre inférieur est orné de chevrons, le registre médian conserve une baie et probablement une cloche au centre, tandis que le registre supérieur conserve deux baies ornées d’un quadrillage (claies de bois ou verrière ?) ;

  • le relevé no 10 présente un second clocher gravé sur une pierre de taille trouvée en fouille et conservée dans la crypte archéologique (pl. 24). La base du clocher est divisée en deux registres qui conservent chacun quatre baies cintrées. Une première toiture fait la liaison de la partie basse avec la partie haute plus étroite. Deux registres composent à nouveau la partie haute avec deux baies chacune. Deux incisions circulaires sont placées au centre de chaque registre : elles pourraient figurer les cloches. La toiture du clocher est surmontée d’une flèche ;

  • le relevé no 3 présente un troisième clocher gravé sur un module également remployé dans la porte, mais dans le sens horizontal, ce qui témoigne du remploi de cette pierre (pl. 24). Le clocher est ici divisé en trois registres superposés. Une baie est peut-être figurée dans le registre médian et les motifs des registres inférieur et supérieur peuvent correspondre à des cloches ou à des baies, mais la mauvaise conservation des incisions en limite l’interprétation. En substance, les trois clochers ont une morphologie plutôt semblable. Aussi, correspondent-ils très probablement à un modèle que les « graveurs » avaient sous les yeux, c’est-à-dire à l’ancien clocher de la chapelle du prieuré. Il est difficile cependant de préciser de quelle époque, car nous disposons de trop peu de documentation sur les églises anciennes établies sur le site ;

    • 27  Cette hypothèse paraît plausible dans la mesure où l’on sait qu’un moulin à eau tardif était impla (...)

    le relevé no 8 provient d’une pierre remployée dans la porte, mais dans le sens inverse du dessin (à l’envers), ce qui témoigne de son remploi. Les signes gravés sont nombreux et superposés, avec sur la partie droite (dans le sens rétabli de réalisation) une série de croix et de creux circulaires (pl. 24) et des motifs profanes difficiles à interpréter, parmi lesquels probablement deux roues de moulin (non reproduits)27 ;

  • le relevé no 7 provient d’une pierre qui conserve de nombreux tracés gravés superposés, parmi lesquels on distingue trois croix de morphologie différente, associées pour deux d’entre elles à des creux circulaires incisés plus profondément (pl. 23b et 24). La pierre est située à la première assise du jambage de la porte, ce qui ne permet pas de réaliser les gravures à ce niveau : aussi est-elle remployée et devait être placée plus haut sur le mur d’origine.

56Les croix conservées présentent une certaine diversité typologique. La plus ancienne pourrait être la croix pattée de type mérovingien (relevé no 8). Les autres modèles pourraient être postérieurs, sans qu’une datation plus précise ne puisse être avancée sur la base de ces informations.

  • 28  Cette interprétation est basée sur l’étude de Ch. Montenat et M.-L. Guiho-Montenat (2002). Voir ég (...)

57En ce qui concerne les séries de creux circulaires pratiqués dans la pierre et associés au motif de la croix, il pourrait s’agir de perles de chapelet ou de comptage de prières28. Certaines « perles » sont intégrées au motif de la croix (relevé no 7) tandis que d’autres semblent être autonomes (relevé no 8 en partie basse) ;

  • le relevé no 5 correspond à un fragment de pierre, qui présente deux cercles gravés côte à côte. Celui de gauche est divisé en quatre quartiers égaux et conserve d’autres tracés à l’intérieur. En l’absence de contexte, ces gravures sont délicates à interpréter ;

  • le relevé no 6 correspond à une pierre gravée de nombreuses incisions, qui semblent représenter un cerf (?). La pierre est posée sur lie, tandis que la figure a été réalisée sur la verticale : dans ce cas également, la pierre a été remployée dans un sens différent de l’origine ;

  • le relevé no 9 est un essai au compas, réalisé en deux exemplaires superposés sur un claveau de la porte. Une inscription fragmentaire (illisible) est gravée par-dessus. Ce claveau semble avoir été taillé pour cette porte et la gravure réalisée après la mise en place du cintre (à hauteur d’homme) ;

  • le relevé no 2 est également un claveau gravé probablement dans sa position actuelle, comme le précédent. Il s’agit d’un rectangle contenant deux groupes de traits gravés dont l’interprétation serait hasardeuse ;

  • le relevé no 4 illustre un fragment de pierre sculptée correspondant à l’extrémité du bras d’une croix pattée, qui pourrait provenir du mobilier liturgique de l’église mérovingienne. Elle est ornée de chevrons et d’une cavité qui a pu recevoir une incrustation.

  • 29  Voir D. Simon-Hiernard, notice no 65 « dalle à décor gravé », in Sapin, 2004, p. 99.

58La porte de la dernière église connue sur le site remploie des pierres qui conservent des graffiti anciens, probablement mérovingiens pour certains – la croix pattée incisée en surface et le fragment de croix pattée sculptée. Cela signifie que certaines de ces pierres proviennent de l’église du haut Moyen Âge et réutilisées dans un bâtiment postérieur. Une autre pierre ornée de deux croix gravées, provenant du prieuré et conservée au musée Sainte-Croix de Poitiers, appartient au même contexte que les éléments présentés ici29.

59L’interprétation des incisions est parfois délicate en raison de l’usure de la surface des pierres, mais nous pouvons néanmoins dégager deux types de représentations : les unes religieuses et les autres profanes. Dans la première catégorie, les croix et les perles de chapelet incisées correspondent de toute évidence à une pratique liée au caractère religieux du lieu : on venait ici graver dans la pierre ses intentions de prière. Dans la seconde catégorie, nous pouvons classer les représentations de clocher, ainsi que toutes les autres gravures répertoriées ci-dessus.

HISTORIQUE DE LA DÉCOUVERTE DES STUCS ET ÉTUDE ARCHÉOLOGIQUE DU SITE

60Marie-Reine Sire

61Michel Aucher

62Rien ne laissait supposer une origine du haut Moyen Âge lorsque le conseil municipal décida, en 1983, de restaurer la chapelle. Ses ouvertures d’origine étaient bouchées et son décor dans le style de la fin du xixe s. Ce sont les travaux de décrépissage qui révélèrent les peintures cachées sous plusieurs couches d’enduit et de badigeon. La découverte de peintures médiévales s’ajoutant à celle de l’autel mérovingien augurait de la présence possible d’un édifice de qualité.

PRÉSENTATION DES CAMPAGNES ARCHÉOLOGIQUES

  • 30  Autorisation de sauvetage no 4 du 15 janvier au 1er avril 1984, M.-R. Sire et M. Aucher, Rapport d (...)
  • 31  Prolongation du 1er avril au 30 juin 1984.

63– 1984 : une autorisation de sauvetage est accordée pour pratiquer un sondage30 dans la chapelle, à l’emplacement de l’autel. Ce sondage fait apparaître, à 40 cm de profondeur, un pan de mur d’une abside bordant un sol de béton avec quelques tesselles de mosaïque. De plus, les fosses pratiquées lors des inhumations ont fait remonter des éléments de décors peints sur stuc, des marbres et des fragments de sculpture. En raison de la richesse du mobilier et de l’exiguïté de la fouille, la municipalité et la Direction des Antiquités consentent une extension des fouilles sur l’ensemble de la chapelle – chœur de l’ancienne église31. Par sécurité et manque d’éclairage, des secteurs restent non fouillés devant la porte et derrière l’abside.

  • 32  Autorisation de sauvetage programmé no 7080 du 1er avril au 15 novembre 1985, M.-R. Sire et M. Auc (...)

64– 1985 : l’aspect fragmentaire du décor de stucs et leur intérêt incitent à poursuivre la fouille dans l’espoir de découvrir les parties manquantes. Le sauvetage programmé s’effectue sur une surface de 4 mx4,70 m et 3 m de profondeur, au centre de la nef jusqu’au rocher32.

  • 33  Autorisation de sauvetage no 19 du 16 avril au 16 mai 1986, M.-R. Sire et M. Aucher, Rapport de fo (...)

65– 1986 : pour compléter le plan des vestiges, un sondage de contrôle s’avère indispensable à l’emplacement du tas de déblais33. Il permet de vérifier la symétrie de l’architecture et de fouiller cinq sépultures, dont une en caisson (sép. 20), contenant du matériel du xive s..

DESCRIPTION ET INTERPRÉTATION DES DIFFÉRENTES PHASES

Les constructions antiques

Premier état

Architecture et mode de construction

66L’exiguïté de la fouille ne permet pas d’apprécier la surface occupée par ces premières constructions (fig. 9 à 13). Il ne subsiste que deux murs parallèles orientés nord-sud. D’une largeur de 0,70 m au niveau des fondations, ils délimitent un espace large de 1,80 m. La fondation du mur M 001b est constituée de silex et de pierres plates non taillées en calcaire, liées au mortier reposant sur le substrat rocheux. Le mur M 001 présente un appareil de petits moellons en calcaire local, liés au mortier de chaux beige rosé contenant du gros sable. Un petit dépotoir a été fouillé au contact du mur M 001b, côté ouest.

Fig. 9 – Angle des murs M. 003 et M. 004 (cliché M.-R. Sire).

Fig. 9 – Angle des murs M. 003 et M. 004 (cliché M.-R. Sire).

67Aucun sol construit lié à cette occupation n’a été repéré, seul un remblai d’argile a pu en faire office. Son altitude est à 3 m en dessous du niveau 0 de référence du site. La couche de tegulae dans la couche de démolition atteste la présence d’une couverture de tegulae et d’imbrices.

Fig. 10 – Mur M. 003, détail (cliché M.-R. Sire).

Fig. 10 – Mur M. 003, détail (cliché M.-R. Sire).
Interprétation et datation

68Le mur M 001 semble être la limite est de l’habitat au moment de sa création, sans que l’on puisse définir l’usage de l’espace qu’il borde. Sa forme et la totalité de sa surface n’ont pu être reconnues. La fouille a mis en évidence l’absence de tranchée de fondation, ce qui suggère que la fondation a été conçue comme une élévation et que les remblais ont été rapportés postérieurement, ou bien que les murs ont été construits en tranchées étroites.

69Le petit dépotoir au contact du mur M 001b a permis de dater la construction. Son mobilier se compose uniquement de céramiques communes résiduelles, avec des décors ondés et peignés poursuivant les traditions locales du second âge du Fer (Sire, Aucher, 1989, fig. 13), des vases ovoïdes possédant de petites lèvres rondes saillantes datées de la dernière décennie précédant notre ère dans les ateliers de Saintes (Santrot, Santrot, 1979), des fonds plats et la pâte savonneuse. Les échanges commerciaux n’ont pas encore pénétré l’arrière-pays comme en témoigne l’absence de céramique et de matériaux d’importation. En revanche, les techniques de maçonnerie et de toiture sont typiquement romaines. Ces considérations plaident en faveur d’une datation haute : fin de l’indépendance gauloise et début de l’occupation romaine (époque augustéenne).

Fig. 11 – Ensemble de maçonneries des états antiques, dont le mur M. 004 rehaussé (cliché M.-R. Sire).

Fig. 11 – Ensemble de maçonneries des états antiques, dont le mur M. 004 rehaussé (cliché M.-R. Sire).

Fig. 12 – Plan de l’état antique (phases romaines 1 à 4), par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 12 – Plan de l’état antique (phases romaines 1 à 4), par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 13 – Planche de céramiques (ier-ve s.) trouvées dans les niveaux intérieurs remaniés au haut Moyen Âge (dessin M.-R. Sire).

Fig. 13 – Planche de céramiques (ier-ve s.) trouvées dans les niveaux intérieurs remaniés au haut Moyen Âge (dessin M.-R. Sire).

Deuxième état

Architecture et mode de construction

70Le second état fait suite à une phase de démolition du mur M 001b et de remblaiement avec les matériaux de démolition de la toiture – tegulae, imbrices et mortier blanc de faîtage –, qui scellent les niveaux augustéens entre les deux murs (fig. 12). Le mur M 001 ne subit aucune altération.

71Les murs M 002, M 003 et M 002b forment un parallélogramme proche du rectangle encadrant l’aire A 21. Le mur M 002 repose sur le substrat en pente et sur l’argile dans sa partie est. D’une largeur de 0,55 m, il est constitué de moellons équarris non calibrés en calcaire local. Il se dresse en assises régulières, liées au mortier de chaux, beige rosé, semblable à celui de l’habitat précédent. Dans sa partie supérieure, il se termine par une assise plane, hormis dans l’angle avec le mur M 003 qui présente des arrachements. Une banquette maçonnée (1 m de largeur) borde le mur M 002 au sud sur toute sa longueur. D’une largeur de 0,52 m, le mur M 002b se termine horizontalement au même niveau que le mur M 002. Il n’a pas de banquette. Il a reçu, côté sud, un enduit mural – sur presque toute sa longueur – s’arrêtant à 0,60 m de l’angle.

72Le mur M 003 a des fondations de 0,70 m de largeur et de 0,60 m de hauteur, reposant sur la couche de démolition de l’habitat précédent. Après un ressaut de 10 cm à l’ouest et 5 cm à l’est, il continue à diminuer en largeur, insensiblement, pour atteindre 0,50 m de largeur à 1,60 m de hauteur. Son mode de construction est identique aux murs précédents avec lesquels il se liaisonne dans l’épaisseur de la maçonnerie, sans atteindre la perfection dans les angles intérieurs. Avec le mur M 001, il peut délimiter un espace ou galerie de 2,70 m de largeur, mais qui ne reste connu que sur sa face orientale.

Interprétation et datation

73L’étude de ces vestiges amène à considérer cet ensemble comme un espace de circulation couvert autour d’un jardin ou d’un atrium, c’est-à-dire d’un péristyle sur deux ou trois faces avec le côté est fermé pour affronter les pluies et le vent d’ouest. Ses proportions sont limitées en raison de la proximité de l’escarpement rocheux à l’ouest et de la zone inondable à l’est. On peut penser que la villa s’était organisée dès sa création autour de l’aire centrale A 21 reconnue comme un espace ouvert. Au regard de la coupe stratigraphique, il apparaît évident que cette aire a toujours eu la vocation de jardin. La couche de terre ne résulte pas d’un apport occasionnel, mais de l’utilisation progressive de cet espace comme dépotoir recevant tous les déchets de cuisine avec une continuité dans le temps seulement interrompue par les démolitions de l’Antiquité tardive.

74Dans la galerie, le niveau de circulation pouvait être assimilé avec la petite couche de chaux, posée sur le remblai d’argile, au niveau du ressaut du mur M 003. On peut penser qu’elle constituait l’assise d’un dallage de pierre. Dans cette hypothèse, la banquette devant le mur M 002 a pu servir de base à un emmarchement ou a eu fonction de stylobate.

75Diverses observations permettent de proposer une datation pour l’édification de cette villa. Tout d’abord, l’adoption du plan romain de la villa ouvrant sur un jardin intérieur : c’est la symbiose du mode de vie méditerranéen et d’une population ouverte aux idées nouvelles. La romanité étant bien installée dans la première moitié du ier s. de notre ère, ce schéma de construction reprend une orientation courante en territoire picton. La « Villa des Cassons » (Sire, Aucher, 1984), à 2 km du site, en est une illustration parfaite et leurs galeries ont la même largeur, quoique celle de Vouneuil soit de dimensions plus modestes en raison de la configuration du terrain limitée par le rocher à l’ouest et le lit de la Boivre inondable à l’est. Un second trait commun est la présence d’un balnéaire orné de stucs. En effet, quelques années après cette fouille, des travaux effectués dans une propriété à 20 m vers le nord ont révélé la présence de stucs antiques utilisés en guise de remblai. Cela peut conforter l’importance de la villa où l’on a judicieusement exploité la source jaillissante au pied de la paroi rocheuse. On peut faire un parallèle avec la situation antique du site d’Escolives (Yonne), dont on connaît mieux le plan et le développement (Laurent, in Delor, 2002, p. 345-358).

76D’autre part, le mobilier résiduel contenu dans la terre du jardin, mélangé aux cendres et déchets de cuisine, indique une occupation au Haut-Empire à partir du milieu du ier s. La céramique est constituée de plusieurs types : sigillée formes Drag. 11 (la plus ancienne), Drag. 29, Drag. 19, Drag. 17, Drag. 18, Drag. 27 ; céramiques à glaçure plombifère ; céramiques à parois fines et engobe métallescent ; amphores formes Pascual 1 et Dressel 7-1 ; mais également de céramiques du iie siècle (céramiques sigillées formes Drag. 18/31, Drag. 46).

Troisième état : agrandissement

Architecture et mode de construction

77Cette phase d’agrandissement s’est cantonnée au secteur à l’est du mur M 001 et ne se raccorde pas de manière strictement perpendiculaire aux structures anciennes (fig. 12).

78Les murs M 005, M 006, M 007 délimitent le côté nord de la salle 51 et se rattachent presque perpendiculairement au mur M 1. D’une largeur de 0,55 m, construits en moellons de calcaire local non calibrés, liés par un mortier de chaux blanc, ils sont accolés les uns aux autres sans liaison interne. Le sol de béton blanc de la salle 51 prend son assise sur un radier de 0,30 m d’épaisseur composé successivement d’une couche de petites pierres, d’une couche de chaux rouge et d’une couche de pierres. Son altitude atteint 2,35 m en dessous du niveau 0 de référence. L’aire 52 n’a pas de sol construit, mais uniquement de la terre contenant de la céramique résiduelle.

Interprétation

79Le plan initial de l’ensemble interprété comme celui d’une villa ne semble pas (pour ce que l’on en connaît) subir de modifications majeures. On remarque une simple extension vers l’est, qui n’apparaît pas dans son intégralité en raison de la présence des monuments postérieurs limitant la fouille. Aucun élément de datation n’a été découvert.

Quatrième état : transformation de l’extension

Architecture et mode de construction

80Au cours de cette phase de restructuration, les murs M 005, M 006, M 007 sont arasés. La nouvelle construction, dont on ne connaît que l’angle des murs M 008 et M 009, est accolée à l’ancien mur M 006 et repose directement sur le sol de béton blanc A 51. Elle possède des parements en petit appareil de moellons calcaires, disposés en assises et liés au mortier de chaux. La jonction des murs M 008 et M 009 est parfaitement liaisonnée. Le mur M 008, d’une largeur finale de 0,45 m, a des fondations de 0,80 m avec un ressaut de chaque côté. Le mur M 009, d’une largeur finale de 0,55 m, a des fondations de 0,95 m avec un large ressaut côté nord. Un massif de maçonnerie appareillée (M 010), réalisé avec un parement en appareil allongé (0,25 m) de moellons calcaires, liés au mortier fin de chaux beige, s’appuie sur le côté est du mur M 001. Ses fondations sont creusées à travers des couches de terre plus anciennes.

Interprétation
  • 34  Le mobilier significatif se compose d’un fond d’assiette guillochée en imitation de céramique sigi (...)
  • 35  Monnaies identifiées sous les nos 4 et 5 (Annexe A).
  • 36  Monnaie identifiée sous le no 1 (Annexe A).

81Cette phase de réaménagement ponctuel n’affecte ni le péristyle ni la galerie. Un sondage au pied du massif de maçonnerie 10 a permis de situer cette transformation à la fin du iie s.34 Au contact immédiat du sol de la salle 51, un dépotoir de débris alimentaires contenait deux monnaies du Bas-Empire35 et une monnaie de Constantin isolée du dépotoir36.

82Elles fixent un terminus post quem pour l’occupation antique de la villa.

Cinquième état : aménagements de l’Antiquité tardive

Architecture et mode de construction

83L’édification du mur M 033 reprend M 003 dans son épaisseur en le surélevant (fig. 14). Il se prolonge sur une longueur inconnue avec un soubassement établi sur des remblais. Une sépulture (sép. 20) a détruit son prolongement sud. La partie reprise du mur M 033 est construite en appareil de moellons équarris, disposés en assises et noyés dans un mortier de chaux jaune. Ses joints de mortier sont soigneusement marqués au fer côté est.

84L’édification des murs M 004 et M 004bis (0,50 m de largeur et 0,55 m pour les fondations) a nécessité une tranchée de fondation dans les remblais antérieurs jusqu’au rocher. Ils possèdent des parements en petit appareil régulier (9 cmx12 cm) en calcaire fin, lié avec un mortier de chaux rose. Les pierres sont soulignées de joints au fer très soignés, uniquement du côté nord pour M 004 et du côté sud pour M 004bis. Ils joignent le mur M 033 par accolement.

Fig. 14 – Plan de l’état tardo-antique, par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 14 – Plan de l’état tardo-antique, par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).

85Un sol d’occupation de béton blanc subsiste ponctuellement dans les salles A 53, A 54 et A 55, à 1,80 m en dessous du niveau 0 de référence du site.

Interprétation

86L’aire 22, interprétée comme une galerie de circulation dans les états 2, 3 et 4, se trouve compartimentée par les murs M 004 et M 004bis. Il en résulte une construction comportant cinq salles. La décision de réaménagement, qui modifie l’esprit du plan initial – ouverture et circulation autour d’un espace central ou jardin –, peut être perçue, selon toute vraisemblance, comme un changement important dans l’usage du bâtiment.

Sixième état : occupation

87Après destruction partielle des murs M 008 et M 009, leurs substructions et le sol de béton A 51 disparaissent peu à peu sous un apport de sédiment contenant quelques tessons résiduels de céramique sur 30 cm d’épaisseur.

  • 37  Déchets de cuisine (huîtres, moules, os de porc et de bœuf) et ossements d’une tête de chien compl (...)
  • 38  Céramiques modelées à la tournette, non tournées, à cuisson réductrice.

88À cet apport sédimentaire, une occupation de carence ajoute des cendres, des déchets de cuisine37 et des fragments de poteries grossières38. Un foyer, situé au sud du mur M 009, étale ses pierres rubéfiées et ses charbons de bois sur le mur détruit, la couche de cendres atteignant 25 cm. La datation au14C indique 650 ± 60 ans. Cet état d’occupation a été interprété à l’époque de la fouille comme un état de « carence ».

89L’épaisseur totale de ce remblai est de 0,60 m au nord du mur M 009 et de 0,55 m au sud. Le périmètre couvert par cette occupation n’a pu être apprécié en raison de l’exiguïté de la fouille.

Les constructions médiévales

Septième état : édifice du haut Moyen Âge

Architecture et mode de construction

90Après une phase de démolition de la partie haute des constructions antiques et post-antiques, un édifice à vocation religieuse s’impose pour une longue durée (fig. 15). On remarque que la reprise du mur M 044 repose sur les murs M 004 et M 002, avec une orientation légèrement différente afin de rectifier le faux équerrage des constructions antérieures.

91Une abside polygonale à 7 pans est édifiée dans le secteur est de la villa. Elle s’appuie sur le mur M 001 et le massif de maçonnerie appareillée M 010, puis nécessite la surélévation de M 001 (qui devint M 011) pour garder un niveau horizontal à l’ensemble monumental. Tous les murs de cette construction nouvelle utilisent la technique à joints beurrés – mortier débordant largement sur les pierres. Après élévation des murs, il est nécessaire de remblayer les salles A 53, A 54, A 56 sur 0,70 m et l’intérieur de l’abside sur une hauteur de 1,45 m.

92Pour ce remblai de nivellement à l’intérieur de l’abside, on remarque au niveau du ressaut de fondation de l’abside une mince couche de chaux de construction (2 à 5 cm d’épaisseur), qui scelle de manière nette l’occupation de « carence ». De bas en haut, on a pu observer quatre couches différentes, ni tassées, ni aplanies, de compositions diverses :

  • une couche de terre mélangée à des cendres et des matériaux de démolition des murs (moellons), de la toiture (tegulae et imbrices) et du chauffage de la villa (conduit de fumée) sur une épaisseur variant de 30 à 50 cm ;

  • une couche d’éléments de démolition du décor d’un monument du haut Moyen Âge (stucs, enduits peints, inscriptions) et de leur support, mortier rose, pierres de taille mélangées à des fragments de mobilier cultuel (étudiés ci-après), sur une épaisseur variant de 45 à 65 cm. Comme on le verra dans l’analyse (infra, p. 45) et dans la nouvelle interprétation du site, ces remblais mélangés de mobiliers antiques et du haut Moyen Âge ne peuvent être que rapportés dans le lieu ;

  • une couche de terre noire cendreuse, sans matériel, d’une épaisseur de 10 à 30 cm ;

  • une couche de chaux jaune et de sable, sur 15 à 30 cm, assurant le nivellement final.

93Le sol de l’abside (altitude -0,27 m du niveau 0) est constitué d’une mosaïque à décor géométrique (voir infra, p. 40-41) qui a été gravement endommagée par le creusement des tombes aux xviie et xviiie s. Son mortier, peu solide, repose sur la couche de chaux jaune et de sable. À leur place d’origine, il ne reste plus qu’une ligne de tesselles noires à 0,80 m du mur du fond et un motif à décor géométrique dans l’angle sud-ouest.

94Dans la nef, un sol lisse (altitude -0,90 m du niveau 0) apparaît entre les fosses des sépultures du bas Moyen Âge. Son mortier de chaux incluant des fragments de calcaire et de terre cuite donne un aspect rose à l’ensemble. Il repose sur un remblai de plusieurs couches alternant la chaux de démolition et la terre plus ou moins cendreuse. Contrairement à celui de l’abside, il ne contient aucun mobilier du haut Moyen Âge, seulement quelques tessons gallo-romains résiduels.

Fig. 15 – Plan de l’état des structures au haut Moyen Âge, par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 15 – Plan de l’état des structures au haut Moyen Âge, par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).
Premières interprétations et datations

95Le plan singulier de cet édifice a deux interprétations possibles : plan basilical à nef unique avec abside polygonale et annexe du culte au sud ou plan à nef unique avec clôture, créant un espace réservé. En effet, le mur M 033, arasé au niveau du sol, devait être en élévation à cette époque puisque le béton rose ne le recouvrait pas. Il faut noter la différence de niveaux (0,63 m) entre celui de la mosaïque de l’abside et celui du sol de béton rose du reste de l’édifice.

96Un segment de l’abside est au contact du foyer d’une occupation supposée de « carence » daté au14C de 650 ± 60 ans, ce qui indiquerait un terminus ante quem au viie s. (voir infra, p. 45).

Fig. 16 – Plan des états d’occupation de la partie fouillée de l’église (xive-xviiie s.), par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 16 – Plan des états d’occupation de la partie fouillée de l’église (xive-xviiie s.), par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).

Huitième état : construction de l’église du bas Moyen Âge (xive siècle)

Architecture

97Après l’arasement de toutes les constructions antérieures au niveau des sols, l’église a été édifiée selon un plan basilical à nef unique (fig. 16). Le passage entre le chœur rectangulaire voûté et la nef s’effectue par un arc ogival. Les murs (larges de 0,70 m dans la nef et 1 m environ dans le chœur) sont constitués de grands blocs appareillés, noyés dans la maçonnerie. Les fondations reposent sur les vestiges des diverses époques étudiés ci-dessus. Deux portes latérales communiquaient avec le presbytère.

Le décor mural
  • 39  Hypothèse proposée par M.-Th. Camus.

98Au mur du chevet, on peut encore voir les fresques du xive s. On y reconnaît, à gauche de la baie gothique, la « lapidation de saint Étienne » : le saint, habillé de bleu, un nimbe orangé autour de la tête, se tient accroupi. Il est encadré par deux personnages debout, vêtus de brun. Celui de gauche porte des pierres dans son tablier relevé et sa main droite levée s’apprête à jeter une pierre39. À droite de la baie, les dégradations provoquées par les repiquages rendent la scène difficilement identifiable : trois personnages dont un assis. Les croix de consécration sont visibles sur les murs nord et sud.

Les aménagements muraux

99La niche, dans le chevet à gauche de l’autel, a une vocation cultuelle. Dans le mur sud du chœur, des niches géminées en pierre de taille abritent la piscine liturgique et les burettes. Dans le mur sud de la nef, une petite niche existe encore.

Les aménagements au sol

100Le carrelage du chœur est constitué de carreaux de terre cuite (11 cm de côté) sur mortier de chaux ; il subsiste derrière l’autel, dans les angles sud-ouest et nord-est. Dans l’angle sud-est, il n’y a plus que son empreinte dans le mortier de pose. Il ne reste aucune trace de ce dallage dans la nef en raison des nombreuses inhumations qui y ont été pratiquées. À gauche de l’autel, une surface lisse de mortier de chaux a dû porter une dalle de pierre (de 0,70 m sur 1,90 m) que l’on ne peut appeler « funéraire » en l’absence d’inhumation sous-jacente.

101Le long du mur nord, des pierres et du mortier font supposer l’existence de stalles ou d’un banc. En face, devant le mur sud, une grosse pierre a servi de socle.

102De l’autel, il ne subsiste qu’un massif bétonné (1,90 m de longueur sur 1 m de largeur) adossé à quatre pierres appareillées.

Mobilier en remploi

103Un fragment de chapiteau à feuilles d’acanthe – de tradition antique – a été réutilisé en claveau de fenêtre (0,34 mx0,38 m) ; voir infra.

Les sépultures du xive siècle

104Les sépultures de trois défunts, inhumés peu de temps après l’édification de l’église du xive s., ont deux points communs : la profondeur de la fosse (1,80 m à 2,10 m) creusée jusqu’à la rencontre d’un mur, en l’occurrence romain, et la présence de céramiques à usage funéraire (fig. 16).

105La sépulture 18 repose sur l’emmarchement du mur M 002 et la sépulture 18bis l’a recoupée postérieurement, après décomposition du premier cercueil. À la tête et aux pieds du défunt, les fragments de quatre vases à pâte blanche, perforés pour la combustion de plantes aromatiques, dénotent la persistance d’un rite funéraire.

106La sépulture 20 est construite en caisson de pierres maçonnées. Le côté nord utilise un mur romain de 0,52 m de largeur (M 002b), dont l’enduit subsiste à l’intérieur de la tombe. Elle est fermée par de grosses dalles de pierre mal équarries, scellées au mortier fin de chaux et de sable de couleur ocre. Le coffre, d’une profondeur moyenne de 0,40 m, possède un aménagement céphalique rectangulaire, où la tête est calée par une grosse pierre. Le corps repose en décubitus dorsal, les bras croisés sur la poitrine, accompagné d’un dépôt mobilier en relation avec la cérémonie mortuaire : dans la tombe, une petite cruche ayant contenu l’eau lustrale est posée contre la hanche droite. À l’extérieur, quatre pots perforés, avec ou sans anse (deux renversés aux pieds, deux à la tête), contiennent les cendres des plantes aromatiques et les fragments d’un vase à une anse ayant contenu l’eau lustrale pour les aspersions. Le remblai proche a livré une monnaie de la fin du xve siècle.

Neuvième état : transformations dans l’église (xviie siècle)

Le décor mural

107Sous le badigeon du xixe s. se cache un décor peint. De lourds rideaux rouges encadrent la baie vitrée du chœur de manière théâtrale tandis qu’une balustrade en trompel’œil souligne la base du plafond voûté. Une colombe portant un rameau d’olivier s’envole au firmament.

Les aménagements au sol

108Le carrelage, constitué de carreaux de terre cuite (16 cm), est en place derrière et à droite de l’autel. Il s’interrompt par endroits pour faire place à des dalles de pierre. Il a totalement disparu dans la nef. L’autel a subi des modifications : il est élargi et précédé d’une petite marche de 0,50 m de largeur en maçonnerie.

109Parmi le mobilier découvert dans le remblai, on note un fragment de meneau de la baie du chevet (calcaire décoré sur une face de couleur monochrome), des fragments de sculptures peintes d’un retable comportant plusieurs personnages (calcaire polychrome) et des fragments d’enduits peints (faux marbre vert, rouge, blanc ou noir et d’autres avec rayures blanches, noires, rouges et roses successivement).

Les sépultures du xvie siècle au xviiie siècle

110Dans les registres de catholicité de l’église Saint-Pierre, conservés depuis 1596, les sépultures ne sont rapportées qu’à partir de 1676. On y trouve mention de 86 inhumations dans l’église ; la dernière, du 25 mars 1773, est celle de la femme du meunier.

  • 40  Monnaies médiévales et modernes identifiées par Jean Hiernard (Annexe A).

111Dans le chœur, neuf sépultures, dont six assez bien conservées, concernent des adultes et des adolescents. Les cercueils en bois, même décomposés, apparaissent sous forme d’une ligne noire large de 1 cm, transpercée par de longs clous en fer. Certains corps reposent dans des linceuls fermés par des épingles à tête en bronze ou en métal argenté, sans parure ni traces de vêtements. Les inhumations ont bouleversé la stratigraphie sur une hauteur de 0,60 m à 1,20 m selon les tombes. Dans la nef, les sépultures d’adultes et d’adolescents occupent le centre sur plusieurs couches, qui se recoupent au hasard du creusement des fosses jusqu’à 1,80 m de profondeur ; celles des enfants sont regroupées à gauche devant l’autel de la Vierge. Quelques objets de parure accompagnent les défuntes : une bague en fer avec trois cupules pour enchâsser des pierres, une chevalière en argent avec un décor d’émail vert. Le remblayage qui en découle fournit des indices quant à la datation : céramique émaillée des xviie et xviiie s., 12 monnaies de la fin du xve s. au xviiie s.40

Dixième état : transformation en chapelle privée

112Par respect, les sépultures les plus récentes dans l’église ont été transférées au nouveau cimetière, comme cela avait été pratiqué lors de la désaffectation de l’ancien cimetière. Le matériel servant de remblai permet de situer ces fosses dans la seconde moitié du xixe s., au moment de l’aménagement en chapelle privée. Pourtant, on peut émettre un doute au sujet de la large fosse devant l’autel, à un emplacement exempt d’inhumation et par voie de conséquence pour l’ensemble des fosses du xixe s. Ne pourrait-on y voir des fouilles destinées à satisfaire la curiosité des « antiquaires » de l’époque ?

CONTEXTE ARCHÉOLOGIQUE DES STUCS ET MOBILIER

113Le contexte archéologique de découverte des stucs et du mobilier cultuel est un milieu clos, créé verticalement par les murs de l’abside, et horizontalement entre la couche de chaux ou niveau de construction et la mosaïque (fig. 17 et 18), qui recouvre le tout, d’où l’intérêt de l’étude du mobilier accompagnant les stucs (fig. 19).

Fig. 17 – Détail de la mosaïque trouvée in situ (cliché M.-R. Sire).

Fig. 17 – Détail de la mosaïque trouvée in situ (cliché M.-R. Sire).

Mobilier cultuel accompagnant les stucs

Croix processionnelle (fragments)

114Le bras d’une croix (viie-viiie s.), de grande dimension (L. : 33,3 cm ; l. : 1,1 à 2 cm ; H. : 9 cm), qui a été trouvé dans le remblai de la chapelle, apporte des connaissances nouvelles sur le mobilier cultuel de l’époque mérovingienne réduit, jusqu’à présent, aux autels, reliquaires, coffrets et peignes liturgiques.

  • 41  Lusse, 1986, p. 63 : « Fosse no 3 : plaques d’os gravé, clouées sur une âme en bois, constituant u (...)

115La croix de l’église Saint-Léger-de-Melette (Marne) ne doit sa reconnaissance certaine qu’au cliché pris en cours de fouille41. Il en est de même pour celle de Vouneuil-sous-Biard : la photographie de l’objet in situ a largement contribué à la reconstitution de l’objet (fig. 20-21a et b).

Fig. 18 – Fragment de la mosaïque restaurée (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 18 – Fragment de la mosaïque restaurée (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

116À Vouneuil, l’objet est composé de plaquettes d’os décorées, fixées sur une âme de bois. Dix-sept éléments s’associent pour constituer le décor recto verso d’un bras de croix pattée incomplet. Cinq autres éléments (fig. 21a) n’ont pu être intégrés à cet ensemble. Les clous de fixation en fer, traversant les plaquettes, ont provoqué des cernes d’oxydation plus ou moins importants. Les éléments découverts en connexion horizontale et verticale permettent d’affirmer qu’ils étaient fixés sur une âme de bois (aujourd’hui disparue) de 11 à 18 mm d’épaisseur, appartenant à une croix processionnelle. Le découpage et le mode de partition des plaquettes accentuent le caractère patté de la forme. Les plaques, plus ou moins longues et étroites, de section plane convexe, sont décorées sur la face bombée, l’autre face, plane, restant à l’état brut avec de nombreuses petites cavités osseuses.

117La croix porte un décor géométrique sur toutes les faces. Elle est conçue pour être vue de toutes parts, les éléments jointifs épousant fidèlement les contours des deux faces et de tous les côtés. Elle devait posséder un décor central circulaire comme le montre le découpage de l’élément final du bras, proche de la croisée. La longueur du bras conservé étant de 33 cm environ, on peut supposer une largeur totale de 74 cm environ.

118Les éléments du décor sont tous géométriques, sans aucun motif figuré :

  • motifs rectilignes : chevrons doubles, croisillons doubles séparés par des barres parallèles, doubles lignes épineuses, méandres à redans dressés ;

  • motifs circulaires : cercles simples ou doubles pointés ; doubles cercles ornés d’arcs de cercle sécants ; cercle pointé superposé à deux arcs sécants au centre entouré de deux cercles concentriques et d’une couronne de huit cercles pointés ;

  • alternance de décor rectiligne et de cercles pointés.

119Le motif ocellé ou cercle pointé est très utilisé depuis l’époque romaine jusqu’au haut Moyen Âge, au point de constituer un indice de datation, dont le créneau est fort large.

Fig. 19 – Coupe stratigraphique ouest-est, selon M.-R. Sire, 1986.

Fig. 19 – Coupe stratigraphique ouest-est, selon M.-R. Sire, 1986.

Fig. 20 – Éléments de croix en os in situ (cliché M.-R. Sire).

Fig. 20 – Éléments de croix en os in situ (cliché M.-R. Sire).
  • 42  Provost et al., 1999, p. 256-263. Fouilles sur la commune de Bouquet, près d’Uzès.
  • 43  Datation ETH-26097, âge14C AMS conventionnel : 1265 ± 50 BP ; date14C calibrée : 665 cal AD-880 ca (...)

120Le tableau d’iconographie comparée (tabl. 1) de chacun des décors présents sur ce bras de croix révèle un motif absent du catalogue des motifs traditionnels. Il s’agit de croisillons arborant des épines de part et d’autre de leurs doubles lignes croisées. Ce type de décor à épines n’est connu, jusqu’à ce jour, que sur un site, dans le département du Gard (fig. 22). Sur les pentes du mont Bouquet, un habitat a été implanté aux viie-viiie s. – comme en témoigne une grande quantité de céramiques – puis abandonné à la suite d’un incendie42. Parmi le matériel découvert par Chr. Pellecuer, figurent 200 à 250 éléments de placage en os, certains à l’état d’ébauche, laissant présager la présence d’un artisan en tabletterie. L’ensemble des décors appartient au registre classique, mais quelques plaquettes (voir tabl. 1) sont ornées de lignes épineuses. La datation au14C du bras de la croix de Vouneuil-sous-Biard, qui détermine la période 665-785 apr. J.-C.43, semble confirmer que ce type de décor est spécifique de la fin de l’époque mérovingienne.

Fig. 21 – Croix en os : a) relevé des éléments (M.-R. Sire) ; b) éléments de la croix après restauration (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 21 – Croix en os : a) relevé des éléments (M.-R. Sire) ; b) éléments de la croix après restauration (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Tabl. I – Iconographie comparée des décors en os (M.-R. Sire).

Tabl. I – Iconographie comparée des décors en os (M.-R. Sire).

Fig. 22 – Fragment de la croix du Bouquet (Gard). Échelle inconnue.

Fig. 22 – Fragment de la croix du Bouquet (Gard). Échelle inconnue.

121Les procédés techniques alors utilisés montrent que le travail de gravure ne peut être effectué qu’après l’assemblage des différentes plaquettes au moyen de clous en fer fichés dans le bois du support. La chronologie de ces différentes opérations se vérifie par le fait qu’en plusieurs endroits, les motifs se poursuivent sur les plaquettes contiguës. Le décor ocellé semble surajouté pour combler les espaces vides et, en conséquence, déborde souvent du cadre ou recoupe les motifs voisins. Une volonté de remplissage émane de l’ensemble, dont il résulte un effet de surcharge, comme celui du reliquaire d’Essen-Werden avec lequel il présente des analogies.

122La croix de l’église Saint-Léger-de-Melette, seule croix du même type connue et publiée, n’a conservé que trois de ses bras. Ses dimensions (20 cm) et son décor paraissent modestes et la classent parmi les croix d’autel ou d’oratoire privé. Avec 74 cm d’envergure, la croix de Vouneuil-sous-Biard s’apparente aux croix processionnelles.

123Les objets de tabletterie du haut Moyen Âge, dont le décor s’inscrit dans le tableau d’iconographie comparée, ont plusieurs provenances :

    • 44  Musée de Poitiers, collection Richard, no 492 : plaquette de forme allongée identique à celles de (...)

    fragments de croix hypothétiques : quatre plaquettes ayant les mêmes caractéristiques de formes et de décors à Ambérieu-en-Bugey (Ain) dans un contexte remanié (Colardelle, 1981, p. 183 et 185-186), quatre plaquettes figurant dans les collections du musée de Poitiers44 ;

    • 45  Eck, 1891, p. 222, pl. 18, fig. 11 (datation Bas-Empire).
    • 46  Petkovic, 1995, pl. 1-10. Sur les 71 dessins de peignes liturgiques représentés, les figures 5 et  (...)

    peignes liturgiques : tombes mérovingiennes de Dieue-sur-Meuse (Meuse) (Périn, 1980, p. 218), nécropoles de Vermand et de Saint-Quentin (Aisne)45, nécropoles d’Europe de l’Est, objets rassemblés au musée de Belgrade (Serbie)46 ;

  • coffrets : coffret de Baden en Suisse (Eckerle, 1996, p. 26-27), garniture en os d’un coffret en bois du cimetière de Marœuil (Pas-de-Calais) (De Loe, 1939, 4, p. 162) ;

    • 47  Les trésors des églises de France, catalogue d’exposition, musée des Arts décoratifs, Paris, 1965, (...)

    reliquaires : reliquaire de l’église de Bredons à Albepierre (Cantal)47, reliquaire-autel portatif de l’église Saint-Liudger à Essen-Werden (Allemagne) (Roth, 1986, p. 287), plus tardif puisque daté de 750.

124On ne peut manquer de faire un certain rapprochement avec le décor du pupitre de Sainte-Radegonde de l’abbaye Sainte-Croix. Bien que réalisé en bois, celui-ci garde certains caractères du travail de l’os et de l’ivoire, ce qui amène à se demander s’il ne s’agit pas d’une copie d’un pupitre originel décoré de plaquettes d’os ou d’ivoire.

Bougeoirs

125En forme de pyramides et de cônes (fig. 23), ils ont été trouvés dans la couche contenant les stucs. On peut les assimiler à des bougeoirs (musée Sainte-Croix de Poitiers) :

  • modèle A = H. : 7,5 cm ; Ø base : 6,7 cm ; inv. no 1.2497 ; – modèle B = H. : 6,4 cm ; Ø base : 7,9 cm ; inv. no 1.2496 ;

  • modèle C = H. : 9,2 cm ; Ø base : 16,5x16 cm ; inv. no 1.2494 ;

  • modèle D = H. : 17 cm ; Ø base : 13,4x11 cm ; inv. no 1.2493 ;

  • modèle E = H. : 8,4 cm ; Ø base : 10,5 cm ; inv. no 1.2495 ;

  • modèle F = H. : 6,8 cm ; Ø base : 9,6 cm ; inv. no 1.2491.

126Ils ont été réalisés en argile crue, modelée à la main. Les douilles de métal qui recevaient les bougies ont laissé leur empreinte dans l’argile encore malléable après un séjour de plusieurs siècles en milieu humide. Trois types de formes sont représentés : pyramidal, conique, tronc de cône. Sur quatre exemplaires, deux coniques et deux pyramidaux ne portent qu’un seul luminaire en position verticale. Les deux exemplaires en forme de tronc de cône ont reçu chacun trois douilles, qui ont laissé une cavité verticale et deux cavités obliques de sens contraire dans le but probable d’équilibrer la charge. Certaines douilles traversent de part en part le support.

Fig. 23 – Pyramides et cônes en argile crue (M.-R. Sire).

Fig. 23 – Pyramides et cônes en argile crue (M.-R. Sire).
  • 48  Goethert, 1997, p. 158. Que Dominique Simon-Hiernard trouve ici ma reconnaissance pour la document (...)

127On connaît des chandeliers pyramidaux du même type, ornés de lignes incisées avant cuisson. Ils ont été réalisés dans une argile qui a pris une couleur brun rouge à la cuisson. Leurs dimensions sont plus restreintes que ceux de Vouneuil-sous-Biard. Ils ont été découverts à Trèves, dans une couche antérieure à la construction des thermes impériaux, soit antérieurement à 300 apr. J.-C. On trouve ce type de support de forme pyramidale dans la région entre Trèves et le Luxembourg ainsi que dans l’est de la France48.

Remploi dans lédifice

128Un chapiteau de calcaire (H. : 0,37 m ; l. : 0,38 m ; Ø : 0,23 m) (fig. 24) a été retrouvé réemployé dans la construction gothique du chevet (mur nord). Deux de ses faces sont bien conservées. Il est peut être associé à la découverte des stucs. En effet, par ses formes, il s’inscrit dans la tradition des chapiteaux produits durant l’Antiquité tardive et le début du haut Moyen Âge. Le choix du calcaire à la place du marbre, traditionnellement utilisé, en fait un objet encore plus rare. Il est orné d’un seul rang de feuilles aux folioles peu découpées marquant l’angle de la corbeille, tandis que sur les faces des tiges se croisent comme des lobes très allongés. À la base de la corbeille, l’astragale est traduit par un rang de perles et pirouettes, tandis que son sommet est souligné par un rang de petits losanges sur la pointe. L’abaque est bien prononcé avec au centre un dé à glyphes.

129On peut rapprocher sa composition d’une série de chapiteaux de marbre où se retrouve comme caractéristique le même jeu de motifs, chevrons, stries ou, comme ici, rang de perles marquant la nervure des feuilles d’angles. Il s’agit par exemple du chapiteau de Saint-Donatien de Nantes (cat. Dobrée, no 200), d’un des trois chapiteaux de Saint-Philbert-de-Grandlieu, du baptistère de Poitiers (en particulier l’effet d’arc des tiges inférieures) ou encore de Saint-Germain-des-Prés. De même les rangs horizontaux imitent les motifs connus d’oves et de rais-de-cœur, ou de perles et pirouettes que l’on peut voir sur plusieurs chapiteaux du Sud-Ouest, comme ceux de Saint-Sever. La datation récente de plusieurs chapiteaux de ce type dans des contextes archéologiques des ive-ve s. invite à le placer dans une continuité d’imitation – ici très graphique – de ces œuvres aux ve-vie s. On ne peut exclure cependant une exécution lors des reprises du site de Vouneuil au viie s.

Fig. 24 – Chapiteau en calcaire découvert en remploi dans la construction médiévale du chevet de Vouneuil-sous-Biard (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 24 – Chapiteau en calcaire découvert en remploi dans la construction médiévale du chevet de Vouneuil-sous-Biard (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

ÉTUDE DU BÂTI DE L’ABSIDE POLYGONALE : PAROIS INTÉRIEURES ET EXTÉRIEURES

130Bénédicte Palazzo-Bertholon

RELEVÉ DE L’ABSIDE ET INTERPRÉTATION

Conditions de mise en œuvre

131Le projet de publier la fouille de la chapelle du prieuré avec l’étude des stucs qui y furent trouvés nous a amenés à compléter la documentation réalisée par M.-R. Sire lors des campagnes de 1985 à 1987. L’invention des stucs a soulevé, dès le départ, la question de leur localisation d’origine sur le site, et leur appartenance à un remblai imposait de croiser différents arguments afin de proposer une solution cohérente. La présence d’une abside polygonale (fig. 25) et les angles saillants de certains morceaux de stucs nous ont fait envisager, dans un premier temps, l’hypothèse de son utilisation, comme M.-Th. Camus l’avait proposée avant nous.

132L’étude des stucs nous donnait alors une connaissance précise des mortiers et des enduits associés à ce décor. Afin de vérifier l’hypothèse selon laquelle le décor de stuc aurait été appliqué, ou non, sur les murs de l’abside encore conservés, il fallait comparer les échantillons connus avec d’autres étalons prélevés sur les maçonneries de l’abside et sur d’autres murs préservés dans la crypte archéologique. Un second axe de recherche portait sur l’articulation de cette abside polygonale avec les structures antérieures (les murs gallo-romains arasés visibles à l’intérieur de l’abside) et les structures périphériques (les murs de la chapelle gothique qui enserrent cette abside). Un relevé pierre à pierre associé à une étude minutieuse des maçonneries nous a semblé indispensable afin de mieux comprendre l’articulation de cette construction dans son contexte.

Fig. 25 – Vue générale vers l’est, intérieur de l’abside (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 25 – Vue générale vers l’est, intérieur de l’abside (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

133Par ailleurs, la fouille des années 1985-1987 n’a pu s’étendre sur l’extérieur de l’abside et cet espace a été simplement vidé lors de la pose du sol de béton protégeant les vestiges et permettant la circulation au niveau de la chapelle gothique. Aussi, l’enregistrement des données, visibles au revers de l’abside polygonale, a paru justifié par la présence, notamment, d’un bout de mur gallo-romain, qui se prolongeait transversalement derrière le mur.

134Lors de notre intervention, nous avons réalisé un relevé pierre à pierre à l’échelle 1/10e de l’élévation de l’abside, à l’intérieur comme à l’extérieur. L’espace intérieur ayant été fouillé, nous n’avons pas relevé les parties basses correspondant au soubassement de l’abside, ces parties-là étant documentées par la fouille de M.-R. Sire. Au chevet de l’abside, en revanche, nous avons relevé les parties basses, jusqu’au niveau de circulation actuel. Ce relevé a été accompagné d’une étude des maçonneries visant à préciser les différents mortiers en présence et les divers états de travaux et d’occupation lisibles à la surface des murs et dans les soubassements.

Plan des structures mises au jour

135Le plan des structures (fig. 26), telles qu’elles apparaissent aujourd’hui, montre l’abside polygonale dont les parements présentent diverses distorsions :

  • le mur s’élargit dans la partie sud, ce qui semble correspondre au changement de maçonnerie des unités stratigraphiques US 5.33 et US 5.55 ;

  • les deux extrémités de l’abside ont été arasées au niveau de la semelle de fondation, afin de construire les murs de clôture de la chapelle gothique (M 112 et 114). Il en est de même pour le mur antique M 9 qui est totalement détruit à proximité du mur M 113 et conservé partiellement près du mur extérieur de l’abside ;

  • la fissure verticale, qui ouvre le mur de l’abside de part en part, est située juste au-dessus du mur antique M 9 et la présence du mur perpendiculaire en partie basse est probablement à l’origine de cette lézarde ;

    • 49  Voir supra, prospection.

    les murs antiques M 5, 6, 8 et 9 appartiennent à un ensemble cohérent (fig. 27-28). Le mur M 9, partiellement puis totalement arasé à l’est de l’abside, semble se poursuivre à l’origine au-delà du mur de clôture de la chapelle. Les sondages géophysiques réalisés au chevet de la chapelle gothique confirment l’extension du site vers l’est sur plusieurs mètres49 ;

  • le mur de l’abside du côté nord est arasé jusqu’au ressaut de fondation en jonction avec le mur de la chapelle. Cette partie a été probablement arasée pour mieux asseoir la maçonnerie gothique. Au sud, en revanche, le mur n’a pas été détruit et la chapelle gothique prend appui directement sur la maçonnerie de l’abside ;

  • sur l’arrière de l’abside, les résidus du niveau de l’US 3 apparaissent contre l’abside et le contrefort nord. L’autre tracé sur le pourtour de cette zone correspond aux maçonneries plus anciennes conservées en avant des murs actuels. La zone à l’aplomb de l’abside est perturbée et témoigne de la présence de murs plus anciens, mais, contre le mur 113, le ressaut en partie basse montre clairement une orientation rectiligne et déviée vers le nord-ouest, qui se distingue du mur 113. Il s’agit là, probablement, d’un mur appartenant à une construction plus ancienne sur laquelle le chevet gothique s’est appuyé. La richesse d’occupation dans ces mêmes niveaux du côté de l’abside confirmerait cette hypothèse ;

  • au-dessus du contrefort nord, la maçonnerie de l’abside est débordante, car on a tenté en partie haute de joindre la maçonnerie de l’abside (US 5.6) avec celle du contrefort.

Fig. 26 – Plan général des structures visibles et étudiées (J.-F. Mariotti, SRA Poitou-Charentes ; B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 26 – Plan général des structures visibles et étudiées (J.-F. Mariotti, SRA Poitou-Charentes ; B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 27 – Vue générale vers l’ouest des murs 005 et 006 arasés au sol et des murs 001 et 010 en élévation (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 27 – Vue générale vers l’ouest des murs 005 et 006 arasés au sol et des murs 001 et 010 en élévation (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 28 – Vue générale vers le nord avec, au premier plan, les murs 006 et 008 arasés, le mur 010 et la fondation de l’abside (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 28 – Vue générale vers le nord avec, au premier plan, les murs 006 et 008 arasés, le mur 010 et la fondation de l’abside (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Élévation de labside

Élévation intérieure de l’abside

  • 50  Les pans de l’abside présentent les largeurs suivantes du nord au sud : pan 1 = 0,50 m (extrémité (...)
  • 51  La mesure des angles est la suivante : pan 1-2 = 150o ; pan 2- 3 = 146o ; pan 3-4 = 142o ; pan 4-5 (...)

136La maçonnerie de l’abside présente sur ses faces intérieures un mortier largement couvrant sur un moyen appareil de moellons taillés grossièrement (fig. 29). Une fissure verticale sépare le mur en deux, de bas en haut de l’élévation, et un trou de boulin isolé apparaît au nord de cette rupture. L’abside est composée de sept pans encore visibles, dont l’extrémité nord est interrompue. Les pans intérieurs et mesurables présentent une largeur de 1,50 m et 1,60 m en alternance50 et les angles présentent des valeurs globalement homogènes51.

137L’étude des assises est rendue difficile par un mortier de joint rabattu sur les pierres, masquant les limites de celles-ci. Pourtant, on constate différents décrochements :

  • une limite horizontale continue apparaît d’un bout à l’autre du mur, à mi-hauteur de l’élévation conservée. Cette limite présente un petit décrochement vers le haut au sud de la fissure verticale, puis un léger décrochement vers le bas à un mètre plus au sud ;

  • un premier décrochement oblique est visible sur la limite horizontale décrite plus haut, à 20 cm au sud de la fissure verticale et se termine à la base du mur, à 1,40 m plus au sud ;

  • un second décrochement oblique est visible au-dessus de la limite horizontale, cette fois. Il débute à 0,70 m au sud de la fissure pour rejoindre la limite horizontale à 1,20 m de la fissure, plus au sud.

Fig. 29 – Abside, parement intérieur du mur, vue projetée et développée (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 29 – Abside, parement intérieur du mur, vue projetée et développée (B. Palazzo-Bertholon, CEM).
  • 52  La stratigraphie des mortiers illustre les recouvrements suivants : US 5.33 sur US 5.22 ; US 5.44  (...)

138Les décrochements enregistrés dans les assises correspondent à des ruptures visibles également dans les mortiers. L’étude de la stratigraphie de ces mortiers dans leurs zones de recouvrement permet de distinguer quatre zones comprises en deux séquences distinctes dans la construction de l’abside (fig. 30)52.

139La première séquence de construction concerne la partie basse :

  • l’US 5.22 concerne la partie inférieure nord de l’abside ;

  • l’US 5.33 construite simultanément à l’US 5.22, mais en partant du côté sud, sur la partie inférieure.

140La seconde séquence de construction concerne la partie haute conservée :

  • l’US 5.44 correspond à la partie supérieure nord du mur ;

  • l’US 5.55 correspond à la partie supérieure sud de l’abside.

  • 53  Je tiens ici à remercier Marie-Reine Sire, Jean-Claude Bessac et Hervé Thillard pour leurs judicie (...)

141La correspondance des ruptures d’assises et des états de mortiers montre une réelle cohérence dans la construction. Le bas du mur est construit simultanément par deux équipes, commençant par les extrémités nord et sud de l’abside. La liaison des deux pans de mur se fait en « escalier », assise par assise, l’équipe sud avançant sur la maçonnerie du côté nord. Deux raisons nous semblent pouvoir expliquer cet agencement oblique53 : soit l’équipe sud avance plus vite que l’équipe nord dans son travail ; soit les ouvriers cherchent à réaliser une soudure oblique des deux pans de mur afin d’en accentuer la cohésion, comme un chaînage.

142Le seul trou de boulin retrouvé sur l’abside est conservé dans la zone de l’US 5.44. Les autres trous de boulin, probables vers le sud, n’apparaissent pas en raison de la destruction du mur à la hauteur correspondante.

Fig. 30 – Abside, parement intérieur du mur, phases de chantiers selon les mortiers (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 30 – Abside, parement intérieur du mur, phases de chantiers selon les mortiers (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

143La fissure verticale qui sépare le mur en deux est très probablement due à la présence du mur gallo-romain installé à la perpendiculaire de l’abside au niveau de sa fondation. Ce mur M 9, présent dans les niveaux de fondation de l’abside, a provoqué, par un différentiel de résistance du sol, le cisaillement du mur élevé au-dessus. Cette césure est postérieure en chronologie à la stratigraphie enregistrée dans les maçonneries de l’élévation intérieure de l’abside.

Élévation extérieure de l’abside

144Il faut ici distinguer l’élévation maçonnée de l’édifice à pans coupés et les parties inférieures de la coupe, qui présentent des informations étrangères à l’abside (fig. 31). L’élévation principale ne conserve que trois pans en raison de l’arasement des extrémités sud et nord du mur. Par ailleurs, deux contreforts épaulant l’abside sont conservés sur quelques assises.

145L’observation des structures montre que le mortier n’est pas conservé de la même manière à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’abside : il est largement beurré sur les pierres à l’intérieur et masque la limite des modules ; les joints entre les pierres apparaissent nettement à l’extérieur et le mortier fait défaut en de nombreux endroits sur plusieurs centimètres de profondeur. L’exposition de la face extérieure de l’abside aux intempéries explique probablement la dégradation importante des mortiers, par le creusement des joints entre les pierres (ruissellement des eaux de pluie et usure éolienne). Ainsi, l’étude des assises et des mortiers permet de distinguer cinq phases sur le revers de l’abside, contre quatre sur l’avers (fig. 32) :

  • l’US 5.2 appliquée sur la partie basse du mur, côté nord ;

  • l’US 5.3 appliquée dans le prolongement de l’US 5.2 vers le sud ;

  • l’US 5.4 appliquée en partie haute, du côté nord ;

  • l’US 5.5 appliquée en partie haute du côté sud, dans le prolongement de l’US 5.4 ;

  • l’US 5.6 correspondant à une reprise en partie haute du mur près de l’extrémité nord du mur conservé.

Fig. 31 – Abside, parement extérieur du mur, vue projetée et développée (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 31 – Abside, parement extérieur du mur, vue projetée et développée (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

146À partir de ces observations, le relevé illustre clairement l’articulation de l’appareil : les modules employés sont des moellons taillés grossièrement avec quelques pierres allongées, de plus grande dimension. La superposition des deux relevés montre que la hauteur des assises est comparable et que le parement d’apparence différente, en raison de l’usure importante des joints à l’extérieur, est sans aucun doute similaire des deux côtés de l’abside. L’étude comparée des stratigraphies du mur montre que l’on retrouve sur l’extérieur les mêmes ruptures d’assises et de mortiers qu’à l’intérieur, ce qui confirme la cohérence de la construction.

147L’US 5.6, qui n’a pas de correspondance sur le parement intérieur, est une reprise liée à la construction des contreforts. En effet, le blocage conservé en partie haute (US 5.6) déborde au-delà des limites du parement d’origine, au-dessus de ce qu’il reste du contrefort nord. Il semble, d’après l’arrachement visible, que l’on ait lié le contrefort nord dans sa partie haute avec la maçonnerie de l’abside à pans coupés. Bien que la liaison des deux maçonneries ne soit pas physiquement conservée, l’US 5.6 est bien placée dans le prolongement vertical du contrefort nord.

Le niveau de fondation de l’abside

148Le parement extérieur de l’abside est construit sur un soubassement de 25 cm d’épaisseur, visible en stratigraphie sur toute la largeur du mur. Sur la partie nord, ce soubassement est bien conservé et la semelle de fondation apparaît en ressaut (environ 30 cm de largeur) sur 55 cm de longueur. Au nord du ressaut et jusqu’à la fissure verticale, le soubassement a disparu, mais la maçonnerie de la fondation est conservée à l’aplomb du parement. Au sud de la fissure verticale, le soubassement a été sapé sur une quinzaine de centimètres de profondeur sous le parement. Dans cette zone, une maçonnerie apparaît sous la forme de moellons grossiers disposés de manière oblique, favorisant ainsi le drainage. Selon M.-R. Sire, ce hérisson US 4 pourrait être la maçonnerie interne du mur qui limite l’aire 51, qu’elle n’a pas trouvée et qu’il faudrait rattacher à l’état romain 3.

Fig. 32 – Abside, parement extérieur du mur, phases de chantiers, fondation et US (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 32 – Abside, parement extérieur du mur, phases de chantiers, fondation et US (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

149Dans cette hypothèse, l’US 4 ne devrait pas être au-dessus du mur M 9 (état romain 4). Cependant, la coupe réalisée sur les structures conservées actuellement montre que l’US 4 est placée au-dessus du mur M 9 arasé.

La mise en place des contreforts

150Les contreforts nord et sud ont été adossés à l’abside, et ne sont pas liés à la maçonnerie, comme souvent par un système de carreaux et de boutisses dès la base. La partie supérieure des contreforts est arasée, mais l’arrachement sur le mur de l’abside est encore visible du côté nord ; au sud, le mur de l’abside au niveau correspondant a disparu : la zone appelée US 5.6 témoigne en effet de l’arrachement du contrefort nord avec la maçonnerie de l’abside. Aussi, la partie basse des contreforts a été montée contre le mur de l’abside déjà construit sur sept assises et l’accrochage du contrefort s’est fait à partir de la huitième assise, comme en témoigne, au nord, l’arrachement de l’US 5.6 à partir de ce niveau. Autrement dit, les contreforts nord et sud n’ont pas été pensés dès le départ de la construction de l’abside : ils ont été ajoutés en cours de construction. Afin de les recaler au mieux dans la chronologie, nous avons comparé les modules de pierre, les assises et les mortiers avec les données connues de l’abside.

  • 54  US 5.2/US 5.22 ; US 5.3/US 5.33 ; US 5.4/US 5.44 ; US 5.5/ US 5.55.

151Sachant que la lézarde verticale du mur, visible à l’extérieur comme à l’intérieur, est postérieure aux quatre états de travaux identifiés54, on peut envisager que les contreforts soient mis en place afin de circonscrire le cisaillement du mur et de bloquer l’ouverture de la maçonnerie, préservant ainsi l’élévation de l’abside. Les moellons employés dans les contreforts sont comparables à ceux de l’élévation de l’abside, mais les deux contreforts ne sont pas identiques dans leur forme, ni dans leur état de conservation.

152Ainsi, le contrefort nord de 1,30 m de longueur paraît homogène (fig. 33-35), mais l’étude des assises et de la stratigraphie montre en réalité qu’il est construit en deux temps successifs, au cours probablement de la même campagne, suite à un repentir du maçon. En effet, la partie ouest de la maçonnerie, qui s’appuie sur l’abside, mesure au départ 0,80 m de largeur environ. Le ressaut de fondation (de 10 à 15 cm d’épaisseur) a disparu, mais son négatif apparaît clairement sur le relevé, sous la forme d’une poche rectangulaire (ressaut de fondation sapé) au-dessus de l’US 3 et située au même niveau et dans le prolongement du ressaut conservé sur l’abside.

Fig. 33 – Abside, pan nord-est et contrefort appuyé en partie basse et lié en partie haute (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 33 – Abside, pan nord-est et contrefort appuyé en partie basse et lié en partie haute (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
  • 55  Le plan au sol montre le débordement important du ressaut de fondation sur les côtés sud et est du (...)

153Les assises présentent un léger décrochement à l’aplomb de la limite est de cette poche – visible surtout en partie basse – et le ressaut de fondation est bien conservé sur cette partie du mur, jusqu’à l’extrémité est du contrefort55. Les deux assises du bas rattrapent le niveau horizontal et l’assise du haut s’aligne dans le prolongement de la partie ouest déjà construite.

Fig. 34 – Vue générale de la fondation et du contrefort nord (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 34 – Vue générale de la fondation et du contrefort nord (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 35 – Abside, contrefort nord (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 35 – Abside, contrefort nord (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 36 – Abside, contrefort sud (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 36 – Abside, contrefort sud (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

154L’étude du relevé montre que le contrefort a été construit sur deux aménagements antérieurs, en deux niveaux distincts. L’extrémité ouest, en contact avec l’abside, repose sur l’US 3, le sol de l’occupation précédente, tandis que la moitié est du contrefort s’appuie 20 cm plus bas sur un autre état d’occupation antérieur (US 7 et 8) que nous décrirons plus loin. Le ressaut de fondation est largement conservé sur toute cette partie. La construction du contrefort s’est donc adaptée aux deux niveaux d’occupation antérieurs affleurant au moment des travaux.

155Le contrefort sud est conservé sur 0,80 m de longueur seulement (fig. 36-37). Les assises supérieures ont été arasées et l’extrémité orientale n’est pas franche. Il se pourrait par conséquent qu’elle ait été réaménagée, mais cette zone est mal conservée et il est difficile d’en dire davantage. Les assises sont irrégulières avec un pendage d’ouest en est. Par ailleurs, l’ensemble de la construction paraît moins soigné que celle du contrefort nord et il ne reste aucune trace de ressaut de fondation. Comme au nord, le contrefort est construit sur des aménagements plus anciens : il repose directement sur l’US 6, contenant du mortier associé à des pierres. En dessous de cette US 6, on retrouve la zone de terre et de charbon de bois (US 1) qui se prolonge en dessous de l’abside polygonale, sur 1,50 m.

Indices techniques sur les parements

156On remarque plusieurs indices techniques sur les parements extérieurs et intérieurs de l’abside :

  • des traces de mortier rouge sont conservées à la surface de certains moellons (fig. 34). Après une étude minutieuse, nous pouvons dire qu’il ne s’agit pas des traces d’un mortier appliqué sur le parement de l’abside puis piqué, mais d’un mortier appartenant à une maçonnerie plus ancienne. En effet, l’abside a été en partie construite avec des moellons provenant de la destruction d’un mur, c’est-à-dire des moellons de récupération, et nous trouvons une concentration de ces traces en deux zones bien délimitées : à l’intérieur de l’abside, sur la portion de mur de l’US 5.44, et sur l’extérieur dans l’élévation du contrefort nord ;

  • les traces d’outils conservées sur les moellons sont rares et ne concernent que quelques pierres d’angle placées dans les arêtes extérieures de l’abside (fig. 38-39). Ces pierres de grand module rectangulaire ont nécessité d’être retaillées sur une face, afin de réaliser l’angle recherché, mais peu de traces d’outils subsistent par rapport au nombre de pierres concernées ;

  • on identifie également trois remplois sculptés engagés dans la zone de maçonnerie de l’US 5.5, sur l’arrière de l’abside. Le décor placé sur les faces engagées dans le mur n’est pas identifiable, mais les traces de ciselure sont clairement visibles.

Fig. 37 – Abside, angle sud-est du pan coupé, contrefort sud et fondation (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 37 – Abside, angle sud-est du pan coupé, contrefort sud et fondation (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 38 – Abside, angle nord avec sa fissure et sa fondation (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 38 – Abside, angle nord avec sa fissure et sa fondation (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Synthèse des observations

  • 56  Les US 5.2, 5.3, 5.4 et 5.5 sont en phase avec les US 5.22, 5.33, 5.44 et 5.55.

157La confrontation des ruptures d’assises avec les limites de mortiers en surface sur l’avers et le revers de l’abside montre une bonne cohérence des états de construction des parements. Le sens opératoire lu à l’intérieur correspond à celui de l’extérieur56 :

  • les US 5.2 et US 5.22 en partie basse correspondent au côté nord de l’abside ;

  • les US 5.3 et US 5.33 en partie basse sont construites dans la continuité, depuis l’extrémité sud ;

  • les US 5.4 et US 5.44 en partie haute, sur le côté nord ;

  • les US 5.5 et US 5.55 sont enfin construites en partie haute, dans la continuité de 5.44 et 5.4 ;

Fig. 39 – Abside, détail de l’angle maçonné, côté sud (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

Fig. 39 – Abside, détail de l’angle maçonné, côté sud (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).

158– au revers de l’abside, une partie du mur est reprise en hauteur (US 5.6) de manière ponctuelle. Cette maçonnerie était raccordée au contrefort construit en dessous comme en témoignent les arrachements de pierres. Aussi, deux équipes d’ouvriers ont construit l’abside en partant de chaque extrémité nord et sud, se rejoignant au milieu, la liaison des deux pans étant oblique, sans doute afin de renforcer la jonction des deux maçonneries.

Datation au radiocarbone de la maçonnerie de labside

  • 57  Voir la localisation du prélèvement sur la fig. 40.

159Le nettoyage de l’abside a permis de mettre en évidence la présence de charbons de bois dans le mortier, sur le côté intérieur du parement. Plusieurs prélèvements (fig. 40-41) ont été effectués, mais un seul d’entre eux s’est révélé de taille suffisante pour réaliser une datation radiocarbone57. Cet échantillon no 4 a été prélevé dans le blocage de la maçonnerie et non en surface. Il présente une fourchette chronologique (à 95 % de probabilité) comprise entre 790 et 990, et 68 % de probabilité entre 880 et 970. Il serait préférable de disposer de plusieurs échantillons datés, mais la datation fournie par cet échantillon permet de placer la construction de l’abside polygonale au plus tard entre la fin du ixe s. et la fin du xe s.

LES NIVEAUX ANTÉRIEURS À L’ABSIDE

Description de la stratigraphie

160Comme nous l’avons précisé en introduction à ce propos, le sol a été décaissé à l’arrière de l’abside polygonale et le remplissage évacué lors des travaux d’aménagement du sol de la chapelle actuelle. Différents niveaux d’occupation archéologique apparaissent aujourd’hui en coupe et nous les avons relevés, afin de cerner un peu mieux l’articulation de ces niveaux avec celui de l’abside polygonale (fig. 43). Le nettoyage des maçonneries nécessaire pour le dessin a permis de mettre en évidence six zones d’aménagements antérieurs à l’abside.

161Le niveau de l’US 4 constitue le niveau de fondation de l’abside polygonale. Au nord de la fissure verticale, la semelle de fondation est conservée, tandis qu’au sud, il n’en reste pas de trace. Ce niveau US 4 correspond soit à un mur plus ancien sur lequel on aurait construit l’abside, soit à la fondation de l’abside, dont le ressaut aurait été entièrement sapé. Deux hypothèses sont possibles :

  • selon M.-R. Sire, il pourrait s’agir d’un mur plus ancien, limitant ou non le sol A 51 à l’est, le mur de fermeture de cet espace n’ayant pas été retrouvé en fouille. L’abside aurait été construite sur la base de ce mur antique ;

  • selon nous, il s’agirait probablement de la base du mur de l’abside construit en appareil oblique afin de faciliter le drainage. Cet appareil ne serait pas visible sur le côté nord, car la base du mur n’a pas été sapée. Elle conserve en revanche, au même endroit, le ressaut de fondation de l’abside sous la forme d’un bourrelet saillant de mortier.

Fig. 40 – Abside, parement intérieur du mur, emplacement des prélèvements (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 40 – Abside, parement intérieur du mur, emplacement des prélèvements (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

162Au-dessous du l’US 4 et de la semelle de fondation de l’abside apparaît un niveau horizontal continu (US 3). Il s’agit d’une couche de mortier de 5 à 10 cm d’épaisseur, qui court sur 1,70 m de longueur depuis la fissure verticale vers le sud. L’US 3 disparaît au nord de la fissure sur 0,80 m, puis apparaît de nouveau sur une épaisseur supérieure à 10 cm. La couche se prolonge également sur près de 0,50 m sous le contrefort nord. Cette couche est un résidu de sol appartenant à une occupation antérieure à l’abside. L’US 3 n’est pas le niveau de chantier de l’abside, car le ressaut de fondation correspondant au niveau de chantier sur le côté nord s’avère être le ressaut de fondation. L’US 3 est interrompue par l’US 2.2 au niveau de la lézarde : l’US 3 n’appartient donc pas à la mise en œuvre de l’abside.

  • 58  Il s’agit là d’un morceau de corniche moulée de type antique, qui n’a rien de commun avec le décor (...)
  • 59  L’US 2.2 recouvre, en effet, partiellement l’US 1 au sud du mur arasé.

163Une zone plus épaisse (de 20 à 70 cm), appelée US 2.2 et contenant du matériel de démolition – pierres mélangées à des débris de tuile, de brique et de stuc58 –, est visible en coupe au-dessous de l’US 3. Cette couche passe par-dessus le mur gallo-romain arasé M 9 et pourrait correspondre à la destruction des parties hautes de ce même mur. Au sud du mur gallo-romain arasé, une zone de nature différente (US 1) s’étend à l’aplomb de l’abside et sous le contrefort sud. Il s’agit d’un mélange meuble de terre noire et de charbons de bois, associé à quelques pierres non maçonnées. Cette US 1 se prolonge également sous le contrefort sud, sur la même épaisseur, et correspond à une zone d’occupation antérieure à l’US 2.2 au sud du mur gallo-romain arasé59.

  • 60  Le ressaut correspondant à un mur plus ancien, sur lequel aurait été construit le mur actuel de la (...)

164Sous le contrefort nord, l’US 2.2 s’interrompt verticalement à l’aplomb du soubassement du même contrefort. Vers le nord, une autre zone appelée US 7 se développe en partie basse. Dans cet état, un aménagement transversal apparaît en coupe dans la stratigraphie, composé de deux pierres parallèles posées sur chant entre lesquelles se trouve de nombreux débris de mortier de tuileau associé ou non à des pierres de petit module. Nous avons ici une canalisation orientée nord-est/sud-ouest remblayée, qui conserve les fragments de sa structure interne (mortier d’étanchéité). Cet aménagement montre que le contrefort a été construit sur une occupation antérieure, dont la relation avec les structures fouillées à l’intérieur de l’abside est difficile à établir. Au nord de cet aménagement, une structure maçonnée (US 7) se prolonge sous le mur actuel de la chapelle gothique. En nettoyant la coupe à cet endroit, on observe que le mur de la chapelle semble s’établir sur cette maçonnerie plus ancienne liée au mortier et qui se prolonge dans l’angle nord-est. De plus, un ressaut visible en plan se poursuit depuis l’angle nord-est sur une grande partie du mur de retour est de la chapelle60.

Fig. 41 – Élévation extérieure de l’abside et des contreforts sud et nord, emplacement des prélèvements(B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 41 – Élévation extérieure de l’abside et des contreforts sud et nord, emplacement des prélèvements(B. Palazzo-Bertholon, CEM).

165L’étude de la coupe et la comparaison des mortiers montrent que la canalisation et la maçonnerie de la structure US 7 appartiennent au même état d’aménagement. Afin de comprendre l’articulation de la chapelle gothique avec les murs antérieurs, qui paraissent en être le fondement, des investigations archéologiques plus poussées seraient nécessaires, mais à défaut, nous avons tenté de raisonner à partir des vestiges actuellement visibles, corrélés aux structures fouillées antérieurement sous la direction de M.-R. Sire.

  • 61  Voir plan général de M.-R. Sire (fig. 26), redessiné en 2004, avec les états antiques qui montrent (...)
  • 62  L’état romain 1 pour le mur 001, l’état romain 2 pour le mur 002 et l’état tardo-antique pour le m (...)

166Ainsi, en comparant l’orientation et l’implantation de la canalisation avec les structures connues (voir supra, fig. 26), nous pouvons reconnaître une même orientation nord-sud de la canalisation avec un mur largement arasé, mais situé tout contre celle-ci. L’orientation de la canalisation et du mur arasé ne s’accorde pas avec les structures conservées dans la crypte archéologique. En revanche, la confrontation de ces données avec les fouilles de M.-R. Sire montre une orientation similaire avec les murs 001, 033 et 002b61, dans leur segment nord-sud. Ces maçonneries appartiennent aux états d’occupation antiques du site62. Aussi, la canalisation et le mur qui la jouxte peuvent-ils être mis en relation avec les espaces antiques identifiés par M.-R. Sire, à l’ouest de la zone encore conservée.

167Entre la structure US 7 et la fondation du contrefort nord, une couche résiduelle horizontale (US 8) de 5 cm d’épaisseur est conservée sur 45 cm de longueur ; cette couche n’est pas interprétée, mais elle sépare visiblement le niveau de la canalisation de l’élévation du contrefort nord. En dessous de la canalisation, une poche résiduelle de terre noire (US 6) s’étend jusqu’au niveau actuel de circulation. Celle-ci, à la différence du côté sud de l’abside, ne contient pas de charbons de bois et c’est la raison pour laquelle nous les distinguons.

  • 63  Voir la localisation de l’échantillon (voir fig. 40). Les échantillons ont été confiés au laborato (...)

168Au sud du mur gallo-romain arasé, une zone de terre mélangée à beaucoup de charbon de bois (US 1) s’étend sur 20 à 40 cm d’épaisseur en continuité sous l’abside polygonale et sous le contrefort sud. Un échantillon de charbon de bois provenant de cette US 1 a été envoyé en laboratoire pour une datation au radiocarbone. La datation obtenue pour cette couche présente une fourchette chronologique entre 570 et 970 (à 95 % de probabilité), avec une probabilité de 68 % pour deux intervalles préférentiels : 650-810 et 840-86063. Le nettoyage superficiel des maçonneries, en vue du relevé, a révélé un peu de matériel correspondant à des reliefs de repas (coquilles d’huîtres, petits os, coquilles d’escargots), tant dans l’US 1 que dans l’US 4 située au-dessus. Le matériel était concentré dans l’angle sud formé entre le contrefort sud et l’abside. Quelques pierres rubéfiées en bordure de la maçonnerie semblent témoigner de l’établissement d’un foyer à usage domestique à cet endroit.

  • 64  La datation du « foyer 69 » est de 650 ± 60 ans et la datation de l’US 1 présente une fourchette l (...)

169Le plan des niveaux 5 et 6 établis par M.-R. Sire montre que le « foyer 69 » s’étendait de l’autre côté de l’abside. En réalité, cette zone n’était pas accessible pendant la fouille, mais lors de l’enlèvement de la terre au revers de l’abside réalisé un an après, M. Aucher rapporte que le foyer 69 se prolongeait de l’autre côté. Cette information a donc été ajoutée postérieurement au rapport. D’après cet indice, nous conservons au revers de l’abside le prolongement du foyer 69 fouillé à l’intérieur et daté du vie s. La comparaison des niveaux du foyer 69 à l’intérieur de l’abside avec l’US 1 à l’extérieur de celle-ci montre un léger décalage d’altitude (fig. 43 à 45) : la limite inférieure du foyer 69 est situé à 15 cm au-dessus de la limite supérieure de l’US 1. Cependant, le pendage naturel ouest-est n’est pas à négliger dans l’implantation du site, en pente douce depuis le rocher à l’ouest, vers la rivière à l’est. De plus, la présence possible d’un mur situé en dessous de l’abside pourrait expliquer la rupture de niveau entre l’intérieur et l’extérieur de cette dernière. La continuité apparente de cette zone de terre et de charbon, de part et d’autre du mur de l’abside avec un faible décalage de niveau, tout comme les datations au radiocarbone plutôt concordantes64, laissent supposer que l’habitat de carence identifié par M.-R. Sire à l’intérieur de l’abside se prolonge au revers du mur, avec des traces comparables d’occupation (charbons, pierres rubéfiées et reliefs de repas).

  • 65  Ce mur, appartenant à l’état romain 5, se prolonge naturellement sous l’abside (voir supra).

170Le mur gallo-romain arasé M 9 constitue enfin l’élément stratigraphique le plus ancien, placé en dessous des autres zones d’occupations identifiées. Il est recouvert en son sommet par la couche de démolition de l’US 2.2, et le calage des murs à l’intérieur et à l’extérieur de l’abside polygonale en plan montre que ce mur est le prolongement du mur 9 décrit par M.-R. Sire65.

Synthèse sur la chronologie relative de la stratigraphie antérieure à labside polygonale

171Le mur M 9 arasé, appartenant à l’état romain 5 défini par M.-R. Sire, est l’état le plus ancien observé dans cette stratigraphie extérieure (fig. 45).

172L’US 1, située au sud du mur M 9, lui est immédiatement postérieure en chronologie et datée par le radiocarbone entre le milieu du vie s. et le milieu du xe s. Cette zone se prolonge sous l’abside et sous le contrefort sud.

Fig. 42 – Abside, localisation des axes des coupes, repères JK, YZ et FG (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 42 – Abside, localisation des axes des coupes, repères JK, YZ et FG (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 43 – Abside, coupe schématique ouest-est, repère JK (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 43 – Abside, coupe schématique ouest-est, repère JK (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 44 – Abside, coupe schématique ouest-est, repère FG (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 44 – Abside, coupe schématique ouest-est, repère FG (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 45 – Abside, coupe schématique ouest-est, repère YZ (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

Fig. 45 – Abside, coupe schématique ouest-est, repère YZ (B. Palazzo-Bertholon, CEM).

173Sur le côté nord, la poche résiduelle de terre noire US 6 pourrait être contemporaine de la zone de terre mélangée à du charbon de bois US 1 et de la structure maçonnée US 7 avec la canalisation qui est un aménagement antérieur à l’US 2.2.

174L’US 2.2 recouvre les deux états précédents (mur M 9 et l’US 7) et correspond probablement à la démolition de l’espace clôturé au sud par le mur M 9. Au nord, l’US 2.2 scelle probablement la destruction de la canalisation appartenant à la structure US 7.

175Le niveau d’occupation suivant correspond à la couche horizontale de l’US 3, qui s’étend sur une large partie de la coupe relevée, y compris sous le contrefort nord. Ce niveau de circulation n’est pas celui du chantier de l’abside, car le ressaut de fondation est situé au-dessus. L’US 3 est un niveau de sol, qui pourrait fonctionner avec l’US 4 s’il s’agit d’un mur et non seulement d’une fondation. L’US 3 s’interrompt brutalement à l’aplomb de l’arête sud de l’abside, au même niveau que les pierres rubéfiées ; on pourrait être à la jonction d’un niveau de circulation (US 3) correspondant au « foyer 69 ».

176Au-dessus de l’US 3, l’US 4 est une maçonnerie de type « arêtes de poisson » grossier, soit rattachée à l’US 3, soit aux autres parties maçonnées US 5.3 et US 5.2 placées au-dessus. La zone de l’US 6, différente par le mortier, est située au même niveau sous le contrefort sud.

177L’élévation appareillée de l’abside et des contreforts termine la stratigraphie, avec les cinq parties de maçonnerie que nous avons distinguées (US 5.2, 5.3, 5.4, 5.5 et 5.6). La datation radiocarbone du charbon de bois contenu dans la maçonnerie, situe cette construction entre la fin du viiie s. et la fin du xe s.

PROSPECTION GÉOPHYSIQUE DU SITE DE VOUNEUIL

178Éric Mermet

179Parmi les nombreuses questions qui se posent sur cet « établissement », dans son acceptation diachronique, celle de la connaissance de son étendue, dans un secteur actuellement aménagé (parc privé, terrain de jeu communal), est d’une grande importance (fig. 46). La mission de la prospection géophysique en 2003 était de renseigner sur la répartition spatiale des structures archéologiques, tout en préservant l’environnement paysager actuel (Prospection Terra Nova-Geocarta [www.geocarta.fr]). La nature de la méthode géophysique employée, la résistivité électrique, sensible à la présence de roche (substrat ou en emploi anthropique : murs), permet alors d’informer non seulement le champ « archéologique » mais également le champ « géologique ». Toutefois, les interprétations des cartes géophysiques sont rendues complexes par l’histoire même du site, dont l’occupation a été continue de l’époque gallo-romaine à nos jours. Les découvertes faites sur ce site, sous l’actuelle chapelle, révèlent la succession de différents états d’aménagements, de démolition et de reconstruction sur une même surface. La vision diachronique des structures archéologiques et la résolution spatiale de l’ordre du mètre qu’offrent les méthodes géophysiques employées rendent difficiles la cartographie détaillée de l’ensemble architectural. En revanche, elles ont permis la détection de la surface concernée par l’ensemble des aménagements directement liés à l’édifice.

Fig. 46 – Localisation des prospections géophysiques (Terra Nova, 2003).

Fig. 46 – Localisation des prospections géophysiques (Terra Nova, 2003).

180La problématique de recherche de structures maçonnées a imposé l’utilisation de la méthode électrique. Basée sur la mesure de la résistivité électrique, dépendant entre autres de la teneur en eau et donc a fortiori de son absence, son utilisation à plusieurs profondeurs d’investigation (1 et 2 m) permet de distinguer plus facilement les structures profondes des structures superficielles (fig. 47-48).

181Le contexte environnemental est difficile à appréhender du fait des nombreux aménagements hydrauliques, liés notamment au parc du château mais également au jardin du presbytère. Ils se superposent à la divagation du cours de la Boivre, le site se trouvant dans son lit majeur. Si les anomalies conductrices (fig. 47, en noir) dans le parc du château peuvent être associées à la présence de canaux l’agrémentant, il n’en est pas de même pour celles situées dans le jardin du presbytère. Les valeurs les plus faibles en profondeur, correspondant probablement à des sédiments argileux et à forte teneur en eau, sont mesurées à l’emplacement d’un aménagement récent de surface.

Fig. 47 – Carte de résistivité électrique en maille fine, 1 m (Terra Nova, 2003).

Fig. 47 – Carte de résistivité électrique en maille fine, 1 m (Terra Nova, 2003).

182Dans ce secteur, la compaction du sol, sans remblai préalable, pourrait expliquer les valeurs plus fortes de surface. La nature des sédiments en profondeur (particules fines) pourrait alors correspondre à des dépôts de comblement de dépression par la Boivre en crue. La nature de celle-ci – « mare » naturelle ou anthropique, ancien chenal... – ne peut être déterminée du fait de l’absence de carottage et de la faible étendue de la prospection. Même si aucun vestige n’a été cartographié en profondeur par la prospection électrique, il n’est pas exclu que des vestiges subsistent, la conservation des vestiges archéologiques étant probablement bonne, notamment pour les éléments organiques carbonés. Les restes osseux sont par contre en contexte défavorable de conservation.

183De nombreuses anomalies résistantes (fig. 48, en blanc) sont présentes en surface et absentes en profondeur. Leur origine anthropique ne fait alors guère de doute. Il convient de distinguer une anomalie diffuse sur les deux tiers de la parcelle correspondant au jardin du presbytère, des anomalies spatialement plus localisées, surtout linéaires, qui sont de plus grande amplitude. La première s’interrompt brutalement à l’approche de la rivière. Cette configuration pourrait s’expliquer par un épandage de matériaux résistants électriquement, comme les matériaux issus de la démolition de l’église et du presbytère lors de la construction de l’oratoire privé. Cet « épandage », si tel est le cas, aurait pour objectif d’enrichir et de faciliter le drainage du « jardin ». La limite, diffuse, à l’est de la parcelle pourrait avoir été une limite ancienne de parcelle, « matérialisée » également comme fossé lors de la prospection magnétique (non présentée). Les anomalies conductrices (en noir), pouvant correspondre à des remplissages de fossés, seraient probablement des drains. En effet, toutes ont la particularité d’être de même orientation, approximativement est-ouest, perpendiculaire à l’axe de la rivière Boivre et parallèle aux limites parcellaires du cadastre actuel. De telles hypothèses nécessitent une confirmation par une étude pédologique et des sondages de vérification. Les anomalies linéaires ou de « concentration » sont probablement la signature de murs ou d’un ensemble de murs, dont la direction est également est-ouest. Cette direction est celle du mur présumé antique découvert lors de la fouille de 1984. De même, une anomalie géométrique et résistante, interprétée comme étant un pigeonnier, est clairement visible dans le parc du château. Des sondages seront utiles pour préciser la nature et la chronologie de ces aménagements.

Fig. 48 – Carte de résistivité électrique en maille large, 2 m (Terra Nova, 2003).

Fig. 48 – Carte de résistivité électrique en maille large, 2 m (Terra Nova, 2003).

184Cependant, la plus importante anomalie « résistante » (fig. 47) jouxte immédiatement l’actuelle chapelle et sa dépendance. Elle est l’image des différentes phases de construction et de démolition qui se sont succédé sur le site. Plusieurs remarques s’imposent : l’anomalie résistante est beaucoup plus large que la seule emprise de la chapelle, marquant des états antérieurs de construction ; les « inclusions » résistives sont plus dispersées, correspondant à une plus forte concentration de structures en pierre, encore en place ou en position de remblai.

185À cette image de la répartition spatiale des vestiges en surface, s’ajoute une image en volume grâce à la comparaison entre les cartes de résistivité électrique à 1 m et à 2 m (fig. 49-51). Globalement, la présence d’une anomalie résistive également en profondeur semble corrélée avec les données de fouille sous la chapelle, où la succession stratigraphique des murs intervient sur une épaisseur importante. Cependant, la position topographique beaucoup plus basse de la zone prospectée fait correspondre, au mieux, les anomalies superficielles avec les éléments architecturaux les plus profonds de la fouille, en supposant que la hauteur du talus et ainsi du sol de la chapelle soit d’environ 2,50 m et que l’épaisseur des vestiges archéologiques fouillés soit de l’ordre de 3 m. Ces considérations « stratigraphiques » ne sont évidemment pas anodines puisque, dans une telle hypothèse, soit les niveaux gallo-romains (et antérieurs ?) se développent sur près de 2 m, soit il existe une plateforme surélevant les vestiges dans le secteur de la chapelle par rapport aux terrains la jouxtant, soit l’établissement s’est développé sur un terrain géologique moins argileux (sables, galets ?).

186Ces anomalies, plus fortes en surface, laissent supposer une occupation anthropique forte, révélant une phase de construction/démolition plus récente ou dont les fondations sont moins profondes. Selon la première hypothèse, qui pourrait prévaloir d’après les premiers éléments de la fouille, des phases de construction/démolition se seraient superposées, l’enfouissement étant naturellement plus important pour les structures les plus anciennes. Deux explications à ce phénomène sont plausibles, sachant que la zone actuelle est uniformément plane : un apport alluvial/colluvial important qui aurait imposé la surélévation progressive des établissements successifs ; l’existence d’un remblai important, lié à des phases de démolition et le « nivellement actuel » de la zone, soit par des apports anthropiques (jardins...), soit par des apports de la rivière.

Fig. 49 – Carte de gradient magnétique (Terra Nova, 2003).

Fig. 49 – Carte de gradient magnétique (Terra Nova, 2003).

Fig. 50 – Carte interprétative des données de résistivité (Terra Nova, 2003).

Fig. 50 – Carte interprétative des données de résistivité (Terra Nova, 2003).

187L’hypothèse du remblai pourrait rendre compte d’une mise hors d’eau de débordement de la Boivre de l’établissement (église).

188L’anomalie de surface est beaucoup plus importante que celle en profondeur dans le secteur nord-est. L’étendue de l’établissement a donc été maximale dans ce secteur à une période plus récente, en partant du principe d’un recouvrement sédimentaire progressif. Il est cependant possible de définir à l’ouest un secteur qui corresponde plus spécifiquement à la démolition d’un ancien bâtiment au xixe s. Les débris issus de la démolition auraient servi entre autres à l’édification du talus actuel.

Fig. 51 – Carte interprétative des données magnétiques (Terra Nova, 2003).

Fig. 51 – Carte interprétative des données magnétiques (Terra Nova, 2003).

189L’objectif de la prospection géophysique n’était pas de restituer les phases d’aménagement du site, du fait de sa complexité stratigraphique, mais d’estimer l’extension du site en tant que succession de phases de construction et de démolition. Des murs sont apparus, à moins de 1 m de profondeur, pouvant stratigraphiquement correspondre aux structures gallo-romaines probablement identifiées dans la crypte. L’ensemble des structures révélées doit cependant être précisé chronologiquement et typologiquement par des sondages, dont les emplacements pourront désormais être mieux déterminés.

NOUVELLES INTERPRÉTATIONS DU SITE

190Christian Sapin

191À partir des éléments décrits par l’un des auteurs des fouilles de 1984-1985 et grâce aux nouvelles observations sur le bâti encore existant, de nouvelles propositions peuvent être formulées, en tenant compte à la fois du contexte archéologique et d’une comparaison avec des sites semblables (fig. 52). Bien entendu, il s’agit là d’hypothèses qu’il conviendra de vérifier ultérieurement en d’autres parties du terrain, mais qui a priori nous éclairent sur l’environnement monumental du lieu d’où provient l’ensemble des stucs.

192Sans négliger les premiers états d’occupation du site, nous focaliserons cependant notre étude sur l’état 5, qui apparaît à la suite des diverses transformations datées par la chronologie relative des maçonneries. Il reste difficile pour autant de reconstituer le plan complet de la villa supposée, mais dont la fonction semble bien attestée par le type de mobilier archéologique recueilli. Toutefois, la composition de celui-ci nous fait exclure pour l’instant l’hypothèse d’une cella d’un petit temple qu’aurait pu suggérer l’organisation des maçonneries.

ÉMERGENCE D’UN PLAN TARDO-ANTIQUE

193En suivant les premières conclusions du terrain, nous sommes en présence, à partir de l’état 2, d’une organisation de l’espace interprétée comme un portique entourant un atrium. Une maçonnerie quadrangulaire au nord (contre le mur M 2) pose encore un problème de fonction et on remarque que la largeur de la galerie demeure importante. Cet espace débouche à l’est sur une succession de réaménagements avec sol (A 51) et structures mises en place aux états romains 3 et 4. C’est seulement après cette phase que l’on voit apparaître une reconstruction du mur nord-sud qui remplace en partie le mur oriental de l’atrium (mur 033). Ce mur, rappelons-le, reprend le mur initial M 3 en le surélevant et en le prolongeant au nord et au sud. La partie reprise est soignée, disposée en assises, et ses joints sont soigneusement soulignés au fer côté est. Dans la partie centrale, sa construction ne surélève le mur initial que sur une moitié d’épaisseur.

194L’espace ainsi défini avec l’ancien mur 001 est à nouveau sectionné par deux maçonneries est-ouest (004 et 004b) qui pourraient, par la présence de sols (A 54 et 55), déterminer des salles latérales au nord et sud, mais dont on ignore l’étendue. Ces murs (de 0,50 m à 0,55 m d’épaisseur) sont construits en petit appareil régulier en calcaire fin, lié par un mortier de chaux rosé. Il ne s’agit pas de simples cloisons, car leur fondation semble avoir recherché profondément le rocher. Les sols retrouvés pour ces espaces (A 53, 54 et 55) sont constitués de béton de couleur blanc et situé à -1,80 m.

195À l’est de cette zone, on pourrait imaginer un espace construit reprenant pour mur occidental le mur 001. Cet espace, en partie disparu et plus profond, aurait été limité par une maçonnerie nord-sud, dont des fragments subsistent sous le chevet plus tardif (voir supra, p. 46). Leur orientation s’accorde avec le mur antique 01, mais elle intervient plus tardivement. Cependant, l’absence du prolongement de cette maçonnerie vers le sud rend incertaine cette interprétation. Si l’on admet que cette partie orientale était plus haute, il peut s’agir d’un plan réorganisant l’ancien espace de la villa pour de nouvelles fonctions, avec différents niveaux, dès les périodes précédentes, comme cela a été observé dans la Villa des Cassons.

196Au nord, la maçonnerie 10 pourrait appartenir au piédroit d’un accès ancien (conservé) vers cette partie orientale. On voit, en particulier de ce côté, que l’abside à pans coupés respectera dans la phase suivante cette zone, sans créer de nouvelles fondations, alors que les niveaux d’occupations pour cette dernière construction sont placés nettement plus haut et ont nécessité plusieurs états de remblais.

197Si l’on retient le principe d’une utilisation de la partie orientale, il faudrait considérer un sol plus bas que dans les zones plus à l’ouest – ce qui n’est pas sans poser un problème – et accepter l’idée d’une crypte dans une phase historique où celles-ci sont peu courantes, ce qui est fort discutable. En revanche, si l’on admet que la zone d’occupation tardive se limite à l’est à l’ancien mur 01, il est possible qu’au-delà on se trouve dans une zone alors inutilisée. À l’ouest, l’ancien atrium a pu être l’objet d’un remaniement avec une surélévation de sol. L’absence de dallage ou de béton retrouvé n’oblitère pas cette hypothèse. Dans la coupe ouest-est, on remarque des correspondances avec les niveaux de sols plus à l’est. La reprise du mur M 3 renverrait à un usage de barrière.

198On peut ainsi retenir pour cette phase un plan en tau. Soit nous sommes en présence d’une transformation en salle de réception, soit l’usage revêt un caractère religieux avec la réutilisation de l’espace de l’atrium comme nef ; la partie orientale, avec le sol A 53, devenant alors le sanctuaire encadré de pièces annexes nord et sud.

Fig. 52 – Hypothèse de restitution des espaces et maçonneries au ve s., par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).

Fig. 52 – Hypothèse de restitution des espaces et maçonneries au ve s., par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).

LA DATATION

199On ne peut guère aller plus loin dans le réexamen d’un site dont la connaissance archéologique est relativement limitée sur le terrain, du moins si l’on en juge par l’étendue estimée des vestiges (voir supra, p. 62). Il s’agit donc moins d’hypothèses étayées que de nouvelles pistes à reconsidérer.

200Si l’on admet l’hypothèse d’une réorganisation tardive de la villa, avec un lieu destiné à devenir un espace privilégié, salle de réception ou oratoire de la demeure, sa datation n’est pas non plus aisée. Des monnaies du Bas-Empire, dont trois bien datées du second quart du ive s. (voir Annexe A), peuvent correspondre au dernier usage ou à l’abandon de l’état 3 romain. C’est, semble-t-il, après cette période que maçonneries et murs s’organisent pour diviser l’espace, c’est-à-dire au plus tôt – faute d’autres mobiliers recueillis ou reconnus – dans la seconde moitié du ive s. ou au cours du ve s.

LES COMPARAISONS ÉVENTUELLES AVEC UNE TELLE DISPOSITION

  • 66  Voir les exemples regroupés dans Duval, 1991, p. 186-219.

201En l’absence d’aménagement liturgique caractéristique, on ne peut exclure une vocation purement profane de ces transformations. Le plan déterminé par les dernières transformations se rapproche des plans de villae tardives avec salles ou bras rectangulaires tels que l’on en rencontre dans le Sud-Ouest, comme à la villa de Fauroux (Lot-et-Garonne) (Balmelle, 2001, p. 165). On notera cependant que, dans le cas de Vouneuil, les murs semblent bien séparer des espaces destinés à créer des annexes. On songe alors à plusieurs édifices religieux bien connus pour les ve-vie s. : Briord (Ain), Évans (Jura), Seyssel (Haute-Savoie), Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or), Saint-Paul de Besançon (Doubs), Mousson (Meuthe-et-Moselle) ou Vienne-en-Val (Loiret)66. Cependant, la plupart de ces édifices se sont révélés être des églises à vocation funéraire. Rappelons qu’à Vouneuil-sous-Biard, à la différence de la Villa des Cassons et de bien d’autres cas (Young, Périn, in Duval, 1991, p. 94-121), aucune sépulture contemporaine de cet état n’a été retrouvée dans la zone fouillée ; on ne peut cependant exclure la présence d’inhumations à l’extérieur, comme par exemple dans l’ancien atrium transformé à un moment donné en nef.

  • 67  Duval, 1991, p. 190 : « En France, on peut compter sur les doigts de la main les villae utilisées, (...)
  • 68  Voir également sur cette question l’étude de G. P. Brogiolo et A. Chaverria, 2003, p. 9-37.

202La réutilisation d’une villa dans une fonction funéraire, comme c’est le cas par exemple à Saint-Pierred’Autun (Saône-et-Loire), à Massiac (Cantal) ou à Saint-Germain d’Ambérieu (Ain), n’est sans doute pas la seule évolution. Rappelons que c’est, inversement, la présence d’inhumations qui a très souvent induit, lors de fouilles, la fonction religieuse dans l’interprétation des sites. On doit admettre également des transformations sans que ne s’impose, du moins à cette période, hors contexte de nécropole, un usage funéraire ; et nous savons qu’à Vouneuil cette nécropole était plus loin. Nous sommes là plus probablement dans le contexte des grandes villae, propriétés d’une riche aristocratie locale, connues dans l’Aquitaine des ive et ve s. Plusieurs exemples de villae ont fait l’objet de discussions67, voire de polémiques quant à leur transformation en lieu de culte (Saint-Blaise, L’Isle-Jourdain, Montferrand, Mon-ségur, Loupian ou Séviac par exemple), notamment en ce qui concerne les problèmes de leur état, de leur datation et de leur étendue... Ce n’est donc pas avec le peu d’informations recueillies sur Vouneuil que nous pourrons apporter des éléments de réflexion déterminants68.

203Le meilleur argument en faveur de la permanence de la fonction religieuse du lieu, dès l’Antiquité tardive, réside dans l’existence – pour l’ensemble du site – du décor en stuc (voir infra, p. 69) et d’une table d’autel, dont on peut penser qu’ils n’ont pas été apportés plus tard depuis Poitiers. L’histoire du site et l’étude récente de son mobilier démontrent que l’on ne peut admettre, comme pour d’autres villae tardives (Séviac), la fin d’un site avec un abandon tardif au viiie s. Il est probable que l’abside à pans coupés, que de nouveaux arguments situent à l’époque carolingienne (voir supra, p. 37), a volontairement pris la place ou agrandi un lieu de culte préexistant, comme on le constate sur plusieurs sites archéologiques. Mais cette nouvelle présentation des événements archéologiques et cette hypothèse d’une occupation du lieu à la même époque où l’on situe l’exécution des stucs, n’impliquent pas pour autant leur installation originelle dans cette partie spécifique de la villa. Appartenant à des remblais placés tardivement ou déplaçables comme l’autel, ces éléments peuvent avoir été créés pour cet endroit comme pour d’autres emplacements privilégiés encore ignorés de la grande villa (voir supra, p. 36).

Notes

1  Fouilles archéologiques M.-R. Sire et M. Aucher (rapport SRA Poitou-Charentes, Poitiers).

2  Fouilles archéologiques M.-R. Sire et M. Aucher (rapport SRA Poitou-Charentes, Poitiers).

3  Farago-Szekeres et al., 2001 et information orale.

4  Nous remercions Georges Pon pour sa contribution à la critique des sources des xe-xie s. concernant Vouneuil-sous-Biard, ainsi que Bernard Farago et Laurent Prysmicki pour les informations inédites aimablement fournies.

5  Dom Coquet ne conclut en effet au caractère funéraire de l’exèdre, elle-même postérieure à un premier état antique, qu’en lui associant les inhumations et la batterie de silos qui viennent successivement la perturber.

6  Chabanne, Pautreau, 1986 ; fouille inédite d’Anne Colin.

7  Saint-Hilaire-le-Grand est en effet pourvu d’une aumônerie associée à un sanctuaire dédié à saint Pierre dès la fin du viiie s., comme en témoigne l’une des inscriptions métriques composées par Alcuin (CIFM, I/1, nos 52-53).

8  [...] et in alia villa que vocantur Voginolio terra mea, quod est fraustus meus, cum silva et prato jucto uno, que fuit Petroni, in ipsa villa de prato juctos VIII [...]. Et cedo terra mea de Voginolio, que fuit Rotgerii [...].

9  Ecclesia in honorem sancti Petri fundatam infra quintum miliarium ab urbe Pictavi et in ipsa vicaria [...] ; vocatur autem predicta ecclesia vel locus Vohenolus. Deux copies très tardives d’une nouvelle donation ducale effectuée en 1069 nous paraissent très discutables (Saint-Cyprien, no 64 et ADV, 1 H 1/10) et ne semblent avoir d’autre but que d’étendre les droits d’usage de l’abbaye.

10  Une charte pour Saint-Étienne de Limoges confond en effet quintana et defensaria (Saint-Étienne de Limoges, no CXXXIV, 988). Cet espace a-t-il pu avoir un rôle religieux ? La quinte était l’autre nom de l’archiprêtré de Périgueux (Rouche, 1979, p. 284).

11  Catalogue des occurrences dans le bilan de L. Bourgeois (1997). Des actes utilisent la formule infra quintam miliarium ab urbe Pictavi (Le Blant, no 576) mais il semble que le mille romain soit confondu précocement avec la lieue au sud de la Loire. Cette unité de mesure offre ici l’avantage de correspondre à l’aire de dispersion de localités citées dans les textes.

12  Recueil actes Pépin, no XIV, 23 juillet 829 et no XXXVIII [29 juin 836-av. le 14 décembre 838]. Ces deux pièces ne sont connues que par des copies du xviie s. Un faux, postérieur au xie s., utilise également cette localisation (no XLV).

13  Pour une meilleure approche du site, nous mentionnons quelques dates concernant le prieuré et l’église. Les documents anciens sont conservés aux ADV (1 H 1/11, années 1601-1700 ; 1 H 1/12, années 1701-1785) et ceux de la période moderne à la mairie de Vouneuil-sous-Biard.

14  Livre de la Confrérie de Notre-Dame réconciliatrice de la Salette, par Urbain Dubois, curé, paroisse de Vouneuil-sous-Biard.

15  Livre de la Confrérie... (id.). Le témoignage du curé Dubois en 1855 (« la chapelle de la Vierge était inondée : l’eau formait comme un petit lac sur le dessus de l’autel qui est creux »), concorde avec les annotations du curé Clémot conservées aux Archives départementales de la Vienne (dépôt SAO). Les encoches pratiquées sur le pourtour de l’autel pour évacuer l’eau sont donc postérieures au 4 mars 1855.

16  Les archives de la Société des antiquaires de l’Ouest, déposées aux Archives départementales de la Vienne à Poitiers, conservent deux lettres précisant l’emplacement de cette table avant sa récupération. L’une d’entre elles, datée du 6 mai 1880 et adressée à X. Barbier de Montault, émane de B. Clémot, qui s’était « rendu acquéreur devant la commune de tous les matériaux de la vieille église », et indique que « cette plaque de marbre formait tout simplement le devant de l’autel de la sainte Vierge ». La seconde lettre, en date du 10 octobre 1880, a été écrite par M. de la Martinière et précise à ses correspondants de la Société : « Votre marbre formait le dessus de l’autel de la sainte Vierge. » L’autorité scientifique de M. de la Martinière et le caractère historico-archéologique de son courrier, contrastant avec le ton plus général de celui de l’entrepreneur B. Clémot, nous invitent à suivre cette dernière indication, parfaitement compatible avec les marques de réutilisation visibles sur la table. Je remercie vivement Dominique Simon-Hiernard pour m’avoir transmis la transcription de ces archives.

17  Voir en particulier : Rohault de Fleury, 1883 ; Braun, 1924 ; Leclercq, 1925.

18  Un tour d’horizon général de cette problématique a été présenté à la dernière table ronde de Saint-Guilhem-le-Désert. Voir Treffort, 2004.

19  Voir Sabatier, 1872 ; voir également l’article « Auriol », dans DACL, t. I/2, 1907, col. 3151-3155.

20  Voir notamment Treffort, 1996.

21  Recherche facilitée par le fichier manuscrit des noms de personnes issu du dépouillement des cartulaires poitevins réalisé en particulier par E. Carpentier, Y. Chauvin, R. Favreau et G. Pon (consultable au CESCM de Poitiers).

22  Inventaire dressé dans Alavedra, 1979.

23  Inventaire provisoire dans Treffort, 2004.

24  Sur l’épigraphie médiévale à Saint-Savin, voir Favreau, 1976.

25  Références précises dans Treffort, 2004.

26  Saint-Cyprien, p. 51, charte no 52 (990-996) et p. 56, charte no 64 (1069 ?) : Vocatur autem (jam) predicta aecclesia vel locus Vohenolus (Veonolius).

27  Cette hypothèse paraît plausible dans la mesure où l’on sait qu’un moulin à eau tardif était implanté sur le bord de la Boivre, à quelques dizaines de mètres du prieuré.

28  Cette interprétation est basée sur l’étude de Ch. Montenat et M.-L. Guiho-Montenat (2002). Voir également sur les graffiti anciens : Pritchard, 1967 et – principalement pour les illustrations – « Signes gravés sur les églises de l’Eure et du Calvados », Bibliothèque d’Alexandrie, t. 2, Paris, 1964.

29  Voir D. Simon-Hiernard, notice no 65 « dalle à décor gravé », in Sapin, 2004, p. 99.

30  Autorisation de sauvetage no 4 du 15 janvier au 1er avril 1984, M.-R. Sire et M. Aucher, Rapport de fouilles, DRAC Poitou-Charentes, 1984.

31  Prolongation du 1er avril au 30 juin 1984.

32  Autorisation de sauvetage programmé no 7080 du 1er avril au 15 novembre 1985, M.-R. Sire et M. Aucher, Rapport de fouilles, DRAC Poitou-Charentes, 1985.

33  Autorisation de sauvetage no 19 du 16 avril au 16 mai 1986, M.-R. Sire et M. Aucher, Rapport de fouilles, DRAC Poitou-Charentes, 1986.

34  Le mobilier significatif se compose d’un fond d’assiette guillochée en imitation de céramique sigillée et de deux goulots de cruches en céramique commune à col droit, avec une lèvre éversée qui se termine par un bourrelet facilitant l’obturation (iie s.).

35  Monnaies identifiées sous les nos 4 et 5 (Annexe A).

36  Monnaie identifiée sous le no 1 (Annexe A).

37  Déchets de cuisine (huîtres, moules, os de porc et de bœuf) et ossements d’une tête de chien complète.

38  Céramiques modelées à la tournette, non tournées, à cuisson réductrice.

39  Hypothèse proposée par M.-Th. Camus.

40  Monnaies médiévales et modernes identifiées par Jean Hiernard (Annexe A).

41  Lusse, 1986, p. 63 : « Fosse no 3 : plaques d’os gravé, clouées sur une âme en bois, constituant une croix pattée dont ne subsistent que trois branches (largeur de la croix 20 cm), datation : mérovingienne. »

42  Provost et al., 1999, p. 256-263. Fouilles sur la commune de Bouquet, près d’Uzès.

43  Datation ETH-26097, âge14C AMS conventionnel : 1265 ± 50 BP ; date14C calibrée : 665 cal AD-880 cal AD. La courbe de densité de la date calibrée annonce que la probabilité entre 665 cal AD et 785 cal AD est de 67,1 %, et entre 785 cal AD et 880 cal AD de 28,8 %.

44  Musée de Poitiers, collection Richard, no 492 : plaquette de forme allongée identique à celles de Vouneuil et décorée de chevrons alternant avec des cercles pointés ; no 491 : fragment de plaquette décorative carrée portant plusieurs motifs semblables (voir ci-dessus, tableau d’iconographie comparée), provenance : Poitiers.

45  Eck, 1891, p. 222, pl. 18, fig. 11 (datation Bas-Empire).

46  Petkovic, 1995, pl. 1-10. Sur les 71 dessins de peignes liturgiques représentés, les figures 5 et 6 de la planche 10, classées en fin de publication, pourraient appartenir à des croix de formes différentes de celle de Vouneuil-sous-Biard.

47  Les trésors des églises de France, catalogue d’exposition, musée des Arts décoratifs, Paris, 1965, p. 226 et pl. 3. Ce reliquaire, en forme d’arche avec un toit à deux pentes, dont l’âme de bois est recouverte de onze petites lames d’os fixées par de minuscules chevilles de même matière, porte un décor très simple de cercles pointés gravés ou perforés et de quadrillages (datation préromane).

48  Goethert, 1997, p. 158. Que Dominique Simon-Hiernard trouve ici ma reconnaissance pour la documentation qu’elle m’a fournie au cours des années passées, me permettant ainsi d’étayer cette étude.

49  Voir supra, prospection.

50  Les pans de l’abside présentent les largeurs suivantes du nord au sud : pan 1 = 0,50 m (extrémité nord interrompue) ; pan 2 = 1,50 m ; pan 3 = 1,60 m ; pan 4 = 1,50 m ; pan 5 = 1,60 m et pan 6 = 0,75 m (extrémité sud interrompue).

51  La mesure des angles est la suivante : pan 1-2 = 150o ; pan 2- 3 = 146o ; pan 3-4 = 142o ; pan 4-5 = 142o ; pan 5-6 = 141o et pan 6- mur de retour = 170o.

52  La stratigraphie des mortiers illustre les recouvrements suivants : US 5.33 sur US 5.22 ; US 5.44 sur US 5.22 ; US 5.33 et US 5.55 sur US 5.44 et US 5.33.

53  Je tiens ici à remercier Marie-Reine Sire, Jean-Claude Bessac et Hervé Thillard pour leurs judicieux conseils au sujet du montage de cette maçonnerie.

54  US 5.2/US 5.22 ; US 5.3/US 5.33 ; US 5.4/US 5.44 ; US 5.5/ US 5.55.

55  Le plan au sol montre le débordement important du ressaut de fondation sur les côtés sud et est du contrefort.

56  Les US 5.2, 5.3, 5.4 et 5.5 sont en phase avec les US 5.22, 5.33, 5.44 et 5.55.

57  Voir la localisation du prélèvement sur la fig. 40.

58  Il s’agit là d’un morceau de corniche moulée de type antique, qui n’a rien de commun avec le décor de stuc trouvé dans l’espace intérieur.

59  L’US 2.2 recouvre, en effet, partiellement l’US 1 au sud du mur arasé.

60  Le ressaut correspondant à un mur plus ancien, sur lequel aurait été construit le mur actuel de la chapelle gothique, apparaît nettement sur le plan au sol (voir fig. 26).

61  Voir plan général de M.-R. Sire (fig. 26), redessiné en 2004, avec les états antiques qui montrent l’orientation de ces murs.

62  L’état romain 1 pour le mur 001, l’état romain 2 pour le mur 002 et l’état tardo-antique pour le mur 033.

63  Voir la localisation de l’échantillon (voir fig. 40). Les échantillons ont été confiés au laboratoire Beta Analytic Inc. de Miami (Floride, USA).

64  La datation du « foyer 69 » est de 650 ± 60 ans et la datation de l’US 1 présente une fourchette large de 570-970, avec deux intervalles préférentiels à 68 % de probabilité : 650-810 et 840-860. Si l’on retient le premier intervalle préférentiel de 650-840 pour l’US 1, les deux zones peuvent être datées de la même période.

65  Ce mur, appartenant à l’état romain 5, se prolonge naturellement sous l’abside (voir supra).

66  Voir les exemples regroupés dans Duval, 1991, p. 186-219.

67  Duval, 1991, p. 190 : « En France, on peut compter sur les doigts de la main les villae utilisées, au moins partiellement aux ve et viie siècles à des fins cultuelles. »

68  Voir également sur cette question l’étude de G. P. Brogiolo et A. Chaverria, 2003, p. 9-37.

Table des illustrations

Titre Fig. 2 – Les marges sud-ouest de Poitiers du ive au viie s. (L. Bourgeois, CESCM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 3 – La Quinte et la Viguerie de Poitiers à l’époque carolingienne (L. Bourgeois, CESCM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 4 – Vouneuil-sous-Biard, d’après le plan cadastral de 1831, avec position des sarcophages découverts en 1923 (L. Bourgeois, CESCM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 5 – Les vestiges du chœur de l’église restaurée (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 6 – La table d’autel de Vouneuil, publiée par B. de Montault en 1880.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 7 – La table d’autel de Vouneuil conservée au baptistère de Poitiers (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 8 – La table d’autel de Vouneuil, détails des graffiti (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 9 – Angle des murs M. 003 et M. 004 (cliché M.-R. Sire).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 10 – Mur M. 003, détail (cliché M.-R. Sire).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 11 – Ensemble de maçonneries des états antiques, dont le mur M. 004 rehaussé (cliché M.-R. Sire).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 12 – Plan de l’état antique (phases romaines 1 à 4), par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 13 – Planche de céramiques (ier-ve s.) trouvées dans les niveaux intérieurs remaniés au haut Moyen Âge (dessin M.-R. Sire).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. 14 – Plan de l’état tardo-antique, par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 15 – Plan de l’état des structures au haut Moyen Âge, par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 16 – Plan des états d’occupation de la partie fouillée de l’église (xive-xviiie s.), par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 17 – Détail de la mosaïque trouvée in situ (cliché M.-R. Sire).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 18 – Fragment de la mosaïque restaurée (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 19 – Coupe stratigraphique ouest-est, selon M.-R. Sire, 1986.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 20 – Éléments de croix en os in situ (cliché M.-R. Sire).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 21 – Croix en os : a) relevé des éléments (M.-R. Sire) ; b) éléments de la croix après restauration (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tabl. I – Iconographie comparée des décors en os (M.-R. Sire).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 22 – Fragment de la croix du Bouquet (Gard). Échelle inconnue.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Fig. 23 – Pyramides et cônes en argile crue (M.-R. Sire).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 24 – Chapiteau en calcaire découvert en remploi dans la construction médiévale du chevet de Vouneuil-sous-Biard (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 25 – Vue générale vers l’est, intérieur de l’abside (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 26 – Plan général des structures visibles et étudiées (J.-F. Mariotti, SRA Poitou-Charentes ; B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 27 – Vue générale vers l’ouest des murs 005 et 006 arasés au sol et des murs 001 et 010 en élévation (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 28 – Vue générale vers le nord avec, au premier plan, les murs 006 et 008 arasés, le mur 010 et la fondation de l’abside (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 29 – Abside, parement intérieur du mur, vue projetée et développée (B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 30 – Abside, parement intérieur du mur, phases de chantiers selon les mortiers (B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 31 – Abside, parement extérieur du mur, vue projetée et développée (B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 32 – Abside, parement extérieur du mur, phases de chantiers, fondation et US (B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 33 – Abside, pan nord-est et contrefort appuyé en partie basse et lié en partie haute (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Fig. 34 – Vue générale de la fondation et du contrefort nord (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 35 – Abside, contrefort nord (B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 36 – Abside, contrefort sud (B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 37 – Abside, angle sud-est du pan coupé, contrefort sud et fondation (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 38 – Abside, angle nord avec sa fissure et sa fondation (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 39 – Abside, détail de l’angle maçonné, côté sud (cliché Chr. Vignaud, musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 40 – Abside, parement intérieur du mur, emplacement des prélèvements (B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 41 – Élévation extérieure de l’abside et des contreforts sud et nord, emplacement des prélèvements(B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 42 – Abside, localisation des axes des coupes, repères JK, YZ et FG (B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 43 – Abside, coupe schématique ouest-est, repère JK (B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 44 – Abside, coupe schématique ouest-est, repère FG (B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 45 – Abside, coupe schématique ouest-est, repère YZ (B. Palazzo-Bertholon, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Fig. 46 – Localisation des prospections géophysiques (Terra Nova, 2003).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 47 – Carte de résistivité électrique en maille fine, 1 m (Terra Nova, 2003).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 48 – Carte de résistivité électrique en maille large, 2 m (Terra Nova, 2003).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 49 – Carte de gradient magnétique (Terra Nova, 2003).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 50 – Carte interprétative des données de résistivité (Terra Nova, 2003).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 51 – Carte interprétative des données magnétiques (Terra Nova, 2003).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 52 – Hypothèse de restitution des espaces et maçonneries au ve s., par M.-R. Sire (DAO G. Fèvre, CEM).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/47545/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteurs

© CNRS Éditions, 2009

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search