Version classiqueVersion mobile

Quand les entreprises chinoises se mondialisent : Haier, Huawei et TCL

 | 
Geneviève Barré

Avant-propos

David J. Teece

Texte intégral

1Le cadre théorique des capacités dynamiques peut apporter, comme je l’ai écrit par ailleurs, une contribution importante à l’approfondissement des modèles existants relatifs à l’internationalisation des entreprises, qui ont été développés dans le domaine de l’économie et du management international (Teece, 2014). J’ai donc été ravi quand j’ai reçu l’étude approfondie de Geneviève Barré sur les expériences d’internationalisation de trois entreprises chinoises leaders.

2L’internationalisation de l’entreprise implique souvent l’extension des capacités de l’entreprise, un effet de levier par rapport aux capacités actuelles, ainsi que la création de capacités nouvelles. Pourtant les travaux de recherches sur l’investissement à l’étranger sont dominés par les théories s’appuyant uniquement sur des concepts économiques comme celui des coûts de transaction. Si on ne tient pas compte du rôle des capacités, la théorie de l’investissement à l’étranger ne peut pas prendre en compte le rôle de la stratégie des entreprises, et peut aussi conduire à une erreur d’appréciation quant à leur comportement.

3De fortes capacités dynamiques permettent à l’entreprise et à ses dirigeants d’intégrer, de construire et de reconfigurer les compétences internes et externes de la firme afin de s’adapter aux changements et à la diversité des environnements (Teece, Pisano et Shuen, 1997 ; Teece, 2007). Par exemple, une entreprise dotée de fortes capacités en matière d’identification des tendances en matière de technologie et de marchés pourra utiliser son entrée sur les marchés étrangers pour renforcer ses connaissances relatives aux besoins des consommateurs locaux de manière à améliorer son offre de produits et de services.

4Une entreprise dotée de fortes capacités en matière de saisie d’opportunités pourra identifier rapidement les compétences qui lui manquent pour aborder un marché étranger spécifique, et décider celles sur lesquelles investir en priorité. C’est ce même type d’entreprise qui est organisée de manière à autoriser et encourager l’apprentissage et la flexibilité au niveau de ses filiales.

5 L’étude de G. Barré donne des exemples très clairs du rôle de ces capacités et des autres capacités dynamiques développées à des degrés divers au sein des entreprises chinoises.

6On comprend également en lisant cette étude que les capacités dynamiques demandent du temps pour être développées, et que certaines des premières initiatives internationales des firmes chinoises ont pu avoir été freinées par la faiblesse de leurs capacités initiales.

7Bien sûr, les capacités dynamiques sont un concept abstrait. Dans la pratique elles sont enracinées et mises en œuvre au niveau des hommes et des femmes de l’entreprise. L’étude de G. Barré met tout particulièrement en évidence les facteurs relatifs à la vision des dirigeants, aux structures organisationnelles, ainsi qu’aux systèmes de motivation qui ont constitués un cadre solide pour l’internationalisation rapide de ces entreprises. Elle met en scène également l’environnement des entreprises, et dans ce cas les multiples politiques de soutien du gouvernement chinois, qui peuvent être si étroitement corrélées à la mise en œuvre des stratégies des entreprises.

8Cette étude nous aidera à mieux comprendre le phénomène de développement et de déploiement des capacités dynamiques, quel que soit le pays concerné. En même temps, elle apporte des exemples très riches relatifs aux fondations microéconomiques sur lesquelles on peut bâtir les capacités dynamiques nécessaires à l’internationalisation.

Bibliographie

Références

Teece, D. J. 2007. Explicating dynamic capabilities : the nature and microfoundations of (sustainable) enterprise performance. Strategic Management Journal 28, 1319-1350.

Teece, D. J. 2014. A dynamic capabilities-based entrepreneurial theory of the multinational enterprise. Journal of International Business Studies 45, 8-37.

Teece, D. J., Pisano, G. and Shuen, A. 1997. Dynamic capabilities and strategic management. Strategic Management Journal 18, 509-533.

Auteur

Professeur à la Haas School of Business, Université de Californie à Berkeley, titulaire de la chaire Thomas W. Tusher en Global Business, directeur de l’Institute for Business Innovation, UCB.
Berkeley, le 10 septembre, 2015

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search