Version classiqueVersion mobile

Quand les entreprises chinoises se mondialisent : Haier, Huawei et TCL

 | 
Geneviève Barré

Préface

Marie-Claire Bergère

Texte intégral

1Le développement économique de la Chine aux XIXe et XXe siècles a toujours représenté mon principal domaine de recherche et d’enseignement, mais c’est un sujet que j’ai abordé en tant qu’historienne. Je ne peux donc attribuer l’honneur que me fait l’invitation de Geneviève Barré à préfacer son ouvrage qu’aux liens amicaux noués entre nous à l’époque où à l’Inalco elle était une de mes meilleures étudiantes.

2Ce qui m’a poussé en outre à accepter son invitation, c’est l’intérêt plus particulier que j’ai pendant de longues années porté au rôle du secteur privé et de ses entrepreneurs dans le développement de l’économie chinoise. J’avais abordé ces problèmes sous l’angle de l’histoire politique et sociale à une époque où le miracle chinois ne faisait encore que s’esquisser et où l’ouverture de la Chine au monde demeurait limitée. Le caractère mouvant des institutions, les chevauchements des statuts juridiques, le rôle dominant autant qu’occulte des interventions des pouvoirs publics ainsi que le mystère entretenu autour de la personnalité et de la carrière des principaux entrepreneurs étaient des obstacles auxquels, comme de nombreux autres historiens et observateurs, je ne cessais alors de me heurter, qui freinaient ma démarche et conféraient à mes conclusions un caractère trop souvent hypothétique. Menée sur le terrain, à partir de l’étude approfondie de trois cas des plus importants, l’enquête poursuivie par Geneviève Barré revêtait un caractère empirique, prometteur, me semblait-il, de sérieuses avancées dans notre connaissance.

3Je n’ai pas été déçue ! Systématique, prudente, progressant pas à pas, cette étude met les avantages de la démarche monographique au service d’une vision globale qu’elle précise et fortifie. Geneviève Barré a choisi comme point de départ de son étude l’année 2001, année d’accession de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce, qui marque une forte accélération de son intégration aux échanges internationaux et une participation croissante au mouvement de la mondialisation. La période – environ une décennie – que l’auteur étudie marque pour le secteur privé un temps de maturation au cours duquel il va se sentir assez fort pour affronter la concurrence internationale, s’engager dans un véritable processus d’internationalisation et placer quelques-unes de ses entreprises en tête de leurs secteurs d’activité respectifs.

4Abandonnant à plus compétent que moi le soin d’évaluer la contribution de l’ouvrage à la théorie des capacités dynamiques, je me contenterai de tenter de dégager ici ce que sa lecture peut apporter à un public généraliste. Cette lecture a minima appauvrira la contribution de Geneviève Barré aux yeux des spécialistes, elle devrait en revanche encourager tous ceux qui s’intéressent à la marche du monde, c’est-à-dire à celle de la Chine, à prendre connaissance des faits et des conclusions présentés par l’auteur.

5Tout en replaçant le processus d’internationalisation des entreprises privées chinoises dans son cadre historique et institutionnel – la politique des réformes – l’auteur souligne « le lien très puissant entre la stratégie des entreprises et la politique nationale, indépendamment du statut juridique des entreprises », validant par là le rôle ambigu tenu par des entreprises dont on ne saurait véritablement dire si elles sont publiques ou privées. Résolument empirique, cette approche est bien la seule possible si l’on veut éviter de s’enliser dans le marécage des statuts apparents et des réalités sous-jacentes. Le cœur de l’ouvrage est formé de trois monographies consacrées respectivement aux groupes Haier (électroménager), Huawei (information et communication) et TCL Corporation (électronique) et nourries par une documentation exceptionnellement riche. Les informations ont été principalement recueillies auprès des représentants de ces entreprises en Chine et en Europe. Grâce à sa maîtrise du mandarin et à ses longs séjours en Chine, Geneviève Barré a pu non seulement consulter une abondante littérature spécialisée, mais mener directement de longs entretiens avec des experts institutionnels chinois aussi bien que des présidents et vice-présidents d’entreprises ou des dirigeants de filiales à l’étranger.

6Parmi les thèmes abordés revient comme un fil directeur l’influence exercée par le Parti et l’État sur la stratégie des entreprises. C’est là un thème familier. Ce qui est peut-être moins connu et très bien mis en lumière dans cet ouvrage, c’est la qualité même, le dynamisme et l’originalité de cette stratégie qui ont permis aux entreprises de surmonter l’obstacle que représentait l’absence d’avantage concurrentiel préalable à l’internationalisation. L’auteur nous décrit ainsi les capacités d’innovation des entreprises qui savent se ménager des accès aux technologies nouvelles, leurs qualités d’organisation, en particulier dans l’interaction entre sièges et filiales, et leurs aptitudes à développer des élites managériales aussi bien en Chine qu’à l’étranger. L’intervention et l’aide des pouvoirs publics n’expliquent pas tout. Les réussites décrites par l’auteur doivent aussi être attribuées au style de gestion des entreprises elles-mêmes et en particulier à la personnalité et au rôle de leurs fondateurs.

7 Rejetés en annexes, une série d’essais retracent la biographie – origine géographique et milieu social d’origine, formation et carrière – des principaux dirigeants. Souvent obtenues des intéressés eux-mêmes, ces informations pourraient servir de base à une étude prosopographique des entrepreneurs privés chinois. Ce n’était évidemment pas là l’objectif de l’auteur, mais on ne peut s’empêcher de remarquer au passage que, contrairement à ce que l’on aurait supposé, la plupart des dirigeants mentionnés ne sont pas originaires des provinces côtières, pionnières de l’ouverture, mais des régions intérieures et même du Grand Ouest réputé arriéré ; que la plupart viennent d’un milieu relativement modeste d’enseignants, d’employés et que, sauf pour les plus jeunes, ils n’ont pas fait d’études à l’étranger mais se sont formés dans des instituts provinciaux chinois et qu’ils ont acquis leur expérience pratique, avant les réformes et l’ouverture, en tant que techniciens des entreprises publiques ou collectives ou bien dans l’armée. C’est là un éclairage nouveau jeté sur des dirigeants aussi discrets qu’influents.

8Un tel ouvrage ne pouvait être que le fruit d’une double formation, linguistique et économique, d’une expertise exceptionnelle, acquise au cours de deux longs cursus parallèles, et perfectionnée par de nombreux séjours sur le terrain. À une époque où les acteurs politiques et économiques du monde entier s’interrogent avec une certaine angoisse sur la direction que va prendre le développement chinois, l’ouvrage de Geneviève Barré est une référence essentielle.

Auteur

Professeur honoraire des universités
Paris, le 1 er octobre 2015

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search