Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

F

p. 127-143


Texte intégral

FAST-FOOD

1S’il est un terme qui révèle le caractère structurant de la langue – au sens de la sémiologie depuis Saussure – c’est bien celui de « fast-food » car la seule traduction de « restauration rapide » est loin de rendre compte de l’étendue de la notion et de son importance dans la société occidentale. Preuve en est l’effet que semble avoir le thème sur d’habiles iconologues transfigurés en de virulents iconoclastes, les faisant dévier de l’analyse critique à l’anathème, glissant même de l’essai scientifique (Ariès, 1997) au véritable pamphlet (Ariès, 1999).

2Qu’elles soient d’essence économique ou plus sociologique, les définitions du fast-food insistent sur le caractère structurant tant du mode d’alimentation que du système productif. En termes économiques, le fast-food apparaît comme un système de distribution (plutôt à base de chaînes de points de vente) de produits finis (hamburgers, glaces en cornet, poulet frit, pizzas, cuisine asiatique, kebab, fish & chips, pâtisseries, etc.) à consommer sur place ou à emporter, structurant le marché par une stratégie à la fois de croissance extensive et de différentiation par une formule de vente reposant sur : des prix relativement bas, une rapidité de service (cinq minutes en moyenne), un dispositif simplifié de consommation (doigts, couverts en plastique, packaging ajusté, etc.) et une courte durée de vie, en termes tant de conservation que de valeur nutritive (Price, 1993). Pour de nombreux autres auteurs, souvent très critiques, la structuration n’est pas qu’économique… elle a une finalité totalisante : industrielle, économique, sociale, alimentaire, comportementale, etc. (Maillard, 1991 ; Reiter, 1991 ; Love, 1995 ; Schlosser, 2000 entre autres). Certains allant même à parler d’« ethos du Fast Food » (Reiter, 1991) ou de « McDonaldisation de la société » (Turner, 1994), « des mœurs » (Fischler, 1996) ou « du monde » (Ariès, 1997).

3D’ailleurs, pour Jakle et Sculle (1999), le fast-food est un « total design » opérant par la maîtrise de la localisation, de la production et du packaging, la coordination systématique de l’architecture, du balisage, du décor intérieur, de l’organisation du travail, du comportement des consommateurs, de la gestion du canal de la fabrication à la commercialisation… en vue de structurer le territoire comme l’avait commencé l’industrie automobile, trente ans avant (les deux industries étant corrélées, à voir l’omniprésence des fast-food le long des routes et autoroutes). Les principales chaînes de fast-food ont d’ailleurs été créées à l’après seconde guerre mondiale, accompagnant l’essor de la société de consommation et le baby-boom (Dairy Queen 1941, Kentucky Fried Chicken 1952, McDonald’s 1955, Burger King 1955, Dunkin’ Donuts 1955, Pizza Hut 1959, etc.). Il ressort de ces analyses un sentiment de grande rationalisation du management (règles, normes, machinerie, automatismes, productivité, performance, etc.) tendant vers une organisation quasi scientifique du travail et des lieux héritée des précurseurs comme Taylor et Ford (Ellul, 1977) ; organisation qui semble donner confiance aux parents, leur procurer un sentiment de maîtrise, de repères fermes, notamment en matière d’hygiène des locaux et des produits servis, sentiments importants, selon Gacem (1999), pour que les familles acceptent de se plonger dans un univers aussi différent du leur.

4C’est donc dans une tradition post-marxiste qu’à l’instar de Schlosser (2000), de nombreuses critiques dénoncent les effets néfastes de cette « mégamachine » à la Latouche (1995) : problèmes de santé publique (obésité notamment), endoctrinement des consommateurs (les plus jeunes), domination symbolique des employés, domination économique des fournisseurs, appauvrissement culturel (« malbouffe »), etc.

5Si l’interprétation des chaînes de fast-food comme « mégamachines à moderniser » est une thèse répandue — jusque dans les milieux politiques à en croire les événements récents au cours desquels McDonald’s a servi de lieu symbolique à une lutte contre l’« agriculture et l’alimentation industrielles » (Bové et Dufour, 2000) renvoyant au « mythe des envahisseurs et de la perte d’identité » (Fischler, 1996) —, une interprétation du fast-food en terme de fonctions sociales à la Merton (1957) révèle une autre dimension de cette industrie souvent non perçue — y compris par des experts du marketing expérientiel (Hanefors et Mossberg, 2003) — celle d’un univers de transgression. Transgression qui semble se traduire par une mise en sourdine des conventions et le détournement de l’espace (organisé ou non par l’entreprise), par une symbolique très axée sur des « héros du sous-sol » et sur le « bricolage », par une présence importante du jeu et des loteries de toutes sortes, et par une imprégnation par l’« infra-ordinaire » et le familier (Gacem, 1999 ; Badot, 2002).

6En ce sens, le fast-food remplirait une fonction de canalisation résiduelle des besoins de transgression dans l’univers du domestique dépolitisé et affadi. Comme le résume Gacem (1999), par les signes de la fête amplifiés par la communication publicitaire et par l’organisation d’une certaine transgression, McDonald’s ferait vivre à ses clients une fête, sans doute plus imaginaire que réelle, qui leur éviterait « de passer par une démesure orgiaque, ou même par des manifestations d’allégresse », contribuant, au passage, à resserrer la cellule familiale. Selon Bourdieu (1990), la fonction de l’ordinaire et du domestique est justement de diluer les grandes exaltations politiques, notamment à travers la possession d’une maison individuelle, phénomène qui s’est développé dans presque toutes les catégories sociales depuis 1950 et qui peut être interprétée comme « une sorte de domestication des aspirations et des projets désormais bornés à la frontière du seuil, et enfermés dans l’ordre du privé, par opposition aux projets collectifs de la lutte politique par exemple, qui devaient toujours être conquis contre la tentation du repli sur l’univers domestique ». Pour lui, cet « égoïsme collectif trouve [d’ailleurs] sa légitimation dans le culte de la vie domestique que célèbrent en permanence tous ceux qui vivent directement ou indirectement de la production et de la circulation des objets domestiques ».

7Deux voies d’élucidation de la fonction sociale des fast-food se dessinent donc : l’une plus évidente, communément énoncée et critiquée, de « mégamachine » à moderniser, sorte de bureaucratie marchande développant, inéluctablement, à travers le monde, par ses règles et ses normes, le modèle hérité du fordisme de l’entreprise productiviste supposée génératrice d’avenir radieux, quasiment en lieu et place des institutions ; l’autre, moins attendue, presque invisible, voire contradictoire, de lieu d’une transgression par la mise en sourdine des conventions, notamment alimentaires, par le détournement de l’espace, par une mythologie du « bricolage » et par l’omniprésence du jeu. Qu’en est-il maintenant d’une fonction sociale combinant les deux ? Pourquoi un acteur social produirait-il un modèle et les conditions d’inversion de ce modèle ? Inspirés par les travaux de Dumont (1951) sur la « Tarasque », Desjeux et Taponier (1999) rappellent à ce sujet l’importance de l’inversion comme mécanisme social de maintien de l’ordre : « L’ordre social pour se maintenir demande du désordre. Il demande un désordre mimé, un désordre qui reste dans le domaine du symbolique et non du passage à l’action. La frontière entre intégration à l’ordre social et désocialisation est parfois bien fragile […] ».

8Les chaînes de fast-food seraient-elles alors en train de produire un (nouveau ?) modèle, une nouvelle totalité qui se gorgerait mondialement, en les intégrant et en les réinterprétant, de tous les particularismes locaux, de toutes les singularités, de tous les lieux et moments de l’ordinaire – une « utopie du coin de la rue » dirait Percq (1998) –, assurant la pérennité du modèle en prévoyant les modalités d’autodérision. De telles pratiques ne portent-elles pas au paroxysme la fausse conscience de liberté comme l’aurait dit Bourdieu (1997), comble de la domination symbolique exercée par un marché élevé à un rare degré de subtilité ?

9L’analyse du fast-food conduit alors à se demander si ce « système total » ne réussit pas là où les utopies plus ou moins rationalisantes et modernisatrices (des Lumières à l’Union soviétique) ont échoué. Elle conduit aussi à interroger les causes de cette efficacité (certes critiquée de nos jours), notamment en posant le fast-food comme un système langagier à part entière composé de signes plus familiers/familiaux qu’institutionnels, plus ordinaires qu’ostentatoires, plus participatifs qu’imposés et plus ludiques et transgressifs que sérieux. Ce système langagier semble d’autant plus affûté qu’il est organisé à travers de redoutables processus de formatage du sens que sont le « package de franchise » et le « positionnement » qui consiste, selon les créateurs du concept, Ries et Trout (1981), « […] essentiellement à comprendre la psychologie de l’esprit et à savoir comment manipuler les perceptions pour rendre ce que l’on vend plus attirant et unique […] »

10Olivier Badot

Bibliographie

11Ariès P., 1997. Les fils de McDo. La McDonaldisation du Monde, Paris, L’Harmattan.

12Ariès P., 1999. Petit manuel anti-McDo pour le grands et les petits, 2e édition, Villeurbanne, Éditions Golias.

13Badot O., 2002. « Esquisse de la fonction sociale de McDonald’s à partir d’une étude ethnographique : modernisme et transgression ordinaire », dans Desjeux D., Garabuau-Moussaoui I., Palomares E. (éds), Alimentations contemporaines, Paris, L’Harmattan, p. 83-121.

14Bourdieu P., 1990. « Un signe des temps », dans Actes de la recherche en sciences sociales, n° 81/82, p. 2-5 (mars).

15Bourdieu P., 1997. Méditations pascaliennes, Seuil, Paris, coll. « Liber ».

16Bové J., Dufour F., 2000. Le monde n’est pas une marchandise. Des paysans contre la mal-bouffe. Entretiens avec Gilles Luneau, Paris, La Découverte.

17Desjeux D., Taponier S., 1999. « Introduction », dans Desjeux D., Jarvin M., Taponier S. (éds), Regards anthropologiques sur les bars de nuit. Espaces et sociabilités, coll. « Sciences Humaines et Sociales », Paris, L’Harmattan, p. 11-15.

18Dumont L., 1951. La Tarasque, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».

19Ellul J., 1977. Le système technicien, Paris, Calmann-Lévy.

20Fischler C., 1996. « La “macdonaldisation” des mœurs », dans Flandrin J.-L., Montanari M. (éds.), Histoire de l’alimentation, Paris, Fayard, p. 859-879.

21Gacem K., 1999. « Le succès du fast-food auprès des familles. Une pratique récréative » dans Dialogue, no 144, p. 79-88.

22Hanefors M., Mossberg L., 2003. « Searching For the Extraordinary Meal Experience » dans Journal of Business and Management, vol. 9, no 3, p. 249-270.

23Jakle J. A, Sculle K. A., 1999. Fast Food : Roadside Restaurants in the Automobile Age, Baltimore, John Hopkins University Press.

24Latouche S., 1995. La mégamachine. Raison technoscientifique. Raison économique et mythe du progrès, voll. Recherches, Paris, La Découverte/M.A.U.S.S.

25Love J.F., 1995. McDonald’s. Behind The Arches, Revised Edition, New York, Bantam Books.

26Maillard E., 1991. « Les marques : nouveaux ghettos ? » dans Revue Française du Marketing, no 135, Paris, ADETEM.

27Merton R. K., 1957. Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon.

28Percq P., 1998. « L’utopie du coin de la rue », dans Projets, no 253, p. 56-60 (mars).

29Price S., 1991. An Analysis of the UK Fast Food Market Structure, Hotel and Catering Research Centre, Huddersfield, Huddersfield Polytechnic.

30Reiter E., 1991. Making Fast Food : From the Frying Pan into the Fryer, London, McGill-Queen’s University Press.

31Ries A., Trout J., 1981. Positioning. The Battle For your Mind, McGraw-Hill.

32Ritzer G., 1996. The MacDonaldization of Society, Thousand Oaks, Ca. Pine Forge Press, USA.

33Schlosser E., 2001. Fast Food Nation : The Dark Side of the All-American Meal, Boston, Houghton Mifflin.

34Turner B., 1994. « The McDonaldization of Society » dans British Journal of Sociology, p. 325-326 (June).

35 Alimentation, Anorexie, Boulimie, Diététique, Obésité

FATIGUE

36L’étude de la fatigue a été d’abord liée au problème de l’évaluation de la force physique, celle utilisée au cours du travail par l’animal puis par l’homme. Charles-Augustin Coulomb (1736-1806) est l’auteur en 1778 d’un mémoire (Vatin, 1993), présenté à l’Académie des Sciences sous le titre « Mémoire sur la force des hommes ». Dans ce mémoire rédigé en 1774, le travail est défini dans le cadre mécanique de la théorie des machines. Reprenant la mesure des capacités musculaires des hommes, déjà traitée par le physicien de la résistance de l’air (1721) et des frottements dans les poulies (1732) Jean Théophile Désaguliers (1683-1743) et Daniel Bernoulli (1700-1782) qui mettra l’accent sur le principe de conservation de l’énergie dès son ouvrage Hydrodynamica (1738), Coulomb distingue la force du travail : « Il y a deux choses à distinguer dans le travail des hommes ou des animaux : l’effet que peut produire l’emploi de leurs forces appliquées à une machine et la fatigue qu’ils peuvent éprouver en produisant cet effet » (1778, p. 256 ; Vatin, 1993, p. 42). Obtenir l’effet maximum pour une fatigue donnée correspond ainsi à une bonne organisation du travail. Économique, cette définition de la fatigue comme un maximum retrouve la conception mécanique. L’invention d’une machine sans fatigue, complétant celle de James Watt (1736-1819), évite le gaspillage d’une différence de température : S. Carnot, avec l’idée d’un fonctionnement cyclique, « veut décrire finalement une machine théorique indépendante de la nature de l’agent utilisé » (Maury, 1986, p. 93). La fatigue demeure une entropie témoignant des limites de l’énergie corporelle.

37La critique par Engels et Marx des conditions du prolétariat, dès 1842 à Manchester dont celles des classes laborieuses en Angleterre, va définir la force de travail à l’intérieur du procès de la production du Capital : « Par force de travail, nous entendons l’ensemble de toutes les facultés physiques et intellectuelles qui existent dans le corps et la personnalité vivante d’un homme et qu’il met en mouvement toutes les fois qu’il produit des valeurs d’usage d’une espèce quelconque » (Le Capital, 2e partie, chap. IV, 3, trad. J. Molitor). L’aliénation dédouble le concept de fatigue, d’une part en exploitation de l’homme par l’homme et d’autre part en travail forcé du corps. Ce double épuisement tant dans les modes de travail que dans les conditions de vie du prolétariat définit une anthropologie économique qui trouvera dans l’analyse de l’école une illustration exemplaire.

38Le Tableau sur l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie du médecin et sociologue Louis-René Villermé (1782-1863) devait favoriser l’adoption de la loi sociale de 1841 sur la limitation du travail des enfants (Braun et Valentin, 1989). Le gouvernement de la deuxième République (1848-1852) se penche sur les problèmes de la scolarisation, à travers la réorganisation de l’enseignement public par la loi Falloux du 15 mars 1850. La gymnastique apparaît comme une solution corporelle et intellectuelle à la fatigue. Une loi rendra la pratique des exercices physiques facultative dans les écoles primaires, puis l’arrêté du 13 mars 1854 rend la gymnastique facultative dans les lycées et les collèges. Le décret du 3 février 1869 de V. Duruy rendra la pratique de la gymnastique obligatoire dans les écoles secondaires et les écoles normales d’instituteurs de garçons.

39La fatigue devient depuis la fin du XIXe siècle un facteur psychopathologique tant dans le monde du travail et dans les modes relationnels. L’utilisation des médicaments de l’esprit et de dopages est décrite par Alain Ehrenberg comme une conséquence du morcellement identitaire : la course à la compétition et à la performance produit un burn out qui détruit l’estime de soi, le rapport avec autrui et l’énergie du corps. La recherche des techniques corporelles de relaxation facilite l’élimination du stress tandis que les réductions du temps de travail ne profitent qu’aux classes privilégiées. L’usure du corps est compensée par les différentes drogues et la fatigue est corrigée par les cultes du corps en refusant de vieillir.

40Bernard Andrieu

Bibliographie

41Arnaud P., 1983. Les savoirs du corps. Éducation physique et éducation intellectuelle dans le système scolaire français, Lyon, PU Lyon.

42Arnaud P., 1991. Le militaire, l’écolier, le gymnaste. Naissance de l’éducation physique en France (1869-1889), pref. M. Agulhon, Lyon, PU Lyon.

43Binet A., Henri V., 1898. La fatigue intellectuelle, Paris, Reinwald Reed C., Andrieu B. (éd.), Paris, L’Harmattan, coll. « Encyclopédie psychologique », éd. 2005.

44Braun H., Valentin M., 1989. Villermé et le travail des enfants (Hier et Aujourd’hui), Paris, Economica.

45Bugard P., 1974. Stress, fatigue, dépression, Paris, Stock.

46Ehrenberg A., 1998. La fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob.

47Hacking I., 2002. Les fous voyageurs, Les empêcheurs de penser en rond.

48Tissié P., 1897. La Fatigue et l’entraînement physique, Paris, Alcan, coll. « Travail Humain », rééd. 1977, vol. 40 (2).

49Vatin F., 1993. Le Travail. Économie et Physique 1780-1830, Paris, PUF.

50Vermeil G., 1976. La fatigue à l’école, Paris, ESF.

51 Cultes du corps, Éducation, Ergonomie, Santé, Sommeil

FÉMINISME

52Si le féminisme évoque souvent l’image d’un phénomène de société contemporain, il s’agit avant tout comme le soulignent Florence Rochefort et Laurence Klejman (1989) d’un mouvement historique. En France, l’usage du mot féminisme se répand dans les années 1890, et est utilisé comme synonyme de l’émancipation des femmes. L’invention du mot, postérieure aux premières manifestations et plaidoyers pour le droit des femmes en 1789, 1830 et 1848, recouvre dans les premières années du XXe siècle des conceptions et des sensibilités opposées (Bard, 1995). Il n’existe donc pas de définition universelle du féminisme, le terme de féminisme indiquant historiquement divers ensembles de théories et de pratiques ayant en commun la constitution du « sujet femme » (Ergas, 1992).

53Deux phases essentielles se distinguent néanmoins dans l’histoire du féminisme occidentale. La première vague féministe, active jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, vise à obtenir l’égalité des droits entre hommes et femmes en privilégiant le suffrage comme rampe d’accès aux autres droits (Gubin, 2004). Les préoccupations des féministes réformistes, majoritaires, qui militent pour l’amélioration de la condition des femmes et focalisent leur action sur les réformes juridiques (Bard, 1995), sont éloignées des préoccupations des néo-malthusiens qui proposent une limitation des naissances comme solution à la misère (Klejman et Rochefort, 1989). En effet, les féministes réformistes sont sensibles aux thèses populationnistes selon lesquelles la prospérité et la sécurité d’un pays se mesure au nombre de ses enfants et leurs convictions religieuses les incitent à condamner l’avortement, alors même qu’elles sont républicaines et laïques. Leur approbation de la loi de 1920, qui accroît la répression de l’avortement et interdit tout discours public ou écrit intentatoire à la maternité, et celle de 1923, qui fait de l’avortement un délit relevant du tribunal correctionnel, n’est cependant pas dénuée de considération tactique, comme le souligne Christine Bard, les militantes souhaitant ne pas affaiblir leur position concernant le droit de vote. Revendiquant une égalité totale entre les sexes, qui implique un profond bouleversement des rôles sexuels, les féministes radicales, minoritaires, comme Louise Bodin ou Nelly Roussel, sont les seules à protester contre cette loi. De la même manière, c’est aussi parmi des féministes radicales, comme Madeleine Pelletier, que la liberté sexuelle et la question de l’éducation sexuelle trouve ses partisanes (Bard, 1995 ; Knibiehler, 2002). À partir de 1925, les féministes réformistes tentent pourtant de promouvoir une éducation sexuelle qui vise à « aider la jeune fille à se conserver pure et saine, [à] préparer la jeune fille à son rôle d’épouse et de mère » (p. 225). Le débat que cette action suscite permet de lever le tabou sur l’éducation sexuelle (Bard, 1995).

54La seconde vague, partie des campus américains à la fin des années soixante (Gubin, 2004), pose la question féministe en terme de « libération » (Picq, 2002). Les militantes cherchent à se libérer de la domination masculine et font de la reconnaissance du droit à disposer de son corps un des champs essentiels de leurs luttes. C’est au sein de « groupes de prise de conscience » exclusivement féminins, qui permettaient la confrontation des expériences individuelles, que sont mis au jour les points majeurs de l’assujettissement des femmes (Collin, 1992). La domination masculine, que recouvrait le terme d’« ordre patriarcal » s’exerçait dans le corps et par le biais du contrôle de la sexualité des femmes (Ergas, 1992). En France, les revendications du MLF s’inscrivent et prolongent ainsi une dynamique amorcée depuis le Deuxième sexe, ouvrage qui, en 1949, date de sa publication, rompt avec la pensée naturaliste alors largement dominante et surtout avec le suffragisme pour lequel les questions sexuelles n’avaient pas été une priorité (Chaperon, 2000). Les actions spectaculaires dont l’humour et l’accent provocateur constituent les formes d’intervention privilégiées par le MLF, marquent aussi une rupture avec les voies de la négociation patiente jusqu’alors empruntées (Chaperon, 2000). Arracher la sexualité féminine à la domination masculine implique de lutter pour la libéralisation de la contraception et de l’avortement (Ergas, 1992). En France, le mouvement de libération des femmes exige une redéfinition de la sexualité débarrassée de la procréation « obligatoire ». Le combat se focalise d’abord sur la légalisation de la contraception qui est, par ailleurs et parallèlement, mené par le mouvement français pour le planning familial. L’objectif de ce mouvement, initié par le docteur M.A. Lagroua Weill-Hallé et rejoint par des intellectuelles féministes comme E. Sullerot ou C. Valabrègue, sera d’abord d’obtenir l’abrogation de la loi de 1920. Le combat du MFPF, qui ne se revendique pas comme mouvement féministe mais social et médical, a incontestablement tenu un rôle majeur dans la légalisation de la contraception en France, officialisée par la loi Neuwirth du 19 décembre 1967 (Guerrand et Ronsin, 1990). Afin que cette légalisation devienne une pratique réellement effective, l’avortement doit, pour le MLF, être reconnu comme une pratique légale et libre. Reconnaissance obtenue partiellement en 1975 avec la loi Veil qui dépénalise uniquement l’avortement pour les femmes « en situation de détresse » (Bajos et Ferrand, 2002). Arracher la sexualité féminine à la domination masculine, c’est aussi exiger le droit au plaisir et dénoncer nombres d’idées reçues telles que le mythe de l’orgasme vaginal ou celui de la frigidité féminine et les ambivalences du discours de la libération sexuelle (Picq, 1993).

55Les problématiques que le MLF avait soulevées sont devenues depuis les années 80 l’objet d’approfondissements et d’analyses scientifiques par le biais des études féministes (Picq, 2002) et des recherches sur le genre. La tendance au déclin du féminisme s’est inversée à partir de 1995 avec le retour en France de la droite au pouvoir et les menaces qui pesaient alors sur les droits des femmes et plus particulièrement le droit à l’avortement, soulignant par là même que « les acquis des femmes ne le sont jamais tout à fait » (Picq, 2002, p. 29).

56Laurence Guyard et Aurelia Mardon

Bibliographie

57Bajos N., Ferrand M., équipe Giné, 2002. De la contraception à l’avortement. Sociologie des grossesses non prévues. Questions en santé publique, Paris, INSERM.

58Bard C., 1995. Les filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1940, Paris, Fayard.

59Ergas Y., 1992. « Le sujet femme. Le féminisme des années 1960-1980 » dans Histoire des femmes en Occident. V. le XXe siècle, ss. la dir. de F. Thébaud, Plon, coll. « Tempus ».

60Collin F., 1992. « Le féminisme : fin ou commencement de la mixité ? » dans Égalité entre les sexes. Mixité et démocratie. Logiques sociales, Paris, L’Harmattan.

61Gubin E., Jacques C., Rochefort F., Studer B, Thébaud F., Zancarini-Fournel M., (2004). Le siècle des féminismes, Paris, Éd. de l’Atelier.

62Guerrand R.H., 1990. Le sexe apprivoisé. Jeanne Humbert et la lutte pour le contrôle des naissances ?, Paris, La Découverte.

63Klejman L., Rochefort F., 1989. L’égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

64Knibiehler Y., 2002. La sexualité et l’histoire, Paris, Odile Jacob.

65Picq F., 1993. Libération des femmes. Les années mouvement, Paris, Seuil.

66Picq F., 2002. « Le féminisme entre passé recomposé et futur incertain » dans Cités 9, Paris, PUF.

67 Avortement, Contraception, Femme, Jeune fille, Sein, Sexualité

FEMME

68Avant les années 1970, l’histoire des femmes n’existait pas en tant que telle. Le travail des femmes est aussi défini en rapport avec leur corps, tant dans la société paysanne que dans l’assignation sociale de la société bourgeoise et dans la spécialisation professionnelle de l’industrie. Yvonne Verdier, par une étude ethnographique entre 1968 et 1975, établit une continuité entre physiologie des cycles du corps, généalogie et distributions des tâches. Martine Ségalen le démontre en Haute Bretagne, Lydie Bodiou en Grèce antique et Evelyne Berriot-Salvadore précise ce lien corps-destin dans la médecine de la Renaissance. L’anthropologie et l’histoire du sang se croisent ici pour lier l’âge, l’adolescence, la venue du sang menstruel, les rites de passage dans la chirurgie des âges.

69Le corps de la femme, depuis les œuvres fondatrices d’Edward Porter et d’Alice A. Jardine, est étudié dans la médecine et dans ses conséquences sociales sur les pratiques et la représentations esthétiques, sexuelles et procréatives. Ainsi Evelyne Berrot-Salvadore démontre comment l’étude de l’anatomie des fonctionnements physiologiques est inséparable de la conception de la fonction sociale, faisant ainsi du corps de la femme un destin. L’histoire du corps des femmes a été traditionnellement étudiée par son anatomie, sa folie et son hystérie afin de préciser le commencement dès l’Antiquité de la mise en corps de la femme dans la médecine. Mais la vierge, la pucelle, la fille, la jeune fille, la fille majeure, la jouvencelle, la demoiselle, la garce, l’adolescente, la minette, la miss, la pin-up… sont autant d’étapes et d’états corporels que les historiens et historiennes vont distinguer de l’Antiquité jusqu’à nos jours.

70En 1978 dans la revue Le mouvement social n° 105, Michelle Perrot présente un dossier sur Trava2ux de femmes dans la France du XIXe siècle. Dans son article introductif « De la nourrice à l’employée », l’historienne démontre « la place accordée au corps » dans le travail féminin car « on exige de lui une docilité particulière, lui imposant une tenue appropriée – décence de la présentation, du costume, rectitude du geste – ou lui assignant une position spécifique… Ou encore, le corps féminin fournit sa propre substance, ou sa texture : nourrices donnant leur sein, et qu’on tâte, prostituées livrant leur vagin. Les femmes donnent beaucoup plus que leur sueur. Leur corps est au centre d’un dispositif – de la vie, et du désir. » Anne Martin-Fugier décrit la fin des nourrices et l’émergence du corps de la bourgeoise. La nourrice « fait commerce de son corps » son lait « c’est sa chair » comme « une sorte de vampirisme pratique sur son corps par la société bourgeoise ».

71L’histoire, dans les années 70, devant la venue de nouveaux protagonistes (jeunes, femmes, marginaux, détenus), a peu à peu abandonné l’histoire économique et la sociologie du travail pour étudier le corps enfermé et la libération des mœurs. Cette réévaluation des « marges et des marginaux dans le changement social » a produit des travaux tant sur les crimes (peine de mort, supplices) que sur les institutions d’enfermements (asile, bagne, galère, lettres de cachet, prison). Dénonçant cette part d’ombre et les silences de l’histoire, l’innovation à Paris VII (M. Perrot, Pauline Schmitt, Fabienne Bock) et à l’EHESS à partir de 1973 posa des questions comme « les femmes ont-elles une histoire ? » qui devaient aboutir à l’Histoire des femmes avec G. Duby entre 1987 et 1992. Combattre l’effacement des traces, tant publiques et privées, L’histoire de la vie privée y contribua (1985-1987) en exhumant les journaux, les correspondances, les autobiographies ; mais les privilégiés de la culture peuvent laisser des traces de leur individualité. Là, Alain Corbin releva le défi de la mémoire anonyme, où les ouvriers, les paysans et autres groupes témoignent à travers des descriptions et ethnographiques. M. Perrot écrit dans l’introduction du tome 4 : « demeure l’irréductible opacité de l’objet, dès lors que l’on souhaiterait dépasser une histoire sociale du privé et faire, au-delà des groupes et des familles, une histoire des individus, de leurs représentations et de leurs émotions : histoire des manières de faire, de vivre, de sentir et d’aimer, des élans du cœur et du corps, des fantasmes et du rêve ».

72La question des sources dans la pratique de l’histoire au féminin se pose car les femmes, estime F. Thébaud, « sont presque totalement absentes des matériaux traditionnels de l’historien, produits d’hommes détenant savoir et pouvoir ». La sous-estimation du travail féminin, les politiques masculines de conservation des archives et la rareté des traces directes des femmes pourraient faire croire en une disparition du corps féminin. Il convient, indique Arlette Farge de « défricher l’histoire autrement, en retrouvant dans l’événementialisation, dans les attitudes et les sensibilités collectives les endroits où les analyses historiques ont fait l’économie de la relation obligée entre le masculin et le féminin ». Les archives policières disent les déviances féminines et les archives judiciaires donnent la parole aux femmes. Des traces furtives et quotidiennes sont désormais valorisées : papiers personnels, correspondances, livres de comptes, photographies, journaux intimes. L’archive séductrice et l’archive miroir sont deux tentations épistémologiques qui ne retiendraient du corps que « l’espace de l’esthétique et de l’émotion ».

73Le conflit des représentations du corps féminin est étudié à travers des problèmes comme l’excision. La violence faite aux femmes est étudiée depuis la violence conjugale, le viol ethnique, la discrimination jusqu’à la violence symbolique. À partir des années 1980 les recherches portent davantage sur les racines de la domination masculine, selon le titre emblématique du livre de Pierre Bourdieu ou les travaux de Gabrielle Houbre, en rendant visible le corps des femmes comme agent de l’histoire du genre. La femme citoyenne, l’égalité et la parité deviennent sous l’impulsion de Christine Bard, Geneviève Fraisse, Mona Ozouf, ou encore Florence Rochefort une orientation de l’histoire du féminisme : le corps de la citoyenne rejoint le corps de la femme.

74Bernard Andrieu

Bibliographie

75Bard C., 1989. Les filles de Marianne. Histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, Fayard, éd. 1995.

76Bard C., Metz A., Neveu V. (éds.), 2006. Guides des sources de l’histoire du féminisme, PU Rennes.

77Berriot-Salvadore E., 1993. Un corps, un destin. La femme dans la médecine de la Renaissance, Paris, H. Champion.

78Bruit Zaidman L., Houdre G., Klapisch-Zuber C., Schmidtt Pantel P., 2001. Le corps des jeunes filles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Perrin.

79Dauphin C., Farge A. (éds.), 1997. De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel.

80Duby G., Perrot M. (éds.) Histoire des femmes, 4 tomes, Paris, Seuil.

81Fraisse G., 1989. La muse de la raison, Démocratie et exclusion des femmes en France, Paris, Alinéa.

82Gourevitch D., 1984. Le mal d’être femme. la femme et le médecin dans la Rome antique, Paris, École française de Rome.

83Knibiehler Y., Bernos M., Ravoux-Rallo E., Richard E., 1983. De la pucelle à la minette. Les jeunes filles de l’âge classique à nos jours, Paris, Messidor.

84Jardine A., 1985. Gynésis. Configurations de la femme et de la modernité, Paris, PUF, éd. 1991, p. 189-270.

85Martin-Fugier A., 1978. « La fin des nourrices » dans Le mouvement social, oct.-déc., no 175, p. 11-31.

86Nahoum-Grappe V. (éd.), 1982. « Femmes et Violence » dans Pénélope.

87Ozouf M., 1995. Les mots des femmes. Essais sur la singularité française, Paris, Fayard.

88Perrot M., 1978. « De la nourrice à l’employée… Travaux de femmes en France au XIXe siècle » dans Le mouvement social, oct.-déc, no 175, p. 2-10.

89Ripa Y., 1986. La ronde des folles. Femmes, folie et enfermement au XIXe siècle, 1838-1870, Paris, Aubier.

90Rochefort F., 1989. L’égalité en marche. Le féminisme sous la 3e république, Paris, FNSP.

91Rousselle A., 1983. Porneia. De la maîtrise du corps à la privation sensorielle, Paris, PUF.

92Ségalen M., 1980. Mari et femme dans la société paysanne, Paris, Flammarion.

93Shorter E., 1982, Le corps des femmes, trad. fr. Paris, Seuil, rééd. 1984.

94Sissa G., 1986. Le corps virginal, La virginité en Grèce ancienne, Paris, Vrin.

95Sissa G., 2000. L’âme est un corps de femme, Paris, Odile Jacob.

96Thébaud F., 1998. « La pratique de l’histoire au féminin : la question des sources » dans Écrire l’histoire des femmes, Paris, ENS Éd., p. 68-74.

97Verdier Y., 1979. Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard.

98 Féminisme, Jeune fille, Masculin, Miss, Sein, Virginité

FESSÉE

99Coups donnés sur les fesses, avec les mains ou des flagelles. La fessée est avant tout connue comme outil de répression. Associée à la flagellation (il faut attendre 1830 pour que la flagellation pénale et éducative soit abolie), la fessée, par l’acte du dévoilement des fesses, produit l’humiliation en plus de la douleur. Au début de l’ère chrétienne, ce droit fut limité à des punitions modérées qui ne mettaient pas en danger la vie et la santé des enfants. Le proverbe biblique « Qui épargne la baguette hait son fils, qui l’aime prodigue la correction » (Prov. XIII, 24) en a fait, pendant longtemps, un outil privilégié de l’éducation. Considérée parfois comme inoffensive, mais parfois aussi comme un châtiment corporel, la fessée est désormais bannie des établissements éducatifs français. Il n’en va pas de même en Angleterre où la British Psychological Society suggérait, en 1980, aux partisans des châtiments corporels à l’école, d’examiner avec attention la somme de connaissances disponibles et, particulièrement en regard de leur dimension pornographique, de se demander s’ils pouvaient justifier le maintien d’un système propice à engendrer des penchants pervers. En 2004, la cour suprême du Canada a confirmé le droit des parents et des enseignants à administrer une correction à un enfant à condition d’employer une « force modérée » et de respecter certaines règles.

100Selon certains psychanalystes, la fessée appliquée aux enfants les conduiraient à développer une forme de masochisme ou tout au moins un érotisme centré sur cette pratique. Déjà Freud, commentant Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau, voyait dans la douloureuse stimulation de la peau des fesses, une des racines érotisantes de l’objet passif de la cruauté et du masochisme (Freud, 1905). Il n’en reste pas moins que pendant longtemps la fessée fut aussi considérée comme une médecine et un remède contre l’impuissance. En effet, la fessée provoque une excitation d’ordre sexuel de par l’intense stimulation des zones érogènes de la peau des fesses et des muscles sous-cutanés (Fenichel, 1945). Dès lors, la fessée appartient également à l’érotisme. Jacques Serguine y décèle « le privilège magique de demeurer un des gestes de l’amour, tout en exorcisant ce qui, dans l’amour, parce que les hommes sont des hommes, et les femmes, autres, réside, et résidera peut-être toujours, de violent, d’hostile, d’inégal, divergent et d’agressif » (Serguine, 1973, p. 60).

101Véronique Poutrain

Bibliographie

102British Psychological Society, 1980. Report on Corporal Punishment in Schools.

103Dupouy A., 1998. Anthologie de la fessée et de la flagellation, Paris, La Musardine, 1998.

104Fenichel O., 1945. The Psychoanalytic Theory of Neurosis, New York, W.W. Norton & Co.

105Freud S., 1905. Trois essais sur la théorie sexuelle, Paris, Gallimard, éd. 1987 (1re éd. 1905).

106Rousseau J.-J., 1998. Les confessions, Paris, Poche.

107Serguine J., 1973. Éloge de la Fessée, Paris, Gallimard.

108 Douleur, Éducation, Enfant, Éros, Peau, Sadomasochisme

FÉTICHE

109Le fétiche est un objet sexuel spécifique de la perversion, mais dont certaines variantes peuvent se repérer dans des fonctionnements névrotiques ou culturels.

110Dans le cadre clinique très précis de la perversion, selon la théorisation de Freud, le fétiche chez l’homme se construit en plusieurs étapes :

  • la perception du sexe de la femme prouvant l’existence d’un autre sexe, elle est interprétée par le garçon comme possibilité de perdre son pénis, ce qui est une source d’effroi insupportable : cette perception va donc être déniée, puis remplacée par une des perceptions contiguës (à la manière du souvenir-écran) qui précédait la nudité et la vue du pénis attendu mais absent : main, pied, cheveux/culotte, bas, tabliers, jupons, mouchoirs/soulier, bottine/fourrure, soie/satin etc. ;
  • cette perception de substitution est donc défensivement surinvestie (elle protège de l’angoisse de castration), et créera un objet sexuel (contra-phobique), qui sera le substitut de l’objet sexuel « réel » (le pénis de la femme) ;
  • puis cet objet survalorisé est détaché du corps de la femme mais en la représentant (il est une métonymie, la partie pour le tout), en l’incarnant, et peut, dès lors, mener une existence autonome (il n’y a plus besoin de la femme), et, de plus, il est possédé, lui, et transportable : mais, du coup, il devient la condition unique et expresse de la possibilité d’excitation et de satisfaction. Ce sera préférentiellement un objet inanimé mais ayant été obligatoirement au contact du corps féminin, et qui, par déplacement, en gardera la trace et préservera ainsi l’excitation sexuelle, le désir et sa satisfaction, tout en évitant la perception effrayante et maintenant le fantasme de la femme pénienne. Cet objet doit donc être stable, visible, réel, symbolisant la présence du pénis absent, et donc réassurant, mais aussi olfactif, non humain (résistant aux attaques sadiques), unique et exclusif (il n’y a pas deux fétiches ou plus, la culotte et la bottine par exemple) ;
  • cet objet-fétiche permet donc d’échapper à l’effroi de la différence des sexes et à la castration, ce qui préserve la satisfaction hors de tout danger et maintient la fantasmatique de la mère ou de la femme comme dotées d’un pénis, non castrées ; car l’objet fétichique est un équivalent pénien ;
  • la forme du fétiche est prise dans des objets culturellement valorisés, c’est-à-dire que l’objet fétiche est lié à une culture et une époque : de nos jours, il est rarement une bottine ou une fourrure, bien plus une lingerie, une paire de lunettes, etc.

111Afin de bien différencier le fétiche d’autres objets sexuels, soulignons que la première qualité du fétiche est d’être le seul objet qui déclenche l’excitation dès qu’il est vu et la satisfaction, le plus souvent dans une pratique auto-érotique, masturbatoire, ou bien ne permettant la satisfaction sexuelle que sur un point spécifique du corps de la femme ; et s’il a un contact direct avec la peau, il doit rester secret : c’est-à-dire qu’il répète les ingrédients de la scène d’origine : une excitation voyeuriste secrète (auto-érotique) et la peau de l’objet vu. Enfin, la condition du secret peut amener à des actes tels que le vol de cheveux ou de linge féminin (mouchoirs, tabliers, souliers, étoffes de soie), etc., et explique aussi le fait qu’aucun fétichiste ne se plaint de l’être.

112Selon Freud, seuls les hommes peuvent être fétichistes puisque eux seuls se sentent menacés par la perception du pénis absent comme résultat supposé d’une castration. Il reste néanmoins la possibilité d’un fétichisme chez la femme, assez rare, mais qui est à différencier d’un phallicisme ou d’un narcissisme exacerbé du corps, que ce soit le sien propre ou celui de l’homme (sa musculature par exemple). Car, pour qu’un objet soit reconnu comme fétiche au sens de pervers, il se doit d’avoir les qualités de fragment détaché, puis déplacé sur un substitut incarnant, surestimé, à fonction défensive, unique source de satisfaction, et dont la possession est secrète.

113Binet fut le premier à indiquer un « fétichisme ordinaire en amour » dans les cas où l’objet sexuel aimé est survalorisé et détaché du tout (l’ensemble des autres femmes) et le seul à déclencher une excitation ; plus fréquemment, ainsi que la tradition littéraire des « Blasons » du corps féminin le montre (voir Clément Marot, Maurice Scève), une partie du corps de la femme peut-être découpée et isolée pour la représenter (poitrine, fesses, cheveux, etc.) indépendamment du reste de sa personne, et déclencher de façon exclusive l’excitation sexuelle.

114Le fétiche peut être aussi une formation cognitive : une phrase clef, un concept unique (voir Freud ou Assoun), qui seront brandis comme rempart contre toute discussion avec une certaine jouissance.

115Pour certains individus, la religion et la culture sont des sources dispensatrices de fétiches, mais au contenu sexuel refoulé : le crucifix, le drapeau, l’amulette, etc. Objets matériels créés par l’animisme ou le totémisme, ils sont la source d’adorations et dotés d’un mystérieux pouvoir, tel qu’un objet de culte, isolé, abstrait du tout et ainsi monothéiste, par opposition au polythéisme qui multiplie les sources d’excitation et de représentation. Ces objets sont tenus pour avoir à la fois un pouvoir de protection et de jouissance.

116Joël Bernat

Bibliographie

117Objets du fétichisme, Nouvelle revue de psychanalyse, n° 2, Gallimard, 1970.

118Abraham K., 1965. « Psychanalyse d’un cas de fétichisme du pied et du corset » dans Œuvres complètes, Lausanne, Payot.

119Assoun P.-L., 1994 Le fétichisme, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? »

120Binet A. (1887) « Le fétichisme dans l’amour », dans Revue de philosophie.

121Freud S., 1905. Trois essais sur la théorie de la sexualité, Paris, Gallimard, rééd. 1987.

122Freud S., 1969. « Le Fétichisme » dans La Vie sexuelle, Paris, PUF.

123Von Krafft-Ebing R., Psychopathia sexualis, Payot.

124 Carnaval, Deuil, Éros, Femme, Pulsion, Rituel

FILIATION

125Notre code civil distingue trois modèles de filiation : légitime (l’enfant est issu d’un couple marié), naturelle (l’enfant est issu d’un couple non marié) et adoptive (permise aux seuls couples mariés et aux célibataires). Fondée sur un acte déclaratoire et volontaire (acte de reconnaissance, jugement d’adoption), la filiation est avant tout une norme juridique : ne pouvant se réduire aux seuls liens biologiques entre les individus, celle-ci dispose d’une grande flexibilité au moment d’assigner un enfant à une personne ou à un couple (Borillo). Il en résulte une possible tension entre la loi et l’évolution sociale et culturelle qui se manifeste dans la jurisprudence, par exemple dans le cas de l’homoparentalité. En ce qu’elle différencie la parenté humaine de l’engendrement, la filiation apparaît comme ce principe symbolique de distinction « qu’établissent la plupart des sociétés entre un lien généalogique (géniteur-génitrice/progéniture) et un lien de paternité et maternité sociale ou juridique qui permet d’attribuer un statut parental à d’autres personnes que les géniteurs » (Hasterok). Du point de vue anthropologique, la parenté repose sur un « système cohérent » composé du trio filiation-alliance-sexualité. Notre modèle, héritier d’une tradition judéo-chrétienne où alliance et filiation sont étroitement liées, et dans lequel le mariage est pendant longtemps le socle unique de la construction sociale et juridique de la filiation, pose le principe d’une filiation exclusive où un individu n’a qu’une seule mère et qu’un seul père. L’« ordre procréatif » (Iacub) qui en découle, bien que n’étant que « l’ensemble des normes juridiques qui organisent les formes d’inscription généalogique et de création biologique des personnes », c’est-à-dire une fiction juridique, passe néanmoins pour le plus légitime, car le plus proche d’une vérité naturelle.

126La naturalisation de cette fiction est rendue possible par une confusion des dimensions biologique (engendrement), sociale (exercice effectif du rôle parental) et juridique. Or cette distinction est particulièrement nécessaire à penser au regard des transformations contemporaines de la famille. En effet, si la définition du lien de filiation est au cœur des préoccupations des sociétés modernes et constitue un débat majeur pour les sciences sociales (Fassin), c’est qu’autour d’elle se nouent deux enjeux majeurs : la crise du lien de filiation et celui de sa naturalisation. D’une part, la filiation deviendrait « incertaine » par les formes mêmes que prend la vie privée : désormais, le mariage n’est plus l’unique reconnaissance des liens du couple et la filiation ne se définit plus par rapport à cette institution. Ainsi l’indissolubilité des relations parents-enfants (Théry) viendrait compenser l’instabilité du lien conjugal. L’intérêt de l’enfant est ici posé comme argument d’autorité. Sur ce point on voit bien que les conceptions divergent, la législation sur l’accouchement sous X et les débats qui l’ont nourrie depuis dix ans en témoignent (Ensellem). La question de l’indissolubilité de la filiation ne permet d’ailleurs pas de dire si c’est la filiation biologique (parent de naissance, géniteur) ou la filiation sociale et juridique (adoption, reconnaissance paternelle) qui est indéfectible.

127La seconde question est celle de l’origine biologique comme primat hiérarchique dans l’établissement du lien de filiation. La convention internationale des droits de l’enfant, art. 7, énonce que « tout enfant a droit dans la mesure du possible à un nom, de connaître ses parents et d’être élevé par eux ». Ce droit est interprété comme droit de l’enfant à connaître ses origines biologiques, parce que premières et constitutives d’un pan de son identité et peut être posé en principe hiérarchique. S’affrontent ici deux idéologies, celle qui fait résider la vérité de la filiation dans le corps biologique et celle qui la place dans le corps socialisé. L’oscillation entre le respect de l’accès aux origines (intérêt de l’enfant) et celui de l’autonomie des individus (intérêt de l’adulte) rend bien compte du caractère non naturel et biologique de la filiation et est significative de l’individualisation des sociétés modernes : d’un côté la loi oblige un homme à se soumettre à des tests génétiques lors d’une recherche en paternité, de l’autre elle permet à une femme de préserver son anonymat par l’accouchement sous X. L’individu « individualisé » s’est émancipé de son groupe d’origine, il peut exister ou subsister sans lui. Ce qui ne veut pas dire qu’il y a crise du lien, la nature du lien si l’on peut dire s’est modifiée : il n’est plus dicté par l’appartenance à la lignée. La nature du lien de filiation est interrogée par la mise en lumière du montage anthropologique dont elle est issue. La filiation n’est ni biologique, ni affective, elle est une institution du droit et selon les montages sociaux, culturels, anthropologiques, elle recouvre ou non ces différentes dimensions, en totalité ou en partie. Dans des sociétés individualistes et électives, il faut reconnaître à la filiation son caractère « électif » déjà présent dans l’adoption simple, plénière et l’AMP. On pourrait ainsi aller jusqu’au bout du montage qui serait le plus proche de nos sociétés individualistes : choisir sa filiation, « aucun individu ne devrait, idéalement, être défini – y compris par l’enregistrement administratif – par une identité héritée, réelle ou supposée » (de Singly). Alors même que les relations individualisées sont de plus en plus contractuelles et s’étendent à toutes les formes de la vie privée – en témoignent le PaCS, la demande de légiférer à égalité pour les couples de mêmes sexes et hétérosexuels, l’adoption ouverte aux concubins, etc. – on se demande pourquoi le lien de filiation, qui s’appuie sur un système de représentations et non de vérité biologique ou autres, resterait inconditionnel et exclusif.

128Virginie Descoutures

Bibliographie

129Borillo D. (dir.), 1999. Homosexualités et droit, Paris, PUF.

130Ensellem C., 2004. Naître sans mère ? Accouchement sous X et filiation, Presses Universitaires de Rennes.

131Fassin É., 2000. « Usages de la science et science des usages » dans L’Homme, n° 154155, « Question de parenté », avril-septembre.

132Hasterok R., 1991. « Filiation » dans Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, dir. Pierre Bonte et Michel Izard, Paris, PUF.

133Iacub M., 1999. « Homoparentalité et ordre procréatif » dans Borillo D., Fassin É., Iacub M., Au-delà du PaCS. L’expertise familiale à l’épreuve de l’homosexualité, Paris, PUF.

134De Singly F., 2003. Les uns avec les autres. Quand l’individualisme crée du lien, Paris, Armand Collin.

135Théry I., 1998. Couple, filiation et parenté aujourd’hui. Le droit face aux mutations de la famille et de la vie privée, Paris, Odile Jacob, La documentation Française.

136 Accouchement, Enfant, Inceste, Hétérosexualité, Homoparentalité

FŒTUS

137Au cours du développement prénatal, le produit de la conception des animaux vivipares est nommé fœtus dès lors qu’il présente les caractères distinctifs de l’espèce. Cette notion étant difficile à définir, on considère le passage du stade embryonnaire au stade fœtal comme marqué par la fin de certains processus de différenciation liés à l’embryogenèse.

138Ce développement d’un être vivant à l’intérieur d’un autre (embryon = en + bruein : croître dans) suscite depuis toujours la curiosité des hommes et si le terme fœtus n’apparaît dans son orthographe actuelle que vers 1541 (Loys Vassée dans B. Quémada, Datations et Documents Lexicographiques, tome 3), il existe bien avant, sous d’autres formes telles que fete (Grande chirurgie de Guy de Chauliac, 1370) ou fetons (Robert Estienne, dictionnaire français-latin, 1538) qui ont pour même origine le mot latin fœtus ou fetus : « enfantement, action de produire, génération ». Notons que cette étymologie désigne une production de la mère et ne définit pas le petit être en lui-même.

139On retrouve des observations du fœtus dans l’utérus maternel depuis Hippocrate et Galien, mais elles restent sommaires jusqu’à la fin du Moyen Âge, malgré les progrès de l’anatomie. Ce n’est qu’au XVIIe siècle que le fœtus devient un objet scientifique à part entière et que l’on retrouve les premières études de croissance dans des traités d’obstétrique (Mauriceau, 1668). Enfin, le premier article entièrement consacré au fœtus apparaît au siècle des Lumières (Diderot et d’Alembert, 1757). Au début du XXe siècle, l’approche descriptive sera complétée pour permettre une analyse approfondie des phénomènes ontogénétiques.

140De nos jours, le fœtus est considéré comme l’un des objets d’étude fondamentaux pour tenter de comprendre ce qu’est – et ce qui fait – l’Homme.

141En premier lieu, la trajectoire ontogénétique spécifique suivie par le fœtus humain le singularise au sein du règne animal et renseigne sur l’histoire évolutive de l’Homme. En effet, le ralentissement des processus de maturation, que Gould décrit comme une pédomorphie de type néoténique, explique pour partie les processus d’encéphalisation spécifiques à l’Homme et pose les fondements de la loi de la récapitulation, arguant que l’ontogénèse résume la phylogénèse.

142Si l’on considère la variabilité de la croissance humaine, dans ses rythmes et ses modalités, dans ses variations intra et inter populationnelles, le fœtus prend une importance particulière en raison de sa très forte interface avec les facteurs environnementaux et socioculturels.

143Ces derniers et plus spécifiquement la place accordée au fœtus dans les sociétés actuelles ou passées, notamment appréhendée par l’archéologie et l’anthropologie funéraire, permettent d’éclairer les différences culturelles inter populationnelles et l’évolution des croyances au cours du temps.

144Le fœtus est donc un objet d’étude à part entière, singularisé et fondamental pour la compréhension de nombreux phénomènes biologiques, cliniques, corporels (développement sensoriel, psychologique). Le corps fœtal ne peut donc plus, aujourd’hui, être considéré sans son inscription dans une démarche holistique.

145Pascal Adalian

Bibliographie

146Adalian P., Piercecchi-Marti M.D., Bourliere-Najean B., Panuel M., Leonetti G., Dutour O., 2002. « Nouvelle formule de détermination de l’âge fœtal » dans Comptes rendus de l’Académie des Sciences, Série Biologie, 325, p. 261-269.

147Diderot, d’Alembert, 1757. Encyclopédie ou Dictionnaire Raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, par une Société de Gens de Lettre, Reproduction Éd. compactes, Pergamon Press, 5 tomes, éd. 1985.

148Gould S.J., 1977. Ontogeny and Phylogeny, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press.

149Guihard-Costa A.-M., Droullé P., Thiebaugorges O., Hascoe J.-M., 2000. « A longitudinal study of fetal growth variability » dans Biology of the Neonate, 78, p. 8-12.

150Guihard-Costa A.-M., 1994. « Fetal growth and human evolution : an hypothesis of hetero-chrony » dans Comptes rendus de l’Académie des Sciences, Série Biologie, 319, p. 839-843.

151Mauriceau F., 1668. Traité des maladies des femmes grosses et de celles qui sont accouchées, Paris, Hénault d’Houry.

152Piercecchi-Marti M.-D., Adalian P., Liprandi A., Figarella-Branger D., Dutour O., Leonetti G., 2004. « Fetal viscera maturation : a useful contribution to gestational age estimation in human fetuses » dans Journal of Forensic Sciences, 49 (5), p. 912-917.

153Pineau H., 1991. « La croissance et ses lois » dans Cahiers d’anthropométrie et de Biométrie Humaine, 9, p. 1-307.

154Prado C., Sanz I., 1993. « Quelques facteurs influençant la croissance intra-utérine » dans Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, tome 5, p. 21-28.

155Séguy I., 1997. « Aspects religieux et profanes dans le traitement funéraire réservé au nouveau-né au Moyen Âge et à l’époque moderne » dans L’enfant, son corps, son Histoire, Éd. APDCA, p. 97-113.

156 Accouchement, Enfant, Grossesse, Infanticide, Nouveau-né, Prématuré

FORCE

157Lorsque l’on parle de force dans le monde des activités physiques et sportives on a tendance à confondre le fond et la forme. D’une part il y aurait la force sous son aspect morphologique et, à l’extrême, nous trouverions des Héraclès des temps modernes, de l’autre nous aurions la force sous son aspect mécanique et énergétique, la recherche de l’excès en sport illustrant cette seconde acception. Il y aurait bien une troisième force, plus discrète, moins spectaculaire, celle mieux connue des moines zen et que notre société semble découvrir sous la forme d’une récupération plus que superficielle à la mode occidentale.

158Sur un plan historique, disons que ces trois forces peuvent s’observer dans l’Antiquité ; soit par les concours de beauté virile en relation étroite avec les différents rites religieux, la beauté des formes permettant de devenir servant des cultes, soit par les Jeux Olympiques, ou autres, qui connurent, à leur façon, la recherche de l’excès, la professionnalisation et la brutalité, ici il faudrait relire Platon ou Philostrate pour s’en convaincre. Quant à la troisième force, plus en rapport avec l’équilibre humain, la santé, l’hygiène, pour reprendre un mot grec, nous trouverions également des traces dans l’Antiquité mais, peut-être serait-il mieux de l’observer dans les traditions de l’Inde ou de la Chine comme, par exemple la gymnastique des prêtres taoïstes.

159Sans chercher à remonter trop loin dans le temps, disons que la gymnastique, plus tard l’éducation physique et le sport, auront pour base l’analyse physique des forces humaines, souvent opposées à celles du cheval, au moment où les physiciens voyaient dans l’homme une machine, autrement dit s’attardaient sur le rapport des forces qui le faisaient agir. C’est la machine humaine qui sera observée, à travers les hommes phénomènes du XVIIIe et XIXe siècles, par des physiciens curieux et soucieux de rentabilité. Plus tard, avec l’avènement de la physiologie, la machine deviendra un moteur à explosion pour certains, comme le docteur Chauveau, une presse hydraulique pour d’autres, comme E.J. Marey, un voilier dont la barre était tenue par la mort pour ceux qui restaient plus près de l’homme naturel doté d’une âme, comme Paul Carton, ce que la laïcité allait refouler de plus en plus profondément. Autant dire que la force fut toujours soumise à interprétation et qu’après une vision vitaliste, elle connut des analyses positivistes jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle. C’est au milieu du XXe siècle que les scientifiques, plus facilement que les philosophes, acceptèrent de se familiariser avec les pratiques venues du Japon ou de Chine. De visible, la force devenait invisible, difficile à traquer par les instruments ordinaires de nos savants. L’histoire de l’énergie suffirait à illustrer cette lente et difficile découverte de nos savants pour lesquels l’homme était devenu, les deux derniers siècles aidant, un simple corps chevauché par la volonté.

160On peut dire que la force qui se montrait au Moyen Âge, qui se montrait encore dans les foires ou les cirques du XIXe siècle – comment oublier Jean Valjean ou la Strada – va échapper au merveilleux en se laissant mesurer, maîtriser, domestiquer, développer rationnellement. En devenant invisible, ou seulement une équation, la force aurait pu retrouver sa dimension mythique. Il n’en fut rien, probablement parce que notre dernier siècle était laïque. L’homme moderne avait oublié Pythagore !

161Pour symboliser la force, il faudrait comparer l’homme à un système complexe de tuyauteries, les experts s’ingéniant à éviter les fuites ou à monter la pression lorsque cela est nécessaire. Nos savants seraient en quelque sorte de simples plombiers au service d’une société en perte d’efficacité. Mais on ne peut passer sous silence le poids de la psychologie, un poids qui commence avant Charcot ou Freud et qui passe par l’attention volontaire. Qui méconnaît le célèbre penseur de Rodin ? Bander ses muscles est resté longtemps associé à l’effort intellectuel comme l’effort physiologique est resté longtemps lié à la fermeture de la glotte ! Le célèbre Desbonnet aura du mal à convaincre les savants et pourtant on peut cultiver la force sans effort, en utilisant des poids légers, donc en évitant le blocage thoracique bien connu des haltérophiles. Mais, les adeptes de la libération de la glotte devront démontrer que leur force est bien réelle et faire devant témoins du grimper, de l’acrobatie, de l’haltérophilie, et même de l’athlétisme…

162C’est dans un autre contexte de rentabilité que l’on pourrait placer les techniques de relaxation ou de récupération de force qui se sont développées depuis un bon demi-siècle.

163À la lumière des pratiques comme le yoga ou le zen, le training autogène de Schultz ou le bio feedback, il est enfin permis de penser que l’homme est à la recherche d’un équilibre qui ne serait plus seulement matériel, qu’en retrouvant son âme, il est sur le point de retrouver des forces qu’il a cru inutile de cultiver et qui rejoignent, faut-il s’en étonner, les forces de la nature ! Le qi, autrement dit l’énergie, avant de devenir une mode, représente une force incompréhensible et lorsque les scientifiques s’apercevront qu’un yogi peut vivre avec un électrocardiogramme totalement plat, ils seront sur le point de découvrir que la force ne réside pas seulement dans les muscles, dans le cœur ou dans la fonction glycogénique du foie !

164Aujourd’hui, on nous invite de tous côtés à rester zen, même devant de très bons chocolats… Méditer permet de garder cette santé qu’un excès de muscles n’apporte plus, toutefois, il est clair que nous sommes loin de pouvoir développer cette énergie que notre soif de progrès ne ferait qu’enfermer dans un matérialisme qu’elle ne peut servir que très partiellement.

165Alors demain ? Parlerons-nous encore de la force ? Ne serait-il pas temps de revenir à la notion d’harmonie qui la dépasse, mais il faudrait mettre notre cerveau gauche au repos pour laisser le cerveau droit, l’artiste, comme le qualifiait Pavlov, apporter l’équilibre perdu.

166Gilbert Andrieu

Bibliographie

167Andrieu G., 1988. L’homme et la force. Des marchands de la force au culte de la forme, Paris, Actio.

168Andrieu G., 1992. Force et beauté. Histoire de l’esthétique en éducation physique aux XIXe et XXe siècles, Bordeaux, PUB.

169Ces deux livres contiennent une bibliographie détaillée sur la force.

170 Cultes du corps, Culturisme, Hygiène, Sport, Techniques du corps

FRIGIDITÉ

171La frigidité est difficile à définir : elle désigne toute forme d’absence de plaisir lié à la vie érotique. La frigidité féminine n’a pas toujours été considérée comme une réaction négative ou pathologique. Elle peut renvoyer à l’absence de désir, d’excitation, ou d’orgasme chez la femme, et concerner l’une ou l’ensemble de ces dimensions. Elle peut être générale ou transitoire, inscrite dans l’histoire de la femme ou dépendante de la relation avec son(sa) partenaire. On considère habituellement que la frigidité féminine est d’origine psychologique, y compris dans les cas où elle est liée à des douleurs vaginales (dyspareunie). La frigidité féminine et les dysfonctions sexuelles féminines sont parfois considérées comme des réactions appropriées face aux situations adverses dans lesquelles se trouvent les femmes. Enfin le terme de frigidité a parfois été appliqué aux hommes.

172La frigidité féminine a beaucoup moins intéressé la médecine que l’impuissance masculine dans la mesure où la satisfaction sexuelle de la femme a rarement été considérée comme nécessaire à la procréation. D. Jacquart et C. Thomasset rappellent que les principaux débats sur le rôle du plaisir et des émissions de semence féminine pouvant contribuer au succès de la fécondation se sont déroulés au Moyen Âge. Mais dès que la modernité occidentale a considéré que le plaisir féminin n’avait aucune influence sur la fécondation, cette question a cessé d’intéresser les médecins et a été renvoyée aux théologiens qui ont prêché la tempérance. La frigidité a été recommandée aux femmes « honnêtes » et l’on a plutôt traité médicalement les excès de libido et d’hédonisme des femmes, pour en réduire l’expression. Freud renouvelle la problématique de la frigidité en avançant l’idée selon laquelle le refoulement de la libido et de la satisfaction sexuelle serait à l’origine des troubles névrotiques et hystériques. Cette idée sera reprise par Stekel qui développe une véritable approche psychosomatique de la sexualité féminine et en mettant en cause, plus que Freud, la morale sexuelle de son temps.

173Le renouvellement des idées psycho-physiologiques et comportementales viendra au cours des années soixante avec les sexologues américains Masters et Johnson. Dans une première phase de leur œuvre, ceux-ci redonnent à l’orgasme vaginal ses lettres de noblesse en tant qu’aboutissement du cycle de la réponse sexuelle humaine. Pour la première fois dans l’histoire de la pensée occidentale, ils énoncent que les réactions sexuelles de la femme peuvent se trouver entravées par l’état physiologique de la grossesse et donnent ainsi à l’orgasme une valeur supérieure à la grossesse. Plus récemment, les traitements des dysfonctions sexuelles féminines sont revenus à l’ordre de jour. Les principaux travaux tentent de distinguer les troubles du désir, de l’excitation et de l’orgasme en faisant la part des choses entre les dimensions physiologiques et psychologiques. Mais alors que les théories organicistes de l’impuissance masculine se sont imposées sans aucune résistance, on a réaffirmé l’importance des étiologies psychologiques et relationnelles à l’œuvre dans les problèmes sexuels des femmes : l’idée même d’une conception organique de la fonction sexuelle féminine semble encore difficilement acceptable et les troubles sexuels féminins sont à nouveau considérés comme une réaction appropriée et adaptée des femmes.

174Alain Giami

Bibliographie

175Giami A., 1999. Cent ans d’hétérosexualité dans « Actes de la Recherche en sciences sociales », 128, p. 38-45.

176Jacquart D., Thomasset C., 1985. Sexualité et savoir médical au Moyen Âge, Paris, PUF.

177Kaschak E, Tiefer L. (éds.), 2002. A new view of women’s sexual problems, Thousand Oaks, CA : Sage Publications.

178Stekel W., 1949. La femme frigide. Paris, Gallimard.

179 Désir, Éros, Femme, Impuissance, Masturbation, Ménopause, Sexualité

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.